Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books ENS Éditions Theoria Condorcet La réception de Condorcet dans le...

Condorcet

La révolution et la république

La réception de Condorcet dans les milieux néo-jacobins sous le Directoire

Condorcet’s Reception in the Neo-Jacobin Milieus Under the Directory

Bernard Gainot

Résumé

À première vue, le sujet peut sembler paradoxal ; Condorcet étant considéré comme l’« une des plus illustres victimes de la Terreur », les néo-jacobins étant généralement présentés comme des nostalgiques du gouvernement de l’an II, il ne peut y avoir qu’irréductible incompatibilité entre les deux.
L’analyse des discours de quelques grands orateurs du groupe néo-jacobin du Conseil des Cinq-Cents en 1799 (Lamarque, Quirot, Briot) laisse apparaître pourtant de constantes références positives à Condorcet.
Une recherche plus large permet de souligner que ce ne sont pas là vaines figures de rhétorique ; la réception des œuvres de Condorcet, essentiellement l’
Esquisse, ne fut pas limitée aux seuls milieux républicains conservateurs de la Décade philosophique. Le courant « républicain-démocrate » ou néo-jacobin devait s’en inspirer pour redéfinir son projet politique autour de deux axes majeurs : la réappropriation critique de la totalité de l’expérience révolutionnaire, une démarche progressive d’aménagement de la Constitution en vue de son élargissement démocratique. Les textes de deux théoriciens majeurs du néo-jacobinisme, Antonelle et Félix Le Peletier, nous permettent de mieux préciser cette influence, implicite ou explicite.

Texte intégral

1À première vue, rapprocher Condorcet des héritiers du jacobinisme après le 9 thermidor peut sembler paradoxal. D’une part, parce que sous le Directoire, les personnalités les plus étroitement associées à la mémoire et à l’œuvre de Condorcet (je pense à Garat, à Cabanis, à Volney, à Jean de Bry) gravitent autour de l’Institut, et sont des figures de proue du libéralisme conservateur, fort éloigné du courant démocratique, parfois en antagonisme direct avec celui-ci, comme à la fin du Directoire. D’autre part, évoquer le néo-jacobinisme, c’est placer implicitement ce courant dans la filiation montagnarde. Si l’on admet que les choix de 1793 figent sur une longue période les positions politiques, alors les choses sont claires, et chaque camp vénère ses martyrs. Aux radicaux démocrates Robespierre, Marat, Babeuf et les martyrs de Prairial ; aux libéraux conservateurs Condorcet, les girondins, et Féraud. Exalter la mémoire des martyrs de son camp est d’ailleurs une façon de conjurer ceux du camp adverse.

  • 1 Bernard Gainot, « Le mouvement néo-jacobin à la fin du Directoire : structure et pratiques politiqu (...)

2Nous pensons, quant à nous, que les choses ne sont pas si simples, et qu’il y a des logiques de recomposition politique et culturelle qui l’emportent de loin sur le mimétisme des références. L’une de ces logiques est à l’œuvre dans le mouvement jacobin sous et après la Convention thermidorienne. Nous ne prétendons pas qu’elle soit la seule, mais c’est celle qui nous est le mieux connue1. Or, la référence à Condorcet tient sa place dans cette logique de recomposition. Comme mémoire des faits, elle invite à une relecture critique de l’expérience de la Terreur, qui autorise la transgression des anciens clivages ; comme assimilation d’un héritage intellectuel, elle s’intégre dans une vaste réflexion concernant l’établissement et la viabilité d’une république démocratique instituée, détachée de son statut provisoire et contingent de l’an II. Mettre en valeur la référence positive à Condorcet dans le mouvement néo-jacobin, c’est aussi nous interroger sur les pesanteurs historiographiques qui masquent les choix et les enjeux de la République libérale ; il y a plusieurs façons d’assumer le même héritage révolutionnaire, l’égalité du partage successoral étant toujours une méthode plus équitable que le droit d’aînesse.

Stratégies de la mémoire

  • 2 J.-B. Quirot, « Discours sur la fête de la liberté et les événements des 9 et 10 Thermidor » (séanc (...)

