Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Libertés et libéralismes

 | 
Jean-Pierre Potier
, 
Jean-Louis Fournel
, 
Jacques Guilhaumou

Libertés

Le discours économique libéral à l’encontre des pratiques coloniales ou le rejet de l’Empire britannique (1750-1815)

Alain Clément

Texte intégral

1La Grande-Bretagne dispose, au milieu du xviiie siècle, d’un imposant empire colonial, surtout depuis le traité de 1763, mais l’indépendance des treize colonies reconnue par l’Angleterre au Traité de Versailles en 1783 interrompra définitivement la présence coloniale britannique sur ce vaste continent peuplé d’environ 4 millions d’habitants à cette date-là. Il ne reste plus de cet empire que la Nouvelle-Écosse et le Québec. Au début du siècle, l’économie coloniale produit l’équivalent de 4 % de l’économie britannique, elle en produit le tiers dans les dernières décennies. Malgré ces résultats, qui sont en apparence satisfaisants pour un temps tout du moins, avant que la colonisation ne devienne un véritable frein au développement de la métropole (Etemad, 2005), les économistes, au cours de la seconde moitié du xviiie siècle, vont adopter non seulement un ton critique à l’égard des pratiques coloniales, mais vont également demander l’abandon des colonies ou en tout cas le suggérer. Pour les auteurs des premières décennies du xviiie siècle (Gee, 1729 ; Defoe, 1728 ; Decker, 1744 ; Gervaise, 1720), les colonies représentaient encore un eldorado et un grand marché, même si l’on commença à contester l’efficacité du régime de l’exclusif. Avec l’apport critique d’une majorité d’économistes, à l’instar de Smith (1776), de Bentham (1793, 1801-1804), de James Anderson (1782), de Josiah Tucker (1752, 1775, 1776, 1781), de Edmund Burke (1777, 1783a et 1783b) et de Patrick Colquhoun (1814), la remise en cause de l’empire colonial se fait récurrente et insistante.

2Les gains économiques de la colonisation qui retinrent l’attention des analystes de la première moitié du xviiie siècle sont remis en cause au titre d’une triple illusion : il s’agit d’un gain particulier et réservé aux seuls commerçants (critique du mercantilisme), d’un gain par défaut (c’est en n’appliquant pas totalement la politique coloniale que l’on a de bons résultats), et d’un gain profitant plus souvent aux colonies et aux pays non colonisateurs qu’aux pays colonisateurs, contrairement à l’objectif recherché. Aussi, la question sous son angle purement économique est-elle posée en ces termes : y a-t-il un avantage économique à posséder encore des colonies du point de vue de la mère patrie ?

  • 1  À l’exception de Colquhoun (1814), plus favorablement acquis à la cause coloniale comme entreprise (...)
  • 2  Sur ce point, voir notamment Biziou, 2003 ; Aspromourgos, 2008.

3La raison majeure de cet anticolonialisme est à la fois théorique et empirique ; théorique d’abord, car la critique s’applique à la politique coloniale mais pas seulement à la colonisation. Les économistes libéraux1 avec Smith (1776), Bentham (1793, 1801-1804), Burke (1777, 1783a et 1783b), Tucker dans une moindre mesure (1752, 1775, 1776, 1781), Anderson (1782), s’opposent à la politique mercantiliste en général et à son application aux colonies en particulier, au nom du principe de liberté des échanges commerciaux entre nations et au nom de la meilleure efficacité économique qui pourrait en découler2. La seconde raison est plus empirique dans la mesure où les économistes n’observent aucune évolution économique réellement positive en Inde et en Amérique, car l’échec économique est engendré, selon eux, par la manière dont s’exercent le pouvoir et l’action des compagnies charter, des marchands et des États. Si le débat ne peut être circonscrit aux seuls économistes, il n’en reste pas moins que ces derniers, à divers titres, ont écrit chapitres d’ouvrage, ouvrages, pamphlets sur cette question. Ces matériaux vont nous servir de base pour présenter l’analyse critique de l’aventure coloniale et pour montrer dans quelle mesure la théorie économique libérale justifie le combat anticolonial et le rejet des empires coloniaux.

4Après avoir retracé très brièvement les principales étapes et les grandes caractéristiques économiques et géographiques de cet empire colonial (Ire partie), nous aborderons l’analyse critique qui s’est progressivement imposée à propos du régime de l’exclusif dans les Indes orientales. La position centrale, et très nettement hostile de Smith, est étoffée par celles tout aussi négatives de Tucker et de Burke (IIe partie). Ces positions reflètent largement l’esprit de l’époque, car il n’y a pas, à l’exception des marchands et directeurs de compagnie, de défenseurs d’un tel régime. La seconde critique porte sur le pacte colonial avec les Amériques et les îles caribéennes, régime quelque peu différent, puisque le commerce est aux mains d’un plus grand nombre de compagnies et de marchands privés. Présente-t-il pour autant un avantage économique réel pour la mère patrie ? Rien n’est moins sûr. La critique va se décomposer en deux temps : il y a tout d’abord un coût interne à la puissance coloniale sous la forme de détournement de trafic commercial, d’une distorsion de l’investissement et d’une hémorragie de main-d’œuvre avec chaque fois des coûts économiques importants. Il y a ensuite des coûts d’administration liés à la possession coloniale et à l’occupation territoriale elle-même, dont certains pèsent directement sur la métropole ; il y a enfin des coûts directement supportés par les colonies elles-mêmes, bien que difficilement quantifiables, comme le non-développement de leur économie (IIIe partie). L’ensemble de ces coûts, qu’ils soient supportés par la puissance coloniale ou par la colonie, n’impliquent pas pour autant un bilan globalement négatif du processus colonial, car un certain nombre d’avantages en découlent : les colonies représentent un marché pour la mère patrie ; l’argument n’est certes pas nouveau, mais il est mis en perspective avec les coûts que représente la colonisation. L’avantage économique, certes très relatif, est réparti entre la colonie et la mère patrie (IVe partie). Dans le bilan que les économistes tentent d’établir à travers ce calcul économique, se profilent des recommandations en matière de politique coloniale : la question à laquelle tous les économistes vont répondre est la suivante : faut-il abandonner les colonies ? Sous quelles formes peut-on poursuivre l’aventure coloniale ? (Ve partie).

Une évolution de l’Empire britannique contrastée

Un Empire américain qui se réduit

  • 3  Rappelons que la France perdit le Canada au profit de l’Angleterre. Notons par ailleurs que la dom (...)

5Cette longue période de l’histoire coloniale britannique voit l’Angleterre, avec le Traité de Paris de 1763, confortée à la tête d’un vaste empire colonial. Tout le continent américain, à l’est du Mississipi, du golfe du Mexique à la baie d’Hudson, est sous domination britannique3. L’indépendance des treize colonies met fin à la présence coloniale britannique sur ce continent, à l’exception de la Nouvelle Écosse et du Québec. L’opinion publique demeure toutefois, au tout début du xixe siècle, assez hostile à l’empire, le considérant plus souvent comme un poids que comme un avantage, en dépit du fait que dans les dernières décennies, l’économie coloniale produit le tiers de l’économie britannique.

  • 4  Dans la décennie 1790-1800, 50 000 Européens émigrent vers les États-Unis, environ 70 000 de 1800 (...)

6Le peuplement de cette région s’accélère ; ce continent compte 3 930 000 habitants, dont 750 000 Noirs, au moment de la perte d’indépendance des treize colonies (Poussou éd. et al., 1998, p. 95), 5 308 483 en 1800 et 12 866 020 en 1830 (Kaspi, 1986, p. 130). Le peuplement n’est plus le fait de la seule migration même si ce mouvement s’accélère4, car il y a un essor démographique naturel important. De plus, le phénomène migratoire concerne de plus en plus de personnes qualifiées (Horn, dans Marshall éd., 2001, p. 35), en provenance essentiellement d’Écosse et d’Irlande. Il ne s’agit plus également de pauvres qui émigrent par nécessité mais d’une population animée par l’ambition de réussir, comme le fait remarquer Tucker en 1773.

7Cette période fut aussi marquée par une importante croissance économique facilitée par l’existence d’atouts importants, comme les terres agricoles et un sous-sol d’une extrême richesse. Du côté de la « mère patrie », le continent américain devint un marché de plus en plus intéressant, au fur et à mesure que la population augmenta. L’Angleterre vendait deux fois plus qu’elle n’achetait. Dans les années 1750-1776, les achats de draps triplèrent, et ceux des produits manufacturés doublèrent (Léon, 1978, III, p. 88). Du côté des importations, la demande britannique resta très élevée pour les produits de base – peaux et fourrures pour les feutres, matières premières pour la construction de bateaux : en 1730, un navire sur six était de construction américaine, en 1760 un sur quatre, et en 1774, un sur trois (Price dans Marshall éd., 2001, p. 83). En 1804-1806, les États-Unis devinrent le premier fournisseur de coton pour le marché britannique. L’industrie textile est en effet un exemple caractéristique de cette expansion économique avec un taux de croissance annuel de 29 % par an entre 1815 et 1833. Plus globalement, en 1771-1775, les importations britanniques étaient trois fois celles de 1721-1725 (ibid., p. 84). Concernant le riz, dont la production a été multipliée par 12 entre le début du xviiie siècle et les années 1770, 65 % partirent directement sur les îles Britanniques mais une large part était ensuite réexportée sur le marché européen. Il est à noter que si, pendant la guerre d’indépendance, les relations commerciales avec l’Angleterre cessèrent peu à peu, elles reprirent leur niveau d’avant la guerre dès 1790. Globalement, le montant des exportations des États-Unis avec l’Angleterre s’élève à 1 043 389 £ et les importations à 3 258 238 £ (Paillard, 1999, p. 51). Les guerres européennes napoléoniennes rapprochèrent de plus en plus ces deux nations, mais les États-Unis se dégagèrent progressivement de cette relation « naturelle » et devinrent une des principales puissances maritimes mondiales dont les comportements expansionnistes ne cessèrent de se confirmer dans les premières décennies du xixe siècle.

Les Caraïbes et la poursuite d’une production sucrière florissante

  • 5  Cette partie de l’empire colonial absorbait 17 % des exportations britanniques en valeurs déclarée (...)

