Version classiqueVersion mobile

Transition, fragmentation, recomposition

 | 
Violette Rey

Transition et économie de marché

La différenciation régionale du chômage en Tchécoslovaquie dans un contexte de mutation économique et de désintégration territoriale

Regionale Unterschiede bei der Arbeitslosigkeit im Hinblick auf den wirtschaftlichen Veränderungs- und Auflösungsprozeß in der Tschechoslowakei

Regional Differences in Unemployment Patterns in the Context of Economic Change and Disunion in Czechoslovakia

Disparidades regionales en el desempleo, frente al proceso de transformación económica y de desintegración en Checoslovaquia

Jiri Tomes

Résumé

Pour comprendre la divergence de l’évolution du chômage dans les deux républiques tchèque et slovaque, il est nécessaire d’analyser d’abord les conditions initiales d’accroissement et de développement de celui-ci. Dès la fin de l’année 1990, les taux de chômage laissent percevoir une différence (1,5 % en Slovaquie contre 0,8 % en République tchèque). Au fur et à mesure de la diffusion du chômage dans toutes les catégories d’activité, cette différence ne fait que s’accroître pour culminer au début de l’année 1992 (12,7 % en Slovaquie contre 4,4 % en République tchèque). L’analyse fine des différenciations régionales du chômage à cette date permet alors de montrer que les facteurs explicatifs sont beaucoup plus complexes que ceux qui ont été invoqués lors du débat sur la séparation. Le poids des facteurs historiques et géographiques de longue durée apparaît essentiel. L’analyse catégorielle du chômage par sexe, âge, niveau d’étude et durée d’inactivité permet de préciser la répartition du chômage et les mécanismes sociaux de sa diffusion.

Texte intégral

1La question du chômage, étant donné son apparente simplicité, est une des problématiques les plus abordées dans le contexte de la transformation économique en cours, non seulement en Tchécoslovaquie, mais dans tous les anciens pays socialistes de l’Europe centrale et orientale. C’est en fait un phénomène tout à fait nouveau pour notre société comme pour les chercheurs, mais d’un intérêt capital par l’importance de ses conséquences sociales et politiques.

2C’est pourquoi il est saisissant de constater que l’on puisse compter sur les doigts d’une main les analyses proprement géographiques (le plus souvent sous la forme de courts articles) qui se sont intéressées au chômage, et ce malgré l’expression manifestement régionale du phénomène. On pourrait expliquer cet état de la recherche géographique, par exemple, par le fait que le taux de chômage est si faible dans les Pays Tchèques qu’il n’engendre guère d’attention particulière. Cependant, les forts taux de chômage observés en Slovaquie ainsi que l’augmentation générale du chômage dans les deux parties du pays, révélant de nombreuses spécificités, ne vont pas dans ce sens.

3Pour une société qui pendant quarante ans s’est prévalue d’ignorer le chômage, dans la mesure où elle avait décrété le droit au travail mais aussi, concrètement, le devoir de travailler, l’apparition soudaine du chômage peut entraîner maintenant jusqu’à des traumatismes inconnus. Les générations de l’après-guerre ont eu leur expérience particulière du « marché du travail » : personne n’avait à rechercher un emploi puisque l’État se préoccupait lui-même d’employer chacun à une tâche, même si les personnes concernées ne le désiraient pas, même si il n’y avait pas de réelle tâche à réaliser. Mais le plein emploi avait aussi ses causes objectives. La grandiose construction planifiée de la « base technique et matérielle du socialisme », concrétisée en premier lieu par le vaste mouvement d’industrialisation de la Slovaquie, eut recours à une grande quantité de main-d’œuvre. Mais une fois ce mouvement évanoui (les plus grands programmes d’investissement furent mis en pratique dans les années 1950 et 1960), la pénurie de main-d’œuvre fut créée artificiellement. Cette situation s’installa si bien dans les années 1970 et 1980 que beaucoup de problèmes économiques furent uniquement dûs à cet artifice. Reste qu’à la suite de cette expérience, tous les groupes sociaux et professionnels, tout comme les responsables des Administrations, se retrouvèrent mal préparés pour faire face aux nouvelles conditions économiques. C’est cependant dans ce contexte que le gouvernement, conscient des conséquences du processus de transformation en cours (la transition vers l’économie de marché), créa les conditions appropriées destinées à absorber la première vague de chômage, non seulement dans les domaines technique, organisationnel et social, mais surtout au niveau macroéconomique.

