Version classiqueVersion mobile

Le moment idéologique

 | 
Yves Citton
, 
Lise Dumasy

Chapitre 10

Balzac, Stendhal, les Idéologues et les sciences1

Claire Barel-Moisan

Texte intégral

  • 1 Cette recherche a été réalisée dans le cadre de l’ANR HC 19 (Histoires croisées au xixe siècle : hi (...)
  • 2 Georges Gusdorf, Les sciences humaines et la pensée occidentale, t. VIII, La conscience révolutionn (...)

1C’est sur une image à la fois émouvante et pathétique que Georges Gusdorf referme la somme qu’il a consacrée aux Idéologues, celle de Destutt de Tracy qui, à soixante-seize ans, vient visiter les barricades de juillet 1830, vêtu d’un habit à la française de l’Ancien Régime2. Derrière ce décalage symbolique du vieux philosophe avec son temps se dessine toute la difficulté de la réception posthume des Idéologues, leur oubli et l’effacement progressif de leurs traces au fil du xixe siècle. En somme, pour la génération romantique, les Idéologues sont déjà irrémédiablement des hommes du passé. Le fameux salon d’Auteuil apparaît désormais – pour reprendre un titre balzacien – comme un cabinet des Antiques, où règnent la raison et un goût classique quelque peu fossilisé, bien loin de la passion et des audaces du romantisme.

  • 3 Retraçant le climat intellectuel des années 1820, Bernard Guyon souligne l’importante floraison de (...)

2C’est contre cette apparente évidence, cette radicale distance qui sépare l’écriture d’un Destutt de Tracy de celle d’un jeune romancier dandy comme le Balzac des premières scènes de la vie privée, que j’ai construit ce travail, en me demandant dans quelle mesure la littérature romantique, entre 1820 et le début des années 1830, pouvait témoigner d’une imprégnation profonde à la fois de la méthode et des problématiques caractéristiques de l’Idéologie3. J’aborde donc ici les Idéologues de façon décalée, à travers l’appropriation et la transformation parallèles de leur héritage par deux jeunes auteurs qui rêvaient de construire leur propre « science de l’homme », Balzac et Stendhal.

  • 4 Honoré de Balzac, La Peau de chagrin, La Comédie humaine [désormais abrégée en CH], édition publiée (...)

3Un premier domaine d’expérimentation commun porte sur la mise en œuvre du concept clef d’analyse. Ce concept central de Condillac a été massivement réinvesti par les Idéologues, chacun dans son champ de savoir. Or, pour Stendhal comme pour Balzac, l’entrée dans l’écriture et dans la carrière littéraire se fait autour de l’analyse, qui préside à des premiers essais d’un genre hybride – à la fois philosophique, littéraire et en partie scientifique. Deux moments spécifiques de croisement et de dialogue entre des textes d’Idéologues et des textes littéraires nous arrêteront plus particulièrement. Un premier nœud d’intertextualité réunit trois textes à la fois profondément différents, et apparentés par certains points de méthode, d’écriture et d’objectifs. Il s’agit d’un traité « fantôme », perdu dans sa version originale mais retraduit d’italien en français : De l’amour de Destutt de Tracy, de son célèbre pendant stendhalien qui porte le même titre, et de la Physiologie du mariage de Balzac. Puis j’étudierai un deuxième point de croisement, où Balzac construit un dialogue paradoxal entre quatre textes. Dans Louis Lambert, roman appartenant aux Études philosophiques, le héros écrit, lorsqu’il est au collège, un Traité de la volonté, texte perdu que tente de reconstituer le narrateur. Autour de ce titre fictif se déploie un vaste réseau d’intertextualité. La première intertextualité est interne à la fiction balzacienne puisque ce Traité de la volonté fait écho à l’œuvre fictive d’un autre personnage de La Comédie humaine, Raphaël de Valentin, qui dans La Peau de chagrin écrit une Théorie de la volonté 4 . Le deuxième lien intertextuel pointe quant à lui vers les Idéologues, puisque le Traité de la volonté et de ses effets est le titre de la quatrième et de la cinquième partie des Éléments d’Idéologie de Destutt de Tracy. Mais, nous le verrons, au-delà de cette coïncidence des titres, c’est plutôt un dernier lien d’intertextualité qui permet de comprendre les enjeux de la fiction balzacienne. J’analyserai ainsi le dialogue qui s’instaure entre les questions qu’explore Louis Lambert et celles que pose un autre texte fondateur de l’Idéologie : les Rapports du physique et du moral de l’homme de Cabanis.

Exercices analytiques en miroir

4Le concept d’« analyse » s’est imposé, au tournant du xviiie siècle, comme le mot d’ordre de toute une génération de penseurs, un véritable cheval de bataille, introduit dans les différentes sciences pour les transformer de l’intérieur. Condillac, immédiatement repris par Lavoisier, avait posé dans La Logique (1780) les bases de cette méthode analytique. Les Idéologues s’en ressaisissent alors pour en faire la clef du progrès, non seulement dans les sciences, mais dans toutes les activités humaines. Ainsi Cabanis propose-t-il dans son Coup d’œil sur les révolutions et la réforme de la médecine (1804) une véritable ode à l’analyse, caractéristique de l’élan vers la connaissance propre à l’époque :

  • 5 Pierre-Jean-Georges Cabanis, Coup d’œil sur les révolutions et la réforme de la médecine, Paris, Cr (...)

[…] tous les amis des lumières célèbrent de concert, avec tant de raison, l’excellence et la grande utilité de la méthode analytique ; […] tous ceux qui s’occupent du progrès des sciences et de celui de leur enseignement la regardent comme le seul flambeau qui puisse guider sûrement l’esprit humain, et le faire sortir pour toujours du chaos des opinions hypothétiques, comme la seule manière, soit de cultiver, soit d’employer nos facultés intellectuelles, qui puisse introduire les habitudes du bon sens, non seulement dans tous les travaux des savants et des penseurs, mais encore dans tous ceux des artisans, des manouvriers, dans toutes les idées, dans tous les penchants, dans tous les actes de l’homme social. Je partage entièrement cette opinion et ces belles espérances.5

  • 6 Dictionnaire des sciences médicales, t. 2, article « Analyse », Paris, Panckoucke, 1812, p. 19.
  • 7 Madeleine Fargeaud, Balzac et La Recherche de l’Absolu, Paris, Hachette, 1968, p. 126-127.
  • 8 Dictionnaire des sciences médicales, déjà cité, p. 19.

