Version classiqueVersion mobile

Transition, fragmentation, recomposition

 | 
Violette Rey

Fragmentation, temps social, temps spatial

La résurgence des frontières du passé : éléments de la différenciation culturelle et politique du territoire tchécoslovaque

Das Wiederaufleben der Grenzen der Vergangenheit: Grundzüge der kulturellen und politischen Differenzierung des tschechoslowakischen Staatsgebietes

The Re-emergence of the Boundaries of the Past: Elements of the Cultural and Political Differentiation of Czechoslovakian Territory

La resurgencia de las fronteras del pasado: elementos de diferenciación cultural y política del territorio checoslovaquo

Petre Danek

Résumé

L’hypothèse de base de ce travail est que les facteurs politiques, culturels ou religieux correspondent à des lignes de clivage potentielles qui sont réactivées en situation de crise majeure de la société. L’application au cas tchécoslovaque vise à mettre à jour ces lignes de clivage potentielles en examinant la distribution spatiale des ethnies et des religions depuis le début du XXe siècle. La distribution des religions montre l’existence d’une importante coupure Nord-Sud à l’intérieur de la Bohême : déterminée par l’opposition entre la religion catholique et les autres confessions au début du XXe siècle, cette ligne de clivage oppose aujourd’hui les zones de forte pratique religieuse au zones déchristianisées. Une certaine homogénéisation des confessions s’est opérée en république tchèque. Tel n’et pas le cas en Slovaquie, où la présence des minorités a induit le maintien des différences de pratiques religieuses (protestants hongrois, grecs orthodoxes, etc.). La pratique religieuse y demeure cependant beaucoup plus importante. Sur le plan ethnique, le bouleversement majeur est constitué par les conséquences de la Seconde Guerre mondiale (départ des Allemands, extermination des Juifs). L’affirmation, au recensement de 1991, d’une identité morave est venue toutefois ajouter un élément nouveau. Il est difficile de savoir si le mouvement morave est lié à une réelle affirmation ethnique ou simplement à la recherche d’une autonomie relative dans la conduite des affaires régionales.

Texte intégral

L’approche des questions d’ethnicité et de religion en géographie sociale

1Chaque société est structurée selon des facteurs divers et multiples. La géographie sociale a traditionnellement été préoccupée par ces facteurs de stratification sociale qui résultent de différences sociales, linguistiques, ethniques ou religieuses (SMITH, 1990). Mais cet objectif a été reconsidéré de manière radicale. L’approche traditionnelle était en effet fortement déterministe quand il s’agissait d’expliquer le comportement d’un groupe racial, ethnique ou religieux, comportement considéré comme une réponse aux conditions extérieures : l’appartenance à un de ces groupes déterminait le comportement des individus.

2En ce qui concerne la religion, par exemple, les spécialistes se sont d’abord et pendant longtemps uniquement intéressés à l’influence de l’environnement sur la religion. Cette approche unilatérale et largement déterministe commença à évoluer lentement dans les années 1920 à la suite des premiers travaux publiés par Max WEBER. Parallèlement à l’analyse classique, une autre tendance apparut : celle d’étudier l’influence de la religion sur les structures sociales et économiques (KONG, 1990). Cet important changement qualitatif dans l’approche scientifique peut être considéré comme une conséquence de l’évolution de la relation entre l’environnement et la société prise dans son ensemble : on est progressivement passé d’une société plutôt déterminée par l’environnement à une société agissant activement en retour sur cet environnement (pour une théorie générale sur cette évolution, voir HAMPL, 1971).

3Finalement, depuis les années 1960, la position scientifique réclamant une analyse dialectique et non plus unilatérale des relations entre religion et environnement s’est continuellement renforcée. On observe d’ailleurs le même type de cycle thèse-antithèse-synthèse en ce qui concerne l’approche géographique des questions d’ethnicité.

4La modification de l’attitude scientifique est donc une traduction de l’évolution des relations entre la société et l’environnement. Ces changements d’une grande portée sont en effet généralement considérés comme les conséquences du processus général de modernisation intégrant urbanisation, industrialisation, développement de l’alphabétisation et de l’instruction, croissance économique, accentuation de la mobilité sociale et spatiale (HUNTINGTON, DOMINGUEL, 1975).

