Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books ENS Éditions Theoria Condorcet John Adams et ses réflexions sur ...

Condorcet

La révolution et la république

John Adams et ses réflexions sur Condorcet

John Adams’ Reflections on Condorcet

Dorette Huggins

Résumé

Nous étudions ici les relations entre Condorcet et John Adams, à partir des notes marginales du second sur les ouvrages de Condorcet figurant dans sa bibliothèque : Lettres d’un bourgeois de New Haven, Vie de Turgot et Esquisse. En dépit de ses différends sur les principes constitutionnels de base et malgré la sévérité de ses critiques sur l’apport philosophique du révolutionnaire français, John Adams trouvait en Condorcet une source de réflexion inépuisable... pour affirmer des opinions opposées.

Texte intégral

Je remercie les bibliothécaires de la Boston Public Library qui m’ont gracieusement guidée dans l’immense richesse des livres rares de la John Adams Library. Les noms sont ceux utilisés dans les manuscrits de John Adams et ou de Condorcet.

  • 1 Shapiro, 1934. p. 227, voir, note 30. « Adams considered Condorcet as an impractical statesman and (...)

1Dans son ouvrage Condorcet and the Rise of Liberalism, Jacob Salwyn Shapiro évoque les réactions de John Adams aux écrits de Condorcet sur les constitutions américaines et à sa philosophie de l’histoire. Selon Shapiro, « John Adams considérait Condorcet comme un homme d’État peu pragmatique ; un philosophe superficiel et donc un homme dangereux pour guider les destins d’une nation1 ». Afin de mieux comprendre cette opinion de John Adams, il faut retourner aux sources et situer les deux hommes. Les sources se trouvent tout d’abord dans l’énorme fonds de l’Adams Library, Boston Public Library*. Plus de vingt volumes contiennent des commentaires, faits par Adams, qui à eux seuls constitueraient une collection volumineuse. Parmi ces volumes figurent quatre ouvrages de Condorcet. Ce sont :

  1. Lettres d’un bourgeois de New Haven à un citoyen de Virginie sur l’inutilité de partager le pouvoir législatif entre plusieurs corps. [In P. Mazzei, Recherches historiques et politiques sur les États-Unis de l’Amérique septentrionale, Tome I, p. 267-371, collection 1788] ;
  2. The Life of Mr Turgot, translated from the French with an appendix, London, MDCCLXXXVII, in 8° (deux exemplaires) ;
  3. Outlines of an Historical View of the Progress of the Human Mind, translated from the French, London, 1795, in 8° ;
  4. Vie de Monsieur Turgot, (Anon.), Londres, MDCCLXXXVI, in 8°.
  • 2 Haraszti, 1930 et 1949.

2 Outre ces quatre ouvrages, certains volumes des Œuvres, ainsi que des Lettres de John Adams, font référence à Condorcet. Seuls les commentaires de John Adams sur les Lettres d’un bourgeois de New Haven ont été publiés. En effet, Zoltan Haraszti, à l’époque bibliothécaire de la Boston Public Library Rare Books Room, a entrepris un vaste projet de publication des commentaires de John Adams. Bien que ce projet soit inachevé, Z. Haraszti a publié deux articles2 qui ont un double intérêt pour notre sujet. D’une part, il nous confirme que John Adams avait bien lu, voire relu, Condorcet au point de vouloir remettre en cause son apport philosophique à l’histoire du progrès de l’esprit humain ; d’autre part, Haraszti nous renvoie directement aux documents qui confirment que les deux hommes se connaissaient personnellement et s’étaient rencontrés à Paris au moins à deux reprises. Après avoir identifié les sources, il convient de situer les deux personnages avant d’aborder le dialogue de John Adams avec Condorcet.

John Adams et Condorcet

  • 3 Les notes biographiques de John Adams s’appuient sur A Short Account of the Author dans Adams, 1787 (...)

3John Adams est né le 19 octobre 1735, c’est-à-dire huit ans avant Condorcet. C’est un descendant de l’une des premières familles qui fondèrent la colonie de Massachusetts Bay en 16303. Avocat de profession, il se distingua très tôt parmi ses pairs par sa fermeté d’esprit et sa loyauté tenace à l’égard des principes qui lui étaient chers. Il fut remarqué très jeune également pour la défense de diverses causes. Il ne se contentait pas de prendre la défense des droits des individus, mais aussi et surtout de ceux de son pays et de l’ensemble de l’espèce humaine. C’est lors de ses combats de début de carrière que John Adams formula sa plus belle défense de la république naissante en Amérique. Pour Adams la république devait prendre pour fondements les principes de la justice et de la vertu. Ce sont ces mêmes principes qui demeurent le point commun de tous ses écrits sur le constitutionnalisme moderne et qui le situent à l’opposé des idées de Turgot et de Condorcet.

  • 4 Works, III, p. 117. John Adams donne le plan du contenu des deux traités qui créaient une alliance (...)
  • 5 Alors âgé de 10 ans, John Quincy Adams (1767-1848) suivra de près les pas de son père et deviendra (...)
  • 6 Nous croyons qu’il s’agit du président Charles Dupaty, oncle de Sophie de Grouchy et ami intime de (...)
  • 7 Works III, p. 117-122, J.A. « Dr. Franklin presented to me the compliments of M. Turgot, lately com (...)

