Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Libertés et libéralismes

 | 
Jean-Pierre Potier
, 
Jean-Louis Fournel
, 
Jacques Guilhaumou

Démarcations

Boris Nikolaevitch Tchitchérine,
un libéral russe

Sylvie Martin

Texto completo

1Parler de « libéralisme » dans la pensée politique russe relève de la gageure. D’une part, comme le souligne Viktor Leontovitch dans son Histoire du libéralisme en Russie, « le libéralisme est l’œuvre de la culture européenne occidentale ; c’est pour l’essentiel déjà le fruit du monde gréco-romain du bassin méditerranéen » (Leontovič, 1980, p. 2). Voilà qui suffit à ce que tout un courant de la pensée russe, des slavophiles aux tenants de l’« idée nationale » en passant par les adeptes de l’« idée russe », récuse l’idée même que le libéralisme puisse exister en Russie. D’autre part, la vulgate historiographique soviétique a laissé de telles traces que les historiens russes sont contraints d’effectuer maintenant un indispensable travail de réappropriation dont les premières étapes brouillent parfois les pistes plus qu’elles n’éclairent la voie (Martin, 2009, p. 115-127).

2Pourtant, le libéralisme a été incarné en Russie au xixe siècle par Boris Nikolaevitch Tchitchérine (1828-1904). Oublié durant la période soviétique et redécouvert peu à peu, il est souvent caractérisé aujourd’hui comme un « penseur solitaire », « isolé » et « hors de son temps » (Evlampiev, 2005, p. 4), voire comme « un homme venu trop tôt » (Solov’ev, 2002) dont la pensée est « encore d’actualité » (Ŝetinina, 1995, p. 97). On a préféré, dans la perspective du présent ouvrage, une présentation des principaux aspects de sa pensée à l’étude d’un moment particulier de son action ou de sa philosophie. Aussi examinera-t-on les lignes de force d’une philosophie de l’histoire qui conduit Tchitchérine à définir la liberté comme le moteur du progrès historique et à critiquer le socialisme avec la dernière virulence.

Une philosophie de l’histoire hégélienne et occidentaliste

La fidélité à Hegel

3Tchitchérine évoque dans ses mémoires les « jeudis » de Nikolaï Pavlov, où la fine fleur de l’élite intellectuelle et sociale russe dispute de la logique de Hegel et des réformes de Pierre le Grand sur fond de débats acharnés entre slavophiles et occidentalistes (Čičerin, čast’ II, 1991, p. 11). Boris Nikolaevitch retire de ses années de formation la ferme conviction d’une « loi fondamentale de l’histoire consistant en un mouvement de l’esprit de l’unité vers la dualité et un retour de la dualité à l’unité » (ibid., p. 66). Sa philosophie de l’histoire se fonde sur « le concept de progrès historique de l’humanité » qui a « trouvé son expression philosophique la plus complète dans le système de Hegel » (Čičerin, 1883, t. II, p. 379). Tchitchérine ne varie pas, et la quatrième partie de son Histoire des idées politiques, dont le dernier chapitre est consacré à Hegel, se clôt sur la phrase suivante : « L’idéalisme est, par excellence, la philosophie de l’esprit ; c’est pourquoi il nous découvre plus profondément que les autres conceptions l’être et l’action de l’Esprit. » (1877, p. 609) Libre dès l’origine, mais inconscient de sa propre nature, l’esprit, qui est à lui-même son propre principe, doit se dégager peu à peu de la matière pour réaliser sa nature intrinsèque ; ainsi se définit le progrès historique. La libre activité des individus en est l’outil inconscient :

  • 1  Субъективная свобода является средством, или орудием исторического движения; цель же этого движени (...)

La liberté subjective est l’instrument ou l’outil du mouvement de l’histoire dont la finalité consiste en la réalisation des déterminations objectives de la liberté, dont l’expression suprême est l’État. Toutefois, la liberté subjective, attribut de l’homme en tant qu’être rationnel, ne peut être ramenée au niveau d’un simple instrument, elle demeure toujours en elle-même sa propre fin.1

4L’histoire a pour tâche de concilier deux principes, liberté objective et liberté subjective. Le progrès de l’esprit s’opérant par degrés successifs, le mouvement de l’histoire ne peut pas nier le passé, il l’élève au degré supérieur et le conserve dans le présent. Et Tchitchérine de conclure :

  • 2  Можно сказать, что человеческая мысль никогда не производила ничего глубокомысленнее этого воззрен (...)

On peut dire que la pensée humaine n’a jamais rien produit de plus profond que cette théorie dans laquelle principe conservateur et principe progressiste, liberté subjective et ordre objectif se combinent en une synthèse philosophique supérieure.2

5Pour Tchitchérine, le principe d’ordre et le principe de liberté s’affrontent sans cesse car ils sont inscrits dans la nature humaine. Les hommes, comme les peuples, aspirent également aux deux, ils sont indispensables à leur développement. L’histoire est une tentative permanente de concilier l’inconciliable :

  • 3  В действительности никакой общественный порядок не удовлетворяет человека вполне. Как скоро извест (...)

Dans la réalité, aucun ordre public ne satisfait pleinement l’homme. Dès qu’un but est atteint, de nouveaux besoins se font jour, qui poussent la société à se remettre en mouvement. [...] Une lutte s’engage entre l’ancien et le nouveau, entre la liberté et l’ordre, jusqu’à ce que le mouvement de la vie aboutisse à une combinaison nouvelle susceptible d’harmoniser les éléments qui ont changé.3

6L’État est « l’union suprême qui, appelée à réunir l’ensemble de la vie humaine, unit en elle-même toutes les fins de l’homme » (1883, t. II, p. 194). C’est à lui que revient de résoudre la contradiction permanente entre les deux principes opposés :

  • 4  Государство есть сложное тело: в нем сочетаются не только различные, но и противоположные элементы (...)

L’État est un corps complexe ; en lui se combinent des éléments divers et même contradictoires qui ne peuvent se réunir qu’en se bornant réciproquement. La liberté doit se soumettre au pouvoir, à la loi, à l’ordre ; à l’inverse, le pouvoir doit se restreindre au profit de la liberté, en donnant à cette dernière l’espace qui lui revient et même la possibilité d’influer sur les affaires générales.4

Un occidentaliste convaincu

7L’occidentalisme de Tchitchérine s’enracine dans sa philosophie de l’histoire. Ainsi que le souligne Igor Evlampiev, c’est la conception de l’histoire comme progrès de l’humanité qui « traduit l’appartenance de Tchitchérine à la tradition occidentaliste de la philosophie russe : il est convaincu que le développement historique de tous les peuples obéit aux mêmes lois et que tous les États traversent les mêmes étapes sociales dans leur développement » (Evlampiev, 2005, p. 28). Effectivement, si Tchitchérine récuse l’héritage « d’une Byzance rendue cacochyme par l’âge » (Čičerin, 1991, p. 157), c’est que pour lui, les peuples de l’Orient sont encore immobiles : « Seuls les peuples statiques de l’Orient demeurent éternellement dans les mêmes formes de vie ; mais c’est l’état infantile de l’humanité. » (1866, p. 416) L’Europe, au contraire, est plongée dans le mouvement de l’histoire, le progrès historique est ce qui constitue son identité. Tous les États de l’Europe moderne partagent une même vie historique en développant chacun à leur manière un principe commun, celui de liberté.

8Hegel concevait l’Empire romain comme l’époque de la dualité et la chrétienté comme le retour à l’unité ; Tchitchérine, lui, voit dans le Moyen Âge l’époque de la dualité. Deux mondes s’y opposaient, « d’une part, l’Église, gardienne de la loi morale, et d’autre part la sphère laïque, où régnait le droit privé » :

  • 5  Сравнивая средневековый быт, как он изображен немецкими историками-юристами, с началами, установле (...)

En comparant le Moyen Âge tel que le décrivent les juristes et les historiens allemands, aux principes de la philosophie du droit de Hegel, j’en vins à conclure que l’ordre fondé sur le droit privé n’était pas l’État, mais la société civile ; les principes de l’État qui se développent à l’époque moderne en subordonnant les deux sphères opposées, sphère de l’Église et sphère civile, marquent au contraire le retour à l’unité perdue.5

9S’appuyant sur ces bases, Tchitchérine construit une grille de lecture de l’histoire européenne :

  • 6  Если обратимся к началу истории современных обществ, – к тому времени, когда вышедши из первобытно (...)

Si nous considérons le début de l’histoire des sociétés contemporaines, le moment où, au sortir de l’état patriarcal primitif, elles ont commencé à vivre une vie historique, nous constaterons la domination presque exclusive de l’élément populaire. Au Moyen Âge, l’État n’existait pas. [...] Dépourvu de pouvoir, le peuple constitue une masse chaotique, livrée à la domination d’un arbitraire effréné. [...] Des luttes intestines éclatent en permanence et l’anarchie domine, générale et insupportable. [...] L’État apparaît, et la tâche essentielle de la vie est alors le développement progressif et le renforcement de l’élément public qui faisait défaut – le gouvernement. La société sort de son état anarchique, l’ordre est établi, le gouvernement de l’État est installé, les ressources du gouvernement augmentent, on assiste à la création de la puissance d’un corps politique.6

10Pour sortir de l’état d’anarchie et d’émiettement du Moyen Âge, tous les peuples européens doivent se soumettre au pouvoir royal, seul capable de lutter contre les forces privées pour installer l’ordre de l’État :

  • 7  Король явился представителем начала общественного, ограничивающего личный произвол для пользы обще (...)

Le roi représentait le principe public qui limitait l’arbitraire personnel pour le bien commun. [...] La lutte s’est engagée [...] et elle s’est achevée par le triomphe du pouvoir royal, le triomphe de l’État sur les forces anarchiques et violentes héritées de l’époque précédente. Tous les grands souverains, fondateurs de la monarchie, ont opprimé l’aristocratie [...]. Tous se sont appuyés sur la catégorie des légistes, tirés du néant, mais forts de la connaissance du droit.7

11La Russie obéit au même schéma. Cependant, pour son malheur, en raison de spécificités avant tout géographiques, la monarchie y prend la forme de l’autocratie, seule capable « d’assurer la cohésion d’espaces infinis et d’une population éparpillée en un corps d’État uni » (1866, p. 356). C’est pourquoi en Russie, « la monarchie fut le point de départ et le guide de l’ensemble du développement historique de la vie du peuple » (ibid., p. 356). Tchitchérine voit donc dans l’autocratie le comble de la monarchie :

  • 8  Это историческое значение самодержавной власти дало ей такую мощь, какой она не имела ни в одной е (...)

