Version classiqueVersion mobile

Le Droit de résistance

De la bonne résistance selon la contre-révolution

Gérard Gengembre

Texte intégral

  • 1 Parmi les contributions les plus importantes et les plus récentes, on citera celles de Jean-Paul Be (...)

1Avant tout, une précaution s’impose : tenter de délimiter la conceptualisation du droit de résistance dans la théorie contre-révolutionnaire diffère de l’examen des pratiques contre-révolutionnaires (propagande, agitation, insurrection, terrorisme, etc.). On ne prétendra pas ici revenir sur les travaux de l’historiographie, qui, ces dernières années, a remarquablement éclairé les modalités de l’action contre-révolutionnaire1, non seulement parce que les dimensions modestes de cette étude ne le permettent pas, mais aussi et surtout parce que son objet se limite à la production théorique de la pensée contre-révolutionnaire.

2Posons d’emblée le problème essentiel : il y a quelque paradoxe à parler des théoriciens contre-révolutionnaires dans un colloque sur le droit de résistance, puisque celui-ci n’existe pratiquement pas chez eux. Il n’est conceptualisé de manière très secondaire qu’en rapport avec toute l’architecture du pouvoir dans la société. Je m’intéresserai exclusivement ici à Bonald et Maistre pour tenter de dégager dans leur théorie ce qui relève de la résistance au pouvoir légitime ou au pouvoir usurpé.

La résistance passive chez Bonald

3Rappelons que pour Bonald le pouvoir est préexistant à la société, puisqu’il la constitue et qu’il procède primitivement de Dieu. Il faut donc distinguer

  • 2 Essai analytique sur les lois naturelles de l’ordre social, Œuvres complètes, Le Clère, 1847-1854, (...)

« un exercice divin ou légitime du pouvoir et un exercice humain, vicieux et purement légal, selon que les lois que le pouvoir porte comme la volonté du souverain, et qui dirigent l’action sociale, sont justes ou injustes, conformes ou non à l’ordre et aux rapports naturels des êtres dans la société ; car une société sans aucune loi serait une contradiction dans les termes, parce qu’il y aurait impossibilité dans l’idée2 ».

4Quelles que soient sa nature et sa forme, le pouvoir peut donc s’écarter de la volonté divine. Tantôt le monarque se dégrade en simple humain, sujet à l’erreur ou aux passions. Tantôt le peuple instaure lui-même un pouvoir. S’il propose des lois conformes à la nature de la société, ce sont les volontés de Dieu qu’il exprime. S’il en propose qui soient contraires à cette nature, celle-ci ne saurait ratifier le contrat, et les troubles nés de ces lois viendraient punir à la fois le peuple et le pouvoir dénaturé.

5On ne trouve pas de développement particulier consacré par Bonald à la seule résistance au pouvoir légitime pensable dans son système, hormis ces quelques lignes écrites en 1817 à propos des Considérations sur la Révolution française de Mme de Staël :

  • 3 Observations sur l’ouvrage de Mme la baronne de Staël, ayant pour titre : Considérations sur les pr (...)

« C’est […] en Angleterre qu’on a soutenu la doctrine de l’obéissance passive au souverain ; et d’un extrême on est allé à l’autre, puisqu’on a fini par la résistance la plus active à son pouvoir, et par détrôner le roi et la maison régnante. En France, au contraire, par cela seul que nous soutenions […] le pouvoir divin, nous croyions lui devoir une obéissance active ; et nous nous faisions encore un devoir de la résistance passive, lorsque, devenu pouvoir humain, il nous commandait quelque chose de contraire aux lois fondamentales politiques ou religieuses qui constituaient la société. Les rois eux-mêmes avaient plus d’une fois prescrit cette résistance à leurs volontés injustes et contraires à la constitution de l’État. La France a toujours donné des exemples de cette obéissance active et de cette résistance passive, qui se composent, l’une et l’autre, d’affection et de respect ; obéissance active qui, pour le bien, ne connaît aucun obstacle ; résistance passive, insurmontable même à la tyrannie, et qui ne peut être vaincue que lorsqu’elle se compromet jusqu’à devenir active ; car alors le peuple joue contre le roi au jeu périlleux de la guerre, et peut perdre la partie3. »

