Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le moment idéologique

 | 
Yves Citton
, 
Lise Dumasy

Chapitre 3

Les Leçons de Volney en l’an III. Comment sauver l’histoire savante ?

Jean-Pierre Schandeler

Texte intégral

  • 1 L’édition de référence des Leçons d’histoire de Volney est celle publiée sous la direction de Dani (...)
  • 2 Volney y insiste par deux fois, Leçons, p. 88 et 116.
  • 3 Par exemple à propos de Hume qu’il semble ignorer dans le débat avec l’auditoire, Leçons, p. 89.

1Les Leçons de Volney à l’École normale de l’an III ne seront pas abordées en tant qu’elles affirmeraient une position philosophique de l’auteur ou une position épistémologique à propos du métier d’historien, pas plus qu’un cours de méthode historique1. Tout cela s’y trouve et rien de cela ne s’y trouve. Le caractère improvisé du cours2 ne permet pas à l’orateur de développer méthodiquement sa pensée, et on a bien du mal à dégager une épistémologie claire, entre les affirmations sèches de l’orateur, les digressions du professeur et les points aveugles de l’érudit3. La présente analyse porte essentiellement sur le statut et la fonction des Leçons dans le cadre historique et institutionnel des années révolutionnaires.

  • 4 Voir les exemples donnés par le Dictionnaire de Trévoux, 1771, art. « Savant ».
  • 5 Voir Philippe Caron, Des « Belles lettres » à la « Littérature ». Une archéologie des signes du sav (...)
  • 6 Henri Grégoire, Rapport et projet de décret, présenté au nom du comité d’instruction publique, à la (...)

2Le cours semble en effet adossé à une stratégie destinée à sauver l’étude savante de l’histoire d’un double naufrage. Le premier est celui qui a vu cette discipline érudite sombrer symboliquement dans l’opinion publique éclairée tout au long du xviiie siècle. Considéré comme pédant et dépourvu de sens commun4, l’érudit essuie les attaques conjuguées des savants et des gens de lettres. L’érudition se trouve opposée aux Belles Lettres que l’on estime nécessaires pour l’agrément de l’esprit, et à la science que l’on juge animée par la recherche de la vérité et de l’utilité5. Il n’est pas étonnant que dans son discours du mois d’août 1793 qui justifie la suppression des académies, Grégoire évoque implicitement l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, haut lieu de l’érudition et précisément chargée de l’étude de l’histoire ancienne, en des termes dépourvus de toute équivoque : « […] les académies ont concouru à défricher le champ de l’antiquité : mais cette mine est presque entièrement exploitée : il reste à faire la partie philosophique, qui n’est pas l’ouvrage d’un corps, pas plus qu’une pièce de poésie ou d’éloquence »6.

  • 7 Pierre-Claude-François Daunou, Essai sur l’instruction publique (juillet 1793), dans Bronislaw Bacz (...)

3Mais le jugement de Grégoire relève aussi du second naufrage qui se joue quant à lui sur le court terme. Il est provoqué par la décision de la Convention de supprimer les Académies. Le principal chef d’accusation est celui de « corporatisme ». Les compagnies abriteraient des castes de savants qui monopoliseraient le privilège de la pensée, constituant ainsi un frein au perfectionnement de l’esprit humain et préparant des « résistances contre les vérités salutaires, contre les bienfaisantes inventions dont le talent et le génie lui-même voudraient enrichir un jour les sciences, les lettres et les arts »7. Daunou, l’auteur de ces lignes, poursuit ainsi sa critique : « […] j’attribue à une corporation les vices qui sont essentiels à toutes les corporations : je lui attribue cet esprit de corps sans lequel son existence serait inactive, flasque et languissante, inutile au bien comme au mal. Despotisme ou inertie, intolérance ou relâchement, c’est, en deux mots, l’histoire de toutes les corporations qui ont existé et la destinée de toutes les corporations futures » (ibid., p. 333-334).

  • 8 La loi de brumaire an IV est défendue par Daunou qui pourtant, dans son Essai sur l’instruction pub (...)
  • 9 Pour une critique radicale des académies, proche du « vandalisme », on lira l’écrit de Marat, Les c (...)
  • 10 Sur Volney, on consultera les deux ouvrages classiques de Jean Gaulmier, L’Idéologue Volney, Beyrou (...)

4Dès août 1793, les académies supprimées, les savants de la République se trouvent dans un état d’incertitude absolue. La fondation de l’éphémère École normale (1er pluviôse - 26 floréal an III ; 20 janvier - 15 mai 1795) se situe dans un vide académique que viendra combler, en brumaire an IV (octobre 1795), l’Institut national des sciences et des arts qui regroupe l’ensemble des savoirs. Par cette création, héritière des propositions de Talleyrand et surtout de Condorcet, adoptée après de nombreux débats8, la République augmente son prestige culturel et se blanchit de l’accusation de « vandalisme »9 que lui avait valu, entre autres, la suppression des académies. C’est donc dans un court intervalle de temps, traversé à la fois de bouleversements précipités et d’évolutions de longue durée, que sont données les leçons à l’École normale. Depuis cette tribune opportunément offerte, Volney joue une partie décisive pour sauver un pan entier du savoir et, bien qu’improvisées, ses Leçons semblent gouvernées par cette stratégie. On y voit l’orateur, tout à la fois, œuvrer à réorienter la nature du travail historique, tenter d’assurer à ces études un cadre stable, et, chemin faisant, défendre ou contester telle ou telle des positions qui prendront bientôt le nom d’« idéologiques »10.

Critique de la certitude

  • 11 Dans le Second mémoire sur l’instruction publique, il écrit : « […] parmi ces grands préjugés, qui (...)
  • 12 Volney, Leçons, p. 56. Souligné dans le texte.

5Contrairement à Condorcet qui faisait de la physique la cause essentielle des préjugés des hommes11, c’est dans l’histoire que Volney situe « une des sources les plus fécondes » de leurs erreurs ; aussi se donne-t-il pour tâche dans ses Leçons d’ébranler « le respect pour l’histoire »12. Le portrait de naissance de cette histoire n’est guère flatteur ni pour elle-même, ni pour le récit, ni pour l’historien. Elle est née, dit-il, chez les « raconteurs », du besoin mécanique qu’éprouvent tous les hommes de répéter leurs sensations, passion spéciale de la vieillesse (ibid., p. 76). Si l’éphémère et l’incertain, reflets des « caprices » et des « divagations » humaines, sont les attributs essentiels de l’histoire, il n’est rien d’étonnant à ce que le récit historique lui-même soit assimilé au spectacle de la « lanterne magique » (p. 76) ; rien d’étonnant non plus à ce que, fiction pour fiction, l’histoire soit « inférieure en utilité au roman » (p. 78) puisque les faits n’apparaissent qu’en « fantôme dans le miroir magique de l’entendement humain, où ils se plient aux projections les plus bizarres » (p. 59).

6Malgré ces positions ostensiblement polémiques, et fréquemment soulignées par la critique, peut-on affirmer à propos d’un érudit comme Volney – de l’hébraïsant, de l’auteur du Mémoire sur la Chronologie d’Hérodote (1781), de la Chronologie des douze siècles antérieurs au passage de Xercès en Grèce (1790), du futur auteur des Recherches nouvelles sur l’histoire ancienne (1808-1814) qui est un essai sur l’harmonisation des chronologies des peuples antiques ou encore du Discours sur l’étude philosophique des langues (1820) – que cet auteur écrit contre l’histoire ? La véritable cible de Volney n’est pas l’étude de l’histoire mais son usage dogmatique :

  • 13 Volney, Leçons, p. 56. Souligné dans le texte.

Je croirais donc avoir rendu un service éminent, si mon livre pouvait ébranler le respect pour l’histoire, passé en dogme dans le système d’éducation de l’Europe ; si, devenant l’avis préliminaire, la préface universelle de toutes les histoires, il prémunissait chaque lecteur contre l’empirisme des écrivains, et contre ses propres illusions ; s’il engageait tout homme pensant à soumettre tout homme raconteur à un interrogatoire sévère sur ses moyens d’information, et sur la source première des ouï-dire ; s’il habituait chacun à se rendre compte de ses motifs de croyance […].13

7Le « raconteur » – entendons : tout historien en tant qu’il met l’événement en récit – n’est pas un homme « pensant ». Mais alors, que devrait être un homme pensant qui voudrait raconter ? Quel statut conférer au récit pour qu’il relève de la pensée et non du babillage ? Nous poserions aujourd’hui la question en ces termes : comment objectiver le fait historique ? Comment apporter la preuve d’un événement passé ? Comment construire un récit fiable ?

