Version classiqueVersion mobile

Curiosité et Libido sciendi de la Renaissance aux Lumières

Théories

Passions d’ignorance

Michèle Porte

Texte intégral

  • 1 G. W. XIV, p. 99, les deux premiers paragraphes de Les Résistances contre la psychanalyse, 1925. Fr (...)

« Lorsque le nourrisson sur le bras de celle qui prend soin de lui se détourne d’un visage étranger en criant, lorsque l’homme pieux ouvre une nouvelle époque avec une prière, mais salue aussi les prémices de l’année avec une bénédiction, lorsque le paysan refuse d’acheter une faux qui ne porte pas la marque de fabrique à laquelle ses parents faisaient confiance, la diversité de ces situations saute aux yeux et la tentative paraît justifiée de ramener chacune d’elles à un motif différent. »
« Pourtant il serait injuste (unrecht) de méconnaître (verkennen) ce qui leur est commun. Dans tous les cas il s’agit du même déplaisir, qui trouve chez l’enfant une expression élémentaire, qui, chez l’homme pieux, est apaisé avec art, qui, chez le paysan, est fait motif d’une décision. Cependant, la source de ce déplaisir est l’exigence que le nouveau (das Neue) pose à la vie de l’âme, la dépense psychique que cela réclame, l’incertitude augmentée jusqu’à l’attente anxieuse que cela apporte avec soi. Il serait excitant (reizvoll) de faire des réactions de l’âme au nouveau, en soi, l’objet d’une étude, car parmi les circonstances connues, qui ne sont plus primaires, on remarque aussi le comportement contraire, une faim d’excitation, qui se précipite sur tout ce qui est nouveau, et précisément parce que c’est nouveau1. »

1 Cette citation sera entendue pour l’éloge qu’elle veut être du travail entrepris dans cet ouvrage, grâce à la précision suivante : la curiosité se dit en allemand Neugier (de) littéralement, avidité (Gier) du nouveau (neu), c’est le terme le plus fréquent ; et l’adjectif curieux est neugierig, avide de nouveau. Le synonyme le plus usuel est la Wissbegierde, l’avidité derechef (Begierde est un vrai synonyme de Gier) mais cette fois de savoir (wissen) ; l’adjectif correspondant est alors wissbegierig, avide de savoir. Ainsi, tout en évitant les termes usuels de la curiosité allemande, pour des raisons qui seront immédiatement évoquées, Freud fait un éloge appuyé d’un travail qui s’y consacrerait et donc, des études auxquelles Nicole Jacques-Chaquin et Sophie Houdard nous ont conviés.

Curiosité et Neugier (de)

2L’on doit s’attarder un moment sur les mots. Ici les différences sémantiques entre le français et l’allemand sont telles, qu’à défaut de les élucider on risque de ne pas comprendre les positions de Freud sur la question ainsi que les choix de mots qu’il opère. En outre l’éclairage de l’allemand place notre curiosité dans une perspective qui sera peut-être inédite.

3Voici deux différences entre les mots allemands de la curiosité et le nôtre. D’une part, à l’encontre du français, l’allemand ne recèle pas d’ambiguïté ; d’autre part, le mouvement désigné par les mots allemands de la curiosité se crée un complément dont le statut est particulier.

  • 2 Les renseignements étymologiques concernant la langue allemande proviennent du dictionnaire suivant (...)
  • 3 Wunsch et wünschen ont même racine que le verbe gewinnen, gagner, obtenir. Le terme racine winnen, (...)

4La Gier allemande est comparable à notre avidité, dont avare dérive – ces deux derniers termes provenant du verbe latin aveo. Mais la comparaison s’arrête là, car l’aveo latin, qui signifie désirer, ne reconduit pas au plaisir comme la Gier allemande. La Gier provient en effet, tout comme l’adverbe gern, d’une racine ^gher-, dite indogermanique2, qui connote se réjouir de quelque chose, puis le réclamer véhémentement, le demander, désirer, souhaiter, convoiter : begehren, verbe qui est de même racine. Freud, bien sûr, s’est gardé d’utiliser ces termes pour signifier le vœu, souhait ou désir qu’un rêve accomplit. Il choisit alors le Wunsch et le verbe wünschen, termes qui présupposent un autre niveau d’élaboration3 – quant à ses façons de parler de curiosité, nous y reviendrons dans un instant.

5En allemand donc, un plaisir a suscité l’avidité, la Gier ; cela peut concerner ce qui se mange, l’argent, la vue ou la sexualité génitale : glouton, avare et cupide, des regards de convoitise ainsi que la concupiscence s’expriment à l’aide de Gier.

6Lorsque cet appétit concerne le nouveau, ou le savoir, ce sera la curiosité allemande.

  • 4 J’évoque ici Totem et tabou, G. W. IX, Troisième essai. Animisme, magie et toute-puissance de la pe (...)

7Un tel mouvement avide – on pourrait évoquer l’envie au sens que Mélanie Klein confère à ce terme – est son propre référentiel. La Gier et celui qui en est affecté saisissent « le tout du monde comme une cohérence unique » à partir d’un point de vue4, celui de cette avidité – qu’en psychanalyse on qualifiera pour cette raison de narcissique. Ce mouvement ne (re)connaît pas nécessairement l’existence des objets, dans leur altérité ; il peut s’activer dans la seule dépendance du jugement d’attribution, qui décerne les qualités bon vs mauvais, ici, nouveau vs ancien, et permet de s’incorporer tout le bon (tout le nouveau) et de rejeter le mauvais (ici le déjà connu). De fait, la Neugier (de) est avide d’un adjectif, neu, nouveau – qui sera partout où la Gier décidera de le mettre –, et non d’objets constitués et reconnus comme tels. Ainsi, la Neugier (de) allemande, de l’existence des objets, n’a cure.

8La curiosité se trouve donc loin du mouvement de la Neugier (de) quant à l’élaboration psychique qu’elle présuppose : non seulement il y faut un jugement d’existence et des objets reconnus dans leur altérité, mais de plus notre curiosité s’enracine dans le soin des objets, le souci de leur existence. Elle peut alors receler en outre une authentique ambiguïté, où transparaît à nouveau le niveau d’élaboration psychique du terme, et dont l’allemand n’a pas connaissance : sont-ce les personnes ou les choses qui sont curieux ? Comme la prégnance selon René Thom ou comme la pulsion selon Freud, bref, comme dans une dynamique vitale convenablement construite, la curiosité surmonte l’alternative objectif vs subjectif, bien trop rigide en ces matières, et offre... la possibilité d’études riches et diverses.

9En allemand les choses curieuses sont désignées par d’autres mots, elles sont merkwürdig, digne d’être remarquées, seltsam, rares, wunderlich, merveilleuses, voire kurios. Souvent latines, puisque les curiosités seront des Kuriosität ou des Raritäten.

10L’allemand donne alors une autre indication – que Freud exploita. En effet, si les curiosités sont Kuriositäten ou Raritäten, comme désigner qui s’y intéresse, bref un esprit curieux, collectionneur ou amateur ? Celui-là s’appelle en allemand Liebhaber ! Avec ce mot, on comprendrait presque comment la langue allemande a parfois aidé Freud dans ses investigations. Car Liebhaber, littéralement celui qui a l’amour, est d’abord le chéri, au sens de Colette, le chéri de ces dames ; le terme signifie ensuite le jeune premier, et enfin l’amateur, le collectionneur. Freud n’a pas eu à chercher bien loin l’exemple du déplacement (Verschiebung) selon lequel le vieux célibataire collectionneur de boîtes d’allumettes, les collectionne au lieu de conquêtes féminines... reste le retournement que la langue propose : le but de l’amateur ne serait pas tant d’aimer et conquérir que d’être aimé de ses collections.

