Version classiqueVersion mobile

Bacon et Descartes

 | 
Élodie Cassan

Partie II. La diffusion de la pensée baconienne dans la France post-cartésienne

Chapitre VIII

La première traduction du Novum organum

Carlo Carabba

Texte intégral

  • 1 En France, en particulier, la première traduction de l’ensemble de l’œuvre de Bacon est publiée à l (...)

1Le manuscrit FF 19096 de la Bibliothèque nationale de France, dont je viens de fournir une édition critique publiée en Italie par la maison d’édition Olschki, est la première traduction française du Novum organum de Francis Bacon. Sa pertinence du point de vue de l’histoire de la philosophie est remarquable, car il ne s’agit pas seulement de la première traduction française, mais, probablement, de la première traduction tout court de l’œuvre1, composée entre les années 1640 et 1650.

2Je vais analyser le manuscrit d’un point de vue lexical et conceptuel, en m’appuyant sur les résultats d’un patient travail de synopsis, conduit en rapprochant, ligne à ligne, le texte français et l’original de Bacon. Cette comparaison a produit des indications intéressantes, concernant notamment la relation entre les philosophies de Bacon et Descartes. Dans le manuscrit on retrouve en effet le syntagme cartésien « clairement et distinctement ».

Description générale et provenance du manuscrit

3Commençons par une description du manuscrit. Ce dernier, conservé dans un bon état, est anonyme et on ne connaît pas l’identité du traducteur (sujet sur lequel je reviendrai plus tard). Sur le catalogue de la bibliothèque, il est indiqué comme Traduction de fragments des Œuvres de François Bacon, baron de Verulam (Fonds français, no 19096), alors qu’il ne traduit qu’une seule œuvre, le Novum organum. Le manuscrit contient tous les écrits préliminaires au Novum organum, les cent premiers aphorismes du premier livre et les onze premiers du deuxième livre. Le dernier aphorisme est incomplet et s’arrête là où Bacon commence à montrer l’application pratique de son induction à la forma calidi, qui va occuper tout le livre second du Novum organum. L’interruption fut donc sans doute volontaire, choisie par le traducteur. Par contre les papiers entre le dernier aphorisme traduit dans le premier livre (l’aphorisme cent) et le début du deuxième livre sont présents et numérotés, comme si l’interruption n’était pas un choix du traducteur mais avait d’autres causes.

4Le manuscrit est une traduction du latin de Bacon, sans que le traducteur y ait apporté d’ajouts structurels, si on fait exception du titre, de l’index et de ce bref passage introductif avant le début du livre :

  • 2 Dans cette citation, ainsi que dans toutes les citations de l’article, nous ajoutons des italiques (...)

Tableau des belles et Rares conceptions de Messire François Verulam Chancelier de la grand Bretagne touchant le restablissement des Sciences Auec l’exposition de la methode qu’il a Iugéé estre propre tant a ceux de Son aage qu’a la posterité pour l’Intelligence d’Icelles.2

5En même temps la traduction est, selon l’usage du temps, assez libre et pas toujours fidèle au texte original latin.

6Différents indices permettent de conclure que ce manuscrit fut l’œuvre d’un copiste auquel avait été donnée la tâche de rédiger la copie finale du texte, soit pour le traducteur lui-même, pour celui qui commandait la traduction, ou encore pour quelque intermédiaire. La calligraphie est extrêmement propre et claire, et il n’y a pas d’interventions qui aient modifié, du point de vue conceptuel ou lexical, une première version du texte. Les erreurs semblent être celles caractéristiques d’une transcription. Il s’agit en effet d’ajouts interlinéaires nécessaires à l’accomplissement grammatical d’une phrase ou d’une période, de la répétition de mots ou de phrases, ou encore de mots effacés qu’on retrouve peu après dans le texte. Ce qui, toutefois, à mon avis permet d’établir que le traducteur et celui qui a rédigé le manuscrit ne sont pas une seule et même personne est le fait que, dans différents lieux du texte, le transcripteur ne semble pas capable de comprendre ce qui est écrit sur la copie qu’il est en train de transcrire. Dans ces cas là, il est fait usage de mots qui, d’un point de vue graphique, ressemblent aux mots qui, avec toute probabilité, devaient apparaître, mais qui sont tout à fait différents du point de vue sémantique et pas appropriés au contexte. Par exemple « des Sciences » (et non « des Sens ») traduit le latin sensibus, ou encore perierint est traduit « sont punis » (à la place de « Ont peri ») ou « Idées de la tribus où notion » traduit Idola tribus, là où aurait été nécessaire l’emploi de « nation ».

 

  • 3 P. Séguier (Paris, 1588-1672), fils de J. Séguier, conseiller au Parlement de Paris, et de M. Tuder (...)
  • 4 R. Kerviler, Le chancelier Pierre Séguier second protecteur de l’Académie française : études sur sa (...)
  • 5 Dans les catalogues on retrouve, entre autres, les titres suivants : Franscisci de Verulamio Instau (...)
  • 6 Il est toutefois opportun de souligner que, nonobstant le grand nombre d’œuvres d’auteurs modernes, (...)

