Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Libertés et libéralismes

 | 
Jean-Pierre Potier
, 
Jean-Louis Fournel
, 
Jacques Guilhaumou

Experiences

Le libéralisme allemand dans l’entre-deux-guerres

Horst Möller

Texte intégral

1Les principales tendances idéologiques qui ont marqué le système des partis allemand sont nées en réaction contre les bouleversements révolutionnaires qui ont eu lieu à partir de 1789. Elles ont par ailleurs résulté de l’évolution politique et sociale de la période précédant la révolution de 1848 (Vormärz) et elles culminèrent dans le mouvement constitutionnel qui avait débuté en 1815. La révolution de 1848-1849 et la fondation du Reich en 1871 ont influencé de manière décisive l’évolution de ce système. Les courants politiques fondamentaux ont ainsi été le libéralisme, le conservatisme, le socialisme et le catholicisme politique.

Les origines des partis libéraux allemands

2Même si ces courants politiques, le libéralisme y compris, étaient progressivement apparus en Allemagne dès avant 1789, ce n’est que sous l’influence de la Révolution française qu’ils prirent véritablement forme. Issues du droit naturel tel que le préconise la philosophie des Lumières, les revendications de réformes qui visaient à des changements progressifs tant pour l’organisation de l’État que pour celle de la société marquèrent la naissance du libéralisme politique et économique. Par la première phase de la Révolution française, qui fut libérale, le libéralisme allemand se sentit confirmé dans ses objectifs, lesquels prévoyaient l’instauration d’une constitution pour chaque État allemand – objectif articulé au Congrès de Vienne de 1814-1815 et réalisé ensuite surtout par les États de l’Allemagne du Sud. Au début du xixe siècle, cette vision se trouva renforcée par un ensemble de réformes qui furent réalisées, d’une part, dans les États membres de la Confédération du Rhin et, d’autre part, en Prusse. Dans le cadre des guerres qui furent menées contre Napoléon, une grande partie de l’Europe vécut le réveil d’une conscience nationale. Ce mouvement national – qui plongeait ses racines dans la Révolution française et les victoires révolutionnaires et napoléoniennes – ne trouva pas son expression dans le seul mouvement romantique qui a ses racines dans l’histoire mais aussi dans un libéralisme ouvert sur le futur. Jusqu’à la proclamation de l’Empire allemand en 1871, outre la revendication d’une libéralisation de la vie économique (c’est-à-dire la suppression des barrières douanières en créant une union douanière, comme le préconisa Friedrich List dès 1834), le mouvement constitutionnel et national fut la caractéristique fondamentale du libéralisme allemand.

3La Révolution de 1848-1849 qui incarnait à la fois l’exigence d’une constitution et d’une unité allemande marqua l’apogée du libéralisme politique en Allemagne. Celui-ci trouva son expression la plus claire dans les délibérations du Parlement de Francfort (Paulskirche) qui aboutirent au projet de constitution pour le Reich. Or, ces événements constituaient en même temps une date charnière, au sens où le mouvement libéral fut transformé par l’échec auquel était vouée la Révolution : après avoir été un élément moteur, le libéralisme ne devint plus qu’un mouvement politique réactif bien que de nombreux objectifs libéraux aient été réalisés en 1871.

4Au terme de cet échec, ce fut par en haut et non dans un esprit libéral que furent adoptées les constitutions s’appliquant à chaque État. En Prusse, l’application de la constitution octroyée par le roi en 1850 – et qui, par conséquent, ne fut pas élaborée par le Parlement – entraîna dès 1862 un grave conflit constitutionnel, lorsque Otto von Bismarck, le Premier ministre de Prusse et ancien ambassadeur prussien à Paris, réussit, entre 1862 et 1864, à imposer non seulement la réforme de l’armée contre la majorité libérale au sein du Parlement, mais aussi à se procurer les moyens financiers sans que le Parlement approuve le budget nécessaire pour appliquer cette réforme. Ce conflit provoqué par la réforme de l’armée – que Bismarck n’avait pas déclenché, mais qu’il était néanmoins appelé à résoudre – devait dès lors déterminer les relations de cet homme politique a priori conservateur à l’égard des partis et du Parlement. Entre 1865 et 1871, durant les années qui préparèrent la fondation du Reich, Bismarck se transforma en « révolutionnaire blanc » (Kissinger, 1968), ce qui contraignit les partis à de nouveaux changements d’orientation.

5Aux partis qui s’étaient formés sur la base de ces courants politiques fondamentaux, le système constitutionnel de l’Empire allemand n’avait guère donné de moyens pour participer de manière constructive à la politique de l’État. Dans cette « confédération des princes » (Fürstenbund), le Bundesrat, chambre haute ou Conseil fédéral, formé par les gouvernements des différents États membres et dominé par la puissance hégémonique de la Prusse, jouait temporairement un rôle politique plus important que le Reichstag, élu au suffrage universel égal et secret.