  • 5 G.-A. Goldschmidt, 1988, Quand Freud voit la mer. Freud et la langue allemande, Paris, Buchet / Cha (...)
  • 6 Ib., p. 182-183. Rappelons qu’en 1932, dans la Nouvelle Série de leçons pour introduire à la psycha (...)

11Georges-Arthur Goldschmidt soutenait naguère que la langue allemande avait « pour ainsi dire mâché la besogne pour Freud », même si, ajoutait-il immédiatement, « il n’empêche que c’est lui, Freud, qui a montré ce que la langue voulait dire quand elle parlait5 ». En comparant les langues allemande et française, il supputait que « le français pourrait bien être au bout de la pensée de Freud et pourrait d’emblée avoir “asséché le Zuydersee” comme il le dirait6 ». L’exemple de la curiosité que nous commençons d’étudier irait dans ce sens... et ce bref détour éclairera sans doute les directions de l’investigation freudienne et le choix de ses mots en matière de curiosité.

12Comme Neugier (de) et Wissbegierde sont d’un usage peu fréquent dans l’œuvre de Freud, j’y ai examiné de façon exhaustive toutes les occurrences significatives – selon Lilla Veszy-Wagner – et je ferai part maintenant des résultats de l’enquête.

13Ils mèneront tout droit au thème central qui sera très brièvement évoqué ensuite : si la psychanalyse parle de curiosité, c’est plutôt à rebours, dans les passions de méconnaître, voire celles de l’ignorance, dont pendant quarante-cinq années Freud découvre peu à peu divers aspects.

14Nous essaierons alors de situer dans cette œuvre le Wisstrieb, la pulsion de savoir, le Wissensdrang, la poussée à savoir, et l’infantile Sexualforschung, la recherche sexuelle infantile. Ce sont les mots de Freud lorsqu’il étudie le thème de la curiosité infantile. Le terme Forschung est en allemand celui qui signifie la recherche scientifique, celle du CNRS. On est loin de la Gier, dans les registres de l’élaboration symbolique. Pour anticiper : la pulsion de savoir et la recherche sexuelle infantile sont selon Freud un moment privilégié de passage au-delà de ce que la Gier connote, vers la curiosité au sens que le mot français présuppose, et vers ce que Freud appelle la sublimation.

15Il sera alors temps de conclure en évoquant les dynamiques psychiques que la curiosité dans sa diversité impose de prendre en considération. Ce qui permettra d’élucider un peu son ambiguïté, voire ses paradoxes.

La Neugier (de) selon Freud

  • 7 Voici ces occurrences, par ordre chronologique : 1895, Études sur l’hystérie, G.W. I, p. 280 ; 1900 (...)

16Mais revenons à la Neugier (de) et à la Wissbegierde. Neuf occurrences significatives dans toute l’œuvre, depuis 1895, dans les Études sur l’hystérie jusqu’en 1927, dans Le Fétichisme ; et les apparitions du terme ne dépendent pas des moments théoriques d’élaboration de l’œuvre7. Je n’infligerai pas au lecteur l’étude détaillée de chacune, bien que cela soit fort intéressant. J’évoquerai rapidement leur thème avant d’en venir aux occurrences où Freud emploie ces termes à propos de mouvements infantiles.

17Les occurrences dont je parlerai le moins sont celles où, vers 1900, Freud montre que, s’il connaît un mouvement de Neugier (de) génitale chez les adolescents, par contre il hésite quant à l’existence de la curiosité sexuelle infantile.

18L’occurrence des Trois essais... mérite d’être citée. D’une part il importe de souligner que, dans ce travail central, tant en ce qui concerne la dynamique psychique que la sexualité infantile et adulte, le terme n’apparaît qu’une fois – et pas à l’occasion de l’étude des curiosités sexuelles de l’enfance. D’autre part, Freud montre alors, dans l’énoncé même, comment la Neugier (de) est référentiel absolu de son propre mouvement. Voici le passage – Freud examine les fixations à des buts sexuels préliminaires, et il a successivement évoqué le toucher puis la vue, qui est comme dérivée du toucher, un toucher à distance :

  • 8 Toutes les références aux textes de Freud cités figurent supra, note 7 ; elles ne seront pas répété (...)

« Le voilement du corps qui se développe avec la civilisation maintient la curiosité sexuelle (sexuelle Neugierde) éveillée, laquelle aspire à se compléter l’objet sexuel par dévoilement des parties cachées (welche danach strebt, sich das Sexualobjekt durch Enthüllung der verborgenen Teile zu ergänzen), mais peut être détournée (“sublimée”) vers l’artistique, lorsqu’on est capable de détourner son intérêt [celui de la Neugierde] des parties génitales pour la forme du corps en entier. Note [1915] : il me paraît indubitable que le concept de “beau” s’enracine sur le terrain de l’excitation sexuelle, et à l’origine signifie le stimulant (Reizende) sexuel (“le stimulus” [Reize]). Il est cohérent avec cela que les parties génitales elles-mêmes, dont la vue provoque l’excitation sexuelle la plus forte, ne peuvent réellement jamais être trouvées “belles”8. »

19Inutile d’insister sur l’unilatéralité de la Neugierde. On ne saurait mieux décrire l’inexistence de l’objet, comme autre, que dans ce réfléchi où la Neugierde se le complète. Ainsi, le mouvement de la Neugierde présuppose et vise une complétude – où elle ne manquerait de rien. Il s’ensuit qu’elle procède d’un déni, si primitive qu’elle se présente (nous préciserons cela dans un instant).

20Auparavant, on peut comprendre deux autres remarques de Freud. La Neugierde empêche les associations du côté des patients (1895) et, du côté de l’analyste, « [...] la juste (richtig) technique analytique signifie au médecin de réprimer sa curiosité (seine Neugierde unterdrücken) et laisse au patient la libre disposition de la suite des séries des thèmes dans le travail » (1909).

  • 9 G. Rosolato, 1970, Le fétichisme dont se dérobe l’objet, in Nouvelle Revue de psychanalyse, 2, Obje (...)

21Quant à l’empêchement d’associer que l’excitation neugierig provoque, Freud le juge purement économique, et il écarte l’hypothèse d’une authentique résistance – témoignant du peu d’élaboration qu’il concède à ce mouvement. Ajoutons que cette excitation des patients, attendant la pensée ou l’image qui va leur apparaître, après que Freud leur a mis la main sur le front, témoigne de la conviction d’existence d’un quelque chose qui, bien sûr, ne peut que se dérober : la Neugierde dont se dérobe l’objet, pour reprendre un titre que Guy Rosolato avait inventé9 et anticiper sur le fétichisme que nous envisagerons dans un moment. Quant à la répression à laquelle l’analyste doit se soumettre, ce qui précède la rend évidente. J’ajouterai que l’analyste doit avoir analysé sa Neugierde et sa curiosité au point de s’en débarrasser sans répression pendant les séances, ce qui est difficile à réaliser – et le fut pour Freud, nous y reviendrons.

22Voici maintenant les occurrences qui méritent un examen plus fin. Elles concernent deux situations, d’un côté la Neugierde de deux patientes de Freud, dans une circonstance précise, de l’autre le moment où une position fétichiste se crée, pour un jeune garçon.

  • 10 Je ne traiterai pas en détail l’autre cas, beaucoup moins riche, dont voici le bref récit : « Une j (...)