6Dans le cas d’un pouvoir illégitime né de la seule volonté dépravée de quelques-uns et assis sur l’obéissance passive, la résistance procède de la nature sociale elle-même. En effet, la constitution se définit comme l’être même de la société. Il s’agit dès lors de bien comprendre que la volonté générale n’est que la force de conservation sociale, et non la somme, fût-elle transfigurée, des volontés particulières, assujettissement des hommes pour rester libres. Loin d’être la volonté générale, la souveraineté réside en Dieu et dans son représentant. N’existant pas politiquement, le peuple n’est qu’une fraction de la société. La démocratie équivaut à la dictature de cette fraction, de cette usurpation du tout social : elle ne diffère en rien du despotisme.

7Le corps social incarne la constitution et la réalise. Historiquement, les sociétés évoluent du non-constitué vers le constitué, et du constitué vers le mieux constitué. C’est la version bonaldienne du progrès. Autrement dit, la constitution autorise une lecture globale de l’histoire. Elle n’est pas seulement l’accumulation des coutumes, le perfectionnement des lois, l’harmonie des ordres et la sanction de l’individu dans la société. Elle est tout cela et autre chose : c’est la vie même d’une société. À tel point que l’absence de constitution, ou la déconstitution (définition bonaldienne de la décadence, puis de la Révolution) signifie la mort possible de cette société.

8La constitution, c’est la légitimité. Le légal est une chute dans l’univers incertain, mouvant, contradictoire des lois positives devenues fondamentales par usurpation. Potentiellement despotique, la légalité apparaît comme un pur produit de l’humanité. La légitimité contre-révolutionnaire est double : ahistorique grâce à Dieu ; historique par la monarchie. La société elle-même, par prolifération légale ou anarchie (ce qui revient au même), peut devenir à la limite illégitime par décomposition irrémédiable : telle s’énonce la version pessimiste de la pensée bonaldienne. Elle est trop naturelle pour ne pas garder en elle le sens de la légitimité : version optimiste.

9Produit des volontés particulières, la constitution humaine est un bricolage idéologique. Elle ne peut correspondre à la définition de la constitution : ensemble des principes et des moyens par lesquels une société s’organise en fonction de l’intention divine. Acte de sécession, hubris, elle ne peut que témoigner de l’insuffisance, de l’orgueil et de la folie des hommes. Elle taille dans le vif du réel sociétaire, contrevient à la nature, désarticule une structure destinée à se maintenir ne varietur. Surtout, elle prétend à un statut originaire, en substituant la déclaration à la transmission. Elle brise donc le temps autant qu’elle mutile un corps social qui seul incarne la constitution. La raison expose les démarches historiques, elle ne peut rendre compte de l’origine, sauf par recours à la Révélation et à la Création. Pour Bonald, la véritable constitution exprime l’authentique droit naturel.

10Le droit constitutionnel est une aberration. Le domaine du droit se limite aux rapports entre les personnes dans la famille, et entre les familles dans l’État : c’est le droit civil ou privé. Ou, dans l’État, à ceux qui existent entre les personnes publiques, c’est le droit public (qui, entre les nations, s’appelle le droit des gens). D’où la distinction des lois dogmatiques, qui fixent le pouvoir, et des lois de discipline qui règlent l’exercice des devoirs. Mais le fondement de la société ne saurait être juridique : seulement ses modalités de fonctionnement. Ici encore, il s’agit de combattre le jusnaturalisme. La constitution bonaldienne légitime la stabilité sociale. Tout le reste, relevant de l’accidentel ou du contingent, se place au niveau de la pratique historique. L’harmonie des principes constitutionnels et des pratiques sociales, juridiques, législatives n’est autre que la civilisation, notion des Lumières que Bonald récupère ainsi.