L’importance historique du pouvoir autocratique lui a donné une puissance que la monarchie n’a eue dans aucun pays européen et devant laquelle toute institution représentative devait disparaître. [...] Dès le xvie siècle, les étrangers qui visitaient la Russie remarquaient que le tsar russe était le monarque le plus absolu d’Europe et il l’est resté jusqu’à aujourd’hui.8

12Le principe monarchique connaît son apogée en Europe au xviie siècle. C’est alors que, parallèlement, le principe de liberté réapparaît, timide tout d’abord, puis triomphant. Son retour est en effet une réaction à l’excès dans lequel l’État est lui-même tombé en « se considérant comme l’unique représentant de la société » (1858a). La Réforme constitue les prémices du « mouvement libéral » (liberal’noe dviženie) et le xvie siècle connaît la première révolution « libérale » à portée européenne : les Pays-Bas se détachent de l’Espagne au nom de la liberté de conscience, premier des principes libéraux. Les deux révolutions anglaises (1640 et 1688) marquent « le véritable point de départ du libéralisme européen » (1866, p. 208), la révolution américaine est « la deuxième avancée significative du libéralisme moderne » (ibid., p. 208). Point d’orgue de ce moment de l’histoire, la Révolution française de 1789 déclenche le déferlement du principe de liberté sur l’ensemble du continent européen. Les guerres napoléoniennes exportent ce principe dans toute l’Europe, balayée par le souffle de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

13La Russie s’inscrit, certes avec retard, dans ce mouvement général. Tchitchérine, évoquant l’excès dans lequel tombe l’État sous l’effet du pouvoir monarchique, écrit en 1856 à propos de la Russie :

  • 9  В таком положени находимся мы теперь. С XV века развивается у нас государство, и правительственная (...)

Nous sommes aujourd’hui dans cette situation. C’est à partir du xve siècle que l’État s’est développé en Russie et que l’action du gouvernement s’est renforcée. C’est seulement à notre époque qu’elle a atteint un extrémisme intolérable.9

14Celui-ci est incarné par le règne de Nicolas Ier, défini comme « une tyrannie d’un genre nouveau » (Kavelin et Čičerin, 1856, p. 13). Aussi Tchitchérine proclame-t-il dans le même texte : « C’est de la liberté dont nous avons besoin ! [...] C’est dans le libéralisme qu’est tout l’avenir de la Russie » (p. 128-129). Il expose ensuite un programme politique qui fait de ce texte l’acte de naissance du libéralisme russe. Tchitchérine recense sept mesures urgentes qu’il classe par ordre de principe, en commençant par la plus fondamentale : la liberté de conscience, « le premier et le plus sacré des droits du citoyen » (p. 129), l’abolition du servage, c’est-à-dire l’accès de l’ensemble de la population à la liberté civile, la liberté de l’opinion publique, la liberté d’imprimer, la liberté d’enseignement, la publicité (glasnost’) de toutes les actions du gouvernement dont la divulgation ne nuit pas à l’État – et avant tout la publicité du budget de l’État –, la publicité des procédures judiciaires.

Un adversaire de principe de la révolution

15On comprend que Tchitchérine ait insisté auprès de Herzen pour ne pas être publié dans L’Étoile polaire, dont il récuse la ligne favorable à une « démocratie sociale » (Kavelin et Čičerin, 1856, p. 35).

16Dans sa tentative de rallier Herzen au libéralisme, Tchitchérine n’ignore pas que la faille qui les a séparés date de 1848. Étudiant à Moscou, il a salué en février la proclamation de la République en France et reproché au socialisme d’en avoir causé la perte en juin :

  • 10  Оставьте это учение Прудону с братьею, оставьте его легкомысленной партии красных республиканцев, (...)

Laissez cette théorie [le socialisme] à Proudhon et consorts, laissez-la au parti sans cervelle des républicains rouges toujours prêts à se précipiter pour détruire, mais sans aucune force pour créer, à ce parti dont la folie a causé la perte de la République en France et a justifié le despotisme de Louis-Napoléon. Oui, Louis-Napoléon a raison ; nous pouvons le dire, nous, ses véritables ennemis, nous qui n’avons jamais nourri la moindre estime pour ses qualités personnelles. Il a raison d’avoir passé la bride, ne serait-ce que pour un temps, à cette tribu tout aussi incorrigible que les aristocrates français, à cette tribu qui use éternellement de grandes phrases sans avoir une once d’intelligence politique.10

17Les réflexions sur Timofeï Granovski, que Tchitchérine note bien plus tard dans ses mémoires, reflètent fidèlement son propre jugement d’alors :

  • 11  L’expression « juifs allemands » est surprenante sous la plume de celui qui, dès 1856 et jusqu’à s (...)
  • 12  Но сердечное его сочувствие было все-таки на стороне свободы и вместо того, что способно было подн (...)

Mais son cœur penchait vers la liberté et tout ce qui était susceptible d’élever et d’ennoblir l’individu. De ce point de vue, il avait considéré avec sympathie les premières manifestations du socialisme, qui n’avait encore rien des sophismes pleins de haine qu’en firent par la suite les juifs allemands11. Parfaitement conscient de l’inconsistance des projets proposés par les socialistes pour le renouveau de l’humanité, Granovski ne pouvait pas ne pas considérer avec sympathie leur objectif fondamental, la diminution des souffrances de l’humanité et l’instauration de relations fraternelles entre les hommes. Le tableau épouvantable des malheurs de la population ouvrière que l’on découvrait alors entraînait dans cette direction les esprits les plus modérés et les plus cultivés, comme par exemple Sismondi. Mais lorsqu’en 1848, le socialisme entra en scène comme une propagande fanatique ou comme une masse respirant la détestation et la haine, Granovski n’emboîta pas le pas à l’enthousiasme extrémiste de Herzen ; au contraire, les conceptions exprimées dans les Lettres de l’autre rive ou dans L’Étoile polaire le mirent en colère.12

18En 1856, Tchitchérine reproche à Herzen d’avoir renié la philosophie de l’histoire qui est le socle de l’occidentalisme, la conception hégélienne du progrès de l’humanité, au profit de théories « slavophilisantes » sur la communauté rurale (obŝina) et le paysan russe, prétendument dépositaire de l’avenir :

  • 13  Что нашли вы такого в русском мужике, в этом несчастном страдальце, который Бог знает еще когда пр (...)

Qu’avez-vous donc trouvé chez le paysan russe, ce pauvre martyr qui s’éveillera Dieu seul sait quand à la conscience de ses capacités pour commencer à agir de lui-même et avec raison ? […] Qu’a-t-il donc fait pour que l’on puisse en attendre la renaissance à venir de l’humanité ? [...] Si vous voulez être cohérent avec vous-même, ne vous arrêtez pas à la Russie ! Allez au-delà, et présentez-nous le Nègre, l’être le moins développé et le plus opprimé, comme celui qui, justement pour cette raison, doit faire renaître l’humanité pervertie par les lumières de l’histoire.13

19La rupture avec Herzen meurtrit profondément Tchitchérine : cet aristocrate nourri de la même culture que la sienne, celui qui s’est fait « la parole libre » de la pensée russe, est perdu pour la Russie quand celle-ci a plus que jamais besoin de talents. Dans ses mémoires, Tchitchérine, rendant hommage aux occidentalistes des années 1840, fera de Herzen, disparu depuis plus de dix ans, la figure de proue des « hommes qui avaient foi en la science et en la liberté » (Čičerin, 1991, p. 30) : « Herzen, brillant, plein de flamme, toujours enthousiasmé par les extrêmes, mais doué d’un immense talent littéraire et d’une inépuisable finesse d’esprit » (ibid.).

20Toutefois, dans les années 1860, l’heure est à l’affrontement politique et Tchitchérine complète son argumentation par une condamnation de principe de la révolution :

  • 14  Революция не есть право, а нарушение права. Она может иногда быть оправдана обстоятельствами, прит (...)

La révolution n’est pas un droit, c’est une atteinte au droit. Elle peut parfois être justifiée par les circonstances et les persécutions, mais elle ne peut jamais être l’expression d’un mode d’action conforme au droit. Elle est impensable dans un ordre étatique juste. Le droit à l’insurrection proclamé par la Constitution de 1793 est la légalisation de l’anarchie.14

  • 15  Если же наконец злоупотребления становятся невыносимыми, и общее неудовольствие находить себе исхо (...)

Si les abus finissent par devenir insupportables et si le mécontentement général trouve une issue dans une révolution réussie, la situation n’en sera pas plus facile pour autant, car la révolution est en elle-même un mal qui entraîne toujours des malheurs importants.15

La liberté, moteur du progrès historique

21« Dans son exclusivité, la liberté est un principe anarchique » (1882, p. 39). On a compris ce que Tchitchérine entend par là. Pourtant, l’histoire européenne, donc l’histoire tout court, n’est rien d’autre que celle du développement progressif de ce principe. Être libéral, c’est reconnaître ce développement, le saluer, le favoriser.

La liberté, fondement du droit

22Juriste, Tchitchérine définit avant tout la liberté comme le fondement du droit : « La source de tout droit est la liberté ». La liberté, pour Tchitchérine, c’est bien sûr svoboda et non pas vol’nost’ et il en précise la définition juridique :

  • 16  Право есть именно определенная законом свобода или возможность действовать. [...] Свобода должна б (...)

Le droit est précisément la liberté définie par la loi, c’est-à-dire la possibilité d’agir. La liberté doit être définie et protégée par la loi, autrement dit, elle doit devenir un droit.16

  • 17  Вся задача права состоит в определении границ свободы. (1882, t. I, p. 28)

Toute la tâche du droit consiste à définir les limites de la liberté.17

23Caractérisé par Nikolaï Berdiaev comme un « rationaliste sec », « opposé à l’esprit russe » (Berdâev, 1971, p. 147-148), Tchitchérine ne voit dans la vol’nost’, la liberté des grands espaces où vagabonde le peuple russe livré à la seule force élémentaire de sa nature anarchique, qu’un terreau particulièrement propice à l’arbitraire. Or, dans l’État politique, seule la définition de la liberté par le droit et sa limitation par la loi permettent de la sauvegarder en la protégeant contre l’arbitraire :

  • 18  В диком состоянии, человек может пользоваться неограниченною вольностью, не нуждаясь в юридических (...)

À l’état sauvage, l’homme peut jouir d’une liberté sans limites et sans bornes, sans nul besoin de définitions juridiques ; dans une société civilisée, la conservation de la liberté n’est possible qu’avec le développement du droit.18

24Le progrès historique n’est donc rien d’autre que « la liberté humaine dont le développement dans la conscience et dans la réalité s’accompagne du développement du droit » :

  • 19  На первых порах, все элементы человеческой природы находятся в состоянии слитности. Вследствие это (...)

Dans les premiers temps, tous les éléments de la nature humaine sont indistinctement confondus. En conséquence, le droit est mêlé à la morale et à la religion. Le principe religieux en particulier est dominant à la première époque de l’histoire de l’humanité. Ce n’est que progressivement [...] que le droit devient indépendant de la religion et forme son univers particulier, régi par les lois qui lui sont propres. [...] Les degrés de développement de la liberté sont en même temps les degrés de développement du droit.19

25C’est pourquoi Tchitchérine écrit, dix ans après avoir revendiqué la liberté de conscience :

  • 20  Прогрессивная партия, которая, отстаивая свободу, старается строго отделить религиозную область от (...)

Le parti progressiste qui, en défendant la liberté, s’attache à séparer rigoureusement la sphère religieuse de la sphère civile rend un service essentiel à l’État.20

26Le servage figure évidemment en tête des facteurs d’arriération et l’on ne s’étonne pas de voir Tchitchérine appeler avec vigueur à son abolition dès l’accession au trône d’Alexandre II. Depuis la fin du xviiie siècle, les milieux dirigeants russes savent que le travail servile est moins rentable que le travail libre. Le libéral recense minutieusement les effets néfastes du servage sur le développement économique du pays. Mais ce sont surtout ses conséquences désastreuses dans le domaine juridique qu’il souligne : le servage a entraîné une perversion du rapport de la société à la loi et au droit en favorisant une culture politique de l’arbitraire :

  • 21  Допустив беззаконие на свои учреждения, государство привыкло к нему. Чувство права, чувство законн (...)