5Quelles sont donc les opérations par lesquelles l’analyse apporte rigueur et clarté dans les découvertes ? Voici la définition que propose en 1812 le docteur Jean-Baptiste Nacquart dans le Dictionnaire des sciences médicales, à l’article « Analyse », qui précède immédiatement celui de Pinel sur l’application de l’analyse à la médecine : « Ennemie des axiomes, des principes généraux et des définitions, l’analyse divise ce qui est composé pour en saisir les vrais éléments ; puis, une fois en possession de ces matériaux premiers, elle se relève alors de ces données simples, aux agrégats les plus composés, et en détermine la génération »6. Il se trouve que Nacquart était un ami de la famille Balzac, qui exerça une influence notable sur la formation du jeune romancier, tant sur le plan philosophique que par la transmission d’une culture médicale. Madeleine Fargeaud a ainsi souligné son rôle dans l’introduction de la doctrine de Gall en France7 (on connaît la place que Balzac accordera ensuite à la phrénologie dans son système sémiologique). Mais on a moins insisté sur la filiation sensualiste et idéologique dans laquelle s’inscrit le médecin, comme le manifeste la suite de l’article, qui applique l’analyse à la psychologie : « […] en psychologie, l’analyse a pu seule porter la lumière dans le labyrinthe des opérations de notre entendement, et faire voir que même les plus compliquées de ces opérations reconnaissent pour base des idées simples qui sont, non des idées innées, ainsi que le pensait Descartes, mais comme l’ont prouvé Bacon et Locke, des sensations »8.

  • 9 Brigitte Diaz, « Balzac, Stendhal : l’analytique en question », dans Balzac, l’aventure analytique, (...)
  • 10 Stendhal, Pensées. Filosofia nova, Henri Martineau éd., Paris, Le Divan, 1931, t. I, p. 36 (noté do (...)

6De fait, c’est sous cette même bannière de l’analyse qu’à une quinzaine d’années de distance, Stendhal et Balzac placent leurs débuts dans la carrière littéraire. Avant d’investir le champ du roman, tous deux se sont en effet d’abord rêvés grands dramaturges et, pour acquérir une double compétence de psychologues et de théoriciens, ils se sont lancés dans de vastes lectures et prises de notes philosophiques, en parallèle avec des exercices de type analytique. Brigitte Diaz a récemment mis en évidence cette « passion de l’analyse » qui joua pour eux le rôle d’une propédeutique à la création littéraire9. Dans le cas de Stendhal, une multitude de matériaux permet de connaître l’évolution de cette formation philosophique et analytique : la correspondance avec sa sœur Pauline, le Journal, et surtout des cahiers de pensées, de notes et de projets comme ceux qui ont été réunis sous le titre Filosofia nova. Ces cahiers témoignent exemplairement de l’imprégnation de la méthode analytique chère aux Idéologues, dans les premières années de Beyle. Le jeune homme se fixe l’objectif suivant : « chercher à me donner le pouvoir de l’analyse. Ce sera un grand pas qu’aura fait mon esprit »10. L’analyse a ainsi pour Beyle une fonction pédagogique : il s’agit de mettre en place des pratiques taxinomiques en classifiant les différents types de passions, de caractères ou d’intrigues, dans les tragédies et les comédies, de manière à réinvestir ensuite cette science dramaturgique dans ses propres œuvres.

1ère section. Je fais la liste de toutes les passions.
2e section. De tous les états de passion, par conséquent leur maximum.
3e section. De tous les moyens de passion. […]
Ces habitudes renferment les vices et les vertus. J’en fais la liste.
(Ibid., t. II, p. 134)

7Suivent alors quelques pages de listes, qui ne sont pas commentées ou réexploitées par la suite. De fait, l’ensemble de ces cahiers est scandé par des déclinaisons du même genre d’entreprise taxinomique, qui se limitent le plus souvent à une injonction : « […] parcourir toutes les qualités de l’homme (triste, gai, doux, irascible, etc., etc.) les assigner au cœur ou à la tête » (t. II, p. 117). La lecture des Idéologues (et notamment de Lancelin) se traduit ainsi chez Beyle par des projets d’exercices analytiques assez divertissants, comme : « […] faire un cahier de 200 pages environ. Le diviser en parties de 10 pages, à la tête de chacune de ces parties, copier le nom d’une passion (d’après le petit traité de Lancelin) et indiquer dans les dix pages les traits de cette passion qu’on a l’occasion d’observer ou de lire dans l’histoire, et dans une classe à part ceux qu’on lit dans les fictions (poèmes, romans) » (t. I, p. 199). Derrière la dimension quelque peu scolaire de ce type de défi que Beyle se lance, se trouve un enjeu plus profond : construire une science de l’homme, qui passe d’ailleurs tout autant par l’analyse de la littérature que par une forme d’auto-analyse que Stendhal pratiquera dans ses écrits intimes tout au long de sa vie.

  • 11 Pierre-Jean-Georges Cabanis, Coup d’œil sur les révolutions et la réforme de la médecine, déjà cité (...)
  • 12 En témoigne notamment une injonction : « […] lire Platon avant de publier la filosofia nova », FN, (...)

