Version classiqueVersion mobile

Géométrie, atomisme et vide dans l’école de Galilée

Philosophie et nouvelle science dans la polémique entre Mario Bettini et Giovan Battista Riccioli

Denise Aricò

Texte intégral

  • 1 Cf. M. Bettini, Recreationum mathematicarum Apiaria novissima duodecim […] accessit coronidis loco (...)

1En 1659 l’éditeur bolonais Ferroni sortait de presse un volume aux contours fort bien dessinés et au titre captivant : Recreationes mathematicarum. Il s’agissait de l’œuvre du père jésuite Mario Bettini, mort deux ans auparavant. Cette initiative avait tout l’air d’un hommage posthume rendu à un concitoyen – connu également en Europe pour ses œuvres théâtrales et philosophiques – par l’ensemble des savants de l’Accademia Aquilonare. Celle-ci garantissait en fait la valeur de l’initiative éditoriale1.

  • 2 Cf. M. Bettini, Apiariorum philosophiae mathematicae tomus tertius […] accessit appendix huius tert (...)

2Cependant, une analyse rapide du texte permet au lecteur moderne de vérifier que l’éditeur de confiance de Bettini n’avait fait que proposer à nouveau, avec quelques savantes retouches au titre et au frontispice, le troisième tome des Apiaria, paru en 16542. Venant après les deux autres, imprimés en 1642 et réédités avec les Analecta en 1645, ce volume reprenait la métaphore présente dans le titre de l’ouvrage, c’est-à-dire la Ruche. Mais en plus des sections nouvelles (les Actuaria) rajoutées dans cette édition, Bettini en avait annexées d’autres (les Fucaria), dans lesquelles il prenait sa propre défense contre des adversaires qualifiés, justement, de frelons. Si l’on ajoute à cela le fait que le troisième tome comportait également un Appendice dirigé contre son confrère, le jésuite Giovan Battista Riccioli, il ne sera pas difficile de comprendre – me semble-t-il – les préoccupations de l’éditeur Ferroni.

3Le désir d’accélérer la diffusion de l’ouvrage qui, irrémédiablement daté, aurait bientôt perdu de son éclat, s’ajoutait aux pressions exercées par de mystérieux compagnons de l’Accademia. Ainsi, les Recreationes mathematicarum, dédiées au père général Raimondo Montecuccoli, purent circuler à nouveau en Italie et en Europe.

  • 3 Cf. G. Galilei, Opere, Bologna, Eredi del Dozza, 1655-1656.
  • 4 Cf. U. Baldini, « Uniformitas et soliditas doctrinae » Le censurae « librorum » e « opinionum » : d (...)

4En dépit des craintes manifestées par Ferroni, le troisième tome des Apiaria n’est pas la chronique d’une dispute verbale entre deux personnalités ne pratiquant pas le compromis. Il relate l’un des épisodes les moins connus, peut-être, de l’opposition apparue entre aristotélisme et nouvelle science, opposition qui s’était manifestée au sein même de la compagnie de Jésus après la publication du Sidereus Nuncius. En cette seconde moitié du XVIIe siècle, la compagnie était encore moins disposée qu’auparavant à accepter les compromis. Alors qu’à Bologne, où l’enseignement du maître était toujours vivant, on pouvait éditer, entre 1655 et 1656, les oeuvres de Galilée, y compris, pour la première fois en Italie, les Discours concernant deux sciences nouvelles3, la Neuvième Congrégation générale de la compagnie, réunie peu avant, s’était prononcée pour la restriction des marges de liberté accordées aux savants jésuites, dans le sens d’une rigueur accrue des réviseurs lors de leurs examens des textes scientifiques et théologiques4.

  • 5 Que l’on me permette de renvoyer à mes articles « Un Bettini autografo : la Lyra prima ex electis » (...)

5À vrai dire, Bettini n’avait jamais eu trop de problèmes avec la censure romaine. Les documents conservés dans l’Archivio Romano témoignent certes d’un échange épistolaire assez vif entre le jésuite et les réviseurs, mais ils ne concernent que la défense des « nouveautés » présentes dans les œuvres littéraires. Les réserves s’étaient muées en éloges lors de l’autorisation accordée pour l’impression des Apiaria et, en 1646, de l’Ærarium, ces deux encyclopédies rendant un hommage sincère à l’épistémologie thomiste5.

  • 6 Cf. Amico Lettori Aquilonaris Academiae secretarius, dans M. Bettini, Apiariorum, Tomus tertius, op (...)
  • 7 Alors que pour les deux jésuites on pourra consulter les pages de G. Tabarroni, « Bologna e la cart (...)
  • 8 Cf. « Guldini e Soc. Jesu vindicatio », in M. Bettini, Apiariorum tomus tertium, op. cit., p. 62-63 (...)
  • 9 Cf. M. Bettini, Apiariorum tomus tertius, op. cit., p. 140-144.

6Une confirmation nous vient directement du secrétaire de l’Accademia Aquilonare, c’est-à-dire de Bettini lui-même, soulignant, dans les pages d’introduction, qu’il n’a pas écrit l’ouvrage pour se défendre des attaques haineuses venues de sa propre famille religieuse ; il l’avait écrit plutôt pour satisfaire l’attente de tous ceux qui souhaitaient pouvoir jouir des fruits, remis au goût du jour, d’une doctrine dont Christoph Grienberger et Anasthase Kircher, chargés des censures à Rome, venaient de reconnaître l’orthodoxie la plus absolue6. Avant de prendre congé, le secrétaire de l’Accademia trouve le moyen de critiquer la nouvelle topographie lunaire qui, chez certains « modernes », remplace celle de Van Langren. Puis, il remercie Ovidio Montalbani, censeur pour la province de Bologne, qui avait donné l’autorisation d’imprimer7. Or, Montalbani, personnage influent de l’université de Bologne, nourri d’idées hérmétiques et astrologiques, est bien mal disposé envers les exigences de la science nouvelle, alors que Riccioli et Francesco Maria Grimaldi, auteurs, l’un et l’autre, de la nouvelle carte de la lune, sont directement pris à parti par Bettini. On ne s’étonnera donc pas de trouver, dans le troisième volume, des sections consacrées à la réfutation de la méthode « per indivisibilia8 », ainsi que des pages adressées à Jean Hévélius où Bettini revendique – toujours par la voix du secrétaire de l’Accademia Aquilonare – la paternité du problème mathématique De lunarium montium altitudine, en prenant position contre le Sidereus Nuncius de Galilée9.

  • 10 Sur la figure de Verviers et la carrière de Bettini, cf. U. Baldini, « La scuola scientifica della (...)

7Or, puisqu’on ne saurait parcourir le troisième tome sans prendre en compte toute la production scientifique et didactique de Bettini, il convient d’en restituer ici les étapes les plus marquantes. Sa formation plongeait ses racines dans l’école de Parme, où il avait pu écouter les cours du belge Jean de Verviers, élève à Padoue de Marco Antonio De Dominis, puis ceux de Biancani, qu’il avait remplacé en 162410. En tant que professeur, il eut comme élèves, en des temps différents, Giannantonio Rocca, Stefano Ghisoni, Giovan Battista Riccioli et Daniello Bartoli.

  • 11 « En quittant Parme – où il jouissait d’un prestige considérable dû aussi à sa fonction de précepte (...)
  • 12 Cf. G. B. Riccioli, Almagestum Novum […] Bononiae, ex typographia hæredis V. Benatii, 1651, vol. II (...)

8À la suite du transfert des enseignants des écoles de saint Roc vers celles de via Castiglione, bien que l’orientation de l’enseignement restât fondamentalement unitaire, Riccioli devenait une référence scientifique des plus importantes. Les élèves de Bettini qu’on vient de nommer, avec d’autres plus jeunes, comme les frères Grimaldi, Paolo Casati, Francesco Adorno, allaient constituer une équipe de « sociétaires ». C’est avec eux que le jésuite Riccioli commença, à partir de 1640, une première série d’expériences systématiques destinées à mesurer l’accélération des graves et, à partir de l’année suivante, des observations astronomiques assez précises11. Ainsi, à Bologne, pendant que Riccioli utilisait les hauteurs de la Torre degli Asinelli pour vérifier la loi galiléenne de la chute des corps, Bettini choisissait le profil incliné de la Garisenda pour illustrer, dans ses cours, la définition euclidienne du point, suivant une lecture néoplatonicienne de Proclus et de Ficin12.

  • 13 Cf. D. Aricò, « “In doctrinis glorificate Dominum”. Alcuni aspetti della ricezione di Clavio nella (...)
  • 14 Sur la typologie du « cursus mathematicus », cf. U. Baldini, « Archimede nel Seicento italiano », i (...)
  • 15 Cf. « Lettere di uomini illustri del secolo XVII a Giannantonio Rocca filosofo e matematico reggian (...)

9À partir de 1644, Bettini, désormais libre de toute charge d’enseignement, se consacra, en tant que scriptor, à la rédaction de l’Ærarium. Cet ouvrage est l’exemple même d’un cursus mathematicus comportant des chapitres de vulgarisation. Carlo Antonio Manzini n’était pas étranger au projet13, dont le titre initialement prévu était Euclides applicatus en hommage à Christoph Clavius. L’ouvrage voulait présenter les applications les plus intéressantes de la géométrie, afin de satisfaire les exigences des étudiants issus, à Parme aussi bien qu’à Bologne, d’une bourgeoisie active et riche à la fois14. Cependant, dans ces années-là, l’orientation expérimentale adoptée dans les écoles de Santa Lucia, s’enrichissait également des contributions dues au galiléiste Bonaventura Cavalieri. Ce n’est pas le fait du hasard, me semble-t-il, si la correspondance entre Bettini et Rocca fut interrompue en 1642, alors même que la correspondance entre Rocca et le jésuate Cavalieri s’intensifiait. On assiste ici à la réplique exacte de ce qui s’était passé dans les échanges avec Manzini15.

  • 16 Cf. B. Cavalieri, Carteggio, op. cit., p. 128-130 et p. 132-134.

10Dans une ville aussi vivante que Bologne, le nouveau paradigme scientifique se devait de prendre en compte la tradition académique, jalouse de ses propres prérogatives. Cet état de fait était parfaitement connu de Cavalieri dès 1629, date à laquelle il avait obtenu la chaire occupée jusque-là par Magini16.

  • 17 Cf. R Guldin, De centro gravitatis trium specierum quantitatif continuae libri quattuor, Viennæ, fo (...)
  • 18 Ces informations nous sont données par Cavalieri lui-même, dans Excercitationes geometricae sex, «  (...)
  • 19 Cf. M. Bettini, Ærarium philosophiæ mathematicae, Bononiæ, Ferroni, 1648, vol. 1, p. 289-290, 436-4 (...)
  • 20 Un travail récent sur Roffeni est dû à G. L. Betti, Giovan Antonio Magini e i suoi allievi Antonio (...)
  • 21 Cf. « Amico lectori Joannes Antonius Roffenus », in M. Bettini, Ærarium, op. cit., vol. I, pages no (...)
  • 22 Cf. Lettere d’uomini illustri, op. cit., vol. XXXIII, p. 62 de septembre 1641, ainsi que d’autres l (...)
  • 23 Cf. « Dedica all’illustrissimo e Reverendissimo Don Giovanni Ciampoli » in Geometria degli indivisi (...)