En laissant le non-droit pénétrer dans ses propres institutions, l’État en a pris l’habitude. Le sens du droit, le sens de la légalité qui ne sont déjà pas très caractéristiques du Russe, lui sont devenus totalement étrangers. [...]. L’arbitraire n’étonne personne, on le considère presque comme un phénomène normal dans la société. Nous considérons d’un œil indifférent les dispositions les plus révoltantes et chacun ne se préoccupe que d’une chose : trouver un moyen de contourner une loi qui lui pèse. Les nobles, qui possèdent des hommes privés de droits, sont à leur tour sans droits et sans voix devant le gouvernement.21

27Et le penseur politique ajoute :

  • 22  В России не могло быть речи о представительстве, облеченном политическими правами. Крепостные люди (...)

Il ne pouvait être question en Russie d’une représentation investie de droits politiques. Les serfs ne disposent d’aucun droit face à leur maître ; ils n’ont que des avantages, qui peuvent toujours leur être retirés.22

28Cette perversion du rapport à la loi retarde l’instauration d’institutions représentatives libres. Pire encore, elle entrave la mise en place d’un État de droit. Alors que l’école juridique russe de la fin du xixe siècle combat avec la dernière énergie le « nihilisme juridique » (pravovoj nigilizm), au début du xxe siècle, bon nombre d’intellectuels russes s’en féliciteront dans une démagogie présentée comme la communion de l’intelligentsia avec le peuple hors de la mesquinerie petite-bourgeoise. On citera l’exemple d’Alexandre Blok moquant l’Assemblée constituante (učredilka) et l’avocat libéral (liberal’nyj ablakat) (Blok, 1982, p. 234). Pour Tchitchérine au contraire, le mépris du droit et de la loi est une faute politique très lourde.

La liberté politique et les institutions représentatives

29La liberté politique, qui doit suivre la liberté civile, découle de la liberté humaine et de sa manifestation en tant que droit :

  • 23  Становясь правом, свобода получает уже общий характер. Она определяется и охраняется общественною (...)

En devenant un droit, la liberté reçoit un caractère général. Elle est définie et préservée par la puissance publique, dont la loi est l’émanation et à laquelle l’individu doit se soumettre car nul ne peut être juge de son propre droit. Par ailleurs, tout droit doit être protégé contre l’arbitraire. Chaque membre libre de la société doit avoir la possibilité de défendre ses droits. La liberté individuelle étant soumise à la puissance publique, cette exigence ne peut être satisfaite que par la participation du citoyen au pouvoir lui-même, qui définit et préserve le droit. Tant que le pouvoir reste indépendant des citoyens, leurs droits ne sont pas garantis contre l’arbitraire ; face au pouvoir, l’individu est sans droit. [...] Dans un contexte où droits et devoirs ne vont pas les uns sans les autres, la liberté politique est la conséquence de la liberté individuelle en tant que garantie suprême de cette dernière.23

30Telle est la définition que le professeur de « droit de l’État » (gosudarstvennoe pravo) donne de la liberté politique dans La représentation nationale, sa deuxième thèse, véritable plaidoyer en faveur des « institutions représentatives libres », c’est-à-dire d’une limitation du pouvoir autocratique.

31Tchitchérine étudie les laboratoires européens de la liberté politique que sont pour lui l’Angleterre, la France et la Prusse, mettant à profit tout l’acquis de ses séjours en Europe : il se fixe pour objectif une approche comparative des institutions représentatives susceptible d’aider la Russie à choisir le système le mieux adapté à son cas.

32La Constitution anglaise très marquée, à travers la Grande Charte, par ses origines médiévales, lui paraît impossible à transposer. Fasciné par le modèle anglais en raison du rôle politique qu’y tient l’aristocratie foncière dont il est lui-même issu, Tchitchérine est bien conscient que c’est précisément en raison de ce rôle spécifique qu’il est difficile de s’inspirer du cas anglais. Loin d’être un « état » (soslovie) défini par des privilèges, l’aristocratie, en Angleterre, a su devenir le porte-parole de la nation face au pouvoir monarchique justement parce qu’elle était soumise aux obligations de tous, notamment à l’impôt. Incarnant l’égalité civile, elle a attiré dans son orbite les classes moyennes et c’est sur cette alliance originale face au pouvoir monarchique que repose la stabilité des institutions anglaises.

  • 24  Все существенные элементы государства: монархический, аристократический и демократический, соединя (...)

33La France est pour Tchitchérine un cas intéressant, car elle présente à ses yeux des similitudes avec la Russie : une aristocratie politiquement incompétente, une longue période d’absolutisme, une tradition politique centralisatrice. L’exemple de la France prouve que centralisation et libéralisme ne sont pas contradictoires. Pour autant, Tchitchérine n’est pas favorable au régime républicain. Sa faveur va à la monarchie constitutionnelle qui « a pour but de combiner ordre et liberté » (ibid., p. 89-90). Aussi est-ce le régime qui, « dans son principe, est le plus proche du modèle parfait de gouvernement [...] : tous les éléments essentiels de l’État, l’élément monarchique, l’élément aristocratique, l’élément démocratique sont unis en un même régime pour une action conjointe au nom d’une fin commune »24 :

  • 25  Здесь воля монарха сдерживается правами народного представительства; взаимные отношения властей оп (...)

Ici, la volonté du monarque est contenue par les droits de la représentation nationale ; les rapports entre les pouvoirs sont définis par la loi. L’arbitraire est écarté, la liberté reçoit la garantie qui lui revient, les hommes les plus capables sont distingués et acquièrent une influence prépondérante sur les affaires.25

34« Les hommes les plus capables » sont les possédants, car leur fortune leur assure la formation et le loisir nécessaires à qui veut se consacrer aux affaires de l’État. Là se trouve, pour Tchitchérine, la supériorité incontestable de la monarchie constitutionnelle sur la république : ne pas laisser le pouvoir aux mains de la multitude dépourvue de capacité politique.

  • 26  С этой точки зрения, собственность получает политическое значение; она, как мы видели, служит одни (...)

De ce point de vue, la propriété a une portée politique ; elle est l’un des signes essentiels de la capacité politique. Cela s’applique tout particulièrement à la monarchie constitutionnelle qui présente sous ce rapport un avantage considérable sur la république. Dans cette dernière, la liberté constitue l’élément principal de l’État et c’est pourquoi le pouvoir suprême se trouve aux mains de la part de la nation la plus nombreuse, mais la moins capable. À l’inverse, la monarchie constitutionnelle, qui vise à la combinaison harmonieuse des différents principes au nom de fins supérieures, n’appelle à participer au gouvernement que les classes susceptibles de comprendre les besoins de l’État et d’agir de concert avec les autres éléments de la société.26

35On comprend que l’étiquette de « conservateur libéral » ou de « libéral conservateur » soit constamment associée au nom de Boris Tchitchérine par l’historiographie russe. Toutefois, sa pensée est plus nuancée qu’il n’y paraît. De même que l’adversaire de la révolution ne peut dissimuler son admiration pour les principes portés par la Révolution française, de même l’adepte de la monarchie constitutionnelle ne désavoue pas l’évolution démocratique de la France :

  • 27  Если во Франции весь ход событий, характер составных элементов общества, способность средних и низ (...)

Si en France le cours des événements, le caractère des composantes de la société, la capacité politique des classes inférieure et moyenne et l’incapacité des classes supérieures ont conduit à la prédominance de la démocratie, il faut l’admettre au lieu de lutter contre un ordre des choses que toute la vie passée d’un peuple a préparé.27

36Un brouillon de lettre à Adolphe Thiers, rédigé dix ans après la parution de La représentation nationale, confirme le jugement de Tchitchérine :

  • 28  Boris N. Tchitchérine a perdu ses deux enfants, sa femme est tombée gravement malade, puis il a pe (...)
  • 29  Boris N. Čičerin, Brouillon de lettre à Thiers (juin 1876), Bibliothèque d’État de Russie, Départe (...)

Mes circonstances de famille me retiennent en Russie, où je vis retiré à la campagne28, voué aux travaux scientifiques et contemplant en spectateur impartial quoique non désintéressé le grand mouvement qui s’accomplit devant nos yeux dans les sociétés européennes.
Dans ce spectacle, c’est la France qui absorbe surtout mon attention, car malgré son affaiblissement passager, c’est d’elle, je n’en doute pas, que dépendent les destinées ultérieures de l’humanité. Lorsque j’ai vu votre patrie écrasée sous le poids des plus terribles désastres, je ne me suis pas ému un seul instant. Je n’ai pas cru que la France tombait et que l’Allemagne s’élevait sur ses ruines. Les succès momentanés ne peuvent pas éblouir ceux qui regardent la marche générale des choses. Or l’histoire nous démontre que c’est la démocratie qui monte et que c’est à elle qu’appartient l’avenir prochain. Aussi je ne crains pas de prédire une ère de splendeur et de gloire à la démocratie française. Les plus grandes catastrophes frappent surtout les peuples appelés à de grandes destinées.
Je ne suis pas démocrate. Je ne crois pas que la démocratie soit l’idéal des sociétés humaines. Mais il est bon que l’Europe ait dans son sein une grande démocratie. C’est un élément progressif qui ne laissera pas les gouvernements européens se plonger dans la routine.29

  • 30  Sur le caractère transitoire de la démocratie, voir Čičerin, 1901b, p. 449.

37Dès 1858, Tchitchérine décelait « la lente et progressive infiltration de principes démocratiques dans l’édifice semi-médiéval » de l’État anglais (1858c, p. 22). Quelque vingt ans plus tard, attaché à la monarchie constitutionnelle, il a en même temps la claire conscience que le développement du principe de liberté, qu’il conçoit comme le sens de l’histoire, passe par une phase de progression de la démocratie, même s’il conçoit cette phase comme temporaire et transitoire30. Tchitchérine écrit à Thiers :

Vous avez été un fidèle serviteur de la monarchie de Juillet, Monsieur, mais j’ose dire que c’est un gouvernement qui sera sévèrement jugé par l’histoire. Louis-Philippe a corrompu la bourgeoisie comme l’Ancien Régime a corrompu la noblesse. Le résultat de tout cela, c’est que vos classes dirigeantes ne sont plus que guenilles bonnes à être jetées au feu. La démocratie seule reste sur le terrain. Ce sont les nouvelles couches sociales qui doivent vous fournir les talents et les lumières. (Ibid.)

La liberté, moteur du progrès économique

38L’importance du rôle dévolu à l’État, « union, investie du pouvoir suprême », vaut à Tchitchérine, sous la plume de chercheurs russes, l’étiquette de gosudarstvennik. Ce terme, absent des dictionnaires, est délicat à traduire ; il signifie « partisan de l’État », « qui accorde un rôle important à l’État ». Ce qualificatif peut surprendre, appliqué à un libéral. Un rapide examen des positions tchitchériniennes en matière d’économie confirme cependant que Boris Nikolaevitch est bien un libéral.

39Source de tout droit, la liberté propre à la nature humaine est également à la source de l’activité économique :

  • 31  В предыдущей книге мы рассматривали свободу, как источник права [...]. Но свобода есть вместе с те (...)

