Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Libertés et libéralismes

 | 
Jean-Pierre Potier
, 
Jean-Louis Fournel
, 
Jacques Guilhaumou

Libertés

Débats politiques sur la liberté individuelle et raisons langagières dans l’émergence du mot individualisme

Marie-France Piguet

Full text

1Dans la généalogie du questionnement sur la/les liberté(s) qui fait l’objet de ce volume, l’émergence du mot individualisme, au cours du premier tiers du xixe siècle, occupe une place singulière car elle participe d’un débat philosophique et politique au sujet de la liberté individuelle. On peut considérer en effet que la mise en circulation du mot individualisme durant la Restauration est, pour une large part, liée à un affrontement entre le courant libéral et les nouvelles idées de réorganisation sociale diffusées par le journal des disciples de Saint-Simon, Le Producteur, à propos précisément de la liberté individuelle.

2Aussi, après l’examen des premières attestations connues de ce mot devenu aujourd’hui emblématique des sciences sociales et de la modernité politique, nous chercherons à comprendre comment et pourquoi l’emploi d’un tel néologisme s’est trouvé au cœur du conflit qui a opposé les rédacteurs du Producteur à Charles Dunoyer et à Benjamin Constant, à propos de la liberté politique et de la liberté de conscience, avant de formuler quelques hypothèses sur les raisons qui ont conduit ce conflit à imprimer un usage de ce mot nouveau qui se poursuivra tout au long du xixe siècle et au-delà.

  • 1  Cette remarque accompagne toutes les éditions de l’ouvrage.
  • 2  Dans L’Éthique protestante (2004), cité par Louis Dumont (1986, p. 22).

3La définition incertaine du mot individualisme a été maintes fois soulignée par les philosophes et les spécialistes de sciences sociales : « mauvais terme, très équivoque, dont l’emploi donne lieu à des sophismes continuels », disait de lui André Lalande (1988, p. 500)1 ; et de son côté, Max Weber affirmait que « le terme individualisme recouvre les notions les plus hétérogènes que l’on puisse imaginer »2. Le retour sur ses premiers emplois montrera qu’à ses débuts, l’usage du mot individualisme a surtout été l’objet d’un enjeu politique.

Un mot nouveau

  • 3  Trésor de la langue française informatisé (TLFi), entrées « Libéralisme », « Industrialisme », « S (...)

4Individualisme est un dérivé de l’adjectif individuel qui appartient à la très longue liste des mots construits avec le suffixe -isme. Ce suffixe savant issu du grec par l’intermédiaire du latin sert à former des substantifs à partir d’un adjectif, comme c’est le cas ici, mais aussi à partir d’un verbe, d’un syntagme, d’un nom propre ou d’un autre substantif. Très productif depuis la Renaissance, on lui doit une multitude de mots qui désignent des courants de pensée, des doctrines, des systèmes, des conceptions philosophiques, politiques, des comportements (altruisme, angélisme, égocentrisme, civisme, etc.), des activités (journalisme, alpinisme, banditisme, etc.), des caractéristiques (bilinguisme, anachronisme, professionnalisme, provincialisme, etc.). Ces mots relevant des registres les plus variés semblent partager à des degrés extrêmement divers une caractéristique sémantique commune, celle de marquer une abstraction par rapport à leur base lexicale, abstraction issue de la combinaison de certains traits majeurs de cette base. Le suffixe -isme a été tout particulièrement utilisé durant la première moitié du xixe siècle pour former un grand nombre de substantifs abstraits du vocabulaire politique, économique, philosophique, etc., où il désigne « une doctrine en prenant pour base un mot du vocabulaire usuel ou un terme issu de racines latines » (Dubois, 1962a, p. 34). En restant dans le seul registre de la dérivation de l’adjectif, on note que l’usage attesté de libéralisme date de 1818, celui d’industrialisme de 1824, celui de socialisme des premières années de la décennie 18303.

  • 4  Cité d’après l’article de Bertier de Sauvigny (1979, p. 421).

5En raison, probablement, de l’intense productivité de ce suffixe durant les xixe et xxe siècles, les implications axiologiques d’une telle dérivation ont souvent été interrogées. Pour Metternich par exemple4, elle « ajoute à la chose mentionnée une idée de mépris ou de dégradation. Il y a bien entendu des exceptions ». C’est aussi l’avis des grammairiens Jacques Damourette et Édouard Pichon (t. I, 1968, p. 384-385), cependant que selon les dictionnaires de langue contemporains, le Trésor de la langue française informatisé (TLFi) et le Dictionnaire historique de la langue française (Le Robert, 1992, entrée -isme), le suffixe implique au contraire, pour la désignation d’une doctrine ou d’une croyance en particulier, une prise de position en faveur de la base initiale. Les premières attestations de individualisme confirment plutôt l’idée de l’ajout d’une valeur négative, mais nous verrons que cette valeur est moins inhérente au néologisme même que largement consécutive à son contexte d’emploi. Il en va probablement de même pour nombre de ces substantifs qui voient leur connotation s’inverser radicalement selon les époques, voire à la même date selon les textes dans lesquels ils prennent sens.

  • 5  Oxford English Dictionary, 1991, t. VII. L’OED donne pour première attestation un énoncé de Leman (...)
  • 6  Selon Gregory Claeys qui en fournit deux attestations, l’une en mars, l’autre en mai 1834, dans so (...)
  • 7  Koenraad Swart souligne, dans l’article cité, que le mot a une valeur négative dans la traduction (...)

6Cette formation en français du mot individualisme est intéressante à rappeler car il ne semble pas s’agir d’un emprunt à l’anglais, l’Oxford English Dictionary (ODE) n’excluant pas une influence française dans la création du terme anglais individualism5. On a longtemps pensé d’ailleurs que individualism avait été introduit dans la langue anglaise par la traduction de Henry Reeve de l’ouvrage d’Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique (1840 pour le volume concerné), mais nous savons maintenant que le mot est attesté avant 1840, tant en Angleterre qu’aux États-Unis. On le rencontre en effet dans des journaux anglais liés au courant owenite dès le mois de mars 18346, puis il est attesté en 1839 (voir Swart, 1962, p. 86) dans la traduction américaine des Lettres sur l’Amérique du Nord (1836) du saint-simonien Michel Chevalier et dans la revue américaine United States Magazine and Democratic Review7.

  • 8  Historisches Wörterbuch der Philosophie, édité par Joachim Ritter et Karlfried Gründer, 1976, entr (...)
  • 9  Je remercie très vivement Daniel Becquemont et Kurt Kloocke qui m’ont permis, par leurs indication (...)

7Ce n’est pas non plus un emprunt à l’allemand. Selon l’Historisches Wörterbuch der Philosophie8, le mot individualismus aurait été mis en circulation en allemand par Friedrich W. Carove en 1831 (p. 165), date indirectement confirmée par Wilhelm T. Krug qui ouvre en 1838 une sous-entrée « Individualismus » sous « Individuum » dans son supplément au Allgemeines Handwörterbuch der philosophischen Wissenschaften nebst ihrer Literatur und Geschichte (tome V, p. 563). Le mot est absent de l’édition de 1833. Ici encore, il est employé en 1837 dans la traduction allemande des Lettres sur l’Amérique du Nord (1836) de Michel Chevalier (Swart, 1962, p. 86). Ces diverses indications, qui convergent donc sur une antériorité des attestations françaises sans éliminer la possibilité de créations indépendantes les unes des autres, mettent aussi en lumière l’importance des saint-simoniens pour l’émergence du mot individualisme dans les trois langues9.

