Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’école et la nation

 | 
Benoît Falaize
, 
Charles Heimberg
, 
Olivier Loubes

6. Des empires

École et nation dans la Hongrie d’avant 1848

Le discours national des manuels scolaires d’histoire hongroise dans un empire multiethnique

László Lajtai

Texte intégral

Les cadres institutionnels et politiques pour fonder un enseignement public en Hongrie

  • 1 E. Gellner, Nations and Nationalism, Oxford, Basil Blackwell, 1983.
  • 2 Voir E. Weber, Peasants into Frenchmen. The Modernisation of Rural France 1870-1914, Stanford, Stan (...)

1L’étude sur les rapports entre la genèse d’une identité nationale moderne et la mise en œuvre systématique d’un enseignement public se situe au cœur des questionnaires modernistes des nationalism studies, plus particulièrement dans leur version de Nation-building theory. La problématique, à cet égard, consiste surtout dans l’estimation du rôle joué par l’État dans la reproduction culturelle d’une société à travers la planification et le maintien constant des mécanismes efficaces d’un gigantesque système éducationnel. Certains théoriciens considèrent même que le trait le plus constitutif de la nationalité serait qu’un tel système éducationnel repose sur sa capacité d’homogénéisation culturelle engendrant continuellement l’identité nationale, du moins dans le cas des sociétés de masse ou industrielle.1 Néanmoins, l’histoire préalable de cette liaison est moins étudiée, surtout si on la compare aux études consacrées à déceler les rapports entre l’inculcation de l’histoire et l’enracinement massif des identités nationales dont la problématique a fait couler bien plus d’encre.2

  • 3 Z. Tóth, « A rendi norma és a „keresztyén polgárisodás”. Társadalomtörténeti esszé », Századvég, no (...)
  • 4 Avec la mort subite en 1765 du primat de Hongrie Ferenc Barkóczy, promoteur de l’unification de l’e (...)

2En Hongrie, l’unification des éléments de l’infrastructure éducative sous un contrôle étatique a été précédée d’une période pluri-séculaire durant laquelle l’établissement, le maintien et la gestion des écoles relevaient de la gestion et des ressources des communautés et protecteurs locaux qui appartenaient, dès le xvie siècle, aux diverses confessions religieuses.3 C’est à partir des années 1760, et conformément aux exigences éclairées, imprégnées des arguments du droit naturel et relatives à l’idéal du « bien publique », que le monarque a amorcé une intervention dans les réseaux d’enseignement confessionnels très disparates et qui ont, au cours des siècles, évolué principalement grâce aux initiatives locales.4

  • 5 Assemblée politique bénéficiant de droits législatifs restreints, prédecesseur direct du parlement (...)
  • 6 À l’exception de la Transylvanie et les Confins militaires, considérés comme parties intégrantes du (...)

3La problématique de l’enseignement public, dans le cas hongrois, se situait en effet, dès le début, en rapport intime avec l’évolution et la cohabitation conflictuelles des concepts variés sur l’État et ses ressorts nationaux. C’est douze ans après la diète5 de 1764-1765, lors de laquelle le compromis politique usuel entre la souveraine et la classe politique hongroises a manifestement pris fin, que Marie-Thérèse a promulgué en 1777, sans aucune approbation des états féodaux mais en se référant aux lois auparavant ratifiées, un règlement général appelé Ratio educationis, qui concernait pour la première fois et à toutes les échelles l’ensemble des écoles de Hongrie. Élaborée à Vienne par trois hauts fonctionnaires hongrois, la Ratio educationis garantissait cependant largement, vis-à-vis des autres pays de la Maison d’Autriche, l’indépendance de l’enseignement hongrois, avec une structure divisée en trois niveaux (primaire, secondaire et supérieur) et des écoles hiérarchiquement superposées et surveillées à chaque niveau en cercles concentriques par des agents de l’État.6

  • 7 C’est Joseph II qui fait déménager en 1784 l’université de Buda à Pest et ordonne aux Juifs d’établ (...)

4Davantage imbu du rationalisme des Lumières, son successeur Joseph II a tant négligé les normes juridiques hongroises qu’il ne s’est même pas fait couronner par la Sainte Couronne pour se soustraire aux engagements consécutifs du serment obligatoire devant la diète. Laissant en vigueur, à quelques exceptions près, les décrets de sa mère sur l’enseignement public hongrois7, il a voulu cependant le plus vite possible le « germaniser », du moins quant à la langue d’enseignement dans les écoles secondaires et supérieures.

  • 8 Le dicastère spécialisé dans la gestion de l’enseignement, renfermant une commission d’études (Comi (...)
  • 9 Ce ministère n’aura tout de même pas le temps de réaliser ses projets réformateurs pendant la révol (...)
  • 10 Dont notamment le roi et son cabinet le plus restreint à Vienne, les dicastères, la diète avec ses (...)
  • 11 Surtout grâce à la promulgation, sans approbation de la diète, de la nouvelle Ratio educationis en (...)
  • 12 L’« ère des réformes » (entre 1830 et 1848) et ses prémisses temporelles abondent en initiatives ci (...)

5C’est en réaction à la fois symbolique et stratégique aux expériences très ambiguës de la décennie joséphiniste qu’est en effet né le concept politique d’« éducation nationale » (littéralement aussi par l’apparition du syntagme educatio nationalis) lors de la diète turbulente convoquée juste avant la mort de Joseph II. De 1790, année charnière, jusqu’à la révolution de 1848-1849, les questions relatives à l’enseignement public n’auront de cesse de prendre part aux agendas des négociations ouvertes et cachées entre les différents organes du gouvernement (appelés alors « dicastères »)8 et la classe politique hongroise. Jusqu’en 1848, où un ministère du Culte et de l’Enseignement s’installe au sein du premier gouvernement représentatif hongrois à Pest9, c’est toujours en raison de conjonctures politiques avec une multitude d’acteurs que la configuration de l’« éducation nationale » évolue.10 Tandis qu’au début c’est grâce à la diète de 1790-1791 que l’on garantit l’autonomie d’enseignement aux écoles protestantes et orthodoxes (par les lois XXVI et XXVII de 1791) et que l’on constitue même une députation spéciale pour des œuvres prélégislatives à des fins éducationnelles et culturelles (regnicolaris deputatio litteraria, siégeant entre 1791 et 1793), c’est ensuite la volonté royale qui prévaut11, ce surtout après 1830 que les interventions gouvernementales ne pouvant plus emboîter le pas aux initiatives civiques multipliées.12

  • 13 Néanmoins, même la loi II de 1844, intitulée « Sur la langue et la nationalité hongroises », ne cha (...)
  • 14 Voir B. Grünwald, A Régi Magyarország 1711–1825, Osiris Kiadó, Budapest, 2001, p. 349-355.
  • 15 C’est alors que l’on ratifie les deux premières lois de langue sur l’enseignement du hongrois comme (...)

