Version classiqueVersion mobile

Géométrie, atomisme et vide dans l’école de Galilée

Les papiers d’Orazio Ricasoli Rucellai acquis par la Bibliothèque Nationale de Florence

Giovanna Lazzi et Isabella Truci

Texte intégral

  • 1 Orazio Ricasoli Rucellai, né le 23 avril 1604 à Florence, épousa en 1632 la noble Dame Maria Felice (...)
  • 2 Dans le manuscrit Palatino 1085, dont Francesco Palermo avait demandé l’acquisition, se trouve la c (...)
  • 3 Cf. P. Galluzzi, « L’Accademia del Cimento : “gusti” del principe, filosofia e ideologia dell’esper (...)

1Par ses multiples intérêts aussi bien politiques que littéraires, Orazio Ricasoli Rucellai est l’une des figures représentatives de la vie culturelle italienne au XVIIe siècle. Il occupa des postes très importants à la cour de Toscane, notamment comme gentilhomme de la chambre de Ferdinand II de Médicis, puis de son fils Côme II, et, en 1635, comme ambassadeur auprès du roi de Pologne. Personnalité brillante de l’Accademia della Crusca – où il prit le nom d’Imperfetto – Rucellai fut nommé en 1650 archiconsul de cette importante institution. À partir de 1657, il assura la charge de surintendant à la Biblioteca Laurenziana. Sa production littéraire est considérable et variée. Comme poète, Rucellai est connu surtout pour ses sonnets, les cicalate1, et pour ses railleries poétiques. Son activité d’homme de lettres l’amena à s’intéresser aux auteurs classiques (il écrivit une vulgarisation des Epistolae de Cicéron à Quintus), mais c’est surtout par son activité à l’Accademia del Cimento, comme homme de lettres et scientifique à la fois, qu’il joua un rôle particulièrement important. Les Dialogues2, son œuvre la plus importante, naissent de son aspiration morale à guider ses enfants vers le chemin de la vertu et de l’expérience théorétique liée à ses propres études. Ils furent accueillis avec enthousiasme par des érudits tels que Carlo Dati, Francesco Redi, le cardinal Pietro Sforza Pallavicino, leurs appréciations étant des plus flatteuses. Les Dialogues reflètent les arguments et le climat dialectique des veglie, c’est-à-dire des soirées au cours desquelles Rucellai ouvrait aux académiciens les portes de son palais, devenu, pour l’occasion, le lieu de réunion d’une Académie restreinte3. Les thèmes autour desquels s’articule sa pensée et son activité sont ceux qui, indépendamment des différentes solutions possibles, étaient au centre des discussions et des expériences physiques à l’Accademia del Cimento, c’est-à-dire les atomes, le mouvement, le vide, les phénomènes liés à la congélation. Dans les dialogues, les investigations portent sur les principes naturels de l’Univers à partir des fondements philosophiques solides de la pensée grecque. Les interprétations que l’on privilégie sont développées suivant une ligne qui va de Platon, de Démocrite et d’Épicure jusqu’à Gassendi et Galilée, considérés, ces derniers, comme les philosophes de référence par opposition à Descartes. En effet, le philosophe français est souvent présenté à l’Académie comme le prototype même de l’adversaire de la méthode expérimentale.

  • 4 Cette lettre est citée par F. Palermo, in I manoscritti Palatini di Firenze, Firenze, M. Cellini e (...)
  • 5 En 1992, la Bibliotèque nationale centrale de Florence a fait l’acquisition, chez le libraire Fortu (...)

2La rédaction de cet ouvrage particulièrement volumineux occupa une grande partie de l’énergie et de l’existence de Rucellai. Dans une lettre de mai 1665, il informe le grand-duc Ferdinand II de l’état d’avancement de ses travaux4 : sont désormais complets le Préambule, qui contient le plan complet de l’ouvrage, les dialogues sur Thales, et les trois premiers du Timée sur les quatorze prévus. En revanche, le dialogue contre les Sophistes et les dix-huit dialogues sur la Providence dirigés contre Épicure, n’ont pas encore été « polis », et vingt-cinq autres sont déjà rédigés mais pas encore corrigés ; enfin, deux ou trois dialogues sur Aristarque sont seulement à l’état de projet. « Dans la première Villégiature, la Tusculana – écrit-il –, je dois rédiger deux ou trois dialogues à mettre avant le Timée ; ensuite, un sur la philosophie d’Aristote, que je n’ai pas encore commencé. » Peut-être – ce n’est qu’une hypothèse – les notes fragmentaires que l’on trouve dans les papiers acquis récemment par la Bibliothèque se rapportent, justement, à ce projet. Dans la Villégiature Tusculana se trouvent également seize dialogues sur Épicure assemblés, mais pas encore achevés. La Villégiature Albana, centrée sur le thème de l’âme végétative et sensitive, avec de nombreux dialogues sur la « Notomie » (anatomie) était désormais prête : il ne restait qu’à la relire et à commencer la rédaction de deux dialogues sur l’âme raisonnable. En revanche, la dernière, la Tiburtina, qui contient des matières morales, était à l’état de brouillon. La Bibliothèque nationale possède une assez bonne copie du XVIIIe siècle des Dialoghi, dont Palermo se servit pour son édition. Elle possède en outre d’autres manuscrits – parfois des copies – des œuvres littéraires et scientifiques de Rucellai. Aussi, la figure de cet auteur occupe une place significative dans le patrimoine de la Bibliothèque, justifiant ainsi l’acquisition d’un noyau assez consistant de papiers, autographes pour la plupart, qui lui ont appartenu5.