4En homme engagé, John Adams fut membre du premier Congrès en 1774 et l’un des plus ardents avocats de la célèbre résolution du 4 juillet 1776, la Déclaration de l’indépendance des colonies d’Amérique. En outre, commissaire du Département de la guerre et l’un des principaux architectes des deux Traités d’alliance signés avec la France le 6 février 17784, John Adams fut envoyé à la cour de Versailles en tant que ministre plénipotentiaire des États-Unis. C’est en arrivant au port de Bordeaux avec son jeune fils, John Quincy5, le 1er avril 1778 que John Adams apprit la nouvelle de la signature des Traités d’alliance, à la rédaction desquels il avait si largement contribué. Il fut reçu par le président du parlement de Bordeaux6 en grande pompe et selon un cérémonial digne de son rang de représentant de l’Amérique à la Cour de Versailles. En arrivant à Paris, le 9 avril 1778 John Adams écrivit dans son journal : « Dr. Franklin m’a transmis les compliments de Monsieur Turgot, qui fut jusqu’à très récemment (mai 1776) Contrôleur Général et son invitation à dîner avec lui. Accompagné par Dr. Franklin et Monsieur Lee, j’ai dîné en compagnie de la duchesse d’Enville, la mère du duc de la Rochefoucauld, et d’une vingtaine de personnes parmi les plus renommées de France7. »

5Est-ce à ce premier dîner à Paris donné en son honneur par Turgot que John Adams a rencontré Condorcet ? Ce dernier ne serait-il pas parmi les premiers de cette « vingtaine de personnes » ? Cependant, John Adams ne fait aucune mention de lui dans son journal concernant ce dîner. On peut y lire par exemple, ses impressions favorables concernant M. Turgot et l’abbé de Mably et surtout la duchesse d’Enville et son fils pour qui il éprouvait la plus grande admiration. Selon l’article cité de Z. Haraszti, John Adams aurait ajouté, trente ans après ce fameux dîner à Paris, une note que je n’ai pas retrouvée dans les manuscrits. La voici néanmoins retranscrite, selon Z. Harastli, dans son intégralité. John Adams n’y éprouve pas beaucoup de sympathie pour Condorcet et se montre même sarcastique à son égard :

  • 8 Z. Haraszti, op. cit. p. 479 « Among the guests was M. Condorcet, a philosopher, with a face as pal (...)

6« Parmi les convives, il y avait M. Condorcet, un philosophe, qui avait un visage aussi pâle, ou plutôt, aussi blanc, qu’une feuille de papier, signe je suppose d’un grand labeur. » Adams ajoutait : « La duchesse d’Enville et son fils [le duc de la Rochefoucauld], des amis intimes de M. Turgot, sont reconnus pour leur influence sur la nomination, selon leur gré des membres de l’ Académie des Sciences, et M. D’Alembert, secrétaire perpétuel, est considéré comme l’une de leurs créations, comme cela fut le cas de M. Condorcet plus tard. » [...] « Sa gratitude [celle de Condorcet], quelques années après ceci, fera date dans l’histoire...8 » Gardons en mémoire que ces remarques affligeantes furent écrites trente ans après le fait rapporté et surtout à une époque où Condorcet était mort depuis longtemps. Remarquons encore que la situation, aussi bien en Europe qu’en Amérique, n’était guère propice à la paix. Que s’est-il passé entre John Adams et Condorcet pour que le premier juge utile de revenir, trente ans après, sur leur première rencontre ? Comment expliquer ce mépris caractérisé de John Adams pour Condorcet ?

Influence des idées de Turgot

  • 9 Dans une lettre qui date de juin 1809, John Adams confia : « I was personally acquainted with M. Tu (...)
  • 10 Les Constitutions américaines attribuées à Franklin ont été traduites par le duc de la Rochefoucaul (...)
  • 11 John Adams, Works IX, p. 623 : « Mr. Turgot, the Duke de la Rochefoucauld, and Mr. Condorcet and ot (...)

7La cause de cette attitude de John Adams ne se situe pas sur le plan personnel9. Il s’agit d’un différend fondamental entre les idées constitutionnelles des deux hommes. En effet, si Condorcet ne s’était pas fait remarquer par John Adams lors de son premier voyage en France, ce ne fut pas le cas lors de sa seconde visite, au début de 1780. A cette occasion, John Adams a présenté à Turgot son rapport du Grand Comité de la convention de Massachusetts, c’est-à-dire son plan de gouvernement et son projet de constitution fondés sur le bicamérisme et sur une stricte séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire. Or Turgot et son entourage rejetèrent unanimement le projet d’Adams. Cette réaction renouvela le débat entre les tenants des principes du constitutionnalisme unicaméral et les avocats du constitutionnalisme bicaméral. Blessé par la véhémence avec laquelle son projet avait été rejeté par les philosophes libéraux en France, et par l’accueil enthousiaste accordé aux Constitutions américaines attribuées à Franklin10, John Adams écrivit dans son journal : « M. Turgot, le duc de la Rochefoucauld, Mr. Condorcet et d’autres ont admiré la constitution de M. Franklin et ont rejeté la mienne11. » Ne faut-il pas souligner que dès son premier séjour en France (avril 1778), les idées constitutionnelles de John Adams avaient dû se heurter à celles de ses hôtes ? En outre, bien que John Adams n’ait eu connaissance de la lettre confidentielle de Turgot à Price (datée du 22 mars 1788), qu’en 1784, date de sa publication à Londres, la préférence pour l’unicamérisme de Turgot et de ses amis ne pouvait pas lui échapper.

