Version classiqueVersion mobile

Enfants gitans à l’école et en famille

 | 
Nathalie Auger

Partie 1 – Enfant gitan : approches linguistiques des pratiques langagières familiales

Chapitre 4

Comprendre les spécificités du catalan des locuteurs gitans et non gitans, le rôle primordial de la prosodie ?

Christelle Dodane, Fabrice Hirsch et Melissa Barkat-Defradas

Texte intégral

  • 1 Famille linguistique incluant l’essentiel des langues romanes d’Espagne et du Portugal.
  • 2 Langues issues du latin vulgaire.
  • 3 Cette division est basée sur un traitement différencié du vocalisme atone (Palau-Martí 2005).

1Revenons plus en détail à présent sur les caractéristiques du catalan (en catalan : català est une langue gallo-romane. Elle partage des caractéristiques, notamment morphologiques et syntaxiques, avec les langues ibéro-romanes1, tandis que ses traits phonétiques et une partie de son lexique la rapprochent du groupe gallo-roman2. Pour des raisons de proximité géographique évidentes, le catalan ressemble particulièrement à l’occitan, et notamment au dialecte languedocien (Boula de Mareüil et al. 2014). Le catalan est actuellement parlé sur un territoire de plus de 60 000 kilomètres carrés par quelque treize millions de locuteurs. Cette aire linguistique est divisée en sept territoires répartis sur quatre États : l’Andorre, l’Espagne, où se trouve la plus grande partie du domaine linguistique, la France et l’Italie (figure 1a). Le catalan est en outre constitué de divers dialectes qui restent néanmoins très proches et qui sont donc largement intercompréhensibles. Traditionnellement, on distingue deux grands blocs dialectaux3 avec d’une part le bloc oriental, qui comprend le catalan central (parlé à Barcelone et à Gérone), le catalan insulaire (parlé dans les îles Baléares) et le roussillonnais (parlé dans les Pyrénées-Orientales), et d’autre part, le bloc occidental regroupant le catalan nord-occidental (parlé dans les régions occidentales de Catalogne et en Andorre) et le valencien (figure 1b).

Figure 1a. Géographie linguistique des territoires catalanophones.

Figure 1a. Géographie linguistique des territoires catalanophones.

Source : carte modifiée d’après [https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Paisos_catalans].

Figure 1b. Géographie linguistique des dialectes catalans.

Figure 1b. Géographie linguistique des dialectes catalans.

Source : carte modifiée d’après [https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Mapa_dialectal_del_catal%C3%A0.png?uselang=fr].

2Selon le territoire dont il est la langue, on constate une connaissance inégale du catalan puisque d’autres langues, parfois nationales, sont en concurrence avec elle. Le recensement de 2001 a été mis à profit pour obtenir des renseignements sur le niveau des connaissances linguistiques de la population catalanophone. De même, des enquêtes ont été menées en 2004 par la généralité de Catalogne, actualisées par les études de Rosselló Peralta (2011), dans tous les territoires concernés afin de connaître le niveau de connaissance de la langue et son contexte d’utilisation. Ces enquêtes nous apprennent que sur l’ensemble des locuteurs (environ treize millions), le nombre estimé de personnes parlant le catalan est d’environ neuf millions tandis que celui des personnes essentiellement capables de le « comprendre » est de onze millions (tableau 1).

Tableau 1. Nombre et proportion de locuteurs catalaphones.

Territoire
catalanophone

Population totale

Compétences en production + compréhension

Compétences en compréhension

Andorre

78 540

78,9 %

96,0 %

Catalogne

7 134 697

84,7 %

97,4 %

Îles Baléares

1 001 062

74,6 %

93,1 %

Pays valencien

4 806 908

53,0 %

75,9 %

Aragon

45 357

88,8 %

98,5 %

Catalogne du Nord (France)

422 297

37,1 %

65,3 %

Alghero (Sardaigne)


40 257

61,3 %

90,1 %

TOTAL

13 529 127

9 118 882

11 011 168

Source : IDESCAT (2004). Enquêtes statistiques menées auprès de la population âgée de quinze ans et plus. Les données absolues relatives au nombre de locuteurs et à leurs compétences sont des estimations.

  • 4 Peu d’informations relatives au degré de bilinguisme des individus interrogés apparaissent dans le (...)

3Notons toutefois que si ces données quantitatives s’appuient sur des statistiques officielles de populations, il existe, selon les sources, une grande variabilité quant au nombre effectif de locuteurs4, notamment développant des compétences de compréhension et de production permettant de réaliser des tâches complexes. Claude Hagège (2000) parle de 200 000 locuteurs en France. Albert Barrera i Vidal (1994, p. 56) donne un total de 7 millions de locuteurs. Domènec J. Bernardo avance le chiffre de 185 000 catalanophones du côté français. Le site de la DGLF (Délégation générale à la langue de France) donnait 10 millions de locuteurs en Catalogne et affirmait que sur les 340 000 habitants des Pyrénées-Orientales (France), la moitié comprend le catalan. Roland Breton (1994, p. 55) propose le chiffre sans doute excessif de 10 millions de locuteurs. Enfin, pour Alan Yates et Nicolau Dols (1994), il y aurait 6 millions de locuteurs actifs et 3 millions de locuteurs passifs.

Catalan roussillonnais et catalan gitan (kaló)

  • 5 Une compétence de haut niveau en français favorise en effet la réussite scolaire et professionnell (...)

