Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le moment idéologique

 | 
Yves Citton
, 
Lise Dumasy

Chapitre 8

L’Idéologue Volney devant l’altérité des langues du Proche-Orient : utopies et apories

Daniel Lançon

Texte intégral

Du voyage à la scène révolutionnaire

  • 1 Volney, Voyage en Syrie et en Égypte pendant les années 1783, 1784 et 1785, Paris, Voland et Desenn (...)
  • 2 À la fin de sa vie, Volney raconte qu’avant son départ il avait consulté le professeur d’arabe du C (...)

1Lors de son arrivée à Alexandrie, Volney ressent le choc de cette « langue dont les sons barbares et l’accent âcre et guttural effraient » l’oreille, ainsi que l’écrit le jeune homme dans le récit de voyage qu’il publie en 17871. Il n’en décide pas moins d’apprendre l’arabe parlé, huit mois durant, au Liban, et ne commence réellement son voyage qu’une fois cette compétence acquise2. Très vite, il découvre la conduite désordonnée et fantaisiste des Occidentaux transcrivant l’arabe sans aucune règle, et rêve dès ce jour d’assigner aux sons de cette langue des représentants graphiques

  • 3 Voyage…, déjà cité, p. 66. « Au Kaire, j’entendais l’arabe de la bouche du peuple, et le turc de l (...)

plus rapprochés des nôtres, en leur ajoutant des signes convenus. Si chaque peuple en faisait autant, la nomenclature deviendrait une. Ce serait un premier pas vers une opération qui devient de jour en jour plus pressante et plus facile, la mise au point d’un alphabet général qui puisse convenir à toutes les langues, ou du moins à celles de l’Europe.3

  • 4 Jean Gaulmier parle de « translittération logique » d’une écriture qui « astreint le lecteur à médi (...)
  • 5 Pour Henri Besse, « cette translittérarisation prive le « novice » européen d’une grande partie de (...)

2Volney envisage d’élaborer un système de translittération dans lequel il s’agirait d’écrire en caractères latins, eux-mêmes modifiés (ce qui est audacieux), des mots et des phrases jusqu’alors écrits en alphabet arabe. Ce système de « transposition » graphique s’oppose à ce que l’on nomme la « transcription » qui est une notation graphique basée sur les observations empiriques des prononciations dialectales, dont Volney découvre la profusion4. Cette réalité ne le trouble manifestement pas au point de lui permettre d’envisager avec empirisme une réflexion sur la singularité et la grande diversité des usages5. Une fois rentré en Europe, il va au contraire imaginer un alphabet universalisable. Le fondement philosophique de son « système » est celui de la Grammaire générale de Nicolas Beauzée. Lorsqu’il envisage une détermination univoque du matériel des signes, une régulation rigoureuse de ceux-ci, c’est en effet au grammairien que l’on pense, quand il écrit :

  • 6 Nicolas Beauzée, Grammaire générale ou exposition raisonnée des éléments nécessaires du langage pou (...)

Il n’y a que l’ordre analytique qui puisse régler l’ordre et la proportion de cette image successive et fugitive [de la parole]. Cette règle est sûre, parce qu’elle est immuable comme la nature même de l’intelligence humaine, qui en est la source et le principe et dont les procédés sont les mêmes dans tous les individus de tous les lieux et de tous les temps, et qui est dans tous une émanation de la raison immuable et souveraine […].6

3Dans cette rationalisation à modélisation mathématique, le langage imagé des littératures est exclu, tout comme les usages dialectaux de la langue. Que Volney ait délibérément tout ignoré – ou feint d’ignorer – en ces domaines révèle la puissance de l’idéalisme linguistique qui régnait alors.

  • 7 Nicolas de Condorcet, Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, Paris, Flamm (...)
  • 8 Volney, Simplification des langues orientales, méthode nouvelle et facile d’apprendre les langues a (...)

4La Révolution éclate deux ans après la publication de son Voyage. Peu après, Condorcet envisage, dans les dernières pages de l’Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, la possibilité d’un « idiome scientifique différent du langage commun », avec de « nouveaux signes ». Soucieux face aux difficultés d’application, il se dit néanmoins optimiste sur les capacités de la langue française à cet égard, déclarée la plus avancée pour libérer les peuples7. Il se trouve que son essai est publié, de manière posthume, en mars 1795, le même mois que la Simplification des langues orientales, méthode nouvelle et facile d’apprendre les langues arabe, persane et turque avec des caractères européens de Volney 8. En cette même année séminale, Jean Delormel publie son Projet d’une langue universelle présenté à la Convention nationale. L’auteur y déclare qu’il veut « rapprocher les hommes et les peuples par le doux lien de la fraternité », et propose un nouvel alphabet avec dix voyelles, vingt consonnes et de nouveaux signes diacritiques. Ce fruit de l’idéalisme enthousiaste d’une époque qui pensait effacer les différences et les inégalités en proposant aux hommes une même langue est pourtant repoussé. Or, tel n’est pas le cas du petit ouvrage de Volney, soutenu et diffusé quant à lui par la Convention.

  • 9 Dans un « Rapport » adressé par le conventionnel André Miot au Comité de salut public le 8 frimaire (...)
  • 10 Volney, « Grammaire de la langue arabe », Simplification des langues orientales…, déjà cité, p. 27, (...)

5Cet ouvrage se compose d’une grammaire élémentaire de l’arabe parlé du Proche-Orient, à laquelle est appliqué un système de translittération en caractères européens, précédée d’un « Discours préliminaire »9. Volney se sert de ses souvenirs de voyageur, notamment pour présenter les caractéristiques des « onze lettres qui peignent des prononciations qui nous sont étrangères ». Il met alors en avant les usages dialectaux comparés des locuteurs qu’il a croisés, issus d’un vaste empire allant d’Alger jusqu’à Bagdad, adoptant parfois une posture purement empirique : « [c’est un véritable] à prononcé de la gorge, à la florentine : il faut l’avoir entendu pour le bien concevoir ». « Ces différences dépendent de l’usage du pays » affirme-t-il ailleurs, s’attachant à préciser la prononciation des Bédouins ou des Damascènes. Les considérations mélioratives sur le système de ces langues orientales ne manquent pas. La prononciation du persan et du turc y est dite « presque aussi coulante et plus harmonieuse que celle d’aucune langue d’Europe » ; « aucune langue d’Europe n’a la régularité, ni la simplicité de l’arabe » ; « rien n’est plus simple que la déclinaison du nom dans l’arabe vulgaire » ; « c’est avec le verbe en général que la langue arabe développe davantage la simplicité et la richesse de son mécanisme »10.

  • 11 Henri Besse, « Un homme des Lumières… », déjà cité, p. 171. Résumé de la méthode de cette Grammaire(...)

6Il est assez paradoxal que l’expérience concrète des langues orientales ait abouti à une transposition quelque peu abstraite. Volney a beau préciser si les prononciations qu’il met en avant relèvent de « l’arabe vulgaire » (le dialectal parlé dans chaque province de l’empire ottoman) ou de « l’arabe littéral ou savant », son abrégé ne peut en aucun cas rendre compte des échanges vivants et complexes entre les deux pratiques11. L’Idéologue français n’a pas accepté le caractère autre des traditions d’apprentissage de cette relation, ni le fait que ces parlers constituent la vie même des sociétés avec lesquelles il souhaite ardemment que son pays commerce. Dans une lettre adressée à l’abbé Grégoire, en octobre 1795, destinée à rechercher un appui institutionnel pour ce projet d’exportation des Lumières linguistiques, les préjugés de Volney apparaissent de manière tout à fait explicite. Grâce à sa méthode, écrit-il, on n’entendra « plus parler de toutes ces bigarrures grotesques et barbares d’alphabets arabes, éthiopiens, chinois et tartares » : « un même canon de signes régira une même série de sons ». Cherchant à prévenir la critique, il déclare :

  • 12 Lettre citée par Jean Gaulmier dans « Le Comité de salut public et la première grammaire arabe en F (...)

