Version classiqueVersion mobile

Littératures francophones

 | 
Lise Gauvin
, 
Cécile Van den Avenne
, 
Véronique Corinus
, 
et al.

Europe et Amérique du Nord

Transtextualité anglo-américaine. Volkswagen Blues de Jacques Poulin et L’Écureuil noir de Daniel Poliquin

Lucie Hotte

Texte intégral

  • 1 P.-A. Bourque, « L’américanité du roman québécois », Études littéraires, p. 15.
  • 2 Études françaises, vol. 26, no 2, automne 1990, p. 65-108.

1La coexistence des communautés francophones et anglophones en terre d’Amérique a depuis déjà longtemps amené les chercheurs à réfléchir sur les liens qui unissent la littérature québécoise à ce qu’on appelle l’« américanité ». Dès 1975, Paul-André Bourque publiait un article intitulé « L’américanité du roman québécois », dans lequel il identifiait, outre des ressemblances thématiques, une « zone grise de l’inconscient collectif dans laquelle on retrouve une “mythologie”, des valeurs “archétypales” et une symbolique communes aux deux cultures, une imagerie, en somme »1. En 1990, Benoît Melançon élabore quelques prolégomènes pour l’étude des rapports entre le Québec et les États-Unis et établit une bibliographie des articles et livres qui traitent de la question dans un article de plus de 40 pages paru sous le titre « La littérature québécoise et l’Amérique. Prolégomènes et bibliographie »2. Il y signale que la littérature convoque essentiellement de l’Amérique une conception du territoire, des grands espaces, d’un nouveau monde. En fait, comme le signale Jean Morency, dans son étude Le mythe américain dans les fictions d’Amérique. De Washington Irving à Jacques Poulin :

  • 3 J. Morency, Le mythe américain dans les fictions d’Amérique, p. 9.

[…] on se demande depuis longtemps en quoi la littérature québécoise […] s’avère ou non une littérature « américaine » : est-ce par le jeu des influences culturelles, littéraires et sociales qu’exerce sur elle la société états-unienne, ou par celui des déterminations historiques et géographiques qui la conditionnent dans une mesure qui reste encore à déterminer exactement, que cette littérature peut prétendre à ce titre tant convoité ?3

  • 4 J.-F. Chassay, L’ambiguïté américaine. Le roman québécois face aux États-Unis, p. 20.

2Pour lui, il ne fait aucun doute que « la littérature québécoise ne semble tirer son “américanité” que de son simple positionnement sur un continent donné : elle est américaine parce que, tout naturellement, elle provient d’Amérique » (ibid.). Il n’en demeure pas moins, dit-il, que « la littérature québécoise présente des analogies souvent étonnantes avec les autres littératures du Nouveau Monde, particulièrement avec la littérature américaine (entendue ici au sens d’états-unienne […]) » (ibid.). Pourtant, l’année suivante, Jean-François Chassay soutenait que « l’influence explicite de la littérature américaine a relativement peu d’impact direct sur le corpus québécois contemporain »4. Il précisait avec justesse au sujet de la critique qui s’intéresse aux jeux d’influence :

[Elle] se contente souvent de considérer les déplacements transcontinentaux […] dans le roman québécois comme un signe de l’influence américaine, ceci au détriment de l’analyse discursive. […] Comme l’écrit Benoît Melançon, « l’Amérique n’est que rarement un texte [dans la littérature québécoise] ; plus souvent elle est un territoire ». (Ibid.)

  • 5 Voir R. Beaudoin, « Axes de comparaison entre deux littératures », Voix et Images, et P. Smart, « L (...)
  • 6 J. Morency, « Dérives spatiales et mouvances langagières : les romanciers contemporains et l’Amériq (...)
  • 7 Deux solitudes est le titre français du roman de Hugh MacLennan, Two solitudes, paru en 1945, qui (...)