11L’attaque la plus résolue contre la Geometria indivisibilibus, parue en 1635, fut portée, comme on le sait, par le jésuite suisse Paul Guldin, alors tout occupé à la diffusion des résultats de ses travaux sur les centres de gravité, résultats publiés dans les volumes de la Centrobaryca 17. À la différence de Guldin, qui avait admis avoir jeté seulement un coup d’œil sur les travaux de Cavalieri, Bettini en avait une bonne connaissance dès 162918. Il se limita, cependant, à mettre en garde à différentes occasions les lecteurs de l’Ærarium contre la tentation d’accorder du crédit à cette méthode, dont le caractère révolutionnaire lui semblait porteur de confusion et de désordre19. Afin d’illustrer le but poursuivi dans cet ouvrage, il avait demandé à Giovanni Antonio Roffeni d’écrire l’introduction. Celui-ci avait été l’élève de Magini et de Cataldi, et plusieurs années auparavant l’ami de Galilée. Qui plus est, il jouissait à Bologne d’une grande renommée en tant qu’astrologue20. Dans l’introduction, où est affirmée la nécessité de subordonner la philosophie et les mathématiques à la théologie, Roffeni nous informe que l’Ærarium a été conçu pour aider les missionnaires partis dans les lointaines régions de Chine. Là-bas, depuis quelque temps déjà, un public assez cultivé appréciait les sciences euclidiennes dans la traduction de Matteo Ricci, jésuite italien originaire de Macerata. À ce point de l’introduction, Roffeni est interrompu dans son exorde par une vox satyrica empruntant quelques vers à Persius pour l’interroger avec insolence sur l’utilité du livre : « Que de vanité en ce monde ! Qui donc viendra lire ces choses ? Personne, par Hercule, ou peut-être un ou deux individus seulement21 ! » En fait, cette voix reprend, comme en écho, certaines appréciations ironiques sur l’œuvre de Bettini présentes dans la correspondance entre Rocca et Cavalieri22. Elle fait également allusion à la dédicace de la Geometria indivisibilibus à Giovanni Ciampoli où Cavalieri cite les mêmes vers pour évoquer l’étroitesse du public capable, il en a bien peur, d’apprécier ses travaux23.

  • 24 Cf. E. Torricelli, « Ad lectorem proemium », in Opera geometrica, Firenze, Landi et Massa, 1644, et (...)
  • 25 Cf. « Archimedes vindicatus a calumnia ex ignorantia huius 4 definitionis, coroll. I ; Quantitatis (...)
  • 26 Cf. « Cur in argumentatione a permutando debeant termini esse in eodem genere », et le Scholie « Hæ (...)

12Torricelli avait réfuté cet argument d’un ton assuré, dans la préface à son ouvrage De dimensione parabolae, publié en 164424. Mais pour Bettini, les choses ne devaient pas en rester là. Dans le scholie Archimedes vindicatus de l’Ærarium, il reproche à Torricelli, qui fut l’un des premiers interprètes de la nouvelle méthode de Cavalieri, l’emploi erroné de la quatrième définition du livre V d’Euclide. Par un semblable retournement de l’explication syllogistique dans les démonstrations mathématiques – avertissait Bettini – les Averrhoïstes avaient pu fonder leurs thèses hérétiques en matière d’éternité du monde25. La réaction quelque peu indignée de l’auteur de l’Ærarium en faveur de l’utilité des mathématiques euclidiennes était fondée sur son intime conviction qu’elles étaient les seules à pouvoir vaincre le scepticisme des milieux les plus cultivés chez les non-croyants. Cela était dû à l’ordre et à la certitude des démonstrations26.

  • 27 Cf. « Epilogus planimetricus pars secunda. In qua recensio primorum aliquot principiorum et element (...)

13Cavalieri avait répondu aux objections de Guldin, dans la troisième de ses Exercitationes geometricae sex, lorsque celui-ci était déjà mort depuis trois ans. S’estimant investi de la mission de riposter pour son confrère décédé, Bettini composa en quelques mois l’Epilogus planimetricus. Ce texte fut inséré dans l’Ærarium, dont le dernier des trois tomes était déjà sous presse. Porte-parole du refus aristotélicien de l’infini et du continu considérés comme sommes d’indivisibles, Bettini prit la défense de l’orthodoxie classique, dans les limites des frontières étroites, mais sûres, imposées par la tradition. Il préféra agir ainsi, plutôt que contribuer aux innovations dues à cette méthode qui, à son avis, détruisait « la certitude et la dignité de la philosophie » en raison de son peu de rigueur, entraînant les esprits vers des paralogismes insidieux27.

  • 28 Les raisons de la polémique d’André Tacquet et de son coreligionnaire Bettini, ainsi que les répliq (...)
  • 29 Des informations sur Giovan Battista Ricci, qui présenta le deuxième volume de l’Ærarium, sont donn (...)

14Le qualificatif d’« honnête partisan des doctrines philosophiques et géométriques traditionnelles », attribué par Lucio Lombardo Radice à Guldin, conviendrait, peut-être, à Bettini aussi. Il y a cependant dans sa croisade, me semble-t-il, la présence d’un éthos métaphysique assez fort. En fait, Bettini finit par ressembler au philosophe chinois – représenté dans la gravure allégorique de l’Ærarium – introduisant solennellement le lecteur, comme s’il s’agissait d’une cérémonie mystique28. Il convient, cependant, de ne pas oublier que le « philosophe mathématicien » Bettini – c’est ainsi qu’il aimait se définir – obéissait à un prosélytisme culturel clairement planifié. Il avait confié des pages explicatives de l’Ærarium, non seulement à Roffeni, choix très significatif, comme on l’a vu, mais aussi au carme Giovan Battista Ricci, théologien et collaborateur fidèle depuis des années d’Ovidio Montalbani, professeur de mathématiques à l’Archiginnasio de Bologne. C’est à Ricci, d’ailleurs – auteur d’une édition commentée des Éléments d’Euclide –, que sera attribuée la chaire restée longtemps inoccupée, après la mort de Cavalieri survenue en 1647. Elle avait été refusée à Stefano Degli Angeli et à Tommaso Cornelio, trop proches de la science des « novatores29 ».

  • 30 Cf. J. Hevelius, Selenographia, Gedani, typis Hunefeldianis, 1647, p. 135-146. Un commentaire à dis (...)
  • 31 Sur ce problème, cf. D. Aricò, In doctrinis glorificate Dominum, op. cit., Marco Antonio De Dominis (...)
  • 32 À ces intérêts – qui sont à discuter, tout au moins en partie, à l’intérieur des activités ludiques (...)

15Dans la discussion avec Jean Hévélius, qui avait exprimé ses critiques à Bettini dans les premières pages de la Selenographia, l’auteur des Apiaria fait intervenir – cela est assez clair – le Sidereus Nuncius30. En tant que philosophe « vehementer peripateticus » – c’est ainsi qu’Hévélius l’avait défini – Bettini revendique orgueilleusement la rapidité avec laquelle, quarante ans plus tôt, il avait dévoilé la tricherie des taches lunaires, en menant une controverse avec « une personne bien connue et encore vivante en ce temps-là », controverse qu’il avait publiée quelques années plus tard, dans le huitième des Apiaria, après l’avoir retouchée. Or, la confrontation des textes et des dates m’a permis d’identifier avec certitude Bettini comme l’auteur du « problème de Mantoue ». En 1611, ce problème fut le premier épisode – le plus décisif aussi – marquant le désaccord de bon nombre de philosophes de Parme avec les découvertes de Galilée31. Bien des années plus tard, en dépit des données obtenues par les observations d’Hévélius grâce à des lunettes astronomiques plus perfectionnées, Bettini n’a pas changé d’avis. Pour lui, les cavités et les protubérances – remarquées pourtant par lui-même sur la face, et non pas sur la périphérie, de la lune – sont dues à des effets d’optique. Elles seraient le fait de la réaction produite par la lumière solaire, réaction qui serait différente selon que la lumière tombe sur les parties plus denses ou moins denses qui entourent la lune, la surface étant, quant à elle, parfaitement sphérique et lisse. La curiosité pour les anamorphoses et les déformations optiques, présente dans les sections des Apiaria, cède ici la place à un scepticisme sur lequel pèse une lourde hypothèque métaphysique. Comme en 1611, ce scepticisme va toujours de pair avec les conventions aristotéliciennes, selon lesquelles ce qui est « probable » n’a pas de fondement scientifique puisqu’il ne correspond à aucun être réel32.

  • 33 Cf. M. Bettini, Apiariorum tomus tertius, op. cit., p. 137.
  • 34 Cf. M. Bettini, « Prolegomena », in Ærarium, op. cit., vol. I, cap. V, p. 14-16 ; de Roffeni, nous (...)
  • 35 Cf. « Contra damnatos Philolaistas », in M. Bettini, Ærarium, op. cit., vol. I, p. 139-140 ; parmi (...)

16 À l’appui de ses positions, Bettini fait appel une fois de plus à Roffeni, dont il rapporte quelques appréciations concernant les incertitudes de l’astronomie et l’intérêt assez faible que présentent les observations du ciel pour ce qui est des conclusions à caractère général33. Ces remarques ont de quoi surprendre, non seulement parce que Roffeni avait défendu l’utilité des mathématiques mixtes dans un chapitre des Prolégomena de l’Ærarium, et dans de nombreux autres écrits34, mais aussi parce que dans cet ouvrage Bettini lui attribue un texte, dont il ne donne aucune référence bibliographique, dirigé contre les « adeptes damnés de Philolaos » qui soutiennent, sur le mouvement de la terre, des théories interdites par la religion et rejetées par l’astronomie elle-même35.

  • 36 Cf. A. Favaro, « Serie undecima di scampoli galileiani », in Atti e Memorie della Regia Accademia d (...)
  • 37 Cf. G. Baffetti, « Il “Sidereus Nuncius” a Bologna », in Intersezioni, XI (1991), n. 3, p. 477-500, (...)
  • 38 Même si l’on ne prend pas en considération l’ordre textuel assez ambigu du discours pour l’année 16 (...)
  • 39 Cf. G. B. Riccioli, Almagestum Novum, op. cit., p. XXXVII.
  • 40 Lorenzo Grimaldi, qui dans la préface au discours pour 1644 affirme de posséder « scripta omnia præ (...)

17Il me faut ouvrir ici une brève parenthèse, pour essayer d’éclairer les rapports de Roffeni – « ami et grand admirateur de Galilée », comme l’a défini Favaro36 – avec les milieux de Santa Lucia. Il est certain qu’entre Roffeni et Galilée s’était créé un rapport d’amitié et d’estime, dont la correspondance scientifique n’est pas seule à nous en apporter le témoignage. Roffeni prit la défense de Galilée contre les attaques de l’allemand Martin Horky, faisant preuve de beaucoup de courage, si l’on songe au climat de dissimulation qui accueillit le Sidereus Nuncius à Bologne. Beaucoup plus tard, en 1632, il annonça dans son Discours astrologique la publication imminente du Discours sur les deux grands systèmes du monde, écrit par « le grand Galilée, insuffisamment loué et honoré, en cette époque qui est la nôtre, pour sa renommée et pour sa valeur dans les sciences37 ». Cependant, il semblerait que la condamnation de 1633, notifiée à Roffeni par le Saint-Office avec un zèle tout particulier, lui ait inspiré une conduite plus réservée. En effet, ses écrits astrologiques des années suivantes, bien que consacrés à des thèmes astronomiques et optiques d’une brûlante actualité, se présentent comme des compilations érudites plutôt que critiques à l’égard de l’héritage du passé accepté par l’Église. Et je ne dirai rien des allusions à ce dont « il n’est ni licite ni permis de discuter longuement », ni des regrets de ne pas être « parmi les auteurs qui, dans des pays libres, peuvent imprimer et écrire en toute liberté38 ». Riccioli nous rappelle que, quelques années avant sa mort survenue en 1643, Roffeni avait trouvé chez les jésuites ses interlocuteurs spirituels. Il avait fait don à leur bibliothèque d’une grande partie de ses livres et de ses notes, dont Riccioli se servira avec profit pour son Almagestum Novum 39. Aussi, on ne trouvera pas surprenant que Bettini ait pu se procurer des textes inédits, grâce aussi à Lorenzo Grimaldi, élève de Roffeni, et peut-être par la volonté de Roffeni lui-même, de son vivant. Ainsi, le jésuite de Bologne aurait jonglé avec toutes ces informations, selon le contexte dans lequel, à chaque fois, il était amené à les insérer40.

