Version classiqueVersion mobile

Littératures francophones

 | 
Lise Gauvin
, 
Cécile Van den Avenne
, 
Véronique Corinus
, 
et al.

Afriques

Le griot comme modèle énonciatif dans Peuls de Monénembo

Auguste Léopold Mbondé Mouangué

Texte intégral

  • 1 T. Monénembo, Peuls, Paris, Seuil, 2004.

1Dans son long roman Peuls1, suite ininterrompue de récits d’exploits de personnages hauts en couleur, l’auteur guinéen Thierno Monénembo déploie à la fois histoire et imagerie peules. L’énonciation se fonde sur un modèle de communication culturel repérable : l’art du griot, dont il reprend les pratiques en s’appuyant sur les présupposés participant de l’identité peule. En effet, la composition des masses narratives, d’une part, et d’autre part la périgraphie et le péritexte installent l’ouvrage dans un lieu où s’engagent et s’investissent à part égale diverses pratiques littéraires et non littéraires. À l’instar de l’art du griot, renvoyant au temps des origines, le travail d’écriture s’affiche très nettement ici à la fois comme projet d’un romancier et désir d’une communauté d’assouvir une avidité onirique par la somptuosité de la parole mise à l’écrit. Nous nous proposons de voir comment le souffle et la virtuosité du griot « se fabriquent » dans le texte. Nous verrons notamment comment l’auteur installe son lecteur dans l’horizon d’attente de l’oralité littéraire, en analysant les indices d’un appareil illocutoire, rhétorique et poétique identique à celui de la performance du griot.

Une histoire foisonnante : l’engendrement narratif

2Peuls est constitué de trois parties inégalement composées – « Pour le lait et pour la gloire », « Les seigneurs de la lance et de l’encrier » et « Les furies de l’Océan » – correspondant à trois périodes de l’histoire du peuple peul. Le récit déroule à l’intérieur de ces blocs de temps une chaîne de micro-récits qui s’organisent, chacun à fréquence presque régulière, autour d’une figure de l’histoire militaire et/ou religieuse peule, grand guerrier ou patriarche. L’ensemble se caractérise par une continuité chronologique et logique de récits de périodes et d’allures bien diverses. La conception de l’écriture comme artisanat poétique l’emporte sur toute autre ici. L’artiste rassemble le matériau protéiforme, oral et écrit, puis organise son entreprise autour de la création d’un objet dense équivalant symboliquement à l’objet réel : l’histoire foisonnante du Peul et son identité.

3Le roman Peuls présente ainsi un nœud de solidarité avec bien des textes de la ceinture épique de l’Afrique de l’Ouest. Des similitudes thématiques et structurelles énoncent un bassin sémantique à isoler et à considérer comme source de l’ouvrage. Dans sa composition, l’écrivain s’est efforcé de rester fidèle à la charpente standard de ces récits connus partout en Afrique de l’Ouest.

  • 2 Nous avons compté 130 notes de bas de page.
  • 3 Voir l’hexagramme de coraline, p. 30.

4Le lecteur perçoit la volonté de Thierno Monénembo d’épuiser à grand renfort de détails descriptifs et analytiques le sujet aussi bien dans la tessiture de l’œuvre que dans sa périphérie2, ce dont témoignent dans leur succession les contenus narratifs et métalinguistiques des trois parties de l’œuvre. L’auteur s’assure de la cohérence de sa très longue chaîne de cycles par des récurrences à la fois thématiques et narratives telles les conséquences du respect ou non-respect du Poulâkou (p. 27), de portraits à partir de documents iconographiques, de quêtes d’objets symboliques3, de victoires ou de défaites face à des êtres à la morphologie plus ou moins humaine (exemple des Béafada), de transhumances interminables marquées par des rencontres inattendues, sur la place d’un marché, à la lisière d’une source providentielle, dans un lieu béni par le dieu Guéno, ou un autre où il a plutôt fait verser le sang d’un ancêtre, etc. Des trouvailles et des variations dans la mimésis garantissent une soudure de l’ensemble, et de génération en génération, d’une époque à l’autre, des traits narratifs et autres mythèmes propres aux Peuls apportent une unité à cette œuvre foisonnante. L’engendrement narratif ici procède globalement de l’engendrement humain, du principe ethnique de la patrilinéarité et du droit d’aînesse. C’est donc au rythme des morts naturelles ou meurtres des pères ou parents proches, de la transmission du pouvoir aux aînés, des transgressions permissives et autres rébellions que se déroule le long récit de Peuls. Ainsi, à côté des conquêtes de vastes ensembles ou empires, de résistances face aux avancées islamistes ou de l’expansionnisme européen, voit-on des querelles mortelles diviser la fratrie, des frères se disputer un fétiche du père, une vache sacrée ou une femme laissée en héritage par un aîné.

