Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books ENS Éditions Theoria Condorcet Condorcet et la république univer...

Condorcet

La révolution et la république

Condorcet et la république universelle

Condorcet and the Universal Republic

Yves Bénot

Résumé

Comment Condorcet, qui avait toujours condamné la guerre, qui avait approuvé le décret du 22 mai 1790 déclarant la « paix au monde », a-t-il pu rejoindre le camp de la guerre moins de deux ans plus tard au point d’en devenir le propagandiste quasiment officiel ? S’agit-il d’un revirement ou non ? Peut-on analyser de façon plus précise les motivations des partisans de la guerre et dégager plusieurs options différentes parmi eux ? On montrera ici que, malgré les apparences, la modification de position de Condorcet conserve une grande cohérence.

Texte intégral

1Condorcet n’a pas attendu la Révolution française pour marquer sa position sur les questions de la guerre, des conquêtes et, finalement, de l’unité du genre humain. N’a-t-il pas déjà affirmé que « la guerre la plus légitime, la plus juste » (référence évidente à la guerre d’indépendance américaine) devrait inspirer une « espèce d’horreur et de répugnance » ? (Lettres d’un bourgeois de New Haven, O.C., IX, p. 46) Certes, cette condamnation est un des leitmotive de tout le siècle des Lumières, avec des nuances et des argumentations diverses, voire des modulations en fonction des circonstances. Elle implique de toute façon non seulement la condamnation des conquêtes, mais la perspective d’une humanité libérée des haines nationales. Pour Condorcet, elle découle d’une conception globale de la cause du genre humain qui est un parce que capable de raison, de justice et de compréhension du droit naturel. C’est en ce sens qu’il a déjà écrit dans la Vie de Voltaire : « Plus la civilisation s’étendra sur la terre, plus on verra disparaître la guerre et les conquêtes comme l’esclavage et la misère » (O.C., IV, p. 147).

2Ici intervient une durée qu’il n’est pas question d’essayer de calculer, mais qui est, par définition, celle où s’accomplit une progression continue, linéaire, de la raison humaine. À l’horizon se dessine cette confédération de tous les peuples qu’évoquera brillamment la Xe époque de l’Esquisse. Les nations, que Condorcet dénomme parfois « peuples », par opposition à « rois » ou « tyrans », ne sont pas dans cette vision un concept définissable, mais en quelque sorte une limitation plus ou moins durable de l’essor de l’esprit humain, une réalité passagère qui fait obstacle tant qu’elles n’obéissent pas toutes aux principes universels. C’est leur diversité et leur état politique d’asservissement qui impose la prise en compte de la durée indéterminable nécessaire au triomphe final de la raison.

3Quant à l’asservissement présent, Condorcet le définira plus tard en relation avec trois institutions contraires à la raison : la monarchie, la noblesse et un culte excessif (La République française aux hommes libres, O.C., XII, p. 117). Le peuple, à proprement parler, c’est l’ensemble de tous ceux qui s’opposent à ces trois institutions.

4Dans le cours de la Révolution, et notamment dans les trois ans qui vont mener à la déclaration de guerre – avec le vote pour de Condorcet –, ces thèmes généraux vont se trouver au premier plan de l’actualité, et conduire, au nom de l’universel, à des prises de parti divergentes. C’est par rapport à des conclusions aussi opposées que celles de Cloots, de Grégoire, de Robespierre, d’André Chénier, que l’on cerne mieux la réflexion de Condorcet, avec ses forces et ses faiblesses.

5Au départ, il est clair que la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen vaut pour tout le monde – ou, sinon, pour personne –, donc pour tous les États, ou pour aucun. Au minimum, la Révolution a une portée qui concerne toute l’Europe, mais on dit facilement : le monde entier ou le genre humain.

6Du coup, la politique étrangère qui convient à la France révolutionnaire dépendra de la réponse donnée à la question de savoir à quel rythme, par quelles démarches et à quelles conditions, cet idéal pourra le mieux se propager. Dans les conditions nécessaires s’inscrit la détermination de la politique intérieure, du rythme de la progression révolutionnaire en France même. Intérieur et extérieur agissent réciproquement l’un sur l’autre.

