Version classiqueVersion mobile

Transition, fragmentation, recomposition

 | 
Violette Rey

Transition, fragmentation, recomposition, à propos de la Tchéco-Slovaquie

Du verdict des évènements à des problématiques géographiques

Violette Rey

Texte intégral

« La crise la plus aiguë éclate dès le lendemain de l’indépendance (1920). On se trouve soudain en présence de tant de possibilités variées et, du même coup, de tant de tentations que notre vie se révèle incapable de résister à ce vent nouveau. »
J. Patocka, La culture tchèque en Europe, 1939

  • 1 La nouvelle dénomination la plus usitée depuis 1993 est en fait Ceská Republika, surtout sous sa fo (...)

1En 1990 il y avait la République de Tchécoslovaquie ; puis vint la période de la République tchéco-slovaque ; et depuis le 1er janvier 1993 il y a la République tchèque, Cechy, et la République slovaque, Slovensko1. Voilà ce qu’est en premier lieu et spécifiquement la transition de sortie du communisme pour la société vivant sur l’ancien territoire de la Tchécoslovaquie. La transition est ici une fragmentation territoriale pacifique, de nature politique, et inattendue semble-t-il par la majorité de la population, qui d’ailleurs ne fut ni invitée à donner son avis par un vote démocratique, ni ne se mobilisa en grandes manifestations pour s’y opposer.

2Sur cette question extrêmement complexe et multidimensionnelle, nous proposons quelques pistes de compréhension géographique ; car c’est une des faces du dossier, puisque l’évènement de nature politique opère une fragmentation territoriale et implique des remises en question dans l’organisation des espaces. Les dynamiques spatiales antérieures sont modifiées, certaines bloquées, d’autres valorisées. La forme territoriale de la rupture, sa localisation au centre de l’Europe, ses essais antérieurs mêmes soulèvent des questions fondamentales sur l’intégration et les discontinuités géographiques, tout comme sur les mécanismes d’auto-organisation territoriale dans lesquels les sociétés sont impliquées.

Transition, fragmentation, une bifurcation de l’Europe de l’entre-deux

3Situer la fragmentation tchéco-slovaque dans ses repères d’espace-temps et même dans une logique formelle permet un premier éclairage d’encadrement qui n’ôte en rien la singularité de l’expérience vécue par chaque collectivité humaine ni n’exclut la contingence historique.

4Une première question arrête les consciences : comment une telle séparation en deux États et deux territoires a-t-elle pu avoir lieu sans être massivement réclamée ? Le paradigme de la dynamique des systèmes peut fournir un cadre d’intelligiblité à cette étrangeté, à cette « bifurcation » inattendue, non souhaitée et non préparée. Des phénomènes de ce genre apparaissent dans des contextes « loin de l’équilibre » ; une fluctuation modeste peut alors entraîner une réelle bifurcation, c’est-à-dire un changement d’état et une nouvelle trajectoire, sans retour à la trajectoire tendancielle antérieure. On discerne ici aisément ce qui représente la situation loin de l’équilibre, avec le contexte de crise produite par la disparition du système soviétique ; dans la transition qui s’en suit, des tensions politiciennes entre certains dirigeants tchèques et slovaques tiennent ce rôle de fluctuations modestes et néanmoins décisives, puisqu’on découle la séparation politique et l’apparition de deux États, appelés à suivre des trajectoires encore inédites. Cette proposition formelle de la lecture de ce qui « aurait pu ne pas avoir lieu » (la séparation) n’est pas contredite si l’on attire l’attention sur des signes avant-coureurs, préparatoires de la séparation. Disons plutôt que la fluctuation s’est transformée en bifurcation parce qu’existaient des structures alternatives suffisamment cohérentes pour la capter et la convertir. En effet il y avait cette singulière fédération à deux unités seulement, née dans la foulée de la répression du Printemps de Prague (1968) ; à peine perçue à l’extérieur du pays, elle fut reçue avec beaucoup de réserves à l’intérieur. Vingt ans durant elle a fonctionné en combinant au moins deux ordres de réalités ; d’une part celle d’une fédération « fantoche », parce que les décisions essentielles étaient prises par un parti communiste resté centralisateur de mentalité et soviétique d’obédience ; d’autre part celles de pratiques locales plus auto-centrées, avec en particulier le développement vigoureux de l’identification slovaque. On peut mettre au compte de cette dernière la publication de V Atlas de la Slovaquie (1983), ouvrage très complet mais exclusivement centré sur le territoire d’un des deux membres de la fédération.