Emergence et première phase de développement du chômage

4On peut situer l’apparition du chômage au milieu de l’année 1990, à la fondation des premiers bureaux sur l’emploi dans les administrations de chaque district. Les premières données statistiques officielles relatives aux effectifs de chômeurs apparaissent à partir de septembre 1990. C’est alors la forte proportion de « cols blancs » parmi les chômeurs qui caractérise la première phase de développement du phénomène. Les premières personnes qui se retrouvèrent réellement sans emploi furent, pour l’essentiel, soit d’anciens employés des secrétariats et autres institutions dépendant de l’ex-fraction dirigeante de la société, c’est-à-dire le Parti Communiste de Tchécoslovaquie, soit des employés déjà en sur-nombre, appartenant souvent à d’obscures organisations, comme certains instituts de recherche (tel l’Institut de Recherche pour la Rationalisation du Travail). Un autre groupe important de chômeurs, et qui se développa par la suite, fut constitué par les membres les plus marginaux apparus sur le marché du travail, ceux que l’on pourrait appeler réfractaires au travail normé et qui sont issus en particulier des « éléments déclassés » et de la population tsigane. Bien que le niveau du chômage soit encore négligeable à cette époque, une nette différenciation apparaît déjà dans le développement du phénomène entre les Pays Tchèques (0,8 % de la population active) et la Slovaquie (1,5 %). Ce décalage reposait à l’origine sur les différences de comportement vis à vis des lois sur le chômage, ou bien sur les dispositions relatives aux allocations chômage qui, même dès l’automne 1990, étaient déjà différemment indexées selon les bases fixées par les gouvernements nationaux. La loi slovaque se montrait en fait plus bienveillante vis à vis des chômeurs (base plus élevée de l’allocation chômage minimale, plus longue période d’attribution, tolérance d’un revenu réalisable à partir d’un travail auxiliaire).

Figure 1 : ÉVOLUTION DU CHÔMAGE DE DÉCEMBRE 1990 A SEPTEMBRE 1992

Figure 1 : ÉVOLUTION DU CHÔMAGE DE DÉCEMBRE 1990 A SEPTEMBRE 1992

5C’est aussi durant cette période qu’un premier facteur d’ordre macroéconomique va intervenir. La dissolution de la collaboration économique internationale entre les anciens pays socialistes (COMECON) se manifeste à travers l’atténuation progressive des relations de l’offre et de la demande, plus particulièrement avec l’ancienne Union Soviétique et l’ex-R.D.A., même si cette désintégration se développe surtout l’année suivante, en 1991. C’est alors que vont entrer en jeu d’autres facteurs aux conséquences décisives sur l’emploi. Premièrement, la libération des prix pour une large gamme de produits, et plus particulièrement pour la nourriture et les biens de consommation, mais aussi pour un certain nombre « d’inputs » supplémentaires de nature tantôt matérielle, tantôt immatérielle. En résulta alors une diminution de la demande solvable puis un déclin de la production elle-même et, par voie de conséquence, les premiers licenciements massifs pour des raisons purement économiques. Dans ce contexte, l’inflation provoquée et fondamentalement entretenue depuis le début nécessitait l’adoption de sévères mesures restrictives, particulièrement dans les domaines budgétaires et bancaires. Tout ceci conjugué avec de nouveaux taux d’intérêts élevés a entraîné une nette restriction de l’activité d’investissement ainsi qu’un déclin de la production dans tous les secteurs, mais aussi, dans une certaine mesure, une limitation de l’activité entrepreneuriale privée naissante. Le taux de chômage commença à augmenter, non pas par sauts mais continuellement et rapidement (en 1991, dans les Pays Tchèques, l’accroissement moyen mensuel du taux de chômage passait de 0,3 % à 0,4 %, mais, en Slovaquie, il atteignit près de 1 % ; cf. fig. 1). A cette époque, l’accroissement du nombre de chômeurs pouvait être imputé pour l’essentiel au déclin de deux secteurs d’activité : le bâtiment (limitation des grands travaux et arrêt de la construction d’appartements préfabriqués) ; l’agriculture (la hausse des prix des intrants s’accompagnant de la stabilité des prix des produits agricoles et d’une réduction des subventions). Mais plus tard, c’est la presque totalité du secteur productif qui fut touchée par les licenciements, bien qu’à différents degrés selon les branches d’activité. Dans l’industrie, la plus grosse chute de production et par conséquent de l’emploi fut enregistrée, surtout à la suite d’une perte de compétitivité, d’une perte de débouchés et d’une faible demande, dans les secteurs du cuir, de l’habillement et du textile, ainsi que dans les industries électriques et les industries des métaux non-ferreux. Par voie de conséquence, le chômage s’infiltra aussi dans les transports ferroviaires, suite au déclin des activités de production et commerciales. Mais cette décroissance de la production et du niveau d’emploi aurait pu aller bien plus loin si le gouvernement n’avait pas alors dévalué la monnaie à trois reprises par rapport aux devises occidentales. C’est ce qui permis de reporter une part importante des exportations de l’ex-COMECON vers d’autres marchés, ouest-européens notamment. En deux ans, l’Allemagne devint le plus grand partenaire commercial de la Tchécoslovaquie (à la place de l’U.R.S.S.). La baisse du prix des exportations et la plus faible compétitivité de biens de consommation médiocres, jadis écoulés sur des marchés orientaux peu concurrentiels et avec une faible exigence de la part des consommateurs, eurent un impact négatif sur la structure des exportations et ont contrecarré la restructuration programmée de l’industrie tchécoslovaque. Les diverses productions de l’industrie lourde – métallurgiques, énergétiques, bois et matériaux de construction (bruts et semi-finis) –, se retrouvèrent dans une plus large mesure sur les marchés ouest-européens difficiles. C’est pourquoi l’accroissement du chômage fut moindre dans les régions tchécoslovaques orientées vers les productions énergétiques et métallurgiques.