8Muté à Londres en tant que ministre plénipotentiaire en 1784, John Adams saisit l’occasion de la publication de la lettre de Turgot pour défendre ses idées constitutionnelles les plus chères. Or dans sa lettre, Turgot critiquait sévèrement la Constitution fédérale des États-Unis en défendant de manière convaincante les avantages d’un régime constitutionnel unicaméral. John Adams ne se contenta pas d’une réponse superficielle. Certes, Turgot n’était plus, mais selon Adams ses idées radicales restaient dangereuses pour l’Amérique. Le résultat fut son célèbre A Defence of the Constitutions of Government of the United States of America Against the Attack of M. Turgot in his Letter to Dr. Price dated 22nd March 1778, publié à partir de 1787 en trois volumes.

9La Defence eut des retombées inattendues aussi bien en Amérique qu’en France pour John Adams. En Amérique, ses idées politiques et constitutionnelles déterminèrent largement la prédominance de l’idée républicaine à l’américaine dans la Constitution fédérale des États-Unis. Deux ans après la publication de cet ouvrage, John Adams fut nommé vice-président des États-Unis. Il succéda à George Washington et devint le deuxième président des États-Unis en novembre 1796. En France, la Defence de John Adams n’était pas passée inaperçue. Mais Turgot ayant disparu le 18 mars 1781, le devoir d’y répondre ne revenait qu’à un seul homme, Condorcet. John Adams et Condorcet se trouvèrent littéralement face à face. C’est à partir de la publication en 1788 des quatre Lettres d’un bourgeois de New Haven que John Adams découvrit l’envergure de ce jeune homme « au visage pâle ». Ce fut le début d’un intérêt réel pour les idées et les œuvres du dernier des encyclopédistes français.

John Adams et Condorcet face à face

10Un rapport livresque s’établit entre John Adams et les ouvrages de Condorcet en sa possession. Il faut souligner trois choses. D’abord, John Adams avait l’habitude d’annoter largement ses lectures. Les ouvrages de Condorcet ne font pas exception : d’autres ouvrages d’auteurs français, tels que Rousseau et Madame de Staël, furent également annotés. Ensuite, il ne faut surtout pas exagérer les liens entre Adams et Condorcet. Il n’y a jamais eu de liens d’amitié entre les deux hommes. Le nom de John Adams ne figure nulle part dans les manuscrits de Condorcet examinés à la bibliothèque de l’Institut de France ; et en outre, rien ne peut laisser croire que John Adams avait sérieusement tenu à transmettre à ce dernier ses commentaires sur les Lettres d’un bourgeois de New Haven. Enfin, s’il est incontestable que John Adams éprouvait peu de sympathie à l’égard de l’homme, il est évident qu’il aimait encore moins les œuvres qu’il avait lues. Nous nous limitons aux commentaires de John Adams sur Condorcet dans les Lettres d’un bourgeois de New Haven avant de répondre à notre question de départ : Comment expliquer l’évolution de l’appréciation de John Adams sur Condorcet ?

11Les notes de John Adams sur cet ouvrage sont inédites et datent probablement de 1788, année de la publication des Lettres d’un bourgeois de New Haven. Parmi ces quatre lettres écrites par Condorcet, la dernière est une défense des idées développées par Turgot et critiquées par Adams, elle constitue peut-être même la source de son ouvrage. Le texte commence à la page 267 dans la publication de Mazzei. Dans les marges de l’ouvrage, John Adams a écrit, page 266 (c’est-à-dire au début du texte), un commentaire général sur l’ensemble des quatre Lettres de Condorcet, ainsi que sur les liens étroits qui existaient entre celui-ci et Turgot :

  • 12 John Adams [J.A.] : « The following four letters were written by the Marquis de Condorcet, a Man of (...)

« Les quatre lettres suivantes ont été écrites par le Marquis de Condorcet, un homme de Science, mais peu instruit en histoire : ignorant ; totalement ignorant de tout écrit sur la science de gouvernement avec peu de compréhension du cœur humain et encore moins du monde. Les lettres elles-mêmes sont une illustration de tout ceci. Il est certain qu’elles étaient écrites en guise de réponse à ma Defence. Mais il est évident qu’il ne l’avait pas lu. Son enthousiasme pour Turgot, a provoqué sa réponse à mon ouvrage, sans même l’avoir lu. Il faut se rappeler qu’il a également écrit une Vie de Turgot et que cette Vie est un panégyrique12. »

Lettre I

12Cette première lettre présente les principes de Condorcet sur les législations en général. Ces principes se fondent sur l’idée de la nécessité des lois, sur l’objet des lois et sur l’égalité des citoyens devant ces lois. Ce sont aussi des idées de base sur la nature et l’esprit des lois que même John Adams ne pouvait pas contester. En effet, il n’y a qu’une seule note de la main d’Adams où il traduit les mots loix et objets de Condorcet de la page 268 par laws and objects.

Lettre II

13C’est à propos de cette lettre que John Adams sort sa plume acerbe. Rien d’étonnant puisque c’est justement là que Condorcet expose avec sa rigueur habituelle, « la constitution d’un corps législatif unique ». C’est aussi là qu’il réitère les idées de Turgot figurant dans la lettre à Price. Rien n’échappe à l’œil critique de John Adams. Dès les premiers paragraphes, il attaque Condorcet qui se cite lui-même.

  • 13 J.A. : « Condorcet very respectfully quoting himself. »

Condorcet [C.] : « Je ne répéterai point ce qu’a dit sur cet objet M. le marquis de Condorcet, dans son ouvrage sur la probabilité des décisions ; mais il me paroit avoir démontré ce qui l’avoit été déjà par un autre géomètre, M. le ch. de Borda, ... » (p. 289)
J.A. : « Condorcet très respectueusement citant son propre ouvrage13. »

14John Adams n’intervient pas dans le long passage de cette lettre où Condorcet expose le droit de vote des femmes à travers une série de lois sur l’éligibilité de chaque homme. C’est le développement argumenté et soutenu de sa défense courageuse des droits des femmes. John Adams se tait également sur la loi portant sur les élections et la durée des mandats des députés, ainsi que sur l’interdiction du cumul des mandats. « On sent que cette loi n’est proprement qu’une déclaration des droits de l’homme, qu’on peut appeler naturels, qui sont supposés antérieurs à l’état de société », écrivait Condorcet.

