Version classiqueVersion mobile

Transition, fragmentation, recomposition

 | 
Violette Rey

Fragmentation, temps social, temps spatial

Migrations et effets de barrière en Tchécoslovaquie (1960-1989)

Wanderungsbewegungen und Schrankenwirkungen in der Tschechoslowakei (1960-1989)

Migration and the Barrier Effect in Czechoslovakia (1960-1989)

Migraciones y efectos de barrera en Checoslovaquia (1960-1989)

Nadine Cattan et Claude Grasland

Résumé

Dans un premier temps, l’article propose une méthode permettant de mesurer avec précision les effets de barrière migratoire induits par la présence d’une limite politique ou administrative. On propose d’assimiler le franchissement d’une limite à une distance particulière qui, introduite dans un modèle gravitaire en plus de la distance physique, permet de mesurer la perméabilité de la frontière à l’aide d’un coefficient variant entre 0 et 1.
L’application de ce modèle aux migrations entre les 10 régions (kraj) tchécoslovaques permet de montrer que le franchissement de la limite des deux républiques induit une réduction des flux migratoires de l’ordre de 60 % en 1989. L’analyse diachronique montre que cette réduction des flux inter-républicains n’était que d’environ 40 % en 1960, et que l’effet de barrière s’est particulièrement renforcé au cours de la période 1970-1980 pour se stabiliser après cette date. Différentes interprétations de ce mouvement sont alors proposées et conduisent à s’interroger sur les relations possibles entre cette réduction des flux inter-républicains et la partition de la Tchécoslovaquie en 1993.

Texte intégral

Introduction

1Les processus politiques croisés de désintégration des États en Europe de l’Est et d’intégration transnationale en Europe de l’Ouest ont suscité un intérêt nouveau pour l’étude des frontières politiques. Les géographes, mais aussi les économistes, les historiens ou les sociologues cherchent d’une part à mieux mesurer et analyser les effets induits par la présence d’une frontière, d’autre part à comprendre comment et pourquoi certaines limites régionales ou fédérales deviennent des limites d’État (U.R.S.S., Yougoslavie, Tchécoslovaquie) tandis que d’autres tendent à suivre le mouvement inverse (C.E.E.).

2Nous avons progressivement constitué un groupe de travail et élaboré un cadre conceptuel et méthodologique assurant la comparabilité des observations effectuées sur les effets frontière (C. GRASLAND, 1991 ; N. CATTAN C. GRASLAND, 1992 b ; J.-M. DECROLY, C. GRASLAND, 1992). Ce cadre théorique, présenté brièvement en annexe, ne sera pas développé dans cet article mais appliqué à l’étude des migrations en Tchécoslovaquie de 1961 à 1990. L’objectif est de mesurer l’impact de la limite fédérale sur les migrations définitives de population à différentes périodes et à différentes échelles.

La Tchécoslovaquie : un laboratoire pour l’analyse des déterminants politiques et spatiaux des migrations

3La Tchécoslovaquie est un espace particulièrement propice pour l’analyse des déterminants spatiaux et politiques des migrations en raison de la complexité de son organisation administrative, de son histoire et de sa structure ethno-linguistique.

4D’un point de vue historique, la Tchécoslovaquie est une création politique récente (déclaration de Martin, Octobre 1918) et éphémère (séparation effective le 1er Janvier 1993). Les territoires des actuelles républiques Tchèque et Slovaque ont appartenu pendant des siècles à des États séparés, la Bohême et la Moravie étant placées dans les aires d’influence germaniques puis autrichiennes, tandis que la Slovaquie faisait partie intégrante du royaume de Hongrie. La première république tchécoslovaque (1918-1938) avalisa d’ailleurs ces différences en divisant le territoire en quatre régions historiques (Bohême, Moravie-Silésie, Slovaquie, Ukraine Subcarpathique). De par leur histoire, ces différentes entités possédaient des niveaux de développement social et économique très hétérogènes, décroissant « grosso modo » du nord-ouest vers le sud-est. Ces différences entraînaient alors une dissymétrie qualitative et quantitative des migrations : les Tchèques envoyaient en Slovaquie des cadres en nombre limité, tandis que les Slovaques fournissait une main d’œuvre non-qualifiée et nombreuse aux industries de Bohême et de Moravie. L’arrivée de fonctionnaires tchèques en Slovaquie a été souvent perçue de façon négative par les populations slovaques, d’autant que ces transferts de cadres dirigeants n’étaient pas accompagnés de transferts industriels équivalents. Le maintien d’un sous-développement relatif de la Slovaquie dans l’entre-deux-guerres a nourri une importante émigration internationale slovaque, notamment à destination de l’Amérique du Nord.

5La simplification dramatique de la structure ethnique du pays après la seconde guerre mondiale (départ de 3 millions d’Allemands) a créé une certaine homogénéité à l’intérieur de chacune des deux futures républiques mais, ce faisant, a renforcé l’opposition entre les deux. Au recensement de 1991, 81.3 % des habitants de la république Tchèque se déclaraient « tchèques » tandis que 85.6 % des habitants de Slovaquie se déclaraient « slovaques ». Une certaine hétérogénéité subsiste dans chaque république, mais les minorités y sont différentes : 13.2 % de Moraves en république Tchèque ; 10.8 % de Hongrois et 2 % de Tziganes en Slovaquie. Au total, les 70 années d’existence commune n’ont donc pas produit un mouvement important de-brassage des populations puisqu’on 1991 les Slovaques ne représentaient que 3 % de la population de la république Tchèque et les Tchèques 1 % de la population de la Slovaquie. Au demeurant, les Slovaques présents en République Tchèque se concentrent dans les régions industrielles repeuplées après le départ des Allemands (Bohême du Nord et de l’Ouest, Moravie du Nord) mais sont très peu nombreux dans les districts frontaliers de Moravie.