7Avant de passer à l’analyse de la traduction, il faut parler brièvement de la provenance du manuscrit. Le catalogue nous informe que dans la bibliothèque « Coisliniana olim Segueriana », le manuscrit fut donné en 1732, par Henry du Cambout, « dux de Coislin episcopus Metensis », au monastère de « Sanctus Germanus a Pratiis » (Saint-Germain-des-Près). La bibliothèque Segueriana est ainsi nommée à partir de Pierre Séguier, personnage très important de la France de l’époque, protecteur de l’Académie française à partir de 1643, à la mort du cardinal Richelieu3. Selon la biographie de René Kerviler, en 1640, Séguier commençait à créer sa bibliothèque, qui deviendra très riche, après un voyage en Normandie et une visite à la bibliothèque de Rouen. Gyrouargue Simpliste, auteur de la Rymaille sur les plus célèbres bibliothières de Paris, nous informe que l’accès à la bibliothèque était libre et gratuit : « À celle de Séguier chancelier/ pauvre et riche y vont à estudier »4. Il y a différents catalogues de la bibliothèque (soit manuscrits, soit imprimés) et il a été possible de s’assurer qu’elle contenait les principales œuvres de Bacon5 (comme les œuvres d’autres grands philosophes modernes).6

  • 7 La collection Dupuy est composée des manuscrits appartenant à P. Dupuy (1582-1656) et à son frère (...)
  • 8 Voir P. Gassendi, Opera omnia, I, chap. X, Lyon, 1658, p. 62-65 ; ce chapitre a été repris dans Œuv (...)
  • 9 P. Fortin de la Hoguette (Falaise 1585 - Paris 1668), né dans une famille de la noblesse de robe no (...)
  • 10 Londres, Haviland, 1623. À partir de cet exemplaire les frères Dupuy firent imprimer, l’année suiva (...)
  • 11 F. Bacon, Essayes. Religious meditations. Places of Persuasion and Dissuasion, Londres, John Beale, (...)
  • 12 Jean Baudoin (1590 environ - 1650), érudit, membre de l’Académie française depuis 1634, est l’auteu (...)
  • 13 Voir F. Bacon, Les Œuvres morales et politiques…, ouvr. cité, p. 268.
  • 14 Voir F. La Mothe Le Vayer, Cinq dialogues faits à l’imitation des anciens, par Oratius Tuberus, Fra (...)

8Un autre témoignage important de l’intérêt de Séguier pour le philosophe anglais est la présence dans sa bibliothèque de deux manuscrits (gardés aussi à la BNF) qui contiennent d’autres ouvrages de Bacon : FF 4745 et FF 17874. Le premier est une copie, rédigée par une unique main, de FF Coll. Dupuy 5 (rédigé pour sa part à plusieurs mains)7. On sait l’intérêt des milieux libertins envers Bacon, tant pour sa philosophie de la nature, que pour ses œuvres morales (en particulier les Essayes). Pierre Gassendi, par exemple, se réfère a Bacon en tant que « génie héroïque » dans le dixième chapitre de sa Logique8 et on sait qu’en France les manuscrits baconiens ont bien circulé. L’histoire de ces manuscrits est liée à l’affaire du vol de manuscrits baconiens par Philippe Fortin de la Hoguette9, un curieux personnage, dont l’enthousiasme pour le Novum organum et les Essayes le conduisit à se rendre en Angleterre pour connaître Bacon, chez qui il fut hébergé pendant plusieurs mois. Au moment de son départ, il vola des manuscrits contenant des morceaux de l’Historia naturalis et experimentalis, qui constitue pour Bacon la troisième partie de l’Instauratio magna. Par ailleurs, le philosophe lui donna un portrait et une copie de son dernier ouvrage : le De dignitate et augmentis scientiarum10 ; l’Historia et inquisitio de animato et inanimato, l’Historia densi et rari et l’Abecedarium novum naturae. Les manuscrits sont arrivés entre les mains des frères Pierre et Jacques Dupuy qui les ont faits transcrire dans le manuscrit aujourd’hui nommé FF Coll. Dupuy 5. Ce document contient en outre les traductions française et italienne des deux essais Of Religion et Of Superstition, inclus par Bacon dans la deuxième édition11 de ses Essayes (1612), mais qui ne furent pas publiés dans la première traduction française, réalisée par Jean Baudoin (1619)12, à cause de leur contenu jugé dangereux pour la religion. Dans ces essais, Bacon nie que l’athéisme soit dangereux pour l’ordre social et souligne au contraire l’aspect subversif d’une conception rituelle et superstitieuse de la religion. Dans la deuxième édition de la traduction française (1626) les essais furent inclus mais Baudoin a censuré de facto les mots de Bacon (par exemple, après athéisme, il a ajouté detestable de soi)13. Les frères Dupuy, toutefois, avaient demandé, avant la publication de la deuxième édition française, à Palamède Fabri de Valavez (frère de Claude Fabri Peiresc) de leur en donner une traduction, qui est justement la traduction de Coll. Dupuy 5. Séguier, à son tour, non seulement a fait faire une transcription intégrale de Coll. Dupuy 5, mais a aussi inséré les traductions de Valavez dans le manuscrit FF 17874, qui est un mélange de textes de différents auteurs. La version de Fabris de Valavez néanmoins devait avoir une bonne diffusion dans les ambiants du libertinage érudit, si on pense que François La Mothe Le Vayer a inséré un long passage de l’essai Of Superstition dans cette version, dans ses Dialogues de Horatius Tuberus14. À la mort de Séguier (1672), Pierre Cesare du Cambout, marquis de Coislin, qui avait épousé sa fille, Marie, a hérité de sa bibliothèque. À sa mort, la bibliothèque fut donnée à son neveu Henry, évêque de Metz, lequel l’a léguée en 1732, année de sa mort, au monastère de Saint-Germain-des-Près. Pendant la révolution les manuscrits ont été confisqués au monastère et donnés à la Bibliothèque nationale. L’ambassadeur russe en France a profité de la situation pour voler certains manuscrits et les emporter avec lui à Saint-Pétersbourg, où ils se trouvent à présent.

