Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Libertés et libéralismes

 | 
Jean-Pierre Potier
, 
Jean-Louis Fournel
, 
Jacques Guilhaumou

Libertés

Entre Necker et Smith, Sieyès était-il libéral ?

Christine Fauré

Full text

1L’abbé Sieyès (1748-1836), publiciste révolutionnaire et homme d’État, fit paraître au cours de sa longue carrière politique (1789-1799) nombre de motions, discours, rapports et opinions auxquels s’ajoutent les trois essais qui le rendirent célèbre en 1789 : Qu’est-ce que le tiers état ? (127 pages), Essai sur les privilèges (54 pages) et Vues sur les moyens d’exécution dont les représentants de la France pourront disposer en 1789 (161 pages).

2C’est un écrivain adepte de la forme courte dont l’habileté rhétorique marqua profondément l’imagination de ses contemporains. Rappelons les trois premières lignes de son texte le plus fameux : « Qu’est-ce que le tiers état ? Tout ; qu’a-t-il été jusqu’à présent ? Rien ; que demande-t-il ? À y devenir quelque chose. » (Sieyès, 1989)

3Parallèlement à ses interventions politiques aux différentes assemblées : Constituante, Convention mais aussi au Conseil des Cinq-Cents, il forma pour son usage personnel des archives, « des œuvres secrètes » selon les mots de Sainte-Beuve dans les Causeries du lundi (1851), qu’il se refusa à publier. Ces écrits ont été égarés pendant plus d’un siècle et demi, retrouvés à la fin des années 1960 et déposés aux Archives nationales. Ils furent inventoriés à la fin des années 1970. C’est sur ces manuscrits partiellement publiés (Sieyès, 1999 et 2007) que nous nous appuyons pour camper le profil d’un Sieyès libéral et rendre compte de ses relations à l’économie politique. Nous le verrons, les positions de Sieyès résistent à toute identification hâtive et comportent des zones d’hésitation et d’incertitude face au capitalisme en train de se développer sous ses yeux. Témoin de cette époque charnière, il fait une place à la force de la nature que l’on aurait comprise, il y a encore peu de temps, comme un archaïsme, tout au moins comme une incompréhension des règles économiques. Ses variations sur l’indépendance et la dépendance de la nature, sur les « ateliers naturels », trouvent aujourd’hui un écho dans les préoccupations contemporaines liées à la conservation de la planète, Sieyès, en écologiste de la première heure et dans tous les cas économiste médiocre, préférant mettre le bonheur de l’homme, plutôt que sa productivité, au centre de l’essor industriel et agricole.

Sieyès et les physiocrates

  • 1  Voir l’« Introduction » de Françoise Weil dans Sieyès, 1999, p. 170.

4Connu comme le chantre de l’État-Nation sous la Révolution, Sieyès fourbit ses premières armes de polémiste sous la protection bienveillante de Turgot, alors contrôleur général des finances (août 1774-12 mai 1776). En effet, en 1775, il devait publier ses Lettres aux économistes sur leur système de politique et de morale (Sieyès, 1987 ; voir aussi 1999, p. 171-184). Cette première brochure de 23 pages avait obtenu l’aval du censeur royal, Cadet de Senneville ou de « Saineville », qui avait approuvé de nombreux manuscrits économiques et que l’on disait proche de Turgot1. Ce manuscrit, qui devait être publié par la librairie Michel Lambert, demeura inédit, certainement à la suite de la disgrâce de Turgot resté vingt mois aux affaires. Turgot en effet incarnait la doctrine libérale et avait adopté les théories des physiocrates contre les monopoles, les privilèges exclusifs, les réglementations et toutes les entraves à la liberté du commerce. Parmi ses collaborateurs les plus proches, on comptait Dupont de Nemours, économiste, le philosophe et mathématicien Condorcet, l’abbé Morellet, un des auteurs d’une traduction restée inédite de La richesse des nations d’Adam Smith et l’abbé Baudeau, auteur de la Revue des éphémérides du citoyen (E. Faure, 1961, p. 80).

