Version classiqueVersion mobile

Géométrie, atomisme et vide dans l’école de Galilée

Valeriano Magni et la discussion sur le vide en Italie

Massimo Bucciantini

Texte intégral

  • 1 Cf. L’Expérience barométrique. Ses antécédents et ses explications, Touars, Imprimerie nouvelle 193 (...)

1Je crois qu’il serait vain d’affronter aujourd’hui le problème de la naissance de l’affaire du vide d’un point de vue semblable à celui choisi par Cornelis de Waard en 19361. Certes, il est tentant, de prime abord, d’emprunter le même chemin, quitte à apporter des précisions, voire d’annoter et de corriger un ouvrage qui, par certains côtés, demeure fondamental. On se rendrait assez vite compte que la somme d’informations accumulées au cours des dernières décennies n’apporte pas, à elle seule, un changement substantiel au tableau d’ensemble esquissé avec une incomparable compétence et érudition par l’illustre historien hollandais.

2Les années qui ont immédiatement suivi la mort de Galilée sont marquées, comme le montrent clairement les derniers volumes de la correspondance de Mersenne, par une suite continue et croissante de discussions sur le vide et sur la possibilité de sa vérification expérimentale. Cette période, assez courte mais extraordinairement intense, est caractérisée par des polémiques violentes et de brusques coups de théâtre. L’écho suscité dans toute l’Europe par la thèse de l’existence du vide, sa place rapidement acquise, au centre même du débat philosophique et scientifique, rappellent un autre événement, lui aussi crucial pour la naissance de la science moderne : la publication du Sidereus Nuncius.

3Le lien subtil reliant entre elles les extraordinaires nouveautés célestes révélées par Galilée et la découverte admirable de la pression atmosphérique a été maintes fois souligné. Après le « nouveau ciel » observé à la lunette, c’est-à-dire avec le tube optique de Galilée, furent dévoilées les lois cachées de la nature, grâce au tube barométrique de Torricelli. La Lettre aux Filateti de Carlo Dati, publiée en 1663, visait clairement un double objectif : d’une part, elle réaffirmait et célébrait la primauté scientifique de la Toscane et des Médicis ; d’autre part elle revendiquait avec force, pour l’ensemble de la discussion sur le vide, la priorité et l’aspect central de l’invention de Torricelli. Or, Torricelli était l’héritier et l’interprète officiel de la science galiléenne.

4Mais il suffirait de gratter légèrement la surface de ces événements, pour fissurer l’exactitude et l’authenticité d’une telle reconstruction. On découvrirait, alors, à quel point il s’agit de représentations idéologiques, devenues elles aussi des instruments d’une bataille culturelle en cours de développement.

5La découverte des satellites de Jupiter, des montagnes lunaires, des croissants de Vénus, des trois corps de Saturne, des taches solaires avait profondément modifié les termes du débat sur l’astronomie nouvelle. De manière inattendue, Galilée devenait le protagoniste d’un débat désormais européen. En revanche, la querelle sur le vide – qui s’était développée depuis la publication des Discorsi – prenait aussitôt un caractère différent. Marquée par l’expérience romaine de Gaspare Berti, et surtout par les lettres de Torricelli à Michelangelo Ricci, la véritable histoire du vif-argent ne relève pas d’un centre unique autour duquel graviterait l’ensemble du débat. On a plutôt l’impression d’être en présence de plusieurs centres de discussion et d’élaboration, largement autonomes et indépendants les uns des autres.

  • 2 Cf. G. Nonnoi, Galileo e la questione del vuoto tra storia e storiografia, « Annali della Facoltà d (...)
  • 3 Cf. P. Galluzzi, Vecchie e nuove prospettive torricelliane, dans La scuola galileiana. Prospettive (...)

6L’aspect le plus frappant est la sortie de scène subite, en Italie surtout, du protagoniste principal de l’histoire2. Paradoxalement, Torricelli restera à l’écart du débat scientifique et philosophique déclenché par l’affaire du vide vers la fin des années 1640. Sa mort soudaine n’explique pas tout. Il y avait déjà eu, de sa part, un choix précis dicté par le souci de se protéger en faisant preuve de prudence. Torricelli avait décidé de se soustraire au débat sur la nature du vide et sur ses implications. « On ne trouve aucune trace de ses réflexions ultérieures sur le sujet du vide, ni dans ses travaux inédits, ni dans sa correspondance3. » Ses collaborateurs les plus étroits et ses amis galiléistes auront une attitude semblable. Ni Viviani, ni Ricci, ni même Magiotti ne participeront publiquement à quelque débat que ce soit sur le vide et ne publieront rien sur ce sujet.

  • 4 « Les épicuriens furent de l’ȧvis que non seulement le vide pouvait se produire naturellement, mais (...)

7« Fu opinione degli epicurei che non solo il vacuo naturalmente si potesse dare, ma che in effetti si ritrovassero nel mondo molti spazi vuoti, come V. S. si ricorderà d’aver letto presso Lucrezio4. » Ainsi débutait la réponse de Ricci à la lettre célèbre de Torricelli du 11 juin 1644. Vingt années plus tard, à l’occasion de la publication de la Lettre de Carlo Dati – parue, comme on le sait, sous le pseudonyme de Timauro Antiate –, c’était à nouveau Ricci qui suggérait au prince Léopold de Médicis l’attitude la plus opportune à tenir dans cette question toujours aussi brûlante :

  • 5 « Je ne voudrais pas que [Dati] se présente avec le titre d’Académicien ; qu’il y fasse simplement (...)

« Non vorrei – écrit-il – che s’intitolasse Accademico, ma solo che accennasse d’esser tale […] per levar ogni ombra che l’Accademia abbia parte con questa scrittura […] E dica che nell’Accademia di V. A. si sono tentate due o tre vie differenti da salvar questi effetti, ma ch’egli vuol solamente mostrar con quanta verisimilitudine si possa discorrere secondo il concetto del Sig. Torricelli5. »

8Dans la période la plus aiguë de la polémique, le nom de Torricelli disparut de l’affaire, tout particulièrement en Italie. Baliani ne put avoir connaissance de l’expérience barométrique que par les lettres envoyées de Paris par Mersenne. Valeriano Magni, qui avait pourtant séjourné en différentes villes d’Italie au cours des années 1644-45, ne sut rien de l’expérience très adroite (ingegnosissima esperienza) réalisée par le disciple de Galilée.

  • 6 « À Rome je n’ai jamais vu Michelangelo Ricci et n’ai même pas connu son nom ; à Florence je n’ai j (...)

« Romæ non vidi – écrivait Magni – neque unquam novi ex nomine Angelum Ricci ; Florentiæ Evang. Turricellium noc vidi, nec nomine tenus unquam cognovi […] Florentiæ habui commemorationem frequentem etiam cum Sereniss. Principe Leopoldo de pertinacia Peripatus in sententia Aristotelis contra ipsum visum, & tactum : imo quæsitum ibi, an consultum foret meæ philosophiæ, si ea ex illa civitate, sub auspicis Sereniss. Magni Duci Ætruriæ, prodiret in lucem, nec tamen aliquando sonuit mihi in illa Urbe vox ista vacuum. Romæ A. R. P. Mersennus anno 1645 nihil mecum contulit de hoc experimento6. »

9À la fin des années quarante, les principales controverses opposant les partisans du vide et ceux du plein se concentrèrent autour de deux pôles. En France, où le débat fut dominé par les Expériences nouvelles touchant le vide de Pascal et en Italie, où il le fut par la Demonstratio ocularis loci sine locato de Valeriano Magni.

  • 7 Cf. V. Magni, Demonstratio ocularis loci sine locato, corporis successive moti in vacuo, luminis nu (...)
  • 8 Cf. M. Mersenne, Correspondance, vol. XV, Paris, édition du CNRS 1983, p. 561 : Desnoyer à Roberval (...)

10Lorsque, à l’automne 1647, se répandent les premières nouvelles relatives à la publication à Varsovie d’un petit ouvrage contenant la preuve expérimentale du vide7, l’auteur n’est pas un inconnu dans les milieux intellecuels français et italiens. Magni avait eu l’occasion de discuter longuement de son De luce mentium avec Mersenne ; son estime pour les qualités intellectuelles du Minime français l’avait poussé à lui dédier le De atheismo Aristotelis. Nous ne savons pas dans quelle mesure cette initiative fut bien accueillie par l’intéressé. Il s’agissait d’un des textes philosophiques de Magni les plus connus, et à tel point provocateur qu’on demanda, de divers cotés, d’en arrêter la diffusion8.

  • 9 Cf. G. Galilei, Opere, Edizione Nazionale par A. Favaro, Firenze, Barbèra 1890-1909, 20 vol. (par l (...)
  • 10 Ibid., XVII, p. 16 ; Peri à Galilée, 22-24 janvier 1637.

11Le père Magni n’était pas non plus un inconnu dans le groupe des galiléistes. Certains avaient peut-être gardé le souvenir de Valeriano Magni, conseiller et collaborateur fidèle du roi de Pologne Ladislas IV. Ce dernier avait toujours manifesté de l’estime et de la considération pour Galilée9. Ses initiatives en vue d’obtenir la révision du procès du savant toscan avaient échoué en raison de la position du grand-duc Ferdinand II, qui ne voulut y être mêlé10

  • 11 Ibid., XVI, p. 301-302, 359-360, 386, 393, 419.
  • 12 Cf. J. Cygan, Das Verhältnis Valerian Magnis zu Galileo Galilei und Seinen WissenSchaftlichen Ansic (...)

12Sans doute, le nom de Magni était également connu dans le cercle restreint des personnes restées proches de Galilée dans les années qui avaient suivi sa condamnation. C’est au cours de cette période, en effet, que prit forme le projet de publier en Moravie, dans l’imprimerie du cardinal Dietrichstein, les Discours concernant deux sciences nouvelles. Magni y participa avec Giovanni Pieroni, Antonio Miniati et le prince Mattias de Médicis11. D’autre part, les rapports d’amitié constants et étroits entre Giovanni Ciampoli et Magni sont largement attestés. On connaît les tentatives infructueuses effectuées par ce dernier, du temps où il était vicaire apostolique en Pologne, en Bohème et en Allemagne – et par le roi de Pologne lui-même – afin d’obtenir l’autorisation de retour à Rome du galiléiste Ciampoli12.

