Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Transition et contextes géographiques : les campagnes tchèques

Übergang und geographische Umstände: die ländlichen Gebiete der Tschechischen Republik

Transition and Geographical Contexts: Rural Areas of the Czech Republic

Transición y contextos geográficos: el campo checo

p. 123-142

Résumés

Français
English
Deutsch
Español

Les transformations qui affectent les campagnes de la République tchèque depuis 1989 sont ici étudiées dans leurs rapports avec l’environnement géographique, au sens large du terme. Les niveaux contraignants des contextes spatiaux influencent et modifient, à l’échelle régionale, les premières adaptations aux nouvelles orientations politique et économique du pays. Cette approche spécifique permet de replacer quelques éléments de la transition en cours dans un cadre chronologique et spatial plus large et de tenter, par là-même, de dégager les ancrages territoriaux durables dans lesquels s’inscrivent ces changements récents.

The transformations which have been affecting the rural areas of the Czech Republic since 1988 are studied here in their relation to their geographical environment, in the broad sense of the term. On a regional level, the constraints created by spatial contexts influence and modify the first forms of adaptation to new political and economic orientations. This approach makes it possible to put a few elements relative to the transition now underway back into a broader chronological and spatial framework. It also allows us to attempt to identify the durable territorial underpinnings in relation to which these recent changes are best understood.

Die Veränderungen, denen die ländlichen Gebiete der Tschechischen Republik seit 1989 unterliegen, werden hier im Verhältnis zu ihrem geographischen Umfeld im weitesten Sinne untersucht. Die räumlichen Umstände mit ihren abgestuften Zwängen beeinflussen und verändern im regionalen Maßstab die ersten Anpassungsversuche an die neuen politischen und ökonomischen Ausrichtungen des Landes. Dieser spezifische Ansatz erlaubt es, einige wesentliche Merkmale des laufenden Übergangs in einen zeitlich und räumlich größeren Rahmen zu stellen und zu versuchen, eben dadurch die dauerhaften territorialen Verankerungen herauszuarbeiten, die mit den jüngsten Veränderungen in Zusammenhang stehen.

Las transformaciones que afectan el campo de la República checa desde 1989 son estudiadas aquí en sus relaciones con el entorno geográfico, en el sentido ampliodel término. Los niveles apremiantes de los contextos espaciales influencian y modifican, a escala regional, las primeras adaptaciones a las nuevas orentaciones políticas y económicas del país. Este enfoque específico permite situar algunos elementos de la transición en curso, en un marco cronológico y espacial más amplio, y tratar así de poner en evidencia aquellas fijaciones territoriales duraderas en las cuales se inscriben estos cambios recientes.

Note de l’auteur

Avec la collaboration de J. ZAPLETALOVA et E. REINÖHLOVA et sur la base de documents cartographiques aimablement communiqués par Dr. A. GÖTZ.


Texte intégral

1À l’œuvre depuis 1990, les processus de transition dans les campagnes de la République tchèque s’appuient sur un choix politique et économique très fortement affirmé par les dirigeants : sortir complètement du modèle socialiste et établir le plus vite possible une économie libérale.

2Les outils législatifs mis en place pour assurer cette transition (loi sur la restitution des terres, loi sur la transformation des coopératives, loi sur la « grande privatisation » etc.) ont provoqué les premières manifestations du changement dans le milieu rural : des paysans privés en nombre croissant, de nouveaux statuts pour les unités d’exploitation agricole ex-socialistes, la dissociation des activités agricoles et industrielles au sein des coopératives, une baisse de la superficie des terres labourables et des incertitudes sur les nouveaux modes d’utilisation du sol, etc.

3Mais, si de tels phénomènes sont en grande partie engendrés par des mécanismes internes à la transition, appliqués sur l’ensemble du territoire national, ils n’en sont pas moins largement influencés et modifiés dans leurs manifestations régionales par les propriétés de l’environnement géographique.

4Deux formes d’approche, d’ailleurs complémentaires, sont nécessaires pour comprendre cette transition. Il faut certes enquêter sur le comportement des entreprises et des individus face à la nouvelle donne juridique et économique, mais il est tout aussi fondamental d’étudier les niveaux contraignants des systèmes d’environnement où s’inscrivent ces actes plus individuels. C’est cette seconde approche qui est ici explorée. La complexité des systèmes ruraux, la répartition spatiale des types d’entreprises agricoles, la réactivation des avantages comparatifs des espaces après quarante ans de nivellement socialiste sont autant de critères qui, appréhendés à l’échelle nationale, permettent de dégager des spécificités éventuelles et des types d’espaces régionaux face aux mécanismes généraux de la transition et à l’intervention des nouveaux acteurs1.

Nouvelles entreprises agricoles et complexité des campagnes

5Les espaces ruraux de la République tchèque se caractérisent par une grande complexité, fruit du cumul d’éléments aussi divers que l’importance numérique de la population concernée, la densité du réseau de peuplement villageois, l’imbrication des activités agricoles, industrielles et de services. On est loin des « déserts ruraux » et des « campagnes profondes » exclusivement agricoles de certaines régions d’Europe occidentale : partout, ou presque, où il y a une coopérative agricole, il y a une activité industrielle.

