Version classiqueVersion mobile

Curiosité et Libido sciendi de la Renaissance aux Lumières

Objets – Fictions – Images

Les livres de secrets dans la littérature de colportage

Lise Andries

Texte intégral

1Il sera question d’ouvrages qui occupent une place un peu particulière dans le champ littéraire, c’est-à-dire des livres de la Bibliothèque bleue, une collection de livres bon marché issus, pour la plupart, d’éditions de la Renaissance et vendus principalement par les colporteurs dans la France des xviie et xviiie siècles. Parmi ces livres qui abordent toutes sortes de domaines, des recueils de chansons aux romans en passant par les ouvrages de dévotion et les vies de saints, il existe un secteur associé aux savoirs pratiques, que je me propose de présenter ici car il me semble entretenir avec la curiosité une relation bien spécifique.

2Ces « livres pratiques » (appelons-les ainsi par commodité même si la formule n’est pas totalement satisfaisante) comprennent des manuels de cuisine et de médecine, des ouvrages de botanique et de jardinage et d’intéressants recueils de recettes intitulés les Secrets des secrets de nature et le Bâtiment des recettes. On pourrait joindre à cette catégorie de livres les almanachs vendus par les éditeurs de la Bibliothèque bleue, qui comportent, en général, des pages de conseils pratiques. Tous ces ouvrages, tirés de diverses compilations le plus souvent anonymes, ne semblent prendre, a priori, aucune distance par rapport au savoir et ne s’interrogent pas davantage sur le désir d’apprendre. Ils se présentent de manière fragmentée comme des textes destinés à être consultés en vue d’apprentissages pratiques, dans un cadre professionnel ou domestique.

3Avant de tenter de montrer qu’ils répondent pourtant à des formes d’exposition des connaissances qui relèvent de la libido sciendi, ou du moins de certains types de relation au savoir, j’aimerais en présenter d’abord rapidement l’origine et le contenu car ces textes enfouis dans les bibliothèques, peu connus et difficilement accessibles, sont à leur manière des « curiosités ». Les Secrets des secrets et le Bâtiment des recettes, auxquels on peut ajouter deux livres de magie, Le Grand Albert et Le Petit Albert, rassemblent dans le désordre, des secrets de métier comme ceux du doreur, du dominotier, du graveur, du métallurgiste et du teinturier, des « arts domestiques » liés, par exemple, à la conservation des aliments et aux soins du corps, des tours d’illusionnisme et des formules de magie. Ils enseignent une maîtrise du monde et des objets qui englobe à la fois les savoirs empiriques et les formes occultes de pouvoir sur les choses sans établir de césure. Beaucoup de ces recettes répondent aussi à des nécessités concrètes qui concernent la vie quotidienne dans une société d’Ancien Régime où les biens de consommation sont encore, pour la plupart, confectionnés à domicile. Ainsi apprend-on, dans ces ouvrages, à fabriquer de la lessive, de la colle, des médicaments, des produits de beauté mais aussi des philtres d’amour et des poisons.

4L’origine de ces recettes est très ancienne. Elles s’inspirent d’une culture pratique qui remonte à l’Antiquité et, en particulier, à la médecine d’Hippocrate et de Galien fondée sur la doctrine des tempéraments. Ce sont des compilations médiévales qui ont joué la fonction de relais entre ces savoirs de l’Antiquité et les textes imprimés de la Renaissance. On trouve ainsi dans Le Livre des simples médecines de Platearius et dans Le Livre des secrets des vertus des herbes, pierres et bêtes d’Albert le Grand, qui datent tous deux du xiie siècle, nombre des remèdes présents dans la Bibliothèque bleue. D’ailleurs le titre même du Secret des secrets est emprunté à un original arabe du ixe siècle attribué à Aristote, le Secretum secretorum, recueil de connaissances diverses, astrologiques, médicales, diététiques, etc. Quant aux ouvrages de la Renaissance utilisés directement par les éditeurs de colportage, ce sont principalement le Bâtiment des recettes, publié en 1544 et traduit d’un original italien paru quelques années plus tôt, l’Histoire générale des plantes de L. Fuchs, et les Secrets d’Alexis Piémontais, énorme compilation de près de 900 pages dans laquelle la Bibliothèque bleue a beaucoup puisé, et qui propose aux lecteurs des formules de « médecins, onguents et pommades, eaux odoriférantes, confitures, sirops, teintures, métaux et autres secrets des métiers ». Ces Secrets d’Alexis Piémontais ont pour véritable auteur un médecin italien nommé Girolamo Ruscelli qui dédia son livre en 1536 à la République de Venise. Il faut souligner d’ailleurs le rôle essentiel de l’Italie au xvie siècle à la fois pour la transmission des savoirs traditionnels et pour l’élaboration d’une nouvelle culture technique. Les recueils de recettes de la Bibliothèque bleue, inspirés de ces ouvrages qu’ils abrègent impitoyablement, seront réédités jusqu’à la fin du xixe siècle sans modifications notables.