13Pamphlétaire habile et chasseur d’hérétiques, protagoniste d’un nombre considérable de batailles bruyantes et de brûlantes défaites, Valeriano Magni a connu des fortunes diverses auprès des historiens. Sa figure d’anti-jésuite et d’antiaristotélicien impénitent, de partisan du vide, par ailleurs hostile à la pression extérieure de l’air, de défenseur généreux et passionné de Galilée, a donné lieu à des reconstructions sommaires et souvent opposées entre elles qui, selon le cas, l’ont acculé aux positions les plus extrêmes : tantôt sous l’habit du traditionaliste menant une bataille d’arrière-garde et coupable d’avoir pillé l’expérience de Torricelli, tantôt sous celui du novateur, partisan de Galilée voire galiléiste lui-même.

  • 13 Cf. G. Nonnoi, Horror Vacui : Galileo e il mutamento di un paradigma. dans Alle origini della rivol (...)
  • 14 Cf. G. Nonnoi, Galileo e la questione del vuoto tra storia e storiografia, op. cit., p. 57, 59.
  • 15 Ibid., p. 60.
  • 16 Cf. Galileo eretico, Torino, Einaudi 1983, p. 375 ; tr. fr. Galilée hérétique, Paris, Gallimard, 19 (...)

14Giancarlo Nonnoi, dans ses travaux récents sur le vide, le décrit comme un « plagiaire13 », auteur d’un « petit ouvrage naïf », contenant « un mélange d’éléments cosmologiques et physiques empruntés toujours à Aristote14 ». Son antiaristotélisme, « d’arrière-garde, par certains aspects, aurait été inspiré par des considérations théologiques et par son opposition aux jésuites15 ». Pietro Redondi, en revanche, nous offre, dans son Galilée hérétique, un tout autre portrait. Il nous présente Magni comme le représentant de la nouvelle philosophie, comme un galiléen, ou mieux, un galiléen « métaphysicien, l’un des derniers témoins directs »– après la disparition de monseigneur Ciampoli – « de la période et du climat de l’admirable conjoncture galiléenne à Rome16 ».

  • 17 Cf. C. De Waard, op. cit., p. 125; Dictionary of Scientific Biography, New York, Scribner’s Sons 19 (...)

15L’accusation faite à Magni – il aurait eu connaissance de l’expérience de Torricelli et se serait fait passer pour son véritable inventeur – semble désormais dépourvue de tout fondement. Les recoupements documentaires permettant de douter fortement d’une telle hypothèse sont, en effet, assez nombreux17. En revanche, le soi-disant galiléisme de Valeriano Magni mérite un examen particulier. Sans aucun doute, Magni prit position en faveur de Galilée à plusieurs occasions. Il manifesta publiquement son estime pour le travail accompli par le grand savant italien, notamment en 1648, quelques mois seulement après la publication de la Demonstratio ocularis, dans la première partie de ses Principia Philosophica.

  • 18 « Qui donc pourrait compter les ouvrages philosophiques publiés au cours de ce siècle dans l’intérê (...)

« Quis, vel cogitando, assequatur, – écrivait-il – et numeret opera philosophica, hoc postremo sæculo, facta publici iuris, beneficio artis typographicæ ? At facillime numerantur illi, qui contulerentur in gazophilacium philosophicum aliquam veritatem præcipuam, pridem ignotam humani generi. Ego suspicio in Astrologia Ioannem [sic] Copernicum ; in eadem facultate, et nonnullis questionibus physicis Galileum de Galileis : in revelanda occulta natura magnetis, quæ, rite cognita, aperit viam perscrutanti structuram machinæ mundanæ, Guglielmum Rhobertum Anglum18. »

16Son jugement sera exprimé encore plus clairement plus tard, dans un texte destiné à être imprimé mais resté inédit, en raison de la mort de l’auteur.

  • 19 « Je nourris admiration et respect pour Galilée […] Si une tempête faisait disparaître une grande q (...)

« Suspicio Virum [Galileo] – écrit Magni – […] Si turbo tolleret a facie Terræ ingentem copiam librorum editorum, fortassis perirent sine decremento doctrinarum. Secus si delerentur ab hominum memoria quæ, Galileo præeunte, innotuerunt humano generi : heu quantum lucis decresceret ! Parcite quotquot æmulamini Galilei foelicitatem et solertiam in revelatione veritatum grandium, atque pregnantium. Nominare virum, qui ab Orbe condito plura solus detexerit occulta generi humano ? Ego nullum scio : Vir sane dignus, cui Orbis Philosophorum erigat statuam in medio terrarum19. »

  • 20 Cf. P. Redondi, Galileo eretico, op. cit., p. 134, note 67, tr. fr. Galilée hérétique, op. cit., p. (...)

17Ces passages – dont le contenu est confirmé par l’ensemble de ses écrits – permettent de situer Magni dans l’archipel des modernes, si caractéristique de la première phase de la révolution scientifique. Cependant, je ne crois pas que, seuls, ils suffisent à le classer dans le cercle bien plus restreint des galiléistes20. Il en est de lui comme d’un autre personnage contemporain, bien plus célèbre que Magni dont nous pourrions difficilement dire qu’il était galiléen. Il s’agit de Tommaso Campanella, admirateur et défenseur de Galilée comme l’était Magni, mais inquiet et dépourvu de toute modération. Campanella ne fut jamais compagnon de route de Galilée ; Magni n’aurait jamais pu le devenir. Ce qui les séparait de Galilée et les menait vers des objectifs différents, c’était le type même de philosophie que chacun d’eux, à sa manière, entendait construire, ainsi que le rôle assigné à la science et aux mathématiques.

  • 21 Cf. Observation touchant le vuide faite pour la première fois en France : contenue en une lettre éc (...)
  • 22 Cf. G. Fantuzzi, Eversio demonstrationis ocularis loci sine locato, Bononiæ, typis Hæredis Victorij (...)
  • 23 Cf. V. Magni, Demonstratio ocularis, Venetiis, ex typis Hertianis, 1649. Cette édition est assez ra (...)
  • 24 Ibid., p. 31-42, 43-47.

18La parution à Varsovie de la Demonstratio ocularis fit grand bruit et suscita de violentes polémiques. Rapidement rééditée en France21, elle connu aussitôt le même succès éditorial en Italie. Elle parut d’abord à Bologne, en 1648, chez le péripatéticien Giovanni Fantuzzi – dans l’appendice de son Eversio demonstrationis ocularis22 – et l’année suivante à Venise23, à l’initiative, cette fois-ci, d’un groupe de partisans du vide animé par Giannantonio Rocca. Comme j’aurai l’occasion de l’indiquer plus loin, ce fut la seule voix, assez faible d’ailleurs, émise en Italie durant cette période, en faveur de l’existence du vide. L’édition vénitienne comportait, en outre, la Narratio de vacuo écrite par Roberval à Pierre Desnoyers. C’est par cette Narratio que Magni avait pu prendre connaissance de l’expérience de Torricelli. Aussi, dans l’édition vénitienne, il y avait également sa réponse à Roberval24.

19Magni ne fit aucune difficulté pour accepter et reconnaître immédiatement la paternité de la découverte. Que d’autres avant lui aient pu parvenir à des conclusions semblables aux siennes, voilà qui le confortait dans la justesse du chemin emprunté.

  • 25 « J’ai effectué les expériences sur le vide non pas tellement pour montrer la possibilité de l’exis (...)

« His ergo exhibui experimenta vacui, – écrivait-il à Roberval – typo evulgata, non tamen in eum finem, ut docerem possibilitatem vacui, sed ut inde arguerem falsitatis prima principia Physicæ Aristotelicæ ; quapropter gaudeo experimenta hæc esse antiquiora inter vestrates, firmarique vestra quoque auctoritate25. »

  • 26 « Laudatur enim Stagirita ab acumine mentis ; laudatur a doctrina ; laudatur ab Ethnicis, a Christi (...)

20Pas de rancœur, donc, ni de désir de contestation. C’est Magni lui-même qui adresse à Mersenne un appel déchirant pour qu’il accepte d’être le guide de tous les novatores afin de conduire une bataille commune contre la philosophie athée d’Aristote26. Le projet ambitieux auquel Magni allait consacrer toute son énergie ne consistait pas à poser les bases d’une nouvelle science, mais à fonder une nouvelle philosophie chrétienne capable de parvenir à la restauration de l’ensemble du corpus théologique. Mais pour cela, il fallait démolir l’entreprise aristotélicienne tout entière, celle-là même qui, pendant des siècles, avait assujetti l’Église catholique et des générations de théologiens et de philosophes. Pour cette raison, justement, la nouvelle physique et la nouvelle science deviennent, dans cette phase, les instruments les mieux adaptés à la mise en évidence des erreurs et des contradictions présentes dans la philosophie d’Aristote.

  • 27 Il n’y a pas de solution de continuité entre la métaphysique du De luce mentium et la bataille cond (...)

21Vue sous cet angle, la Demonstratio ocularis prend corps et permet de comprendre l’engagement et la détermination de Magni et, surtout, la finalité et le cadre général dans lequel il s’efforçait d’insérer sa bataille en faveur du vide. La nouvelle philosophie, dont les contours métaphysiques avaient déjà été clairement tracés dans le De Luce mentium, trouvait là, sur le terrain de la philosophie de la nature, une première occasion, tout à fait inattendue, de se déployer27.

  • 28 Cf. V. Magni, Demonstratio ocularis, op. cit., p. 13.
  • 29 « Si fistulam quantum libet longam, altera extremitatum clausa, replevero liquenti corpore gravi, s (...)

22Le vide, la possibilité de son existence, découlait, d’après Magni, du conflit de deux forces présentes dans la nature et opposées entre elles. Il y avait, pour lui, une vis continuativa tendant à joindre et à réunir les parties homogènes, et une vis contiguativa tendant, en revanche, à conserver l’adhésion entre les parties de nature différente afin que le vide ne puisse pas se former. La hauteur constante du mercure dans le tube dépendait du fait que la virtus contiguativa était une force limitée, d’après Magni, par le créateur de la nature (ab auctore naturae)28. Par conséquent, elle ne pouvait pas vaincre totalement la virtus continuativa qui pousse le mercure vers la partie inférieure du tube29.

  • 30 Cf. V. Magni, Vacuum pleno suppletum (1650) ; édition citée : V. Magni, Principiorum philosophiae. (...)

