Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Libertés et libéralismes

 | 
Jean-Pierre Potier
, 
Jean-Louis Fournel
, 
Jacques Guilhaumou

Experiences

De la liberté en terre autocratique.
Le moment décembriste (1801-1825)

Julie Grandhaye

Texte intégral

  • 1  En 1825, la mort brutale d’Alexandre Ier, qui ne laissait pas d’héritier, jetait la famille impéri (...)
  • 2  La République des décembristes. Pour une histoire de la modernité politique en Russie, 1760-1860, (...)

1Il peut paraître incongru ou quelque peu provocateur, dans un séminaire sur le libéralisme, de convoquer les idées et les théories débattues sur les rives de la Néva au début du xixe siècle. Est-il possible de parler de libéralisme en terre d’autocratie et de servage, sans dénaturer l’objet même de ces recherches transversales ? Quelle place accorder à la Russie dans une histoire du libéralisme ? Faut-il voir, dans l’apparent rejet russe du courant libéral, un évident refus des doctrines européennes – position somme toute classique de la Russie autocratique, qui, tel le négatif d’une photographie, viendrait imprimer en creux ce que les Européens tentent de dessiner en relief ? Prenant le contre-pied de cette évidence illibérale, la présente étude se propose de souligner la contribution de la Russie impériale à l’élaboration d’une culture libérale en Europe. Elle s’appuie sur un travail de relecture de l’insurrection décembriste de 18251 – considérée non plus comme un phénomène marginal et indépendant, mais comme un jalon fondamental au sein d’une histoire de la modernité politique en Russie2 – et sur une étude approfondie d’une histoire du lexique politique russe. C’est à la croisée de ces deux problématiques – généalogie d’une conception moderne de l’État, d’une part, genèse consciente d’un vocabulaire politique, de l’autre – que se situe cette étude sur le « libéralisme » en Russie, à l’aube du xixe siècle.

2Le « libéralisme russe » – ou, sous ses différentes variantes, le mouvement libéral russe, l’idée libérale en Russie – est un objet difficile à appréhender. L’historien doit se garder de deux écueils qui, tous deux, risquent de déformer le regard que l’on peut poser sur l’idée libérale telle qu’elle prend forme, en Russie, au début du xixe siècle.

3Le premier écueil a trait au libéralisme lui-même, dont la définition n’est pas sans poser problème. Notion protéiforme – ni philosophie, ni doctrine, ni dogme –, l’idée de libéralisme a des contours fort vagues et suscite des débats passionnés parmi ceux qui s’en réclament. On peut toutefois indiquer quelques jalons dans sa complexe histoire. Le moment fondateur de cette pensée remonte à la fin du xviie siècle, où la doctrine libérale est formulée chez des penseurs anglais comme Hobbes ou Locke ; mais elle subit de nombreuses métamorphoses au cours du xviiie siècle, en Angleterre, en France et en Allemagne. L’idée libérale sert de contrepoint ou de référence à d’autres doctrines, qui assoient le libéralisme sur la notion de marché : que l’on songe ici aux mercantilistes, à l’économie politique ou à l’utilitarisme. On soulignera, d’emblée, l’extrême inventivité du libéralisme et la multiplicité des courants qui se réclament de l’idée libérale. Au début du xixe siècle, le libéralisme ne désigne donc pas une technique de gouvernement, encore moins une forme de l’État. La distinction – fort controversée – entre libéralisme politique et libéralisme économique n’est point de mise ici, non plus que l’amalgame contemporain entre libéralisme et démocratie – sous peine de transposer, au début du xixe siècle, un débat et des schèmes mentaux caractéristiques de la fin du xxe siècle. Le libéralisme européen du début du xixe siècle véhicule tout un ensemble de concepts qui façonnent et délimitent les horizons mentaux des intellectuels. Il porte un regard particulier sur l’homme et ses motivations : tout individu est mû par son propre désir, par sa puissance intéressée. Le ressort de la société libérale est la liberté spontanée de l’homme, qui ne doit en aucun cas être entravée : le libéralisme affirme la primauté de l’individu sur l’autorité politique incarnée par l’État. À la suite de Pierre Rosanvallon, on envisagera donc le libéralisme comme une culture :

  • 3  Rosanvallon, 1999, p. viii ; nous soulignons.

Le libéralisme qui s’affirme en Europe à partir du xviie siècle marque ainsi un nouveau pas dans la représentation des rapports entre l’individu et l’autorité. Il prolonge le travail de sécularisation politique et d’affirmation de la prééminence de l’individu à l’œuvre depuis le xive siècle. Il caractérise en ce sens une culture beaucoup plus qu’il n’incarne une simple doctrine spécialisée. Le libéralisme accompagne l’entrée des sociétés modernes dans une nouvelle ère de la représentation du lien social, fondée sur l’utilité et l’égalité et non plus sur l’existence d’une totalité préexistante.3

4Le second écueil à éviter concerne les rapports ambigus entretenus par le libéralisme et la liberté. Il nous paraît indispensable de distinguer l’histoire du libéralisme de l’histoire de la liberté, afin de rendre à la Russie toute sa place dans la culture politique européenne : l’inexistence de partis politiques dits libéraux et l’absence de penseurs du libéralisme ne doivent pas masquer la réflexion russe sur la question de la liberté, qui intéresse au plus haut point l’élite intellectuelle dans le premier quart du xixe siècle. En effet, si le libéralisme, en tant qu’aspiration philosophique ou courant doctrinal, est inexistant dans la Russie impériale, en revanche le principe de liberté se fraie un chemin aisément identifiable au sein même de l’autocratie. L’évidence autocratique est remise en cause par la noblesse elle-même, et ce dès la fin du xviiie siècle : à partir de 1780, des projets officieux témoignent de cette remise en cause de l’autocratie au nom de la liberté. Les valeurs libérales nées sur le continent européen – liberté spontanée, liberté de mouvement, liberté de pensée – imprègnent ces différents projets mûris en terre autocratique. Sur ce plan, une partie de l’élite intellectuelle russe suit le même mouvement que les intellectuels européens : indépendamment du régime politique alors en place, elle ressent une certaine urgence à penser la liberté à l’aide d’outils conceptuels élaborés par les penseurs anglais, allemands et français.

  • 4  Cette réflexion s’appuie sur l’étude de cinq textes rédigés au cours de la première moitié du xixe(...)

5Ainsi, il s’agira moins de situer la pensée russe dans l’histoire du libéralisme européen – ce qui ne manquerait pas de souligner le retard de la Russie sur l’Europe – que de montrer comment la liberté entre dans la culture politique russe au sein même de l’état de fait autocratique. Ce postulat infléchit considérablement le regard porté sur la culture politique russe et souligne davantage les continuités que les ruptures : à n’en pas douter, sur le point éminemment conflictuel de la définition de la liberté, la Russie rejoint les préoccupations de l’Europe. Sans prétendre retracer la généalogie du concept de liberté en terre autocratique, on s’intéressera à un moment spécifique, le « moment décembriste », qui cristallise le désir d’une partie de la noblesse d’instaurer en Russie les valeurs libérales. Toutefois, si l’affirmation de la liberté est au cœur de nombreuses revendications de la noblesse dite « libérale », en revanche le libéralisme ne fait pas l’unanimité, même auprès des partisans les plus convaincus des théories occidentales. Force est de constater que le culte de la liberté, hautement proclamé par le tsar Alexandre Ier en 1801, n’entraîna pas nécessairement un engouement prononcé pour le libéralisme. Il s’agira de souligner les tensions entre liberté et libéralisme, ainsi que les éventuelles disjonctions entre ces deux notions. Il faudra alors s’interroger sur les écarts et les congruences existant entre la valeur de liberté mise en avant dans le libéralisme européen et la liberté morale défendue dans les projets constitutionnels russes au début du xixe siècle. Si les différences indiquées ne permettent peut-être pas de parler d’un libéralisme russe, elles auront tout du moins le mérite de mettre en relief la voie particulière suivie par le concept de liberté dans la culture politique russe – et les métamorphoses qu’elle subit au long de cet itinéraire4.

Libéralisme et culture libérale : la Russie à l’école de l’Europe

  • 5  Certains chercheurs et historiens américains refusent de parler de « libéralisme » en Russie avant (...)
  • 6  « Charte accordée au peuple russe » (Vsemilostivejšaâ gramota, Rossijskomu narodu žaluemaâ), rédig (...)
  • 7  En 1809, à la demande de l’Empereur, Mikhail M. Speranskij rédige un projet très favorable à l’ins (...)
  • 8  Nikolaj S. Mordvinov (1754-1843), représentant de la noblesse libérale russe. Anglophile, il se pa (...)

6Vu d’Europe, l’Empire de toutes les Russies ressemble à une immense terre de servage et d’oppression, parfaitement inapte à toute pratique de la liberté – ce qu’un Voltaire ou un Diderot ne manqueront pas de faire remarquer. Il est toutefois impropre, aux yeux de l’historien, de considérer l’autocratie comme un monolithe, un système politique largement plébiscité, aux principes irréfutables et irréfutés. Les revendications libérales d’une partie de la société russe sont autant de fissures qui sapent les fondements de l’autocratie. En Russie autocratique, le débat sur la liberté est bien antérieur à la fondation de la monarchie constitutionnelle en 19055 : il remonte aux toutes premières années du xixe siècle, qui marquent un apogée des revendications de la noblesse libérale entre 1801 et 1825. Le jeune Empereur Alexandre Ier s’écarte en effet des principes rigides appliqués par son père Paul Ier. Jusqu’en 1820, il suscite des réformes destinées à instaurer en Russie une monarchie constitutionnelle ; la « pensée libre » (svobodomyslie) est alors fortement encouragée par l’Empereur, qui incite les étudiants à se former en Europe et invite en Russie les meilleurs professeurs des universités allemandes. Certes, les idées libérales de l’Empereur, sous la pression de la noblesse conservatrice, demeurent lettre morte ; il n’en reste pas moins que les projets constitutionnels rédigés à sa demande véhiculent des termes et des concepts qui façonnent les cadres mentaux de la noblesse russe libérale. Si l’on considère le libéralisme comme une culture, il n’est pas infondé d’affirmer que la Russie adhère, dans les années 1800-1820, à des valeurs libérales. En témoignent des textes extrêmement variés : un projet de Charte rédigé dès 1801 mais jamais appliqué6 ; le projet constitutionnel de Mikhail M. Speranskij7 ; les décrets et essais économiques élaborés par Nikolaj S. Mordvinov8. Tous ces écrits, publiés ou restés inédits, reconnaissent qu’indépendamment de la structure étatique, la liberté individuelle est le ressort de l’action humaine.