5Mais, parallèlement à ce processus général de développement économique et social, ou peut-être à cause de lui, apparaissent aussi des mutations concernant le climat politique, les formes de participation de la population à la vie politique, les valeurs et revendications de cette population exprimées à travers le comportement électoral et la structure des partis politiques. Dans la période de l’après seconde guerre mondiale de nouvelles idées mirent l’accent sur la détermination individuelle, les droits de l’homme, la culture civique et la citoyenneté, toutes choses considérées comme les principes fondamentaux à partir desquels la société européenne devait être édifiée (SMITH, 1990).

6Dans ce contexte, et surtout dans les années 1960, beaucoup de spécialistes affirmaient que les clivages qui émergeaient à partir des structures ethniques perdraient de leur importance à fur et à mesure que la société atteindrait un stade de modernisation complète (LIPSET, ROKKAN, 1967). Néanmoins, les événements qui se manifestèrent dans différents pays d’Europe occidentale dans les années 1970 montrèrent clairement que la réalité était bien plus complexe et que même les nations possédant un niveau de richesse relativement élevé pouvaient avoir à faire face à de graves problèmes résultant des clivages ethniques (LANE, ERSSON, 1991). C’est pourquoi les sciences sociales et politiques s’intéressèrent à nouveau aux questions d’identité nationale et de nationalisme dans les années 1970 et, depuis lors, cette attention est restée soutenue. Les clivages ethniques montrant leur pertinence en politique, l’intérêt porté aux questions d’ethnicité ne cessa de s’affirmer (LANE, ERSSON, 1991 : 74).

7De la même façon, en ce qui concerne la religion, le phénomène de déchristianisation, se diffusant partout en Europe et se renforçant de nouveau après la seconde guerre mondiale, conduisit à des conjectures quant au déclin des clivages basés sur les appartenances religieuses. Toutefois, les valeurs du christianisme avaient longtemps contribué à modeler les principes sur lesquels la société européenne s’était construite ; elles avaient fortement influencé l’apparition d’un paysage culturel et d’un ordre social, tout en déterminant la vie spirituelle de chacun : c’est pourquoi, même aujourd’hui, l’influence de ces valeurs reste indiscutable. Bien que l’assiduité aux offices et les effectifs de croyants aient diminué, cela ne signifie pas que la religion ait totalement perdu son pouvoir de différenciation au sein de la société. Les divisions religieuses apparues en Europe au moment de la Réforme ou à d’autres moments cruciaux de son histoire persistent dans la société contemporaine, même si le processus de modernisation et de déchristianisation les a rendues moins manifestes (LANE, ERSSON, 1991 : 64-65). Ainsi que le soulignent R. ROSE et D. URWIN (1971), « contrairement à l’opinion commune, c’est la religion, non l’appartenance à une classe, qui constitue le principal facteur de différenciation sociale en Occident aujourd’hui ».

8En résumé, l’hypothèse d’un déclin de l’importance des clivages ethniques et religieux dans une société avancée dans le processus de modernisation est peut-être vraie. Mais le développement social et économique étant inégal à la fois dans l’espace et dans le temps, il peut très bien accentuer temporairement l’importance politique de ces divisions. La probabilité pour que des clivages sociaux apparemment cachés conduisent par la suite à des actions politiques déclarées dépend fortement de la situation économique générale du pays. Par analogie avec un organisme vivant soumis à une forte pression extérieure et dont le système nerveux est exposé et plus sensible, les divisions ayant historiquement structuré la société et les clivages spatiaux qui en résultent peuvent devenir, lors d’une crise économique, des lignes frontières en termes de difficultés voire de troubles politiques.

9Les clivages ethniques, religieux ou autres ne conduisent pas nécessairement à un conflit, ils les rendent seulement potentiels. Dans un contexte de dynamisme et de politique consensuelle et démocratique, la structure hétérogène d’une société peut constituer un facteur positif de développement de cette société prise dans son ensemble. Dans les démocraties d’Europe occidentale, l’importance de ces questions en matière politique et pour l’évolution à venir de la société a été comprise depuis longtemps, au moins depuis le début des années 1970. Depuis cette époque, la prise de conscience de la menace potentielle que font peser les divisions religieuses et/ou ethniques est systématiquement intégrée dans la politique des pays marqués par une structure hétérogène de la population. Le fait que dans certains cas les problèmes n’aient pas été résolus montre à quel point ils sont sérieux.