23Toute référence au poids de l’air est totalement absente de cette interprétation. Cependant, dès que Magni a connaissance de l’explication fournie, par Torricelli d’abord et par Pascal ensuite, du rôle joué par la pression atmosphérique en tant que cause du phénomène, il ne l’exclut pas a priori. Mais il considère que l’équilibre entre le cylindre de mercure et le cylindre de l’air environnant est insuffisant, tout seul, à expliquer de manière exhaustive l’expérience barométrique. Il s’agissait, là aussi, d’un effet, d’un effet possible, renvoyant à son tour au principe causal, premier et absolu, d’existence dans la nature d’une force du vide prohibitive, bien que limitée30.

24Magni réaffirmait ainsi sa fidélité à l’explication de la vertu et résistance du vide exposée par Galilée dans la première journée des Discorsi. De là, en effet, était partie, plusieurs années auparavant, son enquête longue et laborieuse.

  • 31 « Une idée concernant la possibilité du vide je l’ai trouvée chez Galilée, lorsqu’il explique pourq (...)

« Consilium ergo de superanda impossibilitate vacui, – écrivait-il dans la Démonstratio – incidit mihi apud Galilæum, quod aqua nequeat per attractionem ascendere in fistula ultra cubitum decimum octavum, & ab usu librae Archimedis, quam Cracoviæ anno 1644 dono accepi a Tito Livio Buratino, viro erudito in mathematicis; qua occasione cognovi proportionem gravitatis inter aquam & mercurium esse 1 ad 13 proxime ; nec fuit tanti acuminis intellexisse, tubum cubitorum viginti, si aqua repleatur, redditurum duos, si vero contineat argentum vivum, retenturum tertiam decimam partem cubitorum octodecim. Anni sunt octo, quibus, varie præpeditus, frustra dispono fabricam fistulae, altæ ultra cubitos octodecim, & quator (scilicet ab usu librae Archimedis) quibus quaero tubum vitreum altitudinis trium cubitorum31. »

  • 32 Cf. G. Galilei, Discorsi e dimostrazioni intorno a due nuove scienze (1638), dans OG, VIII, p. 60 ; (...)
  • 33 Cf. V. Magni, Demonstratio ocularis, op. cit., p. 27 ; « Dicendum igitur, quod lumen in vacuo est p (...)

25S’il est vrai que Magni agissait en solitaire, cependant le rôle d’inspirateur et de guide joué par le texte galiléen ne pouvait échapper au lecteur. Pour Magni, la première conséquence notable de l’expérience barométrique – c’est-à-dire, le fait que le mouvement dans le vide ne serait pas instantané – avait déjà été soulignée par Galilée dans les pages des Discorsi32. En revanche, la deuxième conséquence, qui ne créait pas moins de désordres que la première, semblait convenir davantage aux conclusions métaphysiques du De Luce mentium. Étant visible dans le vide, la lumière ne dépendait d’aucun sujet matériel, et, par conséquent, subsistait par elle-même33.

26Ainsi, l’œuvre de Magni ouvrait un nouveau front de discussions et de heurts. Son intervention brise l’interprétation, essentiellement continuiste, proposée par De Waard. En effet, après Magni il sera encore plus difficile en Italie de se ranger en faveur du vide.

  • 34 Cf. P. Redondi, Galileo eretico, op. cit., p. 375 et suivantes ; tr. fr. Galilée hérétique, op. cit (...)

27Redondi a sans doute raison lorsqu’il remarque que l’intervention de Magni déplaçait l’axe de la discussion, passant des argumentations à caractère expérimental fondées sur l’observation, à celles plus proprement philosophiques et théologiques34. Ce fut Magni lui-même qui s’en rendit compte, au lendemain de la publication de la première édition de la Demonstratio. Dans une lettre, peu connue mais d’un très grand intérêt, adressée le 3 août 1647 à son ami Giovan Battista Barsotti, homme de confiance du cardinal von Harrach à Rome, il faisait état d’une rencontre à Varsovie avec le nonce apostolique de Pologne. La rencontre avait eu lieu quelques jours plus tôt, en présence de deux pères piaristes de ses amis.

  • 35 « En parlant de ma démonstration du vide on rappela l’objection de quelques théologiens suivant laq (...)

« E parlandosi della mia dimostrazione del Vacuo, – écrit Magni – fu commemorata l’obiectione di qualche theologo, che cotal dimostratione toglie li miracoli consequenti alla transubstantiatione nel S.mo Sacramento, cosa che a me diede occasione di dir quanto soggiongo. Dissi, che S. Agostino e S. Thomaso d’Aquino in particolare, biasmavano l’interessare l’auttorità della fede facilmente nelle questioni filosofiche, come tentativo pericolosissimo all’istessa fede: laonde soggiunsi tali essere il caso occorrente, ciò è l’interessata verità dei suddetti miracoli con la violentissima dimostratione oculare del Vacuo35. »

28La discussion se concentra aussitôt sur l’un des points essentiels à l’admissibilité du vide. Du reste Magni, de son côté, faisait tout son possible pour rendre l’affaire encore plus explosive. Il mentionnait, à titre de comparaison, le traitement subi par Galilée lui-même, et développait un véritable réquisitoire contre l’autorité des théologiens, s’élevant, en particulier, contre l’infaillibilité du Saint-Office.

  • 36 « Ensuite afin de suivre le fil du discours déjà entamé, je reprenai brièvement ce que j’ai imprimé (...)

« Poi, per seguir la tela del discorso incomminciato – écrit-il dans cette même lettre – ripigliai brevemente ciò che ho stampato nel libro quarto al cap. 16 De Catholicorum Regula credendi […] dove tra le altre cose dicesi che li Tribunali del S.o Offizio non hanno auctorità infallibile […] Sisto Quinto, se ben mi raccordo, nell’erettione della Congregatione dell’Indice, prohibisce la Decisione di nuovi quesiti in materia di fede, quale riserva a sé: et non si suppone che, ogni volta che il Papa assiste al S.o Offizio, pretenda definire formalmente ex Cathedra questione di fede indecise per il passato. […] Di tutto ciò ne apportai essempio con la causa del Galileo, ciò è, la questione, utrum il moto del Sole, e la quiete della Terra, asserti dalle Sacre Lettere, s’intenda reale, o vero apparente, mai esser stata proposta, molto men diffinita nella Chiesa di Dio, et perché la fama portava che il S.o Offizio havesse dichiarata heretica l’opinion del Galileo, restai ferito allora al core, temendo, che li heretici, non distinguendo l’auttorità assoluta del Papa da quella del S.o Offizio, presumessero di poter’opporre all’autorità del Papa, per parer de’ cattolici, infallibile, qualche dimostratione geometrica, e ricercai l’anno 1642 nel mese d’Agosto dal Maestro del Sacro Palazzo […] che mi dichiarasse con qual titolo fosse qualificata dal S.o Offizio la propositione del moto della Terra, e quiete del Sole. Egli mostrommi da un libro stampato, esser quella propositione qualificata come temeraria, cosa che mi recò gran consolatione, e diede confidenza di più volte pregar l’Em.mo Cardinale Francesco Barberini, facesse nascere occasione di pubblicar tal cosa, per ovviare al scandalo da me temuto […] Tanto dissi, concludendo, che il zelo dell’auttorità della Sedia Apostolica, trasportato oltre i prescritti termini, non giova, ma nuoce. Io poi restai persuaso, che questa longa digressione fosse per rintuzzar quelli che opponevano alla dimostration mia de Vacuo consequenti alla transubstantione nel S.mo Sacramento36. »

29Cependant, l’optimisme de Magni était aussitôt contredit par la réaction immédiate du nonce apostolique. Celui-ci convoqua le jour suivant les deux pères piaristes qui avaient assisté à la rencontre.

  • 37 « En présence du père Auditeur […] il dit savoir qu’ils étaient de mes amis. Aussi, avec l’empresse (...)

« […] alla presenza del P. Auditore – indique Magni dans cette même lettre – disse, saper, che essi sono miei amici; laonde con molto zelo dell’autorità della Sedia Apostolica, et sana dottrina, essagerò, leggiermente però, ciò concerne il vacuo, ma molto gravemente il raccontato mio discorso, come non conveniente ad un Religioso Missonario Apostolico della Santa Sede37. »

  • 38 Cf. P. Casati, Vacuum proscriptum, Genuæ, Ioannes D. Peri 1649, p. 3-7. Sur ce sujet, voir C. Costa (...)

30J’ai voulu m’arrêter sur cet épisode car il rend bien compte, me semble-t-il, de l’enjeu, tel qu’il fut immédiatement perçu au lendemain de la publication de la Demonstratio Ocularis. En effet, l’attaque contre Magni ne tarda pas à se déclencher. Ce furent ses adversaires de toujours qui la lancèrent publiquement. Comme on le sait, le jésuite Paolo Casati fut chargé d’exprimer de manière claire et précise la position de la compagnie. Son Vacuum Proscriptum commençait, justement, par mettre au centre de la discussion le miracle des accidents eucharistiques, niés par la théorie du vide38.

  • 39 Cf. Lettere d’uomini illustri del secolo xvii a Giannantonio Rocca, in Modena, presso la Società Ti (...)
  • 40 Ibid., p. 394-395.
  • 41 « J’ai montré également pourquoi la réponse de Baliani ne peut être vraie, et d’après les expérienc (...)
  • 42 Ibid., p. 400-401 : « De l’autre je ne savais rien, aussi je la verrai volontiers, puisque Votre Se (...)
  • 43 Cf. P. Casati, Vacuum proscriptum, op. cit., p. 171-172.

31Comme il l’avouait à Giannantonio Rocca en juillet 1648, Casati avait été sollicité « vigoureusement pour écrire une réponse adéquate et distincte de celle du père Zucchi et de Fantuzzi (assez faible, celle-ci, au point de laisser intactes de nombreuses choses)39 ». « Je voudrais faire en sorte – indique Casati –, en y déployant tous mes efforts, que la réponse se révèle adéquate et satisfaisante40. » Pour cela, il priait son ami mathématicien de lui envoyer ses propres considérations sur le sujet. Rocca répondit aussitôt, en lui envoyant deux opuscules parus tout récemment. Il s’agissait de la lettre imprimée de Baliani à Mersenne du 28 novembre 1647, et du De circumpulsione platonica de Tommaso Cornelio. Sur le premier de ces deux écrits, dont Casati connaissait déjà le manuscrit, le jésuite ne voulut pas insister. A son avis, la fausseté du principe du poids de l’air était tout à fait manifeste41. En revanche, il consacrait l’appendice du Vacuum Proscriptum à l’Epistola de Cornelio, dont il n’avait pas eu connaissance auparavant42. Casati contestait la notion d’éther soutenue par Cornelio. Certes, cette solution s’opposait au vide, mais elle n’était pas moins dangereuse que l’autre, car elle conduisait de toute évidence à l’atomisme. Ce n’est pas par hasard si le nom de Cornelio fut associé par Casati à ceux de Descartes et de Regius43. Sur les conceptions de Regius – dont les Fundamenta Physica venaient de paraître – le savant jésuite avait exprimé un jugement sans appel.