Dans le livre précédent, nous avons examiné la liberté comme source du droit [...]. Mais la liberté est aussi un principe économique ; elle constitue la source de toute activité industrielle.31

  • 32  В свободе кроется начало всякого индивидуализма. Как скоро мы признаем свободный труд нормальным и (...)

Dans la liberté réside le principe de tout individualisme. Dès que nous reconnaissons le travail libre comme source normale de l’activité économique, nous reconnaissons en même temps que l’économie est un domaine dans lequel, par nature, l’individualisme doit dominer.32

  • 33  В экономической области в особенности, свобода является исходною точкою и определяющим началом все (...)

Dans le domaine économique la liberté est le point de départ et le principe déterminant de tous les rapports. C’est pourquoi la science économique, par nature même, doit être une science libérale. L’individualisme y est tout à fait à sa place, il ne peut même rien y avoir d’autre.33

40On n’est donc pas surpris que Tchitchérine attribue à l’État un rôle marginal dans le domaine économique : « L’activité privée doit demeurer tout à fait autonome. L’État la facilite, ou y supplée dans la mesure du possible là où elle s’avère insuffisante. » (1883, t. II, p. 224) En effet, « l’État est le plus mauvais des entrepreneurs » (1882, t. I, p. 390) ; il ne possède aucune des qualités du « héros du monde économique » (p. 388) qu’est l’entrepreneur et il ne peut pas les posséder, car elles « sont d’ordre strictement personnel » (ibid.). Et Tchitchérine de filer la métaphore guerrière qui compare l’entrepreneur à un grand capitaine (ibid.).

41La sphère d’action de l’État ne se borne pourtant pas à la sécurité et aux relations internationales. Contestant les thèses exposées par Édouard Laboulaye dans L’État et ses limites, Tchitchérine considère que l’État doit dans une certaine mesure prendre en charge « le bien-être, tant matériel que moral, des citoyens » (1883, t. II, p. 223).

42Certaines situations requièrent en effet des mesures « générales et partiellement contraignantes » qu’il est seul à pouvoir prendre : il en va ainsi des épidémies et des famines, par exemple. De même,

  • 34  Есть и такие предметы, которые, по существу своему, находятся в ведении государства. Сюда принадле (...)

certains domaines relèvent, par leur nature même, de la compétence de l’État. C’est le cas de tout ce qui fait l’objet d’une utilisation générale ou qui implique un système général, en particulier ce qui constitue par nature une sorte de monopole : les voies de communication, la poste, le télégraphe, le système monétaire, la douane, les pompiers, les canalisations d’eau, les établissements de bienfaisance, etc., et dans un autre domaine, les musées et les établissements d’enseignement publics.34

43Mauvais entrepreneur, l’État peut choisir, si l’intérêt général exige qu’il prenne en main un secteur économique, d’accorder des concessions à des sociétés privées placées sous son strict contrôle : le cas des chemins de fer illustre ce propos (p. 230-231).

44Cependant, la logique économique recule parfois devant des « considérations d’ordre non matériel » que l’on devine politiques. Il n’est d’ailleurs pas indifférent que cette plume libérale en trouve invariablement le meilleur exemple dans l’enseignement :

  • 35  Одно государство обладает достаточными средствами для установления общей системы учреждений, необх (...)

Seul l’État dispose des ressources suffisantes pour mettre en place le système général d’institutions nécessaire en matière d’éducation nationale. Lui seul peut donner à la fonction d’enseignant l’élévation et la solidité qui conviennent, attirant ainsi vers elle les meilleures forces intellectuelles du pays. [...] Les écoles privées peuvent servir de complément à l’instruction publique, mais ne peuvent en aucun cas s’y substituer. [...] L’État conserve toujours droit de contrôle sur les écoles privées.35

  • 36  Если правильное воспитание юношества составляет общественную потребность, если эта потребность удо (...)

Si une bonne formation de la jeunesse constitue un besoin public, si ce besoin est satisfait essentiellement par des établissements ouverts à tous, si enfin l’instruction publique doit constituer un système général, il ne fait aucun doute qu’elle doit être aux mains de l’État. C’est d’autant plus indispensable que l’existence même du corps politique dépend de l’esprit général des citoyens et que cet esprit est créé et maintenu avant tout par l’éducation publique. [...] Il appartient à l’État de laisser à l’enseignement une liberté suffisamment grande pour que les différentes opinions compatibles avec l’ordre public y aient leurs représentants.36

45Seule l’Église peut prétendre, dans un État libre, « agir sur l’éducation ». Toutefois, cette concession faite du bout des lèvres doit certainement beaucoup au contexte russe du moment :

  • 37  Право государства не только учреждать высшие учебные заведения, но и не допускать конкурренции в в (...)

Le droit de l’État non seulement d’instaurer des établissements d’enseignement supérieur, mais encore d’interdire la concurrence en considération du bien public, ne saurait être contesté. Mais utiliser son droit n’est pas toujours utile.37

46En revanche, l’intervention aussi réduite que possible de l’État dans la sphère économique est lourde de conséquences dans le domaine social : le « bien-être des citoyens » disparaît devant la rentabilité. Dans un système fondé sur la liberté, chacun ne doit compter que sur soi-même ; l’État « n’est pas obligé de fournir aux citoyens des moyens d’existence » (p. 224). Tchitchérine s’élève contre l’aberration que constitue à ses yeux le droit au travail proclamé par la Constitution française de 1848 (p. 225). De même, il est hostile à une éventuelle attribution de terres aux paysans russes en 1882. En 1861, la loi était fondée à reconnaître aux paysans un certain droit sur la terre puisqu’elle mettait fin à des rapports propriétaires/serfs qui ne résultaient pas d’un libre contrat, mais d’une contrainte : le compromis que constituait l’obligation, pour les propriétaires, de vendre une part de leurs terres aux paysans à un prix donné était « un acte non seulement juridique, mais aussi politique, qui marquait le passage de l’esclavage à la liberté » (1882, t. I, p. 199-200). Mais ce qui était historiquement légitime et juste en 1861 serait une atteinte au droit de propriété vingt ans après l’abolition du servage : « C’est aux esclaves que l’on distribue de la terre ; l’homme libre l’acquiert lui-même. » (1883, t. II, p. 226)

Un antisocialiste virulent

La question ouvrière : le progrès la résoudra

47Toutefois, il ne suffit pas à l’homme d’être libre pour acquérir. Force est au libéral de le constater :

  • 38  Оказалось, что юридическая свобода и равенство не обеспечивают благосостояния масс. Миллионы проле (...)

Il s’est avéré que la liberté et l’égalité juridiques ne garantissaient pas le bien-être des masses. Alors que la liberté est totale, des millions de prolétaires demeurent malgré tout sans un morceau de pain ou ont à peine de quoi manger. L’ancien antagonisme entre catégories privilégiées et non privilégiées a été remplacé par l’antagonisme entre riches et pauvres, entre capitalistes et ouvriers. La lutte est passée du terrain politique au terrain économique.38

48En 1858, Tchitchérine dépeignait la condition désastreuse du prolétariat anglais d’après le témoignage fourni par Léon Faucher (1858d). La Russie rurale, où la paysannerie était encore serve et l’empreinte patriarcale lourde, espérait que sa « tradition » lui éviterait de voir sur son sol un prolétariat semblable au prolétariat anglais. Vingt-cinq ans plus tard, la « question ouvrière » (rabočij vopros) se pose jusqu’en Russie et Tchitchérine ne peut l’éluder. Ce qu’il en écrit reflète la détestation qu’il nourrit pour le socialisme.

49L’État, martèle-t-il, « n’a pas vocation à être le tuteur et le bienfaiteur de tout le monde » (1883, t. II, p. 238). Le juriste salue les lois qui restreignent la durée du travail dans les usines pour les enfants : elles sont adoptées pour des mineurs, juridiquement incapables de se défendre eux-mêmes et « il ne fait aucun doute que ces lois ont été une bonne chose pour l’humanité » (p. 238). On peut admettre que des mesures du même type soient prises en faveur des femmes « en raison de la faiblesse de leur sexe » : bénéficiant de droits moindres que les hommes en matière familiale et politique, elles ne sont en fait qu’à demi-majeures et ont donc à ce titre droit à une plus grande protection (p. 239). Cependant, remarque Tchitchérine, cette manière de tutelle va à l’encontre des revendications des femmes qui réclament l’égalité en droit avec les hommes. Quant à ces derniers, l’État n’a pas à « se préoccuper de [leur] sort » (ibid.). Et le libéral précise, lapidaire : « La liberté a son revers auquel il convient de se résoudre. » (ibid.) D’ailleurs, seule la France de 1848, « sous l’influence des revendications socialistes » (ibid.), a limité à douze heures la journée de travail des hommes dans les usines ; certes, la Suisse a plus tard suivi cet exemple en fixant la limite à onze heures. Mais le jugement de Tchitchérine est sans appel : « Il est impossible d’approuver ces dispositions. » (p. 239)

50La solution de la question ouvrière, nécessairement lente, est liée au progrès : elle passe par l’augmentation de la production de richesses et l’élément déterminant en l’occurrence n’est pas le travail, mais le capital. « Les masses » ne peuvent et ne doivent compter que sur elles-mêmes pour améliorer leur condition, par l’épargne et le malthusianisme. Même les mesures sociales de Bismarck ne trouvent pas grâce aux yeux de Tchitchérine :

  • 39  Германское правительство вступает здесь на весьма опасный путь. Желание отвлечь массы от социализм (...)

Le gouvernement allemand s’engage là dans une voie très dangereuse. La volonté de détourner les masses du socialisme est sans nul doute tout à fait légitime. […] Mais le socialisme d’État n’est pas le moyen de lutter contre le socialisme révolutionnaire. […] La politique actuelle du gouvernement allemand qui octroie d’une main le suffrage universel et alloue de l’autre des fonds publics pour aider la classe ouvrière constitue le premier pas vers la mise en œuvre du programme socialiste.39

51Le socialisme, voilà l’ennemi ! Résumant les considérations développées dans l’introduction à La propriété et l’État, Tchitchérine écrit à Anatole Leroy-Beaulieu :

  • 40  Le collectivisme de Paul Leroy-Beaulieu paraît en 1884.
  • 41  Boris N. Čičerin, Brouillon de lettre à Anatole Leroy-Beaulieu, Bibliothèque d’État de Russie, Dép (...)

Quant au livre sur la propriété et l’État, qui a paru il y a une douzaine d’années, quelque temps avant le bel ouvrage de Monsieur votre frère sur le collectivisme40, vous y trouverez beaucoup de points de ressemblance avec ce dernier, surtout dans la critique des théories socialistes actuelles.41

Le socialisme, « le plus grand mal de notre temps »

52C’est en effet pour contrebattre le socialisme sur le plan philosophique que Tchitchérine écrit La propriété et l’État. Dédiant son ouvrage « à la jeunesse russe », « aux jeunes forces qui s’apprêtent à contribuer aux destinées historiques de la patrie » (1882, t. I, p. i), il explique dans l’introduction :

  • 42  Двадцать лет тому назад, в России и на Западе, общее направление умов было враждебно государству. (...)