  • 10  Le journal Le Producteur. Journal de l’Industrie, des sciences et des beaux-arts a paru d’octobre (...)
  • 11  En particulier par Koenraad Swart, article cité, p. 78.

8Selon le TLFi, qui s’appuie sur une note de Célestin Bouglé et Élie Halévy (1924, p. 378, note 248), nous devons la première attestation connue du mot individualisme à un article de Pierre-Isidore Rouen publié dans le journal saint-simonien Le Producteur10. Le TLFi retient la date de 1825, mais il ne semble pas que individualisme soit attesté avant le numéro 17 du journal, paru en janvier 1826. Les dictionnaires ont coutume de dater et référencer de façon précise l’apparition d’un nouvel élément lexical ou d’une acception nouvelle, mais l’on sait que la première occurrence écrite d’un mot nouveau est une donnée des plus fragiles, toujours sujette à révision, et que, sauf cas de mots délibérément construits, elle témoigne au mieux d’une création dont les premières manifestations nous resteront à jamais inconnues. Aussi, la consultation de documents moins diffusés modifierait très probablement l’information des dictionnaires. C’est ainsi que le nom de Joseph de Maistre a été avancé11 à la date de 1820, mais l’examen de cette attestation montre que l’on ne peut savoir avec certitude si elle témoigne d’un usage oral du terme dès 1820 ou si l’on a affaire à une reformulation, car il s’agit de la transcription tardive (20 juillet 1876) et indirecte d’une conversation entre Maistre et Laveau au milieu de l’année 1820, où Maistre déclare que « cette profonde et effrayante division des esprits, ce morcellement jusqu’à l’infini de toutes les doctrines, le protestantisme politique poussé jusqu’à l’individualisme le plus absolu, serait le châtiment de la France et de l’Europe, châtiment précurseur de la miséricorde » (Maistre, 1979, p. 285-286 ; les italiques sont dans le texte).

9Un autre indice laisse penser que le mot individualisme a pu circuler dès le début des années 1820. Une brochure rappelle en effet qu’en 1823, après la dispersion de la Charbonnerie suite à la guerre d’Espagne, certains de ses membres se sont regroupés pour créer une nouvelle société qui aurait eu pour nom « société d’Individualistes » :

Elle s’appelait ainsi parce qu’on y faisait dériver tous les droits civils et politiques des facultés et des besoins de l’homme considéré individuellement. Cet aperçu provenait d’une opposition radicale aux systèmes qui subordonnent les droits individuels aux droits de la société, ou plutôt à l’action arbitraire des gouvernemens. (Corcelle, 1831, p. 19-20)

  • 12  Selon Jean Dubois, qui précise qu’il existe des exceptions à cette tendance générale. L’émergence (...)

10« Individualistes » est ici un nom propre qui désigne les membres de cette société. L’existence même de celle-ci dès 1823 témoigne d’un contexte propice à l’émergence de individualisme car on observe généralement une simultanéité dans la dérivation en -isme et en -iste du même élément lexical12. Par ailleurs, sous la graphie éphémère de individuel(l)isme, une occurrence du terme a été repérée chez le baron de Frénilly (Cassina, 1996) dans ses Considérations sur une année de l’histoire de France, à la date de 1815 :

  • 13  Cristina Cassina, qui cite la première édition parue à Londres dans la même année, souligne que la (...)

Un seul principe existait en France, l’individuellisme, l’universel égoïsme, fruit naturel d’un temps qui avait brisé tous les liens. Plus d’amour du prochain là où il n’y avait plus de religion pour en faire un précepte. Plus d’esprit de famille là où la famille se composait à peine du père et des enfants. Plus d’esprit de corps là où tout corps avait cessé d’exister. (Frénilly, 1815, p. 27)13

  • 14  Le Mémorial catholique, t. IV, Paris, Lachevardière fils, 1825, p. 48-49. Tous mes remerciements à (...)

11Enfin, un extrait du Journal ecclésiastique de Rome publié dans le Mémorial catholique, qui a pour titre, dès 1825, « De l’individualisme, considéré par rapport à la religion et à la morale »14, en propose déjà une intéressante définition :

Je regrette que ce mot individualisme [italiques dans le texte] sente le néologisme, mais il exprime parfaitement la situation morale de la société. Le mot isolement ne présente plus la même idée. Un homme peut s’isoler sans rapporter tout à lui-même ; l’égoïsme, que l’on me pardonne l’expression, centralise les affections ; l’individualisme a un degré de plus, il rapporte au seul moi humain non seulement les affections, mais les pensées, les habitudes et la croyance. (Le Mémorial catholique, p. 48)

12Le néologisme a donc circulé avant les attestations du Producteur retenues par la lexicographie contemporaine. Cependant, même si elles ne constituent qu’un relais de diffusion, ces attestations nous intéressent tout particulièrement car elles sont plurielles (une quinzaine d’occurrences environ), énoncées par différents rédacteurs – Pierre-Isidore Rouen, Paul-Mathieu Laurent et Barthélemy-Prosper Enfantin – et fondatrices à bien des égards de l’usage socialisé du terme. De plus, comme il a été précisé, le mot individualisme se serait établi dans la langue anglaise, puis dans la langue allemande, par le biais des écrits saint-simoniens.

Les « exagérations de l’idée de liberté individuelle » : la critique des idées de Charles Dunoyer et de Benjamin Constant par Le Producteur

13Les premiers emplois du mot individualisme dans Le Producteur appartiennent au compte rendu d’un ouvrage de Charles Dunoyer, ancien rédacteur du Censeur européen bien connu des fondateurs du Producteur. Cet ouvrage publié en 1825 a pour titre : L’industrie et la morale considérées dans leur rapport avec la liberté.

  • 15  Le Producteur, no 17, t. II, janvier 1826, p. 158-170.

14Pierre-Isidore Rouen consacre trois articles successifs du Producteur à l’analyse critique de cet ouvrage, mais c’est dans le premier de ces trois articles, « Examen d’un nouvel ouvrage de M. Dunoyer, ancien rédacteur du Censeur européen », paru à la fin du mois de janvier 182615, qu’il emploie le mot individualisme.

15L’article porte « sur les idées générales ou les principes [italiques dans le texte] du système de M. Dunoyer » (p. 158) : « L’idée la plus générale de ce système est la conception de l’homme individuel, de ses besoins et de ses facultés, comme bases uniques de la politique et principes générateurs des lois sociales. » (p. 159) Selon Rouen, en dépit de l’impression de nouveauté que « la conception de l’homme individuel » de Dunoyer peut donner, cette conception est fondée sur un raisonnement qui va de l’individu à la société, et elle appartient encore à la philosophie du xviiie siècle. Elle se place du seul « point de vue d’observation de l’homme individuel » et tire ses savoirs de la « science de l’homme individuel » qui forme la base des théories politiques modernes. Cette conception a pour principaux attributs la « liberté individuelle », la « souveraineté individuelle », les « droits individuels »… (p. 159-160). Elle possède une grande valeur car nous lui devons la destruction de l’ancien ordre social, mais elle constitue maintenant un obstacle à une intelligence générale de la société en raison de son absence de puissance organique (p. 159). C’est ce contexte qui entraîne la présence du mot individualisme :