7En 1790, sur un rapport éloquent de Volney, l’assemblée constituante avait voté le fameux décret du 22 mai par lequel la France proclamait qu’elle renonçait à toute conquête et, selon une formule heureuse, déclarait la paix au monde. Démarche que Condorcet a soutenu en son temps dans le Journal de la Société de 1789, dont il était un des principaux animateurs. Il l’a constamment rappelée par la suite, de même que Grégoire, avec la seule restriction admissible à leurs yeux : le cas du vœu librement émis d’un peuple désireux de se rattacher à la France (cas du Comtat-Venaissin en 1791 et de la Savoie en 1792). Donc, pour lui et pour Grégoire, pas d’autre base possible de la politique étrangère de la République que ce décret du 22 mai 1790. Mais d’autres l’avaient assez vite oublié. Ainsi Cloots, Brissot, tous deux ralliés à la politique des frontières naturelles, ainsi Barrère. Pour revenir à Condorcet, la propagation des principes fondateurs ne se conçoit pas autrement que par la vertu de l’exemple, par le rayonnement de la France révolutionnaire libre et heureuse. Même quand il se fera le propagandiste d’une guerre qu’il juge juste, Condorcet restera fidèle à ces principes.

8Mais à partir de la même notion de la responsabilité de la Révolution devant le monde, André Chénier écrivant dans le Journal de la Société de 1789, en tire la conclusion qu’il faut freiner la Révolution et rétablir l’ordre :

« La France n’est point dans ce moment chargée de ses seuls intérêts. La cause de l’Europe entière est déposée dans ses mains. La Révolution qui s’achève (souligné par moi) parmi nous est, pour ainsi dire, grosse des destinées du monde. Les nations qui nous environnent ont l’œil fixé sur nous, et attendent l’événement de nos combats intérieurs avec une impatience intéressée et une curieuse inquiétude, et l’on peut dire que la race humaine est maintenant occupée à faire sur nos têtes une grande expérience. Si nous réussissons, le sort de l’Europe est changé. Les hommes rentrent dans leurs droits ; les peuples rentrent dans leur souveraineté usurpée [...] » (Journal de la Société de 1789, n° XIII, 28 août 1790, p. 30-31).

9Donc, il faut arrêter la Révolution au point où elle en est en l’été 1790, avec la monarchie encore forte, le suffrage censitaire, sans parler de la discipline militaire à restaurer. Ce qui suffirait à assurer l’expansion pacifique du nouvel ordre des chose à... qui au juste ? On aura remarqué dans ces quelques lignes l’oscillation entre les termes d’Europe, de monde et de race humaine, hésitation qui n’est pas propre à André Chénier. Cependant, pour Condorcet, qui est en désaccord avec André Chénier sur ce point et sur bien d’autres, il s’agit bien du genre humain dans son ensemble, femmes et noirs inclus, l’Esquisse l’atteste assez clairement.

10Il y a donc une interprétation que nous dirions « droitière » de l’universalité des principes de 89. L’interprétation opposée est fort bien représentée par Robespierre lors du célèbre débat sur la guerre de l’hiver 1791-1792. Il est vrai que beaucoup de choses ont changé dans l’intervalle, que la pause souhaitée par Chénier n’a pas eu lieu : il y a eu la fuite à Varennes, le manifeste menaçant de Pillnitz, le mouvement d’opinion vers la guerre immédiate jugée préférable à la pression permanente des émigrés et des puissances continentales. Le point de départ reste le même : la Révolution est chargée des intérêts de tout le genre humain. Mais c’est pourquoi elle doit d’abord aller à son terme en France même, briser complètement la contre-Révolution, aller plus loin dans la réalisation de l’Égalité et du bonheur commun. Le facteur externe impose alors la marche en avant sur le plan interne. Reste que c’est toujours en donnant l’exemple, en menant la réalisation des principes jusqu’à ses dernières conséquences que la Révolution achevée peut « éclairer » les autres peuples et favoriser la propagation d’une doctrine universelle. Condorcet, qui vote la guerre pour des raisons « conjoncturelles », et n’admet pas le « pacifisme » de Robespierre, pense pourtant selon ces mêmes directions générales qui sous-tendent le discours des opposants à la guerre immédiate et déclarée par la France.