  • 6 Des traces de ce classement sont visibles dans les inscriptions au crayon que l’on trouve sur certa (...)
  • 7 Dans les Archives de la famille Ricasoli Firidolfi sont conservés douze volumes manuscrits comprena (...)

3L’assemblage du matériel avait été fait au hasard, et c’est dans cet état que nous avons trouvé les écrits, en dépit d’une tentative de classement par sujets dû à Palermo6, à travers la collation avec les ouvrages déjà publiés et les manuscrits conservés aux archives Ricasoli7. Nous avons pu reconstituer, sans parvenir toutefois à quelque chose d’organique, la physionomie de l’ensemble des écrits, dont le caractère fragmentaire présente un intérêt considérable. En effet, plusieurs parties contiennent de très nombreuses notes, des apostilles, des intégrations au texte, qui sont caractéristiques de la préparation d’un manuscrit pour l’impression. Parfois on trouve le mot « copié » écrit de la main de Rucellai, ou alors des traits de plume transversaux indiquant que des citations, des légendes, des phrases latines ont été utilisées, qui, selon le style de l’époque, avaient été préparées pour être interposées dans le texte. Or, ces notes sont précieuses pour reconstituer la genèse des dialogues et la pensée de l’auteur dans la phase active de son développement, notamment pour la codification de l’édition imprimée. En effet, de nombreux passages n’ont pas trouvé leur place dans la rédaction définitive, tandis que d’autres y apparaissent sous une forme différente.

  • 8 Dans le ms. Gal. 263 de la Bibliothèque nationale centrale de Florence, on trouve des comptes rendu (...)

4L’ensemble de ces écrits témoigne largement de l’intérêt scientifique que présente l’évolution de la pensée de Rucellai, aussi bien à travers la rédaction assez tourmentée des Dialogues philosophiques, qu’à travers des ouvrages moins connus, comme le Dialogue sur le froid positif8. D’autre part, la présence du manuscrit incomplet sur la « Notomie », en grande partie encore inédit, montre l’intérêt de l’auteur pour l’approfondissement des connaissances physiologiques du corps humain. Mais un intérêt majeur est représenté, nous semble-t-il, par le Dialogue sur l’opinion de Democrite, inédit jusqu’à ce jour. Il s’agit d’un fascicule de 117 folios, se présentant comme une copie prête pour être imprimée. Il comporte de nombreuses apostilles, des corrections de la main de Rucellai, et des dessins illustrant les expériences physiques. Les dessins ne sont pas tous de la main de l’auteur, comme le montre l’excellente qualité de l’un d’eux. Le sujet traité dans ce dialogue est celui de l’existence du vide. S’opposant à l’opinion de Descartes, et se fondant d’un point de vue historique sur la philosophie grecque de Démocrite et d’Épicure, l’auteur y démontre la nécessité d’admettre le vide pour permettre aux atomes de s’agréger. La démonstration n’est pas purement spéculative, comme celle des Anciens, mais s’appuie sur des preuves sûres fournies par la physique expérimentale.

Manuscrits d’Orazio Ricasoli Rucellai actuellement à la Biblioteca Nazionale Centrale de Florence

5Pal. 1085, Dialoghi filosofici (publiés in F. Palermo, 1869).

6II. III.261-269, Dialoghi dell’lll.mo Signor Priore Orazio Ricasoli Rucellai all’Ill.mo signor Marchese Cosimo da Castiglioni.

7II. II.50, cc. 277r -279r, Il filosofo Rucellai al filosofo Magalotti, tercets autographes, cf. A. Alfani, 1872 p. XXXIII, où l’on dit que l’autographe est introuvable, cf. une copie in II. IV.253 ; cc. 280-305r, quarante-neuf sonnets (copie) ; cc. 310-311, Sopra l’estasi di S. Maria Maddalena de’ Pazzi : trois sonnets (copie).