4Si l’on s’intéresse plus spécifiquement à la situation du catalan roussillonnais (figure 2), les données quantitatives révèlent que la forte présence du français (imposée comme langue unique d’enseignement à partir de 1768) est à l’origine du nombre restreint de locuteurs observé dans cette région en regard du reste du territoire catalanophone (tableau 1). La langue s’y trouve dans une situation précaire puisqu’elle est essentiellement parlée en milieu rural et que sa transmission familiale a été longtemps interrompue avec l’idée que le fait de parler uniquement français pourrait favoriser une meilleure réussite sociale5. Et, selon l’enquête de la généralité de Catalogne (IDESCAT 2004), 65,3 % des habitants de la Catalogne du Nord déclaraient comprendre le catalan ; 37,1 % savoir le parler ; 31,4 % savoir le lire, et 10,6 % savoir l’écrire. Les programmes de revitalisation des langues régionales mis en place entre 1970 et 1990 ont participé à une certaine stabilisation dans la pratique et la connaissance du catalan, mais ce maintien repose surtout sur un loyalisme linguistique fortement corrélé à l’âge des locuteurs (16 % des 18-24 ans, 35 % des 25-44 ans, 55 % des 45-64 ans et 73 % des 65 ans et plus ; Observatoire des pratiques linguistiques 2006).

Figure 2. Situation du roussillonnais sur une carte du domaine linguistique catalan.

Figure 2. Situation du roussillonnais sur une carte du domaine linguistique catalan.

Source : figure et légende empruntées à Domènec J. Bernardo (1977, p. 156).

5Toutefois, si en Catalogne du Nord, l’usage quotidien du catalan reste exceptionnel, la région roussillonnaise accueille une population catalanophone qui, établie dans la région dès le début du xviiie siècle, considère le catalan comme un trait essentiel de son identité. : « être Gitan c’est parler gitano c’est-à-dire, catalan » (collectif 2003, p. 54). Le catalan est donc la langue interne quotidienne et unitaire de tous les Gitans du Roussillon et il constitue, selon Jean-Paul Escudero (2004, p. 41) « une entité linguistique dans la conscience collective à travers un ensemble de traits généraux partagés par tous les membres de la communauté ». L’histoire et la géographie particulières du monde tsigane ont façonné une variante gitane unique. Il ne s’agit pas d’un des dialectes connus du catalan mais d’un catalan autre.

*

  • 6 Dans la péninsule Ibérique, les dialectes gitans (souvent appelés calos) ont subi une évolution sp (...)

6Bien qu’il présente des caractéristiques particulières (voir section suivante), ce catalan permet une intercompréhension aisée avec tout locuteur de roussillonnais. Mais la modalité gitane rend également possible une identification interne et externe rapide. Elle est le plus souvent désignée sous le nom de gitano, et son usage est strictement conditionné par la situation de communication (figure 3). La présence inopportune de non-catalanophones et/ou de non-Gitans est un facteur déterminant pour l’utilisation du catalan (quand le français est la langue commune) ; du catalan gitan (quand le catalan est la langue commune) ; du lexique kaló6 (quand l’usage du catalan gitan ne permet plus de garantir l’intimité du groupe). Cette capacité à s’ouvrir ou à s’isoler du reste du monde par le truchement d’un changement de code donne un sens tout particulier à l’identité de ces locuteurs polyglottes : « être gitan c’est posséder toujours une langue de différence avec l’étranger » (Escudero 2004, p. 42).

Figure 3. Contextes d’utilisation des langues en fonction de la langue commune et de l’identité culturelle de l’interlocuteur.

Figure 3. Contextes d’utilisation des langues en fonction de la langue commune et de l’identité culturelle de l’interlocuteur.

Source : figure empruntée à Jean-Paul Escudero (2004, p. 44).

  • 7 L’occitan (ou langue d’oc) est une langue romane parlée notamment dans le tiers sud de la France. S (...)

7Le kaló catalan a subi un très net recul et il n’est aujourd’hui employé que dans certaines circonstances (comme instrument de défense). La langue maternelle des Gitans catalans est donc le catalan gitano. Toutefois, compte tenu de la présence sur le terrain de l’occitan7 et des liens (historiques et linguistiques) que ce dernier entretient avec le catalan roussillonnais, il convient d’en présenter brièvement quelques aspects.

Catalan et occitan : quels liens ?

8La langue occitane (ou langue d’oc) fait également partie de la famille des langues romanes. Comme pour le catalan, la romanisation a conduit sur le plan linguistique à une mutation progressive du latin oral. En effet, parlé par des populations diverses, le latin s’est diversifié, dialectalisé. Prononcé avec des accents différents, enrichi d’emprunts aux substrats linguistiques sur lesquels il s’est installé, il s’est peu à peu transformé. C’est cette mutation qui a conduit à l’émergence progressive des diverses langues romanes telles que le castillan, le portugais, le français, l’italien, le rhétique, le sarde, le roumain, l’occitan et le catalan. Si, jusqu’au milieu du xxe siècle, les linguistes classifiaient l’occitan dans l’ensemble gallo-roman et le catalan dans le groupe ibéro-roman, ce découpage n’est plus pertinent aujourd’hui. En effet, depuis les travaux de Pierre Bec (1970), on considère occitan et catalan comme deux langues jumelles appartenant à la même entité linguistique (figure 4). Nous verrons dans la section « Résultats » que la coexistence de l’occitan et du catalan roussillonnais sur le même territoire géographique a une incidence sur les caractéristiques prosodiques de ce dernier.