8Depuis le xviie siècle, les principales possessions coloniales britanniques comprenaient la Barbade, les îles Sous-le-Vent, la Jamaïque, auxquelles s’ajoutèrent entre 1756 et 1763 Saint-Dominique, Saint-Vincent, Grenade et Tobago, et enfin Trinidad, Sainte-Lucie et Demerara sous la période 1793-1815. Au cours de cette période, cette partie de l’Empire colonial britannique ne cessa d’augmenter son poids dans les relations commerciales avec la métropole puisque la part des exportations et des importations passa de 10 % du commerce extérieur britannique à 25 % en 1815 (Ward, dans Marshall éd., vol. II, 2001, p. 415). La production sucrière dominait bien plus largement l’économie de ces îles que celle des îles françaises. Dans les relations économiques avec la métropole, c’est bien, en effet, la production de sucre qui est essentielle. Le sucre représentait 81 % des exportations insulaires alors que le café ne représentait que 11 % du total, essentiellement produit par Saint-Dominique et Grenade (cédées par la France en 1763). Les importations de sucre en direction des îles Britanniques furent multipliées par 4 entre 1748 et 1815, résultat à la fois de la croissance démographique britannique et du doublement de la consommation de sucre par tête au cours de cette période. Au final, le commerce avec ces colonies insulaires était relativement déséquilibré au détriment de la métropole5 (entre 1748 et 1815, selon Ward (2001, p. 423), les importations britanniques avaient quintuplé, passant de 21 à 28 % du total des importations britanniques), partiellement comblé par les services maritimes et les trafics d’esclaves (dont l’abolition fut effective en 1807). Soulignons enfin que le commerce d’esclaves, dont l’essor le plus important se produisit durant cette deuxième moitié du xviiie siècle, n’affecta pas sensiblement le développement économique de l’économie britannique elle-même mais, à l’inverse, ces colonies n’auraient pu se développer sans une aide importante de la métropole (Pétré-Grenouilleau, 2004, p. 348 et suiv. ; Richardson, dans Marshall éd., 2001, p. 460-461).

L’Inde : d’un régime à l’autre

9Au cours de cette période, l’empire colonial britannique évolua prodigieusement puisqu’il perdit, en 1787, les treize colonies américaines mais s’enrichit d’un sous-continent, l’Inde, dont la gestion incomba à l’EIC (East Indian Company), puis directement à la Couronne en 1858.

10Au milieu du xviiie siècle, l’Angleterre, par le biais de l’East Indian Company, ne possédait que quelques enclaves ; le monopole dont disposait cette compagnie fut progressivement entamé par les Européens eux-mêmes qui conduisaient des entreprises tolérées par cette même compagnie, même si cette dernière acquit une suprématie sur les autres compagnies. C’est cette nouvelle logique qui constitua le moteur véritable de l’expansion coloniale (Pouchepadass, dans Ferro éd., 2003, p. 272). Son monopole fut finalement aboli en 1813 et la compagnie dissoute en 1858. Il faut noter toutefois que, dans les faits, le monopole du commerce connaissait des limites car l’EIC importait en Inde, en 1780-1790, 14,4 % des produits européens sur le territoire indien et exportait 26,8 % du total des exportations indiennes à destination de l’Europe (Kumar et Desai éd. 1983, vol. II, p. 817). Après 1813, l’Inde passa alors directement sous la coupe de la Couronne britannique. Mais cet empire fonctionnait avec relativement peu d’agents : en 1805, il y avait 31 000 Anglais en Inde dont 2 000 dans l’administration civile et leur effectif ne dépassa jamais 0,05 % de la population (Maddison, 2001, p. 117). N’étant pas une colonie de peuplement, l’Inde devint victime d’un substantiel drainage de richesses exportées sous forme de bénéfices commerciaux. C’est à partir de 1818 que, la conquête de l’Inde étant pratiquement achevée, ce continent se transforma en une véritable économie coloniale. L’Inde devint alors une manne financière via le prélèvement fiscal (foncier notamment), car au milieu du xixe siècle, la moitié des recettes du gouvernement provenait de cette source (Pouchepadass, dans Ferro éd., 2003, p. 279) ; le produit de l’impôt devint le fondement financier de la domination coloniale. L’Inde se transforma ainsi en une véritable colonie d’exploitation et non en une colonie de peuplement, mais cette exploitation changea au fur et à mesure que le capitalisme industriel se développa. Les échanges extérieurs quadruplèrent en valeur entre 1815 et 1857. Le principal objet de commerce qu’étaient les cotonnades se fit de plus en plus au service du pays colonisateur et au détriment du négoce indigène. La compagnie ayant le monopole d’achat des produits fixait elle-même ses prix et les tisserands et autres producteurs locaux étaient obligés de vendre au prix décidé par elle (Kumar et Desai éd., 1983, vol. II, p. 815). Cependant, dès la fin du xviiie siècle, les cotonnades anglaises s’introduisaient de plus en plus, si bien que la révolution industrielle favorisa la concurrence avec les cotonnades du Bengale et l’artisanat traditionnel en général et le ruina progressivement, à l’exception du fil de soie qui était devenu un des articles majeurs du négoce de l’EIC.

11Il faut noter que bien avant l’arrivée des Anglais, l’agriculture indienne s’était spécialisée, outre dans le riz et la soie, dans l’indigo, qui connut une forte impulsion avec le commerce de l’EIC dès 1777, dans le sucre plus marginalement, dans le safran et l’opium, lesquels fournissaient à l’agriculture d’importants surplus. Dans les années 1740, la valeur moyenne de la soie grège importée en Angleterre était d’environ 400 000 roupies contre 1,8 millions en 1766 et 2,5 millions en 1793 (Prakash, 1998, p. 280). Ces résultats s’expliquent en grande partie par l’obligation faite aux producteurs de fournir exclusivement la compagnie anglaise. Au début du xixe siècle, les pratiques économiques restaient très largement de type mercantilisme, sous la houlette de cette compagnie dont l’assise plus territoriale lui avait permis de transformer son activité en mercantilisme d’État (Pouchepadass, dans Ferro éd., 2003, p. 286), bien que le commerce ne s’organisât pas seulement via les compagnies des Indes ; une partie du commerce était aux mains de commerçants asiatiques, indiens également et commerçants européens privés (Kumar et Desai éd., 1983, vol. II, p. 813). Ce commerce était très déséquilibré puisque les exportations couvraient largement les importations ; ainsi, entre 1795 et 1812, les importations de biens du Bengale représentaient 33 % de ses exportations (ibid., p. 825). Certes, les coûts de productions étaient moins élevés mais surtout, le pouvoir d’achat des autochtones était relativement faible.

12À partir de 1815, les choses changèrent progressivement mais profondément dans le sens où l’Inde devint une économie dépendante de la métropole : source de matières premières pour l’industrie britannique et source de débouchés pour les produits manufacturés britanniques. Ainsi se développent des plantations pour fournir l’indigo, le coton selon le système des factories en usage dans les Antilles ; toutefois, avant 1830, l’objectif d’instaurer une véritable économie de plantation peine à se réaliser (Bayly, 1988, p. 119). Très peu d’argent par ailleurs fut investi en Inde avant les années 1820. Dans cette nouvelle configuration des échanges, l’Angleterre exporte en Inde ses cotonnades, qui vont petit à petit détruire l’équilibre agro-artisanal antérieur. Dès le second quart du xixe siècle, l’Inde perd progressivement pied sur les marchés européens, concernant ses textiles : en 1814, on exporte de l’Inde vers l’Angleterre 1 266 608 pièces de cotonnades et en 1835, plus que 306 086 alors que l’Angleterre exporte aux mêmes dates, respectivement, 818 208 yards et 51 777 277 yards de tissu de coton (Garden, dans Léon, 1978, t. III, p. 239).

13Face aux nouveaux contours de l’empire colonial qui se dessinent – la perte probable dans un premier temps puis effective de l’Amérique, la conquête progressive puis achevée de l’Inde –, les économistes ont souhaité peser dans le débat, notamment en suggérant l’abandon de la principale colonie d’occupation, l’Amérique, et en critiquant vivement le régime des colonies comptoirs et des agents et institutions coloniaux en mobilisant arguments économiques d’abord, mais moraux et politiques ensuite.

La critique libérale du régime de l’exclusif aux Indes orientales : intérêt individuel contre intérêt collectif

14La réponse à la question coloniale porte d’abord sur l’examen du régime de l’exclusif des Indes orientales. Ce régime est jugé anti-économique et peu bénéfique pour la Grande-Bretagne, même s’il est profitable pour une catégorie sociale en particulier. La critique porte naturellement sur le rôle des compagnies charter, notamment l’East Indian Company. Cette question a déjà fait l’objet d’analyses en ce qui concerne Smith (Winch, 1965, 1996 ; Platteau, 1978), mais peu de recherches se sont concentrées sur les autres auteurs libéraux de l’époque. Or des économistes comme Burke et Tucker ont, par leur prise de position, nourri le débat en dépassant la simple critique smithienne du système mercantiliste.

Les colonies comptoirs : de la violation des principes du commerce libre à la spoliation des richesses

15La critique est double ; elle tient à une violation des règles économiques élémentaires soulignées par tous – le commerce doit être libre – et à une spoliation des richesses des agents économiques, tant du côté de l’Inde que du côté de la Grande-Bretagne. Même s’il ne fut jamais considéré comme un véritable partisan de la doctrine du laisser-faire, Tucker (Shelton, 1981, p. 69) est, parmi ces trois économistes libéraux, le plus farouchement partisan d’une remise en cause du commerce colonial. Il développe une théorie des échanges internationaux, échanges qui doivent être totalement libres, afin que chaque nation puisse s’enrichir davantage. Il rejette naturellement la théorie de la balance du commerce chère aux mercantilistes. Il va donc porter la critique contre la compagnie des Indes orientales, contre le commerce de monopole, et d’une manière plus large, contre la pratique d’une colonisation de comptoirs qui représente une entorse aux principes du commerce. La critique de Smith, beaucoup plus connue, est liée également à la critique du mercantilisme ; le système colonial constitue, selon l’auteur de la Richesse des Nations, l’expression la plus choquante du système mercantiliste (Diatkine, 1993, p. 25 ; Coats, 1975, dans Skinner & Wilson). La critique porte naturellement sur le commerce avec les Indes orientales et sur le rôle de l’East Indian Company (IEC), critique que Smith va étendre à toutes les compagnies à monopole (Smith, 1776). Pour Burke enfin, la compagnie des Indes orientales ne respecte pas non plus les lois du commerce, lois qu’il considère comme des lois naturelles ; or, en ne respectant pas ces lois, la compagnie ne « respecte pas les lois de Dieu ». Aussi, sa position à l’égard du commerce de monopole et du commerce de la Compagnie des Indes orientales en particulier, accentue la radicalité du discours à l’encontre des colonies comptoirs.