3Lorsque Jean-Baptiste Quirot prononce, le 10 thermidor an VII, en tant que président du Conseil des Cinq-Cents, le discours officiel sur les événements qui se sont déroulés cinq ans plus tôt, il n’oublie pas de rendre un hommage œcuménique à toutes les victimes révolutionnaires de la « tyrannie décemvirale2 » : sont morts sur un échafaud « les commissaires choisis pour organiser le 10 Août » ; « Condorcet, Vergniaud, Ducos et Fonfrède... sont descendus dans la tombe », tandis que la « hache révolutionnaire » frappait tout autant les dantonistes que les hébertistes. Rappels soigneusement choisis pour montrer que le système de la Terreur frappait en priorité ceux qui ont brisé le trône pour « fonder la République » ; le « système d’extermination générale » peut ainsi passer pour le produit du « génie infernal de l’Angleterre ».

  • 3 A. Kuscinski, Dictionnaire des conventionnels, article « Quirot », p. 514.
  • 4 A.N., AD XVIII (a) (43) dossier 16 : « Laveaux. »

4Ce rappel des victimes de la Terreur n’est pas simple figure de rhétorique chez Quirot, puisqu’il a failli en être lui-même la victime, en tant qu’auteur d’une lettre de protestation contre la journée du 31 mai 17933. Il n’en est pas moins « ferme républicain » en 1799, partisan déclaré de la législation néo-jacobine mise en place après le renversement du second Directoire. L’essentiel de son discours du 10 thermidor an VII est d’ailleurs consacré à la « réaction sanglante » qui suivit la chute de Robespierre. Il reprend la thèse la plus couramment admise chez les néo-jacobins : « la journée du 9 thermidor... fut bonne un seul jour, mais le royalisme s’en empara », disait déjà Étienne Laveaux dans son discours officiel du 9 thermidor an VI au Conseil des anciens4.

  • 5 Réimpression du Moniteur, tome XVII, p. 79 (séance du 8 juillet 1793).

5La présence d’un ancien conventionnel modéré qui honore la mémoire de Condorcet, dans les rangs des néo-jacobins, n’est pas l’exception : voici Pierre Guyomar, représentant des Côtes-du-Nord au Conseil des anciens, qui n’oublie jamais de rappeler qu’il fut le seul à prendre la défense de Condorcet, le 8 juillet 1793 à la Convention nationale. Chabot venait alors de dénoncer l’adresse de Condorcet aux administrateurs de l’Aisne, protestant contre la journée du 2 juin. Il assimilait à un appel à la sédition les reproches adressés par le même Condorcet à la constitution montagnarde de 1793, et proposait en conséquence le décret d’arrestation. Guyomar riposta en affirmant que l’écrit de Condorcet était une opinion, et n’était pas un crime5.

6Six ans plus tard, l’ancien « modéré » sympathisant des girondins, est un « démocrate » conséquent ; son apport théorique à la synthèse néo-jacobine est tout à fait déterminant, comme nous le verrons par la suite.

7Se réclamer de Condorcet peut être à la fois logique et habile, de la part d’anciens collègues qui avaient partagé peu ou prou ses orientations idéologiques, et qui pouvaient maintenant se poser vis-à-vis de la majorité libérale et conservatrice des Conseils en garants d’un élargissement démocratique de la République, sans recours à la terreur.

8L’argument référentiel peut d’ailleurs être exposé indépendamment des affinités girondines implicites. François Lamarque, ex-régicide, mais fort opportunément éloigné des clivages partisans sous la Convention, protecteur attitré des « anarchistes » de son département de la Dordogne sous le Directoire, y a recours dans une circonstance décisive. Le 27 fructidor de l’an VII (septembre 1799), il cherche à emporter l’adhésion de ses collègues du Conseil des Cinq-Cents à la proposition Jourdan de déclaration de la « Patrie en danger ». Il s’agit d’un retour aux origines mythiques de la République, d’une re-création démocratique qui ferait l’économie de la Terreur. Comment répondre aux objections des porte-parole des conservateurs, Marie-Joseph Chénier, Daunou, qui soulignent que les mêmes causes produisant les mêmes effets, la mobilisation populaire deviendra rapidement incontrôlable et débouchera sur la tyrannie ? En retournant contre ces membres de l’Institut la mémoire de celui qu’ils invoquent parmi leurs principaux maîtres à penser.

