Version classiqueVersion mobile

Transition, fragmentation, recomposition

 | 
Violette Rey

Transition et économie de marché

Prémices géographiques de la grande privatisation en 1992

Geographische Voraussetzungen der großen Privatisierung in der Tschechoslowakei 1992

Geographic Premises for the Large-Scale Privatization of Czechoslovakia of 1992

Premisas geográficas de la gran privatización de Checoslovaquia en 1992

Stanislas Rehak et Violette Rey

Résumé

La mise en route de la reconstruction économique des grandes entreprises en Tchécoslovaquie s’est faite selon une double procédure originale : la privatisation a précédé la réorganisation fonctionnelle des unités, et la privatisation s’est faite par une vente très bon marché de « coupons ». Ceci a crée un actionnariat populaire mais encadré par des agences de privatisation, reflet d’un nouveau système bancaire. L’analyse géographique des modalités du premier tour de la grande privatisation (touchant près de la moitié du total des entreprises concernées) met en valeur des disparités spatiales, modérées pour le niveau de participation, fortes pour le degré d’attractivité des entreprises. L’avantage est très net pour les entreprises des pays tchèques qui sont convoitées alors que celles de Silésie et de Slovaquie centrale et orientale sont délaissées. Les auteurs soulignent combien transparaissent à travers cette privatisation hautement différenciée le gradient européen, d’ouest en est, du développement ainsi que l’effet de proximité avec l’espace germanique. A leur avis, cette configuration géographique initiale du soutien à la privatisation représente la « poutre maîtresse » de ce que sera la réorganisation spatiale du système industriel tchécoslovaque.

Texte intégral

1« Sortir du communisme », « entrer dans l’Europe » signifient, en termes strictement économiques, détruire un système productif presque totalement étatisé pour construire un système fondé sur des entreprises et des agents économiques nombreux, concurrentiels et distincts de la puissance publique. Le retour des biens à leurs anciens propriétaires et surtout la PRIVATISATION des entreprises sont devenus les maîtres mots du changement économique en cours. Mais comment procéder dans cette aventure très complexe et sans modèle de référence, puisque ce processus général n’a encore jamais existé ? En effet on ne peut confondre cette énorme mutation globale d’économies « administrées » à forte base industrielle, ni avec les dénationalisations de certaines entreprises qui étaient restées insérées dans une économie concurrentielle de marché (du type des privatisations en France), ni avec celles opérées dans des pays en voie de développement. Au moment de la « révolution de velours » le produit matériel net tchécoslovaque était assuré à 97 % par le secteur étatisé. La critique de la lenteur à la mise en route du processus de privatisation résiste mal quand on prend conscience de la nécessité d’en concevoir toutes les implications, afin d’en augmenter les chances de réussite. L’absence de modèle de référence antérieurement expérimenté démultiplie donc les difficultés de sortie du communisme et de retour vers l’économie de marché.

2Compte tenu du caractère très confus de la situation et du besoin de retrouver ordre et logique aux choses, la tentation est grande de juger, de théoriser, d’apporter des conclusions péremptoires et parfois simplistes, sans avoir réellement pris le temps ni l’attitude d’observer le « fait nouveau ». Le parti que nous avons retenu est de présenter les caractéristiques géographiques principales de la première étape de ce phénomène, de nature avant tout juridique et économique. Une chose est la structure juridico-économique de la privatisation proposée, une autre chose en est le démarrage de sa réalisation effective. Le rythme et les lieux privilégiés du début de la privatisation donnent de précieuses indications sur les comportements et les stratégies de réponse des sociétés locales à une offre économique, qui leur était jusqu’alors inconnue.

Les caractères généraux de la grande privatisation

3Deux types de privatisation sont à distinguer : la petite et la grande privatisation.

4La petite privatisation touche la transformation des diverses unités de service à la population : unités commerciales, ateliers de réparation, restaurants etc. Ces entreprises ne représentent pas une forte immobilisation en capital à cause de leurs dimensions modestes. Leur insuffisance quantitative et qualitative – facteur notoire des dysfonctionnements dans la vie quotidienne « socialiste » – pouvait donc être facilement atténuée par une ouverture presqu’immédiate à l’initiative privée. Pour accélérer cette « petite privatisation » deux procédures ont été retenues : la restitution aux anciens propriétaires ou à leurs héritiers et la vente aux enchères.

