Version classiqueVersion mobile

Bacon et Descartes

 | 
Élodie Cassan

Partie I. Bacon, Descartes : deux figures concurrentes de la modernité philosophique ?

Chapitre VI

Mersenne et la philosophie baconienne en France à l’époque de Descartes

Claudio Buccolini

Texte intégral

« Aduersus Pyrrhonios et eorum simiam Verulamium ». Bacon dans les Quaestiones in Genesim (1623)

  • 1 Je tiens à remercier Élodie Cassan qui a revu et amélioré le texte français.

1Dans les Quaestiones in Genesim, Mersenne place Bacon parmi les novateurs et les hérétiques, à côté des sceptiques. Comme Robert Fludd, Sébastien Basson, Nicholas Hill, Bacon est un des novateurs qui s’inspirent des doctrines hérétiques1 :

  • 2 M. Mersenne, Quaestiones celeberrimae in Genesim, Lutetiae Parisiorum, Sebastien Cramoisy, 1623 (do (...)

tu trouverais le même génie chez des autres [auteurs] plus récents asservis à la secte hérétique Calvinienne, Luthérienne, ou à quelque autre, comme Verulam, Flud, Basson et Hill.2

2Mersenne, même s’il cite dans deux brefs paragraphes de la 30e et de la 31e preuve de l’existence de Dieu la doctrine des idola et celle de l’induction, quand il rédige son commentaire de la Genèse, n’a pas beaucoup réfléchi sur le Novum organum. Il le cite dans le contexte du débat sur la finalité, présentée comme une des preuves de l’existence de Dieu (ratio XXX, sumitur ex fine, ad quem omnia tendunt). Le finalisme doit orienter toute étude de l’homme, des animaux et de leurs processus vitaux ; les novateurs qui soutiennent le sens et l’animation universelle (comme Campanella), qui supposent la génération spontanée des animaux et de la vie et, surtout, qui refusent les explications finalistes des phénomènes vitaux (la constitution et la vie de l’homme, des moustiques, des araignées, des abeilles, des fourmies, etc. d’après les exemples classiques de Galien, Pline, Aristote) peuvent se fonder, pour confirmer leurs opinions téméraires et leurs axiomes futiles, sur la critique baconienne des axiomes, c’est-à-dire sur la doctrine des idola :

  • 3 « Vtinam isti Scioli […] non ita Verulamianis Idolis humanae tribus, Idolis hominis indiuidui, Idol (...)

Plût au ciel que ces demi-savants n’appliquassent pas leur imagination aux Idoles verulamiens de la tribu humaine, aux Idoles de l’homme individuel, aux Idoles du forum, et aussi aux Idoles du théâtre, pour révoquer en doute, modifier ou même rejeter les axiomes très reçus déjà depuis beaucoup de temps, approuvés par les esprits les plus éminents, et de même parfaitement conformes à l’expérience, et qui sont aussi très vrais. Mais on parlera de ceci dans un autre lieu.3

3Au contraire de ce qu’affirme Bacon, les « axiomata receptissima » sont parfaitement conformes à l’expérience et approuvés par les « summa ingenia ».

  • 4 « Alibi […] aduersus Pyrrhonios, et eorum simiam Verulamium de illis Deo bene iuuante dicemus », QG(...)
  • 5 M. Mersenne, La vérité des sciences, contre les septiques [sic !] ou pyrrhoniens, Paris, du Bray, 1 (...)
  • 6 « Ratio eorum qui acatalepsiam tenuerunt, et via nostra, initiis suis quodammodo consentiunt » NO, (...)
  • 7 Ibid. : « exitu immensum disjunguntur et opponuntur ; Illi enim nihil sciri posse simpliciter asser (...)

4Mersenne place Bacon à côté des sceptiques à cause de cette critique des axiomes : les idola révoquent en doute les axiomes acceptés et Verulam est le « singe » des pyhrroniens : « Ailleurs […] avec l’aide de Dieu nous parlerons de ces choses contre les Pyrrhoniens et leur singe Verulam »4. « Ailleurs » c’est-à-dire dans la Vérité des sciences de 1625 qu’il projette déjà et dont un chapitre sera consacré à Bacon5. Mersenne se sert comme d’un prétexte du rapprochement d’avec les sceptiques évoqué par Bacon lui-même dans le Novum organum : « La façon de procéder des philosophes qui soutenaient le dogme de l’acatalepsie est, dans les commencements, presque en accord avec la nôtre »6. Mais, à côté d’une légère convergence avec le refus des méthodes des philosophies traditionnelles, le philosophe anglais souligne à plusieurs reprises sa distance à l’égard du scepticisme dont il stigmatise le renoncement au savoir et la dévalorisation des sens et de l’intellect : « mais sur la fin elles s’écartent prodigieusement l’une de l’autre, et elles sont même opposées »7.

5Mersenne situe aussi la citation de l’aphorisme 14 du Novum organum dans le cadre de sa réflexion sur le finalisme des actions humaines, menée dans la 31e preuve de l’existence de Dieu (ratio XXXI, Depromitur ex eo, quod obiectum adsignari debeat, quod amorem nostrum terminare, atque satiare valeat). Les facultés et les puissances de l’homme, ses désirs, espérances, peurs et jouissances seraient vaines, aussi bien que ses études et ses activités, si Dieu n’existait pas (d’après la répartition traditionnelle, aristotélicienne et scolastique, des facultés naturelles, morales et intellectuelles auxquelles doivent correspondre des biens qui sont autant de fins en vue desquelles agir). Mersenne prouve cette affirmation par une série de syllogismes fondés sur des axiomes qu’il explicite pendant son parcours démonstratif. Même les athées ne peuvent pas admettre que la nature fasse quelque chose en vain, mais toujours en vue d’une fin.

  • 8 QG, p. 131 : « Quicumque asserit nihil à natura frustra, et in vanum fieri, Deum esse fateatur nece (...)

N’importe qui qui avoue que la nature ne fait rien inutilement et en vain, doit avouer qu’il est nécessaire que Dieu est ; et à vrai dire les Athées eux-mêmes avouent que toutes choses sont faites par la nature pour quelque fin et rien n’est pas fait en vain, donc ils avouent qu’il est nécessaire que Dieu est.8

  • 9 QG, p. 132 : « Itaque supponendum est primò naturam nihil frustra facere, idest quod non habeat bon (...)

6Les syllogismes employés par Mersenne se fondent sur des axiomes. La nature ne fait rien en vain (« naturam nihil frustra facere »), c’est-à-dire sans viser à quelque fin bonne ou souhaitable ; puisque c’est un fait que la nature a horreur du vide ou du vain (« natura vacuum, seu vanum abhorret »), c’est-à-dire de ce qui est sans utilité. De ces axiomes, et de leurs applications aux sciences pratiques, dérive un autre axiome : « une puissance qui ne se reconduit pas à son acte, telle que celle qui ne produit pas ses actes, est vaine »9. Donc la puissance qui n’a pas un objet proportionné et convenant est inutile et vaine. Le théologien poursuit son parcours démonstratif pour arriver à affirmer que Dieu est l’objet de l’amour et du désir de connaissance de l’homme. Mais à ce point de son discours, il introduit une démonstration « baconienne » de ce qu’il vient de dire à propos des puissances auxquelles doivent correspondre des actes et des fins. « En faveur des athées » il abandonne les syllogismes pour faire surgir les axiomes. Il utilise l’induction « très vraie », présentée à l’aphorisme 14 du premier livre du Novum organum comme la seule voie pour restaurer les sciences dès les fondements, en refusant les notions anticipées :

  • 10 QG, p. 132: « Quae omnia facili inductione, eaque verissima probari possunt, quam Verulamis aphoris (...)

Toutes ces choses peuvent être prouvées par une facile induction et par celle très vraie que Verulam dans l’aphorisme 14 considère l’unique espérance et voie pour restaurer les sciences par ses fondements, de manière que, en faveur des Athées qui demandent la seule expérience, nous avons déjà laissé derrière nous les notions et les anticipations de la nature, et les syllogismes.10

  • 11 QG, p. 132-133 : « Igitur [Atheii] ipsi suos oculos, aures, gustum, odoratum, et tactum interrogent (...)
  • 12 QG, p. 133.

