Version classiqueVersion mobile

Panoramas urbains

 | 
Jean-Louis Biget
, 
Jean-Claude Hervé

... En Angleterre

Historiographie des villes anglaises (1660-1780)

François-Joseph Ruggiu

Texte intégral

1Il est relativement facile d’avoir une vue d’ensemble de l’histoire des villes anglaises de 1660 à 1780. Il existe, en anglais, deux courtes synthèses, l’une déjà ancienne de Peter Clark et Paul Slack : English Towns in Transition, 1500-1700, Oxford University Press, Oxford, 1976, et l’autre de Penelope Corfield : The impact of Towns, 1700-1800, Oxford University Press, Oxford, 1982. En quelque deux cents pages, elles présentent un état très complet de la question. De plus, J. Walton en a donné un compte-rendu commun, dans la revue américaine Journal of Urban History, vol. 15, n° 1, 1988, pp. 69-86. Il y mesure l’évolution et la postérité des thèmes abordés dans ces deux livres. Enfin, en 1983, Jean-Pierre Poussou a fait paraître, en français, une vaste synthèse intitulée : « Les villes anglaises du milieu du XVIIe siècle à la fin du XVIIIe siècle » dans Études sur les villes en Europe Occidentale, Sedes, Paris, 1983.

2Cette communication a donc pour but de compléter les informations apportées par ces quatre textes en mettant l’accent sur la bibliographie des cinq dernières années et en insistant sur les spécificités des sources de l’histoire urbaine anglaise. Pour cela, il convient d’envisager trois points : d’abord un rappel des grandes tendances de l’historiographie anglo-saxonne dans ce domaine ; ensuite une présentation des questions qui sont à présent bien connues ; enfin une analyse de ce qui forme actuellement les fronts pionniers de la recherche.

3Dans les années 1960 et 1970, l’attention des historiens a surtout été retenue par la métropole londonienne et par le développement de nouvelles formes urbaines : les villes industrielles comme Birmingham ou Manchester, les grands ports comme Bristol ou Liverpool. Cette focalisation avait alors deux justifications :

  • Elle reposait d’abord sur une constatation d’ordre démographique : l’essentiel des urbains anglais vivait à Londres, qui est passé de 60 000 habitants dans les années 1520 à environ un million à la fin du XVIIIe siècle. En 1700, plus d’un urbain sur deux vit à Londres et encore un urbain sur trois en 1801. Et, au XVIIIe siècle, les villes les plus dynamiques ont été incontestablement les nouvelles villes industrielles. La population de Manchester a ainsi quadruplé entre 1660 et 1760 (de 5 000 habitants à 20 000 habitants), comme celles de Leeds, Birmingham ou Sheffield.

    • 1 WRIGLEY (E.A.), « A simple model of London importance in changing english society and economy », Pa (...)
    • 2 ABRAMS (P.), « Towns and Economic Growth : Some Theories and Problems », ibid., pp. 295-309.

    Elle répondait ensuite à une problématique générale construite dans les années 1960 et présentée dans trois articles célèbres des professeurs E.A. Wrigley1 et Ph. Abrams2 : de quelle manière les villes anglaises et surtout Londres ont-elles contribué à l’essor économique des XVIIe et XVIIIe siècles et ont-elles été pour le pays un facteur positif ou négatif ?

4Il était donc normal que l’attention se porte sur les nouvelles villes industrielles et sur la métropole, dont l’expansion modifiait les comportements démographique, agricole et commercial des comtés environnants. Le titre du livre de P. Corfield, autour de la notion d’impact, s’inscrit dans cette problématique. Il est de même caractéristique qu’en 1990 P. Corfield ait réédité, dans London and the English Economy, 1500-1700, Harbledown Press, London, 1990, un certain nombre d’articles du professeur J. Fisher, et en particulier « London as an Engine of Economic Growth », publié en 1971. Dans le cadre de cette problématique ou à côté d’elle, Londres continue d’ailleurs de susciter un grand nombre d’études dont certaines ont été conduites dans le cadre du Centre for Metropolitan History. Elles ont été réunies sous la direction de A.L. Beir et R. Finlay dans The making of the Metropolis, London ; 1500-1700, Longman, London, 1986.

