Version classiqueVersion mobile

Sartre et la phénoménologie

 | 
Jean-Marc Mouillie

Remarques sur un usage de la notion de dimension dans L’Être et le Néant : microphysique et relativité

André Charrak

Résumé

La mention des sciences contemporaines, dans la troisième partie de L’Être et le Néant, peut paraître superflue, voire malheureuse. Sartre n’entend d’ailleurs pas fournir un exposé épistémologique : les références à la microphysique et au principe de la relativité doivent servir la description de la spatialisation propre du pour-soi, et c’est sous ce point de vue que le commentaire doit les envisager. En effet, tous les exemples retenus nous semblent orientés par la question de l’assignation des dimensions d’une mesure, significative de l’incorporation du Dasein à l’espace qu’il projette. L’intérêt de la tentative sartrienne résiderait pour lors, non point dans la prise de conscience d’une concordance entre la méthode phénoménologique et le progrès des sciences, mais, bien davantage, dans une nouvelle interprétation de la catégorie de la relation. Maintenant, il reste très douteux que le concept d’espace ainsi élaboré entretienne un rapport rigoureusement déterminé avec l’espace objectif du physicien. Ainsi la phénoménologie ne fournit-elle pas, en cet endroit, une exposition transcendantale (au sens kantien) du concept d’espace qui, seule, pourrait apporter une première justification à l’usage des considérations métrologiques.

Texte intégral

  • 1 L’Être et le le Néant, Paris, Gallimard, collection TEL, 1991, p. 353.
  • 2 « Das ontologisch wohlverstandene “Subjekt”, das Dasein, ist in einem ursprünglichen Sinn Raumlich  (...)

1Les lignes dont nous proposons ici le commentaire sont extraites du premier paragraphe (« Le corps comme être-pour-soi : La Facticité ») du second chapitre de la troisième partie de l’ouvrage, dans laquelle Sartre engage la description des structures d’un Dasein spécifiquement humain. Reprenant, sur le plan d’une mondanéisation effective, les analyses conduites au chapitre III, § 2 de la deuxième partie, ce passage doit établir que l’être au monde consiste en un dévoilement opéré par le pour-soi, dans sa relation à l’en-soi – dévoilement des étants selon leur orientation propre. L’examen de ces textes s’impose d’ailleurs aux lecteurs qui, après J. Wahl et avec Merleau-Ponty, identifient dans L’Être et le Néant un dualisme foncier. Précisément, il s’agit pour Sartre d’établir que le monde, pris pour la circonstance comme cette sorte de cadre où se révèlent les étants, ne possède aucun caractère d’extériorité par rapport au pour-soi : « Il n’y a point, d’une part, un pour-soi et, d’autre part, un monde, comme deux touts fermés dont il faudrait ensuite se demander comment ils communiquent1. » Dans cette perspective, l’auteur reprend l’idée heideggerienne d’une spatialisation spécifique du Dasein, telle qu’elle se trouve décrite dans Être et temps : « C’est […] le “sujet” ontologiquement bien compris, le Dasein, qui est spatial2. » Pour l’instant, retenons simplement qu’il s’agit, 1/ de rappeler que la conscience produit le déploiement spatialisant, de sorte que l’espace n’est pas un cadre abstrait donné en une extériorité stabilisée ; 2/ d’une façon plus proprement phénoménologique, et corrélativement, de montrer que la subjectivité s’objective dans la spatialité qu’elle projette – ce second point intéresse plus directement notre exposé. L’établissement de ces deux thèses contribue évidemment à dissiper l’idée selon laquelle une phénoménologie sartrienne bien comprise aurait à rétablir la relation du pour-soi à un monde dont elle l’aurait préalablement séparé. Maintenant, sous des motifs que nous allons tâcher d’éclaircir, Sartre allègue certains développements de la physique contemporaine pour soutenir sa conception – en elle-même, cette démarche n’est pas très originale à l’époque, et il suffit de citer un extrait de l’allocution que Xavier Léon adresse en Sorbonne à Husserl, en 1929 :

  • 3 Cité dans les Méditations cartésiennes, trad. Peiffer et Lévinas, Paris, Vrin, 1986, p. VI.

« Je n’ai pas, hélas ! la compétence nécessaire pour souligner dans le détail l’influence d’une pensée originale et profonde comme la vôtre sur le développement des théories physiques dont l’essor merveilleux est un des plus grands spectacles de notre temps3. »

  • 4 L’Être et le Néant, p. 225.
  • 5 « Der Raum bleibt bei dieser näachsten Erschlossenheit noch verborgen als das reine Worin einer met (...)
  • 6 Le premier problème que les relations d’indétermination posent à la conception de l’espace concerne (...)
  • 7 L’Être et le Néant, p. 225.