8Mais ce qui frappe le lecteur qui confronte la Filosofia nova à la légèreté et l’ironie de l’œuvre stendhalienne postérieure, c’est bien le caractère de sérieux et la relative lourdeur pédagogique de ces essais analytiques. L’analyse n’est pas seulement un modèle d’investigation intellectuelle, mais elle détermine aussi des modalités spécifiques d’exposition et un certain type d’écriture. Dans son Coup d’œil sur les révolutions et la réforme de la médecine, Cabanis rappelle ainsi la règle d’or de progressivité et d’exhaustivité dans l’exposé des idées : « […] il faut s’attacher à développer les idées dans l’ordre de leur génération […]. Il faut surtout, après avoir saisi la chaîne qui les lie, la parcourir depuis le premier anneau jusqu’au dernier, en évitant de franchir tout intermédiaire que l’esprit ne supplée pas aussitôt, et, pour ainsi dire, nécessairement »11. C’est une autre formulation du principe même de la Logique de Destutt de Tracy, selon lequel les idées sortent les unes des autres comme les tuyaux d’une lunette qu’on déploierait progressivement. La contradiction entre cette écriture didactique et l’aspiration à un style naturel et conversationnel est sans doute une des raisons qui ont condamné le projet un moment caressé par Beyle d’une publication de sa Filosofia nova 12. Le jeune auteur se donne en effet le conseil suivant : « […] prendre un ton de familiarité charmante. […] Que mon livre, s’il était dit en conversation n’eût pas le ton pédant » (ibid., t. II, p. 118). Et dans ce but, il se propose la méthode suivante, qui serait évidemment une hérésie pour les Idéologues : « […] dans les applications sauter quelques idées intermédiaires, ce qui donne un vernis de finesse » (t. II, p. 118).

  • 13 Brigitte Diaz, « Balzac, Stendhal : l’analytique en question », déjà cité, p. 54.

9Si l’analyse, telle que l’ont définie et mise en œuvre les Idéologues, est bien au cœur de la formation intellectuelle du jeune Beyle, elle constitue donc finalement une étape préliminaire, et les écrits disparates et morcelés auxquels elle donne lieu n’ont pas vocation à être publiés. Pour reprendre des termes de Brigitte Diaz, il s’agit de « prolégomènes », de « pilotis de l’œuvre à venir »13, qui n’ont pas acquis d’indépendance en tant que tels.

  • 14 Pierre-Georges Castex, Notice des Études analytiques, CH, t. XI, p. 1716.
  • 15 Pour une étude détaillée sur les formes et les enjeux de l’écriture analytique chez Balzac, je me p (...)

10L’entrée de Balzac dans la carrière littéraire se fait par des voies comparables : vastes lectures, essais et dissertations philosophiques qui ont été rassemblés dans les Œuvres diverses. Pierre-Georges Castex décrit ainsi le projet de la Dissertation sur l’homme, où les ambitions de Balzac résonnent en écho avec l’entreprise de toute l’école idéologique : « […] fonder une anthropologie, reconstruire scientifiquement l’homme, étudier ses idées, son langage, ses facultés, écrire une théorie de la pensée humaine qui surpasse les ouvrages de Locke, de Condillac, d’Helvétius, de Cabanis, des Idéologues, tel est bien le premier grand projet de Balzac »14. À l’évidence, ce projet démesuré n’est pas réalisé dans cette piètre dissertation, mais il demeure présent et se métamorphose par la suite dans une veine analytique consubstantielle à l’écriture de Balzac, qui irrigue l’ensemble de La Comédie humaine 15 .

11Si la méthode analytique et les opérations sur lesquelles elle repose sont bien comparables à ce que nous avons rencontré chez Beyle – observation, puis opération de décomposition et d’abstraction qui dégage des invariances et des lois psychologiques –, en revanche Balzac emprunte des voies différentes pour s’approprier l’héritage idéologique de l’analyse. Je soulignerai trois divergences fondamentales avec l’analytique stendhalienne. Tout d’abord il ne s’agit pas ici d’une étape transitoire, d’un moment circonscrit dans l’évolution littéraire de l’auteur, mais bien d’un mode d’exploration du réel, central pour l’esthétique balzacienne, et qu’on rencontre par conséquent aussi bien dans les romans qu’à l’étage supérieur de La Comédie humaine, celui des Études analytiques. Et même si ces Études analytiques connaissent une réalisation paradoxale, elles demeurent remarquablement valorisées par le paratexte de La Comédie humaine, qui présente ce lieu des « principes » comme le couronnement d’une œuvre intellectuelle. On est donc dans une configuration tout à fait différente de celle qu’on rencontre chez Stendhal, où les textes analytiques n’apparaissent finalement que comme les vestiges d’une formation, que l’œuvre proprement dite vient ensuite recouvrir.

12Deuxième divergence essentielle, le rapport au temps : Balzac se saisit bien de la méthode idéologique, mais il « romanticise » en quelque sorte l’analyse en l’inscrivant dans une temporalité précise, en en faisant une anthropologie sociale qui s’attache à l’extrême contemporain. Loin de l’abstraction de l’idéologie rationnelle d’un Destutt de Tracy, loin du caractère intemporel des exercices analytiques de Stendhal dont les listes de passions visent un homme universel et puisent indifféremment des exemples dans l’antiquité (Aristophane, Plaute, Sophocle), chez Shakespeare, Molière, Corneille, ou dans les œuvres du xviiie siècle (Montesquieu, Goldoni, Voltaire, Rousseau…), l’analyse balzacienne est avant tout un geste de saisie du contemporain dans sa concrétude. Il s’agit d’utiliser le scalpel de l’analyse pour dévoiler les infinies nuances qui structurent le social dans une société post-révolutionnaire où les distinctions se sont apparemment effacées.

  • 16 Voir l’introduction de Rose Fortassier à la Pathologie de la vie sociale, dans Balzac, CH, t. XII, (...)