5Dès le début de son ministère, Turgot met en application un credo libéral, favorable, croyait-il, au consommateur et au producteur (lettres patentes du 2 novembre 1774) :

Sa majesté s’est résolue à rendre au commerce des grains, dans l’intérieur de son royaume, la liberté qu’elle regarde comme l’unique moyen de prévenir, autant qu’il est possible, les inégalités excessives dans le prix et d’empêcher que rien n’altère le prix juste et naturel que doivent avoir les subsistances suivant la variation des saisons et l’étendue des besoins.

6La « guerre des farines » qui éclata en avril 1775 s’inscrivait dans les difficultés habituelles de ravitaillement qui scandaient la vie des populations au xviiie siècle. Turgot jugula l’émeute avec autorité mais son crédit auprès du Roi s’en trouva ébranlé. En 1776, d’autres édits parmi lesquels la suppression de la corvée et, surtout, l’abolition des jurandes, l’organisation corporatiste qui régulait le monde du travail sous l’Ancien régime, précipitèrent son renvoi. Ses hardiesses législatives ont certainement compté dans son échec politique.

7Le jeune Sieyès, à son modeste niveau, se fit également l’écho de cette déception à l’égard des thèses des physiocrates qu’il interpelle sans ménagement en ouverture de ses Lettres aux économistes (Sieyès, 1999, p. 171) :

Vous vous occupez, Messieurs, des moyens de la félicité et de la prospérité publiques. Vous êtes en cette qualité des écrivains très respectables. J’ai apporté à vous lire toute l’attention et tout l’intérêt que l’on doit aux discussions les plus importantes et je me suis dit : pourquoi l’erreur n’est-elle pas uniquement le partage des occupations chimériques et futiles ? Et pourquoi faut-il que les hommes sensibles et droits qui cherchent le bien de leurs semblables, soient aussi sujets à s’égarer. La science du bonheur des hommes peut-elle devenir celle de leur malheur, si des principes faux y prennent la place de la vérité.

8Le ton de ces lettres est acerbe. Sieyès accuse non seulement les disciples de François Quesnay (1694-1774) de sectarisme, mais il s’en prend aussi à leur définition de l’économie. Il oppose, à la valorisation exclusive de la terre comme source de richesse, le travail industriel dans lequel la nature, remarque-t-il, intervient : « Trouvez-vous, s’il vous plaît, Messieurs, une seule richesse industrielle qui ne soit pas aussi l’usage de la nature autant que du travail humain ? N’est-ce pas la nature qui rougit et ramollit le fer que le forgeron expose à l’action du feu ? » (Ibid., p. 182)

  • 2  « Sieyès et l’économie politique », note de Jacques Valier dans Sieyès, 1999, p. 189.

9En soulignant la part naturelle de l’acte industriel, Sieyès procède à un véritable déplacement. En disant que l’agriculture n’est pas plus naturelle que l’industrie, il met l’accent sur le travail de transformation des produits de la terre. Le temps de la cueillette étant révolu, comme celui de se nourrir de viande crue, c’est le travail qui est source de richesses et non la terre, comme le prétendait Quesnay : « La terre au contraire nous laisserait périr si nous ne la sollicitions par notre travail. » (p. 177) Cette reconnaissance de la valeur travail est une constante de ses manuscrits ; elle s’inscrit, par rapport aux physiocrates, dans un effort de redéfinition de l’économie. Comme le remarque Jacques Valier, Sieyès voit que la richesse, en tant que substrat matériel de la marchandise, a pour source le travail et la nature. Mais cette analyse n’avait rien d’une découverte : William Petty (1623-1687) avait dit, un siècle auparavant, que le travail en était le père et la terre, la mère (A Treatise of taxes & contributions, 1662)2.

  • 3  Cahiers Smith, dans Sieyès, 2007.

