Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

La perception de la qualité de vie et de l’environnement dans une région en crise

Die Bedeutung der Umwelt für die Lebensqualität und die Wahrnehmung der Bewohner einer Krisenregion

Perceptions of the quality of life by inhabitants of a region in crisis: the environmental factor

La dimensión medioambiental de la calidad de vida y de la percepción de los habitantes de una región en crisis: el ejemplo de Horna Nitra (Eslovaquia)

p. 153-160

Résumés

Français
English
Deutsch
Español

En s’appuyant sur les résultats d’une enquête individuelle effectuée dans la région Horna Nitra (Slovaquie), l’article étudie comment les habitants perçoivent leur environnement dans un contexte de forte dégradation du milieu. Bien que l’environnement n’arrive qu’après la santé dans l’ordre des facteurs de qualité de la vie privilégiés par les habitants, sa dégradation est ressentie négativement par la majorité de la population. La pollution de l’atmosphère est perçue comme le facteur le plus préoccupant, suivie la pollution de l’eau. En revanche, les questions relatives aux déchets et à la dégradation des forêts sont perçues comme plus secondaires. La responsabilité des industries polluantes dans la dégradation du milieu est perçue de façon très inégale par les habitants qui atténuent ou exagèrent leur influence réelle. La prise de conscience d’un manque d’information est particulièrement marquée à proximité des régions les plus exposées. Cependant, bien que la grande majorité des habitants aient le sentiment de vivre dans un environnement malsain et manifestent une volonté potentielle d’émigration, ils demeurent dans la région pour des raisons de liens familiaux, d’emploi, de logement ou d’attachement sentimental.

Based on the results of an independent study carried out in the region of Homa Nitra (Slovakia), this article examines the ways in which the inhabitants of an area subject to severe environmental deterioration perceive their surroundings. While the environment is second to health in the ranking, by inhabitants, of factors which determine the quality of life, its deterioration is viewed negatively by a majority of the population. In the ranking of the most troubling concerns, air pollution tops the list as the single greatest cause for alarm, followed by water pollution. Questions related to refuse and to the deterioration of forests are seen as secondary. Inhabitants hold widely divergent opinions concerning the responsibility of industrial polluters for environmental problems; the true influence of such polluters tends to be attenuated or exaggerated. In the most affected areas, awareness that detailed information is lacking is particularly acute. Nonetheless, although the majority of inhabitants feel that they are living in an unhealthy environment and express a desire to emigrate, family ties, work, housing and sentimental relationships keep them in the region.

Gestützt auf die Ergebnisse einer Einzelbefragung, die in der Region Homa Nitra (Slowakei) durchgeführt wurde, untersucht der Artikel, wie die Bewohner ihre Umwelt im Zusammenhang mit der starken Verschlechterung derselben wahmehmen. Obwohl die Umwelt in der Reihenfolge der Faktoren, die für die Bewohner und ihre Lebensqualität bestimmend sind, erst nach der Gesundheit kommt, wird ihre Verschlechterung von der Mehrheit Bevölkerung als negativ empfunden. Die Luftverschmutzung wird als der besorgniserregendste Faktor wahrgenommen, gefolgt vom Gesundheitszustand der Bevölkerung und der Wasserverschmutzung. Dagegen werden Abfallprobleme und Waldschäden als zweitrangig betrachtet. Die Verantwortung der die Verschmutzung verursachenden Industrie für die Verschlechterung der Umwelt wird von den Bewohnern sehr unterschiedlich bewertet, indem ihr tatsächlicher Einfluß abgemildert oder übertrieben wird. Der Informationsmangel ist besonders in den gefährdetsten Regionen ins Bewußtsein der Bevölkerung getreten. Aber obwohl die große Mehrheit der Bewohner das Gefühl hat, in einer ungesunden Umgebung zu wohnen, und obwohl sie einen potentiellen Abwanderungswillen zum Ausdruck bringt, bleiben sie in der Region auf Grund familiärer Bindungen, der Arbeit, der Wohnung oder der gefühlsmäßigen Verbundenheit.