Analyse du manuscrit

9La première chose qu’on remarque en comparant le français du manuscrit et le latin de Bacon, est la tendance du traducteur à la redondance rhétorique. Souvent, un seul substantif est traduit par un couple, une phrase unique par plusieurs propositions. La prose française fait ainsi paraître plus d’emphase que la prose latine de Bacon. Par exemple, à l’aphorisme 48, « ces Larges et Immenses espaces de l’éternité des Siècles » traduit, avec une sensible accroissement de la charge rhétorique, æternitas ou dans la Praefatio à l’Instauratio magna, « une douce et paisible alliance, Un Sacre hymenée, Un noeud Indissoluble d’une Saincte Societé » traduit coniugium verum & legitimum, syntagme philosophiquement central dans le Novum organum. Cet effet de redoublement, en augmentant l’effet rhétorique, amortit le caractère incisif du latin baconien.

10De manière symétrique, on observe la prudence du traducteur face à certaines expressions baconiennes, dont il émousse la force. Souvent les métaphores baconiennes sont traduites par des comparaisons : par exemple dans la Distributio operis, « estant comme la Nourice qui presente la Mammelle a l’enfance encore tendre de la philosophie » traduit « & Philosophiæ enutricandæ primam mammam præbeat ». En général, les métaphores baconiennes sont introduites par l’adverbe comme ou par des formules comme « J’ose dire » ou « J’ose quasy dire » qui ont un effet d’atténuation. Le traducteur semble exercer une prudence particulière dans les passages traitant de Dieu ou de la religion. Par exemple à l’aphorisme 89 on lit :

l’on n’aura pas beaucoup de peine a persuader les hommes de cette uerité et couler es espritz cette Saine et Saincte doctrine, qu’Il fault attribuer toutes choses à Dieu, Referer chasque effet de toutes causes a l’ordre merueilleux de Son Infinie Sapience, de Sa Souueraine prouidence et direction auec laquelle Il regist et gouuerne tout le monde ; Sans S’alambiquer l’esprit en la recherche d’autre cause et principe. Or bien que cela Soit uray c’est neantmoins aduouer Son Ignorance et faire l’entendu et l’habile en ce qu’on n’entend pas. Car qui est le Simple qui ne Scache cela ? Mais de croire que cette Ignorance y Serue y facilite quelque disposition C’est une extreme Sottise et Impertinence. Ces gens la ont pensé faire un grand Seruice a Dieu en luy gratiffiant par mensonge et uanité.

11Le passage correspondant du Novum organum est :

singula ad manum & virgulam divinam (quod Religionis, vt putant, maximè intersit) faciliùs posse referri: quod nihil aliud est, quàm Deo per mendacium gratificari velle.

  • 15 Il est intéressant de remarquer à propos du scepticisme utilisé à des fins religieuses, que le trad (...)

12Au-delà de la dernière phrase plus ou moins fidèle (une citation de Job 13, 7) le texte français présente des variations fondamentales. En particulier, l’ajout de la proposition concessive « bien que cela Soit uray » (à propos de la dérivation de chaque phénomène naturel de la sagesse et de la providence divines) est loin du sens du texte original. Ou encore, au début de l’aphorisme 93 un simple « Principium autem sumendum a Deo » devient « Or le premier et principal motif et argument de l’esperance que nous debuons auoir en une genereuse entreprise Se doibt prendre de cette Source Inespuisable de bontez et beautez Car c’est le Centre d’où nous debuons tirer et ramener les lignes de toute action honneste et uertueuse et croire qu’il ne manquera Iamais d’assistance a ceux qui l’Inuoquent purement ». Cette tendance atteint son apogée à l’aphorisme 28, dans la traduction d’un passage, dans une certaine mesure ambigu par rapport à la foi, et dans lequel Bacon soutient que les connaissances obtenues par la vraie Interpretatio naturæ, et fondées sur l’observation de phénomènes très différents entre eux, peuvent apparaître « duras & absonas » pour l’intellect humain, à la manière des mysteria fidei. Le traducteur, bouleversant le sens originaire, parle effectivement de connaissances « dures et dissonantes » mais ajoute « comme les misteres de la foy ou de la Religion pour leur consonance et certitude ».15

13De la même manière, on peut relever une prudence politique du traducteur. Par exemple, l’incise « Laquelle doibt estre euitéé au possible et fuye come l’on dit a uoiles et Rames » est ajoutée à côté de Sedition (dans un passage dans lequel Bacon lui-même critique le changement in rebus civilibus), comme si le traducteur avait voulu souligner que la nouvelle méthode proposée par Bacon n’était pas dangereuse pour l’autorité politique. En particulier, la traduction de l’« Epistre dedicatoire » au début du livre, pleine d’hommages au souverain qui, dans le texte original est évidemment James Stuart I, est assez bizarre. Le sens de cette captatio benevolentiae adressée à un souverain étranger (de plus, mort depuis longtemps à l’époque de la traduction) est difficile à expliquer. On peut penser que le traducteur, soulignant l’hommage au souverain, s’adressait, en quelque manière, à son roi. Cette double prudence, politique et religieuse, nous conduit à supposer, avec – évidemment – d’autres indices graphiques, que le manuscrit avait été pensé en vue d’une publication.

  • 16 Par exemple, au début de l’aphorisme 95 (fol. 81v) dans le même passage on lit la graphie Empirique(...)