9Écoutons Lamarque :

  • 6 « Opinion de Lamarque sur les dangers de la Patrie » (27 fructidor an VII), B.N., Le (43) 3587, et (...)

« Lorsqu’une coalition moins forte que celle d’aujourd’hui nous menaçait en 92, l’assemblée législative décréta que, si le péril devenait imminent, un décret le déclarerait par la formule suivante ; “Citoyens, la Patrie est en danger !”, et que cette déclaration serait suivie de mesures extraordinaires de défense. Nous osâmes demander cette déclaration par une motion d’ordre du 12 septembre 1792. Une foule d’hommes qui se prétendaient plus sages et plus constitutionnels que nous, et qu’on a vus depuis, les uns émigrer, les autres favoriser la plus sanguinaire réaction, essayèrent de présenter cette demande comme un cri de faction et de désordre. Nous fûmes soutenus par tous les amis de la liberté, et je le fus notamment par un collègue dont je m’honorerai toujours d’avoir été le disciple, et dont je ne cesserai de révérer la mémoire, par le savant et vertueux Condorcet. Dès le lendemain, au nom des comités diplomatique, militaire, et de la commission des douze, Jean de Bry proposa la rédaction6. »

10Subtile stratégie parlementaire que ce recours à la politique de la mémoire, mais sans autres implications programmatiques que la recherche d’une majorité. On peut toujours objecter qu’il ne coûte pas grand-chose d’invoquer les mânes de Condorcet pour séduire la majorité libérale, alors que l’on ne songe qu’à terroriser cette même majorité lorsque l’on se sera emparé des leviers effectifs du pouvoir...

Une référence programmatique

11Changeons un peu d’époques et de protagonistes...

  • 7 Réflexions sur le moment présent, par Félix Le Peletier, ou suite de celles déjà publiées par le mê (...)

12Nous sommes au printemps 1796. Félix Le Peletier fait paraître une brochure politique : « Réflexions sur le moment présent. » L’auteur situe ces réflexions dans la continuité des critiques adressées à la Convention nationale l’année précédente, à propos du caractère oligarchique de la Constitution de 17957.

13Mais Félix souhaite prendre de la hauteur par rapport aux circonstances : « Le mouvement général, en faveur de l’égalité, peut s’arrêter un moment, il est vrai ; mais il ne s’en poursuit pas moins par suite ; et je ne vois pas que des catastrophes particulières retardent la marche des âmes. »

14Et il cite l’inspirateur de cette appréciation distanciée et foncièrement optimiste du cours de l’histoire :

  • 8 Ibid., V, p. 13.

« Depuis les premières réflexions que je publiais à ce sujet, j’ai lu l’ouvrage posthume de Condorcet, son testament politique, et je me suis senti orgueilleux d’avoir pensé comme ce philosophe sur le but et la fin de la Révolution...
... J’ai regardé le témoignage de cet homme, d’autant plus précieux pour la cause de l’humanité, que c’est dans le malheur qu’il l’a donné ; ce n’était pas entouré de l’inviolabilité, qu’il proclamait ces vérités. Il était poursuivi, au contraire, par l’opinion publique, pour quelques opinions moins en faveur de la Révolution. Enfin, ce n’était plus l’homme qui écrivait, c’était l’âme qui, résolue de se soustraire, par la mort, à la persécution, voulait laisser à la postérité et à son siècle l’expression toute entière d’une conscience pure et toute la pensée d’un long recueillement, éclairé par les connaissances les plus étendues, et soumis aux règles abstraites des calculs exacts8. »

15Remarquons la date de parution de l’ouvrage : 27 floréal an IV (16 mai 1796). Six jours plus tôt, Babeuf et plusieurs membres du directoire secret de salut public, dont fait partie Félix Le Peletier, ont été arrêtés. Félix est passé dans la clandestinité : telles sont les circonstances par rapport auxquelles il souhaite prendre du recul.