Beaucoup de partisans de la liberté individuelle, non contens de la poser comme droit, la prescrivent comme devoir ; ils vont jusqu’à imposer à chacun de ne penser et de n’agir que d’après lui-même, et protesteraient presque contre la domination bienfaisante qu’exercent infailliblement les hommes éclairés sur toutes les classes de la société. Ce sont ces exagérations de l’idée de liberté individuelle que nous repoussons ; ce sont ces sentimens d’affranchis ombrageux que nous condamnons, et non pas les principes qui expriment avec tant de justesse et de dignité la valeur morale des hommes du xixe siècle.
Cependant l’individualisme comme base positive de la morale privée a, par cela même, une valeur critique par rapport à la politique ; c’est-à-dire qu’il est le plus puissant adversaire de tous les systèmes vicieux, bien qu’il n’ait point la vertu d’en engendrer un lui-même. Nous lui devons la destruction de l’ancien ordre social. […] L’individualisme depuis son origine, a cependant été sans cesse offert à la société comme système politique ; et dans ces derniers temps, M. Dunoyer vient le reproduire sous de nouvelles formes. (p. 162-163)

16Dunoyer n’emploie pas le mot individualisme dans son ouvrage ; il s’agit donc d’une reformulation qui laisse ouverte la question de la création du néologisme. Les attestations ne s’accompagnent d’aucune définition, d’aucun retour réflexif, c’est-à-dire que le mot n’est pas une création lexicale voulue, assumée, revendiquée par Rouen, voire, n’est peut-être pas senti comme un signe lexical nouveau sans que l’on puisse cependant conclure à une absence de conscience de la nouveauté de la part de l’auteur. En effet, et d’une manière presque ostentatoire, elles illustrent jusque dans le détail le procédé même de la dérivation des adjectifs en substantifs mis en œuvre avec le suffixe -isme, un peu comme si Rouen avait voulu établir son emploi sur une rationalisation d’ordre linguistique : dans la logique du texte, le mot individualisme est précédé par un grand nombre d’occurrences de l’adjectif individuel et il fait écho, sous une forme condensée, à l’expression « conception de l’homme individuel » ; il en subsume les différents traits qui sont clairement exprimés : « l’homme individuel », « les droits individuels », « la souveraineté individuelle », « la liberté individuelle ». De ces traits, individualisme privilégie celui de « liberté individuelle » et met l’accent sur les « exagérations de l’idée de liberté individuelle » énoncées en amont : ne penser et n’agir que d’après soi-même et protester contre la domination des hommes éclairés.

17L’examen de la trame discursive dans laquelle le mot prend sens indique que individualisme désigne la philosophie critique du xviiie siècle qui a conduit à la Révolution et la théorie de Dunoyer comme « système politique » issu de cette philosophie, et qu’il exprime en même temps ce que Rouen discrédite dans la théorie de Dunoyer : un système qui ne voit dans la société « autre chose qu’une collection d’hommes » (p. 160), qui fait de la liberté « le but de la société » (p. 165), un système qui échoue à subordonner la « politique critique » à une science porteuse d’un « caractère beaucoup plus général, et essentiellement organique », qui serait pour Rouen l’économie politique (p. 164).

  • 16  Article repris dans l’édition critique d’Éphraïm Harpaz, 1987, p. 83-103. Je cite d’après cette éd (...)

18Ce même ouvrage de Dunoyer a également fait l’objet d’un compte rendu de Benjamin Constant dans la Revue encyclopédique du 1er février 1826 sous le titre : « L’industrie et la morale considérées dans leur rapport avec la liberté »16. Pour Constant, Dunoyer se propose de « déterminer quel est […] le genre de vie le plus favorable au développement de toutes nos facultés » (p. 84), et il indique que par la nature même de sa problématique générale, il se sépare d’une « certaine école aspirant à fonder une sorte de théocratie, se disant industrielle, ennemie de tout examen aussi funeste à l’industrie qu’à la liberté » (p. 85). Constant vise, sans la nommer, l’école du Producteur, poursuivant contre elle une dénonciation lancée au début de décembre 1825. Le plus important pour notre propos réside dans l’ajout d’un long « post-scriptum » à cet article, rédigé à la suite de sa lecture de la recension critique du même ouvrage par Pierre-Isidore Rouen, où il note dès le début que « la véritable question est enfin posée » :

Le système de M. Dunoyer est ce que ses critiques appellent l’individualisme [italiques dans le texte] ; c’est-à-dire, qu’il établit pour premier principe que les individus sont appelés à développer leurs facultés dans toute l’étendue dont elles sont susceptibles ; que ces facultés ne doivent être limitées qu’autant que le nécessite le maintien de la tranquillité, de la sûreté publique, et que nul n’est obligé, dans ce qui concerne ses opinions, ses croyances, ses doctrines, à se soumettre à une autorité intellectuelle en dehors de lui. Ce système, que nous croyons le seul juste, le seul favorable au perfectionnement de l’espèce humaine, est en horreur à la nouvelle secte, qui veut fonder un papisme industriel. (p. 100)

19À l’inverse presque de Rouen, individualisme est pour Benjamin Constant un mot qui « ne va pas de soi », probablement nouveau, mais surtout un mot rapporté du discours des autres, du discours des critiques du « système de M. Dunoyer », de ceux précisément dont il combat les idées et qui désigne un système dont lui, Constant, partage la thèse centrale. C’est pour lui un mot qui a pour référent non pas de façon transparente un élément du monde matériel ou idéel, mais un élément du lexique de ses adversaires, un mot à valeur négative qui désigne le seul système politique qu’il juge « juste » et « favorable au perfectionnement de l’espèce humaine ».

  • 17  Pour une analyse détaillée du statut de cette attestation dans la généalogie de la polémique entre (...)

20Son emploi, en mention et en incise dans la phrase, est un élément de plus dans la critique qu’il poursuit à l’égard des théories du Producteur, depuis la publication par ce journal d’un article s’en prenant à la liberté de conscience17. Il s’accompagne d’une reformulation du système de Dunoyer et entraîne une tout autre définition référentielle de individualisme que celle mise en œuvre par Rouen : toute référence au xviiie siècle est abandonnée, et le mot désigne le système qui permet le libre développement des facultés individuelles dans la limite de l’ordre public, et l’indépendance intellectuelle la plus radicale. Les traits du système de Dunoyer alors pris en charge par le mot individualisme définissent positivement la « liberté individuelle » jusque dans les « exagérations de l’idée de liberté individuelle », lesquelles concernent très concrètement la « liberté de conscience », comme nous allons le voir.

21L’énoncé cité de Benjamin Constant constitue en effet ce que Le Producteur appelle sa seconde attaque de leurs opinions, et c’est dans la généalogie de cette polémique que se révèle la signification profonde des « exagérations de l’idée de liberté individuelle » en même temps que celle du mot individualisme dans ce contexte.

22L’affaire est compliquée dans le suivi des journaux où elle se déploie, et ce d’autant plus que la polémique n’est assumée que par Le Producteur, Constant se gardant toujours de nommer ses adversaires et procédant par allusion. Nous n’en retenons ici que les éléments majeurs pour notre démonstration.