5Et lorsque Christopher W. Chalklin entreprit d’étudier dans son livre majeur, The Provincial Towns of Georgian England, A Study of the Building Process, 1740-1820, Edward Arnold, London, 1974, le processus de l’édification matérielle de la ville à travers les questions de propriété des terrains et de construction des maisons, il fixa très clairement les partis pris de sa recherche : « Ce livre parle de construction dans les villes les plus grandes et qui ont crû le plus rapidement dans l’Angleterre géorgienne. A part Londres, il y a 15 centres avec une population supérieure à 25 000 habitants en 1820. Ce sont les centres industriels de Manchester, Birmingham, Leeds, Sheffield, Nottingham, Norwich et Leicester, les arsenaux de Portsmouth et Plymouth, les ports de Liverpool, Bristol, Hull, Sunderland et Newcastle et la ville d’eau de Bath » (p. IX).

6Mais, au cours des années 1970 et 1980, les historiens anglais ont progressivement pris conscience du fait que les vieux centres urbains, comme Norwich (ville exclue par Chalklin parce qu’elle avait cessé de croître à partir de 1700), Exeter, Coventry, Warwick ou Chester, ont subi des transformations suffisamment importantes pour bouleverser leur structure de villes textiles sur le déclin. Ce mouvement a été initié par P. Clark et P. Slack dans Crisis and Order in English Towns, 1500-1700, University of Toronto, Toronto, 1972. Outre une explosion en nombre de chercheurs et de publications, l’histoire urbaine anglaise des vingt dernières années se caractérise donc par un déplacement de son objet vers les villes provinciales et vers les petites villes.

  • 3 THIRSK (J.) éd., The Agrarian History of England and Wales, Cambridge, Cambridge University Press, (...)

7L’intégration de toutes petites agglomérations dans le réseau urbain national est une caractéristique de l’Angleterre. Déjà, en 1696, Gregory King conférait le caractère de villes à des bourgs de 150 à 200 maisons et dont la population ne dépassait pas 600 habitants. Le principal effort s’est porté alors dans deux directions. Il a fallu d’abord caractériser les fonctions, en particulier économiques, de ces petites villes. Elles ont été identifiées comme des villes marchés ou market towns, c’est-à-dire à la fois des lieux de centralisation de la production agricole d’une région et de redistribution de produits manufacturés à destination des populations rurales avoisinantes. Ce travail a été lancé par Alan Everitt en histoire rurale et en particulier par sa contribution « The markets towns » dans The Agrarian History...3. Il a fallu ensuite préciser la frontière qui séparait les gros bourgs ruraux de ces petites villes. C’est le travail du National Small Towns Project, lancé par P. Clark en 1985, en liaison avec J.-P. Poussou pour la France, et dont les premiers résultats ont été présentés en septembre 1991, au second colloque de Mamers sur les petites villes.

8Quant aux villes moyennes, elles sont prises dans un triple mouvement :

  • les monographies locales, qui sont souvent le fait d’archivistes et qui sont parfois de bonne qualité ;

  • les ouvrages de la Victoria History of the Counties, entreprise monumentale qui date du règne de Victoria et qui a retrouvé une certaine vigueur à partir des années 1960. À l’origine, la VHC avait pour principale ambition de dresser une histoire globale des comtés anglais, de la géologie à la pratique du cricket. Puis elle s’est dotée, à côté de volumes généraux, de volumes concernant chaque paroisse rurale du comté envisagé et chaque ville. Les volumes les plus récents sont ainsi d’un très grand intérêt. Celui sur Gloucester pendant la période moderne, par exemple, est l’œuvre de P. Clark et s’inscrit donc dans les problématiques les plus neuves ;

    • 4 Ainsi, pour Exeter, le chercheur peut se référer à quatre études qui se complètent parfaitement : l (...)

    les études universitaires, qui sont produites dans le cadre de thèses mais dont très peu sont publiées sauf sous forme d’articles ou de contributions à des ouvrages collectifs. Cependant les apports de ces thèses ont été magistralement résumés par P. Clark en introduction aux deux ouvrages qu’il a édités, Country Towns in Pre-industrial England, Leicester, Leicester University Press, 1981, et The Transformation of English Provincial Towns, 1600-1800, Londres, Hutchinson, 19844. Il faut noter qu’il est très rare qu’une ville soit totalement oubliée de l’historiographie récente, ce qui est souvent le cas en France. Et même, si nous prenons les villes importantes comme Exeter, York ou Lincoln, la couverture historique est très satisfaisante.