  • 6  L’ouvrage de Smith paru en 1776 sous le titre An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth (...)
  • 7  Nous traduisons (cette précision vaut pour toutes les citations de Tucker présentes dans cet artic (...)

16La violation des règles élémentaires de la liberté du commerce n’implique pas pour autant un gain économique unilatéral pour la nation qui orchestre ce type d’échanges, et ceci va donc à l’encontre des objectifs poursuivis. La compagnie, grâce au monopole d’achat dont elle est investie, achète les produits indiens à très bas prix pour les revendre ensuite à un prix beaucoup plus élevé qu’un prix de concurrence ; grâce encore à son monopole de vente, elle cède à l’Inde des produits britanniques à des prix beaucoup plus élevés que des prix de concurrence. Les prix d’achat des produits indiens par la compagnie, peu incitatifs pour les vendeurs, affectent évidemment le niveau de production qui, de plus, dépend du bon vouloir de la compagnie ; or cette dernière n’achète pas de quantités de produits coloniaux plus grandes que celles qu’elle peut écouler sur les marchés européens aux prix de vente qu’elle juge rémunérateurs, c’est-à-dire à des prix le plus souvent supérieurs à des prix de concurrence : « L’intérêt de la compagnie a donc été non seulement de vendre les unes le plus cher possible, et d’acheter l’autre au plus bas possible, mais encore de n’acheter de celui-ci, même à ce bas prix, que la quantité seulement dont elle pouvait espérer de disposer en Europe à un très haut prix » (Smith, 1976, p. 638, trad. p. 254)6. Ces pratiques ont pour résultat de freiner la production dans ces colonies où s’exerce le monopole (Barber, 1975, p. 94) et de capter une partie substantielle du surplus économique au profit quasi exclusif de la compagnie. Ces arguments à l’encontre des compagnies charter sont entièrement partagés par Tucker (Shelton, 1981, p. 62-63). La vente des produits anglais à prix élevé affecte le niveau de production potentielle ; Burke note également le fait que les matières premières achetées à bas prix en Inde pour une clientèle britannique sont revendues sur le marché intérieur à des prix beaucoup trop élevés et donc dissuasifs pour les producteurs et consommateurs concernés. Cette absence de concurrence qui perturbe le commerce entre les deux nations n’est pas pour autant entièrement bénéfique pour la seule métropole car comme Tucker le fait remarquer, l’objectif poursuivi d’un commerce britannique exclusif dans cette région n’est par pour autant atteint : « Est-ce que ces forts empêchent le commerce d’autres nations si elles ont l’esprit du commerce ? Les forts anglais ont-ils empêché par exemple les Français de commercer avec l’Inde et réciproquement ?… Absolument pas. » (Tucker, 1755, cité par Knorr, 1963, p. 119)7 Ainsi, à l’inefficacité d’un commerce encadré, s’ajoute la confusion d’un commerce parallèle, voire d’un commerce d’interlope qui contribue gravement au dysfonctionnement des relations commerciales.

De la spoliation des richesses à l’abus de pouvoir

17Si, dans cette organisation du commerce, l’enrichissement de la compagnie n’est plus à prouver, on pourrait raisonnablement penser que grâce à son statut, ses prérogatives et ses devoirs, l’argent ainsi gagné puisse profiter aussi et directement à la Couronne, ordonnateur de la mission. Or le problème sur lequel les économistes attirent l’attention est bien celui de la confusion entre intérêt de la compagnie et intérêt public, confusion qui tourne à l’avantage de la compagnie et de ses agents.

18Pour Smith, le fonctionnement pratique de ce commerce est une illustration remarquable de la contradiction existant entre intérêt général et intérêts particuliers. Le passage du chapitre de la Richesse des Nations consacré aux colonies est très clair sur ce point :

Les monopoles de ce genre sont proprement établis contre la nation même qui les institue. La majeure partie de cette nation se trouve par là non seulement exclue d’un commerce vers lequel elle pourrait trouver l’avantage à diriger une partie de ses capitaux, mais encore obligée d’acheter les marchandises sur lesquelles porte ce commerce, un peu plus cher que s’il était ouvert et libre à tous les citoyens… L’absurdité de cette seconde espèce de monopole est donc beaucoup plus évidente encore que l’absurdité de la première. (Smith, 1976, p. 631, trad. p. 256)

19C’est parce que les marchands réunis au sein de la compagnie des Indes sont incapables d’adopter le point de vue de la collectivité nationale à laquelle ils appartiennent que la politique de la compagnie est préjudiciable aux intérêts des colonies et que l’harmonie naturelle des intérêts de celle-ci et de ceux des métropoles se trouve rompue (voir Platteau, 1978). Smith note ainsi la contradiction des intérêts poursuivis par la compagnie en raison de sa position de double bénéficiaire, bénéficiaire du pouvoir politique et bénéficiaire du monopole commercial : « Comme souverain, son avantage est précisément le même que celui des pays qu’elle gouverne, comme compagnie marchande, il se trouve directement contraire à celui-ci » (Smith, 1976, p. 638, trad. p. 254) ; or, s’il y a contradiction, celle-ci tourne à l’avantage de la compagnie : « ils ne considèrent le caractère de souverain que comme accessoire de celui du marchand » (ibid., p. 637, trad. p. 254). Smith est donc déterminé à dénoncer un tel système et à détruire l’illusion que la politique souhaitée par les marchands et les négociants bénéficie à la nation dans son ensemble (Pitts, 2008). Le commerce colonial avec l’Inde sacrifie l’intérêt des marchands étrangers et celui des marchands nationaux, au profit d’une minorité représentée par les dirigeants et également par les salariés de la compagnie, qui par ailleurs exercent pour leur propre compte, en parallèle, des activités commerciales très lucratives. Ainsi l’Inde est gouvernée par une entité où chaque membre n’aspire qu’à quitter le pays et à en finir avec son activité coloniale, car selon Smith, les sujets britanniques ne se rendent aux Indes que pour une période limitée durant laquelle ils espèrent faire fortune rapidement, et n’ont aucune considération pour l’avenir de ce pays. Des fortunes privées ont en effet été accumulées rapidement par des hommes d’affaires qui ont demandé l’immunité des taxes locales imposées par les règlements locaux ; le stimulus de la concurrence a été supprimé et ces abus ont ruiné les marchands locaux (Barber, 1975).

  • 8  Nous traduisons (de même pour toutes les citations de Burke présentes dans cet article).

20Burke demeure après Smith le grand détracteur de la Compagnie des Indes orientales, même s’il reste plus partisan d’une régulation étatique et de pratiques monopolistes au sein de l’Empire britannique que ne le fut Smith. Il remet sans doute moins en cause l’empire que ne le fit Smith, mais il dénonce les comportements et les pratiques d’oppression et d’exclusion caractéristiques de sa conduite (Pitts, 2008). Il dénonce à son tour l’abus de pouvoir, les injustices dont fait preuve cette compagnie. Ce constat est dû selon lui à la gouvernance de la compagnie, dont la caractéristique première est qu’elle n’a aucun compte à rendre, aussi bien aux Indiens qu’aux Britanniques. Il pointe aussi la contradiction qu’il y a entre les libertés fondamentales garanties par la Grande-Bretagne et leur usurpation en Inde où la compagnie exploite les citoyens. Dans un texte de 1783, il affirme que « les droits des hommes [y] sont cruellement violés » (Burke [1783a], 1892, vol. II, p. 178)8 et que par ailleurs, le gouvernement de la compagnie ne cherche absolument pas à satisfaire les intérêts des Indiens : « L’intérêt du peuple qui est gouverné par leur soin n’est pas leur objectif premier » (ibid., p. 233). Sur ce plan-là, il rejoint naturellement Smith. Burke confirme l’absence d’intérêt économique, pour la Grande-Bretagne comme pour l’Inde, d’un tel commerce qui, en réalité, bénéficie exclusivement aux agents de la compagnie : « Que le commerce de l’Inde puisse devenir un moyen permanent pour les agents de la compagnie d’avoir une fortune personnelle est très probable » (ibid., vol. IV, p. 45). En définitive, les agents de la compagnie des Indes mobilisent cette structure et les pouvoirs qui lui sont conférés pour satisfaire leurs intérêts personnels au détriment de l’intérêt général, et de la Grande-Bretagne en particulier, grâce à un contexte non concurrentiel qu’ils ont pu et su imposer.

Des résultats globalement négatifs

21Les résultats sont à la fois négatifs pour la mère patrie et pour le comptoir colonial. Smith considère que l’Angleterre profite globalement très peu de cette exploitation de l’Inde et que par ailleurs, l’Inde est freinée dans son développement économique interne. À ses yeux, il ne faut pas chercher ailleurs que dans les comportements odieux des compagnies commerciales exclusives le principal facteur responsable de la croissance économique dérisoire des colonies d’Extrême-Orient. Il n’hésite d’ailleurs pas à qualifier ces compagnies de « pilleurs de l’Inde » (Smith, 1976, p. 752, trad. p. 377) et il conclut en affirmant que « de telles compagnies, en effet, sont des nuisances à tous les égards ; elles sont toujours plus ou moins préjudiciables aux intérêts du pays où elles se trouvent établies et catastrophiques pour ceux qui ont le malheur de tomber sous leur autorité » (ibid., p. 641, trad. p. 258). Les résultats négatifs pour la mère patrie débordent aussi sur d’autres pays, à l’instar de la Hollande « qui y aurait probablement envoyé un plus grand nombre de vaisseaux qu’elle ne le fait actuellement. Le capital limité de la Compagnie des Indes hollandaises repousse vraisemblablement de ce commerce un grand nombre de capitaux de commerce qui s’y seraient portés sans cela » (ibid., p. 632, trad. p. 248), et pourtant, « les Indes orientales ouvrent à la fois aux manufactures de l’Europe et aux métaux précieux de l’Amérique, ainsi qu’à plusieurs autres de ses productions un marché plus vaste et plus étendu que l’Europe et l’Amérique tout ensemble » (ibid.).