2Sartre ne soutient pas, quant à lui, la thèse d’une influence effective : il va de soi que les données recueillies dans les sciences ne participent pas directement d’une description de la spatialisation originaire du Dasein (il nous faudra pourtant certifier que l’auteur maintient cette distinction) ; simplement, elles contribuent à nous rendre la conception phénoménologique plus accessible : il reste bien qu’en elle-même, cette seule ambition soulève un certain nombre de difficultés. Très grossièrement, disons qu’elles relèvent toutes d’un même problème, qu’il est possible de résumer dans les termes suivants : les exemples scientifiques énumérés par Sartre supposent toujours, mais à divers degrés, des considérations métrologiques hautement élaborées, qui ne sauraient s’appliquer immédiatement à l’espace vécu dans lequel le pour-soi se projette, puisqu’elles engagent l’épistémologie constituée des sciences au sein desquelles elles sont pertinentes. Aussi l’examen des conditions d’une transcendance, valables pour toute conscience, conduisait-il Sartre, un peu plus tôt, à enregistrer le caractère dérivé de l’espace abstrait (objectif en un sens commun) auquel s’applique la mesure – l’étendue ainsi définie requiert justement que l’extériorité continûment produite par la conscience se trouve artificiellement fixée : « Lorsque l’extériorité d’indifférence est hypostasiée comme substance existant en et par soi […] elle fait l’objet d’un type d’études particulier sous le nom de géométrie4. » Cette distinction est assez répandue, mais Heidegger éprouve également le besoin de la rappeler lorsqu’il conduit l’examen de la spatialisation du Dasein : « Dans cette ouverture prochaine, l’espace demeure encore en retrait en tant que pur “où” de toute ordination métrique d’emplacements ou détermination métrique de situations5. » Deux précisions s’imposent dès à présent, pour parvenir à une formulation convenable du problème. D’une part, il va de soi que l’étendue géométrique et l’espace dont la théorie physique impose la conception n’ont pas le même statut gnoséologique, et ne peuvent tolérer le même traitement6 – c’est du reste la raison pour laquelle Sartre peut prétendre utiliser les conceptions d’un Broglie dans l’exposé que nous allons étudier. Cependant, le rappel de la distinction validée par Sartre s’impose ici, pour autant que l’auteur ne semblent envisager, dans les problèmes physiques retenus, que les difficultés métrologiques soulevées par l’assignation d’une dimension. D’autre part, la spatialisation originaire du pour-soi ne peut signifier simplement qu’il « impose » aux phénomènes une forme a priori de sa sensibilité, de telle façon que, foncièrement, il se tiendrait en retrait de son déploiement spatialisant. Comme nous l’avons dit, l’espace incorpore la subjectivité qui le projette : « C’est précisément en tant qu’il [le pour-soi] nie de lui-même l’extériorité en se saisissant comme extatique qu’il spatialise l’espace7. » Cette analyse doit demeurer valable lorsqu’on l’applique au Dasein humain, dont la troisième partie examine les structures complémentaires – au premier rang desquelles figure la corporéité. Il nous faut donc essayer de comprendre à quel titre Sartre peut espérer tirer parti d’une certaine forme d’assignation de dimensions, qu’il estime caractéristique de la physique contemporaine, pour éclairer l’entrée effective du sujet dans le monde. Quel peut être, en somme, le noyau phénoménologique qui, dans les sciences modernes, peut servir (fût-ce sur un mode simplement pédagogique) une description du Dasein humain ? Précisons tout de suite qu’à terme, nous n’entendons aucunement donner à ce passage une portée épistémologique qu’il ne saurait revendiquer, mais que nous souhaitons simplement rendre raison de son inscription dans cette troisième partie de L’Être et le Néant.

Le cas de la microphysique

  • 8 Ibid., p. 354.
  • 9 Critique de la raison pure, « Esthétique transcendantale », Première section, trad. Tremesaygues et (...)
  • 10 La géométrie ne traiterait que de chimères si le propriétés de l’espace n’étaient pas aussi détermi (...)

3La référence aux acquis de la physique contemporaine intervient d’abord pour dissiper une conception superficielle du déploiement spatialisant, selon laquelle on accordera que l’espace n’est pas une substance distincte de la conscience, en ce sens qu’il est bien plutôt un aspect de sa transcendance ; mais on ajoutera que dans cet espace, les relations entre les places et les positions des étants sont réciproques, c’est-à-dire définies indifféremment les unes par rapport aux autres. Sartre affirme clairement que ces deux affirmations, qui permettent de définir l’espace comme une simple forme de l’intuition, ne peuvent être tenues ensemble dans la description d’une expérience spatialisante concrète : « La constitution de l’espace comme multiplicité de relations réciproques ne peut s’opérer […] que du point de vue abstrait de la science : elle ne saurait être vécue, elle n’est pas même représentable8. » On peut bien identifier, dans cette critique, une lecture des thèses kantiennes ; mais il faut alors songer à l’exposition transcendantale du concept d’espace, qui vise précisément à mettre en évidence ce que doit être l’espace pour satisfaire à une certaine exigence de la géométrie9, davantage qu’à son exposition métaphysique (comme intuition pure), étant donné que l’exigence posée par Kant comporte de plus la nécessité d’un rapport à l’objet de l’expérience10 – cette lecture de l’exposition métaphysique à la lumière de l’exposition transcendantale est d’ailleurs répandue à l’époque. Quoi qu’il en soit, l’erreur qui consiste à supposer quelque homogénéité vécue des parties de l’espace recouvre en réalité une mécompréhension plus profonde, selon laquelle l’observateur ne serait pas lui-même compris, à titre constitutif, dans le système des relations qu’entretiennent les places et les positions. La microphysique contribuerait au contraire à nous découvrir l’implication de la subjectivité spatialisante dans les relations positionnelles dont elle produit le cadre :

  • 11 L’Être et le Néant, p. 354.

