Version classiqueVersion mobile

Littératures francophones

 | 
Lise Gauvin
, 
Cécile Van den Avenne
, 
Véronique Corinus
, 
et al.

Caraïbes et océan Indien

La nouvelle régionaliste créole et l’oscillation des modèles

Véronique Corinus

Texte intégral

1Sa dévotion aux modèles esthétiques occidentaux a valu à la poésie antillaise régionaliste le qualificatif de « mimétique ». Conspuée par une nouvelle génération de littérateurs et d’écrivains qui, de Légitime défense à Tropiques, en passant par la Revue du monde noir, appelèrent à l’avènement d’une littérature nouvelle libérée des canons esthétiques européens, elle est devenue le symbole de l’assimilation culturelle et de l’aliénation littéraire.

  • 1 A. Thomarel, Parfums et saveurs des Antilles, Paris, Ebener, 1935 ; Sous le ciel des Antilles. Regr (...)
  • 2 E. Revert, La France d’Amérique. Martinique, Guadeloupe, Guyane, Saint-Pierre-et-Miquelon - Paris, (...)
  • 3 D. Thaly, « Préface », A. Thomarel, Parfums et saveurs des Antilles, ouvr. cité, p. 8.
  • 4 R. Maran, « Présentation de Thomarel André », retranscription de l’émission radiophonique « Au-delà (...)

2Les textes narratifs régionalistes, écrits à la même époque, ont eu à souffrir du mépris professé à l’encontre de la poésie exotique au point d’être aujourd’hui totalement tombés en désuétude. Ainsi qui se souvient encore des œuvres d’André Thomarel1, poète et nouvelliste guadeloupéen dont les qualités littéraires furent pourtant saluées en son temps ? Associé par Eugène Revert à Damas, Tardon, Zobel et Richer, ce « groupe de jeunes écrivains antillais et guyanais qui se taillent une place honorable dans les lettres françaises »2, préfacé par Daniel Thaly qui vante les qualités de sa plume3, célébré par René Maran qui le présente comme un « écrivain de talent » dont les « œuvres et œuvrettes sont justement appréciées »4, il est aujourd’hui totalement oublié, au point qu’aucun de ses écrits n’a jamais été réédité.

  • 5 Héraut de la francité, André Thomarel le fut sans conteste et sa biographie est un modèle de dévoti (...)
  • 6 Voir R. Chauvelot, « Préface », A. Thomarel, Sous le ciel des Antilles, ouvr. cité, p. 6.

3Son éviction du champ littéraire antillais est étroitement liée à l’accusation de bovarysme littéraire qui pèse, à raison, sur l’ensemble de son œuvre. Héraut5 de la francité, il se réclame de l’école de la comtesse de Noailles ou de Chateaubriand6, revendiquant haut et fort ses influences littéraires venues d’outre-Atlantique. Il convient cependant de s’interroger sur son degré d’assujettissement aux modèles narratologiques européens et de mesurer l’évolution qu’il a pu connaître dans ses dernières œuvres.

  • 7 A. Thomarel, « Un match », Les Mille et Un Contes antillais, ouvr. cité, p. 29-32, désormais abrégé (...)

4Ses deux nouvelles parues dans Les Mille et Un Contes antillais, « Un match » et « Le roi des ciriques »7 offrent une intéressante variation de son écriture mimétique. Adaptations littéraires de deux contes traditionnels créoles, elles se réfèrent à un double modèle, les littératures populaires locale et française, renvoyant à une polarité double, native et étrangère. Cette oscillation des modèles, si elle révèle un désir de réhabiliter la culture antillaise, trahit également la volonté assimilationniste de rattacher le patrimoine oral antillais au fonds culturel français. La revendication forte d’une hypertextualité assumée s’avère être un désir de fusion des Antilles à la France. Cependant, cette nouvelle manifestation d’une « littérature de sucre et de vanille » au folklorisme désuet ne révèle-t‑elle pas aussi une recherche maladroite de renouvellement esthétique ?

  • 8 Voir D. Paulme, La Mère dévorante, Paris, Gallimard (Tel), 1976.