5Insérée dans le XXe siècle, cette fragmentation apparue au moment de la transition post-communiste marque la fin d’une expérience politique, qui n’aura duré que trois quarts de siècle (1918-1993), et l’échec d’une tentative pour constituer un seul Etat, là où existaient séculairement deux groupes distincts de peuples slaves occidentaux, deux territoires, deux destins historiques – la Bohême – Moravie rattachée à la tutelle autrichienne depuis le début du XVIe siècle et la Slovaquie rattachée au Royaume de Hongrie depuis le XIIe siècle (fig. 1). Alors dans quelle mesure ne faut-il pas remettre en question le terme de fragmentation, moins adapté qu’il n’y parait pour définir le phénomène ?

6C’est en cela que le phénomène de rupture tchéco-slovaque se rattache à un ensemble de processus propres à un espace d’entre-deux, ici l’Europe de l’Entre-Deux. Le concept « d’entre-deux » permet de coordonner trois catégories de propriétés qui, réunies, définissent un mode d’interaction spécifique et un type de système spatial (Rey, 1992, 1994). La première catégorie de propriétés correspond à une situation géographique où entrent en contact des forces dont les points d’origine lointains sont hors de l’aire et dont la vigueur d’effet contrecarre les capacités endogènes d’organisation. À cette catégorie il est aisé de rattacher le caractère toujours externe de l’association des deux espaces tchèque et slovaque. Pour le seul XXe siècle ce fut le rôle des vainqueurs de la Première Guerre mondiale soutenant le principe de l’union (Constitution de 1920 et soutien particulier des politiciens français), puis celui des vainqueurs de la Seconde Guerre avec le poids de l’URSS ; mais à chaque relâchement d’influence la fragilité de l’association éclate, tandis que les forces endogènes, affaiblies par les longues pressions antérieures, tâtonnent pour construire avec peu de moyens leur modèle propre. La seconde catégorie de propriétés d’entre-deux tient à un rôle de situation de « passage », de lieu « d’apparition et d’initiation » de nouveautés et de changements, dont les effets se développeront ailleurs parce que les conditions d’épanouissement y sont plus favorables. À cette catégorie on rattache aussi bien l’initiale Réformation du catholicisme avec le mouvement de Jean Hus, dont un siècle plus tard l’épanouissement sera hors de Bohême, que depuis le XIXe siècle l’impossible succès d’implantation du modèle occidental de la Nation-État. On a cru la Nation-État équivalente au modèle occidental de l’État-Nation, alors qu’il en est l’impossible symétrique : la cohésion nationale, en précédant une organisation étatique non impériale, bloque l’intégration des groupes allochtones. En cette dernière décennie du XXe siècle une fragmentation/recomposition des cellules étatiques démarre dans « feu l’Europe de l’Est » ; et l’on peut s’interroger jusqu’où l’Occident de l’Europe sera affecté ou épargné par la diffusion de ce phénomène européen que l’on peut considérer « nouveau, innovant », parce qu’il rompt avec la double tendance de la période antérieure de reconnaissance de l’intangibilité des frontières et de coalescence pluri-ethnique. Nul ne connaît la réponse à ce mouvement né dans l’Europe de l’Entre-Deux ; au mieux peut-on espérer qu’il aura aidé à trouver de nouveaux modèles d’articulation entre la conscience nationale et la gestion politique territoriale, pour une Europe beaucoup plus riche de Nations que d’États. Une troisième catégorie de propriétés d’entre-deux s’inscrit dans l’expérience du temps et de la durée, laquelle opère principalement sur le mode du recommencement et de la répétition cyclique, ce qui contrecarre le processus d’accumulation et ne laisse jamais suffisamment de temps pour que s’enclenchent irréversiblement des processus d’intégration. Là encore l’expérience du recommencement est familière aux populations qui habitent l’espace tchéco-slovaque, jusques et y compris dans la quasi obligation économique dans laquelle elles se trouvent maintenant de reconsidérer leurs rapports avec le monde germanique immédiatement voisin, redevenu leur premier interlocuteur et investisseur (fig. 2). Ainsi en est-il de l’entre-deux...