Je sais que les savants et les drogmans pratiques traiteront mon plan d’innovation et de chimère […] Entendez mon plan, discutez-le : faites imprimer la très courte grammaire arabe que j’ai faite, afin de lui faire subir l’épreuve des objections […] Mettez-moi en face de tous les orientalistes passés et présents.12

7C’est la première fois qu’apparaît la figure de l’orientaliste dans le propos de Volney, sous-entendu de « l’arabiste », ainsi qu’on nommait à l’époque les arabisants. Revenant sur son premier traité bien plus tard, il écrira :

  • 13 Volney, L’alfabet européen appliqué aux langues asiatiques…, déjà cité, p. 146.

J’avais publié un premier travail, dirigé vers ce but [établir un système de translittération], d’une manière si positive et si neuve, qu’il en résulta scandale dans l’école orientaliste de Paris : les professeurs blâmèrent beaucoup ma nouveauté dans leurs leçons.13

8Dans le « Discours préliminaire », il reprend son analyse de 1787 sur la « manière incomplète, réellement vicieuse, dont l’arabe peint la parole », puisque, par exemple, une partie des voyelles n’est pas écrite, alors que dans « nos langues d’Europe », « tout est peint avec détail, précision, scrupule, et les images nettes passent à l’esprit sans fatigue et sans confusion ». L’auteur se prévaut de l’impression commune des Européens, dont « l’œil » est « frappé de figures étranges » à la vue d’un livre en arabe. Nourri des grammaires générales et raisonnées, il conclut :

  • 14 Volney, Simplification des langues orientales…, déjà cité, p. 7.

Si, comme il est vrai, la majeure partie des prononciations, voyelles, aspirations, consonnes, est la même de langue à langue et de peuple à peuple, quelle est la nécessité de leur donner des signes, c’est-à-dire, des caractères alfabétiques divers ?14

9Il faut rendre « accessibles, presque populaires » les langues orientales « en les ramenant à la condition des langues d’Europe dont elles ne diffèrent point essentiellement ».

Comme le système alfabétique d’Europe réunit une partie de ces conditions, comme il nous est déjà connu, familier, et que l’on peut l’étendre et le perfectionner, c’est faire tout d’un coup un pas considérable dans la connaissance des langues asiatiques, que de leur appliquer nos caractères en peignant leurs prononciations à travers eux.

  • 15 Volney, « Grammaire de la langue arabe », Simplification des langues orientales…, déjà cité, p. 36- (...)

10Tout à son projet révolutionnaire, Volney déclare que « l’alphabet actuel des Arabes n’est pas moins défectueux que la plupart de nos alphabets d’Europe », ceux des langues anglaise et française relèveraient en particulier d’une « incohérence » et d’une « barbarie » dignes des « siècles qui les ont vu naître »15. Les systèmes orientaux sont présentés comme un frein à une circulation universelle des idées censées apporter le progrès social, sauver l’Orient de la féodalité et favoriser l’intégration de l’Asie dans le concert des relations européennes. Le projet n’est pas sans accents déjà saint-simoniens :

  • 16 Volney, Simplification des langues orientales…, déjà cité, p. 2-3.

Supposons tout à coup la facilité de communiquer établie ; supposons l’usage familier et commun des langues, et tout le commerce change de face : les marchands se mêlent ; des colporteurs pénètrent jusque dans les villages ; les marchandises se distribuent ; la circulation s’anime ; l’industrie s’éveille ; les esprits s’électrisent ; les idées se répandent, et bientôt, par ce contact général, s’établit entre l’Asie et l’Europe une affirmation morale, une communauté d’usages, de besoins, d’opinions, de mœurs, et enfin de lois qui, de l’Europe jadis divisée, ont fait une espèce de grande république d’un caractère uniforme ou du moins ressemblant.16

11Diffusé dans les postes diplomatiques français du Proche-Orient, cette Simplification des langues orientales laisse, semble-t-il, assez sceptique, tandis qu’elle irrite le milieu des traducteurs. Volney sait bien, en effet, qu’on va lui faire le reproche de former des esprits à ne pas pouvoir lire les langues en leurs propres lettres, et qu’on « restera privé de leurs livres, privé des moyens de correspondance ». C’est alors qu’il fait part de son plus souverain mépris pour les « prétendus trésors littéraires » d’Orient, en premier lieu pour les manuscrits « ne pouvant être regardés comme un vrai secours pour l’étude de ces langues ». Quant aux livres « arabes, persans et turks, vraiment utiles ou curieux », il soutient qu’ils sont

  • 17 Volney, « Discours préliminaire », Corpus, no 11/12, déjà cité, p. 13. Sur les tentatives, toutes é (...)

traduits en nos langues d’Europe ; qu’il en reste peu qui méritent la peine d’apprendre leurs langues ; que malgré l’enthousiasme de quelques amateurs de la littérature orientale, elle est infiniment en dessous de l’opinion que l’on s’en fait ; et que tout bien pesé, il nous reste peu, pour ne pas dire rien, d’un grand intérêt à recevoir d’elle.17

12La dévalorisation, la méconnaissance du patrimoine et le discrédit jeté sur la capacité d’invention et d’évolution des langues et des littératures sont, on le voit, des plus radicaux.

Volney dans l’acmé des Idéologues et leur crépuscule

  • 18 Note du citoyen [Louis] Langlès sur sa manière d’orthographier les mots orientaux, Imprimerie de (...)
  • 19 Langlès l’appelle « l’alphabet harmonique » en 1803.

13Dans une note publiée en l’an VII (1798), l’orientaliste Louis-Mathieu Langlès soutient que « personne n’a encore cherché à établir un système de correspondance plus ou moins exact entre les mots arabes et les nôtres », mais concède en note que le « procédé » de Volney est « ingénieux », tout en le déclarant « inaccessible, vu les caractères étrangers » à « introduire »18. En ces premières années du nouveau siècle, tous les orientalistes se préoccupent pourtant de translittération : Langlès19 et Silvestre de Sacy eux-mêmes en établissent pour l’arabe, sans citer Volney, envisageant eux aussi la perspective d’une circulation large qui puisse s’établir sur des critères universalisables.

  • 20 Lancelin, Introduction à l’Analyse des sciences ou de la Génération, des Fondemens et des Instrumen (...)

14Dans son Introduction à l’analyse des sciences publiée en 1801, Lancelin exprime une idée commune lorsqu’il parle lui aussi des langues naturelles qui ont « un air gothique », « cette bigarrure », « cette irrégularité choquante ». Loin de ces langues réelles, il faudrait « une langue rigoureuse, inventée et géométriquement construite par une société de savants et de philosophes, ou même par un seul homme de génie, si la chose était possible »20. Antoine Destutt de Tracy soutient le même point de vue dans ses Éléments d’Idéologie. Après avoir apostrophé les « jeunes gens » sur cet « attrait » qui les entraîne « vers la métaphore et l’allégorie, goût dépravé qui nuit beaucoup à la justesse du raisonnement », il écrit :

Si les hommes étaient raisonnables, il n’y aurait qu’un alphabet pour toutes les langues parlées, et dans cet alphabet qu’un caractère pour chaque son et chaque articulation : tout le reste n’est qu’un amas de variantes inutiles.