6Les unités de production, puisque c’est à elles que s’appliquent les processus juridiques de la transition (et non aux espaces où elles sont situées), sont les véritables lieux du changement dont elles présentent les premiers signes tangibles. Certaines des transformations qui les affectent sont structurelles et systématiques, alors que d’autres prennent des formes différentes, selon leur localisation d’appartenance, car elles sont influencées par les structures géographiques environnantes. Cette constatation oriente donc notre réflexion sur les possibilités de nouveaux ancrages spatiaux pour les entreprises agricoles en cours de constitution.

Niveaux de peuplement et nouvelles exploitations

7La densité moyenne de population, élevée (130,6 hab./km2), s’appuie partout sur un semis d’habitat rural dense, mais dont la trame élémentaire diffère d’Ouest en Est (fig. 1). Les plaines et plateaux de Bohême et de Moravie occidentale offrent un peuplement continu qui s’appuie sur un maillage très dense de petits villages, de 200 à 500 habitants, distants de 2 à 4 km, alors que le Bassin morave et la Silésie ont une population rurale concentrée en localités plus importantes, de 1 500 à 3 000 habitants, et plus éloignées les unes des autres.

La Moravie du Sud, avec une densité de 136,4 hab./km2, est un des lieux de contact entre ces deux types de semis. Les deux districts méridionaux de Znojmo et Breclav en offrent un bon exemple. À Breclav, les communes de plus de 1 000 habitants dominent très largement. À Znojmo, elles sont plus petites : les villages de 500 habitants forment 70 % des communes, alors qu’ils représentent une faible part de la population totale du district (13,6 %). La coupure entre les deux semis de peuplement se situe à l’intérieur même du district de Znojmo, au contact entre la grande plaine et les pays de collines.

Figure 1 : SEMIS DE PEUPLEMENT RURAL EN RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

Image

Source : G. Zrinscak

8Dans ce contexte de semis de peuplement contrasté, le processus de « déconcentration » des unités d’exploitation agricole socialistes, amorcé dès avant 1989, n’a pas toujours les mêmes implications spatiales.

9La priorité donnée à la très grande exploitation connut son apogée à partir du milieu des années 70 ; le regroupement maximal des coopératives et des fermes d’État en gigantesques unités allongea les déplacements quotidiens de la main d’œuvre agricole vers son lieu de travail. Aujourd’hui, on tente de revenir et de reproduire la structure du début de la collectivisation, soit une unité agricole par village. Or, une telle recomposition ne peut s’effectuer avec la même efficacité économique dans des espaces caractérisés par des systèmes de peuplement aussi différents. Dans les régions de gros villages, les communes disposent d’une superficie cultivable suffisamment vaste pour y maintenir une (ou des) grande(s) exploitation(s) néo-coopérative(s) viable(s) économiquement ; au contraire, dans les zones de petites localités, les coopératives, réduites à de petits finages villageois, doivent tenter de trouver un nouvel équilibre entre une SAU (Surface Agricole Utile) moindre et des charges de fonctionnement encore lourdes. De ce fait, elles sont pour l’heure nettement moins compétitives que les exploitations privées locales récemment créées. Ce cas de figure met en évidence comment la configuration géographique locale peut peser sur le développement d’un modèle néo-coopératif ou d’un modèle franchement privé quand on tient compte de la manière dont sont réparties les charges ; la recherche « d’économie d’échelle », porteuse de gain de productivité, qui est un phénomène très délicat à maîtriser dans l’agriculture, ne s’applique alors pas aux mêmes combinaisons structurelles.

10Par ailleurs, quel que soit le type de réseau de peuplement considéré, les densités de population différencient une bordure frontalière moins peuplée de l’espace intérieur du pays. Les basses densités des régions frontalières sont la conséquence de fortes perturbations historiques ; elles recouvrent des situations sociales très différentes des régions de l’intérieur et font figure de milieux d’accueil très peu réceptifs pour les nouvelles structures agricoles. En effet, tous les espaces frontaliers ont été recolonisés par des Tchèques, après l’expulsion des populations allemandes qui l’occupaient jusqu’à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, et ils s’individualisent aujourd’hui encore par une population mal enracinée et plus jeune. Dans les bordures méridionale et occidentale du pays, les espaces ruraux offraient peu d’activités autres que le travail agricole dans de gigantesques fermes d’État. Or, la remise en cause de ces vastes unités incite une grande partie de la population, qui ne trouve pas d’autres emplois sur place, à émigrer vers les pays frontaliers (Allemagne et Autriche), plutôt que d’envisager la remise sur pied d’une agriculture locale pour laquelle elle n’a aucune racine. La rigueur des contraintes du milieu montagnard de hautes terres siliceuses et acides n’apporte aucune attractivité agronomique. C’est donc là que se manifestent actuellement les plus importants reculs de l’activité agricole, le plus grand nombre de départs de jeunes et, nous le verrons plus loin, ce processus semble loin d’être achevé.

