Version classiqueVersion mobile

Géométrie, atomisme et vide dans l’école de Galilée

Les idées galiléennes chez les membres de l’Academia Parisiensis après Mersenne

Armand Beaulieu

Texte intégral

1Depuis 1633, les années se sont écoulées, les passions se sont calmées, les évidences se sont imposées.

2Après la condamnation de Galilée, Mersenne s’était fait le centre de l’affliction et des réactions de la plupart des savants français.

3On parlait encore avec sympathie, du savant toscan, mais on évitait de publier des ouvrages qui auraient pu compromettre leurs auteurs auprès des autorités ecclésiastiques. Entre spécialistes, au contraire, les entretiens étaient fréquents et fructueux.

4C’est alors que l’influence de Mersenne devint encore plus importante. Il avait eu l’idée de réunir autour de lui des amis dont il appréciait les connaissances et les aptitudes au travail collectif. À ce cercle, il donna le nom d’Academia parisiensis. On la désignait souvent sous le terme d’Academia Mersenne.

5Lorsque Gassendi se préparait à quitter la Provence pour s’établir à Paris, Mersenne écrivait à Peiresc leur ami commun :

  • 1 Correspondance du père Marin Mersenne, 17 vol. publiés et annotés par C. De Waard, B. Rochot, M.-P. (...)

« L’on m’a assuré que nous aurons ici M. Gassendi au début de juin, ce dont je me réjouis. Il verra la plus belle Academie du monde qui se fait depuis peu en cette ville, dont il sera sans doute, car elle est toute mathématique1. »

6 Ce mot de mathématique doit s’entendre au sens le plus général. C’est ainsi que plus tard le même Gassendi, quand il sera nommé professeur de mathématiques au Collège royal à Paris ne traitera que d’astronomie.

  • 2 Ibid., p. 353.

7Les noms des membres de cette académie que l’on citait sont prestigieux : à Paris, c’était Étienne Pascal (père de Blaise) remarquable en géométrie, Mydorge qui s’était fait un nom dans les coniques, Hardy, compétent en mathématiques orientales, Pierre Petit, un autre orientaliste, Desargues, le spécialiste de la géométrie projective, Roberval qui étudia les volumes des solides et la composition des forces, Hay du Chastenet, théologien, mais aussi compétent dans les questions de longitude, Gassendi évidemment, Hobbes, philosophe et versé dans les questions de la vision, Jean de Beaugrand, chargé de signer les privilèges d’édition, Carcavy, bibliographe et futur bibliothécaire de Colbert, puis du roi, Frénicle du Bessy, calculateur génial2.

8Parmi les jeunes qui iront peu à peu rejoindre les plus anciens : Christiaan Huygens, Blaise Pascal, Adrien Auzout, Hallé de Monflaines…, qui se feront un nom dans le monde scientifique.

9Il est un personnage qu’il faut mentionner et qui semble ne pas avoir fait partie de l’académie Mersenne, sinon de façon assez intermittente. Il s’agit d’Élias Diodati (1576-1661). D’une famille italienne réfugiée à Genève, il s’était installé à Paris. Il fit partie de la célèbre Tétrade (un groupe de trois autres inséparables : La Mothe Le Vayer, Gassendi, Naudé). Avocat sans avoir jamais plaidé, il sera désigné plus tard par Viviani comme un litterato francese. On aurait pu le prendre pour le chargé d’affaires de la Suisse. Il aimait beaucoup voyager dans l’Europe savante ce qui l’obligea de laisser sa place dans la Tétrade à Guy Patin. Lié d’amitié avec Galilée, Diodati le tenait au courant des opinions que l’on avait de lui en France. Ce fut lui qui remit à Peiresc la lunette envoyée par Galilée.

10Peu doué pour les ouvrages originaux, il se contentait de traductions, par exemple la Lettre à la Grande Duchesse Cristina di Lorena. Il s’entremit aussi pour les traductions du Dialogo ou des Discorsi.

  • 3 A. Beaulieu, Mersenne. le Grand Minime, Paris 1995, p. 173-86.
  • 4 Correspondance du père Marin Mersenne, op. cit., t. XIII, p. 541 ; t. XV, p. 6.