« Ce qu’un Broglie est conduit à appeler “expérience” est un système de relations univoques d’où l’observateur n’est pas exclu. Et si la micro-physique doit réintégrer l’observateur au sein du système scientifique, ce n’est pas à titre de pure subjectivité – cette notion n’aurait pas plus de sens que celle d’objectivité pure – mais comme un rapport originel au monde, comme une place, comme ce vers quoi s’orientent tous les rapports envisagés11. »

4Cette déclaration de Sartre est d’autant plus délicate qu’elle n’exclut pas qu’en microphysique, la subjectivité humaine intervienne effectivement pour déterminer le système – elle écarte simplement l’idée d’une subjectivité absolue, qui disposerait du cadre formel dans lequel viendrait s’inscrire le complexe indépendant, et rigoureusement déterminé, des relations objectives. La compréhension épistémologique des phénomènes microphysiques mettrait en évidence une convergence entre la conception phénoménologique du déploiement spatialisant et le progrès des sciences. L’enjeu du parallèle reste probablement limité : il ne s’agit pas de trouver dans la microphysique des éléments qui serviraient positivement la description des structures du Dasein, mais simplement de rendre cette description plus spontanément acceptable, ou peut-être plus accessible. Cependant, cette ambition même requiert, en droit, que le parallèle suggéré par Sartre désigne une authentique analogie, et non une simple métaphore.

5Dans cet alinéa, l’auteur allègue immédiatement les fameuses relations d’indétermination de Heisenberg :

  • 12 Ibid., p. 355.

« C’est ainsi, que le principe d’indétermination de Heisenberg ne peut être considéré ni comme une infirmation, ni comme une confirmation du postulat déterministe. Simplement, au lieu d’être pure liaison entre les choses, il enveloppe en soi le rapport originel de l’homme aux choses et sa place dans le monde12. »

  • 13 « Les idées nouvelles introduites par la mécanique quantique », Matière et lumière, Paris. Albin Mi (...)
  • 14 Sur ce point, voir le texte de B. Bensaude-Vmcent, « France : un accueil difficile », in Le Monde q (...)
  • 15 M. Bitbol définit cette diminution en de meilleurs termes : « […] il n’est pas possible de se servi (...)
  • 16 « La physique quantique restera-t-elle déterministe ? », Nouvelles Perspectives en microphysique, P (...)

6L’objection sous laquelle tombe cet argument saute aux yeux : de façon simple, disons que les relations qui entrent dans la définition du principe d’indétermination ne conduisent nullement à soutenir que l’expérience enveloppe l’observateur au titre de subjectivité, mais seulement qu’elles se traduisent concrètement dans le fait que les moyens d’observation exercent une influence sur l’expérience. Broglie ne manquera d’ailleurs pas d’apporter cette précision : « Les moyens d’observation, les instruments de mesure et même les organes de nos sens appartiennent évidemment à l’ordre objectif13. » De fait, si l’on s’en tient aux éléments du dispositif expérimental, ce n’est certainement pas sous le rapport du déploiement spatialisant de toute conscience que l’observateur scientifique participe activement à la constitution empirique du phénomène physique. On peut tenir que Sartre ne commet pas une pareille confusion – quoi qu’il en soit de l’impression laissée par le texte en première lecture, il suffit, pour se convaincre de l’invraisemblance d’une telle méprise, de se souvenir qu’à l’époque, et parmi les philosophes français, les débats soulevés par les relations d’indétermination visent avant tout la restauration d’un réalisme apparemment menacé par le rôle déterminant de l’observateur14. Il nous semble donc très douteux que Sartre vise, dans la mention du principe d’indétermination, la seule intervention physique des instruments de mesure. Peut-être faut-il rappeler très brièvement la signification bien positive de ce principe. Selon les termes de Broglie, qui sont probablement mieux connus de Sartre, Heisenberg établit qu’en microphysique, on ne peut mesurer simultanément les coordonnées d’une particule et la composanté correspondante de sa quantité de mouvement. L’indétermination de la position du corpuscule réside en ce qu’il peut se révéler « présent » en un point quelconque de la région occupée par l’onde, avec une certaine probabilité (proportionnelle au carré de l’amplitude de l’onde en ce point). Toute expérience qui précise notre connaissance de la position diminue15 corrélativement la connaissance de la quantité de mouvement, et réciproquement. L’intervention des moyens d’observation, dans la théorie quantique, produit « une réduction du paquet d’ondes », qui se peut interpréter dans ces termes : « Entre chaque mesure les probabilités ont une évolution rigoureuse réglée par l’équation d’onde, mais chaque mesure ou observation nouvelle, par les informations qu’elle nous apporte, rompt le cours de ce déterminisme des probabilités16. » Autrement dit, au cours de l’observation, l’équation d’onde se réduit à l’une des possibilités qu’elle décrit, en fonction du paramètre retenu. De plus, et pour le dire rapidement, il faut ajouter que cette « réduction du paquet d’onde » s’effectue sans transfert d’énergie – entendons qu’il ne faut pas s’imaginer l’onde comme une répartition de l’énergie de la particule, mais plutôt comme une zone de probabilité, dont le statut est beaucoup plus abstrait. Dans cette perspective, la référence sartrienne à l’assignation des dimensions d’une mesure nous paraît présenter beaucoup plus d’intérêt.

  • 17 L’Être et le Néant, p. 355.