  • 1 Pratiques de la lecture, R. Chartier éd., Paris, Éditions Rivages, 1985 ; L. Andries, La Bibliothèq (...)
  • 2 M. de Certeau, L’Invention du quotidien, Paris, Gallimard, Folio, 1990, p. 125.

5On peut donc faire d’emblée deux remarques : d’une part les savoirs transmis dans la Bibliothèque bleue sont des savoirs anciens qui s’inscrivent dans le très long terme, d’autre part leur exposition se fait de façon fragmentaire et sous la forme de compilations. Je voudrais montrer que le genre même de la compilation induit certains types de lecture et, partant, certains types de relations au savoir, bien que ce savoir, dans les livres pratiques, soit pluriel et hétéroclite et relève plutôt des savoir-faire. Il me semble que surgit ici, de façon centrale, la figure de l’autodidacte. Les recherches les plus récentes sur la Bibliothèque bleue1 montrent que son public, aux xviie et xviiie siècles, était « interclasses » mais que la collection visait d’abord ceux qui étaient à l’écart des circuits officiels de la Librairie, c’est-à-dire les artisans et les habitants des campagnes, et toute une catégorie intermédiaire de lecteurs semi-alphabétisés. Les compilations, justement, sont une écriture du discontinu qui appellent une lecture, elle-même discontinue, autorisant toutes les lenteurs et les hésitations du déchiffrement. Les ouvrages pratiques de la Bibliothèque bleue, la manière dont ils répondent à un désir de savoir me semblent donc relever d’une temporalité particulière qui serait à la fois une temporalité du moment, du geste, de l’événement, et une temporalité lente, ouverte aux différents rythmes d’acquisition du savoir, aux différents niveaux d’alphabétisation et de compétence. Les ouvrages sont des guides que l’on consulte, des recueils dont on mémorise telle formule choisie ; ils manifestent une mémoire de l’occasion, « dont les connaissances sont indétachables des temps de leur acquisition et en égrènent les singularités2 », ainsi que le dit Michel de Certeau dans L’Invention du quotidien et il ajoute, les inscrivant dans un espace anonyme et communautaire : « Comme celui des poètes et des peintres, le savoir-faire des pratiques journalières ne serait connu que par l’interprète qui l’éclaire dans son miroir discursif, mais qui ne le possède pas non plus. Il n’est donc à personne. Il circule de l’inconscience des pratiquants à la réflexion des non-pratiquants sans relever d’aucun sujet. C’est un savoir anonyme et référentiel. »

  • 3 Le Cuisinier François, Enseignant la maniere d’apprêter et assaisonner toutes sortes de viandes gra (...)

6On peut, en outre, émettre l’hypothèse que ces ouvrages, dont une partie importante est consacrée aux secrets de métiers, relèvent du monde professionnel. Certains s’adressent explicitement à ce public comme le Cuisinier français de La Varenne qui dit dans sa préface : « Chérissant particulièrement ceux de ma profession, j’ai pensé leur devoir faire cas de si peu que j’en sai, & les délivrer de cette peine3. » Mais beaucoup de recettes concernent aussi l’espace domestique : les innombrables recettes de lessives, de teintures, de produits de beauté, de crèmes à confectionner soi-même pour cacher les rides, pour éclaircir les mains brunies dans les travaux des champs, etc. doivent être interprétées dans ce sens. Celles-ci s’adressaient sans doute davantage aux usagers ordinaires, et plus précisément au lectorat féminin qu’à des gens de métier. Ces textes où se succèdent, à longueur de pages, de courts paragraphes de recettes, ressemblent, dans leur présentation typographique, aux manuscrits rassemblés naguère dans certaines familles artisanes et populaires, où l’on collectait, copiait, découpait dans des cahiers telle information lue ou entendue. On peut les rapprocher également d’une pratique pédagogique en usage dans les couvents du xviiie siècle, où l’on enseignait aux jeunes pensionnaires comment constituer, au fil de leurs lectures, des florilèges d’histoires morales. Usage dont on trouve encore la trace au xxe siècle chez les lectrices populaires du Petit Journal, qui découpaient les pages du feuilleton et les cousaient pour les réunir ensuite en volume.

