Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Libertés et libéralismes

 | 
Jean-Pierre Potier
, 
Jean-Louis Fournel
, 
Jacques Guilhaumou

Experiences

Le « groupe de Saint Andrews ». Aux origines du mouvement néolibéral britannique1

Keith Dixon

Texte intégral

  • 1 L’auteur remercie la Royal Society of Edinburgh qui, par l’octroi d’une bourse généreuse, lui a fin (...)

L’Association conservatrice de Saint Andrews a eu un impact énorme sur la vie britannique. Ses membres ont été à l’origine d’une contribution soutenue au débat politique qui a eu un effet profond sur le mouvement des idées. Ces idées ont aidé à transformer la Grande-Bretagne et, à partir de leur succès chez nous, ont pu étendre leur influence à travers le monde entier.
Duncan Madsen Pirie, « The St Andrews Conservatives », Progressus, 1989.

Nous savions que nous étions en train de faire une révolution. À la fin des années soixante c’était dans l’air du temps. Il y avait d’énormes manifestations à Londres, et partout les universités britanniques étaient occupées par leurs étudiants. En France, le gouvernement de Charles de Gaulle était ébranlé par une vague de grèves et de contestation. Mais la révolution que nous faisions à Saint Andrews était différente. Leurs dieux étaient Karl Marx, Che Guevara et Herbert Marcuse ; les nôtres étaient Friedrich Hayek, Karl Popper et Milton Friedman. Ils voulaient un État collectiviste où l’ordre économique et social était planifié à partir du centre ; nous voulions un État dans lequel l’interaction entre les gens produisait des effets spontanés. Voilà tout, en fait, sauf que c’est nous qui avons gagné.
Duncan Madsen Pirie, « The St Andrews Revolution », Progressus, 1999.

1L’université de Saint Andrews, qui se trouve dans une petite ville pittoresque sur la côte est de l’Écosse, à une centaine de kilomètres au nord d’Édimbourg, a une longue tradition conservatrice estudiantine. Cela est sans doute dû en partie à la composition sociologique traditionnelle du corps étudiant : l’université est très sélective et se présente volontiers comme l’Oxbridge du Nord. À l’heure actuelle, le pourcentage d’étudiants provenant de familles modestes est parmi les plus bas de l’ensemble du Royaume-Uni, et seule l’université d’Oxford devance celle de Saint Andrews en termes d’exclusivité sociale. L’université de Saint Andrews a un pourcentage élevé d’étudiants qui ont fait leurs études secondaires dans des établissements privés, et beaucoup de ceux et de celles qui souhaitent y étudier sont attirés par l’atmosphère de « collège » proche des institutions prestigieuses du Sud. Le port de la robe par les étudiants – fortement recommandé pour les cérémonies officielles – constitue sans doute un attrait supplémentaire pour les plus traditionalistes des entrants. Pour conforter cette image d’établissement d’élite, on trouve sur le site officiel de Saint Andrews quelques-uns des éminents anciens, dont William Wales (mieux connu sous son titre officiel, Prince William) et l’industriel français Olivier Sarkozy (le demi-frère de Nicolas Sarkozy).

  • 2  Faits rapportés par le journal étudiant de Saint Andrews, Aien, dans son édition du 5 mai 1971. Le (...)

2Dans l’histoire sociale du comté de Fife, longtemps bassin minier et fief du National Union of Mineworkers), l’université occupe une place à part : ainsi, pendant la grève générale de 1926, des étudiants de Saint Andrews ont prêté main-forte aux opposants à la grève et ont remplacé les grévistes, entre autres dans les transports. Le président de l’université de l’époque leur a, par ailleurs, assuré publiquement que leur engagement n’aurait pas de conséquences sur la poursuite de leurs études2. Si les étudiants conservateurs ont toujours été actifs au sein de l’université comme dans la ville, grossissant les rangs d’une association qui dominait la vie sociale de l’université, organisant des manifestations de tous ordres, servant de lieu de socialisation et de reproduction à l’élite sociale, invitant régulièrement les grands noms du conservatisme britannique à s’adresser aux militants estudiantins, ce n’est qu’au cours des années 1960 que le conservatisme de Saint Andrews prend une dimension à la fois plus intellectuelle et plus activiste. Madsen Pirie, dont deux citations figurent en exergue de cet article, est une des figures de cette nouvelle forme d’activisme qui va faire de la ville universitaire de l’est de l’Écosse un des épicentres du mouvement en faveur de la transformation du conservatisme britannique. Ce mouvement s’est toujours présenté comme étant inspiré par le libéralisme économique de Friedrich Hayek, mais ses contours, comme nous allons essayer de le démontrer, étaient plus complexes que ne le laisse penser ce qui est devenu la version officielle de l’histoire du mouvement néolibéral britannique.

Un terrain d’essai du nouveau conservatisme

  • 3  Pour une analyse du développement des think tanks néolibéraux dans la période d’après-guerre en Gr (...)

