Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books ENS Éditions Theoria Condorcet Table ronde : « Éditer Condorcet ...

Condorcet

La révolution et la république

Table ronde : « Éditer Condorcet aujourd’hui »

Éric Brian

Texte intégral

1 Les travaux sur Condorcet et sur son œuvre ont connu, depuis une cinquantaine d’années, des renouvellements marqués par quelques étapes : au milieu des années 1950 les recherches de G. Th. Guilbaud (1952), de G.-G. Granger (1956) et de D. Black (1958) ; vingt ans après les livres de K.M. Baker (1974) et de R. Rashed (1974), le numéro 5 des Cahiers de Fontenay (1976) ; encore dix ans, et ce furent les ouvrages collectifs Condorcet Studies I (1984) et II (1987), les actes du colloque de Paris tenu en juin 1988 (1989), le numéro 1-2/1988 de la Revue de synthèse, les livres de M. Albertone (1983), de C. Kintzler (1984), de M. Crampe-Casnabet (1985), d’E. et R. Badinter (1988).

2Le travail collectif accompli après le colloque de 1988 s’est traduit par une meilleure connaissance du corpus des manuscrits de Condorcet, voire des archives de l’Académie des sciences, deux fonds dans lesquels les recherches actuelles puisent le plus souvent largement et rigoureusement. D’autre part, la meilleure identification des contributions de Condorcet à la réflexion scientifique, philosophique, économique et politique de son temps a non seulement suscité des intérêts nouveaux pour sa pensée, mais encore un souci de publication de textes inaccessibles. Ainsi peut-on constater l’actualité de la réflexion sur l’édition des textes de Condorcet. Elle est destinée à faire connaître des ouvrages publiés en leur temps et aujourd’hui nécessaires à un titre ou un autre, ou encore à mettre au jour des manuscrits dont l’établissement est déjà un programme de recherche.

3Condorcet n’a pas écrit dans une tour d’ivoire. Pas un de ses ouvrages les plus achevés n’échappe à l’actualité du temps, si ce n’est à l’urgence. Pourtant, quelques lettres mises à part, chaque pièce laissée témoigne d’un souci permanent de raisonner au principe, en pleine conscience philosophique et savante. Et puis, nous le savons, l’œuvre est tout entière animée par une idée de perfectibilité propre à l’esprit humain, une idée qui opère dans le processus même de l’écriture condorcétienne dont le plus souvent diverses traces subsistent dans les papiers rassemblés aujourd’hui à l’Institut ou à la Bibliothèque nationale. Certains des plus importants des textes achevés sont restés inédits (le maître ouvrage sur le calcul intégral notamment). Enfin l’urgence, voire la précipitation, et souvent les ambiguïtés des entreprises éditoriales posthumes ont scellé des éditions qu’il convient de soumettre à un examen critique. C’est le cas par exemple pour la publication, partiellement incohérente, des Éléments du calcul des probabilités (1805). Finalement l’œuvre reste à jamais interrompue, l’emblème en est le Tableau historique des progrès de l’ Esprit humain, et de ce fait un texte condorcétien, qu’il s’agisse d’un ouvrage anciennement paru ou bien d’un manuscrit récemment redécouvert, appelle aujourd’hui les mêmes scrupules, les mêmes questions.

4Il ne s’agit donc pas seulement d’étudier Condorcet, son temps, ou sa fortune, ni de donner au lecteur contemporain un document qui atteste sa réflexion, mais véritablement d’éditer Condorcet aujourd’hui. Les participants à la table ronde que préside Jean-Claude Perrot présentent dans cet esprit leurs publications récentes. La discussion s’oriente vers la mise en évidence des questions qu’engendre ce souci éditorial : établissement des textes, identification des procédés et des techniques de son travail intellectuel, restitution et situation de la réflexion de Condorcet, genèse de son œuvre et des formes prises par son investigation scientifique, philosophique et politique. Autant d’interrogations propres à l’histoire intellectuelle que le travail d’édition ne peut esquiver.