  • 41 Cf. M. Bettini, Ad Ap. IV Auct II. Et exfucatio ad propositiones 7 & 8 prog. 1 de nullo per artem m (...)
  • 42 M. Bettini, Apiaria, op. cit., Ap. IV, prog. I, propositions 7-9.

18Dans cette ambiance où l’on fait le bilan des polémiques anticoperniciennes, Bettini ne veut pas laisser passer l’occasion de rappeler à ses lecteurs, mais surtout à Riccioli, comment, trente années auparavant, il avait discrètement et avec urbanité, manifesté dans ses cours son désaccord avec Christoph Scheiner. Les critiques de ce dernier contre le mouvement de la terre, publiées dans les Disquisitiones mathematicae et astronomicae en 161441, n’étaient pas, à son avis, suffisamment efficaces. Un peu plus tard, sans jamais nommer son confrère, Bettini avait soutenu également que « libræ sive integræ sive dimidiatæ motum, nec perpetuum nec ullum esse posse circa mundi centrum (aucun mouvement de libration entière ou mi-partie ne peut se produire, qu’il soit perpétuel ou non, autour du centre du monde) ». Le seul mouvement de la terre dont on pouvait parler – souligne-t-il avec force – est celui, imperceptible, de la trépidatio. Il intéresse la physique, mais n’appartient pas au domaine des mathématiques et de la théologie42. Et puisque tout récemment quelqu’un avait repris ses remarques en les présentant comme des nouveautés, Bettini revendique la priorité de leur formulation.

  • 43 Cf. G. B. Riccioli, Almagestum Novum, op. cit., vol. II, 1. IX, sect. IV, caput XXIV, p. 436-439, o (...)
  • 44 Nous apprenons de Leone Allacci que Scheiner préparait d’autres écrits sur ce sujet, comme le Prodr (...)

19L’allusion devient claire si l’on interroge une fois de plus l’Almagestum Novum, où Riccioli accuse avec aigreur Scheiner d’avoir opposé à la théorie copernicienne des arguments si faibles, une syllogistique si confuse qu’il fut facile pour Galilée de les réfuter avec ironie dans le deuxième dialogue des Deux plus grands systèmes du monde43. On serait tenté d’admettre, tout au moins dans ce cas-là, que le heurt entre les deux jésuites se présentait en vérité comme un simple problème de règle du jeu44.

  • 45 Cf. G. B. Riccioli, Almagestum Novum, op. cit., vol. I : sur la distance de l’horizon visible p. 65 (...)

20En mettant à jour le troisième tome, Bettini rédigeait également l’Appendice contre Riccioli, qui l’avait accusé, de manière particulièrement désobligeante, de manque de précision dans les mesures astronomiques du semi-diamètre terrestre, d’incompréhension et de censure systématique des recherches de Kepler sur les éclipses, d’utilisation incohérente de données d’observation dans le système harmonique du monde tel qu’il figurait dans le dixième des Apiaria45.

  • 46 Cf. C. Sommervogel, Bibliothèque […], op. cit., t. I, col. 1428, qui en cite deux, avec des frontis (...)
  • 47 Cf. Appendix exfucatoria seorsim aliquot propositionum in Apiariis II, VIII, X novissimis fucariis (...)

21Le fait que l’édition de 1654 – qui accompagnait le troisième tome selon Sommervogel46 – demeure introuvable à ce jour a été largement compensé par la découverte d’une édition antérieure, publiée en 1653 par une obscure imprimerie vénitienne, la Leniana. Cette édition est entièrement différente de celle confiée à Baglioni deux ans plus tard. Reliée avec celle-ci dans un même volume, on la trouve aujourd’hui dans l’Archiginnasio de Bologne47.

  • 48 Cf. I. Gambaro, « Astronomia e tecniche di ricerca nelle lettere di G. B. Riccioli ad A. Kircher », (...)
  • 49 Dans une des censures à l’Appendix apologetica, le jésuite Honoré Fabri observe que Bettini, assuré (...)

22La comparaison entre les deux éditions et un échantillonnage de la correspondance entre Riccioli et Kircher relative à la période où l’autorisation de publier l’Almagestum tardait à venir, permet d’imaginer ce qui s’était passé auparavant48. Ayant appris que dans le texte préparé par son confrère se trouvaient des appréciations peu flatteuses pour son travail, Bettini aurait essayé de les faire supprimer en s’adressant, entre autres, aux censeurs romains. En effet, quelques-unes des accusations contenues dans les Appendices avaient fait l’objet de réflexions et de recommandations dans la correspondance échangée entre Bologne et Rome. Ce fut grâce aux bons offices de Kircher que l’autorisation d’imprimer arriva enfin. Ainsi, en 1651, Riccioli pouvait envoyer à Kircher, par l’intermédiaire de Bartoli, les deux tomes de l’Almagestum. Bettini, nullement découragé par l’échec essuyé, décida de rendre publiques ses raisons49.

  • 50 Cf. Fantuzzi, Notizie […], op. cit., vol. I, p. 4. Mais la confirmation nous vient de Bettini lui-m (...)
  • 51 Cf. Archivio Arcivescovile de Bologne, Patrimonio ex gesuitico, cartone 270, Catalogi breves, anni  (...)

23Afin de donner nom et visage aux membres de cette Accademia, tous prêts à se battre, il convient de ne pas s’éloigner de Santa Lucia, où se trouvait l’ensemble des instituts jésuites pour la formation des jeunes. En effet, Fantuzzi nous fait savoir que le blason – comportant un grand aigle volant vers le soleil accompagné de sa progéniture – ainsi que la devise avaient illustré l’Accademia établie dans le collège de San Luigi, ouvert depuis 1645 aux jeunes appartenant à la bourgeoisie aisée. Grâce à la munificence du comte Zani, ce collège avait été ajouté en 1645 aux paedagogia de la via Castiglione, où séjournaient les étudiants étrangers venus suivre à Bologne les cours dispensés dans les écoles des jésuites50. Les Aquilonari pouvaient compter, en outre, sur le soutien du père général Montecuccoli, dont le frère Massimiliano vivait depuis des années dans la maison des novices de saint Ignace, où il avait des responsabilités importantes, et où Bettini aussi habitait51. Dans l’Appendice l’auteur fait ostensiblement état des liens qu’il avait tissés non seulement avec la noblesse bolonaise cultivée, mais également avec le monde ecclésiastique et politique romain, et – chose très importante – avec les milieux de l’université de Bologne, où Ovidio Montalbani, au nom du réviseur provincial, avait signé l’autorisation d’imprimer, qui n’était jamais arrivée de Rome.

  • 52 Cf. A. Battistini, « La cultura scientifica nel collegio bolognese », in Dall’isola alla città. I G (...)

24On a remarqué depuis longtemps que dans les écoles de santa Lucia s’étaient développées plusieurs orientations concurrentes. Si, donc, les pages d’introduction de la Leniana défendant l’astronomie légitime expriment un platonisme marqué par les penchants pythagoriciens de Bettini et de ses amis, les pages de l’Almagestum Novum, en revanche, illustrent les doctrines d’un aristotélisme empiriste, renforcé par la leçon galiléenne que dispensaient Riccioli et ses « associés52 ».

  • 53 G. B. Riccioli, « Præfatio ad lectorem », in Almagestum Novum, op. cit., vol. I, p. XXIX. Les criti (...)

25Riccioli souhaitait apporter une réponse documentée aux coperniciens, qui déploraient l’ignorance des théologiens dans le domaine mathématique. Il avait décidé, en outre, d’enrichir l’Almagestum Novum d’un corpus de données d’investigation et expérimentales n’ayant pas d’égal à l’époque. Ce corpus devait permettre de redéfinir le statut de l’astronomie moderne. Il fallait, certes, répondre aux philosophes incompétents en astronomie, qui ne craignaient pourtant pas d’en discourir et de tomber ainsi dans les erreurs les plus grossières ; mais il fallait aussi discuter avec tous ceux qui, se gardant d’une adhésion inconditionnelle à la doctrine de quelque astronome éminent, fût-il Tycho Brahé, finissaient pourtant par en appliquer les théories sans les vérifier. Par ailleurs, Riccioli ne négligeait pas non plus les remarques des sceptiques, dont l’attitude consistait à discréditer systématiquement les observations empiriques, en niant ce qu’elles pouvaient contenir de vérité. Il était animé d’une curiosité intellectuelle qui ne se satisfaisait plus des notions acquises, et partageait avec Kepler la méfiance envers l’application systématique du « critère mathématique (amussis mathematica) », compte tenu des anomalies si nombreuses dans les aspects de ce monde. La nouvelle typologie du chercheur est esquissée en mettant l’accent tout particulièrement sur la méfiance nécessaire lors de la recherche d’un accord raisonnable entre les données et les théories. Riccioli n’a pas de scrupules à signaler les erreurs, même celles de Clavius ou de Grienberger, et interprète le verset biblique « le concert des cieux nous empêche de dormir », comme une sorte de provocation nous obligeant à perfectionner sans cesse les méthodes expérimentales53. Face à de tels objectifs, on comprend qu’il ait dû s’entourer de collaborateurs efficaces, tel l’infatigable Grimaldi, qui publiait, justement en 1655, les Theses de semidiametro terrae, ou encore Cavalieri, Torricelli, Carlo Antonio Manzini, Baliani, Rocca, sans oublier l’aide reçue de correspondants éloignés, tel Hévélius, ou les informations récoltées à Rome puis envoyées à Bologne par Athanase Kircher. En toile de fond, il y a la fructueuse compétition avec les milieux de l’université de Bologne, compétition dont témoigne la rapidité avec laquelle fut publié le petit livre sur les observations relatives à la comète de 1653. Celle-ci parut avec deux jours de retard seulement par rapport à la date fixée par Cassini, qui avait étudié le phénomène céleste en collaboration avec Cornelio Malvasia.

  • 54 Voir, par exemple, la définition qu’il donne du philosophe mathématicien et de son propre enseignem (...)
  • 55 Cf. P. Gozza, « Atomi, “Spiritus”, Suoni : le Speculazioni di musica (1670) del “galileiano” Pietro (...)
  • 56 Riccioli lui-même en parle dans une lettre du 14 novembre 1643 ; cf. I. Gambaro, « Astronomia e tec (...)
  • 57 Des citations rapides de ces témoins muets se trouvent in Apiarium VIII, op. cit., prog. V1, p. 76, (...)