  • 14 Antoine Destutt de Tracy, Mémoire sur la faculté de penser, publié dans les Mémoires de l’Institut (...)
  • 15 Destutt de Tracy, Mémoire sur la faculté de penser, déjà cité, p. 137.
  • 16 Destutt de Tracy, Sur un système méthodique de bibliographie (1797), dans Mémoire sur la faculté de (...)
  • 17 Destutt de Tracy, Mémoire sur la faculté de penser, p. 73 : « J’appellerai indifféremment le produi (...)
  • 18 Destutt de Tracy, Projet d’éléments d’Idéologie à l’usage des Écoles centrales de la République, Pa (...)

8L’opposition entre le pensant et le raconteur prend ses origines dans les positions « idéologistes » de l’orateur. Faisons un bref détour. Dans son Mémoire sur la faculté de penser (1798)14, ouvrage dans lequel apparaît le néologisme « idéologie », Destutt de Tracy raye la raison des facultés naturelles de l’esprit : « […] nous ne tenons, écrit-il, de la nature, c’est-à-dire de notre organisation, que la sensibilité et la perfectibilité »15. Raisonner, c’est faire une suite de jugements et c’est employer ce jugement à découvrir le rapport entre deux idées trop éloignées pour les comparer immédiatement16. À l’origine, l’homme n’a que des idées simples qui lui viennent de ses cinq sens et de la faculté de se mouvoir. Les sensations ne renferment aucune connaissance, mais c’est bien de ces sensations « que nai[ssent] toutes nos connaissances » (ibid., p. 75) et « nous ne connaissons rien que par nos sensations » (p. 64-65). En faisant du jugement une faculté qui procède de la sensation, Destutt de Tracy est conduit à concevoir « l’idée » comme synonyme de la « perception »17. Sentir, c’est penser : « […] il est clair, quand on y réfléchit, que penser c’est avoir des perceptions et des idées, que nos perceptions ou nos idées (je ferai ces deux mots absolument synonymes) sont des choses que nous sentons, et que par conséquent penser c’est sentir »18.

  • 19 Volney, Leçons, p. 75.
  • 20 Destutt de Tracy, Projet d’éléments d’Idéologie…, déjà cité, p. 36.

9Revenons au texte des Leçons. Si le fait historique est un fait raconté alors, explique Volney, il ne peut jamais atteindre aux deux premiers degrés de notre certitude que sont la sensation physique et le souvenir de cette sensation. Le fait raconté ne se situe qu’au troisième degré, celui de l’analogie ou comparaison des sensations d’autrui aux nôtres19. Plus le sens joue un rôle important, plus on approche de la crédibilité dans la connaissance du fait, et par exemple, on accordera un haut degré de crédibilité aux témoins directs puisque « leurs sens ont été frappés » (ibid., p. 67). S’il n’écrit pas dans l’instant même ce qu’il est en train d’observer, « l’homme raconteur » n’est donc pas un « homme sentant ». Par voie de conséquence, il ne peut être non plus un « homme pensant »20.

  • 21 Volney, Leçons, p. 59.

10Les positions idéologistes de Volney, sa propre pratique d’historien, ou même le dialogue avec l’auditoire sont autant de facteurs qui contribuent à placer la question de la preuve de l’événement historique au centre de la réflexion. En présentant son programme dans la leçon inaugurale, la première question qui surgit est celle-ci : « […] quel degré de certitude, quel degré de confiance doit-on attacher aux récits de l’histoire en général, ou dans certains cas particuliers ? »21 La série des huit questions qu’il pose dans l’Avertissement de 1800, vient détailler cette interrogation sur la certitude du témoignage et la preuve de l’événement. Il invite tout « raconteur » à se demander :

Si, lorsque nous avons des notions si imparfaites ou si fausses de ce qui se passe sous nos yeux, nous pouvons espérer être mieux instruits de ce qui se passe ou s’est passé à de grandes distances de lieux ou de temps ; […] Si, lorsque nous avons plus d’un exemple présent de faits équivoques ou faux, envoyés à la postérité avec tous les passeports de la vérité, nous pouvons espérer que les hommes des siècles antérieurs aient eu moins d’audace ou plus de conscience ; […] Si la prétendue information et l’impartialité, attribuées à la postérité, ne sont pas la consolation trompeuse de l’innocence, ou la flatterie de la séduction ou de la peur ; […] S’il n’est pas vrai que souvent la postérité reçoit et consacre les dépositions du fort survivant, qui étouffe les réclamations du faible écrasé ; […] Et si en morale il n’est pas aussi ridicule de prétendre que les faits s’éclaircissent en vieillissant, qu’en physique de soutenir que les objets, à force de s’éloigner, deviennent plus distincts. (Ibid., p. 57)

  • 22 Ces deux positions, explique Volney, sont la conséquence de dérangements mentaux. Le pyrrhonisme es (...)
  • 23 Volney, Leçons, p. 73. Pour illustrer le fait que la certitude est « l’arme constante de la tyranni (...)
  • 24 Volney, Leçons, p. 87. Dans l’Avertissement de 1800, Volney témoigne lui-même de ces sortes de mens (...)
  • 25 Sur la question du témoignage, on consultera le dossier dirigé par Carole Dornier dans la revue Dix (...)

11Dans son analyse des conditions d’établissement de la preuve, l’orateur écarte d’emblée le pyrrhonisme et la certitude absolue, qui sont deux positions opposées mais complémentaires22. Elles prennent leur origine dans l’ignorance, avec cette seule différence que « le pyrrhonisme est l’ignorance faible qui ne juge jamais, et le fanatisme l’ignorance robuste qui juge toujours, qui a tout jugé »23. Interrogé par l’auditoire, Volney est alors conduit à approfondir ce qu’il entend par « scepticisme ». C’est, explique-t-il, la suspension du jugement qui ne permet pas de prononcer ni une affirmation ni une négation. Et il ajoute : « […] il est bien vrai que d’après cette définition même, les faits historiques ne peuvent jamais atteindre la certitude qui naît de la sensation […] » (p. 84-85). Interrogé à nouveau sur la possibilité de rejeter la vérité d’un fait qui n’en est pas moins certain, il répond qu’il n’admet pas l’infaillibilité individuelle ou publique, car un fait peut être vu de différentes façons, tel qu’il est ou tel qu’il n’est pas, et « il peut être présenté et narré tout différemment ; il y a même des mensonges nationaux »24. Non seulement le raconteur, privé des sens du témoin direct, est suspect, mais le raconteur qui se trouve dans la situation du témoin direct peut l’être tout autant. Cette critique du témoignage et de la narration laisse peu de place à l’établissement de la vérité d’un événement quelconque25. Il semblerait que toute narration soit à l’image des ruines, un discours incomplet ou disloqué dont l’historien devrait reconstituer la continuité probable.

La référence aux mathématiques

  • 26 L’École normale de l’an III, Leçons de mathématiques, Jean Dhombres dir. , édition annotée des cou (...)

12C’est dans ce contexte conceptuel que Volney renvoie soudainement aux mathématiques. Pour acquérir le plus haut « degré » dont soit capable l’historien dans la détermination des faits débarrassés du merveilleux ou des préjugés, il n’hésite pas à se référer au « calcul », aux « règles de probabilité raisonnables », et il renvoie par deux fois son auditoire au cours de Laplace qui traite de l’application des probabilités aux « sciences humaines » et à l’histoire en particulier26 :

  • 27 Volney, Leçons, p. 72.

Je conclus que, dans l’étude de l’histoire, le point précis de la vérité est délicat à saisir, difficile à poser, et que la certitude que nous pouvons nous permettre, a besoin, pour être raisonnable, d’un calcul de probabilités, qu’à juste titre l’on a classé au rang des sciences les plus importantes qui vous seront démontrées dans l’École normale.27

  • 28 Volney, Leçons, p. 75. Le champ sémantique du calcul ou de la probabilité est très présent dans cer (...)

[…] Les mathématiques étant parvenues à soumettre toutes ces conditions à des règles précises et à en former une branche particulière de connaissances sous le nom de calcul des probabilités, c’est à elles que nous remettons le soin de compléter vos idées sur la question de la certitude de l’histoire.28

  • 29 Johan Heilbron, Naissance de la sociologie, traduit du néerlandais par P. Dirkx, Marseille, Agone, (...)

