Version classiqueVersion mobile

Bacon et Descartes

 | 
Élodie Cassan

Partie II. La diffusion de la pensée baconienne dans la France post-cartésienne

Chapitre IX

Comment un cartésien peut-il devenir baconien ?

Ronan de Calan

Texte intégral

1La réponse à la question : « Comment un cartésien peut-il devenir baconien ? » pourrait tenir lieu de caractérisation – bien qu’assez superficielle sans doute, et l’on verra pourquoi – de la philosophie des Lumières françaises. Une philosophie qui à partir des Lettres anglaises de Voltaire, de 1734, sans souhaiter se voir adresser le reproche de « battre sa nourrice », à savoir Descartes, abandonne néanmoins la « mode cartésienne » pour embrasser le système de Newton – et ce faisant, rencontre un précédent à Newton dans la personne et la doctrine de l’illustre chancelier.

2L’article « Baconisme » de l’Encyclopédie, rédigé par l’abbé Pestré, auteur par ailleurs du fameux article « Cartésianisme », est la relation de cette redécouverte : avec les mots de Voltaire, tirés des Lettres anglaises (1734), avec les mots de Condillac tirés de l’Essai sur l’origine des connaissances humaines (1746), avec les mots de d’Alembert dans son Discours préliminaire (1751), enfin, avec les mots de Diderot, dans son Prospectus (1750). Comme pour l’article « Cartésianisme », Pestré ne tire presque rien de son propre fond et procède par collage, ce qui donne au bout du compte un résultat assez hétéroclite, mais très utile : pour ce qu’il restitue quelque chose comme une doxa du baconisme, soit un ensemble plus ou moins homogène de positions et de présuppositions positives ou négatives, mais surtout positives, on l’aura compris, sur l’auteur et sa philosophie.

  • 1 A. Charrak, Empirisme et théorie de la connaissance, Paris, Vrin, 2009.

3Or, dans cette doxa qui a pour nom « baconisme », on rencontre à chaque paragraphe, en contrepoint, voire en concurrence, sinon le nom, du moins la figure de Descartes ou celle du cartésianisme. Si bien que cet article pourrait être lu comme une théorie de l’art de passer de Descartes à Bacon, de corriger Descartes par Bacon et de devenir baconien quand on a été cartésien. Reste à voir pour nous si cette théorie de l’art peut s’extraire du domaine des présuppositions doxiques, pour rentrer dans le champ des véritables positions théoriques. Or – et que l’on nous permette ici de nous avancer vers notre conclusion – le résultat sera essentiellement négatif, à l’exception notable d’une des philosophies considérées, celle de Diderot, en réalité assez marginalisée aujourd’hui comme hier dans le domaine de la théorie de la connaissance et de la théorie de la science. Non – et l’on conclura ici avant même d’avoir commencé – cette clef offerte par les Lumières n’est pas la bonne, et le devenir baconien des cartésiens n’est pas une bonne manière d’interpréter les Lumières – elle est en revanche une bonne clef de lecture de l’œuvre de Diderot, qui en cela se singularise, en quittant d’ailleurs en partie le champ, en voie de formation au xviiie siècle, de la théorie de la connaissance et de la théorie de la science. Pour rejoindre une position théorique qui nous est chère, c’est plutôt, comme l’a fort bien montré André Charrak dans son œuvre, dans les lectures leibniziennes de Locke, non dans le devenir baconien des cartésiens, qu’il faut chercher la matrice de la théorie de la connaissance comme de la théorie de la science des Lumières1.

 

4Mais revenons à l’article « baconisme » de Pestré. Après une courte notice biographique tout entière empruntée à Voltaire, le chancelier Bacon y est d’abord présenté sous les traits d’un opposant héroïque à la philosophie scolastique :

  • 2 Art. « Baconisme », Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, (...)