Figure 4. Schéma des langues romanes.

Figure 4. Schéma des langues romanes.

Source : figure empruntée à L’occitan, projet multimédia en ligne, Université Montpellier 3 et Université ouverte des humanités.

Linguistique comparée de l’occitan, du catalan roussillonnais et du catalan de la communauté gitane

9Il ne s’agit pas ici de décrire de façon exhaustive chacun des systèmes en présence, mais de le faire dans l’optique de l’interprétation des résultats expérimentaux présentés ci-après. C’est pourquoi nous nous limiterons ici à la présentation de certaines caractéristiques prosodiques, notamment accentuelles puisque, dans les représentations, il s’agit de la marque la plus distinctive pour identifier ou s’identifier (comme) un locuteur gitan. D’une façon générale, l’étude comparative menée par Escudero (2004, p. 245) parvient à la conclusion que l’essentiel des traits accentuels du catalan des locuteurs gitans sont catalans. Du point de vue prosodique, on observe une simplification du système accentuel avec tendance à l’élimination des proparoxytons (mots accentués sur la 3e syllabe à partir de la fin du mot) au profit d’une accentuation sur la syllabe pénultième (avant-dernière). Si ce phénomène proparoxytons > paroxytons concerne exclusivement le dialecte catalan septentrional, il est également attesté en occitan, ce qui suggère une influence française ou languedocienne.

10En ce qui concerne les phénomènes intonatifs, l’intonation du catalan a surtout été étudiée en relation au dialecte oriental central (dialecte de Barcelone), et sur des phrases déclaratives. Par exemple, nombre de travaux présentent diverses approches sur la question : des observations perceptives dans des ensembles de phrases (Virgili Blanquet 1971, Recasens 1977, Bonet 1984 et 1986) ; des études acoustiques des courbes tonales (Prieto 1995, 1997, 2001, 2002a et 2002b ; Salcioli 1988a et 1998b) ; des études contrastives (Estebas 2000). D’une façon générale, il est démontré que les phrases déclaratives neutres présentent une courbe mélodique descendante qui a une inflexion finale également descendante.

Méthodologie : une approche expérimentale à partir de récits guidés

Locuteurs gitans et non gitans

11Le corpus a été enregistré dans la ville de Perpignan. Il s’agissait d’enregistrements à partir d’un support de bande dessinée proposé à quinze locuteurs gitans et dix-huit locuteurs non gitans, tous catalophones, issus de trois générations différentes (tableau 2). L’étude vise donc à vérifier si des différences prosodiques existent selon l’origine des locuteurs et selon leur âge.

Tableau 2. Répartition des locuteurs en fonction de leurs origines et de leur âge.

Catalophones non gitans (n = 18) Catalophones gitans (n = 15)
Génération 1 : trois femmes et trois hommes
(âge moyen : 69,5 ans)
Génération 1 : trois femmes et un homme
(âge moyen : 57 ans)
Génération 2 : trois femmes et trois hommes
(âge moyen : 40,5 ans)
Génération 2 : trois femmes et deux hommes
(âge moyen : 30,8 ans)
Génération 3 : trois filles et trois garçons
(âge moyen : 9,6 ans)
Génération 3 : trois filles et quatre garçons
(âge moyen : 9,7 ans)

12Dans le cadre de cette recherche, la parole d’un locuteur par génération et pour chaque groupe a été analysée pour que les sujets soient appariés en sexe et en âge. Ainsi, c’est la parole de deux garçons âgés de 11 ans, l’un catalophone non gitan et l’autre catalophone gitan, qui a été étudiée pour la génération 1. Pour le second groupe d’âge, il s’agissait d’un sujet gitan de 34 ans et d’un locuteur non gitan de 37 ans. Enfin, l’organisation rythmique et mélodique chez deux hommes de 61 ans et de 56 ans, respectivement non gitan et gitan, a également été traitée. Le choix des sujets masculins s’est imposé, car les études montrent que les hommes usent plus de variations que les femmes, davantage garantes de la norme et souvent assez proches de certaines formes de standards.

Corpus de récit guidé et spontané

13Chaque locuteur avait deux tâches à remplir. Dans un premier temps, il devait produire de la parole semi-spontanée en décrivant une planche de bande dessinée (voir ci-dessous). Si ce type de parole n’est pas entièrement naturel (Grosjean et Deschamps 1975), il présente l’avantage de faire revenir les mêmes mots dans le discours des différents locuteurs ayant à accomplir cette tâche et autorise une mise en perspective de certains segments linguistiques que l’on va retrouver d’un locuteur à l’autre.

14Dans un second temps, les locuteurs avaient pour consigne de produire de la parole spontanée. Pour cela, il leur a été demandé de raconter un souvenir à l’expérimentatrice. Signalons que si cette tâche est davantage écologique, elle permet un contrôle moindre des différents paramètres testés dans la mesure où les souvenirs narrés, et donc les mots/segments utilisés, ne sont pas les mêmes. Dans le cadre de cette étude prosodique, nous avons analysé la description de la planche de bande dessinée réalisée par un locuteur de chaque génération des populations gitane et non gitane.