13Il est d’autant plus légitime de s’interroger sur le sens de cette référence aux mathématiques que Volney n’est pas mathématicien et que les Idéologues d’une manière générale, Destutt de Tracy en particulier, rejettent l’usage des mathématiques dans les sciences sociales. Ce qui se trouve précisément en jeu, c’est le rôle des mathématiques dans le processus de « scientifisation » des sciences. Ce processus combine plusieurs réalités décrites par Johan Heilbron 29 : une conceptualisation scientifique dans laquelle la recherche et l’expérience empiriques sont décisives ; une disciplinarisation fondée sur une différenciation grandissante entre les branches du savoir, processus au cours duquel les savoirs gagnent une autonomie conceptuelle ; enfin, une institutionnalisation de la science dans les académies ou les sociétés savantes.

  • 30 « Par le terme de mathématisation il faut entendre principalement une démarche, qui recourt aux alg (...)
  • 31 Je remercie Christian Gilain pour ses conseils sur l’ensemble de cette question.

14L’un des points de cristallisation de la critique de Destutt de Tracy s’inscrit dans ce contexte. Il concerne la légitimité des mathématiques dans la construction des sciences de l’homme et de la société. De nombreuses branches du savoir se sont en effet développées grâce à un long processus de mathématisation30. Des travaux qui peuplent la mémoire intellectuelle collective en marquent les étapes31 : ceux de Newton, Leibniz, les Bernoulli, Euler, Clairaut et D’Alembert. Le processus se poursuit durant la période contemporaine des Leçons. Lagrange se distingue avec sa Mécanique analytique (1788), Laplace avec la Mécanique céleste (1799-1825) et la Théorie analytique des probabilités (1812). Gaspard Monge œuvre, quant à lui, à développer les applications de la géométrie descriptive (Leçons de géométrie descriptive de l’an III).

  • 32 Condorcet, Essai sur l’application de l’analyse à la probabilité des décisions rendues à la plurali (...)

15Les sciences morales et politiques n’échappent pas à cet effort de mathématisation dont témoignent les travaux d’arithmétique politique de Condorcet, l’Essai sur l’application de l’analyse à la probabilité des décisions rendues à la pluralité des voix (1785), ou les Mémoires sur le calcul des probabilités (1784-1787)32. Dans le Tableau général de la science qui a pour objet l’application du calcul aux sciences politiques et morales (1793), Condorcet écrit :

  • 33 Condorcet, Tableau général de la science qui a pour objet l’application du calcul aux sciences poli (...)

Cette exposition montrera toute l’utilité de cette science [la mathématique sociale] ; on verra qu’aucun de nos intérêts individuels ou publics ne lui est étranger, qu’il n’en est aucun sur lequel elle ne nous donne des idées plus précises, des connaissances plus certaines ; on verra combien, si cette science était plus répandue, plus cultivée, elle contribuerait et au bonheur et au perfectionnement de l’espèce humaine.33

  • 34 « Dans une théorie mathématique, il est plus difficile de se faire illusion. Une fois que les éléme (...)

16Au-delà de la technicité du calcul et des débats sur son applicabilité réelle, les mathématiques deviennent un enjeu politique dans la mesure où elles pèseraient sur l’organisation de la société et, par voie de conséquence, sur le bonheur des hommes. Mais le débat est aussi animé d’une dimension symbolique. Considérées comme les sciences rationnelles par excellence, et comme une école de rigueur pour la formation de l’esprit ou l’art de la démonstration34, les mathématiques sont souvent présentées comme une exception dans l’histoire de l’esprit humain pour n’avoir jamais suivi une marche rétrograde et n’avoir jamais travaillé à instituer l’erreur ou à égarer les hommes. Montucla écrit dans son Histoire des mathématiques :

  • 35 Jean-Étienne Montucla, Histoire des mathématiques dans laquelle on rend compte de ses progrès jusqu (...)

De toutes les sciences, les mathématiques sont celles dont les pas dans la recherche de la vérité ont été les plus assurés et les mieux soutenus. On les a vues, il est vrai, souvent marcher avec lenteur : elles ont été quelquefois, et même des siècles entiers, stationnaires, je veux dire comme arrêtées dans leur marche, et ne faisant aucun progrès sensible ; mais on les a vues moins que tout autre, rétrogrades, c’est-à-dire prenant l’erreur pour la vérité ; car dans la marche de l’esprit humain, une erreur est un pas en arrière. Encore ceci ne regarde-t-il que les mathématiques mixtes, celles qui, par leur alliance avec la physique, ont dû nécessairement se ressentir de la faiblesse et des faux pas de celle-ci. Mais il n’en est pas ainsi des mathématiques pures. Leur marche ne fut jamais interrompue par ces chutes honteuses dont toutes les autres parties de nos connaissances offrent tant d’exemples humiliants. Quoi de plus propre à intéresser un esprit philosophique, et à lui inspirer de l’estime pour ces sciences ?35

  • 36 Sa critique des mathématiques et de leur statut au sein des sciences morales et politiques se trouv (...)
  • 37 Supplément, p. 48.

17Dans l’imaginaire collectif, ces sciences apportent donc un garant de rationalité, d’objectivité et de vérité aux champs du savoir qui les mobilisent. Mais Destutt de Tracy organise la résistance à la mathématisation sur un double front36. Celui d’abord de l’épistémologie. Il distingue « science » et « calcul » des probabilités. La première, affirme-t-il, exige surtout du « talent » et de la « sagacité »37 pour reconnaître les données, estimer leur degré d’importance. Ce talent ne répond à aucune règle précise puisqu’il est souvent le produit d’une « multitude de jugements inaperçus » (ibid., p. 48). Quant au calcul des probabilités proprement dit, il « ne consiste qu’à suivre correctement les règles générales de la langue des calculs, dans le cas où elle peut y être employée » (p. 48), c’est-à-dire essentiellement pour des objets simples tels les chances de jeux de hasard et des loteries, ou les effets de l’intérêt de l’argent placé. Pour les autres objets plus complexes, le calcul « conduit notre esprit beaucoup moins bien que les simples lumières du bon sens aidé d’une attention suffisante » (p. 46). Destutt de Tracy prend en exemple les travaux de Condorcet :

Nous avons vu de grands calculateurs, après les plus savantes combinaisons, nous donner les formes de scrutin les plus défectueuses, parce qu’ils n’avaient pas tenu compte de mille circonstances inhérentes à la nature des hommes et des choses, ne s’occupant que de la circonstance du nombre des uns et des autres. C’est ce qui fait que Condorcet lui-même, quand il a voulu appliquer la théorie des probabilités aux décisions des assemblées, et spécialement aux jugements des tribunaux, ou n’a osé rien statuer sur des institutions réelles et s’est borné à raisonner sur des hypothèses imaginaires, ou a été souvent conduit à des expédients absolument impraticables, ou qui auraient des inconvénients plus graves que ceux qu’ils voulaient éviter. (p. 37-38)

18L’autre front sur lequel Destutt de Tracy mène son combat est celui de la lutte d’influence entre mathématique et Idéologie pour la conquête du champ scientifique. Il soutient que le seul moyen de se préserver de l’erreur n’est pas de se soumettre au calcul, mais de s’assurer de la compréhension d’une idée que l’on doit juger en la décomposant en ses éléments simples, et d’être attentif à celui qui pourrait, implicitement, contenir ou repousser l’élément qu’il s’agit d’admettre ou d’écarter. C’est ainsi qu’est justifiée la critique de la théorie des probabilités qui concerne la partie conjecturale de la connaissance :

  • 38 Supplément, p. 43. Destutt de Tracy écrit encore : « […] je crois donc n’avoir rien avancé de témé (...)

C’est à la science de la formation de nos idées, à celle des opérations de notre intelligence, à la saine Idéologie en un mot, à nous apprendre le nombre de ces choses [les quantités « réfractaires » au calcul des probabilités (p. 46)], à nous faire connaître leur nature, à nous montrer les raisons pour lesquelles elles sont si réfractaires.38

  • 39 Sur ce sujet, voir François Azouvi dir., L’institution de la raison, Paris, Vrin-EHESS, 1992.
  • 40 Antoine Destutt de Tracy, Sur un système méthodique de bibliographie (1797), dans Mémoire sur la fa (...)