11Loin d’être un événement terrifiant parce qu’inexplicable, la Révolution s’inscrit dans l’Ordre bonaldien comme un possible. La responsabilité en incombe aux hommes seuls, car la Providence définit une société dont le développement n’obéit à aucune fatalité inexorable, à aucun déterminisme sans recours. Le comportement, les idées, le Mal peuvent corrompre l’Ordre et conduire la société à dévier de sa constitution, comme la maladie s’empare du corps humain :

  • 4 Théorie du pouvoir politique et religieux, t. I, P- 290.

« Les révolutions sont les maladies du corps politique ; et dans le corps politique comme dans le corps humain, la nature lasse de parler à qui ne veut pas l’entendre, se débarrasse, par des crises violentes des lois défectueuses qui s’opposent au développement de la constitution, ou des mauvaises humeurs, qui, dans le corps humain, dérangent l’équilibre nécessaire à la perfection de la santé4. »

  • 5 Discours et opinions politiques, t. IV, p. 464.
  • 6 Je reprends ici des développements parus sous une autre forme dans La contre-révolution ou l’Histoi (...)

12Cette formulation optimiste sera considérablement modifiée à mesure que la pensée bonaldienne évoluera. Le modèle de la révolution-rejet sera concurrencé par la révolution-terme de la décadence et la révolution-fin apocalyptique de l’Histoire. Mais, pour notre propos, il suffit de considérer que la Révolution est interprétable comme conséquence des atteintes à la constitution de la société française, et donc à l’Ordre divin. Pour que se produise ce « vaste naufrage, dans lequel religion, morale, État, familles, lois et mœurs, corps et biens, tout a péri5 », tout convergeait vers la crise, dont les éléments participent d’une vision globale du monde érigée en système. Négativisme, esprit de révolte et de schisme s’allient pour miner le corps social. Un même projet terroriste unit le schisme spirituel de la Réforme, politique du gallicanisme, intellectuel de la philosophie critique, social des mœurs et opinions nouvelles. Ils aboutissent nécessairement aux concepts impies de souveraineté populaire, de représentation par mandat, de centralisation administrative et de République. Tout cela ne peut qu’entraîner agitation, instabilité, corruption, agiotage, vénalité, avilissement, despotisme, matérialisme et athéisme6.

13L’apparente soudaineté et irrationalité de la Révolution recouvre une péripétie voulue, purificatrice. La déchéance est temporaire et non pas irrémédiable, la nature même de la religion chrétienne, essentiellement sociale, ne le permet pas. Il est une issue de la révolution conforme à la constitution de la société, victoire de la religion, de la nature, retour à la Providence :

  • 7 Observations sur un ouvrage posthume de Condorcet, t. II, p. 340.

« Tôt ou tard, la nature des êtres reprend ses droits, dans la société politique comme dans la société religieuse : la religion ramènera les vertus particulières qui font le bonheur de l’homme ; avec la monarchie, renaîtront les vertus publiques qui font la force des sociétés7. »

  • 8 Mélanges, t. VII, p. 533.

14Malgré son éloignement provisoire attesté par la corruption morale, Dieu reste présent dans le déroulement de l’histoire humaine, par la seule force constituante de la religion. L’on pourra revenir à l’harmonie de l’unité organique, le seul progrès bonaldien pensable. La réconciliation se fait par une nouvelle médiation à préparer dans la France révolutionnée. Autrement dit, il faut (re-)diviniser la société : « La révolution a commencé par la déclaration des droits de l’homme, et elle ne peut finir que par la déclaration des droits de Dieu8. »