26Bettini est convaincu de la nécessité pour le philosophe mathématicien d’élever au rang de loi universelle les constatations, forcément éparpillées, faites au cours de l’analyse des données expérimentales. Pour pouvoir s’opposer à son adversaire, il est prêt maintenant à prendre ses distances à l’égard du compromis, pourtant fécond, emprunté à Biancani et consistant à se situer entre empirisme et abstraction, compromis qui avait inspiré l’Ærarium. Dans les pages de l’Appendice, il souligne la validité de ses thèses « publiques », attestée par de nombreuses années d’enseignement, validité qu’il oppose ouvertement aux expériences mécaniques privées, très coûteuses, de Riccioli54. La compagnie avait pourtant créé, dès 1649, à Bologne, une chaire de mécanique confiée à Pietro Mengoli55. Alors qu’il s’était procuré les télescopes les plus performants fabriqués par Campani, et qu’il fabriquait lui-même des lunettes, Bettini ne nous a laissé aucune description des observations qu’il avait faites des éclipses56. Après les avoir qualifiées, par une formule passablement orgueilleuse, de « mystérieuses et intelligentes », il se contente de les soumettre aux vérifications de « mathématiciens insignes », dont les noms, cependant, ne sont jamais avancés. Il se sert de ces observations pour confirmer et défendre la « doctrine solide » de Ptolémée, de Cléomède, de Vitellio et, parmi les modernes, de Porta et de Maurolico, contre les attaques des « nouveaux kepleriens » qui visent son renversement57. Aussi, rendu plus combatif par ses succès éditoriaux et brandissant les Apiaria fraîchement imprimés, Bettini écrit ceci à Rocca :

  • 58 « Je vous informe, donc, que mon vilain livre reçoit l’honneur d’oppositions talentueuses. Celles-c (...)

« Do poi nuova a V. S. che la prima stampa del mio libraccio viene onorata da alcune parti con opposizioni d’ingegno e che sariano di momento se non toccassero cose per le quali la mia causa si fa comune a tutta la scienza matematica ed alli più dotti scrittori sotto la cui ombra io mi ricovro sicuro nelle mie risposte, le quali scoprono che cosa vuol dire il filosofare con astrazione matematica. Chi vuol farmi piacere mi contradica, perché per grazia di Dio so dove mi fondo58. »

27Ce texte serait encore plus éloquent si on le reliait, comme le suggère le commentateur de ce recueil de lettres, à la polémique sur les indivisibles.

  • 59 La désapprobation de Bettini converge surtout sur le paradoxe II « Lunam non obscurari ab umbra ter (...)
  • 60 Cf. M. Bettini, Appendix Leniana, op. cit., p. 44-45, plus tard dans Appendix Buglioni, op. cit., p (...)
  • 61 Cf. M. Bettini, Appendix Buglioni, op. cit., p. 61. Il trouve utile de citer les notes écrites par (...)
  • 62 Le refus violent de l’« authoritas » de Tycho Brahé au nom de la « ratio » (cf. Leniana, op. cit., (...)
  • 63 Cf. M. Bettini, Appendix, Leniana, op. cit., p. 36-43, Baglioni, op. cit., p. 54-64. Riccioli pouva (...)

28Bettini n’a pas confiance dans les facultés sensorielles des humains, ni dans l’aide fournie par la lunette, qui fait l’objet de ses nombreuses attaques contre Kepler l’hérétique et son Astronomia optica59. Aussi, François Aguillon, connu pour son scepticisme, devient pour lui un allié naturel. Ses Opticorum libri sex fournissent plus d’un argument à Bettini, prêt à énumérer scrupuleusement les raisons pour lesquelles l’astronomie, dans sa recherche velléitaire de certitudes, ressemble à la statue de Nabuchodonosor aux pieds de verre et d’argile60. Aux propos de son confrère belge, Bettini ajoute, dans l’édition Baglioni, ceux de Roberval, contradicteur de Torricelli, et de Pierre Gassendi61. On ne dira rien ici des arguments montrant que l’on peut être trompé par les instruments, par la réfraction de l’air, par les conditions dans lesquelles se déroule l’observation. Bettini exprime surtout des réserves à l’égard de la confiance que l’on peut accorder aux humains, confiance que Riccioli lui-même avait mis en doute en donnant la liste des erreurs commises par Tycho. On se serait attendu, explique Bettini, à des relevés comportant plus de précision, compte tenu des instruments et des ressources financières considérables dont disposait l’astronome danois62. Et de rappeler à Riccioli et à Grimaldi, sur un ton sévère, les conséquences résultant du peu d’intérêt accordé à la différence entre abstraction géométrique et expérience physique. D’où, chez certains modernes, une sorte de vanité que tournent en dérision les oracles divins. Ceux-ci ne demandent-ils pas depuis des milliers d’années « qui a pu mesurer, donc, la hauteur du ciel, la largeur de la terre et la profondeur de l’abîme » ? Tout à la défense de son système harmonieux du monde contre les accusations d’incohérence, Bettini fait appel une fois de plus aux Anciens. Il accepte la différence, confirmée par Ptolémée et Boèce, entre l’ouïe, à laquelle revient « la sensibilité de ce qui est harmonique (sensus harmonici) » et la vue, à laquelle revient « la sensibilité de ce qui est astronomique (sensus astronomi) ». Et d’expliquer qu’il a cherché à étudier la symétrie des sphères célestes par l’harmonie, en employant des nombres doués, pourrait-on dire, d’une force démonstrative autonome, tandis que pour ses paradoxes astronomiques il s’est servi de symboles mathématiques obtenus uniquement par la mesure63.

  • 64 Cf. ARSI, F. G. 668, f. 129r-v. Le texte, non signé, fait référence au troisième volume des Apiaria(...)

29Entre-temps, l’affaire était suivie à Rome avec beaucoup d’attention. Dans un document conservé au Fonds jésuite, on fait remarquer que Riccioli n’avait pas hésité à s’entourer de censeurs « intéressés » à ses arguments, tels les pères Casati et Kircher. Cela faisait partie des « procédés habiles » dont il s’était servi pour la publication de son Almagestum. Aussi, on invitait à la lecture de l’Appendice de Bettini tous ceux qui, étant neutres dans cette affaire, allaient pouvoir la réviser hors de toute sinistre passion64.

  • 65 Cf. ARSI, F. G. 664, f. 369v-370r.
  • 66 Cf. ARSI, F. G. 668, f. 128r-v.

30Cependant, les modifications au texte, conseillées par les censeurs pour en adoucir les expressions aux contours par trop ironiques65, ne furent pas suffisantes, tout au moins pour Bartoli. Celui-ci, sollicité par Riccioli, envoya aux supérieurs une longue lettre dans laquelle il prenait la défense de son maître et de Grimaldi66. Entre autres choses, il y soutenait que Riccioli n’avait jamais usé d’un ton irrévérencieux, mais tout au plus d’un ton « très légèrement injuste (levissime injuriosus) ». En revanche, Bettini n’avait pas hésité à dénigrer Riccioli au moyen d’épithètes tels que « frelon (fucus) » et « dissonant (dissonus) », réservant à Grimaldi l’expression ironique « trop jeune pour moi (mi junior) ». D’autre part, Bartoli excluait que les thèses de Bettini aient été rapportées dans l’Almagestum sans la rigueur philologique et mathématique nécessaires. Il suggérait, dans l’intérêt de tous, de retirer et de brûler les exemplaires de l’Appendix exfucatoria, d’autant que celle-ci avait été publiée sans l’autorisation romaine. On recomposerait ensuite le texte à partir du frontispice, en éliminant les passages où « si mordeva tacitamente l’Almagestum (où, sans le dire, on mordait l’Almagestum) ».

  • 67 Cf. M. Bettini, Appendix, Leniana, op. cit., p. 25-26 ; cf. G. B. Riccioli, Appendix ad partem I to (...)
  • 68 Riccioli avait composé un ouvrage intitulé Veritas definibilis praeservationis Deiparae Virginis Ma (...)

31L’avis de l’historien de la compagnie fut accepté. Aussi, il n’est plus possible de trouver dans les bibliothèques le texte de la Leniana, à quelques rares exceptions près, tel l’exemplaire sur lequel j’ai travaillé ; il est imprimé à la hâte, corrigé et attentivement révisé d’une main nerveuse. Cependant, Bartoli ne fut pas particulièrement écouté pour ce qui était des coupures à effectuer. Bettini changea uniquement l’aspect extérieur du texte, qui parut sous le titre d’Appendix reformata. L’auteur émoussa les piques les plus acérées dirigées contre Riccioli et Tycho en utilisant la tactique oblique de la glose. Seule concession : l’élimination du Scholie en défense du théologien Caietano67, critiqué par Riccioli pour sa position concernant la controverse sur l’Immaculée Conception. Le coup, médité depuis longtemps, toucha pourtant son but, et la réplique de Riccioli ne réussit que partiellement. On en voudra pour preuve le fait que celui-ci dut revoir à la hâte ses jugements les plus tranchés, alors que le deuxième tome de l’Almagestum était déjà en cours d’impression. On offrait ainsi au public des exemplaires avec deux textes différents sur un argument assez délicat pour l’équilibre des rapports entre dominicains et jésuites68.

  • 69 L’édition de 1659 fut suivie, en effet, de celles de 1660, 1665, 1676. On remarquera que la bibliot (...)
  • 70 Sur cette tradition, cf. A. C. Garibaldi, « Il contributo dei Gesuiti alla didattica e alla critica (...)

32Les éditions des Recreationes mathematicarum se suivirent jusqu’en 1676 et même au-delà69. La vitalité de l’ouvrage ne peut s’expliquer – me semble-t-il – par la tradition des « jeux » d’érudition auxquels renvoyait le titre, puisque, en réalité il n’y en avait que très peu. Je ne crois pas non plus que les subtilités polémiques aient pu jouer un rôle décisif. En effet, le paysage du XVIIe siècle était en mesure d’offrir des exemples mieux adaptés aux rituels mondains des salles d’académies70.

  • 71 Cf. G. B. Riccioli, « Ad lectorem de operibus huius authore elogium perbreve », in F. M. Grimaldi, (...)
  • 72 Cf. D. Bartoli, Del suono, de’ tremori armonici e dell’udito, Roma, N. A. Tinassi, 1679, p. 10. À l (...)

33Peut-être serait-il préférable, pour mieux comprendre cette vitalité, de se représenter le public des lecteurs – et pas seulement de Bologne – pour lequel la bataille de Bettini n’était pas d’arrière-garde. S’adressant à ce public dans l’éloge posthume de Grimaldi publié dans le De Lumine, Riccioli rappelle que les espions n’avaient rien trouvé de répréhensible chez lui. Une manière, peut-être, d’éloigner de son collaborateur tout soupçon d’atomisme71. À ces mêmes lecteurs, Bartoli éprouve le besoin de rappeler, dans son ouvrage Del Suono, publié en 1679, que la recherche ne doit être ni pure abstraction ni total empirisme, mais une sorte de traversée en bateau au cours de laquelle les deux rames, tels « deux bras […] réuniraient l’expérience d’un côté, la science de l’autre, l’une proposant les faits, l’autre discutant les causes72 ».

Notes

1 Cf. M. Bettini, Recreationum mathematicarum Apiaria novissima duodecim […] accessit coronidis loco appendix husus hoperis pars praecipua […] ope ac opera Aquilonaris Academiae, Bononiæ, sumptibus Ferroni, 1659. De ces précautions parle surtout D. Clément, Bibliothèque curieuse, historique critique, Göttingen, chez J. G. Schmid, 1752, vol. III, p. 263-264.

2 Cf. M. Bettini, Apiariorum philosophiae mathematicae tomus tertius […] accessit appendix huius tertii tomi pars praecipua […] ope ac opera Aquilonaris Academiae, Bononiæ, typis Ferroni, 1654. Pour l’ensemble des Œuvres de Bettini, cf. C. Sommervogel, Bibliothèque de la Compagnie de Jésus, Bruxelles-Paris, Schepens-Picard, 1848, t. 1, coll. 1426-29, t. VII, coll. 1831-32, t. XII, coll. 957-58.