3Dans toutes les discussions concernant le conservatisme britannique contemporain, et surtout sa variante thatchérienne, les références à l’université de Saint Andrews comme terrain d’essai d’une forme renouvelée et plus militante de la pensée conservatrice sont récurrentes. La relation entre les activistes étudiants de cette université – le « groupe de Saint Andrews » – et les courants les plus radicaux de la tradition conservatrice d’après-guerre est étroite à partir de la première moitié des années 1960. On trouve un exemple précoce de cette relation du côté de Ralph Harris (devenu Lord Harris en 1979), membre fondateur de l’Institute for Economic Affairs (1955), ami de Hayek et vulgarisateur de sa pensée en Grande-Bretagne, qui a enseigné l’économie à Saint Andrews de 1948 à 1956 et qui devait y conserver des liens avec les étudiants conservateurs en tant que vice-président honoraire de la Saint Andrews Conservative and Unionist Association à partir de 1962. Harris, par des articles réguliers, a contribué à la revue des étudiants conservateurs, Progressus, et devait servir d’intermédiaire entre les étudiants et le réseau national d’influence néolibérale en cours de constitution, ainsi qu’avec l’internationale intellectuelle néolibérale de l’époque, la Société du Mont-Pèlerin, dont Harris était également membre fondateur3.

4Lorsque l’on souhaite appréhender la contribution intellectuelle et politique des activistes de Saint Andrews à cette époque, il y a un personnage qu’on ne peut ignorer : il s’agit d’Enoch Powell, dont la carrière politique va connaître un infléchissement remarquable au cours des années 1960. Parmi tous les responsables conservateurs qui se rendent à Saint Andrews pendant les années 1960 et 1970, Powell occupe une place à part. Il a été élu président honoraire de l’Association conservatrice dès 1965, et ses écrits politiques et économiques vont servir de source d’inspiration aux activistes universitaires pendant toute la période. Ces derniers le considéraient comme la figure centrale d’un nouveau conservatisme qui tournait enfin le dos au consensus social-démocrate et interventionniste de l’après-guerre britannique et était prêt à envisager et à théoriser le refus de l’intervention étatique dans le champ économique et social. Powell devait écrire pour la revue Progressus plusieurs articles allant dans ce sens et restait en contact régulier avec certains des jeunes radicaux, animateurs entre autres de la revue.

5Le groupe de Saint Andrews va garder une fidélité sans faille envers le powellisme, y compris dans son acception politique à partir de 1968, au moment où le député de Wolverhampton commence à centrer ses interventions publiques sur les questions d’immigration, de race et d’identité britannique. Ainsi, au moment le plus fort de la controverse politique et médiatique concernant les idées de Powell sur ces questions, l’Association des étudiants conservateurs invite ce dernier à Saint Andrews pour intervenir devant leur assemblée générale annuelle, une invitation symbolique qui donne lieu à une certaine agitation politique parmi les activistes de gauche minoritaires de l’université, épaulés par leurs camarades de la ville universitaire voisine (et sociologiquement très différente) de Dundee.

6Un des premiers étudiants de Saint Andrews à se convertir à la vision hayekienne du monde que l’on trouvait à l’époque dans les écrits de Ralph Harris ou d’Arthur Seldon à l’Institute of Economic Affairs, et dont l’écho était puissant dans les interventions économiques de Powell, fut le jeune Écossais Douglas Mason (1941-2004), qui était arrivé à Saint Andrews en 1960 et dont la présence devait marquer à la fois l’Association des étudiants conservateurs de la ville et la vie politique locale dans le Fife. Mason allait devenir président de l’association pendant les années universitaires 1963-1964 et 1965-1966, et milita dans les rangs conservateurs locaux tout au long des années 1960 et 1970. Il fut élu conservateur au conseil du comté de Fife de 1967 à 1970 et, après avoir fini ses études, au conseil du district de Kirkcaldy (toujours dans le Fife) de 1974 à 1988. Il allait trouver une notoriété éphémère dans les années 1980, lorsque ses propositions de réforme de l’imposition locale furent retenues par le gouvernement Thatcher : en effet, il fut présenté par ses amis comme étant le père de la poll tax, même si les droits de paternité de cet impôt, dont l’impopularité a précipité le départ de Margaret Thatcher du 10 Downing Street en novembre 1990, ont été contestés.

7C’est par Mason que le groupe des étudiants conservateurs de Saint Andrews a obtenu un accès direct à Friedrich Hayek, que Mason avait rencontré pour la première fois lors d’une réunion de la Société du Mont-Pèlerin à Aviemore (en Écosse) en 1968, et de nouveau à Caracas en 1969. Mason a été par ailleurs un des intermédiaires clés lors de la tentative (malheureuse) de faire élire Hayek chancelier de l’université de Saint Andrews en 1973. Même si Mason est devenu libraire après la fin de ses études (scientifiques), il n’a jamais abandonné son engagement politique radical et ses recherches sur la fiscalité : il a été particulièrement proche de l’Adam Smith Institute (ASI), think tank dirigé par deux de ses amis de Saint Andrews, Madsen Pirie et Eamon Butler. En effet, le réseau des anciens activistes conservateurs de Saint Andrews a été particulièrement bien servi par Douglas Mason : non seulement il a contribué aux publications de l’ASI, mais il a été le conseiller de deux ministres des gouvernements thatchériens, Michael Forsyth et Allan Stewart, tous deux anciens de l’Association des étudiants conservateurs de Saint Andrews et situés dans la fraction néolibérale du conservatisme britannique.

