Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Libertés et libéralismes

 | 
Jean-Pierre Potier
, 
Jean-Louis Fournel
, 
Jacques Guilhaumou

Introduction
Des libertés après le libéralisme

Jean-Louis Fournel, Jacques Guilhaumou et Jean-Pierre Potier

Texte intégral

1On a pu montrer récemment (voir Audard, 2009) qu’il existe plusieurs lectures du libéralisme en appui sur plusieurs histoires du libéralisme, ce qui suppose une gamme diversifiée de libertés libérales. Autant de libéralismes, autant de figures transitoires si l’on considère l’analyse du libéralisme dans sa dimension historienne et archivistique, y compris dans le geste, si souvent réitéré, de poser la liberté comme un droit naturel. Ainsi, en parlant du libéralisme au singulier, il s’agit présentement d’en circonscrire la généalogie, et non d’une éviction de l’histoire. Qui plus est, les libéralismes au pluriel renvoient dans l’histoire à une multiplicité de figures transactionnelles situées entre valeurs morales et technologies gouvernementales.

2Pourtant on a pu aussi considérer qu’il existait une tendance constitutive, sinon du libéralisme, du moins de son effectuation historique, à négliger toute histoire et tout espace de référence qui ne relèverait pas de la chronologie interne qui lui est propre. Dipesh Chakrabarty, dans une perspective critique qui n’est pas la nôtre mais qui peut féconder d’autres interrogations, écrit ainsi que le libéralisme, par son origine même, consigne « les Indiens, les Africains et les autres nations “grossières” à la salle d’attente imaginaire de l’histoire » et que « ce faisant il fait de l’histoire elle-même une variante de cette salle d’attente » (Chakrabarty, 2009). Ces perspectives différentes sur la question essentielle qui nous occupe dans cet ouvrage illustrent la difficulté qu’il y a à redonner sa place, toute sa place, à une histoire polymorphe de la liberté ou des formes et expressions nées de la pensée de la liberté. Une histoire qui ne va pas sans impensés, voire sans paralogismes. Au-delà des post colonial studies, il suffit de revenir, pour s’en assurer, à des références plus classiques qui permettent de constater que, par exemple, Alexis de Tocqueville, dans De la Démocratie en Amérique, se soucie assez peu du sort des Indiens (voir Marienstras, 1998) et que le même auteur, dans ces textes sur la conquête de l’Algérie, peut avoir des formulations sur les exactions commises par les troupes françaises qui font froid dans le dos.

  • 1  Un pluriel qui, dans ce cas d’espèce, ne recouvre pas le pluriel contemporain plus fréquent – asso (...)

3La nécessité d’écarter tout risque de fausse évidence et d’illusoire univocité du libéralisme, si présentes dans certains débats exotériques de la politique contemporaine liés au néolibéralisme, nous rappelle ainsi un impératif de méthode qui ne vaut pas que pour ce sujet : la requête d’une mise au pluriel « historique » comme pluriel des cas, des formes et des débats1. Il s’agit donc d’apporter une contribution à une histoire par bouts et par épisodes, une histoire ouverte à d’autres moments et d’autres cas, aussi ouverte et aussi impossible à clore que le fut le chantier d’où est issu cet ouvrage collectif. Notre objectif n’a donc pas l’indéniable cohérence idéologique (ni les objectifs politiques) du courant « républicain » anglo-américain qui entend sortir du libéralisme pour réhabiliter les libertés en se fondant sur le mythe d’un républicanisme classique et sur le postulat d’une centralité de la question de la vertu (qu’elle soit aristotélicienne – Pocock – ou cicéronienne – Skinner). Si nous choisissons une voie différente de celle-ci, c’est aussi parce que nous pensons qu’il est légitime de se demander si l’alternative parfois posée entre républicanisme et libéralisme ne relève pas désormais d’une sorte de scolastique un peu figée, bien plus que d’une grille d’intelligibilité des positions politiques exprimées.

