Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Perception de la qualité de la vie et comportement spatial de la population rurale dans les environs de Bratislava

Wahrnehmung der Lebensqualität und räumliches Verhalten der Landbevölkerung in der Umgebung von Bratislava (Preßburg)

Perceptions of the Quality of Life and Attitudes Toward Migration: The Case of the Rural Population Around Bratislava

Percepción de la calidad de vida y comportamiento espacial de la población rural en los alrededrores de Bratislava

p. 143-151

Résumés

Français
English
Deutsch
Español

L’objectif de ce travail est d’examiner comment la perception de la qualité de la vie influe sur le comportement spatial des populations. L’application concerne plus particulièrement la vision que les populations rurales des environs de Bratislava ont de la qualité de la vie dans les centres urbains, en fonction des niveaux (du centre local à la métropole de Bratislava). Ce travail s’appuie sur une enquête par questionnaire auprès de 578 personnes. Il montre tout d’abord que l’attrait pour un lieu est fortement lié à la distance à celui-ci. En général, les préférences des habitants vont d’abord à leur propre commune, puis à la ville la plus proche et enfin à Bratislava. Les autres communes rurales ou les autres villes sont jugées beaucoup moins attractives. L’analyse des facteurs de topophilie et de topophobie montre des contrastes très marqués selon les types de lieux. Ainsi, le rejet de Bratislava est presque toujours lié à des raisons de pollution ou de bruit, tandis que le rejet d’une commune rurale voisine est souvent associé à des considérations ethniques. Quant à la préférence pour sa propre commune, elle est liée dans près de la moitié des cas au fait qu’il s’agit du lieu de naissance. La perception de la qualité de la vie génère une volonté de migration plus potentielle que réelle, puisque moins de 6 % des personnes interrogées considère cette mobilité comme possible.

This article sets out to examine how perceptions of the quality of life bear upon decisions to relocate. At issue more specifically are the perceptions held by the rural populations near Bratislava of the quality of life in urban centers according to their place in the hierarchy of urban areas (from local centers to the metropolitan area of Bratislava). Supported by a questionnaire-based study of 578 persons, this article shows, first of all, that attraction to a particular place is to a very considerable degree a function of its distance from the respondent. Generally, those surveyed rank their own community first, then the nearest town or city, and finally Bratislava. Other rural areas and other towns and cities are considered much less favorably. Analysis of factors relating to topophilia and topophobia reveal very marked contrasts according to kinds of places. Consequently, Bratislava is almost always rejected because of noise and air pollution, while a neighboring district is frequently rejected for ethnic reasons. Preference for one’s own district, meanwhile, is linked in more than half the cases to the fact that it is the respondent’s place of birth. The perception of the quality of life has created a desire to migrate, even though just 6 % of those surveyed consider this a real possibility.

Ziel dieser Arbeit ist es, zu untersuchen, welchen Einfluß die Wahrnehmung der Lebensqualität auf das räumliche Verhalten der Bevölkerungsteile ausübt. Dieser Ansatz wird im besonderen auf das Bild angewandt, das man sich innerhalb der verschiedenen Ebenen der Landbevölkerung in der Umgebung von Preßburg von der Lebensqualität in den städtischen Zentren macht (vom lokalen Zentrum bis zum Mittelpunkt Preßburg). Die Arbeit stützt sich auf eine Untersuchung mittels Fragebögen, die bei 578 Personen durchgeführt wurde. Sie zeigt zunächst, daß der Reiz eines Ortes eng mit der Entfernung von ihm zusammenhängt. Im allgemeinen bevorzugen die Einwohner zuerst ihre eigene Gemeinde, dann die nächstgelegene Stadt und schließlich Preßburg. Die anderen Landgemeinden oder Städte werden als sehr viel weniger anziehend beurteilt. Die Analyse der Faktoren, die eine Vorliebe oder Abneigung in bezug auf einen Ort bestimmen, zeigt ausgeprägte Gegensätze, entsprechend den verschiedenen Arten von Orten. So wird die Abneigung gegen Preßburg fast immer mit Verschmutzung oder Lärm begründet, während die Abneigung gegen eine ländliche Nachbargemeinde oft mit ethnischen Überlegungen in Verbindung gebracht wird. Der Vorzug, der der eigenen Gemeinde eingeräumt wird, ist in nahezu der Hälfte der Fälle damit verbunden, daß es sich dabei um den Geburtsort handelt. Die Wahrnehmung der Lebensqualität erzeugt einen potentiellen Abwanderungswillen, wenn auch weniger als 6 % der befragten Personen diese Mobilität als möglich betrachten.

