Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Libertés et libéralismes

 | 
Jean-Pierre Potier
, 
Jean-Louis Fournel
, 
Jacques Guilhaumou

Démarcations

Introduction

Jean-Pierre Potier

Full text

1Dans ce deuxième volet de l’ouvrage, les six chapitres forment une unité autour des lignes de démarcation possibles à partir de la question du libéralisme au cours des xixe et xxe siècles.

2La pensée hégélienne inaugure un certain nombre de démarcations. La première naît de la dialectique entre la société civile et l’État. Hegel a l’objectif de fonder un « libéralisme éthique », un libéralisme qui renvoie à un « État libéral » acceptant la présence d’une libre sphère d’activités non familiales et non politiques qu’il nomme société civile. La société civile se détermine présentement par un système des besoins : elle est l’espace des institutions civiles où se déploie l’entendement de l’individu. Ici, le travail de l’entendement fonctionne comme opérateur d’abstraction. À ce titre, l’État libéral rend possible l’auto-organisation de sa société et des individus qui la composent. Du libéralisme, Hegel retient donc un moment de libération, en particulier dans le travail et la production des richesses, tout en refusant la théorie du contrat social qui suppose un État rationnel, au risque d’y confondre la société civile (Philippe Soual).

3Le théoricien libéral (« occidentaliste ») russe Boris Nikolaevitch Tchitchérine sera fidèle à la philosophie de l’histoire hégélienne, fondée sur le progrès historique de l’humanité. En tant que juriste constitutionnel, il affirme que « la liberté doit être définie et limitée par la loi », c’est-à-dire qu’elle doit devenir un droit et l’État politique devra la protéger de l’arbitraire. Par ailleurs, la liberté est le moteur de l’activité économique, des actions des grands capitaines que sont les entrepreneurs. L’individualisme a ici toute sa place et le rôle de l’État dans les questions économiques reste assez marginal. Outre la sécurité et les relations internationales, ce rôle consiste dans la prise en charge du bien-être matériel et moral des citoyens dans des situations exceptionnelles (famines ou épidémies) et dans l’organisation des monopoles naturels (système monétaire, voies de communication, approvisionnement en eau, poste), mais aussi dans la gestion des musées et des établissements d’enseignement. À cela s’ajoute chez Tchitchérine un antisocialisme virulent qui le conduit en particulier à réfuter les différentes théories socialistes françaises (Sylvie Martin).

4Dans le contexte contemporain, le rapprochement entre les idées anarchistes et les idées libertariennes (voir Robert Nozick aux États-Unis) est source de confusions conceptuelles. On met souvent l’accent sur le fait que l’anarchisme et le libéralisme s’opposent tous deux au pouvoir coercitif de l’État. Cependant, l’anarchisme s’inscrit plutôt au plan théorique dans un double rapport de filiation et de critique du libéralisme politique, depuis William Godwin jusqu’à Michel Bakounine. Cette filiation critique apparaît le mieux sur les thèmes tels que la libre association des producteurs, voire même celui de l’autogestion, qui élargit la valorisation libérale de la spontanéité du social (Jean-Christophe Angaut).

5Ceci nous conduit à considérer une autre démarcation à partir du libéralisme, la « question sociale ». Les points de vue divergents qui s’expriment à ce sujet durant la seconde moitié du xixe siècle sont à l’origine d’une réflexion continue sur les frontières, du libéralisme classique au « libéralisme social » et même au « socialisme libéral ». Adversaire acharné de l’école libérale française de son temps, l’économiste Léon Walras, au nom du « socialisme libéral », souhaite résoudre scientifiquement la « question sociale ». La particularité de sa synthèse est de donner raison au libéralisme au plan politique et au socialisme au plan scientifique. La théorie de la justice qu’il développe, fondée sur le droit naturel et assise sur « l’inégalité des positions personnelles » et l’« égalité des conditions sociales », le conduit à préconiser le rachat systématique de toutes les terres par l’État, qui trouvera son revenu en louant ses terres aux entrepreneurs et aux particuliers. Par ailleurs, l’attention portée aux « exceptions » au principe de la libre concurrence le conduit à justifier l’intervention de l’État dans le domaine des monopoles naturels et des chemins de fer, qui constituerait selon lui, à la fois un service public et un monopole naturel. On peut remarquer chez lui, à la fin du xixe siècle, une certaine séduction envers un « collectivisme de la production », mais non marxiste (Jean-Pierre Potier).