Il y a vingt-cinq ans, l’état d’esprit général était hostile à l’État, en Russie comme en Occident. [...] À cette époque, dont la jeunesse actuelle ne peut se souvenir, il fallait démontrer que l’État représentait quelque chose ; on devait s’élever contre le développement sans limite de l’individualisme. Et cela requérait, tout au moins en Russie, une certaine dose d’audace : on prenait le risque de passer pour un « partisan de l’État », un plumitif aux ordres, un rétrograde. De nos jours, c’est l’inverse. Maintenant, il faut au contraire démontrer que l’État n’est pas tout et que l’individualisme a sa sphère propre, qui lui appartient légitimement et dans laquelle l’État n’a pas le droit de s’ingérer. C’est le courant inverse qu’il faut combattre, en risquant derechef de passer pour un rétrograde. Aujourd’hui, au-dessus de l’État lui-même, se dresse un monstre nouveau : la société. On la considérait naguère comme l’ensemble des forces libres mais c’est désormais un être mystérieux, qui engloutit non seulement l’État, mais aussi la sphère privée, qui met tout au service de ses propres fins sans tolérer aucune forme de vie autonome. En fait, il s’agit de l’État, mais sous un autre nom et avec un domaine de compétence bien plus large. Face à ce nouveau Moloch, auquel les fameux penseurs progressistes sont prêts à tout sacrifier, force est de sauvegarder le patrimoine le plus précieux de l’humanité : la liberté et tout ce qui lui est lié.42

53Dès les premières pages de son travail, Tchitchérine prend la défense de « l’individualisme » : c’est au nom des limites qui doivent être imposées à l’État qu’il récuse le socialisme, conçu comme le fossoyeur de la liberté, principe individuel par définition :

  • 43  Борьба против индивидуализма есть борьба против свободы. Эта борьба законна [...] когда она направ (...)

Lutter contre l’individualisme, c’est lutter contre la liberté. Cette lutte est légitime […] lorsqu’elle est dirigée contre les théories qui tentent de fonder l’État sur les principes de la volonté individuelle et du libre contrat. […] Mais elle est dépourvue de tout fondement lorsqu’elle conduit à faire engloutir toute la sphère privée par la sphère publique et à sacrifier la liberté individuelle aux exigences de la société. Cette tendance est le plus grand ennemi de la liberté et du développement, car elle détruit la source de l’un comme de l’autre. Tel est justement le caractère du socialisme, qui doit pour cette raison être tenu pour le plus grand mal de notre temps.43

54Tout au long de son ouvrage, Tchitchérine réfute les théories socialistes, de Gracchus Babeuf à Karl Marx en passant par les « socialistes de la chaire ». On ne retiendra ici que trois moments de son argumentation.

55« La liberté entraîne nécessairement l’inégalité » (p. 259). La seule égalité est l’égalité en droit, l’égalité devant la loi. En revanche, l’inégalité de fait est inscrite dans la réalité même et la liberté a pour effet de l’accroître :

  • 44  С переходом капитала из рук в руки, и в особенности по последству, это неравенство идет увеличивая (...)

L’inégalité va en augmentant avec la transmission du capital, notamment par l’héritage. Plus le capital est important, plus grandes sont les possibilités d’épargne. Avec le règne de la liberté économique, la capitalisation constitue la cause principale de l’inégalité de la répartition des richesses.44

56Tchitchérine notait d’ailleurs dès 1858, à propos de l’Angleterre :

  • 45  Нигде нет такого богатства, но зато нигде нет и такой бедности. Неравенство составляет самую сущно (...)

Nulle part il n’y a une telle richesse, mais nulle part non plus il n’y a une telle pauvreté. L’inégalité constitue l’essence même de la vie anglaise ; on en voit partout les manifestations.45

57La première erreur du socialisme est de revendiquer l’égalité au détriment de la liberté. Tchitchérine cite Gracchus Babeuf et la Conspiration des Égaux pour illustrer l’opposition irréductible entre les deux principes :

  • 46  Более последовательного проведения начала равенства невозможно представить. Но в результате оказыв (...)

On ne peut présenter mise en œuvre plus conséquente du principe d’égalité. Mais il s’avère finalement qu’il est indispensable, pour y parvenir, d’écraser complètement la liberté. La contradiction entre ces deux principes apparaît en pleine lumière. Et de fait, si l’égalité formelle, ou l’égalité de droits est la conséquence logique d’une liberté identique pour tous, l’égalité matérielle est la négation directe de la liberté. Cette dernière consiste en la possibilité de disposer à sa guise de ses forces et de ses ressources. Mais comme les forces et les ressources des hommes sont inégales, les fruits de l’activité humaine seront eux aussi différents.46

58Plus attaché à l’égalité qu’à la liberté, le socialisme met en cause la propriété. C’est le deuxième chef d’accusation, incarné cette fois par Pierre-Joseph Proudhon, que Tchitchérine retient contre lui :

  • 47  Отрицание собственности составляет самую сущность социализма. Всякий социалист, который понимает, (...)

La négation de la propriété constitue l’essence même du socialisme. Tout socialiste qui comprend ce qu’il dit aboutit obligatoirement à cela. Chez Proudhon, cette négation est menée à ses effets extrêmes pour remonter au principe suivant : l’homme ne peut avoir de propriété parce qu’il ne s’appartient pas lui-même. Il est une création de la société, contraint de travailler pour son créateur ; il est même moins qu’un esclave, c’est une chose, un pot aux mains du potier. Selon cette conception, il ne peut bien sûr être question de propriété, mais il ne peut pas non plus être question de liberté.47

59Or, la propriété est justement « ce qui forme le domaine légal de l’activité de l’individu, ce dont il peut disposer à sa guise » (p. 141). Aussi Tchitchérine considère-t-il, tout comme Proudhon d’ailleurs, qu’attaquer la propriété revient à bouleverser l’ordre établi. Mais quand Proudhon s’en réjouit, le libéral, ardent défenseur de l’héritage, déplore les coups portés à la liberté dont « la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen est l’expression la plus éclatante » (p. 25) :

  • 48  Все, что колеблет собственность, подрывает самые основы гражданского порядка. Политические революц (...)

Tout ce qui ébranle la propriété sape les fondements mêmes de l’ordre civil. Les révolutions politiques sont loin d’avoir la même portée. Elles ne touchent que le sommet, laissant intacts les innombrables fils qui lient les hommes dans leurs rapports privés. Mais dès que l’on touche à la propriété, tout est ébranlé, l’homme ne peut plus être sûr de rien, il sent que l’on porte atteinte à tout son monde individuel, à sa liberté, à son activité, à sa famille, à tout ce qui lui est cher, à son passé comme à son avenir.48

60Et Tchitchérine note avec inquiétude :

  • 49  Tchitchérine fait allusion à Adolph Wagner.
  • 50  Когда сорок лет тому назад, Прудон объявил, что собственность есть воровство, это было принято, ка (...)

Quand Proudhon déclara il y a quarante ans « la propriété, c’est le vol », on vit dans cette assertion, comme il se devait, le paradoxe d’un sophiste qui avait du goût pour le brillant des phrases creuses. Mais aujourd’hui nous en sommes au stade où un professeur qui occupe l’une des plus importantes chaires d’Allemagne49 proclame dans un manuel destiné à diriger la jeunesse que l’existence de la propriété est asservissement et violence.50

61Enfin, le socialisme, et c’est sa plus grande faute, confond deux catégories : droit et morale. La seconde se rapporte à la dimension spirituelle de l’homme, elle appartient à la sphère privée, alors que le droit relève de l’État. Cest pourquoi il peut aller au rebours de la morale : alors que « les usuriers profitent de la misère de leurs prochains » (p. 197), le droit soutient l’usurier qui recouvre une créance. Dans ce cas, « l’État vient au secours d’une transaction immorale » (ibid.). Il ne faut pas s’en étonner puisque l’État doit permettre la coexistence de tous les domaines de la vie humaine. Le crédit appartient à la vie économique qui, « comme la science et l’art, constitue un domaine autonome de l’activité humaine, avec ses lois et ses exigences propres » (p. 278) : son principe est « le profit ou l’intérêt personnel » (p. 273). En revanche,

  • 51  В отличие от промышленной деятельности, благовторительность ничего не производит и не приобретает, (...)

contrairement à l’industrie, la charité ne produit rien et n’acquiert rien, elle utilise l’acquis différemment, au profit d’autrui, en obéissant non pas au calcul économique, mais à l’amour désintéressé du prochain. Charité et activité économique ont des fondements opposés ; c’est pourquoi les juxtaposer comme deux formes d’une même catégorie est une atteinte monstrueuse à la logique.51

62Le terme « prochain » est révélateur : si le socialisme confond droit et morale, c’est qu’il amalgame politique et religieux. Tchitchérine en trouve l’illustration la plus nette dans le communisme, auquel aboutit la mise en œuvre rigoureuse des principes du socialisme, « tyrannie intolérable » (p. 409) sur le plan politique et « idéalisme poussé à une extrémité inepte » (1883, t. II, p. 169) sur le plan philosophique.

Le communisme, stade suprême du socialisme

63La critique de cet amalgame affleure dès 1855 sous la plume de Tchitchérine dans une diatribe contre Herzen :

  • 52  Вы, социалисты, считаете себя новыми христианами, призванными к вторичному обновлению мира. Но хри (...)

Vous, les socialistes, vous vous prenez pour de nouveaux chrétiens appelés à régénérer le monde une deuxième fois. Mais les chrétiens marchaient, fortifiés par leur foi en le Sauveur, qui avait porté sur terre une parole de rédemption ; dans leur sermon, ils récusaient la terre au nom du ciel que leur avait ouvert le fils de Dieu lui-même. Tandis que vous, sur quoi pouvez-vous prendre appui ?52

64En 1882, c’est au Credo communiste d’Étienne Cabet que Tchitchérine se réfère pour déclarer : « Le communisme a élevé l’égalité au rang de dogme absolu, en la faisant découler de la fraternité universelle des hommes. » (1882, t. I, p. 252) La critique esquissée contre Herzen se fait alors explicite :

  • 53  Очевидно, что это учение ничто иное, как сколок с христианства, которое всех людей признает сынами (...)

Il est manifeste que cette théorie n’est rien d’autre qu’une pâle copie du christianisme, qui reconnaît tous les hommes comme fils de Dieu et comme frères. Mais les communistes rejettent le fondement religieux de cette théorie, qui seul lui donne son sens ; ils n’en retiennent que la conclusion qui perd par conséquent tout ancrage pour revêtir un sens totalement perverti. Le christianisme proclame en effet la fraternité universelle des hommes ; mais il la proclame en tant que principe religieux et moral, obligatoire pour la conscience, mais en aucun cas contraignant parce qu’il est impossible de faire de la charité une prescription. C’est pourquoi aucun État chrétien n’a jamais songé à transformer la charité en droit pour en faire le fondement de l’ordre civil.53

  • 54  Прудон справедливо замечает, что под именем равенства коммунизм установляет величайшее неравенство (...)
  • 55  Le texte original de Proudhon est le suivant : «  [...] la communauté est l’exploitation du fort p (...)

65Sans reculer devant le paradoxe, Tchitchérine cite Proudhon à l’appui de sa thèse, en s’autorisant dans sa traduction54 quelques écarts par rapport au texte original55 :

Prouhon observe à juste titre que sous couvert d’égalité le communisme établit la plus grande des inégalités : il légalise l’exploitation du fort par le faible. [...] Le communisme, poursuit-il, est oppression et esclavage. [...] La communauté des biens viole l’autonomie de la conscience et le principe d’égalité : la première, en écrasant la spontanéité de l’esprit et du cœur, la liberté d’action et de pensé, la seconde, en récompensant par une égale prospérité le travail et la paresse, le talent et la bêtise, et enfin, la vertu et le vice.