  • 2  À ce propos, il faut souligner une spécificité du laboratoire Triangle (CNRS-ENS de Lyon) et de ce (...)

4Nous n’entendons pas davantage passer en revue de façon systématique la multiplicité des travaux fournis depuis une trentaine d’années sur la question des libéralismes, car plusieurs volumes n’y suffiraient pas et, surtout, parce que nous n’entendons pas nous placer dans la perspective d’une histoire des idées confiée à des « spécialistes » de chaque auteur ou problème abordé. Il s’agit plutôt de mettre en série des questionnements de nature et d’origine différentes en pariant sur le fait que leur rencontre au sein de l’ouvrage pourra produire, dans la lecture, des effets de sens non dénués d’intérêt. Voilà aussi pourquoi les travaux présentés prennent prioritairement en compte des acteurs à travers des phénomènes d’institutionnalisation de discours et de pratiques dans plusieurs espaces de professionnalisation et de socialisation (académiciens, universitaires, ingénieurs, économistes, hommes politiques, etc.). De fait, la transmission des concepts s’opère non seulement à travers les sociétés savantes, les grandes écoles, les universités, les associations professionnelles, mais aussi dans les assemblées politiques et également dans les revues et dans les journaux. Le but recherché est d’abord de proposer une contribution partielle à la reconstitution de la généalogie du questionnement sur la (les) liberté(s) en posant le problème de l’articulation entre les usages historiques de la notion de liberté(s) et la productivité heuristique du concept de libéralisme dans un ensemble de contextes (anciens ou contemporains) singuliers2. À ce titre, divers fonctionnements de notions ou de couples de notions dans ces contextes historiques et scientifiques déterminés sont mis en évidence. Il en ressort un travail spécifique sur les notions, sans pour autant se détacher du travail sur les auteurs et leurs pratiques qui balisent la réflexion sur les libertés et les libéralismes.

5À l’origine de cet ouvrage se trouvent plusieurs choix : un travail collectif et en séminaire ; un traitement des problèmes posés au prisme de plusieurs disciplines ; une approche de la question au travers de son déploiement à différents moments historiques ; enfin et peut-être surtout, une attention particulière aux mots de l’Histoire et à leurs interprétations et aux lectures qu’on en fait. Non parce que nous penserions que l’étude des mots permet de faire l’économie de celle des pratiques ou des événements non discursifs, mais parce que nous faisons le pari que le frottement entre eux des mots en situation rend possible un éclairage de nature différente, et présente un caractère heuristique.

  • 3  On peut se référer ici à l’étude classique d’I. Berlin, 1969 (traduction française : 1988).

6Deux mots, donc, se trouvent au départ de cette interrogation, dont nous avons considéré qu’il y aurait du sens à les faire travailler ensemble. Mais aussi deux mots qui renvoient à des réalités, empiriques ou conceptuelles, et à des chronologies a priori différentes. Le premier de ces mots – liberté – renvoie à une problématique millénaire, existant depuis que les hommes réfléchissent sur les formes possibles du vivre ensemble (ce que l’on pourrait nommer plus simplement la politique, dans la mesure où celle-ci renvoie aussi aux questions d’éthique et de morale, ou encore, plus récemment et plus « sociologiquement », le lien social). Le second – libéralisme – se réfère davantage à un corps de doctrine qui trouve son origine dans une interprétation du rôle moteur de la liberté pour les échanges et les formes d’organisation de la communauté sociale3.

  • 4  Le corps de doctrine propre au libéralisme contemporain peut être perçu, à travers le présent ouvr (...)
  • 5  Voir Skinner, 1998 (traduction française : 2000). Sur les questions de méthode, voir également Ski (...)