19En 1795, dans la distribution des savoirs au sein de l’Institut39, les sciences physiques et mathématiques constituent la première classe, les sciences morales et politiques (dans laquelle l’histoire occupe la cinquième section), seulement la seconde. Cette architecture ne correspond pas au vœu de Destutt de Tracy pour qui l’Idéologie est la première des sciences, celle dont toutes les autres dépendent dans la représentation scalaire qu’il en donne. Dans son Système méthodique de bibliographie, critiquant l’organisation de l’Institut et redessinant l’architecture générale des savoirs, il dispose les connaissances en sept sections. L’idéologie, ou analyse de la pensée, figure naturellement en première place, suivie de « la science des quantités et des grandeurs, c’est-à-dire les mathématiques pures, soit arithmétique et algèbre, soit géométrie » ; puis viennent successivement la physique (connaissance des lois générales de la nature et des propriétés des corps), l’histoire naturelle (description détaillée de tous les êtres de la nature), les arts dérivant des sciences précédentes, la morale des individus (causes et effets de nos passions), la morale des sociétés40.

20Dans l’organisation scientifique de l’Institut, la Révolution témoigne certes sa reconnaissance à l’œuvre philosophique des Lumières en institutionnalisant ainsi les sciences de l’homme, mais la première place revient symboliquement aux sciences mathématiques et physiques qui, avant toutes les autres, ont triomphé des préjugés et ont su établir les vrais fondements de la vérité. Les représentants du peuple établissent ainsi un équilibre subtil au sein du champ intellectuel et institutionnel. Comment Volney se situe-t-il au cœur de ces enjeux ?

Histoire et science de la société

  • 41 On pourrait faire la même remarque à propos des leçons de géographie de Buache de la Neuville et Me (...)
  • 42 Volney définit ainsi l’histoire : « […] le mot histoire sera toujours synonyme à recherche, examen, (...)
  • 43 Cette première édition n’a pas encore pris son titre définitif et s’intitule encore Voyage en Syrie (...)
  • 44 Volney, Œuvres, déjà cité, t. 2, p. 21.
  • 45 Volney, Questions de statistique (1795), dans Œuvres, t. 1, p. 661-679.
  • 46 Dans son cours d’histoire naturelle à l’École normale, Daubenton propose également la méthode de l’ (...)

21Bien que la référence aux mathématiques soit, dans les Leçons, strictement symbolique41, elle participe d’une volonté de soumettre la recherche historique à un régime de « scientificité » que l’érudition seule n’est plus en mesure d’apporter. L’horizon de l’histoire savante n’est plus cette érudition des deux siècles passés mais la constitution de données empiriques assurée par des Tableaux ou des Enquêtes. La précision et l’exhaustivité de « l’enquête » réinstaurent le sens étymologique de l’historia 42 qui s’inscrira désormais dans un espace tabulaire. C’est cette conception qui anime Volney dans son Voyage en Égypte et en Syrie 43 (1787) ; c’est celle qui prévaudra dans le Tableau du climat et du sol des États-Unis (1803), dans lequel il étudie « le climat, les lois, les habitants et leurs mœurs, principalement sous le rapport de la vie sociale et du bonheur domestique »44. C’est à l’époque de ses Leçons qu’il publie les Questions de statistiques à l’usage des voyageurs (mars 1795) qui ont l’allure d’un questionnaire sociologique. L’enquête porte sur la situation géographique, le climat, l’état du sol, les produits naturels, la population, l’agriculture, l’industrie, le commerce, le gouvernement et l’administration. Cent trente-cinq questions sont posées depuis le bénéfice qu’on peut retirer d’un mouton ou d’une vache (qu. 84), jusqu’au nombre d’habitants, hommes, femmes, vieillards, enfants vivant dans un village (qu. 56)45. Ce style d’enquête historique, systématique et ordonnée46, est privilégié comme méthode générale pour l’étude de l’histoire. Il nomme cette méthode « analytique et philosophique » et la décrit ainsi :

  • 47 Volney, Leçons, p. 103.

S’attachant à un peuple, à une nation, considérés comme individus identiques, elle les suit pas à pas dans toute la durée de leur existence physique et morale, avec cette circonstance caractéristique, que d’abord elle pose en ordre tous les faits de cette existence, pour chercher ensuite à déduire de leur action réciproque les causes et les effets de l’origine, des progrès et de la décadence de ce genre de combinaison morale que l’on appelle corps politique et gouvernement.47

22Ainsi débarrassée des « miroirs aux plans courbes », selon Volney, l’histoire atteint à un régime de vérité comparable à celui des mathématiques :

C’est donc un art, et un art profond, que d’étudier l’histoire sous ce grand point de vue [la méthode analytique et philosophique] ; et si, comme il est vrai, l’utilité qui en peut résulter est du genre le plus vaste, l’art qui la procure est du genre le plus élevé ; c’est la partie transcendante, et s’il m’est permis de le dire, les hautes mathématiques de l’histoire. (Ibid., p. 82)

23Une fois de plus, voici actionné le levier symbolique de la référence aux mathématiques qui fonctionne comme un effet d’objectivation à double entente. Cette référence, ainsi que l’analogie entre les mathématiques et une méthode d’investigation désignée comme « analytique et philosophique », sont destinées tout à la fois à séparer l’étude de l’histoire de la nébuleuse des lettres et à leur assigner un nouvel horizon. Il ne s’agit plus de servir une érudition cumulative et conservatrice qui repousse sans cesse le moment des synthèses, mais au contraire de constituer un savoir empirique, voie savante qui mène à une science du politique et à un art de gouverner, et qui fait de l’histoire le plus sûr auxiliaire de l’État.

  • 48 Volney, Questions de statistique, déjà cité, p. 665.
  • 49 Volney, Leçons, p. 81.

24Si le tableau du statisticien vient se substituer ici à la narration hasardeuse de l’histoire, ce n’est donc pas l’effet d’un simple retournement rhétorique, mais celui d’une réorientation du travail savant et du métier d’historien. Le glissement de l’histoire s’effectue vers « l’économie publique » : il s’agit de « rassembler sur la science si importante de l’économie publique, un assez grand nombre de faits pour retirer de leur comparaison mûrement méditée, soit des vérités neuves, soit la confirmation des vérités connues, soit enfin la réfutation d’erreurs adoptées »48. Volney écrit encore : « […] sous ce rapport, l’histoire, prise dans son universalité, est un immense recueil d’expériences morales et sociales, […] dans lesquelles chaque peuple, offrant des combinaisons variées d’événements, de passions, de causes et d’effets développe, aux yeux de l’observateur attentif, tous les ressorts et tout le mécanisme de la nature humaine […] »49. En concevant ainsi les études historiques, Volney les fait évoluer vers la constitution d’une science de la société et vers un art de gouverner :

Si l’on avait un tableau exact du jeu réciproque de toutes les parties de chaque machine sociale, c’est-à-dire des habitudes, des mœurs, des opinions, des lois, du régime intérieur et extérieur de chaque nation, il serait possible d’établir une théorie générale de l’art de les composer, et de poser des principes fixes et déterminés de législation, d’économie politique, et de gouvernement. (Ibid., p. 81)

D’un tel tableau de faits bien positifs et bien constatés, résulteraient d’abord toutes les données nécessaires à bien connaître la constitution morale et politique d’une nation. Et alors ce jeu d’action et de réaction de toutes ses parties les unes sur les autres, deviendrait le sujet non équivoque des réflexions et des combinaisons les plus utiles à la théorie de l’art profond de gouverner et de faire des lois. (p. 105)

25Que l’étude de l’histoire tende vers la constitution d’une science du politique revient-il à congédier toute espèce d’érudition ? Qu’en est-il de l’institutionnalisation d’études historiques ainsi réorientées ?

Sauver l’institutionnalisation des études historiques savantes

  • 50 Antoine Lavoisier, Observations sur l’Académie des sciences (1793), dans Œuvres de Lavoisier, Paris (...)