  • 9 Journal des hommes libres n° 191, 9 floréal an IV.

16Or, le plus proche de Félix Le Peletier parmi les membres du directoire secret est Antonelle. Journaliste au Journal des hommes libres et à l’Orateur plébéien, Antonelle publie d’innombrables articles à cette époque portant principalement sur la Constitution de 1795, ses vices, mais aussi ses aménagements possibles. Dans l’un d’eux, paru le 9 floréal an IV (28 avril 1796), intitulé Quelques réflexions sur un point important de l’acte constitutionnel9, Antonelle s’en prend au suffrage à deux degrés, dans lequel il voit l’un des traits oligarchiques de la Constitution de l’an III.

17« Il est de principe, et même de sens commun, que la représentation du peuple soit nommée par le peuple qu’elle est appelée à représenter, et le peuple, sous ce rapport, n’existe que dans les assemblées primaires. »

18Et il ajoute : « Aussi, Condorcet, dans un discours profondément pensé, n’avait-il eu garde de s’en écarter. Le premier comité de constitution de la Convention nationale s’y était également conformé dans le projet qu’il présenta au mois de février 1793, et dont elle ordonna l’impression, la distribution et l’envoi. »

  • 10 Journal des hommes libres n° 175, du 3 floréal an IV (23 avril 1796).

19Préoccupations et références qui ne sont pas occasionnelles chez Antonelle. Dans un autre article du même journal, paru six jours plus tôt, il avait déjà exposé ses vues nuancées sur la Constitution10. Cet article intitulé « démocratie » est tout à fait fondateur pour les orientations des néo-jacobins sous le Directoire. Il y estime, entre autre, que la souveraineté du peuple doit pouvoir s’exercer par le droit de révision périodique qui prendrait la forme d’un référendum d’initiative populaire. C’est « l’esprit de démocratie », à propos duquel nous trouvons une autre référence appuyée à Condorcet : « Il [– cet esprit de démocratie] veut encore, ainsi que l’a dit Condorcet, il veut surtout, il veut au moins, que le peuple ait un moyen légal et toujours ouvert de parvenir à la réforme d’une constitution qui lui paraîtrait avoir violé ses droits. »

  • 11 Idem.

20Et, pour que l’on comprenne bien, Antonelle appose une note : « Discours préliminaire du plan de constitution présenté à la Convention nationale par son premier comité de constitution, en février 1793. Ce plan et ce discours sont bons à relire11. »

21Que Félix Le Peletier, Antonelle, soient en ce mois de floréal an IV occupés à lire, à relire, Condorcet, nous ne pouvons en douter. Et cette lecture, ou relecture, est potentiellement déterminante pour l’avenir du mouvement démocrate.

La république libérale peut-elle être démocratiquement aménagée ?

  • 12 Voir à ce sujet l’« état des questions », annexe de J.-R. Suratteau à l’ouvrage de G. Lefebvre : La (...)

22La référence à Condorcet, les discussions portant sur l’aménagement constitutionnel, plutôt que sur la communauté des biens, tout cela peut fort bien n’être qu’une ruse tactique destinée à détacher du Directoire les républicains démocrates sincères. Lecture réductrice et unifiante de la Conspiration des Égaux, qui est celle de Buonarotti en 1828, et à laquelle sont attachés la plupart des historiens récents du babouvisme12.

23Nous laisserons provisoirement de côté le débat sur le babouvisme. Nous affirmons pour notre part que les œuvres de Condorcet furent commentées dans les cercles démocratiques en ce printemps 1796, et qu’elles furent une référence pour la synthèse néo-jacobine des années suivantes, qui allait prendre allure programmatique sous le vocable de « démocratie représentative ».

  • 13 Ce dîner de Sèvres, ainsi que le séjour qui a suivi chez Le Peletier sont les pièces majeures de la (...)
  • 14 Antonelle, « Sur la prétendue conspiration du 21 floréal. Mon examen de conscience ou le détenu à V (...)