23Lilla Veszy-Wagner indexe la situation d’une des patientes de Freud comme « mariage par Neugierde », mariage par curiosité10. Cette patiente a fait part à Freud d’un rêve qu’il prend pour exemple dans plusieurs chapitres des Leçons de psychanalyse. Le texte manifeste du rêve raconte comment la patiente et son mari vont au théâtre. Dans un premier temps, les regrets de la patiente quant à son mariage trop précoce ont été analysés, et la cause occasionnelle du rêve, élucidée : ce fut la nouvelle des fiançailles d’une amie de même âge, apprise la veille du rêve. Freud en vient ensuite au souhait que ce rêve accomplit.

« Le mariage est visiblement substitué par le aller-au-théâtre. [...] Mais cette substitution est l’œuvre de l’accomplissement de souhait. Notre rêveuse n’a pas toujours été aussi insatisfaite de son mariage précoce que le jour où elle obtint la nouvelle des fiançailles de son amie. Elle en était fière en son temps et se trouvait [dans une situation] préférable à son amie. Les jeunes filles naïves doivent fréquemment avoir trahi leur joie, après leurs fiançailles, d’avoir alors aussitôt la permission d’aller au théâtre à toutes les pièces jusque-là interdites, de tout voir. Le morceau de plaisir de voir ou curiosité qui apparaît ici était certainement à l’origine plaisir sexuel de voir, tourné vers la vie sexuelle, particulièrement des parents, et il se transforma ensuite en un fort motif qui poussa la jeune fille au mariage précoce. De cette manière la visite au théâtre se transforme en un substitut allusif (Andeutungsersatz) facile à comprendre pour être-mariée. Dans le dépit actuel (Ärger) quant à son mariage précoce elle ressaisit donc ce temps-là où le mariage précoce lui était un accomplissement de souhait, parce qu’il satisfaisait son plaisir de voir et [elle] substitue, conduite par cette ancienne motion de souhait, le mariage par l’aller-au-théâtre. »

24Un peu plus loin, Freud précise son propos. Il n’y aurait pas eu de rêve si la patiente avait pensé : quelle bêtise de se marier trop tôt. Pour qu’il y ait rêve, il faut qu’il y ait souhait infantile, en ce cas, souhait de voir et savoir ce que c’est qu’être marié.

« Le souhait qui a fait un rêve à partir de ces pensées, nous le connaissons déjà aussi, c’est le plaisir de voir, pouvoir aller au théâtre, très vraisemblablement une bifurcation (Abzweigung) de l’ancienne curiosité, d’à la fin éprouver (erfahren, apprendre par l’expérience) une fois, qu’est-ce donc qui se passe quand on est marié. Cette curiosité se dirige, comme on sait, chez les enfants (Kindern), régulièrement sur la vie sexuelle des parents, [elle] est donc infantile et, pour autant qu’elle est encore présente ultérieurement, [elle est] une motion pulsionnelle dont les racines atteignent à l’infantile [autrement dit : la puissance même en matière de création de rêves, voire d’actes] [...]. »

25La nouvelle des fiançailles de l’amie ne donnait pas immédiatement accès à ce souhait, seulement au dépit et aux regrets (Reue).

« Le dépit n’était pas non plus en soi capable de [créer] un rêve ; un rêve ne pouvait pas advenir avant que, à partir des pensées : c’était un non-sens de se marier si tôt, l’ancien souhait d’à la fin voir une fois ce qui se passe dans le mariage n’ait été réveillé par elles. Alors ce souhait a formé le contenu du rêve, en substituant le mariage par l’aller-au-théâtre, et il lui donna la forme d’un accomplissement antérieur de souhait : ainsi j’ai la permission d’aller au théâtre et de voir tout ce qui est interdit et tu ne l’as pas ; je suis mariée et tu dois attendre. »

26Le souhait de voir et la curiosité sont inconscients, au sens freudien, c’est-à-dire efficients, quant aux rêves et aux actes. Néanmoins, Freud décrit l’expression de défenses, même si elles ont une importance décisive dans la vie de cette jeune femme. Une question s’ensuit : que s’est-il passé, qui fixe la patiente à ce souhait : savoir ce que c’est qu’être mariée et le voir ?

27Précisons : pourquoi la patiente ne s’est-elle pas appropriée la scène primitive qui est l’attracteur de ce mouvement ? pourquoi n’a-t-elle pas pu l’élaborer, selon un scénario classique, du genre de celui-ci : j’y étais (à ma conception) donc je m’auto-engendre et je gagne mon autonomie. De plus, qu’est-ce que le père fait à la mère ? En tous cas, c’est le père qui fait quelque chose à la mère, laquelle perd sa toute-puissance. Les névroses élaborent souvent de telles constructions, qui ouvrent l’accès à l’autonomie de la personne. Elles sont en cause dans le cas de cette patiente.

28Or, cette mariée par curiosité n’est pas seulement déçue par le mari qu’elle méprise, comme Freud l’a précisé auparavant, elle est aussi pleine de Ärger, dépit, colère et irritation. Le Ärger est le dépit, despectus, chagrin mêlé de colère dû à une déception personnelle, un froissement d’amour propre (Petit Robert). De nouveau l’allemand dit autre chose. Ärger est un adjectif substantivé au comparatif. Il provient de arg, qui signifie mauvais, méchant, et étymologiquement, être excité, se mouvoir violemment, trembler d’excitation. Souvent, avec Freud, les mots sont si précis que l’on se contente de paraphraser, pour entendre ce qu’il a écrit. Cette dame ne cesse pas d’être excitée, elle l’a mauvaise, comme on dit. Elle demeure dans la dépendance du fantasme de participer à l’événement extraordinaire qu’être mariée doit être – comme sa mère l’a été. Cependant le fait d’être mariée n’est que ce qu’il est. Bien sûr la prévalence du fantasme sur la réalité induit le mépris de ce et ceux qui existent.

29Le mouvement de la Neugierde indique ici la conviction d’existence d’une situation – disons toute-comblante – dont les parents, la mère en l’occurrence, seraient acteurs. L’évolution psychique amène souvent à désinvestir ce fantasme de toute-jouissance (de la mère).

30L’exemple de la patiente mariée par curiosité nous montre enfin un premier aspect de la dynamique de la méconnaissance qui nous constitue. La patiente ne veut en effet rien savoir de ce qu’elle sait. Elle connaît la réalité humaine et ce qu’être mariée signifie. Mais tout se passe comme si elle n’en savait rien et pouvait encore souhaiter de le savoir. La réalité psychique prime sur la réalité extérieure. Le fantasme d’une toute-jouissance, avec les excitations corrélatives d’y participer et/ou d’en être privée, prévaut sur la réalité du monde extérieur. On voit comment la Neugierde comporte une forme de déni. Son mouvement n’est possible qu’à la condition expresse de maintenir l’existence d’une toute-puissance et toute-jouissance, autrement dit, du point de vue psychanalytique, le déni de l’altérité des sexes.

31Une conviction et un déni analogues, plus explicites même, paraissent dans la constitution de la position fétichiste. Comme l’analyse proposée par Freud de cette dernière situation est quasi paradigmatique quant à notre relation à la connaissance, et donc à la curiosité, selon la psychanalyse, je m’y attarderai aussi. Voici d’abord le passage où la Neugierde intervient :

« Lors de l’instauration du fétiche paraît plutôt être respecté un processus (ein Vorgang eingehalten zu werden) qui rappelle (gemahnt) l’arrêt du souvenir lors de l’amnésie traumatique. Ici aussi l’intérêt reste comme arrêté en chemin, la dernière impression à peu près (etwa), avant l’étrangement inquiétante, traumatique, est maintenue comme fétiche. Ainsi le pied ou chaussure doit sa préférence comme fétiche – ou un morceau desdits – à cette circonstance que la curiosité du garçon a épié vers le génital féminin d’en bas, à partir des jambes ; fourrure et soie fixent – comme on s’en est douté depuis longtemps – la vue sur la toison génitale, sur quoi aurait dû s’ensuivre celle, ardemment souhaitée, du membre féminin. Les pièces de lingerie si fréquemment élues pour fétiche retiennent le moment du déshabillage, le dernier où l’on pouvait tenir la femme pour encore phallique. »

32Derechef la Neugierde est sujet. C’est elle qui épie. La personnification des instances, voire des pulsions, est certes fréquente dans l’écriture freudienne, le cas de la Neugierde mérite néanmoins d’être signalé pour son insistance.