Imbrications des activités et nouvelles exploitations

11L’importance et la variété des activités non agricoles représentées dans les espaces ruraux est un autre élément caractéristique des campagnes de Bohême et de Moravie, où l’agriculture, stricto sensu, ne représente qu’une faible part des emplois. La question du délestage de l’emploi agricole est à l’arrière-plan des réorganisations en cours entre les différents secteurs d’activité.

12Cette forte imbrication spatiale des activités en milieu rural qui assure le maintien d’une population active importante est à l’origine des fortes densités ci-dessus présentées. Le nombre des emplois industriels dans les « agglomérations » rurales montre que l’activité secondaire dans les campagnes connaît une plus grande diffusion qu’en France. On est ici sur la bordure orientale du modèle spatial d’activités et de peuplement de l’Europe intérieure, qui court de la Suisse à la Saxe en passant par la Bavière et la Franconie. Ce modèle d’interpénétration dense des activités, appuyées sur un réseau non moins dense de l’habitat, a une capacité élevée d’auto-conservation ; sa cohésion territoriale s’appuie sur des relations horizontales nombreuses et permet une diversité de tâches et des alternatives d’emploi. C’est d’ailleurs un des milieux reconnus comme porteurs d’ancrage économique et industriel alternatif face au retour du mouvement de métropolisation. Si l’on prend en considération la similitude de structure spatiale, on peut concevoir que l’évolution économique territoriale tchèque pourra « reconstituer » une organisation proche de celle observée dans l’Allemagne moyenne actuelle, où, en général, tissu industriel et tissu agricole s’épaulent mutuellement.

13Cependant, cette configuration générale de portée nationale présente des nuances régionales non négligeables. Ainsi la Moravie du Sud se trouve à la marge de ce phénomène rural de diffusion industrielle typique de l’Europe intérieure ; l’industrie y est beaucoup plus systématiquement concentrée dans les agglomérations urbaines et non pas dispersée entre les agglomérations rurales.

Dans les deux districts méridionaux, déjà cités, la majorité des emplois industriels est localisée dans les chefs-lieu de Znojmo (35 %) et Breclav (30 %), les villes de Hustopece (9 %), Moravsky Krumlov (6 %) et Mikulov (5 %) ; autrement dit, 85 % des emplois industriels se concentrent dans 5 localités. Les autres industries sont réparties entre 25 communes dans des petits ateliers dont quelques uns ont moins de 10 travailleurs.

14Cette moindre imbrication spatiale des activités, avec une industrie plus concentrée dans les villes, aura presque inévitablement des implications en termes d’évolution des emplois. En effet, ici, la transition vers l’économie libérale, qui n’assure plus le droit au travail, peut contribuer à une accentuation des différences ville/campagne parce que les possibilités d’emplois alternatifs de proximité sont plus réduites dans les espaces ruraux. Et malgré une réduction réelle des emplois agricoles, cela ne peut-il pas être une incitation à prolonger une structure de néo-coopératives davantage garantes d’emplois ?

15À cette imbrication spatiale, caractéristique de la longue durée, s’ajoute une imbrication fonctionnelle des activités agricoles et industrielles, héritée du système socialiste tchèque. Les coopératives et fermes d’État offraient des emplois industriels non comptabilisés comme tels, compte tenu de leur classification d’entreprise « agricole ». Outre leurs fonctions de production agricole et les services qu’elles assurent – de nature technique (ateliers de réparation ou de construction) ou sociale (crèches, cantines, loisirs, vie culturelle) – et qui leur donnent un rôle essentiel dans la cohérence du tissu villageois, ces entreprises ont très fréquemment une ou plusieurs activités industrielles, dites secondaires, mais qui sont souvent fondamentales pour leur équilibre financier, voire leur rentabilité.

16Cette complexité interne du fonctionnement des entreprises agricoles tchèques explique pour une grande part l’évolution actuelle de la population agricole : ses variations sont largement, dans un premier temps, le reflet de la séparation des activités industrielles et agricoles, situation similaire au cas hongrois et très différente des changements qui touchent les coopératives de l’ex-RDA qui étaient caractérisées par une hyper-spécialisation agricole et même « intra-agricole »2.

17Depuis 1984, l’exemple morave montre en effet que la stabilisation de la population agricole et même sa légère augmentation a été liée au développement des activités secondaires dans les coopératives. Le changement de statut juridique imposé par la transition s’est le plus souvent traduit par une accession à l’autonomie des activités industrielles de sous-traitance qui deviennent des PME indépendantes et une chute corrélative de la population active de ces entreprises agricoles.

Dans la coopérative de Sehradrice (district de Zlin), la production de gants de cuir s’est détachée de la production agricole, tout en restant dans les bâtiments où elle était installée et qu’elle loue aujourd’hui ; à Slusovice (coopérative géante, dans le même district), la main-d’œuvre avait augmenté de 3 000 personnes en 5 ans (de 1984 à 1989) grâce au développement d’activités allant du matériel informatique aux laboratoires de recherche, en passant par le commerce et le BTP, et qui sont aujourd’hui indépendantes. Cette nouvelle autonomie provoque bien sûr une simplification de l’organigramme des coopératives, mais surtout une baisse de leur population active, parfois importante quand les personnes employées à ces activités étaient nombreuses. Ainsi, pour l’ensemble du district de Zlin, la population active des coopératives a chuté de 14 000 à 6 000 personnes dès la première année de la transition.