66Le communisme est donc condamné à l’échec par la liberté même, c’est-à-dire par la nature de l’homme en tant qu’être libre.

  • 56  Коммунизм неспособен сделаться, не только окончательною, но даже и переходною ступенью человеческо (...)

Le communisme est incapable de devenir non seulement le stade final, mais même un stade transitoire de la vie sociale de l’humanité pour la simple raison que l’homme ne peut jamais cesser d’être un être libre, c’est-à-dire un centre autonome de vie et d’action. Son asservissement à la société est aussi opposé à sa nature que son asservissement à un particulier. Si le second est possible lors des stades inférieurs du développement de l’humanité, le premier est impossible à quelque stade que ce soit, parce que la société est composée d’individus ; donc, ce système doit être détruit par sa propre contradiction interne. Pour qui est capable de penser clairement, le communisme est une insanité sur le plan théorique et une impossibilité sur le plan pratique. Il est à ranger dans la catégorie des utopies pures.56

67Ces quelques lignes suffisent à expliquer pourquoi la période soviétique a négligé Boris Tchitchérine, alors même qu’il fut l’oncle attentionné de Gueorgui Tchitchérine, le premier commissaire du peuple aux affaires étrangères de la jeune URSS.

  • 57  B. N. Čičerin, Ĉernovik obraŝeniâ k « Moim slušatelâm » [Brouillon du discours « À mes étudiants » (...)

68Boris Nikolaevitch eut à peine plus de chance de son vivant auprès du régime tsariste. De retour en Russie en juin 1861 après un séjour de formation en Europe, il voit dans les « Grandes réformes » conduites par Alexandre II le prélude à l’évolution libérale de la Russie qu’il est résolu à favoriser en formant l’élite susceptible de la promouvoir. Deux champs d’action lui sont alors offerts : la chaire de « droit de l’État » de la faculté de droit de l’université de Moscou, où il donne sa leçon inaugurale en octobre 1861, et les cours que Sergueï Stroganov lui demande en 1862 de dispenser à l’héritier du trône, Nikolaï Alexandrovitch. La mort prématurée du tsarévitch en avril 1865 ruine les espoirs de Tchitchérine. Les événements confirment ce sentiment : Konstantin Pobedonostsev est chargé dès 1866 de l’éducation du nouveau tsarévitch, le futur Alexandre III. L’année suivante, Tchitchérine quitte la chaire de droit constitutionnel, en signe de protestation contre les atteintes au statut de l’université. À ses étudiants qui donnent en son honneur un dîner d’adieu, il déclare que son devoir n’est pas seulement d’« agir sur leur esprit, mais aussi de [leur] donner un exemple moral, en agissant devant [eux] en homme et en citoyen »57.

  • 58  B. N. Čičerin, Zadači novogo carstvovaniâ, 1881.

69Le procès de Véra Zassoulitch est pour lui un signe évident de l’impasse politique dans laquelle s’enferme le pays. Le gouvernement est impuissant parce qu’il a abandonné les réformes du début de règne pour retourner à l’arbitraire policier. Affaibli et discrédité par son incohérence, il s’aliène le soutien de la mouvance libérale sans parvenir à juguler la menace révolutionnaire. L’assassinat d’Alexandre II sonne le glas des dernières velléités vaguement libérales : les « tâches du nouveau règne »58 définies par Tchitchérine dans une note à Alexandre III sont balayées par le Manifeste que rédige Pobedonostsev. Élu par la Douma de Moscou à la tête de la ville en décembre 1881, Boris Nikolaevitch prononce le 16 mai 1883, lors du banquet donné par les responsables des villes de Russie en l’honneur du couronnement d’Alexandre III, un discours qui déplaît au tsar en raison de sa coloration « constitutionnaliste », pourtant très modérée : il est prié de quitter sa fonction et abandonne toute action politique concrète, se consacrant jusqu’à sa mort à la rédaction de travaux fondamentaux. Son sort est symbolique de celui du libéralisme russe : rétrograde pour les socialistes, subversif aux yeux du pouvoir, il est condamné à déserter la scène politique où s’affrontent seuls dans un engrenage stérile révolutionnaires et autocratie.

70La pensée de Tchitchérine pose toutefois d’autres questions. Ce partisan du progrès par la réforme, ce « penseur politique d’envergure européenne » (Zor’kin, 1975, p. 14) qui a la clairvoyance de comprendre que l’avenir historique est à la démocratie n’a pas l’intuition de chercher dans « les masses » l’embryon de « nouvelles couches sociales », base d’une évolution réussie. Il n’est préoccupé que par la formation d’une élite : l’instruction et la formation de « la multitude » ne sont pas pour lui un enjeu politique. L’aveuglement que traduit son rejet des mesures sociales adoptées par Bismack est confondant. Prisonnier d’une logique politique étroitement capacitaire, obsédé par la hantise du socialisme, il tient pour quantité négligeable la majeure partie de la population. Tout se passe comme si cet ardent partisan de la liberté civile avait conservé, dans son domaine de Karaoul, des catégories mentales marquées par la vision patriarcale de l’aristocratie foncière. Ni les libéraux, ni les populistes ne parvinrent à résorber la solution de continuité entre élite et masse de la population.

71Paradoxalement, cette faiblesse de la pensée politique tchitchérinienne est sans doute la plus riche d’enseignements, y compris pour la Russie actuelle toujours en quête d’une classe moyenne après le passage brutal du soviétisme à la « thérapie de choc ». Alors que le pays affronte une crise démographique sévère et que son économie fait une part réduite au capital humain, la réflexion d’un autre aristocrate russe mérite d’être reconsidérée : « Pour un journal, comme pour n’importe quelle autre affaire, les hommes sont plus précieux que l’argent. » (Kropotkin, 1990, p. 399).

Bibliografía

Œuvres de Boris Nikolaevič Čičerin citées dans le texte

1856, « O krepostnom sostoânii » [Le Servage], Golosa iz Rossii, Pervyj vypusk vtoroj časti, Londres, Vol’naâ russkaâ knigopečatnâ.

1858a, « Sovremennye zadači russkoj žizni » [Les problèmes actuels de la réalité russe], Golosa iz Rossii [Voix de Russie], čast’ IV, vtoroe izdanie, Londres, Trübner & Co., p. 85-87.

1858b, « Ob aristokratii, v osobennosti russkoj » [L’aristocratie, en particulier l’aristocratie russe], Golosa iz Rossii, čast’ III, vtoroe izdanie, Londres, Trübner & Co., p. 28-29.

1858c, « O političeskoj buduŝnosti Anglii », Očerki Anglii i Francii [Essais d’Angleterre et de France], Moscou, Izdanie K. Soldatenkova i N. Ŝepkina, v tipografii E. Barfknehta i komp.

1858d, « Promyšlennost’ i gosudarstvo v Anglii » [L’industrie et l’État en Angleterre], Očerki Anglii i Francii [Essais d’Angleterre et de France], Moscou, Izdanie K. Soldatenkova i N. Ŝepkina, v tipografii E. Barfknehta i komp.

1866, O narodnom predstavitel’stve [La représentation nationale], Moscou, Tipografiâ Gračeva i Komp.

1877, Istoriâ političeskih učenij, čast’ IV [Histoire des idées politiques, t. IV], Moscou, Tipografiâ Gračeva i Komp.

1882, Sobstvennost’ i gosudarstvo, čast’ pervaâ [La propriété et l’État, t. I], Moscou, Tipografiâ Martynova.

1883, Sobstvennost’ i gosudarstvo, čast’ vtoraâ [La propriété et l’État, t. II], Moscou, Tipografiâ P. I. Briskorn.

1901a, Pol’skij i evrejskij voprosy. Otvet na otkrytye pis’ma N. K. Rennenkampfa [Les questions juive et polonaise. Réponse aux lettres ouvertes de N. K. Rennenkempf], Berlin, Izdanie Gugo Štejnic.

1901b, Nauka i religiâ [La science et la religion], Moscou, Tipo-litografiâ T-va I.N. Kušnerev i K.

1991, « Moskva sorokovyh godov » [La Moscou des années 1840], Russkoe obŝestvo 40-50-h godov XIX v., čast’ II, Moscou, Izdatel’stvo Moskovskogo universiteta.

Autres références citées

Berdâev Nikolaj Aleksandrovič, 1971, Russkaâ ideâ, Paris, Ymca-Press.

Blok Aleksandr Aleksandrovič, 1982, « Intelligenciâ i Revolûciâ » [Les Intellectuels et la Révolution], Sobranie sočinenij v šesti tomah, t. IV, Leningrad, Hudožestvennaâ literatura.

Kavelin Konstantin Dmitrievič et Čičerin Boris Nikolaevič, 1856, « Pis’mo k izdatelju » [Lettre à l’éditeur], Golosa iz Rossii, cast’ pervaâ, Londres, Vol’naâ russkaâ knigopečatnâ.

Kropotkin Pëtr Alekseevič, 1990, Zapiski revolûcionera [Carnets d’un révolutionnaire], Moscou, Mysl’.

Evlampiev Igor’ Ivanovič, 2005, « Filosofksie i social’no-političeskie vzglâdy B.N. Čičerina » [Les conceptions politiques, sociales et philosophiques de B. N. Tchitchérine], Sobstvennost’ i gosudarstvo, Saint-Pétersbourg, Izdatel’stvo Russkoj Hristianskoj gumanitarnoj akademii.

Leontovič Viktor Vladimirovič, 1980, Istoriâ libralizma v Rossii [Histoire du libéralisme en Russie], Paris, Ymca-Press.

Leroy-Beaulieu Paul, 1884, Le collectivisme, Paris, Librairie Guillaumin.

Martin Sylvie, 2009, « Boris Tchitchérine dans la Russie contemporaine », D’autres Russies, no 33 de La Revue russe, Paris, p. 115-127.

Ŝetinina Galina Isidorovna, 1995, « B. N. Čičerin, ideolog buržuaznogo pravoporâdka » [B. N. Tchitchérine, idéologue de l’ordre juridique bourgeois], Idejnaâ žizn’ russkoj intelligencii konec XIX-načalo XX v., Moscou, Nauka.

Solov’ev Aleksandr Ivanovič, 2002, « Preždevremennyj čelovek » [Un homme venu trop tôt], Sud’by tvorcov rossijskoj nauki, A. V. Surin et M. I. Panov éd., Editorial URSS, en ligne [URL : http://old-liberal.by.ru/literature/s_pch.html]. Consulté le 19 janvier 2010.

Zor’kin Valerij Dmitrievič, Iz istorii buržuazno-liberal’noj političeskoj mysli Rossii vtoroj poloviny XIX-načala XX v. (B. N. Čičerin) [Pages de l’histoire de la pensée politique libérale et bourgeoise de la Russie dans la seconde moitié du xixe siècle et au début du xxe siècle (B. N. Tchitchérine)], Moscou, Izdatel’stvo Moskovskogo universiteta.

