Version classiqueVersion mobile

Transition, fragmentation, recomposition

 | 
Violette Rey

Structures locales, effets de contexte, recompositions

République tchèque, république slovaque : vers quels horizons ?

Violette Rey

Texte intégral

  • 1 Dr Miroslov HURBAN, leader slovaque, s’adressant aux Tchèques lors de la pose de la première pierre (...)

« Nous sommes des vôtres, nous sommes des vôtres, vous êtes des nôtres ». 1868
Dr. M. Hurban1

1Devant les fortes fluctuations, les brusques retournements ou les inerties implosives si sensibles en ce début de 1994, en bref, devant la haute incertitude de la période post-socialiste commencée en 1990 et dénommée « transition », n’est-ce pas un vain effort que d’établir des trames géographiques de transition, avec méthode et application ? Peut-être... mais le terme même de transition se confirme être trop ambigu, parce qu’il suggère un moment court entre des périodes longues, alors qu’on ne sait rien de la durée de la modification amorcée ni de la nature du point d’arrivée. Il faut donc continuer à travailler ! Dans ces conditions, le travail de repérage des phénomènes, qui consiste en quelque sorte à « lester les évènements par leurs lieux » n’est pas inutile ; il fournit des éléments de durée, des traces localisées, pour des recompositions à venir au sein même des fluctuations présentes. C’est du moins ce que nous pensons avoir montré par ces textes et les nombreuses cartes de 1992.

Cechy et Slovensko après un an d’indépendance

2Une fois l’hypothèse de la séparation levée au 1er janvier 1993, le processus de divergence d’évolution entre les deux États s’est confirmé, accompagné par des choix délibérément porteurs de séparation, tels celui de l’abandon d’une monnaie commune par la République tchèque, ou celui de l’acceptation de la double nationalité slovaque et tchèque en Slovaquie – mais son refus en République tchèque.

3Sans chaos ni d’un côté ni de l’autre, cette partition a néanmoins été un frein momentané pour les autres transformations inhérentes à la transition post-socialiste.

  • 2 Le Monde, 22.6.1993, « République tchèque, la reprise ajournée : Slovaquie, des débuts difficiles »

4La divergence économique est manifeste sur le tableau de bord des indicateurs du premier semestre 19932. Le chômage est de 4 % en République tchèque et 12 % en Slovaquie ; le taux de variation de la production industrielle de moins 10 % contre moins 22 % ; la loi sur les faillites commence à être appliquée en Bohême alors qu’elle doit être reportée en Slovaquie. Il y a une déimbrication des entreprises ex-fédérales et des filières économiques au point que les échanges entre les deux parties chutent d’un tiers au premier trimestre 1993, et que s’opère une re-connexion avec d’autres partenaires étrangers ; l’approvisionnement de la Bohême en hydrocarbures se fait désormais par l’Allemagne et l’Autriche. Le premier ministre tchèque V. Klaus devant des opérations financières qui soudain inquiètent Prague demande « Pause à l’investissement étranger »... (3/1/1994), alors que les investissements étrangers restent fort rares en Slovaquie. Tout cela indique qu’il y a une accélération de la divergence des rythmes économiques, qui peut confirmer le jugement des deux groupes de partisans de la séparation. Côté slovaque, ceux qui soulignaient l’accentuation du leadership économique pragois aux dépens des grands équilibres de la fédération, et qui s’opposaient à la marche forcée de la libéralisation économique, conscients de son choc immédiat sur le monde du travail slovaque. Côté tchèque, ceux qui imputaient le déclin de la Bohême à la charge slovaque. Et surtout on pressent combien ici la fragmentation en cours permet un re-branchement sur le système-monde, une intégration à lui par morceaux « locaux », dans un processus qui reste celui du développement inégal et qui l’alimente.

  • 3 Le Monde, 12.1.1994 : « La minorité hongroise manifeste son unité et sa détermination »... « Le cli (...)

5Une divergence dans l’atmosphère politique est également observable, mais elle renvoie beaucoup plus profondément à la différence entre les formations sociales des deux pays. En République tchèque l’homogénéité nationale reste le premier atout ; même si le retour des aristocrates irrite les mentalités imprégnées d’une idéologie d’égalité, les fissures sociales sont peu apparentes. Mais en Slovaquie la question de la cohésion nationale est beaucoup plus délicate. Le long de la frontière avec la Hongrie habitent près de 600 000 Hongrois, qui manifestent pour obtenir leur autonomie de gestion locale3 ; en bordure orientale avec l’Ukraine les tensions de la cohabitation ethnique sont ravivées par les ré-affirmations religieuses – orthodoxes et uniates. Et les populations tziganes au nombre de 300 000 (?) sont les mal aimées partout. À Bratislava l’instabilité gouvernementale reflète cette situation sociale et pluri-ethnique délicate ; elle est en outre aggravée par la quasi absence d’une classe politique qui n’a pas encore eu la durée historique nécessaire pour se constituer.

6Ainsi, tandis que la République tchèque multiplie les marques de sa nouvelle identité et relance grâce à Prague son image de cœur baroque de l’Europe centrale, la Slovaquie fait face aux fruits amers d’une indépendance obtenue dans un très mauvais contexte de crise politique et économique globale, et elle n’a pas encore sa propre image internationale. Est-ce un avantage... ou un risque que d’autres lui en fabriquent une à leur convenance ? Néanmoins au sein du groupe international de « Visegrad » les deux pays sont présents et ont le même statut.

Séparation pacifique ici, furie guerrière là

7Pourquoi la décomposition de la fédération tchécoslovaque a-t-elle été de « velours », alors que l’idée autogestionnaire et la fédération yougoslave sombrent dans l’horreur ? Cette question reste une attente en France, et nous tenterons de présenter quelques arguments.

