Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Libertés et libéralismes

 | 
Jean-Pierre Potier
, 
Jean-Louis Fournel
, 
Jacques Guilhaumou

Libertés

Le dialogue des Dialogues, ou la question du libéralisme en France au xviiie siècle

Gérard Klotz

Texte intégral

Introduction : le contexte historique

  • 1  Du moins en France du Nord. Voir par exemple Le Roy Ladurie, 1986, p. i.
  • 2  Néologisme qui renvoie au commissaire au Châtelet Nicolas de La Mare. Cet auteur passe pour être l (...)

1Bien que les historiens s’accordent pour constater que le xviiie siècle n’est plus un siècle où la famine ait sévi de façon endémique1, la question de la subsistance a longtemps marqué les esprits et les disettes, réelles ou d’opinion, ont continué, à juste titre, à préoccuper toutes les couches de la population. Pourtant, la France d’Ancien Régime avait produit tout un arsenal réglementaire visant, du moins en principe, à limiter les disettes et surtout à rassurer les populations. Comme l’écrit Dupont de Nemours (1789, p. 92), « Vous le verrez [le peuple] sans cesse inquiet, défiant, soupçonneux, vindicatif et séditieux, dès qu’il est alarmé sur sa principale nourriture » et, compte tenu de la place tenue par le pain dans l’alimentation, notamment pour la consommation urbaine, les administrations centrales et locales ont traditionnellement toujours eu recours à la réglementation pour assurer autant que faire se peut l’approvisionnement. Cette législation fluctuante en fonction de la conjoncture et de l’état de l’opinion a fait l’objet d’attaques de plus en plus vives au cours du xviiie siècle, ce qu’a très bien résumé Daniel Roche en parlant du « conflit du delamarisme2 et du laissez-faire » (Roche, 1993, p. 143).

  • 3  Voir par exemple Meyssonnier, 1989, chap. 7.
  • 4  En plus de De la Mare, voir notamment Roubaud, 1769 et Afanassiev, 1894. Nous utilisons ci-dessus (...)

2En effet, s’il fallait identifier une des thématiques majeures de l’économie politique en voie d’autonomisation au milieu du xviiie siècle, notamment en France, il est clair que les historiens et les économistes retiendraient le thème du libéralisme dans la mesure où le célèbre mot d’ordre que l’on prête à de Gournay, « laissez faire, laissez passer »3, avait des implications pratiques et politiques révolutionnaires dans le contexte très réglementé de la France d’Ancien Régime. La libéralisation de l’économie allait à l’encontre des intérêts des couches sociales qui bénéficiaient de privilèges de toutes sortes, de rentes de situation ou encore de monopoles, autant d’éléments qui étaient la cible des populations lors des crises frumentaires. La question des blés était donc un problème de subsistance mais aussi de cohésion sociale. Suivant l’état des récoltes, réel ou supposé, la cherté ou non du prix des grains, les facilités d’approvisionnement et le degré d’agitation dans les villes et les campagnes, la législation tentait tant bien que mal de s’adapter et de nombreuses dispositions étaient annulées avant d’être remises en œuvre par la suite. Les mesures de politique économique étaient donc fortement influencées par la conjoncture, mais c’étaient des variations autour d’un carcan réglementaire dont voici les principales dispositions4 :

  • on ne devait vendre qu’au marché et on devait y écouler toutes les marchandises, les acheteurs de premier rang étant la population. Les boulangers et négociants ne pouvaient acheter qu’après la population ;
  • ces marchés étaient très réglementés. Par exemple on ne pouvait pas hausser les prix. On ne pouvait pas non plus remporter les grains qu’on avait apportés ;
  • toutes les transactions devaient être enregistrées et les stocks étaient limités dans la durée. Les cultivateurs ne pouvaient conserver leurs grains plus de deux ans ;
  • les marchands étaient astreints à de nombreuses formalités administratives, autorisations, serments, etc. ;
  • le commerce des grains était interdit aux laboureurs, gentilshommes, officiers, ainsi qu’à toutes les personnes impliquées dans les finances royales ;
  • la libre circulation de province à province était tantôt autorisée, tantôt interdite. Même en période d’autorisation ce commerce était rendu difficile. En effet les Intendants, les “préfets” de l’époque, étaient dotés d’un très grand pouvoir et ils considéraient la sortie des grains de leur généralité comme une exportation qu’ils pouvaient empêcher, même si ils n’y étaient pas autorisés par le pouvoir central. Les péages, évidemment, étaient une entrave au commerce intérieur ;
  • Paris bénéficiait d’une réglementation spéciale du type « trappe à grains » : les grains entrés ne pouvaient pas ressortir ;
  • pour les exportations extérieures, la règle était leur interdiction, avec des exceptions de courte durée. En effet, quand le commerce extérieur était autorisé, c’était pour un laps de temps qui dépassait rarement six mois. Pour la période qui nous intéresse, l’exportation libre fut interdite du 3 mai 1723 jusqu’à l’Édit de 1764 mais, là aussi, il y avait des exceptions.

3Cette liste ne donne qu’une idée générale, mais elle suffit pour comprendre qu’elle était souvent trop lourde à appliquer. Comme tout système réglementaire excessivement pesant, il encourageait la fraude. Par ailleurs, comme tout était réglementé et d’une grande lourdeur administrative, il y avait souvent un décalage entre l’état des récoltes et la législation existante. En pratique, ceci revenait donc à laisser une grande marge de manœuvre aux autorités locales, ce qui posait la question de l’efficacité de la réglementation. Parfois même, il était impossible de prendre une décision. Ainsi, en cas de mauvaise récolte, l’exportation était condamnée par la population. Mais interdire l’exportation effrayait tout autant car c’était le signe de la pénurie, ce qui pouvait conduire à une flambée des prix. À ceci s’ajoute, en plus de la législation spécifique sur les grains, l’accumulation de strates réglementaires en ce qui concerne la fiscalité, le maintien des droits féodaux, etc. Bref, la question de la libéralisation est devenue une question à l’ordre du jour, comme en témoigne ce texte d’Herbert (1753, p. 4-5) :

  • 5  La « Barbarie » désigne les pays du pourtour méditerranéen.

Si la France est aussi abondante qu’il y a lieu de le croire, si ses terres fécondes produisent plus de fruits que n’en demande la subsistance de ses habitants, pourquoi somme-nous quelquefois dans la nécessité d’aller chercher chez nos voisins cette denrée si précieuse et si nécessaire ? N’y a-t-il pas lieu d’être surpris que les États qui produisent le moins de grains soient ceux qui nous en fournissent le plus ? Dans les temps de disette, la Hollande peu fertile sert de grenier à la France septentrionale ; la Barbarie5, cet État si mal policé, vient au secours de nos contrées méridionales. Cependant dans ces pays il n’y a point de lois particulières pour la police des grains; et la France en a de permanentes et de momentanées, suivant les occurrences. Cette réflexion seule peut faire penser qu’il y a quelques vices dans les règlements sur lesquels nous fondons l’administration et le commerce de nos grains. […]. N’est-ce pas plutôt de la contrainte des entraves que nous donnons à ce commerce, que naissent les désordres qui nous alarment avec raison ?