La liberté, moteur de l’individu et de la société

  • 9  Voir Speranskij, « Vvedenie k uloženii gosudarstvennyh zakonov » (Introduction à l’établissement d (...)

7Au début du xixe siècle, les intellectuels russes affirment, à l’unisson de leurs homologues européens, que le règne de la liberté est advenu – en Russie comme en Europe. Ainsi, dans son projet constitutionnel, Mikhail M. Speranskij propose une relecture de l’histoire russe et voit dans le xviiie siècle un progrès général vers la liberté : dans cette perspective très orientée, le règne de Catherine II est une étape cruciale, et les premières années du règne d’Alexandre s’avèrent extrêmement prometteuses. Ce qui permet à Speranskij d’affirmer résolument : « Tout cela prouve que, malgré son gouvernement absolu, la Russie marche évidemment vers la liberté. »9 Cette relecture orientée de l’histoire russe témoigne d’un profond changement des mentalités : la liberté est désormais considérée comme une valeur universelle, un étalon qui permet de mesurer le degré de civilisation d’un pays. La Russie ne fait pas exception à ce mouvement.

  • 10  « Charte accordée au peuple russe », texte en français, art. 2, Russkij arhiv, 1908, t. VI, p. 7-8

8La reconnaissance de la liberté comme valeur se voit, en tout premier lieu, à l’importance accordée à la liberté de déplacement. La Charte de 1801 l’affirme sans détour, dès les articles 2 et 3 : elle reconnaît à la noblesse « la liberté de domicilier à son choix dans tout l’empire, de changer de domicile à volonté, de sortir de l’État, d’y rentrer librement sans courir les moindres risques pour les biens ou affaires qui resteraient dans le pays »10, sans avoir besoin d’en demander au préalable la permission à l’empereur. La liberté de déplacement est également accordée à la bourgeoisie (meŝanstvo) :

  • 11  Ibid., art. 8, p. 9.

Qu’il soit libre au bourgeois et au marchand de séjourner et passer librement d’une ville dans une autre de l’État, et même de sortir du pays, en y laissant caution légale et suffisante pour ses engagements, s’il en a, et sans caution quelconque, s’il est franc de tout engagement.11

9Pour mieux saisir l’impact de telles mesures, il convient de les replacer dans leur contexte : Paul Ier avait récusé tous les privilèges accordés à la noblesse, tout particulièrement la liberté de déplacement. Ceci empêchait les nobles de rejoindre leurs propriétés en province, et les confinait soit dans leurs demeures provinciales – mécontents, mais loin du pouvoir – soit dans leurs appartements pétersbourgeois, sous l’œil de l’Empereur.

  • 12  Dans son projet, Speranskij ne s’oppose pas à l’abolition du servage en Russie, à condition toutef (...)

10Outre cette reconnaissance de la liberté de déplacement, les représentants de la noblesse libérale s’attachent à incarner le principe de liberté au sein de la société. C’est notamment le cas de Mikhail M. Speranskij, qui s’oppose à la classification rigide voulue par Catherine II : il insiste sur la nécessité de laisser les individus libres de s’enrichir afin de s’élever socialement. Faisant fi des pesanteurs de la société russe (douze catégories distinctes), il la réorganise en trois « classes » (rod) : la noblesse, qui bénéficie des libertés civiles et politiques ; la classe moyenne (srednij rod lûdej), qui jouit des libertés civiles et de quelques libertés politiques ; et le peuple, qui ne jouit que des droits civils12. Le décloisonnement opéré entre ces trois classes repose sur la reconnaissance de l’aspiration individuelle au progrès et à une vie meilleure comme étant le ressort qui meut les individus. Ces affirmations font écho aux premières définitions du libéralisme : mus par leur propre intérêt, les individus tenteront d’améliorer leur bien-être et leurs conditions de vie. La liberté entre ainsi dans le champ du social.

La liberté, dessein de l’État

  • 13  C’est la lecture de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen et des constitutions révolu (...)

11Conformément aux principes du premier libéralisme, l’État se doit de garantir les libertés individuelles ; mais il n’est pour autant contraint en rien à rompre de manière décisive avec sa forme historique – monarchie, empire, autocratie. Si le libéralisme suspend la légitimité de l’autorité politique à sa capacité à assurer aux individus l’exercice de leurs libertés civiles, il n’est pas incompatible avec un cadre étatique ne reconnaissant que des formes très limitées de libertés politiques. Il n’est donc pas si surprenant de constater que, dans la Russie d’Alexandre, la reconnaissance des valeurs libérales n’induit pas nécessairement une condamnation du servage au nom des droits politiques13. En revanche, la Charte de 1801 met en avant les desseins libéraux de l’État : liberté et respect de la propriété en sont les buts fondamentaux.

12Premier volet de ce diptyque, la liberté est déclinée sous toutes ses formes : liberté de parole, de pensée, de culte, d’expression sont de rigueur dans l’Empire de toutes les Russies.

  • 14  Vsemilostivejšaâ gramota, ouvr. cité, art. 8.

Que tout sujet russe dispose à jamais de la liberté de pensée, de la liberté de foi ou de confession, de la liberté de culte, de la liberté de parole ou de discours, de la liberté d’écrire et d’agir, dans la mesure où elles ne sont pas contraires aux lois de l’État et où elles ne lèsent personne.14

13Ces affirmations ne demeurent pas lettre morte : dès 1803-1804, le jeune Empereur abolit la censure établie par Paul Ier, rétablit la liberté de parole, autorise l’importation de livres depuis l’étranger, l’impression de partitions musicales, le commerce avec l’étranger, etc. En d’autres termes, il ouvre à nouveau la Russie aux influences extérieures.

  • 15  « Charte », art. 6 : « Propriétés garanties », p. 9.

14Second principe qui, dans le libéralisme politique, découle du précédent, la propriété est reconnue comme un droit ; son institution est amplement commentée et explicitée car, dans le contexte foncier russe, elle constituait un des freins les plus considérables à l’introduction du libéralisme. En effet, la question de la propriété n’avait jamais été tranchée en Russie : les paysans estimaient que la terre leur revenait de fait, car ils étaient les seuls à la faire fructifier ; les nobles propriétaires estimaient que la terre leur appartenait de droit, car le tsar les avait ainsi récompensés pour services rendus. Néanmoins, l’État demeurait un État patrimonial et conservait la propriété de nombreuses terres de l’Empire, qu’il confiait parfois à ses serviteurs. L’article 6 de la Charte reconnaît non seulement la propriété mobilière, mais aussi la propriété foncière : « Que toute espèce de propriété, soit personnelle, mobilière ou foncière, tant patrimoniale que d’acquit, soit assurée et garantie à chacun par la loi. »15 Ce droit de propriété s’accompagne d’un ensemble de mesures reconnaissant et garantissant l’héritage et la transmission de biens à ses enfants. Rompus aux pratiques d’expropriation de la part de l’État, les auteurs de la Charte récusent à jamais la « confiscation de biens au profit de l’État » (art. 19, p. 12). L’ouverture d’esprit du souverain est particulièrement nette dans l’article 9, qui stipule que même les cultivateurs (agriculteurs libres) doivent être garantis de leur propriété mobilière : le droit de propriété est donc élargi à l’ensemble des conditions qui forment la société russe.

En cas de saisie ou de confiscation pour dettes ou autrement sur le cultivateur, les instruments, et tout l’attirail aratoire qui sert à l’exercice de sa profession au labourage, comme charrues, herses, semoir, chevaux, bœufs, tout cela ne pourra jamais et dans aucun cas, ni sous aucun prétexte, lui être enlevé. (Art. 9, p. 10)

15Les tâches de l’État redéfinies dans la Charte portent la marque patente du libéralisme tel qu’il émerge en Europe au xviie siècle. L’Empereur accommode, sans réelles difficultés, les droits fondamentaux – liberté, sécurité, propriété – à l’autocratie.

La liberté, principe régulateur du marché

16Dernier point sur lequel la noblesse libérale russe emprunte beaucoup à la pensée européenne : l’idée de libre marché, qui semble grandement attirer les élites intellectuelles. Si la liberté doit être le principe régulateur de la société, elle le devient aussi pour le marché. Outre la liberté de circulation des personnes, la Charte consacre la liberté de circulation des biens et des marchandises :

Que tout usage, règlement ancien ou institution quelconque, qui apporterait quelque gêne ou entrave à la libre circulation des produits indigènes du pays, soit réformé ou aboli ; et que dorénavant, il ne soit imposé ou établi aucune mesure qui produirait quelque difficulté nouvelle à ce but si désiré de l’utilité publique. (Art. 5)

  • 16  La Société des Slaves unis – troisième société décembriste, avec la Société du Nord et la Société (...)