8II. IV.253, cc. 198r-254r, Compositions poétiques (copie).

9CL. VII.557, cc. 45r-v, Alla Serenissima Margherita d’Orleans, Principessa di Toscana. Per un mazzolino di fiori... (copie).

10Pal. 263, p. 241-245, seize sonnets, (copie).

11Pal. 264, c. 65r, 2 sonetti dell’estasi di S. Maria Maddalena de’ Pazzi, (copie).

12Pal. 1107, v. XI, p. 157-207, quarante-neuf sonnets (copie).

13Conv. Soppr. C. 4. 1422, Relazioni dell’Accademia della Crusca, cc. 8r-12r, L’Imperfetto, In rendimento dell’Arciconsolato in mano del Timido. 1651, autographe.

14Pal. 614, cc. 1r-11r, Cicalata sulla lingua ionodattica allo Stravizzo del 1662 (copie).

15Pal. 1097, cc. 28r-45v, Cicalata sulla lingua ionodattica (copie).

16II. III.176, cc. 146r-162v, Cicalata sulla lingua ionodattica. Stravizzo del 1662 (copie).

17II. V. 163, cc. 18r-39v, Cicalata sulla lingua ionodattica (copie).

18Gal. 211, cc. 34r-38v, Disteso fatto per il sig. Priore Rucellai, copie de la main de Vincenzio Viviani.

19Gal. 156, cc. 17r-24v, Stravizzo del cacio lodigiano, copie de la main de Vincenzio Viviani. Gal. 161, c. 49r, une lettre à Vincenzio Viviani, 10. X.1654.

20Gal.163, c. 290, une lettre à Vincenzio Viviani, 13. IV.1669.

21Gal. 257, cc. 251r-252r, une lettre à Vincenzio Viviani, s.l., s.d., qui accompagne un texte du dialogue sur la chute des graves à l’intérieur du problème de l’infini, avec un dessin géométrique.

22Pal. 1040, cc. 33v-34r, une lettre à Ottavio Falconieri 25. I.1660 cc. 34r- 37r, quatre lettres à Dionigi Delfino de 1666 (copie), recueillies par Bernardino Tomitano, publ. in D. Moreni, 1826.

23II. IX.168, cc. 28r-31v, une lettre à Ottavio Falconieri, quatre à Dionigi Delfino (copies), recueillies par Bernardino Tomitano.

Œuvres imprimées

24Orazio Ricasoli Rucellai, Descrizione della presa d’Argo e degli amori di Linceo con Hipermestra. Festa teatrale rappresentata dal signor Principe Cardinal Gio. Carlo di Toscana... Firenze, nella stamperia di S.S., 1658.

25Luigi Fiacchi, Sul proemio alla villeggiatura Tiburtina. In « Collezione di opuscoli scientifici e letterari », vol. XIX, Firenze, 1818.

26Orazio Ricasoli Rucellai, Della lingua ionodattica del Prior Orazio Ricasoli Rucellai. Nell’Accademia della Crusca l’Imperfetto. Cicalata Settima in Raccolte di prose fiorentine. Parte prima volume sesto contenente cicalate, A Firenze, nella stamperia di S.A.R. Tartini e Franchi, MDCCXXIII.

27Orazio Ricasoli Rucellai, Risposta dell’Imperfetto all’accusa dell’Ornato detta ai 26 giugno 1652 in Prose e Rime inedite d’Orazio Rucellai, di Tommaso Buonaventuri e d’altri, a cura di Domenico Moreni, Firenze, Magheri, 1822.

28Orazio Ricasoli Rucellai, Discorso dell’imperfetto contro il freddo positivo in Prose e Rime..., 1822.

29Orazio Ricasoli Rucellai, Traduzione della lettera I del libro I di Cicerone ad Quintum fratrem in Prose e Rime..., 1822.

30Orazio Ricasoli Rucellai, Poesie dell’imperfetto in Prose e Rime..., 1822.

31Domenico Moreni, Saggio dei Dialoghi filosofici d’Orazio Rucellai, Firenze, Magheri, 1823.

32Saggio di lettere d’Orazio Rucellai e di testimonianze autorevoli in lode e difesa dell’Accademia della Crusca, a cura di Domenico Moreni, Firenze, Magheri, 1826.

33Orazio Ricasoli Rucellai, Degli Officii per la società umana. Dialogo filosofico inedito pubblicato per le fauste nozze del nobil giovine Signore Enea Arrighi colla nobil donzella Signora Caterina Medwin, a cura di Luigi Razzolini, Firenze, tip. Galileiana, 1848.

