Version classiqueVersion mobile

Enfants gitans à l’école et en famille

 | 
Nathalie Auger

Partie 1 – Enfant gitan : approches linguistiques des pratiques langagières familiales

Chapitre 6

Pratiques scripturales et mise en scène de la langue : la gitanitude à l’épreuve d’internet

Stéphanie Fonvielle

Texte intégral

– Dis-moi, le Rrom,
Où est notre terre,
Nos montagnes, nos fleuves,
Nos champs et nos forêts ?
Où sont nos tombes ?

– Ils sont dans les mots,
Dans les mots de notre langue !
(Eslam Drudak)

1Pour achever ce tour d’horizon consacré aux pratiques langagières des Gitans, nous proposons de faire avec ce chapitre un pas de côté, en circonscrivant le périmètre de notre observation à l’espace numérique. C’est un fait constaté à plusieurs endroits dans cet ouvrage (voir Nathalie Auger, chapitre 5 ; Jérémi Sauvage et Carole Fleuret, chapitre 7 ; Emily Linares, Postface) : les Gitans du xxie siècle, a fortiori les générations dites « du pouce », ont bien pris le virage numérique. Internet leur offre une tribune de choix, un réseautage social et une visibilité à très large échelle.

  • 1 Nous sommes partie d’une recherche associant les termes blog et gitan. Notre corpus comprend les é (...)

2Les Gitans s’y donnent à lire et à voir dans leurs blogs, dans les forums ou dans des plateformes de réseaux sociaux, bref, dans des « dispositifs qui accueillent des gestes d’écriture » (Deseilligny 2012, p. 96). Nous avons choisi d’observer les pratiques langagières des internautes gitans, et les dynamiques identitaires qui les traversent, en procédant à une analyse qualitative d’écrits provenant majoritairement de blogs ou de forums à fort caractère identitaire1. De tels instantanés d’écritures intéressent à plusieurs égards les (socio)linguistes. Dites ordinaires, ces écritures « n’aspirent ni à l’exercice scrupuleux du “bon usage” ni à la sacralisation qui […] accompagnent depuis deux siècles la mise à distance littéraire » (Fabre 1993, p. 11). Elles nous offrent ainsi un point de vue privilégié sur la langue ou les langues en usage parmi les internautes gitans, potentiellement affranchis du français écrit tel qu’il a été érigé en norme de référence par le système éducatif. D’autant plus que les écritures médiées par ordinateur actualisent une cyberlangue reposant sur un système graphique plus transparent que ne l’est celui du standard académique. Une occasion donc pour nous de voir dans quelle mesure les scripteurs gitans se saisissent de ces néographies, et se les approprient. Plus largement, les écrits des jeunes internautes gitans diffusés sur des blogs et des forums ouverts à tous posent la question de l’existence et du devenir d’un « parler gitan » a priori réservé à la communauté et des dynamiques identitaires qui s’expriment à travers la langue, et plus largement les discours, de ces « étrangers de l’intérieur » (Tarrius et Missaoui 1997, p. 99).

Pratiques et usages scripturaux de la cyberlangue

3Sur les sites consultés, les scripteurs gitans recourent, dans des proportions variables, à l’écrit pour titrer ou commenter des photos les mettant en scène dans leurs blogs, ou pour participer à un forum de discussion. Dans cette situation informelle, loin des impératifs institutionnels, leurs discours prennent la forme d’un « parlécrit » propre à la cyberlangue, et leurs usages révèlent divers types de variantes et de variétés linguistiques.

Un espace linguistique hors normes académiques

  • 2 Sans surprise, puisqu’il s’agit de sites diffusés sur des serveurs français.
  • 3 Le terme néographie désigne « toutes les graphies s’écartant de la norme orthographique » (Anis 20 (...)

4Premier constat à la lecture du corpus : les écrits relevés se caractérisent par leur relative hétérogénéité et par leur variabilité linguistique. Hétérogénéité des langues d’expression privilégiées par les internautes d’une part, dans des blogs ou forums où certains énoncés intégralement rédigés en romani se détachent de la langue dominante, le français2. Les salutations « Latcho drom kaj teme o romanes » ou « Tchoum devel teme Kamo ! » ponctuent ainsi des commentaires postés sur des forums français, où ils semblent s’autodésigner comme des fragments allophones. Hétérogénéité codique ou variétale ensuite, sur des sites où se côtoient deux variétés de français écrit, des scripteurs privilégiant un français écrit académique (1) quand d’autres, plus nombreux, recourent à des néographies3 propres à la cyberlangue (2) :

(1) « Pour tous ceux qui écrivent ces mots, c’est très bien parce que les paysans qui vont sur ce site comprendront tout ce qu’on dit nous les voyageurs. Ils comprendront l’argot et le manouche ainsi que nos expressions. En général, nous les voyageurs, on est des malins et ben là je vois que c’est pas vraiment le cas ».
(2) « fo arété de pénav dé mo apré lé gadjo i vn parlé voyageur é fo pas tchoum ».

5Dans les usages, la répartition codique est loin d’être aussi nettement définie que dans les occurrences précédentes et il n’est pas rare qu’un même scripteur alterne les graphies relevant des deux systèmes, comme dans les énoncés ci-dessous où les académiques les et que concurrencent les néographies et ke :

(3) « L’actualité sur tous les mange calots. Rejouins nous pour gueté tout mangemorts dl’a terre du sang de nos morts ».
(4) « ya d mo ki son pa en manouche moi je di juste que pour etre manouche il ne fo pa ke savoir parlé… ».
  • 4 À un phonème peuvent correspondre plusieurs graphèmes concurrents pour un même mot : dans (5), « k (...)

6À cette hétérogénéité variétale s’ajoute la variabilité graphique des écrits d’internautes gitans. Les alternatives graphiques y sont en effet légion4, qui varient d’un internaute à l’autre (5) ou au sein d’un même écrit (6) :

(5) « celui qui aine pa les gitan » (les gitans les meilleurs), « les paysan ki veule ns ressembler » (gitans-gitanes), « il et pour mouri can il tuche son boi ».
(6) « pk [parce que] déja je l’anléverai pa… emplus sa sere a rien prck [parce que] 2minute apré a ou le len demain vou vou remetez anssemble ».
  • 5 Tout au plus peut-on évoquer les doublons historiques (clef et clé) ou ceux qui font suite aux rec (...)
  • 6 Le logiciel Antidote répertorie, pour le terme boîte, onze graphies différentes au xvie siècle, pa (...)