  • 6  Voir par exemple Cartelier, 1991 dans Quesnay, 1991 et la bibliographie. Ce texte présente quelque (...)
  • 7  Une analyse comparative des différentes versions du Tableau est proposée par Delmas, 2000.
  • 8  Voir Klotz, 1994 et Perrot, 1978.
  • 9  Voir par exemple les diagrammes proposés par Molinier, 1958.
  • 10  Cette citation est la Maxime no XXV des Maximes générales du gouvernement économique d’un royaume (...)

4Pour autant, condamner le delamarisme ne suffit pas à justifier la libéralisation. Comme tout système réglementaire, si on le supprime ou si on l’amende, par quoi le remplacer ? Par exemple, si on laisse jouer les mécanismes du marché à l’intérieur, faut-il faire de même pour le commerce avec l’étranger ? Libéraliser le commerce ne va-t-il pas favoriser la hausse des prix ou encore permettre légalement l’établissement de la « bête hideuse », c’est-à-dire le monopole ? Et la libéralisation n’est-elle pas une autre source d’instabilité politique dans la mesure ou les fonctionnaires et magistrats privés de leur gagne-pain, c’est le cas de le dire, pourraient être conduits à la révolte ? On sait que c’est à la physiocratie que l’on doit le premier modèle scientifique au sens actuel du terme, le « Tableau économique »6, quelle qu’en soit la version7, justifiant entre autres la libéralisation du commerce des blés. Un médecin de formation, le docteur Quesnay, a proposé un modèle économique ayant pour objet de justifier scientifiquement le libéralisme. C’est donc la première fois qu’une véritable analyse économique englobant une théorie de la production, de la circulation et de la répartition, étayée éventuellement par des données empiriques8, a été utilisée pour essayer de convaincre le Prince en matière de politique publique. On retiendra seulement ici que ce modèle, qui a donné lieu à une énorme littérature toujours vivante, se présente sous la forme d’un circuit9 et ce qui en ressort en pratique, c’est que les effets positifs prévus par le modèle supposent que le circuit soit libéré de toute entrave. Libérer le circuit revient à promouvoir la liberté du commerce et donc à abattre, autant que faire se peut, le delamarisme avec son cortège de réglementations. François Quesnay est on ne peut plus clair sur ce point : « Qu’on maintienne l’entière liberté du commerce ; car la police du commerce intérieur et extérieur la plus sûre, la plus exacte, la plus profitable à la nation et à l’état, consiste dans la pleine liberté de la concurrence. »10

  • 11  Dupont de Nemours, 1770a, t. VI.
  • 12  Sur la question controversée de la météorologie sur la production agricole, voir Grenier, 1996, p. (...)
  • 13  Joseph-Marie Terray est nommé contrôleur général des finances le 22 décembre 1769. Nommé par L’Ave (...)
  • 14  Roubaud, 1769, p. 1-5 : « Au milieu des cris de la frayeur, de la misère, de la faim et du désespo (...)

5Avec cet éclairage, bien qu’il faille se méfier des illusions rétrospectives, il semble bien que la Déclaration du 25 mai 1763 préparée par le contrôleur général Bertin, qui libéralisait le commerce intérieur des grains, et l’Édit de juillet 1764 préparé par L’Averdy, successeur de Bertin, qui étendait la liberté au commerce extérieur, puissent être considérés comme une victoire des physiocrates. Mais, malheureusement pour les membres de l’école, la période est marquée, comme l’a rappelé Dupont dans sa défense de la liberté du commerce11, par une succession de quatre années d’intempéries climatiques12. Les blés étaient devenus trop chers, la crise des subsistances alarmait à juste titre la population et c’est dans ce contexte que le contrôleur général Terray mit fin à la libéralisation13. Ce retour de la réglementation se situe dans une crise des subsistances due à la cherté des grains vite attribuée à la doctrine des physiocrates et la question centrale posée par les contemporains est simple à exposer : la crise des subsistances était-elle due à la libéralisation ou, au contraire, n’était-elle pas imputable à une libéralisation insuffisante14 ?

  • 15  Sur cette question, voir Koch, 1975.

6C’est dans ce contexte que Galiani, avec l’aide de Diderot et de Madame d’Épinay15, fit paraître ses célèbres Dialogues sur le commerce des blés. Dans la nébuleuse antiphysiocratique, cet ouvrage donne à voir, indépendamment du talent personnel de l’auteur, un catalogue des arguments militant pour la réglementation. En s’appuyant sur cet auteur, l’objet de cet article est d’abord de rendre compte des principales thèses antilibérales et des réponses des Économistes, mais, plus fondamentalement, nous pensons que cette étude permettra de mieux comprendre la notion de libéralisme économique au xviiie siècle, qui prend la figure suivante : réglementation versus marché.

Les règlements sont nécessaires : rappel des thèses de Galiani et des delamaristes

7Un résumé succinct de l’ouvrage de Galiani a été publié dans le Mercure de France d’avril 1770 qu’il est commode de reprendre ici. Dans le premier Dialogue, Galiani veut montrer que la législation sur le commerce des grains ne peut être générale en ce sens qu’on ne peut appliquer des règlements identiques pour tous les États que si ces derniers sont semblables. En effet, pour s’exprimer d’une façon moderne, l’auteur soutient la thèse d’une sorte d’effet papillon : le moindre changement dans un pays a pour conséquence un bouleversement du fonctionnement macroéconomique. Cette thèse, qui met à mal toute théorisation à vocation générale, est atténuée dans le second Dialogue où, à partir de l’exemple de Genève, il explique que dans un petit État l’approvisionnement doit être géré par le gouvernement en prévision d’une attaque-surprise. De même, dans les deux dialogues suivants, ce sont d’autres particularités nationales qui sont mises en avant. Ainsi, dans les pays comme la Hollande, qui ont un territoire de petite taille, la liberté du commerce est praticable alors que ce n’est pas possible dans un grand pays comme la France. En effet, dans un pays comme la Hollande, la liberté du commerce ne risque pas d’entraîner de pénurie sur le marché intérieur car les manufactures le mettent à l’abri du besoin alors qu’en France, la liberté risque de conduire à la ruine du marché intérieur. Tout ceci est expliqué dans les cinquième et sixième Dialogues. Selon Galiani, un peuple agricole est comme un joueur, ce qui veut dire que les activités liées à l’agriculture se déroulent en univers risqué. Par contre, les opérations économiques d’un peuple manufacturier et commerçant se déroulent dans un univers certain. Il n’y a pas de risque et « les richesses croissent avec les Manufactures à l’infini ». De plus, à partir de calculs, d’ailleurs peu convaincants, Galiani montre que l’existence d’un superflu exportable n’est pas du tout assurée pour la France. Dans le septième Dialogue, après avoir pesé le pour et le contre, il finit par se prononcer pour la liberté d’exportation, mais l’objectif est moins l’exportation d’un surplus hypothétique que l’encouragement de la marine. Enfin, dans le huitième Dialogue, l’auteur propose de tempérer la liberté du commerce extérieur par deux taxes. Une sur les exportations pour conserver les grains sur le marché intérieur, et une sur les importations pour soutenir les cours, toujours sur le marché intérieur.