  • 1 Les sociétés à capital mixte « joint-ventures », quasiment impossibles avant 1990, ont eu un rythme (...)

5La grande privatisation porte sur les grandes entreprises pour lesquelles il n’existe pas de capital privé en masse suffisante (grandes entreprises industrielles, de transport, d’approvisionnement, grands hôtels, fermes d’État...). Opter pour l’appel à du capital étranger – ce qui serait tout à fait dans la logique économique du processus de privatisation – n’a pas paru politiquement acceptable sur une large échelle, ce qui a nécessité de mettre au point un système susceptible de créer des masses financières opérationnelles1. En outre, l’absence quasi totale de pratiques d’ouvertures à l’économie de marché, à la manière de l’expérience hongroise du Réformisme économique depuis 1968 et peut-être aussi une mentalité plutôt favorable à l’économie sociale, ont conduit à un choix original de procédure de grande privatisation, celle de la privatisation par coupons, (inspirée d’une expérience jadis faite au Canada).

6Restent hors du champ actuel de cette privatisation, les coopératives agricoles et une partie des entreprises de construction et de gestion des logements, dont le statut juridique antérieur était assimilable au système coopératif.

Coupons, livrets et listes d’entreprises à privatiser

7En janvier 1992 est mise en route la première vague de grande privatisation sous la tutelle du Ministère fédéral des Finances. 1491 entreprises sont touchées, soit près de la moitié du total des entreprises susceptibles de faire l’objet d’une procédure de grande privatisation. Les entreprises sont d’abord transformées en sociétés anonymes sous contrôle de l’État, puis ensuite proposées à la privatisation. Le choix de ces 1491 entreprises a été fait en fonction de critères juridiques et économiques : situation juridique claire vis à vis d’éventuelles prétentions d’anciens propriétaires et d’héritiers ; situation financière correcte ; cadres de gestion déjà formés à cette conversion. On peut également constater que chacun des 114 districts administratifs (okres) a reçu une ou plusieurs entreprises mises en offre dans la première vague de privatisation, selon une logique de l’égalité spatiale qui n’est pas sans rappeler celle pratiquée sous le régime précédent.

8Chaque citoyen adulte a le droit (mais non l’obligation) d’acheter un (et un seul) livret de coupons d’un montant de 1 000 points, et vendu pour la modique somme de 1 000 couronnes (soit environ $33 ou 28 % d’un salaire moyen mensuel). Pour permettre aux candidats acheteurs d’un livret de faire un choix « en connaissance de cause », la liste des 1491 entreprises a été publiée ; chaque entreprise est caractérisée par la localisation, le chiffre d’affaires et son évolution récente, l’effectif de salariés... (fig. 1).

9Le démarrage de ce jeu économique d’un genre tout nouveau en Tchécoslovaquie, met en présence deux groupes de partenaires : d’un coté les 1491 entreprises, représentant près de 300 millions d’actions d’une valeur unitaire de 300 points, et de l’autre 8,53 millions d’adultes, actionnaires potentiels.

Agences de privatisation

10Entre le 18 mai et le 30 juin 1992, les bureaux de privatisation le plus souvent localisés dans les agences postales, recueillent les coupons sur lesquels chaque porteur de livret a indiqué son ou ses choix d’entreprises et pour quel montant de points. Toutefois, et même avec l’aide du descriptif économique fourni sur la liste des entreprises, établir un choix reste une opération hasardeuse.

Figure 1 : L’INÉGALE RÉPARTITION DES ENTREPRISES TRÈS ATTRACTIVES.

Figure 1 : L’INÉGALE RÉPARTITION DES ENTREPRISES TRÈS ATTRACTIVES.

Source : S. REHAK, V. REY

11Très vite se sont constituées des agences privées de privatisation, qui reprennent les coupons avec les noms de leurs porteurs, et qui se chargent de choisir pour leurs « clients » parmi les 1491 entreprises celles qui leur paraissent les plus aptes à réussir en gestion privée. Souvent constitué avec le soutien de capital étranger, ce système des agences s’est vite développé sous l’impulsion des banques et largement soutenu par une publicité bruyante. Il a drainé d’ailleurs l’essentiel du capital prêt à s’engager dans l’actionnariat de la grande privatisation.