15Il n’y a donc guère de place pour un droit de résistance formulé comme tel. 11 contreviendrait aux lois fondamentales de la société. Tout au plus peut-il concerner ceux que la Révolution menace dans leur vie et dans leur bien. Ainsi l’émigration est-elle justifiée et avec elle la guerre contre-révolutionnaire, qui actualise la réaction de la nature sociale incarnée dans des individus ou des groupes. La résistance par l’émigration apparaît comme un droit à la fois naturel et politique. Naturel, car, dès l’origine, la Révolution déstructure l’État et la nation en violant la royauté en son lieu même. Dès lors, l’individu rentre sous l’empire de la loi naturelle et primitive de sa propre conservation. La violence révolutionnaire entraîne donc une désocialisation de l’individu bonaldien, c’est-à-dire l’être social, le réduit ou le fait régresser à un stade archaïque, le pousse dans les derniers retranchements de l’instinct de conservation, loi inaliénable et constitutive de la nature même de l’homme. Elle concerne au premier chef la noblesse, car la royauté une fois anéantie, la noblesse ne pouvait subsister.

  • 9 « Considérations sur la noblesse », 1815, OC, t. VII, p. 23.

16Droit politique car la noblesse, institution naturelle et nécessaire de la société publique9, a pour fonction politique d’aider le pouvoir par le conseil et le service. Elle apparaît comme l’ensemble des ministres du pouvoir (ministerium), réparti entre la magistrature et l’armée, soit en termes philosophiques, le moyen de la cause. Son sacrifice, confirmé par leur attitude sous la Restauration, refonde le pacte entre les Français et le roi.

17Cette action ou réaction de la nature sociale dépasse le droit de résistance ou plutôt relève de considérations bien différentes, car ses manifestations importent moins que son principe :

  • 10 Législation primitive, discours préliminaire, OC, t. III, p. 57-58.

« Lorsqu’une société religieuse ou politique, détournée de la constitution naturelle des sociétés, a comblé la mesure de l’erreur et de la licence, les fonctions naturelles du corps social se troublent et cessent, les rapports naturels des personnes entre elles font place à des rapports arbitraires ; le pouvoir conservateur de la société se change en une tyrannie faible ou violente, la subordination et le service du ministre en une servitude aveugle ou intéressée, l’obéissance du sujet en un esclavage vil ou séditieux.
Cet état, appelé désordre, est toujours passager, quelque prolongé d’ailleurs qu’il puisse être, parce qu’il est contre la nature des êtres, et que l’ordre est la loi inviolable (ou plutôt essentielle) des êtres intelligents.
Une société tombée dans cet état fait donc nécessairement effort pour en sortir ; l’action (si elle mérité ce nom) qui l’a écartée de l’ordre a été lente, presque insensible ; l’action qui l’y ramène, ou qui la dispose à y revenir tôt ou tard, est pressée et violente et ressemble à une tempête10. »

Maistre et la résistance inutile

18S’il est possible de concevoir chez Bonald un processus contre-révolutionnaire qui s’apparente à la résistance, à condition de ne pas le considérer du point de vue du droit individuel ou collectif, il en va tout autrement chez Maistre, pour qui la notion même de résistance n’a pas de sens.

19Selon Maistre, la constitution est le résultat d’un processus, car toute constitution libre est de sa nature variable, et variable en proportion qu’elle est libre. Pas plus que la liberté, la constitution n’est absolue. Ainsi l’ancienne constitution est modifiable, et non pas seulement sous l’effet du temps. Mais la possibilité de réforme recèle un danger mortel : elle peut inaugurer un cycle sans fin, une Histoire réduite à la simple successivité stérile de réformes. Ou bien elle débouche sur un nouveau despotisme : celui des textes. La lettre tue l’esprit de l’Histoire. Tout changement doit être effectué prudemment. Une loi fondamentale, immuable, doit échapper à la fragilité de l’écrit. Elle échappe aussi au consensus des volontés. En effet la volonté ne peut s’accorder qu’à des réglements et non à des lois. La loi ne relève pas de la volonté générale. La loi est d’essence divine et ne résulte pas d’une convention.