7Mersenne essaie à sa façon11 de faire surgir de l’expérience et de son interprétation expéditive à la fois de l’aphorisme 14 et de la méthode baconienne, l’axiome selon lequel « il n’existe aucune puissance qui n’ait pas un objet qui lui soit convenant et envers lequel […] elle soit dirigée » (« hinc concludendum est nullam esse potentiam, quae obiectum aliquod sibi conveniens non habeat, in quod […] feratur »)12. Il s’agit de banaliser le processus baconien de l’induction par des exemples tirés du fonctionnement de la vue, de l’ouïe, de l’attouchement, du goût ou de l’odorat, dans la mesure où, selon le Minime, on peut faire l’expérience que chacun de ces sens réagit de façon spontanée, comme s’il s’agissait d’un précepte de la nature (« solo naturali instinctu » ; « ac si naturae praeceptum esset », ibid.), aux sollicitations favorables ou défavorables de certains objets, ce qui démontre qu’ils ont tel ou tel objet comme but. Mersenne, qui n’a pas encore bien pénétré la philosophie baconienne, la considère ici comme un recours assez banal à l’expérience et à l’induction, et, qui plus est, comme favorisant les athées. C’est en ce sens qu’il la stigmatise, dans le titre en marge du paragraphe, comme dangereusement proche des thèses des athées (aussi bien que des sceptiques) : « L’opinion de Verulam qu’il faut restaurer les sciences favorise les Athées » (« Verulamij opinio de restaurandis scientiis fauet Atheis »).

  • 13 QG, p. 1202 ; nous avons identifié et signalé l’exemplaire des Quaestiones in Genesim avec les note (...)

8Après la publication des Quaestiones in Genesim, Mersenne cite Bacon pour l’« instauration des sciences », sans le critiquer. Sur son exemplaire personnel, il ajoute une note manuscrite en marge, au début de la quaestio XXIX (De scientia Adami), a. I, In quo omnes scientiae referuntur, diuiduntur, atque describuntur. Le Minime semble ici disposé à accueillir quelque chose de l’interprétation de la scientia Adami donnée dans le Novum organum : « Pour l’invention et la restitution des sciences voir Verulam » (« de inventione et restitutione scientiarum vide Verulamium »)13.

Bacon et la « vérité des sciences »

  • 14 M. Fattori, « Fortin de la Hoguette tra Francis Bacon e Marin Mersenne… », déjà cité, p. 394-400.

9Après 1623 Mersenne aborde l’analyse approfondie des textes baconiens qu’il projetait. Il semble déjà se référer à l’essai Of Atheism, très connu dans le milieu érudit parisien14, quand il écrit en 1624 dans le premier tome de L’impiété des déistes :

  • 15 « It is true, that a little Philosophy inclineth Mans Minde to Atheisme ; But depth in Philosophy, (...)

Ie sçay qu’une legere cognoissance de la Philosophie peut porter l’inclination à l’irreligion, mais une plus forte teinture de la mesme science la peut aussy ramener, & la reduire à la religion, si on penetre plus avant.15

10En 1625, dans le chapitre 16 de la Vérité des sciences il traite encore Bacon comme un hérétique (il insère dans son ouvrage une longue censure anonyme contre le De augmentis), mais il ne considère plus que sa méthode converge avec le scepticisme ; le but de Verulam est la « vérité des sciences » :

Verulamius semble n’auoir autre intention dans sa méthode nouuelle que d’établir la Vérité des Sciences, c’est pourquoy il ne faut pas que vous pensiez qu’il panche de votre côté, ni qu’il soit de votre opinion [i.e. sceptique].
Il ne détruit pas l’authorité des sens, ni de la raison, au contraire il s’efforce de trouuer des moyens propres pour venir à la cognoissance de la nature et de ses effets. (VS, p. 206)

11Ceci n’empêche pas que le projet de Bacon soit impossible et sa méthode erronée. Après avoir présenté la doctrine des idoles, Mersenne écrit : « Ie puis facilement nier que ces idoles nous empeschent de connoître la vérité et la nature des choses que nous recherchons » (VS, p. 207-208). Ceci dit, il juge que parmi les expériences proposées par Bacon il y en a de « très utiles » et « remarquables » :

Or quelques Phenomenes qu’on puisse proposer dans la Philosophie, il ne faut pas penser que nous puissions penétrer la nature des individus, ni ce qui se passe interieurement dans iceus, car nos sens, sans lesquels l’entendement ne peut rien conoître, ne voyent que ce qui est exterieur […] c’est pourquoy ie croy que le dessein de Verulamius est impossible, & que ces instructions ne seront causes d’autre chose que de quelques nouuelles experiences. (VS, p. 212-213)

12Dans les années suivantes, Mersenne se proposera de réaliser des expériences qualifiées dans les pages de la Vérité des sciences d’« expériences à faire » et d’« expériences remarquables », notamment celles concernant la densité de l’air tirées du Novum organum ; dans cette entreprise, il impliquera ses amis et ses correspondants, et même Descartes.

  • 16 Voir M. A. Granada, « Bacon and scepticism », Nouvelles de la République des Lettres, 2006-II, p. 9 (...)
  • 17 F. de La Mothe Le Vayer, « De l’opiniâtreté », dans Dialogues faits à l’imitation des anciens par O (...)

13Le rapprochement entre Bacon et les sceptiques16, que Mersenne n’est plus disposé à effectuer en 1625, rend compte d’une préoccupation du milieu savant du Minime, illustrée par les thèses de quelques-uns des participants à ses doctes rencontres, comme, par exemple, François de La Mothe Le Vayer ou Pierre Gassendi. L’auteur des Dialogues faits à l’imitation des anciens propose le rapprochement entre la critique des idola specus et le scepticisme dans le dialogue De l’opiniâtreté17:

  • 18 F. de La Mothe Le Vayer, Dialogues faits à l’imitation des anciens, ouvr. cité, p. 359.

Or de l’heure qu’un esprit, pour bon souvent qu’il soit, s’est ainsi laissé prevenir de quelque particuliere imagination, et a pris à party de la soustenir, sa force ne luy sert plus qu’à se confirmer et roidir en icelle, rejettant animeusement tout ce qui semble luy pouvoir contrarier. C’est ce que Verulamius s’est advisé de fort bien appeler idola specus en son nouvel organe, habet enim (dit-il) unusquisque specum sive cavernam quandam individuam, quae lumen naturae frangit et corrumpit ; et nous pouvons bien dire en ce sens, que l’homme est un grand idolatre, n’y ayant peut-estre que le seul Sceptique qui se puisse aucunement exempter de tomber en cette flatteuse idolatrie de ses fantaisies, à cause de l’indifferente constitution interieure de son esprit.18

14La Mothe Le Vayer remarque que la vraie libération des idoles, c’est-à-dire de « la flateuse idolatrie de ses fantasies » est atteinte parfaitement seulement par le sceptique.

15Gassendi, dans le Syntagma philosophicum écrit que la Logica Verulamij, qu’il résume, enseigne à révoquer en doute les principes eux-mêmes, qui sont reçus et acceptés sur la foi d’autrui (fide aliena) et sont même tirés d’autres disciplines :

  • 19 NO, Distributio operis ; SEH, I, p. 137 ; OFB, XI, p. 32 : « Nam fundamenta quoque scientiarum fort (...)
  • 20 P. Gassendi, Syntagma philosophicum, liv. I, chap. 10, dans Opera omnia, Lugduni, Anisson-Devenet, (...)

parce que la logique vulgaire reçoit les principes sur la foi d’autrui19 ; [la logique de Verulam] par contre, les révoque en doute et les examine et vise soit à les délivrer de tous les préjugés, soit à les faire surgir de ses fondements ; en commençant, proprement, des premières notions, ou quasi Idoles, eux-mêmes des choses ; lesquelles ou bien doivent être expurgées comme innées, ou bien être considérées comme reçues dans l’esprit en tant que venantes des sectes et des maximes des philosophes, et des perverses lois des démonstrations.20

16On pourrait encore noter que Gassendi utilise Bacon comme un outil au service de sa polémique anti-cartésienne. Il soutient que Descartes dans sa méthode a en quelque façon imité Bacon, par son refus et sa démarche d’expurgation des préjugés, et il évalue la logique de Descartes à l’aune de celle de Bacon :

  • 21 Ibid., p. 90 : « Denique logica Cartesii recte quidem, Verulamianae imitatione, ab eo exorditur, qu (...)