3Deux constats s’imposent donc. Le premier est que les liens entre littératures francophones d’Amérique et littératures anglophones d’Amérique se créent principalement autour de la question territoriale et de l’appartenance à ce continent à l’origine de nombreux mythes, en particulier celui que Morency nomme le « mythe américain ». Le second touche au fait que ce sont principalement les liens avec l’Amérique états-unienne qui préoccupent les écrivains et les chercheurs québécois, et non pas ceux qui pourraient s’instaurer avec la littérature canadienne-anglaise. Les quelques études en littérature comparée, toutes anglo-canadiennes, qui s’y intéressent souscrivent le plus souvent à des considérations politiques plutôt que littéraires et cherchent à retracer des similitudes thématiques entre les deux corpus ou encore à en signaler les différences5 afin d’illustrer la situation politique et biculturelle du Canada. De même, il n’est pas question, et on ne s’en étonne pas, des littératures francophones hors Québec, sauf dans un article récent de Jean Morency, dans lequel il examine ce qu’il « appelle le retour de l’identité refoulée canadienne-française »6 dans des romans récents de Michel Tremblay, Jacques Poulin et Nicolas Dickner. Les « deux solitudes »7 semblent néanmoins non seulement perdurer, mais avoir proliféré au point que le Canada est devenu le pays de nombreuses solitudes vivant les unes à côté des autres. Pourtant, il est faux de croire que les littératures francophones du Canada n’entretiennent aucun lien avec la littérature canadienne-anglaise, même si leur américanité est d’abord états-unienne. Dans la conclusion à son article, Morency mentionne qu’il existe parallèlement à la fascination pour l’Amérique canadienne-française et, pourrait-on ajouter, pour les États-Unis, « d’autres visions du continent […] qui résultent des contacts beaucoup plus directs qui sont entretenus, dans certains contextes minoritaires, avec la réalité anglo-américaine » (p. 37-38). Il ne se propose cependant pas d’en faire l’analyse.

  • 8 G. Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, p. 7.
  • 9 Voir L. Hotte, Romans de la lecture, lecture du roman. L’inscription de la lecture.

4J’aimerais donc revisiter la question des rapports entre littératures anglo-américaines, tant états-unienne que canadienne-anglaise, et littératures franco-canadiennes, tant québécoise que canadiennes-françaises non pas en fonction du mythe américain, mais bien plutôt sous l’angle de la transtextualité, concept proposé par Gérard Genette, qui le définit comme « tout ce qui met [un texte] en relation, manifeste ou secrète, avec d’autres textes »8. Selon Genette, il existe cinq types de relations transtextuelles, soit l’intertextualité, la paratextualité, la métatextualité, l’architextualié et l’hypertextualité qui désigne « toute relation unissant un texte B [hypertexte] à un texte antérieur A [hypotexte] sur lequel il se greffe d’une manière qui n’est pas celle du commentaire » (ibid., p. 13) et qui devrait logiquement inclure l’intertextualité9. Je me propose plus particulièrement d’examiner cette question en fonction de quatre types de rapports transtextuels : l’allusion, l’appartenance à un sous-genre, l’intertextualité et la transfictionnalité.

5J’aborderai la question à partir de deux romans d’écrivains-traducteurs : un Québécois, Jacques Poulin, chez qui la référence américaine a souvent été notée, ainsi qu’un Franco-Ontarien, Daniel Poliquin. Dans le cas de Poulin, j’ai retenu son roman emblématique Volkswagen Blues alors que je me référerai au roman L’Écureuil noir de Daniel Poliquin. J’aimerais également préciser d’entrée de jeu qu’il ne s’agit pas ici d’étudier les réminiscences, les sources, les influences ou les ressemblances thématiques, mais bien les rapports qui s’instituent formellement entre deux ou plusieurs textes.

À la confluence de deux cultures : Jacques Poulin et Daniel Poliquin

  • 10 Les recherches que j’ai faites pour mieux cerner ses activités de traducteur ont été infructueuses.
  • 11 B. A. Guillén, « La “littérature-monde” dans la classe de FLE : passage culturel et réflexion sur l (...)

6Puisqu’ils sont tous les deux traducteurs, Poulin et Poliquin sont en contact fréquent avec le monde anglophone à travers les textes qu’ils traduisent. Poliquin est un traducteur de métier (il travaillait comme interprète au gouvernement canadien jusqu’à sa retraite anticipée en janvier 2009) et un traducteur littéraire : il a traduit de nombreux romanciers et nouvellistes surtout canadiens-anglais, dont Douglas Glover, Mordecai Richler, Matt Cohen, mais aussi Jack Kerouac. Poulin, pour sa part, a travaillé comme traducteur pour le gouvernement québécois. À ma connaissance, il n’est cependant pas un traducteur littéraire10. Il n’en demeure pas moins qu’en tant que traducteurs, ils sont des « passeurs culturels ». L’expression « passeur culturel » a été utilisée pour désigner les enseignants, mais aussi les traducteurs qui permettent à une œuvre de migrer vers une autre culture, vers un autre lectorat. Elle désigne également les auteurs « qui vivent entre deux ou plusieurs langues et cultures et qui écrivent le parcours du contact culturel et de la (re)construction identitaire dans la passerelle entre deux sociétés »11. Le plus souvent, ces auteurs sont des migrants qui écrivent dans un pays qui n’est pas leur pays d’origine, souvent même dans une langue qui n’est pas leur langue maternelle. Ce n’est évidemment pas le cas de Jacques Poulin et de Daniel Poliquin. Cependant, tout comme les écrivains migrants, ils écrivent entre deux, voire plusieurs langues et cultures. Cette situation bien particulière, Daniel Poliquin la nomme « écriture sur la frontière ».