  • 44 « Je ne possède pas l’ouvrage Fundamenta Physica d’Henri Regius J’ai lu en entier l’exemplaire prêt (...)

« L’opera d’Enrico Regio intitolata Fundamenta physica – écrivait-il à Rocca le 18 janvier 1649 – non l’ho appresso di me. L’ho ben letta tutta prestatami dal P. Inquisitore […] però non l’ho voluto comprare sino a nuovo avviso di V. S., massime che temo sia sospeso da questo P. Inquisitore, per aver veduto che si negano li accidenti, e tutto si riduce a moto locale onde v’è qualche difficoltà per il mistero dell’Eucharistia […] e poi vuole che i luoghi della Santa Scrittura, dove si parla dei moti del Sole, siano tutti figurati, né si debbano intendere in senso proprio44. »

  • 45 Dans la biographie de Giannantonio Rocca écrite par Gaetano Rocca, on lit ceci : « Outre les nombre (...)
  • 46 Cf. T. Capponi, Opusculum contra experientias, quibus aliqui conantur probare existentiam vacui, Pa (...)
  • 47 Cf. A. Morenghi, Impugnatio responsionis A.R.P. Regentis Thomae Capponi […] ad experimentum vacui d (...)

32L’invitation à intervenir sur la question du vide, adressée par Casati à Rocca, n’était pas dictée uniquement par un souci de courtoisie. Vraisemblablement, le savant jésuite était au courant des expériences barométriques menées par celui-ci dans sa propre maison en présence de nombreux gentilshommes45. Ce fut justement à l’occasion de ces réunions que surgit une polémique très vive entre les partisans du plein et ceux du vide. Elle donna lieu tout d’abord à la publication d’un petit livre contre le vide, écrit par le philosophe et théologien de l’université de Parme, le franciscain Tommaso Capponi46, immédiatement suivie par la réponse d’un ami de Rocca, le médecin Antonio Morenghi. Celle-ci fut insérée au bas de l’édition vénitienne de la Demonstratio ocularis de Magni47.

33La lecture de ces deux opuscules, méconnus, je crois, jusqu’à ce jour, n’ajoute pas grand-chose à la connaissance du débat en cours. Il confirme une fois de plus l’écho très large suscité, en Italie aussi, par l’affaire du vide et par la publication de l’œuvre de Magni. En revanche, l’échange entre Casati et Rocca présente un plus grand intérêt.

  • 48 Cf. Lettere d’uomini illustri del secolo xvii a Giannantonio Rocca, op. cit., p. 414 : Casati à Roc (...)

34En janvier 1650, Giannantonio Rocca envoyait au savant jésuite l’opuscule de Morenghi48. Quelques semaines plus tard, il lui adressait ses propres remarques sur le Vacuum Proscriptum.

  • 49 « Si nous nous mettions d’accord et si nous voulions commencer à philosopher sans avoir d’idées pré (...)

« Quando ci abboccassimo e volessimo cominciar a filosofar senza pregiudicii – écrivait Casati à Rocca dans une lettre du 24 janvier –, sperarei che anche V. S. venisse nella mia opinione, quando però ci contentiamo dell’evidenza fisica, perché a filosofare per ragioni astratte, e del modo col quale hanno potuto esser le cose in un’altra serie di effetti, anch’io so non esservi necessità metafisica che le cose siano tali quali di fatto sono49. »

  • 50 Biblioteca Palatina, Parme, Ms. Parmense 369, c. 157r. Le point de vue inédit de Rocca est publié i (...)

35Rocca acceptait sans tarder la confrontation sur le terrain de l’évidence physique proposée par le jésuite. Le schéma adopté pour ses remarques inédites concernant le Vacuum proscriptum ne s’éloignait pas, dans ses grandes lignes, de celui déjà utilisé par Magni dans sa Demonstratio. Rocca abordait lui aussi le problème en termes de virtù contiguativa et de virtù continuativa, en faisant référence, toutefois, à la « résistance employée par la Nature pour s’opposer au vide », qui, à son avis, n’était pas « naturellement invincible50 ».

36Les arguments développés par Rocca étaient au nombre de deux. Le premier concernait les sauts du mercure, c’est-à-dire les oscillations engendrées par le mercure avant de se stabiliser à son point d’équilibre. « Si le mercure descend en raison de sa gravité – avait rétorqué Casati à Magni – pour quelle raison descend-il d’abord à un niveau plus bas pour remonter rapidement ensuite ? » Autrement dit, comment la même force – la vis contiguativa dont parlait Magni – pouvait-elle attirer tantôt une quantité de mercure plus grande, tantôt une plus petite ? Pourquoi, dans la tentative de remplir la partie supérieure du tube, ne le poussait-elle pas toujours à la même hauteur ? La réponse de Rocca mérite d’être regardée de près. Son auteur suppose que l’impulsion acquise par le mercure dans sa chute, ajoutée à sa gravité naturelle, est supérieure à la vertu contiguativa. Avec la descente du mercure, sa gravité dans le tube diminue. Ainsi, l’écart entre l’intensité de la force continuativa, ou de gravité, et la force contiguativa diminue, jusqu’à l’annulation de l’écart. À ce moment-là, cependant, puisque le mouvement du mercure a cessé, cesse également l’impulsion due à la gravité du fluide. Aussi, la vertu contiguativa prend le dessus et pousse le mercure vers le haut, en lui donnant une impulsion contraire à celle reçue initialement. Mais cette impulsion finit par s’épuiser elle aussi progressivement. Et Rocca de conclure :

  • 51 Ibid., c. 159r.

« Ayant perdu cette contribution, la vertu contiguativa n’a plus assez de force pour soutenir le poids d’une aussi grande quantité de mercure. Aussi, celui-ci tombe à nouveau, et remonte ensuite passant toujours en dessous et autant au dessus du point d’équilibre, porté par le degré et l’intensité (intensione) de l’impulsion correspondant à chacune de ces vibrations. Celles-ci, étant enfin réduites à leur minimum naturel, vont se terminer dans le repos51. »

37Il est difficile, en lisant ces textes, d’effacer l’impression que l’on est en présence d’une application et d’une extension des réflexions galiléennes sur le pendule. Du reste, la solution apportée à la deuxième objection de Casati est là pour confirmer la présence de Galilée dans les considérations avancées par Rocca. Il s’agit de la question bien connue concernant l’ascension du mercure le long des tubes inclinés. Elle était considérée par Rocca comme une sorte d’appendice à la première question.

  • 52 Ibid.

38En effet, la montée du mercure serait due plutôt à la diminution de la gravité excercée par le mercure qu’à l’absence du vide. La gravité serait « affaiblie du fait de l’inclinaison du tube52 ». Cette situation permettrait à la vertu contiguativa de soutenir, justement, une plus grande quantité de mercure. Une telle conclusion – remarquait Rocca – s’accordait parfaitement avec la doctrine des plans inclinés, d’après laquelle l’effet de la gravité d’un corps, dans ce cas d’un corps fluide, dépendait uniquement de son déplacement suivant la verticale. Ainsi, l’augmentation de l’intensité dans la vertu contiguativa, telle que Rocca l’avait admise, provoquait la montée du mercure, jusqu’au rétablissement de la gravité qu’avait la colonne de mercure dans sa position verticale d’origine.

39L’espoir, longtemps caressé par le savant jésuite, de pouvoir convaincre et amener sur ses propres positions l’ami mathématicien Giannantonio Rocca, ne fut pas suivi d’effets. Mais ce qui mérite d’être souligné tout particulièrement ici, c’est la présence toujours importante de Galilée dans la discussion sur le vide, ainsi que le recours à sa science pour parvenir à une solution de l’affaire.

40Vers la moitié des années soixante, le cardinal Sforza Pallavicino expliquait les raisons fondamentales qui empêchaient qu’on pût se considérer entièrement galiléiste.

  • 53 Cf. P. Sforza Pallavicino, Lettere, in Roma, per Angelo Bernabò 1668, p. 111.

« Vous et moi – écrivait-il dans une lettre adressée à Carlo Roberti, nonce apostolique en France – nous sommes galiléistes à la même manière, ayant assez d’estime pour Galilée dans les mathématiques, ainsi que dans les expériences et dans les spéculations sur les mouvements […] [Mais] si je vous avais cru entièrement galiléiste, je vous aurais considéré inapte au grade qui est le vôtre53. »

  • 54 Ibid.

41Du reste, les héritiers de Galilée, « ceux-là mêmes qui à Florence l’adorent », s’étaient éloignés des positions du Maître sur certaines questions comme « le vide, les comètes, et quelques autres également obscures54 ».

  • 55 Cf. P. Sforza Pallavicino, Vindicationes Societatis Iesu, Romæ, typis Dominici Manelphi 1649, p. 22 (...)

42Il est probable que le cardinal Pallavicino, lorsqu’il écrivait cette lettre, connaissait déjà les Saggi di naturali esperienze (Essays concernant des expériences naturelles). Il ne pouvait pas ne pas remarquer, dans ce cas, la précaution et la « sage » modération dont les académiciens avaient fait preuve en traitant du problème du vide. Il en connaissait parfaitement l’aspect délicat et l’importance. En effet, plusieurs années auparavant, il avait écrit lui-même des phrases enflammées contre le père Valeriano Magni, l’un des rares, tout au moins en Italie, à s’être rangé ouvertement en faveur du vide55. Sur ce problème-là, justement, on ne pouvait se considérer d’aucune façon galiléiste.

Appendice

43Giannantonio ROCCA à Paolo CASATI

44Reggio, 8 mars 1650
Biblioteca Palatina, Parma, Ms. Parmense 369, c. 156r-159r.

45[c. 156r] M.to R.do P.re mio Sig.e e P.ne oss. mo,

  • 1 Cf. Lettere d’uomini illustri del secolo xvii a Giannantonio Rocca, op. cit., p. 414-415.
  • 2 Cf. Valeriane Magni, Demonstratio ocularis, Venetiis, ex typis Herzianis, 1649.
  • 3 Ibid., p. 44. Voir également la note 31 du texte.
  • 4 Cf. Lettere d’uomini illustri del secolo xvii a Giannantonio Rocca, op. cit., p. 413-414: Casati a (...)