Et finalement la logique de Descartes, imitation de la Verulamienne, commence de manière correcte par ceci, que pour imaginer bien elle veut se dépouiller des mauvais préjugés et se revêtir de ceux qui sont corrects, (mais qu'elle veut se dépouiller de toutes choses, et de quelle façon estime le faire, c’est autre chose).21

17Mais, au-delà de sa réévaluation de la philosophie baconienne, dont l’empirisme ne se laisse pas reconduire au scepticisme, Mersenne ne peut pas souscrire à l’idée baconienne d’un rôle secondaire des mathématiques. Le statut des mathématiques dans la science est un point capital qui marque la distance de Mersenne à l’égard de la conception baconienne de la science. Pour le Minime la certitude des mathématiques peut servir à toutes les autres sciences ; autrement dit elles sont le vrai organon de sa science, qui vise au modèle de la certitude géométrique :

nous en parlerons encore dans la Geometrie, quand nous examinerons sa certitude : […] les Mathematiques […] nous pourront seruir pour toutes les autres sciences. (VS, p. 216)

  • 22 Cornier à Mersenne, 29 juillet 1625, CM, I, p. 235-250.
  • 23 Cornier à Mersenne, 21 septembre 1625, CM, I, p. 289-302 : p. 293.
  • 24 Cornier à Mersenne, 23 novembre 1625, CM, I, p. 308- 315 ; voir NO, II, aph. 14.
  • 25 Cornier à Mersenne, 16 janvier 1626, CM, I, p. 327-336 ; voir NO, II, 26.
  • 26 Ibid. ; Cornier à Mersenne, 1er septembre 1626, CM, I, p. 488-489. Voir NO, II, aph. 12-13. il s’ag (...)
  • 27 Cornier à Mersenne, 16 janvier 1626, CM, I, p. 331 ; Cornier à Mersenne, 27 janvier 1626, CM, I, p. (...)
  • 28 Cornier à Mersenne, 1er septembre 1626, CM, I, p. 487-88; voir NO, II, 40 ; NO, II, aph. 48.
  • 29 Cornier à Mersenne, 15 novembre 1627, CM, I, p. 592; voir NO, II, aph. 40.

18Dans tous les cas, l’opinion du Minime sur Bacon se modifie au cours de 1624 et 1625, grâce à une lecture plus attentive et méditée des ouvrages du Chancelier. Robert Cornier lui rapporte dans les lettres qu’ils échangent à cette période les résultats des expériences tirées du Novum organum et réalisées par le groupe de savants de Rouen dont il est l’animateur22. C’est le cas des expériences sur la compression de l’air23 ; sur la comparaison entre vitesse du son et vitesse de la lumière24 ; sur la gravité25 ; sur la chaleur de la lumière26 ; sur la température des rayons de la lune27 ; sur la raréfaction et la condensation de l’air28 ; sur le rapport entre la densité des corps et la propagation du son29.

  • 30 En mai 1625 Mersenne voyage à Rouen où par l’intermédiaire de J. Titelouze, son ami organiste et t (...)
  • 31 Voir M. Fattori, Fortin de la Hoguette, ouvr. cité, et C. Carabba, La prima traduzione francese de (...)

19À partir de ce moment là, l’intérêt de Mersenne pour ces expériences et pour la philosophie baconienne est documenté par les ouvrages imprimés du Minime, par ses échanges épistolaires et la fréquentation d’un milieu savant dans lequel on trouve à côté de petits savants comme le baconien Cornier et les membres du cercle de Rouen30, des interlocuteurs majeurs comme Descartes, Gassendi ou La Mothe Le Vayer. La diffusion des théories de Verulam, la réalisation d’expériences tirées de ses textes scientifiques et la nécessité de traduire ses ouvrages entrent dans l’agenda scientifique de la communauté savante parisienne et française grâce, bien sûr, aux activités et à la promotion de Bacon entreprise par Fortin de la Hoguette, les membres du Cabinet Dupuy et Séguier31, mais aussi par l’intermédiaire du Minime.

  • 32 F. Bacon, Sylva Sylvarum, or a Natural History in Ten Centuries, Londres, 1627.

20Dans ce contexte de collaboration intellectuelle surgit, en 1627, la demande de Cornier à Mersenne d’achever la traduction de la Sylva sylvarum32, que le Minime est en train d’étudier et de traduire à son propre usage :

  • 33 Cornier à Mersenne, 24 décembre 1627, CM, I, p. 611.

Si vous pouvés achever la traduction du Sylva Sylvarum, à l’ayde de vostre Anglois et le donner au public, je croy que vous feriés une chose fort aggreable à beaucoup de monde.33

21La précision qui suit dans la même lettre révèle cependant la profonde différence entre l’attitude de Cornier et celle de Mersenne à l’égard de la philosophie baconienne. Cornier souligne que davantage que la « curiosité » des expériences, il apprécie dans Bacon les conséquences qu’il en tire et la méthode. Mersenne est, par contre, intéressé par la « curiosité » des expériences du Lord Chancelier, par-delà les conséquences et les présupposés théoriques de la méthode qu’elles engagent.

  • 34 Ibid., p. 611-612.

Pour moy je vous diray que je n’aestime pas tant en Bacon la curiosité de ses experiences comme les consequences qu’il en tire, et la méthode, avec laquelle il s’en sert. C’est pourquoy (encor que ses observations soient fort ordinaires), je pense que ce seroit une chose fort aggreable à beaucoup de monde de cognoistre ses procedés.34

  • 35 M. Mersenne (pseud. F. de Sermes), Traité de l’harmonie universelle, Baudry, Paris, 1627 ; C. Bucco (...)
  • 36 [M. Mersenne], Livre de la nature des sons et de la manière qu’ilz s’épandent par le milieu et qu’i (...)
  • 37 C. Buccolini, « Mersenne traduttore di Bacon », Nouvelles de la République des Lettres, 2002-II, p. (...)
  • 38 La Sylva sylvarum publiée par P. Amboise en 1631 sous le titre d’Histoire naturelle, cit. Samuel So (...)

22En 1627, année de la publication de la Sylva sylvarum, Mersenne est en train de publier son Traité de l’harmonie universelle35. Pendant ses études préparatoires, il rédige le manuscrit conservé dans la bibliothèque de l’Arsenal de Paris sous le titre de Livre de la nature des sons36 ; ce volume se termine par un cahier de seize pages portant le titre de 2 Centurie qui est la traduction française d’une partie de la Century II de la Sylva sylvarum (nous l’avons identifié et signalé en 199837). Ce texte constitue un travail original puisque les expériences de la Century II qui y sont traduites ne figurent pas dans la traduction partielle de Pierre Amboise, publiée en 163138.

 

  • 39 M. Mersenne, Harmonicorum libri, Paris, P. Ballard-G. Bavdry, 1636 ; Harmonicorum instrumentorum li (...)
  • 40 M. Mersenne, Harmonie universelle contenant la theorie et la pratique de la musique, 2 vol., Paris, (...)
  • 41 [M. Mersenne], Traité de l’harmonie universelle, ouvr. cité, p. 78. Mersenne cite en français le ti (...)