3 Cf. G. Galilei, Opere, Bologna, Eredi del Dozza, 1655-1656.

4 Cf. U. Baldini, « Uniformitas et soliditas doctrinae » Le censurae « librorum » e « opinionum » : désormais in U. Baldini « Legem impone subactis ». Studi su filosofia e scienza dei Gesuiti in Italia. 1540-1632, Roma, Bulzoni, 1992, p. 75-119, et également C. Costantini, Baliani e i Gesuiti, Firenze, Giunti-Barbèra, 1969, p. 95.

5 Que l’on me permette de renvoyer à mes articles « Un Bettini autografo : la Lyra prima ex electis » in Filologia e Critica, XVII (1992), fasc. II, p. 223-252 et « “Le ragioni” di Astrea. Ingegno e potere nel panegirico del primo Seicento », in Mappe e letture. Scritti in onore di Ezio Raimondi, par A. Battistini (éditeur), Bologna, il Mulino, 1994, p. 121-132. Les avis des réviseurs sur les Analecta et sur les Apiaria sont conservés au « Fondo Gesuitico » de l’Archivum Romanum Societatis Jesu (dorénavant ARSI, F. G.) 662, f. 98r-99r ; pour l’Euclides applicatus, ARSI, F. G. 662, f. 378r-379r ; pour l’Ærarium, ARSI, F. G. 662, 100r-108r.

6 Cf. Amico Lettori Aquilonaris Academiae secretarius, dans M. Bettini, Apiariorum, Tomus tertius, op. cit., pages non numérotées.

7 Alors que pour les deux jésuites on pourra consulter les pages de G. Tabarroni, « Bologna e la carta della luna », in Culta Bononia (1969), n. 1, p. 99-117, nous ne disposons pas encore d’une monographie systématique de Montalbani ; pour ce personnage, cf. G. L. Betti, « Nel mondo di Galileo. Le carte Marsili della Biblioteca Comunale di Bologna e altri documenti inediti », in L’Archiginnasio, LXXXI (1986), p. 325-333. Pour Michel-Florent Van Langren, on consultera avec profit la longue fiche qui lui est consacrée dans « Biographie nationale de Belgique », Bruxelles, Bruylant-Christophe & Cie, 1890-1891, t. 11, p. 276-292.

8 Cf. « Guldini e Soc. Jesu vindicatio », in M. Bettini, Apiariorum tomus tertium, op. cit., p. 62-63 et également p. 83-85 et 192-193, où le jésuite se montre persuadé que Cavalieri avait attendu la mort de l’adversaire pour publier sa réplique. Les raisons de la prudence de Cavalieri peuvent mieux se comprendre en regardant ce qui arrivait, presque à la même période, à Benedetto Castelli. Celui-ci renonça à publier son Discorso sulla calamita, pour éviter une polémique avec Kircher, auteur de l’Ars magnetica – qui avait eu beaucoup de succès – où l’on infirmait les théories de Gilbert sur le mouvement de la terre. Pour en savoir plus, cf. l’introduction à B. Castelli, Carteggio, par M. Bucciantini, Firenze, Olschki, 1988, p. 19-21.

9 Cf. M. Bettini, Apiariorum tomus tertius, op. cit., p. 140-144.

10 Sur la figure de Verviers et la carrière de Bettini, cf. U. Baldini, « La scuola scientifica della provincia dal 1606 al 1660 », in Legem inpone subactis, op. cit., p. 401-461. L’« Archivio Storico » de Parme ne semble pas conserver des témoignages sur l’activité d’enseignant du jésuite belge, mais plutôt de son influence sur Ranuccio et sa famille, dont il avait été le conseiller et le confesseur. Outre les nombreuses lettres conservées dans le Carteggio farnesiano interno ed estero jusqu’à 1627, année de sa mort, il est intéressant de regarder un document sur Casi di coscienza relativi all’operato del principe sottoposti ai Padri Giovanni Verberio confessore ducale e rettore di San Rocco, Ottavio Treca e Gerolamo Serravalle teologi con soluzioni, Gesuiti di Parma, serie 23, sotto serie a-b, busta 117, doc. 1.

11 « En quittant Parme – où il jouissait d’un prestige considérable dû aussi à sa fonction de précepteur des enfants du duc – pour se rendre à Bologne, Bettini allait s’enfermer dans un isolement grandissant en dépit du crédit que lui accordaient toujours ses supérieurs. » Cf. ARSI, F. G. Ven. 39 (1), f. 98r, f. 34v, Ven. 39 (11), f. 343v, f. 459r.

12 Cf. G. B. Riccioli, Almagestum Novum […] Bononiae, ex typographia hæredis V. Benatii, 1651, vol. II, p. 385 ; M. Bettini, Virgae mathematicae apex sive de puncto ; Praelogium mathematicum ad Euclidis elementorum definitionem primam libri primi. Punctum est cuius nulla pars est, dans Lyceum […], Venetiis apud E. Deuchinum, 1626, p. 79-91.

13 Cf. D. Aricò, « “In doctrinis glorificate Dominum”. Alcuni aspetti della ricezione di Clavio nella produzione scientifica di Mario Bettini », in Atti del Convegno Christoph Clavius e l’attività scientifica dei Gesuiti nell’età di Galileo (Chieti, 28-30 aprile 1993), par U. Baldini (éditeur), Roma, Bulzoni (editore) 1995. On trouvera d’autres indications sur Manzini dans G. Betti, Tra Università e Accademie, note sulla cultura bolognese del primo Seicento, in « Strenna storica bolognese », XXXVII (1987), p. 81- 98 et, du même auteur, Carlo Antonio Manzini, biografo del fratello Giovan Battista e alcune lettere del cardinale Mazzarino, ibid., XLII (1992), p. 21-33, ainsi que dans ce volume « Le vide dans deux discours académiques de Carlo Antonio Manzini prononcés à l’Académie florentine des “Apatistes” ».

14 Sur la typologie du « cursus mathematicus », cf. U. Baldini, « Archimede nel Seicento italiano », in Archimede. Mito Tradizione Scienza, par C. Dollo (éditeur), Firenze, Olschki, 1992, p. 237-289, et du même auteur, « L’attività scientifica del primo Settecento », in Storia d’Italia, Annali, 3, par G. Micheli (éditeur), Torino, Einaudi, 1980, p. 473-478. Sur l’origine sociale des pensionnaires, cf. G. P. Brizzi, La formazione della classe dirigente, Bologna, 11 Mulino, 1976.

15 Cf. « Lettere di uomini illustri del secolo XVII a Giannantonio Rocca filosofo e matematico reggiano con alcune del Rocca ai medesimi », in Nuovo giornale dei letterati, t. XXXIV, p. 30, et B. Cavalieri, Carteggio, par G. Baroncelli, Firenze, Olschki, 1987, où l’on trouvera également un témoignage de ses rapports avec Manzini aux pages 162, 172, 203. Un éloge indirect de Manzini comme auteur du 12° Apiarium (mais il s’agit d’une thèse entièrement à démontrer, inspirée plutôt par une attitude peu bienveillante à l’égard de Bettini) nous est donné par Weilhamer dans Lettere d’uomini illustri, op. cit., t. XXXIV, p. 39. Manzini, défini par Riccioli dans l’Almagestum Novum comme « Philosophiæ doctor et astronomiæ peritissimus meique amicissimus » (p. XXXII), rappelle une expérience sur le magnétisme qu’il avait effectuée en 1639 « sollicité par un père jésuite » dont il omet volontairement le nom, cf. Della sicura incertezza nella declinazione dell’ago magnetico, Bologna, per gli eredi del Dozza, 1650, p. 3. Or, le fait qu’il s’agissait justement de Bettini est confirmé par A. Kircher dans son livre Ars magnetica, Romæ, typographia L. Grignani, 1641, p. 438.

16 Cf. B. Cavalieri, Carteggio, op. cit., p. 128-130 et p. 132-134.

17 Cf. R Guldin, De centro gravitatis trium specierum quantitatif continuae libri quattuor, Viennæ, formis G. Gelbhaar, 1635-1641.

18 Ces informations nous sont données par Cavalieri lui-même, dans Excercitationes geometricae sex, « Exercitatio tertia in Guldinum », Bononiæ, typis 1. Montii, 1647, p. 179 et 183.

19 Cf. M. Bettini, Ærarium philosophiæ mathematicae, Bononiæ, Ferroni, 1648, vol. 1, p. 289-290, 436-438, 526-540, 571-573, 595, 613 ; vol. II, p. 48-49, 158-159, 219, 328- 351, 435-436. Une fois au moins, le jésuite bolonais semble suggérer le plagiat : lorsqu’il fait l’éloge de son étudiant Giovan Battista Parmigianino, archiprêtre de Carpaneto mort pendant l’épidémie de peste de ces années-là. Bettini, après avoir mentionné une démonstration de géométrie de cet étudiant, regrette de ne pas avoir obtenu de la famille les travaux qu’il aurait volontiers édités, d’autant qu’une partie circulait chez des gens sans scrupules, qui les diffusaient en se faisant passer pour les auteurs. Cf. Ærarium, op. cit., vol. I, p. 192-194. L’allusion à Cavalieri me semble tout à fait claire, qui cite en effet le Parmigianino dans l’Excercitatio tertia, op. cit., p. 183 et dans la Geometria indivisibilibus […], Bononiæ, typis Ferroni, 1635 ; tr. it. Geometria degli Indivisibili par L. Lombardo Radice, Torino, UTET, 1966.

20 Un travail récent sur Roffeni est dû à G. L. Betti, Giovan Antonio Magini e i suoi allievi Antonio Roncò e Giovanni Roffeni in « L’Archiginnasio », LXXXVI (1991), p. 205- 232, auquel nous renvoyons pour la bibliographie.

21 Cf. « Amico lectori Joannes Antonius Roffenus », in M. Bettini, Ærarium, op. cit., vol. I, pages non numérotées. Il n’est peut-être pas sans intérêt de rappeler que la dédicace dut être demandée à Roffeni avant 1643, année de sa mort, probablement dès l’arrivée de l’imprimatur envoyé par Rome, pour le premier volume, en 1641. Dans une lettre adressée aux censeurs romains, Bettini écrivait ceci : « L’intention principale de l’auteur est de mettre fin à la querelle concernant les propositions d’Euclide, qui seraient ennuyeuses, feraient peur et lasseraient, sans être d’aucune utilité » ; cf. ARSI, F. G. 666, f. 110r-v.

22 Cf. Lettere d’uomini illustri, op. cit., vol. XXXIII, p. 62 de septembre 1641, ainsi que d’autres lettres de Santini et d’Antonio Favorito, ibid., p. 24 et 33-34. Mais il ne faudra pas oublier les piques contre Bettini de Ghisoni, cf, ibid., vol. XXXI, p. 240-241, d’Antonio Costantini et de Weilhamer, ibid., vol. XXXIV, p. 16 et 39.

23 Cf. « Dedica all’illustrissimo e Reverendissimo Don Giovanni Ciampoli » in Geometria degli indivisibili (tr. it. de la Geometria indivisibilibus), op. cit., p. 41-42.

24 Cf. E. Torricelli, « Ad lectorem proemium », in Opera geometrica, Firenze, Landi et Massa, 1644, et in E. Torricelli, Opere, par G. Loria et G. Vassura, Faenza, Stabilimento Tipo-Litografico G. Montanari, 1919, vol. I, première partie, p. 94-95. Dans ces pages Bettini avait trouvé l’éloge de Luca Valerio « véritable Archimède de notre siècle » repris intégralement des Discorsi de Galilée. Il le retourna, en précisant que Valerio était « un géomètre de notre époque très perspicace (mais non pas un Archimède, comme certains l’ont écrit en se trompant), inférieur à quelques-uns des Anciens (Acutissimus nostri ævi geometra [non autem Arcimedes, ut aliqui scripsere allucinati] et nonnullo antiquorum inferior) ». Cf. Ærarium, op. cit., vol. III, p. 31.