7Il ne s’agit plus, en effet, de confondre la subjectivité de l’observateur avec l’influence matérielle exercée par les instruments de mesure, mais de découvrir sous cette influence la part assignable d’un choix préalable. L’indétermination réside en ce qu’on ne peut mesurer, selon une certaine gamme de dispersion attendue pour une mesure ultérieure, que l’une des caractéristiques de la particule – au sens où, selon les relations de Heisenberg, la mesure du second paramètre donne lieu à une dispersion bien supérieure. Bien plus, il faut considérer que cette propriété ne reçoit sa consistance physique qu’au moment ou s’effectue la mesure, selon la « dimension » retenue. Ce n’est donc pas simplement que l’opération de mesure, appliquée à un système microphysique, provoque une modification de ce système, mais bien que l’état physique de la propriété mesurée dans l’expérience, c’est-à-dire le corrélat du paramètre élu par l’observateur, reste « flou » aussi longtemps que l’opération de mesure n’est pas réalisée. À l’extrême, on dira que les relations spatiales (la position d’une particule) caractéristiques d’un système microphysique enveloppent bien un élément subjectif, qui réside dans l’élection préalable d’une dimension pour la mesure. En somme, l’assignation d’une dimension ne relève plus, dans la microphysique, du choix d’un paramètre qui laisserait inchangés les objets auquel on l’applique (comme c’est le cas dans l’usage cartésien de la dimensio, qui peut même ne recevoir aucun corrélat physique), mais elle détermine foncièrement le phénomène. Avant de procéder à la critique de cette interprétation, il faut donc prendre acte de l’argument qui, probablement, oriente ces lignes de L’Être et le Néant. Sartre n’identifie pas naïvement le déploiement spatialisant du Dasein humain, situé dans la configuration d’un monde, avec la perturbation provoquée par les instruments de mesure dans un système microphysique. Il suggère simplement que l’assignation d’une dimension est une version gnoséologique (et, partant, très dérivée) d’un tel déploiement, et il utilise manifestement l’exemple du principe d’indétermination pour montrer que cette assignation ne permet pas de se donner un cadre où s’exercerait paisiblement le déterminisme des phénomènes. Comme toute forme de spatialisation, la position d’une dimension configure les relations objectives sous le rapport d’une conscience spatialisante : elle ne les laisse pas subsister à part de son projet dévoilant – supposition absurde d’un « monde désert », vide des êtres qui le constituent. L’institution d’une dimension, sous ce point de vue, ne relève pas seulement d’une épistémologie constituée – elle désigne une possibilité du Dasein humain : « Surgir, pour moi, c’est déplier mes distances aux choses17… » Nous poursuivrons tout à l’heure la citation.

Formules de dimensions et sens de la relation

  • 18 Ibid.
  • 19 Voir Bachelard, Essai sur la connaissance approchée, Paris, Vrin, 1987, livre II, chap. VI.

8L’importance de la notion de dimension est attestée, avant même la déclaration explicite de Sartre, par l’interprétation proposée du passage des phénomènes macroscopiques aux observations microscopiques, qui doit certifier le rôle déterminant du situs humain dans les relations objectives : « C’est ce que marque assez, par exemple, le fait qu’on ne peut pas faire croître de quantités proportionnelles les dimensions de corps en mouvement sans changer leurs relations de vitesse18. » On s’attendrait à voir Sartre évoquer pour lui-même le problème des ordres de grandeur, c’est-à-dire le fait que les différentes quantités caractéristiques de tel phénomène physique ne réagissent pas également à leur multiplication selon les formules de dimensions19. L’ordre de grandeur détermine certaines configurations mécaniques, de telle façon qu’il est impossible de faire varier proportionnellement toutes les quantités sans modifier les relations qu’elles entretiennent. L’utilisation des formules de dimensions le met en évidence : l’espace n’est pas une forme a priori au sein de laquelle les rapports objectifs demeurent toujours homogènes, quelle que soit l’échelle envisagée. Selon cette perspective, nous nous retrouvons dans une situation assez analogue à celle définie par l’interaction des instruments de mesure et des particules en physique quantique : il s’agit d’identifier, dans la dimension, le motif empirique d’un changement matériel. Mais, pas plus qu’il ne confondait la configuration expérimentale microphysique avec le déploiement spatialisant du Dasein, Sartre ne retient maintenant, dans la question de la dimension, le problème concret soulevé par les ordres de grandeur : il n’envisage pas les modifications matérielles qui sanctionnent l’application des formules de dimensions, mais il se rend attentif au fait que le phénomène, même lorsqu’il tolère une certaine amplification, ne se donne jamais en dehors des dimensions sous lesquelles nous pouvons l’appréhender. Ce n’est pas simplement que des techniques métrologiques soutiennent sa description pertinente, comme si lui réservions un cadre au sein duquel il supporterait l’expression mathématique – bien davantage, les relations spatiales n’ont pas d’autre consistance que celle assignée par l’institution d’une dimension, même si le changement d’échelle ne modifie pas la nature physique du phénomène :

  • 20 L’Être et le Néant, p. 355.

« Si j’examine à l’œil nu, puis au microscope le mouvement d’un corps vers un autre, il me paraîtra cent fois plus rapide dans le second cas car, bien que le corps en mouvement ne se soit pas rapproché davantage du corps vers lequel il se déplace, il a parcouru dans le même temps un espace cent fois plus grand20. »

  • 21 Op. cit., p. 90.