Figure 1 : MUTATIONS TERRITORIALES TCHÉCOSLOVAQUES

Figure 1 : MUTATIONS TERRITORIALES TCHÉCOSLOVAQUES

Source : André & Jean SELLIER, Atlas des Peuples d’Europe Centrale

Figure 2 : LES PAYS TCHEQUE ET SLOVAQUE ENTRE DEUX EUROPE

Figure 2 : LES PAYS TCHEQUE ET SLOVAQUE ENTRE DEUX EUROPE

Fragmentation, discontinuité, soi et l’autre

7Cette séparation comme aboutissement de soixante-quinze ans d’agrégation, ou bien, cette greffe qui n’a pas pris entre pays tchèques et pays slovaques, fait apparaître d’autres dilemmes et paradoxes.

8Le dilemme d’identification touche à la préférence d’appartenance, au sentiment de soi et de l’autre. Lors de la création de l’Etat unitaire de Tchécoslovaquie, l’enjeu mis en avant fut celui de l’émancipation des deux tutelles politiques antérieures, de l’Autriche et de la Hongrie. Et quoiqu’il en fut des tensions entre les élites slovaques et tchèques, c’est la slavité occidentale commune, l’unité des peuples de même rameau linguistique face à l’influence germanique qui l’a emporté. Néanmoins cette unité politique très neuve n’a pas véritablement nourri l’émergence d’une identification nouvelle et originale, qui se serait définie « tchécoslovaque », dans la mesure où ont été distinctement conservées les consciences de nationalité « ethnique » par rapport à la conscience de citoyenneté. Ni l’une ni l’autre des élites nationales n’a réellement joué la carte de cette nouvelle citoyenneté possible. Le rappel des évolutions démographiques spécifiques de chaque communauté depuis un siècle donne en contrepoint certains repères pour réfléchir à ce problème très complexe de l’identification, avec le glissement possible ou improbable d’une identification à une autre.

9Au cours du XXe siècle il y a eu inversion des polarités démographiques entre les deux composantes tchèque et slovaque (fig. 3-4). Jusqu’à la Première Guerre les populations de Bohême-Moravie qui présentent un très fort dynamisme, facilité par de meilleures conditions d’hygiène et une situation de plein emploi liée à l’expansion industrielle, expriment de plus en plus leur identité par rapport aux populations allemandes ; à la même période les populations slovaques totalement rurales et agricoles cumulent forte mortalité et émigration en Amérique. C’est un décalage dans le phénomène de la transition démographique qui va inverser les dynamiques : l’accroissement naturel de la partie occidentale se tasse beaucoup plus vite et plus fort que celui de la partie slovaque ; le blocage de l’émigration lointaine sous le régime socialiste renforce également le poids relatif slovaque. Une telle modification des effectifs relatifs ne peut rester sans influence sur les consolidations d’identification et sur les volontés d’appartenance, surtout quand elle se produit au moment même de la mutation politique majeure de l’accès à la pleine indépendance : un raidissement d’autoprotection ou au contraire une plus grande confiance en sa propre identité peuvent en découler.

10Le paradoxe de l’intégration touche d’encore plus près la construction territoriale tchécoslovaque. Tout pouvoir étatique soucieux de sa durée tente d’organiser et de gérer le territoire afin que chaque sous-ensemble régional se sente solidaire du tout. Il va donc agir de telle sorte qu’homogénéisation et intégration, par leurs effets agrégeants l’emportent sur les mouvements inverses de différenciation et de discontinuités porteurs de fragmentation. Dans le cas du nouvel Etat tchécoslovaque la tâche était immense en 1918, comme en 1945 : il s’agissait de relier deux unités qui furent séculairement gérées soit par Vienne, soit par Budapest, et à partir de Prague très excentrée à l’ouest d’un territoire étiré en longueur ; il s’agissait de réduire les très criantes disparités de condition et de niveau de vie, de niveau de formation entre pays tchèques et Slovaquie ; il s’agissait en outre après 1945 d’organiser un renversement complet des flux au profit du nouvel ancrage exclusif vers l’URSS. Tâche immense et résultat non moins grand, quand on mesure l’ampleur des rapprochements de niveaux de vie, l’extension des réseaux de desserte et la généralisation des flux internes. En termes quantitatifs d’indices économiques et sociaux, l’intégration entre les différentes parties du territoire étatique ne fut globalement sans doute jamais aussi forte qu’en la décennie 80, laquelle s’est terminée par la rupture ! Cet aboutissement paradoxal renvoie au questionnement sur l’intégration symbolique, restée elle beaucoup plus faible, et peut-être progressivement de moins en moins souhaitée par un effectif croissant de population. Beaucoup du fonctionnement politico-territorial sous le socialisme conduisait à un simulacre d’intégration et à l’affaissement des forces de cohésion, selon deux mécanismes. D’une part la manipulation du sentiment d’identification au service d’un patriotisme pour l’Etat socialiste et la cause prolétaire internationale a consolidé en profondeur le besoin d’un enracinement à l’identité antérieure. De l’autre la manipulation du « diviser pour régner » comme outil privilégié de tout pouvoir, et plus encore s’il est externe, a joué de ces deux réalités d’identifications nationales.