14Du point de vue lexical, le traducteur n’est pas toujours cohérent dans la traduction des différents termes. Par exemple intellect, raison et esprit traduisent indifféremment ratio et intellectus ; esprit, en particulier, traduit non seulement ratio et intellectus, mais de nombreux autres substantifs, comme homines, judicium, ingenium, facultas. De la même manière, scientia et philosophia sont traduits parfois par science, parfois par philosophie sans respecter la correspondance avec l’original latin. Il en va de même pour logica et dialectica, rendus par logique et dialectique. Enfin, le manuscrit n’est pas cohérent d’un point de vue orthographique. La graphie de certains mots change souvent, parfois dans le même passage.16

 

15Une cohérence plus grande est adoptée dans la traduction de mots et d’expressions caractéristiques de Bacon : instauratio est traduit Restablissement, et Idola, après les deux premières apparitions – toutes les deux dans la Distributio operis – dans lesquelles ce mot est traduit par Idoles, est toujours traduit par Idées, parfois à côté d’un autre substantif, comme dans les couples Idées et Impressions (ou faulses Impressions) ou Idées et Formes.

16Processus, surtout dans le syntagme latens processus, est généralement traduit progrez. La traduction de schematismus, au contraire, change du premier au deuxième livre : dans le premier le traducteur fait usage des substantifs transmutation, mutation et liaison ; dans le deuxième, on trouve : structure, composition, tissure ou fabrique, souvent en couple.

17Pour ce qui est d’experimentum, le traducteur fait normalement usage d’experiènce (ou, plus rarement de essay, effect, espreuve) alors que l’adjectif experimentalis est traduit par « fondé sur la seulle experience ». La difficulté du traducteur devient évidente dans le cas d’un passage latin (au début de l’aphorisme 70) où Bacon fait usage en même temps d’experimentum et de experientia : « La meilleure forme de demonstration est celle qui est fondée en l’experience pourueu toutesfois qu’elle y Soit comme attachéé et ne S’en esloigne Iamais » traduit « Sed demonstratio longè optima est Experentia; modò hæreat in ipso experimento » (fol. 49r). Mais à l’aphorisme 4 du deuxième livre pour la seule et unique fois dans le manuscrit, le traducteur utilise le néologisme experiment, dans le passage suivant : « Et premierement Il est certain qu’il ne Souhaittera rien plus, qu’il luy Soit donné pour principe Une maxime asseuréé & Infaillible qui ne le frustre d’effet ny Impose d’experiment ».

Un traducteur philosophe ?

18Dans certains lieux du texte le traducteur démontre qu’il connaissait le langage philosophique de la tradition. Par exemple dans la Praefatio de l’Instauratio magna, « la mesme affirmatiue ou negatiue » est ajouté après assertion (fol. 5r). Ou encore, anima humana est traduit « ame raisonnable » (fol. 11v). Dans la Distributio operis, « cognoissance sensitiue » traduit sensus, de la même manière que plus tard (encore dans la Distributio operis) sensus est traduit par puissance sensitiue, alors que la double apposition puissances et facultez se réfère à Sens et Intellect (fol. 21v).

19Le traducteur fait usage par deux fois du syntagme causes secondes que Bacon n’employe jamais dans le Novum organum (fol. 9r et 22r). À l’aphorisme 66 « formes premieres et Substancielles » traduit « formas Rerum primarias » (on peut remarquer le syntagme formes substancialles, fol. 45r, aph. 66). Dans le même aphorisme, « a la matiere, puissance rude et informe » traduit « materiam potentialem & informem » (fol. 47r, aph. 66). « À cause qu’elles Sont telles par puissance Et non actuellement » traduit en forme périphrastique – et non sans une certaine confusion – le simple ablatif Potentiâ (fol. 48v, aph. 69). Deux fois, dans la Praefatio de l’Instauratio magna, et dans l’aphorisme 82, on trouve l’image du Dieu architecte (fol. 8v et 64v, aph. 82). À l’aphorisme 1 du deuxième livre, « de la cause efficiente » traduit efficiente, parfois sous-entendu par processus (fol. 125r, livre II, aph. 1). Par deux fois, le traducteur récrit la fin d’un aphorisme (aph. 61 et aph. 68) et y introduit l’image du « Soleil de uerité » et de ses « rayons » (fol. 41v, aph. 61. et 48r, aph. 68).

20Deux incises référées à Aristote sont particulièrement intéressantes. Dans un passage de l’aphorisme 67 dans lequel Bacon conteste l’hégémonie d’Aristote (qui aurait attaqué et détruit les autres philosophies « more Ottomanorum ») est ajoutée la phrase « S’est usurpée une domination tyrannique et a regné uiolemment Sur les Espritz » (fol. 47v, aph. 67). Au début de l’aphorisme 77, l’appellation « ce grand genie de la nature » est attribuée à Aristote (fol. 57r, aph. 77).

21Et pourtant au moins deux erreurs font douter de la formation philosophique du traducteur. Toujours à l’aphorisme 67, il traduit Pyrrho, qui en latin indiquait Pyrrhon, par « Pirrhus », ce qui peut indiquer différents personnages, les plus connus d’entre eux étant le roi de l’Épire célèbre pour son inutile victoire, et le fils d’Achille et Déidamie, mieux connu comme Néoptolème (fol. 47v, aph. 67). Et il est encore plus remarquable qu’à l’aphorisme 40, le traducteur ne traduise pas littéralement « doctrina de Sophisticis Elenchis », bouleversant le sens du texte original, et créant un passage très chaotique et difficile à comprendre : « Car la doctrine des Idées et faulces Impressions est proprement à la uraye Science ce que ces ruses et captions Sophistiques Sont a cette logique uulgaire. » Bacon, au contraire, comparait sa doctrine des Idola aux Sophistici Elenchi, car elles ont pour fonction d’identifier et d’indiquer les erreurs qui doivent être évitées (fol. 33r, aph. 40).