  • 4  Cité par Alan Rusbridger, « Adam Smith Institute’s sense and nonsense », The Guardian, 22 décembre (...)

8De la même génération que Mason, mais doté d’un caractère bien plus flamboyant, est Duncan Madsen Pirie, membre fondateur et aujourd’hui encore président de l’Adam Smith Institute. Pirie a été très actif au sein de l’Association des étudiants conservateurs tout au long de son séjour prolongé à Saint Andrews. Il est à la source de la promotion des idées de Hayek dans la revue des étudiants conservateurs (ainsi que dans les colonnes du journal étudiant de l’époque, Aien) et de certaines de leurs manifestations publiques les plus controversées (dont les invitations répétées à Powell). À l’heure actuelle, Pirie se présente volontiers, avec ses amis étudiants d’antan, comme étant parmi les activistes précoces du mouvement néolibéral qui préparaient patiemment le terrain, dans les années 1960 et 1970, pour la révolution thatchérienne à venir. Toujours adepte de l’autopromotion, Pirie présente, parfois non sans raison, le think tank qu’il a fondé en 1977 avec Eamon Butler, également diplômé de Saint Andrews, comme l’aiguillon intellectuel des gouvernements thatchériens successifs, les poussant vers toujours plus de privatisations, toujours plus de dérégulation de l’économie britannique, toujours plus de fidélité envers la vision hayekienne de la nécessaire transformation sociale. Si l’on met de côté cette emphase publicitaire, il est vrai que certaines mesures préconisées de longue date par les néolibéraux au sein de l’ASI ont fini par trouver un écho dans la politique économique et sociale menée par Margaret Thatcher et par son successeur : c’est le cas pour la privatisation du logement social, pour l’extériorisation de certains services municipaux et, plus récemment, pour la privatisation de la Poste. Si les activistes de l’ASI n’étaient pas les seuls à préconiser ces différentes formes de marchandisation, ils étaient sans aucun doute parmi ceux qui parlaient le plus fort. Ainsi se confirme la réflexion de Pirie : « Nous proposons des choses qui sont à la limite de la folie. En peu de temps elles sont à la limite de la politique gouvernementale. »4

9Madsen Pirie, accompagné des deux frères Butler, Eamon et Stuart (tous deux très actifs au sein de la Saint Andrews Conservative and Unionist Association à la fin des années 1960), a quitté le Royaume-Uni en 1973 pour les États-Unis où tous trois devaient être employés par Ed Feulner au Republican Study Committee. Ils ont suivi Feulner lorsqu’il a fondé l’Heritage Foundation en 1973. Feulner lui-même avait déjà un lien avec la Grande-Bretagne, ayant travaillé d’abord à la London School of Economics et ensuite, à mi-temps, pour Ralph Harris lors du lancement de l’Institute of Economic Affairs. Et c’est peut-être grâce à cette relation que les rapports initiaux entre le néolibéral américain et les activistes de Saint Andrews ont été facilités. C’est de toute manière cette expérience de première main de la politique républicaine et des batailles politiques de ces années cruciales, ainsi que l’apprentissage des méthodes de lobbying intellectuel mises au point par Heritage, qui vont servir les Britanniques lors de leur retour au Royaume-Uni en 1977 et de la fondation de leur propre think tank (qui a préservé des liens étroits avec l’Heritage Foundation). Alors que Madsen Pirie et Eamon Butler sont revenus sur le sol britannique et y sont devenus des acteurs remuants à la marge du mouvement conservateur, Stuart Butler devait rester à Washington, où il occupe une position clé au sein du think tank qu’il a rejoint il y a trente-cinq ans : il est aujourd’hui vice-président de l’Heritage Foundation, responsable de la politique sociale.

  • 5  Malgré le titre, cette fonction est relativement subalterne : le titulaire est chargé d’assurer la (...)

10La liste de politiciens et d’activistes conservateurs britanniques contemporains qui ont été formés à l’université de Saint Andrews et initiés à la vie politique par le biais de l’Association des étudiants conservateurs est impressionnante. Certains d’entre eux devaient jouer un rôle assez important pendant la période thatchérienne, et la plupart sont restés remarquablement fidèles aux enthousiasmes de leurs années étudiantes. On y trouve des politiciens de premier rang comme Michael Forsyth, actuellement Baron Forsyth de Fordean, qui a été le très thatchérien secrétaire d’État à l’Écosse dans le cabinet de John Major, de 1995 à 1997. Forsyth a toujours été associé à la droite néolibérale, et pendant les années 1980, il a écrit deux pamphlets pour l’ASI. On y trouve également Michael Fallon qui, après avoir occupé une position subalterne au sein du gouvernement Thatcher après 1987, est devenu Lord Commissioner au Trésor britannique5 en 1990, et sous-secrétaire d’État à l’Éducation et à la Science dans le premier gouvernement de John Major. Comme Forsyth, Fallon a aussi écrit pour l’ASI. Parmi les personnages moins importants, on peut mentionner Rob Jones, membre du gouvernement Major après 1994 et qui, pendant son séjour à Saint Andrews, au début des années 1970, avait mené une campagne couronnée de succès pour que les étudiants de cette université se désaffilient du Syndicat national des étudiants britanniques (National Union of Students), à l’époque très marqué à gauche. Jones a aussi travaillé pour l’ASI et, plus tard, a fait partie du groupe parlementaire des nostalgiques du thatchérisme, le No Turning Back Group.