46Hebbi questi dì passati una di V. P. del 20 febbraio1 in cui mi accusava la ricevuta dell’opuscolo del P. Magni2 e mi dimandava insieme qualche notizia della libra d’Archimede mentovata dal medesimo P. Magni in quella sua Apologia3. In risposta di che le dico di non ne havere neanch’io notitia nissuna, né di havere mai visto fatta mentione da alcun autore d’instrumento alcuno con questo nome. M’immagino però che ciò possa essere qualche corpo lungo e sottile distinto in più parti o manco parti secondo la gravità maggiore o minore di quelli.
Quanto poi a quello che nella penultima sua
4 m’invitava di proporle così a tempo perso qualch’una delle cose che mi rendono fautor del vacuo, darò principio della soluzione della prima sua obiettione. La quale volevo mandarle col passaggio del P. Sareghi, ma intendendo che questi sia di già seguito a cavallo e senza smontare al Colleggio di Reggio sono sforzato ad inviargliela per la posta. Ho cercato di dire con la maggior brevità possibile, ma ad ogni modo la cosa è riuscita lunga, sì che dubito non vi sia per riuscir tediosa una simil pratica. Ma ciò servirà almeno per vedere se vi sia speranza di poter accordarsi insieme, venendo io dalla sua od ella dalla mia. Con che per fine bacio a V. P. di tutto cuore le mani.

  • 5 Casati répliqua à toutes les objections de Rocca dans la lettre du 20 mars 1650, publiée ibid., p.  (...)

47Partialiss. mo et obllig. mo ser. Re
Gio. Antonio Rocca
Di Reggio, li 8 di marzo 1650
5

  • 6 Cf. P. Casati, Vacuum proscriptum, op. cit., p. 13 et suivantes.
  • 7 Ibid., p. 17-20.
  • 8 Ibid., p. 94.
  • 9 Ibid., p. 95.
  • 10 Ibid., p. 30.
  • 11 Cette phrase de Magni est citée ibid., p. 95.
  • 12 Ibid., p. 97.

48[c. 157r] Gli argomenti che nel primo luogo si apportano in confutazione del vacuo sono quelli del capo 3"6 e sono tutti derivati dalla mancanza di forze che si osserva in diversi agenti naturali, i cui moti siano constituiti in maniera che non possono effettuarsi senza che ne risulti vacuo in natura. Ma questi tutti trapasso: essendo per sé manifesto, che da’ casi apportati altro non può inferirsi se non che le forze di detti agenti siano minori della resistenza con la quale la natura si oppone al vacuo; ma non già che tal resistenza sia naturalmente invincibile, che è quello solo che qui si disputa. Né deve parer gran cosa che quelle due lamine d’Alberto Durero7 non si potessero staccar d’insieme da robustissimo giovane. Perché se supporremo ch’elleno arrivassero almeno alla grandezza d’un palmo quadro (che fra i rami degli intagliatori ce ne sono di tanto e tanto maggiori), l’isperienza della fistola ci rende accorti che un tale separamento non era cosa da un huomo solo, come quegli che sicuramente non alzerebbe un prisma di mercurio alto piedi parigini 27/24 con base d’un palmo. Tralasciate dunque dette isperienze, vengo agli argomenti del cap. 9, diretti spetialmente contro quel vacuo che si asserisce intervenir nella fistola.
De’ quali il primo è perché « substultationes illæ, quibus mercurius in (fistula cietur, antequam quiescat cum vacuo in superiori parte fistulæ relicto non cohærent. Si enim mercurius vi suæ gravitatis discendit, cur iterum resilit
8? » ; né si può dire che venga sollevato in alto « a virtute contiguativa mercurij. Hæc enim cum semper eadem ipsi mercurio inhæreat, cur modo maiorem, modo minorem mercurij copiam ex vase in tubum attrahit9? »
A questo dunque rispondo che il mercurio per appunto si muove all’in su per opra della detta virtù contiguativa, che è una potenza intrinseca e coeva alla materia prima di ciascun corpo mondano, o almeno elementare, mediante la quale la natura si oppone al vacuo per quanto portano le di lei forze, et a cui appartiene non solamente rendere il corpo a quel moto dal quale egli ne seguirebbe, ch’è il primo, ma ancora di farlo occorrere alla repletione di quello, quando per qual // [c. 157v] che accidente fosse di già stato introdotto, ch’è il 2" suo atto, in quel modo ch’è parte della gravità, sì tanto di rendere il grave tenace del luogo inferiore che già possiede, e resistente a chiunque tenta rimuoverlo; quanto di portarlo a quello, allhora che se ne truova fuori. Mercé che « est eadem virtus acquirere et parta tueri ». Et infatti che una tal facultà restitutiva della buona constitutione degli enti non sia tanto aliena dalla natura, ne abbiamo quotidiana testimonianza sì nelle forme sostanziali, che si riproducono il freddo et altre qualità con cui hanno maggiore allegatione, e sì ancora negli animali, che anche senza aiuto esterno nessuno, si rihanno di moltissime infirmità, ma specialmente (e con somma analogia al caso nostro) da ferite et altre aperture, le quali pure nelle corteccie degli arbori vediamo spontaneamente saldarsi. Né questa per avventura è opinione nuova, o in conto alcuno discorde dalla comune. Ma se ci figureremo proposto come problema che cosa avverebbe, se dopo introdotto per divina potenza alcun vacuo (alla quale per lo più non si niega) accanto ad un corpo fluido, venisse lasciata la natura in libertà di operare secondo le proprie forze? Tengo per fermo, che la maggior parte dei filosofi moderni et antichi si troverebbe concorde in dire che tal corpo fluido si porterebbe al riempimento di quello. Ch’è quanto sin qui pretendo mi sia concesso.
Ma viene opposto che il principio onde è sospinto il mercurio a riempire il vacuo non è di spetie diverso da quello che fa ascendere l’acqua dentro la tromba, ma quello che fa ascender l’acqua dentro la tromba è cosa estrinseca ad essa acqua ( « quisquis enim in anthlea cum reducto embolo assiarium reserat aquam trahenti repugnantem percipit, eam ab innata gravitate deorsum urgeri, non intrinseca vi acta assurgere facile intelligit
10 »), adunque anche ciò che caccia il mercurio sarà cosa estrinseca ad esso, e non l’immaginata virtù contiguativa, di cui si fa proprio essere intrinseca ai corpi.
A questo distinguendo dico che due cose fra l’altre concorrono a fare che l’acqua ascenda per entro la tromba: l’una si è l’adherenza et agglutinamento che tiene col maschio // [158r] della medesima tromba, l’altra la virtù movente esso maschio. Se dunque per principio sollevativo dell’acqua s’intende (il che però non si può se non indiretta et assai impropriamente) il principio da cui procede l’agglutinamento suddetto, concedo che egli entitativamente considerato non sia di specie diversa di quello che fa accorrere il mercurio al riempimento del vacuo, ma nego poi la minore, cioè che quello che in questo senso fa ascendere l’acqua (voglio dire l’agglutinamento suddetto o suo principio onde emana) sia estrinseco all’acqua; il che né con l’apportata isperienza viene provato, né per quanto credo fu inteso mai di provarsi; venendo per lo contrario più tosto concesso altrove, che tal agglutinamento sia connaturale et innato a’ corpi. Ma se per principio sollevativo di essa acqua si intende più propriamente parlando la suddetta virtù motrice, allhora concessa la minore nego la maggiore propositione; conciò sia cosa che il moto del mercurio accorrente al vacuo di già introdotto non abbia punto che fare col moto dell’acqua ascendente dentro la tromba; perché sebene la virtù contiguativa influisce in quello et in questo, lo fa però in modi molto diversi, mentre in questo influisce secondo il primo de’ già esplicati due atti, senza concorrere né diretta, né attivamente al moto dell’acqua; et in quello influisce secondo l’altr’atto, suscitando moto nel mercurio diretto et attivamente in tutto per tutto. Che è l’unico caso nel quale la virtù contiguativa è produttrice di moto.
Quanto poi a quella parola del Frate ( « dissentium ergo illæ duæ virtutes motrices, ac pugnant motibus contrarijs, ita ut sit impossibile, sint una natura
11 »), direi che il lor senso fosse che le due potenze continuativa e contiguativa non siano realmente una virtù medesima a cui v. g. spetti collocare il corpo in quel luogo, che altrove tutte le circostanze è più conveniente che occupi, ma più tosto siano due potenze fra se distinte come ce ne rende testimonianza quella loro diversa tendenza, e tanto stimo ancor io che sia il vero, se non che, sì come non appruovo molt’altre // [c. 158v] cose di quest’autore, così non mi è mai piaciuto quel termine di virtù continuativa, ma gli sostituisco l’usitato di gravità. Né in ciò si può appuntar la Natura, quasi che abbia messo potenze opposte in un soggetto medesimo, non essendo vero per modo alcuno che la gravità e la potenza contiguativa siano potenze opposte per se stesse e di sua natura; ma qualunque volta elleno son divergenti e rivolte a parti contrarie, lo sono per accidente (e quanto altro non fosse ce ne possono far fede i casi ne’ quali talvolta conspirano verso la medesima parte) della quale accidentale oppositione la Natura non fa conto alcuno, come ne potrei addurre più d’un esempio.
Supposto dunque detto 2" atto o divino officio della virtù contiguativa, non mi par difficile il render ragione in sentenza di chi tiene il vacuo dei suddetti iterati sbalzi che si hanno nel mercurio prima che si riduca alla quiete. Ma bisogna prima vedere per qual cagione il mercurio, il quale secondo la misura della propria gravità non ha forza di mantenersi sotto piedi parigini 27/24, nel suo spiccarsi dalla sommità della fìstola profonda tanto di più. Né truovo che questo possa attribuirsi ad altro, cha a impulso acquistato in essa caduta, il quale unito alla di lui gravità naturale lo renda preponderante di tanto alla forza della virtù contiguativa. Hora dunque perché col isbassarsi che fa il mercurio, cala la di lui gravità nella fistola, e per conseguenza ancora la gravità; tal preponderanza non può di non riuscire sempre minore e minore sin che cessi affatto, e cessi con essa il moto all’ingiù. Ma perché con la diminutione e cessamento del moto viene a diminuirsi e cessare medesimamente l’impulso entità pendente del moto, non solo nel prodursi ma poco meno ancora che nel conservarsi; quindi è che nel punto della division d’impulso, la virtù contiguativa (la quale non ha horamai più contrasto da altri che dalla sola gravità del mercurio e questa ancora fatta // [c. 159r] minore a proportione dello sbassamento suddetto) si troverà assai superiore di forze; e pertanto non solo porterà il mercurio in alto, ma ce lo porterà con impeto, che vuol dire con concepimento di nuovo impulso contrario al primo, il qual nuovo impulso accoppiato alla virtù contiguativa lo rende potente a sollevare assai più di piedi 27/24 di mercurio. Ma perché questo 2" impulso medesimamente non ha durata, come pendente dall ’attual moto all’in su, il quale alla fine viene distornato et oppresso dal peso del mercurio crescente in troppa gran quantità nella fistola; ecco che la virtù contiguativa destituita da tal coadiuvante non ha più forze bastevoli a reggere al peso di tanto mercurio, e però questi torna di nuovo a cadere, e quindi a risorgere etc., e sempre tanto di sotto e di sopra al punto suddetto dell’equilibrio, quanto porta il grado et intensione dell’impulso corrispondente a ciascuna di esse vibrationi, le quali finalmente ridotte al minimo lor naturale vanno a terminar nella quiete.
Il 2" argomento, o più tosto appendice del primo, è perché in sentenza di chi tiene il vacuo non può assegnarsi onde proceda quel moto « quo idem mercurius ascendit inclinato tubo, & deflexo a perpendiculo, neque enim tunc sponte ascendit mercurius, cum eius gravitas repugnet
12 ».
Ma a questo medesimamente si risponde adeguatamente supposto detto 2" atto della virtù contiguativa, dalla quale dico procedere la suddetta ascesa, senza che la gravità del mercurio debilitata per l’inclination della fistola (conforme a quella dottrina volgare del piano inclinato) possa farle oppositione bastante.