 

  • 17 Voir Œuvres philosophiques de Bacon, sous la direction de M. N. Bouillet, III, Paris, 1834, p. 490- (...)

22Des indices textuels permettent de formuler l’hypothèse que le traducteur avait une bonne connaissance de la philosophie baconienne et qu’il connaissait d’autres textes de Bacon. Au début de l’« Epistre dedicatoire », on trouve le passage suivant, absent du texte latin : « Et fault que I’aduouë Ingenument que cet ouurage m’a esté comme un diuertisssement pour tromper le loisir et donner treue au torrent des affaires qui m’emportent » (fol. 2v). Le sens de la phrase – une information biographique non nécessaire à la compréhension du passage – est typiquement baconien, et peut être rapproché d’autres textes du Lord Chancelier, notamment de deux lettres : une de 1592 destinée à son oncle le Lord Treasurer (voir LL), et une autre qui introduit le De bello sacro (1622), dédiée a Lancelot Andrews évêque de Winton.17

23Le passage le plus révélateur d’une connaissance, au moins partielle de Bacon, de la part du traducteur, est contenu dans l’aphorisme 39. Les Idola de la première espèce sont nommées « Idées de la tribu où notion », là où le latin les appelle simplement Idola Tribus (fol. 33r, aph. 39). On l’a vu, on peut considérer comme une erreur l’emploi de notion et on peut corriger en nation. L’ajout où nation serait extrêmement remarquable : on pourrait le rapprocher d’une autre œuvre de Bacon dans laquelle le philosophe anglais fait usage du terme nation pour les Idola de la première espèce, le Valerius terminus, une œuvre composée en anglais en 1603, où Bacon parle des « Idols of the Nation or Tribe » (voir SEH).

24À l’aphorisme 63, après la « question de Dense et Rare » on trouve l’incise « qui neantmoins est la plus Importante » (fol. 42v, aph. 63). La Historia densi et rari est une œuvre de philosophie de la nature de Bacon, publiée en 1658, après sa mort, mais présente entre les œuvres comprises dans le manuscrit Coll. Dupuy 5 (voir OFB, XIII). Donc on peut penser que le traducteur connaissait ce manuscrit (ou la copie que Seguier en avait fait faire) et qu’il l’avait lu.

 

25Les changements introduits par le traducteur, souvent philosophiques, sont parfois curieux, voire gratuits. Par exemple, dans la préface au Novum organum, obeliscus est traduit par piramide et le traducteur ajoute le détail exotique « enrichie de quelques mignardises d’architectures, et de lettres hieroglyphiques ». Ou encore, dans le même passage, le traducteur change l’ordre d’une courte liste latine, de « manibus, & lacertis, & nervis » à « de bras, de mains, de nerfz, de queuës de teste », avec l’inexplicable référence aux cheveux des athlètes (fol. 24v).

26Il est intéressant de remarquer que, dans au moins deux circonstances, le traducteur fait usage de mots du langage juridique. Dans la Praefatio de l’Instauratio magna, successio est traduit par Subrogation (fol. 5v) et, dans la Distributio operis, « refutations où conuictions » traduit redargutionibus (fol. 17r). Conuictions est à nouveau un terme juridique, qui se réfère à la preuve matérielle d’un crime et donc, en général, à la démonstration théorique et irréfutable d’une culpabilité.

27Outre ces deux changements, d’autres semblent répondre à un projet philosophique ponctuel. Je les ai divisés en trois catégories.

  • 18 Par exemple aux fol. 26r, 56v, aph. 76 et 60v, aph. 79.

281) Dans tout le manuscrit, le traducteur pousse la polémique envers les Anciens bien plus que Bacon ne le faisait. Dans certains passages où Bacon critique, sans faire mention d’une époque, certaines procédures méthodologiques suivies par les hommes, le traducteur insère une référence aux fautes des Anciens18. Ainsi, « En un mot deux Sortes de uoye et addresse, l’une de Suiure les Sciences et Inuentions des anciens, L’autre d’en chercher et trouuer de nouuelles » traduit « sit denique alia Scientias Colendi, alia Inueniendi ratio » (fol. 26r). La contraposition entre Anciens et Modernes n’était pas présente dans le texte latin. Semblablement, « la creance que l’on donne aux antiens » traduit « ex paucorum hominum confidentiâ » (fol. 6r). Cette tendance atteint son climax à l’aphorisme 87, dans lequel Bacon critique parmi les modernes ceux qui se sont occupés de philosophie naturelle et ont attribué aux Anciens une importance excessive. Le traducteur choisit toutefois d’éviter la référence aux modernes, ce qui détruit le sens de l’aphorisme (fol. 70v, aph. 87).

292) Dans certains passages le traducteur semble indiquer les sens comme source principale voire unique de la connaissance (il faut tenir compte du fait que le latin sensus est traduit en plusieurs façons : sentiment, cougnoissance sensitive, puissance sensitive et, évidemment, sens). En ce sens, « neque minor sit in Secundis & reliquis [notionibus] libido & inconstantia » est traduit par « Et S’Il y a de l’erreur en cette premiere apprehension qui Se fait par le ministere des Sens, Il ne fault pas doubter qu’il ny en ayt en la Seconde comme dependante de la premiere ». L’idée que les sens soient la source première et originaire de nos connaissances est évidemment absente dans le passage original (fol. 1v). La phrase « a quo omnia in Naturalibus petenda sunt, nisi fortè libeat insanire » après sensus (que traduit « puissance sensitiue ») est transformée en « de laquelle toute autre cougnoissance deriue » (fol. 16v) ; et « ce monde uisible et Sensible » traduit Vniuersi (fol. 17r).