15S’agissant de la troisième loi, Condorcet, comme Adams d’ailleurs, définit les fonctions du corps législatif, et la manière de les mettre en œuvre. La révision ou l’amendement de ses fonctions ne peut se réaliser sans le consentement d’une certaine pluralité des districts. En outre le corps législatif doit se conformer au vœu de la pluralité des districts.

16John Adams semble indifférent également au contenu de la quatrième loi de Condorcet en ce qui concerne la loi de finance. En effet, Condorcet développe longuement les trois objets de cette loi : « la manière de lever l’impôt » ; « la fixation de la quantité de l’impôt » (en temps de guerre, le corps législatif avait le droit de lever des impôts exceptionnels) ; et enfin, « la manière de disposer des impôts ».

17Rien n’est laissé au hasard dans la cinquième loi consacrée à la Constitution elle-même. En effet, Condorcet établit la hiérarchie des normes de droit interne dans lesquels la Constitution se trouve au sommet. John Adams est d’accord. La Constitution est la loi suprême de la nation à laquelle tout homme, toute loi et toute législation doivent se conformer.

18Il faut attendre la sixième loi pour que John Adams reprenne sa plume. De quoi s’agit-il ? C’est une question primordiale qui blesse l’orgueil de l’indépendance et de la souveraineté nationale, thème cher à John Adams. Cette sixième loi de Condorcet, en effet, traite de la défense commune et nationale. Il s’agissait également du pouvoir du corps législatif à entreprendre des engagements avec des pays tiers : qu’il s’agisse de traités d’alliance militaire ou d’ententes commerciales. Et c’est ici qu’il y a le premier accroc :

  • 14 J.A. : « This policy is most simple. The people hâve only to think of their Deputies not of the Exe (...)

C. : « Toute république qui voudra suivre les maximes de cette politique compliquée, et hors de la portée du commun des esprits, doit perdre en peu de temps sa liberté, dont ces principes mercantiles sont les ennemis les plus dangereux » (p. 315).
J.A. : « Cette politique est on ne peut plus simple. Le peuple n’a qu’à penser à ses Députés et non au pouvoir exécutif14. »

  • 15 Dippel Horst, « Condorcet et la discussion des constitutions américaines en France avant 1789 », da (...)

19Pour Adams, seul le pouvoir exécutif, indépendant du corps législatif, a le pouvoir d’entreprendre des engagements internationaux. C’est le président des États-Unis d’Amérique qui par sa signature, engage l’ensemble de la nation. Donc, le peuple à travers ses représentants au corps législatif n’est pas directement concerné. C’est le point clé qui sépare les deux conceptions du constitutionnalisme : l’unicamérisme de Condorcet et le bicamérisme ainsi que la séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire de John Adams15.

20Quelques paragraphes plus loin, Condorcet met en garde contre les abus possibles du pouvoir du corps législatif à déclarer la guerre. Pragmatique et toujours soucieux de la sauvegarde de la paix, Condorcet prévoyait une protection ultérieure, c’est-à-dire qu’aussitôt après toute déclaration de guerre, il fallait que « les districts fussent assemblés extraordinairement pour une élection, dans laquelle ils conserveroient les anciens membres du corps législatif, ou en nommeraient de nouveaux ».

  • 16 J.A. : « No obstacle at all, because the Représentants will be believed by their Constituents. »

C. : « Cette institution serait un obstacle aux guerres entreprises, ou dans la vue d’augmenter le pouvoir du corps législatif, ou malgré le vœu général » (p. 317).
J.A. : « Il n’y a pas là le moindre obstacle puisque les Représentants auront la confiance de leurs électeurs16. »

21John Adams n’a pas tout à fait tort sur ce point, que Condorcet, dans l’ensemble de sa réflexion, semblait ignorer. C’est ici qu’on observe de manière exemplaire la finesse de la réflexion de John Adams dont la formation d’avocat et l’expérience de la science de gouvernement amoindrissent le raisonnement de Condorcet sur cette question.

22Sur les questions de la cession et de l’acquisition de territoires à la suite de conflits armés, les deux conceptions constitutionnelles diffèrent également.

  • 17 J.A. : « Canada, e.g. under the British Constitution. But what will steerage on have made. »

C. : « Le second article est celui duquel résulteroit une acquisition ; la sûreté publique exige nécessairement dans ce cas que, de droit commun, sans qu’on puisse y porter aucune atteinte, les habitans du pays conquis deviennent, du jour de la ratification du traité, membres de l’état, jouissent de tous les droits des anciens citoyens et sous la même forme » (p. 318).
J.A. : « Le Canada, par exemple sous la Constitution britannique. Mais quelle différence aurait fait la décision de continuer à le diriger17. »

23John Adams intervient de nouveau dans ce paragraphe :

  • 18 J.A. : « Leave her to join an enemy if she will. »

C. : « Il vaudrait donc mieux laisser à une province conquise sa liberté, en la lui garantissant, et l’abandonner à elle-même, que de s’exposer au danger soit d’avoir des sujets, soit de former une confédération mal combinée » (p. 319).
J.A. : « Laissez-la s’allier à une ennemie si elle le veut18. »

24Il est dommage que Condorcet n’ait pas eu connaissance de ces objections et commentaires qui méritaient un droit de réponse. C’est d’autant plus regrettable lorsqu’on considère la suite des interventions de John Adams, et plus particulièrement celles sur l’établissement militaire proposé par Condorcet.