7Dans une conférence donnée à Québec en 2001 et intitulée « La bourgade et la frontière », Daniel Poliquin compare l’écriture des écrivains de la ville où il prend la parole et du Québec en général à celle de ceux de l’Ontario français :

  • 12 D. Poliquin, « La bourgade et la frontière », Aspects de la nouvelle francophonie canadienne, J. Lé (...)

Si Québec est une bourgade où il fait bon écrire, l’épopée de l’Ontario français est beaucoup plus un roman de la frontière à la manière de Radisson. Nos écrivains vivent sur les marches du Canada français [et du Canada anglais, aurait-il pu ajouter]. Ils en connaissent les angoisses et les joies et leur littérature en témoigne de diverses manières.12

8Comme le dit Jean Morency :

  • 13 J. Morency, « Écrire sur la frontière : les romans de Daniel Poliquin », Lire Poliquin, F. Ouellet (...)

Sont ainsi renvoyés dos à dos non seulement deux modes d’occupation physique du territoire mais aussi deux types d’écriture radicalement opposés, qui traduisent en fait deux types de rapport avec le continent nord-américain : un rapport de captation, pour les écrivains de la bourgade, et un rapport de symbiose pour les écrivains de la Frontière.13

9Or, dans son essai Le roman colonial, qui date de l’année précédant la conférence, la bourgade désigne plutôt le Canada anglais, alors que le Québec est représenté par la palissade. Poliquin y soutient ceci :

  • 14 D. Poliquin, Le roman colonial, Montréal, Boréal, 2000, p. 224.

Tout le roman canadien[-anglais] est la chronique d’une bourgade immobile où le narrateur entretient un rapport dialectique avec un monde contraignant : le pasteur y convoite en vain la femme du docteur, le boulanger rêve d’aller faire fortune ailleurs sans jamais s’y résoudre pour de bon, et tous les grands combats qu’on y livre sont muets ou souterrains. C’est la nouvelle comique de Stephen Leacock à Mariposa, le roman de Margaret Laurence dans Manawaka, le Salem de Matt Cohen, le Deptford de Davies et le Toronto yuppie d’Atwood. La bourgade où chacun surveille l’autre et où l’étouffement menace l’esprit et l’altérité.14

10De l’autre côté, se trouve « la bourgade nationaliste [qui] diffère de la bourgade canadienne en ceci qu’elle rêve d’une palissade ». La palissade est une image que Poliquin tire des Relations des jésuites, où elle représente le rempart protégeant les Français de la barbarie amérindienne. Cette expérience fondatrice aurait, selon lui, déterminé la façon dont le Québécois vit son rapport à l’espace. On le voit, pour Poliquin, la posture scripturaire de l’écrivain francophone minoritaire est déterminée par la place qu’il occupe sur l’échiquier socioculturel du Canada. Cette place est pour lui « la frontière ».

11Poulin n’est pas indifférent à la question de la frontière. Dans une entrevue qu’il accordait à la revue Voix et images en 1989, il expliquait l’importance de ses origines beauceronnes et du fait d’avoir grandi à la frontière des États-Unis :

  • 15 J.-P. Lapointe et Y. Thomas, « Entretien avec Jacques Poulin », Voix et images, vol. 15, no 1 (43), (...)

C’est possible. Chez nous, il y avait une servante qui s’appelait Marie-Ange. Quand nous étions petits, elle nous racontait des histoires que j’ai retrouvées plus tard dans Rabelais. Et puis, au magasin général de mes parents, je me souviens de longues soirées où les gens étaient rassemblés autour d’un grand sac de pinottes en écales et racontaient des histoires de contrebande, parce qu’on était tout près de la frontière américaine. Des histoires, j’en ai entendu beaucoup dans mon enfance, et j’en ai lu aussi un grand nombre dans l’Encyclopédie de la jeunesse.15

  • 16 Cité par H. de Billy, « Une Amérique panoramique sur la pointe des pieds », Le Devoir, 19 mai 1984, (...)