10Au regard du développement de l’histoire de l’économie politique, la critique de Sieyès à l’égard des physiocrates peut sembler inaboutie, peu exempte de contradictions. Entre les Lettres aux économistes (1775) et les Cahiers Smith3 rédigés après 1781, c’est-à-dire à la suite de la traduction de La richesse des nations par l’abbé Blavet, à laquelle l’abbé Sieyès se réfère constamment, il y a un changement manifeste de style et de registre. Il ne s’agit plus de dire que travail et nature se combinent pour former les richesses du secteur agricole et industriel, de savoir si l’imposition doit porter sur le produit net, concept physiocrate par excellence et qui désignait le surplus qui va aux propriétaires, une fois les avances et tous les frais remboursés, ou enfin si l’on doit de préférence taxer la consommation.

11Dans les Cahiers Smith, Sieyès glorifie la générosité de la « nature indépendante » forcément bornée par l’action de l’homme :

La nature indépendante, tant qu’elle reste indépendante, se réserve le soin de son atelier, elle n’offre que son produit… L’industrie de l’homme, comme nous l’avons dit, fait tous les jours des progrès sur la nature indépendante. Après avoir donné les poissons, les fleuves, semblent nous soumettre leurs ateliers. La mer ne livre encore que son produit etc. Cependant les salines, les bains de mer, les ports, la facilité des transports par mer, quelques pêcheries etc. sont sous la domination de l’industrie ; et le soleil lui-même dans nos serres chaudes ! La nature indépendante travaille dans les terres incultes, dans les grandes pêcheries, dans les mines et carrières etc., dans les animaux sauvages, dans l’atmosphère, dans l’eau etc. Elle produit des animaux et tout ce qui en vient, des végétaux et tout ce qui en fait partie, des minéraux, des fossiles de toutes espèces, des combinaisons plus élémentaires comme l’eau, l’air etc.
Les ateliers de la nature dépendante sont les terres cultivées etc., les pêcheries gouvernées, les animaux dépendants, l’atmosphère, l’eau, les entrailles de la terre etc. etc. (Sieyès, 2007, p. 330-331)

12De ce parallélisme, il ressort que la « nature indépendante » existe pour soi, qu’elle ne correspond pas seulement à une promesse d’expansion pour l’homme : ses productions n’appartiennent à personne, elles sont communes à tous. Par sa seule existence, la nature indépendante remet en cause le propriétaire foncier qui devient un accapareur, un parasite. La critique de Sieyès à l’encontre des physiocrates n’est pas d’ordre économique mais politique. Le propriétaire foncier cesse d’être pour lui la figure charismatique qu’il avait été pour Quesnay et Turgot. Voici comment il le définit :

Le propriétaire n’a un fonds que parce qu’il reçoit une rente. Il ne crée rien. Il a un privilège exclusif des quelques opérations de la nature où il n’influe pour rien, aussi parce qu’il n’y a pas de propriétaire de la mer, le prix du poisson de mer n’a à rembourser que les salaires et les profits de fonds. Ceux qui ramassent librement les paillettes d’or dans certaines rivières, des coquillages, des cailloux à polir etc. reçoivent un prix qui ne représente que leur salaire. (p. 313)

13Le mauvais état de l’agriculture laissée à l’abandon, générateur de disette, influence certainement les réflexions de Sieyès sur l’offre de la « nature indépendante ». Pour lui, le véritable créateur de richesse est le fermier qui travaille la terre et non le propriétaire foncier ; les autres produits récoltés dans la nature appartiennent à la collectivité, d’où la condamnation de la pièce maîtresse de la casuistique physiocrate lorsqu’il proclame : « Ce produit net (qui sort d’une nature indépendante) est un mal naturel, on peut en faire un bien, en l’attribuant à la communauté. » (p. 332)

Les merveilles de la nature

  • 4  Les bibliographies de Sieyès, « Manuscrit A », dans Sieyès, 2007.