6En règle générale, l’intensité et les caractéristiques du chômage reflètent davantage en Tchécoslovaquie le niveau et le dynamisme de la demande (selon l’explication keynesienne du chômage) que le rôle des coûts salariaux (selon l’approche néo-classique) ou l’offre de main-d’œuvre sur le marché du travail.

7La période où le chômage commença à se développer (premier semestre 1991) fut aussi caractérisée par de forts taux s’exprimant préférentiellement dans les régions considérées depuis longtemps comme les plus problématiques. Il s’agissait des espaces frontaliers occidentaux (les plus handicapés de par leur situation géographique avant la « Révolution » de 1989), des régions repeuplées après le déplacement des populations allemandes, des régions à forte présence des populations tsiganes et à forte proportion d’actifs agricoles... En fait ce sont aussi les régions habitées par des populations « à problème » et manifestant les pathologies sociales les plus aiguës. Ces observations confortent notamment celles faites par les bureaux du travail qui remarquent qu’une forte proportion de la population ne se soucie guère d’avoir un réel emploi.

8D’une manière générale, cette première période de croissance du chômage s’acheva avec les plus forts taux jamais recensés, en janvier 1992 : 4,4 % dans les Pays Tchèques et 12,7 % en Slovaquie. C’est à ce moment que les choses prirent une tournure différente, une fois de plus avec l’apparition de nouvelles mesures législatives concernant également les deux Républiques. Celles-ci adoptèrent les mêmes lois sur le chômage, lois qui restreignirent considérablement les pratiques jusqu’alors généreuses et bienveillantes en ce qui concerne la situation matérielle des chômeurs. Dans les Pays Tchèques notamment, ces mesures, conjuguées à d’autres facteurs, eurent un effet immédiat en entraînant un déclin sensible du chômage. C’est la raison pour laquelle cette étude s’appuie essentiellement sur les plus anciennes données couvrant la période fin 1991/début 1992, car les taux de chômage, actuellement très faibles dans les Pays Tchèques, ne reflètent plus la même réalité.

9Aujourd’hui, le taux de chômage des Pays Tchèques (2,65 %), après un fort accroissement durant la période antérieure, apparaît comme l’un des plus faibles d’Europe, proche de celui d’un pays prospère comme la Suisse. Qu’y a-t-il derrière cela ? Les réussites pratiques invisibles de la réforme économique ? Ou plutôt un retard considérable du processus de transformation et un suremploi persistant conjugué à une faible productivité, toutes choses en contradiction avec les objectifs de la réforme ? De nombreux faits plaident en faveur de la seconde hypothèse et, si l’on a abouti à cette situation, c’est essentiellement à cause des deux raisons suivantes :

  • la réforme économique a perdu de son dynamisme parce que les gouvernements et parlements s’en sont beaucoup moins préoccupés que de la question de l’existence de l’État fédéral.
  • l’incompétence des directions et leur répugnance, principalement dans les plus grandes compagnies d’État, à trouver une solution aux problèmes par leur propre politique réformatrice, avant que ne commence la grande privatisation.

10L’état du chômage et son évolution partout ailleurs en Europe, et plus particulièrement dans les pays de l’ancien bloc socialiste qui se sont engagés dans des transformations identiques vers l’économie de marché, ne permettent pas d’autre explication rationnelle. L’ancienne Yougoslavie mise à part, durement touchée par sa désintégration et par la guerre et où le taux de chômage varie approximativement de 10 % en Slovénie à 40 % dans le Kosovo, on peut dresser le tableau du chômage en Europe de l’Est comme suit : taux de 12,6 % en Pologne, de 11,5 % en Hongrie (au milieu de l’année 1992), de 13,0 % en Bulgarie (au début de la même année), de 17,0 % dans l’ex-Allemagne de l’Est (au début de 1992, ramené à 14,0 % aujourd’hui), et de 8,4 % en Roumanie (fin d’année 1992). Mais, dans le cas des nouvelles régions allemandes fédérées, la situation est tout à fait particulière car leur économie fut soumise à des mutations beaucoup plus brutales que celles qui affectèrent les autres anciens partenaires du COMECON (effet du retard de compétitivité non-comblé dans le secteur productif, dans un contexte de forte augmentation des coûts salariaux après uniformisation de la monnaie allemande avec un rapport de un pour un). On peut considérer que les autres pays est-européens enregistrent un taux de chômage qui correspond davantage aux problèmes économiques auxquels ils ont à faire face, cela n’est pas le cas en Tchécoslovaquie.