23Cette polémique a pour origine, selon toute probabilité, un article publié dans Le Producteur en novembre 1825 par Saint-Amand Bazard et intitulé « Des partisans du passé et de ceux de la liberté de conscience » (t. I, p. 399-412), où l’auteur explique que la « liberté de conscience qui se présente aujourd’hui comme la manière d’être essentielle de la nature humaine » (p. 408) n’est en fait que le résultat de circonstances historiques précises. Pour Bazard, la « liberté de conscience » qui a pris naissance dans la sphère religieuse avec la Réforme s’est ensuite diffusée dans l’ordre politique, l’ordre civil, la vie sociale et individuelle et elle est devenue le « dogme de la liberté illimitée [italiques dans le texte] de conscience » impliquant maintenant pour chaque individu le droit, voire le devoir d’exercer son jugement selon sa raison personnelle, sans avoir à tenir compte des travaux, du jugement, de l’autorité des gens les plus éclairés. La « liberté de conscience » est un principe de destruction des idées et des institutions anciennes qui empêche maintenant que « rien ne s’établisse », c’est un obstacle si l’on peut dire à la réorganisation sociale souhaitée par les saint-simoniens (p. 411).

24L’article a fait l’objet de sévères critiques, et Benjamin Constant l’a attaqué au cours d’un discours prononcé le 3 décembre 1825 à l’Athénée royal de Paris. Dans les extraits de ce discours parus dans la Revue encyclopédique, cette critique n’apparaît que de façon voilée, mais elle a suscité une réponse de la part du Producteur, à laquelle Constant a dû répondre. Bref, sans jamais nommer Le Producteur, Constant a développé une argumentation serrée contre le dogmatisme étroit de ce qu’il appelle « une doctrine nouvelle » dans une « Lettre » qui sera publiée par L’Opinion. Journal des mœurs, de la littérature, de l’industrie, etc. le 7 décembre 1825, et qu’il termine ainsi :

  • 18  Article repris dans l’édition critique d’Éphraïm Harpaz, 1992, p. 50-51.

Enfin, ce qui est bien plus grave, la liberté de conscience même, n’étant qu’un moyen de destruction, bon aussi long-temps que l’erreur subsiste, ne doit plus exister quand on a découvert la vérité, comme si chacun ne regardait pas son opinion comme la vérité, et ne se trouvait pas autorisé, par cette doctrine nouvelle, à étouffer la liberté de ses adversaires en les accusant d’erreur. Voilà, Monsieur, le système que j’ai combattu, dans l’intérêt de l’industrie même.18

  • 19  « L’industrie et la morale considérées dans leur rapport avec la liberté », dans l’édition critiqu (...)
  • 20  Dunoyer, 1827, p. 368-394. Charles Dunoyer soutient qu’il revient à Benjamin Constant avec De l’es (...)

25Aussi, lorsque Rouen commence, au début de janvier 1826, la recension de l’ouvrage de Dunoyer par un examen de sa « conception de l’homme individuel », qu’il appelle « individualisme », et souligne dans cette conception les « exagérations de l’idée de liberté individuelle », il apparaît donc assez clairement que, sans être nommée, la « liberté de conscience » entre pour une très large part dans ces exagérations. De même que, sous le nom de « liberté d’examen », elle est aussi un élément central du système de Dunoyer tel que Constant le formule dans le long post-scriptum à son article de février 1826 : « Nul n’est obligé, dans ce qui concerne ses opinions, ses croyances, ses doctrines, à se soumettre à une autorité intellectuelle en dehors de lui. »19 Dunoyer lui-même insistera sur cet aspect de sa pensée en intervenant un peu plus tard dans le débat pour montrer que Saint-Simon et ses « disciples » ne sont pas les fondateurs de la doctrine de « l’industrialisme » comme ils le prétendent20, que le « système industriel » tel qu’ils le comprennent « ne tient point compte des individus » (p. 385) et que « l’erreur de l’école organique est de croire que la liberté n’est que d’une utilité provisoire » (p. 392).

  • 21  Sur cette notion capitale dans l’œuvre de Benjamin Constant, sa portée politique, ce qu’elle doit (...)
  • 22  « Préface » (1829), dans Benjamin Constant. Écrits politiques, Marcel Gauchet éd., 1997, p. 623-62 (...)
  • 23  L’Organisateur. Journal des progrès de la science générale, avec un appendice sur les méthodes et (...)

26Au terme de ce retour probablement très incomplet sur le débat entre Benjamin Constant et Le Producteur, on voit comment la reconnaissance de la liberté individuelle par un système politique, et plus précisément, à l’intérieur de cette liberté individuelle, celle de l’exercice de la liberté de conscience et ce qu’elle implique de pensée, de jugement, d’action par soi-même et non selon une quelconque autorité extérieure, est un des traits majeurs des premiers emplois en négatif de individualisme dans Le Producteur. Les saint-simoniens stigmatisent par ce mot un système politique qui place la liberté individuelle au cœur de ses préoccupations, et ils visent tout particulièrement la pensée de « l’individualité » soutenue par Constant21. Lorsque ce dernier rappelle, dans les Mélanges de littérature et de politique, « j’ai défendu quarante ans le même principe, liberté en tout, en religion, en philosophie, en littérature, en industrie, en politique : et par liberté, j’entends le triomphe de l’individualité, tant sur l’autorité qui voudrait gouverner par le despotisme, que sur les masses qui réclament le droit d’asservir la minorité à la majorité »22, le journal saint-simonien L’Organisateur23, en donne une recension qui s’en prend au « principe même de l’individualisme, si cher à M. B. Constant » (p. 3).

Du néologisme au mot de dictionnaire

27Lancé par ce débat, le mot individualisme va poursuivre son emploi dans les écrits saint-simoniens. Abandonnant la référence précise à l’ouvrage de Dunoyer, il se déploie maintenant dans la problématique de la dissolution des liens sociaux consécutive à la Révolution. Au sein de cette problématique, on voit s’affirmer un infléchissement vers la dénotation d’un comportement social implicitement référé à la doctrine désignée par le mot individualisme. Ce déplacement sémantique de la désignation d’une doctrine à celle du comportement et de l’attitude qui lui sont associés, se maintiendra dans la langue, Tocqueville privilégiant ce dernier côté dans sa célèbre définition (tome II, 1981, p. 125), et beaucoup plus tard le TLFi organisera son entrée individualisme autour de cette grande distinction. Le plus souvent, il est employé dans Le Producteur comme un outil pour combattre les réformateurs, et dans ce contexte il commence à être opposé à celui qui va devenir le maître mot du discours saint-simonien, le mot association :

Si la société, après avoir brisé les liens anciens qui unissaient toutes ses parties, pouvait prospérer par l’individualisme, par l’antagonisme aussi bien que par l’association, c’est-à-dire par la combinaison éclairée de tous les efforts, Le Globe et le Journal du Commerce seraient sur la bonne route [...]. (Enfantin, 1826, t. IV, p. 241)

  • 24  Doctrine de Saint-Simon. Exposition. Première année, 1829 (Bouglé et Halévy, 1924, ouvr. cité).
  • 25  Ibid., douzième séance, p. 377. Cette séance aurait été écrite par Enfantin, selon Bouglé et Halév (...)