12Cinq ans plus tôt, il signalait l’importance de cet espace de l’entre-deux dans son imaginaire : « À l’automne [...] on se rendait très loin dans les rangs et là, on voyait la frontière, un espace sans nom d’où les arbres avaient été rasés. »16 Or, Volkswagen Blues est sans contredit le roman de la traversée des frontières de Jacques Poulin :

  • 17 P. L’Hérault, « Volkswagen Blues : traverser les identités », Voix et images, vol. 15, no 1 (43), 1 (...)

Car, traitant du rapport à l’Amérique, à la fois perte et possession, oubli et mémoire, passé et présent, imaginaire et réel, il s’inscrit dans l’exploration d’une culture et d’une identité qui ne peuvent plus être vues comme pures, mais nécessairement métisses, non contraintes en des frontières étanches, mais en quelque sorte transfrontalières, lieux de croisement, de confluence.17

  • 18 J. M. Weiss, « Une lecture américaine de Volkswagen Blues », Études françaises, vol. 21, no 3, 1985 (...)

13Jonathan M. Weiss, dans son article « Une lecture américaine de Volkswagen Blues », soutient que dans ce roman Jacques Poulin ne se contente pas de traverser la frontière de son enfance, mais franchit « aussi la frontière qui sépare la vie de la mort, la voix du silence »18. Quoi qu’il en soit, il reste une autre frontière que Poulin, tout comme Poliquin dans L’Écureuil noir, traverse : celle qui sépare les textes littéraires, voire les corpus.

Allusion, citation et genre littéraire dans Volkswagen Blues

  • 19 J. Poulin, Volkswagen Blues, Montréal, Québec/Amérique, 1984, p. 32. Les références seront dorénava (...)

14Trois pratiques transtextuelles sont utilisées dans Volkswagen Blues : l’allusion, la référence et le recours à un genre littéraire codé. L’allusion est incontestablement la forme la plus fréquente d’évocation d’un texte dans un autre texte, toute mention d’un titre de livre, d’un personnage, d’une scène emblématique constitue en soi une allusion. Pensons par exemple aux nombreuses allusions à la scène proustienne de la petite madeleine dans de nombreux textes littéraires ou non. Comme la citation, l’allusion convoque un autre texte. Dans les deux cas, le rapport instauré reste superficiel : l’allusion ne postule qu’un seul sème qui, inféré du premier texte, est transposé dans la lecture du second (dans le cas de la petite madeleine, le souvenir ou la mémoire) alors que la citation, pour sa part, fonctionne de façon autonome : elle n’appelle pas l’ensemble du texte d’où elle provient pour signifier. En réalité, elle signifie dans le texte même où elle est inscrite, en fonction de ce nouveau contexte textuel précis. Alors que la pratique citationnelle veut que l’on précise le texte d’où émane la citation, quoique ce ne soit pas toujours le cas dans les textes littéraires, l’allusion, pour sa part, demande nécessairement à être reconnue par le lecteur. Cependant, le plus souvent, dans Volkswagen Blues, l’allusion est explicite et tient plus de la référence que de la véritable allusion. Ainsi dans les passages suivants, les noms des écrivains américains (parfois énumérés dans des listes qui comprennent aussi des noms d’écrivains du Canada ou d’ailleurs) apparaissent explicitement et désignent ainsi la culture livresque des personnages : « Il avait ses auteurs favoris dont il avait lu tous les livres mais ces auteurs n’étaient pas nombreux : Hemingway, Réjean Ducharme, Gabrielle Roy, Salinger, Boris Vian, Brautigan et quelques autres. »19 Ou encore :

Ils comprirent tous les deux et sans avoir besoin de se dire un mot que c’était le Mississippi, […] le fleuve sacré des Indiens, le fleuve des esclaves noirs et du coton, le fleuve de Mark Twain et de Faulkner, du jazz et des bayous […]. (VB, p. 117-118)

  • 20 Ailleurs, ils sont cités, comme Saul Bellow : « When you’re looking for your brother, you’re lookin (...)

15Parfois, les auteurs américains – et, il est important de le souligner, non pas leurs personnages – deviennent même des personnages20 dans l’œuvre de Poulin comme le vagabond mythomane qui « se prend pour Hemingway » (VB, p. 23), alors que Saul Bellow et Lawrence Ferlinghetti accèdent eux au statut de véritables personnages puisqu’ils apparaissent sous leur propre nom dans le roman.