Les différences régionales face à l’ampleur et au développement du chômage

11L’approche des variations inter-régionales du taux de chômage et de son évolution est réalisée ici à partir de la situation observée au début de l’année 1992. C’est à cette époque que les taux de chômage mesurés au niveau des régions et des districts étaient les plus différenciés – du moins en ce qui concerne les Pays Tchèques. Tous les indicateurs du chômage ont été recalculés sur la base de la population résidente économiquement active, à partir des premières données du recensement du 3 mars 1991. Par conséquent, ils ne sont pas déformés par l’influence des migrations de travail et diffèrent des données fournies dans les statistiques officielles et actuellement publiées dans la presse et les ouvrages s’intéressant au problème. Ceci ne joue un rôle important qu’au niveau micro-régional, c’est-à-dire celui des districts : les migrations de travail, en particulier, mais aussi le fait que les travailleurs licenciés soient recensés sur leur lieu de résidence permanente, modifient considérablement les taux de chômage dans plusieurs districts. Les plus fortes distorsions apparaissent dans les régions affectées par d’intenses migrations de travail, c’est-à-dire là où les lieux d’emploi sont les plus dissociés des lieux de résidence.

12Si nous insistons ainsi sur ce qui peut sembler n’être qu’un détail, c’est que cette situation entraîne des conséquences politiques particulières. Si l’on s’en tient aux données faussées, le plus fort taux de chômage recensé sur le long terme apparaît dans le district de Cadca. C’est un district qui appartient à la région regroupant une bonne partie des effectifs nationalistes et où furent recrutés les principaux partisans d’un État Slovaque indépendant mais aussi les opposants à une réelle réforme économique. En fait, nos données corrigées montrent que c’est Velky Krtis qui détient la première place alors que les données officielles ne le placent qu’entre le quinzième et le vingtième rang parmi les 38 districts slovaques.

13Le tableau régional de ce développement récent du chômage est assez diversifié, mais il est difficile de retrouver une causalité entre son ampleur et la localisation des activités présentes en Tchécoslovaquie. On peut effectivement constater une accentuation du chômage en direction de l’Est et donc reconnaître l’influence évidente de la situation géographique, mais cette organisation générale est contredite par plusieurs exceptions.

  • 1 Klaus, du nom du Premier Ministre tchèque, économiste réputé pour ses vues ultra-libérales.

14Étrangement, le principe sur lequel reposent les différences régionales est plus évident dans les Pays Tchèques qu’en Slovaquie, pourtant bien plus touchée par le phénomène. Les districts et les régions manifestant les plus forts taux de chômage dans les Pays Tchèques, de l’ordre de 8 à 9 % au début de 1992 et de 5 à 6 % à la fin de l’année (cf. fig. 2 : Sumperk, Trebic, Bruntal, Vsetin, Pribam), ont tous une activité industrielle nettement orientée vers les secteurs qui ont manifesté les plus fortes chutes de production (métaux non-ferreux, constructions électriques, habillement et industrie du cuir), associée parfois à une forte activité dans les entreprises agricoles d’État. En Slovaquie, les plus forts taux de chômage coïncident certes toujours avec une importante activité agricole, mais touchent aussi les régions « à problèmes sociaux », à cause de la forte présence de Hongrois, et plus souvent encore de la forte présence de Tsiganes. Ceci explique aussi dans une certaine mesure pourquoi les deux républiques ont montré en début d’année 1992 une intensité similaire de la variation spatiale du chômage (mais avec des taux initiaux, eux, très différents) : l’écart inter-départemental maximal représente 8,5 % en Bohême et 10,9 % en Slovaquie. Mais avec le temps, la situation s’est notablement modifiée. Alors que dans les Pays Tchèques le recul général du chômage, relativement prononcé (de l’ordre de 40 % à la fin août, cf. fig. 3), concernait tous les districts sans exception et atténuait sensiblement les différences régionales (écart de 6 % entre le taux le plus faible et le taux le plus fort), en Slovaquie, où le chômage ne diminuait en moyenne que de 14,4 %, l’écart interdépartemental s’accentuait au contraire (14,6 %). L’explication d’une telle différence entre les deux républiques pour ce qui est de l’ampleur et du type de chômage est une nouvelle fois délicate. Mais on peut s’approcher de manière indirecte de la vérité en s’appuyant sur les arguments des représentants slovaques, politiciens et économistes qui, prenant en compte les spécificités régionales du pays, attribuent le chômage à un plus fort impact de la réforme économique « Klaus »1, considérée comme non adaptée pour la Slovaquie. Concrètement les arguments slovaques qui soulignent les particularités de leur pays par rapport aux Pays Tchèques, sont les suivants :