6La période socialiste (1948-1989) correspond à un fonctionnement très centralisé de l’État, qui se manifeste par l’adoption en 1961 d’un nouveau découpage administratif en 10 régions (kraj) et 114 districts (okrej). Bien qu’il ait respecté les limites des anciennes entités historiques (Bohême, Moravie-Silésie, Slovaquie), le découpage en kraj, inspiré du modèle des oblast soviétiques, visait clairement à mettre en place une structure centralisée indifférente aux héritages du passé. La mise en place du système fédéral, en 1969, a rajouté un niveau de gestion sans remettre en cause les maillages précédents. Compte-tenu du rôle dirigeant dévolu au parti communiste, les attributions des organismes républicains étaient essentiellement formelles et visaient surtout à diviser les mouvements d’oppositions tchèques et slovaques dans le contexte de la normalisation du Printemps de Prague. Beaucoup de Tchèques ont perçu comme une « trahison » cette autonomie slovaque obtenue à la suite de l’échec de la révolution de 1968, alors qu’elle trouvait aussi ses racines dans des aspirations plus anciennes.

7Mais l’influence de la période socialiste sur les flux migratoires réside peut-être plus dans la politique systématique de développement industriel du territoire que dans la refonte des trames administratives. Au cours de la période de reconstruction (1948-1960), le repeuplement des Sudètes et la remise en route des vieilles régions industrielles ont entraîné des transferts importants de populations slovaques, notamment vers les bassins industriels de Bohême-Nord, Bohême-Ouest et Moravie-Nord. De plus dès cette période, et surtout au cours des années suivantes, se met en place une politique volontariste de développement industriel de la Slovaquie. Outre le transfert spectaculaire – et très médiatisé – d’usines tchèques vers la Slovaquie, le pouvoir communiste développe de grands complexes industriels utilisant soit les ressources locales (bois, pétrole), soit la position privilégiée de la Slovaquie au cœur du COMECON (complexe sidérurgique de Slovaquie orientale fondé sur les relations avec l’Ukraine et la Pologne). Cette politique réduit l’émigration slovaque et tend à fixer sur place l’exode rural, d’autant que le recours à l’émigration internationale est devenu sinon impossible, du moins très difficile.

  • 1 Les migrations inter-tégionales par période quinquennale ont été rassemblées par K. Kühnl (1988) po (...)

8En examinant les migrations entre les dix régions de Tchécoslovaquie au cours des 30 dernières années (1961-90), nous proposons d’examiner comment les différents facteurs politiques, économiques et ethniques ont affecté la dynamique des échanges migratoires entre les deux républiques1.

Figure 1.1 : FLUX PRINCIPAUX ET SOLDE MIGRATOIRE EN 1961-65

Figure 1.1 : FLUX PRINCIPAUX ET SOLDE MIGRATOIRE EN 1961-65

Source : Nadine CATTAN, Claude GRASLAND

Figure 1.2 : FLUX PRINCIPAUX ET SOLDE MIGRATOIRE EN 1986-90

Figure 1.2 : FLUX PRINCIPAUX ET SOLDE MIGRATOIRE EN 1986-90

Source : Nadine CATTAN, Claude GRASLAND

9Nous discuterons, dans un premier temps, la pertinence de différents modèles permettant de décrire les migrations dans un espace multinational. Nous testerons alors différentes hypothèses en prenant en compte la dernière période quinquennale (1986-1990). Le but de cette modélisation est de dégager une série d’indicateurs synthétiques et surtout comparatifs rendant compte des déterminants spatiaux et politiques de la migration. Ces indicateurs seront calculés, dans un deuxième temps, pour chacune des périodes quinquennales, ce qui permettra d’examiner la dynamique d’ensemble des migrations interrégionales en Tchécoslovaquie.

La spécificité des migrations inter-régionales en Tchécoslovaquie

Migrations et distance

10La carte des flux principaux en 1986-1990 (fig. 1) montre que les échanges migratoires les plus importants concernent les régions appartenant à une même république (Tchèque ou Slovaque) ou à une même partie historique (Moravie). Cet effet résulte pour une part de la diminution des flux avec la distance mais on peut observer que les flux entre régions voisines, l’une de Moravie et l’autre de Slovaquie, sont plus faibles que les flux entre deux régions voisines appartenant toutes deux soit à la Slovaquie soit à la Moravie. Cet effet s’observe également, mais de façon moins nette, entre les régions de Bohême et de Moravie. Les trois régions historiques semblent donc constituer des sous-systèmes migratoires intégrés à l’intérieur du territoire tchécoslovaque et leurs limites sont signalés par une faiblesse des échanges plus ou moins marquée (K. KÜHNL, 1988).

11L’utilisation d’un modèle d’interaction spatiale de type gravitaire permet une approche plus globale du phénomène. Nous avons utilisé, dans un premier temps, la formulation classique du modèle de gravité. Ce modèle, vérifié dans la plupart des pays du monde, stipule que le nombre de migrants Fij échangé par deux régions i et j est proportionnel à la capacité d’émission du lieu de départ (mesurée par sa population Pi) et à la capacité de réception du lieu d’arrivée (mesurée par sa population Pj) et inversement proportionnel à la distance Dij.

12Fij =a.Mi.Mj.Dij-b

  • 2 Le paramètre (b) s’interprète comme le frein de la distance. Le paramètre (a) exprime le degré de m (...)