14Sieyès, dans ses pages sur les Cahiers Smith, exprime une véritable fascination jubilatoire pour l’ingéniosité de la nature. Dans ses Bibliographies4 établies en 1770, sorte de répertoire des livres qui ont compté pour lui, il cite fréquemment la Défense de la religion tant naturelle que révélée, de Gilbert Burnet (La Haye, 1735-1744). Sa préférence va surtout au volume IV qui reproduit la Théologie physique ou démonstration de l’existence et des attributs de Dieu tirée des œuvres de la création, par Guillaume Derham (1657-1735). Cet ouvrage avait été rédigé par un homme d’Église, philosophe naturaliste, et traduit de l’anglais par Jacques Lufneu (Rotterdam, 1726). Les mathématiques et la mécanique avaient occupé les savants du siècle précédent (voir Duris, 1997). Dans cette première moitié du siècle, la découverte des « merveilles de la nature » répondait à l’attente d’un vaste public et le livre de Guillaume Derham, que mentionne Sieyès à maintes reprises, eut treize éditions en anglais, trois en français (1726, 1729 et 1732). Il a été également traduit en allemand, en italien, en hollandais. Selon cette approche théologico-physique, les « œuvres de la création » fournissaient les preuves de l’existence du créateur et de ses attributs. En 1781, Sieyès adhérait encore à cet empirisme naturaliste qu’il avait admiré jeune homme : naturalisme qui décrivait les ouvrages extérieurs de la terre, le vent, la pluie, la gravité, le fonctionnement du globe terrestre, ses habitants, l’homme venant après « les animaux en général », les animaux étant classés, chez Derham, par leur capacité sensorielle et leur comportement. Cette connaissance de la nature était traversée par un enthousiasme qui, pour Guillaume Derham comme pour le jeune Sieyès, symbolisait la modernité.

15Dans le domaine des sciences naturelles, qui comprenait aussi bien la physique, la chimie, l’anatomie, la physiologie, la médecine que l’histoire des espèces animales et végétales, les progrès qu’enregistrait l’époque contemporaine l’emportaient de façon décisive sur le mérite des Antiques.

16Dans ses Bibliographies, Sieyès fait de nombreuses références aux travaux de ces théologiens naturalistes, tels la Théologie des insectes de Friedrich Christian Lesser (1692-1754), membre de l’Académie des sciences de Berlin, ou la Théologie de l’eau (Sieyès, 2007, p. 183-184) de Fabricius (1668-1736), titulaire de la chaire d’éloquence et de théologie à l’université de Hambourg. Pas le moindre détail ne lui paraît insignifiant et il va jusqu’à mentionner les controverses autour du déplacement des araignées dans les airs. À la fin du « Manuscrit A » de ses Bibliographies, il donne en vrac des noms de savants et passe indifféremment de médecins à une liste de poètes allemands empruntée à une anthologie qui venait de paraître, Choix de poésies allemandes (1766) de Michael Huber (ibid., p. 272). Dans ce recueil, les thèmes animaliers étaient nombreux, avec les contes de Jean Elie Schlegel ou les fables et les chansons de Lessing. Le plaisir de la nature, Le printemps de Kleist, côtoyait l’effroi romantique que suscite le déchaînement de la nature sauvage : Dieu dans l’orage de Klopstock ou Le Vésuve de Martin Opitz. Pour avoir retenu dans ses Bibliographies le nom de ces poètes, Sieyès semble les avoir aimés.

17Cette appétence pour la nature subsiste dans ses critiques de l’économie politique, mais c’est surtout au nom du droit naturel qu’il réagit face aux excès du capitalisme naissant.

Le droit naturel et la libéralisation de l’économie

  • 5  Sur la législation et le commerce des grains, Ire partie, chap. 7, « Source de la population », ap (...)

18En 1775, le successeur de Turgot, Necker, un banquier suisse, publie Sur la législation et le commerce des grains qui recommande toujours, dans le cadre d’une pensée libérale, une suspension provisoire à l’exportation des grains : « Les grands États ont besoin de ressources étendues qui leur soient propres, et les hommes ne peuvent s’y multiplier et s’y perpétuer constamment qu’en raison des subsistances produites par les pays mêmes : ainsi l’agriculture est la première source de la population dans un royaume tel que la France. »5

  • 6  Lettres aux économistes, dans Sieyès, 1999, p. 177-178.