Basándose en los resultados de una encuesta individual efectuada en la región de Horna Nitra (Eslovaquia), el artículo estudia cómo los habitantes perciben su entorno en un contexto de fuerte degradación del medioambiente. Aunque en la escala de los factores de calidad de vida privilegiados por los habitantes, el medio ambiente sólo llega después de la salud, su degradación tiene un impacto negativo en la mayoría de la población. Se percibe la contaminación de la atmósfera como el factor más preocupante, seguido por el estado de salud de la población y por la contaminación del agua. En cambio, las cuestiones relativas a los residuos y a la degradación de los bosques son percibidas como más secundarias. La responsabilidad de las industrias contaminadoras en la degradación del medio ambiente es entendida de manera muy desigual por los habitantes, quienes minimizan o exageran su influencia real. La toma de conciencia de una falta de información está fuertemente marcada cerca de las regiones más expuestas. No obstante, aunque la gran mayoría de los habitantes cree que vive en un ambiente nocivo y manifiesta la voluntad potencial de emigrar, permanecen en la región por razones de lazos familiares, de empleo, de vivienda o de apego sentimental.


Texte intégral

Les indicateurs de qualité de la vie

1La qualité de la vie est un sujet complexe et controversé qui a suscité de nombreux débats relatifs à sa définition et à sa mesure à l’aide d’indicateurs. Jusqu’ici, il n’existe pas d’harmonisation des indicateurs ou des critères susceptible de permettre des comparaisons, d’autant plus que la question de la qualité de la vie est étudiée séparément par les géographes, les économistes et les sociologues. Le fait que les indicateurs de qualité de la vie soient utilisés dans le cadre de la planification territoriale souligne à la fois la carence et le besoin d’une approche pluridisciplinaire (R. J. ROGERSON, A. M. FINDLAY, A. S. MORRIS, 1989).

2La géographe américaine S. CUTTER (1985) a tenté d’apporter une réponse à ce problème en proposant un cadre théorique qui inclut à la fois des indicateurs objectifs et subjectifs dans l’étude de la qualité de la vie. Ces deux dimensions s’appuient sur des critères se rapportant soit au milieu social (santé, logement, salaire, niveau d’instruction, ...), soit au milieu physique (climat, pollution de l’environnement, etc.).

3Les nombreux travaux sur la qualité de la vie montrent bien les différences existant entre les indicateurs dits « objectifs » et « subjectifs ». Ainsi, le choix et la pondération des indicateurs est généralement considéré par le chercheur comme « objectif » lorsque les critères sont choisis sur la base d’un système de référence et de valeurs indépendant de la population étudiée. Au contraire, les indicateurs de « bien-être » focalisent l’attention sur la perception de la qualité de la vie et sont donc considérés comme « subjectifs ». En réalité, la question de l’objectivité se pose dans les deux cas : dans le premier, le choix des indicateurs a priori n’est pas pleinement objectif (préférences du chercheur, disponibilités des données, ...) ; dans le second, il faut tenir compte des interactions entre le chercheur et les personnes enquêtées, qui peuvent influencer voire déformer le message (entretiens directifs ou non directifs, questions ouvertes ou fermées, formulations, etc.).

Figure 1 : ENVIRONNEMENT DE LA RÉGION DE HORNA NITRA

Image

Source : Atlas of the slovak socialist republic, 1983

4Le modèle de qualité de la vie proposé par S. Cutter s’appuie sur trois types d’indicateurs fondamentaux : les premiers ont trait au milieu social ; les seconds au milieu physique ; les troisièmes à la perception de l’environnement. Les deux premiers groupes relèvent de la recherche « objective » (avec les réserves exprimées précédemment) tandis que le troisième mesure la dimension subjective de la qualité de la vie. Pour ce dernier groupe, S. Cutter propose de distinguer trois types d’éléments de perception :

  1. l’appréciation subjective des différents aspects du milieu,
  2. les images des différents lieux,
  3. l’appréciation et la perception des indicateurs objectifs.

Une recherche pilote dans la zone d’environnement dégradé de Horta Nitra

5Les habitants de cette région où l’environnement est très déséquilibré ont été choisis comme objet central d’une recherche sur la perception de la dimension environnementale de la qualité de la vie. L’étude a été menée à partir d’un questionnaire comportant des informations de base sur chaque personne étudiée, ses attitudes, ses appréciations et les motifs de son comportement. L’échantillon retenu (140 personnes) est représentatif de la population de la région étudiée en terme d’âge, de sexe et de catégories d’activités.