11Mais si Condorcet en se rangeant dans le camp – majoritaire – de la guerre s’oppose à Robespierre, il ne s’oppose pas moins à un des plus ardents partisans de la guerre, Cloots. Celui-ci, dans un discours aux Jacobins du 1er janvier 1792, qualifié par Robespierre lui-même d’« étincelant », avait pu s’enthousiasmer pour la conquête des frontières naturelles sans être le moins du monde contredit. Les quelques lignes que voici justifient même à l’avance toutes les folies napoléoniennes :

« C’est en liant la prospérité de nos voisins à celle de la France que nous propagerons notre doctrine avec la rapidité de l’éclair. Les 63 cases du damier de la France seront augmentées de 12 cases nouvelles dont le rebord sera le Rhin et le sommet des Alpes, si toutefois l’intérêt de l’Europe libre n’exigerait pas un damier plus étendu » (Chronique de Paris, 17 janvier 1792).

12De fait, c’est au monde entier – il dira « le genre humain »– que Cloots serait prêt à étendre la France. Bien sûr l’intérêt dont il est question consiste dans la libération des peuples, l’avènement du régime des droits de l’homme et de la liberté à toute l’Europe – pour commencer. Après tout, puisque les peuples de Belgique, d’Allemagne ou d’Italie vivent sous des régimes de monarchie absolue (« éclairée » ou pas), se pourrait-il qu’ils n’aient pas envie d’être libres ? Et s’ils n’y réussissent pas par leurs seules forces, comme l’échec des révolutions de Belgique en 1789, de Hollande et de Genève en 1787 le fait apparaître, ne devraient-ils pas être heureux d’être délivrés par les armées françaises ? Moins extrémiste que le discours de Cloots, le texte du comité de correspondance des jacobins du 17 janvier brode sur le thème de cette guerre désintéressée et généreuse :

« Cette considération de la délivrance de plusieurs peuples serait assez puissante sur une nation généreuse pour la déterminer quand elle ne serait pas liée à notre intérêt particulier... » (A. Aulard, éd., La Société des jacobins, Paris, 1897, t. III, p. 324-5).

13Néanmoins, l’adresse ne prône pas l’annexion, ni la république universelle du genre humain. Elle avance une conception plus pragmatique, celle d’une « barrière de peuples libres entre nous et les tyrans », et, cela fait, les armées révolutionnaires rentreront dans leurs foyers, « dont la tranquillité ne sera plus troublée par de fausses alarmes, pires que le danger même ». Il ne s’agit plus de toute l’Europe, mais seulement de peuples voisins dont la révolution serait plus directement utile à la France et à sa sécurité. On sait comment cette doctrine a été effectivement mise en œuvre par les thermidoriens et le Directoire, et qu’elle s’est révélée très peu différente d’une annexion, simplement déguisée dans le cas des républiques vassales. Ce n’est pas là la pensée de Condorcet.

14 On voit donc se dessiner parmi les partisans de la guerre trois perspectives : ou bien la France a une responsabilité devant le monde entier, et il dépend d’elle d’assurer, par son propre rayonnement, l’extension des droits de l’homme au monde entier, la guerre n’ayant pour but que de garantir sa sécurité et sa liberté ; ou bien, elle accomplit cette tâche par l’extension de son territoire, voire de sa zone d’influence politique, ce qu’il faut bien appeler annexion, jusqu’à se fondre un jour dans l’hypothétique république universelle ; ou bien, s’entourant de républiques amies, elle garantit sa sécurité, et limite la zone de propagation de ses principes à quelques peuples voisins, du moins à court terme. On aura cependant remarqué que personne n’a envisagé quoi que ce soit qui puisse correspondre à un objectif de Révolution de la Liberté et de l’Égalité dans un seul pays, pas plus Robespierre que ses contradicteurs. En revanche, il y a de fortes divergences dans l’appréciation de l’état d’esprit des peuples eux-mêmes.