12Le rôle et le succès de ces agences peut être interprété de diverses manières. Elles ont facilité la mobilisation des coupons, alors que la majorité de la population tchéco-slovaque n’était pas encore prête à entrer dans le risque économique de l’actionnariat, contribuant ainsi à transformer une majorité de la population en une masse d’actionnaires petits porteurs. Elles n’ont pas à proprement parler créé un capital mais elles ont contribué à faciliter l’évaluation de l’épargne disponible à s’engager, à la veille de l’activité financière réellement à mettre en œuvre.

De l’appel d’offre à l’adjudication

13Le premier tour a surtout fonctionné comme un mécanisme d’évaluation. Seulement 38 % de la demande enregistrée a été transformée en actions. L’adjudication n’a pas eu lieu pour les entreprises qui ont accumulé un trop grand nombre de demandes d’actions ; banques, hôtels, équipements de thermalisme, brasseries ont été particulièrement recherchés... et fort peu la grande industrie de biens d’équipements. Aux tours suivants d’appels d’offre, ces entreprises convoitées sont remises sur le marché mais cette fois avec des valeurs d’actions variables, tenant compte de la demande déjà exprimée. En d’autres termes le premier tour a servi à établir une image différenciée du portefeuille d’actions proposé, à créer un marché des valeurs (La Bourse de Prague ré-ouvrira ses portes au printemps 1993).

Types géographiques de comportements face à la grande privatisation

14L’analyse des résultats du premier tour d’appel d’offres s’appuie sur les informations publiées par l’Agence de privatisation (Centrum kuponove privatizace), qui sont d’ailleurs assez sommaires. En particulier il n’est possible d’évaluer la part des agences privées par rapport à celle des citoyens ayant agi individuellement qu’au niveau des deux républiques. Par contre la publication pour chacune des 1491 entreprises du montant des demandes d’actions dont elles ont fait l’objet, permet une analyse par district et par région, sur laquelle fonder quelques conclusions de portée géographique.

Une certaine différence de comportement d’une république à l’autre (tableau 1)

15Au début de 1992, l’État fédéral de Tchécoslovaquie existe encore et toute la procédure de privatisation et de partition des biens entre les deux républiques fédérées repose sur le principe d’un partage des coupons proportionnel aux effectifs de population, soit 2/3 pour la république tchèque et 1/3 pour la république slovaque, puisque pour cette dernière le chiffre magique de 33,3 % de la population totale de la fédération a été légèrement dépassé au recensement de 1991. La procédure en outre reconnaît la liberté réciproque aux citoyens des deux républiques fédérées de faire porter leur demande d’actions dans des entreprises de l’une ou l’autre république. Compte tenu du principe de répartition proportionnelle, le niveau 2/3 et 1/3 fournit un seuil de référence pour évaluer le degré de différenciation des comportements des citoyens face à ce nouveau mécanisme économique.

16Décider ou non de dépenser 1 000 couronnes pour un livret de coupons et ainsi obtenir le droit de participer à l’actionnariat de la grande privatisation est donc l’acte initial. Les Slovaques y ont un peu moins pris part que les Tchèques : 30,4 % au lieu des 33,3 % théoriquement possibles. La proportion des biens mises ensuite à la privatisation s’est donc calquée sur cette expression de la demande. De plus, compte tenu de la liberté laissée à chaque citoyen de choisir les entreprises sur l’ensemble du territoire fédéral et de déposer ses coupons dans n’importe quelle agence, on constate que la Slovaquie a un contrôle encore un peu plus réduit du phénomène (28,9 % déposés en Slovaquie contre 33,3 % théorique). On peut estimer tout cela à l’équivalent d’un transfert théorique de 150 000 habitants de Slovaquie en pays tchèques. Enfin, près d’un citoyen slovaque sur trois ayant acheté un livret de coupons a fait son choix d’entreprise de façon autonome, sans passer par une agence de privatisation, alors qu’un sur quatre des citoyens de Bohême-Moravie seulement a eu cette attitude.

17Si l’on examine vers quels lieux se porte préférentiellement la demande d’actions, l’avantage est très net pour les pays tchèques : à 79 % contre 21 % en Slovaquie. 11 % des points pour des sociétés localisées en pays tchèques représentent une demande de porteurs potentiels d’actions résidant en Slovaquie, contre seulement 3 % en sens inverse. Le choix de devenir porteur d’actions d’entreprises sises en Slovaquie n’est donc un choix que de résidents slovaques.

