Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books ENS Éditions Signes Littératures francophones Réflexions sur l’imitation : l’ex...

Littératures francophones

 | 
Lise Gauvin
, 
Cécile Van den Avenne
, 
Véronique Corinus
, 
et al.

Caraïbes et océan Indien

Réflexions sur l’imitation : l’exemple des fables créoles

Michel Beniamino

Texte intégral

Dans quelle mesure pourrait-on dire que l’écriture des fables créoles se fonde sur un désir de mettre en scène les manières de faire et les manières de dire des univers créoles ?
Sujet de la dissertation de CAPES de créole, mai 2002

1La problématique de cet ouvrage invite à réfléchir aux conditions d’existence des littératures de langue française. Comment coexistent-elles avec la littérature française qui constitue un des modèles privilégiés dont dispose l’écrivain pour sa création ? Et de quels modèles esthétiques peut-il s’agir du fait que l’inscription dans les textes d’un questionnement sociolinguistique implique souvent une revendication ou un refus de l’antériorité ? On voudrait ici introduire dans la réflexion la problématique des genres, car l’écrasante domination du roman dans nos considérations pourrait fausser la perspective.

2Tahar Ben Jelloun apporte un éclairage à ce type de questionnement. En 2009, dans un texte intitulé « Les enfants de Don Quichotte », il conclut :

  • 1 T. Ben Jelloun, « Les enfants de Don Quichotte », Supplément du Monde, no 20149, 5 novembre 2009, p (...)

Voilà pourquoi j’adore ce livre et pourquoi je le mets au-dessus de tout ce que j’ai lu, y compris Les Mille et Une Nuits, dont j’admire la technique de narration et la complexité des inventions mais dont je déplore parfois le contenu, notamment concernant les femmes et les minorités.1

3Pour l’auteur, le Don Quichotte est un livre « qui fonde le roman moderne de la littérature universelle », ce livre est une « maison ouverte, sans portes mais avec une multitude de fenêtres sans cadre, un territoire sans frontières, libre, accueillant… ». Ainsi, « (l)’héritage conscient ou non de Cervantès circule dans toute la littérature qui a fait rêver et qui a fait vivre et vibrer des millions de passionnés de littérature », ce pourquoi nous serions tous « enfants de Don Quichotte ».

4Derrière ce jugement littéraire se jouent sans doute d’autres enjeux, car la fable constitue :

  • 2 C. Vandendorpe, Apprendre à lire les fables. Une approche sémio-cognitive, cité dans V. Campion-Vin (...)

[…] une des machines textuelles les plus robustes qui aient été mises au point pour transmettre des messages. Et ses qualités en feront un médium intensément populaire. Mais cette efficacité a un prix : le schématisme, contre lequel la sensibilité moderne cultivée à tendance à se rebiffer.2

5Or ce n’est pas une mince affaire, car Umberto Eco a souligné le lien du schématisme avec la pensée réactionnaire :

  • 3 U. Eco, « James Bond : une combinatoire narrative », cité ibid., p. 137, note 65.

C’est l’esprit conservateur ancestral, dogmatique et fasciste, des fables et des mythes, qui transmet une sagesse élémentaire, construite et transmise par un simple jeu de lumières et d’ombres, et la transmet par des images indiscutables ne permettant pas la critique.3

6On l’aura compris, le « déclin » de la fable dans l’espace littéraire contemporain serait scellé par une condamnation politique allant des accusations radicales d’Eco au « politiquement correct » de Ben Jelloun : la fable, par essence, serait réactionnaire.

7Pourtant, il y a de quoi s’interroger tant l’universalité de celle-ci est en même temps d’une belle constance et tant elle continue à vivre une existence féconde : il y a eu 463 traductions de La Fontaine entre 1979 et 2005 selon l’Unesco, et ceci sans compter les créations…

8Je prendrais pour illustrer l’orientation de mon propos le simple exemple d’une fable que tout le monde connaît : « Le Loup et le Chien ». Est-il possible d’imaginer, pour nos modernes contempteurs de « l’esprit conservateur ancestral, dogmatique et fasciste, des fables et des mythes, qui transmet une sagesse élémentaire », ce que la traduction en créole d’une telle fable peut comporter de potentiellement dangereux pour l’ordre établi avant l’abolition de l’esclavage… Une petite histoire de la fable permettra donc peut-être de comprendre ce qui se joue derrière le sort du genre.

Un auteur hybride et ses continuateurs

  • 4 Voir C. Aslanov, « Quand les langues romanes se confondent… La Romania vue d’ailleurs », Langage &  (...)
  • 5 Voir H. Weinrich, Conscience linguistique et lectures littéraires, Paris, Maison des sciences de l’ (...)

9Parodies, pastiches et réécritures se confondent sans doute avec la littérature puisqu’on trouve une parodie de l’anglo-normand dès le Roman de Renart 4 . Pour qu’il y ait littérature, il faut que l’écrivain ait une conscience linguistique au sens que Weinrich a donné à ce terme5 et c’est elle seule qui rend possible parodie et pastiche.

  • 6 M. Hadjadj-Aoul, « Les Fables de La Fontaine et leurs sources orientales », Synergies Algérie, no 5 (...)

10Cela est plus complexe s’agissant de La Fontaine, présenté comme un maître incontesté de la fable, qu’il a élevée au rang d’« un genre littéraire poétique qui aura un succès retentissant ». La Fontaine, qui a fait de ses fables « une ample comédie aux cent actes divers » et qui dira qu’elles « sont un tableau où chacun de nous se trouve dépeint », passe pour « un psychologue et un moraliste satirique qui excelle à peindre les passions et les vices humains sous le couvert des animaux qu’il met en scène ». La fable est donc fiction, invention, voire mensonge même, mais un « mensonge » qui dit la vérité6. La Fontaine deviendra un modèle de perfection, et c’est avec lui qu’on rivalisera désormais. Et les commentateurs de gloser sur les genres littéraires comme des espèces biologiques, dont ils partageraient les métamorphoses, les apparitions et les éventuelles disparitions dans un processus quasi darwinien. Dans cette perspective, la mort d’un genre serait son parfait accomplissement et ne laisserait plus que la possibilité de le parodier.