33Venons-en à d’autres implications de la Neugierde dans le fétichisme. Trois positions psychiques sont coprésentes, selon Freud, dans cette situation. L’altérité des sexes est connue, elle n’est pas reconnue et elle est reconnue. Le coupeur de nattes la représente le mieux. C’est parce que la natte est là, figurant la non-altérité des sexes, qu’il peut la couper, restaurant ainsi l’altérité des sexes qu’il connaissait déjà. Elle a quelque chose, qu’elle ne devrait pas avoir, et donc je le lui enlève.

  • 11 « Ce que vise ardemment la pulsion scopique de l’enfant, c’est cet objet phallique inexistant qui v (...)

34Une conjecture vraisemblable est que l’ignorance dont la psychanalyse s’occupe relève souvent d’un mouvement de ce genre. Je les connais, je ne les connais pas, je les connais – mon vœu, mon histoire, etc.11

Les passions d’ignorance

  • 12 Rappelons les cinq pages instructives que le « Grevisse », § 983, consacre au « ne » explétif.

35Les processus défensifs principaux que Freud découvre peu à peu distinguent alors des figures et des modes d’expression, symptomatiques ou non, de cette passion de méconnaître. J’en citerai quelques-uns : Verdrängung, le refoulement, une des premières pièces théoriques de la construction freudienne dont Vergessen, l’oubli, du moins une certaine forme d’oubli, résulte ; Verschiebung, le déplacement et Verdichtung, la condensation sont deux des figures essentielles par quoi nos rêves nous demeurent énigmatiques ; Verkehrung ins Gegenteil, le renversement dans le contraire d’une motion pulsionnelle permet une superbe ignorance, par la dame charitable de son sadisme, par le monsieur très entreprenant de ses peurs, par la jeune fille pudique de ses vœux exhibitionnistes ; Verneinung, la dénégation, est plus mystérieuse : elle permet de savoir et connaître, à condition de nier ce savoir : « Non ! ce n’est pas mon père » dit tel patient à propos d’un personnage dans un rêve. Vous pouvez être sûr – et le patient aussi, après qu’il a prononcé la phrase – que c’est bien du père qu’il s’agit. La puissance de la négation qui, pour partie, lève le refoulement se démontre ici12 ; Verurteilung, le jugement de condamnation permet très souvent de (se) condamner plutôt que de prendre connaissance de l’événement en cause ; Verleugnung, le déni, c’est la position du fétichiste – dont une expression atténuée avait été naguère proposée par Octave Mannoni : « Je sais bien, mais quand même... » ; Verwerfung, le rejet (que Lacan traduisait par forclusion), est peut-être une des formes le plus radicales du ne-pas-vouloir-savoir.

  • 13 G. W. VII, p. 61-62.

36Et puisque notre thème de travail est la curiosité, je dois citer les cas de Lerneifer, zélé pour apprendre, par passion d’ignorance. Freud en cite un cas, en incidente, dans le commentaire de la nouvelle de Jensen, Gradiva. Celui d’un jeune homme qui, après avoir pris connaissance de la sexualité génitale adulte, avait pris la fuite devant tous les désirs qui paraissaient en lui et, parmi les moyens du refoulement, avait augmenté son zèle à apprendre, notamment les mathématiques. « Comme déviation du sexuel, la mathématique jouit de la plus grande réputation ; déjà J.-J. Rousseau avait dû se laisser conseiller par une dame qui n’était pas satisfaite de lui Lascia le donne e studia le matematiche. » Le jeune patient se jeta donc dans les mathématiques, jusqu’à ce que ses capacités fussent soudain paralysées, après la lecture d’exercices par ailleurs faciles, dont les énoncés comportaient ces phrases : « [...] deux corps se heurtent, le premier avec la vitesse de..., etc. Et : inscrire dans un cylindre dont le diamètre de la surface [de base] est m un cône, etc. À ces allusions à l’événement sexuel, certainement pas frappantes pour un autre, il se trouva trahi par la mathématique aussi et prit aussi la fuite devant elle13. » L’exemple mériterait à peine d’être cité, n’était que, par une façon de raccourci, il rend compte du thème central de la nouvelle de Jensen, dont le héros, archéologue fervent et érudit, se voit soudain submergé d’une singulière passion pour une statue, sa démarche et son pied... Lever le refoulement des amours enfantines qui préside à la passion archéologique et dévoiler le mouvement fétichiste corrélatif dudit refoulement sont le thème du récit – qui montre derechef comment la curiosité peut être alimentée par la passion d’ignorer.

Wisstrieb et infantile Sexualforschung

37Ainsi, c’est presque toute la psychanalyse qui s’offre lorsque le thème de la passion d’ignorer se présente. À l’inverse, et compte tenu de notre thème de travail, je mettrai maintenant en perspective les Wisstrieb, Wissensdrang et infantile Sexualforschung, en restituant le contexte d’apparition et le devenir de ces notions. D’une certaine manière nous avancerons ainsi vers des lieux plus communs mais peut-être moins intéressants de la psychanalyse freudienne.

  • 14 Par exemple, M. Porte, 1994, La dynamique qualitative en psychanalyse, Paris, PUF, et pour un trava (...)

38Je ne rappellerai pas la structure de l’œuvre de Freud, avec ses choix épistémologiques, différents selon les moments, puisque j’ai développé ces analyses ailleurs14, néanmoins elles demeurent pertinentes ici.

39Dans un premier temps, disons de 1892 à 1897, Freud découvre et décrit une symptomatologie pour l’essentiel névrotique, et il la traite selon les méthodes médicales en vigueur. Il lui trouve une causalité extrinsèque, le trauma infantile sexuel-présexuel, et il bâtit une théorie dynamique minimale, locale, extrinsèque et symptomatique. Ce faisant, il découvre une forme d’ignorance singulière, qu’il désigne comme le statut inconscient des souvenirs provoquant la symptomatologie. Unbewusst, l’allemand laisse davantage entendre l’insu que le terme comporte, serait-ce parce qu’insu, ignoré, se dit ungewusst. Cette inconscience des souvenirs en cause, condition nécessaire à la production symptomatique, est surprenante, pour Freud aussi. Une bonne partie de la théorie dynamique du trauma vise à en rendre compte – d’où, outre la notion d’inconscient dynamique, celle de refoulement. Soulignons que l’inconscience desdits souvenirs demeure contingente, liée à l’événement traumatique.

40Un corrélat théorique de l’ensemble du travail est que l’élucidation des souvenirs en cause dans la symptomatologie est la première nécessité du travail thérapeutique ; la recherche active de ces souvenirs oubliés s’impose. Bien sûr, je simplifie grossièrement. Néanmoins, en 1895, dans les Études sur l’hystérie, on trouve ceci. Il s’agit de la manière de rappeler les souvenirs, et du procédé par pression sur la tête. Freud a certes insisté sur le fait que le problème de la cure est celui de la résistance, des forces qui s’opposent au retour des souvenirs et aux associations. Dans le même texte il expliquera aussi que, même si l’on a deviné, il est inutile de communiquer trop tôt au patient un souvenir refoulé, car il ne saurait rien en faire. Néanmoins, il écrit aussi ceci :

  • 15 G.W. I, p. 284.