7Ces écrits s’affranchissent des cadres rigides du français écrit académique et se particularisent par leur variabilité et leur hétérogénéité. Ces deux caractéristiques s’appliquent certes à toute langue en usage, et il n’est finalement de figée que langue morte. Néanmoins, cette variabilité affecte dans des proportions moindres le code même de la langue écrite académique, dont l’orthographe s’est progressivement standardisée au cours de l’histoire. Ce processus de standardisation du français écrit s’est opéré par réduction progressive des variantes graphiques et il n’y a ainsi plus dans la norme écrite standardisée actuelle plusieurs façons de graphier la plupart des mots français5, et encore moins les sons du français dans un même contexte, comme c’était encore le cas au xvie siècle6. Il ne faudrait toutefois pas conclure trop rapidement de cette variabilité des cyberécrits collectés sur internet l’absence de système : les variantes graphiques restent limitées, « contenue[s] dans des marges non extensibles à l’infini » (David et Goncalves 2007, p. 43) et parfois contraintes par des règles de position en quelque sorte identiques aux « moules graphiques » de l’orthographe traditionnelle. C’est ce qui fait que ces cyberécrits restent, pour la plupart, compréhensibles et lisibles.

Quelques marqueurs de la cyberlangue

  • 7 Plusieurs typologies répertorient les néographies et les procédés scripturaux qui sous-tendent dif (...)
  • 8 Le « s » adverbial dans alors (voir TLFi, étymologie « lors »), le « s » de pas, vestige du latin (...)
  • 9 Le « t » de mort prononcé dans les dérivés mortuaire, mortifère, mortel. Ces lettres sont à l’orig (...)
  • 10 Le « t » de veut marque la troisième personne, le « s » de morts renvoie au nombre pluriel. Des er (...)

8Les graphies privilégiées par les scripteurs du corpus s’apparentent à celles de la cyberlangue. Ils encodent leurs messages au moyen de procédés scripturaux largement décrits dans le cadre des études sur l’écriture numérique. Faute de place ici, et parce que ce n’est pas l’objet central de notre propos, nous ne détaillerons pas l’ensemble des néographies rencontrées, et nous nous limiterons à quelques procédés7 fondés sur le principe d’économie (économie de temps, économie d’espace). Nos cyberscripteurs redonnent à la transcription de l’oral sa simplicité d’origine, les néographies phonétisantes se taillent la part du lion dans leurs écrits. Les lettres muettes, qu’elles apportent une information étymologique ou historique8, qu’elles intègrent le mot à une famille lexicale9 ou qu’elles relèvent de la morphologie grammaticale10, ne sont donc pas systématiquement transcrites :

(7) « Mange tes mor sa veu dire se que sa veu dire ».
(8) « alor vou fatigé pa ».
  • 11 Ces graphèmes simples sont choisis relativement à leur valeur de base (Blanche-Benveniste et Cherv (...)

9Ce principe de simplification et d’économie, les scripteurs l’appliquent aussi aux graphèmes sonores. Les phonogrammes prennent aisément une forme graphique plus simple. Aux académiques digrammes « au », « qu » ou « ph » peuvent être préférées, pour transcrire les sons /o/, /k/ et /f/, les lettres uniques « o », « k » et « f »11 :

(9) « Mange tou t mor en soce tomate ».
(10) « Reareté de parlé malle pour ke j’anléve une foto ».
  • 12 Sa valeur de base est /s/.
  • 13 « cest moi avec mon couzin diego ».

10D’ailleurs, comme le montre l’exemple précédent, au nom du principe phonologique, la graphie distinguant la personne (« –ez ») du mode infinitif (« –er ») est elle aussi neutralisée par un « é » (/e/) commun. Les néographies phonétisantes s’appuient aussi sur une correspondance stricte entre phonème et graphème, absente du principe orthographique académique. Un même graphème se voit ainsi lié au même phonème, peu importe son environnement : le phonème /z/ est par exemple graphié « z » et non « s »12 en contexte intervocalique dans le mot couzin13. À l’échelle de la syllabe, il est courant qu’une seule lettre, ou syllabogramme, soit « utilisée pour la valeur phonétique de [son] nom » (Anis 2006), comme « G » (/ʒe/) mis pour j’ai, ou « c » (/se/) pour c’est :

(11) « G encore et encore des comantaire ».
(12) « c des gro menge merde ».
  • 14 « je jure les mort ce luis ou celle ki jetera des move com ».
  • 15 Ils conservent les consonnes liminaires des mots monosyllabiques (dc, pr, ns) ou les trois phonème (...)
  • 16 « Mtn si tu ve laisser un movai com t obliger d avoir un blog » ; « dabor on écri pa notre langue (...)
  • 17 Cette abréviation participe du sociolecte gitan (infra), comme une autre que nous n’avons pas retr (...)
  • 18 Il réduit à i ou y dans (13), élisions du e muet dans (14). Ces procédés sont largement employés p (...)

11D’autres procédés d’abréviation affectent la forme des mots, qui sont l’objet de troncations, de syncopes ou de siglaisons. Les scripteurs suppriment ainsi la partie finale d’un mot (commentaires devient com14) ou n’en conservent que le « squelette consonantique »15 (Anis 2006 ; donc devient dc, maintenant devient mtn16). Les groupes de mots peuvent eux-mêmes faire l’objet d’une siglaison ou d’une acronymisation : à côté des standards mdr et lol apparaît la forme plus marquée17 DVD, mis pour DeVant Dieu. Ces quelques procédés abréviatifs bien connus des théoriciens des écritures médiées par ordinateur mettent en évidence la part oralisée du cyberécrit, dont témoigne l’émergence, dans la littérature scientifique, de néologismes taxinomiques tels que « parlécrit » ou « phonécrit ». Quelques effets d’oralité sont en effet bien présents dans les écrits du corpus, qui reproduisent parfois les élisions pratiquées à l’oral18 :

(13) « i etai michto ton blog, y bouillave, ki ya, si yana ».
(14) « ske, dl’a terre, fiss de pute dmor ».
  • 19 La langue de prestige ou langue légitime (Bourdieu 1982) se caractérise notamment par le principe (...)

12Nous l’avons vu, les néographies représentées dans les blogs et forums de Gitans, conformes à la cyberlangue, reposent généralement sur le principe d’économie : elles résultent de processus scripturaux qui opèrent par réduction et simplification. En ce sens, elles s’inscrivent à rebours du système orthographique académique, qui, parce qu’il est complexe et repose sur des règles savantes19, jouit seul d’une légitimité institutionnelle. Les Gitans communiquent donc par écrit selon les standards de la cyberlangue, hors des canons de l’écrit académique. Et parfois, leurs écrits renvoient à leur identité même. On peut donner l’exemple de la graphie « yana » ou « ya na » et la dissimilation possible de la nasale /ã/ (yana [jana] au lieu du standard [jãna]), qui peut marquer une variante régionale. Cette nasalisation inachevée propre au parler du Sud nous donne accès à la parlure du scripteur, ouvre une fenêtre sur son idiolecte, voire son sociolecte.

