Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Libertés et libéralismes

 | 
Jean-Pierre Potier
, 
Jean-Louis Fournel
, 
Jacques Guilhaumou

Démarcations

Léon Walras, un économiste socialiste libéral

Jean-Pierre Potier

Texte intégral

  • 1  Voir notamment Canto-Sperber, 2003 et Audier, 2006.

1Dans le débat politique contemporain en France, la thématique du « socialisme libéral » revient de manière récurrente. Des recherches récentes menées par des philosophes1 tentent de remonter aux sources des idées relatives au libéralisme social et au socialisme libéral, du xixe au xxe siècle. Ces travaux sur les formes hydrides entre libéralisme et socialisme comportent de sérieuses limites, dans la mesure où des contributions importantes venant notamment des économistes ne sont jamais prises en considération. C’est le cas de Léon Walras.

  • 2  Pour plus de détails sur l’auteur, voir Dockès et Potier, 2001.

2Léon Walras (1834-1910) est le fils d’Auguste Walras (1801-1866), inspecteur d’Académie à la fois philosophe et économiste. En 1858, sur le conseil de son père, il décide de se consacrer à l’économie politique. Dès 1860, il publie une réfutation des idées économiques de Pierre-Joseph Proudhon, L’économie politique et la justice, et il travaille sur la question fiscale. Après des déboires dans les rédactions du Journal des économistes et de quotidiens parisiens, il entre à la Compagnie du Chemin de fer du Nord, puis il s’engage dans le mouvement coopératif. Il fonde alors et dirige un journal mensuel destiné à promouvoir la coopération, Le Travail. Organe international des intérêts de la classe laborieuse. Revue du mouvement coopératif, qui paraît entre 1866 et 1868. Parallèlement, il dirige une Caisse d’escompte des associations populaires et il publie en 1865 un ouvrage sur Les Associations populaires coopératives. Mais cette expérience coopérativiste se solde par des échecs. Walras souhaite enseigner l’économie politique, mais il ne peut obtenir de poste dans une université ou dans une grande école. En 1870, grâce à l’appui du ministre de l’Instruction publique du canton de Vaud, Walras réussit un concours pour l’obtention d’une chaire d’économie politique à la faculté de droit de Lausanne, où il reste en fonction jusqu’en 1892. À Lausanne, il enseigne la science économique, telle qu’il la conçoit lui-même, divisée en trois branches, l’économie politique pure, l’économie sociale et l’économie politique appliquée. Son ouvrage le plus connu, les Éléments d’économie politique pure, constitue la base du cours d’économie pure ; ce livre aura quatre éditions du vivant de l’auteur (première édition, 1874-1877 ; quatrième édition, 1900). Une fois en retraite, Walras renonce à publier ses cours d’économie sociale et appliquée et fait paraître deux recueils de travaux sur ces thèmes, les Études d’économie sociale (1896) et les Études d’économie politique appliquée (1898)2.

3Pour les économistes contemporains, Walras est, avec les Éléments d’économie politique pure, l’un des pionniers de l’économie mathématique, le fondateur de la théorie de l’équilibre économique général, et son nom est associé à celui de Vilfredo Pareto (l’École de Lausanne). Dans son Histoire de l’analyse économique, l’économiste autrichien Joseph Schumpeter estime :

Walras m’apparaît comme le plus grand économiste. Son système d’équilibre économique révèle une originalité « révolutionnaire » tout en ayant les qualités d’une synthèse classique. C’est la seule œuvre économique qu’on puisse mettre en rapport avec les résultats de la physique théorique […]. Malheureusement, Walras attribuait autant d’importance à ses spéculations douteuses sur la justice sociale, à ses projets de nationalisation des terres ou de gestion monétaire et à d’autres idées encore qui n’ont pas le moindre rapport avec son chef-d’œuvre de théorie pure – toutes inventions qui lui aliénèrent la bienveillance de nombreux critiques pourtant capables, et qui doivent, sans doute, lasser la patience de plus d’un de ses lecteurs. (Schumpeter, 1983, t. III, p. 110-111)

4Par conséquent, pour Schumpeter, les deux recueils d’Études n’ont pas beaucoup d’importance et finalement il tranche : « On ne peut mieux décrire Walras que comme un semi-socialiste. » (Ibid., p. 194)

5Léon Walras se proclame « socialiste libéral » car, très influencé par son père et en désaccord avec les économistes libéraux français, il souhaite résoudre scientifiquement la « question sociale ». Cette question ne serait aucunement liée au rapport entre le capital et le travail, comme le croient les socialistes (Cours d’économie politique appliquée, dans Walras, 1996, p. 584). Et sur ce terrain, Walras se livre à la critique des socialistes de son temps : les saint-simoniens, les fouriéristes, Louis Blanc, Proudhon, etc.

  • 3  En effet, avant Walras, François Huet (1814-1869), un Français installé en Belgique et professeur (...)
  • 4  Léon Walras, « Socialisme et libéralisme. Lettres à M. Edmond Scherer », texte refusé par le journ (...)
  • 5  Dans le Cours d’économie sociale, Walras réaffirme  : « Quant au socialisme politique, c’est celui (...)

6Nous commencerons par retracer brièvement les étapes, chez notre auteur, de la revendication du « socialisme libéral » et aussi du « socialisme scientifique », qui remonte à l’année 1863. On peut noter tout de suite que Walras n’est pas le premier à se servir de la formule de « socialisme libéral »3 et il ne sera pas le dernier à l’utiliser en France. Dès 1863, dans un texte qu’il ne réussit pas à faire publier, il se déclare « scientifiquement tout à fait socialiste » et « politiquement aussi profondément, aussi sincèrement libéral »4. En 1867-1868, Walras obtient l’autorisation de prononcer six leçons publiques à Paris, qu’il publie immédiatement dans le journal Le Travail et reprend en volume sous le titre Recherche de l’idéal social. Dans ces leçons, Walras se réclame à nouveau du « socialisme scientifique libéral » (1867-1868, p. 147) et il se déclare aussi « démocrate socialiste » (ouvr. cité, p. 125). Il insiste beaucoup sur son positionnement socialiste « au point de vue scientifique » (1863, p. 22) et il utilise très souvent dans ses écrits l’expression « socialisme scientifique »5.

  • 6  Sur les caractéristiques du socialisme de Walras, voir notamment Dockès, 1994 et 1996.

7Dans la mesure où, comme nous le verrons plus loin, il propose une synthèse entre le socialisme et le libéralisme et entre l’individualisme et le communisme, il prétend désigner sa théorie sous le nom de « socialisme synthétique ou de synthétisme » (1896a, p. 206). Finalement, en 1909, le jour de la cérémonie de son « Jubilé cinquantenaire d’économiste » à l’université de Lausanne, Walras déclare être finalement parvenu à construire un « socialisme scientifique, libéral et humanitaire » (1909, p. 511). Nous allons donc ici esquisser les contours de ce « socialisme singulier » 6.

8Dans une première partie, nous rappellerons la substance des critiques walrassiennes à l’encontre des économistes libéraux français. Dans une deuxième partie, nous aborderons la première réforme sociale, le projet de rachat des terres par l’État, question traitée dans le champ de l’« économie sociale ». Dans une troisième partie, nous examinerons les conceptions walrassiennes sur la libre concurrence et la deuxième réforme sociale relative aux « exceptions » à la libre concurrence (en particulier, le cas des monopoles naturels et des chemins de fer), questions traitées dans le champ de l’« économie politique appliquée ».

La critique du libéralisme des économistes français

9L’orthodoxie libérale en économie, le « lobby libéral » (Le Van-Lemesle, 2004) constitué dans les années 1848-1860, bénéficie d’une plus grande tolérance, sous le Second Empire, après la signature en janvier 1860 par Richard Cobden et Michel Chevalier du traité de commerce entre la France et l’Angleterre. Grâce à la conquête de positions clés sur le plan institutionnel, les libéraux parviennent à dominer très largement la pensée économique française au xixe siècle. Parmi ses bastions, avant tout parisiens, on peut citer l’Académie des sciences morales et politiques, classe de l’Institut, rétablie en 1832, la Société d’économie politique de Paris, fondée en 1842, la maison d’édition Guillaumin (qui a de facto le monopole de l’édition des livres d’économie en France), le Journal des économistes, né en 1841. On peut citer aussi les trois chaires d’économie, au Conservatoire des arts et métiers, à l’École des Ponts et chaussées et au Collège de France. Mais la situation change sous la Troisième République avec l’introduction d’un enseignement obligatoire de l’économie (décret de mars 1877) dans les facultés de droit : l’enseignement échappe alors en partie à l’orthodoxie libérale au profit d’autres écoles. Puis en 1887, Charles Gide lance contre le Journal des économistes la Revue d’économie politique, ouverte à de nombreux courants.