9Au cours des deux dernières décennies, les historiens ont donc progressivement pris en charge l’ensemble des villes anglaises. Et à partir de ce rapide tableau historiographique, il est possible de définir quatre domaines dans lesquels des conclusions ont été fermement dégagées.

10Le premier domaine est celui des études sur le réseau urbain national. P. Clark et P. Slack ont présenté dans English Towns in transition..., une hiérarchisation des villes anglaises qui distinguait à la base cinq ou six cents villes marchés (market towns, entre 800 et 2 500 habitants) puis environ une centaine de villes provinciales ou centres « de second rang » (county towns, entre 2 500 et 10 000 habitants) et enfin une demi-douzaine de capitales régionales, Norwich, Bristol, York, Exeter et Newcastle essentiellement (entre 10 000 et 25 000 habitants), Londres écrasant très largement ce réseau urbain. La plupart des historiens anglais l’ont reprise, en y introduisant pour le XVIIIe siècle les nouveaux types de villes comme les arsenaux ou les villes d’eau, mais sans jamais en contester les grandes lignes.

11L’attention s’est donc déplacée du réseau national aux réseaux locaux. C’est le sens de l’article de Margaret Noble, « Growth and development in a régional urban System : the country towns of eastern Yorkshire, 1700-1850 », Urban History Yearbook, 1987, pp. 1-21, dans lequel elle analyse 23 villes dont le devenir est, selon elle, différencié par six critères : la situation (location), la nodalité (nodality) qu’elle envisage dans le grand mouvement de création de turnpikes (les routes à péages) et de canaux dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, l’externalité (externality) c’est-à-dire la capacité de la ville à attirer des capitaux de l’extérieur essentiellement de la gentry comtale ou nationale, la compétition, la structure économique et enfin les migrations. A partir de ces critères, elle peut dynamiser la hiérarchie de P. Clark et P. Slack en distinguant les villes en expansion, les villes stables et les villes sur le déclin. La méthode de Margaret Noble est largement inspirée de celle de géographes et c’est sans doute ce type d’études sur les réseaux locaux qui est appelé à se développer dans les prochaines années.

12Le deuxième champ historiographique qui a été remarquablement couvert est celui des villes d’eau (ou « spas ») et des villes balnéaires. Il s’agit, en effet, de villes dont la réputation littéraire (Jane Austen), le patrimoine architectural et la structure sociale originale ont beaucoup attiré les chercheurs. Une des premières stations balnéaires du XVIIIe siècle, Margate, a été ainsi étudiée dès 1973 par J. Whyman, spécialiste du Kent, dans « An Hanoverian Watering-Place : Margate before the Railway », publié dans Everitt (E.), Perpective in English Urban History, Macmillan, Londres, 1973, pp. 138-160. La thèse de Sylvia McIntyre, Towns as health and pleasure resorts : Bath, Scarborough and Weymouth, 1700-1815, soutenue à Oxford en 1973, et le livre de R. Neale, Bath, 1680-1850, A Social History, Routledge and Kegan Paul, London, 1981, ont un peu ralenti la recherche sur ce sujet.

13Le troisième champ est celui de l’analyse des structures socio-économiques des villes. C’est vraiment le point fort des études urbaines anglaises et cela tient à l’extrême richesse des archives en ce domaine, en particulier grâce à trois sources : les registres paroissiaux, les registres des freemen et les sources fiscales.

14Beaucoup de villes conservent un registre des freemen, c’est-à-dire des habitants de la ville qui en détiennent le droit de bourgeoisie, soit parce qu’ils sont le fils d’un freeman ou l’époux de la fille d’un freeman, soit parce qu’ils ont fait leur apprentissage chez un freeman de la ville, soit parce qu’ils l’ont acheté, soit enfin parce que la municipalité le leur a généreusement accordé. La profession du freeman est généralement notée et ces données permettent, entre autres, de construire des tableaux de l’évolution de la structure professionnelle de la ville. C’est par exemple ce que fait Angus McInnes, dans « The emergence of a leisure town, Shrewsbury, 1660-1760 », Past and Present, n° 120, 1988, pp. 75-83.