26Loin de condamner l’érudition, Volney l’organise. Mais le contexte politique et intellectuel complique sa tâche. Sur le plan de la mutation institutionnelle qu’imposent les lois révolutionnaires, seule l’Académie des sciences tire son épingle du jeu, au détriment des autres compagnies. Dans ses Observations sur l’Académie des sciences (1793) adressées au pouvoir politique, Lavoisier plaide pour que le progrès des sciences, l’avancement des arts et de l’industrie nationale et la « stabilité de l’esprit humain »50 soient protégés par la République. Mais, disloquant ce qu’il restait d’illusions sur la République des lettres, il distingue avec soins ce qui caractérise le travail de l’Académie des sciences : c’est l’indispensable coopération entre savants et le travail collectif, décrits comme le moteur le plus puissant des progrès de la science. À cette organisation collective, il oppose les figures solitaires de l’homme de lettres et de l’historien, l’un observant la société, l’autre hantant les bibliothèques :

Il n’en est pas des sciences comme des autres travaux littéraires : l’homme de lettres trouve dans la société tous les éléments qui lui sont nécessaires pour le développement de son talent. Se livre-t-il au genre dramatique, l’histoire lui fournit des caractères ; il en trouve dans tout ce qui l’environne. L’historien trouve de même dans les bibliothèques les matériaux nécessaires pour ses travaux ; il ne dépend de personne. Il n’en est pas de même dans les sciences ; la plupart ne peuvent pas être cultivées avec succès par des individus isolés. Il faut une réunion d’efforts ; souvent même, pour arriver à un résultat, il faut le concours de plusieurs savants instruits dans différents genres de connaissances. Le géomètre ne ferait que des calculs hypothétiques si l’astronome, si le physicien, si le mécanicien, ne lui fournissaient les données qui doivent servir de base à ses calculs. De même le physicien, le chimiste, le mécanicien ne tireraient aucun parti de leurs expériences, si le géomètre ne venait à leur secours et n’y appliquait le calcul. C’est ainsi que toutes les sciences s’entraident les unes les autres et se prêtent mutuellement des forces pour avancer en commun le grand édifice des connaissances humaines. (Ibid., p. 618)

  • 51 Grégoire, Rapport et projet de décret, dans James Guillaume, Procès verbaux du comité d’instruction (...)
  • 52 L’article premier du décret de suppression des académies stipule que « toutes les académies et soci (...)

27C’est grâce à cette argumentation, reprise par Grégoire au nom du Comité d’instruction publique51, conjuguée aux thèmes de l’utilité immédiate de la science et de sa disponibilité dans la politique révolutionnaire, que l’Académie des sciences jouira d’un régime de faveur dans la période comprise entre la suppression des académies et la création de l’Institut52.

  • 53 Leçons, p. 77.
  • 54 « Ces salles […] où par la nécessité de faire du bruit pour être entendu, l’on provoque le bruit qu (...)

28Il n’est pas indifférent de relever l’insistance avec laquelle Volney, exploitant la même veine que Lavoisier, évoque lui aussi l’utilité pratique de l’histoire à laquelle il consacre la troisième leçon : « […] je dis donc qu’en étudiant l’histoire, avec l’intention d’en retirer une utilité pratique, il m’a paru en voir naître trois espèces : l’une applicable aux individus, et je la nomme utilité morale ; l’autre applicable aux sciences et aux arts, je l’appelle utilité scientifique ; la troisième applicable aux peuples et aux gouvernements, je l’appelle utilité politique »53. Ne revenons pas sur le dernier genre qui « consiste à recueillir et à méditer tous les faits relatifs à l’organisation des sociétés, au mécanisme des gouvernements, pour en induire des résultats généraux ou particuliers, propres à servir de termes de comparaison, et de règles de conduite en des cas analogues ou semblables […] » (ibid., p. 81). Les autres domaines retenus en exemples sont également susceptibles d’intéresser un gouvernement puisqu’il s’agit de sciences dont l’utilité immédiate est évidente. Dans les arts, les recherches historiques sont précieuses pour les enseignements qu’elles apportent dans les procédés et les techniques, pour la connaissance des erreurs ou la confrontation des méthodes (p. 79). L’histoire de la médecine est essentielle pour ses méthodes et ses remèdes ; la chirurgie pour ses instruments ; l’industrie mécanique pour les outils et les machines. À ces domaines, il ajoute l’architecture, notamment celle qui concerne les salles destinées à accueillir une assemblée délibérante ou « professante » (p. 81). Rapporté à la période révolutionnaire où les assemblées se multiplient et débattent sans relâche, un tel exemple n’est pas anecdotique et pointe une question cruciale qui touche aux conditions matérielles de la délibération des lois54.

29Luttant contre la politique du Comité d’instruction publique, Volney est également conduit, si l’on peut dire, à lutter contre certaines tendances de son propre camp et de s’opposer au chef de file de l’Idéologie sur la question de « l’ontologie » de l’histoire. Destutt de Tracy refuse en effet de considérer ce savoir comme une « science particulière » et, lui déniant une autonomie « disciplinaire », il n’en fait qu’un mode particulier d’approche, une « manière d’envisager chaque science ». Aussi ne lui assigne-t-il aucune place particulière dans son Système méthodique de bibliographie, dans lequel on doit lire une critique de l’organisation de l’Institut national des sciences et des arts :

  • 55 Destutt de Tracy, Sur un système méthodique de bibliographie (1797), dans Mémoire sur la faculté de (...)

Que doit-il donc nous rester suivant moi de toute cette immense classe d’histoire ? rien, absolument rien ; mais l’histoire proprement dite, c’est-à-dire, les récits des événements arrivés aux Nations et aux individus qui nous ont précédés, qu’en ferons-nous ? Sur ce point, voici mes idées : comme le plus grand nombre de ces faits sont purement politiques, et surtout comme ils sont principalement le résultat de l’état où était l’organisation sociale dans les temps et les pays où ils sont arrivés, j’aimerais bien ne faire de ce genre d’histoire qu’un appendice du chapitre de la science sociale, comme je n’ai fait de l’histoire ecclésiastique qu’un appendice de la théologie : car la description de la société, si l’on peut parler ainsi, appartient à la science sociale, comme la description d’un monument appartient à l’architecture. Cependant, si d’un autre côté l’on considère que le sort d’une Nation ou d’un individu dépend plus ou moins de ses lumières de tous genres, que son histoire renferme des faits de toutes espèces, et qu’elle peut et doit être utile à toutes sortes de connaissances, on est conduit à dire que l’histoire proprement dite, ou si l’on veut, l’histoire polytechnique, doit faire partie d’une grande classe intitulée polygraphie ; mais dans aucun cas il doit y avoir de classe d’histoire : car, encore une fois, l’histoire n’est point une science, mais une manière de considérer une science ou des faits relatifs à une ou plusieurs sciences. J’aimerais autant que l’on fît des voyages, ou de l’observation en général, des sciences à part.55

30L’érudit qu’est Volney ne peut partager une telle approche. Car s’il suivait Destutt de Tracy, les études historiques seraient dispersées dans chacune des autres branches du savoir. Cela reviendrait à nier l’autonomie du champ de l’histoire, à la fois domaine et objet d’étude, et surtout cette conception priverait de la possibilité d’articuler ce savoir à l’action politique. Une telle divergence, qui a des fondements épistémologiques, renvoie aussi de toute évidence à un nouvel aspect de la lutte d’influence entre les savoirs au sein d’un champ intellectuel en pleine recomposition.

  • 56 Volney, Leçons, p. 106.

31Sous les débris, les ruines, les inscriptions, les médailles, les manuscrits, Volney veut voir « les usages, les mœurs, les rites, les religions, et surtout les langues »56. Il y a nécessité de mise en ordre préalable de ces fragments si l’on souhaite « en tirer les inductions raisonnables » (ibid., p. 106) qui conduisent à une histoire complète de chaque peuple. L’érudition est par conséquent une première étape essentielle. Mais ce travail immense, qui vise toujours une science de la société, ne peut être l’objet d’une activité solitaire. Aussi Volney ne propose-t-il rien moins que de rebâtir une académie consacrée aux études historiques. Ce projet de compagnie prend la forme d’une institution européenne que l’on nommerait aujourd’hui « hors les murs » :

Il faudrait une société nombreuse, et qui, partagée en sections, suivît méthodiquement chaque branche d’un plan identique de recherches. Les éléments de cette société existent à mes yeux dans les diverses académies de l’Europe, qui soit par elles-mêmes, soit par l’émulation qu’elles ont produite, ont été, quoi qu’on en puisse dire, le grand mobile de toute instruction et de toute science. Chacune de ces académies, considérée comme une section de la grande société historico-philosophique, s’occuperait spécialement de l’histoire et des monuments de son pays, comme l’ont fait des savants de Pétersbourg pour la Russie et la Tartarie, comme le fait la société anglaise de Calcutta, pour l’Inde, la Chine et le Tibet ; comme l’a fait une ancienne société de savants allemands pour l’ancienne Germanie et la Sarmatie […]. (p. 107)

32L’historien propose une distribution des études en sept sections (p. 107-109). Chacune d’elles est organisée à partir de l’étude des langues qui forment une « histoire complète » dans la mesure où elles sont « le tableau de toutes les idées d’un peuple » (p. 109). Il combine ainsi, au sein de l’institution, le travail érudit et l’étude des mœurs ou des phénomènes sociaux et politiques. L’organisation se présente de la manière suivante :