  • 21 Antoine Destutt de Tracy, Éléments d’Idéologie. I. Idéologie proprement dite, an IX (1801), « Chapi (...)
  • 22 Destutt de Tracy, Éléments d’Idéologie. II. Grammaire, an XI (1803), Paris, Vrin, 1970, « Chapitre  (...)
  • 23 Ibid., « Chapitre V », p. 362-363 ; p. 364.

15Ce mentaliste estime que « les mots que nous prononçons sont les signes de nos idées, et n’ont de valeur que par le rapport qu’ils ont avec elles ; sans cela ils ne seraient qu’un vain bruit »21. Il répète, après Volney, que dans l’alphabet des langues orientales « la forme » des lettres « est excessivement incommode et très difficile à tracer ; elles sont surchargées de points, de traits, et de notes hors ligne, qui sont une source perpétuelle d’erreurs ». Il soutient l’utopie de son ami par laquelle « on arriverait, avec le temps, jusqu’à leur faire adopter eux-mêmes une écriture perfectionnée »22. Il propose néanmoins, en une concession peut-être rhétorique, de « consulter des nationaux instruits, si cela était nécessaire, pour être bien sûr de la prononciation et de la prosodie ». On obtiendrait ainsi « un monument encyclopédique de l’état actuel de la parole et de sa représentation fidèle ». « Cette méthode étant fondée dans la nature, [le natif] en acquerrait bientôt l’usage, et bientôt même il s’en servirait utilement pour apprendre nos langues »23.

16Il avoue pourtant qu’il « n’espère pas le consentement général pour un alphabet et une orthographe raisonnables et appropriés également à toutes les langues usitées », et se demande s’il est bien possible et souhaitable d’envisager une « langue savante universelle ». Sans citer Volney, il déclare que même si un homme seul eût composé une langue admirable « et qui fût supérieure » à toutes les autres,

Il n’obtiendrait pas plus, d’un grand nombre d’écrivains de divers pays, de l’apprendre et de s’en servir uniquement, qu’il n’obtiendrait de tous les hommes d’une nation de la substituer à celle qu’ils parlent, parce que les habitudes des uns et des autres y résistent également, que l’homme est tout entier dans ses habitudes et dans celles de ses semblables.

  • 24 Destutt de Tracy, Éléments d’Idéologie. II. Grammaire, an XI (1803), déjà cité, « Chapitre VI. De l (...)

17Il conteste les affirmations les plus fortes de Volney quand il écrit encore que « la perfection de chacune de ces langues vulgaires, résiste à la suprématie [d’une langue savante universelle], d’abord par le grand nombre de bons ouvrages que possède chacune de ces langues, et ensuite par la facilité des traductions, qui l’enrichissent de tous ceux qu’elle ne possède pas »24. Le patrimoine des peuples et le mouvement des traductions, c’est très précisément ce qui va passionner les romantiques.

  • 25 Paris, Imprimerie impériale, 1810, p. 109-168. Christian Décobert commente ce Rapport dans « L’Orie (...)

18Lorsqu’en 1808, Silvestre de Sacy rédige les pages sur la « Langue et littérature arabe » du Rapport historique sur le progrès de l’histoire et de la littérature depuis 1789 dirigé par Jacques Dacier 25, il ne cite Volney à aucun moment. D’autres oppositions se précisent. Ainsi, dans une note de la Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal qui reparaît en 1810, Claude Petitot déclare-t-il qu’

une grande erreur de la philosophie moderne a été de penser qu’il était facile de changer les anciennes habitudes des peuples. L’expérience a prouvé la fausseté de cette présomption. Si l’Académie française elle-même avait voulu faire dans la langue écrite une révolution de ce genre, il est certain qu’elle eût échoué, et que la singularité des nouveaux signes n’eût servi qu’à jeter du ridicule sur son système.

19C’est très précisément au système de translittération de l’écriture arabe de Volney qu’il pense :

  • 26 Claude Petitot, « Notes », Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal, Paris, Bossange et Masson (...)

Cette méthode, qui rendait plus facile l’étude d’une langue si différente de la nôtre, n’obtint aucun succès. Les étudiants sentirent que ce changement, en dénaturant la langue, les mettrait dans l’impossibilité de se faire lire, et ils aimèrent mieux apprendre l’alphabet arabe que d’adopter, avec moins de peine, une orthographe imaginaire. Cet exemple peut servir à prouver l’inutilité des systèmes grammaticaux qui s’éloignent de l’usage pratiqué par les peuples.26

  • 27 Silvestre de Sacy enseigne seulement l’arabe littéraire et non l’arabe parlé (« vulgaire ») à L’Éco (...)
  • 28 Ainsi explique-t-il dans sa préface : « […] j’ai ramené, autant qu’il m’a été possible, le système (...)
  • 29 Grammaire de la langue arabe, vulgaire et littéraire, ouvrage posthume de M. Savary, traducteur du (...)

20L’édition de deux grammaires de l’arabe, respectivement en 1810 et 1813, permet de prendre la mesure de la position contradictoire de Volney. Celle de Sylvestre de Sacy 27, appuyée elle aussi sur le postulat des « universaux du langage », aboutit à une même déformation de l’altérité28. Celle de Claude Étienne Savary 29 se voit adjoindre par l’éditeur des « dialogues qui constituent réellement le corps de son ouvrage » écrit-il, saynètes d’apprentissage qu’il donne en caractères arabes, en translittération (alphabet romain) et en deux traductions (latine et française). C’est dire le changement de paradigme : nous sommes passés de l’écrit littéraire canonique à la prise en compte de l’oral dialectal contemporain permettant la communication.

Obsolescence d’une utopie généralisée et posture ethnolinguistique au carrefour des époques

  • 30 Volney, L’alfabet européen appliqué aux langues asiatiques…, déjà cité, p. VIII. Le volume VIII des (...)

21De son côté, Volney entreprend de reprendre la question de la « simplification ». De mars 1816 au printemps 1819, il rédige L’Alfabet européen appliqué aux langues asiatiques, ouvrage élémentaire utile à tout voyageur en Asie 30. Il s’en tient à sa thèse de « l’inutile redondance de tant de signes divers pour un fond semblable ». Ayant cette fois passé en revue toutes les prononciations des langues d’Europe, il comptabilise une vingtaine de voyelles et trente-deux consonnes, y compris quelques aspirations. Il en conclut qu’un alphabet à cinquante signes devrait pouvoir suffire et prend l’alphabet romain « pour base et souche d’un alfabet que je rends universel, en tirant de son propre fonds le surplus de signes dont on a besoin pour figurer des sons étrangers ». Il soutient que ce « nouvel alfabet Romain », qu’il appelle « Européen », « résout immédiatement le turc, le persan, le syriaque, l’hébreu, l’éthiopien, etc. ». L’emploi de ce dernier verbe dit bien que l’altérité est absorbée dans le même, fondée sur la monovalence philosophique absolue. Il attaque à nouveau les lettres et les sciences orientales :

  • 31 Ibid., p. XII-XIII, p. XIV-XV (l’auteur souligne), p. XVI-XVII.