Figure 5. Planche de bande dessinée extraite de la série Boule et Bill, qui a été décrite par les locuteurs ayant pris part à l’étude. Il s’agit d’une histoire en huit cases sans éléments verbaux.

Figure 5. Planche de bande dessinée extraite de la série Boule et Bill, qui a été décrite par les locuteurs ayant pris part à l’étude. Il s’agit d’une histoire en huit cases sans éléments verbaux.

Source : Jean Roba, 1971, Album no 7 des gags de Boule et Bill, Marcinelle/Paris, Dupuis, p. 28. © Studio Boule & Bill, 2021

Paramètres prosodiques retenus

15Avant de procéder aux analyses prosodiques, une transcription a été réalisée à l’aide du logiciel Praat. Trois niveaux d’annotation ont été utilisés (figure 6) : le premier comportait les différentes séquences sonores constituant le discours des locuteurs, le deuxième les groupes rythmiques et le dernier, les syllabes.

Figure 6. Exemple de grille d’annotation avec Praat.

Figure 6. Exemple de grille d’annotation avec Praat.

16Une fois la transcription effectuée, un relevé de la fréquence fondamentale (f0) a été réalisé dans le but d’obtenir des données sur les éléments suivants.

  • La localisation et la réalisation de l’accent : il s’agit d’indiquer sur quelle syllabe, et donc quel mot, une proéminence est audible.
  • Le rythme : il est caractérisé par le retour régulier d’un phénomène qui peut être une syllabe dans le cas des langues à rythmicité syllabique comme le français ou d’un accent dans le cas de langues à rythmicité accentuelle comme l’anglais ou l’allemand.
  • La répartition des différents accents dans un énoncé et, notamment, par la perception de la répétition.
  • L’intonation : elle correspond à l’évolution mélodique de la voix, caractérisée par des variations de hauteur (correspondant à l’évolution de la fréquence fondamentale (f0). Lorsque l’on parle d’intonation, on se réfère à la réalisation sur le plan linguistique de la structuration mélodique des énoncés.

17Le débit a également été calculé, et ce de deux manières différentes. Dans un premier temps, la vitesse d’articulation (exprimée en nombre de syllabes à la seconde) a été quantifiée. Rappelons que ce paramètre indique le nombre moyen de syllabes produites en une seconde en excluant les pauses du calcul. Quant à la vitesse d’élocution (exprimée également en nombre de syllabes à la seconde), il s’agit du nombre moyen de syllabes produites en une seconde incluant les pauses dans le calcul. Signalons qu’il est utile de travailler sur ces deux paramètres dans la mesure où le premier permet d’avoir une indication sur la vitesse de déplacement des articulateurs tandis que le second est plus proche de la manière dont le débit est perçu par des auditeurs.

Résultats à partir de l’étude lexicale, de l’accent, du rythme et du débit

Quelques mots sur le lexique : des similarités générationnelles

18Une étude rapide du lexique employé par nos différents locuteurs montre que les mots utilisés sont similaires pour les locuteurs gitans et non gitans sur les trois générations de sujets. Quelques différences ont tout de même été repérées :

  • Le mot « chien » s’actualise sous la forme « ca » en catalan non gitan et « gos » en gitan (G2) ;
  • « Garçon » se prononce « nin » en catalan non gitan et « noi » en gitan (G2) ;
  • Le terme « glace » est prononcé « glaça » ou « glace » pour la génération 1 et « gelat » ou « glace » pour les générations 2 et 3.

Localisation de l’accent

19Le catalan possède trois types d’accents : oxytonique (dernière syllabe), paroxytonique (avant-dernière syllabe), et proparoxytonique, c’est-à-dire sur l’avant-avant-dernière syllabe (Celdrán Martinez et al. 2005). Une des premières questions que l’on peut se poser est de savoir si la localisation de l’accent de mot diverge entre les locuteurs gitans et non gitans. Afin de le savoir, nous avons comparé les mots importants qui étaient utilisés par les locuteurs pour décrire l’histoire, tels que garçon, chien, glace, manger, petit, pleurer, aboyer, par terre, etc. Nous n’avons pas relevé de différences significatives dans la localisation de l’accent de mot. En effet, la majorité des mots sont des paroxytons, c’est-à-dire que l’accent tonique est situé sur l’avant-dernière syllabe du mot. Les oxytons et les proparoxytons sont beaucoup plus rares puisqu’ils n’apparaissent que chez un seul locuteur non gitan de la génération 2 (tableau 3).

Tableau 3. Liste de mots paroxytoniques, oxytoniques et proparoxytoniques.

Majorité de mots paroxytoniques

Moins de mots oxytoniques

Peu de mots proparoxytoniques

Verbes :
jaupa, es’panta, s’a’ppropra, ‘sembla, pa’sseja, ‘menja, ‘haver, ‘sentir, ‘plorar, pro’fita, ‘salta, ‘fica, co’neixem, ‘corre, ‘passe, fun’ciona
Noms :
perso’natges, ‘joven, ‘Artic, ‘títol, ‘bola, ‘terra, dibui’xada, ‘tranca, ‘glace, ‘glaça, ‘tire
Autres :
questa, a’questa

Noms :
ge’lat, fran’cê, ai’xó, pe’tit, vin’gut, con’tent, tin’dra, ca’rrer

Noms :
An’tartida, pra’gmatica, e’nergica, consci’encia

20La question est maintenant de savoir ce qui différencie la parole gitane de la parole non gitane, étant donné que l’on sait que le lexique et l’emplacement de l’accent dans les mots ne divergent que très peu dans les deux cas.