Notes

1 Cf. L’Expérience barométrique. Ses antécédents et ses explications, Touars, Imprimerie nouvelle 1936.

2 Cf. G. Nonnoi, Galileo e la questione del vuoto tra storia e storiografia, « Annali della Facoltà di Magistero dell’Università degli Studi di Cagliari », n. 28, 1987, p. 53-102 : tout particulièrement p. 55-56, 73-74. Cf. également M. Tonini, Tommaso Cornelio e la ricostruzione della scienza, Napoli, Guida 1977, p. 13-15.

3 Cf. P. Galluzzi, Vecchie e nuove prospettive torricelliane, dans La scuola galileiana. Prospettive di ricerca, Firenze, La Nuova Italia, 1979, p. 42.

4 « Les épicuriens furent de l’ȧvis que non seulement le vide pouvait se produire naturellement, mais qu’en fait de nombreux espaces vides se trouvaient dans le monde, comme Votre Seigneurie se souviendra de l’avoir lu chez Lucrèce. » Cf. Le Opere dei Discepoli di Galileo Galilei. Carteggio I : 1642-1648, par P. Galluzzi et M. Torrini, Firenze, Giunti-Barbèra 1975, p. 125.

5 « Je ne voudrais pas que [Dati] se présente avec le titre d’Académicien ; qu’il y fasse simplement allusion […], afin d’enlever tout soupçon de participation de l’Académie à cet écrit […]. Il pourra dire que dans l’Académie de Votre Altesse deux ou trois voies différentes ont été essayées, afin de sauver ces effets, alors que le propos [de Dati] consiste uniquement à montrer avec quelle vraisemblance il serait possible de discuter, si l’on suit l’opinion du seigneur Torricelli. » Cf. A. Fabroni, Lettere inedite di uomini illustri, Firenze, 1773-1775, II, p. 117. Sur l’œuvre de Dati et sur les discussions au sein de l’ Accademia del Cimento à propos de l’expérience de Torricelli, cf. P. Galluzzi, « L’Accademia del Cimento : “gusti” del principe, filosofia e ideologia dell’esperimento », in Quaderni storici, 48, (1981), p. 803-811.

6 « À Rome je n’ai jamais vu Michelangelo Ricci et n’ai même pas connu son nom ; à Florence je n’ai jamais connu Evangelista Torricelli, même pas d’après ce qu’on aurait pu en dire […]. À Florence j’ai eu souvent l’occasion de discuter, parfois avec le prince Léopold lui-même, de la défense acharnée par les péripatéticiens de toute opinion aristotélicienne, fût-elle contredite par l’expérience ; alors que, en discutant de ma philosophie, on me demandait si elle allait être publiée dans cette ville sous les auspices du grand-duc de Toscane, personne ne vint me parler ici du problème du vide. À Rome, enfin, j’ai connu Mersenne en 1645, mais nous n’avons jamais discuté de cette expérience. » Cf. V. Magni, Demonstratio ocularis, Venetiis, ex typis Herzianis 1649, p. 44.

7 Cf. V. Magni, Demonstratio ocularis loci sine locato, corporis successive moti in vacuo, luminis nulli corpori inhaerentis, Varsaviæ, in officina Petri Elert 1647.

8 Cf. M. Mersenne, Correspondance, vol. XV, Paris, édition du CNRS 1983, p. 561 : Desnoyer à Roberval, 4 décembre 1647 ; p. 565-566 : Desnoyer à Mersenne, 9 décembre 1647.

9 Cf. G. Galilei, Opere, Edizione Nazionale par A. Favaro, Firenze, Barbèra 1890-1909, 20 vol. (par la suite OG ), XVI, p. 420-421 : Ladislas IV à Galilée, 19 avril 1636.

10 Ibid., XVII, p. 16 ; Peri à Galilée, 22-24 janvier 1637.

11 Ibid., XVI, p. 301-302, 359-360, 386, 393, 419.

12 Cf. J. Cygan, Das Verhältnis Valerian Magnis zu Galileo Galilei und Seinen WissenSchaftlichen Ansichten, « Collectanea Franciscana », 38, 1968, n. 1-2, p. 155-158.

13 Cf. G. Nonnoi, Horror Vacui : Galileo e il mutamento di un paradigma. dans Alle origini della rivoluzione scientifica, par P. Casini, Roma, Istituto della Enciclopedia italiana, 1991, p. 165.

14 Cf. G. Nonnoi, Galileo e la questione del vuoto tra storia e storiografia, op. cit., p. 57, 59.

15 Ibid., p. 60.

16 Cf. Galileo eretico, Torino, Einaudi 1983, p. 375 ; tr. fr. Galilée hérétique, Paris, Gallimard, 1985, p. 329.

17 Cf. C. De Waard, op. cit., p. 125; Dictionary of Scientific Biography, New York, Scribner’s Sons 1970-1976, edited by Paul Lawrence Rose, ad vocem.

18 « Qui donc pourrait compter les ouvrages philosophiques publiés au cours de ce siècle dans l’intérêt exclusif de l’art typographique ? En revanche, il est extrêmement facile de se souvenir de ceux qui ont ajouté quelques nouveaux fleurons au trésor des vérités philosophiques. En astronomie, je pense avec admiration à Copernic ; dans cette même discipline et en physique, à Galilée ; dans la recherche sur la nature mystérieuse de l’aimant et sur son interprétation correcte, à l’anglais Gilbert. » Cf. V. Magni, Philosophiae Virgini Deiparae dicata pars prima, Varsaviæ, in officina Petri Elert 1648, cap. II, De peripatu : p. 12.

19 « Je nourris admiration et respect pour Galilée […] Si une tempête faisait disparaître une grande quantité de livres d’érudition, probablement cela ne nuirait d’aucune façon à la valeur de chaque discipline En revanche, que de lumière viendrait-elle à nous manquer, si l’on ôtait de la mémoire des hommes les découvertes révélées à l’humanité grâce à Galilée ! Négligez les autres choses, quelles qu’elles soient, et soyez les émules de Galilée seulement pour son acuité et pour sa capacité de mettre en lumière de grandes vérités d’une portée immense. Et je devrais, moi, porter des accusations contre un homme qui a donné des explications, tout seul, de très nombreux phénomènes, inconnus du genre humain depuis que le monde a été créé ? Je ne sais rien : je sais, pourtant, que la communauté des philosophes devrait ériger une statue au centre de la Terre en l’honneur de cet homme. » Cf. V. Magni, Tractatus 31. Propria quorundam corporum mundanorum, cap 1, p. 2-3, cité par J. Cygan, Das Verhältnis Valerian Magnis z.u Galileo Galilei und Seinen WissenSchaftlichen Ansichten, p. 135-136. Pour une description des manuscrits de Magni conservés aux Archives provinciales des capucins de Vienne, voir J. Cygan, Opera Valeriani Magni velut manuscripta tradita aut typis impressa, « Collectanea Franciscana », 42, 1972, p. 119-178, 309-352.

20 Cf. P. Redondi, Galileo eretico, op. cit., p. 134, note 67, tr. fr. Galilée hérétique, op. cit., p. 398, note 67.

21 Cf. Observation touchant le vuide faite pour la première fois en France : contenue en une lettre écrite à Monsieur Chanut […] par Monsieur Petit […] Avec le discours qui a esté imprimé en Pologne sur le mesme sujet, en juillet 1647, à Paris, 1647.

22 Cf. G. Fantuzzi, Eversio demonstrationis ocularis loci sine locato, Bononiæ, typis Hæredis Victorij Benatij, 1648 ; l’opuscule de Magni y est publié en entier.

23 Cf. V. Magni, Demonstratio ocularis, Venetiis, ex typis Hertianis, 1649. Cette édition est assez rare. L’exemplaire que j’ai pu consulter est conservé à la Biblioteca Civica A. Panizzi de Reggio Emilia. Je tiens à remercier Maurizio Festanti, directeur de la bibliothèque, qui m’a donné de nombreuses informations et indications au cours de cette recherche.

24 Ibid., p. 31-42, 43-47.

25 « J’ai effectué les expériences sur le vide non pas tellement pour montrer la possibilité de l’existence du vide, mais plutôt pour indiquer la fausseté des fondements de la physique aristotélicienne. C’est la raison pour laquelle je suis ravi que de telles expériences ne soient pas considérées comme une nouveauté chez vous et qu’elles soient confirmées une fois de plus par votre autorité » ; ibid., p. 45-46.