7Le second terme prétend souvent se fonder sur le premier, mais l’indéniable antériorité de la liberté interdit d’en limiter le sens et la productivité au champ réduit défini par le libéralisme4. Ce n’est pas pour autant que nous centrerons le questionnement sur « la liberté avant le libéralisme » dans le but d’exalter la première peu ou prou aux dépens du second, selon ce qui a pu être fait par Quentin Skinner (même s’il est vrai évidemment que le dispositif skinnérien a en l’occurrence une fonction méthodologique plus complexe puisqu’il permet de montrer que le libéralisme s’est imposé contre d’autres modèles et qu’il y a eu des options, des indéterminations, des équivocités – à l’encontre de ce que prétendent les lectures téléologiques de l’histoire des libertés)5. Ce qui importera ici, c’est plutôt la confrontation de modèles susceptibles de mesurer, d’éprouver les présupposés, les impensés des conceptions libérales.

8Nous partirons donc du double constat – simple – qu’il n’y a pas de réflexion sur le libéralisme sans pensée de la liberté, mais que toute pensée de la liberté ne saurait être incluse dans les différentes formes de libéralismes. Le pari de ce recueil d’études est que, dans cette perspective, il peut être utile de confronter les deux notions dans leurs usages et leur histoire. Toute pensée de la liberté – celle qui est au cœur des libéralismes comme celle qui anime le « républicanisme », doit à un moment ou à un autre se penser comme une liberté restreinte (c’est sans doute une des raisons essentielles qui conduit à la théorisation depuis I. Berlin de la « liberté négative », et aux critiques qu’elle a pu susciter). Cette pensée de la limite de la liberté est un point de départ pour interroger la complexe relation-confrontation, parfois aussi détonante qu’un court-circuit, des deux mots et de ce qu’ils recouvrent (y compris dans les méandres, les impasses, les apories, les contradictions non seulement du libéralisme, mais aussi de la liberté lorsqu’elle cesse d’être un horizon éthique et politique, et qu’elle se transforme en doctrine prescriptive ou en pierre de touche, donnant ainsi naissance au libéralisme).

9Ces deux mots, nous les compliquons, en outre, du parti pris de les décliner au pluriel. Cela ne signifie pas nécessairement entreprendre ici de mettre en série les libertés et les libéralismes dans une improbable taxinomie à visée inutilement systématique et exhaustive. Mais la complexité du pluriel voudrait faire échapper le propos à la réification théorique et à la monumentalisation d’une quelconque orthodoxie et restituer, grâce au recours à la pluralité, de la vie aux mots, dans une multitude de situations et de cas de figure qui concerne y compris les libéraux eux-mêmes, plus divers qu’on ne le croit souvent. La confrontation de ces deux mots nous fait courir le risque de l’anachronisme – que d’aucuns considéreront comme fructueux voire nécessaire – ou de la téléologie, mais elle nous permet aussi de réfléchir sur l’histoire des concepts sans abandonner le champ des pratiques et des événements et sans inscrire notre démarche dans la seule analyse des discours. Bref, il s’agit de prendre le parti de l’historicité et de l’analyse historique des enjeux du débat polymorphe (et donc des conflits de pouvoir) étudié ici.

  • 6  Voir, par exemple, les ouvrages pluridisciplinaires de Nemo et Petitot éd., 2006 et Kévorkian éd., (...)
  • 7  Voir le nouveau volume d’hommage à R. Koselleck : Sebastian éd., 2011 et, tout particulièrement su (...)

10Le travail que nous avons mené ne peut donc se confondre avec une nouvelle tentative d’histoire intellectuelle du libéralisme ou des libéralismes en général (ou en économie en particulier), de leurs traditions et de leurs controverses à partir de quelques « pères fondateurs » des xviie et xviiie siècles6. Par ailleurs, lorsque nous étudions un auteur, nous nous abstenons d’utiliser un « modèle » de libéralisme pour montrer des points d’accord ou de désaccord (comme l’illustre le texte de Philippe Soual sur Hegel). Soucieux de revisiter tel ou tel modèle de la citoyenneté et des États libres, Quentin Skinner (1998) a excavé la conception néoromaine de la liberté civile de manière à nous faire comprendre ce qu’il en est de la liberté avant le libéralisme triomphant du xixe siècle, montrant ainsi que l’essor puis le déclin d’une théorie si particulière de la liberté civile s’avère particulièrement évocateur de ce qu’il en est de la liberté avant le libéralisme. Mais il convient aussi, à partir des catégories d’analyse sociohistorique d’un autre grand historien des concepts, Reinhart Koselleck, d’associer à la perspective du changement diachronique une interrogation sur les variations synchroniques des structures sociopolitiques7. Il s’agit de baliser au plus large les champs d’expérimentation de la liberté et ses horizons d’attente de manière à repositionner des moments de liberté avant et après le libéralisme.