15Les sources fiscales sont remarquablement riches en Angleterre quoique relativement mal réparties chronologiquement. Le règne de Charles II constitue l’âge d’or de la fiscalité anglaise en ce qui concerne les archives. Les rôles des Hearth Taxes et des Poil Taxes sont conservés pour la plupart au Public Record Office dans la série Exchequer 179. Ces deux impôts ont été malheureusement (pour l’historien) abolis à la suite de la Glorieuse Révolution. Mais ils ont été remplacés par une Land Tax qui pesait sur les propriétaires de biens immobiliers, introduite dès 1692, et par une Window Tax, qui frappait les occupants des maisons dont on taxait le nombre d’ouvertures. Le problème est que les rôles de la Land Tax ont quasiment tous disparus pour la période avant 1715 et qu’une fraction seulement d’entre eux a survécu pour la période 1715-1770.

  • 5 GOOSE (N.), « Household size and structure in early-Stuart Cambridge », Social History, 1980, repri (...)

16Or ces recensements fiscaux, répartis par paroisses ou par quartiers, autorisent des études tout à fait remarquables. Ils permettent, au minimum, une analyse de la répartition de la richesse selon les paroisses de la ville, ce qui a été fait, par exemple, dans l’article de Elizabeth Baigent, « Assessed Taxes as Sources for the Study of Urban Wealth », Urban history Yearbook, 1988, pp. 31-48, construit sur les taxes de Bristol en 1774-1775. James Alexander, « The Economie Structure of the City of London at the end of the seventeenthe century », Urban History Yearbook, 1989, pp. 47-62, utilise les Land Tax Assessments du début des années 1690 pour construire une répartition géographique des principales professions de la métropole. Dans un très bel article paru en 1980 dans Social History5, Nigel Goose étudie le nombre d’habitants par household ou maison dans cinq paroisses de Cambridge entre 1619-1632. La moyenne de 4,13 habitants par maison, qu’il donne, comble ainsi un vide statistique puisque l’essentiel des données similaires concernait jusqu’alors la fin du XVIIe siècle et il peut ensuite analyser l’importance des enfants, des serviteurs, des parents éloignés (kin) et des locataires dans les différentes maisonnées. Grâce à ces sources fiscales, N. Goose peut conclure que, dès la première moitié du XVIIe siècle, la petite maisonnée nucléaire prédomine en Angleterre.

  • 6 SLACK (P.), Poverty and Policy in Tudor and Stuart England, Londres, Longman, 1988, seconde édition

17Les modalités du contrôle de la population par ses gouvernants sont également parfaitement étudiées. Il est, en effet, possible de croiser les sources précédentes avec les sources judiciaires au niveau des quartiers (yvards) où les aldermen tiennent un tribunal pour les causes mineures (les Court Leet à Canterbury), les sources judiciaires au niveau de la ville (les Quarter Sessions tenues quatre fois par an par le maire, certains officiers municipaux et certains aldermen) et les sources liées au secours des pauvres, en distinguant d’une part le système des almshouses et des hôpitaux qui sont gérés par la municipalité et dont les comptes apparaissent dans les comptes municipaux, et d’autre part le système des secours paroissiaux gérés par les marguilliers des paroisses. Dans la lignée des très nombreuses études sur les pauvres, initiées par P. Slack6, la plupart des grandes monographies urbaines comportent donc un chapitre sur ce sujet. Une des contributions les plus intéressantes est celle de Stephen Mac Farlane, « Social Policy and the Poor in the later seventeenth century », parue dans Beier (A.L.) et Finlay (R.), The making of the Metropolis, London..., op. cit., pp. 252-277.

18Dans chacun de ces quatre grands domaines, les Anglo-Saxons sont donc parvenus à des conclusions très solides. Dans d’autres champs, les recherches et les débats continuent activement. Une étude des thèses soutenues, des articles et des livres parus, tels qu’ils sont recensés dans l’Urban History Yearbook (U.H.Y.) montre que les grands thèmes actuels de la recherche urbaine en Angleterre sont, au moins, au nombre de trois.

19Les études démographiques d’abord, mais qui seront seulement mentionnées. Elles semblent très souvent abordées sous l’angle de la santé publique et des épidémies. Il faut voir là l’influence de P. Slack et de sa monumentale étude, The impact of Plague in Tudor and Stuart England, London, Routledge and Kegan Paul, 1985. Les études menées sur les causes épidémiques des grandes mortalités sont extrêmement nombreuses : il en y a quatre dans le seul U.H.Y. de 1989.