17De surcroît, l’Empereur instaure un tarif douanier extrêmement bas pour la Russie, permettant ainsi l’essor du commerce avec l’Europe ; il imposera même un tarif douanier dit « libéral » de 1819 à 1823. Le commerce, tant extérieur qu’intérieur, est vivement encouragé par toutes ces mesures. L’ensemble de la noblesse libérale russe soutient ces dispositions : les décembristes eux-mêmes sont fortement favorables à l’ouverture du marché, ainsi qu’à la libre circulation des marchandises et des biens. Les membres de la Société des Slaves unis iront même, dans leurs esquisses constitutionnelles, jusqu’à imaginer de former une fédération d’États slaves sans frontières douanières, afin d’y instaurer un marché commun libre16.

  • 17  La fascination pour le modèle anglais s’accompagnait d’une familiarisation avec la culture anglais (...)
  • 18  Nikolaj S. Mordvinov n’entra jamais dans les sociétés secrètes ; toutefois, les décembristes lui r (...)
  • 19  En 1818-1820, Mordvinov entreprend un long voyage en Europe. Il séjourne trois semaines en Anglete (...)

18Les sources de cette conception du marché sont à chercher, de toute évidence, dans la pensée anglaise du début du xixe siècle. L’anglophilie d’une partie de la noblesse russe17 n’est plus à prouver. L’amiral Nikolaj S. Mordvinov, proche des décembristes18, présente à cet égard un profil particulièrement intéressant : en 1787, en garnison en Crimée, il se lie d’amitié avec Samuel Bentham, le frère du philosophe. C’est grâce à lui qu’il prend connaissance des thèses de Jeremy Bentham, dont il devient un ardent défenseur19 et qu’il se charge de diffuser en Russie. En 1813-1814, Bentham propose lui-même ses services à l’Empereur pour restructurer l’édifice étatique. Ce dernier avait demandé, dès 1803-1804, la traduction des ouvrages de Jeremy Bentham et d’Adam Smith ; tous ces livres sont édités en russe et circulent parmi les cercles de la noblesse. La réception de la pensée libérale anglaise se fait donc sans médiation, parfois même dans la langue d’origine. Mordvinov introduit le concept d’« utilité publique » (obŝestvennaâ pol’za), qui vient alors remplacer celui de « bien commun » (obŝee blago), employé depuis Catherine II mais jamais défini. Rapidement cependant, les élites russes prennent des distances vis-à-vis des théories de Smith : la place accordée à l’État dans ses théories demeure une pomme de discorde entre les partisans et les opposants aux théories smithiennes. Une partie de la noblesse libérale russe se rapproche alors de la pensée de Jean-Baptiste Say, qui préconise une plus grande intervention de l’État : si la liberté du marché est indispensable, cependant le marché ne saurait se réguler par la seule liberté ; il semble nécessaire d’introduire un artifice – l’État.

19Les élites libérales russes lisent donc les grands auteurs européens en russe et dans leurs langues d’origine, et l’étude de leurs doctrines suscite de vifs débats quant à l’application de leurs principes en Russie. Les valeurs libérales – liberté, propriété, marché – sont reconnues et partiellement appliquées par un État qui ne rompt cependant pas avec une pratique autocratique du pouvoir. On peut considérer à juste titre que la « libre-pensée » (svobodomyslie) – véritable mot d’ordre sous le règne d’Alexandre Ier – imprègne toute une partie de la noblesse russe. S’il n’y a pas de libéralisme à proprement parler en Russie, il existe néanmoins une véritable « culture libérale », dans laquelle se forment les futurs décembristes. Ces derniers s’avèrent pourtant rapidement déçus des réformes d’Alexandre : à leurs yeux, les libertés civiles ne suffisent pas ; il faut introduire en Russie une réelle liberté politique, projet qui remet en cause l’édifice autocratique. Une prise de conscience est donc sur le point de se faire : la liberté ne doit plus désormais être ce que l’État vise à organiser et à encadrer, mais elle doit être reconnue comme étant l’origine de toute société politique. Elle change alors de statut : de simple valeur qu’elle était, elle devient principe du lien politique.

Incarner la liberté dans un État – un projet politique

20Intellectuellement formés au sein d’une culture politique libérale, les décembristes tracent une voie spécifique. Le type de liberté qu’ils défendent s’éloigne sensiblement des positions libérales soutenues par Nikolaj S. Mordvinov. À leurs yeux, la liberté n’est pas seulement une valeur partagée par l’ensemble de la société : elle est le principe du lien politique, le fondement de toute association politique. Point n’est d’État sans le libre consentement des individus qui le peuplent ; le pouvoir autocratique est donc considéré comme une aberration politique, qu’il est urgent de réformer. Dès lors, le libéralisme est inévitablement tenu à distance : les libertés civiles n’ont de raison d’être que si elles s’adossent à des libertés politiques réelles. Toute forme d’autorité politique exige une légitimité qu’elle ne peut trouver que dans la liberté du peuple souverain. Devenue fondement du lien politique, la liberté s’éloigne alors du champ du social pour s’incarner dans une forme étatique spécifique : le libéralisme est progressivement abandonné au profit du républicanisme.

La liberté, droit imprescriptible de l’être humain

21Les décembristes reprennent, en termes quasi équivalents, le « credo libéral » défendu par Alexandre dans la « Charte au peuple russe ». On y retrouve donc les droits fondamentaux – liberté, sécurité, propriété. Toutefois, les décembristes considèrent que ces droits ne peuvent être garantis en Russie impériale, puisqu’ils doivent s’appliquer à l’ensemble de la société russe, serfs compris. La fervente lecture des constitutions révolutionnaires françaises, et surtout des Déclarations des droits de l’homme et du citoyen qui les précèdent, a fortement influencé les décembristes dans leur conception de la liberté : la liberté n’est pas seulement une valeur, elle est un droit imprescriptible de tout homme. Cette conviction, affirmée avec force dans les projets constitutionnels dès les années 1820, est lourde de conséquences : d’une part, elle condamne le servage et toute forme d’esclavage ; d’autre part, elle requiert que toute association politique soit elle aussi fondée sur la liberté – et nécessite par conséquent l’introduction du parlementarisme dans la culture politique russe.

  • 20  Murav’ëv, Konstituciâ, art. 1 : « Русский народ свободный и независимый, не есть и не может быть п (...)

22Perçue comme un droit fondamental de l’homme, la liberté vient battre en brèche toutes les justifications du servage. Dans leurs projets constitutionnels, les décembristes dénoncent cette forme russe de l’esclavage et cherchent les modalités d’un nouvel ordre étatique, dans lequel tous les habitants de la Russie seraient libres. Dans tous leurs projets, la liberté de l’ensemble du peuple russe est affirmée avec force : « Le peuple russe, libre et indépendant, n’est pas et ne peut pas être la propriété d’une personne ni d’une famille. »20 En supprimant le servage, les décembristes ébranlent l’autocratie et soulignent l’incompatibilité d’un gouvernement absolu avec les desseins d’un État libéral. En ce sens, ils s’éloignent délibérément des affirmations de Speranskij. Pour Pavel I. Pestel’, la liberté individuelle est le fondement même des institutions politiques et de la richesse de la nation :

  • 21  Pestel’, Russkaâ pravda, chap. 5, § 10 : « Личная свобода есть первое и важнейшее право каждого гр (...)

La liberté individuelle [ličnaâ svoboda] est le premier et le plus important droit de tout citoyen, et l’obligation la plus sacrée de tout gouvernement. Sur elle se fonde l’ensemble de l’Édifice étatique. Sans elle il n’est ni sécurité ni prospérité.21

  • 22  Murav’ëv, Konstituciâ, art. 23 : « Право собственности, заключающее в себе одне вещи, священно и н (...)

23De la liberté découlent donc ces autres droits fondamentaux que sont la sécurité et la propriété. Le droit de propriété est redéfini et restreint aux objets : ainsi, dans l’article 23 de sa Konstituciâ, Murav’ëv déclare que « le droit à la propriété, qui n’induit que les choses, est sacré et inaliénable »22. On observe un changement de qualité dans le regard porté sur la personne : les décembristes ne conçoivent plus la société comme un ensemble de catégories sociales (noblesse, bourgeoisie, paysannerie libre, clergé blanc, clergé noir, serfs), mais considèrent les droits de chacun pris individuellement. La portée même du droit est alors redéfinie : il ne se confond plus avec les privilèges d’une classe, mais s’applique à tout habitant du nouvel État russe, sans distinctions. La mutation est d’importance ; les décembristes renforcent avec netteté les contours de la notion d’individu (čelovek) et dotent l’idée de personne (ličnost’) d’un contenu positif, ce dont témoigne l’insistance de Pestel’ :

  • 23  Pestel’, Praktičeskie načala : « Мы видим, что неприкосновенность личности и приобретенной собстве (...)

En résultat de tout ce qui a été dit précédemment, on voit que l’inviolabilité de la personne et de la propriété acquise est le principe fondamental de l’économie politique. Là où la loi civile assure la totale inviolabilité de la personne et de ses biens, on peut attendre avec certitude une augmentation de la richesse nationale.23

24Formés dans la culture libérale des années 1800-1820, les décembristes s’éloignent ainsi progressivement de certains aspects essentiels du libéralisme. S’ils jugent les valeurs libérales – liberté individuelle, propriété, marché – absolument incompatibles avec le servage, c’est que leur conception de la liberté a sensiblement évolué. En réalité, deux éléments infléchissent leur approche de ce problème : les théories jusnaturalistes font de la liberté non plus seulement une valeur générale, mais un droit universel, dont tout être humain peut se prévaloir, et qui ne peut être garanti que par la Loi fondamentale d’un État qui en reconnaît la constitutionnalité. La Russie ne saurait se dérober à cette exigence universelle : elle se doit non seulement de garantir à ses habitants la jouissance de leurs libertés, mais également de se doter d’une Constitution qui place dans la liberté souveraine des citoyens le fondement même de la légitimité de toute autorité politique. Dès lors, la liberté n’est pas seulement une fin de l’État : elle devient le fondement de toute association politique et le principe de tout mode de gouvernement légitime.

