Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Libertés et libéralismes

 | 
Jean-Pierre Potier
, 
Jean-Louis Fournel
, 
Jacques Guilhaumou

Libertés

Introduction

Jean-Pierre Potier

Testo integrale

1La formulation de Quentin Skinner, « la liberté avant le libéralisme », rend possible une histoire de la pensée de la liberté au cours des Temps modernes dans des formes et des expressions variées, selon une logique qui donne aux traditions libérales, en les inscrivant en grande part dans l’univers du langage politique du républicanisme classique issu de l’Antiquité romaine, une signification particulière. Le présent ouvrage prend une autre voie de recherche, même s’il entend lui aussi confronter une pensée de la liberté et des libertés à la question des « libéralismes historiques ». D’emblée l’humanisme dit « civique », plaçant la vita activa au centre de la pensée politique florentine, ouvre une réflexion spécifique sur le libéralisme en mettant l’accent sur la part d’universel sans cesse réaffirmée au sein d’une histoire polymorphe de la liberté. Qui plus est, le « vivre ensemble » ainsi posé à l’horizon d’une identité citadine parle avant tout de la liberté elle-même, de son immanence, selon des histoires diverses de la libertas florentina, plus qu’elle n’ouvre une tradition discursive (Jean-Claude Zancarini, Laurent Baggioni).

2Dans une telle logique de l’immanence, la part du lien social qui fait tenir ensemble les individus est alors nommée « société civile ». Il revient à Hobbes de s’interroger sur la nature de ce lien social par le basculement d’un lien vertical entre souverain et sujets à un lien horizontal entre hommes capables de raison (Pierre Dockès). La liberté devient alors affaire de coopération, certes dans la Cité, mais aussi dans l’État. La capacité à la liberté se fonde désormais sur un principe de droit naturel, la liberté de préserver son être, donc de faire quelque chose de concert avec d’autres. Si quelque chose existe ontologiquement, la liberté, c’est avec quelqu’un, l’autre de soi-même.

3Cependant, le jeu des passions, très présent dans la corruption, rend difficile l’instauration de la liberté (Claude Gautier). De Hume à Rousseau, il convient alors de considérer un principe d’indépendance et sa cause, la nécessaire réforme des mœurs et des vertus face à un tel principe d’incertitude, dont la marque est la primauté des institutions en appui sur une théorie anthropologique de la liberté. Au centre de cette théorie se trouve la question des croyances et de leur part décisive à la promotion de la capacité inventive de l’homme. De même est introduite, dans le paradigme de la liberté, une histoire mobilisée dans des fictions sur l’origine des constitutions politiques.

4C’est dire que les grammaires de la modernité ne cessent de poser la question de la liberté et des libertés selon des points de vue très divers. La question coloniale est ainsi une grille d’analyse intéressante pour apprécier le contenu des idées économiques libérales dès le xviiie siècle.

5Ainsi les économistes libéraux britanniques, au premier rang desquels il faut mentionner Adam Smith, se livrent à une critique du monopole des grandes compagnies de commerce, qui confondent intérêt privé et intérêt public (Alain Clément). Ils sont attentifs aux différents coûts directs et indirects engendrés par la colonisation. Leur critique au nom de la liberté et de l’efficacité économique ne se limite pas aux pratiques coloniales (régime de l’exclusif des Indes Orientales, pacte colonial avec l’Amérique et les Caraïbes). En effet, ils iront jusqu’à remettre en cause l’empire colonial lui-même, même si l’opinion publique n’est pas encore prête à la séparation.