13Enfin, si Balzac met en vedette la méthode analytique qu’il a empruntée aux Idéologues, il la métamorphose d’une manière plus radicale encore en y introduisant le jeu de l’ironie qui vient saper l’esprit de sérieux, le pur enthousiasme de la quête de connaissance. Dernière génération des Lumières, les Idéologues sont parmi ceux qui ont poussé le plus loin l’espoir d’une compréhension rationnelle du réel, faisant confiance, avec une honnêteté austère et grave, au pouvoir de la raison, au milieu du drame historique de la Révolution. L’analyse balzacienne est très loin de cette confiance et de cette forme d’innocence : c’est une puissance foncièrement décapante, caustique, qui produit un savoir ambigu, souvent déceptif. Se construit ainsi une anthropologie sociale globalisante, qui passe aussi par une parodie de la posture scientifique. C’est ce dont témoigne exemplairement, avec son exhaustivité bouffonne et son accumulation de méthodes et d’objets, le sous-titre prévu pour la Pathologie de la vie sociale (regroupement de trois essais qui font partie des Études analytiques) : Pathologie de la vie sociale, ou Méditations mathématiques, physiques, chimiques et transcendantes sur les manifestations de la pensée, prise sous toutes les formes que lui donne l’état social, soit par le vivre et le couvert, soit par la démarche et la parole, etc. 16

14À l’origine des deux postures auctoriales foncièrement différentes de Stendhal et de Balzac se trouvent donc deux manières de réinvestir le concept idéologique clef qu’est l’analyse, et ces deux postures produisent, dans les Études analytiques comme dans les cahiers de Pensées de Stendhal, des textes hybrides, mêlant discursif et narratif, aphorismes et anecdotes, en construisant ainsi un savoir ambigu et éclaté.

Essais d’idéologie : De l’amour en trois temps

  • 17 Elle paraît en 1819 à Milan, en dix volumes, et De l’amour figure au tome X, p. 64-163.
  • 18 Voir la notice sur Destutt de Tracy d’Anne Deneys-Tunney et Henri Deneys qui figure en tête de la r (...)
  • 19 Voir Gilbert Chinard, Jefferson et les Idéologues d’après sa correspondance inédite, Paris/Baltim (...)
  • 20 Dans son préambule au Traité des excitants modernes, Balzac note en 1838 : « […] la Physiologie du (...)

15C’est à la confrontation de ces textes souvent provocateurs et déroutants que je m’attacherai à présent, en croisant la lecture de la Physiologie du mariage, De l’amour de Stendhal à celle de leur devancier bien oublié, De l’amour de Destutt de Tracy. Au-delà de leurs évidentes différences de tonalité, d’ambition, et de modalités d’écriture, on peut rapprocher ces essais en les appréhendant comme trois tentatives d’application de la méthode de l’analyse à la question de l’amour dans la société post-révolutionnaire. Ils ont été écrits approximativement à sept ans d’intervalle. Destutt de Tracy rédige en 1813 le manuscrit De l’amour, qui doit prendre place au tome V des Éléments d’Idéologie. Il en autorise la traduction complète dans l’édition italienne des Éléments d’Idéologie publiée par Giuseppe Compagnoni 17. Dans la version française, il décide en revanche de supprimer ce chapitre, comme il l’explique à Thomas Jefferson dans une lettre du 21 janvier 1821 où il argue de sa timidité à exprimer « ses sentiments les plus secrets sur certains objets »18. Il envoie néanmoins à Jefferson une copie intégrale du manuscrit De l’amour, le laissant libre de le publier ou non en Amérique19. Le manuscrit a ensuite disparu. Il n’a été retraduit en français qu’en 1926, à partir de la version italienne de Compagnoni. Cette genèse complexe explique le peu d’écho que reçut ce texte de Destutt de Tracy, qui n’a finalement été disponible, durant tout le xixe siècle, qu’en italien. Stendhal écrit d’ailleurs son propre De l’amour en 1819-1820, précisément l’année où paraît le texte de Destutt de Tracy chez Compagnoni. Il y aurait également une possible concomitance avec l’écriture de la Physiologie du mariage, puisque Balzac a prétendu avoir commencé à y travailler dès 182020. Cette allégation demeure néanmoins sujette à caution, et de manière plus certaine, on peut constater qu’une première version de la Physiologie du mariage a été publiée en 1826, puis considérablement transformée pour se voir republiée en 1829. Dans ces trois textes, on retrouve une même ambition de connaissance, avec une analyse des phases successives de l’amour et une classification de ses différentes formes – la théorisation la plus célèbre étant à l’évidence celle de Stendhal (notamment grâce au néologisme de la « cristallisation »). Ce dernier place d’ailleurs avec ostentation son travail de théorisation dans la filiation des Idéologues, dans une note importante :

  • 21 Cette phrase résonne quelque peu ironiquement quand on songe à la reprise du titre de Destutt de Tr (...)
  • 22 Stendhal, De l’amour, déjà cité, p. 35.

J’ai appelé cet essai un livre d’idéologie. Mon but a été d’indiquer que, quoiqu’il s’appelât l’Amour, ce n’était pas un roman, et que surtout il n’était pas amusant comme un roman. Je demande pardon aux philosophes d’avoir pris le mot idéologie : mon intention n’est certainement pas d’usurper un titre qui serait le droit d’un autre21. Si l’idéologie est une description détaillée des idées et de toutes les parties qui peuvent les composer, le présent livre est une description détaillée et minutieuse de tous les sentiments qui composent la passion nommée l’amour.22

  • 23 Antoine Destutt de Tracy, De l’amour, Paris, Fayard (Corpus des œuvres de philosophie en langue fra (...)
  • 24 Stendhal, De l’amour, déjà cité, p. 145-205.
  • 25 Destutt de Tracy, De l’amour, déjà cité, p. 444.