  1. Section celtique : langues et nations ayant occupé la Gaule, la Grande-Bretagne, l’Italie et l’Allemagne jusqu’aux déserts de la Cimbrique et de la Sarmatie. Se rattachent le bas breton, le gallois, le vieux germain. Cette section s’inscrit dans la suite des recherches des savants suédois et allemands qui depuis trois décennies font apparaître « que tous les peuples aborigènes de l’Europe et de la Grèce n’étaient qu’une race identique de sauvages, ayant le même genre de vie, chasseur, pasteur et nomade, et usant d’un même fonds de langage, varié seulement dans ses accessoires et ses ramifications » (p. 107).
  2. Section hellénique : langues grecque et latine avec leurs « rameaux descendants » (portugais, espagnol, français, italien) et « ascendants » (phéniciens, égyptiens, lydiens et ioniques). Ces études permettraient de mieux appréhender le phénomène des colonies asiatiques qui « furent pour la Grèce et pour l’Italie, ce que les Européens ont été pour l’Amérique » ; on constaterait « qu’elles apportèrent les arts et les sciences de l’Asie policée, et qu’elles y devinrent une souche de population qui tantôt s’identifia, et tantôt détruisit la race autochtone » (p. 108).
  3. Section phénicienne : samaritain, caldéen, syriaque, copte, arabe et éthiopien. De cette section relèveraient « les recherches sur Carthage et ses colonies, tant en Espagne et en Sicile, qu’en Afrique, où l’on commence à en retrouver des traces singulières dans les pays de Fezzan et de Mourzouq […] » (p. 108).
  4. Section tatarique : « […] spécialement chargée d’examiner les nombreux dialectes qui ont des branches d’analogie, depuis la Chine jusqu’en Angleterre ; elle nous dirait pourquoi l’anglo-saxon a la même syntaxe que le persan moderne, issu de l’ancien parthe, peuple scythe […] » (p. 108). De cette section Volney fait dépendre la solution à de nombreuses questions : « en considérant ces analogies de langages, en recueillant et confrontant les similitudes qui existent dans les usages, les coutumes, les mœurs, les rites, et même dans la constitution physique des peuples […] », en considérant les caractères de la physionomie, « on sent bien que cette similitude de constitution a pour cause première une similitude de genre de vie et de climat ; mais l’on s’aperçoit aussi que les autres analogies sont dues à des migrations opérées par les guerres et par les conquêtes, si rapides et si faciles pour les peuples pasteurs. L’on voudrait connaître le détail de ces migrations et de ces conquêtes » (p. 108-109).
  5. Cinquième et sixième sections : « […] faire distinguer de la branche mongole, la branche calmouque et hunnique, dont les dialectes se parlent en Finlande, Laponie, Hongrie, […] déterminer si l’ancienne langue de l’Inde, le sanscrit, n’est pas le dialecte primitif du Tibet et de l’Indostan […], découvrir à quelle langue se rapportent la langue chinoise et l’idiome malais […] » (p. 109).
  6. Septième section : « […] confrontation des langues de l’Est de l’Asie, avec celles de l’Ouest de l’Amérique, pour constater la communication de leurs peuples » (p. 109).

33Depuis la tribune qui lui a été offerte, et devant le public éclairé et nombreux qui se presse aux séances, Volney travaille à convaincre l’opinion publique afin de redéfinir la forme des études historiques et de défendre un modèle de légitimité culturelle, politique et institutionnelle. La caractérisation de l’histoire comme branche autonome du savoir, l’affirmation de son utilité, longuement détaillée, l’exigence de la réorientation des études savantes, tout cela participe d’une même stratégie argumentative. Le savoir historique ne pouvant être abandonné aux hasards des découvertes individuelles, il est urgent que le législateur le confie à un corps de savants chargé de la production collective de la connaissance, et du même coup, en garantisse l’autonomie épistémologique et la pérennité institutionnelle.

  • 57 Voir Jean-Pierre Schandeler, « Condorcet et les sciences sociales : le Tableau historique en questi (...)

34L’œuvre de Volney, qui sous bien des aspects converge avec l’art social tel que le définit Condorcet, marque les prémisses d’une science sociale orientée par l’empirisme de l’enquête57. C’est peut-être pour cette raison que les Leçons d’histoire se distinguent par la continuelle absence de mémoire du texte. De ce point de vue, le discours déploie une rhétorique sur le fil de la lame. Dans la critique de l’histoire érudite comme dans celle de la certitude des événements passés, le lecteur peine en effet à trouver une idée originale qui n’ait été exposée ou discutée antérieurement. Pourtant Volney ne se réfère à aucune source. Descartes, Fontenelle, Malebranche, qui ont eux aussi écrit sur l’incertitude de l’histoire, ne peuplent pas l’horizon de l’orateur, pas plus que l’Esprit des lois ou l’Essai sur les mœurs ne sont cités comme exemple de rupture avec les histoires pleines d’anecdotes apocryphes, de récits fantaisistes ou fabuleux, de harangues inventées ou réécrites au goût du jour. Pas plus que ne sont cités les travaux de l’Académie royale des Inscriptions et Belles Lettres sur l’examen critique des sources, sur la question de la certitude des événements passés. Ne sont pas cités les nombreux mémoires, discutés en séance puis publiés, sur l’établissement de la chronologie ancienne, sur la géographie comme auxiliaire de l’histoire, sur les langues anciennes ou orientales.

  • 58 J’emprunte cette expression à Jean-Claude Perrot à propos des Leçons d’économie politique de Vander (...)

35Les Leçons de l’érudit témoignent paradoxalement d’un travail d’oubli historiographique et, ici aussi, on entend quantité d’énoncés classiques qui « s’habillent du prestige du neuf »58. C’est bien pourtant dans une réflexion historiographique ancienne, mais absente, que Volney puise ses axiomes essentiels. Cet effacement de la mémoire signifie-t-il autre chose qu’une rupture symbolique avec les pratiques érudites emportées par les réformes de la Révolution ? Ne convient-il pas d’abolir tout signe de continuités entre des institutions passées, et déjà englouties, et celles que l’autorité publique doit fonder pour assurer la pérennité de la recherche savante ?

Notes

1 L’édition de référence des Leçons d’histoire de Volney est celle publiée sous la direction de Daniel Nordman dans L’École normale de l’an III. Leçons d’histoire, de géographie, d’économie politique, Paris, Dunod, 1994, p. 23-134, introduit par Barthélémy Jobert. Désormais Leçons. Pour une bibliographie des Leçons, on se reportera à cette édition, p. 54-55. Les autres œuvres de Volney sont citées dans Œuvres, Anne et Henry Deneys éd., Paris, Fayard (Corpus des œuvres de philosophie en langue française), t. 1, 1989 ; t. 2, 1989 ; t. 3, 1998.

2 Volney y insiste par deux fois, Leçons, p. 88 et 116.

3 Par exemple à propos de Hume qu’il semble ignorer dans le débat avec l’auditoire, Leçons, p. 89.

4 Voir les exemples donnés par le Dictionnaire de Trévoux, 1771, art. « Savant ».

5 Voir Philippe Caron, Des « Belles lettres » à la « Littérature ». Une archéologie des signes du savoir profane en langue française (1680-1760), Louvain-Paris, Peeters, 1992, p. 191-196 et 329 et suiv. ; voir aussi le dossier consacré à la République des sciences, dirigé par Irène Passeron, dans la revue Dix-huitième siècle, no 40, 2008.

6 Henri Grégoire, Rapport et projet de décret, présenté au nom du comité d’instruction publique, à la séance du 8 août, dans James Guillaume, Procès verbaux du comité d’instruction publique de la convention nationale, Paris, Imprimerie nationale, 1894 (6 vol.), t. 2, p. 250-256, cité p. 253.

7 Pierre-Claude-François Daunou, Essai sur l’instruction publique (juillet 1793), dans Bronislaw Baczko, Une éducation pour la démocratie. Textes et projets de l’époque révolutionnaire, Paris, Garnier, 1982, p. 303-344, cité p. 333. Daunou écrit encore : « Laisser aux arts, aux lettres, aux sciences une indéfinie liberté ; ne les comprimer ni par des usages, ni par des méthodes, ni surtout par des lois ; assurer à toutes les connaissances humaines la pleine faculté de faire au sein de l’empire tous les progrès qu’elles voudront y faire : voilà ce que vous n’obtiendrez, ce me semble, ni en créant une corporation de lettrés, ni en adoptant des livres élémentaires autres que ceux destinés aux premières écoles », ibid., p. 332.