Un antique préjugé vante vainement la littérature orientale : le bon goût et la raison attestent qu’aucun fonds d’instruction solide ni de science positive n’existe en ses productions : l’histoire n’y récite que des fables, la poésie que des hyperboles ; la philosophie n’y professe que des sophismes, la médecine que des recettes, la métaphysique que des absurdités ; l’histoire naturelle, la physique, la chimie, les hautes mathématiques, y ont à peine des noms.31

22Le jeune orientaliste sinisant Abel-Rémusat donne la recension de cet ouvrage dans le Journal des savants dès juin 1819. D’emblée, il déclare douter qu’on puisse jamais exprimer avec « nos lettres […] ces sons que les Orientaux ont de plus que les Européens », et conteste plus explicitement encore l’utilité pratique de la dizaine de signes diacritiques inventés que Volney a cru bon de produire. Il estime même qu’il y a de nombreuses « lacunes » dans cet « alphabet spécial », « si l’on voulait s’en servir pour exprimer les mots des langues des autres parties du monde ». Il tient à rappeler que l’alphabet arabe est « usité depuis Maroc jusqu’à Java, et de Kasan jusqu’aux rives du Niger », que « l’écriture (et non l’alphabet) des Chinois » sert à un « tiers de la race humaine », que de vastes groupes sont « liés par les habitudes religieuses et littéraires », tout autant que le sont les états chrétiens de l’Europe. Même s’il n’en tire pas la conclusion qu’il faut désormais passer de la grammaire générale à une grammaire vraiment comparée, qui ne reposerait plus sur des universaux phonétiques ou idéels, la conséquence s’impose. Il ajoute, imaginant enfin la voix des autres :

  • 32 Journal des savants, juin 1819, p. 360, 358, 359, et 360. Abel Rémusat cite un passage même du pro (...)

Il n’est pas nécessaire d’avoir la vue très longue pour reconnaître que les peuples orientaux tiennent à leurs habitudes, et que pour les amener tous à en changer et à se faire aux nôtres, il faudrait plus de siècles d’efforts dirigés vers le même but que l’expérience du passé ne permet d’en supposer.32

  • 33 Tel est le titre de la sixième et dernière partie de son discours, Discours sur l’étude philosophiq (...)

23Il est un écrit, postérieur de quelques mois, qui montre encore combien la position à laquelle Volney est parvenu se nourrit de contradictions : son Discours sur l’étude philosophique des langues, prononcé à l’Académie française au début de décembre 1819, conférence presque testamentaire puisqu’il disparaît quelques mois plus tard. Il s’y attarde sur les « recherches philologiques », qui ont permis à « des voyageurs de toute nation, des missionnaires de toute secte » de « recueillir des grammaires et des vocabulaires », aboutissant au résultat que l’Europe est désormais placée dans le « théâtre géographique des langues ». Certes, c’est pour conclure que ces langues sont toutes indispensables « pour bâtir de ces théories que l’on appelle des grammaires universelles ». Néanmoins, étant donné que pour cette école, qu’il persiste à nommer « philosophique », seule compte l’« Observation des faits établie comme préliminaire indispensable à toute théorie »33, on pressent la possible prise en compte, à venir, des faits linguistiques pour eux-mêmes.

  • 34 Volney, Simplification des langues orientales…, dans Œuvres, déjà cité, p. 5.
  • 35 Volney, L’hébreu simplifié par la méthode alfabétique, contenant un premier essai de la grammaire e (...)
  • 36 Voir Simone Delesalle et Claude Désirat, « Le pouvoir du verbe », Histoire Épistémologie Langage, n(...)

24Il commence aussi à se poser des questions sur la hiérarchie des langues. En 1795, il soutenait qu’il « est certain qu’aucune langue d’Europe n’a la régulation, ni la simplicité de l’arabe, encore moins du persan ; dans aucune, les phrases ne sont plus claires, plus méthodiques : c’est notre construction française »34. Le modèle universalisable était clairement posé. Vingt-cinq ans plus tard, dans L’hébreu simplifié par la méthode alphabétique, publié dans les premiers mois de 182035, c’est la langue turque qui est devenue le modèle et peut désormais être avantageusement comparée au latin : « […] puisque le latin est presque ainsi bâti, il faut bien que cela ne soit pas si extravagant »36. S’il écrit qu’il « n’est pas besoin de dire que par naturelle et directe on entend la nôtre, car la manie humaine est que chacun tienne son habitude pour nature : à qui persuaderez-vous que nos antipodes soient aussi droits que nous ! », il ne semble pas avoir perçu l’hypothèque qu’une telle déclaration jette sur son entreprise d’universalisation.

25Volney dresse en tout cas un réquisitoire sévère de la formation néo-classique des lettrés français, qui n’ont pas compris que le monde ne se limitait plus aux humanités gréco-latines. Il a pris conscience que « chez les nations même civilisées » « la langue nationale » n’est l’apanage que d’une partie très limitée de la population :

  • 37 Volney, Discours sur l’étude philosophique des langues, déjà cité, p. 37.

On se fait des illusions, lorsqu’on parle des nations comme des corps sociaux homogènes. Elles ne sont que des confédérations de peuples différents qui […] ont des sphères d’idées, et par conséquent des dictionnaires de mots très différents37.

  • 38 Ibid., p. 42. Volney a eu connaissance du Vocabulaire de toutes les langues du monde rédigé princi (...)
  • 39 Le Système de la conjugaison sanscrite comparé avec celui du grec (1816) de Franz Bopp n’est pas me (...)

26Il impute le retard de la France dans les recherches sur les langues aux formations scolastiques et demande, en conséquence, à l’Académie française de participer à la diffusion des « principaux résultats des ouvrages qui honorent et enrichissent l’esprit de nos voisins »38. Pour autant, s’intéressant à l’établissement d’un répertoire extensif des différents vocabulaires, à ces tentatives de classement d’idiomes peu connus, avec généalogies et dérivations, Volney demeure un encyclopédiste des Lumières utilisant les moyens du philosophe soucieux du lien entre le signe et l’idée, partisan d’une linguistique extensive qui sera bientôt remplacée par les études comparatistes particulières39.

27Héritier hétérodoxe de la tradition grammatologique qui s’attache encore à la « lettre » et à l’écriture hors de toute parole prononcée, Volney achève donc sa carrière à la croisée des chemins. Dans une ultime bravade, il imagine un échange, fictif, au style imagé, avec ses collègues académiciens :

  • 40 Volney, « Épître à Messieurs les membres de l’Académie française », L’hébreu simplifié…, déjà cité, (...)

– Mais, Monsieur, on nous dit que les orientalistes, vos confrères, n’approuvent point votre méthode, qu’ils la trouvent impraticable, etc.
– Les orientalistes, mes confrères, sont comme tous les hommes : ayant été élevés dans des habitudes, ils ont d’abord trouvé étrange qu’on vînt les y troubler ; si j’eusse été éduqué à leur manière, il est bien probable que je ne me serais pas avisé de l’expédient nouveau que les circonstances m’ont suggéré. […] avec le temps, vous verrez qu’elle fera secte ; et, comme elle ne prétend ni exclure ni détrôner le vieil usage, on finira par la regarder comme un moyen commode d’entrer, par un escalier dérobé, dans le donjon des langues orientales, où ces messieurs ont trouvé le secret de se soustraire au droit commun.40

  • 41 Institut royal de France, Séance publique annuelle des quatre Académies du 24 avril 1821. Extrait d (...)