Le chancelier Bacon est un de ceux qui ont le plus contribué à l’avancement des Sciences. Il connut très bien l’imperfection de la Philosophie scholastique, et il enseigna les seuls moyens qu’il y eût pour y remédier. « Il ne connaissait pas encore la nature, dit un grand homme [et l’abbé cite ici le Voltaire des Lettres anglaises], mais il savait et indiquait tous les chemins qui mènent à elle. Il avait méprisé de bonne heure tout ce que les universités appelaient la Philosophie, et il faisait tout ce qui dépendait de lui, afin que les compagnies instituées pour la perfection de la raison humaine, ne continuassent pas de la gâter par leurs quiddités, leurs horreurs du vide, leurs formes substantielles, et tous ces mots impertinents, que non seulement l’ignorance rendait respectables, mais qu’un mélange ridicule avec la religion avait rendu sacrés.2

  • 3 Voltaire, « Lettre sur l’Encyclopédie », dans Œuvres complètes, tome 47, 1784, p. 393.

5Ce passage, qui se clôt par une longue citation de Voltaire, est en réalité un double emprunt à Voltaire, bien sûr, mais aussi au d’Alembert du Discours préliminaire. Ce même discours dont Voltaire dira dans sa Lettre sur l’Encyclopédie, convoquant déjà pour les comparer les figures adverses de Descartes et de Bacon, qu’« applaudit de toute l’Europe, [il] parut supérieur à la méthode de Descartes, et égal à tout ce que l’illustre chancelier Bacon avait écrit de mieux »3. C’est effectivement dans le Discours préliminaire que Bacon y est présenté comme l’ennemi de la philosophie scolastique auquel succèdera « l’illustre Descartes », témoignant du même « courage pour combattre les préjugés les plus généralement reçus », mais surtout précisément, occupant la seconde place dans cette généalogie de l’héroïsme philosophique moderne. Car tout ce que dit Voltaire de Bacon peut a fortiori être attribué à Descartes et l’est dans le Discours préliminaire, en particulier la lutte contre les formes substantielles de l’École.

6C’est la même référence au Discours préliminaire de d’Alembert, doublé du Prospectus de Diderot, qui conduit dans l’article « Baconisme » les premières appréciations proprement philosophiques de l’auteur de l’incomplète Instauratio magna. Car Pestré en suit les deux parties subsistantes dans le projet, celle qui renvoie au De augmentis scientiarum de 1623, traduit dès 1632 sous le titre De l’accroissement et de la dignité des sciences et la seconde, qui renvoie au Novum organum. Là encore, du moins dans la seconde partie, il s’agit d’un simple collage, une reprise du Discours préliminaire et du Prospectus.

  • 4 Art. « Baconisme », Encyclopédie, ouvr. cité.

Il [Bacon] composa deux ouvrages pour perfectionner les Sciences. Le premier est intitulé de l’accroissement & de la dignité des Sciences : il y montre l’état où elles se trouvaient alors, et indique ce qui restait à découvrir pour les rendre parfaites. Mais il ajoute qu’il ne faut pas espérer qu’on avance beaucoup dans cette découverte, si on ne se sert d’autres moyens que de ceux dont on s’était servi jusqu’alors. Il fait voir que la Logique qu’on enseignait dans les écoles était plus propre à entretenir les disputes qu’à éclaircir la vérité, et qu’elle enseignait plutôt à chicaner sur les mots qu’à pénétrer dans le fond des choses. Il dit qu’Aristote, de qui nous tenons cet art, a accommodé sa physique à sa logique, au lieu de faire sa logique pour sa physique, et que renversant l’ordre naturel, il a assujetti la fin aux moyens. C’est aussi dans ce premier ouvrage qu’il propose cette célèbre division des Sciences qu’on a suivie en partie dans ce Dictionnaire. Voyez le Discours préliminaire.4

7Cette reprise du Discours prélimaire, une fois encore, retient deux dimensions essentielles du baconisme dont l’une ne fait pas défaut au cartésianisme mais l’autre, si : la promotion de la philosophie naturelle contre la logique des écoles et l’inversion de l’ordre logique et de l’ordre physique d’une part ; d’autre part, la célèbre division des sciences dont le Discours préliminaire, à la suite du Prospectus, dira qu’elle recentre la philosophie naturelle sur une dimension supportée par les arts mécaniques : l’utilité. Comme le note d’Alembert assez laconiquement à la suite de Diderot :

  • 5 J. Le Rond D’Alembert, « Discours Préliminaire », Encyclopédie, t. I (1751), p. XXIII.