16On retrouve par ailleurs aussi bien chez Destutt de Tracy que chez Stendhal une reprise de la théorie des climats et de leur influence sur les tempéraments, à travers une analyse des différentes modalités de l’amour selon les cultures et les lieux. Ce développement se situe au début du traité de Tracy23. Il occupe chez Stendhal l’essentiel du livre II, avec une succession de chapitres sur l’amour dans les différentes nations – en France, en Italie, à Rome, en Angleterre, en Espagne, en Allemagne, à Florence, aux États-Unis, en Provence au xiie siècle, et enfin en Arabie24. On rencontre également des échos entre Destutt de Tracy et Balzac, notamment sur un point inattendu : la question de l’éducation des jeunes filles, et celle de la liberté sexuelle des jeunes filles et des jeunes gens avant le mariage. Destutt de Tracy prône, comme Balzac dans sa Physiologie du mariage, « de laisser la plus grande liberté aux jeunes gens des deux sexes qui n’ont pas encore engagé leur foi »25. Ailleurs, il condamne, en s’appuyant sur des analyses anthropologiques, l’excessive valorisation de la virginité. « Par suite de ces idées inexactes, absurdes ou fausses, je pourrais dire par suite de ce délire même, il est arrivé que la chasteté des femmes n’a pas toujours été correctement jugée. Car, bien que personne ne nie que la chasteté ne soit un juste mérite, […] il y en a beaucoup d’autres qui sont également nécessaires et dont les effets sont plus importants et plus utiles pour le bien de la société et pour le bonheur de l’individu » (ibid., p. 421).

  • 26 « Je viens solliciter l’indulgence du lecteur pour la forme singulière de cette physiologie de l’am (...)

17Sur le plan de l’écriture, les rapprochements entre les textes de Stendhal et de Balzac sont frappants, et les séparent nettement de celui de Destutt de Tracy. On observe en effet chez eux un envahissement du discursif par le narratif, et une hybridation foncière de l’écriture qui mêle anecdotes, digressions, journal intime, mais aussi une écriture plus scientifique. Les narrateurs de la Physiologie du mariage et de De l’amour jouent en effet à mathématiser le réel, mesurant les degrés du sentiment ou citant des statistiques fantaisistes. Ils jonglent avec les définitions, les axiomes et les corollaires, et travaillent également sur le fragment, réinvestissant l’aphorisme, forme classique des moralistes. Dans la préface qui accompagne la réédition de 1842, Stendhal souligne d’ailleurs, peut-être avec une pointe d’opportunisme, ces parentés entre son œuvre et celle de Balzac, puisqu’il présente son livre comme une Physiologie de l’amour 26 .

  • 27 Ibid., chapitre IX, p. 46.
  • 28 Catherine Nesci, La femme mode d’emploi : Balzac , de la Physiologie du mariage à la Comédie humai (...)
  • 29 Victor Del Litto rappelle le bon mot de l’éditeur de Stendhal : « Quelques mois après la parution, (...)

18De l’amour et la Physiologie du mariage sont en outre tous deux travaillés par une tension qui oppose le projet de rationalisation et de construction d’un savoir sur l’amour avec une seconde veine, tout à fait différente. Dans le cas de Stendhal, cette seconde orientation est constituée par la dimension autobiographique du livre, qui est aussi un travail de guérison personnelle. Stendhal craint que cette dimension ne mette en péril la recherche lucide d’une vérité : « […] je fais tous les efforts possibles pour être sec. Je veux imposer silence à mon cœur qui croit avoir beaucoup à dire. Je tremble toujours de n’avoir écrit qu’un soupir quand je crois avoir noté une vérité »27. Dans le cas de Balzac, on a aussi affaire à un texte double, à la fois enquête rationnelle sur le mariage et texte foncièrement provocateur parodiant le discours scientifique. Comme l’a montré Catherine Nesci, Balzac exhibe un manuel ostensiblement scientifique de tyrannie conjugale censée empêcher l’infidélité féminine, mais c’est pour mieux dénoncer une société construite sur l’oppression de la femme28. Cette double tension fait de la Physiologie du mariage et de De l’amour des textes foncièrement ambigus qui déroutèrent leur public, avec des effets de réception inverses : du côté de Balzac un énorme succès de scandale, du côté de Stendhal un échec retentissant29.

Le Traité de la volonté, entre Destutt de Tracy, Cabanis et Swedenborg

19Autour du Traité de la volonté, œuvre détruite qui hante Louis Lambert, Balzac a construit un réseau d’intertextualité qui contribue à orienter l’interprétation de son roman. Ce titre est d’abord celui d’une œuvre bien réelle de Destutt de Tracy, Traité de la volonté et de ses effets, rédigée en 1805-1806, puis envoyée à Jefferson en 1811, avant de paraître en France en 1815, puis en Amérique en 1817 (sous un autre titre, A Treatise on Political Economy). Ce texte composite fait suite au Traité de l’entendement, qui constitue la première section des Éléments d’idéologie. Le Traité de la volonté est composé de trois parties : une introduction théorique, puis un traité d’économie politique, et enfin une morale qui devait se terminer avec De l’amour. Parmi ces différentes parties, seule la première, l’introduction, pourrait être rapprochée du traité fictif balzacien.

20Mais ce premier rapprochement tourne assez vite court, lorsqu’on constate la différence des thèmes traités : Destutt de Tracy rattache l’idée de volonté à celle de personnalité, d’où découlent successivement les concepts de propriété, de richesse, de liberté, de droits et de devoirs, qui s’enchaînent progressivement les uns aux autres selon le principe que Destutt de Tracy a illustré dans sa Logique par la célèbre métaphore de la lunette qui déploie peu à peu ses tuyaux. L’hypothétique clin d’œil de Balzac au texte homonyme de l’idéologue paraît tout aussi douteux lorsqu’on compare le travail de clarification effectué par le philosophe – travail emblématique de la méthode idéologique – avec les multiples stratégies déployées au contraire dans Louis Lambert pour entretenir l’ambiguïté sur la philosophie du personnage et sur le jugement que le lecteur serait invité à porter sur lui. Au chapitre VII de son Traité de la volonté, Destutt de Tracy construit par exemple un raisonnement qui constitue un modèle d’analyse rationnelle :

  • 30 Antoine Destutt de Tracy, Traité de la volonté et de ses effets, Paris, Fayard (Corpus des œuvres d (...)