13Les deux paramètre a et b ont été estimés par itération à l’aide de la méthode proposée par M. POULAIN (1981)2. Pour la période 1986-1990, la qualité d’ajustement des migrations entre les 10 régions de Tchécoslovaquie apparaît faible (71.9 %) en comparaison avec les résultats obtenus avec la même méthode pour d’autres pays d’Europe : 91.5 % pour les migrations entre les 43 arrondissements belges en 1976 et 86 % pour les migrations entre les 21 régions françaises en 1968-1975 (POULAIN, 1981). Cette faiblesse relative du modèle de gravité appliqué à la Tchécoslovaquie ne semble pas s’expliquer par le type de frein de la distance retenu puisque le recours à d’autres fonctions de la distance (exponentielle négative) donne des résultats encore moins satisfaisants. Elle s’explique peut-être pour partie par le petit nombre des régions étudiées (10) et par la forme allongée de certaines régions de Bohême qui fausse le calcul des distances entre régions (assimilée à la distance entre leurs centres géométriques).

14À cette étape de l’analyse, on peut néanmoins déjà émettre l’hypothèse que la connaissance des populations et des distances inter-régionales ne suffit pas à décrire le phénomène migratoire en Tchécoslovaquie et que, à la différence d’autres pays, les migrations sont ici conditionnées par d’autres facteurs.

15La cartographie des flux résiduels, c’est-à-dire des écarts entre les flux observés et les flux estimés par le modèle, permet précisément de repérer ce qui, dans les flux migratoires, ne relève ni de l’effet dissuasif de la distance, ni de l’importance des lieux émetteurs et récepteurs. Les résidus sont positifs lorsque les flux observés sont plus importants que les flux estimés. Ils correspondent alors à des préférences migratoires entre les lieux. À l’inverse, des résidus négatifs sont mis en évidence lorsque les flux observés sont moins importants que ne le laisserait supposer le modèle. Des effets de barrières qui s’instaurent entre les lieux seraient à l’origine de cette faiblesse.

16Les préférences migratoires (fig. 2-1) sont principalement observées entre régions d’une même république. Une exception notable apparaît toutefois, celle de la Slovaquie orientale qui a des échanges préférentiels avec les deux bassins industriels de Moravie du Nord et de Bohême-Nord. Elle peut s’expliquer par l’auto-entretien d’une migration ancienne liée à l’arrivée de Slovaques dans ces régions après le départ des Allemands. Elle est sans doute également liée à des facteurs « push-pull » : surplus de main d’œuvre en Slovaquie orientale en raison du dynamisme démographique et carence dans les bassins industriels de la république Tchèque en raison de la réticence des Tchèques et des Moraves à résider dans des régions ayant des conditions sociales difficiles (pollution, criminalité, etc.).

Figure 2.1 : PRÉFÉRENCES MIGRATOIRES EN 1986-90

Figure 2.1 : PRÉFÉRENCES MIGRATOIRES EN 1986-90

Figure 2.2 : BARRIÈRES MIGRATOIRES EN 1986-90

Figure 2.2 : BARRIÈRES MIGRATOIRES EN 1986-90

Source : Nadine CATTAN, Claude GRASLAND

17Un effet de barrière principal (fig. 2-2) oppose les régions tchèques et les régions slovaques, de part et d’autre de la limite fédérale. Les flux entre régions voisines de Moravie et de Slovaquie sont souvent inférieurs de moitié, voire plus, à ce qu’ils auraient été s’ils avaient suivi le comportement moyen observé à l’intérieur du pays. Un effet de barrière secondaire s’observe également entre les régions de Bohême et de Moravie, mais il est loin d’avoir la force du précédent.

Migrations et appartenance des lieux à une république

18L’analyse des résidus montre donc que l’appartenance des régions à une république est un facteur complémentaire de la distance physique pour comprendre les échanges migratoires interrégionaux en Tchécoslovaquie.

19Pour vérifier cette hypothèse, nous avons choisi de remplacer la distance physique par une distance d’appartenance politique Pij qui prend la valeur 0 pour les régions appartenant à une même république et la valeur 1 pour les régions appartenant à deux républiques différentes. On remplace alors la fonction de la distance physique par une fonction d’appartenance politique cPij qui prendra la valeur 1 si les deux régions appartiennent à la même république et la valeur c si les deux régions appartiennent à des républiques différentes. Ce paramètre c est donc un coefficient de perméabilité qui indique le facteur de réduction des flux lorsqu’il y a franchissement de la frontière.

20Fij = a.Mi.Mj.cpij

21En utilisant la même méthode d’estimation que précédemment, on obtient une qualité d’ajustement de 66.7 %, qui est à peine inférieure à celle obtenue avec le modèle de gravité. On peut donc en conclure que la distance d’appartenance politique, aussi sommaire soit-elle (deux modalités), rend presque aussi bien compte des migrations en Tchécoslovaquie que la distance physique. Le paramètre de perméabilité c a une valeur de 0.20, ce qui indique que, toutes choses égales quand aux populations, les migrations inter-républicaines sont en moyenne 5 fois plus faibles que les migrations intra-républicaines. Cette estimation de l’effet de barrière a évidemment le défaut de ne pas tenir compte du rôle bien réel de la distance. En effet, la division par 5 des flux inter-républicains intègre ici à la fois l’éloignement physique et l’éloignement politique des régions des deux républiques. Les régions d’une même république étant plus proches que les régions de deux républiques différentes, on va donc surestimer l’effet de barrière de ces dernières en y englobant une partie de l’effet dissuasif de la distance. Il faut donc introduire simultanément dans le modèle les deux distances pour dégager leurs effets spécifiques :

22Fij = a.Mi.Mj.Dij-b.cPij

23Ce modèle à trois paramètres conduit à une sensible amélioration du modèle puisque l’on atteint une qualité d’ajustement de 82.1 %. Ceci permet de démontrer qu’aucune des deux distances (physique ou appartenance politique) ne suffit à rendre compte des comportements migratoires observés en Tchécoslovaquie mais que les deux jouent simultanément. Plus précisément, la distance physique permet de rendre compte des comportements migratoires intra-républicains, comme le prouve la bonne qualité de l’ajustement du modèle de gravité lorsqu’on l’applique à une seule république, tandis que la distance d’appartenance politique permet de rendre compte des comportements migratoires inter-républicains pour lesquels la distance physique joue un rôle négligeable. En d’autres termes, les lois classiques de l’interaction spatiale sont valables à l’intérieur d’une aire politique homogène, mais elles ne s’appliquent plus dans un espace hétérogène politiquement. La décision de quitter un territoire politique pour un autre n’est que très faiblement influencée par la distance.