6Le point le plus délicat de l’autodétermination sur l’« éducation nationale » en Hongrie concerne cependant la langue de l’enseignement, étroitement liée à la langue d’État et sa problématique assez complexe. À l’aube des premières réformes d’éducation, la langue de l’administration, des lettres et de l’enseignement demeure encore incontestablement le latin, avec néanmoins déjà la reconnaissance, par les artisans de la Ratio de 1777, du rôle civilisateur de l’allemand et du droit des langues vernaculaires dans les écoles primaires (dites scholae nationales), dont le hongrois, qui n’est alors qu’une langue parmi six autres. Les changements surviennent sous Joseph II, qui souhaite uniformiser la langue d’administration de son empire entier ; celui-ci par conséquent ordonne en 1784, même pour la Hongrie et tous les pays y étant « annexés » (comme la Transylvanie, la Croatie, etc.), l’allemand comme seule langue d’administration et d’enseignement, sauf dans les écoles primaires. Voilà donc les antécédents des six lois de langue, ratifiées entre 1791 et 1844 par les diètes successives, et grâce auxquelles le hongrois est progressivement introduit dans la langue d’administration et d’enseignement.13 Cependant, le lent processus visant à magyariser la vie politique et culturelle de Hongrie n’est pas sans contradiction et du reste très difficile à schématiser. Sous le règne de Joseph II, les premiers intellectuels éclairés ayant écrit en langue hongroise étaient de fervents défenseurs de l’empereur, y compris, et paradoxalement, dans le souci de propager la langue allemande, dans la mesure où ceux-ci la considéraient comme un véhicule approprié pour les habitants de Hongrie à se cultiver, secondant même leurs propres efforts pour réformer la langue hongroise.14 C’est à l’issue de l’échec des tentatives joséphinistes que se crée la première alliance entre cette intelligentsia magyarisante et la majorité des députés à la diète de 1790-1791.15 Alors que c’est grâce à la troisième loi sur la langue (loi III de 1805) que la vie politique commence à se magyariser par comitats, unités locales d’autogestion nobiliaire, le gain de terrain du hongrois dans les écoles avant 1844 peut être segmenté en trois phases. C’est à partir de 1806 qu’il succède à l’allemand, figurant en deuxième position après le latin. Ensuite, c’est à partir de 1819-1820 que la langue et la littérature hongroises en tant que matières obligatoires sont définitivement introduites dans toutes les écoles secondaires. Enfin, à partir de 1832, les histoires bibliques, les mathématiques et l’histoire de Hongrie seront enseignées désormais en hongrois.

Les cadres institutionnels d’enseignement de l’histoire de la Hongrie et les premiers manuels scolaires de langue hongroise

  • 16 B. Balassa, A történettanítás multja hazánkban, Pécs, Dunántúli Egyetemi Nyomda, 1929. À l’universi (...)
  • 17 Ratio educationis, 1777 (art. 121).

7Hormis la fondation de l’enseignement public, c’est également grâce à la Ratio educationis de 1777 qu’est introduit partout dans les écoles du royaume l’enseignement obligatoire de l’histoire de Hongrie. Au début, et ce dès le milieu du xviie siècle, l’enseignement de l’histoire universelle s’est effectué, du côté protestant et surtout grâce aux transferts culturels allemand, suisse et hollandais, de manière disparate ; puis à partir des années 1710, celui de l’histoire de Hongrie a été appliqué dans les écoles supérieures, mais plusieurs décennies ont passé avant qu’elles soient toutes deux enseignées dans les écoles secondaires. Quant aux écoles catholiques, les deux congrégations enseignantes majeures, jésuites et piaristes, ne commencent à enseigner l’histoire (d’abord universelle, puis hongroise) qu’à partir du milieu du xviiie siècle.16 Mais avec l’avènement des réformes éclairées de la Ratio, c’est l’histoire nationale, enseignée obligatoirement en cercles concentriques à partir des écoles primaires des centres régionaux (nommées scholae normales) jusqu’à l’université, qui prédomine désormais sur les études historiques dans les écoles de Hongrie, afin d’y éduquer « des citoyens loyaux et sujets fidèles portant à cœur vertu et patrie »17, objectif en outre assidûment suivi par les écoles protestantes, bien qu’elles rejetaient, en vertu de leur autonomie culturelle, les Ratios.

  • 18 Il convient d’abord de distinguer, souvent au cas par cas, les livres d’histoire des manuels scolai (...)
  • 19 Pour y arriver, nous avons tenté de puiser dans toutes les sources accessibles en explorant les gra (...)

8L’un des points les plus faibles de la Ratio de 1777 demeure cependant celui relatif à la question des manuels scolaires. S’agissant des bréviaires visant à enseigner l’histoire de Hongrie, la première Ratio ne peut qu’anticiper leur rédaction, souhait qui ne se réalisera qu’après 1800. Pourtant, si l’on regarde de près la problématique des textes utilisés selon toute apparence dans les écoles hongroises avant 1848, se dégage alors une situation bien plus complexe.18 C’est donc à travers les investigations multipliées que nous sommes parvenus, conformément aux intérêts spécifiques du présent article, à constituer un corpus massif de manuels scolaires à partir desquels l’histoire de Hongrie a vraisemblablement été enseignée avant la révolution.19

  • 20 Tandis que les manuels de cinq auteurs n’ont été imprimés qu’une seule fois, il existe également de (...)
  • 21 16 des 127 publications d’avant 1848 ont été éditées en latin (12 pièces) ou en allemand (4 pièces) (...)
  • 22 C’est à cause de l’ergotage censorial que l’académicien J. Péczely n’a pu rédiger le deuxième volet (...)
  • 23 Tandis que le manuel du calviniste transylvain F. Csorja comprend également l’histoire universelle, (...)

9Ce corpus, dont l’ambition est de comprendre tous les manuels traitant de l’histoire de Hongrie imprimés, même avant 1848, en langue hongroise et utilisés dans les écoles ou par des préceptes, est constitué de 129 pièces, dont 107 que nous avons pu avoir entre nos mains. Ces manuels ont été écrits, à deux exceptions près, par dix-sept auteurs identifiables et leur parution se classe selon une répartition chronologique très inégale.20 Bien que la magyarité soit l’un des traits les plus pertinents de démarcation du corpus, nous y avons pourtant incorporé les parutions en langues « étrangères » de tous les manuels qui ont été également imprimés avant 1848 en traduction hongroise.21 L’ensemble des manuels, à une exception près, porte sur l’histoire de la Hongrie jusqu’au présent22 et trois d’entre eux dépassent le cadre de l’histoire nationale.23

La pluralité discoursive des premiers manuels scolaire d’histoire nationale au niveau de leurs paratextes

  • 24 Le terme a été inventé par G. Genette pour désigner le « champs de relations [...] qui est sans dou (...)
  • 25 Le terme « intertexte » est aussi utilisé dans le sens fourni par Genette : « Je le définis pour ma (...)

10La problématique du discours national dans les écoles d’avant 1848 peut être abordée de manières diverses. L’une d’elles consiste évidemment en l’étude portée sur sa manifestation à travers les caractéristiques textuelles des manuels. Par intérêt pour ces « caractéristiques textuelles », nous entendons tout d’abord l’examen de leurs paratextes24, c’est-à-dire les « accessoires » aussi bien textuels que figuratifs des manuels dont l’interprétation nous semble d’une pertinence particulière pour circonscrire et dépister les axes du discours national pédagogique dans la Hongrie pré- (et dans le cas de certains manuels, même post-) révolutionnaire. Nous nous arrêterons ici donc sur les articulations implicites ou explicites des discours identitaires contemporains (plus exactement sur leur émulation évidente ou sous-jacente). Ceux-ci s’étudient à travers les titres, épigraphes, préface ou avant-propos, citations et autres intertextes25, notes et illustrations, qui ont largement présenté dans leur contexte et rendu intelligible d’une manière ou d’une autre les récits des premiers manuels de langue hongroise pour leurs lecteurs effectifs, potentiels et supposés.