19Le souci de nourrir la population de l’État et d’échapper au spectre de la disette rapproche Sieyès de Necker, bien que rien n’annonce alors pour l’abbé l’opportunité d’une carrière d’homme politique. L’augmentation de la population comptait parmi les critères de réussite économique et politique. Sieyès ne croit pas, comme les physiocrates, à la générosité des propriétaires, animés par la recherche continuelle de leurs intérêts ; l’important pour lui est de ne pas créer une « population précaire ». Cette idée est si forte qu’il invente à ce propos l’expression de « productions populeuses » (Cahiers Smith, p. 311), c’est-à-dire les productions qui font vivre le peuple, qui le nourrissent. Dans ses Lettres aux économistes, il avait classé « la reproduction nutritive qui fournit la vie […] dans l’ordre de nos besoins […] avant la reproduction innutritive »6.

  • 7  « On ne peut pas douter que ce monopole intérieur ne donne souvent un grand encouragement à l’espè (...)

20Si, pour Sieyès, la première mission de l’économiste, c’est d’assurer sur le terrain la suffisance alimentaire, il est clair que non seulement il s’oppose au dogmatisme de Turgot en la matière, mais aussi à Smith. L’économiste écossais doute7 que la création d’un monopole intérieur puisse favoriser la production de richesses et il privilégie l’importation, alors que Sieyès, dans ses Cahiers Smith, préconise une attitude pragmatique à la hauteur des besoins nationaux.

21Comme Necker, il était favorable, sur le plan des principes, à l’importation sans entrave des grains, mais l’administration devait exercer sa surveillance :

Je sais que si nous avons déjà un grand avantage dans nos rapports étrangers de commerce, notre conduite doit être proportionnée à nos avantages. Nous ne devons ni y garder des grains, ni chercher à dérober l’industrie des autres, ni décourager les ventes qu’ils font chez nous et qui seules peut-être les mettent en état de nous acheter ensuite nos productions privilégiées. Mais si nos rapports de commerce ont besoin d’être économiquement surveillés, il faut alors soutenir, encourager la production nationale, au moins pour le débit intérieur… En tout cas, ces relations sont alors si compliquées, que c’est à l’administration à avoir l’œil à tout. (Sieyès, 2007, p. 347-348)

22Ainsi la position de Sieyès s’inscrit-elle dans le prolongement du colbertisme et il développe une conception nationale de l’économie et un protectionnisme sélectif et provisoire. Alors qu’Adam Smith ne veut pas suspendre la liberté indéfinie du commerce des grains pour remédier aux inconvénients d’une disette réelle (Smith, t. IV, chap. 5, p. 98), Sieyès se récrie avec vigueur :

Quoi qu’en dise Mr Smith qui a raison en général, mais qui va trop loin dans cette question, cette assurance de faveur par l’exportation est le meilleur préservatif des années de disette… Et si cette précaution de surabondance ne peut exister que par la prime, il n’en faut pas regretter la dépense. (p. 360-361)

23Il ne veut pas rentrer dans une logique proprement économique car la question du bonheur de l’homme, et non celle de sa productivité, est primordiale pour lui. La division du travail a perfectionné la qualité de la production industrielle, mais elle s’applique difficilement à l’agriculture. Sieyès n’est guère convaincant lorsqu’il évoque la différence des terrains et des saisons comme obstacle à la monoculture. Il admet seulement que de plus grandes fermes seraient favorables à la production agricole. À ses réticences à l’égard de la division du travail en milieu agricole, il faut ajouter le peu d’enthousiasme qu’il éprouvait pour la figure nouvelle de l’ouvrier manufacturier : « Mais ces manufactures ne contiennent pas des citoyens... Il me faut moins d’hommes et plus de citoyens, moins de richesses et plus de gens riches. 3 citoyens à demi disponibles valent mieux pour la liberté et le bonheur. » (p. 307) Il va jusqu’à préférer le maintien de paysans sur des terres ingrates, car tout changement dans ce domaine se ferait au détriment des hommes. Son économie politique se fonde sur un humanisme.