18Quant à la première série d’actions réellement vendues, laquelle ne représente que 38 % de la demande enregistrée (cf supra), sa localisation calque celle des demandes enregistrées : 76 % en pays tchèques, et 24 % en Slovaquie, atténuant de ce fait légèrement la dissymétrie spatiale de la demande (79 % contre 21 %), sans cependant la modifier. Une autre nuance apparaît selon les porteurs : sur les 38 % de demandes acceptées, on constate que les deux catégories de participants n’ont pas été « reconnues » de même manière : les choix individuels ont été très acceptés en Slovaquie (près du tiers des actions distribuées leur reviennent), alors qu’en pays tchèques ce sont les propositions des agences qui ont « raflé » l’énorme majorité. Il est à peine exagéré de dire que cette première donne fait apparaître quasiment deux modes d’entrée dans l’actionnariat économique, et qu’en pays tchèques immédiatement les agences privées, expression d’une présence bancaire active, sont en position presqu’hégémonique. Dernière remarque : l’effectif salarié moyen de l’entreprise passée au premier tour de la grande privatisation est de 917 personnes en pays tchèques et de 700 en Slovaquie.

Un attrait régional et local très différencié pour l’investissement dans la grande privatisation

19Compte tenu des résultats des demandes d’actions, ventilées sur les 1491 entreprises, on a distingué trois catégories d’entreprises, selon leur niveau d’attractivité : faible quand elles ont reçu moins de 10 % du montant des actions qu’elles proposaient, moyenne avec 10 à 99 % de demande, et forte au delà de 100 % ; cette dernière demande a conduit à mettre lesdites entreprises hors de la première privatisation, pour les relancer à un taux différent aux tours suivants. Si l’on dresse une carte détaillée de la part des entreprises qui se sont révélées très attractives, en proportion de salariés selon les trois catégories d’attractivité dans chacun des 114 districts administratifs, une véritable dichotomie apparaît entre « la Bohême heureuse » parce que ses entreprises sont convoitées et la Silésie et la Slovaquie « malheureuses » parce que non convoitées pour leurs équipements industriels (fig. 1).

  • 2 Les 12 « kraj », régions administratives pour l’ensemble du territoire, ont été supprimées en 1990, (...)

20Trois structures régionales très typées apparaissent quand on ventile l’emploi touché par la première grande privatisation selon les catégories d’attractivité des entreprises (fig. 2)2. La structure régionale moyenne, voisine du profil national moyen – avec 57 % de l’emploi « privatisable » dans les entreprises modérément attractives, 17 % dans les peu attractives et 26 % dans les très attractives – caractérise la Bohême du Sud, région au demeurant peu industrialisée, et la Moravie du Sud. La structure « heureuse », où l’emploi privatisable dans les entreprises très attractives dépasse de 5 à 20 points le taux national moyen (26 %), constitue deux blocs géographiques : le bassin de Prague avec sa bordure industrielle des Monts Métallifères et des Monts Sudètes ; Bratislava et la Slovaquie occidentale. La structure « malheureuse » où l’emploi privatisable dans les entreprises peu attractives dépasse de 10 à 20 points le taux moyen (17 %) s’étend de la Moravie du Nord avec le bassin charbonnier de la Silésie à la Slovaquie centrale et orientale. Le minimum d’emploi dans des entreprises peu attractives est enregistré en Bohême occidentale (3 % contre 17 % de moyenne), tandis que le minimum d’emploi dans les entreprises très attractives l’est en Slovaquie orientale (3 % contre 26 % de moyenne).

Figure 2 : OÙ SONT LES ENTREPRISES... UN PEU, MOYENNEMENT, TRÈS ATTRACTIVES ?

Figure 2 : OÙ SONT LES ENTREPRISES... UN PEU, MOYENNEMENT, TRÈS ATTRACTIVES ?

Source : REHAK, REY

21Dur gradient européen, orienté d’Ouest en Est, que celui du développement économique et industriel ! Il ré-apparaît en pleine vigueur dès que l’on ne considère plus la main-d’œuvre engagée ou la capacité productive, mais l’efficience économique, la rentabilité potentielle des investissements (ici appréciée par l’attractivité économique), et ce malgré l’industrialisation massive sous la tutelle communiste.

22Prague et Bratislava, les deux capitales et leurs régions environnantes, font partie des régions attractives ; mais alors que Bratislava-ville présente le maximum fédéral pour les emplois dans les entreprises attractives vendues, à Prague l’attractivité déborde sur la région environnante.

  • 3 Les investissements étrangers en provenance d’Allemagne atteignent en 1991 77 % du total et 8 % en (...)