18Si l’on confronte enfin la localisation des activités secondaires à la répartition des aptitudes agronomiques dans les quatorze districts moraves, d’autres relations apparaissent. Il y a nette sur-représentation des activités « secondaires » dans les coopératives des districts où les conditions agronomiques d’exploitation sont le moins favorables. Or, ces activités assuraient la prospérité d’entreprises qui, autrement, auraient été en déficit, même avec les subventions étatiques. La disparition de ces industries du sein des coopératives est la cause actuelle d’une beaucoup plus grande difficulté de survie économique des entreprises devenues ainsi plus franchement agricoles, ainsi que de la plus forte baisse de population agricole dans ces régions, déjà fortement défavorisées. Les conséquences sur l’emploi total peuvent même devenir graves lorsque l’indépendance des nouvelles unités de production non agricoles est suivie d’une faillite.

19Dans cette première phase de restructuration du système rural tchèque, on peut donc se demander si la tendance, déjà amorcée, à une simplification de l’organigramme fonctionnel des exploitations agricoles sera associée à une évolution spatiale de même nature.

Influence des structures agraires héritées du socialisme

20Il pourrait paraître superflu de s’attarder sur cette question, étant donné que la presque totalité des campagnes tchèques a été collectivisée. En 1988, à la veille de la transition, la part du secteur privé est très faible (tableau ci-dessous). Cependant, il n’en subsistait pas moins trois types juridiques majeurs d’entreprises agricoles dont la répartition spatiale laisse sur les changements actuels une empreinte profonde.

Part des secteurs selon la superficie agricole en %

Image

Source : Statisticka Rocenka

21La première distinction régionale apparaît entre le secteur privé et le secteur collectivisé. À l’échelle nationale (fig. 2), il existe des espaces plus systématiquement collectivisés, comme les zones frontalières de l’Ouest et les régions très fertiles des grandes plaines, faisant face à des espaces que l’on qualifiera provisoirement de « résistance paysanne », comme la Silésie. En réponse à la volonté politique actuelle de développement de l’agriculture privée, au détriment des exploitations collectives fortement remises en cause, cette répartition pourrait être considérée comme le facteur initial de localisation des nouveaux types d’exploitation agricole.

22Une seconde distinction spatiale relève de la répartition des exploitations collectives en fonction de leur taille et de leur densité, critères qui ont une importance capitale à un moment où ces exploitations sont en partie démantelées (par la restitution de terres à leurs anciens propriétaires en ce qui concerne les coopératives, ou par leur liquidation pure et simple pour ce qui est des fermes d’État), et où une partie non négligeable des terres change de mains et surtout d’usage. Ces deux éléments d’analyse nous permettent d’identifier trois types d’espaces, dont les spécificités sont à considérer pour comprendre les changements qui s’y produisent.

Figure 2 : LES SECTEURS D’ETAT, COOPERATIF ET PRIVÉ

Image

Source : G. ZRINSCAK

23Le premier type d’espace est la zone frontalière de Bohême où la faible densité des unités d’exploitation est la conséquence de leur taille importante. Le second se situe près de la frontière moravo-slovaque et se caractérise, là encore, par une faible densité des entreprises agricoles, mais cette fois-ci elles sont de taille nettement plus petite ; ici, l’espace agricole n’est plus continu, mais cloisonné par les chaînons forestiers carpathiques. Enfin, le reste du territoire national offre une densité forte d’exploitations de petite taille, ou de taille moyenne dans les zones fertiles de plaine.

24Cette répartition des types juridiques d’exploitation agricole, et son évolution, ancienne ou récente, intervient donc pour une meilleure compréhension du changement actuel, plus facile à analyser lorsque l’on étudie chaque type de manière systématique.

La géographie des paysans privés

25Les paysans privés sont encore très largement minoritaires en République tchèque, mais, étant donné la politique agricole actuelle du pays qui mise sur une agriculture privée pour l’avenir, on constate l’augmentation de la superficie agricole totale de ce type d’exploitations durant la toute première phase de la transition (12 % de la SAU en 1992 contre 5 % seulement en 1988). Le nombre des agriculteurs continue de croître rapidement, même de manière spectaculaire dans certains villages.

26Ce renversement de situation est une des premières conséquences de la loi sur la restitution des terres à leurs propriétaires antérieurs. Mais cette augmentation est bien loin d’être répartie régulièrement sur le territoire national. Pour comprendre les localisations privilégiées en matière de création de nouvelles exploitations privées, il faut prendre en compte certains éléments de géographie historique, de la période socialiste et ante-socialiste (fig. 3).

27L’étude de la localisation des paysans privés, pendant et avant la période socialiste, nous montre les lieux préférentiels d’inertie face à la collectivisation et explique en partie la résurgence actuelle de l’exploitation privée dans des régions bien particulières.