30À l’aphorisme 50, « les choses qui frappent les Sens Imediatement Sont beaucoup estimées dauantage de l’Intellect que celles qui n’y arriuent que par l’entremise d’Iceux » traduit « ea, quae sensum feriunt, illis, quae Sensum immediatè non feriunt, licet potioribus, praeponderent » (fol. 36v, aph. 50). La traduction de « quæ Sensum immediatè non feriunt » par « Qui n’y arriuent que par l’entremise d’Iceux » est remarquable. On peut remarquer que la traduction française se fonde sur l’idée, absente dans le texte latin, qu’on peut connaître les objets non immédiatement sensibles par l’interposition des objets sensibles. À l’aphorisme 69, « qui par le ministere des Sens passent en l’Intellect » traduit « ab impressionibus sensuum » (fol. 48v et 49r, aph. 69 nota). À l’aphorisme 92, le traducteur ajoute à côté de Sens, l’incise « outilz et Instrumens de toute cougnoissance » (fol. 77v). À l’aphorisme 100, à côté d’experience, est ajoutée l’incise « qui en [des Sciences] est la mere et la source » (fol. 86r).

313) Pour terminer, l’usage très fréquent de l’adjectif claire et d’autres lemmes qui appartiennent à la même famille sémantique, même quand le texte original ne les utilisait pas, est très remarquable. Par exemple, dans l’introduction à l’Instauratio magna, on trouve « une dilucidité claire et manifeste » qui traduit apertum (fol. 2r). Au début de la Distributio operis, « clairement » traduit apertè et perspicuè (fol. 13r). Encore dans la Distributio operis, « [application] claire et manifeste » traduit « [applicatio] explicata » (fol. 20v). Dans la Praefatio au Novum organum, « une claire lumiere » traduit « nouam [...] et certam viam » (fol. 24r).

32Dans l’aphorisme 49 la métaphore, dérivée d’Héraclite, « Intellectus humanus luminis sicci non est » (qui veut souligner que l’intellect humain n’est pas dénué de conditionnements extérieurs et, pour ainsi dire, extracognitifs) est traduite « La lumiere de l’Intellect n’est point tellement claire et nette » (fol. 36v, aph. 49).

  • 19 R. Descartes, Regulae, AT, X, p. 407-408.
  • 20 Je renvoie à G. Belgioioso « Clare et distincte nelle Meditationes e nelle Méditations di René Desc (...)

33Mais surtout, à la fin de l’aphorisme 44 le latin « fusius et distinctius » est traduit « clairement et distinctement » (fol. 34v, aph. 44). On sait que le syntagme clair et distinct fait son apparition dans le corpus cartésien pour la première fois dans les Regulae ad directionem ingenii19, où il n’est toutefois utilisé qu’une fois. Mais dans le Discours de la méthode, Descartes l’utilise sept fois et il devient central dans les Meditationes de prima philosophia20.

34Pour ce qui regarde le manuscrit si, évidemment, la traduction de distinctius par « distinctement » ne pose pas problème, il est difficile de penser que la traduction de fusius avec « clairement » soit le fruit du hasard. Ce n’est pas suffisant pour permettre de faire l’hypothèse d’un cartésianisme du traducteur, ne serait-ce que parce que l’accent sur les sens va dans une direction contraire. Mais cela autorise à supposer que le traducteur connaissait, du moins, le Discours. À partir de cette hypothèse, on obtient un terminus a quo pour la datation du manuscrit, sachant que la provenance nous permet d’établir comme terminus ante quem 1672, l’année de la mort de Pierre Séguier.

  • 21 M. Le Doeuff, « Bacon chez les grands au siècle de Louis XIII », art. cité, où Le Doeuff affirme qu (...)

35Toutefois les morts de Jacques et de Pierre Dupuy respectivement en 1651 et en 1656 et le changement de la situation politique dans ces années font penser qu’à partir de la seconde moitié des années 1650, l’humus culturel nécessaire à une entreprise comme la traduction (probablement pour la publication) du Novum organum21 vient à manquer. Il est donc possible de supposer que la traduction a été faite dans les années 1640-1650.

36Par contre, il m’a été impossible d’arriver au nom du traducteur. Des considérations stylistiques et certaines caractéristiques philosophiques du manuscrit (en premier lieu la polémique contre les anciens) font exclure que le traducteur soit Jean Baudoin, alors qu’il est extrêmement vraisemblable de penser que le traducteur avait des liens avec les milieux culturels fréquentés par les frères Dupuy.

Notes

1 En France, en particulier, la première traduction de l’ensemble de l’œuvre de Bacon est publiée à la fin du xviiie siècle, avec la traduction de Lasalle, citée dans l’avertissement du présent volume.

2 Dans cette citation, ainsi que dans toutes les citations de l’article, nous ajoutons des italiques à chaque fois que, dans un souci de facilitation de la lecture, nous avons complété les abréviations présentes dans le texte.