5 Lucien Gillard évoque tout d’abord le colloque Monnaies et finances chez Condorcet tenu à Lyon, les 17 et 18 juin 1994. Une dizaine de contributions a touché les questions de la formation de la pensée de Condorcet sur le thème monétaire ou bien la mise en évidence de l’intérêt de sa réflexion sur ces sujets, parfois celle de son obsolescence. À cette occasion vient de paraître une réédition, non critique mais commentée et annotée, des Mémoires et discours sur les monnaies et les finances (1994). Elle comporte les cinq mémoires sur les monnaies et deux textes sur les finances publiés pendant la Révolution : la réponse à Mirabeau sur la proposition de rembourser la dette en assignats, elle date de l’été 1790, et le discours sur les finances du printemps 1792. Mettre en perspective monnaies et finances visait à souligner le fait que la monnaie n’est pas ici seulement considérée comme une unité de compte, un critère de définition de la valeur, ou encore un instrument de payement ou de circulation. En comparant le règlement de transactions relatives d’une part à des échanges marchands et d’autre part à des échanges non marchands, comme les impôts ou la dette publique, c’est la fonction d’instrument de souveraineté qui a été mise en évidence.

6Pierre Crépel présente l’édition des écrits probabilistes de Condorcet qu’il a préparé avec Bernard Bru (1994). À l’origine, le livre provient d’une demande de l’INED relative aux textes de Condorcet sur la population. Très rapidement, toutefois, il est apparu que l’ensemble formé par les textes d’arithmétique politique chez Condorcet offrait un horizon plus vaste et surtout plus cohérent. Il faut ici souligner l’effort accompli par l’éditeur au cours de cette réorientation. Il s’agit finalement d’une édition critique, visant l’établissement des textes et des contextes. La période couverte par le recueil ne s’étend pas au-delà de 1789, dans la mesure où le livre comporte déjà 750 pages serrées et où les motifs des textes changent de nature à cette date. De nombreux problèmes ont été rencontrés dans ce travail de longue haleine : en témoigne la difficulté d’établir un corpus des manuscrits connus de Condorcet, qui souvent se présentent à l’état de fragments dispersés dans le fonds de la bibliothèque de l’Institut ou parfois entre plusieurs lieux. L’ensemble a été finalement donné de manière chronologique du fait de l’intrication des différents thèmes abordés par Condorcet dans ces textes. Toutefois, un tel classement a induit d’autres problèmes, en matière de datation par exemple. Cette systématicité de l’édition provient du « souci de montrer le combat douloureux d’un homme pour construire une pensée cohérente », pris entre des difficultés d’ordre intellectuel et les événements. Il répond au problème historiographique que créent les divergences d’appréciation des historiens et des spécialistes des disciplines qui se reconnaissent aujourd’hui dans certains textes de Condorcet. Bernard Bru conclut que l’édition met en évidence l’ambition de Condorcet d’atteindre les limites de l’entendement humain.

7Présentant l’édition américaine en cours de l’ Essai sur l’application de l’analyse à la probabilité des décisions (1785) Arnold Urken indique qu’il a fallu préparer ce travail par diverses recherches et par l’édition d’autres textes connexes. Cette étape préparatoire a abouti au volume Condorcet. Foundations of Social Choice and Political Theory (1994) publié par Ian McLean et Fiona Hewitt.

8 Christian Gilain rend compte de la publication de la correspondance entre Euler et Condorcet, dans les Œuvres complètes d’Euler, soit quatre lettres de Condorcet à Euler, trois lettres d’Euler à Condorcet, auxquelles s’ajoutent les lettres de Condorcet aux disciples d’Euler à Saint-Pétersbourg. L’échange entre Condorcet et Euler concerne la publication des ouvrages du second en France, favorisée par l’accès de Turgot au ministère de la Marine. Il s’ensuit une correspondance scientifique utile aussi bien pour la restitution des travaux en cours des deux savants, que pour comprendre les modes de fonctionnement académiques dans une période de confrontation entre d’Alembert, maître parisien de Condorcet, et Euler, son modèle d’excellence.