11La réussite du thatchérisme dans la transformation des paramètres de la vie politique britannique, conjuguée à la place prééminente d’un nombre significatif de diplômés de Saint Andrews dans la vie sociale Outre-Manche, a donné à ces activistes néolibéraux vieillissants l’espace et la crédibilité pour présenter au grand public britannique une narration historique de leur travail intellectuel et politique depuis une quarantaine d’années, narration qui, pour être charitable, ne correspond qu’en partie à la réalité. Il est devenu de bon ton parmi eux non seulement de pratiquer une forme poussée d’autopromotion, comme on l’a déjà vu dans le cas de Pirie (qui se laisse facilement présenter comme le Trotski – voire le Gramsci – de la révolution néolibérale), mais aussi de se prêter à ce que l’on pourrait appeler de l’historiographie créative (et rétroactive). Ils se sont réinventés ces dernières années comme des « libertaires internationalistes », menant depuis toujours le combat du bien contre le mal, de l’individu libre contre l’État tentaculaire, champions des droits individuels, antiracistes et homophiles. Pour certains d’entre eux, leur combat se situerait « au-delà de la droite et de la gauche », pour reprendre la phrase de l’intellectuel organique du blairisme, Anthony Giddens, ce qui leur permet de se reconnaître autant dans certains aspects du néotravaillisme que dans la tradition radicale conservatrice (Pirie s’est en effet félicité de la victoire du blairisme au sein du mouvement travailliste).

12Dans une des rares histoires du mouvement estudiantin conservateur radical des années 1960 aux années 1980, écrit certes par un compagnon de route, Tim Evans de la Libertarian Alliance, on trouve la présentation suivante de la Nouvelle droite dans laquelle l’auteur situe « le groupe de Saint Andrews » :

  • 6  Voir Timothy, 1996, p. xii-xiii.

La Nouvelle droite a souvent été présentée comme étant proche du fascisme et du régime sud-africain sous l’apartheid. Cependant, la vérité est bien différente. Le courant dominant de la Nouvelle droite britannique rejette de manière explicite de telles valeurs. Elle est individualiste, relativiste dans le domaine culturel, et laïque. Ses partisans considèrent le racisme, le sexisme et le nationalisme comme autant de formes de l’idéologie collectiviste à laquelle ils sont implacablement opposés. […] Ils sont actifs dans les campagnes en faveur de la légalisation des drogues douces et dures, de la pornographie et de tout acte sexuel consenti…6

13Un retour à Saint Andrews à la période d’éclosion de ces militants « libertaires » nous permettra peut-être de remettre en contexte et de relativiser ces réinventions parfois extravagantes du passé politique de la mouvance néolibérale et néoconservatrice.

L’éloge du marché…

  • 7 Progressus Centenary Issue, Saint Andrews, 1967, p. 33.

Aucun bilan de ces six années écoulées ne serait complet sans faire référence à leur caractéristique la plus importante : la montée en puissance de la droite intellectuelle et l’émergence, à Saint Andrews même, d’un nombre significatif de conservateurs lucides et réformistes, inévitablement associés à Enoch Powell (élu président honoraire en 1965) et assistés grandement par Ralph Harris, qui s’intéresse activement à notre association depuis son élection comme vice-président honoraire en 1962.7

14Tels étaient les mots de Douglas Mason dans le numéro « centenaire » de la revue des étudiants conservateurs de Saint Andrews, Progressus, en 1967. En réalité, la revue avait été longtemps laissée en jachère depuis sa fondation en 1867, et n’intervenait activement de nouveau dans la vie politique de Saint Andrews que depuis six ans. C’est en effet en 1961 que Mason – étudiant de géologie en deuxième année – l’avait relancée en lui insufflant ses propres préférences idéologiques, fort minoritaires parmi les conservateurs de l’époque.

  • 8  C’est effectivement en 1971 qu’une délégation des étudiants de Saint Andrews à la conférence annue (...)

15Dès le départ, Progressus devait réunir deux courants distincts de la pensée conservatrice radicale qui ont coexisté de manière plutôt harmonieuse pendant la période qui va de la création de la nouvelle mouture de la revue, en 1961, jusqu’à la montée en puissance du radicalisme conservateur associé aux étudiants de Saint Andrews au sein même de l’organisation britannique des étudiants conservateurs, au début des années 19708. En l’espace de dix ans, une forme plus intellectuelle, plus affirmée et plus offensive de conservatisme avait vu le jour à Saint Andrews, proclamant les vertus intrinsèques de l’économie de marché, propageant les idées de Ralph Harris et d’Enoch Powell, mais aussi de Friedrich Hayek et de Milton Friedman, bien avant que ces noms aient eu un quelconque écho médiatique, et bien avant l’émergence de ce que l’on va appeler le « thatchérisme ». Mais à côté de cet éloge précoce de la « main invisible », un autre thème émergeait, récurrent, lancinant, aujourd’hui largement oublié dans les récits lénifiants du « groupe de Saint Andrews » et de leurs admirateurs : la nécessaire défense de la suprématie blanche en Afrique australe. La revue prend vigoureusement parti en faveur de l’Afrique du Sud, désormais organisée sur la base du « développement séparé » et de la Rhodésie, où la minorité blanche avait, au cours des années 1960, décidé de rompre avec la puissance coloniale britannique et de déclarer (en novembre 1965) l’« indépendance unilatérale », c’est-à-dire le refus de tout partage du pouvoir avec la majorité noire. Pendant cette décennie de radicalisation des étudiants conservateurs de Saint Andrews, les éditeurs successifs de la revue, ainsi que leurs contributeurs étudiants, sont revenus à maintes reprises sur ces deux thématiques.