Étude du débit : une question de vitesse selon les locuteurs

21La figure 7, qui porte sur la vitesse d’articulation des locuteurs, montre que la vitesse des mouvements articulatoires est plus rapide pour les locuteurs gitans, et cela sur les trois générations. En effet, les locuteurs gitans s’expriment en moyenne dans un débit évalué à 5 syllabes à la seconde alors qu’il est de 4,28 syllabes à la seconde pour les sujets non gitans.

22Cette observation se confirme si l’on tient compte des pauses dans l’évaluation du débit (figure 8). La vitesse d’élocution est également plus élevée pour les locuteurs gitans (4,22 syllabes à la seconde) par rapport aux locuteurs non gitans (3,43 syllabes à la seconde).

Figure 7. Vitesse d’articulation pour les trois locuteurs gitans vs trois locuteurs non gitans.

Figure 7. Vitesse d’articulation pour les trois locuteurs gitans vs trois locuteurs non gitans.

Figure 8. Vitesse d’élocution pour les trois locuteurs gitans vs trois locuteurs non gitans.

Figure 8. Vitesse d’élocution pour les trois locuteurs gitans vs trois locuteurs non gitans.

Étude du rythme : le retour régulier de l’accent

23Nous avons étudié quelques passages de la parole d’un locuteur de la deuxième génération afin de déterminer quel type de rythme était utilisé en catalan non gitan. Les mesures révèlent qu’en catalan non gitan, la rythmicité accentuelle est plus marquée, c’est-à-dire que l’on perçoit nettement le retour régulier de l’accent tonique. Par exemple, sur le tracé de la figure 9 correspondant à la phrase « La da’rrera i’matge de la ‘tire-dibui’xada », les syllabes précédées d’une étoile portent l’accent tonique, il s’agit de paroxytons. Dans cette phrase, le retour régulier de l’accent assure une rythmique de type accentuel8.

Figure 9. Distribution de l’accent tonique dans la phrase « La darrera imatge de la tire-dibuixada ».

Figure 9. Distribution de l’accent tonique dans la phrase « La darrera imatge de la tire-dibuixada ».

24Chez un autre locuteur de la deuxième génération, mais cette fois, gitan, nous pouvons également observer le même type de rythmicité. Ainsi, sur le tracé de la figure 10 correspondant à la phrase « ’Tranca ge’laces ‘tranca ge’laces », nous pouvons remarquer que les accents reviennent régulièrement, assurant une rythmicité accentuelle. Comme dans l’exemple précédent, l’accentuation affecte l’avant-dernière syllabe (paroxytons).

Figure 10. Distribution de l’accent tonique dans la phrase « Tranca gelaces tranca gelaces ».

Figure 10. Distribution de l’accent tonique dans la phrase « Tranca gelaces tranca gelaces ».

25Cependant, il est également possible, chez ce même locuteur, de repérer des passages où la rythmicité est très différente. Elle n’est plus accentuelle mais syllabique, c’est-à-dire que c’est le retour régulier des différentes syllabes qui contribue au rythme, et non plus le retour régulier de l’accent. Dans cette phrase, le débit est très rapide. Nous pouvons observer ce phénomène dans la phrase « Se ‘fica + en radea seu poc a poc avan’za + veu que un noi pe’tit menja la ‘glace » (figure 11).

Figure 11. Distribution de l’accent dans la phrase « Se fica + en radea seu poc a poc avanza + veu que un noi petit menja la glace ».

Figure 11. Distribution de l’accent dans la phrase « Se fica + en radea seu poc a poc avanza + veu que un noi petit menja la glace ».

Étude de l’intonation : une forte influence de l’intonation et de l’accent du français

26En catalan roussillonnais, on relève une forte influence de l’intonation et de l’accent du français sur le parler des locuteurs de la deuxième génération. Ainsi, on peut observer des montées intonatives spécifiques au français, qui marquent la continuation (Delattre 1966), ainsi que des descentes intonatives marquant la finalité. On relève également des allongements syllabiques en fin de groupes de mots semblables à l’allongement final qui marque l’accent primaire en français. Ces phénomènes peuvent s’observer dans la phrase : « I se diu + viam si troberé un c-algu + que menja un gelat » (figure 12).

Figure 12. Intonation de la phrase « I se diu + viam si troberé un c-algu + que menja un gelat ».

Figure 12. Intonation de la phrase « I se diu + viam si troberé un c-algu + que menja un gelat ».

27En revanche, pour les locuteurs gitans, on repère une influence beaucoup moins marquée de l’intonation et de l’accent du français. Il y a ainsi moins de montées intonatives marquant la continuation, et les syllabes situées en position finale de groupes de mots sont beaucoup moins allongées qu’en catalan non gitan, ce que l’on peut observer dans la phrase « Se fica en radera seu poc a poc + avanza que un noi petit menja una glace » (figure 13).

Figure 13. Intonation de la phrase « Se fica en radera seu poc a poc + avanza que un noi petit menja una glace ».

Figure 13. Intonation de la phrase « Se fica en radera seu poc a poc + avanza que un noi petit menja una glace ».

