Version classiqueVersion mobile

Panoramas urbains

 | 
Jean-Louis Biget
, 
Jean-Claude Hervé

... En Angleterre

L’histoire urbaine des Îles Britanniques aujourd’hui : bref essai de synthèse

Jean-Pierre Poussou

Texte intégral

  • 1 – Il s’agit de Leicester University Press et de Studies in Urban History, collection publiée par l’ (...)
  • 2 – L’éditeur est Sage éditions.
  • 3 – Cette revue, éditée d’abord par l’Université de Leicester et maintenant par celle de Cambridge, p (...)

1À bien des égards, l’historiographie urbaine de l’Angleterre paraît impressionnante : des ouvrages nombreux et de tous niveaux, un grand renouvellement et un très réel approfondissement au cours des trente dernières années, un centre actif d’histoire urbaine à l’Université de Leicester, des collections particulières d’histoire urbaine1, deux très intéressantes revues : Journal of Urban History2 et surtout Urban History Yearbook qui paraît depuis 1974 et dont la lecture est absolument indispensable3. Le mérite de cette revue vient à la fois des articles qu’elle publie et des rubriques que l’on y trouve :

  • présentation des colloques et congrès d’histoire urbaine ;
  • revue des articles (titre et résumé rapide) ;
  • revue des thèses récentes en histoire urbaine ;
  • bibliographie « ordinaire » ;
  • compte-rendus des ouvrages.
  • 4 – Voir STAVE (B.M.), « A conversation with H.J. Dyos : Urban History in Great Britain », Journal of (...)
  • 5 – Voir REEDER (D.), « H.J. Dyos : an appreciation », Urban History Yearbook, 1979, pp. 4-10. Jim Dy (...)

2Liée à tout cela, on a donc une multiplication des recherches. Il convient à cet endroit de rappeler que, s’il ne fut pas le seul ni le premier à étudier les villes, Jim Dyos n’en fut pas moins celui qui lança et fit fructifier ce mouvement. C’est à partir de 1963 qu’il donna cette impulsion en lançant the Urban History Newsletter qui continue à paraître. Il était venu à Leicester en 1952. En 1961, il avait publié Victorian suburb : a study of the growth of Camberwell4, avant d’occuper en 1972, à Leicester toujours, la première chaire anglaise d’histoire urbaine, de fonder le centre d’histoire urbaine de cette même université, et de créer en 1974 Urban History Yearbook5.

3Ceci étant, quel panorama rapide peut-on donner de l’histoire anglaise et de ses apports ? Je vais m’efforcer d’en dégager les caractéristiques essentielles même si ce sera de façon trop brève et donc incomplètement. Par ailleurs, je dois indiquer que ce texte a été écrit en coopération avec F.-J. Ruggiu, dont on lira la contribution après celui-ci ; il s’est chargé d’étudier plus en profondeur l’historiographie urbaine de la période qui va de la Restauration à la Révolution industrielle ; F.-J. Ruggiu insistera de ce fait, ce que je ferai beaucoup moins, sur les innovations et les avancées que nous devons à l’histoire urbaine anglaise.

  • 6 – PLATT (C.), The English medieval towns, Londres, Secker et Warburg, 1976.
  • 7 – REYNOLDS (S.), An introduction to the history of English medieval towns, Oxford, Clarendon Press, (...)
  • 8 – CLARK (P.) et SLACK (P.), English towns in transition 1500-1700, Londres et Oxford, Oxford Univ. (...)
  • 9 – CORFIELD (P.J.), The impact of English towns 1700-1800, Oxford, Oxford Univ. Press, 1982.
  • 10 – WALLER (P.-J.) Town, city and nation : England 1850-1914, Oxford, Oxford Univ. Press, 1983, 2e éd
  • 11 – PATTEN (J.), English towns 1500-1700, Folkestone, Dawson, 1978.
  • 12 – En particulier dans le chapitre 6 : « Towns in the national urban System : East Anglia », pp. 244 (...)
  • 13 – BRIGGS (A.), Victorian Cities, Coll. Pelican Books, 1ère éd. 1963.
  • 14 – Sont déjà parus, tous trois en 1990 :
     – BARRY (J.), The Tudor and Stuart Town 1530-1688 ;
     – BORSA (...)
  • 15 – Voir :
     – CLARK (P.) et SLACK (P.), Crisis and order in English towns 1500-1700, Londres, Routledg (...)

4Pour en revenir aux caractéristiques principales de celle-ci, la première, me semble-t-il, est que, malgré l’existence de quelques excellents livres, les synthèses sont rares, aussi bien au niveau des villes qu’au niveau national. Pour celui-ci, on ne peut donc citer que quelques livres en relevant ceux de C. Platt6, S. Reynolds7, P. Clark et P. Slack8, P.J. Corfield9 et P.J. Waller10. Pour l’époque moderne, l’ouvrage de J. Patten11 s’en rapproche, mais il a encore tendance à se fonder sur des exemples précis12 qui sont certes d’excellentes illustrations mais qui n’en fournissent pas pour autant une réelle vision d’ensemble. Le meilleur exemple à cet égard est sans doute l’ouvrage très connu d’Asa Briggs : Victorian Cities, qui est essentiellement l’étude des villes anglaises les plus importantes, sous forme de chapitres monographiques13. On pouvait fonder de grands espoirs dans la nouvelle collection Readers in Urban History, publiée chez Longman sous la direction de P. Clark et D. Reeder, au titre du Centre for Urban History de l’Université de Leicester. En fait, les ouvrages publiés sont des recueils d’articles que la présence d’une substantielle introduction ne transforme pas en synthèse14. Ils se situent d’ailleurs dans une suite de recueils excellents à propos desquels on retrouve l’action tenace et systématique de Peter Clark et de son Centre d’Histoire Urbaine15.

5 C’est donc vers les principaux thèmes de recherches et de publications, et vers les principales directions abordées, qu’il convient de se tourner, sans prétendre pour autant à l’exhaustivité.

6Il me semble qu’en premier lieu il faut privilégier deux grands thèmes qui se retrouvent tout au long de l’histoire urbaine anglaise :

  • Londres, son rôle et sa place ;
  • Les petites villes et plus spécialement les villes-marchés ou market-towns.
  • 16 – Voir les Actes du Colloque tenu en 1994 à Paris, en collaboration, par l’Institut Britannique de (...)
  • 17 – Voir MARSDEN (P.), Roman London, Londres, Thames and Hudson, 1ère éd. 1980, et surtout CARVER (M. (...)
  • 18 – On n’aura garde cependant d’oublier l’existence de très nombreux livres consacrés aux principaux (...)
  • 19 – Voir CHARTRES (J.A.), Internal trade in England 1500-1700, Londres, Mac Millan, 1977. Voir égalem (...)
  • 20 – WRIGLEY (E.A.), « A simple model of London Importance in Changing English Society and Economy 165 (...)
  • 21 – On peut certes citer une intéressante analyse de M. J. KITCH, mais, étant donné qu’elle est limit (...)
  • 22 – Voir la remarquable étude de R. FINLAY, Population and Metropolis : the demography of London 1580 (...)
  • 23 – Voir son grand ouvrage The impact of plague in Tudor and Stuart England, Londres, Routledge et Ke (...)
  • 24 – SLACK (P.) « Metropolitan government in crisis : the response to plague », in BEIER (A.L.) et FIN (...)

7Le rôle fondamental de Londres pour toute la vie de l’Angleterre apparaît en effet beaucoup plus fondamental que celui de Paris, lequel est nettement plus tardif et n’a jamais eu une telle force. Certes, cela amène souvent à méconnaître une influence économique et commerciale de la capitale française tout à fait comparable à celle de Londres, notamment sur les régions qui l’entourent, sur la Normandie, sur le Limousin pour l’élevage, sur la Bourgogne et le Beaujolais pour les vins...16. Mais, par rapport à l’espace français, beaucoup plus vaste, Paris ne pouvait avoir la même influence que Londres. Et la même conclusion apparaît lorsque l’on considère ce que représente leur population totale par rapport à celle des deux royaumes respectifs. Donc, pour en revenir à Londres, même si son emprise connaît une apogée entre le premier tiers du XVIe siècle et la fin du XVIIIe siècle, elle est nettement au-dessus des autres villes dès le milieu du Moyen Âge. Dès lors le réseau urbain anglais se définit comme disposant d’une ville primatiale, à la nette supériorité, et comme étant par ailleurs un réseau d’une taille sous-dimensionnée à l’échelle européenne. Malgré de récents progrès en archéologie17 ou en histoire de l’art, l’évolution en profondeur du paysage londonien anglais reste à approfondir, notamment aux XVIe-XIXe siècles18 ; l’accent a été essentiellement mis sur les fonctions et sur le rôle de la capitale anglaise, peut-être par suite de la considérable influence des travaux de F.J. Fisher. F.J. Fisher avait notamment attiré l’attention sur le rôle de Londres comme marché de consommation. Or il apparaît aujourd’hui que cela l’a amenée à jouer un rôle fondamental pour toute l’économie anglaise qui en tira l’essentiel de son dynamisme et y trouva l’unification progressive du marché national anglais19. Ce secteur mis à part, l’histoire de Londres continue à être faite de vides et de pleins et nous sommes loin d’avoir l’équivalent de la Nouvelle Histoire de Paris, ce qui veut dire que nous retrouvons à ce niveau le manque de synthèses. C’est ainsi, qu’après un article lui aussi fondamental d’E.A. Wrigley sur l’immigration à Londres et son importance20, le sujet n’a été que peu approfondi. Nous connaissons donc mal et très imparfaitement les mécanismes et les systèmes migratoires de la capitale britannique, notamment entre 1750 et 1920, mais il y a eu récemment de nets progrès pour le XVIe et la première moitié du XVIIe siècle21. En particulier, Roger Finlay nous a expliqué comment Londres était passé du niveau qui était le sien au début du XVIe siècle, celui « d’un centre relativement petit et peu important à l’échelle européenne à la plus grande ville du continent vers 1700 ». Bien qu’interrompue à plusieurs reprises par les crises, cette croissance a donc été très forte. Elle correspond en permanence au contexte d’une démographie urbaine très déficitaire que fait plus que compenser un intense mouvement migratoire, ce que montre le dépouillement des registres paroissiaux ou de ceux d’apprentissage22. Pendant longtemps la peste a joué un rôle essentiel dans l’importance de ces déficits démographiques. Elle a beaucoup attiré Paul Slack, dont les études méritent d’être connues pour leur grande valeur23. Il a à la fois souligné l’incidence démographique de la peste et mis en lumière la véritable crise municipale qu’elle a suscitée, crise due largement aux critiques et injonctions du gouvernement qui estimait que les dirigeants de la Cité réagissaient toujours insuffisamment et trop tard24.