16Dans Volkswagen Blues, la littérature américaine est donc convoquée par l’allusion et la référence mais elle demeure en grande partie extérieure, si l’on peut dire, à l’histoire racontée dans le roman. En effet, en dépit des articles publiés sur l’intertextualité dans Volkswagen Blues, aucun roman ne sert véritablement d’hypotexte. Certes, certaines ressemblances peuvent être remarquées entre le roman de Poulin et On the Road, de Jack Kerouac, notamment la quête du frère de sang ou d’esprit. La ressemblance est cependant plus générique qu’intertextuelle : les deux romans appartenant au genre du road novel. Dans un article intitulé « Il était une fois dans l’Ouest : les road novels québécois », Lise Gauvin signale d’ailleurs, dès son titre, que les nombreuses ressemblances entre le roman de Poulin et On the Road de Jack Kerouac les inscrivent dans une parenté générique fondée sur des ressemblances anecdotiques (le voyage qui s’avère en fait être la quête d’un « frère » de sang ou non) et des analogies ponctuelles :

  • 21 L. Gauvin, « Il était une fois dans l’Ouest : les road novels québécois », (Se) Raconter des histoi (...)

On fait également allusion dans le roman aux chariots des premiers immigrants [VB, p. 33], aux chansons entendues, aux cartes postales écrites, aux livres lus et, notamment, aux œuvres d’Hemingway, ainsi qu’à des lieux comme St-Louis, Missouri. L’une des personnes rencontrées par Sal Paradise, le narrateur de Kerouac, est un cheminot du nom d’Ernest Burke : lorsqu’ils sont à la recherche de renseignements sur les méfaits du frère Théo, accusé d’avoir volé une carte, Jack et Pitsémine rencontrent un journaliste du nom d’Ernest Burke, dont on précise que le nom est une déformation de Bourque [VB, p. 151]. Le vagabond qui se prend pour Hemingway, dans Volkswagen Blues, dit avoir déjà croisé Jack Kerouac.21

  • 22 A.-M. Miraglia, « Lecture, écriture et intertextualité dans Volkswagen Blues », Voix et Images, vol (...)

17Comme le signale par ailleurs Anne-Marie Miraglia, trois des romans américains mentionnés dans l’œuvre de Poulin peuvent être qualifiés de récits de voyage. Il s’agit bien sûr de On the Road de Jack Kerouac, mais aussi de The Adventures of Augie March de Saul Bellow et de Hotel New Hampshire de John Irving. Ces deux derniers livres n’appartiennent pas au genre du road novel comme tel mais le voyage y est malgré tout présent22. De même, un guide touristique, The Oregon Trail Revisited s’inscrit dans cette thématique, mais puisqu’il ne s’agit pas d’un roman, cet ouvrage ne peut pas servir de fondement à un rapport intertextuel au sens strict du terme étant donné qu’il ne possède pas de trame narrative. En effet, comme je l’ai montré dans mon essai Romans de la lecture, lecture du roman. L’inscription de la lecture, il n’y a intertextualité que lorsque les rapports entre deux textes se situent au niveau de leurs structures narratives globales, dans des textes dont l’hypertexte s’écrit dans un rapport constant avec l’hypotexte qui est convoqué tout au long du roman et qui permet au lecteur d’anticiper la suite et d’interpréter l’hypertexte. Il s’avère donc une référence constante quoique non incontournable. Ce n’est pas le cas des livres mentionnés dans Volkswagen Blues qui servent plus à inscrire le roman québécois dans un cadre référentiel américain.

La transfictionnalité dans L’Écureuil noir

  • 23 D. Poliquin, L’Écureuil noir, Montréal, Boréal, 1996. Les références seront dorénavant données dans (...)
  • 24 Voir R. Saint-Gelais, « Adaptation et transfictionnalité », L’adaptation dans tous ses états. Passa (...)
  • 25 Laurie King est l’auteure d’une série de romans policiers dont le personnage principal, Mary Russel (...)