Notas

1  Субъективная свобода является средством, или орудием исторического движения; цель же этого движения состоит в осуществлении объективных определений свободы, которых высшим выражением является государство. Однако и субъективная свобода, будучи принадлежностью человека, как разумного человека, никогда не может быть низведена на степень простого средства; она всегда остается сама себе целью. (1883, p. 379)

2  Можно сказать, что человеческая мысль никогда не производила ничего глубокомысленнее этого воззрения, в котором охранительные начала и прогрессивные, субъективная свобода и объективный порядок жизни, сочетаются в высшем философском синтезе. (Ibid., p. 380)

3  В действительности никакой общественный порядок не удовлетворяет человека вполне. Как скоро известная цель достигнута, рождаются новые нужды, которые побуждают общество к новому движению. [...] возгорается борьба между старым и новым, между свободою и порядком, до тех пор, пока движение жизни не приведет к новому сочетанию, способному согласить изменившиеся элементы. (1866, p. 198)

4  Государство есть сложное тело: в нем сочетаются не только различные, но и противоположные элементы, которые могут совмещаться только при взаимном ограничении. Свобода должна подчиняться власти, закону, порядку; наоборот, власть должна стеснять себя в пользу свободы, предоставляя последней надлежащий простор и даже влияние на общие дела. (Ibid., p. 58)

5  Сравнивая средневековый быт, как он изображен немецкими историками-юристами, с началами, установленными в Гегелевой философии права, я пришел к заключению, что основанный на частном праве порядок следует именовать не государством, а гражданским обществом; государственные же начала, развивающиеся в новое время и подчиняющие себе обе противоположные области, церковную и гражданскую, являются восстановлением утраченного единства. (Čičerin, 1991, p. 67)

6  Если обратимся к началу истории современных обществ, – к тому времени, когда вышедши из первобытного патриархального состояния, они стали жить историческою жизнью, мы увидим почти исключительное господство народного элемента. В средние века государство не существовало [...]. Лишенный власти, народ представляет хаотическую массу, преданную господству необузданного произвола. [...] Возгараются беспрерывные междоусобия и господствует анархия, повсеместная и нестерпимая. (1858a , p. 85-86)

7  Король явился представителем начала общественного, ограничивающего личный произвол для пользы общей. [...] она [борьба] вспыхнула [...], кончилась торжеством королевской власти, торжеством государства над анархическими и буйными силами, завещанными предыдущей эпохой. Все великие государи, основатели монархии, были гонители аристократии. [...] Все они опирались на сословие горожан, на законников, выводимых из ничтожества, но сильных знанием права. (1858b, p. 28-29)

8  Это историческое значение самодержавной власти дало ей такую мощь, какой она не имела ни в одной европейской стране, и перед которой должны были исчезнуть всякие представительные учреждения. [...] Уже в XVI-м веке, иностранцы, посещавшие Россию, замечали, что русский царь – самый неограниченный монарх в Европе, и таким он остался доселе. (1866, p. 356-357)

9  В таком положени находимся мы теперь. С XV века развивается у нас государство, и правительственная деятельность все усиливается; но только в наше время достигла она нестерпимой крайности. (1858a, p. 88)

10  Оставьте это учение Прудону с братьею, оставьте его легкомысленной партии красных республиканцев, всегда готовых ринуться на разрушение и неимеющих сил для созидания; партия, которая своим безумием погубила во Франции ресублику и оправдала деспотизм Людовика Наполеона. Да, Людовик Наполеон прав; мы можем сказать это, мы, настоящие враги его, мы, никогда не питавшие ни малейшего уважения к личным его качествам. Он прав, потому что обуздал, хотя временно, это племя, столь же неисправимое, как французские аристократы, это племя вечно выезжающее на звонких фразах и не имеющего ни малейшей доли политического смысла. (1856, p. 33)

11  L’expression « juifs allemands » est surprenante sous la plume de celui qui, dès 1856 et jusqu’à sa mort, ne cessa de réclamer la fin des persécutions contre les juifs en Russie, allant jusqu’à écrire : « Les juifs sont un peuple dont l’humanité a reçu tout son patrimoine moral et auquel elle doit pour cette raison une reconnaissance éternelle. » (Čičerin, 1901a, p. 46)

12  Но сердечное его сочувствие было все-таки на стороне свободы и вместо того, что способно было поднять и облагородить человеческую личность. С этой точки зрения он сочувствовал и первым проявлениям социализма, который в то время не представлялся еще той злобною софистикой, какой он сделался впоследствии в руках немецких евреев. Вполне признавая несостоятельность тех планов, которые социалисты предлагали для обновления человечества, Грановский не мог не относиться сочувственно к основной их цели, к уменьшению страданий человечества, к установлению братских отношений между людьми. Раскрывавшаяся тогда ужасающая картина бедствий рабочего населения увлекала в эту сторону самые умеренные и образованные умы, как, например, Сисмонди. Но когда в 48-м году социализм выступил на сцену как фанатическая пропаганда, или как дышащая злобою и ненавистью масса, Грановский не последовал за радикальными увлечениями Герцена, а, напротив, приходил в негодование от взглядов, выраженных в «Письмах с того берега» или в «Полярной звезде». (Čičerin, 1991, p. 36)

13  Что нашли вы такого в русском мужике, в этом несчастном страдальце, который Бог знает еще когда пробудится к сознанию своих способностей и к деятельности самостоятельной и разумной? [...] Но что же он сделал для того, чтоб можно было ожидать от него будущего возрождения человечества? [...] Если вы хотите быть последовательным с самим собою, так не останавливайтесь на России. Идите дальше; представьте нам Негра, как существо самое неразвитое и самое угнетенное, а потому именно долженствующее возродить человечество, развращенное историческим просвещением. (Kavelin, Čičerin, 1856, p. 22-24)

14  Революция не есть право, а нарушение права. Она может иногда быть оправдана обстоятельствами, притеснениями, но никогда не может быть выражением правомерного образа действия. В правильном государственном порядке она немыслима. Право на восстание, провозглашенное конституцею 1793-го года, есть узаконение анархии. (1866, p. 21)

15  Если же наконец злоупотребления становятся невыносимыми, и общее неудовольствие находить себе исход в удачной революции, то и от этого не всегда становится легче, ибо революция сама по себе есть зло и всегда влечет за собою значительные бедствия. (Ibid., p. 42)

16  Право есть именно определенная законом свобода или возможность действовать. [...] Свобода должна быть определена и ограждена законом, то есть должна сделаться правом. (Ibid., p. 9-10)

17  Вся задача права состоит в определении границ свободы. (1882, t. I, p. 28)

18  В диком состоянии, человек может пользоваться неограниченною вольностью, не нуждаясь в юридических определениях; в образованном обществе, сохранение свободы возможно только при развитии права. (1866, p. 10)

19  На первых порах, все элементы человеческой природы находятся в состоянии слитности. Вследствие этого, право смешиватеся и с нравственнностью и с религиею. В особенности религиозное начало владычествует в первую эпоху человеческой истории. Только постепенно [...] право становится независимым от религии и образует свой отдельный мир, управляемый присущими ему законами. [...] Ступени развития свободы суть вместе и ступени развития права. (1882, t. I, p. 87-88)

20  Прогрессивная партия, которая, отстаивая свободу, старается строго отделить религиозную область от гражданской, оказывает существенную услугу государству. (1866, p. 471)

21  Допустив беззаконие на свои учреждения, государство привыкло к нему. Чувство права, чувство законности, и без того не слишком сродное русскому человеку, стало совершенно ему чуждым. [...] Произвол никого не удивляет и считается едва ли не нормальным явлением в обществе. На самые безобразные установления мы смотрим равнодушными взорами и каждый хлопочет только о том, чтобы как-нибудь обойти тягостный для него закон. Дворянство, владеющее бесправными людьми, в свою очередь бесправно и безгласно перед правительством. (Ibid., p. 155)

22  В России не могло быть речи о представительстве, облеченном политическими правами. Крепостные люди не имеют прав относительно господина; они пользуются только льготами, которые всегда могут быть у них отняты. (Ibid., p. 362)

23  Становясь правом, свобода получает уже общий характер. Она определяется и охраняется общественною властью, от которой исходит закон, и которой отдельное лицо должно подчиняться, ибо никто не может быть судьею собственного права. С другой стороны, всякое право должно быть ограждено от произвола. Каждый свободный член общества должен иметь возможность защищать свои права. При подчинении личной свободы общественной власти, это требование может быть удовлетворено единственно участием гражданина в самой власти, определяющей и охраняющей права. Пока власть независима от граждан, права их не обеспечены от ее произвола; в отношении к ней лицо является бесправным. [...] При взаимности прав и обязанностей, политическая свобода является последствием личной, как высшее обеспечение последней. (Ibid., p. 10)

24  Все существенные элементы государства: монархический, аристократический и демократический, соединяются в общем устройстве, для совокупной деятельности, во имя общей цели. (p. 90)

25  Здесь воля монарха сдерживается правами народного представительства; взаимные отношения властей определяются законом. Произвол устраняется, свобода получает надлежащее обеспечение, способнейшие люди выдвигаются вперед и приобретают преобладающее влияние на дела. (Ibid.)

26  С этой точки зрения, собственность получает политическое значение; она, как мы видели, служит одним из существенных признаков политической способности. Это прилагается особенно к конституционной монархии, которая имеет в этом отношении значительное преимущество перед республикою. В последней свобода составляет главный элемент государства. а потому верховная власть находится в руках самой многочисленной, но наименее способной части народа. Конституционная монархия, напротив, имея в виду гармоническое сочетание различных начал во имя высших целей, призывает к участию в управлении только те классы, которые в состоянии понимать государственные потребности и действовать в согласии с другими элементами общества. (p. 147)

27  Если во Франции весь ход событий, характер составных элементов общества, способность средних и низших классов и политическая неспособность высших привели к господству демократии, то с этим надобно мириться, а не ратовать против порядка вещей, приготовленного всею прошедшею жизнью народа. (p. 294)

28  Boris N. Tchitchérine a perdu ses deux enfants, sa femme est tombée gravement malade, puis il a perdu sa mère. Il écrit à Thiers de son domaine de Karaoul, où il rédige notamment son Histoire des idées politiques en cinq volumes.

29  Boris N. Čičerin, Brouillon de lettre à Thiers (juin 1876), Bibliothèque d’État de Russie, Département des manuscrits, Fonds 334, t. I, carton III, document 21. La lettre est rédigée en français.