28L’intellectuel disparaît le 22 avril 1820, laissant un bien encombrant legs testamentaire visant « à provoquer et encourager tout travail tendant à donner suite et exécution à sa méthode de transcrire les langues asiatiques en lettres européennes régulièrement organisées. Elle proposera des prix à cet effet, et provoquera surtout la confection, même d’abord imparfaite, de quelques vocabulaires et dictionnaires qui fassent sentir l’utilité de son idée »41.

  • 42 Silvestre de Sacy exprime les réserves de la commission à l’issue du concours de 1823. Il ne faut p (...)
  • 43 Langlès est professeur de persan à l’École spéciale des langues orientales jusqu’à sa disparition q (...)

29Par une ironie certaine du sort, Silvestre de Sacy 42, Langlès, Destutt de Tracy, Caussin de Perceval43, et quelques autres, sont amenés à siéger dans une Commission pour veiller sur ce Prix Volney qui est décerné par l’Académie des Inscriptions et des Belles Lettres, pour la première fois en 1822, année même de la naissance du Journal asiatique, tribune des idées nouvelles, notamment celles des philologues acquis au comparatisme. On ne peut s’étonner que bientôt les volumes ne soient plus seulement consacrés à la question de la romanisation des langues (transcription ou translittération). En 1841, le rapport de la Commission, rédigé par Eugène Bournouf, conclut même à l’impossibilité et à l’inutilité du projet. Villemain entraîne ses collègues à interpréter le testament, à ne maintenir que la question de la philologie comparée. Sainte-Beuve déclare en 1852 que

  • 44 « Volney . Étude sur sa Vie et sur ses Œuvres, par M. Eugène Berger, 1852 », Causeries du Lundi, to (...)

le prix académique […] doit être chaque fois interprété plus largement et détourné de son objet primitif pour pouvoir être décerné. L’homme positif, pour s’être opiniâtré à ces projets mécaniques d’analyse, est allé cette fois manifestement jusqu’à la chimère.44

  • 45 « Prospectus », cité par Gabriel Bergougnioux dans « L’Orientalisme et la linguistique. Entre géogr (...)

30De son côté, et dès sa fondation, la Société asiatique (de Paris), dont le Journal asiatique est l’organe, se voue à la composition et à l’impression de grammaires, – et pour cela se dote rapidement de fontes orientales –, à l’acquisition des « manuscrits asiatiques » « scientifiques, littéraires ou poétiques de l’Orient », qu’il faut « multiplier par la voie de l’impression, de la gravure ou de la lithographie », lit-on dans le « Prospectus »45.

  • 46 Le narrateur du Voyage en Orient de Nerval est l’un des derniers à déclarer que « le savant Volney  (...)
  • 47 Causeries du lundi, déjà cité, p. 430-431.
  • 48 Paris, Imprimerie impériale, 1868, p. III-IV. On lit plus tard, sous la plume de Michel Bréal, que (...)

31Sainte-Beuve a parfaitement compris que le projet nie la spécificité historique des langues et les fait « passer sous le joug d’une unité artificielle qui les dépouille et les dénature »46, « au lieu de laisser ces langues ce qu’elles sont, de les prendre historiquement et par groupes, et de respecter leur génie, leur physionomie distincte »47. Peu après, la colonisation de l’Afrique du Nord et du Proche-Orient par les États européens entre dans une phase très active. La translittération devient alors un instrument indispensable d’exercice du pouvoir. L’orientaliste Mac G. de Slane publie ainsi en 1868 un Vocabulaire destiné à fixer la transcription en français des noms de personnes et de lieux usités chez les indigènes d’Algérie 48.

Utopie et aporie d’un Idéologue

  • 49 Charles de Brosses, Traité de la formation méchanique des langues et des principes physiques de l’é (...)
  • 50 « Je procède par un ordre méthodique fondé sur la nature des prononciations, et les considérant rel (...)
  • 51 Daniel Droixhe parle de la recherche de la « mesure articulatoire », du « dénombrement « fixe et vr (...)
  • 52 Volney, L’alfabet européen…, déjà cité, p. 24.
  • 53 Volney, L’hébreu simplifié…, déjà cité, p. 353.
  • 54 Volney, L’alfabet européen…, déjà cité, p. 94. L’idée selon laquelle « les prononciations arabes » (...)
  • 55 Volney, L’alfabet européen…, déjà cité, p. 96.

32Tout en n’étant pas antimentaliste comme de Brosses, qui séparait complètement les spéculations naturalistes d’une histoire des pratiques49, Volney esquisse les éléments d’une phonétique articulatoire50 afin de créer un nouveau système d’écriture permettant d’alphabétiser d’autres langues51. Considérant le phénomène du langage comme une réalité mécanique, il déclare en 1819 que la seule bonne approche est « d’entendre les prononciations de la bouche même des personnes qui en ont l’habitude »52. On pourrait croire que le « linguiste » se convertit ainsi à l’empirisme du comparatisme émergent. Rien de tel en réalité puisque deux postulats continuent de prédéterminer sa systémique : « les lois physiques qui régissent notre monde et notre espèce humaine existent depuis son origine »53, « le mécanisme de la parole est le même pour toutes les nations [asiatiques] »54. La conséquence de cet universalisme est que Volney se sent autorisé à « peindre toutes les prononciations de ces langues comme, avec un seul système d’écriture musicale », « peindre tous les sons, tous les chants des divers peuples de la terre »55.

  • 56 Volney, Discours sur l’étude philosophique des langues, Baudouin Frères, 1819, p. 31. On pense à La (...)
  • 57 Daniel Droixhe restitue la complexité des problèmes de l’époque dans La linguistique et l’appel de (...)

33Convaincu de la possibilité d’un juste rapport entre les noms et les objets qu’ils désignent, Volney est demeuré l’héritier direct de ceux qui militèrent pour la remotivation des signes à la fin du xviiie siècle, le contemporain de l’optimisme méthodologique de Condillac qui estimait qu’une langue bien faite pouvait être transparente aux opérations de la pensée. Cette rationalité pleine et entière du langage autorisait une construction dans laquelle on puisse même inventer des signes destinés à la parfaire. Volney parle volontiers de son système comme ayant la rigueur de l’algèbre56. Estimer que l’unification de la graphie des signes puisse être l’apport principal d’une telle révolution, c’est accorder un immense crédit aux concepts et minorer les usages sensibles. Tiraillé entre l’apriorisme grammatical et le souvenir atténué des réalités avec lesquelles le jeune homme fut en contact prolongé, Volney échoue à devenir linguiste au sens où, aujourd’hui, nous entendons ce mot57. Il lui aurait fallu pour cela admettre que les langues n’obéissent à aucun modèle extérieur rationnel ou logique.

  • 58 Volney, Discours sur l’étude philosophique des langues, déjà cité, p. 26. Il vise sa théorie des ra (...)
  • 59 Volney, L’hébreu simplifié par la méthode alfabétique…, déjà cité, p. 352, l’auteur souligne.
  • 60 « Par “linguistique fantastique” nous entendons globalement tous les discours et toutes les pratiqu (...)
  • 61 « La myope ignorance peut traiter de chimère cette haute perspective ; mais l’expérience du passé d (...)
  • 62 L’éditeur d’un rassemblement d’œuvres témoigne ainsi : « M. de Volney a développé son système dans (...)