Sur les traces du sociolecte gitan

13Les écrits des blogueurs gitans, bien que révélant des routines graphiques propres à la cyberlangue, peuvent parfois rester par endroits inaccessibles, incompréhensibles pour cet autre qui ne maîtrise pas le code partagé par la communauté du scripteur, son sociolecte. Ce dernier se caractérise, dans les écrits du corpus, par la présence d’emprunts au romani, dans des proportions variables et avec des effets variables sur le lecteur. Alors que le gadjo comprendra certains passages parsemés d’emprunts qui irriguent désormais le parler populaire (les bien connus gadjo, entrave, que tchi), il n’accédera pas au sens d’autres commentaires dans lesquels la part de romani est plus importante et les termes moins diffusés. Difficile ainsi pour le lecteur non initié de comprendre l’intégralité du passage suivant :

(15) « Jala mishto les guignol c est gros chib alor on veut aprendre a racave romanès un peu alors ava caté toutes les ticknis dinellis sont bien venu dan ma camping un tickno detleff 5.90 m avec un pacroto d 160 cm une calotte de 20 jur devant dieu les chavis j clak mes raskai sur vos petch de beda alor dé répondé a votre professeur manouche ».
  • 20 Ou « č » selon l’alphabet privilégié.

14Décryptage d’autant plus difficile que les termes empruntés au romani ne présentent pas toujours, dans les cyberécrits consultés, la graphie standardisée qu’ils ont dans les outils lexicographiques (répertoires ou dictionnaires de romani ou d’argot). Les variantes graphiques de ces mots empruntés sont le fait, d’une part, des néographies phonétisantes (supra), d’autre part, de l’influence plus ou moins forte de la langue d’accueil, ici le français. Les scripteurs ont ainsi tendance à franciser leurs emprunts, au niveau de la correspondance phonographique tout d’abord. Les phonèmes ou séquences phonétiques /u/, [tʃ] et [uj], graphiés respectivement « u », « ch »20 et « uj » dans la langue source, se francisent à l’occasion en « ou », « tch » ou « ouille ». Au niveau morphologique ensuite, les scripteurs appliquent parfois aux noms et adjectifs le pluriel romani (en [e], graphié « é » : un gadjo, des gadjé), d’autres fois la marque « s » de la langue d’accueil (un gadjo, des gadjos ; plus rarement des gadjés). Deux variables donc, liées à la proportion des emprunts et à leur degré de francisation, qui compliquent par endroits la compréhension de ces écrits et leur analyse.

  • 21 Pour traduire la plupart des emprunts et restituer leur forme en sinté romani, nous avons consulté (...)
  • 22 « Une partie des terminaisons en –ave relève […] du rom. Mais pas toutes ! Dans certains cas, le – (...)
  • 23 Vania de Gila-Kochanowski (1994, p. 109) rappelle qu’en tsigane, la désinence finale –ov de la pre (...)

15Nous reconnaissons néanmoins parmi ces emprunts de nombreux gitanismes, ces termes « passés de nos jours dans l’argot des banlieues (tels que bouillaver, chouraver, djavo, gadjo, loumni, maraver, mindj, michto, narvalo, pelo, penave, racaver, raklo, rakli, yakhs, etc.) » (Becker-Ho 1993, p. 45). Le sociolecte des blogueurs gitans du corpus est ainsi traversé de noms (comme narvalo, moulo ou tchouri), d’adjectifs (michto, dinel) et de verbes empruntés au romani (listés en annexe 221). Ces derniers sont identifiables par leur finale en –ave22, une désinence de la première personne du singulier (comme criave, pénave, bouillave)23. Des unités lexicales qui reviennent d’un commentaire à l’autre se figent parfois dans un groupe nominal « bande de narvalo » ou une locution verbale « mange tes morts », variante de « cri(y)ave ou crayave (le sang de) vos moulo ». L’héritage romani se lit aussi au niveau morphosyntaxique des écrits. Une tendance à la neutralisation de l’infinitif traverse nos occurrences : les verbes avec la finale –ave n’admettent ainsi pas la flexion infinitive française en –er dans des tournures impératives comme « aller bouillave le sang d’vos moulénes » (au lieu de « allez bouillaver ») ou « venez cryave mon pelo » (au lieu de « venez cryaver »). Cette neutralisation est plutôt réservée aux verbes empruntés, seuls à rester en quelque sorte invariables (« aller bouillave le sang d’vos moulénes » vs « aller détéré vos defunt »). Une routine neutralisante qui pourrait peut-être être rapprochée de l’invariabilité des verbes suffixés en –arès déjà constatée par Louis-Jean Calvet (1994) :

Dans le domaine de la morphologie, l’argot a aussi ses spécificités. Nous n’en prendrons ici qu’un exemple : la tendance à créer un verbe en ajoutant le suffixe –arès après un verbe de la langue générale, verbe qui devient ainsi invariable – notion certes étrange pour la langue française dans laquelle la morphologie du verbe est passablement compliquée. (p. 105)

16Nous l’avons vu, les écrits des internautes gitans sont traversés d’emprunts au romani. La présence de ces emprunts dans les forums ou les blogs consultés n’est pas anodine : « qu’elle soit quotidienne ou non, l’utilisation du romani revêt toujours un sens dans la construction de l’identité » (Bergeon et Salin 2010, p. 29). Certains scripteurs se font en effet « princes du jargon » et délimitent sur la Toile avec leurs gitanismes l’espace de leur sociolecte. Ce faisant, ils situent (et reproduisent) sur le territoire numérique les enjeux liés aux questions d’identité et d’altérité linguistiques.

Dynamiques langagières et rhétorique identitaire du Gitan 

17Le recours par les scripteurs gitans aux emprunts romani illustre cette « tendance universelle des groupes humains à faire de la langue un symbole de leur identité, c’est-à-dire ce qui relie entre eux les membres du groupe et les différencie des membres des autres groupes » (Lodge 1997, p. 119-120). Une tendance qui repose sur un mécanisme d’exclusion-identification : exclusion de l’autre, l’étranger à la langue, et identification de soi au groupe. Nous retrouvons dans les discours des internautes cette « dialectique du même, de l’autre et du soi-même » (Bres 1991, p. 2), qui conduit du sociolecte au sociotype, de la langue cryptée à la langue diffusée.

Ethos collectif et échelles de groupes

  • 24 Selon l’image que la société a d’eux, et dont ils jouent : « Les sondages de la Commission nationa (...)
  • 25 L’ethos collectif renvoie au « profil communicatif » d’une communauté, « c’est-à-dire sa manière d (...)