24Revenons à Antonelle et à Félix Le Peletier en ce mois de germinal an IV. Après un dîner à Sèvres, au cours duquel Drouet présenta un projet de motion contre la fermeture des réunions politiques, qu’il comptait déposer les jours suivants au Conseil des Cinq-Cents, Antonelle accompagne Félix chez lui à Versailles13. Le soir, la conversation porte sur Les Voyages du jeune Anacharsis, un best-seller littéraire de l’époque. Le lendemain matin, nous apprend Antonelle, « nous avions lu ensemble un livre entier de l’ouvrage posthume de Condorcet ; et comme ce livre était précisément le plus scandaleusement démocrate de tout l’ouvrage, qui l’est beaucoup, vous voyez de reste [...] que cette lecture n’était pas une chose qui dût être omise dans l’histoire vraie du complot14 ».

25Ruse ou paravent, admettons que le doute subsiste. Nous avons pourtant là une confirmation de l’intérêt porté à l’Esquisse par nos deux théoriciens de la « démocratie représentative ». Car c’est à la même époque que le concept prend forme : « J’ai souvent dit, on ne réussira pas à m’empêcher de redire, et je pense décidément, qu’il n’y a de salut pour nous que dans la franche démocratie représentative... »

26Et il poursuit :

  • 15 Voir note 10, article « démocratie » du Journal des hommes libres n° 175.

« Je ne veux pas en conclure qu’un peuple libre, pour peu qu’il soit nombreux bien moins encore un peuple immense comme nous le sommes, puisse concevoir la pensée, ou nourrir l’espérance de gouverner par lui-même et de réaliser la chimère d’une démocratie de fait, d’une démocratie effective, exercée par vingt-sept millions d’hommes, ne formant qu’un seul corps de peuple, sur une étendue de terrain de trente mille lieues carrées... Mais il [– l’esprit de la démocratie –] veut que l’établissement politique soit institué de telle sorte que le peuple y fasse, par lui-même tout ce que, dans l’intérêt commun, il doit faire et peut bien faire, et tout le reste, par voie de délégation expresse, au moyen de mandataires à terme et responsables, agissant en son nom, élus et surveillés par lui15. »

27C’est à ce moment de sa démonstration qu’il s’autorise de la caution de Condorcet pour revendiquer l’élection directe des représentants par les assemblées primaires : « Ce qu’on appelle la représentation n’est déjà pas en elle-même une chose assez réelle, pour qu’on persiste à en affaiblir l’idée en privant les assemblées primaires de leur droit d’élections immédiates. »

28Voilà une parenté totale avec le sens de l’intervention de Pierre Guyomar (que nous retrouvons, et ce n’est pas pure coïncidence) devant la Convention nationale en juillet 1795 :

  • 16 Réimpression du Moniteur, tome XXV, p. 255 (juillet 1795).

« Dans une petite république, le peuple lui-même peut délibérer et faire ses lois ; dans une grande république, il est forcé de nommer des représentants. Or, la démocratie représentative fondée sur l’égalité des droits exige que tout citoyen donne sa voix pour l’élection des représentants. En effet, le peuple doit faire lui-même ce qu’il peut faire, et ne délègue que ce qu’il ne peut pas faire. Or, les assemblées primaires pouvant élire immédiatement ne doivent pas en déléguer les fonctions16. »

  • 17 Bernard Gainot, « Le mouvement néo-jacobin à la fin du Directoire ; structure et pratiques politiqu (...)

29Les assemblées primaires sont la clef de la démocratie représentative, avec les sociétés politiques et la liberté de la presse, dont le rôle sera clarifié par les néo-jacobins en 1798 et 179917. C’est dans les assemblées primaires que réside la souveraineté populaire, qu’elles exercent annuellement lors des sessions électorales, mais qu’elles peuvent ressaisir en totalité lors de la procédure de révision de la Constitution, ou du référendum d’initiative populaire. Par ces différentes configurations, il est possible de parvenir graduellement à des aménagements, à des lois organiques (sur l’indépendance des élections, sur la liberté de la presse, sur le droit d’association, sur l’élargissement du suffrage) qui autoriseraient enfin une vraie république démocratique, installée sans violence insurrectionnelle.