11Pourtant, bien peu conscient d’avoir « assassiné la fable » en la portant à la perfection, La Fontaine avait invité les poètes à continuer l’œuvre commencée et, dit-il, « si mon œuvre n’est pas un assez bon modèle, j’ai du moins ouvert le chemin. D’autres pourront y mettre une dernière main ». Et, insiste-t-il :

  • 7 Cité par P. Lane, « Hors d’œuvre et chefs d’œuvre en littérature française. Textes et paratextes de (...)

Il arrivera possible que mon travail fera naître à d’autres personnes l’envie de porter la chose plus loin. Tant s’en faut que cette matière soit épuisée, qu’il reste encore plus de fables à mettre en vers que je n’en ai mis. J’ai choisi véritablement les meilleures, c’est-à-dire celles qui m’ont semblé telles. Mais outre que je puis m’être trompé dans mon choix, il ne sera pas difficile de donner un autre tour à celles-là mêmes que j’ai choisies, et si ce tour est moins long, il sera sans doute plus approuvé. (Préface de 1668)7

  • 8 « On voit nos différences, / Jamais nos ressemblances » (P. Coutant, « Le Chien et le Renard », L’H (...)

12Il sera entendu par les écrivains puisque (entre beaucoup d’autres) Jean Anouilh publia un recueil de 43 Fables en 1961 et, en 2007 encore, Pierre Coutant dans L’Homme affable fera paraître des fables d’une brûlante actualité8. On verra par la suite que la question de la fable, surtout si l’on s’extrait d’une vision occidentale, est davantage nuancée sinon différente.

  • 9 Voir J.-F. Perrin, « L’invention d’un genre littéraire au xviii e siècle. Le conte oriental », Féer (...)
  • 10 « Seulement je dirai, par reconnaissance, que j’en dois la plus grande partie à Pilpay, sage Indien (...)

13Il faut néanmoins le souligner que La Fontaine soit le modèle même de l’écrivain français est par certains côtés un paradoxe dans la mesure où il propose en fait une synthèse de courants liés à la fois à l’Occident et à l’Orient. Il est probable que l’hybridité est la seule manière de tenter d’aborder la définition de la littérature et que l’assimilation de la matière d’Orient est un aspect déterminant de l’histoire de la littérature française depuis le Moyen Âge jusqu’à nos jours9. Toute étude de la littérature doit donc être connectée, comme le disent les historiens. La diffusion des récits orientaux d’origine indo-persane est aujourd’hui bien documentée, qu’il s’agisse des fabliaux, de Boccace ou de Chaucer, de l’Arioste ou de La Fontaine. Les croisades sont passées par là… Les Fables de La Fontaine se présentent donc comme une sorte de creuset. On y retrouve Pilpay, auteur des Panchatantra, ces fables « sues de tous », qui lui fournirent une réserve importante d’histoires. Elles ne sont pas la seule source de l’auteur, mais ce dernier s’en réclame10 et précise dans sa préface de 1668 :

  • 11 En effet sur 87 fables, l’auteur en a emprunté 16 à l’Orient, 43 venant d’Ésope, de Phèdre et de le (...)

Après tout, je n’ai entrepris la chose que sur l’exemple, je ne veux pas dire des Anciens, qui ne tire point à conséquence pour moi, mais sur celui des Modernes. C’est de tout temps, et chez tous les peuples qui font profession de poésie que le Parnasse a jugé ceci de son apanage.11

  • 12 J.-F. Perrin, « L’invention d’un genre… », art. cité, p. 11.

14Les Fables de La Fontaine sont donc une sorte de synthèse de tout un faisceau de récits en circulation qui trouvent une forme adaptée au public visé et elles sont une alternative aux « antiquités gauloises » que Perrault revendiquait12. Mais à partir de cette étape commence une phase de dispersion qui est encore en cours…

  • 13 M. Piron, Anthologie de la littérature dialectale de Wallonie (poètes et prosateurs), Wavre, Mardag (...)

15La Fontaine qui souhaitait avoir des émules sera (d’abord ?) pris au mot dans les langues dites régionales : les fables vont faire florès dans les différents « patois » de France. La Fontaine va par exemple être traduit en gascon en 1776, en breton en 1836, en basque en 1852, en alsacien en 1879, en wallon à partir de 192813… Au vu des dates, ce mouvement semble majoritairement lié au provincialisme érudit qui domine au xix e siècle et, paradoxalement, en même temps à l’universalité et à la plasticité du genre :

  • 14 G. Fay, Préface à Fôves du Baron d’Fleuru d’Henri Pétrez, 3e recueil, 1950, [en ligne], [URL : http (...)

Les hommes sont de grands enfants : ils ont toujours aimé et ils aiment toujours qu’on leur raconte de belles histoires. […] Eh oui ! le pittoresque, le merveilleux, signes d’évasion, ont toujours séduit.14

  • 15 J. Sottiaux, Préface à Fôves du Baron d’Fleuru d’Henri Pétrez, 2e recueil, 1938, [en ligne], [URL : (...)