23Mersenne utilise des expériences baconiennes dans l’élaboration de l’ouvrage sur la musique qu’il projette et commence à écrire en 1626 et qui aboutit aux Harmonicorum libri de 163639 et à la grande Harmonie universelle de 1636-163740. Dans ce dernier texte, des expériences tirées de la Sylva sylvarum, de l’Historia naturalis et du Novum organum sont intégrées au traitement mécanique du son et de l’acoustique. Mais l’usage des textes baconiens ne se limite pas aux seules expériences sur la musique. Dans le Traité de l’harmonie universelle (1627-1628), une longue citation du mythe de Pan, qui occupe trois pages du texte imprimé, est tirée du De sapientia veterum41. La Mothe Le Vayer, qui insère l’explication du mythe de Pan transmis par les anciens dans son dialogue De l’ignorance louable, fait allusion au même texte :

  • 42 F. de La Mothe Le Vayer, De l’ignorance louable, dans Dialogues faits à l’imitation des anciens, ou (...)

Les anciens nous representoient toute la nature sous la figure mysterieuse du Dieu Pan, qui estoit encore particulierement le Dieu des Chasseurs ; par lesquels, à mon advis, ils entendoient les Philosophes, qui chassent, et poursuivent incessantement les veritez naturelles […].42

  • 43 La riche et significative présence des thèses de Bacon dans les ouvrages de La Mothe Le Vayer était (...)
  • 44 F. de La Mothe Le Vayer, Dialogues faits à l’imitation des anciens, ouvr. cité, p. 443.
  • 45 M. Fattori, « Fortin de la Hoguette… », art. cité, p. 403-404.

24Quelques lignes avant ce passage, La Mothe parle aussi de l’Abecedarium naturae : « C’est dans ce grand livre du monde, dans ce Code du Tout-puissant, dans cet Abecedarium naturae, que se voyent toutes ces merveilles » (ibid., p. 251). Le sceptique cite assez souvent Bacon43 et il en utilise les écrits même sans le citer directement. Dans le dialogue De la politique il prend des exemples tirés de la 5e centurie de la Sylva sylvarum44 et du second livre du Novum organum (ibid., p. 448) et il cite la New Atlantis : « L’isle de Bensalem du Chancelier Bacon » (p. 390). L’utilisation et la traduction originelle des essais sur la superstition et la religion dans le De la divinité (p. 339) ont été étudiées par Marta Fattori qui fournit aussi des précisions sur l’usage de Bacon par Mersenne et souligne l’importance du travail sur le second livre du Novum organum, peu étudié et cité par les lecteurs français45.

25Mersenne cite aussi Bacon dans le manuscrit du deuxième tome des Quaestiones in Genesim, qu’il a rédigé pour l’essentiel, mais sans l’achever, entre 1624 et 1634. Dans le commentaire du premier verset du chapitre 8, il renvoie à l’Historia ventorum (dont il avait déjà parlé avec Cornier en 1626) :

  • 46 « Adde quod tam vapores, quam exhalationes sint ventorum materia, adeout Verulamius tract. De vento (...)

il faut ajouter que soit les vapeurs soit les exhalations sont la matière des vents à tel point que Verulamius dans le traité sur l’histoire des vents, page 237 rapporte que très souvent les vents sont faits par les vapeurs, mais en aucune occasion la pluie est faite par les exhalations.46

  • 47 M. Mersenne, Questions théologiques, physiques, morales, et mathematiques, Paris, Guenon, 1634 ; é (...)
  • 48 M. Mersenne, Cogitata physico-mathematica, Paris, Bertier, 1644.
  • 49 « Qui plura de ventis, illorumque proprietatibus et origine nosse velint, ad integrum Verulamij Tra (...)

26Mersenne rappellera encore les théories exposées par Bacon dans l’Historia ventorum, dans les Questions théologiques47 en 1634 et dans les Cogitata physico-mathematica48 en 1644. Il insère dans le traité sur l’Ars navigandi des propositions sur les vents dans lesquelles il donne la classification tirée de l’ouvrage baconien, et il renvoie le lecteur à Verulam pour plus de détails : « Ceux qui veulent connaître plus de choses sur les vents, leurs propriétés et origine […] je les renvoie à l’entier traité de Verulamius »49.

Limites baconiennes et attentes cartésiennes

27Cette ouverture à Bacon et sa présence significative dans le corpus mersennien ne signifient pas toutefois une pleine acceptation de sa philosophie. Si Mersenne connaît et utilise les textes de Bacon, il soumet toujours ses affirmations à la vérification en réalisant les expériences évoquées par le philosophe anglais. Le cas de l’expérience sur la densité de l’air est exemplaire en ce sens. Les textes imprimés, les notes manuscrites autographes sur les exemplaires personnels de ses ouvrages et la correspondance de Mersenne nous permettent d’en suivre le développement.

28À propos du rapport entre la densité de l’air et de l’eau, le Minime avait déjà signalé l’importance de l’aphorisme 40 du second livre du Novum organum dans la Vérité des sciences :

  • 50 VS, p. 214-215 ; voir NO, II, aph. 40 ; SEH, I, p. 312-313.

L’experience qu’il a faite pour cognoître combien les liqueurs peuuent se rarefier, est remarquable, car elle nous peut seruir pour sçauoir de combien il y a plus de matiere dans cette liqueur icy, que dans celle la.
Experiences remarquables de Verulamius [titre à la marge]. Voicy donc son experience : il prît vne phiole de verre qu’il remplit d’eau de vie, et puis il lia vne vessie au col de cette phiole sur les charbons, il vît si l’eau de vie pouuoit tellement se rarefier, qu’elle vint à remplir la vessie vuide d’air qui tenoit deus pintes, ce qui arriua ; par ou il iugea que cette liqueur auoit occupé cent fois plus d’espace qu’elle n’en contenoit auant la rarefaction, comme vous pouuez voir dans la 285. page de son instauration.50

29Mersenne continue de s’interroger sur cette expérience « remarquable » dans les années suivantes. Dans le premier livre de l’Harmonie universelle de 1636, il la cite encore :

  • 51 M. Mersenne, Harmonie universelle, vol. I, liv. 1, ouvr. cité, p. 68 (exemplaire facsimilé).

Il faut dire que l’eau est cent fois plus dense et plus pesante que l’air, suivant l’experience que Baco dit avoir faicte dans son Nouvel Organe, page 286, où il remarque qu’une partie d’eau de vie estant reduite en vapeur remplit une vessie cent fois plus grande que la dite partie.51

  • 52 « COROLLAIRE III. L’on peut s’imaginer plusieurs autres moyens pour trouuer la proportion de ces de (...)

30Quelques pages plus loin, dans une note manuscrite sur son propre exemplaire, Mersenne ajoute : « experience à faire »52.

31En 1636 il pose le problème à Descartes, qui lui communique ses doutes à propos de la réalisation de cette expérience :

  • 53 Descartes à Mersenne, 1636 (?), CM, V, p. 586-587. Texte latin en AT, IV, p. 688-689: « Quantum ad (...)

Pour vostre experience de faire enfler une vessie la remplissant des vapeurs qui sortent de quelque liqueur, c’est une chose qui se peut fort aysément executer, en la tenant toute entière en lieu chaud, afin que les vapeurs y estant entrée ne se changent point en liqueur, ainsi que vous dites qu’il vous est arrivé. Mais je ne croy point que cela puisse de rien servir pour connoistre la diversité du poids de l’air comparé à cette liqueur, car la chaleur oste aux vapeurs la pesanteur qu’auoit l’eau d’où elles viennent.53

32Dans les notes manuscrites qu’il ajoute dans les marges de son exemplaire du second tome de l’Harmonie universelle, à la proposition I du livre « De l’utilité de l’harmonie », Mersenne signale que l’expérience, finalement réalisée, n’a pas produit le résultat annoncé par Bacon:

  • 54 M. Mersenne, Harmonie universelle, « De l’utilité de l’harmonie », vol. III, liv. 1, ouvr. cité, p. (...)