25 Cf. « Archimedes vindicatus a calumnia ex ignorantia huius 4 definitionis, coroll. I ; Quantitatis finitæ cum infinita non est proportio, et patefaeti paralogismi geometrici, coroll. Il ; Infiniti ad infinitum non est proportio, iuxta hanc 4 definitionem, coroll. III », in M. Bettini, Ærarium, op. cit., vol. III, p. 10-20, à mettre en relation avec les remarques sur l’angle de contact, ibid., p. 140-144. La position du jésuite bolonais s’inspire, comme celle de la compagnie, des remarques contenues dans le Pseudo-Aristote, De lineis insecabilibus, tr. it. par M. Timpanaro-Cardini, Milano-Varese, Istituto Editoriale Cisalpino, 1970. L’intérêt de cette position échappe complètement à A. Fabroni, cf. « Bonaventura Cavalerius », in Vitae italorum doctrina excellentium, Pisis, excudebat C. Ginesius, 1778, vol. I, p. 289-290.

26 Cf. « Cur in argumentatione a permutando debeant termini esse in eodem genere », et le Scholie « Hæresis de ætemitate mundi ex ignorantia huius 13 definitionis male firmata », in M. Bettini, Ærarium, op. cit., vol. III, p. 29-32, concernant la xiiie définition du livre V des Éléments d’Euclide ; sur ce sujet, cf. C. Rabbi, De mathematicarum disciplinarum ad theologiam utilitate dissertatio, Faventiæ, apud A. Archium, 1729, c. XI, p. 171-173. On doit croire à la sincérité de Bettini lorsqu’il fait allusion aux « excellentes nouvelles concernant la foi dans l’empire de Chine, grâce aux sciences mathématiques portées jusque-là par nos confrères » ; cf. Lettere di uomini illustri, op. cit., vol. XXXII, p. 3-5 ; fidèle à son engagement, Bettini rédigea un nombre considérable de fiches, dans l’Ærarium, destinées aux coreligionnaires envoyés en Chine et chercha à se procurer pour eux des exemplaires de la pierre de Bologne, qui intéressait beaucoup pour sa luminescence les savants italiens, y compris Galilée ; cf. P. Redondi, « Galilée aux prises avec les théories aristotéliciennes de la lumière », in XVIIe siècle, XXXIV (1982), n. 3, p. 267-283.

27 Cf. « Epilogus planimetricus pars secunda. In qua recensio primorum aliquot principiorum et elementorum geometricorum ad distinctionem et propugnationem legitimæ a fucata geometrica philosophia », in Ærarium, op. cit., vol. III, p. 24-51. Le colophon de ce petit traité confirme que son impression fut achevée en 1648 « cum facultate superiorum ».

28 Les raisons de la polémique d’André Tacquet et de son coreligionnaire Bettini, ainsi que les répliques de Stefano Degli Angeli, ont été analysées par E. Giusti, in Bonaventura Cavalieri and the Theory of Indivisibles, Roma, Ed. Cremonese, 1980, et, du même auteur, « Dopo Cavalieri. La discussione sugli indivisibili », in La storia delle matematiche in Italia, Atti del Convegno, Cagliari, 1982, Bologna, Monograf, 1984, p. 85-114 ; cf. également G. Giorello, Il « novello Edipo » e i suoi « cani da caccia », in Storia d’Italia, Annali, op. cit., p. 303-311, et E. Festa, « La querelle de l’atomisme : Galilée, Cavalieri et les jésuites », in La Recherche, XXI (1990) n. 224, p. 1038-1047. Pour comprendre le choix de Bettini, il convient cependant de regarder également ce qu’écrit A. Crombie, « Mathematics and Platonism in the Sixteenth Century Italian Universities and in jesuit Educational Policy », in Prismata. Naturwissens-chaftsgeschichtliche Studien, Hrsg. von Y. Maeyama et W. G. Saltzer (éditeurs), Wiesbaden, F. Steiner, 1977, p. 63-94.

29 Des informations sur Giovan Battista Ricci, qui présenta le deuxième volume de l’Ærarium, sont données par G. Fantuzzi, in Notizie degli scrittori bolognesi, Bologna, Stamperia di S. Tommaso d’Aquino, 1789, vol. VII, p. 186-187. Sur les observations astronomiques concernant les comètes, voir Cassini et Lucrezio Gessi in Lettere d’uomini illustri, op. cit., vol. XXXV, p. 50. Rappelons que Ricci aussi, comme Montalbani, avait signé en 1646 l’imprimatur pour la publication des Excercitationes geometricae de Cavalieri. Sur le philosophe calabrais nous disposons de l’étude de M. Torrini, Tommaso Cornelio e la ricostruzione della scienza, Napoli, Guida, 1977, et de M. Cavazza, « Il soggiorno di Tommaso Cornelio a Bologna (1647) », in Nouvelles de la république des lettres (1984), 2, p. 7-32.

30 Cf. J. Hevelius, Selenographia, Gedani, typis Hunefeldianis, 1647, p. 135-146. Un commentaire à distance sur ce dialogue se trouve dans Excerpta ex literis illustrium et clarissimorum virorum ad […] Johannem Hevelium […] perscriptis judicia de rebus astronomicis eiusdemque scriptis exhibentia, studio ac opera, J. E. Olhoffii secretari, Gedani, ex officina Janssonio Wæsbergiana, 1683, p. 32-33, où l’on lit que Marius quidam Bettinus serio et operose negat in lunae facie montes esse (un certain Mario Bettini nie que des montagnes existent dans la face de la lune), et plus loin la réplique de l’Academia Aquinaris [sic] bononiensis, p. 61-62. On y trouve également les critiques à Aguillon et à Scheiner d’Andreas Cellarius contenues dans l’Harmonia macroscopica, Amstelodami, apud J. Janssonium, 1661, ainsi que de nombreuses citations tirées de la correspondance entre Hevelius et Riccioli.

31 Sur ce problème, cf. D. Aricò, In doctrinis glorificate Dominum, op. cit., Marco Antonio De Dominis, maître de Verviers, avait également souligné la fiabilité insuffisante de la lunette de Galilée, dans un chapitre rédigé en toute hâte et annexé au De radiis visus et lucis, sorti justement en 1611. Cf. E. De Mas, « Il “De Radiis visus et lucis” : un trainato scientifico pubblicato a Venezia nel 1611 dallo stesso editore del “Sidereus Nuncius” » in Novità celesti e crisi del sapere, Atti del Convegno internazionale di studi galileiani, par P. Galluzi (éditeur), Firenze, Giunti-Barbèra, 1984, p. 159-166.

32 À ces intérêts – qui sont à discuter, tout au moins en partie, à l’intérieur des activités ludiques de la société de cour – a porté son attention J. Baltrušaitis, in Anamorfoze : sau Magia artificiale a efectelor miraulosae, Bucuresti, Meridiane, 1965 ; tr. fr. Anamorphoses ou Magie artificielle des effets merveilleux, Paris, O. Perrin, 1969, tr. it., Anamorfosi, Milano, Adelphi, 1965, p. 46, 69, 86, 91, 123-124, 162-164. Dans le premier volume de l’Ærarium, à propos d’une application de la proposition 47 du Livre I d’Euclide, on lit « qui fingunt in luna montes (ceux qu’imaginent des montagnes dans la lune) », p. 634 ; une vue exhaustive des définitions scientifiques aristotéliciennes acceptées par la compagnie se trouve dans W. A. Wallace, Galileo and his Sources. The Heritage of the Collegio Romano in Galileo’s Science, Princeton, Princeton University Press, 1984, p. 99-101, auquel on ajoutera les remarques de G. Baroncini, « L’insegnamento della flosofia naturale nei collegi italiani dei Gesuiti (1610-1670) : un esempio di nuovo aristotelismo », in La « Ratio Studiorum ». Modelli culturali e pratiche dei Gesuiti in Italia fra Cinque e Seicento, par G. P. Brizzi (éditeur), Roma, Bulzoni, 1981, p. 163-215.

33 Cf. M. Bettini, Apiariorum tomus tertius, op. cit., p. 137.

34 Cf. M. Bettini, « Prolegomena », in Ærarium, op. cit., vol. I, cap. V, p. 14-16 ; de Roffeni, nous nous limiterons à citer le Pronosticon ad annum Dom. M. DC. XIV. Additis laudibus et responsionibus adversus verae astrologiae calumniatores, Bononiæ, ex typographia B. Cochii, 1614. Ce petit traité imite le ton violent du texte des Prolegomena, et développe le thème de l’utilité de l’astrologie, sans négliger les certitudes que lui apportent les mathématiques (cf. p. 2, 8, 12) et la dignité de ceux qui l’ont cultivée, Magini, Tycho et Kepler, dont il loue les Paralipomena ad Vitellionem de 1604 y sont cités. Un des exemples les plus intéressants de l’attention accordée à l’époque à cet ouvrage nous est fourni par C. A. Manzini, L’occhiale all’occhio. Dioptrica pratica, Bologna, per l’erede del Benacci, 1660.

35 Cf. « Contra damnatos Philolaistas », in M. Bettini, Ærarium, op. cit., vol. I, p. 139-140 ; parmi les adeptes « damnés » de Philolaos, on trouve Galilée, Copernic, Kepler et, tout naturellement, Ismaël Boulliau. Sur ce sujet, cf. M. Torrini, « Galileo copernicano » in Giornale critico della filosofia italiana (1993), sesta serie, vol. XIII, anno LXXII (LXXIV), fasc. 1, p. 26-42.

36 Cf. A. Favaro, « Serie undecima di scampoli galileiani », in Atti e Memorie della Regia Accademia di scienze, lettere ed arti in Padova, CCXCVII (1895-1896), n. s., XIII (1896), p. 49.

37 Cf. G. Baffetti, « Il “Sidereus Nuncius” a Bologna », in Intersezioni, XI (1991), n. 3, p. 477-500, ainsi que G. L. Betti, « Un avviso del “Dialogo sopra i due massimi sistemi del mondo” » in Giornale critico della filosofia italiana (1988) sesta serie, vol. VIII, anno LXVII (LXIX), fasc. 1, p. 63-70. La phrase de Roffeni apparaît dans le Discorso astrologico delle mutazioni dell’aria sopra l’anno bisestile 1632, Bologna, presso Ferroni, 1632, p. 15. Elle ne se trouve plus dans une autre rédaction, différente de la première, de ce petit ouvrage dédié à l’abbé Pandolfo Malatesta et paru en 1632 également, à Firenze, chez Gio. Batista Landini.

38 Même si l’on ne prend pas en considération l’ordre textuel assez ambigu du discours pour l’année 1633 (Padova, P. Frambotto, sans date), il suffit de regarder celui établi pour l’année 1634 (Venezia, F. Baba, 1634), où le système du monde est celui d’Aristote, avec le soleil placé au milieu des planètes par la « très clairvoyante nature » (p. 4), ou à celui pour l’année suivante (Bologne, Ferroni, 1635), sur la voie lactée, où les taches de la lune sont expliquées par la théorie du dense et du rare. Les remarques citées se trouvent respectivement dans le discours pour 1633, op. cit., p. 9 et dans celui pour l’année suivante, op. cit., p. 9. Pour le climat d’effervescence culturelle et d’attente qui avait accompagné les découvertes galiléennes, cf. M. Torrini, « “Et vidi cœlum novum et terram novam”. A proposito di rivoluzione scientifica e libertinismo », in Nuncius, 1 (1986), 2, p. 49-77.