  • 16  Tous les témoignages concordent. Ainsi Roubaud, 1770b, p. iii, informe le lecteur que « Les Dialog (...)
  • 17  On trouvera aussi une partie des détails de l’argumentation de Galiani dans les réponses des physi (...)

8Ce compte rendu, d’ailleurs d’une tonalité assez critique, est fidèle, mais il ne donne que les conclusions de chaque Dialogue. C’est une simple note bibliographique sur un « best-seller »16 discuté dans les « milieux branchés » de la capitale, qui ne nous renseigne pas sur la logique des arguments conduisant aux conclusions. Nous avons déjà analysé (Klotz, 2000) le contenu de l’ouvrage de Galiani, redouté à juste titre par Dupont et ses amis avant même qu’il ne paraisse. Nous résumons très rapidement ses principales thèses dans un premier point, les compléments figurant dans l’article cité ci-dessus17.

  • 18  Nous utilisons la réédition, en 1984, de l’édition de 1770.

9Selon Galiani (1984)18, le commerce des blés est un commerce difficile car les récoltes sont périssables et leur transport hasardeux, autant d’éléments qui n’existent pas pour les produits manufacturés. De plus, il est difficile, si on se propose d’exporter, de savoir s’il existe véritablement un surplus exportable au-delà de ce qui est nécessaire pour satisfaire la demande intérieure, qui est prioritaire. Ces difficultés sont redoublées par l’organisation du commerce international dans la mesure où, le commerce étant risqué, les financeurs vont couvrir leurs risques par de gros profits. Il faut donc des assises financières considérables, d’où l’existence de monopoles. Quant au marché du produit fini, c’est-à-dire le pain, c’est un marché lui aussi très particulier. En effet, la longueur du circuit du producteur au consommateur fait que les variations du prix ne sont pas proportionnelles à celles des matières premières à cause des marges prélevées par les nombreux intermédiaires, d’où la préférence marquée des populations pour faire elles-mêmes leur pain. En résumé, le commerce des blés est « diamétralement contraire à l’esprit du commerce » (Galiani, 1984, p. 159).

  • 19  L’exemple de Genève montre d’ailleurs qu’un pays peut être prospère sans agriculture.

10Un autre point développé, qui frappe au cœur la doctrine des physiocrates, concerne le moteur de la croissance. Pour notre auteur, privilégier l’agriculture est une grave erreur dans la mesure où la production agricole est limitée par nature. Les terres cultivables ne sont pas extensibles à l’infini alors qu’il en va différemment pour les produits de l’industrie. Pour augmenter l’emploi et la richesse nationale, un gouvernement responsable doit donc privilégier une politique industrielle, et ce sont les revenus générés par les manufactures qui formeront une demande solvable pour les subsistances. De plus, ce sont les manufactures qui permettent de développer le commerce extérieur et non pas l’agriculture. En effet, plus la population s’accroît, plus la demande de subsistances est importante. Mais comme la production agricole est limitée par les terres, il viendra un moment où toute la production agricole sera absorbée par la demande intérieure et les exportations s’arrêteront alors que la production manufacturière échappe à cette contrainte19. Et comme les revenus issus de l’industrie sont réguliers, peu risqués et étrangers aux aléas climatiques, c’est elle qui permettra de soutenir l’agriculture. En résumé, pour paraphraser Galiani, l’agriculture est comme un jardin : ce n’est pas parce qu’on a un jardin bien cultivé qu’on est riche ; c’est parce qu’on est riche qu’on a un beau jardin !

  • 20  On sait par ailleurs qu’une des critiques récurrentes de la physiocratie était son dogmatisme.

11Une autre attaque, répétée tout au long des Dialogues, concerne les différences entre les pays. Certains sont grands, d’autres moyens ou encore petits. Ce constat d’une banalité déconcertante est en fait une virulente critique des prétendues lois économiques et des politiques qui en découlent. S’appuyant principalement sur les exemples de Genève, de la Hollande et de la France, il veut montrer, toujours avec brio, qu’il n’y a pas de lois économiques en général et que les règlements peuvent être bons ou mauvais selon les circonstances. Le petit tour d’Europe qu’il nous donne pourrait passer au premier abord pour un exposé de géographie économique, exercice classique au xviiie siècle. Mais, en réalité, tous les exemples proposés ont pour objet de montrer que, contrairement à l’esprit de système développé par les physiocrates, on ne peut raisonner à partir d’axiomes valables partout et toujours20.

  • 21  Galiani raisonne sur le modèle des enchères.

12S’agissant maintenant des exportations, Galiani s’en prend d’abord aux statistiques. Même en admettant qu’il existe un surplus exportable, ce qui n’est pas du tout sûr, le vrai problème est qu’on ne peut raisonner en année courante. Au lieu de décréter brutalement la liberté d’exportation, il eut fallu d’abord s’assurer que le surplus exportable n’était pas conjoncturel. Il faut donc raisonner en année commune sur la longue période, disons dix ans, et non pas en année courante. De plus, le commerce extérieur est souvent désavantageux car, si on peut exporter, c’est que la récolte est abondante et donc le prix bas alors qu’on a l’inverse quand on importe21. Mais il va quand même se prononcer pour la libéralisation dans la mesure ou la liberté et la propriété sont des valeurs supérieures à toutes les autres. Il semble qu’il soit finalement pour la liberté du commerce alors qu’il se livre à une critique radicale des Édits.

13Trois arguments sont invoqués à cet effet. Tout d’abord, l’Édit de 1764 va ruiner la circulation intérieure car il est plus simple et moins onéreux d’acheminer les marchandises vers les ports pour les exporter que de faire voyager les denrées entre les provinces, et ce sans compter que le commerce extérieur permet de gagner sur le change. Ensuite, le découpage du royaume en provinces fait que le commerce intérieur est en réalité un commerce extérieur pour chaque entité administrative. Par conséquent, tous les gains résultant du commerce extérieur entre les provinces restent dans le royaume alors qu’il en va différemment dans le commerce avec l’étranger. Enfin, la liberté d’importation suppose que les partenaires exportent. Or « le Roi ne commande qu’en France » (Galiani, 1984, p. 262) et l’on ne peut obliger l’étranger à exporter. Notamment, selon lui, la disette que subit la France et le haut prix des blés s’expliquent par le fait que l’Angleterre, la Pologne et la Turquie n’exportent plus. Quant aux périodes où le blé est abondant, tout le monde veut exporter mais, à cause de la fiscalité, les prix français sont trop élevés par rapport à la concurrence étrangère.