22La seule concession accordée à la colonisation comptoir concerne les pionniers d’un nouveau commerce (Barber, 1975) qui, sans l’accord d’un monopole, ne peuvent prendre de risque :

De pauvres pays, tels que la Suède et le Danemark par exemple, n’auraient probablement jamais équipé un seul vaisseau pour les Indes orientales, si le commerce n’eût pas été mis sous le régime d’une compagnie exclusive. L’établissement d’une telle compagnie encourage nécessairement les entreprises maritimes [car] sans un encouragement extraordinaire comme celui-là, les pauvres commerçants de ces pauvres pays n’auraient vraisemblablement jamais songé à hasarder leurs petits capitaux dans une spéculation aussi incertaine et aussi éloignée qu’aurait dû leur paraître naturellement le commerce des Indes orientales. (Smith, 1976, p. 632, trad. p. 247)

23Ces critiques envers la Compagnie des Indes orientales ne sont qu’un aspect de la critique libérale envers le commerce colonial tel qu’il est organisé. Il s’agit en fait ici de la version la plus caricaturale du commerce colonial, à savoir le commerce de comptoirs. La suppression du monopole de la compagnie des Indes en 1813 puis sa dissolution en 1858 ne règlent pas entièrement la question, pour les libéraux ; le régime de l’exclusif qui englobe le commerce via le monopole de la Compagnie des Indes et qui, de plus, réserve le commerce colonial aux seuls commerçants britanniques est également nuisible à l’intérêt économique de la nation. Mais les échanges avec l’Amérique et les Caraïbes qui sont concernés par ce régime ne présentent pas les mêmes inconvénients et la critique du régime de l’exclusif semble plus modérée :

La différence qui se trouve entre l’état de l’Amérique septentrionale et celui des Indes orientales est peut-être le fait le plus propre à faire sentir la différence qui existe entre l’esprit de la constitution britannique, qui protège et gouverne le premier de ces pays, et l’esprit de la compagnie mercantile qui maîtrise et qui opprime l’autre. (Smith, 1976, p. 91, trad. p. 144)

24Voyons donc à présent la position théorique des économistes sur ce versant plus occidental des échanges.

La critique du pacte colonial avec l’Amérique et les îles caribéennes

25La seconde partie de la critique libérale porte sur les coûts supportés et engendrés par le commerce colonial et par le fonctionnement interne des colonies de peuplement. Cette colonisation engendre des coûts indirects et des coûts directs ; indirects d’abord parce qu’elle induit de profondes transformations structurelles dans les économies européennes colonisatrices ; des coûts directs ensuite sous la forme de frais de fonctionnement, de dépenses de protection sur les territoires colonisés. La colonisation engendre enfin un mal développement non seulement pour la métropole mais aussi pour les colonies elles-mêmes. Les prohibitions représentent une véritable oppression économique sur le long terme ; la croissance de ces régions est étouffée, au mieux, elle est sous-optimale.

Une hémorragie de main-d’œuvre

26Traditionnellement, les colonies ont pu représenter une échappatoire pour les pauvres et les oisifs, un moyen de ne plus faire supporter la charge que représente cette population par les citoyens d’un pays. Ce discours ne fut toutefois pas unanime dans le passé car, parmi les arguments réservés à l’encontre de la colonisation, il y avait la crainte d’une hémorragie de travailleurs, et donc d’une réduction de richesse. L’argument est repris par Tucker de façon assez marginale : « L’émigration britannique et l’émigration irlandaise doivent être considérées comme étant très défavorables à l’augmentation des marins anglais aussi bien que les industriels et que ces pertes se font au détriment de la mère patrie » (Tucker [1775b], 1998, V, p. 66). Mais c’est surtout Anderson qui pointe le plus les effets dramatiques de cette émigration. Selon lui, le déclin de l’économie espagnole est lié avant tout à l’émigration en faveur des colonies qui priva les manufactures du royaume de main-d’œuvre ; cet argument n’est pas en soi original, même s’il en souligne le caractère dramatique :

  • 9  Nous traduisons (de même pour toutes les citations d’Anderson présentes dans cet article).

Il est évident que l’Angleterre en peuplant les colonies américaines a perdu environ 5,5 millions de personnes et que ses colonies ont gagné seulement 2,5 millions de personnes. C’est une misérable perte humaine mais qui étant graduelle et lente a échappé aux observateurs ordinaires. (Anderson, 1782, p. 94)9

27Cependant, l’argument est beaucoup plus intéressant et original que celui déjà largement présenté dans la littérature mercantiliste car, pour Anderson, la population migrante n’est pas celle des déshérités qui, en quittant leur pays, soulagent les finances publiques, mais :

Ce sont les jeunes, les membres actifs de la société qui migrent et non les personnes âgées ou les infirmes […] c’est ceux qui normalement doivent contribuer à l’entretien des pauvres et non ceux qui en tirent profit qui quittent le pays. (Ibid., p. 128)

28Ainsi, au lieu de contribuer à la réduction de la pression fiscale engendrée par la loi sur les pauvres, ces migrations tendent de fait à l’aggraver, car ce sont les citoyens contributeurs qui, en quittant le pays, se soustraient au fardeau qui leur incombe et donc : « l’Amérique n’a jamais été d’une utilité pour l’Angleterre de n’importe quelle manière que ce soit » (Ibid.).

Un détournement de trafic et un rallongement des circuits de commercialisation

29La colonisation, des Amériques en particulier, a été pendant longtemps considérée comme un moyen de développer le commerce extérieur britannique et donc, dans la pure tradition mercantiliste, un moyen d’obtenir un excédent de la balance du commerce tout en réduisant l’achat de biens importés des pays concurrents. Cette analyse est vivement critiquée par les libéraux, pour qui les échanges coloniaux, encouragés par la politique de l’exclusif, ne font que substituer un commerce extérieur européen très concurrentiel à un commerce extérieur outre-atlantique et protégé. Bien que le commerce dont sont écartés les concurrents étrangers soit élargi aux commerçants, à la différence du commerce avec l’Inde, il ne crée pas de trafic supplémentaire ; il a plutôt tendance à se substituer au commerce européen. C’est la principale critique de Smith : « Le commerce colonial a bien moins été […] la cause d’une addition à ce qu’il était auparavant, que celle d’un changement de direction » (Smith, 1976, p. 598, trad. p. 210).

30Outre ce détournement de trafic, tous les auteurs notent un rallongement naturel des circuits commerciaux et surtout un développement du commerce de réexportation :

Par exemple, les marchandises qui s’achètent annuellement avec cet énorme excédent de tabac, ces 82 000 muids annuellement réexportés de la Grande-Bretagne, ne sont pas toutes consommées en Grande-Bretagne. Partie de ces marchandises, les toiles d’Allemagne et de Hollande, par exemple, sont renvoyées aux colonies pour leur consommation particulière. (Ibid., p. 604, trad. p. 217).

31Or le rallongement des circuits augmente les coûts de production, y compris pour le royaume lui-même.

32Pour rendre le commerce colonial plus attractif, la Couronne britannique taxe lourdement les produits qui proviennent d’autres pays européens et valorise ainsi les flux d’échanges outre-atlantiques, sans toutefois pour autant inverser irrémédiablement les flux commerciaux :

Les matières premières comme le fer, le chanvre, la soie […] que nous importons de l’Amérique du Nord, ne supportent aucune comparaison avec celles en provenance de la Russie […] plusieurs de ces matières premières sont taxées, si elles sont importées de Russie, dans le but de créer un monopole nord-américain et d’autres quand elles sont importées d’Amérique, sont non seulement autorisées à rentrer sans taxe, ce qui est juste assez, mais ont profité depuis de nombreuses années du bénéfice de larges primes accordées par le parlement britannique. À qui ? À nos colonies non représentées ?… Cependant tout ceci n’est pas suffisant pour créer ce monopole en leur faveur qu’ils ont eu en compensation. Car les importations de matières premières de Russie qui sont chaque jour en augmentation excèdent celles de l’Amérique du Nord en quantité, en valeur et en toute chose, à un niveau très important. (Tucker [1775b], 1998, V, p. 55-56)

33Les États et le Royaume-Uni ne se contentent pas de modifier les flux commerciaux en modifiant les prix du marché au moyen de taxes, ils interviennent également à la source de la production en limitant ou interdisant celle-ci pour favoriser les productions coloniales. C’est le cas de l’Espagne souligné par Tucker à propos du sucre :

De plus, avant la découverte de l’Amérique, il y avait plus de 30 000 barriques de sucre produit dans la région de Grenade, toute production réalisée avec une main-d’œuvre libre sans domestiques ou esclaves. Et à présent il y a difficilement quelque chose. Pourquoi ? Parce que l’Espagne a du sucre dans ses colonies, et la production dans la région de Grenade interférerait avec leurs intérêts. Nous avons, je pense, fait pas moins que fixer des lois du parlement, sur un plan identique, pour empêcher la culture du tabac, dans le but de favoriser la colonie de Virginie. (Tucker [1775a], 1998, V, p. 41)

34C’est aussi le cas du Royaume-Uni qui a accordé à la production du tabac « un monopole contre elle-même en empêchant sévèrement, par une série de lois du parlement, la culture du tabac en Angleterre » (Tucker [1775b], 1998, V, p. 59). Globalement, ces mesures protectionnistes sont coûteuses, elles ne produisent pas en matière commerciale d’effets économiques réellement avantageux à la mère patrie. Elles induisent surtout des modifications structurelles au sein des économies en question.

