Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Libertés et libéralismes

 | 
Jean-Pierre Potier
, 
Jean-Louis Fournel
, 
Jacques Guilhaumou

Experiences

Introduction

Jean-Pierre Fournel

Testo integrale

1De ces six chapitres, l’un concerne la recherche de « réformes » économiques et politiques dans la Russie tsariste, un autre l’étrange tentative de conciliation entre libéralisme et vision du bien commun dans les réflexions en faveur d’un libéralisme « corporatiste » et « social » dans la France de la fin du xixe siècle (avec un personnage comme Charles Benoist, qui – est-ce un hasard ? – avait longuement étudié les textes de Machiavel et leurs lectures dans l’Ancien Régime), deux autres encore traitent de l’Allemagne (sous la République de Weimar puis dans l’après-guerre de la RFA dans les années 1970), un autre de la Grande-Bretagne pré-thatchérienne, et le dernier de la Russie après la chute du Mur. Il ne s’agit plus ici de réfléchir sur les formes de construction des concepts ou sur les formes de démarcation ou de différenciation du libéralisme par rapport à d’autres logiques de description systémiques de l’histoire et des relations socio-économiques entre les hommes, mais de considérer quelques exemples de ce que l’articulation de la liberté comme valeur politique ou morale et du libéralisme comme doctrine constituée a pu produire dans différents espaces et différents moments de la modernité. La chronologie est peu ou prou la même que celle de la deuxième partie de ce livre, mais ce qui compte, c’est moins la longue durée de l’éventail des libéralismes comme pratiques théoriques de Hegel à Foucault, que les multiples pas de côté et les montages suscités par la question des libertés « après le libéralisme », comme l’annonçait le titre de notre introduction générale. D’autres exemples auraient pu évidemment être convoqués dans ce volet de notre travail (comme par exemple le rôle majeur, dans l’Amérique du Sud dictatoriale des années 1970 et 1980, des « Chicago boys » formés par les théories monétaires de Milton Friedman et ses idées ultralibérales ; ou encore comme l’adaptation étonnamment rapide du régime communiste chinois autoritaire aux règles du marché capitaliste), mais notre propos n’entend pas être exhaustif – nous l’avons déjà dit – et le chantier ouvert ici n’entend pas être refermé.

2De ce parcours ressort la force des logiques de l’hybridation sous différentes formes. On voyage ainsi des effets des valeurs de liberté dans la culture politique russe au sein même de l’état de fait autocratique chez les décembristes (sans qu’il y ait référence claire au libéralisme stricto sensu) au bricolage institutionnel mis en place pour adapter des pratiques sociales anciennes à la nouvelle idéologie dominante (dans la Russie contemporaine étudiée au travers de la question du logement). On va de l’adaptation plus ou moins tragique à une tradition politique nationale particulière (comme dans l’étude sur les libéraux allemands de Weimar) au montage ambigu de justifications idéologiques et de pratiques controversées sur les limites imposées aux libertés publiques (dans la législation d’urgence de l’Allemagne des années 1970). On se plonge, grâce à Gilles Pollet, dans les débats nés de l’élaboration d’un système d’assistance et de solidarité mutuelles dans la France de la fin du xixe siècle où, sous la Troisième République, les tenants d’une forme spécifique de « libéralisme social » s’opposent à l’assurance d’État obligatoire et tentent de promouvoir une assurance sociale sous la forme mutualiste (au travers de la question des retraites, par exemple) ; puis on s’attarde avec Keith Dixon dans une autre étude sur la reconstruction (lacunaire, sélective, voire manipulatrice) d’une « histoire » propre et pacifiée d’une forme de libéralisme au fil des autobiographies des experts néolibéraux du groupe de Saint Andrews. La question du libéralisme ne s’inscrit ni dans une linéarité historique progressive ni dans un corps de doctrine, dont d’aucuns postulent qu’il serait devenu stable et éternel, avec l’actuelle hégémonie néolibérale. Ainsi, la réalisation politique du libéralisme allemand, en particulier pendant l’entre-deux-guerres, met en évidence un paradoxe fatal à la République de Weimar, république libérale par excellence, puisque la tradition kantienne, forte d’une conception du « citoyen – un être libre tant sur le plan juridique qu’économique – comme l’élément central de la société » se heurte à la conception de l’individu qui prévaut à l’ère des masses. Ainsi, en Russie, ni les libéraux, ni les populistes ne parvinrent à résorber la solution de continuité entre élite et masse de la population. Symétriquement, comme le remarque Hélène Miard-Delacroix, le « dilemme éthique soulevé par la contradiction entre la limitation de libertés au nom du contrat social et la permanence du postulat de la liberté comme étalon de la justice et du droit s’exprima avec une sensibilité particulière en Allemagne, tant du côté des accusateurs que de leurs cibles. » On peut se demander d’ailleurs si l’on n’est pas ici dans les effets de longue durée des idées mises à l’honneur par le courant de l’ordo-libéralisme allemand, selon lequel il n’est pas de liberté économique sans l’essor corrélatif de dispositifs de sécurité, d’où une dialectique inhérente au libéralisme contemporain qui peut conduire, pour Foucault, à caractériser les sociétés modernes comme des « sociétés de sécurité ».