10Mais la situation était tout à fait différente en Europe centrale et orientale. Les politiciens et les autorités officielles de ces pays avaient évacué le problème en tentant de faire croire à la population que la disparition des divisions ethniques et religieuses allait de pair avec celle des divisions sociales. C’est le contraire qui fut vrai, comme on s’en rendit compte après l’effondrement des régimes totalitaires en 1989. Contrairement à l’Europe occidentale, ces pays n’avaient nullement résolu ces problèmes, et c’est ce que l’on suppose être une des principales raisons de l’explosion des troubles ethniques et religieux dans nombre de régions d’Europe centrale et orientale.

La géographie de la religion dans les pays tchèques

11En Tchécoslovaquie, les géographes n’ont pas du tout été impliqués dans les questions religieuses. La tendance relativement moderne d’une géographie des religions qui se consacre surtout à l’étude des influences religieuses sur les structures sociales et économiques, n’a pas fait école en Tchécoslovaquie avant la seconde guerre mondiale, et depuis cette époque une telle problématique a buté sur le manque d’informations. Toutefois, parmi quelques travaux classiques, il faut au moins mentionner deux analyses statistiques de valeur de la part de A. BOHAC (1924) et de J. KO RC AK (1935), basées sur les riches données des recensements de 1921 et 1930.

12Pour expliquer le peu d’attention accordée par les géographes à la religion on peut aussi invoquer la relative homogénéité du pays au début du siècle. En dépit du fait qu’au XVI° siècle – après le mouvement Hussite – les Pays Tchèques étaient largement de confession protestante, ils redevinrent pour la plupart catholiques au long des trois siècles de Contre-Réforme (qui débuta en 1620). Au recensement de 1910, la population se déclarait à 95 % de confession catholique romaine. La structure confessionnelle commença seulement à se diversifier après l’instauration de la République Tchécoslovaque indépendante en 1918. À la suite de la controverse apparue à l’intérieur de l’Église catholique romaine, Église qui s’était d’une certaine manière compromise en soutenant directement la Monarchie Autrichienne, l’Église de Tchécoslovaquie fut instituée en 1920 dans l’intention de créer une Église unifiée pour l’ensemble de la population tchécoslovaque.

13À cette époque et suite à la modernisation en cours, un nouveau phénomène apparut : la diffusion de la « libre pensée », l’athéisme. Contrairement à ce que l’on était en droit d’attendre, les foyers initiaux de propagation de cette perspective séculière ne furent pas les grandes villes mais les régions industrielles traditionnelles présentant des forts taux de population ouvrière et, bien souvent, les régions de houillères. La plus importante d’entre elles s’affirma en Bohême centre-occidentale, entre Kladno, Rakovnik et Loung. La partie septentrionale et industrielle des Pays Tchèques, avec une grande partie de la population athée ou membre de l’Église de Tchécoslovaquie, commença à se distinguer dès cette époque du Sud où les catholiques représentaient une part écrasante de la population. La ligne de clivage courait alors approximativement de Horsovsky Tyn à l’ouest jusqu’à Opava à l’est (cf fig. 1). Ce nouvel état d’esprit n’était pratiquement répandu que dans la population tchèque et ne trouvait pratiquement aucun écho chez les Allemands qui constituaient un peuplement localement majoritaire sur un vaste territoire frontalier. Au recensement de 1930, la population des Pays Tchèques se déclarait à 78 % catholique, les protestants représentaient 5 % de la population, les membres de l’Église de Tchécoslovaquie 7 % et les athées 8 %.

14L’occupation allemande de 1939-1945 ne changea pas fondamentalement la structure religieuse des populations tchèques et moraves. Seule la part des athées diminua faiblement jusqu’à 6 % de la population totale suite aux épreuves de la guerre, et la minorité juive qui représentait 120.000 personnes avant-guerre avait pratiquement disparue de Tchécoslovaquie après 1945.