  1. une plus grande dépendance de la Slovaquie vis à vis de l’ancien COMECON et de l’Union Soviétique ;
  2. une plus grande part de la production consacrée aux matières premières et aux produits semi-finis et, par suite, une plus faible part dans la production finale ;
  3. une plus forte présence de l’industrie d’armement en Slovaquie, atteinte par la reconversion imposée.

Figure 2 : LE TAUX DE CHÔMAGE DES DISTRICTS TCHÉCOSLOVAQUES EN JANVIER 1992

Figure 2 : LE TAUX DE CHÔMAGE DES DISTRICTS TCHÉCOSLOVAQUES EN JANVIER 1992

Source : J. TOMES

15Mais on peut facilement émettre des doutes sur la capacité de ces facteurs à expliquer l’inégal développement du chômage, et même réfuter de telles argumentations :

161) selon les statistiques officielles, la proportion de la production slovaque exportée dans les années 1980 vers les pays de l’ancien bloc socialiste était inférieure de 0,3 % à la proportion relevée dans le cas des Pays Tchèques ;

Figure 3 : ÉVOLUTION DU CHÔMAGE DANS LES DISTRICTS TCHÉCOSLOVAQUES DE JANVIER A AOÛT 1992

Figure 3 : ÉVOLUTION DU CHÔMAGE DANS LES DISTRICTS TCHÉCOSLOVAQUES DE JANVIER A AOÛT 1992

source : J. TOMES

172) selon le rapport de l’Institut Economique de l’Académie des Sciences Tchécoslovaque s’appuyant sur les données du Bureau Fédéral des Statistiques, la structure de la production finale des deux républiques était pratiquement équilibrée à la fin des années 1980. De plus, dans les conditions actuelles, l’exportation des matières premières et des produits semi-finis, en particulier vers les pays capitalistes avancés, est nettement plus facile que pour les produits finis ;

183) on ne peut nier un plus grand poids de l’industrie d’armement dans la structure industrielle slovaque ainsi que dans sa production. Mais il est surprenant que les districts abritant la plus grande part de l’industrie militaire (Martin, Zvolen et Povazska Bystrica) ne sont pas ceux qui présentent les plus forts taux de chômage en Slovaquie début 1992. Le plus gros pôle de l’industrie d’armement, Martin, n’a même enregistré sur le long terme que le deuxième ou au pire le troisième plus bas taux de chômage ; de même Zvolen n’atteint que le septième ou huitième rang et Povazska Bystrica le neuvième alors que la Slovaquie compte 38 districts.

19Toutefois, si ceci démontre que l’argumentation des séparatistes slovaques est insuffisante, les causes de l’inégal développement du chômage dans les Pays Tchèques et en Slovaquie ne sont pas pour autant mises à jour. En fait, notre propre analyse dont la portée dépasse le cadre du présent article, ainsi qu’une connaissance pratique du problème nous a conduit aux conclusions suivantes. La grande différence entre les Pays Tchèques et la Slovaquie en matière de chômage résulte de la combinaison (« effet synergique ») de plusieurs facteurs. Nous citerons ici les plus importants :

201) comme nous l’avons déjà souligné, il existe des différences d’un État à l’autre dans les textes législatifs relatifs à l’emploi ainsi qu’à l’indemnisation du chômage ;

212) comparée à la répartition de la population active dans les Pays Tchèques, celle de la Slovaquie, privilégie davantage le secteur agricole aux dépens des services ;

223) les Pays Tchèques, et plus particulièrement la partie occidentale, bénéficient de la situation géographique de loin la plus avantageuse en termes de proximité avec les partenaires économiques et commerciaux les plus importants du moment, l’Allemagne notamment. En témoignent, entre autres choses, le plus fort développement du tourisme et l’importance des migrations de travail avec l’Allemagne et l’Autriche sur les bordures frontalières. En Slovaquie, seule Bratislava peut tirer avantage de sa situation. Le même phénomène se retrouve en Hongrie nationalement et culturellement homogène, où les régions occidentales qui bordent l’Autriche présentent des taux de chômage presque trois fois moindres que ceux relevés dans les périphéries géopolitiques orientales.