L’experience nous a faict voir que l’esprit de vin avec la vessie ne vaut rien pour ce sujet, car il n’enfle pas et le bout de la vessie estant detaché jette sa graisse avec une grande incommodité et la fumée de l’esprit de vin se refroidoit incontinent par le contact de la vessie, quoyque tenue chaude avec une serviette ou autrement.54

33Dans la réalisation de l’expérience, Mersenne a suivi les indications données par Descartes dans sa lettre et a essayé de « tenir chaude » la vessie. Il note encore, à la main, dans la page suivante : « L’essay faict suiuant cette méthode n’a pas reussi, la vapeur se tournant en eau auant qu’elle enfle la bouteille » (ibid., p. 3).

34Cet exemple est caractéristique de l’attitude de Mersenne envers Bacon, marquée par l’intérêt pour les nouvelles expériences du philosophe, mais surtout par le souci de procéder à leur vérification pratique et expérimentale, une démarche à laquelle il associe ses amis et correspondants. On sait que Mersenne aura la même attitude à l’égard de Galilée, il suffit de rappeler les théorèmes concernant la chute et l’accélération des corps. À ce propos, on peut suivre le parcours d’autres expériences baconiennes dans le corpus mersennien. Par exemple, l’expérience relative aux balles de plomb pour la mensuration de la densité des corps, tirée de l’aphorisme 45 du deuxième livre du Novum organum, est signalée dans la Vérité des sciences comme « expérience remarquable », et elle est ensuite réalisée et intégrée dans l’Harmonie universelle de 1636 (liv. I, coroll. III, p. 70).

35On vient de voir que Mersenne a proposé à Descartes une expérience tirée de Bacon. En effet, avant la lettre-préface aux Passions de l’âme, Descartes parle de Bacon principalement avec Mersenne et leur échange épistolaire est très significatif. Le contenu des lettres, très connues, rédigées par Descartes au sujet de Bacon dans les années 1630 est cohérent avec les positions de Mersenne dans ses ouvrages imprimés.

  • 55 Descartes à Mersenne, janvier 1630, CM, II, p. 368-382 ; AT, I, p. 109.

36En janvier 1630, Descartes écrit à Mersenne : « Je vous remercie des qualités que vous avez tirées d’Aristote ; j’en avais déjà fait une autre plus grande liste, partie tirée de Verulam, partie de ma tête »55. Chez Bacon on trouve surtout des listes, des classifications, du catalogage et aussi des recettes pour des expériences non réalisées (et peut-être pas réalisables) qu’il propose.

37Le 23 décembre de la même année, en effet, Descartes écrit :

  • 56 Descartes à Mersenne, 23 décembre 1630, CM, I, 597 ; AT, I, p. 195-196.

[…] vous désirez savoir un moyen de faire des expériences utiles. À cela je n’ai rien à dire, après ce que Verulamius en a écrit [dans le Sylva sylvarum], sinon que sans être trop curieux à rechercher toutes les petites particularités touchant une matière, il faudrait principalement faire des recueils généraux de toutes les choses les plus communes, et qui sont très certaines, et qui se peuvent savoir sans dépense […].
Pour les plus particulières [le Catalogus historiarum particularium est la seconde partie de la Parasceve qui conclût le Novum organum], il est impossible qu’on n’en fasse beaucoup de superflues, et même de fausses, si on ne connaît la vérité des choses avant que de les faire.56

38Connaître la vérité des choses avant de faire les expériences : voici la synthèse de l’apriorisme cartésien en face de l’empirisme baconien.

39La réponse de Descartes fait comprendre que Mersenne avait posé le problème de la réalisation des expériences, en cherchant à éviter les expériences superflues et inutiles : ce qu’on ne peut pas éviter, d’après Descartes, en suivant la méthode de Bacon, trop soucieux de rechercher les petites particularités.

  • 57 J.-R. Armogathe, « Sémanthèse d’experientia/experimentum/expériences dans le corpus cartésien », M. (...)

40La très célèbre lettre du 10 mai 1632, analysée par des interprètes bien plus autorisés que nous (il suffit ici de rappeler le commentaire donné par Jean-Robert Armogathe57), révèle d’une façon exemplaire la distance qu’il y a entre Descartes et Bacon, et le rôle de Mersenne qui se place en quelque mesure entre les deux, fasciné par les expériences particulières mais fidèle aux grandes constructions de la raison mathématique.

41Le philosophe demande à Mersenne s’il connaît quelqu’un qui travaille à des observations célestes selon la méthode de Bacon. Descartes a besoin de données d’observation sur lesquelles bâtir a posteriori une théorie qu’il ne peut encore élaborer a priori pour son Monde ou pour ses Météores. Mais, clairement, Descartes privilégie une science a priori, qui serait la seule science parfaite des choses célestes ; et c’est une science ainsi conçue qu’il cherche à obtenir, même à travers différentes observations particulières.

  • 58 Descartes à Mersenne, 10 mai 1632, CM, III, p. 306-307 ; AT, I, p. 250-251.

[…] je suis devenu si hardi, que j’ose maintenant chercher la cause de la situation de chaque étoile fixe. Car encore qu’elles paraissent fort irrégulièrement éparses çà et là dans le ciel, je ne doute point toutefois qu’il n’y ait un ordre naturel entre elles, lequel est régulier et déterminé ; et la connaissance de cet ordre est la clef et le fondement de la plus haute et plus parfaite science, que les hommes puissent avoir, touchant les choses matérielles ; d’autant que par son moyen on pourrait connaître a priori toutes les diverses formes et essences des corps terrestres, au lieu que, sans elle, il nous faut contenter de les deviner a posteriori, et par leurs effets.58

42A priori on connaît et on connaît parfaitement, mais a posteriori on ne connaît pas, on « devine ». La conception de la science à laquelle Descartes se réfère devient claire dans les lignes suivantes :

Vous m’avez autrefois mandé que vous connaissiez des gens qui se plaisaient à travailler pour l’avancement des sciences [= Advancement of Learning], jusqu’à vouloir même faire toutes sortes d’expériences à leurs dépends. Si quelqu’un de cette humeur voulait entreprendre d’écrire l’histoire des apparences célestes [= Historia coelestium dans la Parasceve], selon la méthode de Verulamius, et que, sans y mettre aucunes raisons ni hypothèses, il nous décrivît exactement le ciel, tel qu’il paraît maintenant, quelle situation a chaque étoile fixe au respect de ses voisines, quelle différence, ou de grosseur, ou de couleur ou de clarté, ou d’être plus ou moins étincelantes, etc. […] ce serait un ouvrage qui serait plus utile au public qu’il ne semble peut être d’abord, et qui me soulagerait de beaucoup de peine. (Ibid.)

43Le nom de Bacon revient chez Mersenne dans un endroit très significatif qui nous semble pouvoir résumer de façon exemplaire l’attitude envers la science baconienne transmise par le Minime, à l’époque la plus mûre de sa réflexion, à la communauté scientifique dont il est l’animateur. Dans les dernières pages des Phaenomena mechanica de 1644, on trouve des propositions qui concernent la chute des corps, la gravité, le mouvement des projectiles ; c’est-à-dire les problèmes capitaux de la nouvelle science mécanique. Mersenne y confronte les différentes explications de Descartes, de Galilée et de Hobbes dans des pages justement célèbres dans l’histoire des sciences. Dans les monita qui concluent ces théorèmes capitaux, Mersenne revient, à propos des différents types de mouvement, à Bacon.

  • 59 « Praeter motum percussionis, & alios de quibus tam in Hydraulicis quam in Mechanicis actum est, Ve (...)

Au-delà du mouvement de percussion et des autres dont nous avons traité soit dans l’Hydraulique soit dans la Mécanique [deux parmi les autres traités qui composent les Cogitata physico-mathematica], Verulam dans un traité posthume particulier en recense plusieurs autres, le premier desquels l’appelle d’Antytipie, […] le deuxième l’appelle mouvement de connexion […]. Le troisième de liberté […].59

44Ce traité posthume auquel Mersenne fait allusion est le De motus sive virtutis activae variis speciebus qui constitue un tiré à part de l’Aphorisme 48 du second livre du Novum organum, publié en 1638 à Leyde comme appendice à l’Historia ventorum. Mersenne s’est procuré, après 1638, la nouvelle édition de l’Historia naturalis de Bacon, œuvre qu’il avait déjà utilisée en 1634 et dans le manuscrit de la deuxième partie du commentaire à la Genèse. Cette relecture est visible dans les Cogitata et dans l’Ars navigandi, comme on l’a dit.