15La bifurcation suivante de l’histoire tchécoslovaque, qui influença pratiquement tous les domaines de la vie, intervint en 1948 quand les communistes prirent le pouvoir : une déchristianisation massive de toute la société s’ensuivit. Elle débuta en 1950 traduisant dans les faits le concept marxiste de la victoire finale du soit-disant « matérialisme scientifique », et plus aucune donnée relative à la structure de la religion ne sera alors collectée et publiée. Après l’effondrement du régime, et selon le recensement de 1991, la population des Pays Tchèques ne revendiquait plus qu’à 39 % son appartenance à l’Église catholique romaine, 2,4 % se déclaraient protestants, et 1,7 % membres de l’Église de Tchécoslovaquie. Les plus nombreux étaient désormais les athées, représentant 40 % de la population. Quant aux 16 % restants, ils refusèrent de répondre à la question relative à leur croyance. Mais, en utilisant des méthodes d’analyse statistique multivariée corrélant ce groupe avec ceux des autres religions et avec les athées, à l’échelle locale et régionale, on peut les identifier comme étant probablement des incroyants (DANEK, STEPHANEK, 1992).

Figure 1 : CATHOLIQUES ROMAINS DANS LES PAYS TCHÈQUES EN 1930 ET 1991

Figure 1 : CATHOLIQUES ROMAINS DANS LES PAYS TCHÈQUES EN 1930 ET 1991

Source : P. Danek

16Bien que les mutations qui affectèrent durant ces 40 dernières années la structure religieuse furent de grande portée, la distribution spatiale des différentes confessions resta stable. Le clivage entre le Nord, industriel et davantage athée, et le Sud plus religieux, devient même plus net et plus contrasté. Le changement le plus brutal intervint dans la région frontalière où la population allemande était majoritaire avant la guerre (cf. fig. 2) et où, après leur expulsion en 1945-1947, la déchristianisation fut intense. Ce mouvement de déchristianisation fut encore bien plus poussé dans le Nord, dans la mesure où ce territoire fut recolonisé par des immigrants Tchèques originaires des régions intérieures les plus marquées par l’athéisme. D’un autre côté, dans la plupart des districts du sud de la Bohême et surtout en Moravie, l’Église catholique resta dominante.

17Les districts avec de solides minorités voire des majorités locales de protestants sont disséminés dans tout le pays, surtout le long de la frontière entre Bohême et Moravie, en Moravie orientale (région de Valassko) et en Silésie orientale (région de Tesinsko) où vit une minorité polonaise. L’Église de Tchécoslovaquie est surtout présente dans certaines parties de la Bohême centrale et orientale mais ne s’est que faiblement imposée en Moravie.

18Si l’on compare la stabilité spatiale des différentes confessions pendant la période 1930-1991 à l’aide d’un indice de stabilité territoriale, les confessions qui apparaissent comme les plus stables sont encore les protestants et l’Église de Tchécoslovaquie. L’Église catholique romaine a connu des changements plus importants puisqu’elle a perdu les districts très religieux des Sudètes. Mais c’est l’athéisme qui, de par son expansion, a montré la plus forte dynamique. Si l’on met de côté la déchristianisation et si l’on ne s’attache qu’aux relations entre les différentes Églises, on remarque que la part des catholiques s’est accrue de façon relative dans la plupart des districts intérieurs traditionnellement de langue tchèque. Mais c’est l’inverse dans les anciens districts de Sudètes où la population allemande était majoritaire avant la guerre (cf. fig. 3). Cet accroissement ou déclin relatif de la part des catholiques dans la population totale manifeste clairement la frontière ethnique qui existait dans la Tchécoslovaquie d’avant-guerre, intégrant des « ilôts » germanophones dans les secteurs à prédominance tchèque (régions de Surtavy et de Jihlava) et inversement des « ilôts » tchèques dans les territoires germanophones (districts de Domazlice et de Nachod etc.).