3 P. Séguier (Paris, 1588-1672), fils de J. Séguier, conseiller au Parlement de Paris, et de M. Tudert, fut lui même conseiller. À partir de 1624, en tant que président à mortier du Parlement de Paris, il fut défenseur des raisons du Parlement dans les premiers conflits contre la monarchie. Mais son talent politique fut remarqué par le cardinal de Richelieu, qui, en 1633, lui offrit de devenir garde des Sceaux. Deux ans plus tard, il fut fait chancelier de France. Dorénavant loyal à la monarchie et ce jusqu’à la fin de ses jours, Séguier fut envoyé en Normandie pour défaire la révolte populaire des « nu-pieds » (l’expédition est racontée par Séguier lui-même dans un intéressant récit de voyage). En 1648, il fut contraint d’abandonner Paris à cause de la Fronde parlementaire et fut momentanément mis à l’écart par Mazarin, qui nomma M. Molé chancelier. En 1650, il fut fait duc de Villemor, entrant ainsi dans la haute aristocratie française. En 1656, dans une période politique plus détendue, il retrouva son rôle de chancelier. Les éloges funèbres qui suivirent sa mort en 1672 soulignèrent son intégrité morale. Tallemant Des Réaux, dans ses Historiettes, informe qu’une fois que l’état des finances de Séguier fut rendu public, même ses ennemis durent admettre que le chancelier n’avait pas profité de ses quarante ans de pouvoir pour s’enrichir.

4 R. Kerviler, Le chancelier Pierre Séguier second protecteur de l’Académie française : études sur sa vie privée, politique et littéraire et sur le groupe académique de ses familiers et commensaux, Paris, Didier, 1874, p. 158.

5 Dans les catalogues on retrouve, entre autres, les titres suivants : Franscisci de Verulamio Instauratio magna, Londres, 1620 ; Franscisci de Verulamio de dignitate & augmentis Scientiarum, Paris, 1624 ; François Bacon de l’accroissement des Sciences traduit en Francois par Golefer, Paris, 1632, et l’Histoire de la Vie & de la mort composée par Francois Bacon, & traduite par Jean Baudoin, Paris, 1647.

6 Il est toutefois opportun de souligner que, nonobstant le grand nombre d’œuvres d’auteurs modernes, la partie la plus riche et la plus importante de la bibliothèque de Séguier était dédiée à la collection des manuscrits d’ouvrages grecs et latins.

7 La collection Dupuy est composée des manuscrits appartenant à P. Dupuy (1582-1656) et à son frère Jacques (1591-1651). Issus d’une riche famille parisienne, ils furent accueillis après la mort de leur père Claude par leur oncle, l’historien Jacques-Auguste Ier de Thou. Par son intermédiaire, dès leur prime jeunesse, ils fréquentèrent les cercles intellectuels du libertinage érudit. En 1617 ils créèrent leur propre académie (destinée à devenir une des plus célèbres d’Europe) qui proposait une lecture approfondie des philosophes classiques, et s’interrogeait sur leur relation avec les auteurs modernes. Parmi les nombreux personnages importants qui entretenaient des rapports constants avec l’Académie Dupuy on peut nommer F. La Mothe Le Vayer et C. H. Fabri de Peiresc. Au sujet des frères Dupuy et de leur Académie, nous renvoyons à R. Pintard, Le libertinage érudit dans la première moité du xvııe siècle, Paris, Boivin, 1943 ; G. Ferretti, Un « soldat philosophe », Philippe Fortin de la Hoguette, Genève, ECIG, 1988 ; P. Fortin de la Hoguette, Lettres aux frères Dupuy et à leur entourage, G. Ferretti éd., Florence, Olschki, 1997.

8 Voir P. Gassendi, Opera omnia, I, chap. X, Lyon, 1658, p. 62-65 ; ce chapitre a été repris dans Œuvres philosophiques de Bacon, M.-N. Bouillet dir., II, Appendix, Paris, 1835, p. 453-460. Sur la réception de Bacon dans les milieux intellectuels français, je renvoie à M. Le Doeuff, « Bacon chez les grands au siècle de Louis XIII », M. Fattori éd., Francis Bacon : terminologia e fortuna nel XVII secolo, Rome, Edizioni dell’Ateneo, 1984, p. 155-178 ; G. Ferretti, Un « soldat philosophe », Philippe Fortin de la Hoguette, ouvr. cité (dans lequel Ferretti, en considération de ses recherches, modifie les conclusions de Le Doeuff, et conteste l’idée qu’il y ait eu un affaiblissement de l’intérêt pour Bacon dans la seconde moitié du xviie siècle en France) ; M. Fattori, « Fortin de la Hoguette tra Francis Bacon e Marin Mersenne : intorno all’edizione francese del “De Augmentis Scientiarum” », dans M. Fattori, Linguaggio e filosofia nel Seicento europeo, Florence, Olschki, 2000, p. 385-411 et M. Fattori, « La diffusione di Francis Bacon nel libertinismo francese », Rivista di storia della filosofia, vol. II, 2002, p. 225-242.

9 P. Fortin de la Hoguette (Falaise 1585 - Paris 1668), né dans une famille de la noblesse de robe normande, a commencé très jeune la carrière de soldat. Animé par la conviction qu’un homme noble devait exceller en sagesse autant que dans l’art de la guerre, il entra en contact avec des cercles littéraires et des personnages importants du milieu culturel européen lors des nombreux voyages qu’il fit en Europe (la plupart pour raisons militaires). Dès 1622, il fait partie de l’Académie des frères Dupuy. Son premier livre, La Remonstrance au Roy, importante pour son Estat (publié anonymement en 1620), est une polémique contre le duc de Luynes, favori du jeune Louis XIII, hostile à Marie de Médicis. Toutefois, pendant le siège de La Rochelle (1628) il se rapproche du cardinal de Richelieu ; en 1641 il se marie à Louise de Pérefixe, sœur de Hardouin, valet de chambre de Richelieu. Sept ans plus tard, son ouvrage Testament ou conseils fidelles d’un bon pere à ses enfans, pamphlet adressé à l’éducation de la jeunesse aristocratique, est assez populaire. Pour la reconstruction de la biographie et des événements culturels liés à la vie de Fortin de la Hoguette, voir G. Ferretti, Un « soldat philosophe », Philippe Fortin de la Hoguette, ouvr. cité.