15Robespierre insiste, non sans raison, sur la force des préjugés régnants, sur l’« abrutissement » créé par le despotisme. Condorcet insiste au contraire sur les témoignages de sympathie et de solidarité qu’il reçoit de divers pays ; mais ils émanent de cercles intellectuels, certes non négligeables, mais encore loin d’avoir avec eux des masses importantes. C’est que la pensée de Condorcet évolue, fût-ce parfois malgré lui, dans le cadre de la république des lettres qui transcende les frontières. Ajoutons : qui presque toujours, lit, parle, parfois écrit français ; ce pourquoi, sans doute, Condorcet, en 1792, quand il lance des adresses aux Hollandais, aux Suisses, aux Espagnols, ne se soucie pas de les faire traduire pour qu’elles touchent un large public, il se contente de la diffusion opérée par les ambassades françaises auprès d’un certain nombre de notabilités connues...

16La position de Grégoire est différente. Se distinguant de Brissot qui, le 20 novembre 1792, s’est prononcé pour « une ceinture de républiques », de Cloots dont il rejette la république universelle parce qu’il y a de la diversité dans la « famille humaine »– comme il aime à dire –, Grégoire, le 27 novembre 1792, ne pense pas que l’extension des vrais principes puisse atteindre rapidement le monde entier :

« Plusieurs contrées de l’Europe et de l’Amérique agrandiront bientôt le domaine de la liberté ; mais quelques centaines de peuples seront encore longtemps étrangers aux vrais principes, et il est douteux qu’ils soient adoptés par les écumeurs barbaresques, les voleurs de l’Arabie et les anthropophages de la mer du Sud » (Le Moniteur, réimpression, Paris, 1863, t. 14, p. 585-588).

17Quant à la République française, « nous l’avons juré : point de conquêtes et point de rois ! ». Donc l’idée de faire de l’Europe entière une seule république dont la France serait la métropole « serait un projet digne de Louis XIV », et par là même, indigne d’un peuple libre. Le rattachement de la Savoie à la France, qui est l’occasion de ce discours, diffère, lui, radicalement d’une conquête parce qu’il résulte d’un « choix libre » d’un peuple rapproché « de nous par l’affinité des principes et des intérêts ». La conscience de la diversité des membres de la famille humaine va de pair avec le principe de l’indépendance et de la souveraineté de chaque peuple. Aussi le projet de Déclaration du droit des gens que Grégoire présente à la Convention le 16 juin 1793 marque bien qu’« un peuple n’a pas le droit de s’immiscer dans le gouvernement des autres », ce qui ne les empêche pas de devoir tous être soumis à « la morale universelle » (article 1, Grégoire, Paris, 1837, t. I, p. 428-430). Signe des temps, le très nationaliste Barrère intervient pour faire écarter le projet de Grégoire. Nous sommes là en un temps où Condorcet est déjà mis à l’écart de l’action politique effective.

18En tout cas, il n’était pas moins réservé que Grégoire à l’égard de la notion de république universelle ; elle n’était pas pour lui un objectif immédiat, elle s’apparentait à un raccourci en esprit. Il avait bien conscience de la résistance qu’opposait la diversité des histoires et des traditions nationales. Mais c’était en quelque sorte à son corps défendant. Mathématicien, il est plus porté à mettre l’accent sur les identités fondamentales que les différences.

19Cependant l’homme politique qu’il est aussi découvre dans le cours de l’action une donnée nouvelle qui, sur le terrain des relations internationales, pourrait rendre caducs nombre de calculs trop prudents. C’est ce que nous appelons l’accélération de l’histoire, et qui apparaît soudain à Condorcet au lendemain de la déclaration de guerre qu’il essaye de justifier dans La Chronique de Paris du 23 avril 1792 avec des arguments par ailleurs contestables :

« Il est des impulsions données à l’esprit humain telles qu’il doit s’ensuivre des combinaisons entièrement nouvelles dans les idées et les mœurs des peuples. Les événements prouveront si le premier coup de canon tiré par la France libre ne sera pas le signal de la révolution en Europe » (O.C., XII, p. 510 et suiv.).