Este trabajo se propone observar cómo la percepción de la calidad de vida influye sobre el comportamiento social de las poblaciones. Se aplica en particular a la visión que las poblaciones rurales de los alrededores de Bratislava tienen de la calidad de vida en los centros urbanos en función de su nivel (del centro local a la metrópolis de Bratislava). Este estudio se basa en una encuesta mediante cuestionario realizada acerca de 578 personas. Muestra ante todo que la atracción por un lugar depende en gran medida de la distancia mediante. En general, los habitantes se inclinan por su propio municipio, luego por la ciudad más próxima y por Bratislava por último. Las demás aldeas rurales o las demás ciudades son tenidas por menos atractivas. El análisis de los factores de topofilia y de topofobia revela contrastes muy acusados según los tipos de lugares. Así, el rechazo a Bratislava está casi siempre ligado a razones de contaminación o de ruido, mientras que el rechazo a una aldea rural vecina queda asociado, a menudo, con consideraciones étnicas. En cuanto a la preferencia por la propia aldea, se explica en la mitad de los casos aproximadamente por el hecho de que se trata del lugar de nacimiento. La percepción de la calidad de la vida genera una voluntad potencial de migración, aunque menos de un 6 % de las personas interrogadas considera esta movilidad como posible.


Texte intégral

1La « qualité de la vie » est l’un de ces concepts difficiles à définir. Il est l’objet d’appréciations diverses et certains auteurs utilisent des synonymes peu appropriés tels que « mode de vie », « niveau de vie », « style de vie » etc. En réalité, ces termes se réfèrent souvent aux seules conditions matérielles d’existence et excluent la dimension « sociale » contenue dans le terme « qualité de la vie » (S. OTOK, 1987).

2La qualité de la vie peut être caractérisée à l’aide de divers critères qui exercent une influence sur l’homme – tant économiques, sociaux, culturels et environnementaux que spatiaux. La tâche de la géographie sociale n’est cependant pas limitée à la simple connaissance de ces critères « externes » car elle doit aussi tenter d’appréhender la qualité de la vie à travers la perception que l’homme lui-même en a et à travers l’orientation des valeurs qu’il retient (JONES, EYLES, 1977). La perception de la qualité de la vie par les différents groupes sociaux, les préférences spatiales, sociales et environnementales qui interviennent dans l’évaluation de la qualité de la vie relèvent donc tout autant de ce champ et doivent être mises en évidence à l’égal de la mesure des critères « externes » (IRA, 1992). Deux orientations principales, avec leurs méthodologies appropriées, définissent le champ de la perception de la qualité de la vie ; d’une part le choix d’indices socio-géographiques appropriés pour cerner la manière dont l’individu estime la qualité de la vie ; d’autre part, la manière de considérer la perception de la qualité de la vie en elle-même comme une attitude exprimant le comportement humain dans l’espace (KOLLAR, 1992 b).

Figure 1 : DÉLIMITATION DE L’AIRE D’INFLUENCE DE BRATISLAVA

Image

Source : D Kollar

3Le terrain d’étude où nous avons testé quelques hypothèses sur l’existence d’une relation entre la perception de la qualité de la vie et le comportement spatial des habitants, est constitué des communes rurales environnant Bratislava (cf. fig. 1). La précédente organisation du système de peuplement en Tchécoslovaquie a engendré une évolution différenciée des conditions de vie dans les communes rurales de différentes tailles. Par l’analyse des données disponibles nous avons repéré l’existence d’une relation statistiquement significative entre, d’une part cette ancienne organisation du peuplement et, d’autre part l’état et la qualité des équipements publics. À partir de là les questions essentielles peuvent être précisées : jusqu’à quel point les ruraux perçoivent-ils objectivement les différences en ce qui concerne l’état et la qualité de ces infrastructures ? Quel comportement spatial cela engendre-t-il chez eux ?

4Nous avons réalisé, selon une méthode de sélection stratifiée, un échantillonnage de 578 personnes habitant dans des communes rurales environnant Bratislava, et chacune d’entre elles a été soumise à un questionnaire au printemps 1992. Notre recherche s’intéressant principalement aux questions relatives au comportement spatial des habitants, le choix des variables possédant un caractère subjectif fut opéré en accord avec cette problématique particulière.