11À côté de tous ces personnages dont la liste risque d’être incomplète, il faut ajouter tous les correspondants de Mersenne aussi bien en France qu’à l’étranger ; pour le Minime, l’Academia parisiensis devait s’étendre hors des frontières3. Il aurait voulu atteindre tous les penseurs du moment, ceux qui faisaient partie de la république des Lettres. C’était grâce à Mersenne que souvent Fermat et Descartes pouvaient profiter de l’Academia parisiensis et délibérer sur leurs problèmes des minima et des maxima. L’Italie aussi fournissait des informations ou en demandait. La lointaine Pologne était atteinte surtout avec l’astronome Hevelius qui proposait l’héliocentrisme à sa façon4.

12L’Academia parisiensis recevait les observations et les diffusait à son tour. À propos de Galilée héliocentriste, il n’y avait plus d’hésitation. Gassendi n’avait pas cessé de lui écrire. Descartes, tout en feignant d’ignorer le savant toscan, professait les mêmes théories qu’il envisageait différemment.

13Tous travaillaient dans le silence de leurs demeures, le cercle restreint des conversations érudites, la correspondance aux termes raffinés. Dans sa retraite d’Arcetri, Galilée leur donnait l’exemple. En 1638, il publiait les Discorsi. Même si l’héliocentrisme semblait être oublié, il était désormais lancé.

14Dans son récent ouvrage, Galilée changeait de sujet. Il s’occupait des éléments de la nouvelle science : les mouvements locaux, naturels ou violents. Le monde savant en était informé, on attendait les calculs et les remarques du Toscan.

15Par une sorte de ruse, Mersenne réussit à se procurer un exemplaire plus ou moins complet du dernier texte galiléen. Il en présenta une adaptation française assez large et repensée. Le titre de son ouvrage (Les Nouvelles Pensées de Galilée) montre qu’il ne connaissait pas encore le titre qui avait été retenu à Leyde par les Elzevier.

16Insistant sur les expériences, Mersenne refit toutes celles que proposait Galilée et rectifia ce qui lui semblait erroné. Il s’occupa de la chute libre des graves, des oscillations pendulaires, de la vibration des cordes, de la projection des missiles. Il chercha à donner des chiffres exacts.

  • 5 Ibid., t. XVI, passim.

17En apprenant la mort de Galilée, le Minime resta sans voix : « Il ne sonna mot » raconte celui qui lui avait annoncé la nouvelle5.

18Dans les Cogitata de 1644, il consacra près de trois pages en l’honneur du savant énumérant toutes les découvertes que le vir ille magnus avait réalisées solo telescopio :

« […] Lui qui dans une gloire jusqu’ici refusée aux mortels, a augmenté les provinces des cieux et a donné un agrandissement à l’univers : il a transformé la lumière des orbes sphériques et les fragiles étoiles, mais il a dédié à la bienfaisance médicéenne les éternels corps du monde... »

19D’autres problèmes allaient passionner les intellectuels dès 1647 : les discussions sur le vide. Le vide existe-t-il ? Galilée aurait volontiers répondu affirmativement. Il avait signalé l’impossibilité constatée par les fontainiers de Florence de faire monter l’eau dans les pompes au-dessus d’une certaine hauteur, mais il ne s’était pas tellement intéressé aux poids de l’air.

20Au contraire, lors des deux dernières années de la vie de Mersenne, il y eut une levée de boucliers pour ou contre le vide. Devait-on dans un vide possible trouver une limitation à la toute-puissance de Dieu ? Mais ce vide existait-il vraiment ? Comment le définir ? Après avoir pris connaissance des travaux de Berti, de Torricelli et de tous les autres Italiens, Mersenne organisa toute une série d’expériences, il les centralisa. Profitant de la compétence de certains de ses amis par exemple Pierre Chanut (magistrat à Riom et qui allait partir pour la Suède comme ambassadeur), Florin Périer (conseiller du roi en sa cour des aides de Clermont Ferrand), Pierre Petit (ingénieur des fortifications), aidé par l’activité de certains jeunes comme Blaise Pascal, Adrien Auzout, Raoul de Monflaines, Mersenne refit l’expérience de Torricelli et surmonta la difficulté des tubes de verre, qui cassaient sous la pression de l’air ; il chercha ou fit chercher une profusion de vérifications, il accepta ou soumit à la critique celles des autres. Des centaines de tentatives parfois bizarres, souvent habiles, se succédèrent et se complétèrent. Les savants et les érudits comprenaient que la science exigeait des preuves manifestes. Hélas ! cette fois les chercheurs furent déçus : Mersenne dut avouer que dans le meilleur cas il restait un doigt d’air au sommet du tube. Cette conclusion aurait étonné Galilée et Torricelli.