5Les nouvelles de Thomarel sont une transposition littéraire de deux contes oraux créoles, mettant en scène les fourberies de Compère Lapin, trickster dont le cycle est si répandu aux Antilles. Double thériomorphe de Ti Jean, c’est un personnage malin mais cynique et sans scrupule qui n’hésite pas à employer des moyens répréhensibles pour parvenir à ses fins si bien que la débrouillardise dont il fait preuve est le signe le plus flagrant de son individualisme forcené. S’il parvient généralement à l’emporter sur ses dupes, ses ruses peuvent se retourner contre lui, comme c’est le cas dans les deux contes présentés par Thomarel, qui adoptent la même morphologie cyclique8 : les premiers succès du malin compère sont suivis d’échecs retentissants.

  • 9 Sorte de crabe.

6Dans la première nouvelle, Lapin, vantard, fait le pari qu’il saura résister aux coups de boutou que lui assénera au petit matin Compère Éléphant. Et de fait, il survit deux fois à la violente bastonnade, ayant persuadé par ruse Bouc et Mouton, successivement invités à souper et dormir chez lui, d’ouvrir la porte à sa place, la tête dissimulée sous un bonnet de nuit, afin de recevoir le café des mains d’une belle jeune femme. Mais Macaque, son troisième hôte, échappe à un sort funeste en refusant de se lever, si bien que Lapin ne doit la vie sauve qu’à une fuite éperdue. C’est la chance qui lui permet en revanche d’éviter la mort dans la seconde nouvelle. Lors d’une pêche au crabe, Lapin est happé par le roi des ciriques9 qui le projette à des kilomètres à la ronde. Cette mésaventure inspire au rusé animal un mauvais tour : il plante trois piquets de fer au point de chute et attire dans le piège Bouc puis Mouton qui, projetés à leur tour par le crabe, vont s’y empaler. Macaque échappe derechef à la mort, en refusant d’introduire sa main dans le trou, si bien que Lapin, forcé de le faire, est projeté en direction des pieux. Fort heureusement « il tombe entre les trois piquets sans perdre un seul poil » et peut « regagn[er] sa case clopin-clopant » (RdC, p. 36).

  • 10 F. Marbot, Les Bambous. Fables de La Fontaine, travesties en patois créole par un vieux commandeur, (...)

7En transposant à l’écrit la matière orale, Thomarel semble bien vouloir prendre le relais du conteur antillais. Anticipant les préceptes de la créolité, il puise dans le répertoire traditionnel du maître de la parole créole deux contes-types dont il respecte fidèlement la trame narrative. Il fait ainsi du patrimoine oral un nouvel hypotexte, offrant à sa créativité des éléments natifs. Ce faisant, il se détourne pour un temps des modèles occidentaux dont il aime généralement à se prévaloir et adopte résolument un modèle narratologique local. Thomarel se distingue en cela du Martiniquais François Marbot qui a peu fait cas, dans ses Bambous10, de la matière orale antillaise, préférant travestir en créole les fables de La Fontaine.

8L’auteur guadeloupéen adopte une démarche inverse : il rédige en français des contes créoles, faisant ainsi irrémédiablement glisser le conte populaire vers le conte littéraire. À la rhétorique propre de l’oralité – sobriété lexicale, parataxe, répétition syntaxique et sémantique, échos phoniques –, il substitue celle de l’écrit. Il accentue davantage encore leur littérarisation en insérant les deux contes dans un récit cadre. Tout comme Uncle Remus racontait les aventures de Br’er Rabbit à son jeune maître, Youma, la bienveillante da, narre celles de Compère Lapin à la petite Odile :

Da, doudou, dis-moi un conte.
Je ne peux pas, mon trésor, il fait jour, je serais changée en panier…
Ça n’arrivera pas. Da. J’ai été bien sage, le bon Dieu est content, il te protégera, dis un conte.
Mon tit Zobolo, tu n’aimes pas Da !
Si Da, gros com case !
Et la fillette se jette au cou de Youma qu’elle embrasse furieusement.
Vaincue, Youma prononce la formule rituelle.
Bobonne fois !
Trois fois bel conte, réplique Odile. (M, p. 29)

9La transgression des rituels de profération annonce une transgression d’un autre ordre : le conte, changeant de média, connaît une mutation générique. Néanmoins, la transposition du conte oral en nouvelle apparaît comme un hommage rendu par Thomarel au patrimoine culturel antillais, qui acquiert ainsi la dignité alors dévolue aux textes écrits en français. Elle se veut également une revalorisation de l’imaginaire créole, source d’inspiration qui, à défaut d’être prestigieuse, est aussi fructueuse que les modèles occidentaux et mérite à ce titre d’être prise en considération.