Les ressources énonciatives du griot

  • 4 Il existe dans les langues sahéliennes plusieurs termes pour désigner le statut à la fois artistiqu (...)

5Le romancier, à l’instar du griot4, s’est réservé une marge poétique qui lui permet une stylisation personnelle des masses narratives. La qualité et la quantité des emprunts du texte se révèlent tributaires non pas seulement d’institutions à vocation de transmission que sont les écoles de griots mais aussi et surtout de l’aptitude à organiser l’énonciation.

6Ce qui est frappant pour le lecteur de Peuls, c’est la surabondance d’énoncés relativement isolables et vérifiables à l’intérieur d’une ou plusieurs disciplines académiques : l’histoire, la sociologie et l’anthropologie. Le choix de l’auteur de rendre transparent en partie son outil de travail est manifeste. Ses sources humaines, non humaines et textuelles s’affichent disséminées dans le texte et le paratexte. Les assertions se veulent vérifiables. Les notes de bas de page apportent avec clarté éléments et sources de l’intertextualité. La diégèse de l’œuvre que l’auteur qualifie de « roman » (fiction) se veut donc évaluable à partir de référents historiques et de grilles axiologiques et épistémologiques disponibles.

7Ce roman est, par sa matière première, son énonciation et sa composition, produit d’un imaginaire collectif, art verbal et langagier qui ne saurait être étudié isolément, hors de son contexte d’émergence. Dans l’appareil de prolégomènes qu’il donne, l’écrivain qui se double d’un ethnologue précise les sources et parfois les circonstances de la récolte de matériaux qui ont servi à la trame narrative. Il révèle au lecteur les liens qui ont facilité son travail. « Les remerciements » du paratexte sont à ce propos évocateurs :

Aux professeurs Djibril Tamsir Niane, Diouldé Laya, Thierno Ba ; […] à l’alkali de Garoua et à celui de Ngaoundéré [Cameroun], qui tous à un degré ou à un autre, m’ont ouvert leurs archives matérielles ou orales […]. À Afrique en Créations, au Centre national des Lettres, au Celtho de Niamey et à la fondation suisse Pro-Helvétia dont les précieux soutiens m’ont permis d’effectuer mes recherches. (p. 391)

8Outre qu’elle met en évidence l’authenticité du roman, cette citation révèle les réseaux institutionnels, d’amitié et de parenté qui sont à l’œuvre dans l’entreprise de récolte de la matière du texte. La composition du roman épique s’est nourrie de la parole humaine d’horizons géographiques divers unis par l’origine ethnique. Monénembo apparaît à son lecteur comme un homme bien introduit dans les milieux culturels, familiaux et traditionnels des sociétés peules d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique centrale, du fait de son intérêt en tant qu’écrivain et de son investissement dans ce qu’il convient de nommer « devoir de mémoire ».

9Le travail sur le terrain, les différents espaces de prospection et de récolte du matériau oral inscrivent la genèse de l’ouvrage dans l’intertexte. Par moments, l’objet du livre devient le livre lui-même, tant l’auteur s’interroge et interroge son propre énoncé, établit des passerelles avec un corpus important de littérature anthropologique et historique, met en doute ses assertions et dirige pour finir son lecteur vers d’autres compétences, d’autres disciplines, d’autres ouvrages mieux outillés :

Eh bien, puisque tu insistes, petit chenapan, puisque tu t’es adressé à moi, homme importun et têtu comme tous ceux de ta race, il convient que je t’en dise ce que je sais. Et si quelqu’un se montrait plus avisé que moi en la matière, je me rangerais derrière lui. (p. 16)

  • 5 « La Sénégambie avant la colonisation », p. 387 ; « Zone d’expansion du peuple peul », p. 389.