19La position des protestants au sein de la population croyante demeura la même durant cette période alors que celle de l’Église de Tchécoslovaquie reculait par rapport à la situation d’avant-guerre, même en valeurs relatives, car ses membres retournèrent en partie dans l’Église catholique romaine et surtout devinrent athée... Ce qui témoigne de l’échec des idées qui furent à l’origine de cette Église.

Figure 2 : INDICE DE DÉCHRISTIANISATION SUR LA PÉRIODE 1930-1991

Figure 2 : INDICE DE DÉCHRISTIANISATION SUR LA PÉRIODE 1930-1991

Source : P. Danek

Figure 3 : ÉVOLUTION RELATIVE DES TROIS PRINCIPALES CONFESSIONS RELIGIEUSES ENTRE 1930 ET 1991

Figure 3 : ÉVOLUTION RELATIVE DES TROIS PRINCIPALES CONFESSIONS RELIGIEUSES ENTRE 1930 ET 1991

Source : P. Danek

20Enfin, un important changement est intervenu dans les interrelations observables entre confessions. L’analyse des corrélations montre clairement que l’on est passé d’une situation de compétition réciproque entre confessions en 1930 à des relations beaucoup plus souples en 1991, en contrecoup à la déchristianisation ordonnée par le pouvoir central sous le régime totalitaire. À la rivalité des Églises dans l’entre-deux-guerres se substitua un clivage plus profond entre les croyants et les athées.

La distribution spatiale des religions en Slovaquie

21Bien que la Slovaquie soit aussi un pays où prédominent les catholiques romains, la structure religieuse de la population y est plus diversifiée que dans les Pays Tchèques et montre plusieurs spécificités. Il y a avant tout un nombre relativement important de protestants. Leur proportion dépassait 16 % de la population en 1930 et a chuté aujourd’hui à 8 % . D’un point de vue ethnique, il faut distinguer deux groupes : L’Église évangélique réformée correspond en fait à l’Église protestante de la minorité de langue Hongroise, et ses bastions se situent le long de la frontière méridionale. La plus imposante Église évangélique slovaque correspond aux populations de langue slovaque, plus particulièrement en Slovaquie centrale (régions de Liptov, Turiec et de Zvolen), mais aussi le long de la frontière Morave dans les Carpates Blanches.

22De plus, 6,4 % de la population en 1930 et 3,4 % en 1991 se considèrent comme catholiques de rite grec. Ils sont surtout concentrés dans les districts du Nord-Est peuplés par des minorités ethniques ukrainiennes et/ou ruthènes.

23La part des catholiques romains, qui dominaient surtout en Slovaquie occidentale et du Nord, était plus faible qu’en Pays Tchèques en 1930. L’athéisme n’existait pratiquement pas dans la Slovaquie d’avant-guerre et même après 40 ans de propagation, la proportion de population concernée ne dépasse pas 10 % . Cependant, de nombreuses personnes refusèrent de répondre à cette question au recensement de 1991 (17,5 %) : ce sont en fait pour l’essentiel, comme en Pays Tchèques, des athées. Néanmoins la part de catholiques romains et plus encore la part des croyants en général (respectivement 60 et 73 %) restent aujourd’hui plus fortes en Slovaquie que dans les Pays Tchèques.

La structure ethnique de la Tchécoslovaquie et ses transformations au vingtième siècle

24Contrairement à la religion, la structure ethnique a davantage retenu dans le passé l’attention des chercheurs tchécoslovaques en sciences sociales, ainsi que celle des géographes, probablement à cause d’une plus grande variabilité des structures ethniques dans le pays mais aussi à cause de l’enjeu politique de cette question. Cependant dans la période de l’immédiat après-guerre, sous le régime communiste, cette problématique fut surtout abordée d’un point de vue idéologique. Bien que les données à propos de la structure ethnique aient été examinées jusqu’à ce jour à partir des recensements de population, les analyses qui en ont été tirées en sont restées au stade du traitement statistique, sans prise en compte du contexte général ni explicitation idéologique, y compris en ce qui concerne l’expulsion des Allemands des Sudètes et des Carpates (HAUFLER, 1984).