Degrés de perception de la qualité de la vie et comportement spatial

5La première de ces variables mesure la satisfaction que l’individu ressent à l’égard de ses propres conditions de vie. Cette satisfaction fait partie des sentiments humains les plus importants, conditionnés par une relation réciproque entre la réalité objective, son interprétation subjective et le système de valeurs de chaque individu. En ce sens on peut dire que l’individu, lorsqu’il porte un jugement sur les conditions de vie dans sa commune (comme, par exemple, en ce qui concerne l’achat de produits manufacturés, le recours aux services, les débouchés professionnels, les activités culturelles), prend réellement conscience des différences qui existent entre les communes en matière d’équipements disponibles. Statistiquement cette relation est vérifiée. Ainsi, le sentiment de satisfaction éprouvé vis-à-vis des fonctions communales (commerciales, de service, récréatives et culturelles) est quasi systématiquement corrélé avec un déplacement vers ces activités, ce qui confirme le rapport qui existe entre l’individu et son comportement spatial.

Figure 2 : DÉPLACEMENTS VERS LES CENTRES DE SERVICES DANS L’AIRE D’INFLUENCE DE BRATISLAVA

Image

Source : D. Kollar

6Nous avons utilisé une autre variable subjective pour l’analyse de la relation entre la perception de la qualité de la vie et le comportement spatial : l’image de marque attribuée aux lieux bénéficiant des meilleurs conditions de vie. On sait que les représentations humaines sont librement associées, tout d’abord, avec les lieux où l’individu satisfait ses besoins fondamentaux (KUIPERS, 1982). Une analyse objective de l’organisation spatiale des environs de Bratislava confrontée à l’analyse des déplacements de la population rurale qui y vit, nous ont permis de conclure que ces besoins sont satisfaits à trois échelles différentes : dans la commune de résidence, dans la ville la plus proche du district, ou à Bratislava, la capitale (KOLLAR, 1992 a), (cf. fig. 2). Or, dans la mesure où les représentations mentales, ici les images de marque associées aux lieux en fonction des conditions de vie, reposent largement sur une codification visuelle, on peut supposer l’existence d’une relation entre ces images d’une part et la fréquence des déplacements d’autre part. De fait, pour toutes les variables utilisées, des corrélations statistiquement significatives ont été confirmées. Par exemple, pour la population rurale vivant dans le voisinage immédiat de Bratislava, cette ville demeure le lieu idéal à tous points de vue, qu’il s’agisse de l’achat de nourriture et de produits manufacturés, de l’activité professionnelle, culturelle ou de détente. Mais, pour les populations rurales plus éloignées de Bratislava, c’est très souvent (8 fois sur 10) la ville la plus proche du district qui bénéficie de la meilleure image de marque.

7Il existe une relation comparable entre le lieu de travail effectif et l’idée que l’on se fait du lieu où régnent les meilleures conditions de vie. Ainsi, le lieu de travail occupe une place privilégiée dans l’espace reconnu comme bénéficiant des meilleures conditions de vie, du point de vue de l’achat des produits de qualité et du recours aux services, pour lesquels on trouve des relations statistiquement significatives. Pour les ruraux, la ville où s’exerce l’activité est toujours considérée comme la référence principale en matière de qualité de la vie, qu’il s’agisse de Bratislava ou, dans le cas où la migration de travail se fait vers la plus proche ville du district, de cette dernière. On constate qu’il existe une forte corrélation, statistiquement établie, entre l’idée que l’individu se fait du lieu bénéficiant des meilleures conditions de vie et les déplacements effectifs vers ces lieux. Mais, par ailleurs, il s’avère que cette représentation mentale correspond vraiment à la réalité objective. Ainsi l’individu est parfaitement conscient du trop faible niveau des équipements publics dans les communes rurales environnant Bratislava, ce qui explique qu’en termes de conditions de vie il manifeste une préférence à l’égard des villes les plus proches. Mais ces préférences se reflètent-elles dans la perception et l’évaluation de la qualité de la vie telle qu’elle se présente en réalité dans la commune rurale de résidence, ainsi que dans la relation que l’individu entretient avec celle-ci ?

Figure 3 : TOPOPHILIE EN MATIÈRE DE LIEU DE RÉSIDENCE

Image

Source : D. Kollar

Figure 4 : TOPOPHOBIE EN MATIÈRE DE LIEU DE RÉSIDENCE

Image

Le meilleur lieu... celui où l’on vit ?