10À partir de 1863, Walras se livre à une critique des économistes libéraux orthodoxes. Selon lui, la science économique s’est dégradée en France depuis la disparition de Jean-Baptiste Say et de Pellegrino Rossi, son enseignement s’est « complètement dévoyé ». Les libéraux orthodoxes ne proposent aucune théorie cohérente sur la valeur, la monnaie, la propriété, l’impôt ; au contraire, ils multiplient les théories contradictoires sur les mêmes questions. Incapables de contribuer au développement de la science économique, ils la proclament achevée. À ce sujet, on peut se reporter à l’introduction d’Ambroise Clément, rédigée pour le Dictionnaire de l’économie politique de Charles Coquelin et Gilbert-Urbain Guillaumin :

  • 7  Coquelin, Guillaumin, 1852, t. I, p. xiv. On peut aussi se référer dans le même dictionnaire à l’a (...)

Comme toutes les autres branches de connaissances humaines, l’Économie politique est indéfiniment perfectible ; mais nous avons la conviction qu’elle est aujourd’hui assez avancée pour ne laisser sur ses principes essentiels aucun doute légitime, et que les vérités exprimées par ces principes ne seront pas plus ébranlées par les recherches ou les découvertes ultérieures que ne l’ont été les éléments de la géométrie ou les lois de la gravitation universelle par les travaux de Lagrange ou de Laplace.7

11Léon Walras voit dans ce genre d’appréciation une attitude tout à fait cohérente de la part de gens qui se transmettent les chaires et les fauteuils d’Académie de beau-père en gendre ou bien d’oncle en neveu. En effet, d’après lui,

[…] non seulement ce n’est pas le Ministre qui nomme les professeurs, mais que ce ne sont plus même le Collège de France ou l’Institut, et que c’est en définitive le professeur lui-même qui nomme son successeur. Voici comment. Quand il a trouvé l’heureux mortel à qui il veut laisser sa place, il le pose en économiste en lui faisant obtenir quelques-uns de ces prix que l’Académie des Sciences morales et politiques décerne, en vertu de fondations et qu’on n’obtient qu’en traitant les sujets mis au concours conformément aux opinions les plus rebattues et les plus académiques. Quand il a eu ainsi quelques mémoires couronnés puis publiés en volumes, l’aspirant professeur est nommé membre de l’Académie des Sciences morales et politiques, puis il est proposé pour la suppléance de la chaire. Le jour où son patron meurt il a déjà les pieds dans ses souliers. (Walras [1880a], 1987, p. 430-431)

  • 8  On trouve aussi de nombreux passages à ce propos dans ses « Notes d’humeur ». À propos d’Émile Lev (...)

12Léon Walras ne manque jamais une occasion de critiquer ceux qui appliquent à la science économique la formule « exploiter en monopole à l’enseigne de la liberté » ([1896b], 1990, p. 420). Ces jugements lapidaires ressemblent souvent à des règlements de compte personnels8. Selon notre auteur, les libéraux envisagent le « laissez faire, laissez passer », la libre concurrence et le libre-échange comme une sorte de « dogme religieux » et l’économie devient « une science facile à apprendre et qu’on enseignerait aisément en une matinée à un perroquet avec quelques morceaux de sucre » ([1876], 1987, p. 302).

13Dans le Cours d’économie politique appliquée et dans l’étude « Une branche nouvelle de la mathématique », Walras prend pour cible l’entrée « Concurrence » rédigé par Charles Coquelin pour le Dictionnaire de l’économie politique. On y lit notamment :

Il ne faut pas croire que dans ce que nous venons de dire, nous ayons eu en vue de défendre la concurrence industrielle ou commerciale contre les attaques puériles dont elle a été tant de fois l’objet. À Dieu ne plaise ! Il nous a toujours paru peu séant à des économistes de s’arrêter à défendre un tel principe. Il est trop inhérent aux conditions premières de la vie sociale ; il est en même temps trop grand, trop élevé, trop saint, et, dans son application générale, trop au-dessus des atteintes des Pygmées qui le menacent, pour qu’il soit nécessaire de le défendre. On ne défend pas le soleil, quoiqu’il brûle quelquefois la terre qu’il devrait seulement éclairer et réchauffer : il ne faut pas non plus défendre la concurrence, qui est au monde industriel ce que le soleil est au monde physique. La tâche de l’économiste est seulement d’en expliquer l’action dans la sphère industrielle, et d’en exposer les merveilleux effets. C’est la meilleure défense qu’on en puisse faire et c’est la seule qui lui convienne. (Coquelin, 1952, t. I, p. 450)

14Dans cette approche, Walras décèle deux graves défauts : en premier lieu, une théorie de la concurrence « très confuse et très nuageuse », jamais définie ni démontrée rigoureusement ; en second lieu, une confusion entre la théorie pure de la concurrence et le principe d’application de la libre concurrence, donc entre le champ de l’économie pure et celui de l’économie appliquée.

15Parmi les économistes libéraux français, Walras distingue cependant deux courants : celui issu de Frédéric Bastiat et celui issu de Jean-Baptiste Say.

16L’« école de Bastiat » défendrait le point de vue des « spiritualistes » ou des « moralistes ». Ce courant s’appuie sur les principes de la philosophie morale et va fonder, par exemple, le droit de propriété sur le fait de la personnalité de l’homme, être raisonnable et libre. Dans cette perspective, toute la richesse sociale peut être appropriée individuellement, y compris la terre. La libre concurrence est envisagée comme « une liberté et un droit analogue aux libertés civiles et politiques, aux droits de l’homme en société ». Dans ce courant, la démonstration du principe de libre concurrence s’opère exclusivement sur le terrain de la justice.

17L’« école de Say » défendrait le point de vue des « matérialistes » ou des « utilitaires ». Le droit de propriété sera établi sur les nécessités de la production (agricole, industrielle et commerciale) et de l’échange, en conformité avec l’« intérêt social ». Dans cette seconde perspective également, toute la richesse sociale peut être appropriée individuellement.

18Toutefois, les tenants des deux écoles sont des « individualistes absolus » ; ils attribuent toute la richesse sociale à l’individu, tandis que l’État, conçu comme une simple collection d’individus, n’a qu’un rôle extrêmement réduit (Cours d’économie sociale, 1996, p. 180).

La première réforme sociale, ou le rachat des terres par l’État

19Dans ses écrits, Léon Walras rappelle souvent qu’au plan théorique et économique, la solution de la « question sociale » comporte deux problèmes à résoudre. D’une part, il s’agit de rendre la production de richesse sociale « la plus abondante possible » et d’autre part, il s’agit de rendre la répartition de cette richesse sociale entre les hommes « la plus équitable possible ». Cette démarche soulève le problème de la concordance (de l’harmonie) entre le principe de l’intérêt, ou de l’efficacité économique et celui de l’équité ou de la justice sociale.

  • 9  Voir Dockès, 1996, p. 69. On a, d’un côté, les personnes individuelles (individu, famille, associa (...)
  • 10  Léon Walras prétend qu’elle « rappelle » celle employée au xvie siècle par Pic de la Mirandole et (...)

20Selon notre auteur, contrairement à ce pensent les économistes libéraux, l’homme n’existe que dans le cadre de la société et la société existe indépendamment des individus. L’individu et l’État (communauté) représentent deux « types idéaux » naturels, absolument « équivalents », qui ont chacun leurs droits légitimes9. Par ailleurs, à côté de la démarche scientifique proprement dite, utilisée en économie politique pure, qui consiste à partir de « types réels » pour dégager des « types idéaux » qui serviront à la déduction des théorèmes, Walras se sert, sur le terrain de l’économie sociale, d’une « méthode de conciliation ou de synthèse »10. Cette méthode qu’il ne faudrait pas confondre avec l’éclectisme superficiel (qui adopte le « sens commun » comme critère), consiste à analyser de manière critique des théories opposées pour en apprécier à chaque fois les points forts et les faiblesses, puis à opérer « le rejet des parties fausses et la synthèse des parties vraies » ([1868], 1990, p. 152).

21Une telle méthode va être appliquée au socialisme et au libéralisme. En 1868, Walras affirme ainsi : « Nous concilierons le socialisme avec le libéralisme en introduisant la distinction entre la science et la politique. Nous montrerons qu’en fait de science c’est le socialisme qui a raison, qu’en fait de politique c’est le libéralisme » ([1868], 1990, p. 154). La science est le « monde des idées et de l’idéal », tandis que la politique ou la pratique est le « monde des faits et de la réalité », de l’imperfection (Cours d’économie sociale, 1996, p. 165 et 167). La science doit donc déterminer la société rationnelle, l’idéal social. Selon notre auteur :

  • au plan scientifique, le socialisme a raison contre le libéralisme en affirmant l’importance de la question sociale et en tentant de trouver des solutions ; mais il a tort en ce qui concerne les solutions politiques (autoritaires) proposées ;
  • au plan politique, le libéralisme a raison contre le socialisme en défendant la liberté contre les solutions autoritaires ; mais il a tort au plan scientifique en niant l’existence, ou en sous-estimant l’importance de la question sociale.