28La Silésie offre en 1992, un cas exceptionnel de concentration persistante du secteur privé. Ce phénomène peut s’expliquer par le fait que, dans cette région, on avait, avant la collectivisation, majoritairement des petites exploitations. En 1930, la micro-exploitation (moins de 0,5 ha) et la très petite exploitation (de 0,5 à 2 ha) y étaient sur-représentées. Ces deux types de structure couvraient alors à elles seules 75 % de la superficie cultivée.

Figure 3 : PAYSANS PRIVES EN 1992

Image

Source : A. Gëtz

29Pour comprendre cette particularité, on peut mettre en avant trois facteurs d’interprétation. Les petits paysans ont subi moins de pressions pour l’intégration dans les coopératives, puisqu’ils ne pouvaient être considérés comme des koulaks ; d’autre part, la petitesse de leurs exploitations les obligeait à avoir un autre emploi dans cette région très industrialisée tout en assurant leur travail agricole ; enfin, la parenté culturelle avec la Pologne voisine a pu se faire jour dans une résistance plus systématique au collectivisme. Aujourd’hui, dans les deux districts qui correspondent globalement à cet espace, 3 300 hectares de terres arables sont privés, ce qui est énorme relativement à d’autres régions. Ces terres étant la propriété de très nombreux paysans, la structure d’exploitation est toujours aussi petite.

30On a donc affaire ici à un espace très typé sur le long terme et hors norme par rapport au reste du pays, un espace que l’on peut considérer comme le lieu d’enracinement et de permanence de la petite paysannerie privée, qui a traversé toutes les vicissitudes de l’histoire politique et économique du pays et qui semble suivre un modèle étranger voisin. Le même phénomène, bien que plus atténué, caractérise l’okres voisin de Ysetin, pays valaque dit Valassko.

31Les autres paysans privés étaient répartis, durant la période socialiste, assez régulièrement dans toutes les régions des hautes terres moraves et bohémiennes (districts de Zdar, Pelhrimov, Pisek, Klatovy, Prechotice ou Jablonec).

32Cette localisation est plus nettement visible à l’échelle régionale. En Moravie du Sud, ils sont concentrés dans le district de Zdar, celui qui en comptait le plus grand nombre en 1980 (122) ; venaient ensuite celui de Blansko avec 44 paysans, puis Zlin avec 40. Dans ces régions, où les conditions naturelles sont moins favorables à la grande exploitation agricole voulue par le socialisme, les agriculteurs privés ont pu subsister dans les espaces intersticiels, laissés pour compte de la collectivisation. On les y retrouve aujourd’hui, discrètement représentés par les terres arables qu’ils possèdent, et qui couvrent encore une faible superficie. Celle-ci ne devrait d’ailleurs pas beaucoup progresser sur ces hauteurs (plus de 500 mètres) qu’il est préférable de laisser (ou de retourner) en herbe.

33Outre ces espaces où avaient subsisté, de manière plus ou moins marquée, des paysans privés pendant la période socialiste, et qui voient cette « tradition » réactivée depuis 1989, de nouvelles régions, entièrement collectivisées, s’orientent nettement, à présent, vers l’agriculture privée. Ces nouveaux lieux d’exploitation privée de la terre sont pour l’essentiel représentés par les grandes plaines, celle de l’Elbe et du Bassin Morave.

34Totalement collectivisées, ou presque, sous le socialisme, ces espaces de coopératives de taille moyenne ou grande, qui s’étaient constituées sur une structure agraire d’avant-guerre à larges mailles (les grandes exploitations de 20 à 100 ha et de plus de 100 ha y étaient dominantes), possèdent les terres les plus fertiles du pays.

35Ces plaines enregistrent actuellement une diffusion très nette de l’exploitation privée. Les principaux districts concernés, Olomouc, Prerov et Kromeriz dans les pays de la Hana, Brno-Venkov, Znojmo, Breclav et Hodonin en Moravie du Sud, Nymburk, Litomerice, Melnik et Kladno dans le Polabi, concentrent aujourd’hui plus de la moitié des terres arables privées du pays.

36Ceci s’explique en partie par les possibilités qui sont offertes d’y constituer – ou reconstituer – de grandes exploitations. Ce sont aussi des zones de cultures plus que d’élevage, ce qui nécessite moins d’investissements en termes de travail : une main-d’œuvre réduite suffit, un paysan seul peut faire marcher une exploitation de 100 ha, et le style de vie, proche du modèle urbain, reste acceptable. Enfin, la présence de marchés de consommation locaux importants, Prague et Brno, et de marchés internationaux peu éloignés, l’Autriche et dans une moindre mesure l’Allemagne, permet d’assurer plus aisément la commercialisation sur place ou l’exportation des produits.

37Ainsi, la géographie, passée et présente, de l’agriculture privée permet de cerner quatre types d’espaces, individualisés en fonction de leur charge en paysans privés, de la durée de cette charge dans le temps et de sa dynamique actuelle :

  • le type silésien (ou silésien atténué en pays valaque), qui connaît une charge paysanne forte, en nombre et en superficie, permanente sur le long terme, et redynamisée après 1989 grâce à la possibilité de redevenir propriétaire.
  • le type « hautes terres », qui avait une présence intersticielle des exploitations privées sous le socialisme, en légère croissance aujourd’hui.
  • le type « grandes plaines », où l’on trouvait quelques exploitations privées dans les zones marginales sous le socialisme, où celles-ci se diffusent rapidement sur des espaces parmi les plus favorisés en potentiel agricole.
  • enfin, les espaces de l’Ouest de la Bohême, boudés par les paysans, et même fuis par l’activité agricole : dans ce cas, il faut faire intervenir de nouveaux critères pour la compréhension de ce phénomène.