Figure 4 : L’ACTIVITÉ DES ENTREPRENEURS PRIVÉS DANS LES DISTRICTS TCHÉCOSLOVAQUES (FIN 1991)

Figure 4 : L’ACTIVITÉ DES ENTREPRENEURS PRIVÉS DANS LES DISTRICTS TCHÉCOSLOVAQUES (FIN 1991)

Source : J. TOMES

234) on constate que dans les Pays Tchèques l’activité des entrepreneurs privés est nettement plus importante qu’en Slovaquie (ceux-ci représentaient fin 1991 19,3 % de la population active en république Tchèque contre 11,8 % seulement en république Slovaque, cf. fig. 4). Cette situation a été favorisée par une restitution plus poussée de la propriété et par le fait qu’avant-guerre les Pays Tchèques faisaient partie des pays les plus développés.

245) les facteurs mentionnés en 2 et 3 accentuent sensiblement l’attractivité des Pays Tchèques par rapport à la Slovaquie et contribuent à attirer préférentiellement les capitaux étrangers : 80 % de l’investissement étranger est réalisé dans les Pays Tchèques ;

256) 30 à 40 % des demandeurs d’emploi ou, plus exactement, des candidats à l’allocation chômage inscrits dans les agences pour l’emploi ne cherchent absolument pas à trouver un vrai travail ; beaucoup d’entre eux, même une fois radiés des listes se contentent de l’allocation d’assistance donnée ultérieurement. On peut là encore argumenter de façon indirecte. On a enregistré des cas où, même dans les secteurs présentant les plus forts taux de chômage (soit 18 à 20 % à Bardejov et dans d’autres départements de la Slovaquie Orientale), la main-d’œuvre devait être embauchée à l’étranger (essentiellement en Ukraine) car la population locale n’était pas disposée à accepter les travaux dans les conditions proposées. Le problème s’est aussi bien sûr posé dans les Pays Tchèques, mais avec la plus forte concentration de Tsiganes en Slovaquie il y a pris une toute autre ampleur.

26Si l’on souligne avec tant d’insistance les aspects politiques de la question, c’est que le chômage est devenu le principal argument des séparatistes slovaques et des adversaires de la réforme économique pour prendre en compte les spécificités slovaques et imposer leur propre troisième voie de développement. On pourrait dire, en exagérant à peine, que s’il n’y avait pas eu cette différence vis à vis du chômage, ces responsables n’auraient guère su comment justifier leur position à l’égard d’une réforme qui n’est bonne, à leurs yeux, que pour les Tchèques.

Les dimensions régionales du chômage structurel

27Il existe des différences notables entre les structures du chômage en Pays Tchèques et en Slovaquie, surtout à plus grande échelle. On reconnaît généralement que le chômage structurel des Pays Tchèques obéit davantage à des paramètres de type occidental qu’en Slovaquie où d’ailleurs les écarts à la moyenne sont plus importants. C’est particulièrement vrai en ce qui concerne la structure par sexe du chômage. Dans les Pays Tchèques, la proportion de femmes dans l’effectif total d’actifs ne cesse de croître (56 % en janvier, 60 % en août) alors qu’en Slovaquie la tendance est inverse (51 % en janvier, 49 % en juin et 50 % en septembre). La régionalisation du chômage des hommes et des femmes est aussi plus homogène dans les Pays Tchèques qu’en Slovaquie. Dans le premier cas, seul le district de Jablonec nad Nisou, caractérisé par une sur-représentation des industries textile et du verre, présentait jusqu’à peu un plus fort chômage masculin. Mais en Slovaquie le nombre de districts manifestant ce type de profil est plus important et oscille de 5 à 10 selon la date. Dans le district de Bardejov, la proportion de chômeurs était en juin de 17,5 % pour les hommes et de 1,3 % pour les femmes, ce qui est presque unique en Europe. Une telle situation n’apparaît en fin de compte qu’en Grande-Bretagne et provisoirement aujourd’hui en Finlande.

Figure 5 : PROPORTION DE CHÔMEURS DONT LE NIVEAU D’ÉTUDE NE DÉPASSE PAS L’ENSEIGNEMENT PRIMAIRE (niveau district)

Figure 5 : PROPORTION DE CHÔMEURS DONT LE NIVEAU D’ÉTUDE NE DÉPASSE PAS L’ENSEIGNEMENT PRIMAIRE (niveau district)