45Mais revenons au monitum sur le mouvement. À la fin de la longue liste des 19 mouvements tirée de Bacon Mersenne écrit qu’il est possible d’en proposer encore d’autres :

  • 60 « Quibus plures motus addi possunt, vt motus maris, qui fortè ab ipsius terrae expiratione, et insp (...)

Auxquels on peut ajouter plusieurs mouvements, comme le mouvement de la mer, qui peut-être prend son origine de l’expiration et l’inspiration de la Terre elle-même [c’était l’explication de Campanella, dans la Physica] et tous les mouvements à peu près infinis et différents, par lesquels sont constitué toutes les idiosyncrasies, éthopées et tempéraments de tous les corps, ceux par lesquels des corps sont fait plus durs, plus liquides, plus ou moins odorants, sapides, etc.60

46Jusqu’ici on voit dans un style typiquement mersennien l’ouverture et l’élargissement du domaine de l’enquête à la physiologie, à la morphologie humaine, à la théorie du tempérament et à l’étude des caractères, par le recours aux différentes classes de phénomènes dans lesquels l’analyse du mouvement peut se démultiplier et s’orienter vers le particulier et la classification. Mais le principe permettant de gagner une unification significative et fondamentale, le pas décisif à franchir se trouve par-delà le catalogage baconien, si ordonné et méthodique soit-il :

  • 61 « quibus motibus potuit Deus illud supplere quod vulgò formam appellamus; quorum explicationem diff (...)

[…] les mouvements par lesquels Dieu a pu remplacer ce que vulgairement nous appelons « forme » ; la très difficile explication desquels nous pourrons l’attendre de l’Illustris vir [= Descartes].61

47Le fait significatif, l’acquis définitif de la science est le dépassement de la théorie de la forme par une théorie accomplie du mouvement, ce qu’on peut attendre seulement de l’Illustris vir, c’est-à-dire de Descartes et des fondements rationnels de sa physique. À partir de l’histoire naturelle des différentes sortes de mouvement du Novum organum Mersenne songe désormais à la physique des Principia philosophiae.

Notes

1 Je tiens à remercier Élodie Cassan qui a revu et amélioré le texte français.

2 M. Mersenne, Quaestiones celeberrimae in Genesim, Lutetiae Parisiorum, Sebastien Cramoisy, 1623 (dorénavant : QG), col. 1838 : « Displicet autem in istis recentioribus, quod nouas illas opiniones, quae Aristoteli contrariae esse videntur, in Ecclesiae Catholicae odium proferant, vt ex eorum praefationibus, et ingenio videre est. Eundem genium in aliis recentioribus Caliuinianae, Lutheranae, vel alteri haereticae sectae addictis, vt in Verulamio, Fludo, Basso, et Hill reperies ; qui omnes si solius veritatis indagandae nouarum veritatum reperiendarum gratia suas ratiocinationes in medium proferrent, cordis nobis esse possent, qui praeter veritatem nihil aliud amplecti desideramus, et eos nostris inuentis, et conceptibus libenter iuuaremus. » Lorsqu’aucune édition française n’est mentionnée, les traductions proposées sont les nôtres.

3 « Vtinam isti Scioli […] non ita Verulamianis Idolis humanae tribus, Idolis hominis indiuidui, Idolis fori, atque Idolis theatri phantasiam applicarent suam, vt axiomata iampridem receptissima, à summis ingeniis approbata, experientiae item maxime conformia, eáque verissima in dubium reuocent, immutent, vel etiam abiiciant. Sed de his alias », QG, p. 131-132.

4 « Alibi […] aduersus Pyrrhonios, et eorum simiam Verulamium de illis Deo bene iuuante dicemus », QG, p. 910.

5 M. Mersenne, La vérité des sciences, contre les septiques [sic !] ou pyrrhoniens, Paris, du Bray, 1625 ; édition en facsimilé Stuttgart-Bad Cannstatt, Frommann, 1969 ; édition et annotation par D. Descotes, Paris, Champion, 2003. Nous citerons d’après l’édition de 1625, dorénavant indiquée par VS. Mersenne utilise les éditions des ouvrages de Bacon disponibles à Paris : Instauratio magna, Londini, Billium, 1620 ; De dignitate et augmentis scientiarum, Parisiis, Mettayer, 1624 (sur cette édition voir M. Fattori, « Fortin de la Hoguette tra Francis Bacon e Marin Mersenne : intorno all’edizione francese del De augmentis scientiarum, 1624 », Linguaggio e filosofia nel Seicento europeo, Florence, Olschki, 2000, p. 385-411) ; Historia naturalis et experimentalis ad condendam philosophiam ; sive phaenomena universi, Londini, M. Lownes & G. Barret, 1622.

6 « Ratio eorum qui acatalepsiam tenuerunt, et via nostra, initiis suis quodammodo consentiunt » NO, I, aph. 37, MP, p. 110 ; SEH, I, p. 162-163 ; OFB, XI, p. 78.

7 Ibid. : « exitu immensum disjunguntur et opponuntur ; Illi enim nihil sciri posse simpliciter asserunt ; nos non multum sciri posse in natura, ea quae nunc in usu est, via : verum illi exinde authoritatem sensus et intellectus destruunt ; nos auxilia iisdem excogitamus et subministramus » ; voir aussi I, 67 ; SEH, I, p. 167-169 (OFB, XI, p. 108) : « At Platonis schola acatalepsiam introduxit, primo tanquam per jocum et ironiam, in odium veterum sophistarum, Protagorae, Hippiae, et reliquorum, qui nihil tam verebantur, quam ne dubitare de re aliqua viderentur. At nova academia acatalepsiam dogmatizavit, et ex professo tenuit : quae licet honestior ratio sit, quam pronunciandi licentia, quum ipsi pro se dicant se minime confundere inquisitionem, ut Pyrrho fecit et Ephectici, sed habere quod sequantur ut probabile, licet non habeant quod teneant ut verum ; tamen postquam animus humanus de veritate invenienda semel desperaverit, omnino omnia fiunt languidiora : ex quo fit, ut deflectant homines potius ad amoenas disputationes et discursus, et rerum quasdam peragrationes, quam in severitate inquisitionis se sustineant. Verum, quod a principio diximus et perpetuo agimus, sensui et intellectui humano eorumque infirmitati authoritas non est deroganda, sed auxilia praebenda. »

8 QG, p. 131 : « Quicumque asserit nihil à natura frustra, et in vanum fieri, Deum esse fateatur necesse est, verum Athei ipsi fatentur omnia propter aliquem finem à natura fieri, et nihil frustra, igitur Deum esse fateantur necesse est. »

9 QG, p. 132 : « Itaque supponendum est primò naturam nihil frustra facere, idest quod non habeat bonum aliquem finem, aut finem optatum, et debitum assequatur : enimuero natura vacuum, seu vanuum abhorret, idest quod sit absque utilitate. » « Hinc axioma natum est, frustra esse potentiam, quae non reducitur ad actum, qualis est ea, quae proprios actus non exerit. »

10 QG, p. 132: « Quae omnia facili inductione, eaque verissima probari possunt, quam Verulamis aphorismo 14 vnicam spem, atque viam scientiarum ab imis fundamentis restaurandarum esse putat, vt iam notiones, anticipationesque naturae, et syllogismos in Atheorum gratiarum relinquamus, qui solam experientiam quaerunt. »

11 QG, p. 132-133 : « Igitur [Atheii] ipsi suos oculos, aures, gustum, odoratum, et tactum interrogent, an oculi suos visionis actus elicere deberent, si nullum eis obiectum adesset, nisi à quo nullam vtilitatem, nullum oblectamentum haurire possent, quodque nunquam sine magno incommodo, et dolore aspicere valerent ? non certe : hinc fit, vt si quid displicet horrendum appareat, oculos ab eo protinus auertamus, hinc nares ad ingratos odores ; ad sonos inconcinnos, et voces inter se discordes […] auriculas obturemus, et sapores, atque qualitates tactiles, quae noscere possent, citò, et etiam vix aduertentes solo naturalis instinctu respuamus, ac si naturae praeceptum esset. » « Secus verò quando obiectum est proportionatum, et conueniens, accidit, tunc enim potentia mira quadam suauitate in obiectum suum fertur, natura tunc potentiam velut inescante et alliciente. […] Vnde patet naturam simul cum ipsis potentiis obiectum offerre, circa quod non solum tuto, sed magno etiam emolumento, atque oblectamento versari possint. »

12 QG, p. 133.

13 QG, p. 1202 ; nous avons identifié et signalé l’exemplaire des Quaestiones in Genesim avec les notes manuscrites de Mersenne en 1999 ; voir C. Buccolini, « Un esemplare delle Quaestiones in Genesim con annotazioni di Mersenne », Nouvelles de la République des Lettres, 1999-I, p. 143-144.