  • 25 – Voir les travaux de A. L. BEIER en partant de l’article commode qu’il a écrit en 1978 : « Social (...)
  • 26 – Voir POUSSOU (J.-P.), La croissance des villes au XIXe siècle, Paris, C.D.U., 1992, 2e éd., p. 33 (...)

8En fait, malgré l’honneur suprême que cela représentait, il était bien difficile de gouverner la capitale de l’Angleterre, d’autant plus qu’en comparaison de Paris les rapports avec le pouvoir central étaient fort compliqués. À la peste et aux autres épidémies s’ajoutaient tout d’abord les grands problèmes sociaux que connaissait l’Angleterre élisabéthaine ou stuart ; à Londres, ils étaient plus considérables qu’ailleurs : les sources criminelles suggèrent une arrivée massive de vagabonds entre 1560 et 1625 dans la capitale ; essentiellement jeunes et de sexe masculin, ils étaient fort difficiles à assimiler25. Or le flot ne s’arrêta jamais et il s’y ajouta à partir du XVIIe siècle, avec un net accroissement au cours du XVIIIe, de nombreux Irlandais, ce qui créa pour des siècles des bas-fonds considérables, qui à la fois fascinaient les contemporains et ne cessaient de les effrayer. Les marginaux londoniens furent toujours extrêmement nombreux, les pauvres également et, à cet égard, le XIXe siècle s’inscrit totalement dans une continuité. À l’opposé de ce que l’on croit souvent, tout comme pour le déficit démographique, il amène au contraire, finalement, une nette amélioration26.

  • 27 – Partir de STONE (L.), « The residential development of the West End of London in the Seventeenth (...)
  • 28 – PEARL (V.), London and the outbreak of the Puritan Revolution, Londres, Oxford Univ. Press, 1961.
  • 29 – Voir notamment Dame Lucy SUTHERLAND, « The City of London in Eighteenth Century Politics », in PA (...)
  • 30 – Voir HOLMES (G.), « The Sacheverell Riots », Past and Present, vol. 72, août 1976, pp. 55- 85 ; e (...)
  • 31 – RUDÉ (G.), Wilkes and Liberty. A social study of 1763 to 1774, Oxford, Oxford Univ. Press, 1962.
  • 32 – RUDÉ (G.), Hanoverian London 1714-1808, London, 1971. Pour la deuxième moitié du XIXe siècle, fon (...)

9Or le gouvernement de la City ne représentait plus, à partir du milieu du XVIIe siècle, qu’une part de plus en plus réduite de l’espace londonien, parce que ne cessaient de s’étendre à la fois l’East End, à la population laborieuse et souvent misérable, et le West End, progression grâce à laquelle s’urbanisait l’espace entre Westminster et la City. C’est un domaine que nous connaissons bien aujourd’hui pour le West End27, nettement moins bien pour l’East End, pour lequel il est vrai l’analyse s’avère beaucoup plus difficile. Comme dans les autres villes, il s’agit avant tout d’un gouvernement oligarchique, s’appuyant sur les corporations. Son efficacité paraît douteuse lors des grands événements comme les épidémies ou les incendies. Son rôle politique n’en est pas moins grand. À cet égard, l’essentiel se passe au moment de la Révolution et de la Guerre Civile ; or nous disposons pour ces époques d’un remarquable livre de Valérie Pearl28. Du point de vue des institutions et de leur fonctionnement, il reste encore beaucoup à faire. Ce sont essentiellement les agitations et troubles politiques qui ont retenu l’attention, qu’il s’agisse des luttes et affrontements de partis29 ou des grands événements que furent les affaires Sacheverell30, Wilkes31 ou Gordon, même si l’on dispose également d’un excellent livre pour la deuxième moitié du XIXe siècle32. Comme le montrent toutes les études, en particulier celles de V. Pearl et de G.S. de Krey, le corps politique londonien apparaît à plusieurs reprises très divisé, ce qui amène de Krey, lorsqu’il montre la turbulence exceptionnelle de ce même corps politique entre 1688 et 1714, à employer l’expression : « a fractured society ». L’explication fondamentale, pour cette époque comme pour d’autres, est tout d’abord qu’il y a bien une vie politique et qu’elle est d’autant plus intense que l’oligarchie municipale en place (ce qui vaut pour les autres villes) n’est pas toujours capable de maintenir aisément son pouvoir. À ce moment là le jeu des factions – car il en existe toujours – tourne à la turbulence politique. Or celle-ci peut également provenir de la nature et de la qualité des rapports avec le gouvernement. Les luttes furent particulièrement ardentes entre 1688 et 1714 et dans les années 1760- 1780, parce que de grandes options politiques nationales venaient croiser et renforcer le « factionalism » londonien.

  • 33 – Par exemple MATHIAS (P.), The fîrst industrial nation : an economic history of Britain 1700-1914, (...)
  • 34 – CORFIELD (P.J.), The impact of English towns..., op. cit.
  • 35 – THIRSK (J.), Economic policy and projects..., op. cit. ; Mc KENDRICK (N.), BREWER (J.) et PLUMB ( (...)
  • 36 – On pense bien sûr aux œuvres de Dickens ou de Jack London. Pour les enquêtes contemporaines, voir (...)
  • 37 – La plus suggestive est sans doute celle de G. RUDÉ, Criminal and Victim : crime and society in ea (...)
  • 38 – À l’ouvrage déjà cité d’A. S. WOHL, The Eternal Slum.... on ajoutera du même auteur : Endangered (...)
  • 39 – Les deux ouvrages fondamentaux sont ceux de J. BURNETT, A social history of housing 1815-1870, ne (...)
  • 40 – On privilégiera à cet égard DYOS (H.J.) et WOLFF (M.), The Victorian Cities : images and realitie (...)

10Finalement, même si dans le détail il reste là aussi beaucoup à faire, c’est l’économie londonienne et son évolution que nous connaissons le mieux. On ne reviendra pas sur les travaux déjà cités de F.J. Fisher et de ses disciples. On remarquera seulement qu’après 1750 les travaux spécifiquement consacrés à l’économie de Londres, à ses structures, à son fonctionnement sont rares : les progrès de nos connaissances viennent en fait essentiellement d’études d’ensemble ou de recherches à caractère monographique33. On peut cependant partir, pour le XVIIIe siècle, des excellentes mises au point de Penelope Corfield dans l’ouvrage qu’elle a consacré aux villes anglaises34. Par ailleurs on ne saurait oublier la très grande avancée que constitue la mise en valeur du rôle de la consommation londonienne et du développement précoce en Angleterre, grâce à la capitale, d’une économie de consommation35. Pour le XIXe siècle, nous n’avons rien d’équivalent aux analyses fulgurantes de F.J. Fisher, et ce sont de loin les études sociales qui dominent la production historiographique, nourries il est vrai d’excellentes enquêtes contemporaines et du développement d’une importante littérature directement utilisable36. Ces préoccupations ont amené les historiens anglais à s’intéresser beaucoup à la criminalité urbaine, ce qui nous a valu, pour des périodes différentes, des études d’un grand intérêt37. D’une manière plus générale, l’étude du logement, de la santé publique, des mauvaises conditions de vie ont été un thème particulièrement cher aux historiens anglais. On ne saurait s’en étonner quand on sait à quel point les conditions de vie et d’habitat à Londres, dans les autres grandes villes et dans les cités industrielles anglaises ont retenu l’attention au XIXe siècle. Il en est résulté que nous disposons aujourd’hui d’un ensemble d’ouvrages tout à fait remarquables, qu’il s’agisse des conditions de vie38 ou du logement39. Mais en réalité il s’agit là de thèmes qui concernent toute l’Angleterre et non pas la seule capitale. Il est donc difficile de séparer son histoire sociale de celle du pays ou des autres villes, et c’est pourquoi il faut toujours partir d’ouvrages généraux40.

  • 41 – YOUNG (K.) et GARSIDE (P. L.), Metropolitan London : politics and urban change 1837-1981, Londres (...)

11La vie londonienne ne manquait pas cependant de particularités, et d’ailleurs souvent les réalités londoniennes ont été à l’origine de changements plus globaux. Le rapport entre Londres et l’évolution de la politique intérieure, notamment de la politique sociale, est donc resté fort au XIXe siècle. Les liens entre la politique et les changements urbains ont été particulièrement bien mis en valeur récemment41. Mais il reste difficile de suivre d’une manière continue l’histoire de la capitale anglaise, à la différence de ce qui existe en France pour Paris ou pour Bordeaux. On peut en dire autant du paysage urbain et de la vie artistique : les excellentes monographies sont nombreuses, les synthèses fort rares.

  • 42 – Voir CLARK (P.), « Les petites villes en Grande-Bretagne 1600-1850 : problèmes de définition et g (...)
  • 43 – BERESFORD (M.), New towns of the Middle Ages, 1967.
  • 44 – BRITNELL (R.H.), « English markets and royal administration before 1200 », The Economie History R (...)
  • 45 – Voir ci-après la contribution de F.-J. RUGGIU et ses autres travaux.
  • 46 – EVERITT (A.), « The market-towns », in THIRSK (J.) éd., The Agrarian History of England and Wales(...)
  • 47 – Voir BORSAY (P.), The English Urban Renaissance : Culture and Society in the Provincial Towns 166 (...)
  • 48 – WALTON (J.-K.) The English seaside resort : a social history 1750-1914, Leicester et New York, Le (...)