Cependant, chaque époque apporte avec elle ses qualités et ses vices. De là naissent des nuances.15

16Mais on aurait tort de se limiter à ces aspects : la traduction en picard est très vivace dans toutes les variantes de cette langue puisque dans une revue régionaliste de 2007 :

[…] pas moins de dix versions du « Corbeau et le renard » nous sont proposées en regard les unes des autres ! […] L’esprit picard, facétieux ne manque pas de retourner la morale aux dépens du renard. Ainsi chez Michel Fouquet (Querrieu), le renard meurt empoisonné par « éch maroéle matchi à z-artaises » […].16

  • 17 R. Queneau, Oulipo. La littérature potentielle, Paris, Gallimard, 1973. Voir la traduction de La Fo (...)
  • 18 Présentation de Ch’Lanchron, nos 105-106, déjà citée.

17On sait que Raymond Queneau, dans Oulipo. La littérature potentielle a appliqué à « La Cigale et la Fourmi » (devenue « La Cimaise et la Fraction ») la méthode S + 717. Mais l’oulipo picard se porte bien puisqu’un concours demande la plus courte fable en cette langue et que « le jeu à “l’tcheue leu leu” réunit une dizaine d’auteurs qui ont composé leur fable en incluant huit mots sélectionnés ». Et loin de s’enfermer sur la « petite patrie », le picard offre une centaine de fables dont certaines ont pour prétexte un conte africain ou une sagesse de Confucius18.

18Malgré tout, dans les études littéraires françaises on continuera à disserter sur « ce genre à l’origine mythique de l’humanité, selon les modes de l’épopée (les dons de Calliope, muse de la poésie épique) et de la fable (les mensonges d’Ésope) » dans le droit fil de la prétention à définir nos racines et notre littérature depuis la seule origine gréco-latine :

  • 19 P. Brunet cité par P. Lane, « Hors d’œuvre et chefs d’œuvre… », art. cité, p. 8-9.

[La] fable est moins un genre littéraire que l’origine même de toute expression littéraire, l’origine même de la littérature. Elle ne partage ce privilège qu’avec l’épopée. Et il importe que cet archaïsme soit immémorial. […] À cet archaïsme immémorial, originaire, est lié le caractère sacré, divin de la fable.19

19Et ainsi, « (n)aissance de l’humanité, enfance de chaque génération, la fable assure le nécessaire renouveau d’une permanence universelle » (ibid.).

Fables africaines : colonialisme et universalité

  • 20 Cité par J.-F. Perrin, « L’invention d’un genre… », art. cité, p. 15.

20L’histoire va heureusement se charger de mettre les choses au point. En effet, probablement au moment où commence la lutte contre l’esclavage des Africains noirs, va s’imposer une question pourtant évidente : si la fable est un genre universel, les peuples « primitifs » le possèdent-ils ? Certes, comme le dit Galland, « tous [les] peuples ont l’esprit poétique, fertile en inventions et en fictions »20, mais il parle des peuples orientaux. Qu’en est-il des Africains noirs ?

  • 21 Sur ce point, voir B. Mouralis, « Littératures africaines, oral, savoir », Semen.

21Pour l’Afrique, tout semble se jouer au moment du second empire colonial, à travers deux démarches quelque peu différentes. D’un premier point de vue, la fable permettra l’africanisation des contenus de l’enseignement21. Davesne et Gouin, auteurs d’une célèbre série de manuels à destination des élèves africains, Mamadou et Binéta, toujours édités d’ailleurs, donnent ainsi l’exemple d’une pratique que l’école de France tardera à adopter. Les auteurs, s’insurgeant contre les pratiques de récitation de l’école, expliquent ainsi leur méthode :

  • 22 Cité par B. Mouralis, ibid. ; je souligne. Les langues régionales étaient loin d’être aussi bien tr (...)

Nous faisions venir en classe un conteur africain qui, dans le dialecte local, racontait aux enfants avec sa mimique habituelle – si merveilleusement expressive – une fable du pays aussi vivante que possible. Les élèves redisaient la même fable avec les mêmes gestes, les mêmes intonations ; puis ils la lisaient ou la récitaient dans sa traduction française. Ils introduisaient alors aisément dans cette lecture ou cette récitation l’entrain, la malice, le « sens du théâtre » qui leur sont naturels.22

22Les fables feront de ce fait partie de la naissance de la littérature africaine. Le Sénégalais Birago Diop écrira les célèbres Contes d’Amadou Koumba, fortement influencés par La Fontaine. Au Gabon, le pionnier de la fable sera Mgr Jean-Jérôme Adam, auteur de deux recueils : Proverbes, devinettes et fables Mbédé (1971) et Fables et proverbes du Haut-Ogooué (1979). La passion pour la fable gagnera ensuite les écrivains gabonais.

  • 23 K. Aggarwal, « Présentation », baron Roger, Fables sénégalaises, Paris, L’Harmattan, 2008, p. viii.

23Avec ce dernier exemple on passe au second point, le rôle de l’ethnographie qui va jouer un rôle essentiel. Fables sénégalaises recueillies de l’ouolof et mises en vers français avec des notes destinées à faire connaître la Sénégambie, son climat, ses principales productions, la civilisation et les mœurs des habitants du baron Jacques-François Roger (1828) est encore considéré comme « un objet littéraire authentiquement africain récolté directement dans sa langue d’origine auprès des concepteurs indigènes »23, visant à les rendre accessibles au public français, et, par là, l’ouvrage s’oppose à l’idéologie dominante au fondement de la mission coloniale, selon laquelle l’Occident seul détient le monopole sur l’universalité des cultures humaines.