  • 9  Lors d’un séjour d’études en Écosse, nous avons pu nous entretenir avec deux anciens étudiants mil (...)

16Si les premières éditions annuelles de Progressus – nouvelle mouture – faisaient une large place aux articles écrits par les dirigeants nationaux du Parti conservateur, une des caractéristiques de la revue, à partir du milieu des années 1960, est l’importance croissante du nombre d’articles écrits par les étudiants eux-mêmes. Cela montre sans doute non seulement la maturité politique grandissante de ce groupe, qui comprenait entre autres Madsen Pirie, les deux Butler et Douglas Mason, mais leur assurance accrue. Cela tend également à confirmer une remarque faite par Pirie dans ses réminiscences sur la période, remarque selon laquelle à Saint Andrews, à la différence d’autres centres d’effervescence intellectuelle néolibérale (par exemple, l’université de Chicago), le radicalisme conservateur fortement teinté de néolibéralisme était essentiellement une affaire d’étudiants et n’était pas influencé de manière significative par les enseignants-chercheurs conservateurs de l’institution. C’est d’autant plus surprenant (mais confirmé par d’autres sources)9 que certains des enseignants de l’université de Saint Andrews étaient connus pour leurs opinions de droite (c’est le cas, par exemple, de l’historien Norman Gash, qui semble avoir eu des rapports cordiaux, mais sans plus, avec les étudiants radicaux).

  • 10 Progressus, vol. V, no 1, 1966, pas de numéro de page.

17Lors de la parution, en 1966, du numéro 5 de la nouvelle série, Mason est rédacteur en chef et Pirie responsable de la publicité. Dans un éditorial qui confirme, certes, l’engouement de Mason pour le libéralisme économique mais qui révèle une certaine méconnaissance de la tradition politique conservatrice en Grande-Bretagne, Mason propose la lecture suivante du courant politique auquel il s’était attaché : « Le Parti conservateur a toujours proclamé son attachement à une philosophie fondamentale : une croyance fortement ancrée en l’importance primordiale de l’individu, en la variété et le choix offerts par l’économie de marché, en les vertus de la concurrence. »10

  • 11  Ouvr. cité, pas de numéro de page.

18Dans le même numéro, Powell rappelle son propre credo politique et, faisant écho aux approximations historiques du jeune Mason, chante les louanges de l’entrepreneur capitaliste (une posture peu répandue à l’époque, même au sein du Parti conservateur, mais qui va devenir plus courante sous Thatcher et une idée fixe chez les blairistes) : « Nous qui croyons à la libre entreprise et à une société capitaliste basée sur la concurrence, croyons également que l’homme d’affaires et l’industriel, quand ils sont au travail, s’ils n’ont pas toujours raison, ont plus souvent raison que les autres – beaucoup plus souvent. »11

19Dans ce numéro, une nouvelle rubrique fait son apparition – « Lectures conseillées » – où les étudiants sont encouragés à lire non seulement les écrits d’Enoch Powell, mais aussi les publications de l’Institute of Economic Affairs, Why Freedom Works d’Ernest Benn (le père libéral de Tony Benn, figure de la gauche travailliste), La route de la servitude de Hayek ainsi que Capitalisme et liberté de Milton Friedman. Cela confirme le statut d’activistes intellectuels auquel aspirent les membres du « groupe de Saint Andrews », à la différence d’autres groupements d’étudiants conservateurs de l’époque, plus enclins à adopter un profil politique plutôt bas et à se centrer sur des activités sociales et festives.

20Un an plus tard, les nouveaux rédacteurs en chef de la revue, Richard Henderson et Stuart Butler, reviennent plus longuement sur la philosophie politique du groupe :

  • 12  Éditorial de Progressus, vol. VI, no 1, 1967.

Récemment, aux États-Unis ainsi qu’en Europe, on voit émerger une philosophie politique qui est authentiquement de droite, dans la mesure où elle s’oppose au socialisme et au fascisme. Dans le domaine économique, elle préconise la libre entreprise et la réduction de l’intervention gouvernementale dans les échanges ; dans le domaine social, elle revendique plus de liberté de choix et de liberté d’action. Fondamentalement, elle considère l’individu comme plus important que l’État, au lieu de considérer que l’État est intouchable. Aux États-Unis, la philosophie économique de ce groupe (que l’on appelle souvent la Droite intellectuelle) a été introduite par Hayek et Friedman. En Grande-Bretagne, c’est Enoch Powell qui la transforme en force politique au sein du Parti conservateur.12

  • 13 Ibid., vol. VII, no 1, 1968.