9En la circonstance, on objectera bien que, du point de vue du physicien, la situation décrite dans cette phrase ne permet pas d’affirmer que les relations spatiales ont subi, à travers le changement d’échelle, une modification radicale. Le propos de Sartre est toutefois plus complexe qu’il peut paraître. Nous pouvons en effet entendre cette déclaration en un tout autre sens : la permanence des relations quantifiables entre les deux corps, malgré la multiplication des dimensions, ne constitue jamais qu’un cas particulier, qui ne doit pas masquer le bouleversement spatial qui se produit dans le rapport des étants. Finalement, et comme le dit Bachelard en un contexte différent, « une amplification qui réussit ne prouve […] finalement qu’une chose : l’homogénéité de nos formules, la justesse de nos déductions formelles21 », et certainement pas, faut-il ajouter, une quelconque homogénéité de l’espace lui-même, qui ne demeure jamais indifférent aux dimensions sous lesquelles nous exprimons le rapport des objets en son sein – la relation de vitesse, dans le cas présent.

10C’est pourquoi l’énumération d’exemples scientifiques un peu disparates que propose Sartre introduit un unique argument, décisif il est vrai :

  • 22 L’Être et le Néant, p. 355.

« […] C’est nous-mêmes qui décidons de ces dimensions par notre surgissement même dans le monde, et il faut bien que nous en décidions, sinon elles ne seraient pas du tout. Ainsi sont-elles relatives, non à la connaissance que nous en prenons, mais à notre engagement premier au sein du monde22. »

11Le sens de l’institution d’une dimension, auquel, pensons nous, se ramènent les exemples retenus par Sartre, reçoit maintenant son explicitation. Pour bien comprendre cette déclaration, qui impute la relativité des relations spatiales au surgissement du pour-soi, et non simplement aux conditions formelles de possibilité d’une science, il importe de revenir sur une déclaration de la seconde partie de L’Être et le Néant, extraite d’une page dont nous avons déjà souligné l’importance :

  • 23 Ibid., p. 225.

« Le pour-soi n’est pas avec l’en-soi dans un rapport de juxtaposition ou d’extériorité indifférente : sa relation avec l’en-soi comme fondement de toutes les relations est la négation interne et il est au contraire ce par quoi l’être-en-soi vient à l’extériorité indifférente par rapport à d’autres êtres existant dans un monde23. »

  • 24 Ibid.

12Deux points doivent être soulignés dès à présent. 1/ Cette affirmation résulte de ce que les étants intra-mondains ne contiennent pas en eux-mêmes de quoi nier leur identité avec le tout de l’être, de telle sorte qu’ils ne peuvent être déterminés comme ceci, c’est-à-dire sanctionner l’opération de la négation, que par le pouvoir ek-statique du pour-soi, qui entretient à la fois un rapport au tout de l’être et au ceci comme tel. 2/ Toutefois, comme le pour-soi laisse le ceci intact, pour autant que l’étant implique l’être-en-soi, le Dasein ne peut procéder à une synthèse effective « de tous les ceci en totalité24 », c’est-à-dire qu’il les laisse subsister dans leur relation d’extériorité. C’est la raison pour laquelle le monde nous apparaît à la fois, dans le procès de la spatialisation, comme une totalité vraiment synthétique et comme une pure collection. L’assignation d’une dimension relève en ce sens d’une tentative provisoire du pour-soi, destinée à donner une figure stable des relations entretenues par les étants intra-mondains. Nous comprenons bien que cette opération n’est pas relative à notre connaissance, en ce sens que les étants entretiendraient en eux-mêmes un système de rapports auquel il s’agirait de conformer nos paramètres – le monde n’est pas seulement l’horizon externe de nos connaissances, comme totalité des relations phénoménales. Bien au contraire, comme il appartient à la structure ontologique de la conscience spatialisante de produire l’extériorisation indifférente de l’en-soi, il est exclu que les relations des ceci apparaissent sans être foncièrement orientées, via le surgissement même du pour-soi, pour un être capable de se situer dans le monde – l’assignation des dimensions permet à l’observateur d’ordonner son rapport originel au monde, certainement pas de s’en abstraire.

  • 25 Ibid., p. 355.
  • 26 Ibid.

13Le dernier exemple retenu par Sartre consiste en une formulation très simple du principe de la relativité qui, en première lecture, ne semble pas servir vraiment son propos – ce principe certifierait le caractère déterminant de notre engagement dans le monde : « C’est ce qu’exprime parfaitement la théorie de la relativité : un observateur placé au sein d’un système ne peut déterminer par aucune expérience si le système est en repos ou en mouvement25. » Formulée dans ces termes élémentaires, ce que Sartre qualifie de théorie de la relativité consiste simplement en une dérivation du principe d’inertie, dans laquelle on fait d’ailleurs abstraction des ressources mathématiques requises pour rendre convertibles les apparences relatives aux différents spectateurs. Quoi qu’il en soit, le principe d’inertie, qui affirme l’équivalence mécanique du corps en repos et du mouvement rectiligne uniforme, permet en effet d’affirmer qu’un observateur placé au sein d’un système n’a aucun moyen de savoir si le système est en repos ou en mouvement inertial. On ne voit vraiment pas en quoi l’observateur se trouve ici engagé au titre de Dasein spatialisant – mais il est vrai que, dans l’économie du passage, ce n’est plus là ce que Sartre entend précisément établir : il affirme surtout que « cette relativité n’est pas un “relativisme” : elle ne concerne pas la connaissance ; mieux encore, elle implique le postulat dogmatique selon lequel la connaissance nous livre ce qui est 26». Cette déclaration comporte en réalité deux aspects : d’une part, dans la pratique scientifique elle-même, on s’abstiendrait désormais de chercher le système du monde en deçà des relations mesurables accessibles à l’observateur ; d’autre part, cette situation épistémologique (dont le tableau peut être contesté, à tout le moins dans le cas de la microphysique) correspondrait par bonheur aux acquis d’une phénoménologie conséquente, qui ne chercherait plus à restaurer l’indépendance de la relation par rapport à la conscience qui la pose.