14 M. Fattori, « Fortin de la Hoguette tra Francis Bacon e Marin Mersenne… », déjà cité, p. 394-400.

15 « It is true, that a little Philosophy inclineth Mans Minde to Atheisme ; But depth in Philosophy, bringheth Mens Mindes about to Religion », F. Bacon, Of Atheisme, OFB, XV, p. 51. M. Mersenne, L’impiété des déistes, tome premier, Paris, Bilaine, 1624, p. 677-678 ; J. Baudoin, dans son édition française de 1619 écrit : « une legere cognoissance de la Philosophie est capable de porter à l’Atheisme l’inclination, et de la reduire aussi à la Religion, si l’on peut penetrer plus auant dans elle mesme ».

16 Voir M. A. Granada, « Bacon and scepticism », Nouvelles de la République des Lettres, 2006-II, p. 91-104 ; S. Manzo, « Probability, certainty and facts in Francis Bacon’s Natural Histories. A double-faced attitude towards Skepticism », C. Laursen, G. Paganini, J. Maia Neto, Skepticism from the Renaissance to the Enlightenment, Amsterdam, Brill, 2009, p. 123-137.

17 F. de La Mothe Le Vayer, « De l’opiniâtreté », dans Dialogues faits à l’imitation des anciens par Orasius Tubero (1630-1633), A. Pessel éd., Paris, Fayard, 1988 (nous citerons d’après cette édition).

18 F. de La Mothe Le Vayer, Dialogues faits à l’imitation des anciens, ouvr. cité, p. 359.

19 NO, Distributio operis ; SEH, I, p. 137 ; OFB, XI, p. 32 : « Nam fundamenta quoque scientiarum fortius deprimimus et solidamus, atque initia inquirendi altius sumimus, quam adhuc homines fecerunt : ea subjiciendo examini, quae logica vulgaris tanquam fide aliena recipit. Etenim dialectici principia scientiarum a scientiis singulis tanquam mutuo sumunt : rursus, notiones mentis primas venerantur : postremo, informationibus immediatis sensus bene dispositi acquiescunt. »

20 P. Gassendi, Syntagma philosophicum, liv. I, chap. 10, dans Opera omnia, Lugduni, Anisson-Devenet, 1657; facsimilé par T. Gregory, Stuttgart-Bad Cannstatt, Fromman, 1964, vol. I, p. 63 : « quoniam vulgaris Logica fide aliena recipit Principia ; haec vero in dubium, examenque ipsa principia reuocat, vnde et praeiudicia omnia exui vult, remque à fundamentis excitandam contendit ; incipiendo nempe ab ipsis primis rerum notionibus seu quasi Idolis quae aut veluti innata expurgentur, aut ex Philosophorum Sectis, Placitisque et ex peruersis demonstrationum legibus in mentem adscita immutentur ».

21 Ibid., p. 90 : « Denique logica Cartesii recte quidem, Verulamianae imitatione, ab eo exorditur, quod ad bene imaginandum, prava praeiudicia exuenda, recta vero induenda vult (nam quod omnia quidem, et quomodo censet exuenda, alia ratio est) ».

22 Cornier à Mersenne, 29 juillet 1625, CM, I, p. 235-250.

23 Cornier à Mersenne, 21 septembre 1625, CM, I, p. 289-302 : p. 293.

24 Cornier à Mersenne, 23 novembre 1625, CM, I, p. 308- 315 ; voir NO, II, aph. 14.

25 Cornier à Mersenne, 16 janvier 1626, CM, I, p. 327-336 ; voir NO, II, 26.

26 Ibid. ; Cornier à Mersenne, 1er septembre 1626, CM, I, p. 488-489. Voir NO, II, aph. 12-13. il s’agit des expériences que Mersenne discute déjà dans VS, p. 209-210.

27 Cornier à Mersenne, 16 janvier 1626, CM, I, p. 331 ; Cornier à Mersenne, 27 janvier 1626, CM, I, p. 352. Cornier à Mersenne, 16 mars 1626, CM, I, p. 420-21 ; voir NO, II, aph. 12.

28 Cornier à Mersenne, 1er septembre 1626, CM, I, p. 487-88; voir NO, II, 40 ; NO, II, aph. 48.

29 Cornier à Mersenne, 15 novembre 1627, CM, I, p. 592; voir NO, II, aph. 40.

30 En mai 1625 Mersenne voyage à Rouen où par l’intermédiaire de J. Titelouze, son ami organiste et théoricien de la musique, il fait la connaissance de R. Cornier, sieur de Sainte-Hélène, Avocat à la Cour des Aides et, ensuite, maître ordinaire à la Chambre des Comptes, de Frunechon, Président de la Chambre des Comptes, des frères Lefebvre, sieurs de Rouen, de J. Jouyse, Procureur en la Cour des Aides, de Stanihurst, curé de Carentan au Costentin, intéressé par la chimie, de G. Levasseur, auteur de traités des mathématiques et de fortification.

31 Voir M. Fattori, Fortin de la Hoguette, ouvr. cité, et C. Carabba, La prima traduzione francese del « Novum Organum » dal manoscritto BNF FF 1906, Florence, Olschki, 2012.

32 F. Bacon, Sylva Sylvarum, or a Natural History in Ten Centuries, Londres, 1627.

33 Cornier à Mersenne, 24 décembre 1627, CM, I, p. 611.

34 Ibid., p. 611-612.

35 M. Mersenne (pseud. F. de Sermes), Traité de l’harmonie universelle, Baudry, Paris, 1627 ; C. Buccolini éd., Fayard, Paris, 2003.

36 [M. Mersenne], Livre de la nature des sons et de la manière qu’ilz s’épandent par le milieu et qu’ilz arrivent à l’oreille et au sens commun, Bibliothèque de l’Arsenal, Paris : ms. 2884. Voir CM, II, p. 195-196.

37 C. Buccolini, « Mersenne traduttore di Bacon », Nouvelles de la République des Lettres, 2002-II, p. 7-31 ; le texte avait été déjà présenté en 1998 au colloque « Francis Bacon : fonti, edizioni e prospettive / Francis Bacon in the late 20th century : sources, editions and outlook », Rome, 13-14 novembre 1998.

38 La Sylva sylvarum publiée par P. Amboise en 1631 sous le titre d’Histoire naturelle, cit. Samuel Sorbière, le secrétaire de Gassendi, se plaindra de cette médiocre traduction d’Amboise encore dans ses Sorbieriana : « traduite, ou plutôt abrégée par Pierre Amboise. […] Ce peu d’excellentes Remarques que j’ai vues me fait grandement souhaiter une Version entiere et fidele » (Sorbieriana, p. 41, édit. de la Hollande ; dans P. Bayle, Dictionnaire, s.v. « Bacon, François »). Encore en 1647, en effet, le 4 octobre, il écrit au Minime : « Sed quaeso te an vnquam vidisti Versionem latinam Sylvae Sylvarum Verulamii ? Dignissimum est liber cui vertendo incumberet aliquis doctus » (CM, XV, p. 468). La traduction donnée dans le manuscrit du Livre de la nature des sons de Mersenne est, à notre connaissance, la seule traduction française de la Century II disponible au moins jusqu’à la mort de Mersenne (1648). Sur le rôle de J. Baudoin et de ses traductions pour la diffusion de Bacon en France voir H.-F. Kynaston-Snell, Jean Baudoin et les Essays de Bacon en France jusqu’au xvıııe siècle, Paris, Jouve, 1939.