21Le Minime mourut quelques jours avant l’expérience du Puy-de-Dôme (19 septembre 1648) organisée par Pascal et Périer. L’on comprit ainsi que par la méthode de Torricelli, c’était bien la pression atmosphérique que l’on mesurait.

22Après la disparition de Mersenne, il y eut d’abord Carcavy qui aurait voulu diriger l’Academia parisiensis. C’était un homme de bonne relation, au courant de tous les commérages. Il aimait les sciences et les relations épistolaires, mais ne semble pas avoir publié beaucoup. Toujours prêt à rendre service et enthousiaste de Galilée, il avait d’abord voulu éditer les Discorsi en France. Après leur parution, il se déclarait prêt à les traduire en latin. Diodati faisait l’éloge du personnage, mais formulait des réserves sur ses capacités de traducteur. Une autre fois, Carcavy suggérait de réunir en un seul volume toutes les œuvres du Toscan. Il aimait beaucoup se propager. Très fier de ses relations, c’est lui qui fit connaître Fermat à Mersenne et au monde savant. Il sera aussi l’ami de Christiaan Huygens et de Picard. Il se rendit à Arcetri pour saluer Galilée et lui proposer ses services. Après la mort de Mersenne, il eut l’illusion de pouvoir le remplacer auprès de Descartes pour tenir le philosophe au courant de ce qui se passait dans le monde intellectuel de l’Europe. Ce fut un échec.

23Il sera pourtant nommé membre de l’Académie des Sciences et ce fut lui à qui revint l’honneur de la déclaration au roi qui protégeait la nouvelle Compagnie (22 décembre 1666).

24En 1668, Colbert le chargea d’étudier (avec Huygens, Roberval, Auzout, Picard et Galois) les méthodes de longitude.

25Pour revenir à l’académie de Mersenne, ce fut François Le Pailleur, fils d’un officier royal qui en assura la direction en 1648 : chaque samedi, il réunissait autour de lui les anciens amis du Minime pour s’entretenir des derniers livres reçus. C’était un amateur très doué pour les mathématiques, aimable et discret. On l’estimait.

26Sa profonde culture se cachait parfois sous des formules facétieuses. Il comprenait peu Galilée.

« En un mot, je hais la science,
Mais j’avoue la belle ignorance. »

27C’était une boutade, mais qui refusait une science qui aurait voulu tout expliquer.

28Sous son autorité l’Academia parisiensis se continua avec ceux qui l’avaient fondée avec Mersenne. Elle s’enrichit de nouveaux savants installés depuis peu à Paris et de plus jeunes désireux de se perfectionner dans les sciences. Aucun d’eux n’a produit une œuvre d’ensemble consacrée à la vie de Galilée. Mais chez beaucoup le souvenir du grand savant restait vivace et inspirateur. Nous les suivrons jusqu’aux environs de la fondation de l’Académie des Sciences (1666).

  • 6 Bibl. nat. f. lat., 7226.

29Le premier qui mérite notre attention c’est Roberval, celui que Mersenne appelait geometra noster. Son nom et ses travaux sont souvent mentionnés dans les œuvres du Minime ou même cités en partie par lui. Vraiment doué pour les mathématiques, c’était le seul, dans l’académie Mersenne, à s’être consacré à l’enseignement. Privilège et supériorité, mais assujetissement, car au Collège royal, dont il faisait partie, il devait obligatoirement passer un concours régulier en indiquant les sujets originaux qu’il voulait traiter au cours des trois années suivantes. En conséquence, il gardait soigneusement secret tout ce qui aurait pu servir à l’enseignement durant les années suivantes. Il se plaisait à étudier les quadratures des courbes, les cubatures des solides de révolution, la détermination des centres de gravité, la méthode géométrique pour trouver les moyennes proportionnelles. Devançant sans doute les Discorsi il publia en 1636 un Traité de Méchanique sur des poids soutenus par diverses puissances. Après les Discorsi il étendit ses recherches et publia un traité plus complet6. Avec ardeur il prit parti sur les questions qui passionnaient les chercheurs de l’époque : la cicloïde, les indivisibles, le vide...