26 « Laudatur enim Stagirita ab acumine mentis ; laudatur a doctrina ; laudatur ab Ethnicis, a Christianis, a Catholicis, ab Hereticis : et tamen docet mundum esse aeternum & increatum, qui regatur fatali necessitate motus cœlorum, Deus nihil penitus efficiente. His adde ex ejus sententia mortalitatem animæ rationalis, & cense, qua salute generis humani laudetur hoc monstruum. » Cf. V. Magni, De atheismo Aristotelis, 1647 ; édition citée : V. Magni, Principiorum philosophiae. Editio II, Coloniæ Agrippinæ, apud Iodocum Kalcovium 1661, p. 122. L’idée de Magni de se consacrer à l’étude et à la critique de la philosophie aristotélicienne faisait partie d’un projet ancien. Ottaviano Corsini lui écrivait de Paris en ces termes le 15 décembre 1623 : « Est arrivé ici le père général de votre religion, qui restera peut-être un mois, et qui m’a annoncé que Votre Paternité veut faire paraître des Commentaires sur l’éthique, la politique et le physique d’Aristote ; on ne peut rien attendre d’autre de son génie que des choses précieuses. » Cf. BAV, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. Lat. 10882, c. 606v-607r.

27 Il n’y a pas de solution de continuité entre la métaphysique du De luce mentium et la bataille conduite en faveur du vide. L’objectif est le même : démontrer la fausseté des premiers principes de la philosophie aristotélicienne. « Edidi tractatum De luce mentium – écrit Magni – sub cuius radio non adeo multi exultant, cæteris cæcutientibus ex intuitu tanti fulgori. Spem feci Philosophiæ Veræ, propagandæ ex illo dogmate cuius, dum aliquod initium fervet sub prælo, me incessit formido ingens severioris censuræ a Peripatu, stipato ingenti satellitio theologorum : qua propter cœpi mecum ipse excogitare, si qua luce sensibili, quandoquidem illa mentium putatur inaccessibilis, qui rem damnare falsitatis prima elementa Philosophiæ Peripateticæ, quæ, me spectante, damnantur a luce mentium, quatenus ipse Peripatus ferret meam philosophiam, si non molliuscule, minus tamen acerbes. » Cf. V. Magni, Demonstratio ocularis, Venetiis, ex typis Herzianis, 1649, p. 1. Publié à Rome pour la première fois en 1642, le De luce mentium suscita aussitôt une réaction violente. « J’ai imprimé à Rome il y a dix ans mon livre De luce mentis – écrit Magni – contre lequel se sont élevés une vingtaine de théologiens, les plus beaux esprits romains […] Ma doctrine devait être téméraire, scandaleuse, proche de l’hérésie et même hérétique […] Les beaux esprits lui opposaient la ruine de la philosophie aristotélicienne, et avec elle le discrédit de la théologie scolastique, si mon petit livre n’était pas interdit. » Cf. Lettre de V. Magni à G. B. Barsotti, 12 décembre 1653, citée in G. Cygan, Opera Valeriani Magni […], op. cit., p. 150.

28 Cf. V. Magni, Demonstratio ocularis, op. cit., p. 13.

29 « Si fistulam quantum libet longam, altera extremitatum clausa, replevero liquenti corpore gravi, sitque virtus contiguativa invincibilis a continuativa, quæ in hoc casu noncupatur gravitas ; & fistula erigatur super planum horizontis, orificio inferno hiante seu aperto, non defluet aqua, neque mercurius, ne detur vacuum in superiore parte fistulæ. Si autem virtus contiguativa nequeat suspendere, nisi determinatum pondus aquarum, aut mercurii, necessario id aquæ, aut mercurii descendet per fistulam, quod nequit suspendi a virtute contiguante : in quo casu, vel dabitur vacuum in fistula, vel fistula frangetur. » Ibid., p. 4.

30 Cf. V. Magni, Vacuum pleno suppletum (1650) ; édition citée : V. Magni, Principiorum philosophiae. Editio II, Coloniæ Agrippinæ, apud Iodocum Kalcovium 1661, p. 91-92 : « Laudat Mersennus Torricellium, quod sentiat mercurium elevari in tubo ab aure, premente mercurium, qui continetur in vase, cui tubus mergitur. Hinc Pascal, vir inter Gallos præcipue nobilitatis, post deprehensam staturam mercurii altiorem in valle, quam in vertice montis, aut turris, edidit anno 1648 tractatum de magno experimento æquipondit liquidorum, in quo asserit staturam mercurii non erigi in tubo a natura formidante vacuum, sed ab æquilibrante cylindrum mercurii cum cylindro aeris. Equidem sentio mercurium erigi in tubo, tam ab aere, tam ab aqua prementibus mercurium in vase subjecto : at nego Natura non horrere vacuum, imo assero quod aequilibrium obveniat a Natura exhorrescente vacuum. »

31 « Une idée concernant la possibilité du vide je l’ai trouvée chez Galilée, lorsqu’il explique pourquoi, à cause de l’attraction, l’eau ne peut pas monter dans le tube au-delà de 18 coudées, ainsi que par l’usage de la balance d’Archimède. Cet instrument je l’ai reçu en cadeau à Cracovie en 1644 de Tito Livio Burattini, un érudit mathématicien. J’ai tiré de cet instrument la notion suivant laquelle le rapport entre la gravité de l’eau et celle du mercure est de I à 13 environ. De plus, il n’est pas difficile de comprendre qu’un tube de 20 coudées, rempli d’eau, en laisse deux libres, et que dans un tube contenant du mercure celui-ci n’occupera que la treizième partie de 18 coudées. Depuis huit ans je dispose d’un tube long de 18 coudées, mais, empêché par différents obstacles, je ne puis l’utiliser. Depuis 4 ans environ (c’est-à-dire, depuis que j’utilise la balance d’Archimède) je cherche un tube en verre d’une longueur de trois coudées » ; cf. V. Magni, Demonstratio ocularis ; Venetiis, ex typis Hertianis 1649, p. 44-45. Sur la soi-disant « balance d’Archimède », inventée par Burattini, cf. M. Mersenne, Correspondance, vol. XVI, éditions du CNRS, 1986, p. 125.

32 Cf. G. Galilei, Discorsi e dimostrazioni intorno a due nuove scienze (1638), dans OG, VIII, p. 60 ; tr. fr. par M. Clavelin, Discours et démonstrations mathématiques concernant deux sciences nouvelles. Paris, Armand Colin, 1970 ; nouvelle édition, Paris, PUF, 1995, p. 15.

33 Cf. V. Magni, Demonstratio ocularis, op. cit., p. 27 ; « Dicendum igitur, quod lumen in vacuo est productum vel a primo lucente, vel a vitro pariter lucente, ex nullo subiecto, quodve lucens sit suapte natura fœcunda productivum luminis, subsistentis sine subiecto cum essentiali dependentia a lucente. Hisce porro concessis, ruit universa Philosophia Stagiritica. Nam si lucens potest producere lumen ex nihilo subiecti, aut materiæ, multo magis potuit, potestque Deus creare mundum ex nihilo subiecti aut materiæ. Hinc cadit æternitatis motus, & temporis, & precipua pars Metaphysicæ Aristotelis. »

34 Cf. P. Redondi, Galileo eretico, op. cit., p. 375 et suivantes ; tr. fr. Galilée hérétique, op. cit., p. 329 et suivantes.

35 « En parlant de ma démonstration du vide on rappela l’objection de quelques théologiens suivant laquelle cette démonstration efface les miracles qui suivent la transsubstantiation dans le très Saint-Sacrement. Ceci me donna l’occasion de dire ce qui suit. Je dis que saint Augustin et saint Thomas, tout particulièrement, blamaient ceux qui voudraient impliquer sans crainte l’autorité de la foi dans les questions philosophiques. Ils qualifiaient cette tentative de très dangereuse pour la foi elle-même. Et j’ajoutai que tel était le cas pour ce qui venait de se produire, c’est-à-dire qu’on impliquait la vérité de ces miracles dans la démonstration oculaire, très violente, du vide. » BAV, Vat. Lat. 13512, c. 78r, cité par J. Cygan, Das Verhältnis Valerian Magnis z.u Galileo Galilei und Seinen WissenSchaftlichen Ansichten, op. cit., p. 163-164.

36 « Ensuite afin de suivre le fil du discours déjà entamé, je reprenai brièvement ce que j’ai imprimé dans le quatrième livre au chapitre 16 du “De Catholicorum Regula credendi” […] où il est dit, entre autres choses, que les Tribunaux du Saint-Office n’ont pas une autorité infaillible […] Lors de la mise en place de la Congrégation de l’Index, Sixte Quint, si mes souvenirs sont bons, interdit la Décision – qu’il garde pour lui – de formuler des questions nouvelles dans le domaine de la foi. D’ailleurs, chaque fois qu’il assiste aux réunions du Saint-Office, le Pape n’est pas supposé prétendre à la définition formelle, ex cathedra, des questions relatives à la foi, non décidées dans le passé […] Je donnai comme exemple de tout cela la question concernant Galilée. En effet, l’Église de Dieu n’a jamais proposé et encore moins défini que le mouvement du Soleil et le repos de la Terre, énoncés comme vrais dans les Saintes-Écritures, soient interprétés comme des faits réels ou apparents. Et puisque, d’après les bruits qui circulaient, l’opinion de Galilée aurait été déclarée hérétique par le Saint-Office, j’en restai blessé dans mon cœur. Je craignai que les hérétiques ne fassent aucune distinction entre l’autorité absolue du Pape et celle du Saint-Office, en présumant pouvoir opposer à l’autorité du Pape, considéré infaillible par les catholiques, quelques démonstrations géométriques. Je cherchai, au mois d’août 1642, auprès du Maître du Sacré Palais […], une déclaration sur la manière dont le Saint-Office qualifiait la proposition concernant le mouvement de la Terre et le repos du Soleil. Il me montra, d’après un livre imprimé, que cette proposition était qualifiée de téméraire. J’en reçus alors une grande consolation. Le maître du Sacré Palais me confia avoir prié à plusieurs reprises le très éminent Cardinal Francesco Barberini, de bien vouloir chercher une occasion pour publier cette chose, évitant ainsi le scandale que je craignais […] Voilà ce que je dis, et j’ajoutai, en guise de conclusion, que le zèle de l’autorité du Siège Apostolique ne nous aide pas, mais nous nuit lorsqu’il est entraîné au-delà des limites fixées. Je suis persuadé que cette longue digression avait été faite pour réfuter les arguments de ceux qui opposaient à ma démonstration concernant le vide les conséquences pour la transsubstantiation dans le S.mo Sacrement. » Ibid., p. 164.