12 D’où l’importance, par comparaison, de la démarche entreprise par Peter Clark pour son enquête sur les petites villes42. On sait que celles-ci ont été en quelque sorte découvertes au cours des trente dernières années, notamment grâce aux travaux de M. Beresford et de A. Everitt. Ceux du premier étaient bien connus des médiévistes et nous lui devons un ouvrage de synthèse particulièrement précieux qui reste notre guide43. Du point de vue méthodologique, ces travaux sont très remarquables : ils permettent de comprendre comment sont nées et ont fonctionné au milieu du Moyen Âge la plupart des villes anglaises. Le lien avec la fonction du marché est évident et il a été à nouveau vigoureusement souligné, notamment par R.H. Britnell44. Mais, pendant longtemps, on n’avait pas suffisamment vu comment le système urbain fonctionnait. Ce qui a été vigoureusement souligné c’est qu’en fait, jusqu’à la fin du XVIIIesiècle, il repose sur la ville capitale, Londres, sur quelques places provinciales importantes mais de taille médiocre – les county towns45 – et sur plusieurs centaines – 810 en 1700 – de petites villes : les market-towns. Leur redécouverte est due à Alan Everitt, qui a même fait de Banbury l’archétype de ces petites villes46. Depuis, donc, les études et analyses se sont multipliées et l’on attend, à l’issue de l’enquête de Peter Clark, le livre d’ensemble sur les petites villes anglaises du XVIIe au XIXe siècle. C’est sans aucun doute un domaine où l’historiographie anglaise a été particulièrement riche et novatrice, tout comme elle l’a été, à la suite de Peter Borsay, en mettant l’accent sur la vie sociale des villes provinciales et sur leur rôle dans le développement des loisirs47. Parmi ces derniers, les activités balnéaires ont eu un rôle de plus en plus grand. On peut aujourd’hui en avoir une excellente vue d’ensemble grâce à J.K. Walton48.

  • 49 – Voir également RUGGIU (F.-J.), ci-après.
  • 50 – PYTHIAN-ADAMS (C.), Desolation of a city : Coventry and the Urban Crisis of the later Middle Ages(...)
  • 51 – Voir DYER (A.D.), The City of Worcester in the Sixteenth Century, Leicester, Leicester Univ. Pres (...)
  • 52 – Tout volume de la Victoria County History constitue une lecture indispensable. Parmi les derniers (...)
  • 53 – Voir Mc CAFFREY (W.T.), Exeter 1540-1640 : the growth of an English County Town, Cambridge (Mass. (...)
  • 54 – Encore que plusieurs de ces ouvrages soient d’une très bonne qualité et d’un niveau tout à fait é (...)
  • 55 – Voir par exemple Buildings of Liverpool, Liverpool, Liverpool Heritage Bureau, 1978. Pour cette m (...)
  • 56 – Tel est le cas – et c’est l’intérêt qu’ils présentent – des ouvrages de Chandler sur Liverpool ci (...)

13On en arrive ainsi à la troisième grande caractéristique de l’histoire urbaine anglaise, déjà apparue avec Londres : l’importance de l’approche sociale49. On y ajoutera la multiplication depuis une trentaine d’années d’excellentes monographies dans lesquelles justement l’histoire sociale tient toujours une grande place. Une partie de ces monographies ont été centrées autour de la crise urbaine de la fin du Moyen Âge. Le livre à cet égard le plus célèbre est celui qu’a consacré à Coventry C. Pythian-Adams50, célèbre à la fois par sa qualité et par les polémiques scientifiques qu’il suscita51. Pour d’autres époques également, l’évolution particulière de chaque ville, les crises qu’elles ont subies, ont attiré l’attention. Aujourd’hui, en tout cas, il est, en dehors même des monographies de la Victoria County History (parfois décevantes car leur conception et leur architecture ne permettent guère d’aller aussi loin qu’on le souhaiterait souvent52), plusieurs villes pour lesquelles il existe soit un ouvrage très remarquable, soit plusieurs études grâce auxquelles nous les connaissons en profondeur sur plusieurs siècles. L’une des plus favorisées est sans aucun doute Exeter53, mais, même si les ouvrages concernant l’une ou l’autre ville sont de valeur inégale, on a les mêmes possibilités pour d’autres cités, comme Lincoln ou Leicester. En réalité, aujourd’hui, l’activité des sociétés locales et des membres des départements d’histoire des différentes universités amène à cet heureux résultat que l’on dispose un peu partout d’excellentes descriptions des villes et de leur évolution pour une ou plusieurs époques, voire pour l’ensemble de leur histoire, mais on n’a pas réellement l’équivalent des collections françaises d’histoires des villes, notamment la collection Privat, soit des synthèses de bon niveau concernant toute l’histoire d’une ville54. À l’opposé se sont multipliées depuis une vingtaine d’années des présentations monographiques, le plus souvent limitées à une période, et des ouvrages très convenablement illustrés permettant de mieux connaître ces villes. Au sujet de ces illustrations, il convient de mettre en valeur (mais la même chose existe en France) les nombreux recueils de gravures, photographies et cartes postales dont l’utilisation est indispensable pour l’étude du paysage urbain. Certaines vont jusqu’à fournir de véritables études descriptives du patrimoine urbain, avec énormément de dessins55. Tout un matériau est ainsi en train de s’accumuler à partir duquel il est clair qu’une ou des histoires urbaines en profondeur, telles qu’on les conçoit aujourd’hui, pourront être réalisées, même si jusqu’à présent ces ouvrages, à l’instar de la Victoria County History, restent très descriptifs, d’une écriture et d’une lecture très traditionnelles, ce qui ne les empêche nullement d’être utiles. Ils le sont encore davantage lorsqu’ils comportent des publications de documents56. Or, à cet égard, on ne saurait surestimer l’importance considérable des publications de documents. Nos amis britanniques continuent à en publier énormément et, bien entendu, beaucoup concernent les villes. Il convient donc de ne pas oublier la richesse documentaire des sources imprimées, que celles-ci soient constituées par des ouvrages ou par des revues.

  • 57 – FRASER (D.), Municipal Reform and the Industrial City, Leicester, Leicester Univ. Press, 1982. Ce (...)
  • 58 – ROSE (M.), The poor and the city. The English Poor law in its urban context 1834-1914, Leicester, (...)
  • 59 – SUTCLIFFE (A.), British town planning : the formative years, Leicester, Leicester Univ. Press, 19 (...)
  • 60 – THOMPSON (F.M.L.), The rise of Suburbia, Leicester, Leicester Univ. Press, 1982 ; id., Hampstead  (...)
  • 61 – On citera à cet égard aussi bien des livres généraux que des études particulières. Parmi les prem (...)
  • 62 – Essentiel est CANNADINE (D.), Lords and Landlords : the Aristocracy and the Towns 1774-1967, Camb (...)
  • 63 – Voir les très remarquables publications que sont les ouvrages suivants : KELLETT (J.R.), Railways (...)
  • 64 – Voir WALVIN (J.), English urban life 1776-1851, Londres, Hutchinson, 1984 ; WALTON (J.K.) et WALV (...)

14Par ailleurs, à la suite de ce qu’avait initié Jim Dyos, des recueils systématiques ont été mis en chantier et publiés ; ils concernent des thèmes majeurs de l’histoire urbaine : politique urbaine57, politique sociale58, développement de l’urbanisme et de la planification urbaine... Ces deux derniers thèmes ont beaucoup attiré l’attention grâce à Anthony Sutcliffe ; nous possédons ainsi à cet égard une très importante documentation59, à laquelle il faut ajouter l’intérêt porté aux suburbs60. Nous sommes avec ces études déjà en fait également dans de l’histoire sociale et nous retrouvons aussitôt celle-ci dès qu’il s’agit du XIXe siècle anglais. Plusieurs ouvrages très remarquables lui ont été consacrés qui à la fois ont approfondi nos connaissances des milieux ouvriers et populaires61 et ont considérablement élargi le champ social62. Par ailleurs, les études de nature économique ne doivent pas être oubliées ; dans ce domaine, il faut à l’évidence privilégier le développement des transports et de leurs conséquences63. L’ensemble est considérable, même s’il porte surtout sur le XIXe siècle. On y ajoutera quelques bons ouvrages à portée générale64.

15Enfin, en Angleterre comme dans les autres pays, les thèses se multiplient ; la diversité des lieux de soutenance rendrait leur approche extrêmement difficile si justement le Centre d’Histoire Urbaine ne permettait leur centralisation à la Bibliothèque de l’Université de Leicester. Il est d’autant plus facile d’en connaître l’existence – avec un inévitable décalage – que chaque livraison d’Urban History Yearbook comporte une revue des thèses récentes en histoire urbaine, comme cela a déjà été souligné. L’emprise de la revue s’étend en réalité à l’ensemble de l’histoire urbaine des îles Britanniques, même si, pour l’Irlande, il semble y avoir quelques lacunes.

16C’est d’autant plus nécessaire qu’en Écosse et en Irlande l’évolution est la même, avec toutefois un décalage : dans l’un comme dans l’autre pays, la nouvelle histoire urbaine s’est développée beaucoup plus tard. On n’a donc pas encore, pour l’une comme pour l’autre, des ouvrages de la qualité de ceux d’Everitt, Clark, Chalklin..., les monographies étant au contraire très proches.