  • 7 Correspondance du père Marin Mersenne, op. cit., t. XVII, p. 90-91.

30Au point de vue astronomique, il était pleinement d’accord avec l’héliocentrisme de Galilée. Et dans son enthousiasme, il se permit en 1647 d’inventer un texte qu’il attribuait à Aristarque de Samos (IIIe siècle avant J.-C.). C’était un faux, mais l’occasion de combiner les thèses galiléennes avec l’attraction telle que la comprenait Kepler7. Mersenne soutint Roberval et inséra même Aristarque dans son Tomus III. Pourtant les critiques contre Roberval furent vives, par exemple celles de Torricelli. Ce que l’on reprochait au savant français, c’était surtout de présenter comme ancien et authentique un document qu’il avait lui-même imaginé.

31L’Italie, et Torricelli le premier, aurait peut-être accepté une plaisanterie : on ne voulait pas être pris pour dupes. On avait raison.

32En 1648, Roberval fut soupçonné de retenir indûment des lettres et des manuscrits pris dans la cellule de Mersenne après la mort de celui-ci. Roberval publia en 1651 l’Optique de Nicéron et la Catoptrique de Mersenne en apportant sans doute quelques corrections aux textes primitifs.

33En 1661, il fut admis à l’Académie des Sciences et ce ne fut qu’en 1693 qu’on rassembla quelques-uns de ses travaux mathématiques.

34Un autre membre de l’Academia parisiensis et admis à la familiarité de Mersenne, c’était Pierre Gassendi (1592-1655).

  • 8 Cf. Actes du Colloque international Pierre Gassendi, Digne, 18-21 mai 1992, Digne-les-Bains, Sociét (...)

35Astronome de valeur, l’œil rivé à une lunette assez rudimentaire, il passait de longues heures à scruter le ciel, notant la marche des planètes, la position des étoiles, les taches du Soleil, les éclipses, les comètes, même une aurore boréale. II consignait ses observations avec une précision remarquable : beaucoup ont été conservées8.

36En compagnie de ses amis, Peiresc ou le prieur de La Valette, il avait témoigné une vive admiration à celui qui avait découvert les planètes médicéennes. En 1631, il avait fourni une contribution capitale pour l’héliocentrisme par la confirmation d’une prévision de Kepler : le transit de Mercure devant le Soleil. Gassendi, au jour dit, suivra toutes les phases du passage de la planète. Malgré l’assurance de Kepler, Vénus n’était pas au rendez-vous. Tant pis : l’exactitude de Mercure suffisait.

37 Correspondant de Galilée, Gassendi lui exprima toute son amitié au moment de la condamnation du Dialogo, le mettant pourtant en garde contre des réactions trop vives :

« Je suis dans la plus grande perplexité sur le sort qui vous attend, vous la plus grande gloire du siècle... Si le Saint-Siège a décidé quelque chose contre votre opinion, supportez-le comme il convient à un sage : qu’il vous suffise de vivre avec la persuasion que vous n’avez cherché que la vérité. »

38Prudence humaine ? Amicale recommandation pour éviter le pire ? Calme avant l’orage ? En fait, chez Gassendi persista une angoisse qui s’effacera lentement.

39Une expérience que Galilée avait refusé de faire c’était de vérifier si des poids jetés du haut du mât d’un navire en course tombaient au pied du mât ou sur la poupe (à cause de la rotation de la Terre). Gassendi, grâce à l’amitié du prince de Valois, put utiliser une galère à rames, lancée à pleine vitesse : l’essai fut concluant, les poids tombaient au pied du mât.