24Le coefficient de perméabilité obtenu par ce dernier modèle est de 0.4, il indique alors une division par 2.5 des flux inter-républicains, toutes choses égales quant à la distance et aux populations des lieux de départ et d’arrivée.

25Au total, ce dernier modèle fournit une description synthétique et satisfaisante des migrations inter-régionales en Tchécoslovaquie. Ses paramètres (a, b, c) ont donc été calculés pour chacune des six périodes quinquennales et sont présentés dans le tableau 1. Il permettent d’étudier, d’une part, l’évolution du rôle dissuasif de la distance et, d’autre part, l’évolution de l’effet de barrière qui, tous les deux, conditionnent l’intensité des migrations en Tchécoslovaquie.

Évolution des migrations au cours de la période 1961-1990

Evolution de la mobilité générale et du frein de la distance

26L’examen du volume total de migrants entre les dix régions de Tchécoslovaquie laisse apparaître une réduction importante des échanges migratoires au cours du temps, puisque l’on passe de 633 300 migrants interrégionaux en 1961-1965 à 437 500 en 1986-1990, soit une réduction de 31 %. Cette baisse de la mobilité générale s’accentue plus particulièrement au début des années 1970, puis s’atténue dans les années 1980 (fig. 3-1). Cette tendance à la réduction de la mobilité inter-régionale n’est pas spécifique à la Tchécoslovaquie, elle s’observe dans la plupart des pays industrialisés au cours de cette période. Elle est une composante normale du processus de transition migratoire.

27L’examen des paramètres a et b montre toutefois que cette réduction de la mobilité semble avoir pris des formes particulières en Tchécoslovaquie. Croisant l’évolution de la propension à migrer et celle du rôle dissuasif de la distance, la figure 4 montre nettement l’existence de deux phases d’évolution. De 1961-65 à 1971-75, on observe conjointement un accroissement de la propension à migrer et du frein de la distance. Ces deux effets contradictoires suggèrent que la réduction des échanges migratoires s’est traduite par un accroissement modéré des flux à courtes distances (expliquant l’augmentation de la propension à migrer) et une réduction importante des flux à longue distance (expliquant l’accroissement du frein de la distance). On peut en effet vérifier que la distance moyenne des migrations interrégionales passe de 174 km en 1961-65 à 163 km en 1971-75. De 1971-75 à 1986-90, le processus s’inverse et on observe une réduction de la propension à migrer, associée à une légère diminution du frein de la distance. La distance moyenne des migrations augmente légèrement pour atteindre 165 km en 1986-90.

28Cette réduction de la portée spatiale des migrations ne suffit cependant pas à expliquer l’importante réduction des flux migratoires observée au cours de la période étudiée. Celle-ci semble en effet beaucoup plus directement liée à l’augmentation de l’effet de barrière et donc à la réduction des flux migratoires entre les deux républiques.

Évolution de l’effet de barrière entre les deux républiques

29La figure 3-2 montre une forte réduction des flux inter-républicains dans le volume total des migrations inter-régionales. Leur part passe en effet de 45.3 % en 1961-65 à 17.7 % en 1986-90. La réduction principale s’opère à la fin des années soixante puisque la part des flux inter-républicains est réduite de moitié entre les deux premières périodes quinquennales (22 % en 1966-70) elle se stabilise par la suite et augmente très légèrement au cours des années quatre-vingt. La réduction drastique des migrations inter-républicaines à la fin des années soixante se caractérise par un double phénomène de réduction des migrations inter-républicaines (de 286 900 à 128 900) et d’accroissement des migrations intra-républicaines (de 346 400 à 457 100). L’accroissement des migrations intra-républicaines montre une réorientation des flux, particulièrement sensible en Slovaquie où les flux inter-régionaux font plus que doubler (de 33 300 à 71 400) tandis que le phénomène est moins sensible en république Tchèque (de 313 100 à 385 700). Par la suite, les migrations intra-républicaines diminuent à leur tour, mais au même rythme que les migrations inter-républicaines, ce qui conduit à la stabilisation de leurs parts respectives.

Tableau 1 – Migration, distance et effet de barrière entre les 10 régions de Tchécoslovaquie (1961-1990)

Tableau 1 – Migration, distance et effet de barrière entre les 10 régions de Tchécoslovaquie (1961-1990)

Fij : Nombre de migrants de i vers j
Pi, Pj : Population des régions i et j
Dij : distance entre les centres de gravité des régions i et j
Pij : appartenance politique croisée de i et j
0 : même république
1 : républiques différentes
r2 : qualité globale de l’ajustement
a : paramètre de mobilité générale
b : paramètre de freinage de la distance
c : paramètre de perméabilité politique des deux républiques

FIGURE 3 : ÉVOLUTION DES MIGRATIONS INTER REGIONALES

FIGURE 3 : ÉVOLUTION DES MIGRATIONS INTER REGIONALES

C : république Tchèque (7 régions)
S : république Slovaque (3 régions)

Source : N. Cattan, Cl. Grasland

Figure 4 : ÉVOLUTION DE LA MOBILITÉ ET DU FREIN A LA DISTANCE

Figure 4 : ÉVOLUTION DE LA MOBILITÉ ET DU FREIN A LA DISTANCE

Figure 5 : ÉVOLUTION DE L’EFFET DE BARRIÈRE

Figure 5 : ÉVOLUTION DE L’EFFET DE BARRIÈRE

Source : N. Cattan, Cl. Grasland

  • 3 Dans ce nouveau modèle, les masses Pi et Pj correspondent non pas aux populations totales mais resp (...)