11Le contenu de cet ouvrage, Libertés et libéralismes. Formation et circulation des concepts, s’est progressivement enrichi au fil des séances mensuelles du séminaire transversal du laboratoire « Triangle : action, discours et pensée politiques et économiques ». Il s’est agi de mobiliser non seulement l’ensemble des compétences du laboratoire (philosophie politique, science politique, histoire de la pensée politique, histoire de la pensée économique, spécialistes du monde russe, du monde anglophone, italianistes, etc.), mais aussi d’impliquer des chercheurs d’autres laboratoires dans un travail qui s’est développé souvent aux frontières des différentes disciplines et des spécialisations variées dans le domaine des sciences humaines et sociales. Dans un tel travail de séminaire, différentes perspectives se sont dégagées à l’intérieur de l’espace européen, mais les transferts et des retours vers d’autres espaces (notamment l’espace américain) ont également trouvé leur place. Nous avons ainsi été confrontés aux spécificités nationales en Europe (France, Allemagne, Italie, Royaume-Uni, Russie…) autour du couple « liberté/libéralisme ». Il a été aussi question des effets de ces traditions philosophiques, économiques, civiques, rhétoriques, dans les reconfigurations et les usages des notions étudiées. Au travers de toutes ces pistes explorées, d’une communication à l’autre, se dessinent les frontières mobiles et discontinues d’un débat multiforme sur un libéralisme bien peu orthodoxe, et donc particulièrement hybride dans les contextes, les périodes et les espaces où il est décrit.

12Voilà pourquoi nous avons tenté d’organiser la réflexion autour de trois parties intitulées respectivement Libertés, Démarcations et Expériences. Ces trois approches intégrées ne sont pas reliées entre elles par la chronologie successive postulée de phases qui s’inscriraient dans une téléologie conduisant le lecteur de la fondation à la théorisation unitaire puis à l’effectuation polymorphe. Elles tentent plutôt de proposer une réflexion en spirale selon une chronologie pour partie identique à partir de trois questionnements différents : les grammaires modernes du libéralisme au regard de la liberté ; la cohérence systémique et les frontières du libéralisme ; la multiplicité des adaptations et bricolages possibles au nom du frottement entre libéralisme(s) et liberté(s).

13Le libéralisme chez les économistes est à rattacher avant tout à l’institution de l’économie politique comme science à partir de la seconde moitié du xviiie siècle en France et au Royaume-Uni, même si au tournant des xviie-xviiie siècles, on assiste à l’émergence de ses principales hypothèses. La question du libéralisme n’est pas pour autant révélatrice d’un corps de doctrine devenu stable et éternel, avec l’actuelle hégémonie néolibérale. Elle est en effet à la fois querelle de mots, répertoire d’arguments et affrontement de pratiques et d’actions, et à ce titre, les chercheurs qui se penchent sur son devenir et ses filiations s’intéressent aussi aux formes hétérodoxes qu’elle engendre.