  • 4 Secret des secrets de nature, Épinal, Pellerin, p. 41.

7Le Secret des secrets de nature propose ainsi de façon disparate des formules pour la « Fixation du soufre », un « onguent pour attirer les truites », une recette pour « Faire croître la salade promptement » et « Pour faire qu’une chandelle puisse brûler sous l’eau », tout cela successivement et sur la même page4. Il témoigne, par le recours à cette mosaïque de formules juxtaposées, d’une appropriation du savoir semblable au patchwork et au bricolage. Ces procédés s’apparentent aussi à la culture orale, dont les modes de transmission se fondent sur l’accumulation et la mémorisation, surtout lorsqu’il s’agit des savoir-faire. On peut d’ailleurs se demander si les formules stéréotypées du conte oral, qui fonctionnent un peu comme un mécano et se combinent au gré de l’invention du conteur, ne procèdent pas d’une formalisation proche de celle des catalogues de recettes écrites.

8 Un autre procédé auquel recourent les livres de la Bibliothèque bleue est celui de la liste, qui redouble évidemment l’effet de juxtaposition des compilations. La liste, comme la compilation, me semble liée elle aussi à des procédés d’apprentissage et à un rapport particulier aux savoirs, qu’elle les induise ou qu’elle y réponde. Voici, par exemple, la liste extraordinaire que propose Le Véritable Jardinier universel de 1678 pour les différentes espèces de pommes :

« Il ne faut faire pousser que bonnes pommes qui sont Passe-pomme blanche hastive, au commencement d’aoust, Passe-pommes cottelée, Calville d’Esté, Rambourg blanc, Rambourg rouge, Cousinette, Pomme violette, Pomme de Neige, Calville blanc, Calville rouge, Pomme d’Apict, Renette blanche, Meilleure Renette rousse, Renette toute grise, Petit Cour-pendu gris, Cour-pendu vermeil, gros Cour-pendu bedeau, Francatu, Pomme-Poire, Chataignu. »

9La liste, comme l’inventaire ou le plan, sert simultanément à nommer les choses et à proposer des guides pour l’action – ici, cultiver notre jardin. Il en est de même pour les chronologies et le calendrier, partie constitutive des almanachs, qui visent à maîtriser le temps. Ce sont à la fois des repères pour agir et des taxinomies d’autant plus maniaques que le monde semble échapper à la connaissance.

  • 5 Cambridge, Cambridge University Press, 1977.
  • 6 Ibid., p. 80 et p. 96.

10Ce procédé est très ancien. Jack Goody a montré dans The Domestication of the Savage Mind5 que la liste est la première forme textuelle des sociétés accédant à l’écriture, qu’il s’agisse des sociétés contemporaines à faible degré d’alphabétisation ou de la Mésopotamie, dont les premières tablettes d’argile comportaient des listes lexicales et administratives. Selon Goody, le recours à la liste, dont la grande ambition est de constituer « une sorte de catalogue de l’univers », s’explique d’abord par le fait que cette écriture n’a pas la complexité de l’ordre discursif, mais il est surtout lié à ce qu’il appelle « les procédés cognitifs » : en cristallisant l’état de la connaissance, la liste soulève, en effet, des problèmes de classification et de compréhension, et propose un ordre du monde qui souvent n’était pas encore perçu. Enfin la simplicité de la présentation typographique en fait un outil pédagogique particulièrement adapté, facile à mémoriser6.

  • 7 M. Foucault, Les Mots et les choses, op. cit., p. 143.