20Maistre pousse la contre-révolution à ses limites théoriques. Il nie en effet toute existence à la politique au nom de sa théologie politique. Au fond parfaitement contingente, elle relève des « causes secondes ». L’apologie de la constitution anglaise, qui tendrait à rapprocher Maistre de Burke, et à l’éloigner de Bonald, s’explique par le caractère bricolé, de cette constitution, accumulation de la coutume, et peut-être expression mystérieuse de la Providence. Elle ne découle pas d’une volonté, d’une assemblée. Elle dépend des circonstances. D’où un écart essentiel avec Bonald : le poids aléatoire de l’histoire se faisant. Chez Bonald, il y a un plan à l’œuvre, et il est connaissable. Pour Maistre, il reste secret, comme il sied à la Providence. Entre Bonald et Maistre s’étend tout l’espace du savoir, de sa possibilité, et, sans doute, de sa légitimité. Deux voies de la contre-révolution se tracent nettement : celle de la connaissance chargée de réfuter la Révolution, en retournant contre elle son argumentation, mais qui puise dans le même fonds philosophique. L’autre, mystique, ou en tout cas profondément religieuse, même si elle est d’une orthodoxie douteuse, qui voit dans l’ignorance le plus grand des bienfaits, et le plus bénéfique des interdits. On comprend pourquoi Maistre n’a pas besoin d’une théorie de la société à l’instar de Bonald. Le développement historique des formes sociales est secondaire en regard de la souveraineté. D’où la simple description de l’Ancien Régime dans les Considérations. La loi de l’histoire tient dans cette formule, axiome maistrien : tout ce qui existe légitimement et pour des siècles existe d’abord en germe et se développe successivement.

  • 11 Je reprends ici des développements parus sous une autre forme dans La contre-révolution ou l’Histoi (...)

21Maistre conclut donc à la nécessaire imperfection de toute constitution politique, car le défaut est un élément de la perfection possible. Des institutions établies doivent donc être encore plus acceptées. Le consentement est un acquiescement de la volonté, non le résultat d’une raison délibérante. Récit tragique, l’Histoire narre la suite des errements causés par cette rébellion de la raison, vraie déraison. L’Histoire est un mixte de folie, de malheur nécessaire et de force des institutions légitimes. Tout suit une pente tendancielle vers la perfection, même inaperçue de l’homme. En somme, il faut faire confiance à l’Histoire dans l’exacte mesure où elle échappe aux hommes. Quand ils croient la faire, ils ne font véritablement rien. Tous leurs actes leur échappent. Ils sont agis. Dans cette aliénation générale, place est faite à l’action efficiente, dès lors qu’elle traduit la Providence. C’est la voie contre-révolutionnaire par excellence, la déclaration de restauration, déclic suffisant11.

22Maistre accorde à la transcendance toute la création de l’ordre social et politique. C’est le sens de l’incipit des Considérations : « Nous sommes tous attachés au trône de l’Être suprême par une chaîne souple qui nous retient sans nous asservir. » C’est sans doute là le dernier mot de la contre-révolution. Elle prive l’homme de la liberté constituante. L’His-toire sert d’abord à cacher. Le préjugé renferme l’essentiel du savoir. La constitution, c’est l’ignorance.

  • 12 Considérations sur la France, dans Écrits sur la Révolution, prés, par Jean-Louis Darcel, PUF, coll (...)

23Ceci posé, Maistre affirme que la contre-révolution n’a aucune chance de détruire une Révolution qui ne cessera que par elle-même. Elle doit aller jusqu’au bout de sa logique apparemment folle mais en réalité concertée par la Providence. La résistance consiste donc à accompagner ce mouvement sur lequel nul n’a prise, en « travaillant sans relâche à diriger l’opinion publique en faveur du roi12 ». Mieux, même, la Révolution est un mal nécessaire et lui résister est à la fois inutile et stupide, puisqu’elle prétend s’opposer à la Providence qui est seule responsable du désordre apparent, qui cache un ordre supérieur et invisible.