La liberté, fondement de toute association politique

  • 24  Murav’ëv, Konstituciâ, « Introduction » : « Все народы европейские достигают Законов и свободы. Бо (...)
  • 25  Ibid., chap. 1, art. 2 : « Источник верховной власти есть народ, которому принадлежит исключительн (...)

25Les décembristes se font volontiers l’écho des théories européennes du droit. Leurs réflexions sur la fondation de la cité aboutissent toutes au même constat : si l’homme, étant libre, quitte l’état de nature, alors il doit retrouver cette liberté au sein de la cité ; telle est la finalité première de l’État. Pour éviter tout abus de pouvoir et toute usurpation de droit, les décembristes se tournent vers le constitutionnalisme : seule une Loi fondamentale sera à même de garantir la liberté de chacun des membres entrant dans l’association politique. Ce faisant, Nikita M. Murav’ëv pense que la Russie doit rejoindre le mouvement général qui embrasse l’ensemble de l’Europe : « Tous les peuples européens obtiennent des lois et la liberté », remarque-t-il. « Plus qu’eux tous, le peuple russe est digne des unes et de l’autre. »24 Le seul respect de la légalité n’est plus suffisant. Les décembristes cherchent donc dans la liberté du peuple souverain le principe qui légitime l’obéissance exigée des citoyens par l’autorité étatique. Murav’ëv affirme dès le début de son projet constitutionnel : « La source du pouvoir suprême est le peuple, auquel appartient le droit exclusif d’élaborer pour lui-même des lois fondamentales. »25

  • 26  Ici se situe la rupture avec les autres représentants de la noblesse libérale : certains projets p (...)

26Dès lors, la liberté prend une valeur politique et devient aussi un art de gouverner, incarné par la représentation nationale. Tous les décembristes insistent sur l’importance et l’urgence d’instaurer, en Russie, le système représentatif élargi à tous les membres de la société26. Pavel I. Pestel’ y voit même un retour – naturel et légitime – aux conditions démocratiques des cités de la Grèce antique :

  • 27  Pestel’, Russkaâ pravda, chap. 4, § 13 : « Великая мысль о Представительном Правлении возвратила Г (...)

La grande idée du mode représentatif de gouvernement a rendu aux citoyens le droit de participer aux affaires importantes de l’État. Le peuple se mit à jouir de ce droit non pas de manière directe, puisqu’on ne pouvait rassembler tous les citoyens en un même endroit, mais par l’intermédiaire de représentants que le peuple avait choisis, parmi ses pairs, pour un temps déterminé.27

27La liberté de prendre part aux affaires publiques n’est plus une simple tolérance, ni même un droit : elle devient un devoir échu à tout citoyen de par sa condition citoyenne. Ce que rappelle Murav’ëv dans sa définition de la citoyenneté :

  • 28  Murav’ëv, Konstituciâ, chap. 2, art. 4 : « Граждаснтво есть право участвовать в общественном управ (...)

La citoyenneté est le droit de participer au gouvernement public selon l’ordre déterminé par ce statut : médiatement, c’est-à-dire par la désignation des fonctionnaires ou le choix des élus ; immédiatement, c’est-à-dire en étant soi-même élu à telle ou telle fonction du pouvoir législatif, exécutif ou judiciaire.28

28La représentation nationale sera donc au cœur de la vie politique du nouvel État russe. Mais le parlementarisme n’est pas la seule caractéristique de la nouvelle Russie : les décembristes revendiquent explicitement l’instauration d’une forme républicaine de l’État.

Incarner la liberté dans l’État : la république

29Dans leurs projets, les décembristes incorporent les valeurs libérales à un cadre étatique véritablement républicain. La liberté individuelle et les libertés civiles ne peuvent être conçues sans des libertés politiques qui en assurent le respect par l’État. Or, ces libertés politiques ne peuvent être pleinement réalisées que dans une république, c’est-à-dire dans une forme politique dépourvue de dignité impériale ou monarchique, débarrassée de la concentration des pouvoirs entre les mains d’un seul. Le choix de la république est avant tout le refus de toute personnalisation du pouvoir : Pestel’ choisit un système collégial qui évoque le Directoire français. Dans les projets des décembristes, l’idée libérale se heurte bien souvent à cette idée républicaine de l’État, ouvrant la voie à de curieux compromis. Ainsi, Murav’ëv, très attaché à l’idée libérale, entreprend d’établir la constitution d’une république fédérale, dans laquelle il conserve toutefois un empereur – mais qui sera élu et reconnu par son peuple avant d’entrer dans ses fonctions.

  • 29  Pestel’, Russkaâ pravda, « Introduction », § 6 : « истинная цель Государственного Устройства призн (...)
  • 30  On rappellera ici que l’une des sociétés à laquelle Pestel’ avait appartenu portait le nom de Soûz (...)

30L’idée républicaine, sous-jacente dans leurs projets – même si elle n’est pas toujours clairement identifiée – invite les décembristes à concevoir l’État non pas comme un artifice qui permet de réguler le cours naturel des choses, mais comme le levier qui agira sur la société et le marché. Cette conception des missions de l’État s’écarte parfois considérablement des principes fondateurs du libéralisme. Elle est tout particulièrement soutenue par Pestel’, qui interprète l’utilitarisme formulé par Bentham dans le sens d’une intervention active de l’État pour conduire chaque individu au bien-être, et le plus grand nombre à la prospérité : « Le but véritable de toute construction étatique doit être, sans faute, le plus grand bien-être possible du plus grand nombre de personnes dans l’État. »29 Si le bonheur ou le bien-être du plus grand nombre est le but ultime de l’État, des institutions sont nécessaires pour assurer cette prospérité à l’ensemble des individus. Pestel’ élabore différentes missions d’utilité publique (blagodenstviâ)30 : à l’instar de Bentham, il préconise la construction d’hôpitaux publics, d’orphelinats, il ordonne la distribution de soupe populaire, etc. De même, les institutions publiques de charité sont invitées à aider gratuitement les infirmes tout en contrôlant les motifs d’invalidité : les individus réellement atteints de handicap doivent recevoir l’aide publique ; ceux qui se rendent volontairement infirmes pour mendier doivent être promptement remis au travail. Par ailleurs, l’État encourage la solidarité, notion qui revêt une grande importance aux yeux de Pestel’ : la notion d’entraide, d’aide mutuelle est présente dans la plupart de ses textes dès 1820. En réalité, Pestel’ tente d’institutionnaliser l’assistance publique, qui serait à même d’incarner l’État-providence. Toutes les institutions publiques de santé recevraient ainsi un soutien particulier de la part de l’État.

31Par la multiplication de ces mesures d’aide sociale, mais aussi par leurs projets de politique économique protectionniste, les décembristes s’éloignent sensiblement du libéralisme classique. Les tensions entre l’idée libérale et l’idée républicaine reflètent deux conceptions de la liberté, entre lesquelles les décembristes se garderont de choisir. Toutes deux sont à l’œuvre dans l’ensemble de leurs projets constitutionnels, mais s’entremêlent de façon particulièrement problématique dans leur conception de la citoyenneté.

Idée libérale et idée républicaine

32Les projets constitutionnels portent la marque d’une dynamique générée par la difficile coexistence de l’idée libérale avec l’idée républicaine. Les principales thématiques traitées par les décembristes sont traversées par ce conflit : leurs conceptions de la terre, de la société, du rapport à l’autorité et au pouvoir et, en définitive, de la notion même de liberté, sont affectées par ces hésitations. Jamais les décembristes ne choisiront nettement l’une ou l’autre perspective. Les tensions générées par ce flottement conceptuel sont alors résolues dans des compromis souvent instables, qui ne cachent pas les contradictions. Deux thématiques reflètent particulièrement ces tensions : le couple individu/citoyen d’une part, et la conception de la terre d’autre part.

Individu contre citoyen

33Traversée par le conflit entre idée libérale et idée républicaine, la figure du citoyen porte, dans les projets constitutionnels, la trace de certaines réserves dès lors qu’il s’agit de penser les conditions effectives d’exercice des libertés politiques. La mise en œuvre de la liberté comme principe fondateur d’un ordre politique apte à garantir ce qu’elle représente comme valeur, nécessite en effet de s’interroger, d’une part, sur la façon dont doit être aménagée la technique de désignation des représentants au parlement, et, d’autre part, sur les conditions de l’éducation des citoyens à la liberté.

  • 31  Et notamment le titre III, « Des pouvoirs publics », chap. 1 : « De l’Assemblée nationale législat (...)
  • 32  Turgenev, membre de la Société du Nord, se rendit en Europe en 1825 pour raisons de santé. Le 14 d (...)