11Il est remarquable que ce type de présentation se retrouve dans les manuels pratiques, quel que soit leur sujet : aussi bien les livres de cuisine et de médecine que les recueils épistolaires, les Civilités, les Arts du discours, tels les Fleurs de bien dire, ou les guides de pèlerinage. Ce qui est surprenant n’est pas le fait d’avoir réuni des formules et des instructions, c’est la manière hétéroclite dont elles ont été réunies. On aborde là un aspect particulièrement central de la vulgarisation ancienne. Celle-ci reste, en effet, tributaire d’un système archaïque de classement du monde : plutôt que d’organiser les objets en tableaux, de les discipliner et de les compartimenter, ainsi que c’est le cas au xviie siècle pour les cabinets d’histoire naturelle et les jardins, les livres de la Bibliothèque bleue continuent de les faire défiler à l’infini comme autant de fragments du bric-à-brac de la création. Ils sont à l’opposé des nouvelles taxinomies élaborées au xviie siècle, de ce « champ nouveau de lisibilité », dont parle Michel Foucault, qui « (substitue) au défilé circulaire de la “montre”, l’étalement des choses en tableaux7 ».

  • 8 C. Lévi-Strauss, La Pensée sauvage, op. cit., p. 27.
  • 9 Bastiment des receptes, Poitiers, J. Bouchet, op. cit., p. IX.

12Il y a, d’autre part, un côté « Do it yourself » dans les livrets de colportage qui exprime sans aucun doute à la fois une nécessité et un grand rêve d’autosuffisance. Dans La Pensée sauvage, Lévi-Strauss parle, à propos de la pensée mythique, de « bricolage intellectuel » et d’éléments qui « sont recueillis ou conservés en vertu du principe que “ça peut toujours servir”8 ». Or dans les manuels, le bricolage est un élément essentiel qui relève d’une démarche semblable à celle de l’autodidacte ou de l’amateur. Il existe, il est vrai, d’authentiques secrets de métiers nécessitant un appareillage, une compétence précise et des produits spécialisés, telle recette expliquant, par exemple, la manière de graver à l’eau-forte. Mais beaucoup d’autres textes enseignent plutôt des « trucs » ou des astuces : comment mieux diffuser la lumière en plaçant simplement une bouteille remplie d’eau devant une chandelle ou comment « faire un chassis qui semblera de verre » en enduisant un parchemin d’huile de noix9. Le bricolage est inhérent à l’entreprise de vulgarisation car il va de pair avec la volonté de lutter contre la hiérarchie des corporations de métiers, leur cloisonnement, leurs privilèges et leur manière de conserver jalousement un savoir : c’est en apprenant à récupérer, pour d’autres usages, des outils et des matières premières que le lecteur ordinaire s’approprie, en effet, le savoir technique et devient à la fois le producteur et le consommateur de ses créations.

  • 10 De historia stirpium, Bâle, 1542.

13La manière d’exposer sous forme de mosaïque des fragments épars de connaissances me semble donc caractéristique de la Bibliothèque bleue. Cette écriture est peut-être la marque principale de toute cette littérature et, plus généralement, des procédés de popularisation des savoirs parce qu’elle s’adapte aux temps différents de l’apprentissage et qu’elle ouvre un espace de créativité pour l’usager. Car une analyse identique pourrait être menée à partir des réécritures de romans qui, une fois publiés sous couverture bleue, sont abrégés, fragmentés, frappés d’anonymat. La limite de ce travail de réécriture est qu’il rend plus floue l’acquisition des savoirs et qu’à l’extrême, il pose paradoxalement des problèmes de lisibilité. C’est vrai non seulement des compilations que nous venons d’évoquer, mais aussi d’ouvrages plus spécialisés. Prenons l’Histoire générale des plantes publiée au xvie siècle par le botaniste Léonard Fuchs. L’édition de colportage est, en réalité, une version très abrégée des éditions en latin de la Renaissance : on ne trouve plus, en particulier, les utiles index alphabétiques en latin et en français, placés en tête de volume ; d’autre part, la présentation systématique des plantes selon leur dénomination, leur espèce, le lieu, la saison de leur épanouissement, le tempérament auquel elles correspondent (nomina, genera, locus, tempus, temperamentum...), les références à Dioscoride, Pline, Galien, sont remplacées par une notice brève ne retenant que le temps, le lieu et le tempérament. Enfin les magnifiques planches coloriées de l’édition originale in folio représentant de façon très détaillée les plantes10 ont été remplacées par quelques vignettes sur bois non coloriées. À cela s’ajoutent les erreurs d’interprétation, les innombrables coquilles, la table des matières en partie défectueuse.