[Bacon] semble la borner [il s’agit de la philosophie] à la Science des choses utiles, & recommande partout l’étude de la Nature. Ses autres Écrits sont formés sur le même plan ; tout, jusqu’à leurs titres, y annonce l’homme de génie, l’esprit qui voit en grand. Il y recueille des faits, il y compare des expériences, il en indique un grand nombre à faire ; il invite les savants à étudier et à perfectionner les Arts, qu’il regarde comme la partie la plus relevée et la plus essentielle de la Science humaine.5

8Ce critère de l’utilité de la science et cette promotion des arts mécaniques, qui somme toute justifie le titre même de l’Encyclopédie et constitue une des dimensions dominantes du baconisme, telle que notée laconiquement par d’Alembert et très élogieusement et à de nombreuses reprises par Diderot, n’a curieusement pas sa place dans l’article de Pestré, qui se contentera dans sa conclusion, à la suite de Voltaire, de faire de Bacon le père de la philosophie expérimentale. Cet oubli, outre qu’il est assez surprenant si l’on considère la place qu’accorde Diderot aux arts mécaniques comme point de repère du baconisme, on y reviendra, dit beaucoup aussi du caractère en réalité assez stratégique de la référence à Bacon, dont on prononce plus volontiers l’éloge qu’on ne lit les textes.

9La présentation du Novum organum et la traduction de quelques-uns de ses aphorismes sont en réalité la seule initiative que se soit permise Pestré dans sa notice. Pestré insiste ici essentiellement sur la logique nouvelle, « la bonne induction » et traduit en totalité ou en partie les aphorismes 9, 11, 12, 14, 15, 17, 19, 22 et enfin 97 de la première partie du Novum organum, qui traitent de la critique de la logique scolastique d’abord, de la méthode de la vérité ensuite – que Pestré confond avec la logique de l’induction et dont il ne perçoit pas l’engagement expérimental, donc le lien avec les arts mécaniques – enfin, de la réforme de l’entendement.

10C’est ce thème de la réforme de l’entendement qui permet à l’abbé d’embrayer avec une longue citation de Condillac qui confronte explicitement cette fois Bacon à Descartes :

  • 6 Art. « Baconisme », Encyclopédie, ouvr. cité.

On voit par ces Aphorismes que Bacon croyait que toutes nos connaissances viennent des sens. Les Péripatéticiens avoient pris cette vérité pour fondement de leur philosophie : mais ils étaient si éloignés de la connaître, qu’aucun d’eux n’a su la développer ; et qu’après plusieurs siècles, c’était encore une découverte à faire. Personne n’a donc mieux connu que Bacon la cause de nos erreurs : car il a vu que les idées qui sont l’ouvrage de l’esprit, avoient été mal faites ; & que par conséquent, pour avancer dans la recherche de la vérité, il fallait les refaire. C’est un conseil qu’il répète souvent dans son nouvel organe. « Mais pouvait-on l’écouter, dit l’auteur de l’Essai sur l’origine des connaissances humaines ? Prévenu, comme on l’était pour le jargon de l’école, et pour les idées innées, ne devait-on pas traiter de chimérique le projet de renouveler l’entendement humain ? Bacon proposait une méthode trop parfaite pour être l’auteur d’une révolution ; et celle de Descartes devait réussir, parce qu’elle laissait subsister une partie des erreurs. Ajoutez à cela que le philosophe anglais avait des occupations qui ne lui permettaient pas d’exécuter entièrement lui-même, ce qu’il conseillait aux autres. Il était donc obligé de se borner à donner des avis qui ne pouvaient faire qu’une légère impression sur des esprits incapables d’en sentir la solidité. Descartes au contraire, livré entièrement à la Philosophie, et ayant une imagination plus vive et plus féconde, n’a quelquefois substitué aux erreurs des autres que des erreurs plus séduisantes, qui, peut-être, n’ont pas peu contribué à sa réputation ».6

11Bacon apparaît dans ce passage d’abord copié puis cité de Condillac comme le fondateur de l’empirisme moderne dans sa voie génétique, avant Locke, mais au fond tout entier tendu vers Locke : un empiriste au sens propre, puisqu’à aucun moment il n’a fait système, laissant à Descartes le soin de superposer ses erreurs séduisantes (l’innéisme revisité notamment) sur le vide d’une réforme. Pestré conclut par un dernier morceau de Voltaire, on l’a dit, sur la philosophie expérimentale.