  • 65 – SMOUT (T.C.), A History of the Scottish People 1560-1830, 1ère éd., Glasgow, Collins, 1969. Depui (...)
  • 66 – ADAMS (I.H.), The making of urban Scotland, Londres, Croom Helm, 1978.
  • 67 – BROWN (J.M.) éd., Scottish Society in the Fifteenth Century, Londres, Edward Arnold, 1977.
  • 68 – DEVINE (T.M.) et MITCHINSON (R.), People and Society in Scotland, vol. 1, 1760-1830, Edimbourg, J (...)
  • 69 – HOUSTON (R.A.) et WHYTE (I.D.), Scottish Society 1500-1800, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 198 (...)
  • 70 – Est particulièrement indispensable l’ouvrage de J. WORMALD, Court, Kirk and Community : Scotland  (...)
  • 71 – LYNCH (M.), SPEARMAN (M.) et STELL (G.), The Scottish medieval town, Edimbourg, John Donald, 1988

17Cela ne signifie pas qu’il y ait un manque d’intérêt : le goût pour l’histoire des villes, le rôle des sociétés locales ont toujours soutenu une production à laquelle il faut encore prêter attention, ne serait-ce que parce que nous lui devons ici également la publication de nombreuses sources. Pour parler tout d’abord de l’Écosse, constatons que l’ouvrage de synthèse de T.C. Smout sur l’histoire du peuple écossais de 1500 à 1830 contient d’excellents développements d’histoire urbaine65. Mais la conception des ouvrages laisse beaucoup à désirer, y compris lorsque l’on a affaire à un ouvrage de synthèse comme celui de Adams : The making of urban Scotland66. Il est indispensable par sa très belle bibliographie, par la documentation qu’il contient et par la vue d’ensemble qu’il propose ; mais ce très beau travail de géographie historique reste très descriptif et, si l’on veut pénétrer en profondeur l’histoire urbaine écossaise, c’est vers des livres beaucoup plus généraux qu’il faut se tourner. Par bonheur, la belle éclosion actuelle de l’histoire écossaise nous les fournit, de la fin du Moyen Âge67 à notre époque68, en passant par le début des Temps Modernes69. On trouve également de bonnes analyses dans The New History of Scotland, publiée dans une série de poche au format commode, même si les chapitres consacrés aux villes sont souvent brefs70. Tout à fait remarquable, malgré la présence d’un grand nombre de collaborateurs, est l’ouvrage récent consacré aux villes médiévales écossaises71. Une grande partie des renseignements que l’on peut chercher s’y trouvent, même si l’on aurait souhaité davantage de renseignements sur Edimbourg, sur les petites villes et sur les bourgs ; mais c’est le propre des ouvrages collectifs, constitués de contributions précises, de ne pas faire forcément un tour complet de la question abordée.

  • 72 – YOUNGSON (A.J.), The making of classical Edinburgh 1750-1840, lère éd., Edimbourg, Edinburgh Univ (...)
  • 73 – Malgré une récente discussion sur les taux d’alphabétisation écossais et leur interprétation, on (...)
  • 74 – GIBB (A.), Glasgow : the making of a city, Londres, Croom Helm, 1983.
  • 75 – WORSDALL (F.), The Glasgow Tenement : a way of life, Edimbourg, Chambers, 1979. Par ailleurs, on (...)
  • 76 – Pour Aberdeen, on peut se faire une bonne idée de l’architecture grâce à BROGDEN (W.A.), Aberdeen (...)
  • 77 – On le regrette d’autant plus que le petit guide illustré de F. WORSDALL, Victorian City, Glasgow, (...)

18Parmi les livres que l’on peut signaler, il y a le très remarquable ouvrage de A.J. Youngson, The making of Classical Edinburgh 1750- 184072, tout à fait indispensable pour comprendre l’une des plus étonnantes transformations urbaines de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle, qui a fait d’une ville presque médiévale encore, grâce à la construction de la « Nouvelle ville » (New Town), une cité étonnante, sans laquelle on ne comprend pas réellement l’évolution urbanistique et architecturale de l’Europe au XVIIIe siècle. Il est vrai que du point de vue de l’éducation et de l’enseignement supérieur, l’Écosse, avec Edimbourg et Glasgow, occupe alors une place tout à fait considérable73. Pour le reste, on notera l’existence d’un livre intéressant mais un peu court sur Glasgow74. Celle-ci est une ville essentielle pour le XIXe siècle européen, avec un développement de l’habitat en appartements qui est normal en Écosse et fort rare en Angleterre ; c’est justement une question que nous connaissons bien75. On aimerait cependant mieux connaître le paysage urbain et l’urbanisme de ces villes écossaises du XVIIIe (sauf l’Edimbourg néo-classique) et plus encore du XIXe siècle. Les mises au point font défaut. Celles concernant Aberdeen, Dundee ou Perth sont à venir76. Pour Glasgow, on souhaiterait une étude d’ensemble de cet aspect capital de l’histoire urbaine77. On n’oubliera pas enfin de dépouiller systématiquement The Scottish Historical Review où sont fréquents les articles intéressant l’histoire urbaine et où surtout on trouve la recension systématique des ouvrages concernant l’histoire écossaise, y compris bien sûr l’histoire urbaine.

  • 78 – CRAIG (M.), Dublin 1660-1860, 1ère éd., Dublin, Allen Figgis, 1952 ; nlle éd., 1980.
  • 79 – BUTLIN (R.A.) éd., The development of Irish Town, Londres, Croom Helm, 1977.
  • 80 – Il s’agit du volume XIII des Historical Studies. Il a été édité par D. HARKNESS et M. O’DOWD et p (...)
  • 81 – COSGROVE (A.) éd., Dublin through the Ages, Dublin, College Press, 1988. On retiendra en particul (...)
  • 82 – Il s’agit de la très remarquable étude de M. E. DALY, Dublin, the deposed capital : a social and (...)
  • 83 – Mc CULLOUGH (N.), Dublin, an urban history, Arme Street Press, 1989.
  • 84 – CRAIG (M.), The architecture of Ireland from the earliest times to 1880, Londres et Dublin, Batsf (...)

19L’état de l’histoire urbaine irlandaise a été pendant longtemps fort peu satisfaisant. C’est ainsi que celui qui s’intéressait à Dublin ne disposait pendant longtemps que d’un ouvrage à l’écriture tout à fait traditionnelle et au contenu insuffisant pour nous de Maurice Craig78. Les choses ont beaucoup changé en quelques années. Même s’ils restent incomplets, on peut citer aujourd’hui deux ouvrages d’ensemble, qui donnent un cadre général tout à fait utile : The development of Irish Town79 et The Town in Ireland80. Par ailleurs, Dublin est aujourd’hui bien connue grâce à la parution de plusieurs ouvrages qui concernent aussi bien son évolution générale81 que son histoire économique et sociale82. Du point de vue du paysage urbain et de l’architecture, on soulignera l’intérêt du livre de N. Mc Cullough : Dublin, an urban history83, qui est une sorte de précis, illustré de manière presque exhaustive, même si l’on peut regretter qu’il s’agisse d’une documentation en noir et blanc alors que le Dublin « Géorgien » vaut largement par ses couleurs. On peut aisément replacer l’architecture dublinoise dans son cadre d’ensemble grâce à l’ouvrage général consacré par Maurice Craig à l’architecture irlandaise84.

  • 85 – BECKETT (J.C.) et al., Belfast : the making of the city, Belfast, Appletree Press, 1983. Un peu r (...)
  • 86 – CANAVAN (T.), Frontier town : an illustrated history of Newry, Belfast, the Blackstaff Press, 198 (...)
  • 87 – HILL (J.), The building of Limerick, Dublin, the Mercier Press, 1991, étude passionnante de l’arc (...)
  • 88 – Publiée par les éditions Clarendon Press d’Oxford depuis 10 ans, elle est prévue en dix volumes, (...)
  • 89 – Le plus important est à coup sûr celui édité par P. BUTEL et L. M. CULLEN, Cities and merchants : (...)

20D’une manière plus générale, les très bonnes monographies commencent à se multiplier. Parmi les plus intéressantes, on peut noter celles consacrées à Belfast85, Newry86 et Limerick87. Or elles peuvent désormais être croisées avec des études générales. Parmi celles-ci, vient bien entendu au premier rang The New History of Ireland, lancée et dirigée pendant longtemps par T.W. Moody88 ; dans chaque volume on trouve des développements synthétiques et importants sur les villes. C’est un ensemble tout à fait remarquable même si le grand nombre de chapitres et de collaborateurs entraîne des hétérogénéités et inégalités. On notera encore l’intérêt de la publication de colloques dont l’histoire urbaine ne représente qu’une part des contributions89. Enfin, fondamental est Clarke (H.) éd., Medieval Dublin : the making of a metropolis, Dublin, Irish Academic Press, 1990.

  • 90 – Voir BIELENBERG (A.), Cork’s industrial revolution 1780-1880 : development or decline ?, Cork, Co (...)
  • 91 – AALEN (F.H.A.) et WHELAN (K.), Dublin city and county : from Prehistory to Present, Dublin, Geogr (...)

21 Les études économiques des villes irlandaises à travers l’histoire commencent à se multiplier : Cork est particulièrement favorisée à cet égard90. Il faut enfin saluer l’apparition d’excellentes études de comtés dans lesquelles les villes tiennent une grande place. Elles souffrent certes d’un grand nombre de contributeurs, ce qui ne favorise pas l’unité des ouvrages. Mais leur intérêt est considérable. On utilisera notamment le volume consacré à Dublin et à son comté91.

22Au bout du compte, l’histoire urbaine des îles Britanniques apparaît aujourd’hui en plein dynamisme et en pleine vigueur. Elle est notamment incomparable en ce qui concerne l’étude des petites villes et l’histoire sociale urbaine du XIXe siècle ; le problème de la pauvreté et du sort des pauvres a été particulièrement analysé. Elle dispose grâce au Centre d’Histoire Urbaine de l’Université de Leicester d’un élément fédérateur tout à fait essentiel, dont le rayonnement est favorisé par l’existence des deux grandes revues déjà citées au début de ce texte, et dont l’ Urban History Yearbook est la plus remarquable par les services qu’elle rend.