20Les historiens anglais séparent rarement les problèmes politiques des autres thèmes de l’histoire urbaine. La plupart des thèses d’histoire urbaine comportent donc un très solide chapitre d’histoire administrative et municipale, et c’est le second champ important de recherche. La limite chronologique de la fin du XVIIIe siècle n’a d’ailleurs ici guère de sens car les institutions municipales anglaises sont restées relativement stables du XVIe siècle au Municipal Corporation Act de 1835. Dans leurs cinq éléments constitutifs d’une ville dans l’Angleterre pré-industrielle, P. Clark et P. Slack retiennent la nécessité d’un corps politique élaboré. La ville anglaise se définit peut-être d’abord par son degré d’autonomie par rapport aux pouvoirs royaux et seigneuriaux, c’est-à-dire par l’étendue des pouvoirs que lui donnent sa charte. D’autre part les sources manquent rarement pour faire l’histoire politique des villes. La plus importante est constituée par les délibérations des corporations municipales qui portent des noms spécifiques dans chaque ville : les Burghmote Minutes à Canterbury par exemple. Il faut y ajouter toutes les sources de l’histoire parlementaire car la plupart des villes envoyaient deux MPs à la Chambre des Communes.

  • 7 JENKINS (P.), « The Tory tradition in eighteenth century Cardiff », Welsh History Review, XII, 1984 (...)
  • 8 En particulier son article, « The establishment of the Grosvenor interest in Chester, 1710- 1748 », (...)

21Le récit des luttes politiques au sein de l’oligarchie est toujours un des morceaux de bravoure des volumes de la Victoria History of the Counties. Mais elles ont aussi trouvé des échos dans des travaux de plus grande envergure. Il faut ainsi souligner la réappréciation entamée par les historiens de la Restauration à propos de la campagne Quo Warranta de Charles II puis Jacques II qui visait à modifier les chartes urbaines afin de faciliter le contrôle du pouvoir royal et qui a longtemps été vue comme un des signes de l’absolutisme des derniers Stuarts. John Miller dans « The Crown and the Borough Charters in the reign of Charles II », English Historical Review, 1985, pp. 55-84, montre que cette campagne a été plus hésitante et plus prudente qu’on le pensait. Mais ce sont les historiens du XVIIIe siècle qui ont le plus travaillé sur les dysfonctionnements de l’ordre politique urbain dûs aux luttes de factions d’abord puis de partis, et ce dans la postérité des travaux de Sir Lewis Namier et de Sir John H. Plumb. C’est bien sûr à Londres qu’elles ont été le plus étudiées avec deux articles recensés dans le U.H.Y. de 1990 (p. 154). Mais l’article de John Phillips sur « From municipal matters to Parliamentary principles : eighteenth-century boroughs politics in Maidstone », Journal of British Studies, XXVII, 1988 (U.H.Y., 1990, p. 155) montre que la vie politique dans les villes provinciales n’était pas du tout figée sous la pression des grands interests politiques nationaux et qu’elle ne peut se résumer à l’emprise des landlords sur les bourgs pourris. J. Phillips estime ainsi que les électeurs de Maidstone, la capitale du comté de Kent, avaient le sentiment de participer à un débat politique, certes polarisé entre Whigs et Tories, mais tout à fait vivant. Cependant d’autres exemples, telles les contributions de Ph. Jenkins sur l’influence des Tories dans les villes galloises7 ou encore les travaux de S.W. Baskerville8, décrivent bien la constitution des grands interests et leur renforcement tout au long du XVIIIe siècle.

  • 9 BARRY (J.), « L’identité bourgeoise en Angleterre », Annales E.S.C., juillet-août 1993, pp. 853-883

22Cependant la vie de la communauté civique reste quelque peu négligée, ce qui se comprend mal pour le XVIe siècle. L’étude pionnière de Charles Pythian-Adams, « Ceremony and the citizens, the communal year at Coventry, 1450-1500 », dans P. Clark et P. Slack, Crisis and Order..., est restée longtemps sans postérité. Mais des articles récents sont venus combler cette lacune. D.M. Palliser, « Civic mentality and the environment in Tudor York », repris dans J. Barry, Tudor and Stuart Towns, Longman, London, 1990, et Michael Berlin, « Civic ceremony in early modern London », U.H.Y., 1986, pp. 15-27, se sont attachés à reconstituer les calendriers festifs au sein de la ville. La thèse de James Kilmartin, sur Popular Rejoicing and public ritual in Norwich and Coventry, 1660-c.1835, University de Warwick, 1987, (U.H.Y., 1989, p. 172) étend cette recherche à la période hanovrienne et rompt avec l’idée que la vie publique au XVIIIe siècle est au pire morte et au mieux totalement vidée de son sens corporatiste. Un article récent de J. Barry, traduit dans les Annales E.S.C., sur « l’identité bourgeoise en Angleterre », montre que les historiens anglais travaillent beaucoup actuellement sur la notion d’identité collective et sur les modalités de l’insertion des membres des middling sorts dans le corps civique9.