6La région de Homa Nitra est typique des bassins montagneux des Carpates de Slovaquie Centrale (fig. 1). Une première phase d’industrialisation a eu lieu au XIXe siècle avec l’exploitation du lignite. Mais la région a surtout connu un fort développement économique depuis la Seconde Guerre mondiale, avec l’implantation d’une grande usine chimique dans les années 1950. Les petites industries ont été remplacées par de grandes entreprises industrielles et la production se concentre dans les secteurs de la chimie, de l’énergie (Novaky, Zemianske, Kostolany) et de l’extraction du lignite. Toutes ces industries engendrent une pollution importante de l’environnement et cette zone souffre simultanément d’une pollution excessive de l’atmosphère – 229 000 tonnes d’émission par an –, de l’eau – 11 millions de m3 d’eaux usagées – et du sol – trois dépôts de cendres toxiques – (J. DRDOS, J. JAKAL, 1992). Ce déséquilibre de l’environnement a eu pour conséquence une dégradation du niveau sanitaire de la population et une hausse significative de la mortalité (V. IRA, 1992).

Perception de l’environnement et qualité de la vie

7La recherche pilote a cherché tout d’abord à déterminer l’importance relative des différentes dimensions de la qualité de la vie telle que la perçoivent les habitants. Pour ce faire, on a demandé aux habitants de classer par ordre d’importance les sept critères suivants : salaire, santé, travail, environnement, situation financière, famille et politique. Les réponses portaient sur la situation actuelle et, éventuellement, sur la situation cinq ans auparavant. La moyenne des rangs permet de classer les différentes dimensions par ordre d’importance.

8Avec 1,72 la santé apparaît comme le facteur le plus important dans la perception de la qualité de la vie, aujourd’hui comme il y a cinq ans (fig. 2). La seconde place est occupée actuellement à égalité par l’environnement et le salaire (3,23) mais il est intéressant de noter un intérêt croissant pour l’environnement puisqu’il y a cinq ans les valeurs respectives étaient de 3,93 et 3,19. Aujourd’hui comme il y a cinq ans, la dernière place est occupée par la politique (5,84 et 5,95).

9La perception que les personnes ont de la qualité de leur environnement reflète dans une certaine mesure la qualité du territoire où elles vivent (fig. 3). 36 % des personnes de la région de Horna Nitra estiment que les problèmes d’environnement de leur région sont importants et 31 % les jugent très importants. À proximité des régions les plus exposées, il y a même 38 % de personnes à juger ces problèmes très importants. Cette prise de conscience apparaît nouvelle puisqu’il y a cinq ans seules 20 % des personnes considéraient ces problèmes comme très importants et 24 % comme importants.

10Pour spécifier de façon plus détaillée la dimension environnementale de la qualité de la vie, on a également demandé aux personnes interrogées de déterminer quels étaient les problèmes d’environnement les plus sérieux dans la région, les réponses multiples étant possibles (fig. 4). La pollution de l’atmosphère arrive largement en tête des préoccupations (91 %), suivie par l’état de santé de la population (58 %) et la pollution de l’eau (50 %). En revanche, les problèmes ayant trait aux déchets communaux et industriels (26 %), à la dégradation des forêts (25 %), à la détérioration des sols, au bruit et à la consommation d’espace sont jugés moins importants.

Figure 2 : DIMENSIONS DE LA QUALITÉ DE LA VIE (1987,1992)

Image

Figure 3 : L’ÉVALUATION DES PROBLÈMES D’ENVIRONNEMENT (il y a quelques années, actuellement)

Image

Source : V. Ira

Figure 4 : LES PROBLÈMES LES PLUS SÉRIEUX DE L’ENVIRONNEMENT DE LA RÉGION

Image

Figure 5 : L’INFLUENCE DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES (très défavorable, défavorable)