[…] pour exécuter un semblable dessein, ce n’est pas l’abondance des idées qui est à rechercher, mais leur sévère enchaînement et leur suite non interrompue et sans lacunes. […] En effet, nous avons vu que la faculté de vouloir, la propriété d’être doués de volonté, en nous donnant la connaissance distincte de notre individu, nous donne par cela même et nécessairement l’idée de propriété, et qu’ainsi la propriété avec toutes ses conséquences est une suite inévitable de notre nature. Voilà déjà une grande source de divagations et de déclamations totalement tarie.30

21Destutt de Tracy récapitule alors chaque étape de son raisonnement, se félicitant après chaque idée logiquement déduite et combinée aux précédentes : « […] ainsi voilà un autre sujet de lieux communs bien faux épuisé », « c’est encore un grand sujet d’équivoque anéanti », « ce qui dissipe bien des nuages répandus sur ce sujet » (ibid., p. 210). Louis Lambert, paradigme du génie romantique oscillant entre illumination, fulgurance et folie est à l’évidence bien loin de cette clarté de la raison idéologique.

  • 31 Notes philosophiques, manuscrit du fonds Lovenjoul, A 180, fo 58, cité par Madeleine Fargeaud, Bal (...)
  • 32 Honoré de Balzac, Essais philosophiques. Œuvres diverses, sous la direction de P.-G. Castex, Paris, (...)

22Et pourtant les interrogations qui tourmentent Louis Lambert, ce champ intellectuel qu’il a labouré jusqu’à la perte de soi et à la folie, sont aussi celles qui sont au cœur des recherches de l’Idéologie – non pas, sans doute, de l’Idéologie intellectuelle de Destutt de Tracy, mais plutôt de l’Idéologie physiologique de Cabanis, et de toute l’école française de médecine qui, derrière lui, investigue les rapports du physique et du moral de l’homme. C’est là un questionnement qui a toujours passionné Balzac, et qui est fondamental dans son système romanesque et philosophique. Dès 1824 et ses premières Notes philosophiques, il s’interroge sur les mécanismes de la pensée. Il questionne : « […] qu’une substance produise de la pensée, en quoi Dieu périt-il31 ? » Il est déjà fasciné par les expériences magnétiques : « […] la faculté de faire comparaître en soi les accidents de la nature existe ; elle existe comme l’air, l’eau, les acides, les fluides ; n’y aurait-il aucun moyen de diriger cette faculté, cette force sommeil, comme la force vapeur, air, eau ? »32

  • 33 Honoré de Balzac, Louis Lambert, CH, t. XI, p. 627.

23Huit ans plus tard, Louis Lambert reformule ces interrogations qui viennent dialoguer avec la psycho-physiologie de Cabanis : « […] à l’appui de ses définitions, Lambert ajouta plusieurs problèmes à résoudre, beaux défis jetés à la science et desquels il se proposait de rechercher les solutions, se demandant à lui-même : si le principe constituant de l’électricité n’entrait pas comme base dans le fluide particulier d’où s’élançaient nos Idées et nos Volitions ? […] Si les phénomènes fluides de notre Volonté, substance procréée en nous et si spontanément réactive au gré de conditions encore inobservées, étaient plus extraordinaires que ceux du fluide invisible, intangible, et produits par la pile voltaïque sur le système nerveux d’un homme mort ? »33 La comparaison avec un passage du dixième mémoire des Rapports du physique et du moral de l’homme me paraît bien marquer l’extrême complexité d’une interprétation de Louis Lambert qui viserait à séparer nettement trois influences constamment mêlées et entre-tissées au fil du roman : d’une part le magnétisme, d’autre part une forme de mysticisme et d’illuminisme placés sous le signe de Swedenborg, et enfin une analyse scientifique et psycho-physiologique des phénomènes de la pensée. Voici l’extrait des Rapports du physique et du moral de l’homme qui évoque des expériences comparables à celles sur lesquelles médite Louis Lambert :

  • 34 Pierre-Jean-Georges Cabanis, Rapports du physique et du moral de l’homme, Dixième mémoire, « Consid (...)

Quant à la manière dont les diverses parties du système nerveux communiquent entre elles, agissent sur les organes, […] elle est encore aujourd’hui couverte d’un voile épais. Les hypothèses mécaniques, physiques ou chimiques, sont toutes insuffisantes pour expliquer ces premières opérations de la vie […]. Les dernières expériences de l’École de Médecine de Paris, celles qui, depuis encore, ont été faites en Angleterre, et surtout celles de l’illustre Volta sur le galvanisme, paraissent démontrer, sans réplique, l’identité parfaite du fluide auquel on a donné ce nom avec celui qui produit les phénomènes de l’électricité. J’ai toujours été, je l’avoue, très porté à penser que l’électricité modifiée par l’action vitale est l’agent invisible qui, parcourant sans cesse le système nerveux, porte les impressions des extrémités sensibles aux divers centres, et de là rapporte vers les parties motrices l’impulsion qui doit y déterminer les mouvements. Il est infiniment vraisemblable, du moins à mes yeux, que plus on poursuivra les expériences du même genre, plus aussi cette identité deviendra manifeste. […] Il est même possible qu’après avoir sagement circonscrit les faits relatifs à l’influence du magnétisme sur l’économie vivante, on parvienne, en les comparant avec ceux du galvanisme et de l’électricité proprement dite, à déterminer avec précision le degré d’analogie qui rapproche ces deux fluides, ou de dissemblance qui peut les faire considérer encore comme essentiellement distincts dans l’univers.34

  • 35 Louis Lambert, déjà cité, p. 623.
  • 36 Jean Starobinski, « La vie et les aventures du mot “réaction” », Modern Language Review, janvier 19 (...)
  • 37 Xavier Bichat, Recherches physiologiques sur la vie et la mort, première partie, article premier, « (...)