14S’il n’y a pas opposition rédhibitoire des notions, si on ne peut pas penser la liberté comme un instrument de guerre théorique contre le libéralisme ou le libéralisme comme le stade achevé de la liberté, il existe d’abord une querelle des mots. Une querelle de mots au sens où, des premiers usages de la notion d’« individualisme » au cours des années 1820, dans le contexte du débat entre Benjamin Constant et les saint-simoniens, à l’usage contemporain de « social-libéral », c’est d’abord le discours de l’autre, l’adversaire du libéralisme qui est mis en valeur. Dans la doctrine de l’individualisme, il s’agit de dénoncer ce qui relève de la part d’exagération dans l’insistance sur la liberté individuelle, voire de dissolution des liens sociaux dans la filiation des idéaux libéraux des Lumières ; de même, le « social-libéral » est apparenté un temps au « social-traître » pendant le xxe siècle.

15Cependant ce poids initial du discours de l’autre, qui penche vers le négatif, s’accompagne tout autant d’un travail de réappropriation conceptuelle jusqu’à nos jours. Et c’est là un apport important. Par exemple, une « société des individualistes » au xixe siècle revendique l’individualisme comme base de la politique rationnelle, pour faire pièce au socialisme. De son côté, un économiste comme Léon Walras peut se proclamer « socialiste libéral » dans la perspective d’une synthèse du libéralisme et du socialisme, apparenté le premier à la politique, le second à la science. De même, à la fin du xixe siècle, peuvent naître des tentatives de conciliation entre libéralisme et vision du bien commun dans les réflexions en faveur d’un libéralisme « corporatiste » et « social ».

16Dès les premières querelles, les arguments s’échangent, comme en témoigne le célèbre débat, au xviiie siècle, de Galiani et ses Dialogues avec les physiocrates, mis en cause par cet ouvrage qui refuse les lois économiques et en particulier la loi du marché, au nom de la seule prise en compte des circonstances. La question coloniale est une grille d’analyse intéressante pour apprécier les idées économiques libérales au xviiie siècle. Attentifs aux différents coûts engendrés, les économistes libéraux britanniques critiquent les pratiques coloniales (régime de l’exclusif, pacte colonial), voire remettent en cause l’empire colonial lui-même, même si l’opinion publique n’est pas prête à la séparation. D’un catalogue d’arguments ainsi suscité, d’une réfutation à l’autre, d’un auteur à l’autre, il ressort une série de couples qui laisse bien loin la prétendue cohérence d’une orthodoxie du libéralisme.

17Et d’abord apparaît le couple de la nature et de l’artifice. Depuis Hobbes, une économie politique du lien social fait la part de la force de nature, des ateliers naturels de la production commune à tous et de l’importance de l’artifice politique, et en premier lieu l’État dans le credo libéral. Avec un moment de basculement – si caractéristique du moment hobbésien et de sa reprise – du lien vertical entre l’État et ses sujets au lien horizontal de l’échange, de l’association. Un lien vertical si fragile, voire sans force à l’état de nature, qu’il nécessite le déploiement du pouvoir politique d’un simple rôle régulateur jusque dans « une politique de terreur » plus paradoxale, d’une révolution moderne à l’autre. À ce titre, le souci premier des fondateurs du libéralisme, à l’exemple des « républicains anglais » du xviie siècle, puis des Pères fondateurs de la République américaine n’est pas tant l’égalité des droits, jugés comme de simples « barrières de parchemin » (Madison) dans leur déclaration même, que ce qu’il nomme la liberté, ou plus exactement les rapports paradoxaux entre pouvoir et liberté.