« C’est ainsi que le travail, même avec l’aide de la procédure de pression, n’est pas sans peine [à cause de la résistance]. On a seulement gagné l’unique avantage suivant : on a appris grâce aux résultats de ce procédé [apparition d’images, d’associations, ou “rien n’est venu”, ou pas un mot et des émotions se trahissent, ou etc.] dans quelle direction on a à chercher (forschen) et quelles choses on a à vouloir à toutes forces faire accepter (aufdrängen) au malade. Pour maints cas cela suffit ; il s’agit certes essentiellement que je devine le secret (dass ich das Geheimnis errate) et que je le dise au malade en plein visage (und es dem Kranken ins Gesicht zu sage) ; ensuite il doit la plupart du temps abandonner son refus (Ablehnung, rejet, récusation)15. »

41La curiosité de Freud – certes sa Forschung – et celle du malade sont un instrument thérapeutique majeur ; à rebours, l’ignorance du malade et sa résistance à savoir participent de l’étiologie de sa symptomatologie.

  • 16 Peut-être se souviendront-ils aussi de cette importante remarque de Freud, toujours d’actualité : l (...)

42Ceux d’entre vous qui ont lu le récit du cas de Dora se rappelleront sans doute la façon encore inquisitoriale de Freud, en 1901, soit dans le moment théorique suivant16. C’est celui qu’on appelle la première topique. Freud a constaté qu’on ne pouvait différencier un souvenir et un fantasme investi d’affect : exit la première théorie, extrinsèque, traumatique. Il lui faut conférer aux fantasmes une valeur analogue à celle que les traumas réels avaient subsumée : moment où une théorie intrinsèque de l’événement psychique paraît. Encore faut-il la construire, ce que réalisent les grands ouvrages parus entre 1900 et 1905 : L’Interprétation des rêves, Psychopathologie de la vie quotidienne, Le Mot d’esprit et ses rapports avec l’inconscient, le cas Dora, intitulé Fragment d’une analyse d’hystérie et les Trois Essais sur la théorie de la sexualité.

43Quant à l’ignorance, plus exactement l’inconscient, qu’est-ce que ce nouvel appareil théorique apporte ? Ils changent de statut, puisque le refoulement est reconnu comme le processus normal et nécessaire de la vie psychique, qu’il est en effet. À peu près toute la vie infantile « succombe au refoulement », comme on dit, et l’Inconscient prend le statut d’un topos, d’un lieu psychique, avec sa dynamique et ses modes d’expression propres. C’est le lieu d’un ignoré particulier, oublié cette fois-ci nécessaire, et dont le retour à la mémoire suscitera parfois un commentaire comme : « Je l’ai toujours su » ou aussi bien (voir plus haut la dénégation) « je n’y avais jamais pensé ».

44Pour construire cette première topique, Freud a écarté bien des paramètres, pour des raisons évidentes de méthode scientifique : on n’a jamais abordé d’emblée un sujet compliqué dans toute sa complexité, avec quelque chance de succès. D’autre part il a tenté de respecter les critères de la science classique – réduction et idéalisation, pour l’essentiel. Ainsi, il se trouve systématiquement devant des conflits psychiques locaux, relativement simplistes – les seuls auxquels la théorie donne alors accès –, dont la sexualité, comme thème et énergétique, est l’un des protagonistes. Ce faisant, la sexualité par trop refoulée ou réprimée demeure la source des pathologies.

  • 17 G. W. VII, p. 19-27. La traduction de l’« Aufklärung » freudienne par « éclaircissements » n’est pa (...)

45Dans ce cadre théorique-là paraissent quelques articles à visée prophylactique, parmi lesquels ceux qui concernent les explications sexuelles à donner aux enfants et les théories sexuelles infantiles. Mais Freud a aussi bénéficié à la même époque d’informations abondantes, compliquées et vivantes. À partir de l’hiver 1905, le jeune garçon qu’il a prénommé Hans dans le récit qu’il lui consacre devient son informateur via son père. Hans a deux ans trois quarts et il tiendra son rôle d’informateur jusqu’au-delà de ses cinq ans, de l’hiver 1905 jusqu’à l’été 1908. Le premier texte de Freud sur la curiosité sexuelle infantile, Zur sexuelle Aufklärung der Kinder, Les Éclaircissements sexuels donnés aux enfants17, est rédigé en 1907. Freud y raconte, entre autres, comment Hans classe les objets du monde en catégories, selon qu’ils ont ou n’ont pas de « Wiwimacher », autrement dit de « fait-pipi » ; première activité conceptuelle incontestable. Mais qui a lu le récit du cas de Hans sait aussi comment Freud vitupère. Du début à la fin du récit, il signale comment la mère de Hans puis ses deux parents l’égarent en matière de recherche sexuelle, ne lui confirment pas ce que visiblement il a compris, bref, l’encouragent et le renforcent dans sa phobie (de nouveau, bien sûr, je simplifie... mais Freud aussi, du moins dans la présentation telle qu’elle se donne à une première lecture).

  • 18 G. W. VII, p. 26-27.

46D’où les articles militants, qui ont eu quelques effets. Certes on reconnaît maintenant que les enfants petits sont, du fait même de leurs propres sensations de plaisir corporel et notamment génital, curieux de leur propre corps, de celui des autres et de leurs plaisirs, en premier lieu des parents ; d’abord ils veulent sucer et toucher, puis voir, ensuite avoir et savoir. On reconnaît aussi que la question, comment et d’où viennent les enfants, leur est un second problème, lié au précédent. Mais, dans son article de 1907, Freud précise qu’il ne se fie pas aux parents pour informer leurs enfants. Il demande que les faits de la vie sexuelle soient considérés comme dignes d’être connus, et étudiés à l’école. Après que l’on aurait très tôt à l’école primaire expliqué les processus de la reproduction animale, en insistant sur le fait que les humains partagent avec les autres animaux supérieurs leur organisation, on en viendrait au point suivant : « L’éclaircissement (Aufklärung) sur les aspects (Verhältnis) spécifiquement humains de la vie sexuelle et le renvoi à la signification sociale de la vie sexuelle [...] à la fin de l’école primaire (et avant l’entrée au collège), donc pas après l’âge de dix ans18. » Je ne sache pas que ce dernier programme soit à ce jour accompli.

47Quant aux recherches et théories sexuelles infantiles j’ai déjà dit leurs mobiles. Elles créent des constructions conformes à l’état de développement du corps propre, à ses plaisirs et aux vœux qui s’y accordent. Nous en gardons plus ou moins de souvenirs, qui mettent en jeu les pulsions partielles ; les petits enfants ainsi que les contes et légendes en restituent des bribes. On fait un enfant en avalant quelque chose, il sort du corps par l’anus, par l’oreille, ou bien il faut ouvrir le ventre, etc. Toutes ces théories, comme Freud le remarque, ont la particularité de contenir une part de vérité. Mais on y voit surtout l’enfant passer de ses plaisirs à ceux de l’autre et finalement à une élaboration conceptuelle étayée sur ses mouvements pulsionnels. Élaboration de la curiosité, qui certes nécessite que l’enfant soit tant soit peu accompagné, et non pas soumis, par exemple, à une excitation trop prégnante qui le confinerait dans la Neugierde.