La géographie des fermes d’État

38Les fermes d’État, fleuron théorique de la collectivisation, sont aujourd’hui très fortement remises en cause. Leur liquidation totale, prévue pour la fin janvier 1993, a été repoussée jusqu’au mois de mai, preuve de la difficulté qu’éprouve l’État tchèque à sceller définitivement leur sort. Si l’avenir des espaces couverts par ce type d’exploitation repose en grande partie sur des combinaisons d’initiatives locales et étatiques, il n’en est pas moins largement grevé par des structures d’exploitation pesantes et une localisation marginale sur le territoire national.

39Ces fermes ont été originellement constituées sur les terres d’anciens grands domaines, et surtout sur les propriétés des Allemands expulsés à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Ces populations étant concentrées dans les régions frontalières de la République, c’est donc en périphérie du territoire que se sont localisées les fermes d’État (région des Sudètes, extrême Sud de la Moravie et Moravie du Nord-Ouest : district de Bruntal), et elles ont fait appel à une main d’œuvre allogène, nouvellement installée, pour leur fonctionnement.

40Mais cette marginalité géométrique s’est le plus souvent doublée d’une marginalité physique : ces régions, médiocrement fertiles, souvent montagneuses, ne permettaient pas d’assurer des rendements élevés pour les productions végétales. De plus, dans un second temps, des fermes d’État ont été créées à partir d’exploitations coopératives, elles aussi confrontées à un potentiel agronomique insuffisant, et qui s’étaient trouvées mises en faillite.

41Ces contraintes fortes, qui pèsent sur les niveaux de production laissent augurer d’un avenir sombre quant à la mise en valeur agricole de ces espaces, d’autant que les éventuels repreneurs locaux des terres de fermes d’État sont rares dans ces régions faiblement peuplées, et ils ont tendance à émigrer vers les pays frontaliers, en quête d’un travail plus rémunérateur que celui de la terre.

42Le risque que les terres des fermes d’État ne trouvent pas d’acquéreur, au moins dans un premier temps, devient plus aigu encore lorsque l’on considère l’énorme superficie agricole concernée. Ces exploitations étaient en effet géantes ; couvrant plusieurs milliers d’hectares, malgré le démantèlement en plusieurs unités de quelques-unes d’entre elles à la fin des années 1980, et assurant l’énorme majorité des emplois locaux, elles avaient le monopole agricole sur des régions entières.

43Si l’on aboutit effectivement à leur liquidation totale, il y a de fortes (mal) chances pour que l’on assiste à un abandon partiel des territoires agricoles et que l’on voit se multiplier les parcelles en friche, déjà nombreuses à l’été 1993 dans les districts de Domazlice, Klatovy et Strakonice. Face à cette situation, les populations locales, sans travail, pourraient bien accélérer encore leurs départs.

44C’est dans ces espaces que la transition se manifeste aujourd’hui de la manière la plus brutale et la plus visible dans les paysages. Mais on ne peut encore savoir si cette situation reflète une crise provisoire ou si elle aboutira sur le long terme à des espaces quasi désertifiés. De même, il est impossible d’évaluer le laps de temps qui sera nécessaire à la reconversion, dans le cas où cette situation serait la première phase d’une réadaptation.

La géographie des coopératives

45Les processus de transition ont été jusqu’à présent appliqués aux coopératives d’une manière douce, comparativement à ce qui se passe pour les fermes d’État ou les exploitants privés : ces derniers resurgissent, c’est en quelque sorte une création, le début d’une nouvelle époque ; les précédentes sont liquidées, cela marque la fin d’un âge ; les coopératives, elles, sont transformées, c’est le changement dans la continuité. Il est difficile, dans ces conditions, de déterminer des types d’espaces qui seraient définis par des critères liés à la géographie des coopératives et à son évolution récente, d’autant qu’elles sont réparties très régulièrement sur le territoire de la République Tchèque. Une tentative de régionalisation nécessitera l’étude systématique et détaillée de la dynamique actuelle de ces entreprises, afin de voir par exemple si leur scission en unités plus petites dès avant 1989 a engendré une nouvelle répartition par taille d’exploitation, ou si l’importance et la disparition de leurs activités de production non agricole a des conséquences régionales différenciées.

46En fait, c’est moins leur localisation absolue qui importe ici, que leur répartition relative dans un espace national où les avantages comparatifs avaient été en partie nivelés par quarante ans de socialisme et qui réapparaissent avec force actuellement.

Perspectives de réactivation de la diversité géographique

47Comprendre la transition qui modifie aujourd’hui les campagnes tchèques nécessite la prise en compte d’objectifs idéologiques socialistes, appliqués pendant ces quatre dernières décennies, et qui étaient liés au rôle attribué à l’agriculture dans la construction du socialisme.