30  Sur le caractère transitoire de la démocratie, voir Čičerin, 1901b, p. 449.

31  В предыдущей книге мы рассматривали свободу, как источник права [...]. Но свобода есть вместе с тем и экономическое начало; она составляет источник промышленной деятельности. (1882, t. I, p 270)

32  В свободе кроется начало всякого индивидуализма. Как скоро мы признаем свободный труд нормальным источником промышленной деятельности, так, вместе с тем, мы признаем, что промышленность есть такая область, в которой, по самому существу дела, должен господствовать индивидуализм. (Ibid., p. 272)

33  В экономической области в особенности, свобода является исходною точкою и определяющим началом всех отношений. Поэтому экономическая наука, по самому существу дела, должна быть наукою либеральною. Индивидуализм тут совершенно у места; ничего другого даже не может быть. (Ibid., p. 324)

34  Есть и такие предметы, которые, по существу своему, находятся в ведении государства. Сюда принадлежит все, что состоит в общем пользовании или требует общей системы, в особенности же то, что по природе своей образуют известного рода монополию. Таковы пути сообщения, почты, телеграфы, монетная система, таможни, пожарная полиция, водопроводы, благотворительные учреждения и т.д., а в другой области, публичные музеи и учебные заведения. (Ibid., p. 229)

35  Одно государство обладает достаточными средствами для установления общей системы учреждений, необходимой в деле народного образования. Оно одно может дать должности преподавателя надлежащую прочность и высоту, и тем самым притянуть к ней лучшие умственные силы страны. [...] Частные преприятия могут служить пособием общественному воспитанию, но никак не в состояни его заменить. [...] Но государству всегда принадлежит право надзора над частными школами. (1866, p. 496)

36  Если правильное воспитание юношества составляет общественную потребность, если эта потребность удовлетворяется главным образом заведениями, открытыми для всех, если наконец народное просвещение должно составлять общую систему, то нет сомнения, что оно должно находиться в руках государства. Это тем необходимее, что самое существование политического тела зависит от общего духа граждан, а этот дух всего более создается и поддерживается общественным воспитанием. [...] Дело государства – предоставить преподаванию достаточно широкую свободу, для того чтобы различные взгляды, совместные с общественным порядком, находили в нем своих представителей. (1883, t. II, p. 233-234)

37  Право государства не только учреждать высшие учебные заведения, но и не допускать конкурренции в видах общественной пользы, едва ли может быть оспорено. Но не всегда полезно пользоваться своим правом. (Ibid., p. 234)

38  Оказалось, что юридическая свобода и равенство не обеспечивают благосостояния масс. Миллионы пролетариев, при полной свободе, все таки остаются без куска хлеба или пользуются самым скудным пропитанием. Прежний антагонизм между привилегированными и непривилегированными сословиями заменился антагонизмом между богатыми и бедными, между капиталистами и рабочими. С политической почвы борьба перешла на почву экономическую. (1882, t. 1, p. xii)

39  Германское правительство вступает здесь на весьма опасный путь. Желание отвлечь массы от социализма, без сомнения, весьма законно; [...] Государственный социализм не есть средство бороться с социализмом революционным. [...] Современная политика германского правительства, которое одною рукою дарует всеобщее право голоса, а другою обращает государственные деньги на помощь рабочему классу, составляет первый шаг к осуществлению социалистической программы. (Ibid., p. 243)

40  Le collectivisme de Paul Leroy-Beaulieu paraît en 1884.

41  Boris N. Čičerin, Brouillon de lettre à Anatole Leroy-Beaulieu, Bibliothèque d’État de Russie, Département des manuscrits, Fonds 334, t. I, carton III, document 20. La lettre est rédigée en français.

42  Двадцать лет тому назад, в России и на Западе, общее направление умов было враждебно государству. [...] В то время, о котором нынешнее молодое поколение уже не помнит, приходилось доказывать, что государство есть что-нибудь; надобно было восставать против безграничного развития индивидуализма. И на это, по крайней мере в России, требовалась некоторая доля смелости; надобно было идти на то, чтобы прослыть государственником, казенным публицистом, отсталым человеком. В настоящее время, движение пошло вспять; теперь приходится, наоборот, доказывать, что государство не все, и что индивидуализм имеет свою, законно принадлежащую ему сферу, в которую государство не в праве вторгаться; приходится бороться с обратным течением, опять же под опасением прослыть за отсталого человека. Ныне над самым государством воздвиглось новое чудовище, общество, которое прежде считалось совокупностью свободных сил, но теперь является каким-то таинственным лицом, поглощающим в себе не только государство, но и частную сферу, лицом, все направляющим к своим собственным целям и не допускающим никакого самостоятельного проявления жизни. В сущности, это – тоже государство, только под другим названием и с гораздо более обширным ведомством. От этого Молоха, которому так называемые передовые мыслители готовы все принести в жертву, приходится оберегать самое драгоценное достояние человечества – свободу и все, что связано с свободою. (p. xix-xx)

43  Борьба против индивидуализма есть борьба против свободы. Эта борьба законна [...] когда она направляется против учений, пытающихся основать государство на началах личной воли и свободного договора. [...] Но эта борьба лишена всякого основания, когда она ведет к поглощению всей частной сферы общественною и к пожертвованию личной свободы общественным требованиям. Такое направление является величайшим врагом свободы и развития, ибо оно уничтожает источник того и другого. А таков именно характер социализма, который поэтому должен быть признан величайшим злом нашего времени. (p. 33)

44  С переходом капитала из рук в руки, и в особенности по последству, это неравенство идет увеличиваясь. Чем больше капитал, тем более открывается возможности для сбережений. При господстве экономической свободы, капитализация составляет главный источник неравного распределения богатства между людьми. (p. 398)

45  Нигде нет такого богатства, но зато нигде нет и такой бедности. Неравенство составляет самую сущность английского быта; оно проявляется везде.(1858d, p. 75)

46  Более последовательного проведения начала равенства невозможно представить. Но в результате оказывается, что для этого необходимо совершенное подавление свободы. Противоречие между этими двумя началами обнаруживается в полном свете. И точно, если равенство формальное, или равенство прав, составляет логическое последствие одинакой для всех свободы, то равенство материальное является прямым отрицанием свободы. Последняя состоит в возможости располагать по собственному усмотрению своими силами и средствами. Но так как силы и средства у людей неравны, то и плоды человеческой деятельности будут разные. (1882, t. I, p. 249-250)

47  Отрицание собственности составляет самую сущность социализма. Всякий социалист, который понимает, что он говорит, непременно к этому приходит. У Прудона это отрицание доводится до самих крайних своих последствий и возводится к этому источнику: человек не может иметь собственности, потому что он сам себе не принадлежит. Он – создание общества, обязанное трудиться для своего создателя; он даже менее, чем раб, он вещь, он горшок в руках горшечника. При таком взгляде, конечно, о собственности не может быть речи; но вместе с тем не может быть речи и о свободе. (p. 124)

48  Все, что колеблет собственность, подрывает самые основы гражданского порядка. Политические революции далеко не имеют такого значения. Они касаются только вершины, оставляя ненарушенными все бесчисленные нити, связывающие людей в их частных отношениях. Но как скоро дело касается собственности, так все колеблется, так человек не может уже быть уверенным ни в чем, так он чувствует, что посягают на весь его личный мир, на его свободу, на его деятельность, на его семью, на все, что ему дорого, на его прошедшее и будущее. (p. 142)

49  Tchitchérine fait allusion à Adolph Wagner.

50  Когда сорок лет тому назад, Прудон объявил, что собственность есть воровство, это было принято, как и следовало, за парадокс софиста, любившего щеголять громкими фразами. Но теперь уже мы дожили до того, что профессор, занимающий одну из самых важнейших кафедр в Германии, в учебнике, назначенном для руководства юношества, провозглашает, что существование чужой собственности есть рабство и насилие. (1882, t. I, p. 187)

51  В отличие от промышленной деятельности, благовторительность ничего не производит и не приобретает, а приобретенное иным путем употребляет на чужую пользу, руководствуясь не хозяйственным расчетом, а бескорыстною любовью к ближнему. Благотворительность и хозяйственная деятельность в своих основаниях противоположны друг другу; а потому поставление их рядом, как двух видов одного рода, составляет чудовищное посягательство на логику. (p. 284)

52  Вы, социалисты, считаете себя новыми христианами, призванными к вторичному обновлению мира. Но христиане шли, укрепленные верою в спасителя, принесшего на землю слово искупления; они в своей проповеди отрицали земное во имя небесного, откровенного им самим сыном Божьим. А вы на что можете опереться ? (Kavelin, Čičerin, 1856, p. 27-28)

53  Очевидно, что это учение ничто иное, как сколок с христианства, которое всех людей признает сынами Божьими и братьями между собою. Но коммунисты отвергают религиозное основание этого учения, которое одно дает ему смысл, а берут только вывод, который вследствие этого теряет всякую почву и получает совершенно превратное значение. Действительно христианство провозглашает всеобщее братство людей; но оно провозглашает его, как нравственно-религиозное начало, обязательное для совести, но отнюдь не принудительное, ибо любви предписать нельзя. Поэтому, ни одно христианское государство никогда не думало превратить любовь в право и сделать ее основанием гражданского порядка. (p. 253)

54  Прудон справедливо замечает, что под именем равенства коммунизм установляет величайшее неравенство: он узаконяет эксплуатацию сильного слабым. [...] Коммунизм, продолжает он, есть притеснение и рабство. Общение имуществ насилует автономию совести и начало равенства: первую, подавляя самопроизвольность ума и сердца, свободу в действии и в мысли, второе, награждая равенством благосостояния труд и лень, талант и глупость, наконец даже добродетель и порок. (p. 253-254)

55  Le texte original de Proudhon est le suivant : «  [...] la communauté est l’exploitation du fort par le faible. [...] La communauté est oppression et servitude. [...] La communauté viole l’autonomie de la conscience et l’égalité : la première, en comprimant la spontanéité de l’esprit et du cœur, le libre arbitre dans l’action et dans la pensée ; la seconde, en récompensant par une égalité de bien-être le travail et la paresse, le talent et la bêtise, le vice même et la vertu. » P.-J. Proudhon, Qu’est-ce que la propriété ?, Paris, Librairie générale française (Le Livre de poche), 2009, p. 409-410.

56  Коммунизм неспособен сделаться, не только окончательною, но даже и переходною ступенью человеческого общежития по той простой причине, чо человек никогда не может перестать быть свободным лицом, то есть, самостоятельным центром жизни и деятельности. Порабощение его обществу столь-же противно его природе, как и порабощение его отдельному лицу. И если последнее возможно на низших ступенях человеческого развития, то первое невозможно ни на какой ступени, ибо общество само состоит из лиц, следовательно это устройство должно разрушиться собственным внутренним противоречием. Для всякого, кто способен к ясному мышлению, коммунизм представляется теоретически нелепостью, а практически невозможностью. Он принадлежит к разряду чистых утопий. (1882, t. I, p. 415)

57  B. N. Čičerin, Ĉernovik obraŝeniâ k « Moim slušatelâm » [Brouillon du discours « À mes étudiants »], Bibliothèque d’État de Russie, Département des manuscrits, Fonds 334, t. I, carton XVI, document 39.

58  B. N. Čičerin, Zadači novogo carstvovaniâ, 1881.

Autor

Professeur en études russes à l’École normale supérieure de Lyon, membre du laboratoire Triangle et responsable de l’Institut européen Est-Ouest. Ses travaux portent actuellement sur le libéralisme en Russie et elle a consacré récemment plusieurs articles à Boris Tchitchérine, en particulier : « Religion et Église dans la pensée politique de B. N. Tchitchérine », journée d’étude Religion et Nation : des rapports du spirituel et du temporel dans la Russie des XIXe-XXIe siècles, ENS de Lyon, le 14 juin 2010 (mis en ligne le 15 juillet 2011. URL : http://institut-est-ouest.ens-lyon.fr/spip.php?article355) ; « Понятие демократия в политической мысли Б.Н. Чичерина » [La démocratie dans la pensée politique de B. N. Tchitchérine], Actes du Ve « Colloque Tchitchérine », Tambov, 2010, p. 122-134 ; « Б.Н. Чичерин — русский либерал и русский патриот » [B. N. Tchitchérine, un libéral russe et un patriote russe], Борис Николаевич Чичерин, годы м время [Presses de l’université d’État de Tambov], Tambov, 2010, p. 210-226 ; « Boris Tchitchérine dans la Russie contemporaine », La Revue russe, no 33, 2009, p. 115-128.

© ENS Éditions, 2012

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540