3Quoi qu’il en soit, à chaque fois, il y a querelle de mots, répertoire d’arguments et affrontement de pratiques et d’actions, et à ce titre les chercheurs qui se penchent sur le devenir et les filiations du libéralisme peuvent le comprendre en s’intéressant aussi aux formes hétérodoxes qu’il engendre. Les « filiations » sont sources de ce qu’il convient d’appeler jusqu’aux confins de l’Europe une polymorphe culture libérale. Ainsi de la Russie, présentement étudiée ici dans le moment décembriste du début du xixe siècle (Julie Grandhaye). On peut donc parler d’un libéralisme russe en terre autocrate, sur la base des valeurs libérales venues d’Europe et transmises non pas dans leur orthodoxie, mais dans des hybridations où coexistent jus-naturalisme, constitutionnalisme, républicanisme, voire socialisme et libéralisme dans une sorte de flirt permanent. Une illustration en est donnée par le parcours des libéraux de la République de Weimar (Horst Möller). Et les derniers effets de cette hybridation se retrouvent par exemple dans les formes que prend la question de la gestion de la propriété privée des logements dans la Russie d’Eltsine et de Poutine (Hélène Richard). En revanche, un cas différent comme celui de penseurs écossais néolibéraux montre comment, dans les élaborations libérales, peut prendre le dessus un ancrage politique plutôt monolithique, conservateur voire raciste, de la réflexion, quitte, dans la reconstitution du parcours du groupe, à contrôler l’histoire qui est faite a posteriori de leur passé (Keith Dixon). La chose mérite d’autant plus d’être relevée que nombre d’entre eux sont à l’origine de la formulation des axes principaux de l’action du gouvernement de Margaret Thatcher dans les années 1980, et donc, par contrecoup, ont eu une influence certaine sur l’évolution du travaillisme britannique sous la direction de Tony Blair.

4Dans les débats sur les libéralismes, la forme hybride la plus courante se déploie sur le terrain de la question sociale et concerne tout autant, sur l’échiquier politique, les tenants de la « conservation » que ceux du « progrès ». Le concept de liberté n’existe que dans la mesure où il se charge et se nourrit d’une tradition historique longue et contradictoire, prenant en charge dans un même mouvement le poids d’un mot et l’histoire des hommes qui l’ont employé. Le second terme (notamment dans ce qu’il suppose de prise en compte de l’évolution de l’État comme espace territorial et gouvernemental de déploiement de la liberté républicaine) est essentiel pour dépasser la tendance à l’idéologisation de la liberté comme valeur morale suprême, telle qu’elle est présente dans les différents courants du républicanisme anglo-américain contemporain comme instrument de critique (et de lutte) contre le libéralisme moderne : on voit là comment, au travers de ces multiples « expériences » – et de toutes celles qu’il ne nous a pas été donné d’aborder dans ce livre –, la question de la liberté politique pose un problème aux multiples facettes qui concerne tout à la fois des principes de méthode (l’herméneutique textuelle, l’idéologisation de l’historiographie et l’épistémologie de l’histoire) et des impératifs relevant des répertoires d’actions politiques possibles dans le cadre d’un changement de paradigme ou des pratiques de gouvernement.

5Nous souhaitions que cette absence de continuité et de cohérence de longue durée dans l’articulation libertés/libéralismes puisse émerger de la mise en série de ces études, parce qu’une nouvelle « expérience » de la liberté est toujours appelée, pour le meilleur et pour le pire, à produire une forme spécifique de rapport au libéralisme, selon des logiques où le politique l’emporte sur le philosophique et les états de force nationaux conjoncturels sur les horizons éthiques. Dans cette situation évolutive, la façon dont est posé le rapport entre liberté(s) et ordre (social et politique) tend souvent à devenir la pierre de touche tant de la définition du périmètre des libertés publiques que de la hiérarchie des composantes diverses du fait libéral.

Autore

Professeur à la faculté de sciences économiques et de gestion de l’université Lumière Lyon 2 et membre du laboratoire Triangle. Auteur de nombreux travaux sur l’histoire de la pensée économique du xixe et du XXe siècle en France et en Italie, il a préparé l’édition scientifique de plusieurs volumes des Œuvres économiques complètesde Léon Walras et de Jean-Baptiste Say (notamment le Cours complet d’économie politique pratique, 2009). Parmi ses publications récentes, on notera la coordination d’un numéro spécial de la revue Œconomiaconsacré à Walras et l’intervention publique (2011).

© ENS Éditions, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540