48Cependant, Freud note que l’enfant éprouve à l’occasion de ses recherches un conflit psychique important, à l’endroit des adultes, car ce qu’ils répondent et ce qu’il a construit à partir de son corps et de ses vœux ne s’accordent pas. Freud pense alors à la cigogne et autres récits, mais l’explication « biologique » la plus appliquée aussi sera insatisfaisante – nous en avons déjà vu des raisons et nous en citerons d’autres tout à l’heure. Ainsi, la recherche sexuelle est l’occasion pour les enfants de vivre une forme de solitude, de quant-à-soi – qui contribuent à l’apparition de leur autonomie et de leur intimité. Je dirai donc, après Freud, que la Wisstrieb, son Wissensdrang et la Sexualforschung s’étayent sur toutes les pulsions partielles, avec une prédilection pour le voir et l’emprise (le sado-masochisme), qu’elles dépendent de l’amour que l’enfant porte aux deux parents – et réciproquement –, qu’enfin elles constituent ses premières élaborations conceptuelles connues.

  • 19 Un souvenir d’enfance de Léonard de Vinci, 1910, G. W. VIII, p. 127-211.

49Freud poursuivra un peu l’investigation dans l’étude consacrée à Léonard de Vinci19. Néanmoins, comme ce texte paraît être la seule œuvre de Freud à proprement parler symptomatique – les nombreuses erreurs factuelles qui l’émaillent vont dans ce sens – j’éviterai de m’y référer. Un thème central a saisi Freud dans cet essai : la figure de la mère phallique – dont l’élaboration lui demandera encore près de vingt ans (Le Fétichisme, 1927). Ainsi pourrait-on sans doute lire l’essai sur Léonard comme un moment de Neugier (de) chez Freud... mais ce serait l’objet d’un autre travail.

« Il y a savoir et savoir »

  • 20 Cette évolution s’esquisse dès 1911, dans l’étude du livre du président Schreber, elle se précise a (...)

50Un peu plus tard la théorie psychanalytique s’émancipera de la science classique, deviendra une authentique morphodynamique et créera diverses « grandes » formations psychiques irréductibles et compliquées, telles que le narcissisme20. Alors Freud remarquera des difficultés intrinsèques, quant au projet d’Aufklärung de la vie sexuelle humaine qu’il avait d’abord proposé, par quoi il a été joué dans le Léonard – et qui, comme horizon, assécherait de fait le Zuydersee du Ça. Dans le même temps, il aura bouleversé la technique analytique, en la plaçant de façon explicite dans le transfert, avec pour corrélat la nécessité déjà citée que l’analyste se débarrasse de sa curiosité. Entrer dans ces développements est une autre histoire dont on esquissera des lignes de développement.

51Voici d’abord un moment tardif où, dans L’Analyse finie et infinie, 1937, Freud assigne des limites au travail de la cure ainsi qu’à l’Aufklärung des enfants. Il s’agit alors de savoir si l’analyste pourrait et devrait éveiller des conflits pulsionnels non manifestes pendant la cure, dans un but préventif. Diverses possibilités techniques ont été examinées puis rejetées ; voici la dernière.

  • 21 Le pluriel des Aufklärungen semble indiquer que Freud prend quelque distance à l’endroit des « Lumi (...)
  • 22 G. W. XVI, p. 78-79.

« On raconte au patient les possibilités d’autres conflits pulsionnels et on éveille son attente qu’il puisse s’en produire de semblables aussi chez lui. On espère alors que de tels communication et avertissement auront pour résultat d’activer chez le patient un des conflits indiqués, dans une mesure modeste et pourtant accessible au traitement. Mais cette fois l’expérience donne une réponse non équivoque. Le résultat attendu ne se produit pas (stellt sich nicht ein). Le patient écoute bien le message, mais l’écho manque. Il se peut qu’il se dise (er mag sich denken) : C’est certes très intéressant, mais je ne ressens (verspüre) rien de cela. On a accru son savoir et sinon rien changé en lui. Le cas est à peu près le même que lors de la lecture d’écrits psychanalytiques. Le lecteur est seulement “excité” lors des passages où il se sent touché (getroffen), donc ceux qui touchent (betreffen) les conflits efficients à ce moment-là en lui. Tout le reste le laisse froid. Je pense que l’on peut faire des expériences (Erfahrungen) analogues quand on donne des éclaircissements21 sexuels aux enfants. Je suis très loin d’affirmer que ce soit une démarche dommageable ou superflue, mais on a manifestement beaucoup surestimé l’efficience prophylactique de cette mesure libérale. Les enfants savent maintenant quelque chose qu’ils n’ont pas su jusque-là, mais ils ne font rien avec les nouvelles connaissances qu’on leur a offertes. On se convainc qu’ils ne sont pas du tout prêts si vite (nicht einmal so rasch bereit) à leur sacrifier ces théories sexuelles, on aimerait dire : naturelles (naturwuchsig) qu’ils ont formées à l’unisson de leur organisation libidinale incomplète et dans sa dépendance, du rôle de la cigogne, de la nature du rapport sexuel, de la façon dont les enfants se font. Encore longtemps après qu’ils ont reçu l’éclaircissement sexuel (die sexuelle Aufklärung), ils se comportent comme les primitifs auxquels on a à toutes forces fait accepter (aufdrängen) le christianisme et qui continuent en secret de vénérer leurs anciennes idoles22. »

  • 23 G. W. XI, p. 290 (Leçons d’introduction à la psychanalyse) ; la citation de Molière est en français (...)

52« Il y a savoir et savoir », comme Freud l’a déjà écrit, « Il y a des espèces diverses de savoir, qui ne sont pas du tout équivalentes psychologiquement. Il y a fagots et fagots, dit-on une fois chez Molière23. » Il s’agit alors du savoir concernant un symptôme, que l’analyste peut avoir communiqué au patient.

  • 24 Ib., Le texte annonce le thème de la conférence suivante : Résistance et refoulement.

« Le malade sait alors quelque chose qu’il n’a pas su jusque-là, le sens de son symptôme, et il le sait pourtant aussi peu qu’auparavant. Nous faisons ainsi l’expérience (erfahren) qu’il y a plus d’une espèce d’ignorance (Unwissenheit). Il faudra un certain approfondissement de nos connaissances psychologiques pour nous montrer en quoi consiste les différences. Mais notre proposition selon laquelle les symptômes disparaissent avec le savoir quant à leur sens demeure pourtant juste (richtig). Il s’ajoute seulement à cela que le savoir doit (muss) reposer sur une transformation interne au malade, comme il peut en être provoqué seulement par un travail psychique avec un but déterminé. Ici nous sommes devant des problèmes qui se rassembleront bientôt pour nous en une dynamique de la formation symptomatique24. »

53Il fallait lire le paragraphe jusqu’au bout pour trouver : la dynamique (psychique). C’est, selon Freud, le seul lieu théorique susceptible de soutenir et élucider la diversité du savoir, de l’ignorance – et par conséquent de la curiosité –, en ce qui concerne tant les symptômes actuels et conflits psychiques potentiels que les théories sexuelles infantiles voire, tout autre théorie.

54Qu’il y ait curiosité et curiosité, la seule confrontation de l’allemand et du français l’avait appris. Mais peut-on tenter d’élucider la dynamique psychique qui constitue l’ambiguïté de la notion française ?

  • 25 Cf. Michèle Porte, 1997, Pulsions et politique. Une relecture de l’événement psychique collectif à (...)