28Enfin, on peut remarquer que l’influence de la prosodie du français est encore plus marquée pour les locuteurs de la troisième génération des locuteurs du catalan n’appartenant pas à la communauté gitane en ce qui concerne l’intonation et les accents primaires, comme on peut le voir sur la figure 14.

Figure 14. Intonation de la phrase « Laj el Bill pensa a el Boule que menja un gelat. Pas i menja la glace te res de menjar la glace ».

Figure 14. Intonation de la phrase « Laj el Bill pensa a el Boule que menja un gelat. Pas i menja la glace te res de menjar la glace ».

Perspectives possibles pour l’étude : augmenter le nombre de locuteurs pour conforter les hypothèses

29Il conviendrait d’étendre l’analyse sur les trente-trois locuteurs enregistrés afin de valider plus avant ces conclusions et de travailler davantage sur la comparaison intergénérationnelle pour vérifier une évolution du catalan dans les deux communautés catalanophones. De même, une analyse fine du phrasé (distribution des accents) et des patrons mélodiques spécifiques (continuation et affirmation, questions, etc.) resterait à faire sur ce corpus.

30Par ailleurs, nous avons souligné un manque de contrôle de la fluidité dans ce corpus qui oppose des locuteurs ayant le catalan comme langue courante et des sujets ne le parlant que ponctuellement. On pourrait donc élargir cette recherche en comparant la parole gitane à celle de locuteurs s’exprimant en catalan central, qui est davantage utilisé au quotidien de nos jours que le catalan roussillonnais.

31Pour résumer les résultats, nous avons pu constater que les vitesses d’élocution et d’articulation étaient beaucoup plus lentes chez les locuteurs du catalan roussillonnais non gitans que gitans. Une différence dans la fréquence de l’usage voire de la compétence en langue catalane qui aurait des répercussions sur la fluidité pourrait expliquer ce résultat. En effet, le catalan, en plus d’être la langue familiale, est utilisé dans la vie de tous les jours par les locuteurs gitans ; en revanche, les sujets catalophones non gitans emploient beaucoup moins le catalan dans leur vie quotidienne.

32Concernant le rythme, il présente également des dissimilitudes entre nos groupes de locuteurs : si l’on peut parler d’un rythme accentuel pour les locuteurs catalanophones non gitans, le catalan parlé par les locuteurs gitans est davantage marqué par un rythme hybride puisque nous avons aussi bien relevé des extraits produits avec un rythme accentuel et d’autres, avec un rythme syllabique très rapide produisant un « effet mitraillette » comme en anglais.

33De même, une forte influence de la prosodie du français sur le catalan des locuteurs non gitans (montées intonatives marquant la continuation et accent final) a été observée, influence qui est encore plus marquée pour les générations 1 et 3. En effet, les plus jeunes parlent essentiellement français et ont souvent appris le catalan à l’école. Le français marque donc leur prosodie fortement. Pour les locuteurs les plus âgés, c’est la honte de parler catalan, langue régionale dévalorisée, qui les conduit à appliquer la prosodie du français au dialecte roussillonais. Les représentations sociales des langues, du français par rapport à la langue régionale, ont donc un impact fort. Pour le catalan des locuteurs gitans, les intonations relevées sont par ailleurs très différentes.

34Ces spécificités ne doivent pas masquer le fait que les locuteurs s’intercomprennent tout à fait. Par contre, ces traits marquent immédiatement l’appartenance ou non du locuteur à la communauté gitane. Ces deux éléments (intercompréhension et marquage identitaire) vont être cruciaux pour la suite de la réflexion qui s’attache à faire la part de la réalité des pratiques discursives face aux représentations des parlers et des locuteurs qui les produisent.

Bibliographie

Alcover Antoni Maria et Moll Francesc de Borja, 2000, Diccionari català-valencià-balear (DCVB), Palma de Majorque, Moll.

Allières Jacques, 2001, Manuel de linguistique romane, Paris, Champion.

Auger Nathalie et Matheu Nathalie, 2016, « Du gitan au français : d’une langue hors-norme à une langue normée ? », Signes, discours et sociétés, no 16. En ligne : [http://revue-signes.gsu.edu.tr/article/-LXz708Q6dz0nVtyJhxC].

Barrera i Vidal Albert, 1994, « La politique de diffusion du catalan », International Journal of the Sociology of Language, no 107, p. 41-65.

Bec Pierre, 1970, Manuel pratique de philologie romane, tome 1, Italien, espagnol, portugais, occitan, catalan et gascon, Paris, Picard.

Bernardo Domènec J., 1977, « Langue, société et espace en Catalogne du Nord », Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, no 48, p. 153-170. En ligne : [http://www.persee.fr/doc/rgpso_0035-3221_1977_num_48_2_3505].

Bernardo Domènec J., 1988, « La problématique nord-catalane », Vingt-cinq communautés linguistiques de la France, vol. 1, Vermes Geneviève éd., Paris, L’Harmattan, p. 133-149.

Bernissan Fabrice, 2012, « Combien de locuteurs compte l’occitan en 2012 ? », Revue de linguistique romane, no 303-304, p. 468-512.

Bonet Eulàlia, 1984, Aproximació a l’entonació del català, Bellaterra, Universitat Autònoma de Barcelona, thèse de licence.

Bonet Eulàlia, 1986, « L’entonació de les formes interrogatives en barceloní », Els Marges, no 33, p. 103-117.