22Walras poursuit son argumentation en ajoutant : « Nous concilierons aussi le communisme et l’individualisme en introduisant la distinction entre les conditions et les positions sociales. » ([1868], 1990, p. 154) Cette dernière question nous amène sur le terrain de l’« économie sociale » ou la « théorie de la répartition de la richesse sociale ». Ici, Léon Walras reprend à son père une théorie de la justice, plus précisément une théorie de la propriété et de l’impôt. Il s’agit d’une théorie du droit naturel construite à partir d’une lecture critique de celle de Thomas Hobbes. Dans le De Cive, Hobbes défend le droit de propriété privée des terres. Il se réfère à deux maximes. La première maxime, la plus ancienne, s’exprime ainsi : « Natura dedit omnia omnibus » [La nature a donné toutes choses à tous]. Elle fonde un droit naturel collectif : nul individu ne peut être exclu des bienfaits procurés par la nature, mais sans que la question de l’égalité ou de l’inégalité parmi les hommes ne soit tranchée. La seconde maxime s’exprime autrement : « Natura dedit unicuique jus in omnia » [La nature a donné à chacun de nous un droit égal sur toutes choses]. Elle fonde un droit naturel individuel : chaque individu aurait un droit illimité sur toutes les choses de la nature, ce qui va d’ailleurs conduire à la guerre de tous contre tous. En s’appuyant sur la lecture critique de Hobbes par un disciple de Pufendorf, Jean-Jacques Burlamaqui, Auguste Walras pense que l’erreur de Hobbes consiste à tenir les deux formules pour équivalentes ([1835], 1990, vol. I, p. 284-285). Or, à partir de la vieille maxime, très vague, il est nécessaire de préciser le droit de l’individu et celui de l’État, donc la question de la propriété et de la communauté.

  • 11  Voir par exemple Walras [1860], 2001, p. 172 et 179 ; [1867-1868], 1990, 6e leçon, p. 140 ; [1872] (...)

23À plusieurs reprises, Léon Walras a résumé la théorie de la justice qu’il emprunte à son père dans une formule : « Égalité des conditions dans l’État ; inégalité des positions pour les individus », ou bien : « Liberté de l’individu, autorité de l’État. Égalité des conditions, inégalité des positions »11. Les « positions personnelles » donnent raison à l’individualisme, tandis que les « conditions sociales » donnent raison au communisme et il s’agit d’en faire la synthèse. Comment peut-on établir ce double principe ?

  • 12  Cette idée relative à la self-property remonte à John Locke (Second traité du gouvernement civil).

24Chaque homme doit posséder sa propre richesse naturelle, c’est-à-dire ses facultés personnelles (son capital humain). Pour respecter l’« inégalité des positions », c’est-à-dire l’inégalité des situations personnelles, les facultés personnelles, le service du travail qui en découle et les salaires appartiennent de droit naturel à l’individu12. L’« inégalité des positions » pour les individus renvoie à la justice distributive.

25En revanche, les hommes doivent posséder en commun, par l’intermédiaire de l’État, ce que la nature a donné à tous, les ressources naturelles. Pour respecter l’« égalité des conditions », c’est-à-dire l’égalité des chances entre les individus, les terres, le service de la « rente » qui en découle et les fermages appartiennent de droit naturel à l’humanité. Tous les individus doivent profiter également des ressources offertes par ce capital naturel. En effet, « [l]es terres n’appartiennent pas à tous les hommes d’une génération ; elles appartiennent à l’humanité, c’est-à-dire à toutes les générations d’hommes. En termes juridiques, l’humanité est propriétaire, et la génération présente est usufruitière des terres ». Or, le représentant légitime de l’humanité ne peut être que l’État.

26D’après Walras, « [s]i la société était un fait conventionnel et libre, les individus contractant pour l’établir pourraient décider un partage égal des terres entre eux » ([1896a], 1990, p. 189). Or, l’idée d’un contrat social (de Hobbes à Rousseau) est absurde, pour notre auteur. Bien au contraire, la société est un « fait naturel » et donc le système de la propriété privée du sol, aussi bien agricole qu’urbain, constitue une violation permanente du droit naturel. En d’autres termes, « laisser les terres aux mains des propriétaires, c’est perpétuer au sein de la société l’enrichissement indéfini d’une classe parasite ; les remettre aux mains de l’État, c’est faire bénéficier la communauté des résultats du progrès social » ([1896b], 1990, p. 411). L’« égalité des conditions » renvoie ici à la justice commutative.

27Si l’attribution des droits de propriété des « facultés personnelles » et des terres se fait en vertu du droit naturel, qu’en est-il des droits de propriété des entreprises, des moyens de production (machines…), du service du « profit » et des intérêts ? Pour Walras, il n’existe pas de théorie du droit naturel pour cette richesse qui a été produite par les hommes. Les entreprises appartiennent soit aux individus, soit à l’État ou aux collectivités locales. Nous reviendrons là-dessus plus loin.

  • 13  Léon Walras, Cours d’économie sociale, 1996, p. 265.

28Qu’en est-il maintenant de la transmission des différentes propriétés (terres, capitaux) chez Walras ? Selon lui, l’égalité des conditions ne nécessite pas la remise en cause de l’institution de l’héritage. Critique, à la suite de son père, des idées saint-simoniennes13, il pense que la suppression de l’héritage remettrait en cause le droit de propriété et entraverait l’épargne. Curieusement, la position de Walras rejoint quelque peu celle de Proudhon (1846).

29Le rachat des terres par l’État constitue pour Walras la solution au plan pratique de la « question sociale », ou bien de ce qu’il appellera, à partir des années 1880, seulement la « première » question sociale. La question de la terre comme ressource naturelle a été agitée par de très nombreux auteurs au cours du xixe siècle. Pierre-Joseph Proudhon s’est livré à une célèbre apostrophe à ce sujet : « À qui est dû le fermage de la terre ? Au producteur de la terre, sans doute. Qui a fait la terre ? Dieu. En ce cas, propriétaire, retire-toi. » (Proudhon [1840], 1966, p. 131) De nombreux réformateurs, tout particulièrement en Angleterre, compte tenu de la supériorité de la grande propriété foncière, proposent des solutions diverses qui remettent cause le statut de la propriété foncière privée et de la rente :

  1. la taxation de la propriété foncière (James Mill et John Stuart Mill) ;
  2. l’achat de quelques terres par l’État pour les louer à des paysans pauvres ou à des coopératives agricoles (John Stuart Mill) ;
  3. le rachat systématique des terres, la « nationalisation du sol »14. Et, dans cette troisième option, plusieurs auteurs ont proposé des solutions :
    • Auguste Walras, dans des textes inédits, « De l’abolition de l’impôt et de l’établissement de la Loi agraire telle qu’elle peut être conçue et pratiquée au xixe siècle » (1831) et « Théorie de la propriété » (1848-1849)15, propose un rachat progressif des terres en y consacrant chaque année une portion du budget, ou bien un retour des terres à l’État au moyen d’un droit de mutation versé en nature. À terme, les dépenses publiques devront être couvertes par les revenus fonciers, tous les impôts seront supprimés et le droit naturel de l’État restauré ;
    • le baron socialiste belge Jean-Guillaume-Hippolyte de Colins de Ham (1783-1859), auteur des ouvrages Du Pacte social et de la liberté politique considérée comme complément moral de l’homme (anonyme, 1833) et Qu’est-ce que la science sociale ? (1851-1854), souhaite que la terre revienne progressivement à l’État par l’abolition du droit de succession en ligne collatérale. L’État mettra la terre à disposition des travailleurs, moyennant un fermage. Cette solution permet de libérer les travailleurs du salariat et donne à l’État les moyens d’assurer ses dépenses courantes16 ;
    • James Bronterre O’Brien, dans une série d’articles parus en 1846 dans The National Reformer, affirme que la terre, créée par Dieu, a été donnée à tous ; il faut donc que l’État devienne propriétaire du sol qu’il louera, ce qui lui permettra de financer ses dépenses courantes17 ;
    • Hermann Heinrich Gossen, dans l’Exposition des lois de l’échange et des règles de l’industrie qui s’en déduisent (1854), reprend un plan esquissé dès 1843, consistant à faire racheter par l’État les terres et à les louer à des fermiers, ce qui lui permettra à terme de supprimer tous les impôts. La justification de la propriété des terres par l’État ne vient pas d’un droit naturel ; la propriété privée du sol empêche l’homme de choisir le meilleur emplacement pour son industrie et de l’exploiter le plus efficacement possible ;
    • Alfred Russel Wallace (1823-1913), naturaliste et biologiste anglais, auteur de Land Nationalization. Its Necessity and its Aims (1882) et animateur d’une « Land Nationalization Society », voit dans le caractère collectif des terres le moyen d’assurer à tous le libre accès du sol et de résoudre le problème du chômage et de la pauvreté ; chaque citoyen pourra choisir un lot à cultiver.
  • 18  L’expression apparaît sous la plume de Léon Walras (voir par exemple [1896b], 1990, p. 407 ; [1898 (...)
  • 19  Une partie des terres doit être louée à des « consommateurs » (construction d’habitations, jardins (...)