20Hypothèse que la dernière phrase, et vite démentie, mais la première aurait dû porter son auteur à des considérations sur lesquelles il ne s’est pas arrêté. Les moments de rupture dans l’histoire – et 89-93 en est un – conduisent en effet à des phénomènes nouveaux et inattendus, à un rythme non prévisible auparavant ; mais ils se produisent dans des directions et avec des résultats qui ne ressemblent pas nécessairement à ceux qui paraissaient consciemment désirables. Rien dans les faits qui corresponde à une progression linéaire de l’idéal initial. Aujourd’hui, il n’est guère de pays où les principes de 89 ne soient pas officiellement reconnus, ne serait-ce qu’à travers l’adhésion à la Déclaration universelle de l’ONU. Mais le siècle nouveau qu’annonçait Grégoire en 1792, qui se serait orné des « palmes de la fraternité, de la paix et de la justice », celui où, en Europe, il n’y aurait plus eu « ni forteresses ni frontières ni peuples étrangers », est encore à venir. L’impulsion dont parle Condorcet n’en a pas moins exercé son influence, à la fois propagandiste et ravageuse, sur l’histoire de toute l’Europe et au-delà. Mais les conséquences n’en apparaîtront que longtemps après, et certes l’explosion des nationalismes n’était pas inscrite dans les horizons de Condorcet et de Grégoire.

21Après coup, une historiographie abondante a justifié la décision – aventureuse, en vérité – de déclarer la guerre en 1792 ; elle y a découvert, en y englobant même l’aventure napoléonienne, la voie par laquelle, à travers sang et larmes, des institutions telles que le Code civil (celui de Napoléon...), l’abolition du servage, la république parlementaire, etc., se sont propagées au xixe et xxe siècles en Europe, en Amérique, voire en Asie, en Afrique. Cette tendance à laquelle ne sont pas étrangers des historiens d’inspiration marxiste, ne fait que donner une allure rationnelle au fait accompli, et efface purement et simplement l’autre voie qu’indiquaient les opposants à la guerre offensive. Peut-être Condorcet s’y serait-il reconnu, après tout...

22Au tout début, quand l’Assemblée législative discutait seulement de la menace constituée par les rassemblements d’émigrés aux frontières, Condorcet avait lancé une idée neuve, qui va à l’encontre de la fâcheuse hypothèse mentionnée à l’instant. Il avait donc soutenu que tout homme a le droit (naturel) de choisir le pays où il veut être citoyen, qu’il a donc aussi le droit de changer de nationalité. Dans l’immédiat, il ne s’agissait que de circonscrire le débat, de limiter l’intervention diplomatique de manière à ce qu’elle ne concerne que ceux des émigrés qui avaient pris les armes contre la France et les distingue de ceux qui, simplement, ne pouvaient plus s’accommoder du nouvel ordre constitutionnel. La thèse n’en allait pas moins bien au-delà des circonstances. Son actualité est trop évidente pour que l’on ait besoin d’y insister ; ce droit est aujourd’hui admis, tout en se heurtant à de constants obstacles juridiques et à ces haines nationales que Condorcet et les siens, comme Volney, voulaient éteindre. En 1791, Vergniaud s’est très vivement opposé à Condorcet sur ce point, et il n’en a plus été question, signe que la passion nationale était loin de s’éteindre (Opinion sur les émigrants, O.C., X, p. 226-227).

23Là-dessus, Condorcet va devenir, à la fin de 1791, et encore dans les derniers mois de 1792, une sorte de propagandiste quasiment officiel de la France en guerre. Mais il le sera dans l’esprit du décret du 22 mai 1790, rappelant la distinction entre les peuples et les rois, rappelant surtout le principe du respect de l’indépendance des autres nations :

« La nation française ne cessera pas de voir un peuple ami dans les habitants des pays occupés par les rebelles [les émigrés armés], et gouvernés par des princes qui les protègent. Les citoyens paisibles dont ses armées couvriront le territoire ne seront point des ennemis pour elle ; ils ne seront même pas ses sujets. La force publique dont elle deviendra momentanément dépositaire ne sera employée que pour assurer leur tranquillité et maintenir leurs lois [...] Jalouse de son indépendance, résolue à ensevelir dans ses ruines plutôt que de souffrir qu’on osât lui dicter des lois, ou même garantir les siennes, elle ne portera point atteinte à l’indépendance des autres nations » (Déclaration de l’Assemblée nationale, O.C., X, p. 257).