10En choisissant d’adapter ces deux contes traditionnels créoles, Thomarel poursuit en effet l’objectif militant commun à tous les écrivains régionalistes, qu’ils soient poètes, prosateurs ou essayistes : présenter au Français, à l’Occidental, la richesse de la culture créole en ancrant délibérément les écrits dans la sphère caraïbe afin de réhabiliter une culture méconnue ou méprisée. L’ensemble du recueil dont sont extraits les deux textes œuvre d’ailleurs à cette réhabilitation du monde antillais dont les aspects singuliers sont exposés tour à tour : la beauté des paysages est vantée, la richesse des traditions culturelles révélée, la spécificité des mœurs et les jalons de l’histoire présentés.

11Cependant dès le titre, Les Mille et Un Contes antillais, l’intertextualité avec une littérature exogène s’affiche alors même que l’ouvrage revendique un ancrage local fort. Les quarante textes qu’il réunit sont présentés comme autant de souvenirs revigorants que « les compagnons de la 16e », poilus antillais exilés loin de leur terre natale, prenaient plaisir à évoquer durant la campagne de la Somme :

  • 11 A. Thomarel, Les Mille et Un Contes antillais, ouvr. cité, p. 8.

Vous rappelez-vous ces contes qui dissipaient notre nostalgie, projetaient entre nous et la brume et le froid des hivers de France, les chaudes couleurs de nos Isles lointaines et leurs brises et leurs parfums ? Je les ai réunis pour vous, ces contes qui berçaient nos espoirs.11

  • 12 A. Thomarel, « Calva et rhum », ibid., p. 67.
  • 13 A. Thomarel, « Trésors cachés », ibid., p. 72.

12Contes et légendes traditionnels mais surtout anecdotes réalistes et drolatiques sur la vie quotidienne des Antilles s’enchaînent alors : tous les textes prennent la forme de nouvelles dont on se plaît, çà et là, à souligner la proximité avec la littérature française. Ainsi le récit d’un viager peu rentable fait-il immanquablement penser à « une histoire de Maupassant, tirée du volume “ Les sœurs Rondoli”, figurant dans les bouquins de morale et que les instituteurs racontent à leurs élèves pour les détacher de l’image des boissons alcooliques »12, tandis que celui d’un magot dissimulé fait surgir la fable du « Laboureur et ses enfants » : « A-t-elle connu La Fontaine, la vieille Mam’ Athos ? C’est très improbable. Et pourtant ses enfants, à l’instar de ceux du laboureur décédé, courbés sur le champ laissé par leur mère, fouillent, bûchent, et ne laissent nulle place où la main ne passe et repasse. »13

13C’est ce même La Fontaine que Thomarel pastiche dans « Un match » et « Le roi des ciriques », les deux seuls véritables contes du recueil. L’intertextualité s’affiche derechef, bien qu’avec moins d’ostentation. En effet, si la facture de la fable n’est pas reproduite, délaissant vers, rimes et morale, son personnel – si emblématique – est convoqué, sur le mode du travestissement. Thomarel débaptise en effet deux personnages traditionnels du conte créole pour les affubler de nouveaux noms, empruntés aux Fables. C’est ainsi que Compère Kabrit, personnage stupide et naïf, est appelé Robin Mouton, tandis que Compère Lapin se voit attribuer le nom de Jean Lapin.

  • 14 J. de La Fontaine, « Le Berger et son troupeau », Les Fables, Paris, Garnier, 1962, livre IX, fable (...)
  • 15 Il fait auparavant l’objet d’une controverse dans « L’Aigle et l’Escarbot » (ibid., livre II, fable (...)
  • 16 J. de La Fontaine, « Le Chat, la Belette et le petit Lapin », ibid., livre VII, fable 15, p. 198-19 (...)