24Le producteur, créateur de richesses, ne doit pas perdre son humanité et la responsabilité de son destin. Nous sommes loin de Turgot qui avait écrit, sans sourciller, sur le salaire de l’ouvrier : « Le salaire de l’ouvrier est borné, par la concurrence entre les ouvriers, à sa subsistance, il ne gagne que sa vie. » (Turgot [1776], 1997, p. 161)

Sur la division du travail et la peine de l’ouvrier

25Turgot ne s’apitoyait pas sur la condition ouvrière ; il lui semble normal que le jeu de la concurrence appauvrisse l’ouvrier, entame sa subsistance. C’étaient là les dommages collatéraux de l’esprit de réforme. Par contre, la condition du laboureur lui semblait plus enviable car son travail capte la richesse disponible de la terre : « Le laboureur est le seul dont le travail produise au-delà du salaire du travail. Il est donc l’unique source de toute richesse. » Fidèle à sa posture physiocrate, Turgot, en 1766 il est vrai, s’abandonnait à des formules que les difficultés de son expérience ministérielle n’avaient pas encore affaiblies. Necker, dans son livre de 1775, ne partageait pas cette vision désincarnée du travail des hommes et trouvait des mots forts pour définir la mission de l’économiste en phase avec les souffrances des populations dans un contexte extrême de tensions sociales : « C’est l’homme qui connaît le bonheur et qui souffre ; c’est l’homme qui tient la vie et qui est contraint d’y renoncer ; c’est lui qui est mon semblable ; c’est lui avec qui j’ai fait alliance ; c’est pour lui que les lois sont faites. » (Necker, 1775, p. 71)

26Sieyès, comme Necker, laisse filtrer son émotion face aux souffrances du peuple. Il est à la recherche de la bonne péréquation entre production et salaire pour éviter les troubles qu’engendre le malheur. Son empressement à souligner la part naturelle que contient l’activité industrielle est une façon d’en humaniser les dangers. On le sent irrité par les analyses de Smith sur la théorie du capital circulant, qui semble enlever à l’ouvrier sa part d’initiative. Il reconnaît à ce dernier la liberté de travailler ou de ne pas travailler et de s’entretenir : « Mais l’ouvrier est en Europe une partie libre du fonds productif, les chefs d’atelier ne payent point son prix d’acquisition, ils ne sont point responsables de son dépérissement naturel. L’ouvrier s’est formé et s’affaire lui-même. » (Sieyès, Cahiers Smith, p. 324) Selon sa capacité, chacun « s’affaire » et prend sa place dans la chaîne de production. L’ouvrier, pour entretenir sa force de travail, doit dégager un surplus.

27Le concept de division du travail inventé par Smith a fasciné Sieyès, qui l’a reporté dans le domaine politique. Ce transfert est avoué dans ses « Observations sur le Rapport du comité de constitution » (2 octobre 1789) :

De là vient la séparation des travaux, effet et cause de l’accroissement de richesse et du perfectionnement de l’industrie humaine. Cette matière est parfaitement développée dans l’ouvrage de Smith. Cette séparation est à l’avantage commun de tous les membres de la Société. Elle appartient aux travaux politiques comme à tous les genres du travail productif. (Sieyès, 1989, p. 35)

28Mais lorsqu’il aborde le terrain de l’économie, il manie ce concept avec une extrême prudence : la division du travail perfectionne les facultés de l’industrie mais elle peut aussi déshumaniser le travail et rendre les hommes esclaves : « Si les ouvriers sont des esclaves achetés, le capital débauché pour cette emplette a circulé mais une fois ordonné à la production, ils deviennent fonds fixes » (Sieyès, Cahiers Smith, p. 323).

29Sieyès a développé une vision optimiste de la production des richesses, où l’art et la nature recentrés autour de la satisfaction des besoins de l’homme restent complémentaires. Mais lorsque l’homme devient une pièce séparée du dispositif productif, lorsqu’il perd son autonomie et la capacité de décider pour lui-même, la bienfaisance de la division du travail est remise en cause. Son inclination en faveur des droits de l’homme le rend peu apte à tenir un discours positif sur l’économie. Son appréhension du progrès historique l’entraîne dans une exaltation langagière d’ordre poétique qui rend ses intentions peu lisibles :

En considérant la marche des richesses, depuis leur origine jusqu’à leur consommation, je les vois naître par le travail exordial, se perfectionner par les travaux améliorants, se distribuer au marché par les travaux circumréels et finir par la consommation, qui n’est pas en elle-même un travail réel. (Sieyès, 2007, p. 336)

  • 8  Voir le « monde lingual », Le Grand Cahier métaphysique, Jacques Guilhaumou, dans Sieyès, 1999, p. (...)