34Le concept de citoyenneté capacitaire, qui restreint l’accès aux urnes et limite les conditions d’exercice des droits civiques, s’avère particulièrement séduisant pour Nikita M. Murav’ëv en 1825, comme pour Nikolaj I. Turgenev en 1847. Si le recours à la citoyenneté capacitaire leur paraît être la seule voie possible pour la Russie, les modalités de la capacité sont en revanche variées. S’appuyant sur la Constitution révolutionnaire de 179131, Murav’ëv établit une distinction entre citoyens actifs et citoyens passifs : ces derniers ont tous accès aux droits civils, mais seuls les citoyens actifs peuvent accéder aux urnes, sous réserve qu’ils remplissent certaines conditions financières. En effet, le prudent Murav’ëv établit un cens électoral (30 000 roubles argent en capital) et un cens d’éligibilité (60 000 roubles argent) qui, même pour l’époque, seront perçus comme extrêmement élevés. Sous la pression de ses camarades, l’auteur de la Konstituciâ consentira à supprimer le cens électoral et à diminuer le cens d’éligibilité (30 000 roubles argent en capital). Néanmoins, seuls les nobles des familles les plus aisées auront accès aux plus hautes responsabilités étatiques. En réalité, Murav’ëv recrée dans l’ordre de l’exercice du gouvernement les classes de la société russe qu’il avait supprimées au nom de l’égalité des citoyens : la classe des citoyens passifs, les moins fortunés, une classe moyenne élargie, qui aura accès au droit de vote, et une classe de notables, seuls aptes à prendre en main les affaires de l’État. Quelque trente ans plus tard, en 1847, Nikolaj I. Turgenev32 préconise à son tour de restreindre le nombre d’électeurs et de les choisir parmi des corporations spécifiques. Ce choix est dicté par la situation de la Russie ; pour Turgenev, il existe fort peu de personnes instruites, capables d’utiliser à bon escient leur liberté politique :

  • 33  Turgenev, 1847, t. III, p. 336-337.

Si la loi fixe des conditions pour être électeur, c’est qu’elle n’a pas d’autre moyen d’indiquer les individus chargés de nommer les représentants du pays. La loi ne sait pas d’avance quels sont les hommes capables de remplir cette mission, et c’est pour cela qu’elle est forcée d’imposer des conditions, d’admettre que l’exercice de telle ou telle profession, que la possession de telle ou telle quantité de terrain suppose la capacité.33

35Comment expliquer cette séduction exercée par la citoyenneté capacitaire sur les réformateurs russes ? La raison se trouve dans le constat d’un échec : pour Murav’ëv et Turgenev, l’autocratie et le servage ont laissé dans la mentalité des serfs russes des traces extrêmement tenaces : piété filiale envers le tsar, conception presque religieuse de l’obéissance, absence totale d’éducation à la liberté. Il faut donc composer avec un peuple russe qui, même libéré du servage, se trouve peu enclin à s’affranchir de la servitude morale qui le lie au souverain ou à l’Église. La citoyenneté capacitaire est un compromis qui paraît adapté à ce peuple peu instruit, marqué de l’empreinte de la soumission et donc inapte à exercer cette liberté politique qui lui est donnée.

  • 34  Pestel’, Russkaâ pravda, « Introduction », §  5 : « право есть одно только последствие обязанности (...)

36Tout autre est la position du colonel Pestel’, figure de proue de la Société du Sud, qui ne renonce aucunement aux libertés politiques attribuées à chaque citoyen. Le respect de la volonté de chaque individu le pousse à prévoir, immédiatement après l’abolition du servage, l’instauration du suffrage universel masculin. Tout citoyen de sexe masculin aura donc accès au droit de vote, sans aucune restriction de fortune. Les citoyens d’un village formeront une assemblée législative qui sera chargée d’élire ses représentants à l’assemblée de commune, de district et de région. Seuls les représentants des assemblées des régions pourront élire, au suffrage indirect, les députés appelés à siéger à l’Assemblée nationale. Toutefois, l’instauration d’une telle liberté politique semble irréalisable en Russie autocratique, ce qui conduit Pestel’ à préconiser un surinvestissement de l’État pour imposer et encadrer l’exercice de la liberté auprès des citoyens russes. L’auteur de la Russkaâ pravda cherche sans cesse à concilier liberté individuelle et obligations du citoyen envers l’État ; mais on note chez lui une nette propension à accentuer l’importance des devoirs du citoyen, qui le lient de manière irréversible à l’État. Pour Pestel’, le devoir a une préséance sur le droit, parce que « le droit est uniquement la conséquence d’un devoir, et il ne peut pas exister autrement qu’en étant fondé sur une obligation qui le précède »34. Dès lors, l’obéissance à la loi prend un caractère sacré ; le refus d’obéir à la loi, reflet de la volonté du peuple souverain, est considéré comme un crime d’une extrême gravité, proche du blasphème :

  • 35  Ibid., chap. 5, § 14 : « Повиновение Законам есть вещь священная и никто в целом Государстве не мо (...)

L’obéissance aux lois est chose sacrée, et personne, dans toute l’étendue de l’État, ne peut être libéré de cet impérieux devoir. Les lois sont pour tous et tous sont soumis à leur pouvoir. Nul ne peut se considérer supérieur aux lois, et la résistance aux lois, quel qu’en soit l’auteur, est toujours un crime, qui doit attirer un grave châtiment.35

  • 36  Rousseau s’oppose nettement à la « religion du citoyen » qui engendre une forme de théocratie : ce (...)

37L’emprise de l’État sur les personnes est telle que la figure de l’individu s’estompe très rapidement derrière celle du citoyen. Or, ce dernier est lié à l’État par les dogmes d’une « religion civile », nécessaire à ses yeux pour cimenter la nation36. Pestel’ entend fixer par là les principes intangibles auxquels tout citoyen doit confesser sa foi pour permettre à l’unité de la nation de s’incarner. L’influence de Rousseau est ici sensible, qui parle de « profession de foi civile » :

  • 37  Rousseau, 2001, p. 178 ; nous soulignons.

Il y a donc une profession de foi purement civile dont il appartient au Souverain de fixer les articles, non pas précisément comme dogmes de Religion, mais comme sentiments de sociabilité, sans lesquels il est impossible d’être bon Citoyen ni sujet fidèle. Sans pouvoir obliger personne à les croire, il peut bannir de l’État quiconque ne les croit pas ; il peut le bannir, non comme impie, mais comme insociable, comme incapable d’aimer sincèrement les lois, la justice, et d’immoler au besoin sa vie à son devoir.37

  • 38  La traduction de ce credo pestelien n’est pas aisée : si les termes de narod (peuple) et âzyk (lan (...)

38Si Pestel’ ne parle pas explicitement de « religion civile », tout concourt en revanche, dans son projet, à exiger des citoyens un respect religieux pour la patrie et pour les lois. Il s’agit moins alors d’immoler sa vie que sa liberté à son devoir de citoyen. Rien n’est plus contraire à l’esprit du libéralisme. Cette « religion civile » se traduit, dans la Russkaâ pravda, par une série de mesures destinées à éduquer les Russes à la citoyenneté et à la liberté. Ainsi, tout jeune homme âgé de 21 ans acquiert la citoyenneté après inscription sur les listes. Toutefois, dès l’âge de 15 ans, les jeunes gens sont invités à prendre conscience de leur dignité civique, et les communes auront soin d’organiser une fête pour les conscrits, au cours de laquelle ils rediront leur attachement à l’État et à la république ; cette cérémonie civile sera précédée d’une cérémonie religieuse. Le projet pestelien suit un mouvement cohérent : il s’agit de glorifier et magnifier ce corps collectif que constitue la nation. Tout doit concourir à l’éloge de la collectivité : edinij narod, edinyj âzyk, edinoobrazie – un seul peuple, une seule langue, une seule législation38. Pestel’ insiste sur la nécessité, pour la Russie, de former un peuple uni par des lois communes, une langue commune, une conception commune de l’État. Dans cette conception holistique de la nation, l’individu disparaît peu à peu derrière la figure du peuple-citoyen : les libertés individuelles s’estompent pour laisser place à ce tout que constitue le peuple assemblé en nation. Dans le projet pestelien, l’État prime sur l’individu : Pestel’ tourne radicalement le dos aux principes du libéralisme.

La conception de la terre

  • 39  En russe : volost’ (волость) ; Pestel’ utilise lui-même le terme de « commune » dans son texte de (...)

39La même hésitation entre idée libérale et idée républicaine, entre droits de l’individu et devoirs du citoyen, traverse la conception pestelienne de la terre. Si Pavel I. Pestel’ reconnaît sans hésitation et sans ambiguïté le droit à la propriété privée en se référant aux théories européennes du droit, et notamment au jusnaturalisme, en revanche les modalités et l’exercice de ce droit de propriété ne relèvent pas uniquement des conceptions européennes de la propriété. L’auteur de la Russkaâ pravda prévoit d’instaurer la propriété privée en deux étapes. La première consiste en une vaste entreprise d’expropriation : il s’agira de nationaliser tous les domaines fonciers privés et d’établir un cadastre relevant les limites des différents terrains. L’ensemble de ces terres sera ensuite réparti suivant une double logique, qui témoigne, une fois encore, de l’hésitation entre idée libérale et idée républicaine : le partage se fera au niveau de la commune39 – plus petite entité politique dans le système pestelien – dont les terres seront divisées en terre publique, confiée à la commune rurale, et terre privée, accordée aux citoyens en possession individuelle.

  • 40  Pestel’, Konstituciâ – Gosudarstvennyj zavet : « Вся земля к каждой волости принадлежащая разделае (...)

Toute la terre appartenant à chaque commune se divise en deux parties : la terre communale [volostnaâ zemlâ] et la terre privée [častnaâ zemlâ]. La première appartient à l’ensemble de la société, la seconde à des personnes particulières. La première constitue une propriété publique [sobstvennost’ obŝestvennaâ] et la seconde une propriété privée [sobstvennost’ častnaâ].40

40Tout citoyen reçoit deux lopins de terre : un lot de terre publique en possession collective, et un lot de terre privée en possession privée. Pour encourager l’initiative individuelle, la terre reçue en lot privé pourra être cultivée, bâtie ou vendue ; en revanche, la terre publique devra être cultivée en collectivité avec les autres membres du village.