Source : J. TOMES

Figure 6 : CHÔMEURS ET EMPLOIS VACANTS DANS LES DISTRICTS TCHÉCOSLOVAQUES EN AOÛT 1992

Figure 6 : CHÔMEURS ET EMPLOIS VACANTS DANS LES DISTRICTS TCHÉCOSLOVAQUES EN AOÛT 1992

Source : J. TOMES

28Le chômage chez les jeunes de moins de 25 ans est par contre beaucoup plus variable dans les Pays Tchèques qu’en Slovaquie. Dans cette classe d’âge, l’écart entre les taux de chômage minimum et maximum atteignait en janvier 1992 22,3 % dans le premier cas et seulement 19,3 % dans le second. D’autre part, relativement aux pays d’Europe Occidentale, on relève ici une autre particularité : la classe d’âge des 25-39 ans, soit celle des actifs les plus productifs, représente une large part de l’effectif total des chômeurs, surtout en Slovaquie (46 % des chômeurs contre 40 % dans les Pays Tchèques).

29Seule la répartition géographique des chômeurs considérés selon leur niveau d’étude s’exprime de façon logique et attendue (cf. fig. 5). Les districts les plus en difficulté, avec une forte présence des Tsiganes et où s’accumulent tous les problèmes sociaux – c’est-à-dire les départements du Nord de la Bohême et ceux de la Slovaquie orientale –, sont caractérisés par une forte proportion de chômeurs dont le niveau d’étude ne dépasse pas, au mieux, celui de l’enseignement primaire. Quant aux personnes issues de l’enseignement supérieur, elles ne représentent une part importante des chômeurs qu’à Bratislava (27 %) et à Prague (19 %).

30La durée du chômage est un indicateur des plus importants qui, ici, distingue à nouveau profondément les Pays Tchèques de la Slovaquie. Tandis que dans les Pays Tchèques la proportion de chômeurs de longue durée (sans travail depuis plus de 6 mois) ne dépasse 50 % que dans un seul district au début de 1992 et que la proportion moyenne n’atteint que 29,5 % pour l’ensemble de la république, 26 districts sont dans ce cas en Slovaquie sur les 38, ce qui amène la proportion moyenne de la république à 53 %.

31Mais l’opposition la plus frappante qui existe entre les deux républiques repose sur l’inégale offre d’emplois vacants (cf. fig. 6). En première analyse, on peut dire qu’en Slovaquie, Bratislava exceptée, il n’existe pratiquement pas d’emplois libres, ce qui n’a rien de surprenant. Dans les Pays Tchèques, l’offre et la demande sont, dans une certaine mesure, équilibrées sur le marché du travail (en août 1992, le nombre de chômeurs ramené au nombre d’offres d’emplois s’élevait à 1,5... mais atteignait 18 en Slovaquie). Il y a bien sûr de nettes différences régionales à l’intérieur même des Pays Tchèques et la mobilité de la main-d’œuvre est toujours très limitée en raison de la non-adoption de la loi sur le logement (il n’y a toujours pas de réel marché libre du logement). La plus grosse offre d’emplois libres apparaît logiquement à Prague (plus de 20 000 postes à pourvoir pour 2 000 chômeurs), mais un suremploi manifeste existe aussi en Bohême occidentale et ailleurs.

32A partir des différentes analyses menées jusqu’alors, il est maintenant possible de donner un aperçu synthétique plus ou moins précis de la différenciation régionale du chômage dans une Tchécoslovaquie se désagrégeant. Dans les Pays Tchèques, il est déjà (ou encore) possible de distinguer des régions qui, grâce à une situation géographique avantageuse, à l’importance du secteur des services et à un climat entrepreneurial et politique plus propice, bénéficient de conditions favorables à une évolution sociale et économique relativement indolore et exempte de conflits. En Slovaquie, par contre, on peut identifier avec certitude des régions en profond déclin et qui auront à affronter de graves problèmes économiques et sociaux dans l’avenir.

33Les districts en situation frontalière avec la Hongrie ainsi que la Slovaquie Orientale, notamment, devraient être l’objet d’une attention toute particulière et susciter une politique régionale spécifique. Mais ceci dépend désormais du nouveau gouvernement slovaque et, par conséquent, on peut craindre que ces régions ne soient aidées qu’avec peu d’enthousiasme.

Conclusions et perspectives

34Les données analysées ici et la connaissance que l’on a actuellement du phénomène ne peuvent être considérées comme stables car, comme nous l’avons montré, l’ampleur et l’expression du chômage en Tchécoslovaquie ne correspondent pas à une situation normale où l’économie fonctionnerait selon les mécanismes du marché : il s’agit plutôt d’une période de transition. Dans ces conditions et dans l’optique d’une plus grande prospérité, il est indispensable de faire attention à toute une série de facteurs qui auront certainement tendance à tirer nettement vers le haut le taux de chômage jusqu’alors relativement faible.