24La référence à Cabanis, incontournable tout au long de ce roman où le héros se promet de devenir « chimiste de la volonté »35, demeure implicite dans le texte balzacien. En revanche le romancier met en avant un autre médecin Idéologue, Bichat, dont il reprend – tout en le déformant, comme l’a montré Starobinski 36 – l’antagonisme entre action et réaction. Voici la célèbre définition de la vie qui ouvre les Recherches physiologiques sur la vie et la mort : « […] la vie est l’ensemble des fonctions qui résistent à la mort. Tel est en effet le mode d’existence des corps vivants, que tout ce qui les entoure tend à les détruire. Les corps inorganiques agissent sans cesse sur eux ; eux-mêmes exercent les uns sur les autres une action continuelle ; bientôt ils succomberaient s’ils n’avaient en eux un principe permanent de réaction »37. Dans la fiction balzacienne, l’ancien condisciple de Lambert au collège de Vendôme est le narrateur qui retrace, a posteriori, les théories du jeune prodige et découvre leur proximité avec celles de Bichat :

  • 38 Louis Lambert, déjà cité, p. 627-628.

[…] après avoir observé, dans presque toutes les créations, deux mouvements séparés, il les pressentait, les admettait même pour notre nature, et nommait cet antagonisme vital : l’action et la réaction. « Un désir, disait-il, est un fait entièrement accompli dans notre Volonté avant de l’être extérieurement. » Ainsi, l’ensemble de nos Volitions et de nos Idées constituait l’Action, et l’ensemble de nos actes extérieurs, la Réaction. Lorsque plus tard, je lus les observations faites par Bichat sur le dualisme de nos sens extérieurs, je fus comme étourdi par mes souvenirs, en reconnaissant une coïncidence frappante entre les idées de ce célèbre physiologiste et celles de Lambert.38

  • 39 Alain Vaillant, « “Cet X est la Parole” : La littérature, ou la science mathématique de l’homme », (...)

25Cette coïncidence prétendument frappante est en fait plus que problématique, et l’ensemble du roman balzacien travaille précisément à déconstruire l’évidence d’une interprétation univoque de la pensée et de la trajectoire de Lambert. Comme l’a souligné Alain Vaillant, ce roman est construit comme un récit à énigme39. Il juxtapose une série de discours contradictoires qui énoncent chacun une vérité différente sur la vie et sur la pensée du jeune homme, devenu aphasique. Se succèdent donc au fil de l’œuvre la parole du condisciple de Lambert au collège, celle son oncle, celle de Lambert lui-même dans quelques lettres, et enfin celle de sa fiancée. L’expression littéraire du philosophique passe ici par la polyphonie, et par cette ambiguïté constamment entretenue. La puissance d’interrogation propre à la fiction repose sur l’indécidabilité entre deux interprétations qui alternent dans un tourniquet incessant et qui finissent par apparaître comme deux faces d’une même réalité entre lesquelles il ne faut pas choisir : folie / génie, corps / esprit, matérialisme / spiritualisme, idéologie médicale représentée par Cabanis / magnétisme animal ou illuminisme représenté par Swedenborg.

26Dominique Kunz Westerhoff retrace ici-même l’hésitation des Idéologues entre une position de condamnation de l’imagination et une attitude qui la valorise, suggérant la série de glissements, conscients ou non, tacites ou théorisés, qui font passer de façon presque insensible d’un rationalisme idéologique « orthodoxe » à un idéalisme de filiation plotinienne et à une forme de spiritualisme. Avec Louis Lambert et son Traité de la volonté, on se trouve également dans le champ du mixte et de l’hybride. On observe assurément une imprégnation des thèmes et des interrogations de l’Idéologie médicale, mais cette appropriation, cette assimilation est aussi déformation, voire trahison. Que reste-t-il donc de l’Idéologie à l’échelle du vaste système romanesque qu’est La Comédie humaine ? La méthode analytique et les éléments d’une science psycho-physiologique se trouvent foncièrement transformés lorsqu’ils entrent dans la logique d’une écriture romanesque. Mais ce qui demeure, c’est peut-être une fidélité plus profonde à un projet réalisé différemment. Ce que les Idéologues voulaient construire par le discursif, La Comédie humaine le réalise par un travail de totalisation et de polyphonie, jouant sur tous les registres de la fiction romanesque, sur l’ambiguïté et sur l’ironie, pour tenter de faire naître, à son tour, une nouvelle science de l’homme.

Notes

1 Cette recherche a été réalisée dans le cadre de l’ANR HC 19 (Histoires croisées au xixe siècle : histoire des sciences du point de vue de la littérature et histoire de la littérature du point de vue des sciences).

2 Georges Gusdorf, Les sciences humaines et la pensée occidentale, t. VIII, La conscience révolutionnaire : les Idéologues, Paris, Payot, 1978, p. 551.

3 Retraçant le climat intellectuel des années 1820, Bernard Guyon souligne l’importante floraison de rééditions des écrits des Idéologues durant toute la décennie, dans La pensée politique et sociale de Balzac, Paris, Armand Colin, 1967, p. 32.

4 Honoré de Balzac, La Peau de chagrin, La Comédie humaine [désormais abrégée en CH], édition publiée sous la direction de P. G. Castex, Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), 1979, t. X, p. 138.

5 Pierre-Jean-Georges Cabanis, Coup d’œil sur les révolutions et la réforme de la médecine, Paris, Crapart, Caille et Ravier, 1804, p. 312.

6 Dictionnaire des sciences médicales, t. 2, article « Analyse », Paris, Panckoucke, 1812, p. 19.

7 Madeleine Fargeaud, Balzac et La Recherche de l’Absolu, Paris, Hachette, 1968, p. 126-127.

8 Dictionnaire des sciences médicales, déjà cité, p. 19.

9 Brigitte Diaz, « Balzac, Stendhal : l’analytique en question », dans Balzac, l’aventure analytique, Claire Barel-Moisan et Christèle Couleau éd., Saint-Cyr-sur-Loire, Christian Pirot, 2009, p. 49-61.