Image

Source : V. Ira

11Les activités économiques principales de la région – mines de charbon et de lignite, centrale thermique de Zemianske Kostolany et usine chimique de Novaky – ont contribué au développement économique de la région, tout en étant les principaux responsables de la dégradation de son environnement. Aussi était-il intéressant d’examiner comment les habitants perçoivent leur influence sur l’environnement (fig. 5). L’influence des mines est jugée très défavorable par 10 à 18 % des habitants et défavorable par 19 à 21 %. Il s’agit d’un total assez modeste quand on sait que plusieurs centaines d’habitants du village de Kos ont dû déménager à la suite de l’extension de la zone d’extraction du charbon. En revanche, l’influence de la centrale thermique de Zemianske Kostolany et de l’usine chimique de Novaky est perçue beaucoup plus négativement (respectivement 86 % et 90 % des personnes enquêtées). Moins de 1 % des personnes interrogées jugent insignifiante leur influence.

12Les réflexions sur la qualité du territoire et de l’environnement sont conditionnées par le degré d’information des habitants. L’enquête a en effet permis de montrer qu’aucun des habitants ne juge son degré d’information très bon. 10 % des personnes jugent avoir un degré d’information correct, 50 % moyen et les autres insuffisant ou nul. Il est intéressant de noter que le sentiment de manquer d’information est beaucoup plus marqué à proximité des régions à risque.

13D’autres analyses de recherche sur les comportements géographiques ont montré les interrelations entre cognition, perception et comportement spatial des habitants. 92 % des personnes questionnées pensent qu’elles vivent dans un environnement malsain (96 % à proximité des zones à risque), mais elles restent dans ce milieu pour des raisons de liens familiaux (59 %), de logement (29 %), d’emploi (20 %) ou d’attachement sentimental à la région (14 %). 45 % des personnes ont cependant manifesté une volonté potentielle de migration pour déménager vers une région ayant un environnement plus sain. Nous pouvons donc constater que la perception de la réalité objective d’un environnement dégradé se traduit, dans une certaine mesure, par un accroissement de la mobilité potentielle des populations.

Conclusion

14Bien que les conclusions de l’étude ne se rapportent qu’à l’échantillon des personnes enquêtées, nous pouvons supposer qu’elles s’appliquent à l’ensemble des habitants de la région d’environnement déséquilibré de Horna Nitra. La dimension environnementale représente ici un aspect essentiel de la qualité de la vie et l’étude de la perception de cet environnement au moyen d’enquêtes permet de mieux cerner la perception qu’ont les habitants de la qualité de leur territoire.

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références bibliographiques par Bilbo, l’outil d’annotation bibliographique d’OpenEdition. Ces références bibliographiques peuvent être téléchargées dans les formats APA, Chicago et MLA.

Bibliographie

COLLEDGE (R.G.), STOMSON (R.J.), 1990, Analytical Behavioral Geography, Routledge, London.

CUTTER (S.), 1985, Rating Places : A Geographer’s View on Quality of Life, Association of American Geographers, Resource Publication in Geography, Washington DC.

DRDOS (J.), JAKAL (J.), 1992, Das Becken des oberen Neutra (Hornonitrianska kotlina). Modellfall der Umveltzerstôrung in einer Slowakischen Région, Österreichische Osthefte, 3, pp. 430-451.

IRA (V.), 1992, Perception de l’environnement et conscience de la population dans les régions d’environnement affecté, Drgona V. (éd.), Les systèmes régionaux du cadre de vie, Université de Nitra, Nitra, pp. 87-89.

JAKLE (J.A.), BRUNN (S.), ROSEMAN (C.C.), 1976, Human Spatial Behaviour. A social Geography, Duxburry press, North Scituate.

KOLLAR (D.), 1992, La géographie sociale et la problématique de la recherche du comportement spatial humain, Geograficky casopis, 44, 2, pp. 149-161.

10.2307/622264 :

PACIONE (M.), 1980, Differential quality of life in metropolitan villages, Institute of British Geographers, Transactions new Series, vol. 5, 2, pp. 185-206.

ROGERSON (R.J.), FINDLAY (A.M.), MORRIS (A.S.), COOMBES (A.G.), 1989, Indicators of Quality of Life : Some Methodological Issues, Environment and Planning A, vol. 21, pp. 1655-1666.

WALMSEY (D.J.), LEWIS (G.J.), 1985, Human Geography : behavioural approaches, Longman, New York.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.