25Ce déplacement de population en 1945-1947 constitua la plus grande modification de la structure ethnique tchécoslovaque depuis la guerre de Trente Ans et une des plus grandes migrations forcées dans l’histoire contemporaine de l’Europe. Avant la seconde guerre mondiale, les Allemands représentaient 24 % de la population tchécoslovaque et 29,5 % de la population des Pays Tchèques (cf. tableau 1). L’idée d’une nation tchécoslovaque homogène (le « tchécoslovaquisme » développé par T. G. MASARYK) fut si bien défendue qu’une seule nation dans l’État multinational finit par emporter l’adhésion de la majorité. Conscient de la menace que faisait peser la division ethnique sur l’unité nationale, l’État modifia le découpage administratif interne de telle sorte que les minorités ethniques ne constituent des majorités locales que dans un nombre très limité de cas.

26Après l’expulsion des Allemands dans l’immédiat après-guerre, les Pays Tchèques devinrent un État-nation où 95 % des habitants étaient de langue tchèque. Une petite part résiduelle de la minorité allemande continua de diminuer au gré des émigrations et assimilations, dans des conditions d’hostilité déclarée de la part des autorités étatiques et du parti communiste. Aujourd’hui, l’effectif de la population allemande installée dans les Pays Tchèques est inférieur à 48 000 et la structure par âge de cette population ne laisse pas augurer un éventuel accroissement.

27La part de la minorité polonaise diminua aussi légèrement du fait de l’assimilation (aujourd’hui, environ 59 000 personnes dans la République Tchèque). Cependant, les Polonais se trouvent très fortement concentrés sur un territoire relativement petit en Silésie orientale (région de Tesin) et, sous certaines conditions ils peuvent constituer une force politique réelle, de même qu’ils forment une Église protestante indépendante. Il est significatif qu’aucune des deux grandes villes de cette région ne possède de fonction administrative : ni la ville industrielle de Trinec, ni le centre historique et culturel Cesky Tesin.

Tableau 1 : ÉVOLUTION DE LA STRUCTURE ETHNIQUE : RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

Tableau 1 : ÉVOLUTION DE LA STRUCTURE ETHNIQUE : RÉPUBLIQUE TCHÈQUE

Tableau 2 : ÉVOLUTION DE LA STRUCTURE ETHNIQUE : RÉPUBLIQUE SLOVAQUE

Tableau 2 : ÉVOLUTION DE LA STRUCTURE ETHNIQUE : RÉPUBLIQUE SLOVAQUE

a : Y compris 13,2 % de Moraves et 0,4 % de Silésiens en 1991.
b : En 1921, 1930 et 1991 les Tsiganes ont été recensés. Cependant, peu de Tsiganes tchèques ou slovaques ont déclaré leur appartenance ethnique. On estime généralement leur effectif actuel à 400 ou 450 000 (mais certaines estimations vont jusqu’à 800 000), les deux-tiers vivant en Slovaquie.

28Ainsi, les Slovaques, qui représentent environ 3 % de la population des Pays Tchèques, en constituent-ils la plus grande minorité ethnique. En cette période précédant la division prochaine de l’État tchécoslovaque, l’existence de cette minorité a été prise en compte dans sa dimension politique. Cependant, ce groupe ethnique n’est pas concentré dans l’espace mais au contraire dispersé dans toute la région des Sudètes où les Slovaques (et aussi les Tsiganes originaires de Slovaquie) sont venus dans les années de l’après-guerre dans le cadre des recrutements organisés par l’État. Les anciennes Sudètes furent aussi l’objet d’immigrations de provenance plus lointaine, par exemple celle des Tchèques originaires d’Ukraine ou de la région du Banat en Roumanie, ou encore celle des Grecs ; ces immigrations accrurent encore l’hétérogénéité déjà forte des structures ethniques et religieuses de ce secteur nord-occidental de repeuplement.

29Cependant, depuis 1991, un phénomène totalement nouveau est apparu dans les Pays Tchèques, phénomène qui a considérablement modifié leur structure ethnique et a créé un nouveau clivage ou, peut-être, en a simplement ravivé un ancien. Conformément à leurs visées politiques, 1,3 millions de Moraves (qui représentent 13 % de la population des Pays Tchèques et 33 % de la population en Moravie), se sont déclarés de nationalité morave. Il faut préciser qu’une telle nationalité n’a jamais existé comme telle auparavant dans notre pays, mais la Moravie a eu une longue tradition d’auto-administration jusqu’en 1949, et la nationalité morave est indubitablement l’expression d’une revendication politique à l’autonomie.