  • 22  La pratique consistait pour les monopoleurs à entreposer les grains de l’autre côté de la frontièr (...)

14Sans reprendre ici tous les détails, ses propositions sont alors les suivantes. Pour compenser le fait que les grains sont plus chers quand ils sont vendus sur le marché intérieur, ce qui rend l’exportation relativement plus facile, il propose de taxer les exportations. Ceci aura pour effet de diminuer la demande de l’étranger et donc de garder plus de grains en France pour faire face aux pénuries sans interdire la liberté du commerce extérieur. La taxe aura aussi pour effet d’empêcher les fausses sorties22 qui pouvaient entraîner des pénuries artificielles. Enfin, le produit des taxes pourrait être affecté au financement du rachat des droits seigneuriaux mis à mal par la libéralisation. Quant aux importations, elles devraient être aussi taxées pour compenser la différence entre les prix intérieurs et les prix extérieurs. Là aussi, le produit des taxes serait affecté au rachat des droits.

  • 23  Baudeau signale que les arguments de Galiani « sont des objections usées, mais usées à tel point, (...)
  • 24  Qualificatif utilisé par Baudeau pour désigner Quesnay.
  • 25  D’où l’effort pédagogique de Baudeau, 1767-1770.

15Finalement, bien que les propositions concrètes de politique économique de Galiani soient finalement assez modestes, d’où l’ironie de Baudeau23, l’analyse est dévastatrice pour le groupe des physiocrates. Ce dernier mérite bien son nom de secte car il est dogmatique, le dogme consistant à décliner sous toutes les formes les propos du Maître, à savoir le docteur Quesnay, le Confucius de l’Europe24. Voulant plaquer sur la réalité une analyse théorique toujours valable, indépendante des circonstances, de la géographie, de l’histoire, des us et des coutumes, les physiocrates ignorent le monde réel. Le Tableau économique, d’ailleurs inaccessible à la majorité des contemporains25, décrit un circuit qui repose sur des fondements qui n’ont, contrairement à l’évidence toujours invoquée par les physiocrates, rien d’évident. Il ignore les particularités nationales et les considérations géopolitiques et repose sur un axiome inadmissible : il n’est pas vrai que seule l’agriculture soit à l’origine d’un produit net. Bien au contraire, la source des richesses réside dans les manufactures, l’industrie manufacturière ayant de plus l’avantage de n’être pas limitée par la nature. Il faut donc l’encourager pour générer des revenus qui seront autant de débouchés pour le secteur agricole. Une autre erreur est d’avoir considéré les blés comme une marchandise ordinaire. Finalement, on pourrait dire aujourd’hui que les Dialogues constituent un véritable « anti-manuel de physiocratie » publié, de plus, dans une période favorable à ce genre de publication. Compte tenu de la conjoncture, des revendications populaires et des menaces d’un retour à la réglementation, il y avait donc urgence pour les physiocrates. Il fallait répondre et c’est ce qui fut fait.

L’analyse économique au secours du libéralisme : la riposte des physiocrates

  • 26  Voir les lettres de Turgot à Dupont de Nemours datées du 30 janvier et du 2 février 1770 dans Turg (...)
  • 27  Voir Dupont de Nemours, 1770a, t. VI et 1770b, t. XII.
  • 28  Voir Baudeau, 1770. Il annonce que cette première réponse sera suivie d’une ou deux lettres complé (...)
  • 29  Voir infra.
  • 30  Voir Morellet, 1770. La publication de cet ouvrage nous renseigne sur l’extrême tension qui exista (...)

16Il est assez difficile, dans le cadre de cet article, de rendre compte de l’ensemble des arguments développés par les partisans du libéralisme pour répondre à Galiani. En effet, les physiocrates ont mobilisé, encouragés par Turgot26, leurs meilleures plumes pour discréditer aux yeux du public cultivé et des décideurs les thèses développées dans les Dialogues. On trouve en première ligne le directeur des Éphémérides, Dupont de Nemours27, suivi principalement par l’ancien directeur, l’abbé Baudeau28, l’abbé Roubaud, grand spécialiste des règlements, et Le Mercier de la Rivière29. À cette troupe, car il s’agit bien d’un combat littéraire, politique et économique, il faut ajouter une nouvelle recrue pour l’occasion, à savoir l’abbé Morellet30.

17Tous s’accordent pour constater que Galiani ne sait pas de quoi il parle ou, pire encore, qu’il n’a pas compris de quoi il parle. Ils soulignent également les innombrables contradictions de l’auteur, la plus importante concernant la structure même de l’ouvrage. Alors que dans les six premiers Dialogues sont répertoriés et développés tous les arguments en faveur de la réglementation, les deux derniers, finalement, vont dans le sens de la libéralisation. Comme l’écrit avec lourdeur l’abbé Roubaud (1770, p. 124), qui essaie péniblement de s’aligner sur le style étincelant de Galiani, « Dans trois mots, vous avez renversé vos six premiers Dialogues : vous auriez pu intituler celui-ci (le septième), si vous leur aviez donné des titres, Rétractation de tout ce qui a été dit ci-dessus ». De même, on ne peut tout à la fois dire qu’on est pour la liberté économique et faire l’éloge de Colbert (voir Galiani, 1984, p. 108). Il est vrai que cette grande figure de l’histoire de France a encouragé les manufactures, mais elles étaient spécialisées dans les biens de luxe. Galiani a donc une conception tout à fait particulière de l’industrie mais, surtout, le colbertisme a donné lieu au corps des inspecteurs des manufactures. Cette administration tatillonne et les milliers de règlements dont elle devait surveiller l’observance étaient donc contraires à la liberté.

  • 31  Par exemple, l’Édit de 1763 prévoyait la libre circulation intérieure, mais dès l’année suivante, (...)