30À la suite de son père, Léon Walras se rallie à l’option de la « nationalisation du sol »18. Mais comment envisage-t-il concrètement l’attribution des terres à l’État ? En 1879, en s’inspirant de la théorie de Gossen (dont il traduit l’ouvrage en français), il construit une « théorie mathématique du prix des terres et de leur rachat par l’État ». Comme l’appropriation privée des terres s’est faite du point de vue du droit en vigueur, il n’est pas question d’exproprier brutalement les propriétaires. Walras ne peut donc souscrire à la première revendication du Manifeste du Parti communiste : « Expropriation de la propriété foncière et affectation de la rente foncière aux dépenses de l’État » (Marx et Engels, 1972, p. 87). L’État doit racheter progressivement et systématiquement les terres, non pas en dessous, mais au prix du marché, en commençant par les terrains agricoles et urbains les plus rentables. Mais ne pouvant pas acheter « cash », il doit émettre des obligations rapportant intérêt. Il va donc emprunter massivement et les propriétaires seront indemnisés au moyen de ces obligations au taux d’intérêt courant, sachant que l’État emprunte à meilleur marché que les individus. L’État devient alors le propriétaire foncier collectif. Que va-t-il faire de ses terres ? Il ne va pas les gérer lui-même, créer des sortes de « sovkhozes ». Il va louer par des baux à long terme (15, 20 ans ou plus) les terrains agricoles et urbains, ce qui revient à vendre les services fonciers (« service de la rente ») qui en découlent contre des fermages agricoles et des loyers urbains19.

  • 20  Léon Walras déplore que la vente des biens nationaux sous la Révolution ait été une occasion manqu (...)

31Pour le développement de l’agriculture française, Walras voit un avantage considérable dans ce système. En effet, en France, la petite exploitation, avec la confusion dans la même personne entre le propriétaire foncier et l’entrepreneur de culture, prédomine au xixe siècle20. Grâce au rachat des terres, la culture extensive ferait place à la culture intensive, utilisant le progrès technique sur de vastes exploitations, d’où la convergence des règles d’efficacité économique avec les principes de justice sociale.

32Durant un certain nombre d’années, les fermages agricoles et les loyers urbains ne suffiraient pas au versement des intérêts des obligations remises aux anciens propriétaires et la dette de l’État s’accroîtrait. Pour répondre à l’objection, Walras se réfère à la situation nouvelle de l’agriculture avec le passage de l’humanité au stade du « régime industriel et commercial » :

L’agriculture doit s’y effectuer sur le pied d’un très large emploi de capital afin de nourrir une population beaucoup plus nombreuse. Je crois que cette évolution, qui aura pour résultat une plus-value nouvelle de la rente, sans augmentation dans la rareté ni dans la valeur des produits agricoles […] n’a pu être encore escomptée par les propriétaires. Je crois donc que si l’État rachetait les terres avant l’évolution dont il s’agit […], il trouverait amplement dans la plus-value nouvelle le moyen d’amortir le prix d’achat. (Walras [1885], 1990, p. 325)

33L’État se trouverait donc dans la situation d’un spéculateur à la hausse du prix des terres. Et dans une « société progressive », le prix des terres augmente ainsi que les fermages et ces hausses vont même s’accélérer au cours du temps. À l’inverse, avec l’abondance de capital, le taux de l’intérêt devrait diminuer au cours du temps. Donc, grâce à la hausse des fermages et des loyers urbains, et grâce à la baisse du taux d’intérêt, l’amortissement de la dette publique deviendrait effectif. En fait, Walras ne s’aperçoit pas que la marche des économies occidentales au cours du xixe siècle a démenti complètement ses prévisions ; les prix des terres agricoles et les fermages déclinent, en particulier durant la Grande Dépression (1873-1895).

34Cependant, Walras pense que lorsque le grand emprunt sera remboursé, le seul montant des fermages permettra à l’État de financer tout à la fois les dépenses courantes et d’investissement. L’État disposerait alors de son revenu propre et il deviendrait possible de supprimer tous les impôts sur les revenus et sur le capital : on parviendrait ainsi à la « reconstitution économique de l’État ». Selon notre auteur, à ce stade, « [l]’intérêt social et la justice sociale seraient absolument satisfaits, l’idéal social serait réalisé » (1881, p. 305). En fait, nous retrouvons là une vieille idée de Jean Bodin (Les six livres de la République), de Jean-Jacques Rousseau (Discours sur l’économie politique) et de Destutt de Tracy (Traité de la volonté et de ses effets, 1818), selon laquelle l’État doit avoir son propre revenu grâce à son fonds de terres.

  • 21  Walras [1873], 1990, p. 378-387 ; [1896b], 1990, p. 413 ; [1898], 1992, p. 424-425.

35En effet, d’après Walras, l’impôt est en principe un phénomène anormal et injuste. Le travailleur, vivant exclusivement de son travail, subit l’impôt sur le salaire et se trouve empêché d’épargner, donc de devenir partiellement capitaliste ; il est réduit à l’état de prolétaire, ce qui équivaut presque à celui de serf ou d’esclave. Au nom du droit naturel, Walras repousse tout particulièrement l’impôt sur les revenus, soit proportionnel, soit progressif. Le seul impôt qui trouve grâce à ses yeux est celui sur les fermages, qu’il défendait d’ailleurs dans ses écrits de jeunesse, dans sa communication au Congrès de l’impôt à Lausanne (1860) et dans sa Théorie critique de l’impôt (1861). Pourquoi ? Parce que le principe de l’impôt foncier peut être interprété comme une copropriété de l’État sur les terres (nettes, c’est-à-dire défalcation faite des capitaux qui y sont associés). Tant que le rachat des terres ne peut être réalisé, Walras accepte l’impôt foncier au moyen d’un pourcentage ; l’État partagerait avec les propriétaires fonciers la plus-value des fermages21.

36Le « plan » de Léon Walras fera l’objet de critiques par plusieurs économistes.

37L’ami Charles Gide, théoricien de la coopération, s’est exprimé à plusieurs reprises à ce sujet. En 1883, il estime que l’État ne pourra jamais équilibrer les recettes des fermages et les charges d’intérêts à venir et devra emprunter à nouveau ou lever de nouveaux impôts. De plus, suite aux aléas climatiques, des réductions des fermages seront réclamées à l’État et les gouvernements démocratiques devront s’incliner. Gide ne recommande pas de tenter l’expérience en France où l’on trouve une « armée de paysans propriétaires », mais suggère plutôt de la tenter en Angleterre et aussi dans les pays neufs et les colonies (Gide, 1883, p. 195-196). En 1897, il ajoute de nouveaux arguments : le rachat des terres par l’État ne peut résoudre la question sociale (les capitalistes ne sont pas concernés) et la suppression des impôts a le double inconvénient de priver l’État de ressources suffisantes et de briser la solidarité entre les individus du fait du paiement des impôts (Gide, 1897, p. 301-307).

38De son côté, dans Les systèmes socialistes (1902-1903), l’économiste ultra-libéral Vilfredo Pareto, à travers une critique des théories de la nationalisation des terres, vise implicitement Walras. Selon lui, rien ne permet d’affirmer que le prix des terres serait durablement orienté à la hausse. Et, dans l’hypothèse où l’État parviendrait à devenir propriétaire des terres, il devra affronter les pressions de l’ensemble des locataires : « [o]n ne conçoit guère comment un gouvernement reposant sur le suffrage universel pourra résister au vote de tous les cultivateurs et de tous les locataires de maisons demandant une réduction de loyer » (t. II, p. 311). On retrouve ainsi une objection de Gide. Par ailleurs, la suppression des impôts est un projet utopique, car les besoins de l’État sont « infinis, plus on en satisfait, plus il y en a à satisfaire » (ouvr. cité, p. 311-312).

Le principe de la libre concurrence et ses « exceptions » : vers la seconde réforme sociale

39Dans les Éléments d’économie politique pure, la théorie de l’équilibre économique général débute par l’échange pur et se complexifie avec la prise en compte de la production des marchandises. Walras y expose un « régime hypothétique de libre concurrence absolue », le marché étant envisagé comme un « type idéal » sans frottements comme en mécanique pure. Mais Walras craint que les lecteurs de ce livre le prennent pour un partisan inconditionnel du « laissez faire, laissez passer ». En 1883, il écrit à Wilhelm Lexis :

[...] il m’a semblé que vous me considériez comme un partisan de la libre concurrence absolue (en raison de ce fait que j’étudie très attentivement et très minutieusement les effets de la libre concurrence). Quoi qu’il en soit, je tiens à vous faire savoir que, tout au contraire, c’est plutôt le désir de repousser les applications mal fondées et inintelligibles de la libre concurrence faites par des économistes orthodoxes qui m’a conduit à l’étude de la libre concurrence en matière d’échange et de production (Jaffé, 1965, vol. I, l. 548, p. 746).