28Un peu plus tard, dans la Doctrine de Saint-Simon24, ouvrage collectif qui plaide pour une réorganisation sociale et l’établissement d’un pouvoir spirituel fondés sur une connaissance positive de l’homme, si le mot reste peu employé, il creuse toutefois l’usage inauguré par Le Producteur. Ce que la Doctrine de Saint-Simon nomme « la doctrine de l’individualisme »25 est rapporté aussi à la philosophie du xviiie siècle, en particulier à d’Holbach, Voltaire et Rousseau, nommés « les défenseurs de l’individualisme [italiques dans le texte], dans les questions politiques » et, au-delà, aux écoles philosophiques ralliées au protestantisme et au gallicanisme. La nouveauté pour le mot individualisme, dans la Doctrine de Saint-Simon, réside dans sa participation au dogme de la pensée saint-simonienne qui s’énonce maintenant de façon beaucoup plus nette que dans Le Producteur, car individualisme participe au paradigme des termes qui définissent « la série critique ». Il énonce alors et de nouveau l’opposition à association, qui sera capitale pour son usage dans le discours des réformateurs sociaux :

  • 26  Ibid., seizième séance, p. 464-465. Cette séance aurait été écrite par Enfantin, selon Bouglé et H (...)

Oui, mon ami, ces mots, ordre, religion, association, dévoûment [italiques dans le texte], sont une suite d’hypothèses correspondantes à celles-ci : désordre, athéisme, individualisme, égoïsme. Tu trouveras peut-être que je traite bien mal la série organique, en lui donnant le même fondement qu’à la série critique, en les rattachant l’une et l’autre à deux conjectures ; rassure-toi : si je dis que deux hypothèses existent, j’affirme au même instant que l’humanité repousse l’une avec horreur, et embrasse l’autre avec amour.26

29Au-delà de l’énoncé du dogme, l’opposition à association dans le discours saint-simonien intègre des paramètres variés. Elle s’énonce parfois de manière plus indirecte, plus diffuse mais plus argumentée aussi. C’est le cas dans les Lettres sur l’Amérique du Nord du saint-simonien Michel Chevalier, dont la traduction a contribué à introduire les mots individualism et individualismus dans les langues anglaise et allemande. Dans ce recueil de lettres, Chevalier use du mot à plusieurs reprises pour exprimer une propriété caractéristique de la vie sociale et politique des États de l’Amérique du Nord, qu’il rapporte au protestantisme et au républicanisme qui lui est lié, car le « protestantisme est républicain » (p. 160). Il construit une opposition très structurante entre « l’Yankee, seul avec sa femme au milieu des bois, [qui] peut se suffire à lui-même » et « le Français […] éminemment social ; [qui] ne supporterait pas l’isolement au sein duquel l’Yankee vit à l’aise » (p. 72), lesquels incarnent deux principes différents, voire antagonistes, d’organisation sociale : le « principe d’autorité, c’est-à-dire d’association hiérarchique » pour la France, celui « d’indépendance, d’individualisme, de concurrence » pour l’Amérique du Nord. En France, nous agissons « principalement sous l’invocation des principes d’association et d’unité, qui sont caractéristiques du catholicisme et de la monarchie », et « nous ne nous sentons vivre que lorsque nous faisons partie d’un tout » (p. 169), mais il en va tout autrement en Amérique du Nord :

  • 27  Les Lettres sur l’Amérique du Nord, initialement publiées dans le Journal des débats, ont connu pl (...)

Sous l’influence du protestantisme et de la république, le progrès social s’est opéré par le procédé du morcellement poussé à sa limite extrême, l’individualisme : car protestantisme, républicanisme et morcellement, c’est tout un. Les individus se sont déliés les uns des autres ; chacun a isolé sa personnalité pour la renforcer ; ou si l’on s’est associé, l’on n’a constitué que des associations restreintes, sans aucun lien entre elles. (p. 168)27

30Dans les écrits saint-simoniens où il est employé initialement, individualisme est connoté de manière péjorative car il exprime une résistance à « l’organisation sociale » dans un contexte qui la promeut.

  • 28  Marcelin Desloges, collaborateur épisodique au journal Le Globe entre décembre 1824 et décembre 18 (...)

31Cependant, le néologisme n’a pas reçu à ses débuts une valeur exclusivement négative. Son appartenance à une axiologie positive est implicitement présente dès la définition donnée par François de Corcelle de la « Société d’Individualistes » en 1831 (et probablement dès la création de cette société en 1823, voir supra), et elle est bien attestée chez un autre des premiers adversaires du Producteur, lui aussi venu du courant libéral, Marcelin Desloges28.

  • 29  « De la doctrine sociale de M. de Montlosier, et des systèmes de corporations », Le Globe, 9 septe (...)

32Au contraire des saint-simoniens, Desloges lie la liberté à l’association. Il affirme que toute société est établie sur « l’antagonisme naturel, impérissable, de l’individualisme et de la sociabilité »29, car deux penchants indestructibles coexistent dans l’homme, « l’esprit d’association qui le porte à s’unir à ses semblables pour vaincre la nature extérieure », d’une part, « l’esprit de liberté qui l’engage à s’isoler pour jouir de sa personnalité », d’autre part.

  • 30  Sur ce point, voir notre étude citée, 2005, p. 116-124.

33À l’inverse de Benjamin Constant, pour lequel individualisme restera probablement toujours un mot péjoratif du discours de ses adversaires pour exprimer le principe qu’il a défendu sa vie durant sous le nom d’individualité30, Marcelin Desloges emploie individualisme au profit de ses convictions profondes. Il fustige « la haine de l’individualisme » et donne au mot une valeur explicitement positive lorsqu’il en propose un peu plus tard une définition supportée par le mot individu :

  • 31  « Du Ministère nouveau, par A. Cerclet, ancien rédacteur général du Producteur » (il s’agit de la (...)

Aux droits de l’homme invoqués jadis contre la cour, elle [la nouvelle école philosophique] opposa les droits de l’individu, si souvent sacrifiés par la société. La doctrine beaucoup plus profonde de l’individualisme devint la base de la nouvelle politique rationnelle. L’individu fut en quelque sorte créé, élément vivant de la cité, obéissant aux lois qu’elle lui impose, mais n’en reconnaissant d’absolues que celles qui sont justes ; se soumettant à toutes les souverainetés mais n’acceptant comme légitime que celle de la raison.31

34De tels emplois attestent que la connotation négative, loin d’être inhérente au néologisme au motif d’une dérivation en -isme, dépend en fait du contexte de son emploi, des conceptions, des positions philosophiques et politiques de celui qui énonce le mot, mais ces emplois demeurent rares durant la première moitié du xixe siècle. Critiquant cet article, La Mennais écrira :

Qu’est-ce que le droit sans le devoir ? L’individualisme [italiques dans le texte] qui détruit l’idée même d’obéissance et de devoir, détruit donc le droit ; et alors que reste-t-il qu’une effroyable confusion d’intérêts, de passions, d’opinions diverses ? Telle est la base de la nouvelle politique rationnelle [italiques dans le texte], et le terme inévitable où doit aboutir toute doctrine exclusive du christianisme. (La Mennais, 1829, p. 26)

  • 32  Revue encyclopédique, t. LX, octobre-décembre 1833, p. 94-116. Il s’agit du titre donné par la tab (...)