  • 41  Pestel’, Russkaâ pravda, chap. 4, § 10 : « Одна Половина получит наименование Земли общественной, (...)

La terre publique appartiendra à l’ensemble de la Société communale [Volostnoe obŝestvo] et constituera sa propriété inviolable. Elle ne pourra être ni vendue, ni louée. Elle sera réservée pour assurer le nécessaire à tous les citoyens sans exception, et sera soumise à la possession de tous et de chacun.
Les terres privées appartiendront au Trésor ou à des particuliers, qui en disposeront en pleine liberté et auront le droit d’en faire ce qu’ils voudront. Ces terres, destinées à instaurer la propriété privée [častnaâ sobstvennost’], serviront à obtenir l’abondance.41

41Par cette double répartition, Pestel’ entend respecter la double dimension de l’individu et du citoyen : la terre privée est la propriété de l’individu, libre d’en faire l’usage qui lui semble le meilleur ; tandis que la terre publique est le lot du citoyen, ainsi attaché à l’État par la possession d’un morceau du territoire national. La terre est donc traitée de façon à respecter à la fois la liberté individuelle de tout homme, et l’obligation du citoyen à s’incorporer dans ce tout qu’est l’État. Incorporer – tel semble être le but du système pestelien : le citoyen doit faire corps avec l’État, par la possession d’un fragment du territoire national. Ainsi, la terre revêt une valeur tout ensemble politique et morale : politique, parce qu’elle symbolise l’État ; morale, parce qu’elle est garante de la fidélité des citoyens. À nouveau cependant, l’individu s’efface derrière le citoyen : la terre publique a pour mission de « river » le citoyen à l’État ; en confondant l’intérêt du particulier avec l’intérêt de l’État, Pestel’ espère renforcer l’assise de la collectivité :

  • 42  Ibid., chap. 4, § 12, points 7 et 8 : « Посредством общественных Земел возродится сильная связь ме (...)

Un lien fort naîtra entre les citoyens d’une même commune par l’intermédiaire des terres publiques. Recevant le nécessaire pour leur subsistance d’une seule et même source (les terres publiques), et reposant tous leurs espoirs en cas de malheur et d’appauvrissement sur le même objet (les terres publiques), ils se rapprocheront les uns des autres et formeront pleinement un foyer politique.42

42La société prend ainsi la forme et le langage d’une immense et unique famille : la piété filiale est remplacée par une piété civile, mais le ressort de l’obéissance demeure le même. L’insistance de Pestel’ sur les bienfaits qui résulteront des « terres publiques » montre sa préférence pour ce mode de propriété. Si les terres privées témoignent d’une conception libérale de la propriété, en revanche l’obligation de cultiver les terres publiques en commun est radicalement illibérale.

43De l’étude plus approfondie des relations entre individu et citoyen, et des deux modes de propriété foncière, il ressort une tension dynamique et non résolue entre l’idée libérale et l’idée républicaine. À la source de ce conflit se trouvent deux conceptions de la liberté (Garandeau, 1998, p. 14-15) : on distinguera la liberté libérale de la liberté morale. La liberté dite « libérale », celle qui se trouve à l’origine même du libéralisme, n’est que l’expression d’un désir individuel qui a pour seule limite le désir d’autrui ; mais la liberté morale recouvre une autre dimension : il s’agit d’une détermination morale, d’une vertu réservée aux âmes nobles, et dont celles-ci doivent user pour le bien-être de la cité. Les nombreuses références à la religion, l’éducation de la noblesse russe et les valeurs morales des décembristes témoignent de leur propension à considérer la liberté comme une « vertu » – ce qui explique la très nette séduction de la citoyenneté capacitaire : seuls ceux qui en sont réellement dignes pourront devenir électeurs. Pestel’ y adjoint un caractère moral hautement bénéfique pour l’ensemble de la société. Néanmoins, ni Murav’ëv ni Pestel’ ne renoncent totalement à la liberté « libérale » ; elle est à leurs yeux tout autant nécessaire que la liberté morale, mais contient en son sein un germe de sédition : une trop grande insistance sur les libertés individuelles peut provoquer, à terme, la rupture du contrat politique. Les projets constitutionnels étudiés témoignent tout à la fois de la fascination et de la défiance de leurs auteurs vis-à-vis de la liberté spontanée de l’individu. Dans les tensions entre droits des individus et devoirs du citoyen, s’affrontent ces deux types de liberté – expression d’un désir égoïste et noble vertu. C’est cette absence de choix qui conduisit certains décembristes à emprunter une voie originale d’adaptation (ou de non-adaptation) des principes du libéralisme aux structures mentales et à la culture politique russe du début du xixe siècle.

Conclusion : y a-t-il un libéralisme russe ?

44Il serait provoquant, au terme de cette étude, de répondre par l’affirmative. Et pourtant, le règne d’Alexandre Ier a montré combien les valeurs libérales avaient pénétré la société russe, et avec quelle attention l’aile réformatrice de la noblesse russe suivait l’évolution des débats suscités en Europe par les notions de liberté, de marché, d’économie politique et d’utilitarisme. À n’en pas douter, la Russie reconnaît et partage ces valeurs libérales. Le principe de liberté entre en Russie par le biais de références européennes : la pensée anglaise est reçue soit de manière immédiate, soit de manière médiate grâce aux professeurs allemands de l’université de Göttingen, notamment ; les théories d’un Jean-Baptiste Say ou d’un Benjamin Constant sont lues dans le texte original. Les valeurs libérales, partagées par un tiers de la noblesse russe et par l’Empereur lui-même, ne sont pas perçues comme impropres à la Russie : elles portent en elles la marque de l’universalité, et c’est pourquoi certains législateurs espèrent qu’elles croîtront dans le terreau russe – fût-il autocratique.

45Pour autant, les emprunts à l’Europe ne se font pas sans entorse aux concepts initiaux. Si les législateurs des années 1790-1820 reprennent souvent des termes transparents aux racines latines ou grecques – respublika, demokratiâ –, le terme « libéralisme » fait figure d’exception, puisqu’il n’apparaîtra qu’à la fin du xixe siècle. Ce refus des calques venant de mots étrangers nous paraît significatif d’une distance prise vis-à-vis du concept désigné ; il fait signe non pas vers un rejet du libéralisme, mais vers un malentendu sur ce qu’il recouvre réellement. Le terme employé par l’Empereur, repris par la noblesse, est celui de svobodomyslie, formé des mots svoboda (la liberté) et mysl’ (la pensée), et que nous avons traduit par « pensée libre » ou « idée libérale ». Or, la langue russe dispose de deux termes pour traduire la notion de « liberté » : la vol’nost’ désigne la liberté spontanée de l’individu et son corolaire, le libre arbitre ; le mot svoboda désigne la liberté inscrite dans les limites imposées par l’État et les liens sociaux. Le choix du terme svoboda est significatif au plus haut point : dans la « fièvre libérale » qui touche l’Empereur lui-même, ce n’est pas la liberté spontanée qui est encouragée, mais bien la liberté au sein d’un cadre politique extrêmement précis, délimitée par des lois et soumise au besoin au pouvoir de l’État. Dans la culture politique russe, la svoboda est liée à l’ordre étatique, tandis que la vol’nost’ est liée à l’anarchie ; ce qui conduit Petr A. Vâzemskij à donner comme leçon politique au futur Alexandre II, dans les années 1840-1850, cette maxime péremptoire : « La liberté, c’est l’ordre. »

46Au sein de cette culture politique, les décembristes tracent une voie spécifique, qui ne renie pas le libéralisme, mais se garde de l’importer tel quel en terre russe. Leur tentative consiste à penser et à incarner le principe de liberté en Russie : ces deux verbes recouvrent deux mouvements distincts. Quand ils cherchent à élaborer des conceptions de l’État, les décembristes se réfèrent aux théories européennes qu’ils conçoivent comme autant d’outils, auxquels ils ne se sentent jamais liés par un quelconque devoir de fidélité doctrinale ; en revanche, dès lors qu’il faut incarner la liberté au sein de l’État russe, ils s’éloignent des modèles européens pour les adapter à la situation de la Russie dans les années 1820. C’est ainsi qu’ils font subir au libéralisme européen un infléchissement considérable : en faisant de la liberté un projet politique, ils renoncent à la liberté comme simple valeur et l’élèvent au rang de principe politique ; elle devient même le mode d’agir du gouvernement, auquel tout citoyen doit se soumettre pour le bien de l’État.

  • 43  Expression empruntée à Boroumand, 1999.

47Ce postulat est à l’origine du conflit entre idée libérale et idée républicaine au sein des projets constitutionnels des décembristes. Cette « guerre des principes »43 traverse leur conception de l’individu et du citoyen, leur approche des rapports entre l’individu et l’autorité, leur perception de la propriété foncière. Elle reflète aussi deux perceptions de la liberté : dans leurs constitutions, la liberté libérale (expression du désir d’un individu) et la liberté morale (apanage des âmes nobles et éduquées à l’usage de cette dignité) se côtoient dans une difficile coexistence. L’insistance sur les libertés des individus, les libertés civiles, le respect de la propriété et de la sécurité, est à mettre au crédit de l’idée libérale ; en revanche, les obligations du citoyen, la nécessité de former une collectivité politique soucieuse du devenir de l’État et capable de transcender ses intérêts personnels, portent du côté du républicanisme. L’équilibre entre individu et citoyen est perçu de manière différente dans les projets : le « libéral » Murav’ëv est très attaché à la liberté individuelle, qu’il n’accorde pleinement qu’aux représentants de la noblesse ; le « républicain » Pestel’ sacrifie à plusieurs reprises les libertés individuelles aux obligations du citoyen : l’absolutisme républicain de la Russkaâ pravda traduit une tendance illibérale qu’il faut aussi prendre en compte.