23Le dernier grand thème pionnier, et sans doute le plus novateur, est celui de la « renaissance urbaine des villes provinciales anglaises ». En 1977, Peter Borsay, dans un article donné à Social History, affirmait que dans la plupart des county towns, à partir de la Restauration, le déclin des vieilles activités manufacturières essentiellement textiles, était compensé par l’apparition de services destinés à la gentry du comté environnant et fondés sur les notions de loisirs et de luxe. En 1989, il confirmait ses hypothèses dans un livre : The English Urban Renaissance, Culture and Society in the Provincial Towns 1660-1770, Oxford, Clarendon Press, 1989.

24En fait, dès le XVIIIe siècle, les observateurs et les voyageurs, comme C. Fiennes pour la fin du XVIIe siècle ou D. Defoe et John Macky pour la première moitié du XVIIIe siècle, avaient mis en avant le rôle que jouaient un certain nombre de villes provinciales comme centre de la « bonne société » comtale. À partir de tels témoignages et aussi, encore une fois, des monographies de la Victoria History of the Counties, Alan Everitt a donc construit la notion de town gentry : cf. Everitt (A.), Perspectives in English Urban History..., op. cit. Ce concept a pris progressivement de l’ampleur au point d’apparaître comme un passage obligé des études locales comme celles d’A. Rosen ou de M. Reed, « Seventeenth century Ipswich », dans Clark (P), Country Towns in Pré-industrial England..., op. cit., pp. 84-141. Mais l’apport de Peter Borsay a été double :

  • Il a d’abord su saisir toutes les implications de cette nouvelle fonction urbaine. P. Borsay définit la ville provinciale comme une arène qui servait de cadre à la compétition sociale. Dans un contexte économique favorable, la gentry disposait de revenus suffisants pour investir dans la culture urbaine afin d’en retirer un maximum de profits symboliques. Le paysage urbain s’est alors transformé avec la construction de nouvelles maisons en style classique et les rues furent élargies et pavées. Une « saison d’hiver », littéraire, musicale et théâtrale, ponctuée d’assemblées et de bals se mit en place. Elle poussa les gentlemen à quitter leurs froides country houses pour goûter les joies de la ville. Autour de cette leisure class et de son éthique consumériste est donc apparue une économie spécifique et hautement rentable

  • Il a ensuite mené son enquête à l’échelle du pays. La bibliographie de son livre fait plus de trente pages et, dans ses sept annexes, il donne une liste à peu près exhaustive des squares construits en province, des édifications de Town Halls ou de Mayoral Residence, des théâtres, de l’établissement de concerts, de la construction d’assembly rooms et de l’apparition de bals, de l’ouverture de promenades publiques et enfin de l’apparition de courses de chevaux, entre le milieu du XVIIe siècle et la fin du XVIIIe siècle. Ses analyses sont donc très solidement fondées et font une large place aux journaux provinciaux qui naissent tout au long du XVIIIe siècle.