  • 11 L. Andries, « Des Fleurs de bien dire aux grammaires savantes : les différents niveaux du discours  (...)

14Ce constat vaut pour tous les livres de la Bibliothèque bleue qui, comme on le sait, sont composés à la hâte et au moindre coût par des ouvriers imprimeurs comprenant parfois mal le texte savant qu’on leur demande de copier. La chose est vraie pour les romans et aussi, par exemple, pour des rééditions de recueils de sentences comme les Fleurs de bien dire qui multiplient coquilles et lapsus11. Ces ignorances et ces négligences typographiques ne sont pas des phénomènes secondaires. Elles affectent l’entreprise même de vulgarisation, rendant opaques des textes qui étaient souvent plus compréhensibles dans leur édition originale. Le cas extrême est celui des abrégés d’arithmétique, dont les erreurs de calcul sont si nombreuses qu’il est impossible de les prendre comme modèles pour réaliser exercices et opérations. On peut donc se demander quelle était l’efficacité réelle des livres de colportage, surtout dans le domaine pratique, et s’ils jouaient bien leur rôle de transmission des connaissances. Souvent la question de leur intelligibilité et de leur lisibilité se pose, d’autant que leur public, on peut le penser, n’avait pas une grande habitude de la chose imprimée : fautes de frappe, mauvaise qualité de l’encrage, utilisation, dans les livres scolaires, des caractères de civilité, ne simplifiaient pas la tâche aux lecteurs.

15 C’est donc en apparence que les livrets de colportage proposent une simplification du savoir et invitent le lecteur à une utilisation immédiate. Liés à des gestes, à la fabrication d’objets, à la préparation de mets, ils semblent avoir pour seul rôle de réduire la distance entre producteur et consommateur, et s’adresser à sa demande de savoir, sans autre médiation que les stratégies d’écriture déjà évoquées. Mais il faut être conscient de l’existence de décalages qui mettent en cause cette fausse transparence, la biaisent ou la nuancent. Le premier de ces décalages est, on l’a vu, le problème de la lisibilité de ces manuels. L’historien des sciences Robert Halleux considère d’autre part qu’« on se trompe en voyant dans la recette la transposition fidèle des gestes de l’artisan. Tout d’abord, la pratique artisane se transmet oralement. La mise par écrit est le fait d’hommes doctes, parfois étrangers au métier. Une fois écrite, la recette vit d’une vie autonome, indépendante de la pratique. Elle se recopie de manuscrit en manuscrit, que le procédé soit encore appliqué ou non ». À propos de la Bibliothèque bleue, l’analyse est d’autant plus juste que la collection, par son fonctionnement éditorial particulier, qui se fonde sur la réédition pluriséculaire de recueils identiques, dissocie les recettes des pratiques et détache les savoir-faire du temps de leur acquisition. Le décalage chronologique est souvent important, par exemple pour des recettes datant de la Renaissance qui continuent d’être publiées au xixe siècle, ou pour des ouvrages de cuisine comme Le Cuisinier français qui propose à la fin du xviiie siècle une cuisine aristocratique à base de parfums, abandonnée depuis près d’un siècle.

  • 12 Lille, 1865. 70 p. Sans nom d’éditeur. B.N.