18L’analyse, en histoire des concepts, du couple libéral/libéralisme a été inaugurée par l’étude de Jörn Leonhard (2001). Il revient à ce chercheur allemand d’avoir introduit, en histoire des concepts, le couple libéral/libéralisme au regard de son rythme comparé dans un espace élargi, présentement européen, donc en France, en Allemagne, en Italie et en Angleterre. La France occupe ici une place privilégiée dans la mesure où elle conceptualise les premiers usages de libéral/libéralisme dans le double contexte de l’opposition entre « royalistes exagérés » et parlementaires libéraux au cours des années 1810, d’une part, et elle contribue de manière inaugurale à la formation de la sociologie de Sieyès à Comte, d’autre part. Qui plus est, il en ressort au xixe siècle un véritable « Leviathan moderne », en l’occurrence un État qui se veut bien ordonné, fonctionnel à l’initiative d’une nouvelle élite dont Hegel se fera le porte-parole, au titre de la réalisation de la société civile dans l’État par un tiers. D’une telle tradition libérale, appréhendée dans la diversité de ses usages et de ses pratiques, Hegel hérite plus précisément avec l’objectif de fonder un « libéralisme éthique ». Un libéralisme qui renvoie à un « État libéral » acceptant la présence d’une libre sphère d’activités non familiales et non politiques qu’il nomme société civile. La société civile se détermine présentement par un système des besoins : elle est l’espace des institutions civiles où se déploie l’entendement de l’individu. Ici le travail de l’entendement fonctionne comme opérateur d’abstraction. À ce titre, l’État libéral rend possible l’auto-organisation de sa société et des individus qui la compose. Du libéralisme, Hegel retient donc un moment de libération, en particulier dans le travail et la production des richesses, tout en refusant la théorie du contrat social qui suppose un État rationnel, au risque d’y confondre la société civile.

19Cependant, de la réalisation politique du libéralisme allemand, en particulier pendant l’entre-deux-guerres, retenons un paradoxe fatal à la République de Weimar, république libérale par excellence. Elle s’inscrit beaucoup plus dans la tradition kantienne, dans la mesure où elle concevait le citoyen – un être libre tant sur le plan juridique qu’économique – comme l’élément central de la société. En tant que tel, cet être pensant et, par conséquent, libre intellectuellement, était amené à représenter les masses dans leurs intérêts juridiques auprès de l’État. Or, à l’ère des masses, une telle conception de l’individu n’était pas une panacée. Dans cette lignée hégélienne, on comprend alors – et c’est un point central – la réticence de Michel Foucault à assimiler l’État libéral à l’État de droit selon un modèle transcendant de la loi et juridique de la souveraineté. Analyser le pouvoir en termes de droit mène, selon lui, à un État coercitif, et s’interdit de penser la société comme espace immanent d’autolimitation de l’intervention de l’État par la mise en œuvre de fabriques de la liberté à côté des ateliers de la production. Il s’agit de faire pencher le libéralisme vers la caractérisation d’une gouvernementalité libérale avec ses stratégies de pouvoir propices à un art de gouverner – Sieyès parle ici d’art social – en appui sur la naturalité des phénomènes, et d’abord la population.

20Nature et artifice, source de filiations révolutionnaires, d’une part, nature et gouvernementalité, source d’autonomie de la société d’autre part, voilà un débat ouvert au cœur même du libéralisme et qui n’est pas sans conséquence dans la confrontation avec le socialisme. Là encore il faut insister sur ce qui caractérise le libéralisme, d’abord et avant tout des hybridations et des filiations hétérodoxes. La forme hybride la plus courante se déploie sur le terrain de la question sociale et concerne tout autant, sur l’échiquier politique, les tenants de la « conservation » que ceux du « progrès ». Elle se situe avant tout sur l’axe de confrontation entre l’Angleterre et la France, selon divers lieux, époques et modalités bien étudiés dans cet ouvrage.

21Mais cette hybridation avait déjà travaillé la notion de liberté bien avant que ne fût forgé le libéralisme : dès l’humanisme italien avec la réflexion permanente sur le sens du mot libertas dans les cités-États, la question de la liberté – au singulier ici – recoupe l’ensemble des interrogations sur ce que doit être un vivre politique républicain, notamment le problème de la nature du lien complexe entre equalitas, libertas et indépendance de l’État. Depuis lors le concept de liberté n’existe que dans la mesure où il se charge et se nourrit d’une tradition historique longue et contradictoire, prenant en charge dans un même mouvement le poids d’un mot et l’histoire des hommes qui l’ont employé. Le second terme (notamment dans ce qu’il suppose de prise en compte de l’évolution de l’État comme espace territorial et gouvernemental de déploiement de la liberté républicaine) est essentiel pour dépasser la tendance à l’idéologisation de la liberté comme valeur morale suprême telle qu’elle est présente dans les différents courants du républicanisme anglo-américain contemporain comme instrument de critique (et de lutte) contre le libéralisme moderne : on voit là comment la question de la liberté politique pose un triple problème d’herméneutique textuelle, d’idéologisation de l’historiographie et d’épistémologie de l’histoire.