6D’une certaine manière, les fonctions des partis étaient restées celles de comités électoraux ; face au gouvernement, les groupes parlementaires n’avaient pas d’influence notable sur la politique, à part les deux prérogatives parlementaires fondamentales que sont le vote sur le budget de l’État et les propositions de lois, mais ni la nomination ni la révocation des membres du gouvernement ne relevaient de la compétence du Parlement. Le dualisme entre le Parlement et le gouvernement était d’ailleurs une caractéristique essentielle du système constitutionnel de l’Empire. Comme les groupes parlementaires du Reichstag avaient des fonctions plus négatives que constructives, comme ils n’avaient aucune chance d’être appelés à gouverner et n’avaient donc jamais besoin de faire leurs preuves dans les responsabilités de l’exécutif, la tendance des partis allemands à privilégier l’idéologie, d’une part, et à se considérer comme représentants de certaines classes sociales, d’autre part, se trouva renforcée.

7Même au temps de la République de Weimar, beaucoup d’hommes politiques avaient encore tendance à vouloir rester dans l’opposition par fidélité à leurs convictions (Radbruch, 1930, p. 285 et suiv.) plutôt que de mener une politique visant à accéder aux responsabilités gouvernementales et à représenter une alternative constructive.

8Alors que s’élargissait, pendant les années qui précédèrent la fondation du Reich, le fossé entre l’aile conservatrice et l’aile progressiste, on constate que, pendant la première guerre mondiale, le système des partis se modifia dans la mesure où l’idée d’unité nationale domina, jusqu’en 1916-1917, la politique des partis (Burgfriedenspolitik) – il s’agissait, à vrai dire, d’une analogie avec l’Union sacrée en France. En même temps, le pacifisme fondamental et internationaliste contribua à la scission du socialisme engendré par le mouvement ouvrier.

Ruptures et continuités en 1918

9La Révolution de 1918 a modifié la structure du système des partis en Allemagne, mais elle a conservé des traditions fondamentales qui s’étaient constituées à partir du xixe siècle. Le système des partis allemand se caractérise ainsi par ce paradoxe étonnant : sa continuité a permis à la révolution de revenir rapidement sur le droit chemin de l’ordre constitutionnel, mais en même temps – comme l’a montré Ernst Fraenkel –, elle a contribué à hypothéquer gravement l’avenir du système parlementaire de la République de Weimar (Fraenkel, 1999).

10La continuité et les changements de l’ancien système des partis au cours de la révolution de 1918-1919 se manifestèrent d’abord dans le fait que les « anciens » partis – SPD (Sozialdemokratische Partei Deutschlands), USPD (Unabhängige Sozialdemokratische Partei Deutschlands) et Zentrum – se sont maintenus sans changer de nom. Les libéraux de gauche de la Fortschrittspartei se transformèrent en Parti démocratique allemand (DDP, Deutsche Demokratische Partei), le parti des nationaux-libéraux en Parti populaire allemand (DVP, Deutsche Volkspartei) et les partis conservateurs formèrent le Parti populaire national allemand (DNVP, Deutschnationale Volkspartei). Même si ces partis ont modifié largement leurs programmes pour s’adapter à la nouvelle situation politique, comme le DDP, ou pour marquer leur opposition à cette situation, comme le DVP et DNVP, c’était pour l’essentiel des partis qui existaient déjà avant 1918 et qui se présentaient sous de nouveaux noms.

11Durant la première guerre mondiale, Stresemann passait pour un annexionniste nationaliste : il en a donné des preuves à maintes occasions. Or, il n’en était pas moins un parlementaire convaincu et capable qui, dès avant 1918, ne se contentait pas de vouloir accroître l’influence politique du Reichstag, mais disposait aussi des outils nécessaires pour le faire, c’est-à-dire d’une conception valable à long terme. Pendant la République de Weimar, il se mua en « républicain de raison » (Vernunftrepublikaner), et devint une personnalité politique compétente et active dans le domaine de l’entente avec d’autres pays, même s’il n’était pas un « Européen » au sens actuel du mot. Quoi qu’il en fût, Stresemann fut et resta en quelque sorte une énigme.

12Sur la scène politique, le cours suivi par les forces libérales présente deux caractéristiques : premièrement, ce furent justement les libéraux-conservateurs, qui, sous la direction de Stresemann, avaient revendiqué dès 1917, dans le contexte de leurs activités au sein de la Commission intergroupe (Interfraktionneller Ausschuss), une réforme énergique de la Constitution du Reich et entreprenaient de réels efforts en vue de sa réalisation ; deuxièmement, sous le poids des insurrections de l’hiver 1918-1919, le parti libéral de gauche, c’est-à-dire le DDP, s’adapta plus fortement aux circonstances que le DVP. Paradoxalement, le DVP s’était déclaré partisan de la restauration de la monarchie au cours des années 1918-1920 et fut forcé d’infléchir son orientation suite à la débâcle provoquée par le putsch de Kapp en mars 1920. Le DVP se rapprocha, sous la pression de son président Stresemann, du centre républicain-démocrate.

13L’intention de Stresemann avait été de mettre fin à la division du libéralisme et de fonder un parti commun. Et il serait peut-être arrivé à ses fins si, en novembre 1918, un grand nombre de dirigeants du Parti populaire progressiste (Fortschrittliche Volkspartei) n’avait pas refusé de se rallier à lui.