16Il existe d’autres décalages que j’appellerais des décalages « socio-historiques ». Dans une mince brochure du Secret des secrets de nature, mal imprimée et publiée en 1865, on peut lire : « Eau très admirable pour le teint, recommandée par les Dames de la Cour, qui maintient et conserve la beauté comme en l’âge de 20 ans, même quand elles en auraient 6012. » Cette recette provient, en réalité, d’une édition du Bâtiment des recettes de 1544 où l’on trouve aussi des recettes pour confectionner des coussins parfumés avec des pétales de roses, des pommades pour parfumer l’intérieur des gants, etc., recettes qui continuent d’être colportées dans les éditions du xixe siècle. Or la curiosité du lecteur (ou de la lectrice) pourrait naître de ces décalages et se définirait alors comme une fascination pour l’éloignement social et temporel. Il est probable que l’élément déclencheur de la curiosité dans les livrets pratiques de la Bibliothèque bleue et dans les romans qui content la Geste des princes, soit souvent le désir d’imiter les modèles aristocratiques. Mais ce peut être aussi la curiosité pour d’autres formes de sociabilité et, tout simplement, le désir de rêver. Les livres de cuisine, par exemple, avec leurs descriptions de repas si fastueux qu’ils en devenaient inaccessibles, étaient-ils axés sur une pratique ou parlaient-ils plutôt à l’imaginaire ? Le rapport du lecteur au livre n’est jamais un rapport passif, il autorise toutes les interprétations et les appropriations. De ces décalages naît la possibilité pour les ouvrages pratiques de se transformer en œuvres de fiction.

17On peut aussi se demander si le caractère hétérogène des savoir-faire transmis dans la Bibliothèque bleue n’implique pas des attitudes de lecture elles-mêmes diversifiées. Rien ne prouve que les lecteurs d’autrefois aient placé sur le même plan les recettes techniques et les opérations divinatoires, par exemple. Ces dernières ont pu être l’objet d’une sorte de distance amusée et facétieuse. Ainsi dans l’Almanach pour 1658 (Troyes), peut-on lire la prédiction « astrologique » suivante : « Prédiction pour le mois de janvier : je conseille aux dames de rester chez elles et ne pas manquer de faire préparer un bon feu, car le tems le requerra. » En nous défiant du discours normatif qui est celui de notre temps, nous devons admettre l’hypothèse que ces textes appelaient, au fil des pages, plusieurs formes de réception : il n’y a aucune raison de considérer qu’au xviiie siècle, les lecteurs de la Bibliothèque bleue aient été incapables d’établir une distinction entre la magie et le savoir.

  • 13 J.-B. Porta, La Magie naturelle, Lyon, P. Compagnon, 1650, p. 321.
  • 14 Le Grand Calendrier et compost des bergers, Troyes, N. Oudot, 1618, pages non chiffrées.

18Il faudrait enfin insister sur le terme de « secret » présent dans plusieurs de ces recueils, les Secrets d’Alexis ou le Secret des secrets de nature dont le titre complet dit bien qu’il s’agit d’un « Extrait, tant du petit Albert, qu’autres Philosophes Hébreux, Grecs, Arabes, Caldéens, Latins et plusieurs autres modernes. Enrichy de plusieurs rares secrets de Cornelius, Agripa, Merare, Tresmegiste, d’Arnosa, de Villeneuve, de Cardan, d’Alexis Piémontois ». Incontestablement, le mot garde dans la Bibliothèque bleue jusqu’au xixe siècle son sens médiéval de « recette ». Mais la notion de « secret » suppose également une attitude mentale particulière qui engage à la fois une éthique et une pratique de la transmission des savoirs. Il faut l’associer aux secrets des métiers et des corporations, à une sorte de parcours initiatique que les ouvrages proposent aux lecteurs pour parvenir à la connaissance. Le fait que certains ouvrages de la Bibliothèque bleue se placent sous le signe du secret est évidemment paradoxal puisque ces livres à grande diffusion colportent des secrets qui devraient être destinés par définition à ne pas être divulgués ; ils rendent publiques, en quelque sorte, des informations s’adressant à l’usage privé. Cette littérature joue évidemment de la contradiction pour se vendre, en entretenant l’illusion d’une relation confidentielle avec le lecteur. Or certains textes portent la marque de cette ambiguïté essentielle et soulignent la limite de l’entreprise de vulgarisation quand ils abordent des savoirs réservés aux seuls initiés. L’édition bleue de La Magie Naturelle de J.-B. Porta annonce, par exemple, à propos de formules alchimiques, que le langage utilisé restera volontairement énigmatique13 et le Grand Calendrier et compost des bergers s’interrompt dans sa description des secrets astronomiques lorsqu’il aborde des mystères qu’il ne convient pas de divulguer : « Aucuns Bergers disent que par dessus ces neuf cieux y en a un dit immobile parce qu’il ne se retourne point, sur lequel il y a un autre ciel qui est de cristal, appelé impérial, auquel est le trosne de Dieu, desquels cieux n’appartient pas à bergers de parler14. »