8 La loi de brumaire an IV est défendue par Daunou qui pourtant, dans son Essai sur l’instruction publique (juillet 1793), avait attaqué l’idée de la Société nationale des sciences et des arts que Condorcet avait défendue en avril et décembre 1792. Voir Baczko, Une éducation pour la démocratie, déjà cité, p. 331 et suiv.

9 Pour une critique radicale des académies, proche du « vandalisme », on lira l’écrit de Marat, Les charlatans modernes ou Lettres sur le charlatanisme académique, publiées par M. Marat, l’Ami du Peuple (1791), Œuvres politiques, Jacques De Cock et Charlotte Goëtz éd., Bruxelles, Pôle Nord, 1993, t. VI, p. 3349-3379. Sur le vandalisme révolutionnaire, voir Bronislaw Baczko, Comment sortir de la terreur : Thermidor et la Révolution, Paris, Gallimard, 1989 et son art. « Vandalisme » dans François Furet et Mona Ozouf dir., Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, Flammarion, 1988, p. 903-912.

10 Sur Volney, on consultera les deux ouvrages classiques de Jean Gaulmier, L’Idéologue Volney, Beyrouth, s. n., 1951 et Un grand témoin de la Révolution et de l’Empire : Volney, Paris, Hachette, 1959. On lira également Corpus. Revue de philosophie, no 11/12, 1989, consacré à Volney ; Jean Roussel dir., L’héritage des Lumières. Volney et les Idéologues, Angers, Presses de l’université d’Angers, 1988. Dans ce dernier, on lira en particulier les articles d’Élisabeth Guibert-Sledziewski, « Volney, Daunou et la conception de l’histoire (Une épistémologie politique) », p. 157-165, et de Corrado Rosso, « De Volney à Melchiorre Delfico : l’histoire, une discipline aussi inutile que dangereuse », p. 345-356. Bertrand Binoche, Les trois sources des philosophies de l’histoire (1764-1798), Québec, Presses de l’université Laval, 2008, p. 47-69. Il faut encore signaler trois articles publiés dans L’Histoire au xvıııe siècle, colloque d’Aix-en-Provence, 1-3 mai 1975, Centre aixois d’études et de recherches sur le xviiie siècle, Aix-en-Provence, Édisud, 1980 : Denise Brahimi, « Les Leçons d’histoire de Volney (1795) », p. 405-425 ; Neal Johnson, « La théorie et la pratique de l’historiographie dans la France du xviiie siècle : le cas du Siècle de Louis XIV de Voltaire », p. 253-267 ; Werner Krauss, « La vision historique de l’historiographie dans la première moitié du xviiie siècle », p. 331-338.

11 Dans le Second mémoire sur l’instruction publique, il écrit : « […] parmi ces grands préjugés, qui ont séduit des nations, et quelquefois l’humanité presque entière, à peine en pourrait-on citer un seul qui n’ait été appuyé sur quelques erreurs grossières en physique. C’est souvent même en profitant avec adresse de ces erreurs grossières que quelques hommes sont parvenus à faire adopter leurs absurdes systèmes » (Œuvres de Condorcet , François Arago éd., Paris, Firmin Didot frères, 1847-1849, t. VII, p. 256).

12 Volney, Leçons, p. 56. Souligné dans le texte.

13 Volney, Leçons, p. 56. Souligné dans le texte.

14 Antoine Destutt de Tracy, Mémoire sur la faculté de penser, publié dans les Mémoires de l’Institut national des sciences et des arts, 1798, t. I, p. 283-451, repris dans Mémoire sur la faculté de penser et autres textes, Paris, Corpus, 1992. C’est cette dernière édition qui sert de référence.

15 Destutt de Tracy, Mémoire sur la faculté de penser, déjà cité, p. 137.

16 Destutt de Tracy, Sur un système méthodique de bibliographie (1797), dans Mémoire sur la faculté de penser et autres textes, déjà cité, p. 24.

17 Destutt de Tracy, Mémoire sur la faculté de penser, p. 73 : « J’appellerai indifféremment le produit de cette faculté perception ou idée, regardant ces deux mots comme absolument synonymes. »

18 Destutt de Tracy, Projet d’éléments d’Idéologie à l’usage des Écoles centrales de la République, Paris, Didot, 1801, t. 1, p. 36.

19 Volney, Leçons, p. 75.

20 Destutt de Tracy, Projet d’éléments d’Idéologie…, déjà cité, p. 36.

21 Volney, Leçons, p. 59.

22 Ces deux positions, explique Volney, sont la conséquence de dérangements mentaux. Le pyrrhonisme est assimilé à une apathie et un travers d’esprit qui sont « le produit physique d’un genre nerveux usé ou obtus, soit par les excès d’une vie trop contemplative, dénuée de sensations, soit par les excès de toutes les passions qui ne laissent que la cendre d’une sensibilité consumée » (Leçons, p. 73). La métaphore médicale est filée pour définir également la nature de la certitude absolue lorsque, confinant à une forme religieuse de la certitude, elle atteint son degré de nocivité : ne douter de rien est une maladie dangereuse « en ce qu’elle est du genre des fièvres ardentes qui finissent par le délire et la frénésie ».

23 Volney, Leçons, p. 73. Pour illustrer le fait que la certitude est « l’arme constante de la tyrannie », il convoque le plus célèbre des imposteurs et le plus audacieux des tyrans qui a commencé son livre par ces mots : « […] il n’y a point de doute dans ce livre ; il conduit droit celui qui marche aveuglément, celui qui reçoit sans discussion ma parole qui sauve le simple et confond le savant », Coran (2-5). Dans son Avertissement de 1800, Volney invite les futurs instituteurs de la nation, comme les parents, à enseigner aux enfants à « croire difficilement » et à les « prémunir contre ce double penchant à la crédulité et à la certitude, d’autant plus puissant qu’il dérive de l’ignorance, de la paresse, et de l’orgueil naturels à l’homme », Leçons, p. 57. Souligné dans le texte.

24 Volney, Leçons, p. 87. Dans l’Avertissement de 1800, Volney témoigne lui-même de ces sortes de mensonges : « Pour moi, que la comparaison des préjugés et des habitudes d’hommes et de peuples divers a convaincu et presque dépouillé de ceux de mon éducation et de ma propre nation ; qui, voyageant d’un pays à l’autre, ai suivi les nuances, et les altérations de rumeurs et de faits que je vis naître ; qui, par exemple, ai trouvé accréditées aux États-Unis des notions très fausses d’événements de la Révolution française dont je fus témoin, de même que j’ai reconnu l’erreur de celles que nous avons en France sur beaucoup de détails de la Révolution américaine, déjà dissimulés par l’égoïsme national ou l’esprit de parti, je ne puis m’empêcher d’avouer que chaque jour je suis plus porté à refuser ma confiance aux historiens et à l’histoire » (p. 57).

25 Sur la question du témoignage, on consultera le dossier dirigé par Carole Dornier dans la revue Dix-huitième siècle, no 39, 2007.

26 L’École normale de l’an III, Leçons de mathématiques, Jean Dhombres dir. , édition annotée des cours de Laplace, Lagrange et Monge, Paris, Dunod, 1992, p. 45-167, leçon du 21 floréal, p. 127 et suiv. Dans son Essai philosophique sur les probabilités (1814), Laplace reprend et développe ses idées sur le témoignage, p. 9-17, Bruxelles, Culture et civilisation, 1967.

27 Volney, Leçons, p. 72.

28 Volney, Leçons, p. 75. Le champ sémantique du calcul ou de la probabilité est très présent dans certaines leçons. Voir notamment p. 56, 59, 61, 63, 69, 105.

29 Johan Heilbron, Naissance de la sociologie, traduit du néerlandais par P. Dirkx, Marseille, Agone, 2006 [1990].

30 « Par le terme de mathématisation il faut entendre principalement une démarche, qui recourt aux algorithmes du calcul différentiel et intégral, dont l’objet consiste à reconstruire les phénomènes de la nature à l’intérieur du domaine de l’intelligibilité mathématique. Ainsi, ces phénomènes se trouvent soumis à des lois quantitatives exploitables et donc susceptibles d’assurer la prévision, et par là même, l’emprise de la raison mathématique sur les phénomènes de la nature. Ce n’est pas tout ; mathématiser tel ou tel phénomène naturel, cela veut dire aussi présenter sous une forme ordonnée l’ensemble des théorèmes, propositions et résultats que l’on est parvenu à établir. Par cette organisation déductive, chaque proposition étant obtenue à partir des précédentes, une clarification et une investigation méthodique des propriétés fondamentales des divers phénomènes deviennent possibles, tandis que toutes les ressources des connaissances mathématiques de l’époque peuvent être mises en œuvre » (Michel Blay, La science classique. xvıe-xvıııe siècle dans Michel Blay et Robert Halleux dir., Dictionnaire critique, Paris, Flammarion, 1998, p. 603).