18Les Gitans exploitent le genre du blog, qui sert à présenter « un profil, un autoportrait de soi en société » (Deseilligny 2012, p. 100), pour revendiquer leur appartenance à la communauté gitane, et se distinguer ainsi de la société des gadjés24. Les blogueurs se (re)présentent au sein de leur communauté, dans leurs blogs ils sont « gitan du 66 », « gitans-gitanes », « gitan en force » ou « gitan de perpignan du verne et du st jaque ». Leurs discours portent les traces de cet ethos collectif25, posé et identifié grâce au groupe nominal générique « les Gitans », auquel s’associe le locuteur en employant le pronom personnel on (proche d’un nous groupal : Vicari 2012, p. 682) parfois doublé d’une structure attributive de type « être gitan » :

(16) « On es des gitans ».
(17) « fier detre gitan » ; « 100% gitane et fiere de letre couzin » ; « tu reprersente les gitan et oué fier dtr gitan ».

19Des termes véhiculant l’idée de regroupement ou de cohésion (comme race ou cousins) reviennent dans les énoncés, pour afficher ces liens (parentèle, lignage ou espèce) qui soudent le groupe culturel de référence :

(18) « Déja 100 couzin et couzine sur la page tro michto sa fé plaizir continuez a inviter vos ami et famille sur ma page tchoum mes race !! ».
(19) « Gitan en force, les couzin du 82 ».
  • 26 Fait caractéristique des populations rroms pour Céline Bergeon et Marion Salin (2010) et qui s’exp (...)
  • 27 Le cercle plus restreint de la famille est quant à lui « l’unité de vie et d’organisation socio-éc (...)

20Mais, comme nous le voyons dans cette dernière occurrence qui s’adresse aux Gitans de Tarn-et-Garonne, sur internet aussi26 la notion d’identité est malléable et « l’appartenance revendiquée à un groupe est toujours à considérer dans un jeu d’échelles » (Bergeon et Salin 2010, p. 36). Se dessine ainsi dans les discours des internautes une taxinomie qui distingue, au niveau le plus large, les Rroms des Gadjés, et à un niveau intermédiaire, différents groupes culturels comme les Manouches, les Gitans, les Sintés,…27 :

(20) « salut à tous, surtout les manouches, les roms les gitans, les sintis ».
(21) « qu il soi manousch (vrai homme) romes sinties gitan tzigane yenisch ou bohemien les sept ethnies voyageuses ».

21Au-delà du critère ethnique, d’autres normes, évaluatives celles-ci, traversent les discours des blogueurs et renvoient à la légitimité identitaire d’un groupe par rapport à un autre. Les paires antonymiques « vrais / faux Gitans », « voyageurs / sédentaires », « romaniphones / non romaniphones » tracent d’autres frontières claniques sur la Toile. Le critère de la mobilité permet ainsi d’exclure les groupes sédentarisés de la famille des voyageurs, et de les reléguer au rang de gadjés, de paysans :

(22) « La plus part des soi disant “gitans” de se site son des gitans de HLM, vous vivait en MAISON fixe ! Vous travailé pas, et vous vous dite gitans ? Mais arrété tout. Venez dans mon camps mes frére, et la vous vérez de vrais voyageur ! pas de maison fixe, vivant de l’aire du temps, et travailant quand méme ! tssss ».

22L’auteur de ce commentaire oppose deux représentations de la figure du Gitan : d’un côté, le Gitan auto-déclaré qui se caractérise par les attributs symboliques d’un mode de vie sédentaire (une maison fixe, une HLM) ; de l’autre, le vrai Gitan, le voyageur, qui vit dans sa caravane, de l’air du temps et travaille. Ces quelques sèmes définitoires (habitation, comportement) tissent, dans et par le discours, le stéréotype du Gitan.

Stéréotype et sociotype du Gitan

23Les discours de et sur les Gitans qui alimentent les blogs et les forums consultés sont traversés de stéréotypes, de « représentations collectives figées [qui] jouent un rôle décisif dans l’élaboration de l’identité sociale et les jeux de rôles qui modèlent toute interaction » (Amossy et Herschberg Pierrot 2011, p. 49). Dans la dynamique des interactions groupales, ces représentations stéréotypées, qui procèdent à la fois par simplification (réduction à quelques traits définitoires) et par inclusion (transfert des qualités du groupe à l’individu), composent un socio- ou un ethnotype, un « portrait stéréotypé » (Bres 1991, p. 95). Le sociolecte (supra) participe de ces représentations de l’autre et du même. Nous l’avons vu, dans les discours tenus sur les blogs et dans certains commentaires postés sur les forums, les Gitans multiplient les indices linguistiques d’appartenance au groupe, en s’adressant aux cousins, à mes races, en recourant aux emprunts romani et en multipliant les expressions lexicalisées (« mange tes morts » et ses variantes). Ces marqueurs linguistiques, convoqués à escient par les blogueurs, esquissent, reproduisent et diffusent, dans l’espace numérique le portrait communicatif et stéréotypé du Gitan. Le stéréotype du Gitan fait ainsi partie du jeu identitaire et sert la réappropriation de l’image des gens du voyage par les gens du voyage (Bergeon 2011, p. 92-107) :

les Gens du voyage se bricolent une identité en jouant de l’image qu’ils véhiculent auprès des Gadjé, ainsi que de celle que la société leur attribue. L’usage du préjugé a ici vocation à affirmer une posture culturelle et est censé renforcer la cohésion interne, tout en préservant cette limite culturelle qui les différencie de la société. (p. 103)

24D’autres internautes gitans condamnent ce bricolage identitaire, et, tout en le révélant, rejettent le sociotype du Gitan et de la Gitane composé d’objets à forte valeur symbolique (comme la chevalière, les sabots ou les savoyardes) et de clichés linguistiques (« mange tes morts ») :

(23) « Tu crois qu’être un gitan c’es juste dire “mange tes mort” et mettre une chevaliere ?? mais nann être un Gitan c une fiereté, comprends sa mon gadjo! ».
(24) « Il y a beaucoup trop de gens qui veulent se faire passé pour des voyageurs, pour eux être voyageur se résume a dire mange tes mor, porté les sabots ou les savoyardes, alors qu’ils ne connaissent rien a la culture du peuple roms ».
  • 28 Philippe Blanchet (2017) définit la glottophobie comme « le mépris, la haine, l’agression, le reje (...)

25Sans surprise, ce sont ces mêmes clichés liés à la parlure qui alimentent les remarques glottophobes28 de certains internautes non gitans :

(25) « c votre langage, vous connaissez que marave o ckikaner, chourave, liave des croupine, gono, dicave » (commentaire laissé par un visiteur sur un forum consacré aux Gitans).
  • 29 L’idée d’une langue gitane marginale, folklorique, orale et non écrite est évoquée à plusieurs rep (...)