24Cette proclamation faite au nom de l’Assemblée législative suppose évidemment que l’armée française est ce qu’elle devrait être, pleinement politisée et rééduquée, de même que ses généraux, voire les ministres, et non telle qu’elle est ; or, on ne voit pas que Condorcet ait envisagé les mesures qui auraient dû être prises pour qu’il en soit ainsi. On a affaire, en somme, à une armée et à une politique théoriquement justes, et qui ne le sont qu’en esprit. Mais il est plus significatif de mettre en lumière les contradictions implicites dans cet idéal lui-même.

25Comment concilier le respect de l’indépendance des nations avec l’universalité des principes et le caractère libérateur de cette guerre – ou, plus généralement, de l’extension de la révolution ? Condorcet, comme Grégoire, insiste sur l’autonomie des nations dans un texte de 1792 :

« Chaque nation a seule le pouvoir de se donner des loix et le droit inaliénable de les changer. Ce droit n’appartient à aucune ou leur appartient à toutes, avec une entière égalité » (Projet d’une exposition des motifs, O.C., X, p. 446).

26Mais Robespierre prenait l’exemple de la constitution civile du clergé pour montrer que les Belges ne partageaient pas toutes les aspirations de la nation française. On pourrait ajouter que les Belges voulaient plutôt garder leurs États avec leur représentation oligarchique, et que les Provinces unies des Pays-Bas ou Hollande tenaient à leur structure fédérale, de même que les Suisses, tout à l’opposé du principe de la République « une et indivisible » ; alors, que faire ? Le projet de constitution de Saint-Just en avril 1793 portait tout uniment que « la France vote pour la liberté du monde » (article IX du titre IX). Le problème concret n’en est pas mieux résolu. Cette contradiction, que rencontre toute révolution universaliste, est sans cesse présente dans la réflexion de Condorcet, sans être jamais énoncée. Il continue cependant à tabler sur l’exemple d’une armée totalement régénérée pour propager idées et principes révolutionnaires et croit même « impossible » que cet exemple n’entraîne pas la défection dans les rangs des armées ennemies (Discours sur l’office de l’empereur, O.C., X, p. 288). C’était sans doute inconcevable à ses yeux, de même qu’il était sans doute inconcevable pour les Bolcheviks de 1920 que les Polonais ne se soient pas soulevés quand ils venaient à leur aide. Bref, Condorcet sous-estime, ou même supprime, dans son raisonnement la force des passions humaines et de tout ce que l’on appelait les préjugés. Une certaine vision de l’individu humain en tant que chose qui pense exclusivement est ici manifeste.

27Dans son projet constitutionnel de 1793, Condorcet se retrouvera en face de la même contradiction, bien qu’ici, l’accent soit plutôt mis sur la continuité avec le décret de mai 1790. Il réaffirme le renoncement aux conquêtes et à toute annexion sauf « d’après le vœu librement émis de la majorité des habitants » (article II du titre XIII). Il fixe aussi la conduite à tenir par les généraux de la République dans les territoires occupés (c’est un signe des temps), et précise que, « dans ses relations avec les nations étrangères, la République française respectera les institutions garanties par le consentement de la généralité des peuples » (article IV du même titre). Pourtant, une formule plus vague rappelle aux généraux qu’ils ne devaient en aucun cas dans les territoires occupés protéger « des usages contraires à la liberté, à l’égalité et à la souveraineté des peuples » : qu’est-ce à dire ? (article III du titre XIII, Plan de Constitution, O.C., XII, p. 499). À la vérité, tant le projet de Saint-Just que la Constitution de l’an I se placent dans la même ligne et rencontrent la même difficulté à articuler l’exigence du respect de la souveraineté des peuples et le désir de la libération de tous ces peuples.

28Dans les adresses propagandistes de la fin de 1792, aux « hommes libres », aux Suisses, aux Bataves, aux Espagnols, aux Germains, au-delà de considérations circonstancielles inévitables en pareil cas, Condorcet passe outre à cette difficulté en faisant intervenir cette fameuse durée qui résout dans un temps indéfini les contradictions du présent : « Dans ce passage de la servitude à la véritable liberté, les peuples destinés tous à un entier affranchissement, doivent parcourir avec plus ou moins de rapidité l’intervalle qui les en sépare » (Avis aux Espagnols, O.C., XII, 132).