34Il savait que son propre discours était hétérodoxe. Revendiquant sa vérité contre tous les autres, l’homme s’est dangereusement identifié à sa méthode. En 1819, il parle des thèses linguistiques de Court de Gébelin qu’il a fréquenté dans sa jeunesse, comme de celles d’un « roman »58. En 1820 encore, il avance que ce dernier s’est « jeté dans l’imaginaire », qu’avec lui « l’esprit » l’a mené « à voir ce qui n’est pas »59. Le problème est que tout en ne cessant de se réclamer de la science, ce révolutionnaire donquichottesque s’est lui aussi exclu de la communauté. Le sentiment d’une singularité qui confinerait à l’extravagance apparaît en filigrane dans les avis portant sur les positions dans lesquelles Volney persiste, et il est frappant que l’objectif initial du Prix ait été rapidement rejeté60. S’il a bien tourné le dos aux chimères 61 de toute langue-mère, son projet d’« alfabet européen », avec lettres et signes diacritiques nouveaux, en est une autre, au terme de plus de cinq cents pages de démonstration publiées en vingt-cinq ans62. À vrai dire, les aspects polémiques des derniers textes de Volney touchent au pathétique parce que le lecteur ne peut qu’y ressentir le ressassement d’arguments qui n’ont pas abouti, l’impuissance à rallier le public à sa cause.

  • 63 Volney, Simplication des langues orientales…, déjà cité, p. 4.

35Volney a connu la force des préjugés, « l’empire de l’habitude et de l’amour-propre » qui fait regarder « comme barbare tout son qui lui est étranger ». S’il s’est distingué parmi tous les Idéologues en ayant une réelle connaissance ethnoculturelle63 qui lui venait de son séjour de jeunesse en Orient, il est demeuré l’un des leurs jusqu’à la fin de sa vie, partisan d’une universalité des procédés cognitifs. Il était persuadé que les règles établies à partir du seul utopique « alfabet européen » permettraient une émancipation égalitaire, le bouleversement des hiérarchies sociales préjudiciables aux progrès des sociétés. Or la légitimité de ce projet parut faible aux divers gouvernements qui se sont succédé après la Convention qui soutint Volney. Quelques années après l’an III, les propositions des Idéologues ne bénéficièrent d’ailleurs plus de soutiens étatiques.

36Ce type de prosélytisme culturel, hypothéqué par une représentation fortement asymétrique des relations entre civilisations et langues de communication, n’en fut pas moins la règle au xixe siècle et les idéologies coloniales usèrent de translittérations afin d’asseoir leur domination. Si l’on s’en tient au coup de force de Mustafa Kemal, imposant littéralement l’alphabet latin au parlement turc en 1928, on mesure, mutatis mutandis, l’application d’un raisonnement analogue, sauf qu’en l’occurrence la réforme fut nationale, à visées nationalistes plus ou moins anticléricales, endogènes en tout cas, comme ce fut le cas au Vietnam, en Indonésie et en Malaisie. Un alphabet phonétique international est créé en 1888 par l’Association de phonétique internationale, qui utilise comme base des lettres latines, et le langage scientifique et technique en caractères latins demeure le modèle des terminologies et des nomenclatures, mais il n’existe aujourd’hui toujours aucun système universel, ou universalisable, qui serve aux échanges politiques, culturels et commerciaux.

Notes

1 Volney, Voyage en Syrie et en Égypte pendant les années 1783, 1784 et 1785, Paris, Voland et Desenne, 1787, p. 25.

2 À la fin de sa vie, Volney raconte qu’avant son départ il avait consulté le professeur d’arabe du Collège royal qui lui avait déclaré qu’il ne s’agissait pas pour lui « d’enseigner l’arabe parlé » mais « l’arabe écrit, en tant qu’il contribue à expliquer les anciens livres des Juifs ; que sans doute l’arabe vulgaire avait une grande utilité commerciale et diplomatique ; mais que quoiqu’il y eût à Paris une école destinée à ce but, le meilleur parti était d’apprendre la langue dans le pays même et de la bouche des naturels » (Volney, L’alfabet européen appliqué aux langues asiatiques, ouvrage élémentaire utile à tout voyageur en Asie (1819), dans Œuvres complètes de C.-F. Volney, deuxième édition, vol. VIII, Parmantier, Froment, 1826, p. 97.)

3 Voyage…, déjà cité, p. 66. « Au Kaire, j’entendais l’arabe de la bouche du peuple, et le turc de la bouche des militaires et des effendis. Mon maître d’écriture était Turc de Constantinople : j’eus l’occasion d’entendre les Gellâb, ou marchands d’esclaves noirs, parler éthiopien, et trois Malabares parler leur dialecte indou. […] Ce fut dès lors que, me rendant compte de toutes ces prononciations, et n’en trouvant guère plus de cinquante, je conçus la possibilité d’un seul alfabet dont je fis sur l’arabe un premier essai qui est devenu l’instrument du reste » (Volney, L’alfabet européen appliqué aux langues asiatiques, 1819, déjà cité, p. 98).

4 Jean Gaulmier parle de « translittération logique » d’une écriture qui « astreint le lecteur à méditer et à comprendre, puisqu’on ne peut vocaliser convenablement, donc lire, qu’un texte qu’on a compris » (L’Idéologue Volney (1757-1820). Contribution à l’Histoire de l’Orientalisme en France, Genève, Slatkine Reprints, 1980 [1951], p. 317-318, note 3).

5 Pour Henri Besse, « cette translittérarisation prive le « novice » européen d’une grande partie de la cohérence sémiotique interne à l’écriture arabe » (« Un homme des Lumières face aux langues du sud de la Méditerranée, ou Volney et sa « méthode alfabétique », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 28, 2002, p. 172).

6 Nicolas Beauzée, Grammaire générale ou exposition raisonnée des éléments nécessaires du langage pour servir de fondement à l’étude de toutes les langues, tome II, livre III, chapitre XI, Paris, Barbou, 1767, p. 466-467.

7 Nicolas de Condorcet, Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, Paris, Flammarion, 1988 [1793], p. 278-282.

8 Volney, Simplification des langues orientales, méthode nouvelle et facile d’apprendre les langues arabe, persane et turque avec des caractères européens (1795), Reprint Breinigsville (Pennsylvania), Kessinger Publishing, 2009. Nous citerons cette édition contemporaine.

9 Dans un « Rapport » adressé par le conventionnel André Miot au Comité de salut public le 8 frimaire an III (28 novembre 1794), mais en réalité écrit par Volney, ce dernier reconnaît que son système de « transposition » va priver les Européens de la capacité d’écrire et de lire « ces langues dans leurs propres lettres et qu’alors on restera privé de leurs livres et des moyens de correspondre avec les naturels du pays » (« C. F. Volney (1757-1820) », Corpus, Henry Deneys et Anne Deneys dir., no 11/12, 1989, p. 9). 

10 Volney, « Grammaire de la langue arabe », Simplification des langues orientales…, déjà cité, p. 27, 29, 43, 33, 5, 51, 78.

11 Henri Besse, « Un homme des Lumières… », déjà cité, p. 171. Résumé de la méthode de cette Grammaire p. 167-170 suivi de l’analyse de ses apories, p. 171-174.

12 Lettre citée par Jean Gaulmier dans « Le Comité de salut public et la première grammaire arabe en France », (initialement publié dans Orient, no 15 (3), 1963), réédité dans Corpus, déjà cité, p. 7, nous soulignons.

13 Volney, L’alfabet européen appliqué aux langues asiatiques…, déjà cité, p. 146.

14 Volney, Simplification des langues orientales…, déjà cité, p. 7.

15 Volney, « Grammaire de la langue arabe », Simplification des langues orientales…, déjà cité, p. 36-37. Nous soulignons.