26À travers la supposée pauvreté de sa langue, c’est le groupe culturel (et l’individu qui en fait partie) qui est stigmatisé ici, par effet de transfert. Il s’agit là d’un processus de discrimination classique par minoration de (la langue de) l’autre. Et dans ces stratégies de minoration, la question de l’écriture n’est jamais loin, notamment quand il s’agit du Gitan. Sur internet comme ailleurs29, le cliché a la vie dure, qui rappelle que « les Gitans ne savent ni écrire ni lire », ou encore que « les gitans son es paysan qui ne se lave pas et qui sente le purin il ne save pas ecrire ni lire………….racave tchourave moukave pourave vous dite que ca ». Et les néographies des Gitans, parce qu’elles enfreignent la loi académique, sont l’objet de condamnations normatives :

(26) Flore : « Si il ya des mots en voyageur gitans manouche venez ici et possé votre question ».
  Monroe : « Mmmh… Si je peux me permettre, quand on veut jouer le traducteur, il est préférable d’avoir une bonne orthographe ».
  Flore : « jsui desolé mais l’ecriture nous on sen fouuu !!!!! alor va crayniave tes moulene okk ???? ».
  Monroe : « Envoyer chyer quelqu’un dans une autre langue pour que ça passe incognito sur le forum, très respectueux quoi. Si tu te fous de l’écriture, ne viens pas sur ce forum, ni sur aucun autre d’ailleurs, car se forcer à bien écrire, c’est le minimum pour rester, c’est dans les règlements Image  ».

27Au cœur de cet échange, un conflit de normes linguistiques oppose d’un côté le français académique seul autorisé selon Monroe à figurer sur le forum, et de l’autre, le cyberécrit de Flore. Les règles du bon usage académique ne s’appliquent pas sur le territoire de Flore, qui minorise son importance (« l’ecriture nous on sen fouuu »). Une façon de renverser, à travers le code, la hiérarchisation linguistique en vigueur dans le système éducatif.

Vers une diffusion numérique du sociolecte ?

  • 30 « ne te crois pas comme nous alr que tentrav tchi a ce qu’on pénave mon gadjo ».

28Le statut du sociolecte gitan évolue à la faveur des opportunités offertes par les nouvelles technologies où la langue du Gitan s’expose par l’écrit. Bien entendu, le sociolecte argotique y conserve sa fonction cryptique originale : il permet de distinguer ceux qui entravent que tchi et les autres, ceux qui partagent le code, les mêmes. Le sociolecte délimite cette frontière entre un nous ou on groupal, et l’étranger, le gadjo donc30, et sert parfois à contrôler l’identité des visiteurs de blogs ou forums dédiés aux Gitans. Bref, sur internet, plus que jamais, « la langue du Gitan est la preuve du Gitan » (Becker-Ho 1993, p. 48). Les internautes gardent d’ailleurs à distance du groupe non seulement les paysans, mais aussi les « pseudo-Gitans », les wesh :

(27) « Sa vous di pa un jeu ??? on voit ki ces les vrai gitan et les paysan… on di un truk en gitan et kelkun doit traduire… pa de moitier mot gitan moitier paysan jmp ».
(28) « Oui mais, maintenant, les gitans sont pour la plupart devenus des wesh, et c’est pas une langue qu’ils parlent en fait, c’le wesh a leurs façon… La elle veux nous apprendre a parler le wesh, j’en connais moi des gitans, y parlent le pure Français ou le pure espagnole ou le pure… [leur langue] ».
  • 31 Après tout, « le mot d’argot ne s’use que sorti de son royaume. Tant qu’il reste réservé, il garde (...)
  • 32 Ces répertoires prennent la forme de listes, parfois organisées par ordre alphabétique. Souvent co (...)

29Comme le remarquent ces Gitans, plusieurs variétés linguistiques coexistent, que la notion de pureté permet de hiérarchiser : la langue légitime est pure, les autres impures parce que perverties par un contact avec la langue d’accueil31. Ce concept de pureté, souvent évoqué dans des collocations axiologiques de type « langue pure » ou « pur gitan », est bien connu des socio-linguistiques attachés à la description des contacts de langue. Et pour cause, le fantasme d’une langue pure a été (et est encore) convoqué pour ériger une variété en usage en modèle normatif, pour asseoir la langue légitime d’un État, d’une nation, et ici d’un groupe culturel, et reléguer les autres variétés dans le champ de l’illégitimité. Les commentaires épilinguistiques de nos internautes déplacent et reproduisent donc, sur le territoire numérique, les rapports de force qui s’opèrent entre différents groupes (les « wesh », les « purs gitans », les « gadjé »,…) pour légitimer une variété de langue. La légitimation d’une langue est évaluée aussi à l’aune de sa scripturalité (supra). Les nouvelles technologies de l’information et de la communication changent la donne : le parler gitan s’y écrit. De plus, les internautes se saisissent de l’outil numérique pour penser la forme graphique et le sens des mots qui composent leur langue : de nombreux blogs ou forums proposent ainsi des lexiques ou des répertoires lexicaux, tous appelés dictionnaires, et ouverts à tous32. Le fait est nouveau, car comme le rappelle Alice Becker-Ho (1993), la collecte et l’analyse des mots d’argot empruntés au romani a longtemps été affaire de gadjés :

Si l’on a, depuis des siècles, dressé assez fidèlement la liste des mots d’argot, il n’en va pas de même pour le vocabulaire gitan, surtout en France. Le peu qui en a paru n’a pas été publié, on s’en doute, par les Gitans, mais sur la base de ce qu’ils ont bien voulu dire, et en réponse aux questions que leur posaient des « gadje », par définition non-affranchis. On a les réponses qu’on mérite. […] Ce sont encore les « gadje » qui en conservent parfois les traces dans leurs archives, toujours rares et pas toujours parlantes. (p. 37)

30Des débats s’organisent autour de ces lexiques, qui concernent le choix des mots traduits, certains étant, à tort ou à raison, pointés par les internautes comme des intrus n’ayant pas droit de cité dans un lexique gitan :

(29) « Je suis manouche, et il y a plein de mots comme “mistone” qui ne sont pas manouches. C’est de l’argot que les gens du cirque emploient. […] Narvalo, c’est pas manouche du tout, et “darone” non plus d’ailleurs… quelle misère ! arrêtez les jeunes !!! »

31La justesse de la traduction proposée par le lexicographe en herbe est à l’occasion discutée :

(30) « fagete (5/02/11) : maraver = taper
tchoury (5/02/2011) : marav cé tuer pa tapé ».
(31) « Nul ! Le mot “choukar” veut dire “belle”. Et ça veut se prendre pour des manouches ou des gitans… ».
  • 33 Comme le précise explicitement l’auteur d’un lexique : « Dico en langue gitan (seulement valable s (...)
  • 34 « je suis yenisch et vu que ma langue est morte nous on ferra pas comme vous a tomber dans le vieu (...)