40Quand Walras se penche sur le « principe » de la libre concurrence, il se situe cette fois sur le terrain de l’« économie politique appliquée », définie comme la « théorie de la production économique de la richesse sociale » ([1900], 1988, 4e leçon, p. 61). Il est nécessaire ici de déterminer des règles d’efficacité économique en matière de production. Selon lui, la libre concurrence représente, dans certaines limites, un « mécanisme automoteur et autorégulateur de production de la richesse sociale » ([1886], 1992, préface, p. 60), mais tout comme pour le soleil, il faut favoriser les effets bénéfiques en se préservant de ses effets nuisibles. Walras explique à ce sujet : « Laissez faire ne doit pas signifier ne rien faire, mais laisser agir la libre concurrence. Là donc où la libre concurrence ne peut agir, il y a lieu, pour l’État, à intervenir afin d’y suppléer ; et là où la libre concurrence peut agir, il y a lieu, pour l’État, à intervenir afin de l’organiser, d’assurer les conditions et le milieu de son fonctionnement. » ([1880b], 1992, p. 388. Walras souligne) La libre concurrence, « organisée » par l’État, devrait sans doute empêcher les entreprises d’atteindre une trop grosse taille et la formation de monopoles « artificiels ».

  • 22  Compte tenu de ses objectifs propres, l’État a donc pour mission légitime de fixer la durée maxima (...)
  • 23  Walras [1897a], 1992, p. 274-275 et 278-279 ; voir aussi 1909, p. 510-511.

41Selon Walras, le principe de la libre concurrence doit normalement régir la production de la plupart des « services et produits d’intérêt privé », l’État étant investi ici d’une mission complexe de législation, de réglementation. Par exemple, concernant le marché du travail, Walras est favorable à l’existence de syndicats, à l’existence d’une législation du travail, car le « laissez faire » conduit à un allongement sans aucune limite de la durée journalière du travail22. Une « entente internationale » entre plusieurs pays permettrait sans doute de résoudre plusieurs questions de réglementation du travail (éviter le dumping social). Walras pense aussi que la libre concurrence s’accompagne logiquement du libre-échange, mais il n’est pas applicable immédiatement et intégralement à des pays comme la France ; en effet, il ne faut pas penser qu’aux produits industriels et il faut aussi songer aux produits agricoles exportables. Notre auteur critique ici le dogmatisme des économistes libéraux « à la Bastiat » qui souhaitent l’instauration immédiate du libre-échange. Mais, comme l’avait vu l’École de Manchester, libre échange et paix universelle sont très liés. En 1897, dans la « Théorie du libre-échange », Walras fait du rachat des terres par l’État et de la suppression des impôts la condition préalable du libre-échange absolu, intégral et, par conséquent, de l’instauration de la paix universelle23.

42Mais là où la libre concurrence ne peut agir, il y a lieu, pour l’État, d’intervenir afin d’y suppléer : c’est la question des « exceptions ».

43Les « exceptions à la libre concurrence » :

  1. Tout d’abord, rappelons que pour Walras, l’État doit fournir gratuitement les services publics, au sens ancien du mot : les fonctions régaliennes, telles que l’administration, la justice, la police, la défense nationale, l’instruction publique (secondaire et supérieure), mais aussi la construction des travaux d’infrastructure et des principales voies de communication. Les activités mentionnées ici correspondent à des « monopoles moraux », car ils sont fondés sur le droit naturel. Pourquoi ?
    • d’abord, parce que les services publics correspondent à la satisfaction de besoins collectifs identiques et égaux pour tous les individus. Ils relèvent donc de l’État, qui a pour mission de préparer le milieu d’accomplissement des destinées humaines en établissant les « conditions sociales générales » ;
    • ensuite, parce l’utilité des services publics ne peut pas être correctement perçue « dans toute son étendue » par les individus ;
    • enfin, il existe aussi des biens et des services dont l’utilité sociale dépasse les utilités ressenties par les individus : on parlerait aujourd’hui d’externalités.
  2. En second lieu, l’État doit intervenir en ce qui concerne les monopoles naturels et les chemins de fer. À partir du milieu des années 1880, Walras en fait une véritable question sociale à résoudre. Une seconde réforme sociale (traitée en « économie appliquée ») va donc s’ajouter à la première (le rachat des terres par l’État) et toutes deux incombent à l’initiative collective24.

44L’intervention de l’État en matière de monopoles naturels et de chemins de fer se justifie au nom de l’efficacité économique, de l’« intérêt social ». Concernant les monopoles naturels privés, Walras se réfère en particulier à l’exploitation des carrières, des mines, des sources d’eau minérale, du gaz. Ces activités se caractérisent par l’existence de coûts fixes élevés et par la présence de rendements d’échelle croissants. Une ville ne peut pas autoriser plusieurs entreprises à enfouir leurs tuyaux d’eau. S’il existe plusieurs entreprises, la concurrence acharnée entre elles va conduire à leur disparition progressive et un monopole privé finira par s’imposer. Le monopoleur pratique alors un prix de vente supérieur au prix de revient en services producteurs (réalisant un « bénéfice maximum » au détriment des consommateurs) et se livre à des discriminations tarifaires.

45L’État doit intervenir aussi dans des activités relevant à la fois des services publics et des monopoles naturels : il s’agit des chemins de fer. Ce transport offre tout d’abord un service privé (transport de voyageurs et de marchandises). Il offre également un service public avec la défense nationale et la police, mais aussi avec le transport des participants aux congrès scientifiques et aux expositions industrielles ou artistiques (voyageurs « dans l’intérêt de la société »), ainsi que la diffusion de la presse sur l’ensemble du territoire national. Walras est l’un des premiers économistes à s’intéresser, au plan théorique, à la distinction entre le réseau ferré (infrastructure) et la circulation, et il estime qu’en pratique les deux questions ne sont pas distinctes l’une de l’autre, car dans les deux cas, il s’agit d’un monopole naturel :

  • l’existence de multiples réseaux représente un gaspillage de ressources ;
  • les entreprises ont besoin de la puissance publique pour exproprier les terrains et l’État ne peut pas autoriser un nombre indéfini d’entreprises à exproprier.

46Par ailleurs, il n’est pas possible d’autoriser plusieurs compagnies à circuler sur la voie. Sinon, on retrouvera la marche au monopole : la concurrence tue la concurrence.

47Durant les années de la Grande Dépression du xixe siècle, de fréquents débats s’instaurent en Europe sur le thème du rachat ou non des chemins de fer par l’État. Selon Walras, en ce qui concerne les monopoles naturels et les chemins de fer, l’État aurait le choix entre plusieurs formes possibles d’organisation :

  • une entreprise privée est titulaire d’une concession de l’État, attribuée après une procédure d’adjudication : soit au rabais sur les tarifs offerts à la clientèle, soit à l’enchère sur le fermage à payer à l’État ([1875], 1992, p. 213 ; Cours d’économie politique appliquée, 1996, p. 512). Dans ce cas, l’entreprise concessionnaire doit respecter un cahier des charges rédigé par l’État, indiquant par exemple, les tarifs maxima à pratiquer ;
  • la (ou les) société(s) privées sont « nationalisées » et l’exercice du monopole est assuré soit directement par l’État (une régie), soit par une compagnie fermière.

48En 1875, la solution d’une entreprise privée concessionnaire semble particulièrement appropriée, selon Walras, pour les monopoles naturels et les chemins de fer (ibid., p. 213 ; 1996, p. 512) ; la seconde solution consistant à faire racheter par l’État les mines, les sources d’énergie, les chemins de fer, représente à ses yeux une option possible ([1875], 1992, p. 213-214). En revanche, plus tard dans les années 1896-1898, Walras envisage la seconde solution sous un angle plus favorable, par exemple pour les chemins de fer.

49Toutefois, dans le cas de l’entrepreneur collectif, lorsqu’une entreprise est non seulement la propriété de l’État, mais est gérée, par exemple, sous la forme d’une régie, elle devrait opérer comme en concurrence, donc à l’enchère et au rabais, en faisant varier son offre en fonction de ses bénéfices et de ses pertes en visant le bénéfice nul dans la mesure où l’intérêt des particuliers est visé.

  • 25  Grâce à ses archives, on sait que Walras lit le livre I du Capital à partir d’octobre 1895. En fai (...)
  • 26  Léon Walras, page supprimée du manuscrit de la « Théorie de la propriété » [1896a], 1990, dans Étu (...)