Les grandes heures du libéralisme politique sous la République de Weimar

14Bien que l’instauration de la démocratie parlementaire fondée sur la participation des partis politiques fût réalisée à un moment aussi défavorable – c’est-à-dire au moment de la défaite du Reich allemand à l’issue de la première guerre mondiale –, la première phase, celle de 1918-1919, fut tout d’abord caractérisée par une évolution qui rendit les démocrates optimistes. En effet, malgré tous les attentats et mouvements de masse extrémistes, on pouvait constater qu’il était possible de mobiliser largement la population autour des objectifs politiques des partis démocratiques. Ainsi, tous les grands partis réussirent au début de la République de Weimar à atteindre un nombre d’adhérents relativement élevé. Fondé le 20 novembre 1918, le Parti démocratique allemand (DDP) comptait en 1919 environ 900 000 adhérents, mais ce nombre chuta à 130 000 en 1929. Le SPD atteignit en 1919 1,1 million d’adhérents, mais en 1925 ce chiffre était tombé à 800 000.

15Certes, le parti libéral de droite concurrent profita quelque temps de cela, mais pas avec l’ampleur que l’on aurait pu attendre : le DVP, fondé quelques semaines plus tard, le 15 décembre 1918, entre autres par Gustav Stresemann et l’industriel Hugo Stinnes, annonçait 100 000 membres en janvier 1919 et monta régulièrement pour en atteindre 315 200 en avril 1920.

16Pourtant, à partir de 1921, le DVP connut lui aussi un mouvement descendant ; les gains acquis jusque-là au détriment du DDP ne s’étaient montés qu’à un tiers environ des pertes des libéraux de gauche. Ces ordres de grandeur eux-mêmes montrent combien la mobilisation de la classe moyenne bourgeoise et de la couche dirigeante en faveur de la République, comme de ceux des intellectuels qui n’étaient portés ni par le conservatisme ni par le marxisme, ne pouvait être que de courte durée. La structure sociale du DDP et du DVP était fortement marquée par la bourgeoisie cultivée ; dans les deux partis dominaient les hauts fonctionnaires de l’administration et de la culture ainsi que les professions indépendantes, les avocats surtout. Le DVP, à côté de la vieille classe moyenne des artisans et commerçants indépendants présente dans les deux partis, avait une aile importante composée de grands bourgeois et de grands industriels.

17La faiblesse d’organisation des deux partis libéraux résultait largement de cette structure sociale ; il leur manquait un appui associatif comme le SPD et le Zentrum le trouvaient dans leurs syndicats respectifs. Il manquait aux partis libéraux, malgré leurs effectifs et leur électorat majoritairement protestant, la force intégratrice de la confession qui permettait au Zentrum catholique de garder sa cohésion malgré toutes sortes de divergences sociales et politiques. Enfin, par comparaison avec le lien unificateur que produisait l’image des sociaux-démocrates, socialement fondée et idéologiquement marquée, ni l’image qu’avaient d’elles-mêmes les couches cultivées, ni leur individualisme patent, ni le caractère de partis de notables qu’avaient les partis libéraux n’était un avantage pour la solidité d’une organisation et pour l’intégration durable d’une masse de partisans.

18Le résultat électoral de 1919 fut extrêmement favorable au DDP. Déterminés par les incertitudes du moment, en partie animés d’une volonté de nouveau départ, beaucoup de bourgeois se décidèrent pour ce parti. Dans le contexte révolutionnaire d’alors, il était question qu’il forme une coalition avec le SPD ; il ouvrait ainsi aux couches bourgeoises prêtes à une reconstruction du Reich sur des bases républicaines la perspective de participer à la politique future.

19Tout reposait sur le succès rapide du nouvel État, sur l’amélioration d’une situation lamentable en matière économique, sociale et de politique étrangère, sur la reconstitution d’une conscience nationale ébranlée par la défaite et la révolution. Aucun doute, le destin du DDP était lié à celui de la République de Weimar. Le programme adopté par le parti au Congrès extraordinaire de Leipzig du 13 au 15 décembre 1919 déclarait sans ambages : « Le Parti démocratique allemand se situe sur le terrain de la Constitution de Weimar ; il a vocation à la protéger et à la faire entrer dans les faits. »

20Le parti qui était immédiatement à sa droite, le DVP, se déclarait certes prêt, dans ses « Principes » du 19 octobre 1919, à « collaborer dans le cadre de ses principes politiques à l’intérieur du régime actuel », mais il notait dans le même souffle : « Le Parti populaire allemand considère que, parce qu’il est le symbole de l’unité allemande, le régime impérial à établir par la libre volonté du peuple et par des voies légales est celui qui convient le mieux à notre peuple, en raison de son histoire et de sa nature. » Malgré une continuité comparable en matière de personnes et d’organisation, les objectifs politiques du DDP et du DVP, s’agissant du nouvel État, étaient aussi opposés que possible ; à cet égard, seul le DDP, et non le DVP, était, pour ainsi dire, un parti nouveau.

21Aux élections du 19 janvier 1919 à l’Assemblée nationale constituante, les deux partis libéraux recueillirent à eux deux presque un quart des suffrages. Avec 18,5 % des voix, le DDP, à la tête duquel se trouvait Friedrich Naumann, obtint le meilleur score de son histoire. Quant au Parti populaire allemand DVP, qui était mené par Gustav Stresemann, il ne recueillit que quelque 4,4 % des voix, un résultat malgré tout encourageant, du moins pour un début, au regard des querelles qui avaient précédé sa fondation.