Un détournement d’investissement

35Non seulement les taxes modifient les flux commerciaux, mais elles induisent en amont un détour d’investissement. Le régime de l’exclusif avantage artificiellement ceux qui investissent dans ce secteur protégé au détriment d’autres activités qui seraient tout aussi rentables. Les autres branches industrielles et agricoles rendues artificiellement et relativement moins rentables sont délaissées. Car l’octroi de privilèges monopolistiques dans certaines branches du commerce colonial a pour effet d’élever le taux de profit dans ces branches. Smith note donc comme conséquence une mauvaise allocation des ressources en empêchant l’investissement de s’orienter convenablement dans les secteurs naturellement les plus rentables (Kittrell dans Shaw, 1970 ; Winch, 1965). Bentham fait sensiblement le même constat que Smith (Cot, 1996, p. 200) quand il affirme que le commerce colonial immobilise du capital qui aurait pu être utilisé dans d’autres branches ; ce système contribue artificiellement à maintenir un taux de profit dans le commerce avec les colonies, plus élevé qu’il ne le serait dans un système de libre-échange.

36Les libéraux s’opposent donc au système colonial car ce système entraîne les capitaux dans des directions qui ne sont pas conformes à la hiérarchie naturelle des emplois, et les tentatives pour acquérir le monopole exclusif du commerce colonial conduisent à une fâcheuse distorsion dans l’allocation des ressources nationales. Comme l’activité économique générale d’un pays est toujours proportionnelle au stock de capital mis en œuvre, le système de monopole colonial ne peut avoir pour effet d’accroître le volume de celle-ci. Ces réglementations ne peuvent que détourner une partie du capital des directions où il se serait dirigé naturellement. Or il n’est absolument pas certain que cette orientation artificielle d’une partie du capital soit plus avantageuse pour la société que celle que le capital aurait suivie spontanément :

Dans son état actuel, la Grande-Bretagne ressemble à un de ces corps dégénérés où certains organes vitaux sont hypertrophiés et qui, pour cette raison, sont exposés à maintes maladies dangereuses qui ne les menaceraient pas s’ils étaient mieux proportionnés. Le plus léger engorgement dans cet énorme vaisseau sanguin qui, à force d’art, s’est grossi chez nous fort au-delà de ses dimensions naturelles, et au travers duquel circule, d’une manière forcée, une portion excessive de l’industrie et du commerce national, menacerait tout le corps politique des plus funestes maladies. (Smith, 1976, p. 604, trad. p. 217)

Les coûts du détournement de trafic sur la production

37Le détournement de trafic et d’investissement augmente les coûts de production et les risques économiques et financiers liés au commerce colonial. L’allongement des circuits tout d’abord augmente les coûts de transport et ralentit, voire compromet, les rentrées d’argent en raison de risques plus grands, liés à des opérations à l’échelle du monde. Ensuite, il n’est pas sûr que le régime de l’exclusif contribue à réduire les coûts d’approvisionnement ; la plupart du temps, il les augmente, que ce soit artificiellement en accordant des primes à l’importation de ces biens, ou que ce soit en taxant les mêmes types de produits en provenance d’autres régions plus proches. De plus, une telle politique favorable aux approvisionnements coloniaux atteint très vite des limites : c’est ce qui est relevé notamment dans l’analyse d’Anderson. Tucker rejoint en partie cette analyse, puisque dans A letter to Edmund Burke publié en 1775, il dénie l’idée que les colonies soient précieuses pour la métropole et relativise lui aussi l’importance quantitative du commerce d’exportation mené avec les colonies, comparé à celui avec les États européens. En 1782, il note également que le vieux système colonial a l’inconvénient d’empêcher la mère patrie de se procurer des matières premières à bon marché. Le détournement de trafic conduit à une dégradation de la rentabilité des activités de production. Il note, de plus, que le commerce colonial conduisit même de nombreux commerçants à la faillite ; l’ultime illustration de sa critique reste l’exemple espagnol :

Si on veut prouver la nécessité de continuer le maintien de l’empire, il faut prendre l’exemple de l’Espagne ! […] l’Espagne, Monsieur, comme vous le savez, fut, avant, saisie par une folie contagieuse d’installer des colonies en Amérique, l’un des plus riches, des plus peuplés, des plus cultivés, pays en Europe… Mais maintenant ! Quelle chute ! Qu’est-ce que l’Espagne ! Où sont les manufactures ! Où sont les habitants ! (Tucker [1775a], 1998, V, p. 39-40).

38Pour renforcer cette argumentation, il montre combien les provinces peu ou pas impliquées dans le commerce colonial sont plus florissantes que les autres ; c’est le cas par exemple de la Catalogne (ibid., p. 42). Anderson rejoint également ce point de vue en montrant que la Hollande, qui possédait de rares colonies, avait une activité commerciale bien plus lucrative que n’importe quel autre pays colonisateur : « La Hollande qui possède de rares colonies conduit un commerce très extensif et lucratif alors que l’Espagne a un commerce faible (alors que son empire colonial est très étendu), en Espagne, les manufactures languissent bien que le pays ait le territoire le plus étendu en Amérique, peuplé avec ses propres sujets » (Anderson, 1782, p. 122). Finalement c’est Smith qui en dresse le bilan le plus complet et négatif à la fois en affirmant que le monopole colonial détourne le capital des usages nationaux, réduit la production annuelle et affaiblit le taux de croissance de l’économie. S’il existe bel et bien des profits élevés dans le commerce colonial en faveur de quelques agents économiques privés, ils induisent malheureusement une inefficacité économique globale.

Les coûts directs d’administration des colonies

39Au-delà des coûts induits sur l’économie de la métropole, l’administration et la gestion des colonies de peuplement nécessitent un certain nombre de frais de fonctionnement, d’entretien, de protection militaire, dont le coût élevé est souligné par tous les économistes (Smith, 1776 ; Tucker, 1752 ; Anderson, 1782 ; Colquhoun, 1814 ; Bentham, 1793). Ces dépenses sont tout d’abord jugées comme très lourdes pour la métropole qui les supporte : en temps de paix, cela consiste, note Smith,

dans la solde de vingt régiments d’infanterie, dans les frais d’artillerie, de munitions et de provisions extraordinaires qu’exigeait leur entretien, et dans les frais d’une force navale très considérable […] Il faut ajouter à la dépense annuelle de cet établissement l’intérêt des sommes que la Grande-Bretagne a employées, en plusieurs occasions, pour leur défense, par suite d’habitude qu’elle avait prise de considérer ses colonies comme des provinces sujettes de son empire. (Smith, 1976, II, p. 615, trad. p. 229)

40Dans bien des cas, ces dépenses correspondent davantage à des dépenses militaires qu’à des dépenses dites « productives » ; Bentham souligne leur niveau excessif : « elles ne représentent rien de moins que le coût d’une flotte capable de tenir tête à la flotte britannique » (Bentham, 1793 dans Cot, 1996, p. 198), de même que Colquhoun, deux décennies plus tard, note que « Les colonies ont coûté des sommes immenses à l’État de métropole, dépensées en défense en temps de guerre » (Colquhoun, 1814, p. 327) ; certaines de ces dépenses très élevées semblent pourtant inutiles ou tout du moins superficielles :

Les gouvernements ont dépensé de l’argent pour des forts et des garnisons le long des côtes ; or il n’y a aucune évidence à ce qu’ils soient nécessaires sauf à fournir des avantages supplémentaires aux compagnies officielles et à leurs dépendants. Les marchands des autres pays se sont développés sans forts. (Tucker, 1752, cité par Shelton, 1981, p. 102)

41Bien que ces dépenses soient importantes, aucune colonie ne participe au financement de ces dernières, de même qu’aucune colonie ne participe au financement public des dépenses liées au fonctionnement de leurs métropoles respectives. Des raisons à la fois politiques et économiques sont toutefois avancées pour justifier cet état de fait. Comme le remarque Smith :

Le parlement de la Grande-Bretagne n’a pas sur les colonies une autorité établie de longue main, telle que celle qu’a le roi de France sur ses provinces […] Il est très probable qu’elles ne le seraient pas [favorablement disposées], elles trouveraient toujours mille prétextes pour rejeter ou pour éluder les réquisitions les plus raisonnables du parlement. (Smith, 1976, p. 621, trad. p. 234)

42Par ailleurs elles ne sont pas représentées au Parlement, comme le souligne Smith lui-même. Aussi en tire-t-il la conclusion qu’il « ne paraît pas très probable qu’on puisse jamais amener les assemblées coloniales à lever sur leurs commettants un revenu public qui suffise, non seulement à entretenir en tout temps l’établissement civil et militaire des colonies, mais à payer encore leur juste proportion dans la dépense du gouvernement général de l’empire britannique » (Ibid., p. 619, trad. p. 232).

  • 10  Pour plus de détails, voir Dreyfus, 1996, p. 235 et suiv.

43Burke note également que les Américains refusent les impôts votés par le Parlement au motif qu’il n’y a pas « de taxation sans représentation ». Comme il affirme l’impossibilité physique de la représentation directe au Parlement et comme il récuse la représentation virtuelle, il demande à la Chambre des communes de renoncer à exercer sa compétence financière à l’égard des colonies américaines et la proposition de reconnaître aux seules assemblées coloniales le droit de voter des impôts10. Anderson va dans le même sens puisque pour lui : « Il apparaît suffisamment clair que ce ne peut jamais être l’intérêt d’une colonie distante de participer aux dépenses publiques, et si elle ne peut l’éviter, elle les supportera avec une extrême répugnance » (Anderson, 1814, p. 38).

44Le bilan semble donc plutôt négatif, tout du moins pour la métropole qui supporte tous les coûts alors que d’autres pays partagent les bénéfices de ces colonies sans imputation de coûts. Comme le résume très bien Smith : « Pour les inconvénients résultant de la possession de ses colonies, chaque nation se les est pleinement réservés tout entiers ; quant aux avantages qui sont le fruit de leur commerce, elle a été obligée de les partager avec plusieurs nations » (Smith, 1976, p. 628, trad. p. 243). Face à de tels coûts, la question légitime que l’on doit se poser est : À qui profitent les colonies ?