24L’ambiguïté réside bien sûr dans le fait que ces recherches sont liées à une entreprise de domination. Lorsque François Victor Equilbecq, administrateur-adjoint des colonies, publie en 1913 un Essai sur la littérature merveilleuse des Noirs suivi de contes indigènes de l’Ouest africain français, il est ainsi préfacé par Maurice Delafosse :

Pour bien connaître une race humaine, pour apprécier sa mentalité, pour dégager ses procédés de raisonnement, pour comprendre sa vie intellectuelle et morale, il n’est rien de tel que d’étudier son folklore, c’est-à-dire la littérature naïve et sans apprêts issue de l’âme populaire et nous la livrant dans sa nudité primitive. […] aujourd’hui comme au temps de La Fontaine, nous aimons tous et toujours à nous faire conter l’histoire de Peau d’Âne ; notre plaisir se double même d’une piquante sensation de curiosité lorsque c’est un nègre qui nous la conte, pourvu que ce nègre ait trouvé un interprète aussi averti que l’est M. Equilbecq.

25Mais Equilbecq, quant à lui, est clair sur ses objectifs :

  • 24 F. V. Equilbecq, Essai sur la littérature merveilleuse des Noirs, Paris, Ernest Leroux, 1913, [en l (...)

Au point de vue pratique, l’utilité de ces récits n’est pas moindre pour le fonctionnaire qui entend diriger les populations assujetties au mieux des intérêts du pays qui l’a commis à cette tâche. Il faut connaître celui que l’on veut dominer, de façon à tirer parti tant de ses défauts que de ses qualités en vue du but que l’on se propose. Ce n’est qu’ainsi qu’on parvient à s’assurer sur lui ce prestige moral qui fait les suprématies effectives et durables.24

La fable créole : palimpseste et oralité

  • 25 La tradition est cependant antérieure : au xviii e siècle des chansons et des poèmes sont écrits en (...)

26Pour en revenir au premier empire colonial français, la preuve de la dignité des langues créoles sera partout apportée en démontrant que, dans ces langues minorées, les écrivains peuvent faire aussi bien que La Fontaine25… Cependant, l’histoire littéraire locale a mis longtemps à accepter, et encore seulement du bout des lèvres, qu’il puisse s’agir d’autre chose que d’une sorte de pré-littérature. Pourtant le genre, s’il est sous-estimé en France, on a vu pourquoi, « est resté bien vivant en terre créole », car, comme « la chanson et la poésie, la fable est un genre littéraire proche de l’oralité. C’est cette tradition d’écriture qui a donné un premier élan à l’écrit en langue créole en général » :

  • 26 L. Goury, « L’écrit en Guyane : enjeux linguistiques et pratique sociale », Pratiques et représenta (...)

Cette pratique est celle de locuteurs natifs, dans un contexte où le contact avec le français semble servir de catalyseur (les auteurs écrivent en créole pour se différencier du français, pour afficher une identité créole, mais aussi pour concurrencer la langue des maîtres sur son propre terrain, tout en utilisant activement le code mis à disposition par la langue dominante).26

  • 27 A. Viatte, « Littérature d’expression française dans la France d’Outre-mer et à l’étranger », Histo (...)
  • 28 A. Viatte, La francophonie, Paris, Larousse, 1969, p. 74-75.

27Ces fables, au début, vont s’écrire dans un contexte où les caricatures du créole visent à le ramener à une sorte de « génie patoisant ». Dans les années 1950 encore, Viatte affirmait que le créole « se prête, comme beaucoup de patois, mais avec une douceur particulière, à l’expression de la tendresse naïve ou de l’humour, au conte ou à la chanson »27. Certes, « Les enthousiastes du créole voudraient aussi démontrer par des œuvres sa valeur littéraire », mais si « le créole a produit aussi, comme tous les dialectes ruraux, sa moisson de proverbes et de contes », les « usages plus savants » sont « compromis par l’extrême simplicité de la grammaire »28. Le créole reste donc « au niveau d’un dialecte régional, et les écrivains qui l’utilisent […] s’en servent à des fins pittoresques et folkloriques » (ibid., p. 80). Malgré ces affirmations, les classiques de la « périphérie » (ceux des Haïtiens par exemple) ne répondent pas à ce sombre pronostic : les Fables créoles de Sylvain sont en Haïti, autant que Compère général soleil, considérées comme des classiques.

  • 29 Les Essais d’un bobre africain sont réédités en 1831 et en 1869 sous le titre Le Bobre africain.

28L’histoire de la fable créole commence en 1822 quand François Chrestien fait paraître en créole mauricien les Essais d’un bobre africain, qui semble être la première « traduction créole » des fables29. On notera que celle-ci n’est pas mal placée dans l’histoire des traductions-adaptations de La Fontaine en langues de France…

  • 30 Les Fables créoles sont rééditées en 1848 sous le titre Esquisses africaines. Fables créoles et exp (...)

29À La Réunion, le premier ouvrage imprimé en 1828 est Fables créoles dédiées aux dames de l’île Bourbon qui fera l’objet de nombreuses rééditions30. Si Louis Héry n’est pas né à La Réunion, mais en Bretagne en 1801, il est aujourd’hui revendiqué par les créolistes :

  • 31 J.-C. Carpanin Marimoutou, « Le lieu et le lien : à propos de la littérature réunionnaise », Hermès(...)

On a trop tendance à dénigrer ce siècle et demi de textes qui va de Héry à Cheynet, sous prétexte qu’il s’agit là trop souvent de futilités où la langue créole serait mise en scène et moquée par les maîtres. Ce point de vue sociolinguistique et glottopolitique, pour lequel un texte n’est créole que dans la mesure où il assure la promotion de l’écrit créole et récuse la diglossie en s’éloignant le plus possible des modèles français, est un point de vue a posteriori qui ne tient guère compte du travail réel de l’écriture, de la relation de connivence instaurée entre lecteurs créolophones et du regard que l’écrivain porte sur sa langue. Les textes de Héry sont – par le fait même du passage à l’écriture d’une langue orale – une contestation active de la diglossie ; le créole est là – en acte – utilisé comme langue pour la littérature, elle n’est pas considérée comme une variante mineure ou dialectale du français, et s’instaure déjà là une littérarité créole qui va se rejouer sans cesse jusqu’aux poètes contemporains.31

30Quoi qu’il en soit, ces deux auteurs exposent pour la première fois dans les langues créoles les représentations qu’ils ont de leur espace : ces premières publications s’attachent à mettre en scène une vision de leur monde insulaire. Certes, « le traitement de la matière narrative et thématique diffère assez largement », les enjeux de ces publications ne sont pas identiques ; si les fables de Héry sont systématiquement situées dans l’espace réunionnais, les fables mauriciennes existent dans un univers flottant et imprécis :

  • 32 J.-C. Carpanin Marimoutou, cité par F. Hélias, « La poésie réunionnaise et mauricienne en langues c (...)