40Nommé professeur de mathématiques au Collège royal en 1645, Gassendi choisit l’astronomie comme objet d’enseignement. Sa conférence inaugurale fut un triomphe. Torricelli à qui Mersenne avait envoyé le texte s’exclama :

  • 9 Correspondance du père Marin Mersenne, op. cit., t. XV, p. 71.

« Legi iam sæpe Inauguralem Epistolam Clarissimi Gassendi cum magna animi voluptate, maiore cum admiratione9. »

41L’état de santé du nouveau professeur l’obligea à abandonner sa chaire. Il la laissa à Roberval.

42En 1647, il publia une Institutio astronomica où il exposa les principales doctrines astronomiques. En apparence, il semblait laisser libre opinion à ses lecteurs. En fait, il resta pleinement disciple de Galilée et la meilleure confirmation (indirecte) ce fut que, dans la série des vies d’astronomes (1654), Copernic y était traité d’une façon élogieuse. Gassendi reprenait à son compte les louanges que Clavius avait adressées au chanoine de Torun. N’oublions pas que de son temps Gassendi fut aussi connu (et écouté) que Descartes. L’opinion du prévôt de Digne est d’autant plus importante.

  • 10 Ibid., t. II, p. 199.

43Ses tentatives pour restaurer l’atomisme de Démocrite et d’Épicure en insistant sur l’intervention du Dieu créateur n’auraient pas tellement déplu à Galilée qui aurait pu se souvenir de sa jeunesse lorsque, pour lui, les surfaces et les volumes des corps solides auraient été composés d’une infinité d’atomes non étendus10.

44 Gassendi mourut à Paris en 1654, près de dix ans avant la fondation de l’Académie des Sciences, dans l’hôtel d’Habert de Montmort, maître des requêtes. Il est plaisant de penser que ce dernier personnage (ami de Descartes) avait pu, comme Mersenne, donner toute sa sympathie à deux savants qui s’étaient si fort querellé en philosophie et en physique.

45On ne peut parler de Gassendi sans nommer Boulliaud. Les deux savants se rencontraient souvent quand ils étaient ensemble à Paris et correspondaient avec assiduité quand ils étaient séparés. Tous deux étaient prêtres, tous deux partageaient le même enthousiasme pour les sciences et avaient correspondu avec Galilée. Bouliaud avait publié en 1639 Philolaus et en 1645 Astronomia philolaica, des ouvrages nettement héliocentriques. Ils se rangeaient parfois à l’opinion de Kepler sur l’ellipticité des orbites. Plus tard Bouliaud, qui avait publié des études héliocentriques sur la lumière de la nébuleuse d’Andromède, présenta une nouvelle étude sur des étoiles nouvelles. Il traduisit et commenta des textes de l’Antiquité. S’il fut membre correspondant de l’Accademia del Cimento et le premier membre correspondant de la Royal Society, il ne fut pourtant jamais à l’Académie des Sciences.

46Mersenne aimait s’occuper des jeunes. On le décèle plus d’une fois. Il les dirigeait dans leurs lectures, il les conseillait dans leurs travaux, il diffusait leurs productions. Ce fut le cas avec Blaise Pascal, le fils de l’un de ses amis, Étienne. En 1640 Blaise avait 17 ans, il avait déjà écrit un Essai sur les coniques que Mersenne se faisait un plaisir de transmettre jusqu’en Angleterre et en Hollande. Déjà Blaise suivait les réunions de l’ académie de Mersenne, attitude bien précoce, mais qui est attestée par sa sœur Gilberte Périer :

  • 11 Œuvres de Pascal, éd. J. Mesnard, Paris, Desclée de Brouwer, t. I, p. 671.

« Il se trouvait régulièrement aux conférences qui se faisaient toutes les semaines où tous les habiles gens de Paris s’assemblaient pour porter leurs ouvrages ou pour examiner ceux des autres... On voyait souvent dans ces assemblées-là des propositions qui étaient envoyées d’Italie, d’Allemagne et des autres pays étrangers11. »

47Bien plus tard, en 1654, Pascal s’adressait à cette académie :

  • 12 Ibid., t. II, p. 1031.