30Contrairement à ses textes imprimés, il se laisse aller dans ses manuscrits à des inventions répétées de néologismes qu’il justifie par la nécessité de réformer la langue8. Cette glossopoièse qui confine parfois au délire est le signe d’une hypersensibilité aux questions de classification, l’irruption d’un vertige taxinomique. Comment interpréter cet emballement étymologique ?

  • 9  Ferguson, 1783, 4e partie, chap. 1 de « La séparation des arts et des professions », p. 134-135.

31Il serait certainement forcé de discerner dans les manuscrits économiques de Sieyès une condamnation rationnelle de la division du travail comme on peut la trouver dans l’essai d’Adam Ferguson, Essai sur l’histoire de la société civile (1767, traduction française 1783). Sieyès avait lu Ferguson : il le cite dans sa Lettre aux économistes sur la question des jouissances, mais il ne développe pas avec la même netteté que le moraliste écossais précurseur de Smith les conséquences fâcheuses de l’industrie. En effet, s’insurgeant contre la mécanisation de l’homme, Ferguson avait écrit : « Ainsi on pouvait dire que la perfection à l’égard des manufactures consiste à pouvoir se passer de l’esprit, de manière que sans effort de tête, l’atelier puisse être considéré comme une machine dont les parties sont des hommes. »9

32Ce chapitre sur la séparation des arts et des professions, cité par Karl Marx dans Misère de la philosophie (1847), remarqué par Claude Gautier (Ferguson, traduction de 1992, p. 91), jette une lumière sombre sur les avantages qu’amène la machine. Ferguson formulait un véritable doute sceptique sur le seul progrès des arts pourtant très en faveur au xviiie siècle. Sieyès, malgré ses réticences indéniables à la rationalisation de la production, ne va pas jusque-là. Il ne se départit jamais de cette sorte de frénésie dans la quête du bonheur qui marque ses premiers manuscrits. Sa conception des droits de l’homme, telle qu’il l’exprime en 1789, est fondée sur cet optimisme inaltérable : l’universalité des droits était à ses yeux une sorte de correcteur des inégalités de condition.

  • 10  « Préliminaire de la Constitution française. Reconnaissance et exposition raisonnée des droits de (...)

Il existe, il est vrai, de grandes inégalités de moyens parmi les hommes. La nature fait des forts et des faibles, elle départit aux uns une intelligence qu’elle refuse aux autres. Il suit qu’il y aura entre eux une véritable inégalité de travail, inégalité de produit, inégalité de consommation ou de jouissance ; mais il ne suit pas qu’il puisse y avoir inégalité de droits.10

33C’est à la liberté de chacun que revient l’utilisation de ses bras, de son industrie et de ses capitaux. Dans cette perspective, Sieyès était bien libéral mais son libéralisme économique s’arrêtait là où commençaient, selon les circonstances, les besoins de l’État et des populations. L’important était pour lui de maintenir la complémentarité de la nature et de l’art. Le droit naturel arbitrait sa vision du progrès économique, comme les droits de l’homme celle du meilleur gouvernement. L’âge industriel était conçu comme la transformation et l’amplification d’énergies naturelles : de l’économie à l’organisation politique (ibid., p. 36), l’activité saisie dans ses multiples modalités reste une figure majeure de la pensée de Sieyès.

Bibliography

Œuvres d’Emmanuel-Joseph Sieyès citées dans le texte

1987, Emmanuel-Joseph Sieyès. Écrits politiques, R. Zapperi éd., Montreux, Édition des archives contemporaines.

1989, Œuvres de Sieyès, 3 vol., Paris, Edhis, note liminaire par Marcel Dorigny.
Notamment : Qu’est-ce que le tiers état ?