Figure 3 : ÉVOLUTION DES DENSITÉS 1869-1991. Un glissement à l’est du centre de gravité démographique

Figure 3 : ÉVOLUTION DES DENSITÉS 1869-1991. Un glissement à l’est du centre de gravité démographique

Source : RGP

Figure 4 : TAUX DE VARIATION DE LA POPULATION SUR QUATRE GÉNÉRATIONS (1869-1991)

Figure 4 : TAUX DE VARIATION DE LA POPULATION SUR QUATRE GÉNÉRATIONS (1869-1991)

11Aussi bien dans le déplacement des polarités démographiques que dans les modalités de l’intégration, le contact entre les pays tchèques et la Slovaquie est resté la ligne d’inflexion des phénomènes, et souvent la ligne de discontinuité. L’ancienne frontière politique d’avant 1918 a conservé maintes fonctions de filtre, de barrière, de rupture. Et même si la discontinuité spatiale s’est réduite, la conscience de son existence est demeurée. C’est ainsi qu’une ligne très concrète peut redevenir la pleine limite de nouveaux territoires politiques, dans lesquels à une échelle plus modeste vont tenter de s’affirmer les processus d’auto-organisation territoriale qui n’avaient pas réussi suffisamment au niveau de l’ensemble tchécoslovaque. Ces processus d’auto-organisation agissant à une échelle plus réduite devront gérer à l’intérieur deux types de contraintes spatiales nouvelles. D’une part, les effets rémanents de la construction spatiale tchécoslovaque précédente qui avait soudé beaucoup de liens ; de quelle manière ces effets interviendront-ils, freins ou liens, pour participer à ces configurations territoriales inédites ? De l’autre, les particularités attachées à un territoire petit mais porteur symbolique d’une totalité nationale étatique : un nouveau rapport entre le centre et ses parties, une reformulation de degré de centralisation/décentralisation du régime politique doivent être élaborés. La volonté de resubdiviser l’espace administratif en de très nombreuses petites unités est déjà manifeste ; il ne faut pas voir là seulement la volonté de supprimer les mailles du régime d’hier, ni même de réactiver la trame d’avant hier, mais aussi le besoin de manifester que le nouveau territoire contient une très large diversité, qu’il est comme l’expression d’un tout complet et complexe.

12À travers ces mécanismes on pressent le rôle de la temporalité propre à chaque classe de phénomènes géographiques dans la complexité globale de la construction/déconstruction des territoires. Or avouons que nous manquons encore beaucoup d’une connaissance systématique de ces temporalités partielles – celle des rythmes démographiques, celle des séquences économiques etc. – pour fonder un cadre interprétatif les intégrant avec cohérence.

Recompositions, auto-organisations, à quelles échelles ?

13Les contributions ici rassemblées s’inscrivent dans différentes perspectives théoriques, qui reflètent assez largement l’éventail des sensibilités présentes dans les sciences sociales – de la modélisation quantifiée à l’approche subjective du vécu et des comportements, en passant par des analyses « objectives » de marquages culturels. Et toutes partagent la même préoccupation d’identifier, de situer et d’évaluer des phénomènes qui contribuent à la différenciation géographique, afin de préciser comment s’entretiennent et/ou se renouvellent des différences concrètes, porteuses de mécanismes d’auto-organisation territoriale.

14Les recherches ont été faites entre 1990 et 1992, quand croissait la tension précédant la séparation politique. Les élections législatives de juin 1992 ont été le révélateur de ce qui s’était dessiné modestement aux premières élections libres de juin 1990. Dès ce moment-là aucun parti politique n’avait inscrit son assise électorale de manière « fédérale » sur l’ensemble du territoire ; chaque république de la fédération entrait dans la transition avec son système propre d’expressions politiques. En juin 1992 le parti libéral de V. Klaus l’emporte nettement en pays tchèques et le parti démocratique slovaque de V. Meciar en Slovaquie, l’un et l’autre dirigés par les deux premiers ministres en place : la séparation est en cours d’être consommée.