  • 8  Voir à ce propos (avec bibliographie exhaustive de la question) Baggioni, 2006 et Hankins éd., 200 (...)

22C’est là d’ailleurs une première illustration (ici polémique) de ces « filiations » dont certaines peuvent surprendre, à l’exemple de l’anarchisme dans l’accent commun sur le naturalisme social, mais qui sont sources de ce qu’il convient d’appeler jusqu’aux confins de l’Europe une polymorphe culture libérale. Ainsi de la Russie par exemple (d’où notre volonté d’y consacrer plusieurs interventions dans cet ouvrage). L’approche du libéralisme en termes de culture libérale s’avère alors, d’un laboratoire européen à l’autre, la plus globale. Elle permet en effet d’entrer en dialogue avec nombre de paradigmes interprétatifs de l’histoire politique de l’Europe depuis le début des Temps modernes, à l’exemple du paradigme du républicanisme et de sa traduction contemporaine dans la notion d’« humanisme civique » construite par Hans Baron à partir des années 1930, même si récemment s’est développée une critique radicale de cette notion grâce à une étude solide, d’une part, de sa généalogie et, d’autre part, de ses effets théoriques et politiques8.

23Là où s’opère la critique du républicanisme, en particulier chez Hume, la culture libérale au sens large relève en fin de compte d’un refus d’idéaliser la nature humaine tout en la mettant au cœur de la production, par le souci de dégager un tiers commun, des qualités communes entre les individus, qui permettent de penser des régularités et des généralités. Elle relève ainsi conjointement d’une science causale, la science des vertus, des mœurs régulatrices de la société humaine, et d’une science politique des institutions, avec le dilemme de l’État ou de l’anti-État, dans une chaîne de causalités qui instaure en son sein une primauté anthropologique. À ce titre, elle se veut facteur de stabilité, dans sa confrontation même avec ses adversaires les plus irréductibles, en particulier le communisme.

24En considérant les libéralismes à travers toute une série de figures transactionnelles, comme le font les contributeurs de cet ouvrage, la culture des libertés, telle qu’elle s’est construite au fil des siècles, nous donne en partage un regard d’analyste sur une grande diversité de communautés morales et politiques où les convictions libérales sont toujours révisables, actives au contact d’autrui, tant dans le domaine des savoirs que des pratiques. On peut alors parler d’un « nous libéral », par le fait de l’analyse plurielle qui en est proposée dans le présent ouvrage, ce qui permet tout particulièrement de redonner sens au précieux apport des thèses libérales classiques, trop souvent réduites à des technologies gouvernementales. En effet, se proclamer « libéral » revient non seulement à (ré)affirmer des valeurs démocratiques, mais aussi à poser une similitude entre individus qui se disent « libéraux », en tant qu’entrepreneurs d’eux-mêmes dans des comportements éthiques et rationnels.

25En conséquence, la compréhension de l’attitude « libérale » d’un individu particulier et de son groupe d’appartenance rend compte de la manière dont un agent jugé rationnel s’identifie à une communauté morale, sans référence à un modèle social prédéterminé qui lui attribuerait par avance telle ou telle tâche à réaliser. L’homo oeconomicus devient bien, à distance de normes libérales préformatées, un entrepreneur de lui-même, sous la forme d’un agir qui renvoie présentement à la diversité des libéralismes d’une période historique à l’autre.

Bibliographie

Audard Catherine, 2009, Qu’est-ce que le libéralisme ? Éthique, politique, société, Paris, Gallimard.