Y a-t-il des avantages à la colonisation pour la métropole et/ou pour les régions colonisées ?

Les avantages pour la métropole

45Les entreprises coloniales ont été conduites pour écouler des produits manufacturés et pour se procurer les matières premières et produits non disponibles en Europe. Ce type d’avantage avait déjà été souligné par les mercantilistes et les premiers libéraux. Ce que Smith rajoute tient aux avantages tirés d’un grand marché ; dans l’analyse de Smith, il est évident que l’aventure coloniale a, malgré les détours de trafic (voir supra), élargi les marchés et donc amélioré la division du travail (voir Winch, 1965). Smith ne dit-il pas que la colonisation a été « l’un des événement les plus importants dans l’histoire de l’humanité » ? Mais l’aspect positif n’est pas lié au monopole. Les avantages tiennent à l’extension et à la complémentarité des marchés :

Les avantages généraux que l’Europe, considérée comme un seul vaste pays, a retirés de la découverte de l’Amérique et de sa formation en colonies, consistent, en premier lieu, dans une augmentation de jouissances, et en second lieu, dans un accroissement de l’industrie […] on conviendra sans peine que la découverte de l’Amérique et sa formation en colonies ont contribué à augmenter l’industrie, 1o de tous les pays qui commercent directement avec elle […] et 2o de tous ceux qui, sans y faire de commerce direct, y envoient, par l’intermédiaire d’autres pays, des marchandises de leur propre produit. (Smith, 1976, p. 591, trad. p. 201)

46Les avantages tiennent surtout à la division du travail qui en découle : « En ouvrant à toutes les marchandises européennes un marché neuf et inépuisable, la découverte de l’Amérique a donné naissance à de nouvelles divisions du travail et à des améliorations techniques qui n’auraient jamais pu se concrétiser dans le cercle étroit de l’ancien commerce. » (Smith, 1976, p. 447, trad. p. 32)

47En conclusion de cette analyse, Smith montre que le commerce extérieur et colonial en particulier surmonte l’étroitesse des marchés et entraîne une hausse des profits. Ce n’est pas le statut du commerce colonial qui justifie de tels résultats, mais c’est plutôt le fait des bons effets du commerce international : « Si le commerce colonial s’avère avantageux pour la Grande-Bretagne, même tel qu’il est réalisé, à présent, ce n’est toutefois pas grâce au monopole mais en dépit de celui-ci » (Smith, 1976, p. 610, trad. p. 222) ; les résultats de ce commerce l’emportent sur les mauvais effets du monopole : « Le premier type d’effet est tellement favorable que le commerce colonial, bien que soumis à un monopole et en dépit des effets néfastes de celui-ci, reste bénéfique dans l’ensemble, et même très bénéfique mais beaucoup moins bénéfique qu’il l’aurait été sans cela » (Smith, 1976, p. 608-609, trad. p. 221). Ainsi donc, le commerce colonial demeure lucratif pour la métropole au titre des avantages retirés par le commerce extérieur en général, mais non en raison de son statut privilégié.

48Tucker trouve également quelques avantages au commerce colonial, même s’il ne partage pas non plus la nécessité d’un commerce colonial protégé et encadré par la métropole. Dans ses premiers écrits (1750), il défend l’utilité des colonies. Mais si cela reste vrai dans ces textes (Knorr, 1944), son avis diffère plus tard, puisqu’en prenant l’exemple de produits coloniaux tels que la poix et le goudron nécessaires à la fabrication des bateaux, il affirme : « Les Français, les Allemands, les Espagnols ont des bateaux, qui transportent de la poix, du chanvre, du fer, des cordages […] Et heureusement pour eux, ils n’ont pas de colonies nord-américaines. Et ils s’approvisionnent à des prix modérés et sans subventions. » (Tucker [1776], 1998, V, p. 32) Le coût des approvisionnements semble l’emporter sur les avantages retirés d’une moindre dépendance. Enfin, Bentham voit lui aussi dans le commerce colonial la possibilité qui s’offre à la métropole « de se procurer de nouveaux biens, de nouveaux plaisirs, de nouvelles valeurs d’usage mais cela risque parfois d’être négatif à l’instar de l’afflux d’or et d’argent en Espagne lors de la conquête de l’Amérique par cette nation » (Bentham [1801-1804], cité par Cot, 1996, p. 199).

49L’aventure coloniale ne présente que peu d’avantages économiques, tout du moins dans le contexte de commerce protégé. Le commerce colonial n’est pas rejeté en tant que tel et il est probable, selon ces auteurs, que celui-ci gagnerait en rentabilité s’il était aussi libre que peut l’être le commerce dans l’environnement européen. Un tel argument constitue de fait un puissant argument en faveur de l’indépendance des colonies.

Les avantages pour les colonies

  • 11  Pour plus de détails, voir Winch, 1996, p. 45-47.

50La croissance et le développement économique des colonies sont-ils imputables au processus de colonisation et de contrôle par la métropole ? Cette question fut assez peu débattue à l’époque mercantiliste. Elle le devient davantage au xviiie siècle avec les libéraux. Quelle part la métropole prend-elle dans le processus de développement des colonies ? Smith aborde la question sans détour. Pour lui, il est clair que les bons résultats économiques de ces régions ne sont pas imputables aux politiques coloniales mais aux colons industrieux et aux conditions de plus grande liberté dans la conduite des affaires économiques. La grande distance géographique avec la métropole facilite cette indépendance économique, entièrement bénéfique pour les colons, indépendance dont ces derniers savent tirer parti. Enfin, même les restrictions qui ont été imposées sur les activités manufacturières, et dont les effets devaient profiter avant tout à la métropole, jouent en faveur de la colonie. Le développement des colonies s’effectue donc plus par défaut que par résultat d’une action économique et politique volontaire. Ainsi les restrictions ou les interdictions d’activité qui auraient pu jouer négativement sur le développement des colonies ont, selon Smith, obligé ces dernières à investir dans des secteurs de base, dont l’agriculture. Or, pour Smith, c’est dans ce secteur-là que les capitaux d’une nation doivent être prioritairement employés pour favoriser le développement de l’économie ; sur ce plan, les colonies américaines sont richement dotées : « L’abondance de terres fertiles et la liberté de diriger leurs affaires comme elles le jugent à propos, voilà, à ce qu’il semble, les deux grandes sources de prospérité de toutes les colonies nouvelles » (Smith, 1976, p. 572, trad. p. 180). Au final, les restrictions imposées ont été plutôt inoffensives, quoique injustes. Cet ensemble de faits a donc profité pleinement à la colonie, même si la métropole ne chercha pas à atteindre un tel résultat. Dans ces conditions, note Smith, l’essor économique des colonies devrait être rapide et il est même convaincu que ces colonies progressent plus rapidement vers la richesse que n’importe quelle autre société humaine. Ce développement économique provient donc assez peu de la politique coloniale et les contraintes imposées à la colonie jouèrent plutôt favorablement, bien que cela ne fût pas intentionnel. Toutefois, Smith consent un seul avantage à la colonisation : la métropole a fourni un volume de population suffisant pour peupler une terre riche et fertile11 :

De quelle manière la politique de l’Europe a-t-elle donc contribué […] à la grandeur des colonies ? D’une seule manière, […] elle a élevé, elle a formé les hommes qui ont été capables de mettre fin à de si grandes choses, de poser les fondements d’un aussi grand empire […] les colonies doivent à la politique de l’Europe l’éducation de leurs actifs et entrepreneurs fondateurs, et les grandes vues qui les ont dirigées. (Smith, 1976, p. 590, trad. p. 200)

51Le même argument est présent chez Colquhoun puisqu’il note que si les ressources des colonies sont immenses, il ne suffit de rien d’autre : « qu’une population de colons travailleurs [est] nécessaire pour leur rendre une acquisition grande et valorisable à l’État ami » (Colquhoun, 1814 [1965], 314, notre traduction). On peut donc parler d’avantages indirects, d’avantages obtenus par défaut ; pour Smith, l’exemple américain est tout à fait éloquent à cet égard.

Quelles solutions : faut-il abandonner les colonies ?

52Le bilan en demi-teinte de la colonisation renforce, sans aucun doute, les positions globalement anti-coloniales des libéraux britanniques ; mais ces positions débouchent-elles pour autant sur la recommandation d’un abandon des colonies ? Aussi paradoxal que cela puisse paraître, ce n’est pas le cas chez la plupart des auteurs, à l’exception de Tucker, qui n’est pas considéré pour autant comme le plus libéral des économistes de cette période. En fait trois solutions sont examinées : la rupture, l’assimilation et le réaménagement des relations existantes, le status quo étant condamné et rejeté.

Faut-il rompre avec les colonies ?

53Smith considère la rupture avec les colonies comme la solution la plus souhaitable ; sa position est très claire sur ce point, car il affirme dans la Richesse des Nations :

Si on pouvait abandonner les colonies, la Grande-Bretagne se trouverait immédiatement affranchie de toute la charge annuelle de l’entretien des colonies, mais elle pourrait encore faire avec elles un traité de commerce fondé sur des bases propres à lui assurer de la manière la plus solide un commerce libre, moins lucratif pour les marchands, mais plus avantageux au corps du peuple. (Smith, 1976, p. 617, trad. p. 230)

54Cette politique d’abandon des colonies est justifiée au nom des coûts économiques engendrés par les relations qu’elles induisent et en particulier par les frais de fonctionnement qu’elles génèrent, reconnus comme excessifs. Cette solution est bien celle qui a priori semble la plus réaliste économiquement et la plus souhaitable (Winch, 1965, p. 15). Smith ne conçoit pas pour autant cette rupture comme un abandon, puisqu’il suggère de tisser des relations entre la métropole et sa colonie à l’instar des relations que l’on peut construire entre un pays et une province éloignée. Il s’agit pour Smith d’amener la colonie à un niveau de développement qui puisse conduire à terme à des échanges symétriques et équilibrés entre deux nations de même puissance. La métropole doit « couver » en quelque sorte la colonie jusqu’à sa maturité et envisager ensuite une relation plus libre : « On verrait revivre entre la Grande-Bretagne et ses colonies cette même espèce d’affection paternelle d’un côté et de respect filial de l’autre, qui avait coutume de régner entre celles de l’ancienne Grèce et la métropole dont elles étaient descendues. » (Smith, 1976, p. 617, trad. p. 230) Smith rejoint ici le point de vue précurseur de Vauban à la fin du xviie siècle (Clément, 2006, p. 305-306). Il demeure convaincu qu’une fois assurée la liberté totale des échanges, le rapport cesserait d’être inégal et toutes les colonies pourraient se développer normalement (Platteau, 1978, p. 87).