14Par ces nouvelles dénominations, le conte instaure un subtil jeu de connivence entre l’auteur et son lecteur, du moins celui qui est postulé par le texte : un lecteur érudit, pétri de culture classique. Ce dernier se souviendra que le premier personnage est évoqué dans « Le Berger et son troupeau »14, fable dans laquelle le berger Guillot fait l’oraison funèbre de son « pauvre Robin mouton », dévoré par le loup, à cause de congénères couards, son cher « Robin mouton qui par la ville / [le] suivait pour un peu de pain / Et qui [l’] aurait suivi jusques au bout du monde ». Quant à Jean Lapin, il apparaît15 dans « Le Chat, la Belette et le petit Lapin », en litige avec Dame Belette pour un terrier qu’elle prétend lui ravir ; il mène l’affaire devant Raminagrobis qui règle leur désaccord d’un coup de dent. Comment le lecteur postulé ne reconnaîtrait-il pas sous les traits du protagoniste antillais, qui « parmi le thym et le serpolet, gambade et fait des culbutes » (M, p. 32), l’alter ego tropical du Janot Lapin français, qui « trott[e], fait tous ses tours » allégrement « [p]armi le thym et la rosée »16.

15Sans doute cette francisation des noms, relevant d’un syndrome de « lactification littéraire », renvoie-t-elle chez Thomarel à une aliénation culturelle profonde. La référence littéraire est en effet ici, plus qu’un signe de déférence, une marque d’allégeance. Elle traduit la volonté d’inscrire à toute force la tradition antillaise dans la prestigieuse lignée littéraire française. Leur travestissement fait en effet entrer les deux compères antillais en résonance avec Le Quart Livre de Rabelais auquel La Fontaine a lui-même emprunté le nom de Robin Mouton, ainsi qu’avec les fabliaux du Moyen Âge auxquels le personnage de Jean Lapin, cousin de Lièvre Couard, fait immanquablement songer ; d’ailleurs les noms attribués aux autres compères du conte, Alfred Éléphant, Charles Macaque et Claude Bouc, pastichent ceux du bestiaire des fabliaux : Noble le lion, Ysengrin le loup, Tibert le chat, ou encore le coq Chanteclair… tant et si bien que la geste de Lapin ici esquissée semble être une branche exotique du Roman de Renart.

  • 17 D. Thaly, Poèmes choisis, Tournai (Belgique), Casterman, 1976, p. 127 [Chants de l’Atlantique, Pari (...)

16La nomination apparaît comme le procédé singulier d’un pastiche discret, susceptible de souligner les liens culturels que les Antilles entretiennent avec la France. L’adaptation du conte créole répond ainsi à la volonté de Thomarel de mettre en valeur la filiation de la littérature orale antillaise avec le fonds culturel français et notamment sa littérature populaire. La première apparaît comme un avatar de la seconde qui l’aurait fortement influencée. C’est du moins ce qu’affirme Daniel Thaly, mentor de Thomarel, dans son poème « Conteurs martiniquais » : aux Antilles, assure-t-il, subsiste « l’esprit du fabliau » et le conteur « [d]ans son charmant récit évoquera Perrault » puisque « [a]ux “Isles”, on connaît Barbe-Bleue et Peau d’Âne » et que l’on peut entendre « Cendrillon raconté par un coupeur de cannes »17.

  • 18 Selon C. Moynac, la culture des Antillais ne doit rien à l’Afrique dans la mesure où l’esclavage a (...)
  • 19 I bid.
  • 20 M. Berté, Sous les filaos, Fort-de-France (Martinique), Imprimerie officielle, 1941 ; Nouveaux ombr (...)