  • 92 – Par exemple DENECKE (D.) et SHAW (G.), Urban Historical Geography : recent progress in Britain an (...)
  • 93 – CARTER (H.), An introduction to urban historical geography, Londres, Edward Arnold, 1983.
  • 94 – Par exemple LLOYD (D.W.), The making of English Towns : 2 000 years of evolution, Over Wallon (Ha (...)
  • 95 – Voir par exemple REED (M.), The landscape of Britain, Londres, Routledge, 1990 ; ASTON (M.) et BO (...)
  • 96 – Cf. par exemple l’ouvrage de I. H. ADAMS, The making of Urban Scotland, op. cit., p. 50.
  • 97 – Beaucoup plus que les Français, nos amis britanniques affectionnent la formule des recueils, sans (...)

23Pourtant, des faiblesses évidentes apparaissent. D’une part, cette histoire urbaine reste trop descriptive. Cela tient peut-être à la place éminente qu’occupe dans ces pays la géographie historique. Il faut s’en réjouir à bien des égards car nous lui devons d’excellents ouvrages92. On rangera parmi eux l’ouvrage de synthèse d’Harold Carter consacré à la géographie historique urbaine93. On n’oubliera pas l’intérêt documentaire que présentent des ouvrages de nature synthétique, bien illustrés, que l’on aurait tendance à négliger94. En outre, plusieurs ouvrages ont été consacrés au « paysage » en général, et au paysage urbain en particulier, ce terme de paysage pouvant englober aussi bien des études de nature géographique et économique, qu’une volonté d’analyse du patrimoine, de l’archéologie, de l’architecture et des structures de la ville ; leur facture souvent trop traditionnelle n’empêche pas leur intérêt95. Mais force est bien de reconnaître que les méthodes récentes de l’histoire urbaine n’ont souvent pas été intégrées96. Il y a à cet égard un évident décalage entre l’histoire urbaine française et l’histoire urbaine britannique. D’autre part, les études synthétiques sont peu nombreuses et, lorsqu’il y a un effort pour présenter l’évolution historique d’ensemble d’une ville, les ouvrages sont souvent la réunion de trop nombreuses contributions, ce qui nuit incontestablement à leur apport. En fait, il n’y a ni homogénéité ni principes unificateurs dans l’histoire urbaine britannique97.

  • 98 – Voir ci-après le texte de F.-J. RUGGIU.

24Bien entendu, cela ne l’empêche pas d’être d’une prodigieuse richesse, d’un très grand intérêt et de s’être montrée souvent très innovatrice98. On ne saurait trop insister sur ce point.

  • 99 – Le dépouillement a porté sur les années 1984 à 1991, à l’exception du numéro de 1988 qui a dispar (...)
  • 100 – L’administration des villes, qui se situe en deuxième position, ne représente que 9,5 % de ce tot (...)

25 Il reste, pour fixer les idées, à souligner, grâce à un rapide dépouillement pour une partie des années 1980 de The Urban History Yearbook99, qu’elle est dominée par l’histoire sociale (51,4 % des thèses soutenues), les autres thèmes venant très loin après100, et plus encore par le XIXe siècle : 75 % du total, l’époque médiévale n’en représentant que 7 %, le XVIIIe siècle : 15, le XVIIe : 5 et le XVIe siècle : 2. Il est intéressant de voir que l’université la mieux placée, avec 12 thèses, est Leicester, devant Londres : 11, Cambridge : 10, Oxford : 8 ; mais il se soutient une ou deux thèses durant les années analysées dans chacune des universités et, par ailleurs, 12 thèses proviennent d’universités américaines. Pour les ouvrages recensés, les données sont sensiblement équivalentes, ce qui n’a rien d’étonnant : sur 59, 21 s’occupent d’histoire sociale et 29 portent sur le XIXe siècle ; néanmoins, il n’y en a que 4 sur le XVIIIe siècle et 8 pour le Moyen Âge.

26Trois thèmes sont particulièrement représentés parmi les sujets traités : les villes médiévales (7 dont 2 sur Londres), l’administration des villes (9 thèses), les loisirs (7 thèses). Un réel intérêt est également porté aux techniques et à l’industrie (5 thèses), mais les petites villes ne sont représentées que par 2 recherches, tout comme l’histoire religieuse. L’histoire politique n’est guère mieux lotie. On notera cependant que plusieurs ouvrages étudient à la fois une cité et son arrière-pays, ou le rayonnement qu’elle a sur celui-ci (économique, démographique, culturel). Bien entendu, il ne s’agit ici encore que d’un trop rapide aperçu ; il me semble cependant qu’il apporte quelques indications et qu’il pourra aider les chercheurs français.

  • 101 – STAVE (B.M.), « A conversation with Anthony R. Sutcliffe : Urban History in Britain », Journal of (...)

27Par ailleurs, il me semble que, pour bien comprendre ce qu’a été le développement de l’histoire urbaine anglaise depuis un quart de siècle, il convient d’abord de rappeler à nouveau qu’elle a bénéficié de l’apport de remarquables historiens : Dyos, Chalklin, Everitt, Slack, Borsay, Clark, Briggs, Cannadine, Fraser, Sutcliffe..., soit un ensemble d’une exceptionnelle qualité. Il convient ensuite de laisser la parole à Anthony Sutcliffe, pour un texte déjà relativement ancien mais très éclairant : « Beaucoup de gens ont travaillé sur les villes mais ils ne se considéraient pas comme des historiens urbains... (Certains n’étaient que des historiens locaux)... (Par ailleurs) dans ce pays l’histoire urbaine a fait naître beaucoup d’intérêt et attiré de nombreux membres au Groupe d’Histoire Urbaine parce que l’histoire sociale avait été fort mal traitée. Jusqu’à quelques années seulement, l’Economic History Society fut le principal parapluie pour l’histoire sociale, mais dans son Colloque annuel il n’y avait jamais beaucoup de contributions en histoire sociale ; au contraire, lorsque Jim Dyos mit sur pied les réunions du Groupe d’Histoire urbaine qui se réunissait un jour ou deux avant l’Economic History Society, il fit une large place à l’histoire sociale.... Le Groupe compta donc, autour de 1970, 150 membres.... Mais, depuis, une Social History Society a été mise sur pied et 2 revues publiées : History Workshop et Social History... Une partie de l’histoire urbaine anglaise n’est que de l’histoire sociale »101.

Notes

1 – Il s’agit de Leicester University Press et de Studies in Urban History, collection publiée par l’éditeur Edward Arnold. On y ajoutera Themes in Urban History, collection publiée par l’Université de Leicester. Par nécessité, nous nous limiterons à ce qui concerne assez strictement l’histoire urbaine ; or il existe plusieurs grands ouvrages dont la lecture est indispensable, par exemple WRIGLEY (E.A.), People, cities and wealth : the transformation of traditional society, Londres, Basil Blackwell, 1987.

2 – L’éditeur est Sage éditions.

3 – Cette revue, éditée d’abord par l’Université de Leicester et maintenant par celle de Cambridge, paraît depuis 1992 à un rythme semestriel sous le titre Urban History.

4 – Voir STAVE (B.M.), « A conversation with H.J. Dyos : Urban History in Great Britain », Journal of Urban History, vol. 5, n° 4, août 1979, pp. 469-500. On a une bonne idée de l’œuvre et de l’action de Dyos grâce à D. CANNADINE et D. REEDER éd., Exploring the urban past : essays in urban history by H.J. Dyos, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 1982.

5 – Voir REEDER (D.), « H.J. Dyos : an appreciation », Urban History Yearbook, 1979, pp. 4-10. Jim Dyos est mort en août 1978.

6 – PLATT (C.), The English medieval towns, Londres, Secker et Warburg, 1976.

7 – REYNOLDS (S.), An introduction to the history of English medieval towns, Oxford, Clarendon Press, 1977.

8 – CLARK (P.) et SLACK (P.), English towns in transition 1500-1700, Londres et Oxford, Oxford Univ. Press, 1976. Excellent. Il reste fondamental bien que paru il y a vingt ans.

9 – CORFIELD (P.J.), The impact of English towns 1700-1800, Oxford, Oxford Univ. Press, 1982.

10 – WALLER (P.-J.) Town, city and nation : England 1850-1914, Oxford, Oxford Univ. Press, 1983, 2e éd.

11 – PATTEN (J.), English towns 1500-1700, Folkestone, Dawson, 1978.

12 – En particulier dans le chapitre 6 : « Towns in the national urban System : East Anglia », pp. 244-296.

13 – BRIGGS (A.), Victorian Cities, Coll. Pelican Books, 1ère éd. 1963.

14 – Sont déjà parus, tous trois en 1990 :
 – BARRY (J.), The Tudor and Stuart Town 1530-1688 ;
 – BORSAY (P.), The Eighteenth Century Town 1688-1820 ;
 – HOLT (R.) et ROSSER (G.), The medieval town 1200-1540.

15 – Voir :
 – CLARK (P.) et SLACK (P.), Crisis and order in English towns 1500-1700, Londres, Routledge et Kegan Paul, 1972 ;
 – Id., English towns in transition 1500-1700, Oxford, Oxford Univ. Press, 1976 ;
 – CLARK (P.), The early modern towns, Londres, The Open University et Longman, 1976.
 – ABRAMS (P.) et WRIGLEY (E.A.), Towns in Societies : Essays in Economic History and Historical Sociology, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 1978.

16 – Voir les Actes du Colloque tenu en 1994 à Paris, en collaboration, par l’Institut Britannique de Paris, l’Université de Londres, l’ÉcoIe des Sciences Politiques de Paris et l’Université de Paris-Sorbonne. Par ailleurs, pour l’influence économique de Paris à la fin du XVIIIe siècle, voir la carte que j’ai publiée dans J. R. PITTE éd., Paris : histoire d’une ville, coll. Les Atlas Hachette, Paris, Hachette, 1993, pp. 90-91.

17 – Voir MARSDEN (P.), Roman London, Londres, Thames and Hudson, 1ère éd. 1980, et surtout CARVER (M.), Undemeath English Towns : interpreting urban archeology, Londres, Fitzhouse Books, 1987.