On aurait chez l’un une écriture de la fable à partir des pratiques du conte créole, chez l’autre une adaptation de la fable française pour un public franco-créole ; d’un côté un travail de créolisation, de l’autre des procédés de tropicalisation. […].32

31Chrestien et Héry inaugurent en tout cas une tradition indianocéanique qu’on retrouvera à La Réunion chez Étienne Azéma, Auguste Vinson, Ernest Cotteret, François Saint-Amand, Georges Fourcade… ; à Maurice chez Thomi Pitot ou Pierre Lolliot… Pour être complet, ajoutons qu’en 1929, Rodolphine Young publiera un recueil de fables. Ses Fables seychelloises sont le tout premier ouvrage littéraire en créole seychellois, aujourd’hui langue co-officielle de la République des Seychelles aux côtés de l’anglais et du français.

  • 33 Voir J.-P. Jardel, « De quelques emprunts et analogies dans les fables créoles inspirées de La Font (...)

32Dans la zone antillo-guyanaise, le mouvement est initié par la parution en 1846 du recueil du Martiniquais François-Achille Marbot intitulé Fables de La Fontaine, travesties en patois créole par un vieux commandeur. C’est le texte littéraire qui a connu le plus grand succès de toute l’histoire littéraire antillaise puisqu’il a bénéficié de sept rééditions, la dernière en 200233. Alfred et Auguste de Saint-Quentin publient en 1872 une Introduction à l’histoire de Cayenne suivie d’un recueil de contes, de chants et de fables.

  • 34 Il était enseignant de grec et de latin, ce n’est sûrement pas un hasard ! Roxanne E. Smith a recue (...)

33Il faut signaler enfin les fables créoles de Jules Choppin, le « La Fontaine des bayous », parues dans la presse louisianaise de l’époque34.

  • 35 Voir R. Saint-Éloi, Émergence de la poétique créole en Haïti, mémoire de maîtrise, Université Laval (...)
  • 36 Credo des Sang-Mêlé, ou Je veux chanter la France suivi de Fab’ compè Zicaque, Fort-de-France, Imp (...)
  • 37 R. Lafont, « Pour retrousser la diglossie », Lengas, no 15, 1984, p. 8.

34Mais c’est en 1901 que la revendication linguistique va émerger : Georges Sylvain (Haïti) fait paraître Cric ? Crac ! Fables de La Fontaine racontées par un montagnard haïtien et transcrites en vers créoles, recueil où, dès l’introduction, il entreprend un plaidoyer pour l’avènement d’une littérature créole35. Cette perspective sera reprise par l’Antillais Gilbert Gratiant dans Fab’ Compè Zicaque 36, un livre considéré en 1949 comme précurseur des efforts modernes vers l’écriture créole. Republié en 1958 et 1976 puis en 1996, il met face à face des poèmes créoles et français avec un avertissement au lecteur, révélateur d’une tentative de « retrousser la diglossie »37 :

  • 38 Cité par N. Schon, « Stratégies créoles. Étude comparée des littératures martiniquaise et guadeloup (...)

Le lecteur antillais n’aura guère besoin de la traduction, toujours affadissante, même si elle est parfois éclairante. Le métropolitain, lui, pourra commencer par la version française, mais il ne sera au cœur de l’affaire que grâce au créole.38

  • 39 Cité par Tontongi, « Déconstruire Édouard Glissant et René Depestre. Questions sur la “créolisation (...)

35Le texte de 1996 est en outre préfacé par Aimé Césaire qui dépeint Gratiant comme le « réinventeur » de la langue créole39.

  • 40 Il est prévu par les éditeurs que les créoles de la Dominique et de Sainte-Lucie participent aux pr (...)

36Il faudrait en outre pouvoir citer toutes les anthologies publiées dans le monde créole, comme Zayann, tome 1, Fables de La Fontaine adaptées en créole guadeloupéen par Sylviane Telchid et Hector Poullet en 2000 et, de ces mêmes auteurs, Zayann, tome 2, Fables de La Fontaine et d’Ésope. Français/Créoles en 2002, fables adaptées en quatre créoles de la Caraïbe : le guyanais, le guadeloupéen, le haïtien, et le martiniquais40, une publication « en multicréole » selon les promoteurs de l’entreprise.

La fable, un genre glocal ?

  • 41 Cité par J.-L. Vallin, « Réécritures latines des fables ésopiques », Journées d’octobre de la CNARE (...)
  • 42 Voir E. Affidi, « L’action culturelle d’Émile Vayrac au Tonkin : vulgariser la pensée française par (...)