17Le fonds occidental est présenté, par celui-là même qu’on honore – et c’est symptomatique – du titre de « prince des poètes » à l’instar de Ronsard, comme la seule origine, le modèle unique dont puisse se prévaloir la culture orale antillaise. C’est là une filiation que les intellectuels des premières décennies du xxe siècle aiment à rappeler, car elle sert le projet assimilationniste. Charles Moynac18, préfacier du recueil de contes de Magdeleine Schont, tient à prévenir le lecteur, dès ses premières lignes, que les contes créoles « ont été, en effet, empruntés à des sources étrangères : soit au fond inépuisable des légendes orientales, soit aux œuvres médiévales dont le Roman de Renart est le prototype »19. Quant à Marie Berté20, elle souligne cette filiation en traquant la moindre ressemblance entre les contes qu’elle a collectés et les fables de La Fontaine, les fabliaux du Moyen Âge ou les récits de Perrault. Les contes créoles ne semblent pouvoir être revendiqués que si l’on peut faire la preuve de leur filiation occidentale, quitte à forcer quelque peu les rapprochements et à soutenir des démonstrations fallacieuses.

  • 21 G. Monnerville, « Lettre-préface du 30 juillet 1951 », A. Thomarel, Les Mille et Un Contes antillai (...)

18Les nouvelles de Thomarel participent à ce remodelage scabreux qui doit souligner la forte proximité qu’il existe entre la culture antillaise et la culture française. Par leurs références à La Fontaine, « Un match » et « Le roi des ciriques » participent au projet politique tacitement poursuivi par l’ensemble du recueil : œuvrer en faveur de cette départementalisation si longtemps désirée et si récemment acquise, cette départementalisation encore si fragile en 1951, alors qu’on met sous presse. Et Gaston Monnerville d’applaudir à cet opuscule qui sert si bien les ambitions assimilationnistes : « Vous aurez bien mérité de notre petite Patrie que vous aurez contribué à mieux faire connaître donc à faire mieux aimer. »21 Le président du Conseil de la République ne saurait être en désaccord avec le principe qui a présidé à l’élaboration du recueil : la connaissance mène nécessairement à la reconnaissance et in fine à l’intégration dans la nation.

19C’est cette écriture paradoxale de dévoilement et d’aliénation de la culture créole qui, dès les années 1930, a exposé Thomarel à la vindicte des jeunes intellectuels antillais. On sait en effet combien les écrivains régionalistes furent vilipendés, confondus dans une même mulâtraille haïssable et pitoyable, miroir odieux d’une bourgeoisie locale décadente, compassée et complexée, dévouée corps et âme à la France assimilationniste, aliénée jusque dans ses productions littéraires. En effet, taraudés par leur désir de reconnaissance métropolitaine, ils manièrent une écriture toute d’extériorité, jetant sur eux-mêmes et leur culture le regard de l’autre : l’étranger, le métropolitain, l’Européen qui est le destinataire premier, le référent absolu, le juge implacable dont on espère l’aval pour que la culture antillaise ait droit de cité. La stratégie narratologique de Thomarel est à cet égard une mise en abyme extrêmement signifiante : c’est Youma, la nourrice au nom africain, qui est chargée de raconter les deux contes de Lapin à « Odile, la fille du maître [qui] ne sait plus quoi faire » (M, p. 29) et qui se délecte de ses aventures en « bat[tant] des mains » (p. 31).

20Cependant, Thomarel est moins radical que beaucoup de ses contemporains assimilationnistes. Si ses nouvelles mettent uniquement en avant leur prétendu substrat français, sa préface est plus ouverte. Bien qu’elle rende un hommage appuyé à la composante occidentale du peuplement antillais, elle ne nie pas les autres apports culturels qui l’ont fécondée :

  • 22 A. Thomarel, Les Mille et Un Contes antillais, ouvr. cité, p. 14.

Normands, Bretons Gascons, Phocéens, Africains cultivèrent le tabac, le cotonnier, la canne à sucre, puis le cacaoyer, le caféier, tout en luttant ensemble contre les ennemis de la France.
Puis, vers le milieu du dix-neuvième siècle, des travailleurs chinois et hindous furent introduits aux îles et appelés à ajouter le safran de leur peau au cocktail des races en brassage sous le ciel des Antilles.22

21Ce « brassage » ethnique – dont la violence, sous la plume de Thomarel, est à peine évoquée – aboutit à un brassage culturel, à l’origine du patrimoine oral antillais :

Et les rêves, les nostalgies, l’imagination de ces déracinés réunis en ces terres d’où émane une poésie intense, y ont renouvelé, repétri avec piment et sel attique, les vieux contes français, les légendes armoricaines et les légendes africaines. (Ibid.)

