Version classiqueVersion mobile

Enfants gitans à l’école et en famille

 | 
Nathalie Auger

Partie 2 – Être élève gitant, parler et écrire en français à l’école : mise en relief des difficultés et imaginaires

Introduction à la partie

Texte intégral

1La première partie de l’étude, qui s’est attachée à décrire les usages de l’oral et de l’écrit de la communauté gitane, a pu montrer que les locuteurs parlent le catalan roussillonnais avec quelques traits distinctifs (rythme, débit, insertion mineure de lexique kaló) et une alternance fluide avec le français, parfois le castillan pour ceux qui le parlent avec les locuteurs qui n’ont pas le catalan en partage. Ces conclusions sur les pratiques langagières nous interrogent d’autant plus qu’il n’y a donc pas, du point de vue des usages, de difficultés a priori notables pour la scolarisation en français : les parents ne rejettent pas cette langue et la parlent communément avec les locuteurs francophones. Ils l’écrivent aussi pour s’exprimer dans des écrits épistolaires, des curriculum vitae (même s’ils se sentent parfois en insécurité), sur des blogs et dans les textos qu’ils envoient. Les locuteurs utilisent très souvent le français pour leurs loisirs (films, dessins animés) et pour leurs activités religieuses. Les enfants entendent leurs parents parler français quand ces derniers fréquentent les lieux périscolaires, la Maison pour tous ou la PMI.

2Par contre, ces pratiques sont en nette distorsion avec les imaginaires. Certains catalanophones non gitans de notre étude trouvent que les Gitans parlent un « mauvais catalan », en raison de l’accent, ou parlent et écrivent « un mauvais français » tout simplement parce que les usages de la communauté gitane ont quelques traits distinctifs. Cependant, on rappelle que ces traits n’empêchent aucunement les discussions ou la compréhension. Ce phénomène de rejet de traits linguistiques de l’autre qui peuvent être, dans d’autres cas, des variantes régionales, de genre, de générations, etc. est banal en sociolinguistique mais ressenti comme réel par les locuteurs qui ne se voient pas comme réellement légitimes face à ces images constamment renvoyées. De plus, le catalan roussillonnais est moins prestigieux que le central et reste peu écrit, ce qui renforce ce sentiment d’illégitimité. Les stéréotypes peuvent donc parfois réduire la communauté à une image archaïque de locuteurs peu lettrés, tournés vers l’oral, ce que contredisent les pratiques scripturales quotidiennes, notamment numériques, ainsi que le fait que les familles parlent aussi français, parfois castillan, et s’intercomprennent avec les autres catalaphones. Par conséquent, les locuteurs gitans cherchent souvent à retourner les stéréotypes négatifs, s’ils se sentent en situation illégitime. Ils reprennent alors ces stéréotypes à leur propre compte, en les revalorisant : « nous n’aimons pas l’écrit du gadjé, nous préférons l’oral plus sincère, nous parlons le gitan, etc. ». Il a donc été donc primordial de décrire les usages pour faire la part des représentations sociales si limitantes pour la réflexion. En effet, ces éléments montrent que, mis à part ces représentations extrêmes qui ont malgré tout un impact sur le sentiment de légitimé et de sécurité concernant les langues parlées et écrites, les enfants ne devraient pas avoir, techniquement, plus de difficultés que les autres à entrer dans les apprentissages du point de vue langagier. L’hypothèse selon laquelle une relation sacralisée à l’oral de la langue familiale ne permet pas aux populations gitanes de trouver un intérêt pour l’écrit ni pour le français et invalide ainsi la réussite scolaire des enfants est fortement remise en cause par le recueil du corpus de notre première partie. Il est donc à ce stade important d’observer les pratiques du français à l’oral et à l’écrit des enfants en contexte scolaire, notamment au travers des évaluations nationales, qui permettent une mise en perspective des résultats par rapport à d’autres populations d’élèves.

3Mais avant d’entrer finement dans les analyses des évaluations en français et en mathématiques, il est pertinent de donner des précisions sur les places de l’oral et de l’écrit dans les pratiques scolaires. On s’interrogera également sur les relations entre ces deux médiums que sont l’oral et l’écrit, tant du point de vue des représentations sociales que des usages de ceux-ci.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search