22La comparaison entre les élections de l’Assemblée nationale en 1919 et celles du premier Reichstag en 1920 montre que ces deux partis, en dépit de leurs divergences, puisaient dans le même réservoir électoral, c’est-à-dire les couches bourgeoises d’orientation libérale. Les deux partis fonctionnaient sur le principe des vases communicants où ils se trouvaient unis tant pour le meilleur que pour le pire : quand l’un remportait des succès électoraux, l’autre perdait les élections, et vice versa. En 1920, ils recueillirent à eux deux 22,1 % des voix – or cette fois, le rapport fut inverse : alors que le DVP améliorait sa position avec 13,9 % des voix, le DDP, lui, tomba à 8,2 %.

  • 1  On appela ainsi tous ceux qui, après les élections au Reichstag du 5 mars 1933, où le NSDAP obtint (...)

23On peut conclure de l’évolution de ces deux partis que les effectifs à coloration bourgeoise-libérale, membres et électeurs, restaient très limités, voire qu’ils stagnaient au point de se retrouver bientôt en complète perte de vitesse, comme devaient le montrer les résultats qu’ils obtinrent au sein du Reich à partir de 1924. En effet, lors des élections du 5 mars 1933 au Reichstag, le pourcentage de voix qu’ils recueillirent chuta à son niveau le plus bas avec 1,8 %, si bien qu’à partir de ce moment-là et jusqu’en 1945, on ne pouvait plus parler de mouvement bourgeois-libéral. Ceux, en effet, qui parmi ces effectifs étaient restés fidèles à leur conviction libérale n’avaient plus qu’une alternative : soit l’émigration « extérieure », c’est-à-dire émigrer, de fait, à l’étranger, soit l’émigration « intérieure ». D’autres encore finirent plus ou moins par s’adapter aux circonstances et vinrent même rejoindre les rangs du NSDAP et, ce faisant, grossir le nombre de ceux qu’on appela les « victimes de mars » (Märzgefallene)1.

24L’influence politique qu’exerçaient ces deux partis – tout d’abord le DDP et plus tard le DVP – ne faisait que cacher le fait que l’un comme l’autre se trouvaient d’ores et déjà sur leur déclin. La déchéance à laquelle ils étaient confrontés et qui les forçait de plus en plus à devenir des groupes d’officiers sans soldats n’était ni le fait du hasard, ni ne venait de façon inattendue ; en effet, un grand nombre de libéraux continuait à exhiber l’attitude élitiste classique dont faisaient montre les parlementaires bourgeois depuis le Vormärz, les années ayant précédé la révolution de mars 1848. En dépit de l’émergence de la démocratie de masse en 1918, nombre de libéraux continuèrent à se considérer, sans en démordre, comme le parti des propriétaires fonciers, des intellectuels (« Partei der Köpfe »), des individualistes.

25Déjà, en novembre 1918, lorsqu’il fut question de désigner les pères de la Constitution, c’est précisément sur deux libéraux de gauche, proches du DDP, que tomba le choix, ce qui est d’autant plus étonnant que c’étaient les partis sociaux-démocrates dits de la Révolution (SPD et USPD) qui détenaient le pouvoir depuis 1918. Que Friedrich Ebert, dirigeant de la social-démocratie et chancelier du Reich en fonction, dont la légitimation en tant que tel restait ambiguë sur le plan juridique, intervînt en faveur de Hugo Preuß et non de Max Weber, ne déplaça pas le centre de gravité politique.

26Même au sein des consultations en vue de la rédaction des textes constitutionnels qui suivirent, tant au niveau du Reich qu’en Prusse – l’État le plus grand et le plus important d’Allemagne –, ce furent les libéraux (de gauche) et leur préposé, le ministre de l’Intérieur du Reich Hugo Preuß, qui laissèrent les traces les plus profondes. En 1929 encore, alors que son parti ne disposait plus que d’un pourcentage de 4,5 % des voix, Gustav Stresemann était toujours considéré comme l’homme d’État allemand le plus éminent. Pour en arriver à une telle distinction, il n’y avait que les couches bourgeoises et surtout les partis libéraux pour offrir le terrain propice à une personnalité politique qui ne disposât ni de l’appui total de son parti ni du socle que constitue une solide base électorale. Ce fut l’aspect de notabilité, propre aux partis libéraux, qui permit au DDP et au DVP de maintenir leurs positions, malgré ce qu’il advint de la carrière politique de leurs présidents.

27On en conclut que ni le DDP ni le DVP n’étaient enclins à former un pouvoir oligarchique tel que Robert Michels l’avait déjà analysé en 1911 en étudiant les structures de décision au sein du SPD. En fin de compte, force est ici de constater que la chute du libéralisme et notamment du DDP a été symptomatique de l’échec de la République de Weimar, et ce d’autant plus que le DDP était considéré depuis 1919 comme le parti de la Constitution par excellence.

28Dès 1920, la propension à se mobiliser pour les partis diminua de nouveau et elle atteignit son niveau le plus bas à la fin des années 1920, sauf en ce qui concerne les partis extrémistes, le NSDAP et le KPD. C’est une des raisons aussi de la faible capacité d’intégration sociale et économique que l’on constate dans tous les partis. Elle était due principalement au changement des structures sociales, qui avait lui-même conduit à la dislocation du milieu social constituant l’assise des partis. La social-démocratie et le parti du catholicisme politique Zentrum faisaient exception. Il y avait des couches sociales en difficulté que le message des grands partis démocratiques n’atteignait que de manière imparfaite, par exemple un nombre croissant d’employés.