25L’impact des articles puis de l’ouvrage de P. Borsay a été considérable. P. Borsay a tenu, en 1989 et 1990, la revue des articles dans l’Urban History Yearbook, ce qui confirme son impact institutionnel. Il a déclenché un certain nombre d’études locales comme celles d’Angus McInnes sur Shrewsbury ou de J.J. Looney, « The cultural life in the province : Leeds and York, 1720-1820 », publiées dans Beier (A.L.), Cannadine (D.) et Rosenheim (J.M.) éd., The First Modern Society, Essays in English History in Honours of Lawrence Stone, Cambridge, Cambridge University Press, 1988, pp. 483-510. Un des derniers débats de Past and Present (n° 126, 1990), qui sont un indicateur des tensions au sein de l’historiographie anglaise, ajustement opposé A. McInnes et P. Borsay. Plus spécifiquement, il a attiré l’attention des historiens sur les comportements urbains de ce qu’on appelle la leisure class, et ce peut-être au détriment des études sur la pauvreté et les pauvres qui étaient jusqu’à présent très nombreuses et constituaient un des thèmes traditionnels de l’histoire urbaine. L’article de C.W. Chalklin, « Capital Expenditure on Building for Cultural Purposes in Provincial England, 1730-1830 », Business History, XXII, 1, pp. 50-70, est l’exemple type d’une relecture faite par Chalklin de sources utilisées pour son livre de 1974 à la lueur de cette nouvelle problématique. Il en va de même de l’article de Penelope Corfield, « Small towns, large implications: social and cultural rôles in eighteenth-century England and Wales », Bristish Journal for Eighteenth-Century Studies, X, 1987, pp. 125-138 (U.H. Y, 1989, p. 140).

26Si le retentissement du livre de P. Borsay a été tel, c’est aussi parce qu’il était bâti au croisement de deux problématiques définies par deux des plus grands historiens anglais, mais qui n’étaient pas spécialistes d’histoire urbaine. Sir J.H. Plumb a ainsi montré l’essor de la consommation des produits de luxe ou de semi-luxe dans l’Angleterre de la seconde moitié du XVIIIe siècle (The Commercialisation of Leisure in Eighteenth-century England, Reading, 1973). Sir Geoffrey Holmes, spécialiste des problèmes politiques sous les derniers Stuarts et auteur d’une magistale étude, Augustan England ; Professions, State and Society, London, G. Allen and Unwin, 1982, a, quant à lui, analysé l’émergence de ce qu’on appelle la pseudo-gentry, c’est-à-dire les membres des professions libérales urbaines comme les hommes de loi, les médecins et les clergymen qui d’abord sont au service de la county gentry puis qui, peu-à-peu, s’y sont agrégés. P. Borsay a donc replacé ces deux mouvements dans le cadre des villes moyennes. Il a, de même, bénéficié des acquis des études entreprises par E.L. Jones et M.E. Falkus, « Urban improvement and the English Economy in the seventeenth and eighteenth centuries », Research in Economic History, 4, 1979, pp. 194- 233, qui avaient examiné les transformations édilitaires des villes (l’éclairage urbain, l’entretien des rues, l’approvisionnement en eau), ce qui était passé relativement inaperçu.

27Il y a donc un ensemble de facteurs convergents pour faire de l’ouvrage de P. Borsay un des livres les plus importants de la décennie passée. Cela dit, la plupart des recensions et les études nouvelles montrent que son analyse, si elle est extrêmement stimulante, n’est pas entièrement satisfaisante. Le terme de « Renaissance » a ainsi suscité beaucoup de réserves. De même, il est clair, pour la plupart des villes, qu’il faut placer plus tard dans le XVIIIe siècle le début de cet essor des loisirs et des services. C.W. Chalklin fait commencer en 1760 la vague de construction des théâtres en Angleterre. Enfin le défaut principal de P. Borsay est qu’il additionne peut-être des manifestations qui n’ont pas toujours de liens entre elles : une lecture publique dans une ville, une course de chevaux dans une autre et un bal dans une troisième ne suffisent sans doute pas à créer une « saison » provinciale.

  • 10 Ce texte a été écrit en 1993. Le Centre de Recherches Historiques sur la Ville de l’Université des (...)

28En conclusion, il faut insister sur la force de l’historiographie anglo-saxonne dans le domaine urbain. Elle est puissamment soutenue au sein des universités par l’existence de chaires d’histoire urbaine et par l’activité du centre de recherche de Leicester. Il est à l’origine de l’Urban History Yearbook, devenu Urban History, et de l’Urban History Newsletter, qui n’ont ni l’un ni l’autre leur équivalent en France10.

29Mais cette historiographie souffre également de lacunes importantes. La première est sans conteste l’absence d’une ample synthèse à propos des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. Une entreprise comme l’Histoire de la France Urbaine fait manifestement défaut.