  • 19 J.A. : « 1e Such a Militia useless ; 2e Ranks are as indispensible in a militia as a regular army ; (...)

C. : « Les officiers choisis par les soldats, le chef général par l’assemblée du district, et ces élections renouvelées tous les deux ans. La perpétuité des grades n’est nécessaire que dans les troupes réglées, et pour le tems de guerre seulement » (p. 320).
J.A. : (Trois remarques) « Ie Une telle milice est inutile ; 2e Les grades sont aussi indispensables dans une milice que dans une armée régulière ; 3e A-t-il jamais existé une Assemblée capable de donner des justifications19. »

25Plus loin, Adams s’interroge sur la composition des membres du Conseil de guerre, organe ad hoc prévu par Condorcet.

  • 20 J.A. : « But will the Members of this Conseil of War be the [... illisible]. »

C. : « Dans le cas de guerre, le corps législatif nommeroit un conseil chargé de la diriger, mais dont aucun membre ne serait choisi parmi ceux du corps législatif : ce conseil lui rendrait compte chaque année, ses membres seraient annuellement réélus et pourraient être destitués à toutes les époques, pourvu qu’il y eût pour cette destitution une pluralité déterminée par la loi, mais qui devrait être très grande » (p. 321).
J.A. : « Mais les membres de ce conseil de guerre seront-ils les...20 [mot illisible, chose exceptionnelle car c’est l’un des deux seuls mots illisibles de ces notes de John Adams !]. »

26Ayant traité les droits du corps législatif en situation de guerre, Condorcet clôt cette deuxième lettre sur les questions de « l’emploi de la force publique » par le corps législatif en temps de paix. John Adams le suit phrase à phrase. Ces interventions sont du même genre que celles qui précèdent.

  • 21 J.A . : « But will not jealousies and disputes in the spirit of Party and Sophistry arise among the (...)
  • 22 J.A. : « He thinks a Republic federative may be as large as France or England or all Europe. »

C. : « Jusqu’ici nous n’avons supposé qu’un ordre de districts nommant des députés pour former un corps législatif. Supposons maintenant que l’étendue de l’état ne permette pas de se borner à un plan si simple. Nous observerons d’abord qu’il se présente trois moyens ; ou former différens ordres de division, comme la réunion des districts en provinces, celle de provinces en états, en s’arrêtant toujours à un seul corps législatif ; ou donner à chaque réunion des districts un corps législatif indépendant, et former de ces états séparés une république fédérative dont les affaires communes seraient dirigés par un congrès ; ou enfin combiner ensemble ces deux premiers moyens » (p. 322).
J.A. : « Mais jalousies et disputes inspirées par le sophisme ou l’esprit partisan ne surgiront-elles pas entre des districts, des provinces et d’États ? [mot illisible] Platon aurait-il pensé à une liste fédérale Royale ayant le même but ?21 »
C. : « La difficulté de la communication entre la ville de la résidence du corps législatif et les parties de l’état, seront, pour une certaine étendue de territoire, un motif de préférer une république fédérative formée d’états indépendans. D’un autre côté, si nous supposons ce moyen toujours préférable à une union plus intime, dès qu’il sert à conserver la plus grande simplicité, il n’en sera pas moins vrai qu’il devient impraticable, si le nombre des états se multiplie trop, et qu’alors, malgré une complication plus grande, il vaudrait mieux ne diviser le territoire entier qu’en un moindre nombre d’états » (p. 323).
J.A. : « Il [Condorcet] pense qu’une République fédérative peut être aussi grande que la France ou l’Angleterre ou toute l’Europe22. »

27Cette phrase marque la fin des interventions de John Adams sur la Lettre II. En effet, dans les derniers paragraphes de celle-ci, Condorcet donne une brève récapitulation de ses lois sur la constitution, et sur les fonctions et les droits du corps législatif.

Lettre III

28Dans la Lettre III il s’agit de prouver que le corps législatif ainsi décrit aurait « l’avantage d’empêcher le corps législatif de faire, soit des loix oppressives, soit de mauvaises loix ». John Adams se limite à trois interventions dont deux à la page 334 et une sur la page suivante :

  • 23 J.A. : « But lies and errors are propagated by the Press, as well as truth. »
  • 24 J.A. : « In favour of Birth, Wealth, Bounty, address Superstitions. »

C. : « Dans un pays où l’on imprime beaucoup sur les affaires publiques, il est difficile de ne pas espérer que le choix des districts tombera sur des hommes dignes d’être les représentans de leurs égaux ; il est difficile que si dans quelque district il se trouvoit un homme doué d’un esprit juste, étendu, capable en un mot de présider à une législation, il ne fasse point partie du corps législatif » (p. 334).
J.A. : « Mais mensonges et erreurs sont propagés par la presse, aussi bien que la vérité23. »
C. : « Il ne nous reste donc plus à craindre que quatre écueils. 1e Les préjugés généraux répandus dans un pays ; 2e les passions qui animeroient tous les membres de l’état ; 3e l’incohérence dans les loix, ou leurs changemens trop fréquens ; 4e enfin, la difficulté d’obtenir des décisions, de remédier à des abus pressans, de suivre la réforme des mauvaises loix » (p. 334).
J.A. : « Pour ce qui touche à la naissance, à la richesse, aux largesses, voir les superstitions24. »
C. : « Enfin, dans la forme d’élection proposée, le choix des membres contribuera encore à diminuer cette influence ; les électeurs préféreront en général les hommes instruits, c’est-à-dire, ceux qui ont le moins de préjugés... » (p. 335).
J.A. : « Oh ! Non ! »

29C’est sur ce ton d’incrédulité qui n’est pas sans un peu de moquerie, que se termine l’intervention de John Adams à propos de la troisième lettre.