34Orazio Ricasoli Rucellai, Della morale. Dialogo filosofico inedito pubblicato per le faustissime nozze della nobile donzella Signora Livia Ricasoli col nobil giovine Signore Pietro Leopoldo Buoninsegni, a cura di Luigi Razzolini, Firenze, G. B. Campolmi, 1849.

35Orazio Ricasoli Rucellai, Della Providenza. Dialoghi filosofici, con aggiunta di una lettera sulla Polonia, a cura di Giuseppe Turrini, Firenze, Le Monnier, 1868.

36Francesco Palermo, I manoscritti Palatini di Firenze ordinati ed esposti da F. Palermo, Firenze, M. Cellini, 1868.

37Augusto Alfani, Della vita e degli scritti di Orazio Ricasoli Rucellai, Firenze, Tipografia Barbèra, 1872.

Notes

1 Orazio Ricasoli Rucellai, né le 23 avril 1604 à Florence, épousa en 1632 la noble Dame Maria Felice Altoviti, qui lui donna de nombreux enfants. Il mourut le 6 février 1673 et fut inhumé à Santa Maria Novella.
Rucellai composa, par exemple, les Quartine à la louange du fromage de Lodi, les Cicalate sur la langue Ionadattica, un jargon enjoué, fondé sur l’altération des mots (cf. O. Rucellai, Della lingua Ionadattica, in Buonarroti Michelangelo et alii, Raccolta di prose fiorentine, vol. VI, Firenze, Stamperia di S.A.R. Per gli Tartini e Franchi, 1713, p. 132-161), et les Cicalate à la louange de l’oiseau. Pour son activité de membre de l’ Accademia della Crusca, cf. Salvini S., Fasti consolari dell’Accademia fiorentina, Firenze, 1717, ainsi que le Catalogo degli Accademici dalla fondazione, par Parodi S., Firenze, 1983, p. 62, n. 179.

2 Dans le manuscrit Palatino 1085, dont Francesco Palermo avait demandé l’acquisition, se trouve la copie des Dialoghi filosofici, réalisée au XVIIIe siècle. Le dernier dialogue est incomplet et s’arrête au vol. X, ligne 16 de la copie conservée dans les Archives Ricasoli Firidolfi. Dans le manuscrit Palatino, les indications des Gite (Excursions), tout au long desquelles sont distribués les Dialoghi, s’arrêtent à la Gita VIII et il n’y a pas de distribution en Villeggiature. Le dialogue correspondant aux nn. XLI-XLIV furent publiés pour la première fois par Domenico Moreni (Firenze, 1823), et ensuite par Giuseppe Turrini, qui ajouta les dialogues XXXII à XL et XLV à XLVII (Firenze, 1868). Au cours de la même année 1868, Francesco Palermo publia 25 des 49 Dialoghi, ainsi que des remarques préliminaires. Des Dialoghi Della Providenza (XXXII à XLVII du ms.), seulement les neuf premiers (sous les nn. XVII-XXV) figurent dans l’édition de Palermo. Cette édition, dans laquelle on trouve vingt-cinq dialogues qui s’ajoutent aux quatre déjà imprimés par Moreni, met à profit également la comparaison avec les douze volumes conservés chez les Ricasoli Firidolfi, et avec les quatorze qui avaient appartenu à Lorenzo Pucci, corrigés et annotés par Salvini.

3 Cf. P. Galluzzi, « L’Accademia del Cimento : “gusti” del principe, filosofia e ideologia dell’esperimento », in Accademie scientifiche del ’600, Bologna, 1981, p. 788-844.

4 Cette lettre est citée par F. Palermo, in I manoscritti Palatini di Firenze, Firenze, M. Cellini e C., 1868, vol. III (1869), p. VI.

5 En 1992, la Bibliotèque nationale centrale de Florence a fait l’acquisition, chez le libraire Fortuna, d’un groupe de 1450 folios environ. Il s’agit de papiers manuscrits, en partie autographes et en bon état de conservation.

6 Des traces de ce classement sont visibles dans les inscriptions au crayon que l’on trouve sur certaines chemises.

7 Dans les Archives de la famille Ricasoli Firidolfi sont conservés douze volumes manuscrits comprenant les Dialoghi filosofici e della Providenza, la Villeggiatura Tiburtina e Albana, la Notomia, la Matematica et les Uffici della Società umana. Nous remercions la baronne Ricasoli qui a bien voulu nous permettre d’accéder aux archives pour d’assez longues consultations.

8 Dans le ms. Gal. 263 de la Bibliothèque nationale centrale de Florence, on trouve des comptes rendus sur des expériences de différents Académiciens concernant le froid positif, comptes rendus que l’on peut rattacher à celui de Rucellai.

Auteurs

Bibliothèque nationale centrale de Florence, conservatrice.

Bibliothèque Riccardiana, Florence, conservatrice.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search