35L’entrée du mot dans le discours des réformateurs sociaux, où il inscrit son usage en continuité avec celui analysé dans le discours des saint-simoniens, a contribué à maintenir et peut-être à accentuer cette valeur négative. D’emblée, individualisme se trouve opposé à association, à société mais surtout à socialisme presque par construction de ce dernier, si l’on en croit Pierre Leroux qui affirme, dans un ouvrage publié en 1857 : « C’est moi […] qui, le premier, me suis servi du mot socialisme. Je forgeai ce mot par opposition à individualisme, qui commençait à avoir cours. Il y a de cela environ vingt-cinq ans. » (Cité par Gans, 1969, p. 52). En fait, Pierre Leroux sera seulement un des premiers utilisateurs du mot socialisme, mais on lui doit probablement une des manifestations initiales de l’antagonisme entre les deux nouveaux termes, dans un article publié dans la Revue encyclopédique en 1833, « Philosophie sociale »32, où il analyse comment harmoniser « le principe de l’individualité de chacun » (p. 378) avec celui de la société. Les mots individualisme et socialisme dénotent dans cet article « deux systèmes exclusifs » (p. 375) également condamnés par l’auteur :

Les partisans de l’individualisme se réjouissent ou se consolent sur les ruines de la société, réfugiés qu’ils sont dans leur égoïsme, les partisans du socialisme, marchant bravement à ce qu’ils nomment une époque organique, s’évertuent à trouver comment ils enterreront toute liberté, toute spontanéité sous ce qu’ils nomment l’organisation. (p. 376)

  • 33  Pierre Leroux a quitté l’Église saint-simonienne à la fin de 1831, suite à de profondes dissension (...)

36Individualisme est rapporté ici à l’économie politique anglaise, « qui, au nom de la liberté, fait des hommes entre eux des loups rapaces, et réduit la société en atomes » (p. 374), à la maxime « chacun chez soi, chacun pour soi », à l’abandon de toute « providence sociale » pour les plus faibles, avec pour résultat « l’esclavage absurde et honteux de vingt-cinq millions d’hommes sur trente » (p. 375). Socialisme, pour sa part, fait référence aux théories saint-simoniennes33 qui « parlent de nous organiser en régiments de savants et en régiments d’industriels » et « s’avancent jusqu’à déclarer mauvaise la liberté de pensée » (p. 377).

37En 1833, individualisme et socialisme sont pour Leroux des mots nouveaux qu’il peut renvoyer dos à dos, car ils dénoncent conjointement pour lui deux doctrines extrêmes. Cependant, lorsqu’il republie son article quelques années plus tard, s’il distingue socialisme de socialisme absolu et préserve ainsi une valeur neutre ou positive à socialisme, il conserve une connotation négative à individualisme. Cet usage en opposition à socialisme, société, association, qui sera très important pour la diffusion du mot individualisme, se développe dans le discours des diverses mouvances utopiques et socialistes de la première moitié du xixe siècle et au-delà.

  • 34  Dictionnaires consultés : Dictionnaire général et grammatical des dictionnaires français de Napolé (...)

38Le mot individualisme entre dans les dictionnaires en 1834, avec la 8e édition du Dictionnaire universel de la langue française, avec le latin…, de Pierre-Claude-Victoire Boiste. Par un procédé rare en lexicographie, l’explication d’un mot par une antonymie, l’antagonisme avec association est enregistré : « Système d’isolement dans les travaux, les efforts ; l’opposé de l’esprit d’association ». Cette définition sera reprise, et presque textuellement, par tous les dictionnaires généraux du xixe siècle34.

  • 35  La Doctrine…, ouvr. cité, dixième séance, p. 347.
  • 36  Selon la définition de Dumont (1985, p. 303) : « Holisme : on désigne comme holiste une idéologie (...)

39Sur le fond, l’énoncé définitoire de Boiste et plus généralement ceux des dictionnaires du xixe siècle sont écrits du même point de vue que celui des saint-simoniens, pour lesquels la société a « un but » qui engage en quelque sorte les individus au-delà de chacun d’entre eux et en limite l’autonomie : « Il n’existe point de société là où il n’y a pas un but désiré, là où les individus qui se trouvent rapprochés ne sont pas conduits, dirigés, entraînés par les hommes qui brûlent le plus d’atteindre ce but. »35 En référence aux travaux de Louis Dumont, ce point de vue qui « valorise la totalité sociale et néglige ou subordonne l’individu humain »36 peut être qualifié de « holiste ».

40De fait, les dictionnaires ont codifié un usage majeur, mais qui n’est pas unique, de ce mot nouveau. Nous avons fait état d’autres emplois, en particulier sous la plume de Frénilly, du rédacteur du Journal ecclésiastique de Rome, de François de Corcelle à propos de la « Société des Individualistes », ou encore celle de Desloges ou de La Mennais. Très dispersés, ces emplois soulignent des traits différents (affaiblissement des liens sociaux et familiaux, indifférence envers autrui…) ou valorisent des traits passés sous silence ou stigmatisés par l’usage enregistré (affirmation des droits de l’individu, épanouissement de soi…) qui impliquent également une relation à la liberté individuelle, mais selon des modalités irréductibles aux conceptions développées par Le Producteur.

Conclusion

  • 37  Un article du journal Le Globe daté du 6 mai 1826 explique d’ailleurs que si la philosophie des «  (...)

41Au terme de notre parcours, on peut soutenir que le journal saint-simonien Le Producteur a constitué le vecteur privilégié de la mise en circulation du mot individualisme, où il désigne de façon négative un système politique qui respecte la liberté individuelle et favorise l’autonomie intellectuelle de chacun. Ce sont d’abord les idées de Charles Dunoyer et celles de Benjamin Constant qui ont été visées dans ce journal par ce mot nouveau, au sein d’un conflit où les partisans du déploiement de la liberté individuelle se sont trouvés confrontés à ceux qui partagent avec eux l’idée de progrès et de développement par l’industrie37, mais pour lesquels l’indépendance individuelle est un obstacle à la réorganisation sociale qu’ils veulent mettre en œuvre. En même temps, cette enquête montre que les attestations du Producteur s’inscrivent dans le contexte des premiers emplois du mot individualisme, qui se manifestent d’une manière dispersée.

42Plus généralement, l’émergence du mot individualisme semble donc avoir été motivée par un affrontement entre deux manières d’appréhender les rapports de l’individu à la société après la Révolution, l’une mettant l’accent sur l’individu et ses droits dans le prolongement de la philosophie des Lumières et des acquis de la Révolution, l’autre sur sa dépendance envers la société, cette dernière ayant défini un usage du mot qui restera longtemps dominant, mais jamais unique.

Bibliography

Bazard Saint-Amand, 1825, « Des partisans du passé et de ceux de la liberté de conscience », Le Producteur, no 9, t. I, novembre, p. 407.

Bénichou Paul, 1977, Le Temps des prophètes. Doctrines de l’âge romantique, Paris, Gallimard.

Bertier de Sauvigny Georges (de), 1979, « Libéralisme. Aux origines d’un mot », Commentaire, no 7, p. 420-424.

Bouglé Célestin et Halévy Élie [1830], Doctrine de Saint-Simon. Exposition. Première année, 1829, Introduction et notes, Paris, Rivière, 1924.

Carove Friedrich W., 1831, Der Saint- Simonismus und die neuere französische Philosophie, Leipzig, Hinrichs.

Cassina Cristina, 1996, « Appunti intorno alle origini di una parola, individualismo », Cromohs, no 1, p. 1-21.

Charléty Sébastien [1896], Histoire du saint-simonisme (1825-1864), Paris, Paul Hartmann, 1931.

Claeys Gregory, 1986, « Individualism, socialism and social science. Further notes on a process of conceptual formation, 1800-1850 », Journal of the History of Ideas, vol. 47, no 1, janvier-mars, p. 81-86.