La portée des exemples scientifiques

14Si l’on accepte l’interprétation que nous avons suggérée, pour ce texte de L’Être et le Néant consacré aux développements de la science contemporaine, et si l’on considère qu’il sert effectivement l’intelligence de la spatialisation propre du Dasein, on ne peut s’épargner d’en évaluer les bénéfices dans l’économie générale du projet phénoménologique sartrien – étant bien entendu que cet extrait n’a aucune prétention proprement épistémologique.

151 / Nous avons déjà rappelé que, selon Sartre, l’espace abstrait auquel s’appliquent les opérations de mesure consiste en une version hypostasiée de l’extériorité indifférente des ceci, continûment produite et modifiée par le déploiement spatialisant du Dasein. Lorsque Sartre envisage, même très allusivement, les problèmes théoriques soulevés par les relations d’indétermination, les ordres de grandeur ou, d’une façon moins convaincante, le principe de relativité, il rappelle que cette étendue représentée suppose une certaine situation dans l’espace, laquelle ne peut guère se comprendre que de deux façons. Soit l’on considère que l’inclusion de l’observateur dans le système physique n’est que l’indice d’un relativisme gnoséologique, et l’on adopte alors le point de vue des sciences constituées qui, lorsqu’elles envisagent le problème pour lui-même, produisent des solutions positives (la théorie de la relativité), ou s’appliquent à dissiper les véritables antinomies soulevées par l’explication des phénomènes microphysiques – entre l’idéalisme d’un Wigner et le réalisme d’un Rohrlich, par exemple. Soit l’on adopte un point de vue résolument phénoménologique, qui n’apporte rien aux progrès de la science positive, et l’on considère avec Sartre que, si l’espace représenté (du physicien) suppose une situation dans l’espace, celle-ci n’est possible, à son tour, que comme projet dans l’espace : l’expérience est ainsi relative au surgissement même du pour-soi, à son déploiement spatialisant. L’espace est toujours déjà un espace spatialisé et vécu, dans lequel s’engage la subjectivité : l’espace est l’expérience de l’espace, de sorte que les opérations métrologiques portent la trace d’un engagement originaire du Dasein. La notion de dimension présente alors l’intérêt de donner un contenu gnoséologique accessible à la thèse selon laquelle le système relationnel des étants, au lieu de s’inscrire sous une forme a priori, ne saurait jamais se séparer du mouvement par lequel la conscience révèle l’espace. L’assignation d’une dimension, selon cette interprétation, est effectivement l’indice de ce que le Dasein s’engage dans la spatialité qu’il projette, même lorsque celle-ci se trouve hypostasiée dans la science. En fin de compte, cette exposition est plutôt réaliste : la relativité phénoménologique, dont Sartre veut identifier les traces dans les théories physiques, signifie en effet que le pour-soi ne peut effectuer une synthèse définitive des rapports institués entre les étants, de telle façon que les choses se résorberaient dans leur relation – même si l’on ne donne à cette totalisation qu’une fonction simplement régulatrice. L’impossibilité ne résulte pas de ce qu’il faudrait supposer une chose-en-soi derrière les relations intra-mondaines, car elle ne sanctionne nullement les limites inhérentes à toute forme de représentation. Elle manifeste le fait que le Dasein enregistre toujours l’indépendance des ceci, puisque le pour-soi réalise, en même temps qu’un système provisoire de relations qui fait l’espace, le caractère d’en-soi des étants intra-mondains, qui les maintient précisément dans une extériorité indifférente. Le déploiement spatialisant du Dasein pose l’indépendance des ceci, de la même manière que l’assignation d’une dimension donne consistance à des relations spatiales par lesquelles, en même temps, les étants intra-mondains stabilisent leur caractère d’extériorité – d’où la conclusion de ces lignes consacrées aux progrès de la science moderne :

  • 27 Ibid.

« Surgir, pour moi, c’est déplier mes distances aux choses et par là même faire qu’il y ait des choses. Mais, par suite, les choses sont précisément “choses-qui-existent-à-distance-de-moi”. Ainsi le monde me renvoie cette relation univoque qui est mon être et par quoi je fais qu’il se révèle27. »

16En somme, et c’est ce qui confère à la lecture sartrienne de la microphysique, malgré les apparences, un caractère réaliste, les relations par lesquelles je puis produire un système des étants n’affectent pas l’être même des ceci soumis aux opérations métrologiques. Par suite, il nous semble très peu probable que Sartre utilise les relations d’indétermination de Heisenberg pour suggérer que les modifications matérielles produites par la mesure sont assimilables au déploiement spatialisant du Dasein humain. Il veut plutôt suggérer que la microphysique redouble, sous une forme évidemment ordonnée, la mise en situation caractéristique de toute mondanéisation – un peu comme le corps, étudié dans les pages suivantes de l’œuvre.