10Cela est symptomatique du travail de composition et par ricochet de la réception que l’auteur semble imposer à son lecteur. L’horizon d’attente n’est pas celui du roman classique, si tant est qu’on puisse parler d’un roman classique. Monénembo affranchit les marges et les impose au centre. Il n’y a plus de frontières, ni de hiérarchie entre le corps du texte et les notes de bas de page. Au contraire, le récit se prolonge dans les marges. Celles-ci relaient sans rupture l’énoncé et ne se limitent plus à un rôle subsidiaire de compréhension de l’œuvre : la personne « plus avisée » de la diégèse est désignée nommément dans la note infrapaginale et non dans l’énoncé du récit. Ailleurs, ce sont des digressions, des retours en arrière ou des portraits qui introduisent, subtilement, dans le corps du texte, le supplément d’information alors attendu dans ses marges. Les prolégomènes, denses, se veulent ainsi incontournables, inextricables. Le roman Peuls, aussi bien dans l’intégralité de l’œuvre que dans ses séquences minimales, traduit cet aspect foisonnant, polysémique en intégrant dans son corps différents genres et formes (chants, proverbes, sourates, lettres et télégrammes). Monénembo propose en outre en annexe des cartes5 assez explicites sur ses recherches et la genèse de l’ouvrage. Le résultat est une immixtion visible et isolable de formes hétéroclites dans le corps du texte.

À la recherche d’une Afrique enfouie : « Écrire par devoir de mémoire »

11La volonté manifeste d’enraciner la réalité romanesque dans un univers particulier, celui multiple et insaisissable de l’identité peule, rejoint ainsi les préoccupations d’homme engagé dans les combats d’une Afrique contemporaine en proie à des guerres intestines et crises interminables. Celles-ci s’inscrivent avec netteté dans l’énoncé :

Les ancêtres nous ont donné tous les droits, sauf le droit à la guerre. Nous pouvons chahuter à loisir et vomir les injures qui nous plaisent. Entre nous, toutes les grossièretés sont permises. Au village, ils ont un mot pour ça : la parenté à plaisanterie. (p. 13)

12La composition discursive de Peuls s’inspire en effet de ce procédé de communication bien connu qu’est la parenté à plaisanterie. La parenté à plaisanterie procède dans Peuls d’une stratégie narrative audacieuse et d’une esthétique du contraste. Deux discours de deux protagonistes partenaires, engagés différemment dans la diégèse et parties prenantes à part inégale dans l’énonciation, se réalisent ici. Le premier est celui qualifié de « délire » et que tiendrait, à en croire le Sérère pourfendeur et en réalité seul locuteur, le Peul sur lui-même (ses origines) et que dit répéter fidèlement le non-Peul (le Sérère). Emblématiques de ce discours, le mythe des origines et le préambule. L’auteur, peul d’origine, par la réalisation en citation, à l’instar de ces textes d’ouverture, explicitement donc, ne prend pas tous les énoncés du livre à son compte. Hypocrite posture d’autant plus qu’il astreint le personnage du Peul au silence et l’accable d’insultes les unes aussi agressives et humiliantes que les autres. Et s’il opère cette distanciation feinte pour certains énoncés, il ne récuse pas une stylisation fortement personnalisée pour d’autres. Le deuxième discours d’orientation macrostructurale et de tonalité ironique est donc celui-là fait de dérision, d’insultes et de faits héroïques que le non-Peul assume comme le sien propre. C’est un énoncé qui installe le récit tout entier dans un procédé rhétorique du détournement de sens et qui se fonde sur la cohérence interne d’un modèle, d’un univers de croyance, et donc dans une situation d’énonciation bien particulière, relativement codifiée, et, surtout, qui informe sur des pratiques langagières socialement constituées dans une aire bien délimitée du continent noir.