Constant Benjamin [1814], De l’esprit de conquête et de l’usurpation, dans Œuvres complètes de Benjamin Constant, Série Œuvres, vol. 8, Tübingen, Niemeyer, 2005.
[1825], « Lettre à M. le rédacteur du Journal de l’Opinion », Benjamin Constant. Recueil d'articles : 1825-1829, texte établi, introduit, annoté et commenté par E. Harpaz, Paris, Champion / Genève, Slatkine, 1992.
[1826], « L’industrie et la morale considérées dans leur rapport avec la liberté », Benjamin Constant publiciste, E. Harpaz éd., Paris, Champion / Genève, Slatkine, 1987.
[1829], « Préface », Mélanges de littérature et de politique, dans Benjamin Constant. Écrits politiques, textes choisis, présentés et annotés par Marcel Gauchet, Paris, Gallimard, 1997 [1980].

Corcelle François (de), 1831, Documens pour servir à l’histoire des conspirations, des partis et des sectes, Paris, Paulin.

Damourette Jacques et Pichon Édouard [1911-1927], Des mots à la pensée. Essai de grammaire de la langue française, t. I, Paris, d’Artrey, 1968.

Dubois Jean, 1962a, Étude sur la dérivation suffixale en français moderne et contemporain, Paris, Larousse.
1962b, Le vocabulaire politique et social en France de 1869 à 1872, Paris, Larousse.

Dumont Louis [1966], Essais sur l’individualisme. Une perspective anthropologique sur l’idéologie moderne, Paris, Le Seuil, 1985.
— 1986, Homo hierarchicus. Le système des castes et ses implications, Paris, Gallimard.

Dunoyer Charles, 1825, L’industrie et la morale considérées dans leur rapport avec la liberté, Paris, Sautelet.
— 1827, « Esquisse historique des doctrines auxquelles on a donné le nom d’industrialisme, c’est-à-dire, des doctrines qui fondent la société sur l’industrie », Revue encyclopédique, t. XXXIII, février, p. 372.

Enfantin Barthélemy-Prosper, 1826, « Conversion morale d’un rentier », Le Producteur, t. IV, cahier no 2, août, p. 401-411.

Frénilly François-Auguste Fauveau (de), 1815, Considérations sur une année de l’histoire de France, Paris, Chaumerot.

Gans Jean, 1969, « “Socialiste”, “socialisme” », Cahiers de lexicologie, vol. 14, no 1.

Jaume Lucien, 1997, L’Individu effacé ou le paradoxe du libéralisme français, Paris, Fayard.

Kloocke Kurt, 2003, « Benjamin Constant et l’Allemagne. Individualité - Religion - Politique », Annales Benjamin Constant, no 27, p. 127-171.
— 2005, « L’idée de l’individualité dans les écrits politiques de Benjamin Constant », Annales BenjaminConstant, no 29, p. 143-158.

Krug Wilhelm T., 1838, Allgemeines Handwörterbuch der philosophischen Wissenschaften nebst ihrer Literatur und Geschichte, t. V, Leipzig, Brockhaus.

Lalande André [1902-1912], Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Paris, PUF, 1988 (16e édition).

La Mennais Abbé F. (de), 1829, Des progrès de la révolution et de la guerre contre l’Église, Paris, Bruxelles, Belin-Mandar et Devaux.

Leroux Pierre [1850], « De l’individualisme et du socialisme », Œuvres (1825-1850), Paris, Lesourd ; réimpr. Genève, Slatkine, 1978, p. 365-380.

Maistre Joseph (de) [1886, nouvelle édition, Lyon], Œuvres complètes, t. XIV, Genève, Slatkine Reprints, 1979.

Montlosier François D. (de), 1814, De la monarchie française [...], 3 vol., Paris, Nicolle, Egron, Gide.

Piguet Marie-France, 2005, « Benjamin Constant et la naissance du mot “individualisme” », Annales Benjamin Constant, no 29, p. 101-124.
— 2008, « Sources, enjeux et premiers traitements lexicographiques du mot individualisme », Cahiers de lexicologie. Revue internationale de lexicologie et de lexicographie, no 93, p. 115-138.

Rouen Pierre-Isidore, 1826, « Examen d’un nouvel ouvrage de M. Dunoyer, ancien rédacteur du Censeur européen », Le Producteur, no 17, t. II, janvier, p. 158-170.

Say Jean-Baptiste [1803], Traité d’économie politique, 2 vol., Paris, Economica, 2006.

Stendhal, 2001, D’un nouveau complot contre les industriels, suivi de Stendhal et la querelle de l’industrie, édition établie, annotée et présentée par Michel Crouzet, Jaignes, La Chasse au Snark.

Swart Koenraad W., 1962, « “Individualism” in the mid-nineteenth century (1826-1860) », Journal of the History of Ideas, vol. XXIII, no 1, p. 77-90.

Tocqueville Alexis (de) [1840], De la démocratie en Amérique, t. II, Paris, Garnier Flammarion, 1981.

Weber Max [1904-1905], L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, nouvelle trad. J.-P. Grossein, Paris, Gallimard, 2004.

Notes

1  Cette remarque accompagne toutes les éditions de l’ouvrage.

2  Dans L’Éthique protestante (2004), cité par Louis Dumont (1986, p. 22).

3  Trésor de la langue française informatisé (TLFi), entrées « Libéralisme », « Industrialisme », « Socialisme ».

4  Cité d’après l’article de Bertier de Sauvigny (1979, p. 421).

5  Oxford English Dictionary, 1991, t. VII. L’OED donne pour première attestation un énoncé de Leman Thomas Rede daté de 1827.

6  Selon Gregory Claeys qui en fournit deux attestations, l’une en mars, l’autre en mai 1834, dans son étude : « Individualism, socialism and social science: further notes on a process of conceptual formation, 1800-1850 » (1986, p. 81-86). La question reste ouverte pour lui de savoir si les owenites ont créé le mot en anglais, comme il incline à le penser, ou s’ils l’ont emprunté aux saint-simoniens fréquentés à Londres durant les années 1832-1833.

7  Koenraad Swart souligne, dans l’article cité, que le mot a une valeur négative dans la traduction de Michel Chevalier, mais précise que sous la plume de l’auteur anonyme de United States Magazine and Democratic Review, il appartient à une philosophie de l’histoire qui implique un usage positif.

8  Historisches Wörterbuch der Philosophie, édité par Joachim Ritter et Karlfried Gründer, 1976, entrée « Individualismus », t. IV, col. 289-291.

9  Je remercie très vivement Daniel Becquemont et Kurt Kloocke qui m’ont permis, par leurs indications et leurs conseils bibliographiques, de mettre en perspective les datations dans les trois langues.

10  Le journal Le Producteur. Journal de l’Industrie, des sciences et des beaux-arts a paru d’octobre 1825 à octobre 1826. Il ne s’est directement réclamé de la pensée de Saint-Simon qu’à partir de mai 1826. Sur Le Producteur, voir Charléty, 1931, p. 25-44.

11  En particulier par Koenraad Swart, article cité, p. 78.

12  Selon Jean Dubois, qui précise qu’il existe des exceptions à cette tendance générale. L’émergence de individualisme dans Le Producteur s’accompagne aussi de celle de individualiste au sens d’adepte, de défenseur de cette doctrine. Voir Dubois, 1962b, p. 160-166.

13  Cristina Cassina, qui cite la première édition parue à Londres dans la même année, souligne que la graphie du mot oscille entre indivuelisme et individuellisme au fil des éditions. Le mot n’est pas resté tout à fait sans postérité puisque, dans son supplément à l’édition de 1872, le Dictionnaire de la langue française d’Émile Littré lui accorde une entrée à la graphie individuellisme, suivie de cette définition : « se dit dans le langage des socialistes, par opposition à mutuelliste ».