37Pour sacrifier à la postmodernité, on pourrait qualifier la fable de genre glocal. Certes, la fortune de la fable renvoie à une pratique scolaire à la fois multiséculaire et peut-être universelle. Dès L’Institution oratoire, Quintilien (entre 30-35 et 95 ap. J.-C. ?) conseillait d’entraîner les élèves « à rompre les vers, ensuite à remplacer les mots par des équivalents, puis à procéder à une paraphrase plus libre, où il leur est permis d’abréger ou d’embellir ici ou là, tout en respectant la pensée du poète »41. Et la fable se retrouve donc dans les programmes, avec une belle constance, depuis l’agrégation interne de lettres modernes jusqu’au primaire. Cela la dessert sans doute : la fable sert de prétexte à des exercices scolaires. D’autant que les fables de La Fontaine sont devenues sous la Troisième République une sorte de « catéchisme laïc », de morale humaniste devant accompagner chaque petit Français sa vie durant42. Et en effet, pour certains :

  • 43 P. Renault, « Fable et tradition ésopique », Folia electronica classica.

La fable est l’une des plus commodes et des plus charmantes trouvailles littéraires à finalité éducative. À travers la narration d’une historiette alerte et cocasse qui se termine généralement par une leçon morale, elle a pour visée d’inciter à la réflexion en vue de corriger et d’améliorer les comportements humains.43

38Mais c’est là un point sur lequel se révèle l’incurable européocentrisme de certaines analyses, car comme chacun le sait les animaux ne parlent pas dans la réalité, le langage étant le propre de l’homme. Le bestiaire de la fable serait ainsi limité :

[…] à quelques espèces typiques, celles que l’on rencontrait habituellement en Grèce et en particulier en Asie mineure, lieu de naissance supposée de la fable grecque. […] Bien entendu, les personnages animaliers de la fable sont des archétypes des qualités, des défauts ou des fonctions propres à l’humanité. (I bid. ; je souligne)

  • 44 Voir A. Ouhadi-Richardson et J. Deunff (dir.), Les fables de La Fontaine. Tho Ngu Ngôn – La Fontain (...)

39En ce sens, l’adaptation de la fable pourrait être comprise comme une simple traduction culturelle, comme dans le cas du vietnamien. N. Văn Vĩnh fut contraint dans ses traductions de remplacer le lion par le tigre, animal vénéré des Vietnamiens. De même, il ne parvint pas à traduire la fable « Le dragon a plusieurs têtes et le dragon a plusieurs queues », fable difficilement traduisible dans la mesure où loin d’être un mal, le dragon est dans l’imaginaire vietnamien un symbole de puissance positif.44

40Mais ces considérations sont insuffisantes, car la tradition de l’animal-satire est très vivace, que ce soit dans la littérature avec Ionesco et Rhinocéros, Orwell et La Ferme des animaux ou dans la chanson avec Les loups sont entrés dans Paris de Serge Reggiani, mais aussi dans la peinture. On pourrait multiplier à l’infini les exemples.

41De plus le genre de la fable apparaît en zone créole dans le premier quart du xixe siècle dans le sillage des conceptions romantiques qui pouvaient fournir à une langue minorée l’occasion d’accéder à l’écrit, fût-ce de façon expérimentale. Le dominé, pour les besoins de la littérature, peut être une figure du « bon sauvage », l’un des fondements de la culture populaire profonde, celle du « folklore ». Néanmoins, la fable marque l’émergence d’une problématique opposant la tradition à la modernité. Elle permet par exemple d’opposer les procédures d’imitation positive et, d’autre part, les dérives du mimétisme condamné aux Antilles sous la forme du doudouisme comme une marque d’aliénation, préjudiciable à la construction de l’identité des sociétés créoles, et de tenter de déterminer une perspective originale.

42Cela se remarque en particulier dans le rapport que l’écrivain entretient dans son projet littéraire avec l’oralité et qui est constitutive d’une grande partie des littératures francophones. L’écrivain peut publier un recueil de contes ou un texte emprunté au monde de la littérature orale, mais si l’auteur semble s’effacer derrière un contenu qu’il se limiterait à transmettre, il s’agit bien sûr d’un artifice. Dans le cas de la fable, la perspective est différente, car le désir d’autochtonie implique la prise en charge de « tout ce qui peut permettre la constitution du lieu et la création du lien ». Le travail de Héry en 1828 est plus qu’une traduction culturelle, car elle prend en compte des formes déjà présentes dans l’île de la narrativité créole :

  • 45 J.-C. Carpanin Marimoutou, « Le lieu et le lien… », art. cité, p. 138.

[…] la communication littéraire est, ici, toujours surcodée et fonctionne au moins à deux niveaux, celui du texte d’Héry, celui de la narration mise en scène où se met en place la figure, à partir des fables, du conteur créole ; où l’écrit venant de la longue tradition écrite des fables se construit dans un dialogue avec l’oralité du narratif créole. Mais en même temps, c’est bien le rapport au lieu qui détermine la dialectique intégration / exclusion / transformation : ce sont les restes qui fondent le lieu à partir duquel peut se penser le lien, autant le lien social que le lien à tout ce qui vient d’ailleurs, fantasmé ou non, et à partir de quoi le texte retravaille pour penser à nouveau, dialectiquement, le lieu.45

43En outre, la fable n’est pas un genre comme les autres du fait qu’elle possède une moralité qui fait sens dans une situation donnée. Chez Marbot comme chez Young, le message sera celui du pouvoir esclavagiste. Dans la fameuse fable intitulée « Le Loup et le Chien » on sait que le loup refuse de continuer à suivre le chien, car pour lui, la liberté n’a pas de prix. Chez Marbot, la fable suit le même parcours narratif, mais lorsqu’on arrive à la fin du texte, le fabuliste créole indique :

  • 46 F. Marbot, Les bambous, Matoury (Guyane), Ibis rouge (Guide CAPES créole), 2002 [1846], p. 60. La t (...)