30Cette idée est fortement ancrée en Moravie méridionale, particulièrement autour de Brno, vieille capitale morave, et dans les grands villages relativement riches du Sud-Est (cf. fig. 4). Il n’est pas étonnant que cette même région regroupe les bastions électoraux des différents partis politiques et des mouvements réclamant l’autonomie pour la Moravie. Le lien entre la structure ethnique et le comportement électoral est particulièrement net, mais la relation causale est inversée : ce n’est pas l’existence d’une minorité ethnique qui a justifié la formation des partis, mais les revendications politiques qui ont conduit à l’essor d’une minorité ethnique. Une situation similaire, mais de moindre ampleur, peut être retrouvée dans la partie tchèque de la Silésie, autour d’Opava.

31En Slovaquie, la structure ethnique est similaire à la structure religieuse, c’est-à-dire plus différenciée que dans les Pays Tchèques (cf. tableau 2). La minorité la plus importante est constituée de Hongrois qui représentent aujourd’hui environ 11 % de la population de la République Slovaque. Ils sont concentrés au sud, le long de la frontière avec la Hongrie, et diffèrent de la population slovaque sur de nombreux points, entre autres pour leur comportement démographique et surtout en termes de comportement politique et électoral. Sans aucun doute ce clivage ethnique est-il le plus concret et le plus exprimé politiquement des clivages émergeants en Slovaquie de nos jours.

Figure 4 : LES MINORITÉS ETHNIQUES DE MORAVIE ET DE SILÉSIE EN 1991

Figure 4 : LES MINORITÉS ETHNIQUES DE MORAVIE ET DE SILÉSIE EN 1991

Source : P. Danek

Figure 5 : PROTESTANTS ET CATHOLIQUES GRECS EN SLOVAQUIE

Figure 5 : PROTESTANTS ET CATHOLIQUES GRECS EN SLOVAQUIE

Source : P. Danek

Conclusion

32En termes de structure sociale ou, plus exactement, de structure ethnique et religieuse de la population, les Pays Tchèques peuvent être divisés en deux sous-ensembles : une partie centrale traditionnellement de langue tchèque ; une partie périphérique, les pays frontières, dotés d’une structure religieuse et ethnique de la population beaucoup plus hétérogène. La frontière séparant ces deux ensembles territoriaux correspond en fait à la frontière ethnique qui était en place avant le milieu des années 1940. À l’intérieur de la région centrale ethniquement homogène, une partie septentrionale fortement déchristianisée s’oppose à la partie méridionale demeurée très catholique. La limite qui sépare ces deux zones représente une ligne de clivage potentielle qui peut devenir réelle dans certaines conditions, sous la forme d’une action politique particulière, comme par exemple dans le cas de la revendication morave à l’autonomie.

33La Slovaquie est, de ce point de vue, davantage différenciée. Outre la question majeure de la minorité hongroise, le reste du pays peut être divisé en plusieurs régions très différentes les unes des autres. Les lignes frontières de nature sociale sont alors souvent essentiellement calquées sur des discontinuités du milieu physique.

34Or, dans un contexte de crise économique, la probabilité de matérialisation de ces clivages est particulièrement élevée. Ils peuvent rendre beaucoup plus compliquée la prise de décision politique et même menacer l’unité de l’État, comme en témoigne par exemple la partition de la Tchécoslovaquie le long de la frontière slovaco-morave. Mais, d’un autre côté, les négociations politiques, si elles sont ouvertes, démocratiques et sérieuses, peuvent très bien bénéficier à tous, comme en témoigne l’exemple de plusieurs pays ouest-européens.

Bibliographie

Bibliographie

BLAZEK (J.), KOSTELECKY (T.), 1991, Analyse géographique des résultats des élections parlementaires de 1990, Sbomfk (recueil) CGS, 96, pp. 1-14.