9Catherine Kintzler commente la réédition des Cinq mémoires sur l’instruction publique (par C. Kintzler et Ch. Coutel) qui renouvelle leur précédente publication chez Edilig. Le texte, repris dans un premier temps sur l’édition Arago, a été établi par comparaison avec celui de la Bibliothèque de l’homme public, imprimée du vivant de l’auteur. Les cinq mémoires sont accompagnés d’un dossier destiné à servir une réflexion historique et critique. L’introduction bénéficie du recul acquis depuis l’édition Edilig, alors donné dans un contexte qualifié par C. Kintzler de militant. Finalement plusieurs éléments d’appréciation ont été réévalués : les lectures anglaises de Condorcet (celle d’Adam Smith par exemple), le contexte des débats sur les académies (on songe à Marat), la place qu’il accorde au concept de volonté générale.

10 Anne-Marie Chouillet présente la publication de l’Almanach anti-superstitieux (1992). Une telle initiative n’a été possible qu’après l’enquête systématique entreprise à l’issue du colloque de 1988 sur les manuscrits de la bibliothèque de l’Institut. L’édition est orientée vers l’établissement et la mise à disposition du texte plutôt que vers la systématisation du commentaire critique. L’Almanach (ce titre est postérieur au manuscrit) est un écrit de dénonciation des abus et des persécutions exercées par les religions, notamment à l’égard des savants ; inversement les actions en faveur de la tolérance y sont montrées en exemple. Au texte qu’on peut aujourd’hui restituer ont notamment été joints la Lettre d’un gentilhomme picard, réponse au mandement de l’évêque d’Amiens après qu’il eut exigé l’excommunication des chrétiens souscripteurs aux Œuvres de Voltaire, ou encore deux manuscrits sur le magnétisme animal.

11 Anne-Marie Chouillet et Pierre Crépel font un état de l’avancement de l’édition du Tableau historique des progrès de l’Esprit humain, c’est-à-dire des manuscrits pour une grande part inédits qui développent l’ Esquisse écrite dans la clandestinité (pour être plus rigoureux, on devrait ici parler du « Prospectus »). L’ouvrage est bien sûr inachevé. Les manuscrits comportent des passages importants, fragments historiques, notes de définitions ou de mise au point. Il s’agit au total de plusieurs dizaines de fragments ou de notes, très partiellement édités, que l’on peut aujourd’hui publier comme un ensemble organisé autour de l’Esquisse. La publication du Tableau sera accompagnée de deux autres textes, une tentative analogue datant de 1772, une autre non datée (probablement située vers 1780). Les trois versions restituent le projet d’ensemble de Condorcet, mais aussi les procédés qu’il a suivis dans l’élaboration de cette œuvre. L’édition sera commentée et critique, elle est en fait préparée par une équipe d’une dizaine de chercheurs.

12Jean-Paul de Lagrave rend compte de l’activité menée à l’université du Québec à Montréal, présentant par exemple le récent numéro de la revue Lekton (1993). Un second numéro est en chantier, il sera consacré au salon de madame Helvétius et prolongera par certains articles ceux déjà donnés sur Condorcet, Sophie de Grouchy et leur temps. On sait que l’épouse de Condorcet fut la traductrice de la Théorie des sentiments moraux d’Adam Smith. Toutefois les idées de philosophie morale propres à Sophie de Grouchy restent méconnues. C’est pourquoi ses Lettres sur la sympathie viennent de faire l’objet d’une édition commentée dont la version définitive est parue à Montréal, aux éditions de l’Étincelle en 1994. Un programme de recherche est en cours, centré sur la vie et l’œuvre de Sophie. Il conduira à des publications conçues pour marquer le bicentenaire des Lettres (1998).

13 Éric Brian présente son livre, La Mesure de l’État (Albin Michel, 1994). Il s’agissait d’étudier comment, en France et pendant les deux dernières décennies de l’Ancien Régime se sont renouvelés ensemble l’analyse mathématique, le calcul des probabilités, et par exemple la manière de concevoir les dénombrements administratifs. L’étude, qui se situe au croisement d’historiographies souvent séparées, accorde une place importante à Condorcet. Son itinéraire permet d’éclairer les transformations d’ordre structurel caractéristiques de la pratique du travail mathématique d’une part et des activités administratives sous l’absolutisme finissant d’autre part. Ces transformations se sont conjuguées dans un moment particulier qui explique en grande part la nature et la portée des projets savants et politiques associées au nom de Condorcet.