12Que retenir de cette notice, de la formation de cette doxa du baconisme ? Bacon y est présenté au fond comme le porteur des principales caractéristiques de l’empirisme des Lumières, ce qui est un premier point important, mais essentiellement par ailleurs dans sa séparation d’avec le cartésianisme, dans un mouvement qu’il permet, de clôture de l’intermède cartésien, pour reprendre une formule neurathienne tournée contre Kant en 1930. Bacon est en effet le pionnier d’une rupture avec l’école qui ne peut pas ne pas s’interpréter au xviiie siècle comme une rupture conjointe avec le cartésianisme comme courant dominant. Il vient par ailleurs offrir une représentation synoptique des sciences et des arts qui échappait au cartésianisme et qui correspond au projet même de l’Encyclopédie. Il est enfin l’empiriste par excellence, c’est-à-dire un empiriste de la genèse d’une part, précurseur de Locke et de Condillac, mais aussi un philosophe expérimental d’autre part, avant Descartes et surtout, avant Newton.

13Mais plus encore, ce qu’il nous faut retenir de ce collage, c’est l’usage stratégique qui est fait de la philosophie de Bacon, bien loin de constituer une lecture scrupuleuse de l’œuvre – et il faut d’ailleurs reconnaître à Berthier, dans le Journal de Trévoux, d’avoir identifié très tôt le caractère peu orthodoxe de l’éloge du Chancelier au moins dans le Prospectus et dans le Discours préliminaire. Car on lui donne trop, et en un sens également trop peu. On lui donne ce qu’il n’a pas, et on lui retire de ce qu’il a.

14En effet, si l’on considère par exemple l’usage de Bacon par Voltaire et d’Alembert, on doit reconnaître qu’il est tout entier tourné vers Newton, considéré comme l’achèvement de la philosophie naturelle. Voltaire, on le sait, va même jusqu’à trouver chez Bacon, de façon assez curieuse en réalité, des anticipations de la théorie newtonienne de l’attraction. Pourtant, lui-même comme d’Alembert le concèderont volontiers, Newton vient d’abord après Descartes et sa géométrie, et c’est d’une certaine conception de la mathématicité de la physique totalement absente du corpus baconien, mais proposée par le philosophe français, que procèdent les Principia mathematica. L’article « Expérimental » de l’Encyclopédie rédigé par d’Alembert est sur ce point sans ambiguïté :

Descartes, & Bacon lui-même, malgré toutes les obligations que leur a la Philosophie, lui auraient peut-être été encore plus utiles, s’ils eussent été plus physiciens de pratique et moins de théorie ; mais le plaisir oisif de la méditation et de la conjecture même, entraîne les grands esprits. Ils commencent beaucoup et finissent peu ; ils proposent des vues, ils prescrivent ce qu’il faut faire pour en constater la justesse et l’avantage, et laissent le travail mécanique à d’autres, qui éclairés par une lumiere étrangère, ne vont pas aussi loin que leurs maîtres auraient été seuls : ainsi les uns pensent ou rêvent [les cartésiens], les autres agissent ou manœuvrent [Bacon], & l’enfance des Sciences est longue, ou, pour mieux dire, éternelle.

  • 7 J. Le Rond d’Alembert, art. « Expérimental », Encyclopédie, t. VI (1756), p. 299.

Cependant l’esprit de la physique expérimentale que Bacon et Descartes avaient introduit, s’étendit insensiblement. […] Peu à peu la physique de Descartes succéda dans les écoles à celle d’Aristote, ou plutôt de ses commentateurs. Si on ne touchait pas encore à la vérité, on était du moins sur la voie : on fit quelques expériences ; on tenta de les expliquer : on aurait mieux fait de se contenter de les bien faire, et d’en saisir l’analogie mutuelle : mais enfin il ne faut pas espérer que l’esprit se délivre si promptement de tous ses préjugés. Newton parut, et montra le premier ce que ses prédécesseurs n’avoient fait qu’entrevoir, l’art d’introduire la Géométrie dans la Physique, et de former, en réunissant l’expérience au calcul, une science exacte, profonde, lumineuse, et nouvelle : aussi grand du moins par ses expériences d’optique que par son système du monde, il ouvrit de tous côtés une carrière immense & sûre […].7