50Dans les années 1895-1898, Walras se livre à une lecture critique du « collectivisme marxiste »25. Mais, il n’est pas question pour lui de procéder à la manière des libéraux orthodoxes qui pensent que « le collectivisme doit être et rester absolument impraticable » et qui s’amusent « à supposer l’établissement d’une direction universelle des subsistances publiques, formant un ministère spécial et siégeant dans un monument de Paris, d’où, par un vaste système de tubes d’appel et de renvoi, elle rayonne sur la France entière »26. En réalité, le collectivisme est possible selon Walras, mais à certaines conditions, comme nous allons le voir. Notre auteur repousse la théorie de la valeur de Marx, dans la mesure où elle consisterait à retenir le prix du travail et à évacuer le prix des autres services producteurs, le « profit » et la « rente », considérés comme des « exactions » commises au détriment des travailleurs. Un tel système rend impossible l’égalisation entre l’offre et la demande et la fixation du prix de certains produits, qu’il faudra même renoncer à produire, comme par exemple les bouteilles de Château-Laffitte ou de Château-Margaux ! Dans sa « Théorie de la propriété », Walras affirme aussi :

Comment, dans le système marxiste, l’État-entrepreneur saura-t-il d’avance quels sont les produits qui peuvent figurer sur sa liste, et quels sont ceux qu’il en doit éliminer ? Pour être fixé sur ce point, il lui faudrait non seulement les éléments de l’offre, qu’à la rigueur il peut calculer, mais ceux de la demande, lesquels consistent dans les besoins des consommateurs que ceux-ci ne sauraient lui annoncer par la raison qu’ils peuvent changer d’un moment à l’autre. Cette incertitude sur le rapport de l’offre avec la demande une fois la production effectuée n’a pas d’inconvénient dans le système de la détermination des prix sur le marché, puisqu’on en est quitte pour équilibrer alors l’offre et la demande par la variation du prix. ([1896a], 1990, p. 200)

  • 27  Sur le manuscrit de cet article, Léon Walras avait tout d’abord écrit : « Le collectivisme de la p (...)

51Mais si les collectivistes acceptaient de prendre en compte les différents services producteurs et l’équilibration du système économique par la hausse et la baisse de prix (enchère/rabais), alors, une possibilité d’entente avec eux deviendrait possible. En effet, dans la quatrième édition des Éléments d’économie politique pure (1988, p. 284), Walras affirme qu’un entrepreneur unique peut, tout comme de multiples entrepreneurs, conduire à l’équilibre de la production en mimant le comportement concurrentiel. Comment ? En demandant les services producteurs à l’enchère et offrant ses produits au rabais et en faisant varier sa production en fonction de ses pertes ou bénéfices. Un « entrepreneur unique » pour l’ensemble de l’économie lui paraît possible. Il va expliquer que « [t]outes les entreprises pourraient, à la rigueur, être supposées collectives, tandis que toutes ne sauraient être supposées individuelles. Le collectivisme de la production est matériellement possible et n’aurait, à la rigueur, rien de contraire ni à la liberté ni à l’égalité, ni à l’ordre ni à la justice ; il n’y a là qu’une simple question d’utilité sociale » ([1897b], 1992, p. 250-251)27. Il s’agit d’un choix possible en matière d’efficacité économique.

52Walras propose que l’on organise une « grande expérience » destinée à connaître quelles activités seraient plus efficacement gérées par l’État-entrepreneur collectif ou par des entreprises privées. Dans les secteurs où le dynamisme industriel est important, l’initiative privée l’emporterait, tandis que dans les secteurs où la régularité, la fidélité à la tradition sont importantes, l’initiative de l’État prévaudrait.

  • 28  Voir Walras [1874], 1992, p. 242 ; [1879], 1992, p. 482 et 484 ; [1896a], 1900, p. 205 ; [1897b], (...)

53Cependant, on pourrait penser a priori que le « socialisme libéral » de Léon Walras se situe au moins en partie dans la coopération. En effet, dans Les Associations populaires coopératives (1865), Walras expliquait que le sociétaire d’une coopérative de production cumule deux fonctions. Comme travailleur, il reçoit un salaire au taux du marché et comme capitaliste, il reçoit des intérêts en fonction de sa quote-part dans le capital social, et éventuellement une part des bénéfices (ou bien il doit contribuer aux pertes). Comme travailleur, il reste salarié, mais comme capitaliste, il devient associé. Les sociétaires pris ensemble sont à la fois capitalistes et entrepreneur collectif. Les coopératives ne constituent pas un secteur protégé par l’État ; elles fonctionnent dans l’environnement concurrentiel. L’administration de la coopérative doit être confiée à un conseil nommé et contrôlé par les sociétaires, mécanisme que l’on peut désigner sous le nom de « self-administration » ([1865], 1990, p. 72-73). L’association joue un rôle éducatif important et représente une école de démocratie. Walras n’a jamais renié son engagement dans le mouvement coopératif. Entre 1870 et 1900, il se prononce en faveur de l’association coopérative de production et de consommation à plusieurs reprises28. Mais, aux yeux de Walras, les différents courants socialistes français (fouriéristes, proudhoniens…) ont eu le tort de concevoir l’association comme un nouveau « principe d’organisation du travail » et la solution pratique de toute la « question sociale ». En effet, selon lui, la coopération ne relève pas de l’initiative collective, mais de l’initiative individuelle ; son adhésion est facultative. Cependant, elle complète très utilement les deux réformes sociales.

54Finalement, dans la « Théorie de la propriété », Walras évoque la société de l’avenir telle qu’il l’envisage : « dans une société rationnelle, il faut se représenter la masse des capitaux qui n’appartiennent pas à l’État comme étant, par petites fractions, entre les mains des travailleurs, sous forme d’actions, d’obligations d’entreprises diverses, et surtout d’actions et d’obligations d’entreprises coopératives, ajoutant au bien-être du présent, assurant la sécurité du lendemain, préparant le repos de l’avenir ; tout cela, comme il convient, par l’initiative individuelle, sans aucune ingérence de l’État, si ce n’est pour prêter, en cas de besoin, un concours désintéressé et bienveillant » ([1896a], 1990, p. 205).

55Walras, qui ne cache pas sa croyance dans le progrès inévitable à long terme de l’homme et de la société, restera toute sa vie persuadé que le « socialisme scientifique et libéral » fera un jour « sa vendange ».

Conclusion

56Les positions en matière de rachat des terres par l’État, de prise en charge de monopoles naturels et des chemins de fer par l’État conduisent Walras à s’opposer aussi bien aux libéraux orthodoxes qu’aux différentes composantes du socialisme.

57Dans l’avant-propos de son livre Le collectivisme, l’économiste libéral Paul Leroy-Beaulieu n’hésite pas à déclarer au sujet de Walras : « Qui nous délivrera des conciliateurs, ces esprits flottants et vides qui croient que le crépuscule concilie la lumière et la nuit ? Cette manie de vouloir unir et fondre les contraires est le signe le plus caractéristique de la débilité intellectuelle. » (Leroy-Beaulieu, 1884, p. vii) Léon Walras feint de s’étonner, dans son article « Le problème fiscal », du fait que cet économiste ne nomme pas les « conciliateurs, ces esprits flottants et vides », ni les titres de leurs ouvrages. En réalité, les auteurs dont il est question ont cherché à éclairer des points obscurs de l’économie politique ([1896b], 1990, p. 422).

58Le jugement de Georges Renard, ami de Walras, et successeur de Benoît Malon à la direction de la Revue socialiste est bien différent de celui de Leroy-Beaulieu. Dans son compte rendu de la première édition des Études d’économie politique appliquée, paru dans La Lanterne du 27 septembre 1898 et réédité dans Discussions sociales d’hier et de demain, il affirme à propos de Walras :

  • 29  Renard, 1909, p. 96. Pour faire connaître en France la vie et l’œuvre de Walras, Georges Renard a (...)

Semi-collectiviste, il veut rendre à la nation la propriété du sol et du sous-sol ; et quant aux entreprises nécessaires à la satisfaction des besoins généraux ou particuliers, tout en admettant qu’elles pourraient être toutes collectives, sans que cela eût rien de contraire à la liberté ni à la justice, il croit préférable qu’elles soient partagées entre l’initiative individuelle et l’intervention ou l’initiative de l’État ou de la commune.29

  • 30  « Notes d’humeur », 2000, p. 574-575 (Walras souligne). Cependant, en 1896, le vocable de « collec (...)

59À la relecture, vers la fin de sa vie, de ce commentaire, Léon Walras réagit de la manière suivante dans ses « Notes d’humeur » : « L’expression de Renard à mon endroit (« semi-collectiviste ») est parfaitement exacte (p. 96). Je suis individualiste pour les facultés personnelles, collectiviste pour la terre, semi-individualiste ou collectiviste pour le capital. Supprimer la propriété individuelle de la moitié du capital (épargné), ce serait supprimer la moitié de l’épargne et du capital.30»

  • 31  Walras, « Notice » jointe à la lettre de candidature au prix Nobel de la Paix, adressée par Ernest (...)
  • 32  Dans une lettre à Louise G. Renard du 18 juin 1906, Walras parle d’« un socialisme humanitaire qui (...)
  • 33  L’existence de ce manuscrit infirme l’hypothèse selon laquelle Walras pourrait avoir compris qu’il (...)