30L’évolution du paramètre de perméabilité (c) confirme ces observations (fig. 5). L’effet de barrière s’accroit particulièrement entre 1961-65 et 1976-80, il passe de 0.6 (division des flux inter-républicains par 1.7) à 0.4 (division par 2.5). Dans les années quatre-vingt, l’effet de barrière tend à se stabiliser autour de cette valeur et amorce même une légère diminution en 1981-85. À titre de vérification, nous avons recalculé cet effet de barrière en considérant non pas les populations totales des régions mais les populations migrantes3. Ce modèle met en évidence une plus grande perméabilité (passage de 0.75 en 1961-65 à 0.6 en 1986-90), mais l’évolution de l’effet de barrière est parallèle à la précédente : c’est donc bien au tournant des années soixante et soixante-dix que la perméabilité de la frontière diminue le plus.

31La forme logistique des deux courbes décrivant la baisse du volume des migrations et la baisse de la perméabilité de la frontière des deux républiques peut s’interpréter comme la transition entre deux états d’équilibre différents du système migratoire : la situation du début des années soixante, caractérisée par une forte mobilité générale et des effets de barrière limité et la situation des années quatre-vingt, caractérisée par une faible mobilité générale et un effet de barrière renforcé. Il reste à interpréter les raisons de ces changements de structure du système migratoire tchécoslovaque et les conséquences qu’ils ont pu avoir.

Figure 6.1 : PRINCIPALES AUGMENTATIONS DE FLUX ENTRE 1961-65 ET 1986-90

Figure 6.1 : PRINCIPALES AUGMENTATIONS DE FLUX ENTRE 1961-65 ET 1986-90

Figure 6.2 : PRINCIPALES DIMINUTIONS DE FLUX ENTRE 1961-65 ET 1986-90

Figure 6.2 : PRINCIPALES DIMINUTIONS DE FLUX ENTRE 1961-65 ET 1986-90

Source : Nadine CATTAN, Claude GRASLAND

Interprétations des modifications du système migratoire tchécoslovaque

32La comparaison des cartes des principaux échanges migratoires en 1961-65 et en 1986-90 ne montre pas de différences importantes (fig. 1). On observe, tout au plus, la disparition ou l’affaiblissement des flux dirigés vers la Moravie du Nord ou la Bohême-Ouest et le renforcement des flux dirigés vers la Bohême-Sud. Par ailleurs, les soldes migratoires en 1961-65 et en 1986-90 montrent un affaiblissement des différentiels et une réorientation des mouvements de population. Alors que la Bohême-Centre garde un solde positif aux deux périodes, la Moravie-Nord et la Bohême-Ouest passent d’un solde migratoire positif à un solde migratoire négatif. Au contraire, la Slovaquie-Ouest et la Bohême-Sud passent d’un solde positif à un solde négatif. Les autres régions ont un solde négatif aux deux périodes, mais ce déficit tend à se réduire, à l’exception de la Slovaquie-Est.

33La cartographie des augmentations et des diminutions de flux entre les deux périodes extrêmes permet de faire une synthèse de toutes ces observations (fig. 6). Sur huit accroissements de flux supérieurs à 4 000 migrants, un seul s’observe entre les deux républiques, de la Slovaquie-Est vers la Bohême-Centre. Les diminutions de flux soulignent en revanche la diminution des migrations de Slovaquie vers la Moravie du Nord, en particulier depuis la Slovaquie-Ouest.

34Au total, le renforcement de l’effet de barrière entre les deux républiques semble traduire le jeu combiné de plusieurs phénomènes. L’atténuation de l’effet des transferts de population slovaque vers les Sudètes opérés après la seconde guerre mondiale est de première importance. En effet, bien que cette migration ait connu un certain auto-entretien, ses effets se sont progressivement effacés au cours du temps. La crise économique du système productif tchécoslovaque a ralenti, à partir du milieu des années 1960, le développement des bassins industriels de Bohême-Nord et de Moravie du Nord, ce qui a entraîné une baisse de l’appel de main d’œuvre slovaque. Dans le même temps, le développement économique et industriel de la Slovaquie a permis de fixer sur place une part importante des surplus de main d’œuvre dégagés par l’exode rural. Les migrations villes-campagnes se sont d’ailleurs taries très rapidement après l’achèvement de la collectivisation des terres. Parmi les phénomènes démographiques, on peut évoquer la diminution progressive du différentiel d’accroissement naturel entre les deux républiques Tchèque et Slovaque qui a entraîné une diminution de la pression migratoire entre les deux parties du pays, limitant de ce fait les transferts de population entre les deux républiques. À cet égard, le maintien d’une émigration importante de Slovaquie orientale vers la Bohême peut être mis en relation avec le maintien d’une haute fécondité, notamment chez les populations tziganes très nombreuses dans cette partie du pays. Les phénomènes politiques interviennent fortement notamment par la mise en place du système fédéral qui a entraîné un certain nombre de transferts d’administration et de services vers Bratislava, qui a ainsi pu capter une partie de l’émigration vers Prague et a connu une croissance accélérée. Les migrations de promotion sociale (étudiants, cadres, ingénieurs) ont pu trouver plus facilement à se fixer sur place. Enfin, la montée du sentiment national slovaque et les ressentiments accumulés entre les peuples des deux républiques à la suite de la crise de 1968 ont également pu contribuer à limiter les échanges migratoires entre les deux républiques.