  • 26 Pour nommer le pays, on utilisait également en tant que synonyme le mot « patrie » ou le néologisme (...)
  • 27 L’unique exception à cet égard est le manuel d’un auteur catholique, E. Peregrinyi, dont l’introduc (...)

11Dans l’intitulé de leurs manuels, outre l’histoire, les dix-sept auteurs du corpus utilisent régulièrement quatre mots : les Hongrois, la Hongrie, la nation et la patrie. Alors qu’avant 1848, ce sont les Hongrois, après 1848 c’est définitivement la Hongrie26 qui est le plus couramment utilisé en tant que titre de manuel (à l’exception des manuels bilingues ou de ceux traduits de versions originales latine ou allemande, leurs titres étant magyarisés d’après des dénominations telles que Geschichte Ungarns / von Ungern ou Historia Regni Hungariae). En recoupant toutefois les définitions introductives, auxquelles sept auteurs sur dix-sept procèdent, avec les pratiques effectives de l’intitulé des manuels, nous pouvons constater que même dans les cas où ils octroient des titres du type « Histoire de la Hongrie », les auteurs se hâtent d’expliciter par des mots préliminaires qu’ils ont pour but de traiter l’histoire « des Hongrois »27, et pas seulement celle de ses rois, dont l’obligation a été consignée en détail pour le reste par les Ratios.

  • 28 Alors que la première page du texte allemand des manuels de S. Neumann est ornée d’une citation tir (...)

12Environ la moitié des auteurs placent des épigraphes en tête de leurs manuels. Elles sont tirées de textes hongrois, latins / grecs ou allemands et peuvent être rassemblées en trois groupes : elles peuvent provenir d’auteurs antiques, d’hommes de lettres allemands ou de poètes hongrois contemporains. Outre les phrases purement pédagogiques, la plupart de ces épigraphes proclament soit l’importance de l’histoire nationale, soit des valeurs patriotiques. Leur usage est en réalité très sensible aux changements politiques et semble toujours s’adapter aux attentes des lecteurs présupposés, fait assez évident dans deux cas particuliers. Tandis que les épigraphes choisies par les éditeurs des variantes tardives du Miroir triptyque s’ajustent étroitement aux conjonctures politiques, les manuels bilingues du seul auteur juif comprennent des exergues qui semblent diverger en fonction des langues d’usage.28

  • 29 Sur ce point de vue excelle l’avant-propos démesuré d’un manuel catholique paru une seule fois au (...)

13Ce sont, en général, à travers les préfaces et avant-propos que la raison d’être des manuels peut être commodément exposée. Ceci étant, moins de la moitié des auteurs profitent de cette occasion. Pour ce qui est des remarques préliminaires patriotiques, la majorité s’oriente vers la cause de la langue hongroise. Sur ce point, certains se restreignent à des formulations pragmatiques, d’autres célèbrent la promotion du hongrois grâce aux lois récemment ratifiées ou encore réfléchissent même, à propos de la langue nationale, sur des questions métalinguistiques. Contrairement aux épigraphes, très peu de manuels offrent néanmoins une préface reflétant un sentiment patriotique.29

  • 30 À titre d’exemple, nous en évoquerons deux typiques : « Se voient-ils les Hongrois maudits, / car j (...)
  • 31 Le maître à penser à cet égard est obligatoirement l’universitaire István Horvát, dont l’œuvre de v (...)

14Au lieu de développer une pensée propre, il est fréquemment fait recours à des notes et citations, qui offrent des renseignements complémentaires et des messages chiffrés à travers les mots d’autrui. Quant aux notes, dix auteurs sur dix-sept en font usage. Outre celles purement philologiques ou érudites, quelques-unes relèvent de la sémiotique émotive ou phatique à valeur hautement symbolique. Ces dernières renvoient tantôt à des textes littéraires, tantôt à des ouvrages historiques. De ces deux cas, les variantes tardives du Miroir triptyque regorgent d’exemples : pour condamner la dissension nationale, on utilise des maximes poétiques amèrement autocritiques30 et pour afficher un nationalisme arrogant vis-à-vis des « étrangers internes », on se conforte par des arguments d’historiens.31

  • 32 Il est à mentionner que parmi les éléments du corpus figure même un manuel, rédigé par le pasteur c (...)
  • 33 Le contraste entre une « liberté politique à la hongroise », garantie indépendamment des critères l (...)
  • 34 À cet égard, on insiste sur l’idée qu’avec la perte d’une langue, c’est la nation elle-même qui pér (...)

15Hormis ces références en notes infrapaginales, c’est par l’insertion directe d’extraits poétiques dans les textes de manuels32 que l’on peut davantage mobiliser les sentiments nationaux des lecteurs écoliers ou étudiants. Tel est le cas surtout des manuels destinés pour les étudiantes et rédigés par le luthérien E. Dierner qui en font un usage tendanciel. L’analyse de son emploi des intertextes poétiques permet de percevoir les contours d’une structure bien arrangée, qui se concentre sur le thème tripartite de la prise du pays par les Hongrois conquérants, de la défense nationale réussie et celle qui a finalement échoué contre les Turcs. Hormis cette couche sémantique événementielle d’intertextes utilisés par Dierner, les auteurs qui mobilisent les allusions morales mettent surtout en avant les exigences du consensus national et du dévouement patriotique tout en soulignant le rôle de la mémoire collective pour la postérité et en dénonçant l’amnésie nationale. Alors que Dierner se tourne vers les exemples du passé en vue du présent et davantage d’un avenir prometteur, les extraits poétiques figurant dans les versions tardives du Miroir triptyque sont beaucoup plus centrés sur l’actualité politique. Il s’agit entre autres de la « liberté hongroise » contre la supériorité numérique des Slaves33 et la loyauté envers la langue des ancêtres, après celle envers le roi et la patrie, qui sont particulièrement accentuées.34

  • 35 Appelé le plus souvent d’après ses mots premiers « Gott erhalte » (« Dieu le préserve ! »). Son tex (...)

16Outre les épigraphes, ce sont les intertextes disposés à la fin des textes des manuels qui conservent un potentiel de persuasion le plus marqué et dont usent six auteurs sur dix-sept. Sur ce plan deux catégories peuvent se distinguer : 1o celle des extraits de poèmes hongrois contemporains exaltant un patriotisme clairement tourné vers l’avenir et 2o celle comprenant diverses variantes de l’hymne officiel. C’est par l’invocation de cet hymne impérial que les deux manuels pluridisciplinaires et celui de S. Neumann concluent. Néanmoins, il existe d’énormes différences entre les versions magyarisées du chant national autrichien35 : tandis que les variantes rédigées avant 1848 proclament de manière unanime le souverain en tant que roi des Hongrois et préconisent la cause de la nation et la patrie hongroises, la version post-révolutionnaire sera vraiment une traduction littérale des louanges en l’honneur d’une Autriche éternelle et de son empereur (sans aucune référence ni à la Hongrie ni à son roi).