Boula de Mareüil Philippe, Rilliard Albert et Ivent Fanny, 2014, « Une étude prosodique comparative des questions en français avec l’occitan », 30e Journées d’étude sur la parole, Le Mans. En ligne : [http://www-lium.univ-lemans.fr/jep2014/articles/13.pdf].

Breton Roland, 1994, « L’approche géographique des langues d’Europe », Le plurilinguisme européen, Claude Truchot éd., Paris, Champion (Politique linguistique), p. 41-68.

Calvet Georges, 1981, « La langue », Les populations tsiganes en France, Jean-Pierre Liégeois éd., Paris, Ministère de l’Éducation nationale.

Caron Rémi, 2013, Redéfinir une politique publique en faveur des langues régionales et de la pluralité linguistique interne, Rapport présenté à la ministre de la Culture et de la Communication par le Comité consultatif pour la promotion des langues régionales et de la pluralité linguistique interne. En ligne : [https://www.culture.gouv.fr/Espace-documentation/Rapports/Redefinir-une-politique-publique-en-faveur-des-langues-regionales-et-de-la-pluralite-linguistique-interne].

Celdrán Martinez Eugénio, Fernández Planas Ana Ma, Salcioli Guidi Valeria, Carrera Sabate Josefina et Espuny Monserrat Janina, 2005, « Approche de la carte prosodique dialectale de la langue catalane en Catalogne », Géolinguistique, hors série, no 3, p. 103-151.

Collectif, 2003, Le livre des Gitans de Perpignan. El llibre dels Gitanos de Perpinya, Paris, L’Harmattan.

Delattre Pierre, 1966, « Les dix intonations de base du français », The French Review, vol. 40, no 1, p. 1-14.

Escudero Jean-Paul, 1998, Contribution à l’étude de la langue des Gitans de Perpignan, thèse de doctorat d’études catalanes, Université de Perpignan.

Escudero Jean-Paul, 2004, Les Gitans catalans et leur langue, Péronnas, Les Éditions de la Tour Gile.

Estebas Eva, 2000, The Use and Realisation of Accentual Focus in Central Catalan with a Comparison to English, Londres, University College London, thèse de doctorat.

Grosjean François, Deschamps Alain, 1975, « Analyse contrastive des variables temporelles de l’anglais et du français : vitesse de parole et variables composantes, phénomènes d’hésitation », Phonetica, no 31, p. 144-184.

Hagège Claude, 2000, Le souffle de la langue, Paris, Odile Jacob.

IDESCAT (Institut d’Estadística de Catalunya), 2004, Estadística d’usos lingüístics a Catalunya 2003, Barcelone, Generalitat de Catalunya.

Observatoire des pratiques françaises, 2006, Corpus de la parole, no 6 de Langues et cité. En ligne : [https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Langue-francaise-et-langues-de-France/Observation-des-pratiques-linguistiques/Langues-et-cite/Langues-et-cite-n-6-corpus-de-la-parole].

Palau-Martí Ferran, 2005, Phonologie et introduction à la morphologie du Catalan, Paris, Peeters-Selaf.

Prieto Pilar, 1995, « Aproximació als contorns entonatius del català central », Caplletra, no 19, p. 161-186.

Prieto Pilar, 1997, « Prosodic Manifestation of Syntactic Structure in Catalan », Issues in the Phonology and Morphology of the Major Iberian Languages, F. Martínez-Gil et A. Morales-Front éd., Washington D.C, Georgetown University Press, p. 179-199.

Prieto Pilar, 2001, « L’entonació dialectal del català: el cas de les frasesinterrogatives absolutes », Actes del Novè Colloqui d’Estudis Catalanans a Nord-Amèrica, August Bover, Maria-Rosa Lloret et Mercè Vidal-Tibbits éd., Barcelone, Publicacions de l’Abadia de Montserrat, p. 347-377.

Prieto Pilar, 2002a, « Entonació », Gramàtica del català contemporani, Joan Solà et al. éd., Barcelone, Edicions 62, p. 393-462.

Prieto Pilar, 2002b, Entonació: Models, teoria, mètodes, Barcelone, Ariel.

Recasens Daniel, 1977, « Aproximació a les cadències tonals del català », Anuario de Filología, no 3, p. 509-516.

Rosselló Peralta Carles de, 2011, « La langue catalane au début du xxie siècle », Catalogne. La résilience d’une nation, vol. CI, nos 6-7 de L’Action nationale, p. 11-47.

Salcioli Guidi Valeria, 1988a, « Estudio fonético-experimental de la entonacióninterrogativa catalana », Estudios de fonética experimental, vol. III, p. 37-70.

Salcioli Guidi Valeria, 1988b, La entonación: estudio fonético-experimental dela entonación interrogativa catalana, Barcelone, Universitat de Barcelona, thèse de doctorat.

Sichel-Bazin Rafeu, Buthke Carolin et Meisenburg Trudel, 2011, « La prosodie du français parlé à Lacaune (Tarn) : influences du substrat occitan », Journées PFC (phonologie du français contemporain), Paris.

Sichel-Bazin Raféu, Buthke Carolin et Meisenburg Trudel, 2012, « The Prosody of Occitan-French Bilinguals », Multilingual Individuals and Multilingual Society, Braunmuller Kurt et Gabriel Christoph éd., Amsterdam, John Benjamins, p. 349-364.

Torras i Conangla Montserrat éd., 2003, Diccionaris d’Enciclopèdia Catalana, Barcelone, Generalitat de Catalunya.