18Une constante également que l’on retrouve chez tous nos critiques est que Galiani ne connaît pas les faits, quand il ne les invente pas. Ainsi Dupont montre, à partir de statistiques soigneusement collationnées, que les prix étaient dans le passé souvent supérieurs à ceux constatés après la mise en œuvre des Édits. Un autre argument massif est celui-ci : les statistiques montrent aussi que, depuis 1764, les exportations ont été négatives, ce qui veut dire que les importations ont été supérieures aux exportations. Il est donc faux de dire que la liberté du commerce risque d’affamer les populations. Cependant, les physiocrates doivent aussi constater, en s’en tenant aux faits, que la situation économique et sociale n’est pas bonne pour leurs thèses. Mais l’argument est facilement retourné. Ce n’est pas la libéralisation qui est la cause de la crise et de la cherté, ce sont ses limitations31. À ces restrictions légales s’en ajoute une autre beaucoup plus grave : les Édits sont mal ou pas du tout appliqués. Ce point est particulièrement développé par Dupont de Nemours (1770a, t. VI). Il montre sans difficultés que le maintien des anciennes entraves à la liberté du commerce conduisent toutes à une augmentation des prix, et ce d’autant plus que tous les règlements viennent toujours trop tard. En effet, la véritable question n’est pas celle des récoltes déjà existantes mais celle des récoltes à venir. Pour que celles-ci soient abondantes, il faut que les cultivateurs aient de bonnes perspectives de profit et qu’ils ne soient pas découragés par des mesures administratives contraignantes en ce qui concerne leur récolte présente. Il faut donc, comme on dit aujourd’hui, que les anticipations soient optimistes et « ceux qui ne portent leurs vues jusque-là sont des aveugles, ou du moins des myopes en économie politique, comme dans la science du cœur humain » (ibid., p. 121). C’est notamment ce que n’ont pas compris les rentiers. Dans la mesure où leurs revenus sont financés par l’impôt et que l’impôt est assis sur le produit net, la sécurité des rentes ne peut être garantie que par une agriculture prospère. En résumé, la liberté du commerce profite donc à toutes les classes de la population, et ce dans tout le pays. Pour qu’elle produise tous ses effets, la liberté doit être complète et générale et il ne saurait être question de revenir en arrière. En effet, la liberté une fois accordée, revenir aux règlements produirait des résultats encore plus désastreux que s’il n’y avait jamais eu de liberté, l’argument central étant que les fermiers, n’ayant pas anticipé ce mauvais coup, ne pourraient payer ni les baux ni l’impôt. S’en suivrait alors une panique des propriétaires et la répression du fisc, le cheptel serait vendu à bas prix, il n’y aurait plus d’engrais, la terre retournerait en friche ; bref, ce serait la famine. Finalement, pour les physiocrates, comme le législateur, soucieux de l’opinion publique marquée par des siècles de réglementation, n’a pas donné la liberté pleine et entière au commerce, les entraves subsistantes en ont limité les effets attendus. Mais, même incomplète, la liberté intérieure et extérieure a contribué à limiter les dégâts d’une conjoncture défavorable, notamment, nous l’avons déjà dit, ceux des aléas climatiques. Il est donc clair que, si les physiocrates reconnaissent que les résultats de la libéralisation sont moins brillants que prévu, la réponse à donner est encore plus de libéralisme, et non pas le retour à la réglementation.

19Le troisième point commun que l’on retrouve dans ce vaste corpus est l’ignorance crasse de Galiani en matière d’analyse économique. Cette critique est déclinée de différentes manières selon les auteurs, mais il y a accord au moins sur trois point. Tout d’abord, Galiani ignore, ne peut pas comprendre ou ne veut pas comprendre l’analyse économique physiocratique. Entre autres, avec les delamaristes, il a confondu le « bon prix » et la cherté, argument récurrent chez tous les physiocrates. Le bon prix est un prix d’équilibre qui, d’une part, n’est pas trop élevé compte tenu des budgets populaires, et d’autre part, qui est assez élevé pour que la production de biens agricoles soit encouragée, ainsi que la reproduction. Il est clair que si la réglementation fixe des prix relativement bas, les fermiers seront découragés. Dans ce cas il apparaîtra des raretés relatives qui, contrairement au but fixé, induiront une tendance à la hausse du prix des blés et donc une augmentation des frais de production. Les fermiers ne pourront pas payer les baux. Dans le moyen-long terme, on constatera donc une augmentation des friches et des jachères, ce qui réduira d’autant l’offre. Il faudra alors importer pour éviter la crise des subsistances mais, comme le commerce extérieur ne serait pas libre si on suit les delamaristes, on risquera la famine. Dans la dynamique physiocratique, la hausse des prix nominaux rendue possible par la libéralisation aura pour effet une augmentation des revenus en termes réels. Tout ceci n’a donc rien à voir avec la cherté. La cherté provient de pratiques spéculatives rendues possibles par les règlements. Comme ils s’opposent au marché et donc à la loi de l’offre et de la demande, il n’y a pas de mécanisme équilibrant dans cette configuration.

  • 32  Morellet, 1770, p. 262 : parlant des causes du mouvement des marchandises, il écrit qu’« il y en a (...)
  • 33  Le gros problème des marchés agricoles de l’Ancien Régime, si l’on peut parler de marché, réside d (...)

20Il en va de même en matière de commerce international. Les mêmes raisonnements s’appliquent car, sur un marché cloisonné par la réglementation, les rapports entre les provinces et les intendances, avec les douanes intérieures, péages, octrois, etc., sont comparables aux rapports entre les États. Or, comme le précise bien Morellet, ce qui meut les marchandises, c’est le prix32. Ainsi, la liberté du commerce extérieur permet d’augmenter la demande globale à cause de l’ajout de la demande étrangère, d’où une tendance à la hausse des prix, cette dernière entraînant l’offre. Par conséquent, comme l’offre va augmenter, les consommateurs intérieurs ne seront pas rationnés et le prix intérieur n’augmentera pas. Les producteurs vendront donc davantage, les prix seront lissés33 et le libre fonctionnement du commerce extérieur conduira à un prix unique sur les marchés nationaux et internationaux. Partant de là, les activités agricoles ne se dérouleront plus en avenir incertain et son commerce ne sera plus risqué, contrairement à ceux qui pensent que le commerce des blés est un marché spécifique, non comparable à celui des autres marchandises. Le marché libre, en permettant le libre jeu de la concurrence, tend vers l’équilibre. La liberté du commerce est donc un réducteur d’incertitude, ce qui permet entre autres l’amorçage du cercle vertueux de la croissance. Mais il y a plus.

  • 34  Quesnay : « On entend par loi physique le cours réglé de tout événement physique de l’ordre nature (...)

21On sait que pour les physiocrates, la société résulte d’une association conforme à la raison et aux lois de l’Univers, le but de cette association étant la satisfaction des besoins la meilleure possible. Cette société doit être conforme à la loi naturelle, qui regroupe les lois physiques et morales34. Comme l’écrit le Maître, ces lois doivent être avantageuses pour le genre humain, c’est-à-dire qu’elles doivent assurer la conservation de l’espèce humaine avec un niveau de vie ascendant, d’où l’importance accordée aux activités économiques. Mais comment atteindre une plus grande aisance matérielle dans la sûreté sans enfreindre la loi naturelle ? En effet, il est de la nature de l’homme d’être mû par l’intérêt personnel et la recherche de la jouissance. Partant de là, sauf à revenir dans un état de nature chaotique marqué par la violence, le vol, la guerre et le rapt, la solution est, selon les physiocrates, la propriété. En effet, il est encore de la nature de l’homme, et aussi conforme à la morale, que l’on jouisse de ce que l’on possède. Il est alors clair que, toujours mû par l’intérêt personnel, si l’on veut posséder plus, il faut produire plus et donc impulser le circuit économique. Impulser le circuit économique veut dire faire des investissements et engager des frais de production à condition que, disons-le en termes modernes, le retour sur investissement soit garanti. Donc, toute réglementation qui empêche ou limite la réalisation du produit, tout dispositif, réglementaire ou non, qui restreint la circulation des marchandises, toute contrainte obligeant à vendre à tel endroit et à telle heure, etc., tout ceci empêche la réalisation du produit. Les limitations du marché sont donc contraires aux intérêts particuliers et à l’intérêt général, ce qui est contre-productif et réduit les jouissances potentielles. Cet argument va être développé par Le Mercier de la Rivière (1770).