  • 36 À ce propos, l’initiateur a été le géographe et pasteur luthérien János Tomka-Szászky, élève de l’é (...)
  • 37 Hormis les armoiries de la Hongrie proprement dite, on utilise depuis le xiiie siècle différents bl (...)
  • 38 C’est en conséquence de l’autoproclamation en 1804 de l’Empire d’Autriche et de la suppression napo (...)
  • 39 Ce n’est en effet que dans la version de 1788 du manuel que l’image stylisée des armoiries de la Ho (...)
  • 40 L’interprétation nationale, au sens prénationaliste, des armoiries de Hongrie débute en effet au xv (...)

17Pour ce qui est de la représentation pédagogique par figures ou images, le corpus ne comprend qu’un seul auteur dont les manuels sont illustrés. Pour deux autres néanmoins, les manuels sont en quelque sorte garnis d’accessoires iconographiques à portée nationale. Bien qu’à partir du milieu du xviiie siècle des cartes étaient déjà utilisées pour illustrer l’histoire de la Hongrie36, seuls deux manuels pluridisciplinaires dans le corpus étudié en comprennent quelques-unes. Ces cartes, par ailleurs, ne sont pas historiques, car elles ne représentent que la Hongrie et la Transylvanie contemporaines : au début, les deux pays figuraient sur deux cartes séparées, puis, à partir de la fin des années 1820, ils sont réunis sur une même carte. Pourtant, c’est aussi dans ces deux manuels qu’est représentée l’image des armoiries de la Hongrie (et, dans certains cas, celles de la Transylvanie, solennellement approuvées seulement en 1765 par la bulle d’or de Marie-Thérèse).37 Dans les deux cas, une interprétation de leur sens spécifique est même fournie, question à caractère politique qui devient un problème de plus en plus épineux au xixe siècle38, à un tel point que lors de la révolution sont ratifiés (par la loi XXXI de 1848) « la restitution et l’usage officiel des couleurs nationales et des armoiries du pays ». Alors que les diverses versions des armoiries de la Hongrie ne figurent que dans cinq des soixante-six variantes du Miroir triptyque39, celles-ci jouent un rôle considérable dans tous les manuels de P. Edvi Illés, où l’on consacre même des questions-réponses aux drapeau et armoiries de la Hongrie, considérés comme des signes manifestant la « nationalité hongroise ».40

  • 41 C’est en se spécialisant dans l’édition à grand tirage de la littérature de colportage qu’il devien (...)
  • 42 Après la Chronique enluminée du xive siècle et la chronique de J. Thuróczy du xve siècle, c’est grâ (...)
  • 43 En fonction du succès de ce « Plutarque autrichien » et d’autres entreprises éditoriales similaires (...)
  • 44 Étant donné que ces commentaires bilingues ont été rédigés par un historien du droit hongrois, Gus (...)
  • 45 K. Lányi, Magyar nemzet történetei képekkel, a nép számára, Pozsony, Bucsánszky Alajos, 1846. Cet o (...)

18Bien que le corpus ne contienne qu’un seul auteur dont les manuels sont illustrés par des images, ce cas présente plusieurs innovations majeures. Alajos Bucsánszky, l’éditeur-relieur presbourgeois des manuels du jeune curé P. Bedeő, parus entre 1843 et 1864 en sept versions hongroises et trois versions allemandes, a été en Hongrie l’un des initiateurs de la xylographie moderne.41 Alors que la figure de l’illustrateur demeure, outre son patronyme, inconnue, les sources de ses illustrations sont pourtant identifiables. Ainsi pouvons-nous distinguer nettement des couches bien hétérogènes. En premier lieu, l’illustrateur a exploité la totalité d’une série de portraits à l’humanisme tardif d’anciens souverains hongrois, appelée « Mausolée de Nádasdy ».42 Il a deuxièmement puisé ses images dans un recueil de biographies illustrées, paru en vingt volumes pendant les guerres napoléoniennes sous la direction d’un certain Joseph Hormayr afin de solidifier la cohésion émotionnelle de l’Empire d’Autriche par des exemples biographiques parallèles tirés d’un passé commun putatif.43 En dernier lieu, une partie des illustrations sur les événements historiques a été empruntée à un album lithographié, dont les planches ont été dessinées entre 1842 et 1844 à Vienne, et représentent les hauts moments de l’histoire médiévale de la Hongrie accompagnés de commentaires, par excellence, historicistes.44 Il semble néanmoins que la source directe de toutes ces images réutilisées, à l’exception des portraits royaux, figure dans le premier livre richement illustré de l’histoire de Hongrie.45

19Pour comprendre la logique structurale des illustrations figuratives dans les manuels de Bedeő, trois niveaux sont à distinguer : les portraits, les illustrations événementielles et les représentations symboliques. Tout comme les autres manuels traitant de l’histoire de Hongrie à l’époque, ceux de Bedeő sont également répartis en leçons s’organisant en fonction des règnes successifs des rois de Hongrie. Ces leçons sont ainsi illustrées d’une soixantaine de portraits royaux partant de Balambér, premier chef connu des Huns européens au ive siècle, jusqu’aux souverains contemporains (notamment Ferdinand V et François-Joseph). Les portraits sont encadrés de fragments d’images hautement stylisées, dont trois épisodes émergeant symbolisent les points culminants de l’histoire nationale : la rencontre en Italie du pape Léon Ier avec Attila (illustration 1), la mort héroïque de Miklós Zrínyi combattant les Turcs qui assiègent une forteresse hongroise au xvie siècle et l’acte de magnanimité des nobles hongrois à la diète de 1741 offrant « vie et sang » à Marie-Thérèse, trahie alors par le monde entier (illustration 2).

Illustration 1

Illustration 1

Sources : Pál Bedeő, Magyarok’ Története a’ Vezérek’ s’ Királyok képeivel [2e éd. corrigée], Pozsony, Bucsánszky Alajos, 1843, p. 7.

Illustration 2

Illustration 2

Sources : Pál Bedeő, Magyarok’ Története a’ Vezérek’ s’ Királyok képeivel [2e éd. corrigée], ouvr. cité, frontispice.

Illustration 3

Illustration 3

Sources : Pál Bedeő, Magyarok’ Története a’ Vezérek’ s’ Királyok képeivel [5e éd.], Pest, Bucsánszky Alajos, p. 105.

  • 46 Dans les variantes d’avant 1848, 1 sur 8, en 1850 5 sur 17, puis en 1862 déjà 7 sur 18 des illustra (...)