15La plupart des recherches ont été conduites par de jeunes chercheurs, qui laissent transparaître dans les commentaires leurs sensibilités et leurs préférences personnelles. Toutefois est respectée la rigueur scientifique élémentaire, qui repose sur la présentation de données objectivement contrôlables, à partir de sources soumises à un examen critique préalable. Les textes expriment cet énorme effet de contexte politique propre à la transition tchécoslovaque, avec le souci de repérer les émergences localisées, instables, aléatoires ou non, et dont seul l’avenir décidera si elles étaient racines du futur. Mais ces recherches se rattachent aussi à des programmes scientifiques définis dès avant 1990, sur les problématiques d’environnement et de qualité de la vie, sur les identifications territoriales et sur les méthodes d’analyse spatiale des discontinuités. Les textes sont regroupés en trois parties.

16La première partie traite de la transition économique sur l’ensemble du territoire tchécoslovaque, de la sortie de l’économie centralement planifiée en direction de l’économie de marché, avec le cas du chômage et celui de la « grande privatisation ». Ce sont les deux symptômes les plus spécifiques de ce moment-charnière entre deux systèmes, phénomènes à la fois complètement nouveaux pour tous les citoyens nés après la Seconde Guerre, et parfaitement significatifs de la direction économique dans laquelle s’engagent les deux nouveaux pays.

17Dans « La différenciation régionale du chômage... » J. TOMES souligne la dissymétrie initiale entre les pays tchèques moins touchés et la Slovaquie très atteinte, l’accentuation du phénomène en 1992 (poursuivie en 1993) et donc la rapide divergence d’évolution des deux pays. Au moment de la mise en place d’une première carte du chômage, établie sur les 118 districts, des associations significatives apparaissent qui n’excluent pas d’autres relations moins prévisibles. La liaison principale relève de situations sociales locales, en particulier là où existe une pathologie sociale caractéristique et connue, dans les régions ayant subi de fort traumatismes de peuplement (Sudètes) et/ou ayant de fortes présences tziganes. Par contre la relation souvent mise en avant dans le cas de la Slovaquie entre son fort taux de chômage et sa structure industrielle particulière (industries d’armement, de produits semi-finis) s’avère plus complexe et indirecte : les localisations des deux séries de phénomènes ne coïncident pas strictement.

18À la différence de la Hongrie et de la Pologne, déjà plus engagées dans l’internationalisation de leurs économies (joint-ventures) et dans des pratiques concurrentielles, l’Etat fédéral tchécoslovaque a conçu une méthode originale de dé-étatisation des entreprises : la vente de coupons-actions, avec une distribution initiale égale pour chaque citoyen adulte. Cette méthode à forte connotation sociale, fait même figure de modèle dont s’inspirent d’autres pays de l’Est. C’est donc « Les prémices de la Grande Privatisation » que présentent S. REHAK et V. REY. Partant d’une analyse des caractéristiques des 1491 grandes entreprises mises aux enchères, les auteurs dégagent des niveaux de participation de la part de la société. La différenciation des réponses est forte en fonction des secteurs d’activité, et plus encore selon les lieux : les Tchèques répondent davantage, et surtout les entreprises localisées en pays tchèques sont beaucoup plus sollicitées (80 % des demandes d’actions). À ce moment de la cassure du monolithe économique étatique, l’hypothèse est proposée que la géographie initiale de la privatisation dessine la configuration maîtresse de la répartition industrielle du futur.

19La première diffusion de ces deux manifestations majeures de la transition économique – le chômage et la grande privatisation – met en évidence à l’arrière-plan la dure règle du gradient de décroissance économique orienté d’ouest en est ; ce gradient spatial relève de mécanismes d’interaction de portée européenne, interprétable en terme de modèle « centre/périphérie ». La Bohême retrouve des avantages de situation géographique au voisinage de l’Allemagne dont ne bénéficie pas la Slovaquie.

20La seconde partie porte sur des phénomènes existants avant le changement de système et la fragmentation politique, et ils en éclairent certains fondements. Sont étudiées dans la durée les situations religieuses et les dynamiques migratoires. Apparaît alors la distorsion entre le temps social et le temps spatial, distorsion trop souvent négligée et source d’erreur dans les évaluations et la portée des évènements.