60En avril 1905, Léon Walras prend la décision de concourir au récent prix Nobel de la Paix, décerné par la Norvège. Il fait parrainer sa candidature par trois amis de l’université de Lausanne et prépare sur-le-champ une « notice »31 sur son œuvre économique « à la cause de la paix ». Le dossier parvient trop tard pour être examiné en 1905 et le prix sera décerné à Bertha von Suttner. En janvier 1906, Walras prépare une nouvelle tentative et, à partir d’extraits de ses écrits, il confectionne un texte intitulé « La paix par la justice sociale et le libre-échange »32. Cette fois, le prix Nobel 1906 est décerné au président des États-Unis, Théodore Roosevelt. Notre auteur ne se décourage pas et il renouvelle la tentative l’année suivante. Mais le prix est décerné en 1907 au juriste français Louis Renault et au journaliste italien Teodoro Moneta. En 1909, encore, à la veille de sa mort, Walras tente d’attirer l’attention du comité Nobel sur ses travaux. Nous avons retrouvé dans ses archives une esquisse du discours qu’il aurait prononcé en cas d’obtention du prix. En effet, il s’intitule « Conférence à Christiania. La paix ou la guerre »33. On peut y lire notamment : « J’ai exposé le système qui prépare et assure la paix : justice sociale, rachat des terres, libre échange. Quant à celui qui mène à la guerre, c’est notre système actuel […] » (2000, vol. XIII, p. 621). Et Walras souhaite que la France prenne l’initiative d’un mouvement pacifiste avec l’appui de petites nations, dont la Suisse, sept ans avant la première guerre mondiale !

Bibliographie

Œuvres de Léon Walras citées dans le texte34

[1860], L’économie politique et la justice. Examen critique et réfutation des doctrines économiques de M. P.-J. Proudhon, dans L’économie politique et la justice, vol. V, 2001, p. 145-313.

[1861], Théorie critique de l’impôt, précédée de Souvenirs du Congrès de Lausanne, dans L’économie politique et la justice, vol. V, 2001, p. 343-426.

[1863], « Socialisme et libéralisme. Lettres à M. Edmond Scherer », Le Travail, 1re année, 31 octobre, 31 décembre 1866 et 28 février 1867, Études d’économie sociale, vol. IX, 1990, p. 9-23.

[1865], Les Associations populaires de consommation, de production et de crédit, dans Les Associations populaires coopératives, vol. VI, 1990, p. 15-89.

[1867-1868], Recherche de l’idéal social. Théorie générale de la société, dans Études d’économie sociale, vol. IX, 1990, p. 25-148.

[1868], « Méthode de conciliation ou de synthèse », Études d’économie sociale, vol. IX, 1990, p. 151-173.

[1872], « Exposition et conciliation des doctrines sociales », Œuvres diverses, vol. XIII, 2000, p. 247-324.

[1873], « Le cadastre et l’impôt foncier », Études d’économie sociale, vol. IX, 1990, p. 361-389.

[1874], « De l’influence de la communication des marchés sur la situation des populations agricoles », Études d’économie politique appliquée, vol. X, 1992, p. 221-243.

[1874-1877] (éditions suivantes : 1889, 1896, 1900), Éléments d’économie politique pure, vol. VIII, 1988.

[1875], « L’État et les chemins de fer », Études d’économie politique appliquée, vol. X, 1992, p. 183-214.

[1876], « Une branche nouvelle de la mathématique », Mélanges d’économie politique et sociale, vol. VII, 1987, p. 291-329.

[1879], « De la défense des salaires » (conférence), Études d’économie politique appliquée, vol. X, 1992, note 27, p. 481-484.

[1880a], « De l’enseignement de l’économie politique en France », Mélanges d’économie politique et sociale, vol. VII, 1987, p. 424-442.

[1880b], « La Bourse, la spéculation et l’agiotage », Études d’économie politique appliquée, vol. X, 1992, p. 365-401.

[1881], « Théorie mathématique du prix des terres et de leur rachat par l’État », Études d’économie sociale, vol. IX, 1990, p. 229-309.

[1885], « Un économiste inconnu : Hermann-Henri Gossen », Études d’économie sociale, vol. IX, 1990, p. 311-330.

[1886], Théorie de la monnaie, dans Études d’économie politique appliquée, vol. X, 1992, p. 57-145.

[1896a], « Théorie de la propriété », Études d’économie sociale, vol. IX, 1990, p. 177-212.

[1896b], « Le problème fiscal », Études d’économie sociale, vol. IX, 1990, p. 391-424.

[1897a], « Théorie du libre-échange », Études d’économie politique appliquée, vol. X, 1992, p. 263-279.

[1897b], « L’économique appliquée et la défense des salaires », Études d’économie politique appliquée, vol. X, 1992, p. 245-261.

[1898], « Esquisse d’une doctrine économique et sociale », Études d’économie politique appliquée, vol. X, 1992, p. 405-441.

[1909], « Ruchonnet et le socialisme scientifique », Mélanges d’économie politique et sociale, vol. VII, 1987, p. 504-514.

1996, Cours (Cours d’économie sociale, Cours d’économie politique appliquée, Matériaux sur le Cours d’économie politique pure), vol. XII.

2000, « Notes d’humeur », Œuvres diverses, vol. XIII, p. 501-622.

Autres références citées

Audier Serge, 2006, Le socialisme libéral, Paris, La Découverte (Repères).

Canto-Sperber Monique et Urbinati Nadia (collab.), 2003, Le socialisme libéral. Une anthologie : Europe-États-Unis, Paris, Esprit.

Coquelin Charles et Guillaumin Gilbert-Urbain, 1952-1953, Dictionnaire de l’économie politique, 2 vol., Paris, Guillaumin.

Cunliffe John et Erreygers Guido, 1999, « Moral philosophy and economics. The formation of François Huet’s doctrine of property rights », European Journal of History of Economic Thought, vol. VI, no 4, p. 581-605.

Dockès Pierre, 1994, « “La société n’est pas un pique-nique”. Le socialisme appliqué de Léon Walras », Économies et sociétés. Cahiers de l’ISMEA, t. XXVIII, no 10-11, octobre-novembre, série Œconomia, Histoire de la pensée économique, no 20-21, p. 279-325.
— 1996, La société n’est pas un pique-nique. Léon Walras et l’économie sociale, Paris, Economica.
— 2006, « Léon Walras. La Vérité, l’Intérêt et la Justice réconciliés », Économies et sociétés. Cahiers de l’ISMEA, t. XL, no 12, décembre, série Œconomia, Histoire de la pensée économique, no 38, p. 1777-1812.

Dockès Pierre et Potier Jean-Pierre, 2001, La vie et l’œuvre économique de Léon Walras, Paris, Economica.

Escarra Edouard, 1904, Nationalisation du sol et socialisme, thèse de doctorat, Faculté de droit de l’Université de Paris, Paris, Henri Jouve.

Gide Charles, 1883, « De quelques nouvelles doctrines sur la propriété foncière (Progress and Poverty, by Henry George) », Journal des économistes, 4e série, t. XXII, no 5, mai, p. 169-199.
— 1897, Compte rendu des Études d’économie sociale. Revue d’économie politique, vol. XI, no 3, p. 301-307.

Grandjonc Jacques, 1989, Communisme / Kommunismus / Communism. Origine et développement international de la terminologie communautaire prémarxiste des utopistes aux néo-babouvistes, 1785-1842, 2 vol., Trèves, Schriften aus dem Karl-Marx-Haus.

Jaffé William éd., 1965, Correspondence of Léon Walras and Related Papers, vol. I (1857-1883), vol. II (1884-1897), vol. III (1898-1909), Amsterdam, North Holland.

Leroy-Beaulieu Paul, 1884, Le collectivisme. Examen critique du nouveau socialisme, Paris, Guillaumin.

Le Van-Lemesle Lucette, 2004, Le Juste ou le Riche. L’enseignement de l’économie politique, 1815-1950, Paris, Comité pour l’histoire économique de la France.

Marx Karl et Engels Friedrich [1848], Manifeste du Parti communiste, Paris, Éditions sociales, 1972.

Pareto Vilfredo [1902-1903], Les systèmes socialistes, Paris, V. Giard et E. Brière, réédité dans Œuvres complètes, t. V, G. Busino éd., Genève, Droz, 1965.

Potier Jean-Pierre, 1998, « Léon Walras and applied science. The significance of the free competition principle », chap. 10, Studies in the History of French Political Economy. From Bodin to Walras, G. Faccarello éd., Londres, Routledge, p. 369-403 ; réédité dans The Legacy of Léon Walras, vol. II, D. A. Walker éd., Cheltenham, Edward Elgar, 2001, p. 302-336.
— 1999, « L’“économie politique appliquée walrassienne”. Principe de la libre concurrence et intervention de l’État », Revue européenne des sciences sociales. Cahiers Vilfredo Pareto, t. XXXVII, no 116, p. 51-72.

Proudhon Pierre-Joseph [1840], Qu’est-ce que la propriété ?, Paris, Garnier-Flammarion, 1966.
— 1846, Système des contradictions économiques ou Philosophie de la misère, Paris, Garnier (Boston, Adamant Media Corporation, Elibron Classics, 2000).

Renard Georges, 1909, Discussions sociales d’hier et de demain, Paris, Librairie scientifique et philosophique, Albin Michel.

Sandmo Agnar, 2007, « Retrospectives. Léon Walras and the Nobel Peace prize », Journal of Economic Perspectives, vol. XXI, no 4, p. 217-228.

Schumpeter Joseph-Alois, 1983, Histoire de l’analyse économique, 3 t., Paris, Gallimard (History of Economic Analysis, New York, Oxford University Press, 1954).