6Du côté des physiocrates en France, la réflexion économique s’ouvre ici, par un paradoxe productif, sur leur critique du point de vue d’un « faire faire » affirmé dans les Dialogues de Galiani sur une matière précise, la législation relative au commerce des grains (Gérard Klotz). Au nom de la généralité de la liberté, il s’agit d’affirmer la fin du privilège de l’agriculture, avec l’intérêt porté aux manufactures. Les physiocrates y répondent, avec l’aide de Turgot, par le constat que l’insistance de Galiani sur le « fait des bleds » repose sur une méconnaissance du principe même de l’économie tel qu’ils l’analysent. La liberté est ainsi indissociable d’un savoir rationnel au plus près des lois de la nature et des faits qui en dérivent, ce qui nous confronte à un Joseph de Maistre dont la pensée irrigue encore le débat européen sur la liberté, comme le montre le récent ouvrage collectif sur Joseph de Maistre ans his european readers (Carolina Armenteros et Richard A. Lebrun, Leyde, Brill, 2011). Là où les physiocrates s’en tiennent à une liberté positive, le mot s’inverse si l’on peut dire dans une certaine négativité de la liberté, et son corollaire, la non-acceptation de la pleine universalité, ce qui la rend pour le moins ambiguë.

7Nulle surprise donc si le temps de l’indépendance au xviiie siècle, exemplifié d’abord par le cas américain, est le temps de la réalisation de la liberté dans l’histoire, mais selon un processus républicain où les libertés peuvent être limitées, par un paradoxe apparent (Annie Léchenet). En effet, la nécessaire fonctionnalité des pouvoirs, promue par un arrangement constitutionnel interne, prend en compte les intérêts économiques et sociaux, tout en permettant de tenir la balance égale entre eux, ce qui équivaut à la promotion de la justice et de la morale. A-t-on ainsi abouti à un modèle de libéralisme classique avec l’affirmation de libertés essentielles comme la liberté de presse et la liberté d’instruction pour tous ? Tout du moins, c’est de la liberté dans le politique lui-même dont il est question en définitive.

8Un pas de plus est franchi avec Sieyès et la Révolution française (Christine Fauré). La liberté prend place dans l’atelier de la nature indépendante ouvert par l’action de l’homme. Une telle appétence pour la nature même de la liberté nous entraîne jusque dans les pas des théologies naturalistes, que Sieyès connaît bien, donc d’un empirisme naturaliste qui se veut la synthèse de Locke et de Hume dans un abord de la liberté comme droit naturel. La division du travail, comme effet et cause de la liberté, y occupe une place centrale, dans la lignée d’Adam Smith, tout en s’articulant au thème de la société civile promu par Ferguson. C’est alors la liberté de chacun qui permet la production des richesses dans les limites des besoins de l’État et des populations. Ce qui suppose d’associer étroitement la liberté naturelle à l’art social, sur la base de ce que Sieyès appelle déjà une « sociologie ». Tout est dans l’unité de la synthèse des libertés pour produire la liberté.

9Le débat sur l’individualisme semble suivre naturellement les enjeux autour de la liberté et les libertés au cours des Temps modernes (Marie-France Piguet). Cependant ce mot nouveau du début du xixe siècle ouvre un débat sur les exagérations de la liberté individuelle à partir d’une critique des idées générales et des principes à la base d’une telle liberté que nous avons énoncés un par un. Nous quittons ainsi le domaine de l’ontologie des principes de liberté posés sur une base empiriste et donc non substantialiste au cours des Temps modernes, pour entrer dans un positivisme de la liberté qui fait débat en fonction des intérêts des classes et des gouvernements.

Autore

Professeur à la faculté de sciences économiques et de gestion de l’université Lumière Lyon 2 et membre du laboratoire Triangle. Auteur de nombreux travaux sur l’histoire de la pensée économique du XIXe et du XXe siècle en France et en Italie, il a préparé l’édition scientifique de plusieurs volumes des Œuvres économiques complètes de Léon Walras et de Jean-Baptiste Say (notamment le Cours complet d’économie politique pratique, 2009). Parmi ses publications récentes, on notera la coordination d’un numéro spécial de la revue Œconomiaconsacré à Walras et l’intervention publique (2011).

© ENS Éditions, 2012

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540