18 – On n’aura garde cependant d’oublier l’existence de très nombreux livres consacrés aux principaux architectes du Londres des XVIIIe-XIXe siècles. Par ailleurs, on dispose dans deux secteurs au moins de bonnes synthèses, même si la première n’est guère approfondie : OLSEN (D.J.), Town planning in London : the Eighteenth and Nineteenth Centuries, New Haven et Londres, Yale Univ. Press, nouvelle éd. 1982 ; MUTHESIUS (S.), The English Terraced House, New Haven et Londres, Yale Univ. Press, 1982 (cet ouvrage, fondamental pour l’étude de l’habitat des classes moyennes et même populaires dans l’Angleterre urbaine du XIXe siècle, concerne d’abord Londres).

19 – Voir CHARTRES (J.A.), Internal trade in England 1500-1700, Londres, Mac Millan, 1977. Voir également les livres très suggestifs de J. THIRSK, Economic policy and projects : the development of a consumer society in Early Modern England, Oxford, Clarendon Press, 1978, et de N. Mc KENDRICK, J. BREWER et J. H. PLUMB, The birth of a consumer society : the commercialization of Eighteenth-Century England, Londres, Europa, 1982.

20 – WRIGLEY (E.A.), « A simple model of London Importance in Changing English Society and Economy 1650-1750 », Past and Présent, t. 37, 1967, pp. 44-70 ; repris dans Towns in Societies, op. cit., pp. 215-244.

21 – On peut certes citer une intéressante analyse de M. J. KITCH, mais, étant donné qu’elle est limitée aux apprentis, elle ne donne finalement qu’une image partielle. Voir son étude : « Capital and Kingdom : migration to later Stuart London », in BEIER (A.L.) et FINLAY (R.), The making of metropolis : London 1500-1700, Londres, Longman, 1986, pp. 224-251. On tirera par ailleurs un réel profit de CLARK (P.) et SOUDEN (D.) éd., Migration and society in early modern England, Londres, Hutchinson Education, 1987 (très importante introduction et un bon éclairage sur l’immigration de proximité à Londres ; lecture indispensable).

22 – Voir la remarquable étude de R. FINLAY, Population and Metropolis : the demography of London 1580-1650, Cambridge, Cambridge U.P., 1981 ; voir également FINLAY (R.) et SHEARER (B.), « Population growth and suburban expansion », in Beier (A.L.) et FINLAY (R.), The making of metropolis..., op. cit., pp. 37-59. À compléter pour le XVIIIe siècle par LANDERS (J.), Death and the metropolis : studies in the demographic history of London 1670- 1830, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 1993.
On signalera l’existence de plusieurs ouvrages sur les hôpitaux, notamment RIVET (G.), The development of the London Hospital System 1823-1982, Londres, King’s Edward Hospital Fund, 1986.

23 – Voir son grand ouvrage The impact of plague in Tudor and Stuart England, Londres, Routledge et Kegan Paul, 1985.

24 – SLACK (P.) « Metropolitan government in crisis : the response to plague », in BEIER (A.L.) et FINLAY (R.), The making of metropolis..., op. cit., pp. 60-81.

25 – Voir les travaux de A. L. BEIER en partant de l’article commode qu’il a écrit en 1978 : « Social problems in Elizabethan London », reproduit dans BARRY (J.), « The Tudor and Stuart Town 1530-1688 », Londres, Longman, 1990, pp. 121-138.

26 – Voir POUSSOU (J.-P.), La croissance des villes au XIXe siècle, Paris, C.D.U., 1992, 2e éd., p. 331 et sq. Pour l’études des pauvres, on s’attachera tout particulièrement à WOHL (A.S.), The eternal slum : housing and social policy in Victorian Britain, Londres, Edward Arnold, 1977 ; THOMPSON (F.M.L.), The Cambridge Social History of Britain 1750-1950, Cambridge, Cambridge, Univ. Press, 1990, 3 vol. Pour les marginaux, utiliser JONES (G.S.), Outcast London, Londres, nelle éd., Penguin Books, 1984.
L’immigration irlandaise au XVIIIesiècle reste mal connue malgré l’importance qui a été la sienne, importance qui explique notamment l’émeute anti-irlandaise de 1736. Voir GEORGE (D.), London life in the Eighteenth Century, nelle éd., Londres, Penguin Books, 1965, pp. 116-134. Récemment, l’étude de l’immigration irlandaise au XIXe siècle a fait de réels progrès : voir DAVIS (G.), The Irish in Britain 1815-1914, Dublin, Gill et Mac Millan, 1991 ; LEES (L.), Exiles of Erin : Irish Migrants in Victorian London, Manchester, Manchester Univ. Press, 1979 ; SWIFT (R.) et GILLEY (S.) éd., The Irish in the Victorian City, Londres, 1985 ; Id., The Irish in Britain 1815-1939, Londres, 1989.

27 – Partir de STONE (L.), « The residential development of the West End of London in the Seventeenth Century », in MALAMENT (B.C.) éd., After the reformation : essays in honor of J.H. Hexter, Manchester, Manchester Univ. Press, 1980, pp. 167-212. Pour aller plus loin, voir BRETT-JAMES (N.G.), The growth of Stuart London, Londres, 1935 ; POWER (M.J.), « East and West in Early Modern London », dans IVES (E.W.) et al. éd., Wealth and Power in Tudor England, Londres, 1978 ; REDDAWAY (T.F.), The rebuilding of London after the Great Fire, Londres, 1940.

28 – PEARL (V.), London and the outbreak of the Puritan Revolution, Londres, Oxford Univ. Press, 1961.

29 – Voir notamment Dame Lucy SUTHERLAND, « The City of London in Eighteenth Century Politics », in PARES (R.) et TAYLOR (A.J.P.), Essays presented to sir Lewis Namier, Londres, 1956, pp. 49-74 ; ROGERS (N.), « Resistance to oligarchy : the City opposition to Walpole and his successors 1725-1747 », in STEVENSON (J.) éd., London in the Age of Reform, Oxford Univ. Press, 1977.

30 – Voir HOLMES (G.), « The Sacheverell Riots », Past and Present, vol. 72, août 1976, pp. 55- 85 ; et surtout DE KREY (G.S.), A fractured society : the politics of London in the First Age of Party 1688-1715, Oxford, Clarendon Press, 1985. Pour la période antérieure, voir HARRIS (T.), London crowds in the reign of Charles II : propaganda and politics from the Restoration until the exclusion crisis, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 1987.

31 – RUDÉ (G.), Wilkes and Liberty. A social study of 1763 to 1774, Oxford, Oxford Univ. Press, 1962.

32 – RUDÉ (G.), Hanoverian London 1714-1808, London, 1971. Pour la deuxième moitié du XIXe siècle, fondamental est DAVIS (J.), Reforming London : the London Government Problem 1855-1900, Oxford, Clarendon Press, 1988.

33 – Par exemple MATHIAS (P.), The fîrst industrial nation : an economic history of Britain 1700-1914, Londres, 1969 ; un bon exemple d’apport monographique essentiel est l’ouvrage du même auteur, The Brewing Industry in England, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 1959, tant la brasserie a été importante pour la capitale. Il reste que bien des études seraient souhaitables, qui sont encore à venir.

34 – CORFIELD (P.J.), The impact of English towns..., op. cit.

35 – THIRSK (J.), Economic policy and projects..., op. cit. ; Mc KENDRICK (N.), BREWER (J.) et PLUMB (J.M.), The birth of a consumer society..., op. cit. ; SHAMMAS (C.), The pre-industrial consumer in England and America, Oxford, Clarendon Press, 1990 ; WEATHERILL (L.), Consumer behaviour and material culture in Britain 1660-1760, Londres et New York, Routledge, 1990.

36 – On pense bien sûr aux œuvres de Dickens ou de Jack London. Pour les enquêtes contemporaines, voir en particulier BOOTH (C.), Life and Labour of the People of London, 17 vol., 1902 ; MAYHEW (H.), London Labour and the London Poor, Londres, 1964.

37 – La plus suggestive est sans doute celle de G. RUDÉ, Criminal and Victim : crime and society in early nineteenth-century England, Oxford, Clarendon Press, 1985 ; on la complètera, pour le XIXe siècle, par la thèse de P. CHASSAIGNE, Le meurtre à Londres à l’époque victorienne, thèse Univ. de Paris-Sorbonne, 1991.
Pour des époques antérieures, on trouve de bons aperçus sur la criminalité londonienne et sa répression dans BEATTIE (J.M.), Crime and the courts in England 1660-1800, Oxford, Oxford Univ. Press, 1986 ; Mc LYNN (F.), Crime and Punishment in Eighteenth Century England, Oxford, Oxford Univ. Press, 1981 ; COCKBURN (J.S.) éd., Crime in England 1550-1800, Londres, Methuen, 1977.
On n’oubliera pas non plus des ouvrages comme celui de M. McDONALD éd., Witchcraft and hysterian in Elizabethan London, Londres, Routledge, 1991.

38 – À l’ouvrage déjà cité d’A. S. WOHL, The Eternal Slum.... on ajoutera du même auteur : Endangered Lives : Public Health in Victorian Britain, 1ère éd., Londres, J.M. Dent, 1983, 2e éd., Londres, Methuen, 1984. Parmi les ouvrages récents, SCHWARZ (L.D.), London in the âge of industrialization : entrepreneurs, labour force and living conditions 1700-1850, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 1992. Même s’il ne s’agit pas de Londres, on s’attachera à l’excellent ROBERTS (R.), The Classic Slum : Salford life in the First Quarter of Century, dernière éd., Penguin Books, 1989 .

39 – Les deux ouvrages fondamentaux sont ceux de J. BURNETT, A social history of housing 1815-1870, nelle éd. Londres, Methuen, 1980, et M. J. DAUNTON, House and Home in the Victorian City working Class Housing 1850-1914, Londres, Edward Arnold, 1983.