21Si les rédacteurs en chef changent en 1968 – ce sont désormais Thomas S. Torrance et Stephen Eyres qui prennent la tête de la revue –, le ton reste fortement hayekien et l’orientation générale reste celle donnée par Mason et Pirie dans les années précédentes. L’éditorial de cette année affirme : « Nous croyons que l’économie de marché est le meilleur système pour élever le niveau de vie de tous, car il sait satisfaire la demande des consommateurs de manière efficace et le fait sans le gaspillage et les pénuries nécessairement engendrés par le contrôle économique. »13

  • 14 Progressus, vol. VIII, no 1, 1969.

22Peut-être l’élément le plus significatif, pour comprendre l’itinéraire politique de ces « libertaires » autoproclamés, est-il l’éditorial de la revue en 1969. Ce sont de nouveau Stuart Butler et Richard Henderson qui sont aux commandes, à une période où le Parti conservateur est ébranlé par la controverse autour des idées de Powell sur la race britannique (qu’il faut défendre), l’immigration (qu’il faut arrêter) et les étrangers (qu’il faut rapatrier). Évitant prudemment toute référence au débat sur l’immigration en cours (mais à l’époque, personne ne pouvait ignorer les prises de position de Powell), l’éditorial réitère le soutien de longue date des étudiants conservateurs de Saint Andrews à Enoch Powell : « Les conservateurs de Saint Andrews voient en Powell le politicien britannique de premier rang qui est le plus proche de leurs opinions, et c’est en le soutenant qu’ils considèrent qu’ils ont le plus de chance de voir les politiques qu’ils préconisent mises en œuvre. »14

23Cette prise de position nous permet de faire un retour sur l’autre dimension du radicalisme conservateur du groupe de Saint Andrews, beaucoup moins présente dans les récits actuels fournis par Madsen Pirie et Eamon Butler de leur militantisme étudiant proto-thatchérien : la défense des régimes racistes de l’Afrique australe et le combat pour sauver l’identité (blanche) britannique.

... et de la suprématie blanche

24En 1964, au moment où les tensions commençaient à émerger en Rhodésie du Sud autour des revendications des colons blancs, regroupés au sein du Rhodesian Front, en faveur de l’indépendance (leur permettant ainsi d’échapper aux pressions du gouvernement de Londres en faveur du « partage du pouvoir » avec la majorité noire), l’University Conservative and Unionist Association de Saint Andrews a publié un pamphlet écrit par Ian Smith, le dirigeant du Rhodesian Front qui devait, quelques mois plus tard, amener son pays sur la trajectoire de l’« indépendance unilatérale ». C’est le premier indicateur de la présence des partisans de la suprématie blanche en Afrique australe parmi le groupe de Saint Andrews. Dans les années qui ont suivi, Progressus a publié plusieurs articles sur l’Afrique australe, tous favorables aux régimes en place.

25Ainsi, en 1967, deux ans après la déclaration d’indépendance de la Rhodésie blanche et l’application de sanctions (légères) par le gouvernement travailliste de Harold Wilson, sous la pression des pays du Commonwealth, la revue des étudiants conservateurs de Saint Andrews revient sur l’affaire, loue la résistance du nouveau régime rhodésien et tance le gouvernement travailliste pour s’être plié aux exigences extérieures à la Grande-Bretagne. « La Rhodésie, écrivent-ils, n’a pas plié, et la Grande-Bretagne a perdu encore un allié après s’être abaissée à une politique gesticulatoire. » L’article explique que les sanctions avaient, en fait, amélioré l’efficacité de l’économie rhodésienne en l’obligeant à se passer d’importations coûteuses et conclut en appelant le gouvernement à négocier avec les rebelles du Rhodesian Front.

  • 15  Atholl Robertson, « South Africa. Race against time ! », Progressus, vol. VII, no 1, 1968, non pag (...)

26Un an plus tard, en 1968, Atholl Robertson (membre du comité éditorial de la revue de 1967 à 1969) prend la défense, cette fois-ci, du régime sud-africain : « L’Afrique du Sud est violemment critiquée pour avoir poursuivi une politique de développement séparé alors qu’ailleurs, en Afrique, la politique multiraciale a été un échec sordide, voire sanglant. »15

27Reprenant l’argument souvent avancé par les défenseurs de l’apartheid à l’époque, Robertson explique que la mauvaise image de l’Afrique du Sud était due à la propagande communiste et conclut (dans le style peu inspiré du militantisme étudiant) :

  • 16 Ibid.

Je m’excuse de rompre ainsi avec la tradition et d’écrire la vérité sur l’Afrique du Sud au lieu des fantasmes vindicatifs disséminés par les éléments subversifs. Leurs efforts en vue de détruire, de manière systématique, nos libertés peuvent être contrecarrés par l’injection de fortes doses de vérité et de faits historiques...16