Conclusion

35Il serait tentant de souligner la coïncidence entre le renforcement de l’effet de barrière migratoire entre les deux républiques et la crise politique de 1968 qui a débouché sur la mise en place du système fédéral. Toutefois, comme le montre l’analyse sur le long terme, le processus de renforcement de l’effet de barrière apparaît comme une composante d’un mouvement plus général de transformation du système migratoire tchécoslovaque en relation avec le rééquilibrage économique et industriel du territoire. Au demeurant, ce n’est pas amoindrir le rôle du facteur politique que de souligner les voies multiples par lesquelles les interventions de l’État se sont traduites dans le comportement migratoire des populations : du repeuplement des Sudètes au développement industriel de la Slovaquie, toutes les décisions politiques ont en définitive contribué, à des degrés divers, à modifier les courants migratoires à l’intérieur du territoire tchécoslovaque. Il n’en demeure pas moins que d’autres facteurs, à la fois économiques et culturels ont également contribué à modifier, de façon plus lente et moins visible, le degré de cohérence du territoire national.

36Car en définitive on pourrait retourner l’analyse et se demander dans quelle mesure les transformations migratoires ne sont pas tout autant causes que conséquences des modifications d’un système politique. Par delà ses causes immédiates, la crise politique de l’été 1992 qui a abouti à la partition de la Tchécoslovaquie a été préparée par des facteurs de longue durée. Parmi ceux-ci, le ralentissement des migrations de population entre les deux républiques a contribué à affaiblir la cohésion sociale du pays en limitant les échanges interpersonnels entre les membres des deux communautés. Le comportement migratoire des populations traduisait, de fait, l’existence de deux groupes territoriaux partiellement autonomes avant même que la partition vienne en apporter la confirmation politique. La réduction des migrations inter-républicaines, si elle n’est pas la cause principale de la partition du territoire, était probablement un signal tangible de la crise qui couvait. Le ralentissement des flux migratoires entre les composantes territoriales du pays traduisait en effet indirectement la diminution d’autres types de relations, qu’elles soient économiques, industrielles ou culturelles.

37Dans une perspective plus théorique et générale portant sur les processus de discontinuité géographique, nous nous proposons de reconsidérer les résultats obtenus pour la Tchécoslovaquie à une échelle plus fine (matrice de migration entre les 114 okrej) et de multiplier des études de ce type dans d’autres États multinationaux, afin de déterminer dans quelle mesure la dynamique des barrières et des discontinuités intra-nationales fournit des indicateurs permettant de mettre en évidence des risques de crise politique.

Annexe : Méthodologie d’analyse des barrières et des discontinuités

38Les études empiriques ont montré que les frontières, qu’elles soient intranationales ou internationales, ont souvent une influence importante sur les configurations spatiales des populations et des activités localisées de part et d’autre de la limite. Deux familles d’effets spatiaux peuvent être distingués :

39– les discontinuités, associées au critère de ressemblance, se signalent par de fortes dissemblances entre les lieux situés de part et d’autre de la limite et traduisent une faible homogénéité spatiale.

40– les barrières, associées aux échanges, se caractérisent par la faiblesse des flux transfrontaliers, comparativement à ceux observés à l’intérieur de chacun des espaces situés de part et d’autre de la limite et traduisent alors une faible intégration spatiale de faire étudiée.

41Dans l’un et l’autre cas, les effets produits par la frontière sont relatifs puisqu’ils doivent être évalués en comparaison soit avec la situation observée à l’intérieur des espaces situés de part et d’autre, soit avec une situation théorique qui décrirait la configuration spatiale obtenue en l’absence de toute frontière.

42La dimension spatiale, implicite dans toute étude des barrières ou des discontinuités, complique singulièrement l’analyse puisqu’elle impose de prendre en compte le rôle de la distance dans la diminution des flux et des similarités. En effet, le fait que deux régions d’un même État se ressemblent plus que deux régions d’États différents peut, dans certains cas, résulter uniquement de leur plus grande proximité dans l’espace (fig. 1-1 et 1-2). L’autocorrélation spatiale positive, c’est-à-dire le fait que deux lieux proches se ressemblent plus que deux lieux éloignés, est un effet relativement banal qui s’observe pour beaucoup de distributions géographiques. On ne peut donc confirmer l’existence d’une discontinuité le long d’une frontière sans démontrer que, toutes choses égales quant à la distance qui les sépare, deux lieux appartenant à un même État se ressemblent plus que deux lieux appartenant à des États différents (Grasland 1991, Decroly, Grasland 1992).

43L’étude des effets de barrières est encore plus complexe puisqu’il faut tenir compte non seulement de la distance entre les lieux mais également, dans certains cas, de leur masse (population, activité, richesse, ...). Les études sur l’interaction spatiale ont en effet montré de longue date que l’intensité des flux entre deux lieux est proportionnelle au produit de leurs masses respectives et inversement proportionnelle à la distance qui les sépare. Pour prouver l’existence d’un effet de barrière, il faut donc démontrer que la faiblesse des flux transfrontaliers ne relève ni de masses plus faibles, ni de distances plus grandes entre les lieux situés de part et d’autre (fig. 1-3 et 1-4). Dans une étude sur les communications en Europe (RIETVELD, 1992), les relations entre plusieurs triplets de ville ont été analysées. L’auteur a comparé les flux entre une ville de référence et deux autres villes de même taille, situées à la même distance de la ville de référence, mais localisées de part et d’autre d’une frontière. Les principaux résultats de cette étude montrent que les échanges de la ville de référence sont en moyenne 3 à 4 fois plus importants avec la ville située du même côté de la frontière qu’avec la ville située de l’autre côté. Une approche plus globale consiste à modéliser l’ensemble des flux inter-urbains d’un espace international à l’aide d’un modèle gravitaire qui tienne compte de la distance et des masses, puis à distinguer les écarts au modèle qui relèvent d’une part des flux intranationaux et d’autre part des flux internationaux. Une étude sur les échanges entre les principales villes d’Europe de l’Ouest a ainsi pu démontrer que, toutes choses égales quant à la taille des villes et à la distance qui les sépare, les échanges internationaux sont, pour le trafic aérien, 7 fois moins importants que les échanges intranationaux et, pour le trafic ferroviaire, 9 fois moins importants (CATTAN, 1992).