6Beaucoup plus tard, la question de la relation entre le libéralisme et le socialisme va se reposer dans un tout autre contexte et dans d’autres termes, avec la notion de « social-libéralisme ». Au-delà de son usage journalistique ou politique, cette notion est née principalement de l’hybridation de principes socialistes et de principes néolibéraux, mais avec une dominance de ces derniers. Ce concept ne peut se réduire au cas britannique, en référence à la « troisième voie » théorisée par Anthony Giddens et au « néotravaillisme » de Tony Blair. Il permet en effet d’appréhender des processus à l’œuvre dans l’ensemble des gauches européennes. Les sociaux-libéraux réexaminent la place du marché et redéfinissent le rôle de l’État, chargé de mettre en place des indicateurs qui normaliseront les conduites des individus. Dans une telle perspective, la société civile n’est qu’un espace d’individualités encadrées par des normes étatiques, les médiations institutionnelles (sécurité sociale, syndicats…) étant entrées en crise. Par conséquent, faire du social-libéralisme l’héritier historique du libéralisme social de John Stuart Mill et du « nouveau libéralisme » de Leonard T. Hobhouse serait une lourde erreur (Thibaut Rioufreyt).

  • 1  Voir par exemple les cours de 1978 et 1979 intitulés par Michel Foucault Sécurité, territoire, pop (...)

7Au terme de cette seconde partie, cet ouvrage n’entame pas un débat sur le bien-fondé des hypothèses foucaldiennes, développées en particulier dans ses cours au Collège de France1. La récente publication des Cahiers de L’Herne (2011) sur Michel Foucault en précise les enjeux, tout particulièrement à partir de la manière même dont est conçue la pratique d’un cours, et son lien avec une histoire de la volonté de savoir. Dans la récente livraison des Cahiers de L’Herne, Michel Senellart montre que Michel Foucault cherche à penser autrement le lien entre gouvernement et libéralisme dans la manière même de concevoir son cours ; de façon complémentaire, il met ici l’accent présentement sur le fait qu’il se précise aussi, dans la pensée de cet auteur, une concomitance entre les deux démarcations majeures issues de la dialectique État-société civile et de la problématique du social. Une illustration nous en est donnée, par exemple, avec sa lecture de l’ordo-libéralisme allemand, qui récuse la notion d’ordre naturel et plaide pour un ordre juridiquement construit et un encadrement du régime concurrentiel.

8Michel Foucault est réticent à assimiler l’État libéral à l’État de droit selon un modèle transcendantal de la loi et juridique de la souveraineté. Analyser le pouvoir en termes de droit mène, selon lui, à un État coercitif et s’interdit de penser la société comme espace immanent d’autolimitation de l’intervention de l’État par la mise en œuvre de fabriques de la liberté à côté des ateliers de la production. Il s’agit de faire pencher le libéralisme vers la caractérisation d’une gouvernementalité libérale avec ses stratégies de pouvoir propices à un art de gouverner (Michel Senellart).

Notes

1  Voir par exemple les cours de 1978 et 1979 intitulés par Michel Foucault Sécurité, territoire, population et Naissance de la biopolitique (les deux éditions ont été préparées par M. Senellart et sont sorties en 2004 : Paris, Seuil/Gallimard).

Author

Professeur à la faculté de sciences économiques et de gestion de l’université Lumière Lyon 2 et membre du laboratoire Triangle. Auteur de nombreux travaux sur l’histoire de la pensée économique du XIXe et du XXe siècle en France et en Italie, il a préparé l’édition scientifique de plusieurs volumes des Œuvres économiques complètesde Léon Walras et de Jean-Baptiste Say (notamment le Cours complet d’économie politique pratique, 2009). Parmi ses publications récentes, on notera la coordination d’un numéro spécial de la revue Œconomia consacré à Walras et l’intervention publique (2011).

© ENS Éditions, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540