39 Cf. G. B. Riccioli, Almagestum Novum, op. cit., p. XXXVII.

40 Lorenzo Grimaldi, qui dans la préface au discours pour 1644 affirme de posséder « scripta omnia præceptoris (tous les écrits du précepteur) », fut lui aussi un célèbre astrologue. Sur Grimaldi, voir G. Fantuzzi, Notizie, op. cit., vol. IV, p. 311-314 et M. Gavazza, « La cometa del 1680-1681 : astrologi e astronomi a confronto », in Studi e memorie per la storia dell’università di Bologna, n. s., vol. III, Bologna, presso l’Istituto per la storia dell’università, 1983, p. 432, 437, 457.

41 Cf. M. Bettini, Ad Ap. IV Auct II. Et exfucatio ad propositiones 7 & 8 prog. 1 de nullo per artem motu perpetuo circa terrae centrum, dans Apiariorum tomus tertius, op. cit., p. 92-93.

42 M. Bettini, Apiaria, op. cit., Ap. IV, prog. I, propositions 7-9.

43 Cf. G. B. Riccioli, Almagestum Novum, op. cit., vol. II, 1. IX, sect. IV, caput XXIV, p. 436-439, où l’on lit, entre autres choses, « Poterat enim Scheinerus, si copernicaeam hypothesim profundius introspexisset, ipsemet sibi respondere ac proinde a multis si non ab omnibus quæstiunculis huiusmodi abstinere (En effet Scheiner pouvait, s’il avait analysé plus à fond l’hypothèse copernicienne, répondre lui-même en éloignant ainsi la plupart, sinon la totalité, des petites questions de ce genre) ». Sur la polémique anticopernicienne lancée par Riccioli, il faut signaler la contribution de P. Galluzzi, « Galileo contro Copernico. Il débattito della prova “galileiana” di G. B. Riccioli contro il moto della terra alla luce di nuovi documenti », in Annali dell’Istituto e Museo di Storia della Scienza di Firenze, II (1977), fasc. 2, p. 87-148.

44 Nous apprenons de Leone Allacci que Scheiner préparait d’autres écrits sur ce sujet, comme le Prodromus pro stabilitale terrae contra eundem dialogistam, ainsi qu’un Pro mota solis pro statione terrae, encore à l’état de manuscrits à cette période ; cf. Apes Urbanae, Romæ, ex typographia L. Grignani, 1633, p. 68-70 ; W. R. Shea, dans sa contribution sur « Melchior Inchofer’s “Tractatus syllepticus” : a Consultor of the Holy Office answers Galileo », in Novità celesti e crisi del sapere, op. cit., p. 283-292, cite une édition posthume du Prodromus publiée à Prague en 1651.

45 Cf. G. B. Riccioli, Almagestum Novum, op. cit., vol. I : sur la distance de l’horizon visible p. 65 et de celui de la lune p. 226 ; sur les éclipses annulaires du soleil p. 387 ; sur la pénombre de la terre qui éclipse la lune p. 305 ; sur les taches lunaires p. 206 ; sur la distance des étoiles fixes p. 416 ; vol. II : sur la mesure du semi-diamètre terrestre p. 587 ; sur les intervalles harmoniques des étoiles, p. 527.

46 Cf. C. Sommervogel, Bibliothèque […], op. cit., t. I, col. 1428, qui en cite deux, avec des frontispices différents, une publiée par Ferroni en 1654, l’autre la même année, également à Bologne, mais « sumptis Sebastiani Combi et Joan. La Noù ». Aucune de ces deux éditions n’est repérable aujourd’hui dans la Bibliothèque universitaire de Louvain, où elles avaient été vues par Sommervogel, ni, que je sache, ailleurs.

47 Cf. Appendix exfucatoria seorsim aliquot propositionum in Apiariis II, VIII, X novissimis fucariis infectarum. Ope ac opera Aquilonaris Academiae, Venetiis, typis Lenianis, 1653 ; Appendix tomi tertii Apiariorum philosophiae mathematicae, in qua seorsim aliquae propositiones Apiariorum secundi, octavi, decimi et maximi momenti materiae astronomicae novis rationibus et inventis confirmantur et defenduntur contra oppositionem Novalmagesti. Ope ac opera Aquilonaris Academiae, Venetiis, apud Paulum Baleonium, 1655.

48 Cf. I. Gambaro, « Astronomia e tecniche di ricerca nelle lettere di G. B. Riccioli ad A. Kircher », in Quaderni del Centro di studio sulla storia della tecnica del Consiglio Nazionale delle Ricerche, n. 15, Genova, 1989 ; cf. également Lettere di uomini illustri, op. cit., XXXIV, p. 40.

49 Dans une des censures à l’Appendix apologetica, le jésuite Honoré Fabri observe que Bettini, assurément auteur du texte, avait toutes les raisons pour se défendre, « nam aggressor non fui (je n’ai pas été l’agresseur) », et on doit lui accorder, à lui aussi, le droit de réplique accordé à chacun. Pour sa part, il souhaite une plus grande modération dans les attaques contre Tycho Brahé, cf. ARSI, F. G. 664, f. 370r. Pour Fabri, cf. tout particulièrement P. Galluzzi, « Gassendi e l’“affaire Galilée” delle leggi del moto », in Giornale critico della filosofia italiana (1993), sesta serie, vol. XIII, anno LXXII (LXXIV), fasc. 1, p. 86-119. L’Archivio Storico de Parme conserve deux longs traités Della vera causa de’ flussi e riflussi del mare, dans lequel l’auteur, le jésuite Luigi Masdoni, s’adressant à « Son Altesse Sérénissime », affirme avoir travaillé « sous l’escorte du père Honoré Fabri, un philosophe qui n’a pas d’égal, peut-être, parmi les auteurs de la compagnie pour les observations exactes des opérations de la nature les plus admirables […] ». Les deux discours sont particulièrement intéressants pour les réflexions sur les théories de Galilée et des autres modernes comme Riccioli et Gilbert ; cf. Archivio Storico di Parma, Gesuiti, serie 23, sez. c, b. 121.

50 Cf. Fantuzzi, Notizie […], op. cit., vol. I, p. 4. Mais la confirmation nous vient de Bettini lui-même, cf. Appendix, 1653, op. cit., p. 30. Sur l’héritage testamentaire de Carlo Zani, il nous est parvenu un avis bien documenté de Riccioli, contenu dans une lettre autographe envoyée de Colle, le 28 août 1659, au conte Ludovico Zani sur les raisons qui avaient permis au testateur de laisser des maisons aux jésuites ; Riccioli se préoccupa de préciser que les pères de la Compagnie n’avaient joué aucun rôle dans ce choix, pour le persuader « de faire des codicilles peu favorables » à sa maison ; cf. Biblioteca Comunale dell’Archiginnasio, Ms. B. 449/n. 74, ff. 63r-64v.

51 Cf. Archivio Arcivescovile de Bologne, Patrimonio ex gesuitico, cartone 270, Catalogi breves, anni 1649-1650, 1652-1655. L’amitié envers Bettini poussa Montecuccoli à rédiger et à lui envoyer en 1652 un opuscule de Saggi matematici militari, qui furent insérés dans le troisième volume des Apiaria, où ils apparaissent à partir de la page 11. Ces Saggi faisaient partie d’un Trattato sulle fortificazioni, dont on a perdu les cahiers manuscrits. Aussi, Raimondo Luraghi, éditeur des Opere de Montecuccoli (cf. Roma, Stato Maggiore dell’Esercito, 1988), a utilisé le texte du jésuite de Bologne comme source unique de son édition.

52 Cf. A. Battistini, « La cultura scientifica nel collegio bolognese », in Dall’isola alla città. I Gesuiti a Bologna, par G. P. Brizzi et A. M. Matteucci (éditeurs), Bologna, Nuova Alfa ed., 1988, p. 156-169. Sur l’important courant platonico-mathématique représenté par Bettini et Pietro Mengoli, et pour d’autres orientations, voir également G. Baroncini, « La filosofia naturale nello studio bolognese (1650-1750). Preliminari di una ricerca », in Scienza e letteratura nella cultura italiana del Settecento, par R. Cremante et W. Tega (éditeurs), Bologna, Il Mulino, 1984, p. 271-292.

53 G. B. Riccioli, « Præfatio ad lectorem », in Almagestum Novum, op. cit., vol. I, p. XXIX. Les critiques de certains résultats et des méthodes utilisées par Clavius (vol. I, p. 50), ainsi que celles adressées à Grienberger (vol. II, p. 586), inspirèrent à Bettini des paragraphes très violents dans la Leniana, cf. p. 34-35 et 1-10, par la suite supprimés ou réécrits. Pour les différentes approches du problème, cf. A. Koyré, « Une expérience de mesure », in Études d’histoire de la pensée scientifique, Paris, Gallimard, 1973 (première édition, PUF, 1966), p. 289-319 ; tr. it. in Galileo, par A. Carugo, Milano, ISEDI, 1978, p. 47-80, et T. S. Kuhn, « Mathematical Traditions » in The Essential Tension, Chicago London, University of Chicago Press, 1977, tr. fr. La Tension essentielle, Paris, Gallimard, 1990 ; tr. it. La tensione essenziale, Torino, Einaudi, 1985.

54 Voir, par exemple, la définition qu’il donne du philosophe mathématicien et de son propre enseignement, dans la préface Lectori benevolo, « Apiaria », op. cit., vol. I, pages non numérotées ; Apiarium VIII, op. cit., prog. II, p. 27 ; préface Amico lectori Aquilonaris Secretarius, qui ouvre l’Appendix de 1653, op. cit., pages non numérotées (proposée à nouveau dans l’édition Buglioni, p. 16, p. 24, p. 26, p. 32). Dans une lettre à Kircher envoyée de Bologne le 22 décembre 1646, Riccioli admet à son tour que, en tant que personne « privée », il n’aurait pas pu faire l’acquisition d’instruments très chers. De telles dépenses avaient été possibles grâce aux contributions de nobles familles d’élèves, du père Alfonso Giannotti recteur du collège, du marquis Cornelio Malvasia, mais surtout des seigneurs Grimaldi. Il fait allusion également à l’héritage de la bibliothèque de Roffeni, « antea nostris infensus (qui nous avait été hostile auparavant) » ainsi qu’au carme Ricci, qui avait utilisé sans trop se gêner ses tables pour l’élaboration de ses propres éphémérides annuelles ; cf. I. Gambaro, Astronomia e tecniche di ricerca, op. cit., p. 77-81.

55 Cf. P. Gozza, « Atomi, “Spiritus”, Suoni : le Speculazioni di musica (1670) del “galileiano” Pietro Mengoli », in Nuncius V (1990), fasc. 2, p. 75-98.

56 Riccioli lui-même en parle dans une lettre du 14 novembre 1643 ; cf. I. Gambaro, « Astronomia e tecniche di ricerca », op. cit., p. 64-66 et 31-32, et également G. Baroncelli, « L’astronomia a Napoli al tempo di Galileo », in Galileo e Napoli, par F. Lomonaco e Maurizio Tonini (éditeurs), Napoli, Guida 1987, p. 197-225. Sur les lentilles fabriquées par Bettini, cf. Apiaria VIII, op. cit., prog. II, p. 8, 11, 19, et Lenania, 1653, op. cit., p. 21, 23, 31. Le jésuite, s’inscrivant dans la même tradition que Della Porta, Cabeo et Cysat, faisait remonter aux Anciens l’invention de la lunette astronomique, et à Alhazen, plutôt qu’à Tycho Brahé, l’emploi des sphères annillaires équatoriales ; cf. Apiarium VIII, op. cit., prog. Il, p. 26-27. D’un tout autre avis est Carlo Antonio Manzini dans quelques pages bien informées et courtoises de L’occhiale all’occhio, op. cit., p. 5-6.