40 – On privilégiera à cet égard DYOS (H.J.) et WOLFF (M.), The Victorian Cities : images and realities, Londres, Routledge et Kegan Paul, 1973, 2 vol. Commode et même très utile est le recueil de documents de D. et A. SHELSTON, The industrial city 1820-1870, Londres, Mac Millan, 1990.

41 – YOUNG (K.) et GARSIDE (P. L.), Metropolitan London : politics and urban change 1837-1981, Londres, Edward Arnold, 1982. Avec une tonalité différente, on s’intéressera à BELCHEM (J.) éd., Popular Politics, Riot and labour : essays in Liverpool History 1790-1840, Liverpool, Liverpool Univ. Press, 1992.

42 – Voir CLARK (P.), « Les petites villes en Grande-Bretagne 1600-1850 : problèmes de définition et grandes lignes de leur évolution », in POUSSOU (J.-P.) et LOUPES (P.) éd., Les petites villes du Moyen Âge à nos jours, Paris, CNRS, 1987, pp. 215-225.

43 – BERESFORD (M.), New towns of the Middle Ages, 1967.

44 – BRITNELL (R.H.), « English markets and royal administration before 1200 », The Economie History Review, 2e série, vol. 31, 2, 1978, pp. 183-196 ; id., « The proliferation of markets in England 1200-1349 », The Economic History Review, 2e série, vol. 34,2, mai 1981, pp. 209-221.

45 – Voir ci-après la contribution de F.-J. RUGGIU et ses autres travaux.

46 – EVERITT (A.), « The market-towns », in THIRSK (J.) éd., The Agrarian History of England and Wales, t. IV, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 1967, pp. 467-506 ; id., « The primary towns of England », Local Historians, t. 11, 5, 1975, pp. 263-277.

47 – Voir BORSAY (P.), The English Urban Renaissance : Culture and Society in the Provincial Towns 1660-1770, Oxford, Clarendon Press, 1989. Voir ci-après la mise au point de F.-J. RUGGIU.

48 – WALTON (J.-K.) The English seaside resort : a social history 1750-1914, Leicester et New York, Leicester Univ. et St. Martin’s Press Inc., 1983.

49 – Voir également RUGGIU (F.-J.), ci-après.

50 – PYTHIAN-ADAMS (C.), Desolation of a city : Coventry and the Urban Crisis of the later Middle Ages, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 1979.

51 – Voir DYER (A.D.), The City of Worcester in the Sixteenth Century, Leicester, Leicester Univ. Press, 1973, où l’on trouve un exemple différent de celui de Coventry. Parmi les dernières mises au point, consulter DOBSON (R.B.), « Urban decline in Late Medieval England », Transactions of the Royal Society, t. 27, 1977 ; PALLISER (D.M.), « Urban decay revisited », in THOMSON (J.A.F.) éd., Towns and Townspeople in the Fifteenth Century, Gloucester, 1988.

52 – Tout volume de la Victoria County History constitue une lecture indispensable. Parmi les derniers parus, on notera l’intéressant ouvrage consacré à l’une des plus petites villes cathédrales anglaises, Lichfield : voir GREENSLADE (M.W.) éd., A History of the County of Stafford, Vol. 14, Lichfield, Oxford, Oxford Univ. Press, 1990. Ou bien encore celui qui concerne Banbury : voir CROSSLEY (A.) éd., History of the County of Oxford, vol. 10, Banbury Hundred, Oxford Univ. Press, 1977.

53 – Voir Mc CAFFREY (W.T.), Exeter 1540-1640 : the growth of an English County Town, Cambridge (Mass.), Harvard Univ. Press, 1ère éd. 1958 ; HOSKINS (W.G.), Exeter in the Seventeenth Century, Torquay, Devon and Cornwall Record Society, 1957 ; NEWTON (R.), Eighteenth Century Exeter, Exeter, Univ. of Exeter, 1984 ; id., Victorian Exeter, Leicester, Leicester Univ. Press, 1968.

54 – Encore que plusieurs de ces ouvrages soient d’une très bonne qualité et d’un niveau tout à fait équivalent : voir par exemple SIMMONS (J.), Leicester : the ancient borough to 1860, Gloucester, Alan Sutton, 1983 ; il s’agit d’un très bon ouvrage qui part des origines de la ville. La difficulté est que la production est très localisée et très disséminée et que l’on ne peut donc avoir aucune idée d’ensemble, ce qu’offre la collection Privat. On ne peut néanmoins que souligner l’élévation constante du niveau historique de ces ouvrages depuis une quinzaine d’années. Ils permettent incontestablement de connaître les grandes lignes d’évolution, voire les principales sources, et de voir les lacunes les plus criantes.

55 – Voir par exemple Buildings of Liverpool, Liverpool, Liverpool Heritage Bureau, 1978. Pour cette même cité, notons le très intéressant ouvrage de G. CHANDLER, Victorian and Edwardian Liverpool and the North West from old photographs, Londres, Batsford, 1972. Ce n’est bien sûr qu’un exemple car il existe des douzaines d’ouvrages de ce genre aujourd’hui ; leur utilisation est indispensable et leur apport considérable. À l’opposé, la série d’ouvrages qu’a consacrés le même G. Chandler à l’histoire de Liverpool à différentes périodes, est d’une écriture et d’une conception tellement anciennes que, malgré la richesse de la documentation, et la qualité de l’illustration, le lecteur est souvent déçu. Voir G. CHANDLER, Liverpool, Londres, Batsford, 1957 ; id., Liverpool under James I, Liverpool, Brown, Picton et Hornby, 1965. Il s’agit véritablement d’un historien local. Mais c’est encore le cas d’une très grande partie de la production concernant les villes britanniques.

56 – Tel est le cas – et c’est l’intérêt qu’ils présentent – des ouvrages de Chandler sur Liverpool cités à la note précédente.

57 – FRASER (D.), Municipal Reform and the Industrial City, Leicester, Leicester Univ. Press, 1982. Ce volume, comme le suivant, appartient à la très intéressante série Thèmes in Urban History. On doit également à D. FRASER, Urban Politics in Victorian England, Leicester, Leicester Univ. Press, 1976, et Power and Authority in the Victorian City, Oxford, Oxford Univ. Press, 1979. Ajoutons enfin TRAINOR (R.H.), Black Country Elites : the exercise of authority in an industrialized area 1830-1900, Oxford, Clarendon Press, 1993.

58 – ROSE (M.), The poor and the city. The English Poor law in its urban context 1834-1914, Leicester, Leicester Univ. Press, 1985. Voir également MANDLER (P.) éd., The uses of charity : the poor on relief in the nineteenth century metropolis, Philadelphia, Pennsylvania Univ. Press, 1990.

59 – SUTCLIFFE (A.), British town planning : the formative years, Leicester, Leicester Univ. Press, 1980 ; SUTCLIFFE (A.) éd., Towards the Planned City : Germany, Britain, the United States and France 1780-1914, Oxford, Basil Blackwell, 1981 ; id., The rise of modern urban planning 1800-1914, Londres, Mansell, 1980.

60 – THOMPSON (F.M.L.), The rise of Suburbia, Leicester, Leicester Univ. Press, 1982 ; id., Hampstead : Building a borough 1650-1964, Londres, Routledge et Kegan Paul, 1974 ; DYOS (H.J.), Victorian suburb : a study of the growth of Camberwell, Leicester, Leicester Univ. Press, 1961 ; ROEBUCK (J.), Urban development in 19th Century London : Lambeth, Battersea and Wandsworth 1838-1888, Londres, Phillimore, 1979.

61 – On citera à cet égard aussi bien des livres généraux que des études particulières. Parmi les premières, retenons GAULDIE (E.), Cruel habitations, Londres, George Allen and Unwin, 1974, que l’on contrebalancera par BENSON (J.), The working class in Britain 1850-1939, Londres, Longman, 1989, ouvrage qui montre bien l’évolution positive survenue au cours du XIXe siècle. Parmi les secondes, les plus remarquables me semblent être ANDERSON (M.), Family structure in nineteenth century Lancashire, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 1971, et KODITSCHEK (T.), Class formation and urban industrial society : Bradford 1750-1850, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 1990. Cet ouvrage est d’autant plus le bienvenu que les monographies de villes industrielles restent peu nombreuses malgré le très remarquable exemple apporté depuis longtemps par T. C. BARKER et J. R. HARRIS, A Merseyside town in the industrial revolution : St Helens 1750-1900, Londres, Frank Cass, 1959.

62 – Essentiel est CANNADINE (D.), Lords and Landlords : the Aristocracy and the Towns 1774-1967, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 1980. On verra également CANNADINE (D.) éd., Patricians, power and politics in nineteenth century towns, Leicester, Leicester Univ. Press, 1982 ; LANGFORD (P.), Public life and the propertied englismen 1689-1798, Oxford, Clarendon Press, 1991 (ne concerne que très partiellement les villes).
Les classes moyennes également commencent enfin à sortir de la pénombre. Voir DAVIDOFF (L.) et HALL (C.), Family Fortunes : Men and Women in the English Middle Class 1780-1850, Londres, 1987. Voir également CHEUNG (H.) et MUI (L.H.), Shops and Shopkeeping in eighteenth century England, Londres, Routledge, 1989.

63 – Voir les très remarquables publications que sont les ouvrages suivants : KELLETT (J.R.), Railways and Victorian Cities, Londres, Routledge et Kegan Paul, 1979 ; BARKER (T.C.) et ROBBINS (M.), A History of London transport, Londres, George Allen and Unwin, 1963 ; FREEMAN (M.J.) et ALDCROFT (D.H.), Transport in Victorian Britain, Manchester, Manchester Univ. Press, 1988.

64 – Voir WALVIN (J.), English urban life 1776-1851, Londres, Hutchinson, 1984 ; WALTON (J.K.) et WALVIN (J.), Leisure in England 1780-1939, 1983. Reste fort utile, quoique de portée très générale, THOMPSON (F.M.L.), The rise of respectable society : a social history of Victorian Britain 1830-1900, Londres, Fontana Press, 1988.