23Sachant l’importance des influences économiques étrangères en provenance des pays d’économie libérale germanique3, nous avons tracé la ligne d’équidistance aux frontières de l’Allemagne et de l’Autriche, en tenant compte de la différence de poids économique des deux pays par un léger décalage de distance (130 et 100 km, fig. 3). La concordance entre ces limites et le partage entre régions à entreprises attractives ou régions non attractives est très forte ; elle suggère combien l’effet que peuvent jouer les capitales des deux républiques est second dans ce phénomène d’attractivité, comparativement à l’effet de proximité avec l’espace économique germanique et à la nouvelle mise en résonance économique européenne, ... rappelant que dans le passé l’influence germanique directe s’étendait jusqu’ici. Ce phénomène actuel, déjà bien repéré pour les récentes implantations de « joint ventures », prend ici une portée beaucoup plus profonde, puisqu’il s’agit, rappelons-le, de la géographie de la privatisation « interne ».

Figure 3 : L’HYPOTHÈSE DE L’ENVIRONNEMENT GÉOPOLITIQUE SUR LE CHANGEMENT ÉCONOMIQUE

Figure 3 : L’HYPOTHÈSE DE L’ENVIRONNEMENT GÉOPOLITIQUE SUR LE CHANGEMENT ÉCONOMIQUE

Source: S. REHAK, V. REY

24Plusieurs conclusions peuvent être proposées à partir des prémices de la nouvelle organisation économique tchéco-slovaque, dans ce qui fut le pays d’Europe de l’Est le plus industrialisé et développé – hormis la RDA – ancien fragment de l’Allemagne.

25Il y a d’abord « l’inattendu » de certaines modalités, qu’il s’agisse de l’étonnante rapidité avec laquelle s’est reconstitué un système bancaire visible via le réseau des agences de privatisations, ou de l’exclusivité donnée à l’actionnariat au sein de la population et sans priorité pour les salariés des entreprises.

26La partition politique, effective depuis 1993, a certes ajouté son lot de difficultés : un partage délicat des entreprises fédérales et tout particulièrement au niveau de la propriété des « images de marque » des firmes ; une union monétaire qui n’aura pas tenu un trimestre (émission d’une nouvelle monnaie tchèque) ; une chute très marquée des échanges mutuels, bien que l’imbrication des deux économies fasse que chaque république reste le premier partenaire de l’autre. Toutefois les premières observations économiques de l’année 1993 montrent une certaine sortie de l’état d’apesanteur qu’avait créée la combinaison de la transition économique avec l’imminence de la partition : les investissements étrangers sont plus présents ; des décisions de réorganisation de branches, ajournées en 1992, sont prises.

27L’orientation économique vers l’économie de marché via la privatisation n’a pas changé, et le second tour aura lieu à partir d’octobre 1993. Cet original système par coupons, parfois appelé « modèle de Prague », a été retenu par d’autres pays de l’Est en voie de dé-socialisation (Bulgarie, Roumanie etc). Il est lourd de manipulation, lent de mise en œuvre, et il fait même l’objet de critiques fréquentes ; en particulier on ne sait trop comment la phase 2 de la restructuration fonctionnelle dans les entreprises s’enclenchera sur la phase 1 de la privatisation. Néanmoins seule une évaluation « post » comparative avec les autre formules de privatisation/restructuration dans les différents États permettra d’apprécier le degré d’adaptation de cette procédure au contexte tchéco-slovaque et son potentiel de généralisation, c’est-à-dire sa fonction de « modèle ».

28Le premier tour de grande privatisation interne a mis en évidence le rôle des nouvelles agences privées coordonnant l’opération. Premier (et bientôt second tour) montrent aussi une géographie fort différenciée du mouvement ; on peut y voir l’inégale réceptivité de l’accueil local ; on peut y lire aussi l’image que les experts bancaires se font des lieux probables de l’efficacité économique future. C’est pourquoi nous faisons l’hypothèse que cette configuration géographique inaugurale de la grande privatisation interne représente la poutre maîtresse, sur laquelle se développera l’activité économique de la décennie future, à partir de laquelle se greffera une diffusion spatiale du changement économique.

  • 4 Beaucoup de questions mériteront approfondissement en matière de connaissance des comportements rée (...)