Veny Joan, 2002, Els parlars catalans : síntesi de dialectología [1982], Palma de Majorque, Moll.

Veny Joan, 2007, Petit atles lingüístic del domini català, vol. 1, Barcelone, Institut d’Estudis Catalans.

Virgili Blanquet Valentina, 1971, « Notas sobre entonación catalana », Archivum, vol. XXI, p. 359-377.

Yates Alan et Dols Nicolau, 1994, « Andorra: Language Situation » et « Catalan », The Encyclopedia of Language and Linguistics, Ron E. Asher éd., Oxford, Pergamon Press.

Sitographie

Catalán (DGLF) : [http://www.culture.fr/culture/dglf/bpi/catalan.html].

L’occitan, projet multimédia en ligne, Hervé Lieutard éd., Université Paul-Valéry Montpellier 3 et Université ouverte des humanités : [http://www.univ-montp3.fr/uoh/occitan/index.html].

Notes

1 Famille linguistique incluant l’essentiel des langues romanes d’Espagne et du Portugal.

2 Langues issues du latin vulgaire.

3 Cette division est basée sur un traitement différencié du vocalisme atone (Palau-Martí 2005).

4 Peu d’informations relatives au degré de bilinguisme des individus interrogés apparaissent dans les études statistiques. La question mérite pourtant d’être soulevée dans la mesure où la prise en compte de l’hétérogénéité des pratiques peut expliquer les écarts importants constatés en termes de nombre de locuteurs.

5 Une compétence de haut niveau en français favorise en effet la réussite scolaire et professionnelle en français mais le fait de connaître/parler une autre langue en famille n’empêche en rien de développer des compétences de haut niveau en français.

6 Dans la péninsule Ibérique, les dialectes gitans (souvent appelés calos) ont subi une évolution spécifique : ils conservent le lexique romani dont ils ont hérité, mais ils uttilisent comme langues matrices les structures morpho-syntaxiques des langues avec lesquelles ils se sont trouvés en contact. C’est ainsi que sont nés le kaló catalan, le kaló espagnol (et sa variante portugaise, le kalaó) et l’erromintxela, ou romani basque. À l’origine, le kaló catalan est donc un créole à base syntaxique catalane et au vocabulaire romani (Calvet 1981).

7 L’occitan (ou langue d’oc) est une langue romane parlée notamment dans le tiers sud de la France. Son domaine d’extension couvre 33 départements français. Les estimations du nombre de locuteurs sont extrêmement divergentes selon les sources, mais, d’une façon générale, il en ressort que l’occitan est la langue régionale la plus parlée de France (Caron 2013).

8 Ces corpus peuvent être écoutés sur ORTOLANG GypsyLang : [https://hdl.handle.net/11403/prax000931/v2].

Table des illustrations

Titre Figure 1a. Géographie linguistique des territoires catalanophones.
Crédits Source : carte modifiée d’après [https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Paisos_catalans].
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/24695/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Figure 1b. Géographie linguistique des dialectes catalans.
Crédits Source : carte modifiée d’après [https://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Mapa_dialectal_del_catal%C3%A0.png?uselang=fr].
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/24695/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre Figure 2. Situation du roussillonnais sur une carte du domaine linguistique catalan.
Crédits Source : figure et légende empruntées à Domènec J. Bernardo (1977, p. 156).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/24695/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Titre Figure 3. Contextes d’utilisation des langues en fonction de la langue commune et de l’identité culturelle de l’interlocuteur.
Crédits Source : figure empruntée à Jean-Paul Escudero (2004, p. 44).
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/24695/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Titre Figure 4. Schéma des langues romanes.
Crédits Source : figure empruntée à L’occitan, projet multimédia en ligne, Université Montpellier 3 et Université ouverte des humanités.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/24695/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Figure 5. Planche de bande dessinée extraite de la série Boule et Bill, qui a été décrite par les locuteurs ayant pris part à l’étude. Il s’agit d’une histoire en huit cases sans éléments verbaux.
Crédits Source : Jean Roba, 1971, Album no 7 des gags de Boule et Bill, Marcinelle/Paris, Dupuis, p. 28. © Studio Boule & Bill, 2021
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/24695/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 567k
Titre Figure 6. Exemple de grille d’annotation avec Praat.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/24695/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Figure 7. Vitesse d’articulation pour les trois locuteurs gitans vs trois locuteurs non gitans.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/24695/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Figure 8. Vitesse d’élocution pour les trois locuteurs gitans vs trois locuteurs non gitans.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/24695/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Figure 9. Distribution de l’accent tonique dans la phrase « La darrera imatge de la tire-dibuixada ».
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/24695/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre Figure 10. Distribution de l’accent tonique dans la phrase « Tranca gelaces tranca gelaces ».
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/24695/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Figure 11. Distribution de l’accent dans la phrase « Se fica + en radea seu poc a poc avanza + veu que un noi petit menja la glace ».
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/24695/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Figure 12. Intonation de la phrase « I se diu + viam si troberé un c-algu + que menja un gelat ».
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/24695/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 13. Intonation de la phrase « Se fica en radera seu poc a poc + avanza que un noi petit menja una glace ».
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/24695/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Figure 14. Intonation de la phrase « Laj el Bill pensa a el Boule que menja un gelat. Pas i menja la glace te res de menjar la glace ».
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/24695/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 316k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search