Lettre IV

30Dans la Lettre IV, John Adams se réserve le droit de croire que Condorcet répondait à son ouvrage A Defence of the Constitutions of Government of the United States of America against the Attack of M. Turgot in his Letter to Dr. Price, dated 22nd Mardi 1778. Mais il prétend que Condorcet ne l’a pas lu. En effet, c’est dans cette dernière lettre que Condorcet entrait dans le vif du sujet sur « l’inutilité et le danger de partager la puissance législatrice en différens corps ». C’est l’antithèse des réflexions de John Adams développées dans le premier volume de son ouvrage. Adams limite ses interventions à trois commentaires succincts.

  • 25 J.A. : « Defence : Are these ideas so rare ? »

C. : « D’abord l’abus des mots, on a parlé de forces opposées, de contrepoids, d’équilibre, et ces mots ont eu sur certaines gens une influence d’autant plus forte qu’ils les entendent moins » (p. 350).
J.A. : « Defence : Est-ce que ces idées sont si rares25. »

31Le mot Defence est aussi écrit en tête de la page 363 et plus loin également.

C. : « Nous nous tromperions encore, si nous imaginions que ces divisions ont été l’ouvrage d’un système raisonné, comme le semblent dire quelquefois leurs apologistes » (p. 369).
J.A. : « Defence. »

32Condorcet faisait-il référence à l’ouvrage à succès de John Adams en écrivant « Je sais combien l’opinion contraire est répandue » ? John Adams avait-il raison de l’accuser de ne pas avoir lu son livre avant de le critiquer ? S’agissait-il, dans cette quatrième lettre, de « l’enthousiasme aveugle » de Condorcet pour Turgot ? Nul ne le sait. Cependant en lisant cette dernière lettre en parallèle avec l’ouvrage de John Adams, on aurait tendance plutôt à croire que Condorcet avait bien lu le premier des trois volumes du livre de John Adams, celui où l’auteur critiquait systématiquement la lettre de Turgot à Price. Mais Condorcet n’aurait pas lu les deux autres volumes, en tout cas pas avant d’écrire ses Lettres.

33En effet, rien dans cet écrit de Condorcet ne se réfère aux développements historiques de John Adams sur les constitutionnalismes antique et moderne, richement détaillés dans les volumes II et III. Mais il y a une raison très simple à cela : les volumes II et III n’avaient pas encore été publiés lorsque Condorcet écrivit ses Lettres. En effet, écrit en 1784-86, le volume I de la Defence ne fut publié qu’au printemps de 1787. Condorcet écrivit ses Lettres au cours de l’été 1787 et la Lettre IV est vraisemblablement sa réponse à l’ouvrage de John Adams. En revanche, les volumes II et III n’ont été publiés qu’en 1788, l’année même de la publication des Recherches historiques et politiques sur les États-Unis de l’Amérique septentrionale de Mazzei, la collection grâce à laquelle les Lettres de Condorcet firent leur apparition.

  • 26 J.A. : « The ingenious “Citizen of New Haven”, to whom we hâve now the honor of paying our First re (...)

34En dépit de son différend avec les quatre Lettres, John Adams rendit hommage à Condorcet dans une série d’articles intitulé les Discours de Davila. Publiés en 1788 ces discours restés célèbres furent écrits pour réfuter les critiques de Condorcet et celles de Mazzei. John Adams y reconnaît le talent, le courage et l’honnêteté de Condorcet : « L’ingénieux citoyen de New Haven, à qui nous avons maintenant l’honneur d’exprimer pour la première fois notre respect en espérant que, dans l’avenir, sera fournie l’occasion de lui rendre un hommage plus approprié26. »

35Quel plus bel hommage peut-on imaginer ? Aux fondements mêmes des réflexions les plus sincères de John Adams, avocat indomptable du constitutionnalisme bicaméral et apologiste de la séparation des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, Condorcet demeurait pour lui un homme exemplaire. Hommage qu’Adams se garde de réitérer – et c’est peu dire – plus d’un quart de siècle plus tard, en 1809, ainsi que l’atteste sa lettre à Madison du mois de juin 1815. Cet hommage marque également une évolution dans ses réflexions sur Condorcet.

Une évolution philosophique chez Adams

36Les débuts de la Révolution française en 1789 et surtout les troubles du Massachusetts à la même époque empêchèrent Adams de retourner en Europe du vivant de Condorcet. Bien que selon toute évidence, il n’existât pas de correspondance personnelle entre les deux hommes, John Adams éprouve après 1788 une réelle admiration pour l’œuvre du philosophe.

37En effet, comme nous l’avons déjà dit au début de cet article, Adams possédait deux exemplaires de la traduction en anglais, faite à Londres en 1795, du testament de Condorcet, l’Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain. John Adams a lu et bien lu Condorcet. Il l’a même relu : constat évident lorsqu’on compare ses commentaires dans les deux exemplaires de Outlines of an Historical View of the Progress of the Human Mind. Il s’opère une évolution philosophique dans les réflexions de John Adams sur Condorcet.