Loup–la té ni yon mauvais sentiment :
Sèvi Béké pli bon
Passé allé marron
Pou vive dans bois évec serpent.
Et obligé allé volé
Pou mangé,
Sa pa lavie pou yon chritien.46

44Marbot transpose la fable « Le Loup et le Chien » à la réalité antillaise : le loup représente le Nègre marron, le chien, au contraire, symbolise le Nègre d’habitation, le bon Nègre chrétien…

45Cependant au-delà de l’imitation, fondatrice d’une tradition littéraire, les fabulistes créoles, au-delà de leur idéologie politique, participent de l’émergence d’une poésie en langue créole :

  • 47 D. Hermont, « La fable comme topique de la sphère culturelle créole », La fable créole, J. Bernabé (...)

[…] l’imitation n’est pas nécessairement le tombeau de la pensée et de l’imaginaire. […] La fable s’avère alors être le soubassement architectonique et archéologique des textes contemporains émis tant en langue créole qu’en langue française.47

46Car, restant proche de l’oralité, porteur d’une moralité accessible au plus grand nombre, jouant sur tous les registres de l’humour, ce genre a été une étape essentielle de l’accès du créole à la souveraineté scripturale.

47On peut bien sûr s’interroger sur les raisons qui expliquent la prévalence dans la fable de cette dimension intertextuelle qui semble caractéristique de ses origines et de son destin depuis La Fontaine. On peut soutenir que son succès relève de la brièveté qui la caractérise et qui implique l’idée d’une économie de moyens, c’est-à-dire d’une capacité à produire le contenu le plus dense pour la forme la plus mince. Et ce sont peut-être cette brièveté et sa capacité à produire du sens qui expliquent que le genre le plus prégnant et le plus exploité dans le monde créole est aussi le genre le plus soumis à la réécriture, donc à l’intertextualité. Il semble qu’il y ait congruence entre créolisation et intertextualisation.

Notes

1 T. Ben Jelloun, « Les enfants de Don Quichotte », Supplément du Monde, no 20149, 5 novembre 2009, p. 12.

2 C. Vandendorpe, Apprendre à lire les fables. Une approche sémio-cognitive, cité dans V. Campion-Vincent, « Quelques légendes contemporaines antiracistes », Réseaux, vol. 13, no 74, 1995, p. 137, note 64.

3 U. Eco, « James Bond : une combinatoire narrative », cité ibid., p. 137, note 65.

4 Voir C. Aslanov, « Quand les langues romanes se confondent… La Romania vue d’ailleurs », Langage & société, no 99, 2002, p. 9-52.

5 Voir H. Weinrich, Conscience linguistique et lectures littéraires, Paris, Maison des sciences de l’homme, 1989.

6 M. Hadjadj-Aoul, « Les Fables de La Fontaine et leurs sources orientales », Synergies Algérie, no 5, 2009, p. 243-250.

7 Cité par P. Lane, « Hors d’œuvre et chefs d’œuvre en littérature française. Textes et paratextes des xvii e et xviii e siècles », Journal of Language and Culture. Language and Information, p. 13.

8 « On voit nos différences, / Jamais nos ressemblances » (P. Coutant, « Le Chien et le Renard », L’Homme affable, Pollestres, TDO, 2007, livre VIII, fable 7).

9 Voir J.-F. Perrin, « L’invention d’un genre littéraire au xviii e siècle. Le conte oriental », Féeries, p. 9-27.

10 « Seulement je dirai, par reconnaissance, que j’en dois la plus grande partie à Pilpay, sage Indien. Son livre a été traduit en toutes les langues […]. Quelques autres m’ont fourni des sujets assez heureux » (La Fontaine, Fables, édition de 1678, livre VII, Avertissement).

11 En effet sur 87 fables, l’auteur en a emprunté 16 à l’Orient, 43 venant d’Ésope, de Phèdre et de leurs descendants, 5 des conteurs du Moyen Âge et du xvi e siècle comme Bonaventure des Périers, 4 du père Poussines (P. Bornecque, La Fontaine fabuliste, Paris, CDU/SEDES, 1975, p. 68).

12 J.-F. Perrin, « L’invention d’un genre… », art. cité, p. 11.

13 M. Piron, Anthologie de la littérature dialectale de Wallonie (poètes et prosateurs), Wavre, Mardaga, 1979.

14 G. Fay, Préface à Fôves du Baron d’Fleuru d’Henri Pétrez, 3e recueil, 1950, [en ligne], [URL : http://bogros.blogspot.com/2008/03/henri-ptrez-1886-1967_21.html], consulté le 3 avril 2012.

15 J. Sottiaux, Préface à Fôves du Baron d’Fleuru d’Henri Pétrez, 2e recueil, 1938, [en ligne], [URL : http://bogros.blogspot.com/2008/03/henri-ptrez-1886-1967.html], consulté le 3 avril 2012.

16 Présentation de Ch’Lanchron, nos 105-106, mars 2007, [en ligne], [URL : http://lanchron.fr/ChL105.htm], consulté le 3 avril 2012.

17 R. Queneau, Oulipo. La littérature potentielle, Paris, Gallimard, 1973. Voir la traduction de La Fontaine en verlan par Yak Rivais, Les Contes du miroir, 1988, [en ligne], [URL : http://expositions.bnf.fr/contes/pedago/chaperon/intertexte.htm], ou encore le site d’un slameur de fables, [URL : http://nedelec-fables.over-blog.com/], consultés le 6 décembre 2009.

18 Présentation de Ch’Lanchron, nos 105-106, déjà citée.

19 P. Brunet cité par P. Lane, « Hors d’œuvre et chefs d’œuvre… », art. cité, p. 8-9.

20 Cité par J.-F. Perrin, « L’invention d’un genre… », art. cité, p. 15.

21 Sur ce point, voir B. Mouralis, « Littératures africaines, oral, savoir », Semen.

22 Cité par B. Mouralis, ibid. ; je souligne. Les langues régionales étaient loin d’être aussi bien traitées en métropole à cette date…

23 K. Aggarwal, « Présentation », baron Roger, Fables sénégalaises, Paris, L’Harmattan, 2008, p. viii.

24 F. V. Equilbecq, Essai sur la littérature merveilleuse des Noirs, Paris, Ernest Leroux, 1913, [en ligne], [URL : http://www.gutenberg.org/files/15458/15458-8.txt], consulté le 3 avril 2012.