21P. DANEK traite des différenciations religieuses et ethniques, « La ré-apparition des frontières du passé... ». Sujet tabou sous le système socialiste qui avait supprimé la question sur l’appartenance confessionnelle des recensements, alors que c’était une question centrale de l’identification sociale antérieurement, la dimension religieuse redevient sollicitée pour toutes les interprétations sur les changements à l’Est. En effet le fait religieux est le type même de phénomène culturel de la très longue durée, susceptible de dormances puis de rejeux significatifs. La mise en perspective établie par P. Danek sur tout le XXe siècle montre des évolutions différenciées où se dessinent d’autres fragmentations sociales latentes concernant l’adhésion à différents systèmes de valeurs. Ainsi l’homogénéisation catholique acquise au début du XXe siècle (95 % en 1910), après trois siècles de contre-réforme active à effacer le mouvement hussite de la Bohême, s’est lentement effritée à partir du moment où la tutelle des Habsbourg a disparu (78 % en 1930) ; au recensement de 1991 les déclarations d’athéisme ont dépassé celles de l’appartenance au catholicisme (40 % contre 39 %) ; on retrouve là cette généralisation récente de l’incroyance religieuse qui caractérise l’Europe occidentale. Apparaît aussi une coupure transversale entre la Bohême du Nord plus athée et celle du Sud plus catholique, suggérant une relecture spatiale de la Réforme du XVIe siècle. À l’inverse relativement, la Slovaquie n’a guère de déclaration d’athéisme ; si fréquemment identifiée à la confession catholique, elle est religieusement plus diverse. Ainsi ethnicité et religion, associées en Europe centrale et orientale au point d’en paraître une spécificité de leurs sociétés, opèrent en fait selon deux modes différents en Tchécoslovaquie. En Slovaquie la conformité au modèle ethnico-religieux est restée, avec la minorité hongroise le plus souvent calviniste, et la minorité ukrainienne gréco-catholique ou orthodoxe. En pays tchèques l’homogénéisation ethnique du XXe siècle (élimination de la minorité allemande) s’est accompagnée d’une rediversification religieuse. Et, phénomène beaucoup plus surprenant et très nouveau, émerge une revendication de reconnaissance de l’ethnicité morave (1,3 millions, soit 33 % de la population de Moravie). Emergence et non pas renouveau, cette attitude s’inscrit précisément dans le processus de la transition/décomposition du système politique antérieur. Saisissant l’occasion du grand changement et utilisant le respect des minorités comme outil, cette attitude morave exprime la volonté de reprendre sa tradition de gestion locale autonome, antérieure à l’existence de l’Etat tchécoslovaque (1918), quand ne se justifiait pas le besoin de s’affirmer « face à Prague ».

22Sur une échelle de temps trentenaire, « La dynamique des migrations intérieures entre 1960 et 1990 » telle que l’observent N. CATTAN et C. GRASLAND pose la question de l’affaissement des relations sociales entre la Bohême et la Slovaquie à la fin de la période socialiste. La mobilité internationale étant alors quasiment bloquée, seules les migrations intérieures et l’inégal accroissement naturel interviennent dans l’évolution différenciée des densités et la formation de zones de concentration du peuplement et de zones de déprises. Dans les décennies suivant la Seconde Guerre sous le signe de l’industrialisation urbanisante, les très fortes migrations intérieures ont repeuplé les régions dont les Allemands furent chassés et ont assuré le développement des centres industriels. Déplacements des campagnes vers les villes, entre les régions, entre les catégories de villes, tous ces déplacements constituent la mobilité intérieure dont de nombreux travaux ont « décortiqué » les « lois naturelles » et modélisé les formes d’interaction. Partant de ces outils de modélisation les deux auteurs ont fait l’hypothèse que l’effet d’appartenance politique est un puissant facteur de modification des comportements et des trajectoires de migration ; ils ont conçu un modèle permettant de dissocier ce qui est simple effet d’interaction spatiale (modèle de gravité) et ce qui est effet d’interaction politique. Sur trente ans, et dans une tendance générale à la diminution de la mobilité, le modèle fait apparaître combien les migrations se sont rétractées de façon spécifique à l’intérieur de chaque sous ensemble politique – à l’intérieur de la Bohême d’un coté, et de la Slovaquie de l’autre – contribuant à une certaine divergence de contacts entre les deux territoires. Cette réorganisation autonome des flux participe ainsi au processus continu de recomposition des différences spatiales.

23La troisième partie touche au local, où se construisent les comportements sociaux élémentaires et où les individus définissent les cadres de leur territorialité au quotidien, par un jeu complexe d’adaptation, de résistance et d’innovation. Un tel niveau élémentaire d’analyse est d’une toute particulière importance en ce début de transition post-communiste quand sont rompus les carcans totalitaires, que les personnes retrouvent la possibilité de choisir librement leurs attitudes, et que naissent des entreprises privées.