48Point n’est besoin de déterminer qui, du libéralisme ou de l’absolutisme républicain, l’emporte. La question du triomphe ou de l’échec du libéralisme en Russie est un leurre, dans la mesure où, en Europe même, « le » libéralisme subit de nombreuses métamorphoses qui remettent sans cesse en question sa définition. En revanche, il importe de prendre conscience d’un fait récurrent dans la pensée politique russe : la liberté spontanée n’est jamais distincte de la liberté morale. Le « libéralisme russe » – si libéralisme russe il y a – est tributaire de cette double conception de la liberté, spontanée et morale, qui entrave la réception immédiate du modèle européen. Cette approche particulière de la liberté justifie la nécessité d’une autorité suprême, représentée par l’État ; elle explique également pourquoi un ordre moral se superpose nécessairement à un ordre étatique. Dans une telle perspective, la structure étatique n’est pas seulement un édifice rationnellement conçu : elle correspond aussi à un besoin impérieux d’architecture revêtue de moralité, qui manifeste une conception particulière de l’autorité. C’est à travers ce prisme que seront reçus les modèles européens tout au long du xixe siècle. À n’en pas douter, l’équation liberté/ordre laisse des empreintes profondes dans la culture politique russe – et pour longtemps.

Bibliographie

Bertolissi Sergio et Saharov Andrej éd., 2000, Konstitucionnye proekty v Rossii, xvııı - načalo xx vv. (Les projets constitutionnels en Russie, xviiie-début xxe siècle), Moscou, Institut rossijskoj istorii RAN.

Boroumand Ladan, 1999, La guerre des principes. Les assemblées révolutionnaires face aux droits de l’homme et à la souveraineté de la nation, mai 1789-juillet 1794, Paris, EHESS.

Garandeau Mikaël, 1998, Le libéralisme, Paris, Flammarion.

Godechot Jacques éd., 1979, Les Constitutions de la France depuis 1789, Paris, Flammarion.

Grandhaye Julie, 2011, Les décembristes. Une génération républicaine en Russie autocratique, Paris, Publications de la Sorbonne.

Pypin Alexander N., 1918, Obŝestvennoe dviženie v Rossii pri Aleksandre Pervom (Le mouvement social en Russie sous Alexandre Ier), Saint-Pétersbourg, Ogni.

Raeff Marc, 1959, « Some reflections on russian liberalism », Russian Review, vol. XVIII, no 3, juillet, p. 218-230.

Rosanvallon Pierre [1979], Le capitalisme utopique. Histoire de l’idée de marché, Paris, Seuil, 1999.

Rousseau Jean-Jacques [1762], Du contrat social, Paris, Flammarion, 2001.

Semennikov Vladimir P., 1923, Radiŝev. Očerki i issledovaniâ (Radisêv. Études et travaux de recherche), Moscou, Saint-Pétersbourg, Gosudarstvennoe Izdatel’stvo.

Turgenev Nikolaj I., 1847, La Russie et les Russes, Paris, Comptoir des imprimeurs unis.

Tyrkova-Williams Ariadna, 1951, « Russian Liberalism », Russian Review, vol. X, no 1, janvier, p. 3-14.

Notes

1  En 1825, la mort brutale d’Alexandre Ier, qui ne laissait pas d’héritier, jetait la famille impériale dans une certaine incertitude vis-à-vis de la succession au trône. Ayant épousé une Polonaise catholique, Constantin ne pouvait prétendre y accéder. Au terme d’un interrègne de trois semaines, Nicolas accepta de prendre le fardeau de la couronne. Le jour de son couronnement fut marqué par l’insurrection décembriste : une centaine d’officiers, désireux d’instaurer un régime républicain en Russie, massèrent deux mille soldats devant le Palais d’Hiver. Les soldats furent absous, mais les officiers durement châtiés : cinq d’entre eux furent pendus ; les autres devaient expier leur insurrection par cinq à vingt ans de bagne en Sibérie. Nicolas condamnait non pas une insoumission militaire, mais la première remise en cause publique de l’autocratie.

2  La République des décembristes. Pour une histoire de la modernité politique en Russie, 1760-1860, thèse de doctorat sous la direction de Marie-Pierre Rey, soutenue le 22 novembre 2008 à l’université Paris I Panthéon Sorbonne et publiée sous le titre Les décembristes. Une génération républicaine en Russie autocratique (voir Grandhaye, 2011).

3  Rosanvallon, 1999, p. viii ; nous soulignons.

4  Cette réflexion s’appuie sur l’étude de cinq textes rédigés au cours de la première moitié du xixe siècle. Il s’agit, d’une part, de textes de commande – La « Charte au peuple russe » (1801), écrite en français et en russe, et le projet de Mikhail M. Speranskij (1809) –, et d’autre part, de trois projets constitutionnels rédigés par des décembristes : Konstituciâ (La Constitution) de Nikita Murav’ëv, dont les trois variantes (1822, 1824 et 1825-1826) sont en langue russe ; Russkaâ pravda (La Justice russe) de Pavel I. Pestel’, texte rédigé en russe et constamment remanié de 1820 à 1825 ; enfin, La Justice russe (Russkaâ pravda), de Nikolaj I. Turgenev, texte publié en français en 1847.

5  Certains chercheurs et historiens américains refusent de parler de « libéralisme » en Russie avant l’apparition de ce terme et d’un parti politique se réclamant d’un courant libéral, soit avec l’apparition d’une monarchie constitutionnelle en 1905. C’est notamment la thèse soutenue par Marc Raeff, qui distingue deux approches du libéralisme : dans un sens strict (programme politique précis), le libéralisme n’apparaît qu’en 1905 avec le parti libéral-démocrate ; dans un sens considérablement élargi, on peut faire remonter les origines du libéralisme aux institutions politiques libres de Novgorod. Raeff réfute cette seconde hypothèse (Raeff, 1959, p. 218-230). Voir également Tyrkova-Williams (1951, p. 3-14).

6  « Charte accordée au peuple russe » (Vsemilostivejšaâ gramota, Rossijskomu narodu žaluemaâ), rédigée en 1801 par Aleksandr R. Voroncov à la demande de l’Empereur, mais jamais promulguée. Ce texte existe sous trois variantes : deux en russe et une, plus courte, en français. Le texte russe de la Charte a été publié une première fois dans un ouvrage de Vladimir P. Semennikov (1923, p. 180-194). Il est réédité dans la récente anthologie de Sergio Bertolissi et Andrej N. Saharov, Konstitucionnye proekty v Rossii, xvııı - načalo xx vv. (Les projets constitutionnels en Russie, xviiie-début xxe siècle), 2000, p. 321-333. Le texte français est publié dans la revue Russkij arhiv, 1908, t. VI, p. 1-20.

7  En 1809, à la demande de l’Empereur, Mikhail M. Speranskij rédige un projet très favorable à l’instauration d’une monarchie constitutionnelle en Russie. Le texte est publié dans l’anthologie Konstitucionnye proekty v Rossii, xvııı - načalo xx vv., ouvr. cité, document no 6, « Vvedenie k ulozeniû gosudarstvennyh zakonov », p. 348-410.

8  Nikolaj S. Mordvinov (1754-1843), représentant de la noblesse libérale russe. Anglophile, il se passionna pour l’économie politique et rédigea de nombreux essais sur ce sujet. Il devint l’un des correspondants réguliers de Jeremy Bentham. Tous ses essais, rapports et comptes rendus ont été publiés dans Arhiv grafov Mordvinovyh, Saint-Pétersbourg, 1908.

9  Voir Speranskij, « Vvedenie k uloženii gosudarstvennyh zakonov » (Introduction à l’établissement des lois de l’État), Bertolissi et Saharov éd., 2000, p. 348-410. Nous soulignons.

10  « Charte accordée au peuple russe », texte en français, art. 2, Russkij arhiv, 1908, t. VI, p. 7-8.

11  Ibid., art. 8, p. 9.

12  Dans son projet, Speranskij ne s’oppose pas à l’abolition du servage en Russie, à condition toutefois qu’elle soit introduite progressivement. Voir Speranskij, « Vvedenie k ulozeniû gosudarstvennyh zakonov », ouvr. cité, p. 376 : « Il n’y a aucune raison de supposer que l’on ne puisse abolir le servage en Russie, si l’on prend des mesures efficaces pour cela. Mais pour que ces mesures soient efficaces, elles doivent être progressives. »

13  C’est la lecture de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen et des constitutions révolutionnaires qui amène les décembristes à réfuter unanimement le servage. Mais Mordvinov, libéral reconnu, tout en voyant dans le servage un réel fléau, répugnait à l’abolir, car il y voyait un risque de fragilisation des grands propriétaires fonciers.

14  Vsemilostivejšaâ gramota, ouvr. cité, art. 8.

15  « Charte », art. 6 : « Propriétés garanties », p. 9.

16  La Société des Slaves unis – troisième société décembriste, avec la Société du Nord et la Société du Sud – défend un projet panslave, qui émerge dans le règlement et dans les statuts de la Société. Toutefois, ce projet demeure très flou. Le texte, rédigé principalement en russe (le règlement fut vraisemblablement écrit en polonais, puis traduit en français et en russe), a été publié par l’historien russe Alexander N. Pypin (1918, annexe III).

17  La fascination pour le modèle anglais s’accompagnait d’une familiarisation avec la culture anglaise, favorisée par les mariages mixtes. Nikolaj S. Mordvinov épousa en 1784 une Anglaise, Henrietta Cobey, avec laquelle il parlait anglais. Les épouses de Mikhail M. Speranskij et de l’amiral Čičagov étaient elles aussi Anglaises et conservaient des liens avec leur pays d’origine.