« À l’illustre Académie Parisienne de Mathématiques.
Voici, Messieurs, vous les savants et les illustres ce que j’ai à vous donner ou plutôt à vous rendre ; je confesse en effet pour vôtre ce que je n’aurai pas fait mien si je n’avais été formé parmi vous12… »

48 Il s’agit de l’académie Mersenne, reprise à ce moment-là par Le Pailleur. Mais déjà avant 1647, Pascal s’était préoccupé des questions du vide, il avait publié les Expériences nouvelles surtout pour prendre date, puis ce fut la Grande Expérience de l’équilibre des liqueurs (automne 1648) et le Traité de l’équilibre des liqueurs (achevé en 1654). « Ce merveilleux Pascal, comme l’atteste Gassendi, monta sur la montagne du Puy-de-Dôme en portant avec lui un ballon d’enfant qui s’enfla progressivement au cours de la descente. » Ces quatre documents dénotent autant d’étapes dans l’attitude de Pascal et dans le courant des études sur le vide et le poids de l’air. On continuait ainsi la pensée de Galilée, les expériences de Torricelli et celles des savants italiens.

  • 13 Ibid., t. II, p. 1099.

49C’est à l’occasion de ces questions que Pascal cite explicitement Galilée : « Car Galilée déclare dans ses Dialogues qu’il a appris des fontainiers d’Italie que les pompes n’élevaient l’eau que jusqu’à une certaine hauteur ; ensuite de quoi il l’éprouva lui-même13… »

50Ami de Pascal, Adrien Auzout qui, avec lui et Hallé de Monflaines s’était illustré dans l’affaire Saint-Ange, avait fréquenté l’Académie Mersenne où l’on avait apprécié ses dons de mathématicien. Dès 1647, il s’était passionné pour les expériences sur le vide. Il rendit plus facile les observations astronomiques par l’invention du micromètre (qui remplaça l’ancienne adidade) et le perfectionna en compagnie de Picard et de Roberval. Galiléen convaincu, il n’eut pas l’occasion de témoigner plus explicitement son attachement pour le savant toscan. Auzout fit partie de l’Académie des Sciences, mais s’en retira en 1668.

  • 14 Huygens et la France, Paris, Vrin, 1982, passim.

51Il est un autre jeune et de célébrité éclatante, dont Mersenne s’est occupé deux ans avant sa mort. C’est Christiaan Huygens le savant hollandais qui passa plus de vingt ans en France14.

52Les deux savants ne se sont jamais rencontrés. Mais jusqu’à sa mort Mersenne a voulu le faire participer aux travaux de son académie et toute sa vie Huygens marquera sa reconnaissance au Minime, le citant souvent et aussi tenant compte de ses observations.

53C’est ainsi qu’en 1656, il témoignait :

« Le P. Mersenne m’honorait de sa correspondance pour m’inciter à l’étude des mathématiques à laquelle il me voyait porté naturellement et m’envoyait souvent des écrits de vous autres illustres et principalement de Monsieur de Fermat que j’ai commencé à entendre à mesure que j’ai profité dans ses sciences. »

54 Dès le début de leurs relations, Huygens marquait son admiration pour Galilée et le Minime qui partageait son sentiment concernant le Toscan, le mettait pourtant en garde : admiration, oui. Mais en sciences, l’argument d’autorité n’a qu’une valeur relative ; la première place revient à l’expérimentation et aux calculs.

55Huygens le comprit si bien que, partisan de l’héliocentrisme dès son jeune âge, il n’en affirmera la certitude qu’avec le Cosmotheoros rédigé vers 1686 et 1694, et seulement publié après sa mort. C’est vrai que sa découverte sur l’anneau de Saturne et la présence d’un satellite Titan confirmait le Dialogo. Mais le savant hollandais n’y insista pas à l’époque.

56Au début de sa vie scientifique il s’était opposé à Galilée en prouvant que la chaîne pesante n’est pas une parabole. Au contraire pour la chute des corps, Huygens admettait d’abord et sans raisonnement la proportion proposée par Galilée, car elle lui semblait évidente. Mais il faudra attendre 1659 avec De vi centrifugu, puis l’Horologium oscillatorium (1643) où le raisonnement mathématique se confirme par l’expérience.