30Le deuxième problème vient du fait que les grandes études socio-économiques dont j’ai parlé dans ma première partie me semblent souvent déboucher sur une sorte d’impasse dès que l’on essaye de travailler plus précisément sur les individus repérés dans les recensements fiscaux. De telles tentatives sont d’ailleurs peu nombreuses et une des plus réussies est celle de Joyce Ellis, « A dynamic society, social relations in Newcastle-upon-Tyne, 1660-1760 », dans P. Clark, The Transformation of English Provincial Towns..., op. cit., pp. 190-227. En effet, le recours aux minutes notariales qui permet en France de cerner d’assez près le parcours d’un individu n’est pas possible en Angleterre, où les seules séries conservées sont celles des testaments et des inventaires après décès (Probate Records). De même, il est quasiment impossible de travailler sur les transferts de propriété au sein de la ville puisque les contrats de vente de maisons ou de parcelles ne sont pas facilement trouvables en dehors des séries familiales. Nous ne trouvons pas par exemple d’équivalent du Centième denier.

31Le troisième problème que j’évoquerai tient à la relative désaffection des chercheurs pour le XVIIIe siècle. Personne n’a, apparemment, entrepris en Angleterre ces histoires globales d’une ville que sont les travaux de J.P. Bardet sur Rouen ou de J.C. Perrot pour Caen alors que cette démarche a été menée avec succès pour la période antérieure, par exemple par D.M. Palliser sur York. À mon sens, cette lacune tient essentiellement au très grand attrait des périodes antérieures et postérieures. Les histoires des villes anglaises dans la seconde moitié du XVIe siècle et la première moitié du XVIIe siècle ont toutes en point de mire soit la Réforme, soit les grandes crises de la fin du XVIe siècle, soit la Grande Rébellion, phénomènes dont les conséquences sur les communautés urbaines sont d’une part très visibles, d’autre part très importantes. De même, les conséquences de la Révolution industrielle et de l’essor urbain en Angleterre attirent les chercheurs. Un XVIIIe siècle légèrement décalé entre 1660 (la Restauration) et 1760 (les débuts de la Révolution industrielle) apparait un peu, malgré le brillant livre de Peter Borsay, comme le parent pauvre de l’historiographie urbaine anglaise.

Notes

1 WRIGLEY (E.A.), « A simple model of London importance in changing english society and economy », Past and Present, XXXVII, 1967, pp. 44-70 ; Id., « Parasite or Stimulus : the town in pre-industrial England », in ABRAMS (P.) et WRIGLEY (E.A.), Towns in Society, Cambridge, Cambridge University Press, 1978, pp. 9-33.

2 ABRAMS (P.), « Towns and Economic Growth : Some Theories and Problems », ibid., pp. 295-309.

3 THIRSK (J.) éd., The Agrarian History of England and Wales, Cambridge, Cambridge University Press, 1967, vol. IV, pp. 467-506.

4 Ainsi, pour Exeter, le chercheur peut se référer à quatre études qui se complètent parfaitement : l’étude pionnière de W.G. HOSKINS, Industry, Trade and People in Exeter, 1688- 1800, Manchester, 1935 ; Mac CAFFREY (W.T.), Exeter, 1540-1640, Cambridge, Cambridge University Press, 1958 ; STEPHENS (W.B.), Seventeeth century Exeter, 1958 ; NEWTON (R.), Eighteenth-Century Exeter, Exeter, University of Exeter, 1984.

5 GOOSE (N.), « Household size and structure in early-Stuart Cambridge », Social History, 1980, repris dans BARRY (J.), Tudor and Stuart Towns, Londres, Longman, 1990, pp. 74-120.

6 SLACK (P.), Poverty and Policy in Tudor and Stuart England, Londres, Longman, 1988, seconde édition.

7 JENKINS (P.), « The Tory tradition in eighteenth century Cardiff », Welsh History Review, XII, 1984 (U.H.Y., 1986, p. 112) et « Tory industrialism and towns politics: Swansea in eighteenth century », Historical Journal, XXVIII, 1985.

8 En particulier son article, « The establishment of the Grosvenor interest in Chester, 1710- 1748 », Journal of the Chester Archaeological Society, 61, 1978, pp. 59-84.

9 BARRY (J.), « L’identité bourgeoise en Angleterre », Annales E.S.C., juillet-août 1993, pp. 853-883.

10 Ce texte a été écrit en 1993. Le Centre de Recherches Historiques sur la Ville de l’Université des Sciences Humaines de Strasbourg fait à présent paraître un cahier intitulé Villes, histoire et culture, dont le premier numéro a été publié en décembre 1994.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search