  • 27 Traductions : « Tu es un charlatan, Condorcet ! » (p. 53). « Oh, tirons le rideau sur cette scène h (...)
  • 28 Haraszti, ibid. : citation des premiers commentaires de John Adams en apprenant la mort de Condorce (...)
  • 29 J.A. : « It was Suicide by voluntary Poison, It was an effect of his own System, of a Government in (...)

38Dans l’un, datant de 1798, les notes de lecture de John Adams sont acides. Condorcet était déjà mort et John Adams entamait la deuxième année de son mandat présidentiel dans un pays au seuil de la guerre. Pour Adams, l’influence néfaste des idées radicales des philosophes français était la source des troubles en Amérique. La publication de l’Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, écrit par l’un de ces philosophes lui fournissant l’occasion d’exprimer ses sentiments les plus amers. Thou art a quack, Condorcet ! écrivit-il à la page 53. Ah ! let us cast a veil over this awful scene paraît à la page 68. Le président se lamente enfin à la page 90, This is almost the only sensible paragraph of any importance in 90 pages27. Dans cette première lecture adamienne de Outlines of an Historical View of the Progress of the Human Mind, on a l’impression que Adams est encore complètement opposé au Condorcet des Lettres de 1788. En fait, le lecteur a l’impression que John Adams avait repris son exemplaire des Lettres lorsqu’il lut Condorcet en 1798. En outre, lorsqu’il apprit la fin tragique de Condorcet dans des circonstances obscures, le président John Adams revint à nouveau aux Lettres de 1788 pour exprimer ses regrets les plus profonds28 : « Empoisonnement volontaire. C’était la conséquence de son propre système, celui du gouvernement d’une seule Assemblée. C’était le fruit de la tyrannie de sa prétendue majorité démocratique, sans le moindre contre-pouvoir ni contrôle, choses qu’il abhorrait29. »

  • 30 J . A. : « He [Condorcet] might and probably meant well, but his Ignorance and Inexpérience in the (...)

39Dans l’autre, en revanche, les notes sont moins émotives et plus philosophiques. Elles datent de 1811, à une époque où les horreurs étaient reléguées dans le passé. Adams notait que Condorcet, et ses amis Turgot et la Rochefoucauld, avaient sans doute de bonnes intentions mais que leur ignorance et leur inexpérience dans la science de gouvernement avaient ruiné leur pays30.

40Il faut souligner que dans ses deux exemplaires, les notes d’Adams s’arrêtent à la fin de la neuvième période de l’ Esquisse. S’il est probable que John Adams a lu l’ouvrage jusqu’à la fin, au moins une fois, il est évident qu’il prêtait peu d’intérêt aux réflexions prophétiques du philosophe dans la dixième et dernière période Sur les progrès futurs de l’esprit humain. Pourtant, il est incontestable que l’apport philosophique de Condorcet à l’histoire humaine réside justement dans ce dernier chapitre.

41En dépit de leurs différends sur des principes constitutionnels de base et malgré la sévérité de ses critiques sur son apport philosophique, John Adams trouvait en Condorcet une source inépuisable, pour affirmer des positions diamétralement opposées.

Bibliographie

Bibliographie

Ouvrages de John Adams et Condorcet

ADAMS (J.), Works I-IX, The Adams Library of the Boston y Public Library.

– A Defence of the Constitutions of Government of the United States of America against the Attack of M. Turgot in his Letter to Dr. Price, dated 22nd March 1778. in 3 volumes, Londres 1787-1788.

CONDORCET, Lettres d’un bourgeois de New Haven [pseudonyme de Condorcet] à un citoyen de Virginie [pseudonyme de Philip* Mazzei] sur l’inutilité de partager le pouvoir législatif entre plusieurs corps. [In Mazzei (P.), Recherches historiques et politiques sur les États-Unis de l’Amérique septentrionale, tome I, p. 267-371, collection 1788].

– The Life of Mr Turgot, translated from the French with an appendix, London MDCCLXXXVII 8° (deux exemplaires).

– Outlines of an Historical View of the Progress of the Human Mind, translated from the French, London, 1795, 8°.

– Vie de Monsieur Turgot, (Anon.), Londres, MDCCLXXXVI 8°.

Manuscrits de Condorcet, bibliothèque de l’Institut de France.

Autres sources

BADINTER (E.) et (R.), Condorcet (1743-1794) : un intellectuel en politique, Fayard, 1988.

HARASZTI (Z.), « John Adams on Condorcet, his Comments on “The Outline of the Progress of the Human Mind” », publié pour la première fois dans More Books, The Bulletin of the Boston Public Library, Vol. V, No. 10, December, 1930, p. 473-499.

– « John Adams and Turgot », The Boston Public Library Quarterly, Vol. July 1949, p. 2-32.

SHAPIRO (J.S.), Condorcet and the Rise of Liberalism, Harcourt, Brace & Co. NY, 1934.

Notes

1 Shapiro, 1934. p. 227, voir, note 30. « Adams considered Condorcet as an impractical statesman and superficial philosopher, hence a dangerous man to guide the destinies of a nation » (tous les textes sont traduits par l’auteur).

2 Haraszti, 1930 et 1949.

3 Les notes biographiques de John Adams s’appuient sur A Short Account of the Author dans Adams, 1787-1788.

4 Works, III, p. 117. John Adams donne le plan du contenu des deux traités qui créaient une alliance entre la France et l’Amérique pour la protection des navires et de l’assistance française en cas d’hostilités entre l’Amérique et l’Angleterre.

5 Alors âgé de 10 ans, John Quincy Adams (1767-1848) suivra de près les pas de son père et deviendra à son tour sixième président des États-Unis (1825-1829).