15Cette histoire très téléologique, qui met en avant Newton comme le représentant de la philosophie seconde dans la relation désormais inversée qu’elle entretient avec la philosophie première, est une histoire qui ne se conçoit pas sans l’épisode cartésien (le rêve d’une géométrisation complète de la physique) quand elle peut en réalité bien faire l’économie du moment baconien (les manœuvres du technicien selon d’Alembert). On peut donc conclure sur ce point de façon assez simple, voire naïve : quand il est utilisé pour justifier Newton contre Descartes, Bacon sert essentiellement à détruire les hypothèses cartésiennes au nom de la philosophie expérimentale – bien faire l’expérience, bien la conduire, plutôt que de forger inutilement des hypothèses. Mais c’est une correction très secondaire par rapport à ce que Descartes lègue au newtonianisme par ses rêveries.

16Cet usage du baconisme en lieu et place d’une lecture de Bacon, on le trouve également chez Condillac, bien que cette fois-ci, la cible visée, le terminus ad quem soit moins Newton que Locke. Le passage de l’Essai de 1746 cité par Jean Pestré renvoie lui-même à l’introduction de l’ouvrage, où Condillac peut dire, en parlant de la méthode empiriste des relations d’idées tirées des sens externes et internes :

  • 8 E. Bonnot de Condillac, « Introduction », Essai sur l’origine des connaissances humaines [1746], Pa (...)

Bacon est peut-être le premier qui l’ait aperçue. Elle est le fondement d’un ouvrage dans lequel il donne d’excellents conseils pour l’avancement des sciences [il s’agit du Novum organum]. Les cartésiens ont rejeté ce principe avec mépris, parce qu’ils n’en ont jugé que d’après les écrits des péripatéticiens. Enfin, Locke l’a saisi, et il a l’avantage d’être le premier qui l’ait démontré.8

17Dans son cours d’étude de 1755, qui témoigne si fort de son attachement à la philosophie anglaise, Condillac insiste encore sur ce point :

Ils [les cartésiens] se sont égarés en physique parce qu’ayant négligé l’observation et l’expérience, ils se sont hâtés de voler aux principes et ils ont bâti des systèmes. Ils auraient dû étudier Bacon. [Condillac embraye immédiatement sur la philosophie morale.]

  • 9 E. Bonnot de Condillac, Cours d’étude. Histoire moderne, dans Œuvres complètes, Paris, Baudoin frèr (...)

Ce dernier philosophe [Bacon] regrettait que personne n’eût encore entrepris d’effacer toutes nos idées et d’en graver de plus exactes sur l’entendement humain, comme sur une table rase. Locke ne laisse plus lieu à de pareils regrets. Persuadé qu’on ne peut connaître l’esprit qu’en observant, il s’est ouvert et frayé une route qu’on n’avait point battue avant lui. Il a pu former le dessein et tenter de l’exécuter en considérant les progrès que les sciences devaient de son temps à l’expérience et à l’observation : mais il a la gloire que ses découvertes n’ont été préparées par aucun de ceux qui avaient écrit avant lui sur l’entendement humain.9

18Une fois encore, force est de reconnaître que Bacon sert une philosophie qui n’est pas la sienne : après la philosophie naturelle de Newton, ce qu’on pourrait appeler la théorie de la connaissance et même la théorie des idées de Locke, celle de l’Essai concernant l’entendement humain dont Condillac dit se faire l’interprète. Car une fois encore c’est à un autre qu’il appartient de réaliser ce que Bacon s’était contenté d’esquisser, quitte à ce que la réalisation s’éloigne assez sensiblement des intentions et même des possibilités de l’original.

19Dans leur opposition à la philosophie cartésienne qui a pour nom « baconisme », les Lumières avancent donc masquées derrière la figure tutélaire de Bacon, beaucoup plus que leurs représentants ne le lisent sérieusement.

20Un seul auteur échappe à ce travestissement si l’on peut dire, un lecteur avide de Bacon – « Je crois avoir appris à mes concitoyens à estimer & à lire le chancelier Bacon », écrit-il dans l’article « Encyclopédie » – mais au fond et pour cette raison, un auteur assez éloigné des véritables enjeux de la théorie de la connaissance et de la théorie de la science des Lumières : Diderot. Le baconisme de Diderot se déploie bien par-delà Descartes, et au fond, pourrait-on ajouter, en dépit de Locke et de Newton. L’article « Art » de l’Encyclopédie, rédigé en bonne partie en réponse aux attaques de Berthier dans le Journal de Trévoux, constitue, lui, une défense de Bacon sur le terrain de l’orthodoxie, où l’on voit Diderot célébrer les arts mécaniques comme composante majeure et même comme destination de la philosophie naturelle, et déprécier déjà le domaine des mathématiques pures.