  • 28 Ibid., p. 354.
  • 29 Op. cit., « Analytique des principes », chap. II, troisième section, p. 195.
  • 30 Sur cette question, voir l’explication du P. Marty, Kant et la naissance de la métaphysique, Paris, (...)

172/ La conception phénoménologique de l’espace impose donc une nouvelle compréhension de la catégorie de la relation. De fait, juste avant d’étudier les exemples physiques, Sartre critique en ces termes la doctrine classique : « L’idéalisme a justement insisté sur le fait que la relation fait le monde. Mais comme il se plaçait sur le terrain de la science newtonienne, il concevait cette relation comme relation de réciprocité28. » La mention des « concepts abstraits » du type de « l’action et de la réaction » suggère évidemment que la troisième loi du mouvement chez Newton, qui énonce l’égalité entre l’action et la réaction, c’est-à-dire leur réciprocité, est comprise dans sa reprise kantienne, où l’action réciproque appartient à la catégorie de la relation. Or, il faut noter que l’expression de l’action réciproque dans la seconde édition de la Critique de la raison pure met au premier plan une référence capitale à l’espace : « Toutes les substances, en tant qu’elles peuvent être perçues comme simultanées dans l’espace, sont dans une action réciproque universelle29. » La précision apportée dans la seconde édition tient au fait que la simultanéité de deux faits, qui se reconnaît aux rapports réciproques qu’ils entretiennent, ne peut être énoncée sous le seul point de vue de leur appartenance à un même temps30. Rappeler que l’appréhension d’une simultanéité objective s’opère dans l’espace, c’est signifier que les deux étants considérés dans leur influence réciproque définissent un espace caractérisé par la continuité. En fin de compte, nous ne pouvons dire qu’ils appartiennent au même lieu que s’ils agissent l’un sur l’autre :

  • 31 Ibid., p. 196.

« La simultanéité des substances dans l’espace ne peut donc pas être connue dans l’expérience autrement que par la supposition d’une action réciproque des unes sur les autres ; cette supposition constitue donc aussi la condition de la possibilité des choses mêmes comme objets de l’expérience31. »

18Même si la relation est idéale, c’est-à-dire produite selon un système d’actes de la conscience, elle se produit à distance du sujet, pour désigner l’action réciproque des étants et se fixer dans un espace continu. Et, comme nous l’avons vu, la phénoménologie sartrienne impose plutôt la conception d’une continuité spatiale que je ne cesse pas d’habiter – qui, dans la perception, est sans cesse modulable et qui, dans la science, inclut nécessairement l’observateur comme un point de fuite qui détermine la nature des relations, lors même qu’il ne peut jamais résorber l’être même des choses dans ces rapports.

193 / Nous pouvons ainsi conclure sur le rôle et la limite des exemples retenus par Sartre. De la même façon que le corps donne au projet mondanéisant sa réalisation facticielle, la science moderne (et. plus particulièrement, la microphysique) fournirait, à l’occasion des problèmes inédits liés à l’assignation des dimensions de la mesure, une expression objective de la spatialisation originaire. Maintenant, force est de constater que cette (brève) tentative pour se convaincre des convergences fondamentales de domaines à ce point hétérogènes n’emporte pas vraiment la conviction du lecteur – même si l’on évite, comme nous nous sommes efforcés de le faire, certaines confusions répandues, entre la perturbation introduite par l’instrument de mesure et le projet dévoilant du Dasein humain. Sans trop insister sur la difficulté réelle soulevée par l’utilisation des données positives de la science moderne au sein d’une description phénoménologique, contentons-nous de suggérer, en termes kantiens, que Sartre ne cherche pas à fournir une exposition transcendantale du concept d’espace, dans laquelle nous pourrions le saisir comme un principe capable d’expliquer la possibilité et le caractère précis des connaissances scientifiques – ce type d’exposition constituant pourtant une condition nécessaire (mais non suffisante) à la mention rigoureuse des procédés développés dans l’espace objectivé du savant. D’une manière générale, ce refus permet d’ailleurs de comprendre l’appréciation dont l’« Esthétique transcendantale » fait l’objet en milieu phénoménologique – faute d’enregistrer la distinction des deux expositions du concept d’espace chez Kant, P. Ricœur peut affirmer que

  • 32 « Kant et Husserl », Kantstudien 46 (1954-1955), p. 49 ; repris dans À l’école de la phénoménologie(...)

« l’Esthétique transcendantale est sans doute la partie la moins phénoménologique de la Critique. La description [kantienne] de la spatialité des phénomènes […] est écrasée entre d’une part le souci épistémologique de justifier, par le concept d’intuition pure, les jugements synthétiques a priori de la géométrie et la constructibilité caractéristique du raisonnement mathématique et d’autre part le souci ontologique de restituer exactement l’être de l’espace32 ».

  • 33 Critique de la raison pure, deuxième édition, « Esthétique transcendantale », Ire section, p. 57.
  • 34 Dans son cours d’agrégation sur L’Être et le Néant, 1992-1993.