18L’inscription de romans canadiens-anglais dans le roman L’Écureuil noir de Daniel Poliquin23 adopte une tout autre forme. Nous ne retrouvons dans ce roman aucune mention de titres de romans ou de noms d’auteurs américains ou canadiens-anglais. Le livre n’appartient pas non plus à un genre considéré américain comme le road novel ou le roman western. L’infiltration est plus subtile et n’est perçue que par le lecteur érudit qui connaît les romans convoqués. En effet, le procédé auquel a recours Daniel Poliquin dans ce roman est celui que Richard Saint-Gelais désigne sous le nom « transfictionnalisation »24. Il s’agit de la migration d’éléments textuels – un personnage, un lieu, un univers de référence (dans le cas de la science-fiction) – d’un texte à un autre. Ces éléments demeurent « ontologiquement », si l’on peut utiliser ce terme pour des éléments fictifs, les mêmes. Ainsi, le personnage de Sherlock Holmes, qui apparaît dans les romans de Laurie King25, est le même Sherlock Holmes que celui des romans d’Arthur Conan Doyle. Il me semble particulièrement intéressant que les éléments qui migrent du roman canadien-anglais au roman de Daniel Poliquin soient des lieux fictifs, venant ainsi appuyer l’hypothèse de Benoît Melançon.

  • 26 K. Kellett-Betsos, « Le protestant métissé chez Daniel Poliquin », La littérature franco-ontarienne (...)
  • 27 The Deptford Trilogy regroupe les romans Fifth Business (Toronto, Macmillan of Canada, 1970), The (...)
  • 28 Voir A. Munro, The Dance of the Happy Shades, Toronto, The Ryerson Press, 1968, et The Lives of Gir (...)
  • 29 Salem sert de cadre pour quatre romans : The Disinherited, Toronto, McClelland & Stewart, 1974 ; Th (...)
  • 30 M. Laurence, The Stone Angel, Toronto, McClelland & Stewart, 1968 [1964] ; A Jest of God, Toronto, (...)

19L’Écureuil noir a comme personnage principal Calvin Winter, un Canadien anglo-protestant, qui, comme la plupart des personnages de Poliquin, souhaite échapper à son identité et s’en forger une nouvelle. Comme le signale Kathleen Kellett-Betsos, dans son article « Le protestant métissé chez Daniel Poliquin »26, l’héritage anglo-protestant de Calvin Winter est surdéterminé dans le roman. Un des éléments qui contribuent à cette surdétermination est la référence spatiale qui caricature le milieu canadien-anglais. Or, les lieux associés à la famille anglo-protestante de Calvin sont, comme le signale également Kellett-Betsos, tous tirés de romans canadiens-anglais. Ainsi, la grand-mère paternelle de Calvin passe les dernières années de sa vie à Deptford, ville éponyme de la trilogie de Robertson Davies27, alors que la famille maternelle est plutôt originaire d’une petite ville située « non loin de Tuppertown, en Huronie » (EN, p. 33), ville imaginée par la nouvelliste Alice Munro28, les parents de Calvin déménagent à Salem après leur retraite, ville où se déroulent plusieurs romans de Matt Cohen29, auteur que Poliquin a traduit. Il en est de même des personnages secondaires vivant dans le sud de l’Ontario tels que l’ami d’enfance de Calvin, Pierre Marquis, qui s’installe à Mariposa, ville issue des nouvelles de Stephen Leacock dans Sunshine Sketches of a Little Town. Les références spatiales se multiplient dans le roman : Calvin rencontre sa femme près de Manawaka, ville que l’on trouve dans de nombreux romans de Margaret Laurence30, le couple loge par la suite dans un quartier torontois qui rappelle ceux mis en scène dans les romans de Margaret Atwood. Kathleen Kellett-Betsos signale en outre que le lecteur qui fréquente assidûment la littérature canadienne-anglaise n’est dès lors pas étonné de « voir Calvin et Zorah s’installer sur l’avenue Brunswick à Toronto » (EN, p. 197) qui est le cadre des nouvelles de Katherine Govier, dans Fables of Brunswick Avenue, auteure moins connue mais que Poliquin mentionne dans son essai Le roman colonial.

20Il semble cependant que la référence à la littérature canadienne-anglaise se limite à cette migration des lieux. Certes, les scènes du roman de Poliquin qui se déroulent dans les villes canadiennes-anglaises fictives ressemblent à celles décrites par les auteurs canadiens-anglais à cause des habitudes et des mœurs de la population locale, mais cette ressemblance ne signifie en fait qu’une chose : voyez, cela se passe effectivement au Canada anglais. La littérature devient ici la source de connaissances sur le Canada anglais, la référence sert dès lors à représenter cet espace afin que les lecteurs le reconnaissent comme tel. Cependant, au lieu de s’inspirer d’un mythe préconstruit, la représentation de l’espace canadien-anglais dans les textes de Daniel Poliqun provient des romans eux-mêmes qui en fondent étonnamment la référentialité.