22Est ici timidement esquissée l’idée de la créolisation à l’œuvre dans les contes antillais, issus du maelström historique et de la mosaïque ethnico-culturelle qui en est résultée. Les nouvelles de Thomarel, tout entières occupées à la promotion de l’idéologie assimilationniste, n’intègrent pas cette réflexion liminaire et ne se font pas le miroir de cette culture kaléidoscopique vantée par le paratexte. En cela on peut sans doute considérer qu’elles sont la manifestation d’un véritable acte manqué.

23Cependant, en mêlant trame créole et personnel européanisé, elles amorcent – bien maladroitement, il est vrai – une réflexion sur le divers et la nécessaire prise en compte de l’oralité créole dans la littérature antillaise, que développera le mouvement de la créolité.

  • 23 P. Chamoiseau et R. Confiant, Lettres créoles, Paris, Gallimard, 1999, p. 118.
  • 24 J. Bernabé, P. Chamoiseau et R. Confiant, Éloge de la créolité, p. 16.

24Malgré leur sévérité à l’égard de Thomarel qu’ils classent, goguenards, parmi les « doudous mulâtres et poètes fignoleurs »23, les créolistes lui reconnaissent – comme à bien d’autres régionalistes – le mérite d’avoir « préserv[é] charge de mèches susceptibles de porter étincelles à nos obscurités »24. Cet hommage discret est la reconnaissance d’une filiation que la créolité évoque, à demi-mot.

25Or, une telle reconnaissance fait passer les régionalistes du statut de contre-modèle à celui, plus enviable, de modèle minoré. Une telle évolution dans sa réception permet d’espérer que cette littérature finira par sortir de l’ostracisme dans lequel l’a plongée son exaltation des modèles occidentaux. Il est effectivement important qu’elle réintègre le champ littéraire antillais, quelles que soient l’idéologie qu’elle porte et les réactions critiques qu’elle provoque.

26Loin de moi l’idée de vouloir réhabiliter l’œuvre de Thomarel aux innovations si timides. Il paraît pourtant dommageable, au nom de la critique, que ses textes ne soient plus lus, faute d’être réédités. Voire simplement édités. Si ses Mille et Un Contes antillais furent publiés à compte d’auteur – signe sans doute d’un désaveu de plus en plus exclusif – nombreux sont ses écrits à avoir disparu : Contes et paysages de la Martinique, Contes des Antilles, Cœurs meurtris, La Jolie Zaza, Amours et esquisses.

27La dureté des jugements qui accablent depuis les années 1930 les régionalistes a effectivement eu pour conséquence de rendre leurs œuvres, absentes des rayonnages des librairies et des bibliothèques, difficilement accessibles. Sans doute est-il temps de songer à une réédition des œuvres complètes des écrivains majeurs de ce mouvement littéraire si controversé, car l’accusation de mimétisme littéraire ne saurait priver la littérature antillaise d’une part d’elle-même.

Notes

1 A. Thomarel, Parfums et saveurs des Antilles, Paris, Ebener, 1935 ; Sous le ciel des Antilles. Regrets et tendresses, Châlons, Imprimerie de l’Union républicaine, 1936 ; Naïma, fleur du Maghreb, Casablanca, Antar éditions, 1949 ; Les Mille et Un Contes antillais, Casablanca, l’auteur ©, 356, rue de l’Aviation française, 1951 ; Nuits tropicales, Paris, Éditions du Scorpion, 1960.

2 E. Revert, La France d’Amérique. Martinique, Guadeloupe, Guyane, Saint-Pierre-et-Miquelon - Paris, Les Éditions maritimes et coloniales, 1955, p. 253.

3 D. Thaly, « Préface », A. Thomarel, Parfums et saveurs des Antilles, ouvr. cité, p. 8.

4 R. Maran, « Présentation de Thomarel André », retranscription de l’émission radiophonique « Au-delà des mers », Nuits tropicales, ouvr. cité, p. 10.