Le delamarisme contre les « lois fondamentales »

  • 35  Voir Le Mercier de la Rivière, 1770, chap. 37 à 41 et l’« Addition » p. 410-418.
  • 36  S’agissant nommément de Galiani, comme dans les autres critiques, il relève toutes ses contradicti (...)

22À notre connaissance, le dernier grand texte physiocratique contre Galiani est la « Réfutation d’un nouveau système, publié en forme de Dialogues, sur le Commerce des Blés ». Ce texte de Mercier de la Rivière termine son ouvrage intitulé L’intérêt général de l’État ou la liberté du commerce des blés35. Pour l’auteur, il s’agit d’aller à l’essentiel car, comme le prouve cette étude, il pense avec raison qu’« il se trouvera certainement des hommes instruits qui le combattront avec trop d’avantages, pour ne pas le réfuter complètement : on peut s’en reposer sur eux » (ouvr. cité, p. 328). On y retrouve donc, sous une forme ramassée, le même genre de critiques que précédemment36, mais l’ouvrage va beaucoup plus loin : en s’opposant à la liberté du commerce pleine et entière, on refuse de reconnaître les « lois fondamentales ».

23Tout au long de l’ouvrage, Le Mercier de la Rivière développe sa propre conception du contrat social, et c’est cette conception, comme le titre l’indique, qui justifie la liberté pleine et entière du commerce. Sa critique est donc d’une nature différente de celles des autres protagonistes. L’enjeu fondamental est de nature philosophique et politique.

24Selon Le Mercier, la société est une association et cette association est un corps politique si les hommes se sont associés en vue d’un intérêt commun. Cet intérêt commun a pour effet une volonté commune qui constitue la loi commune. Alors que les intérêts personnels sont divers et variés, la loi commune, établie en vue de l’intérêt commun, doit être publiquement reconnue. Par conséquent, toutes les lois particulières doivent respecter la loi commune, et donc l’intérêt commun, d’où une première conséquence : la liberté du commerce ne doit pas être établie dans l’intérêt des fermiers, des cultivateurs, de telle ou telle province, mais dans l’intérêt général. Sont donc visées ici toutes les réglementations établies par les magistrats, qui, après avoir œuvré pendant des siècles pour des intérêts particuliers, ont perdu de vue ce qu’est le véritable intérêt commun. Tout le travail de Le Mercier va consister à montrer ce qu’est l’intérêt commun, puis à en déduire que la liberté du commerce est une condition nécessaire à l’intérêt général.

  • 37  Souligné par Le Mercier, 1770, p. 38-39.

25Le Mercier appelle « lois fondamentales » les lois nécessaires à la vie en société. Elles ne sont pas nécessairement écrites car elles sont évidentes et naturelles. Il est clair que la première, celle à laquelle toutes les autres apparaissent comme subordonnées, est « le droit naturel qu’ont tous les hommes à l’existence » (ouvr. cité, p. 25). On en déduit aisément que le droit à l’existence implique que toutes les autres lois fondamentales ne doivent pas nuire à la reproduction des choses nécessaires à l’existence et que, pour la distribution, les droits individuels soient respectés. Ces grands principes acceptés, la question est de savoir si les lois positives, c’est-à-dire les lois écrites, sont conformes à la première loi fondamentale et donc à l’intérêt commun. Conformément à l’analyse et à la doctrine physiocratique, la reproduction suppose des avances et des dépenses et, pour qu’elles aient lieu, il faut que les profits attendus soient garantis, ce qui justifie la propriété foncière. C’est ainsi que l’intérêt particulier rejoint l’intérêt général, le bien commun. En effet, en reprenant les termes de Le Mercier, le produit des récoltes appartient aux propriétaires « dans le droit », mais « dans le fait » il appartient à la société tout entière37 car, par leurs dépenses et leurs travaux qui doivent être rémunérés, les non-propriétaires acquièrent un droit sur les productions. Dans ces conditions, la justice pour chacun et la liberté de chacun est respectée. Le produit, qui appartient en droit aux propriétaires, est réparti dans les faits entre tous les agents participant à la production. Le droit à l’existence est donc garanti pour chacun en fonction de ses contributions à l’obtention du produit. Il y a bien une véritable association ; par l’échange des travaux, tout le monde participe du corps politique. La propriété et la liberté sont donc les deux grandes lois fondamentales qui se déduisent de la première loi fondamentale si la société est bien constituée. Par conséquent la liberté du commerce, bien qu’elle soit une loi particulière car concernant un objet particulier, est une autre loi fondamentale car elle est nécessaire si on veut respecter la liberté et la propriété, et donc le droit à l’existence dans une société bien réglée. Tel est, grossièrement présenté, l’ensemble des arguments en faveur des Édits de 1763 et 1764. Tous les règlements, toutes les « polices monstrueuses » (ouvr. cité, p. 55) vont donc à l’encontre des lois fondamentales. Par conséquent, Galiani et les delamaristes, en critiquant la liberté pleine et entière du commerce, s’attaquent en réalité aux lois fondamentales et donc au droit à l’existence. Notamment, comme les règlements restreignent la liberté et augmentent, paradoxalement, l’incertitude quant au produit des récoltes, les employeurs sont contraints, la reproduction du produit ne se fera pas ou se fera à une échelle plus petite. Il y aura donc moins de bras à employer, ce qui fait que les non-propriétaires disposés à travailler ne le pourront pas. Ils seront donc eux aussi contraints dans leur propriété, à savoir celle de leur propre personne.

Conclusion

  • 38  Galiani lui-même avait rédigé un texte humoristique intitulé La bagarre, pastichant celui de Le Me (...)

26Si l’on reprend les principaux thèmes qui émergent de ce débat, on voit apparaître des constantes : étude attentive des faits et de la législation, affirmation de grands principes généraux, comme le libéralisme et le droit naturel, existence de lois économiques toujours valables indépendamment des circonstances, comme la loi de l’offre et de la demande qui règle le prix d’équilibre sur tous les marchés, intérieur et extérieur, analyse du circuit et de la distribution, questions méthodologiques comme le statut des exemples ou encore la cohérence du modèle, économie politique et politique économique en ce sens que l’analyse doit sortir des cabinets pour que l’économiste, qui doit être un professionnel, joue son rôle de conseiller du Prince. La bagarre38 a été rude et, comme pour toute bataille, il faut savoir qui est le vainqueur : qui avait raison ?