  • 18 Condorcet, Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, dixième époque (édition (...)

30Cette seconde source d’inspiration (outre le « Projet de constitution »), les dirigeants néo-jacobins la trouvent dans le dixième livre (ou dixième époque ; « Des progrès futurs de l’esprit humain ») de l’Esquisse18. Incontestablement, c’est là le passage lu et commenté en commun par Antonelle et Le Peletier.

  • 19 Pierre Serna, « Doit-on obéissance à la constitution de l’an III ? L’apport théorique d’Antonelle à (...)

31Ils y puisent des instruments de réflexion pour asseoir leur conception gradualiste, en rupture de plus en plus nette avec la conception archaïque de la régénération. Comme le dit Pierre Sema, le biographe d’Antonelle, il y a dans ce gradualisme une nécessaire « éducation de la démocratie » pour fonder définitivement le régime républicain ; pratique du vote en assemblée, pédagogie civique par les sociétés politiques, instruction populaire, y contribuent chacune à leur manière, sans exclusivité19.

32Nous ne voulons pas dire néanmoins que Condorcet soit la seule référence du néo-jacobinisme. Rousseau, et surtout Mably, puis de plus en plus Machiavel, sont des références tout aussi importantes.

33Nous ne voulons pas dire non plus que la pensée démocratique soit totalement unifiée sous le Directoire, ni que nous voulions faire jouer à la synthèse programmatique de la « démocratie représentative » le même rôle que nous reprochons à certains d’avoir voulu faire jouer à la communauté des biens de Babeuf.

  • 20 Bernard Gainot, « La notion de démocratie représentative ; le legs néo-jacobin de 1799 ». (Colloque (...)

34Certaines sensibilités plus plébéiennes, autour du pamphlétaire François Dubreuil, des journalistes Rigomer Bazin et René-François Lebois, sont fort éloignées de l’optimisme progressiste de Condorcet20.

35Le mouvement démocratique à la fin de la décennie révolutionnaire est divers, parce que les lectures du passé proche sont plurielles, parce que la république n’est pas encore enracinée.

  • 21 Claude Nicolet, par exemple, dans l’idée républicaine en France, Paris, 1982, ne prend en considéra (...)

36Suffisamment divers en tous cas pour ne pas prendre nos distances à l’égard de certaines coupures trop franches, trop claires, entre deux traditions issues de la Révolution ; la tradition « libérale », et la tradition dite « radicale » ou « démocratique », ou « jacobine ». Condorcet est justement l’une de ces passerelles entre les deux traditions21, qui permet de considérer le libéralisme démocratique, sinon comme une issue viable de la transition révolutionnaire, du moins comme un héritage de la culture politique de cette fin du xviiie siècle.

Notes

1 Bernard Gainot, « Le mouvement néo-jacobin à la fin du Directoire : structure et pratiques politiques » (thèse soutenue le 30 janvier 1993 à l’université Paris I, sous la direction de Michel Vovelle). Isser Woloch, Jacobin legacy (Princeton, 1970).

2 J.-B. Quirot, « Discours sur la fête de la liberté et les événements des 9 et 10 Thermidor » (séance du 10 Thermidor an VII) B.N., Le (43) 3367-3443.

3 A. Kuscinski, Dictionnaire des conventionnels, article « Quirot », p. 514.

4 A.N., AD XVIII (a) (43) dossier 16 : « Laveaux. »

5 Réimpression du Moniteur, tome XVII, p. 79 (séance du 8 juillet 1793).

6 « Opinion de Lamarque sur les dangers de la Patrie » (27 fructidor an VII), B.N., Le (43) 3587, et n° 360 du Moniteur du 30 fructidor an VII (compte rendu de la séance historique du 27 fructidor an VII au Conseil des Cinq-Cents.