Conclusion

21Chez Poulin, la littérature états-unienne est convoquée explicitement le plus souvent par la mention de noms d’auteurs, par des analogies ponctuelles anecdotiques qui fondent une appartenance à un genre associé à la littérature américaine : le road novel. Le fait que ces références soient explicites est en soi révélateur. En effet, la littérature états-unienne connaît une faible diffusion au Québec où les lecteurs ont plus de chances de reconnaître les noms des auteurs, les titres de certains livres que les textes eux-mêmes. Aussi, ce qui est convoqué par les références à la littérature des États-Unis ne peut donc pas être la structure narrative des œuvres elles-mêmes, mais bien plutôt ce que les œuvres peuvent représenter dans l’imaginaire du lecteur québécois. Aussi, dans Volkswagen Blues – et c’est sans doute le cas dans plusieurs autres romans québécois – se référer à la littérature états-unienne, c’est nécessairement faire appel au mythe du Nouveau Monde, au mythe américain dont parle Jean Morency. Il n’est dès lors pas étonnant que ces références aient partie liée avec la question territoriale comme le remarquait Benoît Melançon.

  • 31 P. Hamon, « Pour un statut sémiologique du personnage », Poétique du récit, p. 122.

22Chez Daniel Poliquin, la transfictionnalisation a d’abord une fonction ludique, adressant un clin d’œil de connivence aux lecteurs assez perspicaces pour identifier les éléments empruntés aux œuvres canadiennes-anglaises. En effet, ces toponymes, comme tout nom propre, « renvoient à un sens plein et fixe, immobilisé par une culture, […] et leur lisibilité dépend directement du degré de participation du lecteur à cette culture (ils doivent être appris et reconnus). Intégrés à un énoncé, ils serviront essentiellement “d’ancrage” référentiel »31. Ainsi, tout lecteur qui ne connaît pas les romans d’où sont tirés ces lieux, ou qui ne reconnaît pas l’allusion, n’est pas conscient de cette migration de lieux tirés de romans canadiens-anglais. Le nombre de références peut écarter ce risque. En effet, la multiplication des emprunts peut être vue comme une façon de s’assurer qu’au moins une référence sera perçue par le lecteur, qui, s’il est assez curieux, ne manquera pas de trouver les autres. En outre, la transfictionnalisation sert à construire l’œuvre elle-même en lui fournissant un point d’ancrage. En effet, dans le cas du roman de Poliquin, l’hypertextualité sert de référent pour représenter le Canada anglais ou pour présenter une autre version de l’histoire et de la réalité canadiennes.

23Ainsi, dans les deux cas, quel que soit le rapport transtextuel auquel le romancier a recours, la littérature supplée à la réalité : la connaissance de l’autre et de l’ailleurs transite d’abord par sa littérature. Même quand les personnages s’aventurent sur le territoire étranger comme dans Volkswagen Blues, même quand ils partagent un même espace comme dans L’Écureuil noir, les deux communautés ne se rencontrent véritablement dans les romans qu’à travers les textes.

Notes

1 P.-A. Bourque, « L’américanité du roman québécois », Études littéraires, p. 15.

2 Études françaises, vol. 26, no 2, automne 1990, p. 65-108.

3 J. Morency, Le mythe américain dans les fictions d’Amérique, p. 9.

4 J.-F. Chassay, L’ambiguïté américaine. Le roman québécois face aux États-Unis, p. 20.

5 Voir R. Beaudoin, « Axes de comparaison entre deux littératures », Voix et Images, et P. Smart, « L’espace de nos fictions : quelques réflexions sur nos deux cultures », Voix et Images.

6 J. Morency, « Dérives spatiales et mouvances langagières : les romanciers contemporains et l’Amérique canadienne-française », Francophonies d’Amérique, no 26, 2008, p. 28-29.

7 Deux solitudes est le titre français du roman de Hugh MacLennan, Two solitudes, paru en 1945, qui est devenu emblématique des relations entre Canadiens français et Canadiens anglais.

8 G. Genette, Palimpsestes. La littérature au second degré, p. 7.

9 Voir L. Hotte, Romans de la lecture, lecture du roman. L’inscription de la lecture.

10 Les recherches que j’ai faites pour mieux cerner ses activités de traducteur ont été infructueuses.

11 B. A. Guillén, « La “littérature-monde” dans la classe de FLE : passage culturel et réflexion sur la langue », Synergies Espagne, no 2, 2009, p. 239. En ligne, [URL : http://ressources-cla.univ-fcomte.fr/gerflint/Espagne2/belen.pdf], consulté le 1er février 2010.