25 La tradition est cependant antérieure : au xviii e siècle des chansons et des poèmes sont écrits en créole par des Blancs créoles, des Békés de Saint-Domingue, dont le fameux « Lisette quitté la plaine » (1754) de Duvivier de La Mahautière écrit sous forme de sonnet à la manière de Ronsard et de Du Bellay.

26 L. Goury, « L’écrit en Guyane : enjeux linguistiques et pratique sociale », Pratiques et représentations linguistiques en Guyane. Regards croisés, I. Léglise et B. Migge éd., 2007, p. 73-86, [en ligne], [URL : http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/28/14/78/PDF/Ecriture-juillet2005.pdf], consulté le 6 décembre 2009.

27 A. Viatte, « Littérature d’expression française dans la France d’Outre-mer et à l’étranger », Histoire des littératures, t. 3, R. Queneau éd., p. 1392.

28 A. Viatte, La francophonie, Paris, Larousse, 1969, p. 74-75.

29 Les Essais d’un bobre africain sont réédités en 1831 et en 1869 sous le titre Le Bobre africain.

30 Les Fables créoles sont rééditées en 1848 sous le titre Esquisses africaines. Fables créoles et exploration dans l’intérieur de l’île Bourbon, puis en 1856 sous le titre Nouvelles esquisses africaines et en 1883 : Esquisses africaines.

31 J.-C. Carpanin Marimoutou, « Le lieu et le lien : à propos de la littérature réunionnaise », Hermès, nos 32-33, 2002, p. 136.

32 J.-C. Carpanin Marimoutou, cité par F. Hélias, « La poésie réunionnaise et mauricienne en langues créoles : entre proximité et éloignement », Revue de littérature comparée, no 318, 2006, p. 237.

33 Voir J.-P. Jardel, « De quelques emprunts et analogies dans les fables créoles inspirées de La Fontaine. Contribution à l’étude des parlers créoles du xix e siècle », Études créoles, vol. VIII, nos 1-2, 1985, p. 213-225.

34 Il était enseignant de grec et de latin, ce n’est sûrement pas un hasard ! Roxanne E. Smith a recueilli pour la première fois tous les poèmes en français et les fables en créole de Jules Choppin dans Fables et rêveries, Shreveport, Éditions Tintamarre, 2004.

35 Voir R. Saint-Éloi, Émergence de la poétique créole en Haïti, mémoire de maîtrise, Université Laval, 1999, [en ligne], [URL : http://.collections.canada.gc.ca/obj/s4/f2/dsk1/tape9/PQDD 0009/MQ42008.pdf], consulté le 6 décembre 2009.

36 Credo des Sang-Mêlé, ou Je veux chanter la France suivi de Fab’ compè Zicaque, Fort-de-France, Imprimerie du Courrier des Antilles, 1949.

37 R. Lafont, « Pour retrousser la diglossie », Lengas, no 15, 1984, p. 8.

38 Cité par N. Schon, « Stratégies créoles. Étude comparée des littératures martiniquaise et guadeloupéenne », Glottopol. Revue de sociolinguistique en ligne, no 3, janvier 2004, p. 134, [en ligne], [URL : http://www.univ-rouen.fr/dyalang/glottopol], consulté le 3 avril 2012.

39 Cité par Tontongi, « Déconstruire Édouard Glissant et René Depestre. Questions sur la “créolisation” », Tanbou/Tambour, printemps 2003, [en ligne], [URL : http://www.tanbou.com/2003/summer/GlissantEtDepestre.htm], consulté le 6 décembre 2009.

40 Il est prévu par les éditeurs que les créoles de la Dominique et de Sainte-Lucie participent aux prochaines publications.

41 Cité par J.-L. Vallin, « Réécritures latines des fables ésopiques », Journées d’octobre de la CNARELA, Valenciennes, 29 octobre 2007, [en ligne], [URL : http://www.cnarela.fr/Portals/0/Pdf/ZValenciennesXP.pdf], consulté le 6 décembre 2009.

42 Voir E. Affidi, « L’action culturelle d’Émile Vayrac au Tonkin : vulgariser la pensée française par la littérature », J. Weber (dir.), Littérature et histoire coloniale, Paris, Les Indes savantes, 2005, p. 327-363.

43 P. Renault, « Fable et tradition ésopique », Folia electronica classica.

44 Voir A. Ouhadi-Richardson et J. Deunff (dir.), Les fables de La Fontaine. Tho Ngu Ngôn – La Fontaine, Paris, Adaly/L’Harmattan, 2009, 162 p.

45 J.-C. Carpanin Marimoutou, « Le lieu et le lien… », art. cité, p. 138.

46 F. Marbot, Les bambous, Matoury (Guyane), Ibis rouge (Guide CAPES créole), 2002 [1846], p. 60. La traduction de Young est proche : « Loulou la ti kalkil mal ; sèvi ou bouzwa pli bon ki mawon ek zanimo dan bwa, / Bizwen al koken pou manzé. Sa pa en la vi pou en krétien fer sa » , [en ligne], [URL : http://www.moutraykreyol.org/OMG/pdf/fables_creoles_seychelloises.pdf], consulté le 15 juin 2012.

47 D. Hermont, « La fable comme topique de la sphère culturelle créole », La fable créole, J. Bernabé éd., Martinique, Ibis rouge (Guides du CAPES de créole), 2001, [en ligne], [URL : http://www.potomitan.info/atelier/fable.php], consulté le 6 décembre 2009.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search