7 Réflexions sur le moment présent, par Félix Le Peletier, ou suite de celles déjà publiées par le même, et offertes par lui à la Convention nationale en floréal de l’an III (imprimerie Vatar, 27 floréal an IV) B.N., Lb (42) 1031.

8 Ibid., V, p. 13.

9 Journal des hommes libres n° 191, 9 floréal an IV.

10 Journal des hommes libres n° 175, du 3 floréal an IV (23 avril 1796).

11 Idem.

12 Voir à ce sujet l’« état des questions », annexe de J.-R. Suratteau à l’ouvrage de G. Lefebvre : La France sous le Directoire, Messidor, Éditions sociales, 1977 ; « Babeuf, la conjuration des Égaux et les problèmes du babouvisme » (p. 838-839). Dans cette mise au point, M. Suratteau reprend Lefebvre ; « le dernier mot n’est pas dit sur la conspiration des égaux », mais il est surtout question du communisme de Babeuf et de Buonarotti. Il n’y est pas question d’Antonelle et de Félix. Pour Antonelle, le cas est développé par A. Saïtta : « Autour de la conjuration de Babeuf. Discussions sur le communisme en 1796 » (Annales historiques de la Révolution Française, 1960, p. 426-435). Saïtta prend pour argent comptant ce que dit Buonarotti sur le rôle des journalistes démocrates, dans son ouvrage de 1828 (p. 107). Cette thèse est reprise par Claude Mazauric, Babeuf et la conspiration pour l’égalité, Éditions sociales, 1962, p. 139-140, et plus récemment par Jean-Marc Schiappa, Gracchus Babeuf avec les Égaux, Éditions ouvrières, 1991, p. 119 et 163. La lecture des nombreux articles d’Antonelle nous amène à remettre en cause cette version « instrumentale » de la presse démocrate. Nous partageons entièrement sur ce point les analyses d’Isser Woloch, Jacobin Legacy, op. cit. n. 1, chapitre III, p. 48-56.

13 Ce dîner de Sèvres, ainsi que le séjour qui a suivi chez Le Peletier sont les pièces majeures de la procédure d’accusation instruite contre Antonelle à la Haute-Cour de Vendôme (A.N., W 564).

14 Antonelle, « Sur la prétendue conspiration du 21 floréal. Mon examen de conscience ou le détenu à Vendôme interrogé par le ci-devant hermitte » (imprimerie Cottereau, an V, 36 p.).

15 Voir note 10, article « démocratie » du Journal des hommes libres n° 175.

16 Réimpression du Moniteur, tome XXV, p. 255 (juillet 1795).

17 Bernard Gainot, « Le mouvement néo-jacobin à la fin du Directoire ; structure et pratiques politiques », op. cit., IIIe partie.

18 Condorcet, Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, dixième époque (édition Garnier-Flammarion, 1988, p. 265-296).

19 Pierre Serna, « Doit-on obéissance à la constitution de l’an III ? L’apport théorique d’Antonelle à la définition de la démocratie représentative dans le “journal des hommes libres”, et ses écrits politiques, de thermidor de l’an II à messidor de l’an IV » (communication présentée aux rencontres de Macerata, 1993 – Actes à paraître). Cette communication doit beaucoup aux entretiens avec Pierre Serna, qui a soutenu une thèse sous la direction de Michel Vovelle, « Antonelle, talons rouges et bonnet rouge » (décembre 1994).

20 Bernard Gainot, « La notion de démocratie représentative ; le legs néo-jacobin de 1799 ». (Colloque mondial pour le bicentenaire, L’Image de la Révolution française, Pergamon Press, 1989, tome I, p. 523-527).

21 Claude Nicolet, par exemple, dans l’idée républicaine en France, Paris, 1982, ne prend en considération dans son chapitre III (« Les Idéologues – la Troisième République sous le Directoire ») que les seuls représentants du courant libéral conservateur ; par voie de conséquence, ces derniers sont considérés comme les légataires exclusifs du testament politique de Condorcet.

Auteur

Institut d’histoire de la Révolution française, université de Paris I.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search