18  Nikolaj S. Mordvinov n’entra jamais dans les sociétés secrètes ; toutefois, les décembristes lui réservaient un poste crucial dans le gouvernement provisoire qui serait instauré après la chute de l’Empereur.

19  En 1818-1820, Mordvinov entreprend un long voyage en Europe. Il séjourne trois semaines en Angleterre et y rencontre Jeremy Bentham, avec lequel il entretiendra une abondante correspondance jusqu’à la mort du philosophe, en 1832.

20  Murav’ëv, Konstituciâ, art. 1 : « Русский народ свободный и независимый, не есть и не может быть принадлежностию ни какого лица и никакого семейства. »

21  Pestel’, Russkaâ pravda, chap. 5, § 10 : « Личная свобода есть первое и важнейшее право каждого гражданина и священнейшая обязанность каждого Правительства. На ней основано все оружение Государственного Здания и без нея нет ни спокойствия и благоденствия. »

22  Murav’ëv, Konstituciâ, art. 23 : « Право собственности, заключающее в себе одне вещи, священно и неприкосновено. »

23  Pestel’, Praktičeskie načala : « Мы видим, что неприкосновенность личности и приобретенной собственности является основным принципом политической экономии. Там, где гражданский закон утверждает наибольшую неприкосновенность личности и имущества, можно с уверенностью ожидать увеличения народного богатства. »

24  Murav’ëv, Konstituciâ, « Introduction » : « Все народы европейские достигают Законов и свободы. Более всех их народ Русской заслуживает и то и другое. »

25  Ibid., chap. 1, art. 2 : « Источник верховной власти есть народ, которому принадлежит исключительное право делать основные постановления для самого себя. »

26  Ici se situe la rupture avec les autres représentants de la noblesse libérale : certains projets préconisaient l’instauration d’une monarchie constitutionnelle en Russie, mais la représentation était confiée à la seule noblesse. Nikolaj S. Mordvinov, inspiré par le modèle anglais, considérait qu’outre deux représentants de chaque ville, seuls des représentants nobles étaient dignes de siéger dans les chambres. Les décembristes s’opposeront à cette vision restreinte de la représentation nationale, limitée à la noblesse et aux édiles citadins.

27  Pestel’, Russkaâ pravda, chap. 4, § 13 : « Великая мысль о Представительном Правлении возвратила Гражданам право на участие в важных Государственных Делах. Пользоваться же стал Народ сим правом не так как прежде оным пользовался Непосредственным Образом, поелику не могли все Граждане на одно место быть собраны, но посредством своих предстваителей, коих из своей среды назначал на определенное время. » Nous soulignons.

28  Murav’ëv, Konstituciâ, chap. 2, art. 4 : « Граждаснтво есть право участвовать в общественном управлении, определенным в сем уставе порядком ; посредственно, т.е. выбирать чиновником или их избирателей, или непосредственно, т.е. быть избранным в какое-либо общественное звание по Законодательной, исполнительной или Судебной власти. » Nous soulignons.

29  Pestel’, Russkaâ pravda, « Introduction », § 6 : « истинная цель Государственного Устройства признаваемо быть должна непременно быть : возможное большее благоденствие многочисленнейшего числа людей в Государстве. »

30  On rappellera ici que l’une des sociétés à laquelle Pestel’ avait appartenu portait le nom de Soûz Blagodenstviâ, traduit en 1826 dans les documents officiels par « Union du bien public ». La notion de « bien public » est à rapprocher de celle d’« utilité publique » défendue par Mordvinov.

31  Et notamment le titre III, « Des pouvoirs publics », chap. 1 : « De l’Assemblée nationale législative », section II, art. 2 et 7, dans Les Constitutions de la France depuis 1789, Godechot éd., 1979 (chap. 1 : « La Constitution de 1791 », p. 40-41).

32  Turgenev, membre de la Société du Nord, se rendit en Europe en 1825 pour raisons de santé. Le 14 décembre 1825, il se trouvait en Angleterre. L’empereur Nicolas le condamna cependant, et multiplia les tentatives pour obtenir son extradition vers la Russie, ce que l’Angleterre refusa toujours catégoriquement. Demeuré en Europe, l’ancien décembriste se fixa en France, où il mena une carrière d’économiste. Il publia un mémoire justificatif à l’issue du procès des décembristes ; il rédigea également un projet constitutionnel, qu’il édita en français en 1847.

33  Turgenev, 1847, t. III, p. 336-337.

34  Pestel’, Russkaâ pravda, « Introduction », §  5 : « право есть одно только последствие обязанности, и существовать иначе не может как основываясь на обязанности ему предшествовавшей. »

35  Ibid., chap. 5, § 14 : « Повиновение Законам есть вещь священная и никто в целом Государстве не может от сей непременной обязанности быть уволен. Законы сделаны для всех и все им подвластными состоят. Никто свыше Законов себя считать не может и противоборство Законам кем бы ни соделанное есть всегда Преступление, долженствующее сильное навлекать Наказание. » Nous soulignons.

36  Rousseau s’oppose nettement à la « religion du citoyen » qui engendre une forme de théocratie : cette religion « est bonne en ce qu’elle réunit le culte divin et l’amour des lois, et que faisant de la patrie l’objet de l’adoration des Citoyens, elle leur apprend que servir l’État c’est en fait servir le Dieu tutélaire. C’est une espèce de Théocratie, dans laquelle on ne doit point avoir d’autre pontife que le Prince, ni d’autres prêtres que les magistrats. […] Mais elle est mauvaise en ce qu’étant fondée sur l’erreur et sur le mensonge elle trompe les hommes, les rend crédules, superstitieux, et noie le vrai culte de la divinité dans un vain cérémonial. » Rousseau [1762], 2001, livre IV, chap. 8, « De la religion civile », p. 174.

37  Rousseau, 2001, p. 178 ; nous soulignons.

38  La traduction de ce credo pestelien n’est pas aisée : si les termes de narod (peuple) et âzyk (langue) ne posent pas de difficultés insolubles, il n’est est pas de même avec le mot edinoobrazie. Le terme obrazie désigne à la fois un mode de pensée et un mode de gouvernement. Nous nous appuyons sur des textes connexes de Pestel’, qui insistent sur l’importance de l’unification de la législation sur l’ensemble du territoire (contrairement aux pratiques impériales), pour le traduire par « législation ». Le terme edino, dérivé de l’adjectif edinyj (un, unique, unifié) – lui-même provenant de odin, un – appelle un commentaire. Il désigne ici non l’unicité mais l’unification autour d’une identité commune : la traduction la plus proche serait « un peuple uni, une langue unique, une législation unifiée ». Nous avons préféré l’emploi de l’adjectif « seul », afin de respecter le rythme ternaire de ce credo. Que l’on songe ici au parti de Vladimir Poutine, Edinaâ Rossiâ, traduit en français par « Russie unie ».

39  En russe : volost’ (волость) ; Pestel’ utilise lui-même le terme de « commune » dans son texte de 1820, en référence évidente à l’expérience française.

40  Pestel’, Konstituciâ – Gosudarstvennyj zavet : « Вся земля к каждой волости принадлежащая разделается на две части : волостную и частную. Первая принадлежит всему обществу, вторая частным людям. Первая составляет собственность общественную, вторая собственность частную. »

41  Pestel’, Russkaâ pravda, chap. 4, § 10 : « Одна Половина получит наименование Земли общественной, другая земли Частной. Земля общественная будет всему Волостному Обществу совокупно принадлежать и неприкосновенную Его собственность составлять. Она нa продажании Заложена быть не может. Она будет предназначена для составления Необходимого всем Гражданам без изьятия и будет подлежать обладанию Всех и каждого. Земли частные будут принадлежать казне или Частным Лицам, обладающим оными с полною свободою и право имеющим делать из оной что им угодно. Сии Земли будучи предназначены для образования частной Собственности служить будут к Доставлению Изобилия. » Pestel’ souligne.

42  Ibid., chap. 4, § 12, points 7 et 8 : « Посредством общественных Земел возродится сильная связь между членами одной и той же волости. Получая необходимое для всего пропитания от одного и того же источника (общественных земель), и полагая свои Надежды в случае несчастия и обеднелости на тот же самый предмет (общественные Земли), соделаются они близки друг к другу и в полной мере одно ПолитическоеСемейство составлять будут. » Nous soulignons.

43  Expression empruntée à Boroumand, 1999.

Auteur

Ancienne élève de l’École normale supérieure de Lyon, agrégée de russe et docteur en histoire, est chercheur rattaché à Triangle sur projet. Thème de recherche : au tournant des XVIIIe-XIXe siècles, le discours sur l’État en Russie se révèle extrêmement complexe. L’analyse des projets constitutionnels russes des années 1780-1830, réalisée dans le cadre de la thèse, ont mis au jour un vocabulaire russe qui tente de dire la modernité politique. Centrée sur le début du XIXe siècle, cette recherche sur les conceptions de l’État en Russie s’est enrichie d’une perspective diachronique qui implique de prendre en compte les développements les plus récents de la politique russe. Publications : La république interdite (2012, Seyssel, Champ Vallon) ; Les décembristes. Une génération républicaine en Russie autocratique (Paris, Publisor, 2011) ; ouvrages collectifs : Obŝestvennaâ mysl’ Rossii. Istoki, èvolûciâ, osnovnye napravleniâ [La pensée socio-politique de la Russie. Origines, évolutions, principaux courants], V.V. Šelohaev éd. (Moscou, ROSSPEN, 2011) ; La Russie et les modèles étrangers, S. Rolet éd. (Lille, PUL, 2010) ; Circulation des concepts entre Occident et Russie, S. Martin éd. (Lyon, ENS Éditions, 2008).

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540