16 Volney, Simplification des langues orientales…, déjà cité, p. 2-3.

17 Volney, « Discours préliminaire », Corpus, no 11/12, déjà cité, p. 13. Sur les tentatives, toutes échouées, de réforme de l’écriture arabe, voir Vincent Monteil, L’arabe moderne, Paris, Klincksieck, 1960, p. 51-52.

18 Note du citoyen [Louis] Langlès sur sa manière d’orthographier les mots orientaux, Imprimerie de la République, an VII (1798), 7 pages.

19 Langlès l’appelle « l’alphabet harmonique » en 1803.

20 Lancelin, Introduction à l’Analyse des sciences ou de la Génération, des Fondemens et des Instrumens de nos connaissances, t. 1, Bossange, 1801, p. 177.

21 Antoine Destutt de Tracy, Éléments d’Idéologie. I. Idéologie proprement dite, an IX (1801), « Chapitre XVI. Des signes de nos idées, et de leur effet principal », Paris, Vrin, 1970, p. 311, 307 et 302. Volney est encore celui qui écrit en 1819 : « […] les sons n’étant eux-mêmes que d’autres signes établis par convention pour rappeler à l’entendement les sensations et les idées qui l’ont affecté, il s’ensuit que par un artifice ingénieux, les lettres sont devenues les signes des idées, les instruments de la pensée » (L’alfabet européen…, déjà cité, p. 16).

22 Destutt de Tracy, Éléments d’Idéologie. II. Grammaire, an XI (1803), Paris, Vrin, 1970, « Chapitre V », p. 294-295. Destutt de Tracy ajoute en note : « Je ne prétends point, au reste, affirmer que l’alphabet que propose M. de Volney soit irréprochable dans ses détails : c’est aux orientalistes à discuter ces questions ; mais le fond de l’idée, je le répète, me paraît au-dessus de toutes les objections », p. 296. Avec « quarante-trois signes on peut noter, jusqu’à la plus extrême précision, toutes les variations sensibles des sons vocaux, au moins de ceux dont notre langue fournit l’exemple ; et certainement il y aurait bien peu de caractères à ajouter à ceux-ci pour rendre l’alphabet absolument complet et universel », p. 352.

23 Ibid., « Chapitre V », p. 362-363 ; p. 364.

24 Destutt de Tracy, Éléments d’Idéologie. II. Grammaire, an XI (1803), déjà cité, « Chapitre VI. De la création d’une langue parfaite, et de l’amélioration de nos langues vulgaires », p. 369-370, 371-372 et 375.

25 Paris, Imprimerie impériale, 1810, p. 109-168. Christian Décobert commente ce Rapport dans « L’Orientalisme, des Lumières à la Révolution, selon Silvestre de Sacy », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, vol. 52, no 1, 1989, p. 49-62.

26 Claude Petitot, « Notes », Grammaire générale et raisonnée de Port-Royal, Paris, Bossange et Masson, 1810, p. 396. Il s’agit de la réédition d’un volume déjà paru en 1803. Nous soulignons.

27 Silvestre de Sacy enseigne seulement l’arabe littéraire et non l’arabe parlé (« vulgaire ») à L’École spéciale des langues orientales vivantes jusqu’en 1803, tandis que Volney plaide pour l’ouverture d’une chaire d’arabe parlé dans ses « Vues nouvelles sur l’enseignement des langues orientales », essai écrit vers 1804, en tout cas avant 1807, date de la mise en place d’un tel enseignement à Marseille.

28 Ainsi explique-t-il dans sa préface : « […] j’ai ramené, autant qu’il m’a été possible, le système de la langue arabe aux règles générales de la métaphysique du langage, bien convaincu que, toutes les langues n’ayant qu’un même but, les divers procédés par lesquels elles parviennent à atteindre ce but, quelqu’éloignés qu’ils paraissent les uns des autres, peuvent néanmoins être rapprochés bien plus qu’on ne le pense communément », Grammaire arabe à l’usage des élèves de l’École spéciale des langues orientales vivantes, t. I, Paris, Imprimerie impériale, 1810, p. VII.

29 Grammaire de la langue arabe, vulgaire et littéraire, ouvrage posthume de M. Savary, traducteur du Coran, augmenté de quelques contes arabes par l’éditeur [Langlès], Grammatica Linguae Arabicae vulgaris necnon litteralis…, Paris, Imprimerie impériale ; typographia Imperiali, 1813, p. vii. Le manuscrit date de 1784.

30 Volney, L’alfabet européen appliqué aux langues asiatiques…, déjà cité, p. VIII. Le volume VIII des Œuvres rassemble : « Épître dédicatoire à l’honorable Société Asiatique séante à Calcutta » (VII-XIX) ; « L’alfabet européen appliqué aux langues asiatiques » (1-183) ; « Simplification des langues orientales » (i. e. l’ancien « Discours préliminaire », 185-204) ; « Grammaire de la langue arabe » (205-317) ; « L’hébreu simplifié par la méthode alfabétique » (319-495) et « Vues nouvelles sur l’enseignement des langues orientales » (496-510).

31 Ibid., p. XII-XIII, p. XIV-XV (l’auteur souligne), p. XVI-XVII.

32 Journal des savants, juin 1819, p. 360, 358, 359, et 360. Abel Rémusat cite un passage même du propos de Volney dans lequel celui-ci court le risque de se mettre à dos tous les orientalistes, y compris son (re)censeur, symptôme troublant dans un circuit argumentatif : « […] les innovations ne sont jamais le fruit des lumières ou de la sagesse des corporations, mais, au contraire, celui de la hardiesse des individus ». Se posant en avant-gardiste incompris, il conclut en solitaire quelque peu supérieur : « […] et ce n’est qu’avec le temps, qu’entraîné par une minorité croissante, l’inerte majorité, moins par conviction que par imitation, entre et défile dans le sentier de la vérité », p. 353 et 363.

33 Tel est le titre de la sixième et dernière partie de son discours, Discours sur l’étude philosophique des langues, Paris, Baudouin Frères, 1819, p. 24.

34 Volney, Simplification des langues orientales…, dans Œuvres, déjà cité, p. 5.

35 Volney, L’hébreu simplifié par la méthode alfabétique, contenant un premier essai de la grammaire et un plan du dictionnaire écrits sans lettres hébraïques, et cependant conformes à l’hébreu ; avec des vues nouvelles sur l’enseignement des langues orientales (1820, 208 pages), dans Œuvres, vol. VIII. Se moquant de la vanité de ceux qui ont inventé l’idée de « langue mère » (les Arabes, les Indiens, les Chinois), il définit la « langue » comme « moyen factice et conventionnel de manifester des idées qui ne naissent que du développement de nos besoins et de l’état social » (p. 337), adoptant ainsi une position sociologique incontestablement moderne.

36 Voir Simone Delesalle et Claude Désirat, « Le pouvoir du verbe », Histoire Épistémologie Langage, no 4/1 (« Les Idéologues et les sciences du langage »), 1982, p. 43.

37 Volney, Discours sur l’étude philosophique des langues, déjà cité, p. 37.

38 Ibid., p. 42. Volney a eu connaissance du Vocabulaire de toutes les langues du monde rédigé principalement en russe en 1787 par Peter Simon Pallas, du Catalogue des langues des nations connues de Lorenzo Hervás y Panduro, six volumes édités de 1800 à 1806 à Madrid (l’auteur est le linguiste le mieux informé de son temps sur la répartition des langues du monde), du Mithridate ou Science générale des langues, de Johann Christopher et Friedrich Adelung, Wilhelm von Humboldt et Johann Severin Vater, dont les volumes paraissent à Berlin de 1806 à 1817, immense ouvrage de présentation des langues du monde connues à l’époque, regroupées en aires géographiques et selon une tentative génétique en vue d’établir parentés et origines des peuples.