24Dans son texte sur « transition et contextes géographiques : les campagnes tchèques », G. ZRINSCAK n’a pas pris la question sous l’angle habituel des études de cas – monographies de villages ou d’entreprises en début de transition – mais sous l’angle du contexte géographique, cet ensemble de conditions localisées – à la fois contraintes et atouts dont les nouveaux acteurs ruraux potentiels doivent tenir compte. Rappelons que la transition dans les campagnes c’est le passage souhaité de l’agriculture socialiste fondée sur les unités de production géantes et bureaucratiques et avec très forte parcellisation des tâches à une foule d’entreprises individuelles indépendantes, où l’esprit d’initiative et les compétences « spontanées » multiples – savoir faire agronomique, capacité de gestion, qualités commerciales... – doivent se substituer à l’obéissance aux ordres de production et de fonctionnement conçus et transmis par le Ministère. Néanmoins aucune précipitation n’a été enregistrée pour s’engouffrer dans la voie de l’agriculture privée et indépendante. Il est vite apparu clair que l’appât de la restitution du statut de propriétaire foncier ne suffit pas à faire naître un agriculteur ou un entrepreneur, en l’absence de moyens financiers pour construire une nouvelle unité économique et en l’absence d’insertion dans les réseaux de relations-informations. Dans un contexte global aussi lourd d’héritages et d’incertitudes, l’émergence ralentie de nouveaux agriculteurs traduit l’absence de réels modèles alternatifs auxquels ceux-ci pourraient se référer pour orienter leur démarche. Formuler une hypothèse de rationalité des comportements des futurs agriculteurs (rationalité déjà exprimée au niveau macro par la lenteur des réponses à la privatisation), c’est pour une part supposer qu’ils prendront en compte de façon décisive les potentialités des contextes géographiques locaux, dans lesquels ils devront nécessairement inscrire leur activité agricole. D’où l’analyse critique du contenu de ces contextes géographiques, pour lesquels sont prioritairement observés les niveaux de densités, le degré de pluriactivité et les types de structures foncières socialistes héritées. Tout porte à croire que la transition en milieu agricole et rural sera d’abord un phénomène de rapide redifférenciation spatiale, introduisant une nouvelle hétérogénéité entre les territoires locaux.

25Après une évaluation des contextes géographiques à l’intérieur desquels se construisent des attitudes et se déterminent des comportements, les deux dernières études traitent des perceptions des contextes eux-mêmes et de la structure potentielle des comportements spatiaux qui peuvent en résulter. L’observation porte sur les habitants-résidents d’un lieu caractérisé dont on caractérise les propriétés d’environnement immédiat ; les acteurs économiques individuels n’ont pas été sollicités. En effet l’initiative économique est une donnée comportementale si nouvelle qu’on en cerne à peine les contours, tandis que le rêve du meilleur lieu de résidence et son éventuelle réalisation était devenue une question de plus en plus vive sous l’ancien système, à cause de l’accélération de la dégradation de l’environnement. Rappelons que l’ampleur de la pollution et de l’altération de la qualité de la vie ont atteint une dimension exceptionnelle dans toute l’Europe centrale : sur les cartes européennes d’indicateurs de pollution l’épicentre est toujours quelque part entre la Bohême et la Silésie. Rien d’étonnant donc à ce que la problématique de l’environnement et de la qualité de la vie soit centrale pour de nombreux géographes tchèques et slovaques, et qu’une de leurs premières actions de scientifiques et de citoyens du post-communisme ait été l’élaboration d’un Atlas de l’Environnement (1992), conçu comme outil d’analyse pour la décision.

26Les enquêtes d’opinion, technique si nouvelle en Europe de l’Est et parée des atours de la liberté d’expression, ont été l’outil privilégié pour les analyses sur l’environnement. Les travaux de V. IRA, « L’environnement dans la perception de la qualité de la vie en région industrielle », et de D. KOLLAR « La perception de la qualité de la vie et le comportement spatial de la population rurale des environs de Bratislava » abordent frontalement les attitudes et les comportements des individus ; ils s’interrogent sur le degré de rationalité et d’adaptation éventuelle entre la manière de percevoir les lieux et les choix de résidence. Selon la structure des réponses il est possible d’apprécier les forces concourant à une différenciation/ségrégation spatiale et les forces contribuant à une répartition plus régulière de l’appréciation de la qualité de la vie. Dans la région minière d’Homa Nitra V. IRA reconstitue la perception de la qualité de la vie autour de trois constats : la santé vient en priorité, avant l’environnement ; les manifestations de la dégradation qui jouent directement sur la vie quotidienne – pollution de l’air et de l’eau – sont beaucoup mieux perçues que leurs causes ou que les manifestations à portée plus lointaine ; la perception d’un environnement dégradé induit une mobilité potentielle plutôt que des départs réels, dans la mesure où d’autres facteurs d’attachement local en contrebalancent les effets.