  1. La partition de la Tchécoslovaquie. Même si elle doit se produire sans heurts, c’est-à-dire selon des accords et avec la totale satisfaction des deux parties, cela occasionnera une disparition progressive d’une partie des relations entre l’offre et la demande, dans l’hypothèse où la concrétisation des réformes économiques s’effectuerait selon des approches foncièrement différentes, ce qui ne manquerait pas d’exacerber incertitudes et méfiances réciproques. Etant donné que l’économie slovaque est plus fortement dépendante des marchés situés dans les Pays Tchèques que l’inverse, on peut supposer que de plus graves problèmes d’emploi se poseront en Slovaquie. Géographiquement parlant, cette évolution entraînera probablement, et entre autres choses, une coopération accrue de la Slovaquie avec l’Ukraine d’une part, des Pays Tchèques avec la Pologne d’autre part.
  2. La poussée démographique. D’ores et déjà, les forts effectifs nés au milieu des années 1970 arrivent sur le marché du travail ; ils sont surtout slovaques. Aussi les plus jeunes seront-ils les plus menacés par le chômage.
  3. La dérèglementation des salaires. Quel que soit le moment où elle interviendra, elle sera suivie par un accroissement du taux de chômage dans le contexte tchécoslovaque.
  4. La complète libéralisation des prix des combustibles et des sources d’énergie s’accompagnera, dans un certain nombre d’entreprises, d’une limitation voire d’un arrêt de la production. En ce domaine, compte tenu de la vétusté et de la « dévalorisation » de l’industrie, les pires effets, exprimés avec de forts contrastes régionaux, sont à attendre dans les Pays Tchèques.
  5. La mise en application des nouvelles lois « écologiques » devrait entraîner soit la liquidation de secteurs de production incompatibles avec les nouvelles normes soit, du moins, une élévation des coûts de production et par conséquent une chute de l’emploi.
  6. La sélection des entreprises productives par les aides publiques puis par l’adoption finale de la loi sur les faillites. D’ores et déjà, quelques 200 firmes de taille moyenne à grande sont proches de la faillite...
  7. Les transformations successives de l’agriculture, dépendant principalement de la diminution progressive des subventions, conduiront à un fort délestage de main d’œuvre à reconvertir.
  8. La grande privatisation. C’est la plus importante opération engagée par la réforme économique : ses premiers résultats (les premiers propriétaires apparaissent déjà) amèneront immédiatement une chute des coûts de production et donc des licenciements. Mais, par ailleurs, le développement d’activités commerciales libres et florissantes peut laisser attendre une création d’emplois qui s’effectuera, dans un premier temps, selon de profonds contrastes régionaux.

Bibliographie

Bibliographie

ARMSTRONG (H.), TAYLOR (J.), 1985, Régional Economies and Policy (Economie et politique régionale), Philip Allan, Londres, 340 p.

CLOUT (H.D.), 1987, Régional Development in Western Europe (Aménagement régional en Europe Occidentale), David Fulton, Londres, 3° édition, 453 p.

CAPEK (A.), 1992, La soi-disante spécificité de l’économie slovaque, Politicka Ekonomie, Prague, 2, pp. 212-222.

DUBSKA (D.), STROSOVA (Ch.), 1991, Connexions régionales de la réforme économique en RFTS, Institut central de recherche en économie nationale (publication interne), Prague.

EMPLOYMENT OBSERVATORY, Central & Eastern Europe, N.1, N.2.

Notes

1 Klaus, du nom du Premier Ministre tchèque, économiste réputé pour ses vues ultra-libérales.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : ÉVOLUTION DU CHÔMAGE DE DÉCEMBRE 1990 A SEPTEMBRE 1992
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25770/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Figure 2 : LE TAUX DE CHÔMAGE DES DISTRICTS TCHÉCOSLOVAQUES EN JANVIER 1992
Crédits Source : J. TOMES
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25770/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Figure 3 : ÉVOLUTION DU CHÔMAGE DANS LES DISTRICTS TCHÉCOSLOVAQUES DE JANVIER A AOÛT 1992
Crédits source : J. TOMES
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25770/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 4 : L’ACTIVITÉ DES ENTREPRENEURS PRIVÉS DANS LES DISTRICTS TCHÉCOSLOVAQUES (FIN 1991)
Crédits Source : J. TOMES
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25770/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Figure 5 : PROPORTION DE CHÔMEURS DONT LE NIVEAU D’ÉTUDE NE DÉPASSE PAS L’ENSEIGNEMENT PRIMAIRE (niveau district)
Crédits Source : J. TOMES
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25770/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Figure 6 : CHÔMEURS ET EMPLOIS VACANTS DANS LES DISTRICTS TCHÉCOSLOVAQUES EN AOÛT 1992
Crédits Source : J. TOMES
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25770/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

Auteur

Chercheur de l’Académie Tchèque.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search