  • 13 Ibid., p. 95.
  • 14 Ibid., p. 106.
  • 15 Ibid., p. 108-109. L’italique est de Maistre.

24En définitive, « la première condition d’une révolution décrétée, c’est que tout ce qui pouvait la prévenir n’existe pas, et que rien ne réussisse à ceux qui veulent l’empêcher13 ». D’ailleurs, la Révolution est « tout à la fois un châtiment épouvantable pour les Français et le seul moyen de sauver la France14 ». Il suffit d’attendre : « La réaction, d’ailleurs, devant être égale à l’action, ne vous pressez pas, hommes impatients, et songez que la longueur même des maux vous annonce une contre-révolution dont vous n’avez pas idée15 », le contraire de la Révolution.

  • 16 Ibid., p. 175. L’italique est de Maistre.

« Que si l’on veut savoir le résultat probable de la Révolution française, il suffit d’examiner en quoi toutes les factions se sont réunies : toutes ont voulu l’avilissement, la destruction même du Christianisme universel et de la Monarchie ; d’où il suit que tous leurs efforts n’aboutiront qu’à l’exaltation du Christianisme et de la Monarchie16. »

25Pour conclure, on dira que la pensée contre-révolutionnaire ne pense pas la résistance comme un droit, mais comme un effet de la nature sociale et / ou de la Providence. Elle échappe aux hommes dans le sens où ils sont tantôt agis, tantôt fonctionnalisés. Conscients, ils sont porteurs et actants du système de valeurs et des lois sociales. Non conscients, ils suivent le mouvement de réaction, qui les anime. Un contre-révolutionnaire ne résiste donc pas : il incarne la nature sociale ou il est l’agent de la Providence. Ce n’est pas un droit, mais un devoir qui découle de son être même, et donc de Dieu.

Notes

1 Parmi les contributions les plus importantes et les plus récentes, on citera celles de Jean-Paul Bertaud, Les Amis du roi, Perrin, 1984, de Jean-Clément Martin, La Vendée et la France, Le Seuil, 1987, de Roger Dupuy, De la Révolution à la chouannerie, Flammarion, 1988.

2 Essai analytique sur les lois naturelles de l’ordre social, Œuvres complètes, Le Clère, 1847-1854, t. III, p. 47. Toutes nos références seront prises dans cette édition.

3 Observations sur l’ouvrage de Mme la baronne de Staël, ayant pour titre : Considérations sur les principaux événements de la Révolution française, OC, t. VI, p. 571-572. Les italiques sont de Bonald.

4 Théorie du pouvoir politique et religieux, t. I, P- 290.

5 Discours et opinions politiques, t. IV, p. 464.

6 Je reprends ici des développements parus sous une autre forme dans La contre-révolution ou l’Histoire désespérante. Imago, 1989, où je synthétisais des aperçus publiés dans différentes revues.

7 Observations sur un ouvrage posthume de Condorcet, t. II, p. 340.

8 Mélanges, t. VII, p. 533.

9 « Considérations sur la noblesse », 1815, OC, t. VII, p. 23.

10 Législation primitive, discours préliminaire, OC, t. III, p. 57-58.

11 Je reprends ici des développements parus sous une autre forme dans La contre-révolution ou l’Histoire désespérante, Imago, 1989.

12 Considérations sur la France, dans Écrits sur la Révolution, prés, par Jean-Louis Darcel, PUF, coll. « Quadrige », 1989, p. 169.

13 Ibid., p. 95.

14 Ibid., p. 106.

15 Ibid., p. 108-109. L’italique est de Maistre.

16 Ibid., p. 175. L’italique est de Maistre.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search