C’est toi, Peul, qui le dis, moi, je ne fais que répéter. Tu as le droit de délirer, personne n’est tenu à te croire, infâme vagabond, voleur de royaumes et de poules ! Soit ! Nous sommes cousins puisque les légendes le disent. Du même sang peut-être, de la même étoffe, non ! Toi, l’ignoble berger, moi, le noble Sérère ! (Ibid.)

13La parenté à plaisanterie conçue comme procédé rhétorique de dérision procure opportunément à l’écrivain suffisamment de hauteur et de détachement indispensables à l’observateur des faits culturels. Le regard de Monénembo, à travers celui du personnage-narrateur du Sérère, sera celui de l’intérieur qui prend cependant de la distance avec l’objet d’étude, grâce à la feinte et la provocation. À l’image de cette citation, l’auteur insère dans tout son texte des présupposés de l’analyse du sens. Discours et métadiscours s’immiscent ici et proposent à l’intelligence réceptive une lecture adjacente, supplémentaire.

  • 6 En 1998, à l’initiative du Tchadien Nocky Djedanoum, une résidence d’écrivains à laquelle participe (...)

14Comme le griot, Monénembo a recours à la provocation, à l’ironie, parfois à la dérision. Nomades disséminés dans l’aire géographique allant de l’Afrique de l’Ouest jusqu’en Afrique centrale, les Peuls ont suscité dans la littérature anthropologique et historique des débats à la hauteur des difficultés des africanistes à situer dans l’espace et dans le temps habitats originels et itinéraires migratoires des peuples du continent noir. En ce sens on est en droit de voir en cette œuvre un prolongement littéraire profondément stylisé de l’un des piliers du projet « Écrire par devoir de mémoire »6. Le récit qui se déploie dans les trois parties du texte conserve la modalité ironique et la récurrence bien rythmée des tournures typiques de ce système particulier de communication. La parenté à plaisanterie, conçue ici comme figure macrostructurale participant de la puissance et la qualité littéraire de l’œuvre, permet à Thierno Monénembo de faire d’une pierre deux coups : d’une part, elle lui permet d’inscrire des marques de sa subjectivation dans la tessiture de Peuls, et d’autre part, de reconstituer un arrière-fond identitaire à son œuvre. Par ses constructions faites d’antithèses et d’oxymores, elle prolonge la polémique, et, expression poétique, elle modifie la relation avec la réalité par ce traitement particulier du langage. De ce fait, la pertinence des récits est à évaluer non seulement en conformité à une réalité historique polémique, mais aussi en fonction de la cohérence avec un univers intérieur, fécond, même si, ici plus qu’ailleurs, les trouvailles du romancier s’accomplissent dans une vision collective du monde. Monénembo se donne ici pour objectif, par une stratégie narrative et un procédé rhétorique particuliers, de rendre les ressources infinies de l’épaisseur de la culture et de l’histoire peules par les ressources infinies de l’imagination et des sciences humaines. L’intrusion massive et intempestive du patrimoine linguistique, culturel et historique n’a sans doute pas manqué de désarçonner la lecture du critique. Nous avons en tout cas là des indices parlants qui éclairent sur la motivation de ce roman panoramique et déroutant.

Notes

1 T. Monénembo, Peuls, Paris, Seuil, 2004.

2 Nous avons compté 130 notes de bas de page.

3 Voir l’hexagramme de coraline, p. 30.

4 Il existe dans les langues sahéliennes plusieurs termes pour désigner le statut à la fois artistique et social des griots au sein de leur société. Le mot français « griot » pourrait être rendu par une pléiade d’expressions en ces langues. Cette pluralité lexicale tient au fait qu’il existe plusieurs sortes de griots.

5 « La Sénégambie avant la colonisation », p. 387 ; « Zone d’expansion du peuple peul », p. 389.

6 En 1998, à l’initiative du Tchadien Nocky Djedanoum, une résidence d’écrivains à laquelle participe Monénem’bo est installée au Rwanda afin de produire des textes-mémoires.

Auteur

Docteur en littérature comparée, université Paris-Sorbonne

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search