57Une autre démarche de Huygens, celle de la pendule, est comme le dit Leibniz « une suite des découvertes de Galilée ». L’invention de Huygens, le spiral réglant du 20 janvier 1675, était une réalisation de l’isochromie du pendule, déjà prévue dans Horologium oscillatorium de 1673.

58Au début du XVIIe siècle on s’était penché sur ce pendule. Galilée avait cherché à prouver son isochronie totale, il avait même pensé qu’elle pourrait servir aux horloges. En fait, il laissa à Huygens le soin de trouver la correction du phénomène.

59On pourrait aussi ajouter la théorie de la figure de la Terre, les règles du choc élastique, l’étude de la force centrifuge, les travaux d’optique. Toutes ces recherches, menées par Huygens, d’une façon constante et persévérante montrent que Galilée restait pour lui un conseiller inspirateur.

60Pour conclure il faut se résigner à constater une double réaction à l’égard de Galilée et de ses découvertes lors de la fin du xviie siècle : celle de l’élite et celle des savants.

61Celle de l’élite :

62En 1694, c’est-à-dire vingt-huit ans après la fondation de l’Académie des Sciences, Thomas Corneille, le frère de Pierre le dramaturge, publia un Dictionnaire des termes d’art et de science. C’était lui aussi un dramaturge et un homme cultivé en beaucoup de domaines. On pourrait s’attendre à des souvenirs précis sur Galilée. Il n’en est guère. Le seul certain : « La première lunette est due à Jacques Metius, hollandais et que Galilée a perfectionnée. »

63Au point de vue de l’héliocentrisme, on reste prudent. On préfère assez souvent nommer Copernic, même quand il conviendrait de parler de Galilée. Quelque temps après la condamnation, on se permet de traiter ses conclusions comme hypothèse de travail. Peu à peu pourtant sa vérité est lancée et acceptée. On ne parle plus de la condamnation. Thomas Corneille n’y fait pas allusion, mais rappelle lui aussi les trois grands essais de l’histoire. Il songe peut-être à Galilée mais il ne se dévoile pas : il préfère charger Copernic d’une théorie qui inspire défiance. Et quand il parle du Soleil, le lexicographe se contente d’affirmer que « c’est une planète ronde et lumineuse qui étant source de chaleur et de feux, luit de sa propre lumière et de qui les autres planètes reçoivent la clarté dont elles brillent ». Il reste plus obscur quand il traite de l’écliptique pour laquelle il renonce à présenter des précisions. Son ouvrage est pourtant destiné au grand public.

64Les savants, et nous en avons eu des preuves flagrantes, ont compris le Galilée héliocentriste. Ils ont adopté ses découvertes. Entre eux, ils les citent et les commentent.

65En mécanique, ils utilisent ses résultats. S’ils multiplient les expériences, c’est pour parfaire une science qui tendra toujours vers de nouvelles perfections.

66Les méthodes de Galilée peuvent changer ; demeurent son génie et sa recherche de vérité.

Notes

1 Correspondance du père Marin Mersenne, 17 vol. publiés et annotés par C. De Waard, B. Rochot, M.-P. Tannery, A. Beaulieu, Paris, CNRS, 1932-1988, t. V, p. 209.

2 Ibid., p. 353.

3 A. Beaulieu, Mersenne. le Grand Minime, Paris 1995, p. 173-86.

4 Correspondance du père Marin Mersenne, op. cit., t. XIII, p. 541 ; t. XV, p. 6.

5 Ibid., t. XVI, passim.

6 Bibl. nat. f. lat., 7226.

7 Correspondance du père Marin Mersenne, op. cit., t. XVII, p. 90-91.

8 Cf. Actes du Colloque international Pierre Gassendi, Digne, 18-21 mai 1992, Digne-les-Bains, Société scientifique et littéraire des Alpes de Haute-Provence, 1994, 2 vol.

9 Correspondance du père Marin Mersenne, op. cit., t. XV, p. 71.

10 Ibid., t. II, p. 199.

11 Œuvres de Pascal, éd. J. Mesnard, Paris, Desclée de Brouwer, t. I, p. 671.

12 Ibid., t. II, p. 1031.

13 Ibid., t. II, p. 1099.

14 Huygens et la France, Paris, Vrin, 1982, passim.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search