14 Catherine Duprat présente son ouvrage Le Temps des philanthropes (CTHS, 1993). La philanthropie est la première vertu de l’homme social au xviiie siècle, c’est la vertu de l’homme sensible, c’est aussi selon Turgot, maître à penser de Condorcet, la vertu du citoyen : « La noble passion d’être utile aux hommes. » Les combats de Condorcet peuvent ainsi être restitués dans un itinéraire de rencontres et d’actions (Beccaria, Turgot, la duchesse d’Enville, le cercle de madame Helvétius, le moment du ministère Turgot). Ils sont bien connus : en faveur des victimes d’erreurs judiciaires, contre l’esclavage, contre la peine de mort et finalement pour l’égalité des droits civils. Ils combinent les moyens des propositions réformatrices, des campagnes de presse et des élaborations de nature scientifique. C’est pendant les dernières années de l’Ancien Régime qu’apparaît chez Condorcet, à proprement parler, une réflexion non plus seulement morale mais sociale. Le tournant est, à cet égard, l’affaire des trois roués de Chaumont. Les conceptions de l’encyclopédiste se déploient ensuite dans ses prises de positions sur la réforme des hôpitaux de Paris et surtout dans l’Essai sur les assemblées provinciales (1788). Dès lors, il accorde systématiquement la plus grande importance aux questions de prévoyance et non à celles de l’assistance. L’Essai de 1788 comporte la première affirmation connue des droits sociaux qui associe la lutte contre l’ignorance et celle contre la misère. Cet itinéraire intellectuel et politique se prolonge pendant la Révolution et conduit Condorcet à sa conception de l’art social, tout comme à son projet d’instruction publique et de constitution.

15 Jean-Pierre Schandeler donne enfin un bilan des recherches qu’il a menées pour sa thèse Problématiques, pratiques et enjeux de lectures de Condorcet au xixe siècle (1794-1894), c’est-à-dire de la mort de Condorcet à l’érection de sa statue, quai Conti. Comment a-t-on lu Condorcet au xixe siècle ? On observe à cet égard deux grandes tendances, un discours d’ordre conceptuel d’une part, un discours d’ordre symbolique d’autre part. Le premier est issu de l’Esquisse considérée comme objet de réflexion. On connaît les lectures de Saint-Simon et d’Auguste Comte orientées vers la problématique de la fondation d’une science sociale. Bonald incarne les débuts d’un second courant de lectures conceptuelles : Condorcet est alors vu comme un penseur dangereux pour l’ordre social, thème repris ensuite à chaque grande crise politique du xixe siècle. La réception de Condorcet au xixe siècle suit en parallèle un mouvement d’une autre nature, symbolique cette fois. On peut le suivre, par exemple, en analysant les variantes des récits consacrés à la mort de Condorcet et à sa biographie. Le point d’orgue est, dans ce registre, le discours d’Arago : la figure républicaine de Condorcet est dès lors définitivement constituée. La canonisation républicaine de 1894 provient de ce double mouvement, d’inscription de Condorcet dans la mémoire collective et de commentaire de l’ Esquisse. Pour ce moment, deux conditions sont nécessaires, l’une, politique, est la stabilité du régime républicain, l’autre est intellectuelle et se manifeste par un changement de prédilection relativement à l’œuvre de Condorcet : sous la IIIe République on délaisse l’Esquisse au profit du projet d’instruction publique.