L’apogée de l’esprit libéral et les raisons du déclin des partis libéraux

29La fondation de deux partis libéraux en 1918, perpétuant la division à l’intérieur du libéralisme au-delà même de l’année 1918, a-t-elle vraiment porté préjudice au mouvement libéral ? Ce ne fut guère le cas. En effet, grâce à la faculté de Gustav Stresemann de rallier son parti, le DVP, à la République tout en s’adressant à des électeurs libéraux-conservateurs, il puisa la plupart de ses effectifs, autant qu’il était possible, dans le réservoir libéral. Il alla même jusqu`à rallier des électeurs qui ne se seraient jamais rangés derrière le républicanisme démocratique résolu du DDP, a fortiori parce que ce parti disposait d’une aile gauche.

30Il faut pourtant faire la restriction suivante : le DDP était un parti d’intellectuels bourgeois ; c’était un parti du centre et des forces modérées, et non un parti de la bohème intellectuelle ou bien du radicalisme de gauche – Mühsam, Toller, Eisner, Tucholsky, eux, auraient tous refusé d’y adhérer car, à leurs yeux, le DDP était un parti trop bourgeois, trop établi, trop « parti d’État » ou même « parti de fonctionnaires » – de fonctionnaires supérieurs ayant fait des études de droit ou des études philologiques, bien entendu.

31Tout en tenant compte de cette restriction, on peut constater que se rassemblait au sein et autour du DDP un nombre impressionnant d’intellectuels et de personnalités issues des milieux établis ou plutôt fonctionnarisés. On y retrouve, outre Friedrich Naumann, surtout Max Weber, Alfred Weber, Hugo Preuß, Friedrich Meinecke, Ernst Troeltsch, Carl Heinrich Becker, Willy Hellpach, Gertrud Bäumer et les grands journalistes Theodor Wolff, Georg Bernhard, Ernst Feder – pour n’en citer que quelques-uns. Et ce n’est pas par hasard que les grands journaux de l’époque – le Vossische Zeitung, le Berliner Tageblatt, le Frankfurter Zeitung – étaient des journaux libéraux, des journaux proches de l’aile gauche du libéralisme formée par le Bildungsbürgertum, la bourgeoisie cultivée.

32Il ne faut pas oublier que le DDP était le parti des membres des professions libérales et des savants dans la mesure où ils étaient démocrates. Certes, il y avait des leaders du DDP qui arrivaient à réunir en eux-mêmes l’esprit des intellectuels et la mentalité des économistes – le plus connu parmi eux était Walter Rathenau, le ministre des Affaires étrangères assassiné par des extrémistes de droite, qui était le fils d’Emil Rathenau, le fondateur de la société AEG, une grande entreprise de l’industrie électrique, et qui, pendant un certain temps, fut lui-même le patron de l’AEG. Il fut l’un des grands organisateurs de l’économie d’armement de l’Allemagne pendant la première guerre mondiale, et un homme empreint du pathos national – c’est parce qu’il était juif qu’il fut attaqué. Il constituait peut-être une exception en tant qu’écrivain qui réunissait en lui l’esprit intellectuel et le sens des affaires, mais, comme homme politique écrivant aussi des livres, il était, au sein du DDP, plutôt ordinaire. Les vrais écrivains, pourtant, ne le considéraient tout de même pas comme leur confrère, ce que montra plus tard la caricature mordante de Rathenau que rédigea un grand écrivain : il s’agit de L’homme sans qualités de Robert Musil.

33C’est une espèce de « libéralisme des savants » que représente aussi Theodor Heuss. Il avait rejoint le libéralisme de gauche en tant qu’intellectuel, mais il conservait plus fortement que la plupart de ses camarades de parti son penchant pour l’art, pour toute activité artistique. Toute sa vie il fut un dessinateur passionné, toute sa vie il resta un amateur d’architecture et des beaux-arts et consacra une biographie à son ami l’architecte Hans Poelzig (Heuss, 1939). Heuss assumait aussi la fonction de gérant du Deutscher Werkbund, une association d’artistes, d’industriels et d’artisans fondée en 1907 qui a marqué l’évolution du design moderne et la création de maisons d’habitation et de mobilier de qualité ; cette association fut dissoute en 1933 par les nationaux-socialistes. Hermann Muthesius et Henry van de Velde comptaient parmi ses membres les plus connus.

34Par ailleurs, Heuss fut tout au long de son existence un biographe, portraitiste, essayiste et écrivain politique extrêmement productif. Sa bibliographie de 1954, encore incomplète, comprend environ 1 800 titres, entre autres des biographies aussi importantes que celle de Friedrich Naumann en 1937, puis celle du grand zoologue Anton Dohrn en 1940, et enfin celle de l’entrepreneur le plus important de l’industrie électrotechnique Robert Bosch en 1946 (Heuss, 1949, 1991, 1986). Ses souvenirs de jeunesse, publiés sous le titre Vorspiele des Lebens (Préliminaires de la vie) restent certainement sa plus belle œuvre littéraire (Heuss, 1954). Du point de vue politique, ses œuvres les plus importantes sont ses Souvenirs 1905-1933 (1963), avec les chapitres posthumes sur la prise du pouvoir par les nationaux-socialistes, puis son ouvrage intitulé Hitlers Weg (Le chemin de Hitler), paru en 1932, qui fournit des analyses lucides mais montre aussi clairement les limites politiques d’antan, ainsi que de nombreux essais politiques rédigés dans les années 1920 (Heuss, 1963, 1932).