32La graphie choisie dans ces lexiques, parce que déterminée par la variante régionale ou francisée33, ne fait pas consensus dans la communauté des internautes gitans. Et l’on retrouve à ce sujet, en filigrane, la problématique d’une standardisation du romani, évoquée par Marcel Courthiade (2005), avec le risque que « chacun écrive cette langue pan-européenne à la manière des gaGés de son mouchoir de poche national, avec en plus l’accent régional et les mots inutilement empruntés au patois local » (p. 30). Mais, au-delà des formes linguistiques, c’est avant tout la question de la diffusion du parler gitan sur internet qui (r)éveille les clivages entre d’un côté ceux qui traduisent la langue ou ceux auxquels « ça fait plaisir de lire du manouche sur internet » et de l’autre côté les partisans d’une langue codée qui n’a par nature pas vocation à être divulguée34 :

(32) « Je pense que notre histoire doit rester entre nous ! Et qu’on ne doit pas dévoiler à tout le monde certains de nos secrets, des coutumes de chez nous, qui font notre mystère ! Déjà des mots manouches sont utilisés à moitié en argot et déformés ! Par respect pour tous les gens du voyage, il faut garder en nous ce qui nous appartient et qui nous unis tous ! Sinon un jour arrivera où la beauté de notre langue sera utilisée n’importe comment par nimporte qui et pour nimporte quoi ! Ne fais pas profiter de notre richesse. Moi tu vois je suis contre et c’est comme si tu ouvrais la porte de chez moi a tout le monde !!!!!! Alors, respecte-nous si tu veux bien, n’en dit pas plus. Merci a toi ».
  • 35 Nous retrouvons dans le commentaire le critère de pureté de la langue, que déforment les usages pa (...)
  • 36 « Arreter les gens les clistée apres il vont l’apprendre la langue et on pourra plus les chicanée (...)

33Les partisans d’une forme de conservatisme linguistique35 présentent la langue comme l’un des bastions limitant les risques d’ingérence liberticide. Elle protège contre les schmitts ou les clistés, comprendre les forces de l’ordre36 et, placée sous un éclairage plus historique, elle garantit la survivance d’une culture :

(33) « […] plusieurs famille instalés au milieu d une foret en Transylvanie, nous y allions tout les ans pour voir la famille, nous arrivions tous en convoit de caravane jusqu a l entrée du village ou l on pouvait y voir deux roulottes qui avaient été brulés dans la nuit par groupes extremistes, une de mes tantes, son mari et leurs 6 enfant sont morts, la grand mere a genoux qui pleurait en demandant pourquoi, je fixait ses numéros tatoué sur le bras en me disant ca recomencera un jour,nous sommes le peuple maudit. […] la legende de notre peuple veut que notre langue, nos traditions soit gardés secrete, sinon le mauvais œil tombera sur la famille, alors arretez de traduire la langue.merci. »

34Une légende, le récit d’une parole performative, où diffuser, c’est anéantir.

« […] si en sorer pa lire on ecrirer pa sur sa et on lirer pa tes machin kta ecri. »

35Comme l’affirme cette internaute, les Gitans écrivent. Sur le net, leurs écrits ne correspondent pas au standard académique diffusé par l’école, ils se rapprochent d’un « parlécrit » de circonstance. Peut-être est-ce là un choix motivé par le médium et le contexte numérique ? Peut-être s’agit-il d’une stratégie de secours pour des scripteurs ne maîtrisant pas l’orthographe ? Ou les deux. Nous ignorons l’identité et le niveau scolaire des scripteurs et devons accepter de ne pas trouver de réponses tranchées à ces questions. Mais dans le corpus de référence, il est aussi des commentaires qui révèlent des effets de postures explicités de la part de blogueurs : ces derniers exploitent leur sociolecte, et les représentations qui leur sont associées, à des fins de revendications identitaires. Et se saisissent à l’ère du numérique eux-mêmes de leur langue, qu’ils choisissent d’orthographier, de traduire, de diffuser. Notre chapitre a montré dans les grandes lignes comment au xxie siècle, les nouveaux moyens de communication redéfinissent les pratiques langagières et scripturales des Gitans. S’y dessinent des pratiques articulées aux dynamiques langagières comme le rapport à sa langue et à la langue de l’autre, la maîtrise de l’écrit académique ou les hiérarchisations linguistiques en contexte diglossique, et qui traversent les enquêtes proposées dans la suite de l’ouvrage, menées celles-ci en milieu éducatif.

Bibliographie

Amossy Ruth et Herschberg Pierrot Anne, 2011, Stéréotypes et clichés. Langue, discours, société, Paris, Armand Colin.

Anis Jacques, 2003, « Communication électronique scripturale et formes langagières », Réseaux Humains/Réseaux Technologiques, no 4. En ligne : [https://www.mediensprache.net/archiv/pubs/2810.htm].

Auger Nathalie et Matheu Nathalie, 2016, « Du gitan au français : d’une langue hors-norme à une langue normée ? », Discours hors normes, constructions sociales, Collette Karine et Steuckardt Agnès éd., no 16 de Signes, discours et société. En ligne : [http://revue-signes.gsu.edu.tr/article/-LXz708Q6dz0nVtyJhxC].

Becker-Ho Alice, 1993, Les princes du jargon, Paris, Gallimard (Folio-essais).

Bergeon Céline, 2011, « Gens du voyage et opinions publiques : le poids des représentations sociales », Études tsiganes, no 47, p. 92-107.

Bergeon Céline et Salin Marie, 2010, « Se dire Manouche, Rom, Gitan ? Processus d’identification des populations Rroms : au-delà des pratiques spatiales », @-migrinter, no 6, p. 29-45.

Blanche-Benveniste Claire et Chervel André, 1969, L’orthographe, Paris, François Maspero.

Blanchet Philippe, 2017, Discriminations : combattre la glottophobie, Paris, Textuel, version numérique.

Bourdieu Pierre, 1982, Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, Fayard.

Bres Jacques, 1991, « Des stéréotypes sociaux », Le même et l’autre en discours, Bres Jacques éd., no 17 de Cahiers de praxématique, p. 93-112.

Calvet Louis-Jean, 1994, L’argot, Paris, PUF (Que sais-je ?).