LA COMPOSANTE SPATIALE DES BARRIÈRES ET DES DISCONTINUITÉS

LA COMPOSANTE SPATIALE DES BARRIÈRES ET DES DISCONTINUITÉS

Dans la situation présentée en 1-1, chaque État possède une forte homogénéité (deux régions d’un même État se ressemblent plus que deux régions d’États différents. Cependant, la frontière ne correspond pas à une discontinuité puisqu’elle s’inscrit dans un gradient régulier d’Est en Ouest.
Dans la situation 1-2, l’homogénéité des États est plus faible mais la frontière correspond cette fois-ci à une discontinuité significative (augmentation brutale des différences).

Dans la situation présentée en 1-3, les flux transfrontaliers sont beaucoup plus faibles que les flux intra-nationaux. Il n’y a cependant pas d’effet de barrière puisque les flux sont strictement proportionnels à la population des régions et à la distance qui les sépare.
Dans la situation présentée en 1-4, les flux transfrontaliers sont plus importants que précédemment en raison de la localisation de populations importantes près de la frontière. Il y a pourtant un effet de barrière puisque, à populations et distances égales, les flux transfrontaliers sont plus faibles que les flux intranationaux.

44Depuis quelques années, une multitude d’études a été effectuée sur les effets de barrières. Cependant, la variété des méthodes employées par les différents auteurs ne permet guère de comparer les résultats obtenus et surtout de proposer un cadre d’analyse général qui rende compte de ce phénomène. Des études sur les effets de barrières menées à différentes dates, à différentes échelles et pour différents critères, sont alors nécessaires pour répondre aux questions relatives à la dynamique des frontières.

45– Y a-t-il un lien entre la présence des barrières et des discontinuités ?

46– Les barrières ou discontinuités sont-elles globales (définies sur un ensemble de critères) ou sélectives (présentes pour tel groupe de critères mais pas pour tel autre) ?

47– Leur dynamique va-t-elle dans le sens d’un renforcement ou d’une atténuation des effets observés ? Y a-t-il des tournants chronologiques susceptibles d’indiquer l’événement ayant provoqué le renforcement ou l’atténuation de telle barrière ou telle discontinuité ?

48– Y a-t-il une relation entre la nature d’une limite (départementale, régionale, fédérale, nationale, confédérale, ...), son association à d’autres limites (linguistique, ethnique, religieuse, culturelle, économique), et l’importance des effets qu’elle induit ?

49– Les changements politiques (fusion ou partition d’État) sont-ils non seulement causes mais aussi conséquences de la présence de barrières et de discontinuités ?

Bibliographie

Bibliographie

Atlas Obyvatelstva CSSR, 1987, Geograficky Ustav CS AV, Federalny Statisticky Urad.

CATTAN (N.), 1992, La mise en réseau des grandes villes européennes, Thèse de géographie préparée sous la direction de T. Saint-Julien, Université Paris 1, Fev. 1992, 379 p.

CATTAN (N.), GRASLAND (C.), 1992, Migration of population in Czechoslovakia – the comparison of political and spatial déterminants of migration and the measurement of barrière, Trinity Papers in Geography, n° 8, Dublin.

COURGEAU (D.), 1980, L’analyse quantitative des migrations humaines, Paris, Masson, 225 p.

DECROLY (J.M.), 1989, L’impact d’une frontière politique sur les comportements démographiques régionaux : le cas du Hainaut, du sud de la Flandre occidentale et du département du Nord, Revue Belge de Géographie, 2, pp. 81-118.

DECROLY (J.M.), GRASLAND (C.), 1992, Frontières, systèmes politiques et fécondité en Europe, Espace Populations Sociétés, 2, pp. 135-152.

GRASLAND (C.), 1991, Espaces politiques et dynamiques démographiques en Europe de 1950 à 1990, Thèse de géographie préparée sous la direction de V. Rey, Université Paris 1, jan. 1991, 440 p.

GRIMMEAU (J.P.), 1992, Les migrations et la frontière linguistique en Belgique, Espace Populations Sociétés, 2, pp. 253-258.

HAMPL (M.), JEZERK (J.), KÜHNL (K.), 1973, The complex structure of the socio-geographical System – the example of Czech Socialist Republic. A research report contributing to State research task, II-5-1/10, Praha, 249 p.

KLAASSEN (L.H.), WAGENAAR (S.), VAN DE WEG (A.), 1972, Measuring psychological distance between the Flemings and the Wallons, Papers of the Régional Science Association, 29, pp. 45-62.

KÜHNL (K.), 1988, Indice de préférence des mouvements migratoires entre les grandes régions de la république socialiste tchécoslovaque et ses changements dans les 25 dernières années, Acta Universitatis Caroliniensis, Praha, 1, pp. 39-55.

KÜHNL (K.), PAVLIK (Z.), 1981, Selected features of internai migration in Czechoslovakia 1950-1978, Acta Universitatis Caroliniensis, Praha, XVI (2), pp. 3-24.

NEZDARILOVA (E.), KARA (J.), 1988, Analysis of migration spatial structure by method of multiple régression and corrélation, Acta Universitatis Caroliniensis, Praha, 1, pp. 41-55.

POULAIN (M.), 1981, Contribution à l’analyse spatiale d’unematrice de migrations internes, Louvain-la-Neuve, Cabay, 256 p.