Walras Auguste [1835], Réfutation de la doctrine de Hobbes sur le droit naturel de l’individu, dans Œuvres économiques complètes d’Auguste et Léon Walras, vol. I, Richesse, liberté et société, Paris, Economica, 1990, p. 283-329.

Notes

1  Voir notamment Canto-Sperber, 2003 et Audier, 2006.

2  Pour plus de détails sur l’auteur, voir Dockès et Potier, 2001.

3  En effet, avant Walras, François Huet (1814-1869), un Français installé en Belgique et professeur de philosophie à Gand, se déclare « socialiste libéral » dans Le régime social du christianisme (1853), puis dans La science de l’esprit. Principes généraux de philosophie pure et appliquée (1864), au départ dans un esprit de réconciliation entre christianisme et socialisme. Il défend le droit à l’assistance par l’État, le droit à un patrimoine. Par exemple, les biens patrimoniaux donnés par la nature comme la terre doivent revenir à tous les travailleurs après le décès des propriétaires. Voir Cunliffe et Erreygers, 1999.

4  Léon Walras, « Socialisme et libéralisme. Lettres à M. Edmond Scherer », texte refusé par le journal Le Temps en 1863 et publié seulement en 1866 et 1867, en trois parties, dans le journal Le Travail (p. 19).

5  Dans le Cours d’économie sociale, Walras réaffirme  : « Quant au socialisme politique, c’est celui-là qu’il faut détruire pour le remplacer par le libéralisme. Mais le seul moyen de détruire le socialisme politique, c’est de constituer le socialisme scientifique. » (1996, 40e leçon, p. 280) On croit souvent que l’expression « socialisme scientifique » est fréquemment utilisée par Marx et Engels. Or, ces deux auteurs utilisent rarement cette formule et très tardivement dans les années 1870-1880 (Voir à ce propos Grandjonc, 1989, p. 233-236 et 251-252).

6  Sur les caractéristiques du socialisme de Walras, voir notamment Dockès, 1994 et 1996.

7  Coquelin, Guillaumin, 1852, t. I, p. xiv. On peut aussi se référer dans le même dictionnaire à l’article « Économie politique » (t. I, p. 643-666), rédigé par Charles Coquelin, un disciple de Jean-Baptiste Say.

8  On trouve aussi de nombreux passages à ce propos dans ses « Notes d’humeur ». À propos d’Émile Levasseur, Léon Walras observe : « Quel type ! Le crétin de l’Institut. Le monsieur à rosette de la Légion d’honneur cumulant quatorze places, ne sachant du reste pas un mot ni de psychologie ni de mathématiques, qui vous dit que la liberté humaine ne se laisse pas mettre en équation ! » (« Notes d’humeur », 2000, vol. XIII, p. 533)

9  Voir Dockès, 1996, p. 69. On a, d’un côté, les personnes individuelles (individu, famille, associations de toutes sortes, de droit privé) et d’un autre côté, les personnes collectives (communes, État, de droit public).

10  Léon Walras prétend qu’elle « rappelle » celle employée au xvie siècle par Pic de la Mirandole et Jean Bessarion pour fusionner les systèmes de Platon et d’Aristote.

11  Voir par exemple Walras [1860], 2001, p. 172 et 179 ; [1867-1868], 1990, 6e leçon, p. 140 ; [1872], 2000, p. 316 ; 1996 (Cours d’économie sociale), p. 216 ; [1898], 1992, p. 413.

12  Cette idée relative à la self-property remonte à John Locke (Second traité du gouvernement civil).

13  Léon Walras, Cours d’économie sociale, 1996, p. 265.

14  Rappelons qu’au xixe siècle, le verbe « nationaliser » a deux sens. Le sens ancien et général qui vient de la Révolution est celui de « rendre national », d’étendre la propriété publique aux dépens de la sphère privée. Le sens moderne, qui apparaît à partir des années 1840, est celui d’exproprier les moyens de production des capitalistes. Comme nous le verrons plus loin, la « nationalisation des terres » chez Walras renvoie au premier sens.

15  Ce texte correspond à deux chapitres non publiés de la Théorie de la richesse sociale (1849).

16  Léon Walras cite Colins de Ham, parmi d’autres auteurs, dans la « Théorie mathématique du prix des terres et de leur rachat par l’État » ([1881], 1990, p. 229).

17  Sur O’Brien, voir Escarra, 1904, p. 148-150.

18  L’expression apparaît sous la plume de Léon Walras (voir par exemple [1896b], 1990, p. 407 ; [1898], 1992, p. 422).

19  Une partie des terres doit être louée à des « consommateurs » (construction d’habitations, jardins...) en ville ou à la campagne. Mais la plus grande partie des terres doit être louée à de grands entrepreneurs dans l’agriculture (fermiers), mais aussi à des entrepreneurs des villes dans l’industrie et le commerce.

20  Léon Walras déplore que la vente des biens nationaux sous la Révolution ait été une occasion manquée pour faire revenir les terres à l’État.

21  Walras [1873], 1990, p. 378-387 ; [1896b], 1990, p. 413 ; [1898], 1992, p. 424-425.

22  Compte tenu de ses objectifs propres, l’État a donc pour mission légitime de fixer la durée maximale du travail pour les travailleurs adultes. Walras, qui n’est pas hostile à la journée de huit heures, pense que l’État doit aussi limiter la durée du travail des femmes et des enfants dans les usines.

23  Walras [1897a], 1992, p. 274-275 et 278-279 ; voir aussi 1909, p. 510-511.

24  La propriété foncière et les monopoles, « naturels » ou « artificiels », représentent une « féodalité » qui explique, par exemple aux États-Unis, les « origines des fortunes colossales des milliardaires qui se font en quelques années » ([1896a], 1990, p. 205 ; [1898], 1992, p. 425-427).

25  Grâce à ses archives, on sait que Walras lit le livre I du Capital à partir d’octobre 1895. En fait, Walras semble avoir constitué un « dossier Marx » dans lequel figurent, par exemple, l’article qu’il a reçu de Philip H. Wicksteed (« Das Kapital : a criticism », Today, vol. II, octobre 1884) ; un article de Paul Lafargue, « La théorie de la plus-value de Karl Marx et la critique de M. Paul Leroy-Beaulieu » (Journal des économistes, septembre 1884) en réponse au livre de Paul Leroy-Beaulieu (1884) ; l’article de Karl Kautsky, « La répartition des produits dans l’État socialiste », Revue socialiste, vol. IV, no 19, juillet 1886, l’article d’Émile Vandervelde, « Le collectivisme », La question sociale, janvier-février 1896.

26  Léon Walras, page supprimée du manuscrit de la « Théorie de la propriété » [1896a], 1990, dans Études d’économie sociale, p. 471.

27  Sur le manuscrit de cet article, Léon Walras avait tout d’abord écrit : « Le collectivisme de la production est peut-être la formule de l’avenir. » ([1897b], 1992, p. 481, note 18).

28  Voir Walras [1874], 1992, p. 242 ; [1879], 1992, p. 482 et 484 ; [1896a], 1900, p. 205 ; [1897b], 1992, p. 261.

29  Renard, 1909, p. 96. Pour faire connaître en France la vie et l’œuvre de Walras, Georges Renard a publié l’étude « Un économiste socialiste » dans La Petite République, le 7 novembre 1893.

30  « Notes d’humeur », 2000, p. 574-575 (Walras souligne). Cependant, en 1896, le vocable de « collectivisme » étant connoté avec le système de Marx, Walras préférait la formule de « socialisme synthétique ou de synthétisme » (1896a, p. 206).

31  Walras, « Notice » jointe à la lettre de candidature au prix Nobel de la Paix, adressée par Ernest Roguin, Maurice Millioud et Alexandre Maurer le 20 juillet 1905, dans Jaffé, 1965, vol. III, l. 1595, p. 271-272.

32  Dans une lettre à Louise G. Renard du 18 juin 1906, Walras parle d’« un socialisme humanitaire qui conduit par le rachat des terres à la suppression des impôts, et par la suppression des impôts au libre échange absolu, et à la paix universelle (bien entendu pour n’y arriver qu’après une nouvelle période de plusieurs siècles) » (Jaffé, 1965, vol. III, l. 1623, p. 301).

33  L’existence de ce manuscrit infirme l’hypothèse selon laquelle Walras pourrait avoir compris qu’il n’avait aucune chance d’obtenir le prix Nobel (Sandmo, 2007, p. 225).

34  Toutes les œuvres de Léon Walras mentionnées ici sont éditées chez Economica (Paris).

Auteur

Professeur à la faculté de sciences économiques et de gestion de l’université Lumière Lyon 2 et membre du laboratoire Triangle. Auteur de nombreux travaux sur l’histoire de la pensée économique du XIXe et du XXe siècle en France et en Italie, il a préparé l’édition scientifique de plusieurs volumes des Œuvres économiques complètesde Léon Walras et de Jean-Baptiste Say (notamment le Cours complet d’économie politique pratique, 2009). Parmi ses publications récentes, on notera la coordination d’un numéro spécial de la revue Œconomiaconsacré à Walras et l’intervention publique (2011).

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540