Discussion

16Une large discussion s’instaure ensuite. Jean-Claude Perrot pour l’introduire s’interroge sur la curiosité encyclopédique de Condorcet : est-ce un accident si celui-ci est resté assez muet (sauf dans ses Éloges) sur les sciences du vivant, sur la psychologie, bien que dans l’un et l’autre cas il pouvait connaître les importants renouvellements qui lui étaient contemporains ? Condorcet s’est-il contenté d’un héritage lockien qu’il n’a pas mis en cause ? Il reste aussi à évaluer l’accès de Condorcet à l’horizon philosophique de son temps, et tout particulièrement à ses manifestations à l’étranger. Cette question est mieux connue aujourd’hui pour les sciences qu’il a pratiquées et dans le cas de ses relations avec ses contemporains italiens. Mais que sait-on des connaissances réelles de Condorcet sur la philosophie écossaise ou sur la pensée allemande ? Anne-Marie Chouillet, en contrepoint, mentionne les références aux auteurs anglais et allemands dans l’Almanach anti-superstitieux. Troisième observation de Jean-Claude Perrot, il serait utile de prendre la mesure du fait que Condorcet s’intéresse plus aux méthodes qu’aux modèles scientifiques. Il faut dès lors réévaluer cette question : peut-on parler chez Condorcet de philosophie de la connaissance ou d’épistémologie ? On est ainsi conduit à se demander comment, chez Condorcet, s’assurer de la pertinence des classes d’objets qui sont élaborés dans des disciplines particulières et dans quelle mesure le réexamen auquel se livre Condorcet à ce sujet peut produire l’explosion de discours déjà constitués, et abattre des préjugés qui vont selon lui de la « physicaille » académique aux pesanteurs politiques et religieuses. Qu’est-ce qui lui importe le plus : les savoirs ou les conditions du savoir ? L’histoire des progrès de l’esprit ou la raison des progrès de l’esprit ? La réponse de Condorcet, pour Jean-Claude Perrot, se situe dans la seconde branche de l’alternative alors que son époque semble bien avoir plutôt répondu en faveur de la première. Est-ce la cause de la longue suite des méconnaissances précoces et persistantes, de l’oubli dont il fut victime ? Alors, a contrario, la vigueur du renouveau des recherches sur Condorcet aujourd’hui, hors même l’effet du bicentenaire de la Révolution, cette vigueur a sans doute un sens. Qu’est-ce que la tradition herméneutique de l’histoire des sciences, justement, pourrait nous dire à ce sujet ? Après les travaux du cercle de Vienne, après Wittgenstein, après la philosophie anglo-saxonne des soixante dernières années, il faut assurément aujourd’hui faire un effort de réflexion et d’érudition particulier et spécialement difficile pour interpréter sans anachronisme ce que Condorcet a voulu dire sur la possibilité d’une langue universelle ou bien reprendre le problème des classifications après les recherches pionnières qui avaient été menées par Keith Baker dans son Condorcet.