19La Bibliothèque bleue transmet donc des savoir-faire plutôt que des savoirs ou même des Arts, qui s’inscrivent dans une cosmologie très ancienne ne dissociant pas l’astrologie de la science des parfums, de la cosmétique, de la médecine ou des secrets des métaux. Dans ce système de pensée, l’univers apparaît comme un tissu de correspondances entre le monde céleste et le monde sublunaire, ainsi qu’entre chacun des éléments des trois règnes, végétal, animal et minéral. Le corps humain se mêle au monde, aux animaux et aux choses, résolvant à sa manière le problème du continuum, du « liant » entre le continu et le discontinu des phénomènes de la nature. Ces savoir-faire peuvent faire appel à la magie ou à l’expérience, sans que ces différents modes d’action sur le monde soient dissociés ou hiérarchisés. Au xixe siècle, par exemple, c’est par des oraisons que Le Médecin des pauvres enseigne à soigner toutes sortes de maladies. Il n’existe pas de séparation non plus entre des savoirs professionnels qui se réfèrent au monde de l’atelier et des savoirs appartenant à l’espace domestique. Pour les éditeurs, le but est de s’adresser au plus vaste public possible, c’est-à-dire à la fois aux gens de métier et à l’usager ordinaire.

20La juxtaposition de recettes appartenant à des registres différents peut donner au lecteur d’aujourd’hui le sentiment qu’il s’agit d’une sorte de bazar, d’un mélange d’informations qui ressemble aux cabinets de curiosités et qui annonce les « magasins » d’éducation de la seconde moitié du xviiie siècle. Cette géographie bariolée des apprentissages est, en fait, le signe d’une ouverture, d’une liberté, d’une absence de cloisonnement entre les savoirs qui rend poreuse la frontière entre le divulgué et le tu, le savant et le profane. Mais il faut noter qu’entre le cabinet de curiosités et le magasin existe une véritable rupture épistémologique. Les magasins d’éducation, qui s’adressent à la jeunesse selon le double modèle du « magazine » et du florilège de connaissances, tentent surtout de définir l’univers sous une forme encyclopédique, alphabétique et raisonnée, alors que la Bibliothèque bleue, elle, se situe dans le désordre, à la jonction entre différents niveaux culturels, différents savoirs, différentes temporalités. C’est de ces décalages et de ces échanges que naît la curiosité du lecteur. Entre mystère et mystification, apprentissage et jeu sur le sens, se profile une popularisation des savoirs qui est la mise en évidence de secrets partagés.

Notes

1 Pratiques de la lecture, R. Chartier éd., Paris, Éditions Rivages, 1985 ; L. Andries, La Bibliothèque bleue au xviiie siècle : une tradition éditoriale, Oxford, Voltaire Foundation, 1989.

2 M. de Certeau, L’Invention du quotidien, Paris, Gallimard, Folio, 1990, p. 125.

3 Le Cuisinier François, Enseignant la maniere d’apprêter et assaisonner toutes sortes de viandes grasses et maigres..., Troyes, J. Garnier, p. 5.

4 Secret des secrets de nature, Épinal, Pellerin, p. 41.

5 Cambridge, Cambridge University Press, 1977.

6 Ibid., p. 80 et p. 96.

7 M. Foucault, Les Mots et les choses, op. cit., p. 143.

8 C. Lévi-Strauss, La Pensée sauvage, op. cit., p. 27.

9 Bastiment des receptes, Poitiers, J. Bouchet, op. cit., p. IX.

10 De historia stirpium, Bâle, 1542.

11 L. Andries, « Des Fleurs de bien dire aux grammaires savantes : les différents niveaux du discours », Quaderni del Seicento Francese, juin 1981, p. 11-31.

12 Lille, 1865. 70 p. Sans nom d’éditeur. B.N.

13 J.-B. Porta, La Magie naturelle, Lyon, P. Compagnon, 1650, p. 321.

14 Le Grand Calendrier et compost des bergers, Troyes, N. Oudot, 1618, pages non chiffrées.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search