1999, Des Manuscrits de Sieyès (1773-1799), vol. I, Ch. Fauré éd. avec la collab. de J. Guilhaumou et J. Valier, Paris, Champion / Genève, Slatkine.
Notamment : Lettres aux économistes sur leur système de politique et de morale.

2007, Des Manuscrits de Sieyès (1770-1815), vol. II, Ch. Fauré éd., Paris, Champion / Genève, Slatkine.
Notamment : Cahiers Smith et Les bibliographies de Sieyès.

Autres références citées

Duris Pascal, 1997, « Histoire naturelle », Dictionnaire européen des Lumières, M. Delon éd., Paris, PUF.

Faure Edgar, 1961, La disgrâce de Turgot, Paris, Gallimard.

Ferguson Adam, 1783, Essai sur l’histoire de la société civile, trad. M. Bergier, Paris, La veuve Desaint. Traduction révisée, annotée et introduite par Claude Gautier, Paris, PUF, 1992.

Necker Jacques, 1775, Sur la législation et le commerce des grains, Paris, Pissot.

Smith Adam, 1781, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations, Yverdon.

Turgot [1766], Réflexions sur la formation et la distribution des richesses, J.-Th. Ravix et P.-M. Romani éd., Paris, Flammarion, 1997.

Notes

1  Voir l’« Introduction » de Françoise Weil dans Sieyès, 1999, p. 170.

2  « Sieyès et l’économie politique », note de Jacques Valier dans Sieyès, 1999, p. 189.

3  Cahiers Smith, dans Sieyès, 2007.

4  Les bibliographies de Sieyès, « Manuscrit A », dans Sieyès, 2007.

5  Sur la législation et le commerce des grains, Ire partie, chap. 7, « Source de la population », approuvé par Cadet de Saineville, censeur royal.

6  Lettres aux économistes, dans Sieyès, 1999, p. 177-178.

7  « On ne peut pas douter que ce monopole intérieur ne donne souvent un grand encouragement à l’espèce particulière de l’industrie qui en jouit et qu’elle ne détermine à employer de ce côté-là une plus grande quantité du travail et des fonds de la société qu’on en aurait employés sans cela. Mais il n’est peut-être pas également certain qu’il rende à l’accroissement de l’industrie générale ou à lui donner une direction plus avantageuse. » Smith, 1781, t. III, L. 4, chap. 2, p. 243.

8  Voir le « monde lingual », Le Grand Cahier métaphysique, Jacques Guilhaumou, dans Sieyès, 1999, p. 149.

9  Ferguson, 1783, 4e partie, chap. 1 de « La séparation des arts et des professions », p. 134-135.

10  « Préliminaire de la Constitution française. Reconnaissance et exposition raisonnée des droits de l’homme et du citoyen » (1789), Sieyès, 1989, vol. II, p. 22.

Author

Directrice de recherche au CNRS. Elle a dirigé la Nouvelle Encyclopédie politique et historique des femmes (Paris, Les Belles Lettres, 2010), ouvrage traduit en anglais (Londres, Routledge, 2003) et en espagnol (Madrid, Akal, 2010) ; La prise de parole publique des femmes, no 344 des Annales historiques de la Révolution française (2006). Elle est l’auteur de : Ce que déclarer des droits veut dire. Histoires (Paris, Les Belles Lettres, 2011), prix de l’Académie des Sciences morales et politiques. Elle a dirigé Des Manuscrits de Sieyès, 1773-1799 et 1770-1815, en 2 volumes (Paris, Champion, 1999-2007). Parmi ses articles : « L’abbé Sieyès, lecteur problématique des Lumières », Dix-huitième siècle, no 37, 2005 ; « Sieyès, Rousseau et la théorie du contrat », Figures de Sieyès (Paris, Sorbonne, 2008) ; « Representative government or republic ? Good government according to Sieyès », The Politics of Democratization in Europe. Concepts and Histories (Londres, Ashgate, 2008).

© ENS Éditions, 2012

Terms of use: http://www.openedition.org/6540