  • 10 D. Diderot, art. « Art », Encyclopédie, t. I (1751), p. 713.

Bacon regardait l’histoire des Arts mécaniques comme la branche la plus importante de la vraie Philosophie ; il n’avait donc garde d’en mépriser la pratique. […] Mettez dans un des côtés de la balance les avantages réels des Sciences les plus sublimes, et des Arts les plus honorés, et dans l’autre côté ceux des Arts mécaniques, et vous trouverez que l’estime qu’on a faite des uns, et celle qu’on a faite des autres, n’ont pas été distribuées dans le juste rapport de ces avantages, et qu’on a bien plus loué les hommes occupés à faire croire que nous étions heureux, que les hommes occupés à faire que nous le fussions en effet. Quelle bizarrerie dans nos jugements ! Nous exigeons qu’on s’occupe utilement, et nous méprisons les hommes utiles.10

21Comme on sait, De l’interprétation de la nature (1753), à la forme tout aussi aphoristique que celle du Novum organum, reprendra avec force ce thème baconien de la critique des mathématiques pures et ce dès la seconde pensée que l’on ne peut éviter de citer ici :

  • 11 D. Diderot, De l’interprétation de la nature, 1753.

Une des vérités qui aient été annoncées de nos jours avec le plus de courage et le plus de force, qu’un bon physicien ne perdra point de vue, et qui aura certainement les suites les plus avantageuses, c’est que la région des mathématiciens est un monde intellectuel où ce que l’on prend pour des vérités rigoureuses perd absolument cet avantage quand on l’apporte sur notre terre. On en a conclu que c’était à la philosophie expérimentale à rectifier les calculs de la géométrie. Mais à quoi bon corriger le calcul géométrique par l’expérience ? N’est-il pas plus court de s’en tenir au résultat de celle-ci ? D’où l’on voit que les mathématiques, transcendantes surtout, ne conduisent à rien de précis sans expérience ; que c’est une espèce de métaphysique générale, où les corps sont dépouillés de leurs qualités individuelles ; et qu’il resterait au moins à faire un grand ouvrage de ce qu’on pourrait appeler L’Application de l’expérience à la géométrie, ou Traité de l’aberration des mesures.11

22Diderot se fait là critique de ce qui constituera la base même de la physique nouvelle. Mais surtout, c’est sur le chapitre de la participation des arts mécaniques à l’édification de la science expérimentale que Diderot déploie un raisonnement des plus baconiens. L’article « Encyclopédie », par exemple, nous expose dans le contexte de l’analyse du fonctionnement des arts mécaniques une théorie de l’expérimentation qui utilise très largement non seulement le vocabulaire baconien, mais la théorie des degrés d’expérience développée dans le Novum organum, du hasard à l’experientia literata, par une formation continue de nouveaux axiomes des plus bas aux plus hauts, et non un saut immédiat vers les généralités les plus hautes : l’expérience instruite ou savante qui par cette méthode de va-et-vient de l’expérimentation à la formation d’axiomes, génère des experimenta lucifera et fructifera, c’est-à-dire à la fois des expérimentations lucifériennes, lumineuses, « élucidatrices » pour la connaissance, et des expérimentations fructueuses car productrices d’une nouvelle réalité, des substituts de ce qui était jadis dévolu à la magie :

  • 12 D. Diderot, art. « Encyclopédie », Encyclopédie, t. V, p. 647.