20Mais l’étude du texte sartrien certifie qu’à l’inverse, le fait que la spatialisation produise la déterminabilité des relations reste bien trop vague pour justifier l’utilisation des exemples physiques – il relève finalement d’une description dont la portée n’excède pas l’exposition métaphysique de ce concept chez Kant, où nous apprenons que « l’espace est représenté comme une grandeur infinie donnée33 », c’est-à-dire qu’il entre dans la structure du sujet d’être toujours ouvert à la présence infinie en dehors de soi. L’exposition phénoménologique du concept d’espace présente l’avantage d’éclairer la production de cette réceptivité mais, pas davantage que l’exposition métaphysique kantienne, elle ne peut en tirer les structures spatiales auxquelles s’appliquent les sciences constituées. En ce cas, pourquoi alléguer les progrès des sciences, comme le fait Sartre dans ce texte, comme l’a fait également Heidegger, dans un premier temps ? La réponse relève sans doute de l’histoire des idées : ainsi que le suggère B. Besnier34, ces auteurs ont pu espérer que les nouvelles théories physiques, contemporaines du développement de la phénoménologie, s’inscriraient dans quelque synthèse philosophique, analogue à celles mises en place au cours de l’âge classique. La phénoménologie proprement sartrienne peut s’autoriser, pour son propre compte, une utilisation suggestive de l’état de la microphysique en son temps, dans la mesure où elle échappe à l’accusation d’idéalisme abstrait en maintenant l’indépendance des ceci intra-mondains. Mais il demeure qu’elle ne saurait entretenir, avec la science contemporaine, la même relation que la philosophie critique de Kant avec la science classique : tandis qu’il existe une véritable analogie, pourvue d’une portée gnoséologique, entre les formes a priori de l’intuition sensible et l’immobilisation de la sphère des fixes chez Copernic, la compréhension du déploiement spatialisant du Dasein ne peut emprunter à la microphysique que des comparaisons plus ou moins heureuses, dont nous avons essayé de préciser les termes acceptables.

Notes

1 L’Être et le le Néant, Paris, Gallimard, collection TEL, 1991, p. 353.

2 « Das ontologisch wohlverstandene “Subjekt”, das Dasein, ist in einem ursprünglichen Sinn Raumlich », Sein und Zeit, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 1993, I, I, chap. III, C, § 24, p. 111 ; trad. E. Martineau, Authentica, 1985, p. 98.

3 Cité dans les Méditations cartésiennes, trad. Peiffer et Lévinas, Paris, Vrin, 1986, p. VI.

4 L’Être et le Néant, p. 225.

5 « Der Raum bleibt bei dieser näachsten Erschlossenheit noch verborgen als das reine Worin einer metrischen Stelleordnung und Lagebestimmung », op. cit., p. 110 ; trad. E. Martineau, p. 98.

6 Le premier problème que les relations d’indétermination posent à la conception de l’espace concerne plutôt la notion de trajectoire.

7 L’Être et le Néant, p. 225.

8 Ibid., p. 354.

9 Critique de la raison pure, « Esthétique transcendantale », Première section, trad. Tremesaygues et Pacaud, Paris, PUF, 1944, p. 57.

10 La géométrie ne traiterait que de chimères si le propriétés de l’espace n’étaient pas aussi déterminantes pour les objets de l’expérience : « C’est pourquoi, bien que dans les jugements synthétiques nous connaissions a priori, de l’espace en général ou des figures qu’y découpe l’imagination productrice, tant de choses que nous n’avons plus besoin ici du concours de l’expérience, cette connaissance ne serait pourtant rien du tout – même on ne s’y occuperait que de simples chimères – s’il ne fallait pas regarder l’espace comme la condition des phénomènes qui constitue la matière de l’expérience externe » (ibid., « Analytique des principes », chap. II, deuxième section, p. 161).

11 L’Être et le Néant, p. 354.

12 Ibid., p. 355.

13 « Les idées nouvelles introduites par la mécanique quantique », Matière et lumière, Paris. Albin Michel, 1956, p. 280.

14 Sur ce point, voir le texte de B. Bensaude-Vmcent, « France : un accueil difficile », in Le Monde quantique, sous la direction de Stéphane Deligeorges, Paris, Seuil, 1984, p. 67- 80.

15 M. Bitbol définit cette diminution en de meilleurs termes : « […] il n’est pas possible de se servir d’un certain type de préparation expérimentale pour réduire la dispersion sur les valeurs de l’une des variables, sans augmenter en proportion la dispersion sur les valeurs de l’autre variable conjuguée », Mécanique quantique. Une introduction philosophique, Paris, Flammarion, 1996, p. 272.

16 « La physique quantique restera-t-elle déterministe ? », Nouvelles Perspectives en microphysique, Paris, Albin Michel, 1958, p. 133.

17 L’Être et le Néant, p. 355.

18 Ibid.

19 Voir Bachelard, Essai sur la connaissance approchée, Paris, Vrin, 1987, livre II, chap. VI.

20 L’Être et le Néant, p. 355.

21 Op. cit., p. 90.

22 L’Être et le Néant, p. 355.

23 Ibid., p. 225.

24 Ibid.

25 Ibid., p. 355.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 Ibid., p. 354.

29 Op. cit., « Analytique des principes », chap. II, troisième section, p. 195.

30 Sur cette question, voir l’explication du P. Marty, Kant et la naissance de la métaphysique, Paris, Beauchesne, 1980, p. 97-99.

31 Ibid., p. 196.

32 « Kant et Husserl », Kantstudien 46 (1954-1955), p. 49 ; repris dans À l’école de la phénoménologie, Paris, Vrin, 1986, p. 232.

33 Critique de la raison pure, deuxième édition, « Esthétique transcendantale », Ire section, p. 57.

34 Dans son cours d’agrégation sur L’Être et le Néant, 1992-1993.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search