20Outre ces cadres figuratifs stylisés, les portraits eux-mêmes, les images remplissant des pages entières et les illustrations événementielles recèlent pour certains des éléments profondément symboliques comme les armoiries du pays ou le drapeau national transposés même jusqu’à la période lointaine d’Árpád ou d’Attila. En procédant à leur analyse, et en tenant compte également des interpolations textuelles et scéniques, nous pouvons alors constater que se dégagent trois tendances. Premièrement se profilent trois moments décisifs de l’histoire hongroise : celui de la grandeur nationale au sens militaire (autour du règne d’Attila), celui du sentiment de perte de cette grandeur géopolitique (symbolisé par l’exécution du frère aîné de Mathias Corvin sous les ordres du jeune roi Ladislas V, influencé par des magnats factieux) et celui de sa perte effective à Mohács (représentée par la mort tragique du roi Louis II, voir illustration 3). En deuxième lieu, il existe une différence évidente entre les versions en langue hongroise et en langue allemande du manuel : tandis que les premières mettent en exergue la figure de Mathias Corvin, dans les dernières sa présence réactualisée est beaucoup plus modeste, surtout en comparaison avec les illustrations sur les actes médiévaux et récents de l’héroïsme dynastique. Enfin, on note une restructuration thématique se déroulant entre les années 1840 et 1860 : à force de progresser dans le temps, les images du manuel se concentrent de plus en plus sur le passé païen.46

21Afin de pouvoir cerner les enjeux des premiers manuels de l’histoire hongroise, il nous a fallu d’abord étudier et prendre en considération précisément les cadres institutionnels et politiques parmi lesquels les textes de manuels à interpréter ont été rédigés. Il en est clairement ressorti que la Hongrie se trouvait tout au long, pendant l’époque étudiée, dans une situation double. Elle était considérée, surtout de l’intérieur et grâce à son histoire quasi millénaire, en tant qu’un empire en elle-même (avec les pays annexés de fait ou, du moins, en principe) d’une part, et elle faisait également partie intégrante d’un conglomérat de pays très divers que l’on connaît sous le nom de la « Monarchie des Habsbourg », de l’autre. C’est justement cette étrange bifurcation des appartenances identificatoires qui est manifestement reflétée dans les paratextes à valeur d’identité nationale des manuels d’histoire de Hongrie, même avant les événements charnière de la révolution de 1848-1849.

Nom d’auteur Année de naissance et mort Appartenance confessionnelle Première et dernière parution du manuel Nombre et langue des parutions connues
BEDEŐ Pál 1805-1873 Catholique romain 1843 ; 1862 [1864 – a] 7 h + 3 a = 10 /3/
BUDAI Ézsaiás* 1766-1841 Calviniste 1805-1812 ; 1833 3 h .(6)
CSORJA Ferenc* 1782-1843 Calviniste 1830 ; 1841 4 h
DIERNER Endre 1803-1852 Luthérien 1843 ; 1883 [1862 – a] 8 h + 1 a = 9 /6 h, 1 a/
EDVI Illés Pál* 1793-1871 Luthérien 1837 ; 1844 5 h
HORVÁTH Mihály 1809-1878 Catholique romain 1841 ; 1890 [a] 14 h /10 h/
      1847 ; 1887 6 h /5 h/ 30
        6 h + 4 a /6 h, 4 a/
JÉGER József* ?-1819 Catholique romain 1810 1 h
KETSKEMÉTI Zsigmond* 1737-1821 Calviniste s. d [les années 1780] 1 h
LOSONTZI István 1709-1780 Calviniste 1771/1773 ; 1868 71 h /5 h/
NEUMANN Salamon ?-1877 Israélite 1844 ; 1893 [a] 15 a/h /14 a/h
PÉCZELY József* 1789-1849 Calviniste 1837 1 h
PEREGRINYI Elek 1812-1885 Catholique romain 1838 ; 1866 7 h /5 h/
RAJCSÁNYI János 1815-1889 Luthérien 1843 ; 1873 9 h /8 h/
SCHIRKHUBER Ferenc 1807-1877 Catholique romain 1836/37 ; 1863 4 l/h + 5 h = 9 /2 h/
SCHRÖER Gottried Tobias* 1791-1850 Luthérien [1829 ; 1842] 1834 2 a + 1 h = 3
SPÁNYIK Glycér* 1781-1850 Catholique romain [1816-1817 ; 1840] 1833 ; 1843 6 l + 3 h = 9
      [1820 ; 1844] ; 1845 6 l + 1 h = 7 16
TÁNCSICS Mihály* 1799-1884 Catholique romain 1841; 1847 4 h
Total       129 + 69 /22 a/l/ = 201

Annexe. Les manuels scolaires d’histoire de Hongrie rédigés en hongrois et parus entre 1777 et 1848 avec leurs auteurs. Légende : * – Son manuel d’histoire n’est plus paru après 1848 ; a – parution de langue allemande ; l – parution de langue latine ; a/h – parution bilingue allemande-hongroise ; l/h – parution bilingue latine-hongroise ; [année] – parution de langue étrangère ; // – parution après 1848 ; gras – nombre total des parutions connues.

Notes

1 E. Gellner, Nations and Nationalism, Oxford, Basil Blackwell, 1983.

2 Voir E. Weber, Peasants into Frenchmen. The Modernisation of Rural France 1870-1914, Stanford, Stanford University Press, 1976, p. 303-308 ; E. Hobsbawm, « Mass-Producing Traditions », The Invention of Tradition, E. Hobsbawm et T. Ranger dir., Cambridge, Cambridge University Press, 1983, p. 263-307. Pour ce qui est de sa problématique en Europe centrale et orientale, voir Histoire et Nation en Europe centrale et orientale xıxe-xxe siècles, no 86 de Histoire de l’éducation, M.-É. Ducreux dir., 2000.

3 Z. Tóth, « A rendi norma és a „keresztyén polgárisodás”. Társadalomtörténeti esszé », Századvég, nos 2-3, 1991, p. 75-130.

4 Avec la mort subite en 1765 du primat de Hongrie Ferenc Barkóczy, promoteur de l’unification de l’enseignement catholique, les efforts gouvernementaux se sont d’abord tournés vers l’enseignement supérieur. Fondée en 1635 par le cardinal et primat Péter Pázmány, la seule université de Hongrie qui comportait trois facultés était jusqu’alors gérée exclusivement par les jésuites. Avec la suppression papale de la Compagnie de Jésus en 1773, un réseau entier, disposant de la moitié des écoles catholiques de Hongrie, est tombé sous la tutelle directe de l’État avec les fonds, les biens et le personnel conséquents, dont ceux de l’université. E. Fináczy, A magyarországi közoktatás története Mária Terézia korában, t. I, Budapest, Magyar Tudományos Akadémia, 1899, p. 276-298 ; Ibid., t. II, 1902, p. 82-154.

5 Assemblée politique bénéficiant de droits législatifs restreints, prédecesseur direct du parlement moderne.

6 À l’exception de la Transylvanie et les Confins militaires, considérés comme parties intégrantes du Royaume de Hongrie mais soustraits à la portée de la Chancellerie hongroise (tandis que pour la première on tient à Vienne une Chancellerie transylvaine à part depuis 1691, les deuxièmes sont dirigés dès leurs débuts au xvie siècle directement par la Hofkriegsrat).

7 C’est Joseph II qui fait déménager en 1784 l’université de Buda à Pest et ordonne aux Juifs d’établir des écoles publiques. C’est depuis également que toutes les écoles en Hongrie sont ouvertes aux élèves juifs (décret royal ratifié par la diète sous la loi XXXVIII de 1791). Prenant exemple sur sa mère, il instaure en 1781 pour la Transylvanie, sous le nom de Norma regia, un règlement scolaire général, qui s’est avéré cependant pédagogiquement moins novateur que la Ratio education de 1777. G. Kornis, A magyar művelődés eszményei, t. I, Budapest, Királyi Magyar Egyetemi Nyomda, 1927, p. 43-51.