  • 4 REY (V.), 1992, « Tristes richesses de l’Europe balkanique ». Historiens et géographes, n° 337, 50- (...)

8« Ici », « là » : ces mots ne recouvrent pas que des repères de localisation, ils sont lieux-matrices où s’enfantent des dynamiques humaines dont le sens est vécu de façon singulière par les peuples qui y sont engagés4. Singulière, donc non comparable : la dure règle de l’ordre chronologique propre à chaque lieu construit la trajectoire de la différence. La situation tchéco-slovaque n’est pas à lire à la lumière de ce qui se passe dans les Balkans, même si la décomposition analytique permet certaines analogies.

9Au rang des analogies la place de la langue comme ciment socio-politique ? La langue tchèque et la langue slovaque sont voisines mais distinctes ; la langue serbo-croate est commune aux Bosniaques, aux Croates et aux Serbes. Ainsi la langue, si forte pour soutenir les dynamiques minoritaires et entretenir la différence culturelle, premier enjeu à l’école, n’a pas fonctionné comme vecteur de compréhension mutuelle entre les peuples de ces fédérations.

10Au rang des analogies aussi, certaines dissymétries économiques mal tolérées. Alors saisir l’opportunité du grand bouleversement européen de 1989 pour sortir des obligations de solidarité économique internes aux fédérations et espérer intégrer plus vite la CEE a été un vrai mobile pour une fraction de l’opinion publique et pour les candidats au management économique en Slovénie, Croatie et Bohême. Face au sentiment d’un gain probable à moyen terme pour les uns, le sentiment de brutale perte et de dépossession pour les restants, cantonnés et « rétrécis » à l’intérieur des Balkans, a alimenté la violence des ripostes.

11Au rang des analogies encore, l’impuissance (peut-être à cause de son insignifiance) à inventer une identité commune nouvelle, une nouvelle idée de la nationalité moins enracinée dans le passé et plus ouverte sur le futur : or sauf pour de modestes fractions de la population, d’ailleurs localisées surtout en Bosnie, l’identité yougoslave n’avait pas fait de profonde percée, non plus que l’identité tchécoslovaque qui n’avait même pas été tentée.

  • 5 Expulsion précipitée des Allemands des Sudètes, déplacement forcé de populations de Slovaquie vers (...)

12Mais l’essentiel est sans doute ailleurs, dans les contextes des mentalités collectives au moment même où se produit la chute du système soviétique. Durant les années 80, en Tchécoslovaquie les dirigeants communistes survivent dans le système ; mais dans la Yougoslavie de l’après Tito, tandis que tiraillements et tensions centrifuges montent, une nouvelle génération de communistes très nationalistes prend le devant de la scène publique à Belgrade. En Tchécoslovaquie il n’y a pas motif à une ré-activation exacerbée des mémoires et des haines, associées aux violences politiques et aux massacres qui se sont succédés depuis 1920 à l’intérieur de la Yougoslavie ; seulement des dépits et des ressentiments. En Tchécoslovaquie existe une culture politique dans la mouvance de l’État-nation et non pas héritière de l’idée impériale byzantine ; et le comportement « grand tchèque » n’eut rien de comparable au comportement « grand serbe » détesté par les autres nations des Balkans. Enfin les mentalités collectives ne prennent pas appui sur les même tissus de géographie ethnique. La mosaïque ethnique « impossible » qui sous-tend l’actuelle « purification ethnique » en Yougoslavie n’existe pas en Tchécoslovaquie, où les déplacements massifs eurent lieu en 1945-485. Or cette mosaïque « impossible » n’est justement pas n’importe quelle mosaïque. Elle est l’expression concrète du front idéologique religieux millénaire mais très vivant et très induré, où entrent en contact le monde chrétien romain, le monde chrétien orthodoxe et les traces laissées par le monde musulman ottoman. Sur ce front naissent des ondes de choc d’une puissance émotionnelle et d’une portée, sans commune mesure avec celles produites sur la ligne politique multiséculaire qui sépara feu le Saint Empire et feu le Royaume de Hongrie, et qui sert maintenant de frontière entre la Slovaquie et la République tchèque.

1331 janvier 1994

Bibliographie

voir également :

RUPNIK (J.), L’année politique 1992 en Tchéco-Slovaquie : le divorce à l’amiable.

BLAHA (J.), L’année économique 1992 en Tchéco-Slovaquie : une fédération en voie d’extinction.

LHOMEL (E.), SCHRE1BER (T.) (dir), déc 1993, L’Europe centre orientale entre stabilisation et implosion.

in La Documentation Française, série Etudes.

Notes

1 Dr Miroslov HURBAN, leader slovaque, s’adressant aux Tchèques lors de la pose de la première pierre du Théâtre National de Prague, en 1868. Cette citation figurait dans les manuels d’histoire tchécoslovaques de l’époque de T. G. MASARYK, dans l’entre-deux-guerres.

2 Le Monde, 22.6.1993, « République tchèque, la reprise ajournée : Slovaquie, des débuts difficiles ».

3 Le Monde, 12.1.1994 : « La minorité hongroise manifeste son unité et sa détermination »... « Le climat politique s’est dégradé... l’incertitude s’est installée dans les esprits. Certains Slovaques, mais aussi des Hongrois, ont peur et se posent la question de déménager plus au nord.... Il n’y avait pas de problèmes entre voisins serbes, croates ou Musulmans à Sarajevo, jusqu’au jour où... ».

4 REY (V.), 1992, « Tristes richesses de l’Europe balkanique ». Historiens et géographes, n° 337, 50-53.

5 Expulsion précipitée des Allemands des Sudètes, déplacement forcé de populations de Slovaquie vers les régions vidées ; soit plus de deux millions de personnes atteintes...

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search