5 Héraut de la francité, André Thomarel le fut sans conteste et sa biographie est un modèle de dévotion à la France : né à Saint-Claude en Guadeloupe en 1893, il voua un amour absolu à la mère patrie, diffusant, en tant qu’instituteur puis directeur d’école, sa culture, se battant pour ses valeurs dans les tranchées de 14-18, luttant encore pour elle durant la Seconde Guerre mondiale avec tant de foi qu’il fut obligé de se réfugier à Casablanca pour échapper à la traque allemande. Après la guerre, ce sont encore les idées françaises qu’il défend en tant que journaliste dans la revue Nouvelles des Antilles et de la Guyane.

6 Voir R. Chauvelot, « Préface », A. Thomarel, Sous le ciel des Antilles, ouvr. cité, p. 6.

7 A. Thomarel, « Un match », Les Mille et Un Contes antillais, ouvr. cité, p. 29-32, désormais abrégé M ; « Le roi des ciriques », ibid., p. 33-36, désormais abrégé RdC.

8 Voir D. Paulme, La Mère dévorante, Paris, Gallimard (Tel), 1976.

9 Sorte de crabe.

10 F. Marbot, Les Bambous. Fables de La Fontaine, travesties en patois créole par un vieux commandeur, Martinique, Ibis rouge, 2002 [1846].

11 A. Thomarel, Les Mille et Un Contes antillais, ouvr. cité, p. 8.

12 A. Thomarel, « Calva et rhum », ibid., p. 67.

13 A. Thomarel, « Trésors cachés », ibid., p. 72.

14 J. de La Fontaine, « Le Berger et son troupeau », Les Fables, Paris, Garnier, 1962, livre IX, fable 19, p. 265.

15 Il fait auparavant l’objet d’une controverse dans « L’Aigle et l’Escarbot » (ibid., livre II, fable 8, p. 66-67) entre les deux personnages éponymes : le coléoptère se venge de l’affront de « la Princesse des Oiseaux » qui a enlevé dans ses serres « Maître Jean Lapin » à qui il avait pourtant donné asile.

16 J. de La Fontaine, « Le Chat, la Belette et le petit Lapin », ibid., livre VII, fable 15, p. 198-199.

17 D. Thaly, Poèmes choisis, Tournai (Belgique), Casterman, 1976, p. 127 [Chants de l’Atlantique, Paris, Garnier, 1928].

18 Selon C. Moynac, la culture des Antillais ne doit rien à l’Afrique dans la mesure où l’esclavage a détruit toute trace des civilisations originelles : « […] dans cette suite de récits, il n’y a rien qui se rapporte aux traditions ancestrales, rien qui révèle l’origine africaine. Tout a été importé, tout est venu du dehors, si bien que l’on se trouve en présence de groupements humains amenés à la Guadeloupe par la force et par la violence. Ces êtres malheureux n’ont pas été seulement arrachés au sol natal, dépouillés de leurs biens, mais aussi de leurs idées, de leurs traditions, de leur passé. Il ne peut y avoir de spoliation plus complète, et cette absence de tradition explique, mieux que toute autre, comment les populations Antillaises ont pu s’assimiler, sans réserve et d’une manière totale, notre langue, nos mœurs, notre civilisation » (C. Moynac, « Préface », M. Schont, Quelques contes créoles, publié à l’occasion du tricentenaire des Antilles par le gouvernement de la Guadeloupe et Dépendances, Basse-Terre, Guadeloupe, p. vii).

19 I bid.

20 M. Berté, Sous les filaos, Fort-de-France (Martinique), Imprimerie officielle, 1941 ; Nouveaux ombrages, Fort-de-France, Imprimerie officielle, 1944.

21 G. Monnerville, « Lettre-préface du 30 juillet 1951 », A. Thomarel, Les Mille et Un Contes antillais, ouvr. cité, p. 9.

22 A. Thomarel, Les Mille et Un Contes antillais, ouvr. cité, p. 14.

23 P. Chamoiseau et R. Confiant, Lettres créoles, Paris, Gallimard, 1999, p. 118.

24 J. Bernabé, P. Chamoiseau et R. Confiant, Éloge de la créolité, p. 16.

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search