8 Le dicastère spécialisé dans la gestion de l’enseignement, renfermant une commission d’études (Comissio Studiorum), était le Conseil de lieutenance (Consilium locumtenentiale regium) que Joseph II a déplacé en 1784 de Presbourg à Buda. Ses décisions étaient cependant surveillées et parfois altérées par la Chancellerie aulique de Hongrie, siégeant à Vienne et secondée par la commission d’études autrichienne (Studienhofkomission), excès de compétences royales qu’après 1825 les « diètes réformatrices » ont vivement critiqué.

9 Ce ministère n’aura tout de même pas le temps de réaliser ses projets réformateurs pendant la révolution. La liberté d’enseignement et d’études a pourtant été votée (loi XIX de 1848) et même un congrès national d’enseignement, sur les initiatives citoyennes, a été convoqué en juin 1848, auquel tous les acteurs de la sphère éducationnelle de Hongrie, indifféremment des affiliations confessionnelle et institutionnelle, ont participé. Les travaux entamés seront repris après le Compromis austro-hongrois de 1867, de plus dans des cadres similaires et dirigés par le même ministre, le baron József Eötvös.

10 Dont notamment le roi et son cabinet le plus restreint à Vienne, les dicastères, la diète avec ses chambres haute et basse, de même que les états féodaux avec leurs réseaux d’autonomies locales. Voir M. Bényei, Oktatáspolitikai törekvések a reformkori Magyarországon, Debrecen, Csokonai, 1994.

11 Surtout grâce à la promulgation, sans approbation de la diète, de la nouvelle Ratio educationis en 1806, qui reste en vigueur jusqu’en 1849. Elle a été élaborée, calquant mais remaniant dans un esprit conservateur la première Ratio, par l’un des membres de la députation littéraire de 1791, l’ancien jésuite György Szerdahelyi, professeur d’esthétique à l’université de Pest.

12 L’« ère des réformes » (entre 1830 et 1848) et ses prémisses temporelles abondent en initiatives civiques, dont peuvent être mentionnées, à titre d’exemple, la première école maternelle (fondée en 1828) et l’Association pour la propagation des écoles maternelles en Hongrie (établie en 1836 et grâce à laquelle 89 maternelles ont été fondées jusqu’en 1848). Pour contrebalancer et canaliser en quelque sorte les exigences de plus en plus nationalistes, le gouvernement établit en 1846 à Pest une « école polytechnique » (pourtant de niveau secondaire, au lieu d’une grande école et des multiples Realschulen réclamées) et édicte une « troisième » Ratio educationis en 1845, ne touchant cependant qu’aux écoles primaires dont la fréquentation est prolongée à cinq années (les deux premières étant devenues obligatoire pour tout enfant âgé de 6 ans).

13 Néanmoins, même la loi II de 1844, intitulée « Sur la langue et la nationalité hongroises », ne change pas la langue d’office à la Chancellerie et Chambre auliques de Hongrie et celle de l’administration et des écoles des Confins militaires, utilisant l’allemand, de même que la langue d’enseignement en Croatie et Slavonie et celle des écoles gérées par les églises orthodoxes, utilisant leurs langues vernaculaires. De plus, la loi laisse un délai pour magyariser l’enseignement dans les 17 écoles secondaires où la plupart des élèves ne sont pas de langue hongroise. Après 1849, le processus visant à magyariser l’enseignement sera relayé par celui de germanisation avant de le reprendre après le Compromis.

14 Voir B. Grünwald, A Régi Magyarország 1711–1825, Osiris Kiadó, Budapest, 2001, p. 349-355.

15 C’est alors que l’on ratifie les deux premières lois de langue sur l’enseignement du hongrois comme matière facultative, puis comme matière obligatoire dans les écoles supérieures. Le fait que l’engouement pendant la diète de 1790-1791 pour les usages vestimentaires hongrois aille de pair avec celui pour la cause de la langue montre bien qu’à l’époque, celle-ci a plutôt été comprise par la majorité de l’élite politique hongroise comme l’un des signes représentant les caractères nationaux et non encore comme un moyen de communication ou le noyau primordial de la nationalité.

16 B. Balassa, A történettanítás multja hazánkban, Pécs, Dunántúli Egyetemi Nyomda, 1929. À l’université, l’histoire n’est enseignée qu’à partir de 1753. D’abord, c’est la chaire d’histoire ecclésiastique qui s’installe, se transformant, entre 1770 et 1774, en chaire d’histoire ecclésiastique et universelle. Ensuite, à partir de 1774, on établit une chaire distincte pour l’histoire universelle et hongroise, puis trois autres, dès 1777, pour l’histoire de la Hongrie et pour les « sciences auxiliaires » (c’est-à-dire la diplomatie et l’héraldique, la numismatique et l’archéologie). Alors qu’entre 1784 et 1806 l’enseignement universitaire de l’histoire de Hongrie est suspendu, après les réformes de 1826-1827, elle devient matière obligatoire pour tout étudiant. I. Szentpétery, A Bölcsészettudományi Kar története 1635-1935, Budapest, Királyi Magyar Egyetemi Nyomda, 1935, p. 163-165 ; E. Muszka, A történelem és a történeti segédtudományok oktatása egyetemünkön 1770-1848, Budapest, ELTE, 1974.

17 Ratio educationis, 1777 (art. 121).

18 Il convient d’abord de distinguer, souvent au cas par cas, les livres d’histoire des manuels scolaires d’histoire proprement dits, rédigés à des fins spécifiquement didactiques et pédagogiques. De plus, nous devons garder à l’esprit, qu’à cette époque, l’enseignement s’effectuait encore bien des fois à travers des manuscrits.

19 Pour y arriver, nous avons tenté de puiser dans toutes les sources accessibles en explorant les grandes bibliothèques de Budapest, dont celle spécialisée dans la littérature pédagogique, ainsi que tous les catalogues, répertoires, monographies et articles spécifiques relatifs au sujet. Voir S. Bíró, Történettanításunk a XIX. század első felében. A korabeli tankönyvirodalom tükrében, Budapest, Tankönyvkiadó, 1960 ; E. Fehér, Magyar nyelvű tankönyvek : 1777-1848, Budapest, Országos Pedagógiai Könyvtár és Múzeum, 1995.

20 Tandis que les manuels de cinq auteurs n’ont été imprimés qu’une seule fois, il existe également des « auteurs-vedettes » avec des manuels comportant plusieures dixaines d’éditions. La moyenne d’impression est d’ailleurs entre trois et six par auteur. Quant à l’évolution de leur apparition par décennies, on peut constater que l’augmentation est quasi homogène (avec deux de plus pour chaque décennie) entre 1770 et 1820, ensuite se produisent deux grandes montées de courbe (23 parutions entre 1820 et 1830, puis 46 entre 1840 et 1848 contre 11 entre 1810 et 1820 et 30 entre 1830 et 1840).