48Deux idées majeures prédominaient : le désir fondamental d’indépendance vis-à-vis des pays non socialistes, et le rêve matérialiste d’une réussite économique fondée sur la domination de la nature par l’être humain grâce au progrès technique.

49Forte de son niveau de développement économique, technologique et financier à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, la Tchécoslovaquie mit en œuvre ces principes. Pour assurer son auto-suffisance alimentaire, point capital et permanent de sa politique agricole, elle dota d’un soutien financier important son agriculture socialiste et elle choisit le développement volontariste de la superficie en terres arables.

50Ces méthodes conduisirent progressivement les entreprises agricoles à passer outre aux potentialités agronomiques des différentes régions ; les potentialités étaient court-circuitées d’une part par des injections massives d’aides financières aux exploitations situées dans des espaces défavorisés, et d’autre part par des prélèvements systématiques sur les bénéfices des entreprises où les conditions de production étaient meilleures.

51Mais les contraintes nouvelles de l’ouverture à l’économie de marché ont rapidement perturbé l’équilibre financier de la République et, de ce fait, provoqué le tarissement des crédits et autres subventions à l’agriculture. Dès que ce respirateur artificiel des campagnes a été débranché, on a vu resurgir, tant à l’échelle locale des entreprises qu’aux échelles régionales, les avantages comparatifs des espaces agricoles, étouffés mais non détruits par une politique volontariste. En effet, cette nouvelle conjoncture économique libérale, orientée vers le dégagement de profits, redécouvre les rentes de localisation à travers la diversité des milieux géographiques qui ouvrent des perspectives de mise en valeur différentielle des espaces ruraux, dans des contextes tant supranationaux, où l’on tente de tirer partie de la proximité de pays appartenant à la CEE et à l’AELE, que régionaux, où l’on cherche à réinventer des comportements territoriaux.

Les difficultés de survie économique des entreprises agricoles

52La diminution puis, très vite, la disparition totale des dotations accordées par l’État aux exploitations agricoles socialistes a bouleversé et fortement compromis leur équilibre financier.

La coopérative de Sloup, située dans la partie karstique du district de Blansko, à une altitude de 500 mètres environ, à une cinquantaine de kilomètres au Nord de Brno, en offre un bon exemple. En 1990, grâce à des dotations qui s’élevaient à 7 millions de couronnes, elle s’assurait un bénéfice total de 6,13 millions. En 1991, elle reçoit toujours des dotations, mais qui ne montent plus qu’à 5 millions de couronnes ; ce n’était pas suffisant pour compenser la flambée du prix des intrants (fuel et engrais chimiques) cette année-là, et la coopérative eut un déficit global de 8 millions de couronnes. Enfin, en 1992, sans dotations, elle affronte un déficit de 7 millions de couronnes.

53On pourrait multiplier les exemples ; cependant, cela ne permettrait pas de définir des espaces où les entreprises agricoles, ex-socialistes, continuent de prospérer et ceux où elles connaissent de graves difficultés, à moins de faire un bilan financier systématique et rigoureux pour chacune d’entre elles. De plus, leur plus ou moins grande stabilité économique n’a pas encore eu de répercutions spatiales. En effet, alors que leurs sources de subventions sont taries depuis un ou deux ans, souvent elles tiennent encore. Beaucoup d’entre elles, pour faire face rapidement à cette situation, ont pris des crédits à court terme, à des taux prohibitifs, auprès des banques. Les résultats de cette politique financière ne peuvent se lire encore en termes spatiaux mais ils risquent d’être apparents, et catastrophiques, dans les prochaines années, tant en termes d’emplois, que de superficie cultivée ou d’utilisation du sol.

La diminution de la superficie en terres arables

54La fin du soutien financier de l’État à l’agriculture, si l’on n’en voit pas encore trop les conséquences sur la viabilité économique des exploitations, s’est répercutée de manière spatialement plus lisible sur le mode d’utilisation du sol, en particulier sur la part des terres labourables dans la superficie agricole totale. Leur proportion était en effet particulièrement élevée dans toutes les régions. Des « sommets » de plus de 90 % de terres labourables étaient atteints dans les régions fertiles de plaine, ce qui n’a rien de surprenant. Mais ce taux était également très élevé, dépassant parfois 70 %, dans les régions de hautes terres plus propices à la pousse de l’herbe qu’à la mise en culture. Ce credo du « tout en terres labourables », discutable écologiquement, insoutenable financièrement dans cette période d’adaptation, a déjà subi de nombreux accrocs, et aujourd’hui, une bonne moitié du territoire tchèque est confronté à la baisse absolue de la superficie en terres labourables (fig. 4).