BOHAC (A.), 1924, La confession religieuse de la population. Recensement de la population en République Tchécoslovaque au 15 février 1921, 1er volume, pp. 82-95, Prague : Office statistique de l’Etat.

DANEK (P.), STEPHANEK (V.), 1992, La différenciation territoriale de la confession religieuse des habitants des pays tchèques, 1930-1991, Sbomík (recueil) CGS, 97, pp. 129-145.

HAMPL (M.), 1971, Teorie komplexity a diferenciace sveta, Praha : Univerzita Karlova.

HAUFLER (V.), 1984, Géographie économique de la Tchécoslovaquie, 2ème éd., Prague : Ed. Academia.

HUNTINGTON (S.), DOMINGUEZ (J.I.), 1975, Political Development, in F.I. Greenstein & N.W. Polsby (ed.) Handbook of Political Science, Volume 3, Macropolitical Theory, Reading, MA : Addison-Wesley, pp. 1-114.

JEHLICKA (P.), SYKORA (L.), 1991, Stabilité régionale du soutien aux partis politiques traditionnels dans les pays tchèques (1920-1990), Sbomfk (recueil) CGS, 96, pp. 81-95.

KONG (L.), 1990, Geography and Religion : Trends and Prospects, Progress in Human Geography, 14, pp. 355-371.

KORCAK (J.), 1935, Répartition sociale des groupes confessionnels. Recensement de la population dans la République tchécoslovaque au 1er décembre 1930, volume II, 3e partie, pp. 31-36. Prague : Office statistique de l’Etat.

LANE (J.E.), ERSSON (S.O.), 1991, Politics and Society in Western Europe, 2nd ed., London : Sage.

LIPSET (S.M.), ROKKAN (S.) (ed), 1967, Party Systems and Voter Alignments : Cross-national Perspectives, New-York : Free Press.

MARIOT (P.), 1991, Évaluation spatiale des résultats des élections au Conseil national slovaque (juin 1990), Revue de géographie, 43, pp. 231-249.

O’LOUGHLIN (J.), 1990, Political Geography : attempting to understand a changing world order, Progress in Human Geography, 14, pp. 420-437.

ROSE (R.), URWIN (D.), 1971, Social Cohésion, Political Parties and Strains in Régimes, M. Dogan & R. Rose (ed), European Politics : A reader, Macmillan.

SMITH (G.), 1990, Politics in Western Europe, 5th ed., London, Gower.

SMITH (S.J.), 1990, Social Geography : patriarchy, racism, nationalism, Progress in Human Geography, 14, pp. 262-271.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : CATHOLIQUES ROMAINS DANS LES PAYS TCHÈQUES EN 1930 ET 1991
Crédits Source : P. Danek
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25795/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Titre Figure 2 : INDICE DE DÉCHRISTIANISATION SUR LA PÉRIODE 1930-1991
Crédits Source : P. Danek
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25795/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Figure 3 : ÉVOLUTION RELATIVE DES TROIS PRINCIPALES CONFESSIONS RELIGIEUSES ENTRE 1930 ET 1991
Crédits Source : P. Danek
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25795/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Titre Tableau 1 : ÉVOLUTION DE LA STRUCTURE ETHNIQUE : RÉPUBLIQUE TCHÈQUE
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25795/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Tableau 2 : ÉVOLUTION DE LA STRUCTURE ETHNIQUE : RÉPUBLIQUE SLOVAQUE
Légende a : Y compris 13,2 % de Moraves et 0,4 % de Silésiens en 1991.b : En 1921, 1930 et 1991 les Tsiganes ont été recensés. Cependant, peu de Tsiganes tchèques ou slovaques ont déclaré leur appartenance ethnique. On estime généralement leur effectif actuel à 400 ou 450 000 (mais certaines estimations vont jusqu’à 800 000), les deux-tiers vivant en Slovaquie.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25795/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 4 : LES MINORITÉS ETHNIQUES DE MORAVIE ET DE SILÉSIE EN 1991
Crédits Source : P. Danek
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25795/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre Figure 5 : PROTESTANTS ET CATHOLIQUES GRECS EN SLOVAQUIE
Crédits Source : P. Danek
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25795/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

Auteur

Chercheur de l’Académie Tchèque.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search