39 M. Mersenne, Harmonicorum libri, Paris, P. Ballard-G. Bavdry, 1636 ; Harmonicorum instrumentorum libri IV, Paris, G. Baudry, 1636 ; les deux ouvrages dans un même volume, édition facsimilée, Genève, Minkoff, 1972 ; voir C. Buccolini, « Mersenne traduttore di Bacon », art. cité, p. 16-17.

40 M. Mersenne, Harmonie universelle contenant la theorie et la pratique de la musique, 2 vol., Paris, S. Cramoisy, 1636-1637 ; édition facsimilée par F. Lesure, 3 vol., Paris, CNRS, 1965.

41 [M. Mersenne], Traité de l’harmonie universelle, ouvr. cité, p. 78. Mersenne cite en français le titre de l’ouvrage de Bacon ; il est possible qu’il ait lu la traduction française de Jean Baudoin, La sagesse mystérieuse des anciens, Juillot, Paris, 1619 publiée avec la traduction des Essayes.

42 F. de La Mothe Le Vayer, De l’ignorance louable, dans Dialogues faits à l’imitation des anciens, ouvr. cité, p. 255.

43 La riche et significative présence des thèses de Bacon dans les ouvrages de La Mothe Le Vayer était signalée déjà par Florence L. Wickelgrendans dans sa monographie de 1934 (La Mothe Le Vayer, sa vie et son oeuvre, Paris, Droz, p. 50-51). Plus récemment le thème a été traité par M. Fattori (« Fortin de la Hoguette… », art. cité ; « La diffusione di Francis Bacon nel libertinismo francese », Rivista di storia della filosofia, 57, 2002, p. 225-242), J.-P. Cavaillé (Dis/simulations, Paris, Champion, 2008, p. 162, 170, 187, 194) et par P. Capitani (Erudizione e scettticismo in François de La Mothe Le Vayer, Florence, Olschki, 2009, p. 150-151, p. 161-163.

44 F. de La Mothe Le Vayer, Dialogues faits à l’imitation des anciens, ouvr. cité, p. 443.

45 M. Fattori, « Fortin de la Hoguette… », art. cité, p. 403-404.

46 « Adde quod tam vapores, quam exhalationes sint ventorum materia, adeout Verulamius tract. De ventorum historia pag 237 ventos afferat saepissime fieri ex vaporibus, nunquam verò pluuiam ab exhalationibus », M. Mersenne, [Quaestiones in Genesim tomus secundus], Paris, Bibliothèque nationale de France, Ms Latin, 17261-17262, p. 56. Mersenne se réfère à la pagination de la première édition de l’Historia ventorum (Londres, 1622 ; voir note 5) ; voir Confacientia ad ventos, 14-21 (SEH, II, p. 48-49 ; OFB, XII, p. 72-74).

47 M. Mersenne, Questions théologiques, physiques, morales, et mathematiques, Paris, Guenon, 1634 ; édité par A. Pessel dans Questions inouyes, Paris, Fayard, 1985, p. 366 ; voir R. Lenoble, Mersenne ou la naissance du mécanisme, Paris, Vrin, p. 330-331.

48 M. Mersenne, Cogitata physico-mathematica, Paris, Bertier, 1644.

49 « Qui plura de ventis, illorumque proprietatibus et origine nosse velint, ad integrum Verulamij Tractatum […] remitto », ibid., p. 243.

50 VS, p. 214-215 ; voir NO, II, aph. 40 ; SEH, I, p. 312-313.

51 M. Mersenne, Harmonie universelle, vol. I, liv. 1, ouvr. cité, p. 68 (exemplaire facsimilé).

52 « COROLLAIRE III. L’on peut s’imaginer plusieurs autres moyens pour trouuer la proportion de ces densitez, particulierement par la compression de l’eau & de l’air, car si l’on prend deux spheres creuses, ou deux seringues qui soient tellement fermées qu’il n’en puisse rien sortir , & que l’vne soit pleine d’eau, & l’autre d’air, si l’on estreint les deux spheres, & autres vases iusques à ce qu’ils creuent, l’on verra combien l’air a plus enduré de condensation que l’eau : par exemple si le vase qui le contient a tellement esté pressé auant que de se rompre, que son creux ait contenu cent fois moins de lieu qu’auant qu’il fust pressé, & que le creux du vase de l’eau se soit seulement diminué d’vne centiesme partie, l’on conclura que l’air est 99 fois plus rare que l’eau », M.  Mersenne, Harmonie universelle, vol. I, liv. 1, ouvr. cité, p. 70. Mersenne prend encore en considération les expériences de Bacon quand dans la proposition XVII il aborde la question « si l’on peut sçauoir combien l’air qui est chaud, est plus rare & plus leger que celuy qui est froid : & combien il est plus leger que l’eau où il fait allusion aux expériences qu’il faut réaliser avec le “verre Calendaire” » (que Mersenne appelle aussi « Thermometre » en utilisant le mot introduit par J. Leurechon, La récréation mathématique, Paris, 1624) ; voir NO, II, aph. 13.

53 Descartes à Mersenne, 1636 (?), CM, V, p. 586-587. Texte latin en AT, IV, p. 688-689: « Quantum ad experimentum tuum inflandi vesicam implendo illam vaporibus ex liquore aliquo emissis, facile quidem effici potest, illam totam in loco aliquo calido ponendo, ne vapores semel ingressi mutentur in liquorem, sicuti tibi accidisse renuntias; sed haud credo posse hoc quicquam prodesse ad explorandam diversitatem ponderis aeris cum isto liquore comparati: etenim calor detrahit vaporibus gravitatem, quae aquae, ex qua emissi sunt, inerat. »

54 M. Mersenne, Harmonie universelle, « De l’utilité de l’harmonie », vol. III, liv. 1, ouvr. cité, p. 2.

55 Descartes à Mersenne, janvier 1630, CM, II, p. 368-382 ; AT, I, p. 109.

56 Descartes à Mersenne, 23 décembre 1630, CM, I, 597 ; AT, I, p. 195-196.

57 J.-R. Armogathe, « Sémanthèse d’experientia/experimentum/expériences dans le corpus cartésien », M. Veneziani éd., Experientia. X Colloquio Internazionale del Lessico Intellettuale Europeo, Florence, Olschki, 2002, p. 270-271.

58 Descartes à Mersenne, 10 mai 1632, CM, III, p. 306-307 ; AT, I, p. 250-251.

59 « Praeter motum percussionis, & alios de quibus tam in Hydraulicis quam in Mechanicis actum est, Verulamius peculiari tractatu posthumo plures alios recenset, quorum primum Antitypiae vocat, […]. Secundum appellat motum nexus […]. Tertium libertatis […] », M. Mersenne, Phaenomena mechanica in Cogitata physico-mathematica, ouvr. cité, p. 94.

60 « Quibus plures motus addi possunt, vt motus maris, qui fortè ab ipsius terrae expiratione, et inspiratione ducit originem: et motus omnes propemodum infiniti, et differentes, quibus omnium corporum idiosyncrasiae, characterismi, et temperamenta constituuntur, quibus alia duriora, liquidiora, magis aut minus odora, sapida, etc. fiunt », ibid., p. 96.

61 « quibus motibus potuit Deus illud supplere quod vulgò formam appellamus; quorum explicationem difficillimam ab Illustri Viro possis expectare », ibid.

Auteur

Chercheur au CNR-ILIESI, Rome

© ENS Éditions, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search