21 16 des 127 publications d’avant 1848 ont été éditées en latin (12 pièces) ou en allemand (4 pièces). Pour ce qui est des deux manuels bilingues du corpus, il est également à retenir que contrairement au piariste M. Schirkhuber, qui cesse de rédiger les versions latine et hongroise après 1840, les manuels de S. Neumann destinés aux élèves juifs de son école publique d’Óbuda dont il était directeur et instituteur paraissent, jusqu’à leur version finale en 1893, invariablement sous format allemand-hongrois. En comparant les versions hongroises et non hongroises d’avant 1848 avec celles d’après 1848 (6 parutions sur 69), on peut constater qu’après la révolution la traduction s’opère dans le sens inverse : désormais, ce sera toujours la version hongroise qui sera traduite en allemand, contrairement à la situation prérévolutionnaire où l’on traduisait en hongrois des éditions originales latine et allemande dans le cas des manuels de G. Spányik et de G. T. Schröer.

22 C’est à cause de l’ergotage censorial que l’académicien J. Péczely n’a pu rédiger le deuxième volet de son manuel, relatant les événements d’après 1526 (dont la partie parue fait néanmoins près de sept cents pages).

23 Tandis que le manuel du calviniste transylvain F. Csorja comprend également l’histoire universelle, ceux du calviniste I. Losontzi et du luthérien P. Edvi Illés sont des manuels pluridisciplinaires. Le premier, qui s’intitule Miroir triptyque de l’Écriture sainte, la géographie et l’histoire de la Hongrie et la Transylvanie, n’est pas seulement l’élément rédigé le plus tôt, il est aussi celui du corpus le plus fréquemment réédité (avec environ soixante-dix réimpressions entre 1773 et 1868) et dont le contenu a été multiplié maintes fois durant les décennies pour devenir une « encyclopédie » familiale dans les années 1840. Le deuxième, lauréat d’un concours académique, est à la fois un manuel, un livre de lecture et un précis de treize matières pour les instituteurs.

24 Le terme a été inventé par G. Genette pour désigner le « champs de relations [...] qui est sans doute un des lieux privilégiés de la dimension pragmatique de l’œuvre, c’est-à-dire de son action sur le lecteur » et sous lequel il subsume les « titres, sous-titres, intertitres ; préfaces, postfaces, avertissements, avant-propos, etc. ; note marginales, infrapaginales, terminales ; épigraphes; illustrations; prière d’insérer, bande, jaquette, et bien d’autres types de signaux accessoires, autographes ou allographes, qui procurent au texte un entourage (variable) et parfois un commentaire, officiel ou officieux [...] ». G. Genette, Palimsestes. La littérature au seconde degré, Paris, Seuil, 1982, p. 9.

25 Le terme « intertexte » est aussi utilisé dans le sens fourni par Genette : « Je le définis pour ma part, d’une manière sans doute restrictive, par une relation de coprésence entre deux ou plusieurs textes, c’est-à-dire, eidétiquement et le plus souvent, par la présence effective d’un texte dans un autre. » Ibid., p. 8.

26 Pour nommer le pays, on utilisait également en tant que synonyme le mot « patrie » ou le néologisme de Magyarhon (« patrie hongroise »). Si l’on voulait souligner les différences administratives entre la Hongrie restreinte et celle incluant les « pays annexés », on employait, dans le dernier cas, l’expression d’« Empire hongrois ».

27 L’unique exception à cet égard est le manuel d’un auteur catholique, E. Peregrinyi, dont l’introduction s’emploie même à définir le concept de la « patrie » qu’il dépeint comme une association pragmatique des « citoyens » au sens du droit naturel du xviiie siècle (concept auquel les Ratios se sont renvoyées aussi). Cette idée d’un patriotisme abstrait et purement rationnel a été largement propagée par les innombrables parutions entre 1797 et 1847 du livre officiel de lecture bilingue (allemand-hongrois), destiné à l’usage des écoles primaires municipales.

28 Alors que la première page du texte allemand des manuels de S. Neumann est ornée d’une citation tirée de Wilhelm Tell, drame historique de F. Schiller, celle de la partie hongroise est introduite par les vers d’un poème du poète de référence du romantisme hongrois, Mihály Vörösmarty. Le choix schillerien prêche un patriotisme purement abstrait, celui de Vörösmarty est l’expression marquée d’un patriotisme hongrois « existentiel » proclamant qu’il n’y a de place pour un Hongrois nulle part ailleurs qu’en Hongrie, lieu où il se doit de vivre ou mourir irrévocablement. Par ailleurs, dans les années 1850, ces épigraphes seront également enlevées.

29 Sur ce point de vue excelle l’avant-propos démesuré d’un manuel catholique paru une seule fois au beau milieu des guerres napoléoniennes, en 1810, dont la rhétorique exhibe un patriotisme flamboyant se référant constamment aux exploits des ancêtres et aux obligations envers eux et la patrie.

30 À titre d’exemple, nous en évoquerons deux typiques : « Se voient-ils les Hongrois maudits, / car jamais ne se trouvent unis » ; « Les Hongrois se font nuisance / Voilà bien peu de bon sens ! »

31 Le maître à penser à cet égard est obligatoirement l’universitaire István Horvát, dont l’œuvre de vie est de plus en plus évoquée et invoquée vers la fin des années 1840, surtout en vue de discréditer les mythologies nationalistes concurrentes, comme celle insistant sur la grandeur d’un empire slave dans la Hongrie prémagyare.

32 Il est à mentionner que parmi les éléments du corpus figure même un manuel, rédigé par le pasteur calviniste Ketskeméti pendant la décennie joséphiniste résumant un volumineux manuel latin d’un auteur catholique, qui est entièrement rédigé en vers et deux autres dont les auteurs emploient en tête de chaque leçon des résumés rimés afin de faciliter leur réception scolaire (il s’agit du manuel de J. Rajcsányi et de la partie géographique du Miroir triptyque).

33 Le contraste entre une « liberté politique à la hongroise », garantie indépendamment des critères linguistiques pour tout habitant privilégié de Hongrie, et la multitude de slavophones dans le monde, assujettis pourtant aux despotismes russe, prussien et turque, est mis en valeur par un poème de 1845 (inséré dans la version de 1849-1850 du manuel) qui argumente contre les sirènes panslaves et en faveur du maintien de l’alliance politique pluriséculaire entre la Hongrie et la Croatie.

34 À cet égard, on insiste sur l’idée qu’avec la perte d’une langue, c’est la nation elle-même qui périt.

35 Appelé le plus souvent d’après ses mots premiers « Gott erhalte » (« Dieu le préserve ! »). Son texte, adapté sur une mélodie de Joseph Haydn mais qui n’a été finalisé qu’en 1854, a été composé en 1797 et ne se voit proclamé « chant national » d’Autriche qu’en 1824.

36 À ce propos, l’initiateur a été le géographe et pasteur luthérien János Tomka-Szászky, élève de l’école de Staatenkunde hongroise, installée dans la première partie du xviiie siècle à Presbourg autour d’un érudit luthérien quadrilingue, Mathias Bél. Les cartes de Tomka-Szászky, dessinées en 1751, sur l’histoire prémagyare de la Hongrie et sur les premiers siècles du règne des Hongrois, ne seront éditées qu’en 1781 dans un atlas historique. Voir G. Rózsa, « Árpád emeltetése », Magyarok Kelet és Nyugat közt. A nemzettudat változó jelképei, T. Hofer dir., Budapest, Néprajzi Múzeum – Balassi Kiadó, 1996, p. 35-43.