29Les disparités entre les deux républiques tchèque et slovaque sont apparues immédiatement dans les réponses, dans les attitudes... et, sous-jacentes, dans les niveaux d’infrastructure. Ces disparités continuent à se creuser, qu’il en soit du rythme de la privatisation globale et de l’implantation du capital étranger – plus forts en pays tchèques – ou du niveau de chômage – beaucoup plus fort en Slovaquie. Dans un tel contexte les poches de graves difficultés, les zones d’inattraction économique vont particulièrement peser sur le nouveau petit État de Slovaquie et sur sa région dynamique de Bratislava. Par un faisceau de mécanismes, les conditions initiales de la bifurcation post communiste manifestent déjà de très grandes différences, enracinées dans deux trajectoires historico-économiques de longue durée que le système socialiste avait tenté de gommer, et porteuses probables de devenirs assez divergents. Méthodologiquement et théoriquement c’est cette question des conditions initiales de ce changement systémique de si grande ampleur qui nous parait devoir retenir toute l’attention4.

Tableau 1 : L’ATTRACTIVITE DES ENTREPRISES PRIVATISABLES

Effectifs de salariés concernés par région (kraj) 1er tour d’émission des coupons -1992

Effectifs de salariés concernés par région (kraj) 1er tour d’émission des coupons -1992

Tableau 2 : LISTE DES ENTREPRISES "PRIVATISABLES"

Tableau 2 : LISTE DES ENTREPRISES "PRIVATISABLES"

Bibliographie

Bibliographie

BLAHA (J.), 1991, Les sociétés à capital mixte en Tchécoslovaquie, Courrier des pays de l’Est, n° 361, pp. 37-48.

REHAK (S.), 1992, Les matériaux de base du premier tour de la première vague de privatisation par coupons, Archives de l’Institut de Géographie de l’Académie des Sciences tchécoslovaque, Brno.

REHAK (S.), 1993, Les difficultés identifiables de la transformation actuelle et leur expression géographique : le cas de la Tchécoslovaquie, TERC, Usti nad Laben.

La liste des sociétés par actions privatisées selon la méthode des coupons, 1992, Privatisation par coupons n° 6, pp. 3-63, Prague.

Les résultats du premier tour de la privatisation par actions et l’offre d’actions avec leur cours en vue du deuxième tour, 1992, Privatisation par coupons n° 7, pp. 5-23, Prague.

Notes

1 Les sociétés à capital mixte « joint-ventures », quasiment impossibles avant 1990, ont eu un rythme de création rapide en 1990-91, ralenti en 1992, relancé en 1993. Les investissements étrangers directs entre 1990 et juin 1992 ont atteint $1223 millions en Tchécoslovaquie (Hongrie 2411, ex-URSS 200), source Commission de l’ONU pour l’Europe.

2 Les 12 « kraj », régions administratives pour l’ensemble du territoire, ont été supprimées en 1990, mais elles restent un niveau encore utilisé pour les données statistiques de la transition.

3 Les investissements étrangers en provenance d’Allemagne atteignent en 1991 77 % du total et 8 % en provenance d’Autriche.

4 Beaucoup de questions mériteront approfondissement en matière de connaissance des comportements réels, et non seulement par déduction indirecte à partir de données statistiques. En particulier seules des enquêtes permettront de préciser dans quelle mesure les citoyens n’ayant pas donné « carte blanche » aux agences de privatisation peuvent préférer prendre des actions dans des entreprises locales dont ils connaîtraient mieux la situation économique concrète, ou parce qu’ils s’en sentiraient plus solidaires. De telles enquêtes permettront également d’étudier la capacité de ces nouveaux agents économiques à changer de stratégie au cours des différentes étapes de la privatisation.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : L’INÉGALE RÉPARTITION DES ENTREPRISES TRÈS ATTRACTIVES.
Crédits Source : S. REHAK, V. REY
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25780/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Figure 2 : OÙ SONT LES ENTREPRISES... UN PEU, MOYENNEMENT, TRÈS ATTRACTIVES ?
Crédits Source : REHAK, REY
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25780/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Figure 3 : L’HYPOTHÈSE DE L’ENVIRONNEMENT GÉOPOLITIQUE SUR LE CHANGEMENT ÉCONOMIQUE
Crédits Source: S. REHAK, V. REY
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25780/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Titre Effectifs de salariés concernés par région (kraj) 1er tour d’émission des coupons -1992
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25780/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 2 : LISTE DES ENTREPRISES "PRIVATISABLES"
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25780/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 131k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search