28À partir de 1969, la défense de la domination blanche en Afrique australe, tout en restant une question brûlante pour une partie de la droite britannique, est éclipsée par les affrontements autour du mouvement powelliste qui rassemble des partisans divers, allant de la vieille droite traditionaliste et nostalgique de l’Empire jusqu’à une partie du mouvement skinhead. Le groupe de Saint Andrews tient les deux bouts de la chaîne. Pendant une année universitaire 1969-1970 assez mouvementée, ils multiplient les initiatives publiques attirant l’attention des médias sur la radicalité de leurs positionnements. Le 19 novembre, ils décident de célébrer l’anniversaire de l’annonce de l’indépendance unilatérale de la Rhodésie – « un événement festif et non pas politique », déclare Stuart Butler dans une interview accordée au journal des étudiants, Aien. « Bon anniversaire, la Rhodésie », pouvait-on lire sur le gâteau qui trônait au centre de cet événement « festif ». En janvier 1970, c’est au tour de Powell d’attirer l’attention des journaux locaux (et nationaux) : il est l’invité d’honneur du dîner annuel de l’Association des étudiants conservateurs et arrive entouré d’une escorte policière impressionnante pour le protéger des manifestants étudiants venus en nombre pour l’occasion. Désormais, la caractéristique la plus saillante du groupe de Saint Andrews est le soutien sans réserve qu’il apporte à Powell, déjà exclu de la direction de son parti et accusé par le premier dirigeant conservateur de l’époque, Edward Heath, d’attiser le racisme. Pendant cette même année universitaire, le vice-président sortant de l’Association des étudiants conservateurs reconnaît, dans le journal étudiant, que son Association avait forgé des liens avec le syndicat étudiant nationaliste blanc en Afrique du Sud (ASB) en vue d’encourager des « arrangements réciproques » entre les deux organisations.

29De tout ceci on ne trouvera pas mention dans les souvenirs écrits des principaux acteurs du groupe de Saint Andrews, destinés pour une partie d’entre eux, comme nous l’avons vu, à devenir des acteurs majeurs de la révolution thatchérienne. Si l’on en croit la représentation des événements proposée par Madsen Pirie, toujours aussi prolixe sur cette période, il s’agissait de militantisme intellectuel autour des écrits de Hayek, assorti de manifestations « rigolotes » dans la tradition potache des étudiants britanniques :

  • 17  Interview de Madsen Pirie dans l’ouvrage de Evans Timothy, Conservative Radicalism, ouvr. cité, p. (...)

Les idées dominantes de l’époque nous étaient hostiles, et les étudiants de Saint Andrews étaient de ce fait perçus comme des perdants. Ceci étant dit, leurs activités étaient rigolotes, menées avec panache et parfois avec espièglerie. Une collecte de Noël a permis l’achat d’équipement stéréo pour les soldats en Irlande du Nord. Un de nos dîners annuels a été l’objet de protestations gauchistes, avec des manifestants arrivant de partout en Grande-Bretagne. Nous avons organisé le dîner une semaine avant la date annoncée. Une autre manifestation a été mise en échec car nous n’avons donné aucune indication sur le lieu de notre réunion. À la fin, six manifestants ont réussi à nous trouver, mais trop tard, dans un bistrot d’un village voisin.
Des incidents triviaux comme ceux-ci ont permis d’agrémenter nos journées avec l’humour. Ce mélange enivrant d’idées originales et de divertissements a fait naître chez beaucoup de membres du groupe un attachement durable à cette expérience et au lieu où elle s’est faite.17

30La réalité politique du groupe de Saint Andrews est donc assez éloignée de la représentation qui en est faite par certains de ses anciens membres, qui jouissent d’un accès plutôt facile aux grands médias britanniques et cherchent aujourd’hui à repeindre dans des couleurs plus respectables leur militantisme d’antan. Il n’y a pas de doute que ce petit groupe d’étudiants conservateurs radicaux a fait partie des précurseurs de la révolution thatchérienne, et bien des idées marginales qu’ils ont défendues dans leur petite revue estudiantine au tirage modeste ont contribué à transformer la Grande-Bretagne, et, partant, une partie significative du monde quelques années plus tard. C’est sous l’influence de ces idées que le Parti conservateur a abandonné son paternalisme traditionnel, son acceptation du modèle de gestion économique et sociale d’inspiration keynésienne et son mépris ostentatoire pour le monde intellectuel, pour épouser la vision radicale, l’utopie de marché, défendue par Hayek et Friedman (ainsi que Powell). Presque une décennie avant l’arrivée de Margaret Thatcher sur l’avant-scène de la vie politique britannique, les étudiants conservateurs, autour de Madsen Pirie et de Douglas Mason, avaient commencé le combat intellectuel et politique contre ce que Hayek appréhendait comme l’État tentaculaire et ses asservissements mortifères.

31Ce qui, par contre, a été largement oublié dans la version officielle de l’histoire du néolibéralisme britannique, largement à cause des écrits autobiographiques inventifs des principaux concernés, c’est que la vision du marché et de ses innombrables vertus, défendue ardemment par les militants de Saint Andrews, s’articulait, à l’époque, à une défense des droits et des privilèges de colons blancs d’Afrique australe. Ces « libertaires » de la première heure ne voyaient pas d’inconvénient à faire cause commune avec les partisans du « développement séparé » en Afrique du Sud et les artisans de l’indépendance régressive de la Rhodésie. Il est regrettable que leur vision créative de leur passé politique ait connu si peu de contestation dans les champs médiatique, politique, voire académique en Grande-Bretagne. Le retour à leurs sources primaires nous permet non seulement de mieux comprendre qui ils étaient, mais aussi de mieux mesurer la complexité et les contradictions du mouvement néolibéral britannique naissant.