55Le mouvement d’exploration et de construction conceptuelle est naturwuchsig, comme dit Freud, il pousse spontanément selon la nature, le développement libidinal des enfants. Il est alors en acte, et accompagne tous les investissements d’objets (partiels ou non). D’emblée cependant, Freud suppose aussi d’autres processus psychiques qui constituent le développement infantile, les identifications. Ces dernières ne se réduisent pas à des processus en acte, et elles accompagnent les investissements d’objets. J’ai cru pouvoir montrer ailleurs quels riches et grands espaces de stylisation étaient nécessaires pour rendre tant soit peu intelligibles les investissements d’objet, les identifications dans leur diversité ainsi que les corrélations entre ces deux grands genres de processus psychiques25. La curiosité participe des deux types de processus, puisqu’on peut s’emparer des objets mais aussi « se mettre dans la peau des choses » pour les comprendre, comme Goethe, Freud et René Thom après eux l’ont souligné.

56Évitons de présenter l’appareil conceptuel exposé ailleurs et contentons-nous de proposer quelques conjectures qu’il suggère. Considérons que « la » curiosité se compose de toute une série de strates qui donnent les unes dans les autres et peuvent être plus ou moins accentuées selon les positions psychiques par ailleurs prévalantes. On doit s’attendre que chacune d’elles détermine un mode particulier de curiosité et d’ignorance.

57Nous avons vu que le développement du « nourrisson plus les soins maternels » s’accompagne d’une investigation coextensive aux pulsions partielles. Une forme primitive de Neugier (de) s’y déploie aussi, purement narcissique, selon le jugement d’attribution.

58Puis l’objet (maternel) est perçu-reconnu et perdu en un certain sens, dans la haine et dans la peur. Des formes d’incuriosité s’en déduisent, angoisses devant le nouveau, par exemple, que nous avons rencontrées au commencement de cette étude. Ce seraient des vœux de « retour au sein maternel ». Mais, dans le même moment, l’enfant se reconnaissant objet dans le genre des objets d’amour de la mère, il « s’identifie » en un certain sens (« imaginaire » dirait Lacan) à ces objets et cherche aussi à s’en emparer. Ici commence le mouvement de Neugierde dont la toute-puissance maternelle est le référent. Lorsque la langue allemande dit que le collectionneur est aimé des objets qu’il collectionne, elle pourrait bien indiquer ce moment où les objets sont encore investis de l’amour de la mère, plus généralement de la prégnance maternelle – et existent on non, selon que cette prégnance les investit.

59Mais il existe en principe un objet dont l’enfant ne peut s’emparer, si la mère est suffisamment bonne, comme dit Winnicott : le père que la mère aime. (« Comment fait-il pour qu’elle l’aime tant ? ») Ce mouvement-là de curiosité, non pas envieuse mais jalouse, est peut-être la première curiosité méditative, hors du domaine des actes. On pourrait parler d’une première curiosité identificatoire... dont on imagine la relative fragilité et les échecs possibles, si, d’une manière ou de l’autre, la situation n’est pas « suffisamment bonne ».

60On n’essaiera pas de suivre toutes les transformations que la curiosité et l’ignorance éprouvent, au fur et à mesure que les positions psychiques diverses s’élaborent, jusqu’à ce que le langage – et non les seuls actes – puissent être la visée d’un processus psychique. Par contre on souhaiterait esquisser une stylisation de l’ambiguïté de la curiosité selon la langue française.

61Le mouvement curieux, en termes thomiens : la source de prégnance curieuse, peuvent émaner du je ou des objets ; ils ont donc été rendus équivalents. Une équivalence de cette espèce – et de cette dimension –, en acte dans la langue, présuppose qu’ait été construite ce que les mathématiciens appellent une forme homologique et que j’appelle, après Freud, une identification formatrice de la personne, résultant d’une perte et séparation d’avec lesdits objets. On peut en déduire que la curiosité désigne un processus où les paroles sont visées et non les actes ; ce moment est corrélatif d’une élaboration psychique qui réalise la volle psychische Ablösung der Eltern (la complète séparation d’avec les parents) selon Freud, leur transformation en formes homologiques, et donc l’autonomie la plus grande possible de la personne : autre figure d’une Aufklärung du psychisme, idéal jamais réalisé, sauf de manière éphémère, et que certaines postures d’esthète visent sans doute à fixer.

62Sans entrer dans le détail de ces élaborations psychiques, donnons une idée du paysage résultant, dans le cas de la rencontre curieuse, que les surréalistes avaient tant célébrée. Elle présuppose une disponibilité radicale à l’autre, certes une ascèse, qui est précisément l’effacement (homologique) des attracteurs privilégiés du psychisme.

63Ici se montre le mieux la fragilité d’une telle posture : car le moment de rencontre crée un attracteur de la dynamique psychique en acte, qui dès lors peut induire toutes sortes de positions psychiques, y compris la plus archaïque des Neugierde.

64Il apparaîtrait alors que la curiosité est non seulement ambiguë mais aussi idéale, et que l’actualisation de son propre mouvement la détruit en un certain sens. Techniquement l’on devrait dire qu’elle désigne dans la langue à la fois un processus homologique et ses actualisations. Or ces dernières, dès lors qu’elles désignent sans ambiguïté deux (ou même plusieurs) actants, en sont une sauvage restriction : la disposition curieuse ne se maintiendrait qu’au prix d’éluder incessamment son objet... comme s’il fallait qu’une forme d’ignorance incessamment la sauve.

65Les difficultés d’une Aufklärung de la sexualité et du psychisme laissent ainsi grands ouverts tant le domaine des ignorances que celui des curiosités.

66La plus importante parmi ces difficultés est la reconnaissance psychique de l’altérité des sexes, dont on a rencontré des expressions, entre autres la mariée par curiosité et le fétichisme.

67Une autre difficulté intrinsèque à cette élucidation consiste en ceci : le plaisir et la jouissance sexuelles ne se disent jamais cependant qu’ils ont lieu – sauf sado-masochisme. L’expression de la jouissance manque en un certain sens à la langue, raison pour laquelle les explications sexuelles données aux enfants ne les satisfont jamais. Cet indicible maintient aussi la Neugierde en éveil et peut alimenter la curiosité.

68Pour ce qui concerne plus immédiatement encore cette dernière, un autre obstacle, lié au narcissisme, a été mentionné : « L’objet est connu dans la haine » comme Freud le reconnaît en 1915. La curiosité est aussi un mouvement secondaire parce qu’elle surmonte la haine où, plus exactement, réussit à la lier avec l’amour, le soin. Cas remarquable où l’ambivalence qui nous constitue s’élabore – mais on comprend, par cet éclairage aussi, que la curiosité en garde une certaine fragilité et qu’elle figure parmi nos idéaux.

69Ici il faudrait bien sûr faire valoir que certaines formes de curiosité peuvent aussi surmonter le Wiederholungszwang, la contrainte de répétition...

70On voit comment, du point de vue psychanalytique, toute une série de strates constituent « la curiosité » dans son ambiguïté. Depuis les pulsions partielles et les appétits, y compris intellectuels, qu’elles suscitent, jusqu’à la butée de la reconnaissance de l’altérité des sexes. Depuis la rage narcissique que l’objet ex-siste jusqu’aux soins qu’on lui dispense. Sans compter tous les autres mouvements défensifs qui peuvent s’y retrouver. En outre, du fait de ses relations aux formations idéales ainsi qu’aux identifications, la curiosité participe du paradoxe de se nier comme idéal lorsqu’elle se détermine en acte.

71Dans toutes ces strates, une trace de la Neugierde et de son énergie libidinale demeure. Indéfiniment elles cherchent ce qui manque à sa place, dans l’espoir de le trouver, et le soulagement que ce ne soit pas là.