Audier Serge, 2012, Néo-libéralisme(s) : une archéologie intellectuelle, Paris, Grasset.

Baggioni Laurent, 2006, « La repubblica nella storia. La questione dell’umanesimo civile », Storica, no 35-36, p. 65-91.

Berlin Isaiah, 1969, Four Essays on Liberty, Oxford, Oxford University Press (trad. française : Éloge de la liberté, Paris, Calmann-Lévy, 1988).

Chakrabarty Dipesh, 2009, Provincialiser l’Europe. La pensée postcoloniale et la différence historique, Paris, Éditions Amsterdam, p. 40 (édition originale : Princeton, Princeton University Press, 2000).

Gauthier Florence et Guilhaumou Jacques éd., 2002, Les libéralismes au regard de l’histoire, Actuel Marx, no 32.

Hankins James éd., 2000, Renaissance Civic Humanism. Reappraisals and Reflections, Cambridge, Cambridge University Press.

Kévorkian Gilles et al. éd., 2010, La pensée libérale. Histoire et controverses, Paris, Ellipses.

Leonhard Jörn, 2001, Liberalismus. Zur historisichen Semantik eines europaïschen Deutungsmusters, Münich, Oldenbourg.
— « Language, experience and translation. Towards a comparative dimension », p. 245-272 (dans Sebastian, 2011, infra).

Marienstras Élise, 1998, Nous le Peuple. Les origines du nationalisme américain, Paris, Gallimard (NRF).

Nemo Philippe et Petitot Jean éd., 2006, Histoire du libéralisme en Europe, Paris, PUF.

Sebastian Javier Fernandez éd., 2011, Political Concepts and Time. New Approaches to Conceptual History, Santander, Cantabria University Press (notamment, du même auteur : « “Riding the Devil’s steed”. Political and historical acceleration in an age of revolutions », p. 369-415).

Skinner Quentin, 1998, Liberty before Liberalism, Cambridge, Cambridge University Press (trad. française : La liberté avant le libéralisme, Paris, Seuil, 2000).
— Visions of Politics, vol. I, Regarding Method, Cambridge, Cambridge University Press, 2002.

Notes

1  Un pluriel qui, dans ce cas d’espèce, ne recouvre pas le pluriel contemporain plus fréquent – associé par exemple aux « libertés publiques » ?

2  À ce propos, il faut souligner une spécificité du laboratoire Triangle (CNRS-ENS de Lyon) et de certains de ses pôles de spécialité qui est l’édition critique et scientifique et les traductions de grands auteurs (histoire de la pensée politique et économique).

3  On peut se référer ici à l’étude classique d’I. Berlin, 1969 (traduction française : 1988).

4  Le corps de doctrine propre au libéralisme contemporain peut être perçu, à travers le présent ouvrage, comme une rupture avec l’anthropologie politique aristotélicienne et la conception lockienne de l’individu, voire avec l’auteur et la tradition critique qui en fait tout particulièrement la synthèse, Marx et la tradition marxiste. A contrario, nous n’ignorons pas l’importance du questionnement critique et épistémologique sur les libéralismes politiques, qui, d’Aristote à Marx, en passant par Benjamin Constant, et de Locke à Hayek, s’interroge sur la nature du vrai concept de liberté (voir Gauthier et Guilhaumou éd., 2002).

5  Voir Skinner, 1998 (traduction française : 2000). Sur les questions de méthode, voir également Skinner, 2002.

6  Voir, par exemple, les ouvrages pluridisciplinaires de Nemo et Petitot éd., 2006 et Kévorkian éd., 2010.

7  Voir le nouveau volume d’hommage à R. Koselleck : Sebastian éd., 2011 et, tout particulièrement sur le thème du libéralisme, les interventions de J. Leonhard et de J. F. Sebastian.

8  Voir à ce propos (avec bibliographie exhaustive de la question) Baggioni, 2006 et Hankins éd., 2000.

© ENS Éditions, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540