35Comment, au regard du succès fulgurant que vécut le libéralisme allemand, peut-on expliquer son déclin ?

36Les raisons en sont multiples et entremêlées. Des partis comme le DDP et le DVP n’étaient pas en mesure, à la longue, de rallier les masses. Ils donnaient d’eux-mêmes une image trop élitiste. La mobilité des couches cultivées était insuffisante, d’autant qu’elles refluèrent rapidement à partir de 1920. Le DVP et le DDP étaient des partis où prédominaient à part égale les couches cultivées de la société allemande, les industriels, entre autres les hauts fonctionnaires, les professions libérales et les artisans indépendants. L’aile du DVP où prédominaient les grands industriels et la haute bourgeoisie était puissante. Somme toute, au vu de sa composition, ce parti ne pouvait pas devenir un parti de masse.

37La pensée libérale telle que développée au sein du DDP et, dans une moindre mesure, au sein du DVP s’inscrivait dans la tradition kantienne : elle concevait le citoyen – un être libre tant sur le plan juridique qu’économique – comme l’élément central de la société. En tant que tel, cet être pensant et, par conséquent, libre intellectuellement était amené à représenter les masses auprès de l’État. Or, dans un tel contexte, cette conception de l’individu n’était pas une panacée. La crise du système libéral n’épargna pas non plus ceux qui constituaient le pilier de la société. La pensée « antidémocratique » ne fit pas halte devant les partis libéraux ; c’est principalement contre le DDP qu’elle se retourna. Le sentiment de profonde dépression et frustration qui s’était emparé des masses que les acquis de la République de Weimar ne suffisaient pas à contenter, se dirigea contre ceux qui semblaient être responsables de leurs problèmes. Le désir d’un retour à un temps prétendument meilleur exacerba la critique à l’égard des partis politiques qui représentaient le système de Weimar. La base sociale qui constituait l’assise du libéralisme se rétrécit de plus en plus. Les faiblesses d’origine organisationnelle pour traiter les problèmes sociaux firent obstacle de façon croissante à d’éventuelles solutions.

38Entre 1919 et 1933, la transformation de l’électorat fut massive. Après 1930, les résultats des élections furent de plus en plus déterminés par les électeurs jeunes ou qui venaient d’obtenir le droit de vote, et par les votes protestataires. Même l’impressionnant succès électoral remporté en 1919 par les partis de la démocratie ne fut qu’une illusion, comme le montra la chute dramatique des suffrages obtenus par le SPD, le DDP et le Zentrum qui, entre 1919 et 1920, tombèrent de 76,1 % à 43,5 %. Le libéralisme se trouva confronté à deux facteurs : d’un côté, la pensée constitutionnelle et ses atouts, de l’autre, la faiblesse et l’impuissance que manifestèrent, face aux agitations de masse, les deux partis libéraux, organisations légales et orientées sur l’action publique. Heuss fut un exemple révélateur de cette évolution avec son ouvrage intitulé Hitlers Weg et son allocution au Reichstag en 1932. Dans ces deux prises de position, ses jugements étaient à la fois très critiques à l’égard de Hitler et très révélateurs de la tendance générale de l’époque à le sous-estimer.

  • 2  Cette évolution trouve son origine dans l’attitude ambiguë que le parti, sous l’influence de Stres (...)

39Plus le DVP se déplaçait vers le centre2, plus il était frappé par l’affaiblissement général dont souffrait de plus en plus le centre politique. La forte position de Gustav Stresemann était donc trompeuse, même si, de la fin de ses fonctions de chancelier du Reich en 1923 jusqu’à sa mort en 1929, il participa sans interruption à toutes les coalitions et cabinets suivants de la République de Weimar, avec le portefeuille des Affaires étrangères. Son potentiel politique dépassait de loin celui des autres personnalités politiques de cette époque, mais il fut aussi l’un des hommes politiques les plus attaqués.

40Le ministre des Affaires étrangères Stresemann finit par succomber à un combat usant qui avait duré six années, pendant lesquelles il mena une politique extérieure entièrement vouée à l’intérêt national. Il ne mourut pas dans un attentat comme Erzberger, ni, comme Ebert, d’une maladie que la politique l’avait obligé à laisser traîner, mais d’un surmenage permanent. Avec lui, la République perdit, le 3 octobre 1929, l’une de ses personnalités politiques les plus importantes, la plus importante peut-être. Stresemann n’était pas seulement un spécialiste remarquable de la politique extérieure – quel que fût l’objectif ultime d’une stratégie qui ne passerait certes pas pour européenne dans le sens actuel ; comme président de parti, c’était aussi un parlementaire doué d’une grande expérience de la tactique, irremplaçable pour la République. Représentant du centre bourgeois et libéral-conservateur, c’est à lui seul que revient le mérite d’avoir rallié le DVP au régime de Weimar. Le prestige de Stresemann a largement transcendé les partis, même si, tout autant, il a provoqué l’aversion. La tragédie personnelle et politique de ce grand personnage fut la courte durée de son œuvre, la conciliation à petits pas et le renforcement de la République de Weimar vis-à-vis de l’extérieur. Peu de mois après sa mort se défaisait la grande coalition au pouvoir depuis 1928 et dont il avait été le pilier décisif : le 27 mars 1930, le potentiel de médiation de ce gouvernement était épuisé, aucun des ministres n’avait comme Stresemann l’autorité ni la force suffisantes pour maintenir la cohésion de deux ailes qui tendaient dès le départ à s’écarter l’une de l’autre.