Bibliographie

Bourdieu Pierre, 1998, Contre-feux. Propos pour servir à la résistance contre l’invasion néo-libérale, Paris, Liber-Raisons d’Agir.

Cockett Richard, 1995, Thinking the Unthinkable. Think-Tanks and the Economic Counter-Revolution. 1931-1983, Londres, Fontana Press.

Denord François, 2007, Néolibéralisme version française. Histoire d’une idéologie politique, Paris, Demopolis.

Dixon Keith, 2005, Un abécédaire du blairisme. Pour une critique du néolibéralisme guerrier, Broissieux, Croquant.
— [1998], Les évangélistes du marché. Les intellectuels britanniques et le néolibéralisme, Paris, Raisons d’Agir, 2008.

Evans Timothy, 1996, Conservative Radicalism. A Sociology of Conservative Party Youth Structures and Libertarianism, 1970-1992, Oxford, Berghahn Books.

Farnetti Richard et Warde Ibrahim, 1997, Le modèle anglo-saxon en question, Paris, Economica.

Gamble Andrew, 1988, The Free Economy and the Strong State. The Politics of Thatcherism, Londres, MacMillan.

Gray John, 1998, False Dawn. The Illusions of Global Capitalism, Londres, Granta.

Halimi Serge, 2004, Le Grand Bond en arrière. Comment l’ordre libéral s’est imposé au monde, Paris, Fayard.

Harvey David, 2007, A Brief History of Neoliberalism, Oxford, Oxford University Press.

Hayek Friedrich (von), 1993, La route de la servitude, Paris, PUF.

Jenkins Peter, 1991, La révolution de Madame Thatcher ou la fin de l’ère socialiste, Paris, Robert Laffont.

Sorman Guy, 1984, La solution libérale, Paris, Fayard.

Stone Diane, 1996, Capturing the Political Imagination. Think Tanks and the Policy Process, Londres, Frank Cass.

Notes

1 L’auteur remercie la Royal Society of Edinburgh qui, par l’octroi d’une bourse généreuse, lui a financé plusieurs séjours d’études en Écosse pendant l’année universitaire 2008-2009 et lui a permis ainsi de consulter les archives de l’université de Saint Andrews.

2  Faits rapportés par le journal étudiant de Saint Andrews, Aien, dans son édition du 5 mai 1971. Le nom de Aien vient de l’expression grecque Aien Aristeuein, devise de l’université de Saint Andrews.

3  Pour une analyse du développement des think tanks néolibéraux dans la période d’après-guerre en Grande-Bretagne, voir Dixon, [1998], 2008.

4  Cité par Alan Rusbridger, « Adam Smith Institute’s sense and nonsense », The Guardian, 22 décembre 1987.

5  Malgré le titre, cette fonction est relativement subalterne : le titulaire est chargé d’assurer la discipline lors des votes sur les questions financières parmi le groupe majoritaire à la Chambre des Communes.

6  Voir Timothy, 1996, p. xii-xiii.

7 Progressus Centenary Issue, Saint Andrews, 1967, p. 33.

8  C’est effectivement en 1971 qu’une délégation des étudiants de Saint Andrews à la conférence annuelle du Parti conservateur a capté l’attention des délégués (et s’est réservé une place dans le panthéon thatchérien) en distribuant une fausse édition du Daily Telegraph datée de 1981 (alors qu’on est en 1971) qui était étrangement précise dans ses prédictions. Dans ce faux journal, on annonçait qu’un républicain de droite, nommé Ronald Reagan, était devenu président des États-Unis, que la campagne de vente des logements sociaux britanniques était engagée et que se préparait la privatisation de la Poste britannique – et cela quatre ans avant que Margaret Thatcher ne devienne leader du Parti conservateur et huit ans avant qu’elle n’emporte les élections législatives à la tête de son parti.

9  Lors d’un séjour d’études en Écosse, nous avons pu nous entretenir avec deux anciens étudiants militants (travaillistes) de Saint Andrews qui ont fait leurs études au milieu des années 1960 et ont confirmé la relative absence des enseignants dans les milieux militants conservateurs à l’université.

10 Progressus, vol. V, no 1, 1966, pas de numéro de page.

11  Ouvr. cité, pas de numéro de page.

12  Éditorial de Progressus, vol. VI, no 1, 1967.

13 Ibid., vol. VII, no 1, 1968.

14 Progressus, vol. VIII, no 1, 1969.

15  Atholl Robertson, « South Africa. Race against time ! », Progressus, vol. VII, no 1, 1968, non paginé.

16 Ibid.

17  Interview de Madsen Pirie dans l’ouvrage de Evans Timothy, Conservative Radicalism, ouvr. cité, p. 52.

Auteur

Professeur de civilisation britannique à l’université Lumière Lyon 2 et membre du laboratoire Triangle. Il est l’auteur de nombreux articles, publiés en France et en Grande-Bretagne principalement, sur la politique britannique contemporaine, ainsi que sur la culture et la politique écossaises. Ses ouvrages les plus récents sont Les évangélistes du Marché (nouvelle édition, Paris, Raisons d’Agir, 2008) et Un abécédaire du blairisme (Bellecombe-en-Bauges, Le Croquant, 2005).

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540