10 Londres, Haviland, 1623. À partir de cet exemplaire les frères Dupuy firent imprimer, l’année suivante, une édition non autorisée de l’œuvre (Paris, P. Mettayer, 1624), dont Séguier avait une copie.

11 F. Bacon, Essayes. Religious meditations. Places of Persuasion and Dissuasion, Londres, John Beale, 1612.

12 Jean Baudoin (1590 environ - 1650), érudit, membre de l’Académie française depuis 1634, est l’auteur de nombreuses traductions d’auteurs classiques et modernes (il traduisit par exemple les tragédies de Sénèque et la Jérusalem délivrée). Suite aux difficultés politiques de Séguier, l’assistance financière de l’Académie lui manqua. Il meurt pauvre en 1650. Il fut le principal traducteur de Bacon en France : Les Essays politiques et moraux de messire François Bacon, Paris, Juillot, 1619 ; La sagesse mystérieuse des Anciens, ombragée du voile des fables, appliquées moralement aux secrets de l’état et de la nature, Paris, Juillot, 1619 (traduction du De sapientia veterum, publiée à Londres en 1609), Les Œuvres morales et politiques de Messire François Bacon Baron de Verulam, Vicomte de sainct Alban, & Chancelier d’Angleterre, Paris, P. Rocolet et F. Targa, 1626 (il s’agit d’un élargissement de la version du 1619 des Essayes, conduit à partir de l’édition anglaise de 1612) ; l’anthologie L’Artisan de la fortune, ensemble les Antithèses des choses, les Sophismes, et les Charactères de l’esprit, traittez de Mre François Bacon, de nouveau traduits par J. Baudoin, Paris, Rocolet, 1640 ; Les Aphorismes du droit, Paris, 1646 ; l’Histoire de la vie et de la mort, Paris, G. et J-B. Loyson, 1647 (dédiée à P. Séguier) ; l’Histoire des Vents, où il est traité de leurs causes et leurs effets, Paris, Cardin-Besongne, 1649. Comme on peut le voir en examinant les titres, autour des dernières années de sa vie les intérêts de Baudoin ne portaient plus sur les œuvres morales et politiques mais sur les ouvrages baconiens de philosophie de la nature. Certaines observations lexicales après la comparaison entre le français de FF 19092 et la version latine originale tendent à exclure que Baudoin ait été le traducteur de cette version du Novum organum.

13 Voir F. Bacon, Les Œuvres morales et politiques…, ouvr. cité, p. 268.

14 Voir F. La Mothe Le Vayer, Cinq dialogues faits à l’imitation des anciens, par Oratius Tuberus, Francfort, J. Sarius, 1633. On trouve le passage dans le dialogue « De la divinité » et Pierre Bayle s’y réfère dans une lettre du 3 avril 1705 à Des Maizeaux (la lettre est publiée dans P. Bayle, Œuvres diverses, introduction d’E. Labrousse, Hildesheim, Olms Verlag, 1964-1968 [reproduction de l’édition La Haye 1731]). Pour la comparaison entre la traduction de Valavez , celle de Baudoin et l’original de Bacon, je renvoie à M. Fattori, « Fortin de la Hoguette tra Francis Bacon e Marin Mersenne : intorno all’edizione francese del De Augmentis Scientiarum », art. cité, p. 394-397.

15 Il est intéressant de remarquer à propos du scepticisme utilisé à des fins religieuses, que le traducteur, à l’occasion de passages du Novum organum qui traitent du scepticisme ancien, limite la portée de la réduction sceptique à la nature (fol. 21r, fol. 23v, fol. 32v, aph. 37).

16 Par exemple, au début de l’aphorisme 95 (fol. 81v) dans le même passage on lit la graphie Empirique et la graphie Empyrique. D’autres mots sujets à variations graphiques sont : ancien (antien), experience (experiance).

17 Voir Œuvres philosophiques de Bacon, sous la direction de M. N. Bouillet, III, Paris, 1834, p. 490-494.

18 Par exemple aux fol. 26r, 56v, aph. 76 et 60v, aph. 79.

19 R. Descartes, Regulae, AT, X, p. 407-408.

20 Je renvoie à G. Belgioioso « Clare et distincte nelle Meditationes e nelle Méditations di René Descartes » (dans Il vocabolario della République des Lettres. Terminologia filosofica e storia della filosofia. Problemi di metodo, sous la direction de M. Fattori, Florence, Olschki, 1997, p. 71-76). Belgioioso se réfère principalement à la forme adverbiale du syntagme et fait une comparaison entre la première édition des Meditationes (Meditationes de prima philosophia : in quibus Dei existentia & animae humanae a corpore distinctio demonstrantur, Paris, Soly, 1641) et la traduction française de L.-C. d’Albert, duc de Luynes, approuvée et corrigée par le même R. Descartes, publiée à Paris en 1647 par J. Camusat et P. Le Petit. G. Belgioioso remarque que le syntagme latin clare et distincte est utilisé en tout vingt fois, alors que la traduction française clairement et distinctement vingt-quatre : par trois fois clairement et distinctement est employé pour traduire le seul clare ; dans un seul cas il traduit evidenter.

21 M. Le Doeuff, « Bacon chez les grands au siècle de Louis XIII », art. cité, où Le Doeuff affirme que, pour des raisons politiques, l’intérêt autour de l’œuvre de Bacon diminua brusquement, en France, dans la seconde moitié du xviie siècle.

Auteur

Docteur en histoire de la philosophie de l’université Rome La Sapienza

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search