65 – SMOUT (T.C.), A History of the Scottish People 1560-1830, 1ère éd., Glasgow, Collins, 1969. Depuis l’ouvrage a été plusieurs fois réédité par Fontana. On s’attachera notamment aux pp. 146-170 et 338-365.

66 – ADAMS (I.H.), The making of urban Scotland, Londres, Croom Helm, 1978.

67 – BROWN (J.M.) éd., Scottish Society in the Fifteenth Century, Londres, Edward Arnold, 1977.

68 – DEVINE (T.M.) et MITCHINSON (R.), People and Society in Scotland, vol. 1, 1760-1830, Edimbourg, John Donald, 1988, notamment pp. 27-52 et pp. 109-126 ; HAMISH FRASER (W.) et MORRIS (R.J.), People and Society in Scotland, vol. 2, 1830-1914, Edimbourg, John Donald, 1990, notamment pp. 73-102.

69 – HOUSTON (R.A.) et WHYTE (I.D.), Scottish Society 1500-1800, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 1989, notamment pp. 85-117.

70 – Est particulièrement indispensable l’ouvrage de J. WORMALD, Court, Kirk and Community : Scotland 1470-1625, Londres, Edward Arnold, 1982 ; par ailleurs, pour le XIXe siècle, il convient de partir de O. et S. CHECKLAND, Industry and Ethos : Scotland 1832-1914, 1ère éd., Londres, Edward Arnold, 1984 ; 2e éd., Edimbourg, Edinburgh Univ. Press, 1989.

71 – LYNCH (M.), SPEARMAN (M.) et STELL (G.), The Scottish medieval town, Edimbourg, John Donald, 1988.

72 – YOUNGSON (A.J.), The making of classical Edinburgh 1750-1840, lère éd., Edimbourg, Edinburgh Univ. Press, 1966 ; dernière édition 1988.

73 – Malgré une récente discussion sur les taux d’alphabétisation écossais et leur interprétation, on se reportera toujours à CHAUNU (P.), La civilisation de l’Europe des Lumières, Paris, Arthaud, 1968, pp. 145-148. Parmi les dernières mises au point, MURDOCH (A.) et SCHER (R.B.), « Literary and Learned Culture », in People and Society in Scotland, t. 1, 1760- 1830, op. cit., pp. 127-142 ; WITHRINGTON (D.J.), « Schooling, Literacy and Society », in ibid., pp. 163-187 ; HOUSTON (R.A.), Scottish Literacy and the Scottish Identity : Literacy and Society in Scotland and Northern England 1600-1800, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 1985 ; HONT (I.) et IGNATIEFF (M.) éd., Wealth and Virtue : the Shaping of Political Economy in the Scottish Enlightenment, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 1983.

74 – GIBB (A.), Glasgow : the making of a city, Londres, Croom Helm, 1983.

75 – WORSDALL (F.), The Glasgow Tenement : a way of life, Edimbourg, Chambers, 1979. Par ailleurs, on n’oubliera pas DEVINE (T.M.), The Tobacco lords, 1ère éd., Edimbourg, John Donald, 1975 ; CAGE (R.A.) éd., The working class in Glasgow 1750-1914, Londres, Croom Helm, 1987.

76 – Pour Aberdeen, on peut se faire une bonne idée de l’architecture grâce à BROGDEN (W.A.), Aberdeen : an illustrated architectural guide, Edimbourg, 1986 ; mais l’étude synthétique que nous avons reste trop réduite : SMITH (J.S.) et STEVENSON (D.), Aberdeen in the nineteenth century : the making of modern city, Aberdeen, Aberdeen Univ. Press, 1988, 120 p., petit format.

77 – On le regrette d’autant plus que le petit guide illustré de F. WORSDALL, Victorian City, Glasgow, Richard Drew, 1982, montre la richesse de l’architecture de Glasgow à cette époque. Nous disposons néanmoins du livre déjà ancien de A. GOMME et D. WALKER, Architecture of Glasgow, Glasgow, Lund Humphries, 1968.

78 – CRAIG (M.), Dublin 1660-1860, 1ère éd., Dublin, Allen Figgis, 1952 ; nlle éd., 1980.

79 – BUTLIN (R.A.) éd., The development of Irish Town, Londres, Croom Helm, 1977.

80 – Il s’agit du volume XIII des Historical Studies. Il a été édité par D. HARKNESS et M. O’DOWD et publié en 1981 à Belfast par Appletree Press.

81 – COSGROVE (A.) éd., Dublin through the Ages, Dublin, College Press, 1988. On retiendra en particulier la contribution de D. DICKSON : « Capital and country 1600-1800 », pp. 63-76, et celle de J. LYDON : « The medieval city », pp. 25-45.

82 – Il s’agit de la très remarquable étude de M. E. DALY, Dublin, the deposed capital : a social and economic history 1860-1914, Cork, Cork Univ. Press, 1984.

83 – Mc CULLOUGH (N.), Dublin, an urban history, Arme Street Press, 1989.

84 – CRAIG (M.), The architecture of Ireland from the earliest times to 1880, Londres et Dublin, Batsford et Eason, 1982.

85 – BECKETT (J.C.) et al., Belfast : the making of the city, Belfast, Appletree Press, 1983. Un peu rapide, mais très bien fait.

86 – CANAVAN (T.), Frontier town : an illustrated history of Newry, Belfast, the Blackstaff Press, 1989.

87 – HILL (J.), The building of Limerick, Dublin, the Mercier Press, 1991, étude passionnante de l’architecture, de l’urbanisme et du paysage urbain.

88 – Publiée par les éditions Clarendon Press d’Oxford depuis 10 ans, elle est prévue en dix volumes, dont trois d’annexes (chronologie, cartes, généalogies, documents) ; six ont été publiés jusqu’ici.

89 – Le plus important est à coup sûr celui édité par P. BUTEL et L. M. CULLEN, Cities and merchants : French and Irish Perspectives on Urban Development 1500-1900, Dublin, Trinity College, 1986. On prêtera également attention à DEVINE (T.M.) et DICKSON (D.), Ireland and Scotland 1600-1850 : parallels and contrasts in économie and social development, Edimbourg, John Donald, 1983.

90 – Voir BIELENBERG (A.), Cork’s industrial revolution 1780-1880 : development or decline ?, Cork, Cork Univ. Press, 1991 ; et la thèse non publiée de D. DICKSON, The Economie History of the Cork Region in the Eighteenth Century, Dublin University, 1977.

91 – AALEN (F.H.A.) et WHELAN (K.), Dublin city and county : from Prehistory to Present, Dublin, Geography Publications, 1992. Parmi les autres volumes parus, on notera NOLAN (W.) et Mc GRATH (T.G.), Tipperary : history and society, interdisciplinary essays on the History of an Irish County, Dublin, Geography Publications, 1985 ; NOLAN (W.) et WHELAN (K.), Kilkenny : history and society, interdisciplinary essays on the history of an Irish County, Dublin, Geography Publications, 1990.

92 – Par exemple DENECKE (D.) et SHAW (G.), Urban Historical Geography : recent progress in Britain and Germany, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 1988 ; KEARNS (G.) et WITHERS (C.W.J.), Urbanising Britain : essays on class and community in the nineteenth century, Cambridge, Cambridge Univ. Press, 1991 ; DENNIS (R.J.), English industrial cities of the nineteenth century : a social geography, Cambridge, Cambridge Univ. Press. On remarquera à ce sujet l’importance de la collection Cambridge Studies in Historical Geography.

93 – CARTER (H.), An introduction to urban historical geography, Londres, Edward Arnold, 1983.

94 – Par exemple LLOYD (D.W.), The making of English Towns : 2 000 years of evolution, Over Wallon (Hamps), Victor Gollancz et P. Crawley, 1984. Ou encore BROWN (J.), The English Market Town : a social and economic history 1750-1914, Marlborough (Wilts.), The Crowood Press, 1986 ; HOGG (G.), Market towns of England, Newton Abbot (Devon), David and Charles, 1974.

95 – Voir par exemple REED (M.), The landscape of Britain, Londres, Routledge, 1990 ; ASTON (M.) et BOND (J.), The landscape of towns, Londres, J.M. Dent, 1976.

96 – Cf. par exemple l’ouvrage de I. H. ADAMS, The making of Urban Scotland, op. cit., p. 50.

97 – Beaucoup plus que les Français, nos amis britanniques affectionnent la formule des recueils, sans doute parce qu’ils réussissent à organiser davantage de colloques d’où sont issus ces volumes. Parmi les plus importants, on notera celui édité par D. FRASER et A. SUTCLIFFE, The pursuit of urban history, Londres, Edward Arnold, 1983, à la suite d’un colloque tenu à Leicester à la mémoire de Jim Dyos, qui en avait eu l’idée. On y trouve plusieurs contributions de très grande valeur, notamment celles de S. M. BLUMIN (« When villages become towns : the historical context of town formation », pp. 54-65), P. CLARK (« Visions of the urban community : Antiquarians and the English City before 1800 », pp. 105-124), D. J. OLSEN (« The city as a work of Art », pp. 264-285), L. DAVIDOFF et C. HALL (« The Architecture of Public and Private life : English Middle Class Society in a Provincial Town 1780-1850 », pp. 326-346 ; il s’agit de Birmingham).

98 – Voir ci-après le texte de F.-J. RUGGIU.

99 – Le dépouillement a porté sur les années 1984 à 1991, à l’exception du numéro de 1988 qui a disparu et que je n’ai pu me procurer à nouveau.

100 – L’administration des villes, qui se situe en deuxième position, ne représente que 9,5 % de ce total.

101 – STAVE (B.M.), « A conversation with Anthony R. Sutcliffe : Urban History in Britain », Journal of Urban History, vol. 7, n° 3, mai 1981, pp. 335-380, loc. cit. pp. 372-373.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search