POULAIN (M.), VAN GOETHEM (B.), 1982, Evolution de la mobilité interne de la population belge de 1948 à 1979, Population, 2, pp. 319-340.

REH AK (S.), 1988, Integrace na ceskomoravskem pomezi (The intégration on the Bohemian and Moravian Borderland), Sbornik praci, GCU CSAV : Brno, 16, pp. 209-219.

RIETVELD (P.), 1992, International transportation and communication networks in Europe, the rôle of barriers effects, Paper presented at the 6th World Conférence on Transport Research, Lyon.

ROSSERA (F.), 1990, Discontinuities in communications among communities of different language in Switzerland, NETCOM, 4 (1), pp. 119-131.

STOUFFER (S.A.), 1940, Intervening opportunities : a theory relating mobility and distance, American Sociological Review, 5, pp. 845-867.

TORNQUVIST (G.), 1990, Discontinuities in Spatial Interaction, NETCOM, 4 (1), pp. 61-83.

Notes

1 Les migrations inter-tégionales par période quinquennale ont été rassemblées par K. Kühnl (1988) pour la période 1961 – 1985 et complétées par nos soins pour la période 1986-1990 à l’aide des annuaires démographiques (Pohyb obyvatelstva, 1986, 1987, 1988, 1989, 1990). Les flux sont sommés par période quinquennale, ce qui permet de limiter le jeu d’événements exceptionnels et donne une vision globale de la dynamique migratoire des 30 années étudiées.

2 Le paramètre (b) s’interprète comme le frein de la distance. Le paramètre (a) exprime le degré de mobilité de la population et permet de calibrer le modèle en obtenant un volume de flux estimé égal au volume de flux observé. La méthode de Poulain estime (a) et (b) en minimisant le Chi-2 des flux observés et estimés. Cette méthode est plus juste que l’habituel ajustement par transformation log-linéaire, car elle accorde aux flux une importance inversement proportionnelle à l’incertitude sur leur mesure. Bien que notre propos ne soit pas de discuter ici les aspects techniques du modèle utilisé, il faut souligner que la qualité d’ajustement obtenu par la méthode de Poulain n’est pas comparable au coefficient de détermination obtenu par régression log-linéaire. Si l’on veut comparer les résultats obtenus pour la Tchécoslovaquie avec ceux d’autre pays, il faut donc vérifier que le modèle utilisé et sa méthode d’estimation sont bien les mêmes.

3 Dans ce nouveau modèle, les masses Pi et Pj correspondent non pas aux populations totales mais respectivement au nombre d’émigrants et d’immigrants des régions i et j.

Table des illustrations

Titre Figure 1.1 : FLUX PRINCIPAUX ET SOLDE MIGRATOIRE EN 1961-65
Crédits Source : Nadine CATTAN, Claude GRASLAND
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25805/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 1.2 : FLUX PRINCIPAUX ET SOLDE MIGRATOIRE EN 1986-90
Crédits Source : Nadine CATTAN, Claude GRASLAND
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25805/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 2.1 : PRÉFÉRENCES MIGRATOIRES EN 1986-90
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25805/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Titre Figure 2.2 : BARRIÈRES MIGRATOIRES EN 1986-90
Crédits Source : Nadine CATTAN, Claude GRASLAND
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25805/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Titre Tableau 1 – Migration, distance et effet de barrière entre les 10 régions de Tchécoslovaquie (1961-1990)
Légende Fij : Nombre de migrants de i vers jPi, Pj : Population des régions i et jDij : distance entre les centres de gravité des régions i et jPij : appartenance politique croisée de i et j0 : même république1 : républiques différentesr2 : qualité globale de l’ajustementa : paramètre de mobilité généraleb : paramètre de freinage de la distancec : paramètre de perméabilité politique des deux républiques
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25805/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre FIGURE 3 : ÉVOLUTION DES MIGRATIONS INTER REGIONALES
Légende C : république Tchèque (7 régions)S : république Slovaque (3 régions)
Crédits Source : N. Cattan, Cl. Grasland
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25805/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Figure 4 : ÉVOLUTION DE LA MOBILITÉ ET DU FREIN A LA DISTANCE
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25805/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Titre Figure 5 : ÉVOLUTION DE L’EFFET DE BARRIÈRE
Crédits Source : N. Cattan, Cl. Grasland
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25805/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Figure 6.1 : PRINCIPALES AUGMENTATIONS DE FLUX ENTRE 1961-65 ET 1986-90
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25805/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Titre Figure 6.2 : PRINCIPALES DIMINUTIONS DE FLUX ENTRE 1961-65 ET 1986-90
Crédits Source : Nadine CATTAN, Claude GRASLAND
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25805/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre LA COMPOSANTE SPATIALE DES BARRIÈRES ET DES DISCONTINUITÉS
Légende Dans la situation présentée en 1-1, chaque État possède une forte homogénéité (deux régions d’un même État se ressemblent plus que deux régions d’États différents. Cependant, la frontière ne correspond pas à une discontinuité puisqu’elle s’inscrit dans un gradient régulier d’Est en Ouest.Dans la situation 1-2, l’homogénéité des États est plus faible mais la frontière correspond cette fois-ci à une discontinuité significative (augmentation brutale des différences).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25805/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Dans la situation présentée en 1-3, les flux transfrontaliers sont beaucoup plus faibles que les flux intra-nationaux. Il n’y a cependant pas d’effet de barrière puisque les flux sont strictement proportionnels à la population des régions et à la distance qui les sépare.Dans la situation présentée en 1-4, les flux transfrontaliers sont plus importants que précédemment en raison de la localisation de populations importantes près de la frontière. Il y a pourtant un effet de barrière puisque, à populations et distances égales, les flux transfrontaliers sont plus faibles que les flux intranationaux.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25805/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 29k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search