37 « En présence du père Auditeur […] il dit savoir qu’ils étaient de mes amis. Aussi, avec l’empressement propre à l’autorité du Siège Apostolique et à la saine doctrine, il exagéra, mais légèrement pour ce qui concerne le vide, et lourdement, en revanche, pour mon discours relaté ci-dessus. Celui-ci n’était pas convenable pour un Religieux Missionnaire Apostolique du Saint Siège » ; ibid. p. 164-165. Quelques jours auparavant. Magni avait envisagé d’envoyer à Rome un certain nombre de copies de la Demonstratio. Il l’annonçait en ces termes à G. B. Barsotti, dans une lettre de 1647 : « On parlera sans doute à Rome d’un petit livre que j’ai fait imprimer il y a quelques jours, dans lequel je rends compte d’une démonstration oculaire du vide, qui abasourdit tous ceux qui ne s’intéressent qu’à ce qui se trouve dans les écrits d’Aristote, Je vous en envoie un bon nombre d’exemplaires. » Bav, Vat. Lat. 13512, c. non numéroté : Magni à G. B. Barsotti, 27 juillet 1647.

38 Cf. P. Casati, Vacuum proscriptum, Genuæ, Ioannes D. Peri 1649, p. 3-7. Sur ce sujet, voir C. Costantini, Baliani e i gesuiti, Firenze, Giunti-Barbèra 1969, p. 90-94, et P. Redondi, Galileo eretico, op. cit., p. 378-379 ; tr. fr. Galilée hérétique, op. cit., p. 331-332 ; M. J. Gorman, « Jesuit explorations of the Torricellian space : carp-bladders and sulphurous fumes », in Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, t. 106 (1994) fasc. 1, p. 7-32. Sur le milieu bolonais et pour des informations concernant Casati et Rocca, voir désormais D. Aricò, Scienza teatro e Spiritualità barocca. Il gesuita Mario Bellini, Bologna, CLUEB, 1996, p. 47 et suivantes.

39 Cf. Lettere d’uomini illustri del secolo xvii a Giannantonio Rocca, in Modena, presso la Società Tipografica 1785, p. 394 : Casati à Rocca, 25 juillet 1648.

40 Ibid., p. 394-395.

41 « J’ai montré également pourquoi la réponse de Baliani ne peut être vraie, et d’après les expériences que j’ai faites je prouve leur fausseté, même si l’on admet que l’air pèse sur le mercure ; je n’ai pas voulu l’attaquer sur ce dernier point pour ne pas trop m’étendre, d’autant que j’ai vu sa lettre seulement après avoir terminé l’opuscule ; lorsque j’ai écrit ce dernier, au mois d’août, je n’avait vu que la lettre du père Zucchi, et le petit livre du Dott. Fantucci. » Ibid., : Casati à Rocca, 27 décembre 1648.

42 Ibid., p. 400-401 : « De l’autre je ne savais rien, aussi je la verrai volontiers, puisque Votre Seigneurie me le permet si gentiment. Dans mon Opuscule, que j’ai fini par publier et dont j’attends l’autorisation avec le premier courrier de Rome, j’ai prévu que l’on pouvait aller par cette voie de la circompulsion [circompulsione], qui consiste en la circulation du mouvement, et j’ai montré en passant que la circompulsion ne se produit pas dans cette expérience. »

43 Cf. P. Casati, Vacuum proscriptum, op. cit., p. 171-172.

44 « Je ne possède pas l’ouvrage Fundamenta Physica d’Henri Regius J’ai lu en entier l’exemplaire prêté par le père Inquisiteur […] je n’ai pas voulu l’acheter avant d’avoir votre avis, d’autant que je crains sa suspension de la part de ce père Inquisiteur. Il a vu qu’on y nie les accidents et que tout se réduit au mouvement local. Aussi, il y a quelque difficulté pour le Mystère de l’Eucharistie. D’autre part, cet auteur prétend que les passages de la Sainte Écriture où l’on parle du mouvement du Soleil, sont à prendre tous au figuré et qu’on ne doit pas les interpréter au sens propre. » Cf. Lettere d’uomini illustri del secolo xvii a Giannantonio Rocca, op. cit., p. 406-407.

45 Dans la biographie de Giannantonio Rocca écrite par Gaetano Rocca, on lit ceci : « Outre les nombreuses observations astronomiques, qu’il avait faites avec un soin tout particulier comme le montre sa correspondance scientifique, nous voyons qu’il a été l’un des premiers à vouloir confirmer avec de nouvelles expériences la découverte de Torricelli concernant le vide. Il voulut faire l’expérience chez lui, en présence de savants expressement invités. On conserve encore aujourd’hui le billet qu’il adressa par écrit le 11 mai 1649, à deux moines bénédictins du Monastère de S. Pierre de Reggio pour qu’ils veuillent bien intervenir. Ces expériences donnèrent l’occasion d’écrire quelques opuscules sur ce sujet, qui furent publiés à la même époque. » Ibid., p. 462.

46 Cf. T. Capponi, Opusculum contra experientias, quibus aliqui conantur probare existentiam vacui, Parmæ, typis Marii Vignæ 1649. Sur Capponi, cf. G. Sbaraglia, Supplementum et castigatio ad scriptores trium ordinum S. Francisci a Waddingo aliisve descriptos, Romæ, ex typographia S. Michælis ad Ripam 1806, p. 672.

47 Cf. A. Morenghi, Impugnatio responsionis A.R.P. Regentis Thomae Capponi […] ad experimentum vacui demonstrativum, in V. Magni, Demonstratio ocularis, Venetiis, ex typis Hertianis 1649, p. 49-55. L’écrit de Morenghi est dédié à Francesco Torricelli Denaglia, ami de Rocca et partisan lui-aussi du vide. Une courte histoire de cette édition de l’ouvrage de Magni se déduit de la Lettre dédicatoire avec laquelle s’ouvre l’opuscule : « Ce livre sur le vide – écrit l’imprimeur Jean Jacques Herz – a été envoyé de Pologne au Père Antonio [Morenghi] de Reggio, minime conventuel, qui fut très digne Provincial de son ordre, et Maître de Philosophie et de Théologie très apprécié. Il fut remis par sa Paternité au Seigneur Francesco Torricelli Denali, gentilhomme érudit de Reggio, qui l’a fait connaître à Padoue publiquement et en privé. Ainsi la renommée est parvenue ici même, à Venise, et de l’un et l’autre de ces érudits l’ayant jugé digne d’être imprimé, il reçoit un témoignage aussi important de [l’intérêt] de la doctrine exposée, qu’il n’est pas permis de douter qu’il intéressera tout savant quel qu’il soit. » Ibid., p. 1 non numérotée. Sur Morenghi et Denaglia, cf. G. Tiraboschi, Biblioteca modenese, Modena, presso la Società tipografica, 1781-1786, III, p. 300 ; V, p. 269-270.

48 Cf. Lettere d’uomini illustri del secolo xvii a Giannantonio Rocca, op. cit., p. 414 : Casati à Rocca, 20 février 1650.

49 « Si nous nous mettions d’accord et si nous voulions commencer à philosopher sans avoir d’idées préconçues, je souhaiterais que vous aussi vous adhériez à mon opinion. Nous devrions nous contenter, alors, de l’évidence physique. En effet, en philosophant avec des raisonnements abstraits et sur la manière dont les choses ont pu être dans une autre série d’effets, [nous trouverions] qu’il n’y a aucune nécessité métaphysique, je le sais moi aussi, pour que les choses soient telles qu’elles sont dans la réalité » ; ibid., p. 413-414.

50 Biblioteca Palatina, Parme, Ms. Parmense 369, c. 157r. Le point de vue inédit de Rocca est publié intégralement en appendice.

51 Ibid., c. 159r.

52 Ibid.

53 Cf. P. Sforza Pallavicino, Lettere, in Roma, per Angelo Bernabò 1668, p. 111.

54 Ibid.

55 Cf. P. Sforza Pallavicino, Vindicationes Societatis Iesu, Romæ, typis Dominici Manelphi 1649, p. 223-224 : « Paucis hisce annis Thomas Campanella dominicanus, vir qui omnia legerat, omnia meminerat, prævalidi ingenij, sed indomabilis, quid non ausus est aut contra Aristotelem in philosophia, aut contra Divum Thomam adeoque Scholasticos universos in Theologia ? Neque illi multum absimilis Valerianus Magnus franciscanus, pius utique ac doctus, nec minus ad actionem, quam ad contemplationem natus, idemque vel in sacco regibus carus, hæreticis formidolosus. Is enim, et libellum vulgavit ubi assiduam quamquam surdam numinis intime præsentis experientiam comminiscitur in nobis nullius effecti ænigmatis indigentem ; et aliam dissertatiunculam nuper dedit in qua non tantum inane solidis permixtum adversus Aristotelem se demonstrasse gloriatur, verum etiam ibi vacuo tanquam in theatro, accidentes rebus qualitates nulli subiecto corpori innixas, sed sua vi stantes asseverat ; adeoque præcipua Theologorum dogmata super ineffabilis Eucharistiæ mysterio convellit ? Nec tamen hæc qualiscumque novandi libido ad Ordines illos præclarissimos manat. Alia enim longe sunt haec duo : praefervidis quibusdam ingenijs laxiores habenas permittere ne constricta violentius erumpat ; hac, eisdem ceu inculpatis, laudandisque favere, patrocinari, subscrivere. Praetereo, inquam, haec omnia ; & id unum noto a nostris censoribus vel inobservatum, vel dissimulatum. »

Notes de fin

1 Cf. Lettere d’uomini illustri del secolo xvii a Giannantonio Rocca, op. cit., p. 414-415.

2 Cf. Valeriane Magni, Demonstratio ocularis, Venetiis, ex typis Herzianis, 1649.

3 Ibid., p. 44. Voir également la note 31 du texte.

4 Cf. Lettere d’uomini illustri del secolo xvii a Giannantonio Rocca, op. cit., p. 413-414: Casati a Rocca, 24 janvier 1650.

5 Casati répliqua à toutes les objections de Rocca dans la lettre du 20 mars 1650, publiée ibid., p. 418-422.

6 Cf. P. Casati, Vacuum proscriptum, op. cit., p. 13 et suivantes.

7 Ibid., p. 17-20.

8 Ibid., p. 94.

9 Ibid., p. 95.

10 Ibid., p. 30.

11 Cette phrase de Magni est citée ibid., p. 95.

12 Ibid., p. 97.

Auteur

Université de Sienne, enseignant.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search