12 D. Poliquin, « La bourgade et la frontière », Aspects de la nouvelle francophonie canadienne, J. Létourneau éd., Québec, Presses de l’Université Laval (Culture française d’Amérique), 2004, p. 196.

13 J. Morency, « Écrire sur la frontière : les romans de Daniel Poliquin », Lire Poliquin, F. Ouellet éd., Sudbury, Prise de parole, 2009, p. 224.

14 D. Poliquin, Le roman colonial, Montréal, Boréal, 2000, p. 224.

15 J.-P. Lapointe et Y. Thomas, « Entretien avec Jacques Poulin », Voix et images, vol. 15, no 1 (43), 1989, p. 12.

16 Cité par H. de Billy, « Une Amérique panoramique sur la pointe des pieds », Le Devoir, 19 mai 1984, p. 25.

17 P. L’Hérault, « Volkswagen Blues : traverser les identités », Voix et images, vol. 15, no 1 (43), 1989, p. 28.

18 J. M. Weiss, « Une lecture américaine de Volkswagen Blues », Études françaises, vol. 21, no 3, 1985, p. 89.

19 J. Poulin, Volkswagen Blues, Montréal, Québec/Amérique, 1984, p. 32. Les références seront dorénavant données dans le texte, précédées du sigle VB.

20 Ailleurs, ils sont cités, comme Saul Bellow : « When you’re looking for your brother, you’re looking for everybody » (VB, p. 110).

21 L. Gauvin, « Il était une fois dans l’Ouest : les road novels québécois », (Se) Raconter des histoires, Lucie Hotte éd., Sudbury, Prise de parole, 2010, p. 603. Cette citation provient de pages que Lise Gauvin a reprises de son article « Le palimpseste poulinien : réécritures, emprunts, autotextualités », p. 196.

22 A.-M. Miraglia, « Lecture, écriture et intertextualité dans Volkswagen Blues », Voix et Images, vol. 15, no 1 (43), 1989, p. 55.

23 D. Poliquin, L’Écureuil noir, Montréal, Boréal, 1996. Les références seront dorénavant données dans le texte, précédées du sigle EN.

24 Voir R. Saint-Gelais, « Adaptation et transfictionnalité », L’adaptation dans tous ses états. Passage d’un mode d’expression à un autre, A. Mercier et E. Pelletier éd., et « Contours de la transfictionnalité », La fiction, suites et variations, R. Audet et R. Saint-Gelais éd.

25 Laurie King est l’auteure d’une série de romans policiers dont le personnage principal, Mary Russell, fait son apprentissage du métier de détective sous la férule du célèbre Sherlock Holmes.

26 K. Kellett-Betsos, « Le protestant métissé chez Daniel Poliquin », La littérature franco-ontarienne. Voies nouvelles, nouvelles voix, L. Hotte éd., Ottawa, Le Nordir, p. 187-211.

27 The Deptford Trilogy regroupe les romans Fifth Business (Toronto, Macmillan of Canada, 1970), The Manticore (New York, Viking Press, 1972), World of Wonders (Toronto, Macmillan of Canada, 1975).

28 Voir A. Munro, The Dance of the Happy Shades, Toronto, The Ryerson Press, 1968, et The Lives of Girls and Women, Toronto, The New American Library of Canada, 1974.

29 Salem sert de cadre pour quatre romans : The Disinherited, Toronto, McClelland & Stewart, 1974 ; The Colours of War, Toronto, McClelland & Stewart, 1977 ; The Sweet Second Summer of Kitty Malone, Toronto, McClelland & Stewart, 1979 ; Flowers of Darkness, Toronto, McClelland & Stewart, 1981.

30 M. Laurence, The Stone Angel, Toronto, McClelland & Stewart, 1968 [1964] ; A Jest of God, Toronto, McClelland & Stewart, 1966 ; The Fire Dwellers, Toronto, McClelland & Stewart, 1969 ; A Bird in the House, Toronto, McClelland & Stewart, 1970 ; The Diviners, Toronto, McClelland & Stewart, 1974. Voir aussi C. Thomas, The Manawaka World of Margaret Laurence, Toronto, McClelland & Stewart, 1975.

31 P. Hamon, « Pour un statut sémiologique du personnage », Poétique du récit, p. 122.

Auteur

Professeure de littérature, université d’Ottawa

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search