72Ainsi les ambiguïtés de la curiosité manifesteraient l’élaboration psychique compliquée et coûteuse par quoi on en arrive parfois à reconnaître que « je est un (des) autre(s) ».

Notes

1 G. W. XIV, p. 99, les deux premiers paragraphes de Les Résistances contre la psychanalyse, 1925. Freud souligne en espaçant les lettres, convention que je respecte ; je souligne en utilisant des italiques.
Les dates indiquées à propos des textes de Freud sont les dates de rédaction des textes, d’après R. Dufresne, Bibliographie des écrits de Freud, Payot, Paris, 1973.
Les références aux œuvres de Freud sont systématiquement prises dans S. Freud, 1952, Gesammelte Werke. Chronologisch geordnet, Unter Mitwirkung von M. Bonaparte, Prinzessin G. von Griechenland, herausgegeben von A. Freud, E. Bibring, W. Hoffer, E. Kris, O. Isakower, © 1952 Imago Publishing Co., Ltd., London. Frankfurt am Main, S. Fischer Verlag, erste Auflage 1952, Vierte Auflage 1972, XVII vol. J’effectue les traductions, mot à mot, en signalant les termes techniques ou de traduction difficile.
En outre, j’ai utilisé pour cette étude le XVIIIe volume de ces G.W. : Gesamtregister, zusammengestellt von Lilla Veszy-Wagner, dritte korrigierte Auflage, S. Fischer Verlag, Frankfurt am Main, 1968.

2 Les renseignements étymologiques concernant la langue allemande proviennent du dictionnaire suivant : Der grosse Duden, Etymologie. Herkunftswörterbuch der deutschen Sprache, Bibliographisches Institut AG, Mannheim, 1963.

3 Wunsch et wünschen ont même racine que le verbe gewinnen, gagner, obtenir. Le terme racine winnen, signifie : combattre ; vociférer, faire du tapage ; se donner de la peine ; souffrir ; remporter, obtenir. Cette racine se rapporte probablement à la quête de nourriture, comme aux entreprises de la chasse et de la guerre – autrement dit, elle présuppose conflit et élaboration de conflit.

4 J’évoque ici Totem et tabou, G. W. IX, Troisième essai. Animisme, magie et toute-puissance de la pensée, p. 96, moment où Freud commence d’introduire dans son œuvre la notion de narcissisme.

5 G.-A. Goldschmidt, 1988, Quand Freud voit la mer. Freud et la langue allemande, Paris, Buchet / Chastel, p. 33.

6 Ib., p. 182-183. Rappelons qu’en 1932, dans la Nouvelle Série de leçons pour introduire à la psychanalyse, Freud conclut la leçon consacrée à La Décomposition de la personnalité psychique par ces mots : « Wo Es war, soll Ich werden. Es ist Kulturarbeit etwa wie die Trockenlegung der Zuydersee », G. W. XV, p. 86. La traduction est difficile, notamment parce que Es et Ich sont à la fois les instances selon Freud et les sujets grammaticaux, en leur sens usuel, dans la première phrase. Quant à la difficulté de la traduction de Kultur, qui n’est pas synonyme de culture, sans être celui de civilisationelle est bien connue. Là où C’était, Je dois (t) advenir. C’est du travail culturel, un peu comme l’assèchement du Zuydersee. »

7 Voici ces occurrences, par ordre chronologique : 1895, Études sur l’hystérie, G.W. I, p. 280 ; 1900, L’Interprétation des rêves, G. W. II/III, p. 351 ; 1901, Psychopathologie de la vie quotidienne, G. W. IV, p. 57 et p. 239 – cependant cette dernière occurrence paraît ajoutée dans une des éditions ultérieures ; 1905-1915, Trois Essais sur la théorie de la sexualité, G.W. V, p. 55 ; 1909, Remarques sur un cas de névrose de contrainte, G. W. VII, p. 398 (L’homme aux rats) ; 1915-1917, Leçons sur la psychanalyse, G. W. XI, p. 226 et p. 231 ; 1927, Le Fétichisme, G. W. XIV, p. 314.

8 Toutes les références aux textes de Freud cités figurent supra, note 7 ; elles ne seront pas répétées dans la suite de l’article.

9 G. Rosolato, 1970, Le fétichisme dont se dérobe l’objet, in Nouvelle Revue de psychanalyse, 2, Objets du fétichisme, Paris, Gallimard, p. 31-39.

10 Je ne traiterai pas en détail l’autre cas, beaucoup moins riche, dont voici le bref récit : « Une jeune dame ouvre brusquement et soudainement la porte de la salle de traitement, dans laquelle se trouve encore celle qui la précède. Elle s’excuse avec “Gedankenlosigkeit” (distraction, étourderie, littéralement sans pensée) ; il s’avère bientôt qu’elle a fait la démonstration de la curiosité qui la fit pénétrer en son temps dans la chambre des parents », G. W. IV, p. 239.

11 « Ce que vise ardemment la pulsion scopique de l’enfant, c’est cet objet phallique inexistant qui viendrait le garantir contre l’épreuve de la castration », écrit Sophie de Mijolla-Mellor in Le Plaisir de pensée, Paris, PUF, 1992, p. 196.

12 Rappelons les cinq pages instructives que le « Grevisse », § 983, consacre au « ne » explétif.

13 G. W. VII, p. 61-62.

14 Par exemple, M. Porte, 1994, La dynamique qualitative en psychanalyse, Paris, PUF, et pour un travail plus local concernant les notions de temps chez Freud, M. Porte, 1993, Atemporalité, histoire et psychanalyse, in Revue internationale d’histoire de la psychanalyse, 6, PUF, p. 165-186.

15 G.W. I, p. 284.

16 Peut-être se souviendront-ils aussi de cette importante remarque de Freud, toujours d’actualité : l’incapacité des patients à raconter l’histoire de leur vie de façon cohérente, ordonnée et sans lacunes est une condition nécessaire, quant au diagnostic d’hystérie. Freud précise (G.W. V, p. 174, note 1) qu’il réfuta ce dernier diagnostic, posé à l’endroit d’une patiente qu’on lui avait adressée, pour l’unique raison qu’elle sut faire un récit cohérent de sa vie. Il découvrit alors que la patiente souffrait d’un tabès moyennement évolué. Ainsi, une certaine forme d’ignorance demeure un signe clinique extrêmement précieux.

17 G. W. VII, p. 19-27. La traduction de l’« Aufklärung » freudienne par « éclaircissements » n’est pas à la hauteur : il faudrait un titre où les « Lumières » figurassent !

18 G. W. VII, p. 26-27.

19 Un souvenir d’enfance de Léonard de Vinci, 1910, G. W. VIII, p. 127-211.

20 Cette évolution s’esquisse dès 1911, dans l’étude du livre du président Schreber, elle se précise avec Totem et tabou, 1912-1913, et s’avère dans la très riche élaboration que propose l’ensemble des articles rédigés et publiés en 1914-1915 (cf. M. Porte, 1994, op. cit.).

21 Le pluriel des Aufklärungen semble indiquer que Freud prend quelque distance à l’endroit des « Lumières » que l’Aufklärung connote.

22 G. W. XVI, p. 78-79.

23 G. W. XI, p. 290 (Leçons d’introduction à la psychanalyse) ; la citation de Molière est en français dans le texte de Freud.

24 Ib., Le texte annonce le thème de la conférence suivante : Résistance et refoulement.

25 Cf. Michèle Porte, 1997, Pulsions et politique. Une relecture de l’événement psychique collectif à partir de l’œuvre de Freud. Suivi de Le Non-Être hormologique, par D. Bennequin, Paris, l’Harmattan.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search