  • 12  Pour plus de détails sur la position ambivalente de Bentham, voir Cot, 1996, p. 202-207.

55L’idée d’une séparation s’impose à d’autres libéraux, notamment à Burke qui, de façon très nette, finit par condamner la réalité coloniale au nom de son artifice : « des corps liés ensemble par un lien aussi artificiel que mutuellement détesté, sont seulement unis pour leur ruine » (Burke [1777], 1892, II, p. 36). Son argumentation est toutefois plus politique qu’économique. Pour lui, les colons américains ont dépassé le stade de l’enfance politique alors que les Anglais s’évertuaient à croire encore qu’ils ne l’avaient point dépassé et que pour cette raison, ils devaient rester dans le giron de la métropole. S’il considère la rupture comme une solution inévitable, il la redoute et la craint car elle signifie pour les combattants de la liberté, en particulier pour ceux du vieux continent, la fin d’un espoir entretenu et porté par les colons. Aussi proposera-t-il une solution intermédiaire (voir infra). C’est un peu dans le même esprit qu’Anderson considère la question de la séparation. Pour lui, l’Amérique est une sorte de corps étranger, un appendice, une acquisition territoriale accidentelle et, dit-il, « Nous devons savoir que cette acquisition accidentelle peut être perdue » (Anderson, 1782, p. 39). Il ne prononce pas le mot de séparation, mais il n’y est pas hostile. Ces approches minimalistes contrastent avec le point de vue plus affirmé de Jeremy Bentham et du moins libéral des économistes, J. Tucker. Pour Bentham, qui intervient en particulier sur la question des colonies françaises, le maintien de ces dernières contreviendrait aux principes de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen et donc, par-delà les arguments économiques, Bentham pour des raisons morales exige un abandon des colonies : « Émancipez vos colonies » car, souligne-t-il, « Dans un régime de liberté, une telle union n’est pas possible : des éléments aussi incompatibles ne peuvent être maintenus ensemble que par un régime despotique » (Bentham, 1793, dans Williford, 1980 p. 49, notre traduction). Pourtant Bentham, comme le souligne A. Cot (1996, p. 204), considère, au début du siècle suivant, que la colonisation a augmenté le bien-être de l’humanité et qu’elle peut être un moyen d’expérimenter des idées réformatrices12. En revanche la position de Tucker est sans ambiguïté. Il commence par souligner le désir de liberté des colons américains – « Il y a un esprit ardent de liberté qui souffle dans nos colonies » (Tucker [1775a], 1998,V, p. 8) – qui refusent de se soumettre à l’autorité britannique. Il note que le peuple américain est « indocile et intraitable » et qu’un des objectifs premiers était de fonder une « forme républicaine de gouvernement construite sur des principes républicains » (ibid., p. 19). Considérant que les Américains refusent de se soumettre à l’autorité de la Couronne, Tucker propose une séparation de la Grande-Bretagne d’avec ses colonies et un statut de pays associé et partenaire. Tucker reconnaît par ailleurs qu’il est difficile d’administrer ces colonies directement depuis la métropole ; en particulier, il lui semble impossible de leur imposer des règles commerciales strictes : « Il est impossible en tant que mère patrie d’empêcher les colonies de commercer avec d’autres pays [….] et malgré le déploiement de moyens pour les en empêcher, nous sentons que ce n’est même pas suffisant pour les empêcher de commercer avec qui bon leur semble » (Tucker [1776], 1998, V, p. 29). De façon très pragmatique, il comprend la nécessité d’une séparation qui, sur le plan économique, ne présente que des avantages : « l’Angleterre est perdante en conservant l’Empire » (Tucker [1782], 1998, V, p. 91). Cette rupture n’implique par pour autant un arrêt des relations commerciales et s’il « n’y a pas le moindre argument pour défendre l’empire » (p. 87), on peut penser qu’après l’indépendance, « la paix et l’amitié régneront de même que l’entente » (p. 95). Les relations commerciales peuvent reprendre sur des bases plus saines et plus efficaces car Tucker insiste sur le fait que « la libre circulation mutuelle du travail et de l’industrie est une grande vérité de la science et du commerce » (Tucker [1781], 1998, V, p. 137). Finalement, le rejet de ces dominions et la construction de relations commerciales libres avec les anciennes colonies ne peut qu’apporter un enrichissement collectif bien supérieur à celui qui résulterait de relations asymétriques, organisées autour de la mère patrie.

Faut-il assimiler les colonies ?

56Si la séparation semble être la solution la plus largement recommandée par les économistes sur la base d’une argumentation purement économique, elle semble délicate à appliquer car des arguments plus politiques interfèrent avec les arguments économiques. Smith estime que l’opinion publique n’est pas prête à une séparation pour des questions de fierté et de d’intérêts privés :

Si de tels sacrifices sont bien souvent conformes aux intérêts d’une nation, ils sont toujours mortifiants pour son orgueil, et ce qui est peut-être encore d’une plus grande conséquence, ils sont toujours contraires à l’intérêt privé de la partie qui gouverne, laquelle se verrait par là enlever la disposition de plusieurs places honorables et lucratives, de plusieurs occasions d’acquérir de la richesse et des distinctions. (Smith, 1976, p. 617, trad. p. 230)

  • 13  Voir sur ce point Winch, 1965, p. 16. et suiv.

57Pour des raisons très proches, il ne suggère pas l’intégration complète ; en revanche il va suggérer la constitution d’une fédération impériale (Atlantic Economic Community) avec une représentation politique et une contribution financière reposant sur le versement de taxes. Dans le livre V de la Richesse des Nations, Smith développe d’ailleurs tout un programme en vue d’une harmonisation des taxes et des droits des différentes provinces qui composent l’empire13. Pour compléter ce principe d’équité fiscale, il suggère une représentation parlementaire « juste et égale » basée sur un nombre de délégués proportionnel à leur contribution financière. Cette contribution placerait donc les colonies au même rang que les régions du Royaume, et en compensation, la colonie devrait pouvoir bénéficier d’une plus grande liberté en matière d’échange. Ce projet d’union est toutefois, selon Smith, une simple suggestion que seuls des hommes politiques « visionnaires » pourraient mettre en place (Winch, 1965).

  • 14  Chaque représentant, même s’il n’est pas élu par l’ensemble des citoyens, représente tous les memb (...)

58Burke, qui voit dans l’indépendance une issue probable, n’exclut pas lui non plus le maintien d’une union plus équilibrée entre la mère patrie et la colonie. Il suggère que les territoires conquis puissent à leur tour bénéficier d’une représentation au Parlement, un peu à l’image de ce que fait le Pays de Galles. Cependant, il récuse une représentation physique compte tenu de l’éloignement géographique, il récuse une représentation virtuelle14 qui aurait pu être une alternative (Dreyfus, 1996, p. 138). Burke va proposer alors à ce que l’on accorde aux Américains le droit de voter leurs propres impôts, et donc demande à ce que la Chambre des communes renonce à exercer sa compétence financière à l’égard des colonies américaines. S’il ne s’agit plus d’indépendance, cette conception s’oriente vers une sorte d’autonomie, respectueuse du désir de liberté fortement exprimé outre-Atlantique.

Conclusion

59La question coloniale s’avère être une excellente grille d’analyse pour évaluer le contenu libéral des œuvres économiques du xviiie siècle. À la lecture des textes économiques de cette période consacrés au colonialisme, on retient avant tout une opposition assez nette des économistes britanniques à l’existence même des colonies, au nom de la liberté et de l’efficacité économique, au nom du libéralisme. Cependant, sur le plan plus empirique, ce discours quasi unanime ne semble pas avoir de prise sur les politiques et les pratiques coloniales conduites par la Couronne. À l’exception de Burke dont l’influence politique était grande et dont la critique à l’égard des pratiques de la Compagnie des Indes orientales a pu constituer un facteur déclenchant, le rôle de conseiller des principaux économistes ne s’est guère fait sentir dans les faits puisque l’abandon des colonies fut plus lié aux mouvements de révolte des colons qu’aux combats idéologiques conduits par les économistes.

Bibliographie

Anderson James, 1782, The Interest of Great-Britain with Regard to her American Colonies, Londres, Cadell.

Aspromourgos Tony, 2008, The Science of Wealth, Adam Smith and the Framing of the Political Economy, Londres, Routledge.

Barber William, 1975, British Economic Thought and India, 1600-1858, Oxford, Clarendon Press.

Bayly Christopher A. éd., 1988, The New Cambridge History of India. Indian society and the making of the British Empire, Cambridge, Cambridge University Press, vol. II, 1.

Bentham Jeremy [1793], Emancipate your Colonies !, dans Colonies, Commerce and Constitutionnal Law, dans The Collected Works of Jeremy Bentham, J. H. Burns et J. R. Dinwiddy éd., Oxford, Clarendon Press, 1995, vol. IV.
— [1801-1804], Method and Leading Features of an Institute of Political Economy, dans Jeremy Bentham’s Economic Writings, W. Stark éd., Londres, George Allen and Unwin, 1952.

Biziou Michael, 2003, Adam Smith et l’origine du libéralisme, Paris, PUF.

Burke Edmund [1777], A Letter to John Farr and John Harris, on the Affairs of America, dans The Works of Edmund Burke, Londres, George Bell & sons, 1892, vol. II, p. 1-50.
— [1783a], Speech on Mr Fox’s East-India Bill, dans The Works of Edmund Burke, 1892, p. 173-248.
— [1783b], Report on the State of the Company’s Affaires in India, dans The Works of Edmund Burke, 1892, vol. IV, p. 1-207.

Clément Alain, 2006, « English and French mercantilist thought and the matter of colonies during the 17th century », Scandinavian Economic History Review, vol. LIV (3), novembre, p. 291-323.