57 Des citations rapides de ces témoins muets se trouvent in Apiarium VIII, op. cit., prog. V1, p. 76, tandis qu’il est fait allusion aux « viri in re mathematica pereruditi (les hommes très instruits dans les mathématiques) » in ibid., prog. II, p. 9 ; pour les « consueta et publica experimenta (les expériences publiques habituelles) » ibid., p. 24- 30 ; sur le « consensium omnium (l’accord de tous) » en tant que principe classique de l’aristotélisme, cf. G. Baroncini, « Galileo e l’esperienza sensata », in Forme di esperienza e rivoluzione scientifica, Firenze, Olschki, 1992, p. 90-91.

58 « Je vous informe, donc, que mon vilain livre reçoit l’honneur d’oppositions talentueuses. Celles-ci pourraient être significatives, si elles ne touchaient pas à des sujets conduisant, pour ma défense, à la science mathématique dans son ensemble et à de très savants auteurs. Je reste dans l’ombre de ces derniers, rassuré dans mes réponses par le fait qu’elles montrent au grand jour ce que philosopher par abstraction mathématique veut dire. Toute personne voulant me faire plaisir, qu’elle vienne donc me contredire. Dieu merci, je sais sur quoi je m’appuie », cf. Lettere d’uomini illustri, op. cit., p. 7-8. Pour ces attitudes, cf. P. Dear, « Jesuit Mathematical Science and the Reconstitution of Experience in the Early Seventeenth Century », in Studies in History and Philosophy of Science, 1987, vol. 18, n. 2, p. 133-175, ainsi que P. Rossi, « Gli aristotelici e i moderni : le ipotesi e la natura », in La scienza e la filosofia dei moderni, Torino, Bollati Boringhieri, 1989, p. 90-113. Les irréductibles réserves à l’égard de Torricelli – pour lequel il n’y a pas d’opposition entre une conception métaphysique et une conception opératoire des mathématiques – sont clairement analysées par P. Galluzzi, cf. « Evangelista Torricelli. Concezione della matematica e segreto degli occhiali », in Annali dell’Istituto e Museo di Storia della scienza di Firenze, I (1976), fasc. 1, p. 73-95.

59 La désapprobation de Bettini converge surtout sur le paradoxe II « Lunam non obscurari ab umbra terræ (la Lune n’est pas obscurcie par l’ombre de la terre) » : in J. Kepler, Astronomiae pars optica, cap. VII, cf. J. Kepler, Gesammelte Werke, M. Caspar (éditeur), München, C. H. Beck, 1938, vol. II, p. 234-237. Le jésuite polémique avec des « aliqui » non identifiés, in Apiarium VIII, op. cit., prog. V, p. 15, et c’est seulement après les objections de Riccioli (cf. Almagestum Novum, op. cit., vol. I, p. 305) qu’il expliquera pourquoi Kepler – « in religione sectarius », c’est-à- dire hérétique – n’a pas été expressément cité ; cf Leniana, 1653, op. cit., p. 20-21. Il avait réservé le même traitement à Tycho Brahé, dont il pouvait corriger une démonstration géométrique appliquée à l’astronomie, fondée sur la proposition XX du Livre III d’Euclide ; cf. Ærarium, op. cit., vol. III, p. 154-155. Ses positions, d’ailleurs, n’étaient nullement isolées, puisque Riccioli s’occupe lui aussi de ce problème in Almagestum Novum, op. cit., vol. I, p. 424-426, et ibid., vol. II, p. 74 ; pour l’« audax ingenius in rebus sacris (l’esprit audacieux dans les choses sacrées) » de Kepler, ibid., vol. I, p. 359 et 676.

60 Cf. M. Bettini, Appendix Leniana, op. cit., p. 44-45, plus tard dans Appendix Buglioni, op. cit., p. 58-60. Pour ce scepticisme emprunté au néo-platonisme, cf. N. Jardine, « Scepticism in Renaissance Astronomy : a Preliminary Study », et C. B. Schmitt, « The Development of the Historiography of Scepticism : from the Renaissance to Brucker », in Scepticism from Renaissance to the Enlightenment, par R. H. Popkin et C. B. Schmitt (éditeurs), Wiesbaden, Harrassowitz, 1987, p. 83-102 et 185-200.

61 Cf. M. Bettini, Appendix Buglioni, op. cit., p. 61. Il trouve utile de citer les notes écrites par Roberval pour commenter le De mundi systemate d’Aristarque de Samos – qui venait tout juste de paraître – en précisant toutefois « expunctis tamen quæ de falso terræ motus (en éliminant ce qu’il y a de faux sur le mouvement de la terre) ». De Gassendi, il rappelle les doutes concernant les dimensions du soleil contenus dans le tome II de la Philosophia Epicuri ; cf. R. H. Kargon, Science and atomism in England from Hariot to Newton, Oxford, Clarendon P., 1966 ; tr. it. L’atomismo in Inghilterra da Hariot a Newton, Bologna, Il Mulino, 1983 et M. Segre, Nel Segno di Galileo, tr. it., Bologna, Il Mulino, 1993.

62 Le refus violent de l’« authoritas » de Tycho Brahé au nom de la « ratio » (cf. Leniana, op. cit., p. 17), sert encore une fois à confirmer les « fondements solides » des Anciens ; les considérations sur les instruments et les disponibilités financières de Tycho (cf. Leniana, op. cit., p. 44), réafffirmées en dépit des assouplissements introduits à la demande de Rome (cf. Appendix Baglioni, op. cit., p. 22 et 58), ne devaient pas être une nouveauté, car il apparaît que Riccioli dut se défendre, auprès des censeurs, de l’accusation d’avoir affaibli la crédibilité de l’astronome danois en la remplaçant par la sienne ; cf. I. Gambaro, « Astronomia e tecniche di ricerca », op. cit., p. 39-42.

63 Cf. M. Bettini, Appendix, Leniana, op. cit., p. 36-43, Baglioni, op. cit., p. 54-64. Riccioli pouvait ne pas être d’accord, mais il connaissait sans doute les présupposés théoriques qui réglaient la différence entre « veritas astronomica » et « veritas harmonica », différence sur laquelle était fondée l’argumentation de son antagoniste, et de Kepler qui, quelques années auparavant, s’en était servi dans sa polémique contre Robert Fludd ; cf. Almagestum Novum, op. cit., vol. II, p. 501-528. Pour l’ensemble de ce problème, voir P. Gozza, « La musica tra matematica e antica teologia », in Sapere e/è potere, Bologna, Istituto per la storia dell’università, 1990, p. 217-238, où l’on trouvera une bibliographie exhaustive sur la double conception du rapport entre symboles mathématiques et réalité, à laquelle fait allusion Bettini en utilisant tantôt « numeri numerantes » et tantôt « numeri numerati ».

64 Cf. ARSI, F. G. 668, f. 129r-v. Le texte, non signé, fait référence au troisième volume des Apiaria, qui, donc, devait être déjà connu des supérieurs romains.

65 Cf. ARSI, F. G. 664, f. 369v-370r.

66 Cf. ARSI, F. G. 668, f. 128r-v.

67 Cf. M. Bettini, Appendix, Leniana, op. cit., p. 25-26 ; cf. G. B. Riccioli, Appendix ad partem I tomi primi. De altitudine regionum aeris, in Almagestum Novum, op. cit., p. 729. Rappelons que, pendant ces années, Bettini aussi avait tout fait pour compléter un ouvrage théologique, Cœlum in terra, auquel fut refusé l’imprimatur en avril 1653. Sur les raisons de ce refus, cf. ARSI, F. G. 668, ff. 130r-131r.

68 Riccioli avait composé un ouvrage intitulé Veritas definibilis praeservationis Deiparae Virginis Mariae a peccato originali ex constitutione Alexandri VII Pont. Max., mais la censure romaine accorda l’imprimatur seulement beaucoup plus tard ; aussi le livre ne fut jamais publié, peut-être également en raison de la mort de l’auteur. À cette occasion, l’aide offerte par Daniello Bartoli à son ancien maître fut décisive, comme en témoigne une riche correspondance que j’ai publiée dans Filologia e Critica, XIX, I, 1994, p. 91-131, sous le titre « Fra teologia e censura : lettere inedite di Daniello Bartoli a Giovan Battista Riccioli ».

69 L’édition de 1659 fut suivie, en effet, de celles de 1660, 1665, 1676. On remarquera que la bibliothèque Marciana de Venise et la Niedersächsische Landesbibliothek de Hannover possèdent également un exemplaire de l’édition du troisième tome et de l’appendice publiés à Bologne (« Bononiæ, sumptibus Sebastiani Combi et Jean La Noù ») de 1656.

70 Sur cette tradition, cf. A. C. Garibaldi, « Il contributo dei Gesuiti alla didattica e alla critica dei principi della matematica da Clavio a Saccheri », in Il pensiero matematico nella ricerca storica italiana, par G. Frosali et M. Ottaviani (éditeurs), Ancona, CNR, 1992, p. 194-207. En dépit de l’interprétation pénétrante de R. Colie, Paradoxa Epidemica, Princeton, N. J., Princeton University Press, 1966, p. 305-306, 326, et de l’admiration exprimée par quelques contemporains tels Jacques Ozanam, Jacobus Dobrzensky, Claude Mydorge et Georg Philipp Harsdörffer, Bettini est condamné sans appel par Frisi qui l’oppose à Riccioli, cf. L. Grugnetti, « “Del merito letterario e scientifico dei Gesuiti” : un inedito di Paolo Frisi su aspetti scientifici e pedagogici tra il ’600 e il ’700 », in Il pensiero matematico, op. cit., p. 107-208.

71 Cf. G. B. Riccioli, « Ad lectorem de operibus huius authore elogium perbreve », in F. M. Grimaldi, De lumine, Bononiæ, ex typographia hæredis Victorii Benatii, 1665, pages non numérotées ; voir sur ce sujet, A. Battistini, « La struttura del “De Lumine” di Francesco Maria Grimaldi e le forme della sua ricezione newtoniana », in Giornale di fisica XXX (1989), n. 1-2, p. 113-129.

72 Cf. D. Bartoli, Del suono, de’ tremori armonici e dell’udito, Roma, N. A. Tinassi, 1679, p. 10. À l’année suivante remonte, par exemple, un Dialogo fisico astronomico contro il sistema copernicano, Bologna, G. Longhi, 1680, dans lequel le jeune Francesco Bianchi, en montrant l’aigle, emblème du collège, aux pensionnaires de Saint-Louis, souhaitait que « a somiglianza della celeste, negli annui e diurni suoi progressi vi spieghi quelli del cielo con cui si muove (à la manière de [l’aigle] céleste, dans ses progressions annuelles et journalières vous explique les progressions du ciel qui se meut avec elle) ». Sur le panorama assez varié de la culture bolonaise de la fin du xviie siècle, cf. U. Baldini, « La teoria della spiegazione scientifica a Bologna e a Padova (1680-1730) : influenze e differenze », in Rapporti tra le Università di Padova e di Bologna par L. Rossetti (éditeur), Trieste, ed. LINT, 1988, p. 191-254.

Auteur

Université de Bologne, chercheur.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search