8Selon nous, la relation que l’individu entretient avec les lieux de la vie quotidienne constitue en elle-même une indication quant à la qualité de la vie propre à ces lieux. Puisque le lieu de résidence reste celui qui revêt le plus d’importance pour l’individu, il est intéressant d’analyser la relation de ce dernier à sa propre commune, parallèlement aux relations entretenues avec les autres communes et avec les villes auxquelles l’individu a périodiquement recours et qui peuvent devenir lieux potentiels d’installation future.

9Les ruraux expriment en fait une « topophilie » habituellement orientée vers la commune où ils vivent et, au contraire, une « topophobie » marquée à l’égard de Bratislava dès qu’il s’agit de considérer la capitale comme lieu de résidence (cf., respectivement, fig. 3 et 4). Parmi les personnes enquêtées, ce rapport favorable à leur propre commune est remarquablement confirmé par un très faible pourcentage de la population manifestant une « phobie » à l’égard de la commune de résidence. Mais si Bratislava, en tant que lieu d’installation potentielle, est l’objet le plus fréquent de la « topophobie » des ruraux, on constate une atténuation de cette attitude négative dans plusieurs cas : par exemple quand la distance à Bratislava s’accroit ou quand les personnes enquêtées habitent des communes rurales déjà relativement peuplées.

10Mais il faut là aussi approfondir les différents facteurs qui amènent les personnes interrogées à attribuer à certains lieux tantôt les meilleures conditions d’existence, tantôt les pires. Cela permet de mieux comprendre le sentiment de l’individu à l’égard des lieux. En ce qui concerne la « topophilie » exprimée vis-à-vis d’un lieu particulier, l’explication repose sur le fait que ce lieu est celui où est né l’individu et où il entretient des relations familiales. Presque un tiers des personnes interrogées en font le principal critère présidant au choix de leur lieu de résidence. Le deuxième facteur explicatif de la topophilie est lié à la qualité des infrastructures, le troisième à des considérations esthétiques ou au sentiment de tranquillité. Pour ce qui est de la « topophobie » à l’égard d’un lieu de résidence, la raison principale la plus fréquemment invoquée est le degré de pollution de l’environnement (27,5 % des personnes interrogées), puis viennent l’esthétique du lieu ainsi que le calme y régnant et, enfin, des considérations ethniques et de nationalité.

Conclusion

11Les sentiments que l’individu manifeste à l’égard de son lieu de résidence et la relation qu’il entretient avec celui-ci sont loin d’être des aspects négligeables de la perception de la qualité de la vie. Ils peuvent même influencer le comportement spatial potentiel lors du choix du futur lieu de résidence. Les remarques faites par les personnes enquêtées à propos d’un éventuel changement de leur lieu de résidence dans les années à venir confirment ce que nous avons dit des sentiments très favorables affichés à l’égard du lieu de résidence actuel : 81,4 % des individus n’envisagent pas de déménager dans l’avenir immédiat et seulement 6 % songent à cette possibilité.

12Un environnement relativement préservé, la qualité du paysage, le calme, le rapport direct à la nature ainsi qu’un climat social favorable constituent autant d’éléments de prise en considération essentiels chez les ruraux ; ce sont ces éléments qui influencent sérieusement leurs motivations de migration dans les environs de Bratislava. Selon nous, ces éléments de réflexion joueront toujours un rôle déterminant dans notre pays et les problèmes de qualité de la vie seront de plus en plus pris en compte à partir de ces critères d’évaluation.

Bibliographie

Bibliographie

IRA (V.), 1992, Perception de l’environnement et conscience de la population à l’égard de la dégradation du cadre de vie, Drgona V. (éd.), Les systèmes régionaux du cadre de vie, Université de Nitra, Nitra, pp. 87-89.

JONES (E.), EYLES (J.), 1977, Introduction to Social Geography, Oxford, University Press, London.

KOLLAR (D.), 1992 a, Quelques remarques sur l’emploi de l’approche humaniste dans l’analyse des structures de l’espace de l’hinterland de Bratislava, in Drgona V. (éd), op. cit., Nitra, pp. 90-95.

KOLLAR (D.), 1992 b, Géographie sociale et problèmes de la recherche en comportement spatial des hommes, Revue géographique, n° 2, pp. 149-161.

KUIPERS (B.J.), 1982, The « Map in the Head » Metaphor, Environment and Behavior, 14, pp. 202-220.

OTOK (S.), 1987, Géographie sociale, PWN, Warszawa.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.