27Autour de la capitale slovaque Bratislava, dans les communes rurales qu’observe D. KOLLAR, « topophilie » et « topophobie » font d’abord apparaître l’importance majeure accordée au lieu natal et au réseau familial immédiat comme facteur de la qualité de vie (... et donc la propension à la stabilité de résidence), ainsi que la méfiance et le rejet de la grande ville. Les facteurs de plus en plus prisés, dans une perspective de mobilité résidentielle, sont ceux de la qualité d’un environnement naturel et non pollué, et d’un climat social tranquille... et de même composition ethnique : ils peuvent donc influencer les flux de mobilité résidentielle et façonner un espace social plus contrasté. Ceci révèle la complexité du phénomène de changement socio-spatial, pris entre des forces de maintien des configurations en place et des forces de mobilité potentielle.

28Transition, fragmentation, recomposition... dans une génération qu’en sera-t-il des deux Etats de Cechy et de Slovensko, si la reconnaissance de la discontinuité séculaire séparant le territoire slovaque et le territoire de Bohême-Moravie se consolide comme fait structurant incontournable ? Le retour aux enseignements de la logique formelle de la Dynamique des Systèmes nous rappelle que les conditions initiales du changement sont déterminantes pour façonner les modalités de la construction postérieure à une bifurcation. Alors connaître en profondeur les propriétés distinctes du système de la Slovaquie et du système de la Bohême-Moravie reste fondamental pour comprendre la suite de la transition.

Bibliographie

Bibliographie

Atlas of the Slovak Socialist Republic, 1983, Académie des Sciences, Bratislava.

Atlas of the Environment and Health of the Population of the C.S.F.R., 1992, Académie des Sciences, Brno.

BIBO (I.), 1986, Misère des petits États de l’Europe de l’est, (écrits de 1942 à 1948, traduits du hongrois), Paris, L’Harmattan, 462 p.

BRUNET (R.), 1967, Les phénomènes de discontinuité en géographie, CNRS, Mémoires et Documents, 110 p.

HAMPL (M.), GARDAVSKY (V.), KÜHNL (K.), 1987, Regionální struktura a vyvoj systému osidleni CSR (régional structures and development of the settlement System of the Czech socialist Republic), Prague, Université Charles, 250 p.

PATOCKA (J.), 1991, L’idée d’Europe en Bohême (écrits de 1938 à 1975, traduits du tchèque), J. Millon, 224 p.

REY (V.), 1991, La composante géographique dans une bifurcation systémique : le cas de l’Europe de l’Est, in Géographie et mutations politiques en Europe de l’Est, Société Royale Belge de Géographie, pp. 133-140.

REY (V.), 1992, L’Europe de l’Est, l’Europe de l’Entre-Deux, in Encyclopédie de la Géographie, Economica, pp. 827-840.

REY (V.), 1994, Temps piégé et espace géographique dans l’Europe de l’Entre-Deux, in Que fait le temps à l’affaire ?, Paris, L’Harmattan.

Notes

1 La nouvelle dénomination la plus usitée depuis 1993 est en fait Ceská Republika, surtout sous sa forme abrégée CR, et fort rarement Cechy (Bohême) ou Cesko (Tchéquie). Les termes « Bys Tchèques » et Slovaquie paraissent les expressions françaises les plus appropriées.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : MUTATIONS TERRITORIALES TCHÉCOSLOVAQUES
Crédits Source : André & Jean SELLIER, Atlas des Peuples d’Europe Centrale
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25755/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Titre Figure 2 : LES PAYS TCHEQUE ET SLOVAQUE ENTRE DEUX EUROPE
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25755/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Figure 3 : ÉVOLUTION DES DENSITÉS 1869-1991. Un glissement à l’est du centre de gravité démographique
Crédits Source : RGP
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25755/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Figure 4 : TAUX DE VARIATION DE LA POPULATION SUR QUATRE GÉNÉRATIONS (1869-1991)
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/25755/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search