10 Stendhal, Pensées. Filosofia nova, Henri Martineau éd., Paris, Le Divan, 1931, t. I, p. 36 (noté dorénavant : FN).

11 Pierre-Jean-Georges Cabanis, Coup d’œil sur les révolutions et la réforme de la médecine, déjà cité, p. 307-308.

12 En témoigne notamment une injonction : « […] lire Platon avant de publier la filosofia nova », FN, t. II, p. 136.

13 Brigitte Diaz, « Balzac, Stendhal : l’analytique en question », déjà cité, p. 54.

14 Pierre-Georges Castex, Notice des Études analytiques, CH, t. XI, p. 1716.

15 Pour une étude détaillée sur les formes et les enjeux de l’écriture analytique chez Balzac, je me permets de renvoyer au recueil Balzac, l’aventure analytique, déjà cité.

16 Voir l’introduction de Rose Fortassier à la Pathologie de la vie sociale, dans Balzac, CH, t. XII, p. 186.

17 Elle paraît en 1819 à Milan, en dix volumes, et De l’amour figure au tome X, p. 64-163.

18 Voir la notice sur Destutt de Tracy d’Anne Deneys-Tunney et Henri Deneys qui figure en tête de la reproduction de la seconde édition du Traité de la volonté et de ses effets, suivi de De l’amour, Paris, Fayard (Corpus des œuvres de philosophie en langue française), 1994.

19 Voir Gilbert Chinard, Jefferson et les Idéologues d’après sa correspondance inédite, Paris/Baltimore, PUF/The John Hopkins Press, 1925, p. 209-210.

20 Dans son préambule au Traité des excitants modernes, Balzac note en 1838 : « […] la Physiologie du mariage est ma première œuvre, elle date de 1820, époque à laquelle elle fut connue de quelques amis, qui s’opposèrent longtemps à sa publication » (Physiologie du mariage, « Histoire du texte » par René Guise, CH, t. XI, p. 1734).

21 Cette phrase résonne quelque peu ironiquement quand on songe à la reprise du titre de Destutt de Tracy, dont Stendhal a fréquenté le salon pendant une dizaine d’années. Stendhal mentionne d’ailleurs lui-même dans une autre note, dans les dernières pages de son livre, sa lecture de l’ouvrage de Tracy : « […] l’auteur avait lu un chapitre intitulé Dell’Amore dans la traduction italienne de l’Idéologie de M. de Tracy. Le lecteur trouvera dans ce chapitre des idées d’une bien autre portée philosophique que tout ce qu’il peut rencontrer ici » (Stendhal, De l’amour, V. Del Litto éd., Paris, Gallimard, 1980, p. 226).

22 Stendhal, De l’amour, déjà cité, p. 35.

23 Antoine Destutt de Tracy, De l’amour, Paris, Fayard (Corpus des œuvres de philosophie en langue française), 1994, p. 422-430.

24 Stendhal, De l’amour, déjà cité, p. 145-205.

25 Destutt de Tracy, De l’amour, déjà cité, p. 444.

26 « Je viens solliciter l’indulgence du lecteur pour la forme singulière de cette physiologie de l’amour » (Stendhal, « Troisième préface » [terminée le 15 mars 1842, huit jours avant sa mort], De l’amour, déjà cité, p. 341).

27 Ibid., chapitre IX, p. 46.

28 Catherine Nesci, La femme mode d’emploi : Balzac , de la Physiologie du mariage à la Comédie humaine, Lexington, French Forum, 1992.

29 Victor Del Litto rappelle le bon mot de l’éditeur de Stendhal : « Quelques mois après la parution, le libraire dit à l’auteur d’un air découragé : “Votre livre, Monsieur, est comme les Psaumes de M. de Pompignan : Sacrés ils sont, car personne n’y touche” » (La vie de Stendhal, Paris, Éditions du Sud - Albin Michel, 1965, p. 204).

30 Antoine Destutt de Tracy, Traité de la volonté et de ses effets, Paris, Fayard (Corpus des œuvres de philosophie en langue française), 1994, p. 209-210.

31 Notes philosophiques, manuscrit du fonds Lovenjoul, A 180, fo 58, cité par Madeleine Fargeaud, Balzac et La Recherche de l’Absolu, déjà cité, p. 132.

32 Honoré de Balzac, Essais philosophiques. Œuvres diverses, sous la direction de P.-G. Castex, Paris, Gallimard (Bibliothèque de la Pléiade), t. I, 1990, p. 559. Ce fragment provient du dossier manuscrit conservé au fonds Lovenjoul A 180, fo 19 ro. Dans leur édition des premiers Essais philosophiques de Balzac, Roland Chollet et René Guise ont rattaché ce fragment, ainsi que quelques autres, aux notes correspondant au chantier du Discours sur l’immortalité de l’âme (fonds Lovenjoul, A 157, fo 1-67).

33 Honoré de Balzac, Louis Lambert, CH, t. XI, p. 627.

34 Pierre-Jean-Georges Cabanis, Rapports du physique et du moral de l’homme, Dixième mémoire, « Considérations touchant la vie animale, les premières déterminations de la sensibilité, l’instinct, la sympathie, le sommeil et le délire », Paris, Bureau de la bibliothèque choisie, 1830 [1802], t. II, p. 287.

35 Louis Lambert, déjà cité, p. 623.

36 Jean Starobinski, « La vie et les aventures du mot “réaction” », Modern Language Review, janvier 1975, p. xxxix.

37 Xavier Bichat, Recherches physiologiques sur la vie et la mort, première partie, article premier, « Division générale de la vie », Paris, GF-Flammarion, 1994, p. 57-58.

38 Louis Lambert, déjà cité, p. 627-628.

39 Alain Vaillant, « “Cet X est la Parole” : La littérature, ou la science mathématique de l’homme », Penser avec Balzac , José-Luis Diaz et Isabelle Tournier éd., Saint-Cyr-sur-Loire, Christian Pirot, 2003, p. 107-121.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search