31 Je remercie Christian Gilain pour ses conseils sur l’ensemble de cette question.

32 Condorcet, Essai sur l’application de l’analyse à la probabilité des décisions rendues à la pluralité des voix, New York, Chelsea, 1972 [1785] ; « Mémoire sur le calcul des probabilités », en six parties, lu entre 1781 et 1784, publié dans les Mémoires de l’Académie royale des sciences, entre 1784 et 1787. Sur ces questions voir les nombreux textes publiés par Bernard Bru et Pierre Crépel, Condorcet. Arithmétique politique, textes rares ou inédits (1767-1789), Paris, INED, 1994. Voir également Roshdi Rashed, Condorcet. Mathématique et société, Paris, Hermann, 1974 ; Pierre Crépel et Christian Gilain dir., Condorcet. Mathématicien, économiste, philosophe, homme politique, Paris, Minerve, 1989, deuxième partie ; Pierre Crépel, « Condorcet, la théorie des probabilités et les calculs financiers » dans Sciences à l’époque de la Révolution française. Recherches historiques, Roshdi Rashed dir., Paris, Blanchard, 1988, p. 267-325.

33 Condorcet, Tableau général de la science qui a pour objet l’application du calcul aux sciences politiques et morales (1793), dans Journal d’instruction sociale, no 4, 29 juin 1793, p. 107.

34 « Dans une théorie mathématique, il est plus difficile de se faire illusion. Une fois que les éléments de la question que l’on traite sont enlacés par le calcul, vous n’êtes plus le maître d’en altérer vos premières suppositions » (Jean-Baptiste Biot, « Sur l’esprit de système », Mercure de France, 36, 1809, p. 247-252, cité dans Nicole et Jean Dhombres, Naissance d’un pouvoir : sciences et savants en France (1793-1824), Paris, Payot, 1989, p. 495.

35 Jean-Étienne Montucla, Histoire des mathématiques dans laquelle on rend compte de ses progrès jusqu’à nos jours, Paris, 1758, Préface, 2 vol., p. xxv. Souligné dans le texte.

36 Sa critique des mathématiques et de leur statut au sein des sciences morales et politiques se trouve en germe dès 1798 dans le Mémoire sur la faculté de penser. Il prolonge et approfondit ses réflexions dans le Supplément à la première section de son Projet d’éléments d’Idéologie, publié au début des quatrième et cinquième parties des Éléments d’Idéologie, p. 7-50. Ce Supplément est destiné à rappeler les conclusions que Destutt de Tracy avait données à sa Logique et à introduire quelques développements nouveaux à la théorie des causes de la certitude et de l’erreur.

37 Supplément, p. 48.

38 Supplément, p. 43. Destutt de Tracy écrit encore : « […] je crois donc n’avoir rien avancé de téméraire, en observant que dans les sujets difficiles par le nombre, la finesse, la complexité et l’intime liaison des circonstances nécessaires à considérer, sans en oublier aucune, le grand talent de bien combiner celles trop peu nombreuses qui ont été aperçues n’a pas suffi pour préserver les calculateurs les plus habiles de grandes erreurs et de grands mécomptes » (ibid., p. 39).

39 Sur ce sujet, voir François Azouvi dir., L’institution de la raison, Paris, Vrin-EHESS, 1992.

40 Antoine Destutt de Tracy, Sur un système méthodique de bibliographie (1797), dans Mémoire sur la faculté de penser et autres textes, A. et H. Deneys éd., Fayard, Paris, 1992, p. 27-29. Destutt de Tracy confirme cette division dans la troisième partie des Éléments d’idéologie, 1805, p. 80-82. Sur cette question et sur le rapport de Destutt de Tracy au positivisme, voir Jean-Pierre Schandeler, « L’architecture du savoir : Idéologie et Positivisme » dans Annie Petit dir., Auguste Comte. Trajectoires positivistes, Paris, L’Harmattan, 2003, p. 43-53.

41 On pourrait faire la même remarque à propos des leçons de géographie de Buache de la Neuville et Mentelle (ce dernier s’étant entretenu avec Laplace) qui développent une conception géométrique de la géographie. Voir Daniel Nordman, L’École normale de l’an III, déjà cité, p. 149 et suiv. et le « programme » des Leçons, p. 167-169.

42 Volney définit ainsi l’histoire : « […] le mot histoire sera toujours synonyme à recherche, examen, étude des faits. En effet, l’histoire n’est qu’une véritable enquête de faits […] » (Leçons, p. 62). L’histoire « annaliste » est le « porte-feuille et le magasin » de tous les genres d’histoire (p. 101).

43 Cette première édition n’a pas encore pris son titre définitif et s’intitule encore Voyage en Syrie et en Égypte.

44 Volney, Œuvres, déjà cité, t. 2, p. 21.

45 Volney, Questions de statistique (1795), dans Œuvres, t. 1, p. 661-679.

46 Dans son cours d’histoire naturelle à l’École normale, Daubenton propose également la méthode de l’enquête. Voir Étienne Guyon dir., L’École normale de l’an III. Leçons de physique, de chimie, d’histoire naturelle, Paris éditions Rue d’Ulm, 15séance, 2 ventôse an III, p. 171-180.

47 Volney, Leçons, p. 103.

48 Volney, Questions de statistique, déjà cité, p. 665.

49 Volney, Leçons, p. 81.

50 Antoine Lavoisier, Observations sur l’Académie des sciences (1793), dans Œuvres de Lavoisier, Paris, Imprimerie nationale, 1878, t. IV, p. 616.

51 Grégoire, Rapport et projet de décret, dans James Guillaume, Procès verbaux du comité d’instruction publique de la convention nationale, déjà cité, t. 2, p. 251.

52 L’article premier du décret de suppression des académies stipule que « toutes les académies et sociétés littéraires patentées ou dotées par la nation sont supprimées », tandis que l’article deuxième réserve un sort particulier à l’Académie des sciences, qui « demeure provisoirement chargée des divers travaux qui lui ont été envoyés par la convention nationale ; en conséquence elle continuera de jouir des attributions annuelles qui lui sont accordées jusqu’en ce qu’il en ait été autrement ordonné » (Guillaume, Procès verbaux…, déjà cité, t. 2, séance du 8 août 1793, p. 240).

53 Leçons, p. 77.

54 « Ces salles […] où par la nécessité de faire du bruit pour être entendu, l’on provoque le bruit qui empêche d’entendre ; de manière que par une série de conséquences étroitement liées, la construction du vaisseau favorisant et même nécessitant le tumulte empêchant la régularité et le calme de la délibération, il arrive que les lois qui dépendent de cette délibération, et que le sort d’un peuple qui dépend de ces lois, dépendent réellement de la disposition physique d’une salle » (Leçons, p. 80). Ce qui pourrait apparaître comme une digression maladroite doit être compris comme une exemplification habile de la part de Volney qui prend son public à témoin en procédant à l’examen de la salle même où il est en train d’enseigner, dispensant du même coup une leçon d’idéologie appliquée. On se reportera aussi aux « Plans relatifs à l’art de construire les salles d’assemblées publiques et délibérantes » (Leçons, p. 117-118).

55 Destutt de Tracy, Sur un système méthodique de bibliographie (1797), dans Mémoire sur la faculté de penser et autres textes, déjà cité, p. 21-22. Plus loin, Destutt de Tracy écrit encore « […] je n’ai point de classe d’histoire ; […] suivant moi, l’histoire n’est pas plus une science particulière que l’enseignement, mais une manière d’envisager chaque science ; […] je reporte à chaque article particulier les livres d’histoire qui ne traitent que de cet article ; […] je laisserais à la suite de la science sociale toutes les histoires des Peuples, si elles n’étaient pas nécessairement polytechniques, ce qui me les fait rejeter à la polygraphie » (p. 27).

56 Volney, Leçons, p. 106.

57 Voir Jean-Pierre Schandeler, « Condorcet et les sciences sociales : le Tableau historique en question », Bertrand Binoche dir., Nouvelles lectures du Tableau historique, Québec, Presses de l’université Laval, 2010, p. 53-86.

58 J’emprunte cette expression à Jean-Claude Perrot à propos des Leçons d’économie politique de Vandermonde données à l’École normale de l’an III, dans Daniel Nordman, L’École normale de l’an III, déjà cité, p. 355.

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540