  • 39  Que l’on qualifie souvent de « père de l’économie politique ».

27Évidemment, au regard de l’analyse économique, Galiani et les delamaristes sont battus par KO. C’est à juste titre que, malgré une durée de vie relativement courte, la physiocratie a donné lieu à un important corpus critique et analytique. S’agissant plus spécialement de l’économie, on doit aux physiocrates un des tous premiers modèles macroéconomiques représentatifs du circuit des revenus pour une nation tout entière. Cette analyse, certainement à cause de son aspect aisément formalisable avec des outils modernes, a passionné pendant longtemps les économistes de tous bords. Une autre raison qui peut expliquer son succès est certainement sa modernité. En effet, le système physiocratique n’était pas seulement un exercice de style, aussi brillant soit-il pour l’époque. Le modèle, avec ses différentes extensions, comme la fiscalité par exemple, était mobilisé pour justifier des recommandations de politique économique, comme on le fait aujourd’hui dans les grands instituts privés ou publics de modélisation pour faire des prévisions. De tout ceci découle une interaction très forte entre l’analyse économique et la politique. La physiocratie est donc un moment essentiel de la formation d’une nouvelle discipline, c’est-à-dire l’économie politique, et ce avant 1776, date de la parution de La Richesse des Nations d’Adam Smith39. Par contre, au regard de l’histoire des faits, s’il est vrai que les physiocrates ont gagné d’une certaine manière en marquant durablement la pensée économique libérale, il serait exagéré de leur en donner la paternité. La liberté individuelle, la propriété privée, la concordance des intérêts particuliers et de l’intérêt général, tout ceci était porté par les Lumières européennes. De plus, il n’y a jamais eu, en France ou ailleurs, un impôt unique. Mais surtout, le développement économique des pays aujourd’hui développés s’est toujours accompagné de mesures protectionnistes de toutes sortes : barrières douanières, industries protégées, contrôle des changes, etc., et donc de règlements. Pour autant, la vague du tout marché que nous connaissons actuellement dans le cadre de ce qu’on appelle la globalisation pourrait, avec quelques efforts, s’analyser comme la revanche posthume des physiocrates.

Notes

1  Du moins en France du Nord. Voir par exemple Le Roy Ladurie, 1986, p. i.

2  Néologisme qui renvoie au commissaire au Châtelet Nicolas de La Mare. Cet auteur passe pour être le premier à avoir publié un Traité de la Police en 4 volumes, 1705-1738. Le « delamarisme » est une façon commode d’évoquer une pensée antilibérale et souvent tatillonne dans ses applications pratiques. Mort en 1723, le quatrième volume de son Traité a été publié à titre posthume par Le Cler du Brillet.

3  Voir par exemple Meyssonnier, 1989, chap. 7.

4  En plus de De la Mare, voir notamment Roubaud, 1769 et Afanassiev, 1894. Nous utilisons ci-dessus la synthèse commode faite par Marion, 1923 (1984 pour la réédition).

5  La « Barbarie » désigne les pays du pourtour méditerranéen.

6  Voir par exemple Cartelier, 1991 dans Quesnay, 1991 et la bibliographie. Ce texte présente quelques aspects techniques. Steiner, 1998, présente de façon simple le « Tableau » en le resituant dans l’ensemble du système de pensée des physiocrates et le contexte intellectuel de l’époque.

7  Une analyse comparative des différentes versions du Tableau est proposée par Delmas, 2000.

8  Voir Klotz, 1994 et Perrot, 1978.

9  Voir par exemple les diagrammes proposés par Molinier, 1958.

10  Cette citation est la Maxime no XXV des Maximes générales du gouvernement économique d’un royaume agricole reproduites dans Quesnay, 2005, t. I, p. 571.

11  Dupont de Nemours, 1770a, t. VI.

12  Sur la question controversée de la météorologie sur la production agricole, voir Grenier, 1996, p. 279-285.

13  Joseph-Marie Terray est nommé contrôleur général des finances le 22 décembre 1769. Nommé par L’Averdy en 1764 comme membre de la commission des finances, il vota l’Édit de juillet 1764, mais déjà convaincu qu’il faudrait revenir aux anciennes réglementations. C’est ce qui fut fait avec l’arrêt du 17 juillet 1770 confirmé par une déclaration en 1771.

14  Roubaud, 1769, p. 1-5 : « Au milieu des cris de la frayeur, de la misère, de la faim et du désespoir, dont la capitale et les provinces voisines retentissent, j’ai vu le pauvre tomber de défaillance dans les grands chemins, et demander inutilement un faible secours à une populace indigente […]. Le peuple, dans quelques provinces, a souffert une espèce de disette, il souffre encore de l’excessive cherté du pain. Si l’on ne peut attribuer uniquement ces maux aux causes physiques, quelles sont les causes morales qui ont concouru à les produire, ou à les entretenir et à les aggraver ? Est-ce la liberté du commerce, est-ce le défaut de liberté ? La liberté de la circulation intérieure a-t-elle engendré le monopole, et la liberté de l’exportation a-t-elle entraîné la disette ? Ne sont-ce pas au contraire les restrictions, les prohibitions, les règlements opposés à la liberté du commerce tant intérieur qu’extérieur, qui ont causé le monopole et la disette, ou du moins produit les effets du monopole et de la disette ? Les lois de 1763 et de 1764 ont-elles été nuisibles ? Le régime prohibitif était-il salutaire ? »

15  Sur cette question, voir Koch, 1975.

16  Tous les témoignages concordent. Ainsi Roubaud, 1770b, p. iii, informe le lecteur que « Les Dialogues sur le Commerce des Bleds, de M. l’Abbé G… ont eu d’abord un grand débit, ce n’est pas à dire, un grand succès ». De même, Morellet, 1770, p. 2, parle de « l’espèce de succès qu’ont eu les Dialogues ». Le Mercure de France, quant à lui, commence son compte rendu en précisant : « Un succès éclatant met cet Ouvrage au-dessus de nos éloges ». Quant à Galiani lui-même, il se plaint à Madame d’Épinay des retards sur ses droits d’auteur : « Pourquoi dois-je être forcé à attendre deux ans le paiement d’un ouvrage qui a été tout débité en trois mois ? » Lettre datée du 5 mai 1770 dans Dulac et Magetti, 1992.