39 Le Système de la conjugaison sanscrite comparé avec celui du grec (1816) de Franz Bopp n’est pas mentionné par lui. Ne lisant pas l’allemand, il n’a pu s’appuyer sur les recherches les plus novatrices de la toute jeune linguistique comparative.

40 Volney, « Épître à Messieurs les membres de l’Académie française », L’hébreu simplifié…, déjà cité, p. 325.

41 Institut royal de France, Séance publique annuelle des quatre Académies du 24 avril 1821. Extrait du testament de M. Constantin Chasseboeuf de Volney … reçu le 21 avril 1820, s. l. (Paris), s. d., 5 pages.

42 Silvestre de Sacy exprime les réserves de la commission à l’issue du concours de 1823. Il ne faut pas se cacher « les graves difficultés que présentait l’exécution de ce plan, et sans s’exagérer l’utilité d’un semblable système de transcription, si l’on parvenait à le faire adopter par l’Europe savante, [les membres de la commission] ne reculaient cependant pas devant ces difficultés, et attendaient des travaux auxquels on se livrerait pour réaliser les vues du testateur, des avantages plus ou moins grands, mais toujours dignes qu’on fît quelques efforts pour les obtenir », Journal des savants, avril 1823, p. 246.

43 Langlès est professeur de persan à l’École spéciale des langues orientales jusqu’à sa disparition qui survient en 1824, Silvestre de Sacy, d’arabe littéraire jusqu’en 1838, Caussin de Perceval père, d’arabe « vulgaire » jusqu’en 1833.

44 « Volney . Étude sur sa Vie et sur ses Œuvres, par M. Eugène Berger, 1852 », Causeries du Lundi, tome VII, Paris, Garnier, 1853, p. 430-431, nous soulignons.

45 « Prospectus », cité par Gabriel Bergougnioux dans « L’Orientalisme et la linguistique. Entre géographie, littérature et histoire », Histoire Épistémologie Langage, no 23, 1, 2001, p. 41.

46 Le narrateur du Voyage en Orient de Nerval est l’un des derniers à déclarer que « le savant Volney » avait inventé « un alphabet mixte, dont malheureusement les autres savants n’encouragèrent pas l’emploi. La science aime les difficultés, et ne tient jamais à vulgariser beaucoup l’étude », « Les femmes du Caire », Revue des deux mondes, tome 15, 1846 ; repris dans Voyage en Orient, 1851. L’égyptologue allemand Lepsius, contre lequel ferraille Nerval, avait obtenu le Prix Volney en 1838 et allait poursuivre ses recherches jusqu’à publier un Standard Alphabet (1855-1863).

47 Causeries du lundi, déjà cité, p. 430-431.

48 Paris, Imprimerie impériale, 1868, p. III-IV. On lit plus tard, sous la plume de Michel Bréal, que « l’imperfection des langues sémitiques » est « originaire et native », que « l’alphabet arabe, de plus en plus défiguré par les caprices des scribes orientaux, est devenu, pour les langues de l’Asie, un véritable agent de destruction. Combien, par exemple, le persan moderne serait-il plus clair et plus aisé sous le costume européen ! La tentative de Volney est donc, en elle-même, rationnelle et légitime. Ce qu’on peut lui reprocher, c’est qu’en habituant l’étudiant à un système plus commode, elle l’éloigne de la pratique des manuscrits originaux », « Volney orientaliste et historien (II) », Journal des savants, mai 1899, p. 269.

49 Charles de Brosses, Traité de la formation méchanique des langues et des principes physiques de l’étymologie, Paris, Saillant, 1765.

50 « Je procède par un ordre méthodique fondé sur la nature des prononciations, et les considérant relativement aux organes dont elles émanent » (« Grammaire de la langue arabe », déjà cité, p. 37-38). Plus tard, il déclarera encore ranger « d’abord les signes des consonnes par familles, ou natures d’organes, et, commençant par les lèvres, je procède de proche en proche jusqu’aux consonnes du fond de la bouche » (L’alfabet européen…, déjà cité, p. 10 et 62). Court de Gebelin donne une description détaillée du phonatoire dans son Histoire naturelle de la parole (1776).

51 Daniel Droixhe parle de la recherche de la « mesure articulatoire », du « dénombrement « fixe et vrai » des « parties » de l’organe phonateur, des voyelles, des consonnes » comme d’un « des rêves majeurs de la phonétique des Lumières » (« Matérialisme et phonétique », La linguistique et l’appel de l’histoire…, déjà cité, p. 268).

52 Volney, L’alfabet européen…, déjà cité, p. 24.

53 Volney, L’hébreu simplifié…, déjà cité, p. 353.

54 Volney, L’alfabet européen…, déjà cité, p. 94. L’idée selon laquelle « les prononciations arabes » seraient « autres que les nôtres », ce qui impliquerait qu’il faudrait « pour les peindre des signes qui nous manquent », fut vite écartée en 1795 (Simplification des langues orientales, déjà cité, p. 6).

55 Volney, L’alfabet européen…, déjà cité, p. 96.

56 Volney, Discours sur l’étude philosophique des langues, Baudouin Frères, 1819, p. 31. On pense à La Langue des calculs, écrit par Condillac dans les années 1770 et publié en 1798 avec une préface de Garat. L’auteur y avançait l’idée d’une grammaire des signes algébriques transférable aux signes linguistiques. Volney ne tient pas compte des Nouveaux essais sur l’entendement humain de Leibniz, où il aurait pu lire que certes toutes les langues sont de même nature parce qu’elles « se rejoignent toujours dans la nature humaine universelle », mais qu’« en réalité la langue ne se manifeste toujours qu’en tant que langue particulière, dans la forme la plus individuelle qui soit, en tant que dialecte » (VI, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, p. 242).

57 Daniel Droixhe restitue la complexité des problèmes de l’époque dans La linguistique et l’appel de l’histoire (1600-1800), rationalisme et révolutions positivistes, Genève, Droz, 1978, p. 227-326.

58 Volney, Discours sur l’étude philosophique des langues, déjà cité, p. 26. Il vise sa théorie des racines d’une proto-langue universelle.

59 Volney, L’hébreu simplifié par la méthode alfabétique…, déjà cité, p. 352, l’auteur souligne.

60 « Par “linguistique fantastique” nous entendons globalement tous les discours et toutes les pratiques que la constitution graduelle d’une discipline officielle a marginalisés, et parfois même exclus du champ scientifique », Sylvain Auroux et al., La linguistique fantastique, Paris, Denoël, 1985, « Présentation », p. 11.

61 « La myope ignorance peut traiter de chimère cette haute perspective ; mais l’expérience du passé démontre qu’un mouvement puissant et presque automatique y pousse graduellement l’espèce humaine » (L’alfabet européen…, déjà cité, p. 94, nous soulignons).

62 L’éditeur d’un rassemblement d’œuvres témoigne ainsi : « M. de Volney a développé son système dans trois ouvrages qui prouvent que cette idée […] n’a pas cessé de l’occuper pendant vingt-cinq ans » (P.-A. Daru, « Notice » (juin 1820), Œuvres choisies de C. F. Volney, Baudouin, 1827, p. 17).

63 Volney, Simplication des langues orientales…, déjà cité, p. 4.

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540