55La région la plus touchée est la Bohême de l’Ouest, près de la frontière avec l’Allemagne. C’est un espace où les conditions naturelles sont particulièrement défavorables au développement et au maintien des labours sur des terres pentues, peu fertiles, de montagne. De plus, c’est une région faiblement peuplée où l’on manque de bras pour reprendre les terres libérées. Enfin, c’est le lieu des fermes d’État qui se disloquent et qui laissent l’empreinte de leur naufrage dans les nombreuses parcelles en friche d’un paysage abandonné. Cette Bohême marginale tend donc à devenir aujourd’hui un désert agricole, un bout-du-monde rural, où les populations délaissées par Prague, tournent le dos à leur pays pour regarder de l’autre côté de la frontière.

56Cette crise du mode d’utilisation du sol exprimée par la diminution de la superficie en terres labourables, qui semble structurelle en Bohême de l’Ouest, peut être considérée comme conjoncturelle dans les hautes terres de Bohême du Sud et de l’Est. Dans ce cas, c’est moins une crise que la marque de l’adaptation des entreprises agricoles aux exigences du milieu naturel, adaptation forcée par l’impossibilité nouvelle de maintenir artificiellement des labours à ces altitudes, à cause de la cherté des engrais.

Figure 4 : ÉVOLUTION DE LA SUPERFICIE DES TERRES ARABLES DU 01.01.1991 AU 01.01.1992

Image

Source : A. Gôtz

57Cependant, dans un cas comme dans l’autre, on peut supposer que ce processus n’en est qu’à son début. Il peut encore s’accentuer ici, mais également toucher des régions actuellement épargnées, où les conditions du maintien des terres labourables, sont, ou seront dans un très court terme, tout aussi pénibles à supporter pour les exploitations.

58À l’inverse, certaines régions semblent entièrement épargnées par ce phénomène, en particulier les riches plaines de Moravie et du Polabi. Là, les changements juridiques et économiques qui affectent les unités de production agricole se font sans discontinuité quant aux modes d’utilisation du sol : les nouveaux agriculteurs privés reprennent au pied levé les terres libérées par l’agriculture socialiste, sans attendre la fin de la campagne culturale en cours. Ils héritent ainsi de terres ensemencées selon un assolement orienté vers des productions qu’ils n’ont pas choisies. Ce n’est que l’année suivante, au mieux, que ces orientations de production seront modifiées selon les choix du nouvel entrepreneur.

59Les trois thèmes par lesquels nous avons cherché à aborder le contexte territorial de la transition – complexité des campagnes, répartition des types d’exploitation et réactivation de la diversité spatiale – n’ont pu être étudiés toujours de manière systématique, mais ils permettent cependant de mettre en évidence les contraintes structurelles fortes qui doivent être prises en compte pour la compréhension des changements qui se manifestent actuellement dans les campagnes tchèques. Ces changements sont parfois encore difficiles à cerner dans leur totalité parce que le processus de la transition est récent et que les repères économiques ou sociaux manquent ou sont insuffisants.

60Chacun de ces trois axes de réflexion, à travers leurs interactions, ont été utilisés comme des critères dans notre tentative pour caractériser des types d’espaces et des types de réponses spatiales dans cette période d’incertitude.

61Quelques tendances nouvelles, proches de certains modèles occidentaux, se dessinent, comme l’apparition, dans les régions riches des grandes plaines, de véritables entrepreneurs agricoles qui n’hésitent pas à prendre des risques (au moins financiers) et qui tentent de maîtriser de grandes exploitations, en jouant sur les anciennes et les nouvelles possibilités de commercialisation de leurs produits. Des attitudes parfois plus spécifiques à une mentalité tchèque, fortement sensible aux problèmes de l’environnement, misent sur une agriculture plus écologique (mais pas pour autant moins « rentabiliste ») associée à la mise en valeur du potentiel paysager de certaines régions. Des modèles plus anciens se réactivent également, comme en Silésie, associant petite exploitation privée et double activité.

62Cependant, dans l’ensemble, ces premières conclusions, non seulement ne permettent pas de cerner la totalité des réponses à la première phase de transition, mais surtout sont loin d’aboutir à des certitudes et ouvrent de nouvelles questions, dans lesquelles le facteur « temps » est le principal déterminant.

63Cet essai de synthèse nous confronte donc à la difficulté de l’étude de phénomènes spatiaux qui sont en cours d’élaboration et ne peuvent s’appuyer sur des modèles existants. Ceux-ci, alors même qu’ils sont utilisés par les acteurs du changement comme référence (que ce soit en modèle ou en contre-modèle), ne sont pas encore représentatifs de réponses régionales. Actuellement, c’est le règne provisoire de l’extrême diversité et même de l’hétérogénéité des débuts de réponses géographiques. Beaucoup de cheminements possibles sont encore à venir avant que ne se dessinent un nouveau paysage agraire et de nouvelles économies agricoles régionales.

Notes de bas de page

1 Notre analyse accordera une place privilégiée à la Moravie du Sud, la plus grande et la plus peuplée des régions tchèques (15 090 km2, 2 059 393 habitants, soit 19,9 % de la population totale), lieu principal de nos recherches et de nos enquêtes sur les comportements des acteurs.

2 Cf. F. GERBAUD, 1992, Les campagnes Est-allemandes face à la restructuration agricole : une analyse régionale in Allemagne d’aujourd’hui, n° 121, « Crise et modernisation en Allemagne de l’Est ».

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.