Catach Nina, 1986, L’orthographe française. Traité théorique et pratique, avec des travaux d’application et leurs corrigés, Paris, Nathan.

Colin Jean-Paul, Mével Jean-Pierre et Leclère Christian, 2001, Dictionnaire de l’argot français et de ses origines, Paris, Larousse.

Courthiade Marcel, 2005, « La langue rromani, d’un millénaire à l’autre », Études tsiganes, no 22, p. 27-38.

David Jacques et Goncalves Harmony, 2007, « L’écriture électronique, une menace pour la maitrise de la langue ? », Le français aujourd’hui, no 156, p. 39-47.

Deseilligny Oriane, 2008, « Du journal intime au blog : quelles métamorphoses du texte ? », Communication et langages, no 155, p. 45-62.

— 2012, « La mémoire appareillée : dispositifs numériques et écriture de soi », Journal for Communication Studies, no 5, p. 95-105.

Fabre Daniel, 1993, Écritures ordinaires, Paris, POL.

Gila-Kochanowski Vina de, 1994, Parlons tsigane. Histoire, culture et langue du peuple tsigane, Paris, L’Harmattan.

Kerbrat-Orecchioni Catherine, 1996, La conversation, Paris, Seuil.

Lodge Anthony, 1997, Le français. Histoire d’un dialecte devenu langue, Paris, Fayard.

Pierozak Isabelle, 2000, « Les pratiques discursives des internautes », Le français moderne, no 1, p. 109-129.

Sillam Maguy, 1991, « La variation dans les dialogues de Bel-Ami », L’oral dans l’écrit, Luzzati Daniel éd., no 89 de Langue française, p. 35-51.

Tarrius Alain et Missaoui Lamia, 1997, « Gitans de Perpignan à Barcelone : crises et frontières », Revue européenne des migrations internationales, vol. 13, no 3, p. 99-119.

Tatossian Anaïs, 2008, « Typologie des procédés scripturaux des salons de clavardage en français chez les adolescents et les adultes », Congrès mondial de linguistique française, p. 2337-2352. En ligne : [https://www.linguistiquefrancaise.org/articles/cmlf/pdf/2008/01/cmlf08012.pdf].

Vicari Stefano, 2012, « L’éthos “poilu” dans les lettres des soldats de la Grande Guerre : hétérogénéités énonciatives et stratégies discursives », Congrès mondial de linguistique française, p. 681-683. En ligne : [https://www.shs-conferences.org/articles/shsconf/abs/2012/01/shsconf_cmlf12_000149/shsconf_cmlf12_000149.html].

Annexes

 

Procédés abréviatifs

1. Apocope et syncope

« je sui un gitan » ; « celui qui aine pa les gitan » ; « G encore et encore des comantaire de mor » ;

« Blog pour les gitans et les gitanes laisser des com pour eux » ; « je jure les mort ce luis ou celle ki jetera des move com » ;

« je parle pr les vrai gitan(e)s par pr les paysan ki veule ns ressembler » ;

« mtn si tu ve laisser un movai com t obliger davoir un blog » ;

« allez bsx mes jalous damourr ».

2. Siglaison

« mdr vs en avé pa mare detre jalou des gitans » ;

« cest moi avec mon couzin diego a un mariage ona bien deliré se jour la lol lacher vos com » ;

« je rends tout les coms DVD ».

3. Réduction de graphèmes complexes

au > o

ph > f

qu > q

« mange tou t mor en soce tomate » ;

« REareté de parlé malle pour ke j’anléve une foto » ;

« je jure les mort ce luis ou celle ki jetera des move com ».

4. Syllabogrammes

G < j’ai

t < tes

C < c’est, sais

D < -der

« G encore et encore des comantaire » ;« mange t mor c une insulte » ;

« C notre cultur ! » ;

« Ci tu c pa écri rien » ;

« je pensse ke vOu devriié garD votre culture ».

5. Neutralisation par « é »
(-ez, -er, -es, -ait, -ais)

« REareté de parlé malle » ;

« je vais vous présenté tout le monde » ;

« Rejouins nous pour gueté tout lé mangemorts » ;

« j’adore vo coms sa me fé mourir de rire telemen sa fé pitié » ;

« je suis pas manouch’ mé je pensse ke vOu devriié garD votre culture ».

 

Substitution de graphèmes simples

s > z /z/

c > s /s/

« cest moi avec mon couzin diego » ;

« bone visite bizou » ;

« selui ki marke lé comentaire » ;

« sa veu dire se que sa veu dire ».

Procédés expressifs

Caractères échos

« mdrrrrrrrrrrrr » ;

« alez ciaooooo :) » ;

« mange tou t mor en soce tomate !!!!!!!!!!! » ;

« Non!!!!!!!!!!!!! fo pa mettre les mots manouche svp! » ;

« c’est bon ou tu l’écris autrement ?? ».

Majuscules

« je parle pr les VRAI GITAN(e)s par pr les paysan […] MTN SI TU VE LAISSER UN MOVAI COM T OBLIGER DAVOIR UN BLOG ON VA VOIR SI TA OTEN DE COUILLE GROSSE MERDE MANGE TOU T MOR EN SOCE TOMATE !!!!!!!!!!! ».

Interjections / Onomatopées

« Rawaiiii (Ah ouais ?) » ;

« mouak ».

Notes

1 Nous sommes partie d’une recherche associant les termes blog et gitan. Notre corpus comprend les écrits et commentaires postés sur dix-huit sites (voir sitographie finale).

2 Sans surprise, puisqu’il s’agit de sites diffusés sur des serveurs français.

3 Le terme néographie désigne « toutes les graphies s’écartant de la norme orthographique » (Anis 2003).

4 À un phonème peuvent correspondre plusieurs graphèmes concurrents pour un même mot : dans (5), « k », « qu » ou « c » sont des graphies potentielles du phonème /k/. Les abréviations « pk » et « prck » forment quant à elles des variantes libres dans le cyberécrit du scripteur (6).

5 Tout au plus peut-on évoquer les doublons historiques (clef et clé) ou ceux qui font suite aux rectifications de l’orthographe de 1990 (maître et maitre, céleri et cèleri, amoncelle et amoncèle, etc.).

6 Le logiciel Antidote répertorie, pour le terme boîte, onze graphies différentes au xvie siècle, parmi lesquelles boette, boeste, boitte, bouette et boyte.

7 Plusieurs typologies répertorient les néographies et les procédés scripturaux qui sous-tendent différents genres d’écriture médiée par ordinateur (SMS, courriel, clavardage, etc.), dont celles établies par Isabelle Pierozak (2000), Jacques Anis (2006) et Anaïs Tatossian (2008). Nous nous inspirons de cette dernière pour donner en annexe 1 quelques occurrences de ces néographies classées selon les procédés scripturaux qui les sous-tendent.