17  On trouvera aussi une partie des détails de l’argumentation de Galiani dans les réponses des physiocrates.

18  Nous utilisons la réédition, en 1984, de l’édition de 1770.

19  L’exemple de Genève montre d’ailleurs qu’un pays peut être prospère sans agriculture.

20  On sait par ailleurs qu’une des critiques récurrentes de la physiocratie était son dogmatisme.

21  Galiani raisonne sur le modèle des enchères.

22  La pratique consistait pour les monopoleurs à entreposer les grains de l’autre côté de la frontière sans les vendre en attendant que les prix intérieurs montent pour les rapatrier. La taxation aurait donc pour effet de renchérir le coût de la fausse sortie, ce qui la rendrait moins rentable.

23  Baudeau signale que les arguments de Galiani « sont des objections usées, mais usées à tel point, qu’exceptés vos dissertateurs, il n’y a pas un écrivain qui osât les reproduire ». Il propose même à Galiani ses services pour lui « éviter le désagrément de redire avec emphase, comme des merveilles nouvellement découvertes, les propos de tout le monde ». Quant aux solutions proposées, elles lui paraissent franchement risibles. À la place de la doctrine des Économistes, « que vous [Galiani] croyez avoir réfuté sans en avoir dit un mot, vous proposez un système de votre façon ; et ce système est une belle, une nouvelle, une utile et agréable invention sans doute ? Oh ! oui. Ce sont deux petits impôts sur le blé. » Voir Baudeau, 1770, p. 122-125.

24  Qualificatif utilisé par Baudeau pour désigner Quesnay.

25  D’où l’effort pédagogique de Baudeau, 1767-1770.

26  Voir les lettres de Turgot à Dupont de Nemours datées du 30 janvier et du 2 février 1770 dans Turgot, 1972.

27  Voir Dupont de Nemours, 1770a, t. VI et 1770b, t. XII.

28  Voir Baudeau, 1770. Il annonce que cette première réponse sera suivie d’une ou deux lettres complémentaires, mais il ne les a pas écrites.

29  Voir infra.

30  Voir Morellet, 1770. La publication de cet ouvrage nous renseigne sur l’extrême tension qui existait entre les physiocrates et les delamaristes représentés ici par Galiani. Compte tenu du contexte historique et de l’arrivée aux affaires de l’abbé Terray, Galiani ne pouvait pas ne pas s’attendre à des critiques et, parmi ses contradicteurs potentiels, il craignait particulièrement son confrère et ami Morellet. Alors que Diderot, apologue de Galiani (voir Diderot, 1995), avait donné un avis favorable dans une lettre, datée du 10 mars 1770, (Diderot, 1997, p. 1005), à Sartine, alors chargé de la surveillance de la librairie, pour la publication du texte de Morellet, l’abbé napolitain s’employa à faire interdire par Terray cette dernière. La diffusion de l’ouvrage de Morellet, entreposé à la Bastille en juin 1770, ne sera autorisée qu’en novembre 1774 sous le ministère de Turgot.

31  Par exemple, l’Édit de 1763 prévoyait la libre circulation intérieure, mais dès l’année suivante, on a rétabli les droits de péages. De même, le maintien de droits d’entrée et de sortie a empêché que s’établisse un bon prix dans le commerce entre provinces. Quant à Paris, le « périmètre de sécurité », avec son diamètre de vingt lieues, reste un obstacle au commerce entre les provinces entourant la capitale. Pour l’Édit de 1764, la limitation du nombre de ports a pour effet que seules leurs voies d’accès seront entretenues, d’où l’isolement et des surcoûts pour les zones non desservies.

32  Morellet, 1770, p. 262 : parlant des causes du mouvement des marchandises, il écrit qu’« il y en a une qui l’emporte toujours sur toutes les autres, et c’est la circonstance du bon prix ».

33  Le gros problème des marchés agricoles de l’Ancien Régime, si l’on peut parler de marché, réside dans les très fortes différences de prix entre les provinces et les très fortes variations d’une période à l’autre.

34  Quesnay : « On entend par loi physique le cours réglé de tout événement physique de l’ordre naturel évidemment le plus avantageux au genre humain. On entend par loi morale la règle de toute action morale de l’ordre naturel évidemment le plus avantageux au genre humain. » Observations sur le droit naturel des hommes réunis en société, Journal de l’Agriculture, du commerce et des finances, septembre 1765, t. II, dans Quesnay, 2005, t. I, p. 108.

35  Voir Le Mercier de la Rivière, 1770, chap. 37 à 41 et l’« Addition » p. 410-418.

36  S’agissant nommément de Galiani, comme dans les autres critiques, il relève toutes ses contradictions mais, surtout, il reproche à l’auteur une faute théorique rédhibitoire. La structure des Dialogues, les exemples, comparaisons et métaphores, les effets comiques pour emporter l’adhésion, tout ceci repose sur une confusion : la grande erreur de Galiani est de ne pas avoir distingué la richesse d’un particulier et le revenu de la Nation. Ainsi, si un particulier a des encaisses oisives, c’est « une richesse dans la Nation, mais non pas une richesse de la Nation ou à la Nation » (ouvr. cité, p. 336). Ceci veut dire que Galiani confond stocks et flux, richesse et revenu. Une richesse particulière est un stock, un élément du patrimoine national et son possesseur est libre de le dépenser ou non. Il peut même, pour une raison ou une autre, se ruiner complètement. Par contre une Nation, comme entité collective organisée, a vocation à durer dans le temps et « elle n’est donc riche qu’en raison des moyens qu’elle a pour toujours dépenser sans s’appauvrir » (ouvr. cité, p. 338). Le Mercier nous donne donc une définition quasi hicksienne du revenu (voir Hicks, 1968, p. 161-162) pour la Nation tout entière et il est clair que, dans la perspective physiocratique qui est la sienne, ce revenu renaissant continuellement est évidemment le revenu territorial tel que, par exemple, Lavoisier (1988) essaiera de le mesurer.

37  Souligné par Le Mercier, 1770, p. 38-39.

38  Galiani lui-même avait rédigé un texte humoristique intitulé La bagarre, pastichant celui de Le Mercier de la Rivière. Daire signalait en 1846 que ce texte était resté inédit (voir Daire, 1966, p. 433-434). Il faudra attendre Kaplan, 1979, pour disposer de ce texte.

39  Que l’on qualifie souvent de « père de l’économie politique ».

Auteur

Professeur à l’université Lumière Lyon 2. Il effectue ses recherches dans le cadre du laboratoire Triangle. Spécialisé en histoire de l’analyse économique, il s’intéresse particulièrement au développement de la pensée libérale et à l’émergence des modèles, formalisés ou non, ayant pour objet de fournir un guide pour l’action des décideurs publics. Son programme actuel de recherche est focalisé sur l’école des ingénieurs économistes français. Il est coéditeur des Œuvres économiques complètes de Jules Dupuit (2009), ouvrage récompensé par un prix européen. Ses dernières publications dans ce champ concernent Jean Baptiste Say (Paris, Classiques Garnier, 2010) et Maurice Allais, prix Nobel d’économie (Paris, Clément Juglar, 2010).

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540