17Bernard Bru, après avoir rappelé la difficulté de ces questions (le philosophe des mathématiques Jean Cavaillès n’a-t-il pas lui-même renoncé à les aborder de front ?), indique que l’édition des écrits probabilistes tente de fournir de premiers éléments. François Hincker commente cette publication en indiquant que les travaux en cours sur le Tableau historique vont aujourd’hui dans le même sens. Mais, si l’on songe à une édition future des Œuvres de Condorcet, la rigueur qui a été suivie dans ces deux derniers cas apparaît comme une option maximale peu réaliste pour un projet de grande ampleur. L’un des obstacles au projet de l’édition des Œuvres réside en effet aussi bien dans l’état des manuscrits que dans la façon dont travaillait Condorcet, lui qui « a érigé l’inachèvement en vertu ». Anne-Marie Chouillet et Pierre Crépel confirment ces difficultés. En vue d’une édition des œuvres, Pierre Crépel, indique la nécessité d’établir en premier lieu un inventaire complet des manuscrits. Le travail est en cours et devrait connaître une publication prochaine sous l’égide de la Voltaire Foundation. Il faut ensuite commencer par produire des éditions des textes les plus difficiles. Il s’agirait d’éditions « de travail », comparables à celle des textes d’arithmétique politique qui peuvent encore apparaître perfectibles tant les sources sont complexes. Il y a une autre difficulté : pour un texte aussi célèbre et établi que l’Essai sur les élections de 1785, on doit faire le constat qu’en deux cents ans probablement personne ne l’a jamais lu in extenso et certainement personne ne l’a jamais compris. L’édition d’Œuvres complètes comme on le fait aujourd’hui pour d’Alembert reste dès lors un horizon lointain. Éric Brian rejoint ce constat et explique les problèmes d’établissement du texte posés par l’édition du Fragment sur la langue universelle à laquelle il travaille. Malheureusement, le succès contemporain de Condorcet conduit parfois à des facilités tout à fait condamnables, tant on peut se contenter de réimprimer sans vergogne une édition ancienne et fautive. Christiane Demeulenaere-Douyère évoque dans le même esprit les faiblesses des premiers volumes de l’édition des Œuvres de Lavoisier. Éric Brian évoque aussi l’incidence des travaux menés récemment sur Condorcet sur certains aspects de l’édition en cours des œuvres de d’Alembert et sur l’activité des chercheurs qui étudient aujourd’hui les archives de l’Académie des sciences. Jean-Claude Perrot confirme cet effet d’entraînement en citant encore l’exemple de l’édition des Recherches et considérations sur la population de la France de Moheau (1778, éditions de l’INED, 1994). Finalement Éric Brian et Catherine Kintzler, craignant que le niveau atteint par les tâches d’érudition ne découragent les jeunes chercheurs qui s’engageraient dans l’étude de Condorcet, plaident la nécessité de procéder à l’analyse des textes. Chacun d’entre nous, pour travailler, s’est emparé de ce qui existait, affirme Catherine Kintzler, a mesuré l’infinité de ce qui lui manquait, mais a quand même travaillé. Il faut une grande dose de civilisation et de savoir pour travailler, il faut aussi un minimum de barbarie pour s’y mettre... C’est là la question des rapports du savoir et de l’état idéal du savoir qui a été traitée par Condorcet lui-même.

Bibliographie

Ouvrages de et sur Condorcet discutés dans cette table ronde

CONDORCET, Almanach anti-superstitieux et autres textes, éd. par A.-M. Chouillet (avec la collaboration de P. Crépel et H. Duranton), Presses de l’université de Saint-Étienne et Paris, CNRS-Éditions, 1992.

– Cinq Mémoires sur l’instruction publique, éd. par C. Coutel de C. Kintzler, Paris, GF-Flammarion, 1994.

– Mémoires et discours sur les monnaies et les finances (1790-1792), éd. par B. Courbis et L. Gillard, Paris, L’Harmattan, 1994.

– Arithmétique politique. Textes rares ou inédits (1767-1789), éd. critique et commentée par B. Bru et P. Crépel, Paris, INED, 1994.

– Essai sur l’application de l’analyse à la probabilité des décisions rendues à la pluralité des voix, An annotated translation by A.B. Urken, J. Mc Clellan III, R. S. Pinkham, Forthcoming.

– Tableau historique des progrès de l’esprit humain, éd. par les organisateurs du colloque, à paraître.

– « Correspondance Euler-Condorcet », éd. par C. Gilain, in EULER, Opera Omnia, série IVa, t. 7, dir. R. Taton et A.P. Youchkévitch, à paraître.

– The Political Theory of Condorcet, by I. Mc Lean and F. Sommerfeld, University of Oxford Faculty of Social Sciences, Working Papers, vol. I, 1989, vol. II, 1991.

BRIAN (E.), La Mesure de l’État, Administrateurs et géomètres au xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 1994.

DUPRAT (C.), Le Temps des philanthropes, t. I, Paris, éd. du CTHS, 1993.

GROUCHY (S. de), Lettres sur la sympathide, suivies des lettres d’amour à Maillia Garat, éd. par J.-P. de Lagrave, préface d’A. Pons, Montréal-Paris, l’Étincelle, 1994.

– Lekton, vol. III, n° 1, printemps 1993, n° spécial, Condorcet (1743-1794). Le Condor des Lumières, dir. J.-P. de Lagrave.

SCHANDELER (J.-P.), Problématiques, pratiques et enjeux de lectures de Condorcet au xixe siècle (1794-1894), thèse, université Paul-Valéry – Montpellier III, 21 janvier 1995.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search