8 Le « s » adverbial dans alors (voir TLFi, étymologie « lors »), le « s » de pas, vestige du latin passus (voir TLFi, étymologie « pas »). Ces lettres muettes entraînent des erreurs à dominante non fonctionnelle dans la graphie académique (voir la grille typologique de Nina Catach, 1986, annexe 2, chap. 7).

9 Le « t » de mort prononcé dans les dérivés mortuaire, mortifère, mortel. Ces lettres sont à l’origine d’erreurs morphogrammiques (voir la grille typologique de Nina Catach, ibid.).

10 Le « t » de veut marque la troisième personne, le « s » de morts renvoie au nombre pluriel. Des erreurs de ce type ont été relevées dans les dictées menées par Jérémi Sauvage et Carole Fleuret (chapitre 7, dans le présent ouvrage).

11 Ces graphèmes simples sont choisis relativement à leur valeur de base (Blanche-Benveniste et Chervel 1969), la prononciation qui leur est le plus fréquemment associée.

12 Sa valeur de base est /s/.

13 « cest moi avec mon couzin diego ».

14 « je jure les mort ce luis ou celle ki jetera des move com ».

15 Ils conservent les consonnes liminaires des mots monosyllabiques (dc, pr, ns) ou les trois phonèmes consonantiques du mot polysyllabique (mtn).

16 « Mtn si tu ve laisser un movai com t obliger d avoir un blog » ; « dabor on écri pa notre langue dc cherche pa ».

17 Cette abréviation participe du sociolecte gitan (infra), comme une autre que nous n’avons pas retrouvée dans les sites consultés, Jmp : « Jmp signifie littéralement “je me pâme”, expression gitane voulant dire “je me marre, je rigole” » (Linternaute.com) ; « Jmp : lol utilisé sur Facebook ou dans des sms, en particulier par les gitans » (Wiktionnaire).

18 Il réduit à i ou y dans (13), élisions du e muet dans (14). Ces procédés sont largement employés par les romanciers pour mimer le langage oral. Nous renvoyons notamment aux dialogues de Maupassant (voir à ce sujet Sillam 1991, p. 35-51).

19 La langue de prestige ou langue légitime (Bourdieu 1982) se caractérise notamment par le principe de correction, elle repose sur l’existence de règles savantes allant à l’encontre du principe d’économie : « La langue légitime doit sa constance (relative) dans le temps (comme dans l’espace) au fait qu’elle est continûment protégée par un travail prolongé d’inculcation contre l’inclination à l’économie d’effort et de tension qui porte par exemple à la simplification analogique (vous faisez et vous disez pour vous faites et vous dites) » (ibid., p. 51-52).

20 Ou « č » selon l’alphabet privilégié.

21 Pour traduire la plupart des emprunts et restituer leur forme en sinté romani, nous avons consulté avec profit la base de données lexicales ROMLEX (voir sitographie) et occasionnellement le lexique de Vania de Gila-Kochanowski (1994, p. 187-263).

22 « Une partie des terminaisons en –ave relève […] du rom. Mais pas toutes ! Dans certains cas, le –ave a été rajouté parce que cela sonnait bien » (Colin et al., 2001). Par exemple, le verbe entraver (« comprendre ») vient de l’ancien français enterver.

23 Vania de Gila-Kochanowski (1994, p. 109) rappelle qu’en tsigane, la désinence finale –ov de la première personne du singulier provient de –av.

24 Selon l’image que la société a d’eux, et dont ils jouent : « Les sondages de la Commission nationale consultative des droits de l’Homme (CNCDH) permettent […] de voir que les Gens du voyage représentent un des groupes considérés comme les plus “à part” en France entre 2005 et 2008, devant les Musulmans et les Maghrébins » (Bergeon 2011, p. 93).

25 L’ethos collectif renvoie au « profil communicatif » d’une communauté, « c’est-à-dire sa manière de se comporter et de se présenter dans l’interaction […] » (Kerbrat-Orecchioni 1996, p. 78).

26 Fait caractéristique des populations rroms pour Céline Bergeon et Marion Salin (2010) et qui s’explique par la notion d’espace : « nous avons remarqué que lorsque les groupes sont en concurrence pour l’espace, la distinction entre les Roms (appelé[s] “Roumains” par les Manouches et Gitans), et les Manouches et Gitans, se fait plus évidente. Les acteurs eux-mêmes veulent éviter des amalgames qui pourraient nuire à l’image de leur groupe et les empêcher de s’installer sur tel ou tel lieu » (p. 36). Le terme Rroms est générique, il englobe, pour les autrices, les Manouches, les Roms et les Gitans.

27 Le cercle plus restreint de la famille est quant à lui « l’unité de vie et d’organisation socio-économique » (Bergeon et Salin 2010, p. 36).

28 Philippe Blanchet (2017) définit la glottophobie comme « le mépris, la haine, l’agression, le rejet, l’exclusion, de personnes, discrimination négative effectivement ou prétendument fondés sur le fait de considérer incorrectes, inférieures, mauvaises certaines formes linguistiques (perçues comme des langues, des dialectes ou des usages de langues) usitées par ces personnes, en général en focalisant sur les formes linguistiques […] » (p. 23).

29 L’idée d’une langue gitane marginale, folklorique, orale et non écrite est évoquée à plusieurs reprises dans cet ouvrage, à propos de la légitimité du catalan roussillonnais ou du rapport des Gitans à l’écrit notamment (voir chapitre 3 et « Éléments de conclusion » ; voir aussi Auger et Matheu 2016).

30 « ne te crois pas comme nous alr que tentrav tchi a ce qu’on pénave mon gadjo ».

31 Après tout, « le mot d’argot ne s’use que sorti de son royaume. Tant qu’il reste réservé, il garde toute sa pureté, et pour cause : c’est un langage secret, signe de connivence, qui n’a d’intérêt que pur » (Becker-Ho 1993, p. 48).

32 Ces répertoires prennent la forme de listes, parfois organisées par ordre alphabétique. Souvent collaboratifs, ils s’étoffent au gré des ajouts successifs des internautes.

33 Comme le précise explicitement l’auteur d’un lexique : « Dico en langue gitan (seulement valable suivant les régions) ».

34 « je suis yenisch et vu que ma langue est morte nous on ferra pas comme vous a tomber dans le vieu panneau d internet ark ».

35 Nous retrouvons dans le commentaire le critère de pureté de la langue, que déforment les usages par les allophones.

36 « Arreter les gens les clistée apres il vont l’apprendre la langue et on pourra plus les chicanée avec notre langue ! ».

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search