41Torpillée aussi bien par la droite que par la gauche, par l’armée, la Reichswehr, comme par le président du Reich, cette coalition se brisa sur une question sociale qui divisait le SPD et le DVP ; ces deux partis restaient attentifs aux intérêts de leur clientèle respective, syndicats et employeurs. On ne put s’entendre sur la hausse des cotisations à l’assurance chômage ; c’est sur la discussion d’un demi-point en faveur ou au détriment des salariés ou des patrons qu’échoua le dernier gouvernement strictement parlementaire de la République de Weimar. Ce ne fut naturellement qu’un prétexte, une bonne occasion pour ceux qui croyaient qu’au milieu d’une crise économique, sociale et politique s’aggravant très vite, on pouvait défendre avec des œillères les intérêts économiques ou sociaux d’une classe spécifique.

42Ainsi, lors de l’élection au Reichstag de 1928, la participation, avec 74,6 %, avait été au plus bas mais les trois partis de Weimar obtenaient leur meilleur résultat depuis 1920 avec 45,5 % des suffrages. Lors de l’élection la plus défavorable à ces partis, celle du 5 mars 1933, la participation était à son sommet avec 88,04 %, mais les partis de la coalition n’obtenaient plus que 30,3 % des voix. Les pertes étaient particulièrement marquées pour les deux partis libéraux, le DDP et le DVP, qui passèrent, ensemble, de 13,6 % en 1928 à 1,8 % en 1933. Le DDP perdait plus de 10 %, alors que le Zentrum, n’ayant perdu que 0,7 % entre 1928 et 1933, restait pratiquement stable.

43Le libéralisme politique était devenu quasi insignifiant. Le déclin de la République est symbolisé par celui du DDP, ce parti qui avait eu une grande influence sur la Constitution de 1919.

44Ruinés par l’inflation, les deux partis libéraux devinrent de plus en plus dépendants de l’industrie. L’irritation monta parmi les membres et l’électorat, ce qui conduisit à l’érosion du réservoir électoral. Selon Larry Eugene Jones, la crise de légitimation des partis libéraux est attestée par leur déclin et aussi par l’apparition simultanée de nombreux groupuscules bourgeois sur l’échiquier politique. De surcroît, cette crise fut aggravée par le conflit des générations, qui se traduisait par le fait que la jeune génération tentait de réorganiser et réformer le système des partis. Entre 1928 et 1930, elle lutta contre l’influence croissante des groupes d’intérêts économiques sur les partis allemands et s’efforça de donner plus de poids à l’élément politique et national. Or, force fut de constater que cette évolution se fit au détriment des partis libéraux et démocratiques et fit progresser la campagne antiparlementaire du NSDAP qui, de ce fait, finit par pénétrer l’électorat libéral (Jones, 1974 ; Jarausch et Jones, 1990).

45Dès le début des années 1920, le milieu bourgeois-libéral subit en effet un processus d’émiettement. Comme le démontrent les résultats des élections, le pourcentage des voix obtenues par les groupuscules et les partis défendant des intérêts de groupes spécifiques augmentèrent, entre 1919 et 1928, de 1,5 à 14 % : c’est pourquoi tant Childers que Jones et d’autres chercheurs qui se penchent sur la problématique des élections et des partis politiques voient dans la fragmentation de l’effectif électoral bourgeois une cause décisive de la déstabilisation du système weimarien – un état de choses qui existait bien avant la dépression (Childers, 1983 ; Falter, 1991). Le NSDAP ne profita donc pas directement des fluctuations de ce milieu électoral. Or, ce sera justement le NSDAP qui, en tant que mouvement national, réussira le plus à rallier les intérêts particuliers : c’est ainsi que l’idée d’une unité nationale se transforma en nationalisme.

Bibliographie

Becker Ernst Wolfgang éd., 2009, Theodor Heuss. Vater der Verfassung, Munich, K G. Saur.

Childers Thomas, 1983, The Nazi Voter. The Social Foundations of Fascism in Germany, 1919-1933, Chapel Hill, Londres, The University of North Carolina Press.

Dathe Uwe, 2009, Walter Euckens Weg zum Liberalismus (1918-1934), Ordo, no 60, p. 53-86.

Falter Jürgen W., 1991, Hitlers Wähler, Munich, C. H. Beck.

Fraenkel Ernst, 1999, Gesammelte Schriften, t. I : Recht und Politik in der Weimarer Republik, A. von Brünneck et al. éd., Baden-Baden, Nomos.

Frölich Jürgen, 2010, « [...] den nationalsozialistischen Gedanken auf den altliberalen Untergrund aufsetzen. Neue Dokumente zur Verbindung zwischen Friedrich Naumann und der Familie von Schulze-Gaevernitz », Jahrbuch zur Liberalismus-Forschung, no 22, p. 251-260.

Gall Lothar, 2009, Walter Rathenau. Portrait einer Epoche, Munich, C. H. Beck.