29Cette indication vague est précisée par les trois hypothèses qui suivent : une révolution qui trouverait peu d’obstacles, mais serait du même coup incomplète (celle que voulait André Chénier peut-être) ; une révolution allant au-delà des idées courantes du peuple, et qui risque d’aboutir à une régression ; enfin celle qui n’intéresserait qu’une « portion des citoyens » et qui serait de brève durée. C’est la seconde hypothèse qui me paraît la plus significative, parce qu’elle prend en compte les obstacles résultant des habitudes du peuple même, les passions et croyances largement répandues : en somme cela même sur quoi Robespierre avait voulu attirer l’attention. Mais ce point n’est qu’effleuré, et Condorcet n’y reviendra pas. La Xe époque de l’Esquisse prévoit seulement que tous les peuples seront libres « dans quelques générations », ce qui semble indiquer un allongement des délais dans l’esprit de Condorcet. Mais la disparition des guerres et des haines nationales demeure l’horizon inéluctable, vers lequel l’esprit humain doit progresser. À cet horizon, Condorcet voit se dessiner « la fraternité des nations », de nations ayant renoncé à entretenir des conflits commerciaux ou économiques, de nations accueillantes aux étrangers, de nations entrant entre elles dans des « confédérations perpétuelles ». Cette perspective grandiose ne supprime donc pas toute existence de nations distinctes, mais leurs caractères particuliers disparaissent. Au contraire, ce qui est fortement souligné, c’est qu’il s’agit « d’identifier l’intérêt commun de chaque homme avec l’intérêt commun de tous ». Autrement dit, la pensée de Condorcet met toujours à la base l’identité profonde des humains pensants, tandis que d’autres données, surgies par exigence de recherche de faits, n’apparaissent que par intermittence.

30Reste une grave question : l’expression « tous les peuples » désigne-t-elle vraiment tous les peuples, ou seulement ceux de l’Europe et des États-Unis ? C’est là une ambiguïté qui pèse sur tout le discours révolutionnaire. Condorcet fait seulement intervenir la durée et, reprenant un mouvement oratoire de Grégoire, salue le moment futur où le soleil « n’éclairera plus sur la terre que des hommes libres ». Sur cette longue route, le principe toujours réaffirmé du renoncement aux conquêtes implique tout de même la négation de la conquête coloniale.

31L’idée de république universelle, immédiate ou plus lointaine, était certainement de celles qui devaient exercer une forte attraction sur le mode de pensée des révolutionnaires, et pas seulement de Cloots, et pas seulement sous la Révolution française. L’écarter dans sa formulation abrupte au profit de la fraternité des nations – notion commune à Condorcet et à Grégoire – aurait dû envelopper une réflexion sur cette réalité nationale à laquelle la Révolution commence à se heurter dès 1792, comme nous nous y heurtons encore aujourd’hui. Problème qui est marqué en creux dans l’effort d’analyse sociale de Condorcet, mais seulement en creux.

Bibliographie

Bibliographie

CONDORCET, Œuvres, éd. F. Arago, A. O’Connor, Paris, Firmin Didot, 12 vol., 1847-1849 [noté O.C.].

CHÉNIER (A.), Journal de la Société de 1789, n° XIII, 28 août 1790, p. 30-31.

CLOOTS (A.), « Discours du 1er janvier 1792 », La Chronique de Paris, 17 janvier 1792.

Comité de correspondance des jacobins, La Société des jacobins, éd. A. Aulard, Paris, 1897, III, p. 324-325.

GRÉGOIRE, « Discours du 27 novembre 1792 », cité d’après Le Moniteur, réimpression, Paris, t. 14, p. 585-588.

– « Déclaration du droit des gens », Mémoires, Paris, 1837, I, p. 428-430.

SAINT-JUST, Projet de constitution, brochure de l’imprimerie nationale, avril 1793.

CAHEN (L.), Condorcet et la Révolution française, Paris, Alcan, 1904.

DELSAUX (H.), Condorcet journaliste, Paris, Honoré Champion, 1931.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search