6 Nous croyons qu’il s’agit du président Charles Dupaty, oncle de Sophie de Grouchy et ami intime de longue date de Condorcet. Voir Badinter, 1988, p. 210, note 2 ; p. 211, note 3 ; et p. 221 note 3. Le journal de John Adams ne mentionne pas Condorcet parmi les convives à Bordeaux. Le secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences étant présent à toutes les séances d’avril 1778, il n’aurait d’ailleurs pas pu matériellement se trouver à Bordeaux. Toutefois, il est fort probable que le nom de Condorcet avait été évoqué par le président Dupaty lorsque John Adams prit la route pour Paris trois jours plus tard.

7 Works III, p. 117-122, J.A. « Dr. Franklin presented to me the compliments of M. Turgot, lately comptroller of the finances, and his invitation to dine with him. Went with Dr. Franklin and Mr. Lee, and dined in the company of the Duchess d’Enville, the mother of the Duke de la Rochefoucauld, and twenty of the greatest people of France. »

8 Z. Haraszti, op. cit. p. 479 « Among the guests was M. Condorcet, a philosopher, with a face as pale, or rather as white, as a sheet of paper, I suppose from hard study... »« The Duchesse d’Enville and her son (the duc de la Rochefoucauld), the great friends of Mr. Turgot, were said to have great influence with the Royal Academy of Sciences, to make members at pleasure, and the secrétaire perpétuel, M. d’Alembert, was to have been of their creation, as was M. Condorcet afterwards. » [En fait, d’Alembert est secrétaire perpétuel de l’Académie française, et c’est Condorcet qui est secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences.] « His [Condorcet’s] gratitude, a few years after this will be recorded in history... »

9 Dans une lettre qui date de juin 1809, John Adams confia : « I was personally acquainted with M. Turgot, the Duke de la Rochefoucauld, and Mr. Condorcet. They were as amiable, as learned, and as honest men as any in France. » De la même manière, il écrit à James Madison en 1815, « I was personally treated with great kindness by these great and good men ».

10 Les Constitutions américaines attribuées à Franklin ont été traduites par le duc de la Rochefoucauld et publiées sous le titre de Recueil des Lois Constitutives des Colonies Anglaises, au printemps 1778. Ce livre a connu un grand succès en France. C’est dans ce contexte que M. Turgot écrivit au Dr. Price. Nous reviendrons sur cette lettre plus loin.

11 John Adams, Works IX, p. 623 : « Mr. Turgot, the Duke de la Rochefoucauld, and Mr. Condorcet and others, admired Mr. Franklin’s Constitution and reprobated mine. »

12 John Adams [J.A.] : « The following four letters were written by the Marquis de Condorcet, a Man of Science, but little acquainted with history : ignorant, totally ignorant of all Writings on the Science of Gouvernment, with very little knowledge of the Human Heart and still less of the World. The letters themselves are a demonstration of all this. They are plainly written as an answer to my Defence. But it is plain he had not read it. His enthousiasm for Turgot, provoked him to write an answer to my Book without reading it. It should be recollected that he has written a Life of Turgot and that that life is a Historical Panegyrick. »

13 J.A. : « Condorcet very respectfully quoting himself. »

14 J.A. : « This policy is most simple. The people hâve only to think of their Deputies not of the Executive Power. »

15 Dippel Horst, « Condorcet et la discussion des constitutions américaines en France avant 1789 », dans le présent recueil.

16 J.A. : « No obstacle at all, because the Représentants will be believed by their Constituents. »

17 J.A. : « Canada, e.g. under the British Constitution. But what will steerage on have made. »

18 J.A. : « Leave her to join an enemy if she will. »

19 J.A. : « 1e Such a Militia useless ; 2e Ranks are as indispensible in a militia as a regular army ; 3e Was there ever an Assembly capable at justifications. »

20 J.A. : « But will the Members of this Conseil of War be the [... illisible]. »

21 J.A . : « But will not jealousies and disputes in the spirit of Party and Sophistry arise among the Districts, Provinces and States ? [... illisible] Plato have thought of a federal Royal list of such an intent ? »

22 J.A. : « He thinks a Republic federative may be as large as France or England or all Europe. »

23 J.A. : « But lies and errors are propagated by the Press, as well as truth. »

24 J.A. : « In favour of Birth, Wealth, Bounty, address Superstitions. »

25 J.A. : « Defence : Are these ideas so rare ? »

26 J.A. : « The ingenious “Citizen of New Haven”, to whom we hâve now the honor of paying our First respects, hoping that, hereafter, we may find an opportunity to make him our more particular compliments. »

27 Traductions : « Tu es un charlatan, Condorcet ! » (p. 53). « Oh, tirons le rideau sur cette scène horrible ! » (p. 68). « Ceci est presque le seul paragraphe intelligent et important dans ces 90 pages » (p. 90).

28 Haraszti, ibid. : citation des premiers commentaires de John Adams en apprenant la mort de Condorcet, p. 478.

29 J.A. : « It was Suicide by voluntary Poison, It was an effect of his own System, of a Government in one Assembly. It was the Fruit of Tyranny of his own pretended democratic Majority, without a Ballance, or Check, which he abhorred. »

30 J . A. : « He [Condorcet] might and probably meant well, but his Ignorance and Inexpérience in the Nature of Government, like his Friends Turgot and Rochefoucauld, ruined his Country. » Page de Préface. La dernière annotation dans ce volume date du 2 mai 1815, à propos de l’exil de Napoléon à l’île d’Elbe !

Auteur

Institut d’études politiques, Paris.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search