Communément le hasard suggère les premières tentatives ; elles sont infructueuses et restent ignorées : un autre les reprend ; il a un commencement de succès, mais dont on ne parle point : un troisième marche sur les pas du second : un quatrième sur les pas du troisième ; et ainsi de suite, jusqu’à ce que le dernier produit des expériences soit excellent : & ce produit est le seul qui fasse sensation.12

23Cette théorie de l’évolution graduelle de la certitude de l’expérience associée à l’affinage technique des conditions de l’expérimentation elle-même est encore une fois typiquement baconienne, et il faut reconnaître que jusqu’aux travaux de Ian Hacking sur la solidarité de la connaissance scientifique et de l’intervention technologique dans Representing an Intervening de 1983 (Concevoir et expérimenter), elle a été plutôt négligée par l’épistémologie. Elle conduit évidemment à privilégier les arts mécaniques non seulement comme finalité mais comme principe même de la découverte dans la philosophie naturelle. Diderot, qui accorde aux arts mécaniques une place de choix dans le programme d’éducation qu’il soumet à Catherine II de Russie (le fameux « Plan d’une université pour le gouvernement de Russie ») anticipe sur ce point très clairement sur les théories pédagogiques de La Chalotais (Essai d’éducation nationale, 1763) puis de Condorcet (Mémoires sur l’instruction publique, 1788). Diderot défendra toujours une science d’ingénieurs plus qu’une science pour la science.

24Quant à la théorie de la science elle-même, elle aura tendance à se détacher au contraire de l’utilité et de la prééminence des arts mécaniques pour rejoindre essentiellement la problématique cartésienne de la mathématicité de la physique. Comme l’indiquera Auguste Comte, en suivant la voie de d’Alembert plutôt que celle de Diderot, il s’agirait bien plutôt dans ce domaine de redevenir cartésien contre Bacon :

  • 13 A. Comte, « Physique sociale », Cours de philosophie positive, 56e leçon, t. VI [1842], p. 303.

D’une nature plus active, mais moins rationnelle, et, à tous égards, moins éminente, préparé par une éducation vague et incohérente, soumis ensuite à l’influence permanente d’un milieu essentiellement pratique, où la spéculation était étroitement subordonnée à l’application, Bacon n’a qu’imparfaitement caractérisé le véritable esprit scientifique, qui, dans ses préceptes, flotte si souvent entre l’empirisme et la métaphysique, surtout envers l’étude du monde extérieur, base immuable de toute la philosophie naturelle ; tandis que Descartes, aussi grand géomètre que profond philosophe, appréciant la positivité à sa vraie source initiale, en pose avec bien plus de fermeté et de précision les conditions essentielles, dans cet admirable discours où, en retraçant naïvement son évolution individuelle, il décrit, à son insu, la marche générale de la raison humaine ; cette appréciation concise sera toujours relue avec fruit, même après que la diffuse élaboration de Bacon n’offrira plus qu’un simple intérêt historique.13

25Ce faisant, Comte clôt pour l’épistémologie baconienne une période de gloire qu’au fond seul Diderot avait souhaité véritablement ouvrir, les autres s’accommodant d’un éloge commode, utile. Un éloge qui portait aussi et surtout contre ce qui du cartésianisme, géométrie exceptée, formait obstacle à la pénétration de la science newtonienne ou au développement de la voie génétique de l’empirisme inaugurée par Locke.

Notes

1 A. Charrak, Empirisme et théorie de la connaissance, Paris, Vrin, 2009.

2 Art. « Baconisme », Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une Société de gens de lettres, Paris, Briasson, vol. II, 1752, p. 8.

3 Voltaire, « Lettre sur l’Encyclopédie », dans Œuvres complètes, tome 47, 1784, p. 393.

4 Art. « Baconisme », Encyclopédie, ouvr. cité.

5 J. Le Rond D’Alembert, « Discours Préliminaire », Encyclopédie, t. I (1751), p. XXIII.

6 Art. « Baconisme », Encyclopédie, ouvr. cité.

7 J. Le Rond d’Alembert, art. « Expérimental », Encyclopédie, t. VI (1756), p. 299.

8 E. Bonnot de Condillac, « Introduction », Essai sur l’origine des connaissances humaines [1746], Paris, Vrin, 2002, p. 10.

9 E. Bonnot de Condillac, Cours d’étude. Histoire moderne, dans Œuvres complètes, Paris, Baudoin frères, 1827, tome XIV, p. 582-583.

10 D. Diderot, art. « Art », Encyclopédie, t. I (1751), p. 713.

11 D. Diderot, De l’interprétation de la nature, 1753.

12 D. Diderot, art. « Encyclopédie », Encyclopédie, t. V, p. 647.

13 A. Comte, « Physique sociale », Cours de philosophie positive, 56e leçon, t. VI [1842], p. 303.

Auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search