Hacke Jens, 2010, Moritz Julius Bonn. Ein vergessener Verteidiger der Vernunft. Zum Liberalismus in der Krise der Zwischenkriegszeit, Mittelweg, no 36, 6, p. 26-59.

Heinsohn Kirsten, 2010, « Verteidiger des Liberalismus. Eva G. Reichmann (1897-1998) und der Centralverein deutscher Staatsbürger jüdischen Glaubens », Liberalismus und Emanzipation. In- und Exklusionsprozesse im Kaiserreich und in der Weimarer Republik, A. Schaser, S. Schüler-Springorum éd., Stuttgart, Franz Steiner, p. 157-176.

Heuss Theodor, 1932, Hitlers Weg. Eine historisch-politische Studie über den Nationalsozialismus, Stuttgart, Union.
— 1939, Hans Poelzig. Bauten und Entwürfe, das Lebensbild eines deutschen Baumeisters, Berlin, Wasmuth.
— [1946], Robert Bosch. Leben und Leistung, Stuttgart, Wunderlich ; Stuttgart, Deutsche Verlags-Anstalt DVA, 1986.
— [1948], Anton Dohrn, Stuttgart, Wunderlich, Leins ; Berlin, Springer, 1991.
— 1949, Friedrich Naumann, der Mann, das Werk, die Zeit, Stuttgart, Wunderlich.
— 1954, Vorspiele des Lebens. Jugenderinnerungen, Tübingen, Wunderlich.
— 1963, Bilder meines Lebens, nach den Erinnerungen 1905-1933, Tübingen, Wunderlich.

Jarausch Konrad H. et Jones Larry Eugene, 1990, In Search of a Liberal Germany. Studies in the History of German Liberalism from 1789 to Present, New York, Berg.

Jones Larry Eugene, 1974, « Gustav Stresemann and the crisis of German Liberalism », European History Quarterly, no 4, p. 141-163.

Kellmann Axel, 2007, Anton Erkelenz. Ein Sozialliberaler im Kaiserreich und in der Weimarer Republik, Berlin, Lit Verlag.

Kissinger Henry A., 1968, « The White Revolutionary. Reflections on Bismarck », Daedalus, vol. XCVII, no 3, p. 888-924.

Michalka Wolfgang, 2010, « Walther Rathenau. Begründer einer liberalen Außenpolitik? », Jahrbuch zur Liberalismus-Forschung, no 22, p. 9-36.

Möller Horst, 1997, « Bürgertum und bürgerlich-liberale Bewegung nach 1918 », Historische Zeitschrift, Sonderheft 17, Bürgertum und bürgerlich-liberale Bewegung in Mitteleuropa seit dem 18. Jahrhundert, Munich, Oldenbourg, p. 293-342.
— 2000, Europa zwischen den Weltkriegen, Oldenbourg Grundriss der Geschichte, 2, Auflage, Munich, Oldenbourg.
— 2011, La République de Weimar, 1919-1933, 2e édition française, Paris, Tallandier (Texto).

Pohl Karl Heinrich, 2009, « Hellmut von Gerlach und die Nationalliberalen », Vom Junker zum Bürger: Hellmut von Gerlach. Demokrat und Pazifist in Kaiserreich und Republik, Ch. Koch éd., Munich, Martin Meidenbauer, p. 89-115.

Radbruch Gustav, 1930, Die politischen Parteien im System des deutschen Verfassungsrechts, Handbuch des Deutschen Staatsrechts, G. Anschutz et R. Thoma éd., t. I, Tübingen, J. C. B. Mohr (Paul Siebeck).

Schaser Angelika, 2010, Schüler-Springorum Stefanie, Introduction, Liberalismus und Emanzipation. In- und Exklusionsprozesse im Kaiserreich und in der Weimarer Republik, A. Schaser et S. Schüler-Springorum éd., Stuttgart, Franz Steiner, p. 9-22.

Wright Jonathan, 2006, Gustav Stresemann, 1878-1929. Weimars größter Staatsmann, Munich, DVA.

Notes

1  On appela ainsi tous ceux qui, après les élections au Reichstag du 5 mars 1933, où le NSDAP obtint 43,9 % des suffrages, adhérèrent au NSDAP par opportunisme. À l’origine, le terme Märzgefallene désignait les victimes de la révolution de mars 1848.

2  Cette évolution trouve son origine dans l’attitude ambiguë que le parti, sous l’influence de Stresemann, manifesta à l’égard du putsch de Kapp.

Auteur

Ancien directeur de l’Institut für Zeitgeschichte München-­Berlin (Institut d’histoire contemporaine, Munich-Berlin) et professeur émérite d’histoire moderne à l’université de Munich. Il a été antérieurement maître de conférences à l’université libre de Berlin, collaborateur du président de la République fédérale à Bonn puis professeur titulaire à l’université d’Erlangen. De 1989 à 1992, il a occupé le poste de directeur à l’Institut historique allemand de Paris. En 1986, il a été nommé professeur invité par le Collège St. Antony’s à Oxford et en 1988 à la Sorbonne (Paris 4). Le 3 décembre 1998, l’université Michel de Montaigne-Bordeaux 3 lui a conféré le titre de docteur honoris causa. Il a publié de nombreux livres sur l’histoire de l’Allemagne et de l’Europe du XVIIIau XXe siècle.

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540