Coats Alfred William, 1975, « Adam Smith and the mercantile system », Essays on Adam Smith, A. S. Skinner et T. Wilson éd., Oxford, Clarendon Press, p. 218-226.

Cot Annie, 1996, « Une utopie utilitariste : Jeremy Bentham et les colonies », Cahiers d’économie politique, no 27-28, p. 193-210.

Colquhoun Patrick [1814], A Treatise on the Wealth, Power, and Resources of the British Empire, Londres, J. Mawman ; réédition fac-similé, New-York, Johnson Reprint Corporation, 1965.

Decker Matthew [1744], The Trade and Navigation of Great-Britain Considered, reproduit dans Mercantilism, L. Magnusson éd., Londres, Routledge, 1995, vol. IV, p. 138-271.

Defoe Daniel [1728], A Plan of the English Commerce. Being a Compleat Prospect of the Trade of this Nation, as well the Home Trade as the Foreign, réédition Londres, Blackwell, 1974.

Démier Francis et Diatkine Daniel éd., 1996, Le libéralisme à l’épreuve, Cahiers d’économie politique, no 27-28 (notamment : D. Diatkine, « Adam Smith et le projet colonial ou l’avenir d’une illusion », p. 21-38).

Dreyfus Françoise, 1996, « Edmund Burke et la question américaine », Cahiers d’économie politique, no 27-28, p. 131-144.

Etemad Bouda, 2005, De l’utilité des empires. Colonisation et prospérité de l’Europe, Paris, Armand Colin.

Ferro Marc éd., 2003, Le livre noir du colonialisme, Paris, Robert Laffont.

Garden Maurice, 1978, « Le monde extra-européen. Ces masses que l’on croit immobiles », Histoire économique et sociale du monde, P. Léon éd., Paris, Armand Colin, vol. III, p. 233-273.

Gee Josiah [1729], The Trade and Navigation of Great-Britain Considered, reproduit dans Mercantilism, L. Magnusson éd., Londres, Routledge, 1995, vol. IV, p. 18-137.

Gervaise Isaac [1720], The System of Theory of the Trade of the World, reproduit dans Mercantilism, vol. IV, p. 1-17.

Horn James, 1998, « British diaspora. Emigration from Britain, 1680-1815 », The Oxford History of the British Empire, P. J. Marshall éd., vol. II, The Eighteenth Century, Oxford, Oxford University Press, p. 28-52.

Kaspi André, 1986, Les Américains, vol. I, Naissance et essor des États-Unis, 1607-1945, Paris, Le Seuil.

Kittrell Edward, 1970, « The development of the theory of colonization in English classical political economy », Great-Britain and the Colonies, 1815-1865, A. G. Shaw éd., Londres, Methuen & Co, p. 46-76.

Knorr Klaus [1944], British Colonial Theories, 1570-1850, Toronto University Press, 1963.

Kumar Dharma et Desai Meghnad, 1983, The Cambridge Economic History of India, vol. II, c. 1757-c. 1970, Cambridge, Cambridge University Press.

Léon Pierre éd., 1978, Histoire économique et sociale du monde, t. I, L’ouverture du monde, xıve-xvıe siècles, t. II, Les hésitations de la croissance, 1580-1730, t. III, Inerties et révolutions, 1730-1840, Paris, Armand Colin.

Maddison Angus, 2001, L’économie mondiale. Une perspective millénaire, Paris, OCDE.

Marshall Peter J. éd. [1998], The Oxford History of the British Empire, vol. II, The Eighteenth Century, Oxford, Oxford University Press, 2001.

Mauro Frédéric, 1964, L’expansion européenne, 1600-1870, Paris, PUF.

Paillard Yvan, 1999, Expansion occidentale et dépendance mondiale (fin xvıııe siècle - 1914), Paris, Armand Colin.

Pétré-Grenouilleau Gilles, 2004, Les traites négrières. Essai d’histoire globale, Paris, Gallimard.

Pitts Jennifer, 2005, A Turn to Empire. The Rise of Imperial Liberalism in Britain and France, Princeton University Press (trad. française M. Cordillot, Naissance de la bonne conscience coloniale. Les libéraux français et britanniques et la question impériale, 1770-1870, Paris, Les Éditions ouvrières, 2008).

Platteau Jean-Philippe, 1978, Les économistes et le sous-développement, Paris, PUF.

Pouchepadass Jacques, 2003, « L’Inde. Le premier siècle colonial », Le livre noir du colonialisme, xvıe-xxıe siècle. De l’extermination à la repentance, M. Ferro éd., Paris, Robert Laffont, p. 266-301.

Poussou Jean-Pierre et al. éd., 1998, Espaces coloniaux et espaces maritimes au xvıııe siècle, Paris, SEDES.

Prakash Om éd., 1998, The New Cambridge History of India, vol. II, 5 : European Commercial Enterprise in Pre-Colonial India, Cambridge, Cambridge University Press.

Richardson David, 1998, « The British Empire and the altantic slave trade, 1660-1807 », The Oxford History of the British Empire, vol. II, The Eighteenth Century, Oxford, Oxford University Press, p. 440-464.

Shaw Alan G., 1970, Great-Britain and the Colonies, 1815-1865, Londres, Methuen & Co.

Shelton George, 1981, Dean Tucker and Eighteenth-Century Economic and Political Thought, Londres, The MacMillan Press.

Smith Adam [1776], An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations, Londres, Straham & Cadell, 2 vol. ; R. H. Campbell et A. S. Skinner rééd., The Glasgow Edition of the Works and Correspondence of Adam Smith, Oxford, Oxford University Press, 2 vol., 1976 ; traduction française, édition, introduction et présentation de D. Diatkine, Paris, Garnier Flammarion, 2 vol., 1991.

Thomas P. James, 1963, Mercantilism and East India Trade, Londres, Frank Cass.

Tucker Josiah, 1750, Brief Essay on the Advantages and Disadvantages which Respectively Attend France and Great-Britain with Regard to Trade, 2e édition, Londres.
— 1752, The Elements of Commerce and Theory of Taxes, Bristol.
— [1775a], A letter to Edmund Burke, dans The Collected Works of Josiah Tucker, Londres, Routledge / Thoemmes Press, 6 vol., 1998, vol. V.
— [1775b], An Humble Address and Earnest Appeal to Those Respectable Personages in Great-Britain and Ireland, dans The Collected Works of Josiah Tucker, 1998, vol. V.
— [1776], A series of answers to certain popular objections against separation from the rebellious colonies, dans The collected works of Josiah Tucker, 1998, vol. V.
— [1781], A Plan for a Genaral Pacification ; With Remarks, dans The Collected Works of Josiah Tucker, 1998, vol. V.
— [1782], Cui Bono ? Or an Inquiry what Benefits Can Arise Either to the English or Americans, the French, Spaniards or Dutch, in The Collected Works of Josiah Tucker, 1998, vol. V.

Verley Patrick, 1997, L’échelle du monde, Paris, Gallimard.

Ward John R., 1998, « The British West Indies in the age of abolition, 1748-1815 », The Oxford History of the British Empire, vol. II, The Eighteenth Century, Oxford, Oxford University Press, p. 415-439.

Winch Donald, 1965, Classical Political Economy AND Colonies, Londres, G. Bell & sons.
— 1996, Riches and Poverty. An Intellectual History of Political Economy in Britain, 1750-1834, Cambridge, Cambridge University Press.

Notes

1  À l’exception de Colquhoun (1814), plus favorablement acquis à la cause coloniale comme entreprise potentiellement fructueuse.

2  Sur ce point, voir notamment Biziou, 2003 ; Aspromourgos, 2008.

3  Rappelons que la France perdit le Canada au profit de l’Angleterre. Notons par ailleurs que la domination coloniale ibérique s’achève entre 1810 et 1895. Le Brésil portugais obtient son indépendance en 1821. Déjà au xviiie siècle, l’Amérique espagnole était en grande partie une colonie commerciale de l’Angleterre ; voir Mauro, 1964, p. 145.

4  Dans la décennie 1790-1800, 50 000 Européens émigrent vers les États-Unis, environ 70 000 de 1800 à 1810, et 114 000 de 1810 à 1820 (Kaspi, 1986, p. 134).

5  Cette partie de l’empire colonial absorbait 17 % des exportations britanniques en valeurs déclarées en 1818-1820, mais seulement 5 % en 1845 ; voir Verley, 1997, p. 475.

6  L’ouvrage de Smith paru en 1776 sous le titre An Inquiry into the Nature and Causes of the Wealth of Nations est indiqué dans le texte avec la date de sa réédition à Oxford : 1976 ; la mention « trad. » suivie d’un numéro de page correspond à l’édition française de 1991, vol. II.

7  Nous traduisons (cette précision vaut pour toutes les citations de Tucker présentes dans cet article).

8  Nous traduisons (de même pour toutes les citations de Burke présentes dans cet article).

9  Nous traduisons (de même pour toutes les citations d’Anderson présentes dans cet article).

10  Pour plus de détails, voir Dreyfus, 1996, p. 235 et suiv.

11  Pour plus de détails, voir Winch, 1996, p. 45-47.

12  Pour plus de détails sur la position ambivalente de Bentham, voir Cot, 1996, p. 202-207.

13  Voir sur ce point Winch, 1965, p. 16. et suiv.

14  Chaque représentant, même s’il n’est pas élu par l’ensemble des citoyens, représente tous les membres de la communauté, y compris donc les colons américains qui sont sous l’autorité de la Couronne au même titre que n’importe quelle autre région.

Auteur

Maître de conférences en sciences économiques à l’université François-Rabelais de Tours et chercheur du laboratoire Triangle, est l’auteur d’un ouvrage consacré à la question alimentaire : Nourrir le peuple. De l’État garant à l’échange souverain (Paris, l’Harmattan, 1999) et a codirigé en 2006 un ouvrage consacré au physiocrate Nicolas Baudeau. Ses recherches actuelles portent sur la question coloniale vue par les économistes depuis le XVIe siècle jusqu’à nos jours ; il a publié plusieurs articles consacrés à cette thématique dans des revues scientifiques françaises et internationales.

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540