14  Le Mémorial catholique, t. IV, Paris, Lachevardière fils, 1825, p. 48-49. Tous mes remerciements à Lucien Jaume pour avoir attiré mon attention sur cet énoncé définitoire.

15  Le Producteur, no 17, t. II, janvier 1826, p. 158-170.

16  Article repris dans l’édition critique d’Éphraïm Harpaz, 1987, p. 83-103. Je cite d’après cette édition.

17  Pour une analyse détaillée du statut de cette attestation dans la généalogie de la polémique entre Constant et le journal Le Producteur, nous renvoyons à notre précédente étude (Piguet, 2005, p. 101-124). On trouvera une analyse d’ensemble de la question dans l’ouvrage de Paul Bénichou (1977, p. 43-52) et dans celui de Lucien Jaume (1997, p. 86-91). Les textes importants qui intéressent cette polémique ont été republiés dans le dossier très documenté qui accompagne la réédition du célèbre pamphlet de Stendhal, D’un nouveau complot contre les industriels (voir Stendhal, 2001).

18  Article repris dans l’édition critique d’Éphraïm Harpaz, 1992, p. 50-51.

19  « L’industrie et la morale considérées dans leur rapport avec la liberté », dans l’édition critique d’Éphraïm Harpaz (1987, p. 100).

20  Dunoyer, 1827, p. 368-394. Charles Dunoyer soutient qu’il revient à Benjamin Constant avec De l’esprit de conquête et de l’usurpation (1814), à François D. de Montlosier dans les trois premiers volumes de son Histoire de la monarchie française (1814), à Jean-Baptiste Say dans son Traité d’économie politique (1803), d’avoir les premiers perçu le rôle de l’industrie chez les peuples modernes, et au Censeur européen d’en avoir tiré les principales conséquences.

21  Sur cette notion capitale dans l’œuvre de Benjamin Constant, sa portée politique, ce qu’elle doit au sentiment religieux, à la philosophie du temps et plus particulièrement à la pensée allemande, je renvoie aux travaux de Kurt Kloocke (2003 et 2005).

22  « Préface » (1829), dans Benjamin Constant. Écrits politiques, Marcel Gauchet éd., 1997, p. 623-624.

23  L’Organisateur. Journal des progrès de la science générale, avec un appendice sur les méthodes et les découvertes relatives à l’enseignement, no 4, 5 septembre 1829, p. 2-3. L’article n’est pas signé. L’Organisateur succède au Producteur entre 1829 et 1830.

24  Doctrine de Saint-Simon. Exposition. Première année, 1829 (Bouglé et Halévy, 1924, ouvr. cité).

25  Ibid., douzième séance, p. 377. Cette séance aurait été écrite par Enfantin, selon Bouglé et Halévy (1924, ouvr. cité, note 238, p. 367).

26  Ibid., seizième séance, p. 464-465. Cette séance aurait été écrite par Enfantin, selon Bouglé et Halévy (1924, ouvr. cité, note 319, p. 459).

27  Les Lettres sur l’Amérique du Nord, initialement publiées dans le Journal des débats, ont connu plusieurs éditions revues, corrigées, augmentées. Je cite ici le tome II de la quatrième édition, Bruxelles, Woutters, 1844. Les énoncés cités appartiennent à des lettres datées du 20 juillet et du 3 septembre 1835.

28  Marcelin Desloges, collaborateur épisodique au journal Le Globe entre décembre 1824 et décembre 1828, est un des premiers à s’être opposé aux doctrines du Producteur en publiant aussi une recension de l’ouvrage de Dunoyer où il juge sévèrement « les nouveaux critiques », aux yeux desquels « la liberté […] ne peut plus faire l’objet d’une recherche scientifique, ni servir de but à la science sociale ». Le Globe, 22 novembre 1825, t. II, no 187, p. 976.

29  « De la doctrine sociale de M. de Montlosier, et des systèmes de corporations », Le Globe, 9 septembre 1826, t. IV, no 12, p. 62.

30  Sur ce point, voir notre étude citée, 2005, p. 116-124.

31  « Du Ministère nouveau, par A. Cerclet, ancien rédacteur général du Producteur » (il s’agit de la recension par Desloges de cet ouvrage), Le Globe, 30 janvier 1828, tome VI, no 28, p. 164.

32  Revue encyclopédique, t. LX, octobre-décembre 1833, p. 94-116. Il s’agit du titre donné par la table des matières. Il sera republié dans la Revue sociale en 1845 et cette fois intitulé « De la recherche des biens matériels ou de l’individualisme et du socialisme », selon Paul Bénichou (1977, p. 356). Je cite d’après Leroux, 1978, p. 365-380.

33  Pierre Leroux a quitté l’Église saint-simonienne à la fin de 1831, suite à de profondes dissensions au sein de la communauté.

34  Dictionnaires consultés : Dictionnaire général et grammatical des dictionnaires français de Napoléon Landais, 1836 ; Dictionnaire national ou dictionnaire universel de Bescherelle, 1848 ; le Complément (1842) de la 6e édition du Dictionnaire de l’Académie (1835) et le Complément (1881) de la 7e édition (il faut souligner que, malgré son traitement dans les suppléments du Dictionnaire de l’Académie, individualisme restera absent de la 7e édition [1878] et n’entrera donc dans la série des Académie qu’avec la 8e édition en 1935) ; Nouveau dictionnaire universel de Maurice La Châtre, 1865 ; Grand Dictionnaire Universel (t. IX, 1873) de Pierre Larousse ; Dictionnaire de la langue française de Littré, 1873. Pour plus de nuances, voir notre précédente étude (Piguet, 2008, p. 133-135).

35  La Doctrine…, ouvr. cité, dixième séance, p. 347.

36  Selon la définition de Dumont (1985, p. 303) : « Holisme : on désigne comme holiste une idéologie qui valorise la totalité sociale et néglige ou subordonne l’individu humain. »

37  Un article du journal Le Globe daté du 6 mai 1826 explique d’ailleurs que si la philosophie des « producteurs » s’oppose généralement à celle des théocrates, elle s’en rapproche cependant par son désir de voir se constituer « un pouvoir spirituel », et il ajoute que les saint-simoniens « ne font d’autre grâce à la liberté que de la trouver bonne pour une transition ; après quoi, elle est bonne à rien, et doit finir ». Le Globe, t. III, p. 305-306.

Author

Chargée de recherches au CNRS, est membre du Centre A. Koyré, Paris. Ses principaux travaux portent sur l’histoire et la formation du langage des sciences sociales et politiques durant les XVIIIe et XIXe siècles. Elle a publié notamment : Classe. Histoire du mot et genèse du concept. Des physiocrates aux historiens de la Restauration (Lyon, PUL, 1996), et plus récemment : « Benjamin Constant et la naissance du mot individualisme », Annales Benjamin Constant, no 29, 2005 ; « “Contre-révolution”, “guerre civile”, “lutte entre deux classes”. Montlosier penseur du conflit politique moderne », Astérion, no 6, 2009 (Revues.org) ; « Noblesse commerçante / Nation commerçante. Genèse d’un adjectif », Le cercle de Vincent de Gournay. Savoirs économiques et pratiques administratives en France au milieu du XVIIIe siècle, L. Charles et al. éd. (Paris, INED, 2011).

© ENS Éditions, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540