37 Hormis les armoiries de la Hongrie proprement dite, on utilise depuis le xiiie siècle différents blasons réunissant tantôt les écus des pays « annexés » (comme ceux de la Croatie, la Slavonie et la Dalmatie, etc.), tantôt ceux de tous les pays sur lesquels les rois de Hongrie ont jadis régné (comme la Serbie, la Bosnie, la Valachie, la Galicie, etc.). E. Ivánfy, A Magyar Birodalom vagy Magyarország s részeinek cimerei, Budapest, Maecenas Könyvkiadó, 1989.

38 C’est en conséquence de l’autoproclamation en 1804 de l’Empire d’Autriche et de la suppression napoléonienne du Saint Empire en 1806 que le statut politico-juridique de la Hongrie, en termes de souveraineté étatique (reconnue par les Habsbourg dans les lois I–III de 1723 et II de 1791) vis-à-vis des pays habsbourgeois ayant été auparavant partie prenante du Saint Empire, est devenu très ambiguë et c’est ainsi que l’usage de tels emblèmes politiques comme les armoiries ou le drapeau a figuré parmi les questions les plus délicates touchant le cœur de l’identité symbolique hongroise et austro-hongroise jusqu’à la dissolution de l’Autriche-Hongrie.

39 Ce n’est en effet que dans la version de 1788 du manuel que l’image stylisée des armoiries de la Hongrie (sans la Sainte Couronne) introduit même un poème sur la richesse naturelle de la patrie, qualifiée de « jardin qui représente l’Europe entière ».

40 L’interprétation nationale, au sens prénationaliste, des armoiries de Hongrie débute en effet au xvie siècle : c’est depuis le recueil du droit coutumier hongrois rédigé en 1514 par István Werbőczy que l’on attribue la présence de la croix à deux croisillons au rôle apostolique de saint Étienne et celle des quatre burèles argent aux quatre fleuves principaux du pays. Cette explication figure non seulement chez P. Edvi Illés, mais aussi dans les versions des années 1840 du Miroir triptyque. C’est également ici, dans les éditions de 1847 et 1848, que l’on assimile le drapeau tricolore hongrois aux trois vertus que sont « prouesse, constance et espérance ».

41 C’est en se spécialisant dans l’édition à grand tirage de la littérature de colportage qu’il devient après 1848 le prototype des grands éditeurs-capitalistes hongrois, vivant déjà à Budapest. I. G. Kovács, Kis magyar kalendáriumtörténet 1880-ig. A magyar kalendáriumok történeti és művelődésszociológiai vizsgálata, Budapest, Akadémiai Kiadó, 1989, p. 113–204.

42 Après la Chronique enluminée du xive siècle et la chronique de J. Thuróczy du xve siècle, c’est grâce au mécénat du comte Ferenc Nádasdy que la troisième série des portraits royaux hongrois a vu le jour, accompagnés des éloges latins et allemands, en 1644 à Nuremberg. Malgré le destin funeste de Nádasdy, exécuté à l’issue d’un complot anti-Habsbourg, son Mausolée a reçu un grand succès et a figé jusqu’au milieu du xixe siècle la topologie iconographique de l’histoire hongroise. G. Rózsa, « A Nádasdy-Mausoleum királyképei és a magyar uralkodóábrázolások tipológiája », Magyar történetábrázolás a 17. században, Budapest, Akadémiai Kiadó, 1973, p. 13-80.

43 En fonction du succès de ce « Plutarque autrichien » et d’autres entreprises éditoriales similaires s’est formé un cercle littéraire autour de J. Hormayr, ardent patriote autrichien d’origine tyrolienne, afin de créer une solide identité autrichienne fondée sur un patriotisme impérial se nourrissant du passé commun et animé des œuvres artistiques variées. En dépit de ces collaborateurs germanophones tchèques et hongrois, les tentatives échouent avant 1830 et le riche matériau à la fois historique, littéraire et ethnographique recueilli dans tous les pays de l’Empire d’Autriche sera surtout exploité par les romantiques allemand, hongrois et tchèque. E. Szentesi, « Birodalmi patriotizmus. Történelemszemlélet, történetírás, történeti publicisztika és történeti témák ábrázolása az Osztrák Császárságban 1828-ig », Történelem – kép. Szemelvények múlt és művészet kapcsolatáról Magyarországon, A. Mikó et al. dir., Budapest, Magyar Nemzeti Galéria, 2000, p. 73-91.

44 Étant donné que ces commentaires bilingues ont été rédigés par un historien du droit hongrois, Gusztáv Wenzel, et qu’ils se centraient sur le déploiement du caractère hongrois à travers le développement continuel de l’ancienne constitution hongroise (qui ne s’est cependant poursuivie que jusqu’au début du xive siècle). K. Sinkó, « A birodalmi patriotizmus és a magyar történelem », Történelem – kép., ouvr. cité, p. 527-546.

45 K. Lányi, Magyar nemzet történetei képekkel, a nép számára, Pozsony, Bucsánszky Alajos, 1846. Cet ouvrage de 320 pages a aussi été édité par A. Bucsánszky à Presbourg et également rédigé par un curé. En comparant ces deux écrits contemporains, se dégagent deux visions disparates sur le passé de la Hongrie, reflétées aussi bien textuellement qu’à travers les images utilisés dont le graveur est identique. Contrairement à celui du P. Bedeő, le livre de K. Lányi précise explicitement ce qu’il entend par nation : elle représente, pour lui, une communauté de citoyens incluant par définition tous les habitants de la patrie sans aucune distinction confessionnelle, linguistique ou sociale.

46 Dans les variantes d’avant 1848, 1 sur 8, en 1850 5 sur 17, puis en 1862 déjà 7 sur 18 des illustrations événementielles ont pour sujet des scènes hunniques ou proto-hongroises. Ce gain d’importance post-révolutionnaire de la préhistoire païenne dans ces manuels illustrés est encore plus frappant si on les compare avec le livre de K. Lányi : ce dernier ne se préoccupe guère de la préhistoire hongroise, de plus il mentionne l’existence d’un empire slave avant d’amorcer l’histoire proprement hongroise, tout en avançant que l’on ignore les origines les plus reculées des Magyars (qu’il dissocie manifestement de surcroît de celles des Huns et des Avares).

Table des illustrations

Titre Illustration 1
Légende Sources : Pál Bedeő, Magyarok’ Története a’ Vezérek’ s’ Királyok képeivel [2e éd. corrigée], Pozsony, Bucsánszky Alajos, 1843, p. 7.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2408/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Titre Illustration 2
Légende Sources : Pál Bedeő, Magyarok’ Története a’ Vezérek’ s’ Királyok képeivel [2e éd. corrigée], ouvr. cité, frontispice.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2408/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre Illustration 3
Légende Sources : Pál Bedeő, Magyarok’ Története a’ Vezérek’ s’ Királyok képeivel [5e éd.], Pest, Bucsánszky Alajos, p. 105.
URL http://books.openedition.org/enseditions/docannexe/image/2408/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k

Auteur

Chercheur et rédacteur
Université Eötvös Lorànd de Budapest (ELTE)

© ENS Éditions, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540